Version classiqueVersion mobile

Terres promises

 | 
Hélène Harter
, 
Antoine Marès
, 
Pierre Mélandri
, 
et al.

Relations internationales

De Pétain à de Gaulle : la trajectoire tourmentée du diplomate Jacques Truelle

Catherine Nicault

Texte intégral

  • 1 J.-F. Deniau, Mémoires de 7 vies, t. 1, Les Temps aventureux, Paris, Plon, 1994, p. 167.

« Comment savoir quand l’honneur commande de dire non, et quand il exige de dire oui ? Comment être chevalier errant quand le monde entier erre aussi parce qu’il n’y a plus de chemins ? »
Jean-François Deniau, Mémoires de 7 vies1.

  • 2 A. Bérard, Un ambassadeur se souvient, t. 1, Au temps du danger allemand, Paris, Plon, 1976, p. 376 (...)
  • 3 C. Barbier, Henri Hoppenot diplomate (25 octobre 1891-10 août 1977), Paris, direction des Archives (...)

1« Homme loyal si jamais il en fut », une « parfaite droiture de caractère » : tel est le trait qui, pour les diplomates Armand Bérard et François Charles-Roux, définit le mieux Jacques Truelle (1891-1945) dans les années 19302. Or, la guerre devait soumettre à rude épreuve les fonctionnaires français les plus scrupuleux. Après avoir cru de son devoir, comme la quasi-totalité de ses pairs, de servir Vichy, Truelle rallia après bien des affres la « dissidence » gaulliste en juin 1943. Pourquoi avoir tant attendu ? Dans quelles conditions a-t-il accompli, finalement, le « grand saut » ? Venant après trois études consacrées à des diplomates français éminents de cette époque3, voici une analyse du cheminement politique d’un agent de rang moindre, qui voudrait contribuer à éclairer le comportement général du corps.

  • 4 J. Mouton, Journal de Roumanie, 29 août 1939-19 mars 1946. La IIe Guerre mondiale vue de l’Est, Lau (...)
  • 5 Cf. J. Baillou, Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. II : 1870-1980, Paris (...)

2Toute approche biographique pose avec une acuité particulière la question des sources. Or, des notes que, selon son ami Jean Mouton4, Jacques Truelle ne cessait de jeter sur le papier pendant la guerre, il ne nous est rien parvenu, pas plus que sa correspondance autre qu’officielle. Discret, stoppé au seuil d’une seconde carrière sans doute brillante par une mort prématurée, Truelle est quasi-absent des mémoires laissés par ses contemporains comme l’ignore la littérature historique sur le personnel diplomatique de ce temps5. C’est donc sur une documentation indirecte mais finalement riche – traces subsistantes dans les archives du Quai et surtout écrits intimes de membres de son entourage – que nous nous sommes fondée, en nous efforçant d’éviter les écueils de la reconstruction.

Les épreuves d’un jeune homme de bonne famille

  • 6 Edmond, René, Truelle, mort le 15 mai 1917. Selon la Correspondance de Marcel Proust, texte établi, (...)
  • 7 Selon Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1918, t. XVII, 1989, lettre de Proust à Lionel Hau (...)
  • 8 La famille habite le 8e arrondissement de Paris, au 64, de la rue de Courcelles, où Jacques, Marie, (...)

3Les débuts dans la vie de Jacques Truelle sont ceux, classiques et apparemment sans histoire, d’un rejeton de la bonne bourgeoisie parisienne. Ce fils d’agent de change6, dont la parentèle compte un directeur de compagnie d’assurances, un député et des « particules7 », habite les « beaux quartiers8 ». Nous ignorons où il fit ses études secondaires et si c’est là la source de sa connaissance, moins habituelle que celle de l’allemand dans ce milieu, de l’italien et l’anglais, deux langues qui orienteront plus tard le choix de ses postes. En 1912 en tout cas, après l’obtention du baccalauréat de philosophie (1909), puis d’une licence en droit (1912), il entame son service militaire. La guerre le surprend sous les drapeaux.

  • 9 Lettre de Nissim de Camondo à son père, 8 octobre 1914, citée dans N. Şeni, S. Le Tarnec, Les Camon (...)
  • 10 MAE, DI Truelle, état signalétique des services.
  • 11 Lettre de Proust à Moïse de Camondo, novembre 1917, citée dans N. Şeni et S. Le Tarnec, Les Camondo(...)

4Traumatisante pour toute sa génération, l’expérience est, au sens propre, indélébile pour notre héros. Le 7 octobre 1914, le jeune Truelle est touché à Notre-Dame de Lorette par un éclat d’obus ; on l’ampute la nuit même de la jambe gauche. Le hasard veut que soit alors à ses côtés l’héritier de la dynastie bancaire des Camondo, qui témoigne du « courage extraordinaire » de son camarade ; il « n’a pas cessé de plaisanter9 », rapporte Nissim à son père. Selon sa citation à l’ordre de l’armée, en novembre suivant, le blessé, sur le point d’être opéré, aurait lancé crânement : « Çà n’a pas d’importance pourvu qu’on foute la pelle aux boches10. » La lettre de condoléances qu’adresse Marcel Proust à Moïse de Camondo après la disparition de Nissim atteste des liens qui unirent ensuite les deux jeunes gens : « Je ne connais pas votre fils, mais j’ai souvent entendu parler de lui par mon jeune ami Jacques Truelle pour qui votre fils a été exquis quand il a été blessé11. »

  • 12 J. Truelle, « Marcel Proust, juge de ses personnages », Nouvelle revue française. Hommage à Marcel (...)
  • 13 Ibid.

5À l’hôpital jusqu’en février 1915, puis réformé, le convalescent décroche le diplôme de l’École libre des sciences politiques (section diplomatique) en juin 1917, signe d’une attirance pour la carrière. C’est un peu auparavant, en mars, qu’il a fait la connaissance de Marcel Proust, figure déjà bien connue des cercles esthètes et mondains de la capitale mais pas encore du grand public ; instruit de son « amitié pour Swann », le héros de son premier roman paru en 1913, l’écrivain l’a convié à dîner chez Ciro’s, une table parisienne à la mode12. De la relation privilégiée qui s’établit d’emblée entre cet homme de 46 ans, déjà très diminué par la maladie, et l’infirme de 26 ans, témoignent un court hommage de Truelle à l’écrivain disparu13 et surtout onze lettres que lui a adressées Proust entre 1917 et 1920.

  • 14 J.-Y. Tadié, Marcel Proust. Biographie, Paris, NRF/Gallimard, 1996, p. 764.
  • 15 J.-Y. Tadié, Marcel Proust..., op. cit., p. 765, 769. Hélène Soutzo, née Chrisoveloni, est alors l’ (...)
  • 16 Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1917, t. XVI, lettre de Proust à J. Truelle, 5 juillet 1 (...)
  • 17 Selon son DI, Truelle jouit d’une « fortune modeste » et a parfois du mal à tenir son rang dans cer (...)

6Leur ton – surtout celles de 1917, les plus nombreuses – suggère que l’écrivain noue là, au moins au départ, une de ces amitiés amoureuses qu’il s’est souvent plu à cultiver14. Ses lettres témoignent en tout cas d’une intimité immédiatement partagée entre le jeune Truelle, Proust et, dans une moindre mesure, Paul Morand et la princesse Hélène Soutzo, couple pour lequel le romancier, qui se complait dans une « situation triangulaire qu’il affectionne », éprouve alors « une passion étrange15 ». Si Proust est manifestement son Pygmalion en littérature – Truelle lui soumet au moins une nouvelle16 –, Paul Morand, alors jeune diplomate de 29 ans et lui aussi débutant en littérature, fut vraisemblablement le mentor qui guida ses pas vers la carrière, encore que Proust y comptât d’autres amis. Devenu « attaché autorisé » (c’est-à-dire non rémunéré) à l’ambassade de Rome en mai 1918, Truelle compte sans doute suivre les traces de ces écrivains-diplomates qui sont une tradition au Quai. Il est possible aussi qu’il lui ait fallu trouver, après la mort de son père en 1917 et en raison de quelque revers de fortune17, une situation digne de son standing social, ce que la diplomatie lui offrait indéniablement.

  • 18 Journal de l’abbé Mugnier (1879-1939), Paris, Mercure de France, collection « Le temps retrouvé », (...)
  • 19 P. Morand, Journal..., op. cit.
  • 20 Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1918, t. XVII, 1989, lettre de Proust à Lionel Hauser, 2 (...)
  • 21 Ses auteurs, Henri Massis et Alfred de Tarde, la publient en 1912 sous le titre Les Jeunes Gens d’a (...)

7Car, autre constat, Truelle est parfaitement à l’aise dans le « Monde ». S’il est absent des pages du journal de l’abbé Mugnier18, familier pourtant des mêmes cercles parisiens et versaillais, la correspondance de Proust et le journal tenu alors par Morand19 le montrent fréquentant assidûment les intimes de l’écrivain – notamment les plus Parisiens des Roumains, le prince Antoine Bibesco et ses proches –, mais aussi une pléiade de femmes du monde, Pierre de Polignac, bientôt S.A.S. le prince de Monaco, ou Jacques Porel, le fils de la comédienne Réjane et du directeur du théâtre du Vaudeville. Le comble : Proust confie à un tiers que son protégé a « eu un moment la faiblesse d’être très snob20 » ! Il évolue en tout cas avec le plus grand naturel dans cette société élégante, portée aux persiflages et volontiers antisémites, auxquels les Juifs ou demi-Juifs admis en son sein – Proust le tout premier – se prêtent volontiers. Du reste la phrase mentionnée dans sa citation suggère que le jeune Truelle pourrait bien avoir été en communion, avant guerre, avec ces jeunes bourgeois nationalistes interrogés pour l’enquête d’Agathon21 ; c’est à son jeune ami que Proust emprunte Mademoiselle Monck de Maurras pour les besoins de l’un de ses romans.

  • 22 Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1918, t. XVII, 1989, lettre de Proust à Lionel Hauser, 2 (...)
  • 23 Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1919, t. XVIII, 1990, lettre de Proust à J. Truelle, ver (...)
  • 24 J. Truelle, op. cit.

8Reste que Truelle et Proust furent d’évidence liés par une estime et une affection sincères. « C’est, écrit Proust à son propos, un cœur admirable (comme son esprit)22. »« Bien qu’amputé de la guerre, poursuit-il, il n’a cessé, n’ayant plus aucun intérêt à la Paix, à soutenir les thèses les plus violemment pacifistes devant les gens que cela devait le plus scandaliser ». À Truelle lui-même, il écrit : « [...] Nous avons tellement le même point de vue sur la vie et c’est presque quelque chose d’admirable23 [...] »« Seules l’absence et la mort ont pu interrompre (sa relation avec Proust)24 », témoignera Truelle après la disparition de l’écrivain en novembre 1922.

  • 25 P. Morand en trace ce portrait, après l’avoir vu chez lui le 14 août 1917 : « Truelle très Chardin (...)
  • 26 Selon J. Mouton, Journal de Roumanie..., op. cit., p. 101 : « Jacques Truelle avait connu un terrib (...)

9Raffiné, d’une extrême distinction malgré sa claudication, d’une conversation pleine de charme, mais aussi sensible et doué pour l’amitié vraie25, courageux, capable de s’affirmer à contre-courant si ses convictions l’exigent, tel apparaît donc Jacques Truelle au seuil de sa carrière ; un jeune homme mûri par l’épreuve, un infirme aussi, dégoûté de la guerre, dont la santé définitivement ébranlée peut expliquer et le célibat26, mal vu en général chez les diplomates de carrière, et son incapacité, finalement, à mener de front une carrière littéraire et une carrière diplomatique qui l’absorbe bientôt entièrement.

Le choix « naturel » du premier Vichy

  • 27 Il est en poste à la sous-direction d’Amérique de novembre 1924 à janvier 1928, puis à la sous-dire (...)

10De 1919 à juin 1940, Jacques Truelle est un diplomate de bonne réputation. L’alternance entre les postes à l’étranger et les séjours au Département a été à peu près respectée, pas tout à fait cependant, Truelle s’attardant visiblement le moins possible à Paris où seule l’attire la présence de sa mère, avant son décès au printemps 193827. C’est à l’étranger qu’il engrange de l’expérience et trouve des protecteurs : François Charles-Roux surtout, conseiller de Camille Barrère à Rome-Quirinal où Truelle fait ses débuts comme attaché, puis secrétaire d’ambassade (mai 1920-novembre 1924), avant de le rejoindre, sur sa demande, à Rome-Saint-Siège comme conseiller lorsque Charles-Roux y est nommé ambassadeur, de juillet 1933 à octobre 1936. Mais Truelle a été aussi en poste à Londres de janvier 1928 à juillet 1933 et, depuis juillet 1938, il seconde le comte René Doynel de Saint-Quentin à Washington. Ministre plénipotentiaire de 2e classe depuis mars 1939, Truelle est en droit d’espérer, à la veille de la guerre, après vingt ans d’une carrière solidement conduite, la direction d’une légation.

  • 28 R. de Weck, Journal de guerre (1939-194S). Un diplomate suisse à Bucarest, édité par Simon Roth, pr (...)
  • 29 MAE, guerre 1939-1945, Londres CNF, 298, note « Roumanie » selon « Renseignement du 31 octobre 1940 (...)

11Sa position encore seconde comme l’éloignement pourraient suffire à expliquer que son nom ne soit pas resté attaché, dans cet avant-guerre, à l’un des clans qui se déchirent alors au Quai, celui des « durs » anglophiles et partisans de la fermeté face à Hitler, ou celui des « mous », italophiles et de tendance pacifiste. Mais nous serions portée à voir aussi dans cet effacement une conception du service de l’État qui lui font fuir les dissensions susceptibles de nuire aux forces et au crédit de la nation. L’estime que lui porte Charles-Roux, celle que lui manifeste en 1943-1944 René Massigli, paraissent difficilement compatibles en tout cas avec des sentiments munichois. Autres indices : il « abhorre » Pierre Laval28, souvenir sans doute de l’épisode de l’accord Laval-Hoare qu’il a vécu en direct à Rome en 1935, et Truelle sera catalogué « anglophile » en octobre 1940 par la France libre naissante29. Pour l’heure, qui est celle de la Drôle de guerre, il œuvre de son mieux dans une Amérique isolationniste nullement disposée encore à renoncer à sa neutralité, mais dont la France attend au moins un soutien diplomatique et matériel – notamment la fourniture d’avions. L’invasion de mai 1940 en revanche coupe largement l’ambassade, à l’instar de tous les postes à l’étranger, de l’administration centrale. C’est par elle, toutefois, que transitent les appels désespérés de Paul Reynaud à Roosevelt en juin. Nul doute que Truelle ait été consterné par la défaite et la signature de l’armistice.

  • 30 MAE, DI Truelle, notes annuelles 1939.
  • 31 F. Charles-Roux, Cinq mois tragiques aux Affaires étrangères (21 mai-1er novembre 1940), Paris, Plo (...)

12La souffrance lui est d’ailleurs, probablement, une raison de plus pour rester à son poste, prêt à faire son devoir là où le régime légal – Vichy, naturellement – en décidera. Le 7 septembre 1940, sur le point de laisser la place au sénateur Henry-Haye que vient de nommer le nouveau régime, le comte de Saint-Quentin réclame pour son collaborateur « une légation importante30 ». De fait Truelle, nommé le 23 octobre 1940 par Vichy « envoyé extraordinaire et ministre plénipotentiaire » à Bucarest, est l’un des bénéficiaires du mouvement diplomatique qu’orchestre, de juillet à novembre 1940, François Charles-Roux, secrétaire général du Quai depuis mai, sous l’autorité du ministre Paul Baudouin31. Annoncée la veille de Montoire et de l’annonce officielle de la politique de « collaboration », sa nomination est suivie de peu, le 1er novembre, de la démission de Charles-Roux. Jusque-là, ce dernier et, dans une certaine mesure, Baudouin ont cru pouvoir maintenir, malgré les exigences allemandes, une ligne politique de nature, selon eux, à préserver les chances d’un relèvement français : exécution de l’armistice mais sans une virgule de plus pour paraphraser le général Weygand, et maintien, même après le drame de Mers-el-Kébir, du lien avec l’Angleterre dont ils espèrent qu’elle pourra résister aux assauts allemands.

  • 32 MAE, DI Truelle, tél. n° 660 de Charles-Roux (p. o.) à Washington, 13 octobre 1940, et tél. n° 2375 (...)
  • 33 F. Charles-Roux, Cinq mois..., op. cit., p. 321.
  • 34 MAE, Papiers 40, Papiers Paul Baudouin, 4, tél. secret n° 1614-1615 signé Saint-Quentin, en date du (...)

13Manifestement Truelle doit sa promotion à son adhésion à cette ligne, comme à sa confiance dans le maréchal Pétain. Il est probable, du reste, que les appels de ce dernier à une rénovation nationale trouvent des échos favorables chez lui, aveugle encore au décalage existant entre une œuvre de redressement qui ne toucherait par aux principes républicains et humanistes, à laquelle il peut souscrire, et le programme radicalement réactionnaire de la « révolution nationale », mené, qui plus est, sous un régime d’occupation. Si, selon Charles-Roux, c’est le ministre lui-même qui aurait « tenu à lui attribuer une importante légation en Europe32 », on peut tabler qu’il est plus proche du secrétaire général. Comme lui, il aspire à ce que l’amitié américaine soit préservée dans l’espoir d’une intervention armée des États-Unis dans la guerre et non pas dans celui d’une simple « stabilisation de [sa] neutralité33 ». Les dépêches en provenance de Washington, alors que Truelle s’y trouve encore, ne peuvent qu’encourager en tout cas Charles-Roux dans ces dispositions, en soulignant combien l’Angleterre a la faveur de l’opinion et du gouvernement américain, lequel lui prête « une aide [...] qui a déjà depuis longtemps dépassé les bases de la neutralité34 ». Bref, tout laisse à penser que Truelle, bon connaisseur du potentiel britannique et surtout américain, veut croire que le sort de la France n’est pas définitivement scellé.

  • 35 À Garreau-Dombasle, Saint-Quentin aurait déclaré qu’il « ne pouvait prendre une attitude de rebelle (...)
  • 36 Cf. G. Henry-Haye, La Grande Éclipse franco-américaine, Paris, Plon, 1972, p. 159-160 : récit de so (...)
  • 37 Ibid., tél. n° 1861 de Henry-Haye, 11 octobre 1940.

14On comprend, dès lors, pourquoi, bien que non résigné à la défaite, il ne soit pas imaginable pour lui de rallier, à cette époque, la rébellion gaulliste. Invoquer l’influence de ses supérieurs, Saint-Quentin35 et Charles-Roux, n’est pas une explication suffisante puisque ni le retrait du second de la scène publique ni l’annonce de la politique de collaboration ne l’ont alors détourné de Vichy. Contrairement à ce que pourrait laisser croire le témoignage de G. Henry-Haye, visiblement aigri par la défection ultérieure de celui qui fut brièvement son conseiller à Washington, il semble bien que Truelle a entretenu de bons rapports avec son nouveau chef de poste qui, débordé, demande qu’on le lui laisse encore un trimestre36. De fait Truelle ne prend ses fonctions à Bucarest que le 4 mars 1941, non d’ailleurs que Vichy ait accédé au désir de son nouvel ambassadeur aux États-Unis, mais parce que, victime d’une phlébite en septembre, Truelle ne peut embarquer pour l’Europe que le 4 janvier 1941 ; il a, dans l’intervalle, assuré tant bien que mal son service à l’ambassade37.

  • 38 R. Aglion, De Gaulle et Roosevelt..., op. cit., p. 11-18, 146-155.
  • 39 Ibid., p. 13 (citation) et p. 146. Notons qu’il ne saurait songer à Truelle, parti d’Amérique deux (...)
  • 40 G. Henry-Haye, La Grande Éclipse..., op. cit., p. 161.
  • 41 Ibid., p. 168.
  • 42 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 4 juin 1945, p. 486.

15Haut fonctionnaire légaliste et discipliné – il a, rappelons-le, vingt ans de « maison »–, aspirant à ce que les Français restent unis et dignes dans leur malheur, Truelle reste donc fidèle sans murmurer à Vichy en 1940 comme tous les agents en poste aux États-Unis, à l’unique exception de Garreau-Dombasle, le conseiller commercial basé à New York. Ce dernier a en effet démissionné dès l’armistice, mais entretient des disputes mesquines, dont témoigne Raoul Aglion38, délégué de la France libre débarqué à New York le 2 janvier 1941, avec les représentants gaullistes sur place. Raison de plus pour Truelle de garder ses distances avec la « dissidence ». N’éprouve-t-il pour autant aucun trouble dans son for intérieur ? Selon Raoul Aglion, le personnel diplomatique et consulaire français aux États-Unis était « farouchement loyal à Vichy39 ». Unité de façade, rétorque Henry-Haye, qui se plaint au contraire d’avoir ressenti à l’ambassade « une hostilité sourde chez les “diplomates de carrière”, partagés dans leurs appréciations sur la situation40 ». Truelle, sans aucun doute, fut du nombre de ceux qui, selon lui, « feignaient d’être des disciples convaincus du Maréchal, mais discutaient la valeur ou le patriotisme de tel personnage de son entourage41 »– Laval en l’occurrence. Si la mise à pied de l’« infâme bougnat42 », en décembre 1940, lui est un soulagement, elle n’est pas faite pour rendre plus lucide le tout nouveau ministre de France, en route vers Bucarest.

Bucarest ou la difficile entrée en rébellion

  • 43 Ibid., entrée du 31 mars 1941, p. 177.
  • 44 Selon Jean Mouton, à qui Truelle a fait lire ses notes, Pétain lui aurait déclaré « que l’invasion (...)
  • 45 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 20 mai 1941, p. 189.
  • 46 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 14 décembre 1941, p. 245. Le passage parle du (...)

16« Déprimé », selon René de Week, son homologue suisse en Roumanie, par son passage à Vichy à la fin de janvier et en février 1941, Truelle n’en garde pas moins en effet, lorsqu’il prend ses nouvelles fonctions, sa confiance en Pétain43. Il est vrai que ce dernier, lors d’une entrevue à l’hôtel du Parc, lui a clairement laissé entendre qu’il suivait bien une ligne « nationale », qu’il souhaitait une victoire anglaise, qu’il mesurait les potentialités de l’industrie américaine sous ce rapport. De Laval enfin, il lui a parlé avec un souverain mépris. Pourtant c’est une impression désabusée que Truelle a gardée de cet « homme qui possède tous les pouvoirs et qui n’en exerce aucun44 ». À René de Week il ne tarde pas à avouer qu’« il se méfie de Darlan45 », le nouveau vice-président du Conseil depuis le 10 février. Mais, ajoute-t-il aussi, au grand dam de son interlocuteur, gaulliste de la première heure, il « tient pour inévitable une certaine dose de “collaboration”46 ».

  • 47 J. Mouton est l’auteur de : Le Style de Marcel Proust, ouvrage d’ailleurs dédié « À la mémoire de J (...)

17Deux années seront nécessaires à Truelle pour se « déprendre » du Maréchal et de Vichy, puis se rallier au mouvement gaulliste. Le contexte roumain y a certainement contribué. Le nouveau ministre de France en effet n’est pas, à Bucarest, un homme isolé, abandonné à lui-même. Dans cette Roumanie aux élites francophiles, il renoue avec nombre d’anciennes « relations », liées à ses « années Proust », les princes et princesses Bibesco, Brancovan et autres ; il a ses entrées au Palais royal. Dans ce petit pays livré aux rumeurs, il peut compter sur toutes sortes d’appuis et d’informateurs. Les diplomates britanniques ont quitté Bucarest avant son arrivée, mais on y entend la BBC en clair et on y reçoit la presse neutre. Par ailleurs, Truelle se lie rapidement avec des collègues neutres, notamment René de Week, déjà cité, autre écrivain-diplomate avec lequel il s’est manifestement découvert des « affinités électives », et le représentant des États-Unis, Gunther. Il trouve en Jean Mouton, directeur de l’institut français de Bucarest et grand « proustien47 », un nouvel ami d’esprit et de cœur. Il semble enfin avoir travaillé en bonne intelligence avec le personnel de la légation de France, notamment Henry Spitzmuller, le premier secrétaire ayant fait fonction de chargé d’affaires avant son arrivée, le colonel Neuhauser, chargé du S.R., et Roger Sarret, le conseiller commercial.

  • 48 Le ministre de Suisse use tant des termes « Boches » et « Bochophiles » dans son journal que nous n (...)
  • 49 MAE, DI Spitzmuller, note de M. Paris (direction des Affaires politiques) au sujet de M. Spitzmulle (...)
  • 50 Ibid., tél. de Catroux (Damas) à de Gaulle (Le Caire), 26 juin 1941, signalant que « Spitzmuller au (...)
  • 51 Les premiers échelons de la Wehrmacht sont arrivés à la fin d’octobre 1940 ; en janvier 1941, les f (...)
  • 52 Sur ce réseau sur lequel nous préparons une étude, voir MAE, DI Spitzmuller, Étienne Manac’h, Jean (...)

18Or ce petit monde n’a admis ni l’armistice, ni Vichy et la collaboration, et a opté très tôt pour le gaullisme. Dès le terrible été 1940 pour le démocrate-chrétien Jean Mouton et pour René de Week, « bochophobe acharné48 ». Leurs journaux intimes en font foi. Le personnel de l’institut, en particulier son secrétaire général Edmond Bernard, partage ces sentiments. Alsacien, comme Neuhauser, et violemment antiallemand – il fut engagé volontaire pendant la Grande Guerre –, « Spitz » n’a pas longtemps balancé, même si les aspects autoritaires et peut-être même antisémites de la « révolution nationale » ne sont pas pour lui déplaire49. Heurté par la collaboration franco-allemande, il cherche dès le début de 1941 à rejoindre la France libre50. En vain : la Roumanie est une souricière dont il est difficile de sortir, non seulement du fait de la présence sur son sol depuis l’automne 1940 d’importantes forces allemandes « amies51 » mais aussi du barrage que constitue la Bulgarie, alliée à l’Axe, sur la route de la Turquie neutre. Londres, finalement, l’engage à agir sur place, sous couvert de sa fonction officielle. Aussi crée-t-il, avec les gens de l’institut, les jeunes secrétaires de la légation, Jean Basdevant et Jean Vyau de Lagarde, arrivés en 1940 et 1941, et des confrères de Budapest et Sofia, un réseau « Balkans » qui passe, avec l’aide du colonel Neuhauser, aux antennes gaullistes d’Istanbul et de Beyrouth des renseignements politiques, militaires et économiques sur la Roumanie, la Hongrie et la Bulgarie. Il protège également et favorise le passage vers la Turquie de prisonniers de guerre français évadés des camps voisins de la Pologne annexée52.

  • 53 Sur l’action diplomatique de Truelle auprès des autorités roumaines, voir A.-M. Stan, Les Relations (...)
  • 54 À l’exception de six d’entre eux dont deux diplomates, Arvengas et De Hauteclocque. Cf. H. Du Mouli (...)
  • 55 MAE, Guerre 39-45, Vichy, Z Europe, Roumanie, dépêche de J. Truelle à Darlan, Bucarest, 9 septembre (...)
  • 56 Sur cet aspect de son action, voir C. Nicault, « Que savaient les diplomates de Vichy de la Shoah ? (...)

19À l’évidence, ces activités ne peuvent échapper au chef de poste. Au minimum donc, Truelle les couvre pendant des mois, sans doute y apporte-t-il même sa contribution (en ce qui concerne en particulier les « évadés »), tout en remplissant les devoirs de sa fonction53. Comme pratiquement la totalité des fonctionnaires français54, le ministre et son second prêtent serment de fidélité à Pétain en octobre 1941 ; de même, les deux hommes se soumettent, en juin 1942, à la déclaration obligatoire de non-appartenance à la franc-maçonnerie. Couverture pour Spitzmuller, situation plus équivoque pour Truelle, qui, un palier après l’autre, s’extrait péniblement des eaux troubles du pétainisme. Les confidences faites à René de Week nous permettent de suivre cette remontée, assez conforme à ce que nous savons de celles de ses confrères dans le même cas, sinon que nulle part mieux qu’en Roumanie, ni aussi tôt, on ne peut mesurer la portée de l’incapacité de l’Axe à vaincre l’URSS ; sinon aussi que la situation de son pays de résidence peut lui donner largement matière à méditer sur les pièges et les compromissions de la collaboration. Depuis l’été 1940, la Roumanie est en effet une nation humiliée qui, en réaction aux amputations imposées par l’URSS et l’Allemagne, s’est jetée dans les bras du maréchal Antonescu et cherche le salut dans la collaboration avec l’Allemagne. Collaboration qui ne lui épargne ni la présence militaire allemande, ni la pénurie, ni la perte de la libre disposition de ses ressources alimentaires et pétrolières, et que la Roumanie pousse jusqu’à participer à l’offensive du Reich contre l’URSS en juin 1941. De surcroît, les Juifs de Bessarabie et de Bukovine, accusés d’avoir bien accueilli les Russes en juin 1940, font les frais du nationalisme roumain blessé. Manifestement indigné, Truelle a enquêté sur le pogrom monstre de Jassy en juin 1941, les terribles déportations en Transnistrie et le massacre des Juifs d’Odessa par les troupes roumaines. Tout en avisant Vichy de ces atrocités dans une correspondance remarquable, il refuse de se conformer à la consigne de Darlan qui voulait que soient délivrés aux Français non-juifs de Roumanie des « certificats d’aryanisme », car c’est là, explique-t-il, « entrer dans des distinctions inadmissibles à notre endroit55 » ; allant plus loin, il protège les Juifs français ainsi que les Juifs roumains jouissant d’un statut de protégés français et joint ses efforts à ceux de son collègue suisse pour convaincre les autorités roumaines, à la fin de 1942, de s’abstenir de livrer aux Allemands, qui les en pressent, les Juifs du « Vieux Royaume56 ».

  • 57 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 4 juin 1945, p. 486.
  • 58 Ibid., entrée du 3 juillet 1941, p. 205.
  • 59 Ibid., entrée du 19 novembre 1941, p. 237.
  • 60 Ibid., entrée du 14 décembre 1941, p. 245.

20Il fallut cependant le rappel de Laval par Pétain en avril 1942 pour que Truelle comprenne « qu’il n’y avait plus rien à espérer de ceux qui pactisaient avec l’ennemi57 ». Il lui fut difficile de renoncer à ses illusions : apparemment la lutte fratricide en Syrie, en juin-juillet 1941, l’a heurté. « Bien qu’il continue à tenir pour absurde la politique de Darlan » (qui se fait fort de marchander avec Hitler l’atout syrien), son confident suisse se prend alors à redouter qu’il ne prenne « goût à l’eau de Vichy58 ». Loin cependant de céder aux sirènes de la « croisade judéobolchevique », il se réjouit de la résistance obstinée opposée par les Russes à la déferlante allemande. Raison de plus pour s’inquiéter, en novembre, après le limogeage du général Weygand, de « la sottise obstinée – ou la criminelle aberration – de Darlan [...]. Il craint fort, confie-t-il à de Week, que Vichy soit sur le point de commettre des fautes irréparables59 ». L’entrée en guerre des États-Unis en décembre – une nouvelle qui, à la légation de France, « les a tous gonflés à bloc60 »– ne peut que le conforter dans ce sentiment, alors qu’il perçoit dès janvier 1942 le désarroi naissant des dirigeants roumains.

  • 61 Ibid., entrée du 22 avril 1942, p. 278 ; J. Mouton, Journal de Roumanie..., op. cit., entrée « débu (...)
  • 62 R. de Weck, Journal de guerre..., op. cit., entrées du 22 avril 1942, p. 278, et du 1er mai, p. 280

21Rejeter la collaboration ne signifie pas que Truelle soit prêt tout de go à rallier Londres. Car Laval ne lui a pas rendu le service de le « limoger » à son tour, avec « tous ceux qu’il peut soupçonner de ne pas aimer Hitler et l’Allemagne ». Il l’a craint pourtant61. Peur de représailles allemandes ? Peur à coup sûr du dénuement et de l’inconnu. Jusqu’en novembre 1942, il s’est fait un devoir, sur les instances de son collègue suisse, de « rester à son poste aussi longtemps qu’il le pourra : que gagnerait la bonne cause à son remplacement par une créature de Laval ? » Il lui en coûte pourtant, comme le suggère la réflexion suivante de De Week, écho visiblement de ses débats avec « le pauvre Truelle » : « Un homme condamné à servir Vichy – ou, du moins, à faire semblant de le servir – doit être continuellement tenaillé par l’humiliation ou la révolte. Se taire, c’est s’exposer à passer pour un lâche ou pour un aveugle ; parler, c’est risquer de compromettre non seulement son intérêt personnel, mais encore et surtout le patient travail que l’on a pu entreprendre dans l’ombre en vue d’un avenir meilleur. » Toutefois si on lui demandait de prêter serment de fidélité à Laval, « cette crapule », il ne lui resterait qu’a démissionner, l’avertit Truelle. Aussi les deux hommes envisagent-ils ensemble les « pires éventualités » ; De Week songe un moment à le « caser en Suisse, à la Croix-Rouge par exemple62 ».

  • 63 Ibid., entrée du 13 novembre 1942, p. 325.
  • 64 Ibid., entrée du 4 juin 1945, p. 486.
  • 65 MAE, DI Truelle, tél. du lieutenant Mella, chef de la section « R », à M. le lieutenant-colonel, ch (...)
  • 66 MAE, DI R. de Dampierre. À partir de l’invasion de la Hongrie par les Allemands en mars 1944, ce di (...)

22C’est le débarquement anglo-américain en Afrique du Nord et l’invasion de la zone Sud par les Allemands en novembre 1942 qui « délivre » enfin Truelle. « Cela est d’autant plus méritoire, commente son confident, que, pour lui, personnellement, ce qui se passe en France peut être la source de grandes difficultés, pour ne pas dire plus », allusion à sa situation inconfortable dans la nasse roumaine. « Pour le moment le bonheur d’avoir retrouvé son pays, de savoir que l’Empire français va rentrer dans la guerre l’emporte sur toutes autres considérations63. » Ira-t-il cependant rejoindre de Gaulle, le pourfendeur du Maréchal, comme vient de le faire le colonel Neuhauser, ou Giraud, vers qui vont les préférences d’autres diplomates ? De fait « il parut hésiter [...]. Je me flatte, rapporte de Week, de l’avoir aidé à y voir clair : je savais en effet que Giraud s’était laissé prendre, en Afrique du Nord, aux filets des Américains et que de Gaulle seul incarnait la vraie France64 ». La nouvelle de l’arrivée de René Massigli à Londres, à la fin de janvier 1943, a dû aussi contribuer à le décider. Toujours est-il qu’en février ou au début de mars, Truelle envoie une offre de service au nouveau commissaire aux Affaires étrangères de la France combattante65, qui l’agrée, en même temps du reste que celle de Spitzmuller, qui brûle plus que jamais de gagner Londres ou Alger. Il ne démissionne pas pourtant, de crainte sans doute de subir le sort de Robert de Dampierre, son homologue de Budapest, qui, démissionnaire en décembre 1942, s’est vu refuser son visa par les autorités hongroises, sous la pression de Berlin66.

  • 67 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 4 juin 1945, p. 486.
  • 68 J. Mouton, Journal de Roumanie..., op. cit., entrée « juin 1943 », p. 57. De fait, c’est le 25 juin (...)
  • 69 MAE, DI Truelle, tél. Francom n° 812 H, Beyrouth, pour Massigli, 26 mai 1943, transmettant un messa (...)
  • 70 Ibid., tél. du Comité national français, Londres, à Francom, Beyrouth, le 31 mai 1943.
  • 71 Ibid., tél. de Manac’h, Ankara, à Massigli, en date du 28 mai 1943 (transmis par le chiffre britann (...)
  • 72 MAE, Personnel, DI Spitzmuller, tél. n° 147 d’E. Manac’h à Massigli, confidentiel, 4 juin 1943, don (...)
  • 73 Sur le rôle de Truelle en Espagne, voir M. Catala, Les Relations franco-espagnoles pendant la Deuxi (...)

23Reste à sortir de Roumanie. Truelle n’y parvient que le 19 juin 1943, grâce à un subterfuge : il part pour la Turquie via la Bulgarie par le train des wagons-lits « sous prétexte d’aller se faire soigner à l’hôpital français d’Istanbul67 » ; « Il n’avait emporté aucun bagage, rapporte Jean Mouton, sauf une mallette qui contenait sa jambe artificielle [...]. Le prétexte du voyage était de faire réparer cette jambe [...]. Les autorités roumaines ont fermé les yeux sur ce départ ; elles en ont été un peu complices. Killinger, ambassadeur du IIIe Reich, ne sera informé que huit jours après ; il entrera dans une violente colère68. » Entre-temps l’atmosphère à la légation a tourné à l’aigre, ruinant les relations entre Truelle et « Spitz ». Les deux hommes savent, après une évasion manquée en avril ou début mai, qu’il leur sera impossible de s’esquiver en même temps69 ; chacun développe donc des tentatives personnelles rivales – qui risquent fort de nuire à leurs projets respectifs. Massigli les adjure de ne mettre leur projet à exécution que s’il « ne les expose qu’à des risques limités70 », mais Truelle menace de démissionner s’il ne peut partir71 tandis que Spitzmuller réclame que les services centraux établissent « un ordre de préférence auquel nous devrons nous conformer sans murmurer72 ». Que le chef de poste ait eu la préférence ou que celui-ci ait été plus heureux dans sa nouvelle tentative, c’est Truelle qui, de fait, réussit sa fuite alors que « Spitz » resta, lui, à Bucarest, rongeant douloureusement son frein en compagnie des autres membres de son réseau, bloqués comme lui dans les Balkans jusqu’à l’arrivée de l’Armée Rouge en octobre 1944. Clin d’œil de la vie : c’est à Paul Morand que Vichy confie ensuite la légation. Pendant ce temps, Truelle, passé rapidement d’Istanbul à Beyrouth (le 7 juillet), puis à Alger (le 21), se voit confier en octobre 1943 par Massigli et le général de Gaulle la délicate responsabilité de succéder au colonel Malaise, un giraudiste fanatique, à la tête de la Mission de la France combattante à Madrid. Sa mort subite, le 30 mai 1945, devait couper prématurément le fil de cette seconde vie73.

  • 74 R. Belot, La Résistance sans de Gaulle, op. cit.
  • 75 Voir aussi, sur ce point, le cas Henri Hoppenot, étudié par Colette Barbier, Henri Hoppenot diploma (...)

24Que retirer de cette analyse de cas ? Nous y voyons pour commencer une ample confirmation des analyses récentes de Robert Belot sur l’obstacle qu’a pu constituer la culture de la haute fonction publique pour les ralliements de ses membres au gaullisme74. L’exemple de Jacques Truelle, et ceux d’autres diplomates croisés dans son entourage, invite ensuite à relativiser les fulminations gaulliennes contre la « trahison » des élites, notamment diplomatiques. Il est apparu en effet qu’un nombre non négligeable des agents en poste dans les Balkans se sont ralliés à lui dès 1940-1941, en esprit comme en actes ; c’est l’incapacité de la France libre à les « exfiltrer », l’utilité aussi de leur concours pour obtenir des informations sur les Balkans et pour y maintenir une influence culturelle qui compte au moins autant aux yeux de Londres qu’à ceux de Vichy, qui poussent ces agents à mener une activité d’« intelligence » sur place, sous couvert de leurs missions officielles. Le ralliement de Truelle est il est vrai, avec celui de plus nombreux collègues, plus tardif, mais pas toujours autant que ne pourrait le laisser supposer la date de leur ralliement « physique », retardé voire impossible en raison des dangers très réels que cet acte comportait dans une zone étroitement subordonnée au Reich. Loin de les pousser à tenter l’aventure à tout prix, Massigli les incite d’ailleurs, en 1943 et 1944, à la prudence. Nous aurons constaté aussi que les circonstances mêmes de ces départs ont pu créer des phénomènes de rivalités entre les membres résistants d’une même légation, capables de troubler dans l’après-guerre, nous le savons, la « solidarité » résistante. Enfin, à côté des principaux facteurs, déjà bien connus, du ralliement – le retour de Laval et l’invasion de la zone Sud en avril et novembre 1942 –, on aura noté le rôle qu’a pu jouer pour certains agents le traitement de la « question juive » par Vichy75, et celui, trop souvent négligé, du hasard et de la chance. Truelle a bénéficié de conditions favorables qui ont fait défaut à d’autres de ses collègues qui, de prime abord, n’étaient ni plus ni moins vichystes ou maréchalistes que lui.

Notes

1 J.-F. Deniau, Mémoires de 7 vies, t. 1, Les Temps aventureux, Paris, Plon, 1994, p. 167.

2 A. Bérard, Un ambassadeur se souvient, t. 1, Au temps du danger allemand, Paris, Plon, 1976, p. 376 ; ministère des Affaires étrangères (désormais MAE), personnel, dossier individuel (désormais DI) de J. Truelle, notes annuelles de 1934.

3 C. Barbier, Henri Hoppenot diplomate (25 octobre 1891-10 août 1977), Paris, direction des Archives du ministère des Affaires étrangères/Imprimerie nationale, 1999 ; Y. Beauvois, Léon Noël, de Laval à de Gaulle via Pétain (1888-1987), Lille, Septentrion, 2001 ; R. Ulrich-Pier, René Massigli (1888-1988). Une vie de diplomate, Bruxelles, Peter Lang, 2006.

4 J. Mouton, Journal de Roumanie, 29 août 1939-19 mars 1946. La IIe Guerre mondiale vue de l’Est, Lausanne, L’Âge d’homme, 1978 et 1991, p. 42, n. 1.

5 Cf. J. Baillou, Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. II : 1870-1980, Paris, Éditions du CNRS, 1984 ; J.-B. Duroselle, Politique étrangère de la France. L’abîme, 1939-1944, Paris, Imprimerie nationale, nouvelle édition 1986 ; et les études biographiques citées note 2.

6 Edmond, René, Truelle, mort le 15 mai 1917. Selon la Correspondance de Marcel Proust, texte établi, présenté et annoté par Philip Kolb, 1917, t. XVI, Paris, Plon, 1988, lettre de Proust à J. Truelle, n° 62, p. 136.

7 Selon Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1918, t. XVII, 1989, lettre de Proust à Lionel Hauser, 23 ou 24 octobre 1918, n° 179, p. 423, son parent Léon Truelle est le directeur de « La France » ; un autre parent du côté maternel, Alfred Le Roy, est député du Nord de 1906 à 1919 (d’après Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1917, t. XVI, lettre de Proust à J. Truelle, 5 juillet 1917, n° 88, p. 181). L’une des deux sœurs de J. Truelle est Mme Jacques d’Espaigne (Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1917, t. XVI, lettre de Proust à J. Truelle, n° 62, p. 136, note). Enfin, à Proust et Morand, venus le voir chez lui le 12 août 1917, Truelle parle de « la baronne d’Astier de la Vigerie, sa tante » : cf. P. Morand, Journal d’un attaché d’ambassade, 1916-1917, Paris, NRF/Gallimard, 1996, entrée du 14 août 1917, p. 314.

8 La famille habite le 8e arrondissement de Paris, au 64, de la rue de Courcelles, où Jacques, Marie, Truelle est né (selon l’extrait d’acte de naissance dans MAE, personnel, DI Truelle), puis au 10, rue de Marignan.

9 Lettre de Nissim de Camondo à son père, 8 octobre 1914, citée dans N. Şeni, S. Le Tarnec, Les Camondo ou l’éclipse d’une fortune. Essai, Hébraïca/Actes Sud, 1997, p. 230. Également, Archives du Musée Nissim-de-Camondo, Paris, Journal de campagne de N. de Camondo, entrée du 7 octobre 1914.

10 MAE, DI Truelle, état signalétique des services.

11 Lettre de Proust à Moïse de Camondo, novembre 1917, citée dans N. Şeni et S. Le Tarnec, Les Camondo..., op. cit., p. 247.

12 J. Truelle, « Marcel Proust, juge de ses personnages », Nouvelle revue française. Hommage à Marcel Proust, 1871-1922, 10e année, 112, nouvelle série, 1er janvier 1923, p. 96-99.

13 Ibid.

14 J.-Y. Tadié, Marcel Proust. Biographie, Paris, NRF/Gallimard, 1996, p. 764.

15 J.-Y. Tadié, Marcel Proust..., op. cit., p. 765, 769. Hélène Soutzo, née Chrisoveloni, est alors l’épouse séparée du prince Dimitri Soutzo, attaché militaire à l’ambassade de Roumanie à Paris. Dans son Journal..., op. cit., Paul Morand cite Truelle, visiblement un familier, à sept reprises entre août et novembre 1917.

16 Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1917, t. XVI, lettre de Proust à J. Truelle, 5 juillet 1917, n° 88, p. 181 ; lettre de Proust à H. Soutzo, 29 ou 30 octobre 1917, n° 138, p. 271.

17 Selon son DI, Truelle jouit d’une « fortune modeste » et a parfois du mal à tenir son rang dans certains postes.

18 Journal de l’abbé Mugnier (1879-1939), Paris, Mercure de France, collection « Le temps retrouvé », 1985.

19 P. Morand, Journal..., op. cit.

20 Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1918, t. XVII, 1989, lettre de Proust à Lionel Hauser, 23 ou 24 octobre 1918, n° 179, p. 423.

21 Ses auteurs, Henri Massis et Alfred de Tarde, la publient en 1912 sous le titre Les Jeunes Gens d’aujourd’hui.

22 Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1918, t. XVII, 1989, lettre de Proust à Lionel Hauser, 23 ou 24 octobre 1918, n° 179, p. 423.

23 Correspondance de Marcel Proust, op. cit., 1919, t. XVIII, 1990, lettre de Proust à J. Truelle, vers fin juillet 1919, n° 195, p. 354.

24 J. Truelle, op. cit.

25 P. Morand en trace ce portrait, après l’avoir vu chez lui le 14 août 1917 : « Truelle très Chardin dans une robe de chambre rouge avec ses grosses lunettes d’écaille, ses béquilles, sautillant sur sa jambe coupée », dans son Journal..., op. cit., p. 314. Voir aussi J. Mouton, Journal de Roumanie..., op. cit., entrée du « 3 juin » 1945, p. 101.

26 Selon J. Mouton, Journal de Roumanie..., op. cit., p. 101 : « Jacques Truelle avait connu un terrible drame dans sa vie ; une jeune femme, une Russe, s’était, à la suite de graves incompréhensions, suicidée à cause de lui. Perpétuellement un nuage voilait ce cœur qui aurait été naturellement gai. »

27 Il est en poste à la sous-direction d’Amérique de novembre 1924 à janvier 1928, puis à la sous-direction d’Europe d’octobre 1936 à janvier 1938.

28 R. de Weck, Journal de guerre (1939-194S). Un diplomate suisse à Bucarest, édité par Simon Roth, préface de Francis Python, Genève, SHSR et La Liberté, 2001, entrée du 27 avril 1942, p. 278.

29 MAE, guerre 1939-1945, Londres CNF, 298, note « Roumanie » selon « Renseignement du 31 octobre 1940 », et note des Relations extérieures « Roumanie » du 4 mars 1941, se référant au document précité.

30 MAE, DI Truelle, notes annuelles 1939.

31 F. Charles-Roux, Cinq mois tragiques aux Affaires étrangères (21 mai-1er novembre 1940), Paris, Plon, 1949, p. 318-321.

32 MAE, DI Truelle, tél. n° 660 de Charles-Roux (p. o.) à Washington, 13 octobre 1940, et tél. n° 2375 de Henry-Haye au Département, 27 décembre 1940.

33 F. Charles-Roux, Cinq mois..., op. cit., p. 321.

34 MAE, Papiers 40, Papiers Paul Baudouin, 4, tél. secret n° 1614-1615 signé Saint-Quentin, en date du 6 septembre 1940.

35 À Garreau-Dombasle, Saint-Quentin aurait déclaré qu’il « ne pouvait prendre une attitude de rebelle et rallier une poignée de Français à Londres », R. Aglion, De Gaulle et Roosevelt. La France libre aux États-Unis, Paris, Plon, collection « Espoir », p. 13. Rappelons que Saint-Quentin fut nommé ambassadeur à Rio par Vichy.

36 Cf. G. Henry-Haye, La Grande Éclipse franco-américaine, Paris, Plon, 1972, p. 159-160 : récit de son accueil à New York par un Truelle qui, écrit-il d’une façon erronée et révélatrice, « devait être, quelques semaines plus tard [en 1943 en fait], envoyé par de Gaulle en Espagne pour y contrecarrer l’action de l’ambassadeur François Piétri » ; également MAE, DI Truelle, tél. n° 1711 et n° 1712-1715 de Henry-Haye, 24 septembre 1940.

37 Ibid., tél. n° 1861 de Henry-Haye, 11 octobre 1940.

38 R. Aglion, De Gaulle et Roosevelt..., op. cit., p. 11-18, 146-155.

39 Ibid., p. 13 (citation) et p. 146. Notons qu’il ne saurait songer à Truelle, parti d’Amérique deux jours après son arrivée.

40 G. Henry-Haye, La Grande Éclipse..., op. cit., p. 161.

41 Ibid., p. 168.

42 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 4 juin 1945, p. 486.

43 Ibid., entrée du 31 mars 1941, p. 177.

44 Selon Jean Mouton, à qui Truelle a fait lire ses notes, Pétain lui aurait déclaré « que l’invasion de l’Angleterre était impossible ; qu’il savait que l’Amérique entrerait un jour dans le jeu ». Il lui aurait aussi « parlé de l’immense industrie des États-Unis, cette machine qui tournera à plein. L’Allemagne sera vaincue ». Sur Laval : « Cet homme n’aime pas son pays ; même dans son propre intérêt il devrait faire attention. », J. Mouton, Journal de Roumanie..., op. cit., entrée « mars » 1941, p. 42.

45 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 20 mai 1941, p. 189.

46 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 14 décembre 1941, p. 245. Le passage parle du personnel en général de la légation de France mais il paraît s’appliquer surtout à Truelle.

47 J. Mouton est l’auteur de : Le Style de Marcel Proust, ouvrage d’ailleurs dédié « À la mémoire de Jacques Truelle pour qui Marcel Proust éprouva une si sincère affection et qui, aux heures difficiles de la guerre, fut mon chef et mon ami », et Marcel Proust, parus chez A.G. Nizet et chez Desclée de Brouwer en 1968.

48 Le ministre de Suisse use tant des termes « Boches » et « Bochophiles » dans son journal que nous nous sommes sentie autorisée à le qualifier ainsi.

49 MAE, DI Spitzmuller, note de M. Paris (direction des Affaires politiques) au sujet de M. Spitzmuller, 17 septembre 1940 ; également Guerre 39-45, Londres CNF, 274, note du service des Relations extérieures, Londres, 20 décembre 1940, interrogatoire de M. Chopin Audrey de Janvry, ancien attaché de presse à Bucarest.

50 Ibid., tél. de Catroux (Damas) à de Gaulle (Le Caire), 26 juin 1941, signalant que « Spitzmuller aurait plusieurs fois manifesté désir de rejoindre France Libre ».

51 Les premiers échelons de la Wehrmacht sont arrivés à la fin d’octobre 1940 ; en janvier 1941, les forces allemandes en Roumanie comptent 200000 hommes.

52 Sur ce réseau sur lequel nous préparons une étude, voir MAE, DI Spitzmuller, Étienne Manac’h, Jean Basdevant et Jean Vyau de Lagarde (ces trois derniers, soumis à dérogation).

53 Sur l’action diplomatique de Truelle auprès des autorités roumaines, voir A.-M. Stan, Les Relations franco-roumaines à l’époque de Vichy (1940-1944), thèse en cotutelle université Babes-Bolyai, Cluj-Napoca et université Paris IV-Sorbonne, 2003.

54 À l’exception de six d’entre eux dont deux diplomates, Arvengas et De Hauteclocque. Cf. H. Du Moulin de Labarthète, Le Temps des illusions. Souvenirs (juillet 1940-avril 1942), Genève, À l’enseigne du Cheval ailé, 1946. Celui-ci se fait l’écho des « remous » suscités par ce serment dans le corps diplomatique, p. 232, 285-287.

55 MAE, Guerre 39-45, Vichy, Z Europe, Roumanie, dépêche de J. Truelle à Darlan, Bucarest, 9 septembre 1941.

56 Sur cet aspect de son action, voir C. Nicault, « Que savaient les diplomates de Vichy de la Shoah ? », Les Cahiers de la Shoah, université Paris 1,3 (1996), p. 87-128 ; C. Iancu, La Shoah en Roumanie. Les Juifs sous le régime Antonescu (1940-1944). Documents diplomatiques français inédits, Montpellier, Université Paul-Valéry, 1998 ; R. Ioanid, La Roumanie et la Shoah, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2000. La procédure dont Truelle a été l’objet en 2002-2003 pour recevoir le titre de « Juste parmi les nations » a néanmoins achoppé sur l’absence de témoignages directs sur ces sauvetages (Je remercie M. Jean-Marc Dreyfus de m’avoir communiqué cette information.)

57 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 4 juin 1945, p. 486.

58 Ibid., entrée du 3 juillet 1941, p. 205.

59 Ibid., entrée du 19 novembre 1941, p. 237.

60 Ibid., entrée du 14 décembre 1941, p. 245.

61 Ibid., entrée du 22 avril 1942, p. 278 ; J. Mouton, Journal de Roumanie..., op. cit., entrée « début 1942 », p. 51.

62 R. de Weck, Journal de guerre..., op. cit., entrées du 22 avril 1942, p. 278, et du 1er mai, p. 280.

63 Ibid., entrée du 13 novembre 1942, p. 325.

64 Ibid., entrée du 4 juin 1945, p. 486.

65 MAE, DI Truelle, tél. du lieutenant Mella, chef de la section « R », à M. le lieutenant-colonel, chef du BCRA, Londres, 15 mars 1943.

66 MAE, DI R. de Dampierre. À partir de l’invasion de la Hongrie par les Allemands en mars 1944, ce diplomate dut se cacher ; sa femme fut brièvement arrêtée par la Gestapo.

67 R. de Week, Journal de guerre..., op. cit., entrée du 4 juin 1945, p. 486.

68 J. Mouton, Journal de Roumanie..., op. cit., entrée « juin 1943 », p. 57. De fait, c’est le 25 juin seulement que Spitzmuller avise Vichy, prétextant que Truelle, « parti le 19 de ce mois pour passer quelques jours en province, vient de m’écrire qu’il avait quitté son poste sans esprit de retour », MAE, DI Truelle, tél. n° 249. Truelle est révoqué dès le 26 juin par décret de Laval, ibid.

69 MAE, DI Truelle, tél. Francom n° 812 H, Beyrouth, pour Massigli, 26 mai 1943, transmettant un message en ce sens de Truelle et Spitzmuller.

70 Ibid., tél. du Comité national français, Londres, à Francom, Beyrouth, le 31 mai 1943.

71 Ibid., tél. de Manac’h, Ankara, à Massigli, en date du 28 mai 1943 (transmis par le chiffre britannique le 31).

72 MAE, Personnel, DI Spitzmuller, tél. n° 147 d’E. Manac’h à Massigli, confidentiel, 4 juin 1943, donnant des extraits d’un courrier de Spitzmuller.

73 Sur le rôle de Truelle en Espagne, voir M. Catala, Les Relations franco-espagnoles pendant la Deuxième Guerre mondiale. Rapprochement nécessaire, réconciliation impossible, 1939-1944, Paris, L’Harmattan, 1997, chap. IX, et R. Belot, La Résistance sans de Gaulle, Paris, Fayard, 2006, p. 352-355.

74 R. Belot, La Résistance sans de Gaulle, op. cit.

75 Voir aussi, sur ce point, le cas Henri Hoppenot, étudié par Colette Barbier, Henri Hoppenot diplomate..., op. cit.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search