Version classiqueVersion mobile

Terres promises

 | 
Hélène Harter
, 
Antoine Marès
, 
Pierre Mélandri
, 
et al.

L’Amérique du Nord : genèse et diversités

Le commerce canadien des fourrures de la conquête anglaise du Canada au début du xxe siècle

Jean-Pierre Poussou

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage fondamental reste celui d’H.A. Innis, The Fur Trade in Canada, Yale University Press, pre (...)
  • 2 En réalité, en 1626, sont fondées, en mars la Compagnie du Morbihan, dite aussi des Cent Associés, (...)
  • 3 Le nombre des fourrures exportées et leur proportion dans les exportations globales de la Nouvelle- (...)

1L’installation française sur les rives du Saint-Laurent est entièrement liée au commerce des fourrures1 : en 1608, Champlain n’a pas fondé une ville mais un comptoir de fourrures à l’endroit qui deviendra Québec, et, jusqu’à la fondation en 1626-1627 de la Compagnie des Cent Associés2, à laquelle Richelieu donna une perspective beaucoup plus large – ce qu’avait d’ailleurs proposé Champlain dès 1616-1617 –, ce ne fut donc qu’un comptoir. Encore, en 1663, lorsque Louis XIV décida de faire de cette implantation la province de Nouvelle-France, les fourrures restaient la principale activité et la seule exportation. Elles demeurèrent jusqu’au début du xixe siècle le principal produit commercial du pays3. Mais, à cette date, le commerce des fourrures avait, depuis 1763, connu de profondes modifications que ce bref essai de synthèse va s’efforcer de préciser.

  • 4 Les ouvrages fondamentaux sont ceux de L. Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au xviie sièc (...)
  • 5 Voir, par exemple, J. Warkentin, The Western Interior of Canada, Toronto et Montréal, McClelland et (...)
  • 6 Voir J. Dale Standen, « Personnes sans caractère : Private Merchants, Post Commanders and the Regul (...)
  • 7 Voir les travaux fondamentaux de W.J. Eccles cités note 4.

2Encore faut-il, en quelques mots, préciser ce qu’était devenu le commerce canadien des fourrures dans la première moitié du xviiie siècle. Il se décomposait en trois courants, dont un seul était français ou canadien-français. En quantités, celui-ci était le plus important. Il fonctionnait à partir de « voyageurs » et de postes militaires implantés très loin dans l’Ouest4. La découverte et l’exploration de l’Ouest américain lui sont intimement liées, le dernier effort en ce sens ayant été les voyages de la Vérendrye et de son fils, jusque dans le haut Missouri, au pied des Rocheuses5. Associant étroitement les tribus indiennes, qui participaient à ce commerce, il reposait sur l’activité remarquable d’un nombre réduit de coureurs de bois, auxquels s’ajoutaient – pour un ou deux voyages seulement – de jeunes Canadiens français qui pouvaient ainsi s’établir. Les cadeaux annuels aux tribus étaient à la fois une reconnaissance de la souveraineté de celles-ci sur leur territoire et le lien qui assurait aux Français leur alliance et souvent leur amitié6. Depuis Frontenac, gouverneur de 1672 à 1680 puis de 1689 à 1698, la participation des militaires à la traite des fourrures était considérable et elle dura officiellement jusqu’en 17427 ; c’était en outre un trafic étroitement réglementé par la Couronne qui délivrait des congés de traite – supprimés en 1696, mais rétablis en 1720 – et à partir de 1717, qui en contrôlait l’exportation par le fermier du roi et par la Compagnie d’Occident devenue en 1718 Compagnie des Indes occidentales. Tous les habitants pratiquant la traite étaient tenus d’expédier leurs fourrures à un bureau établi à Québec ; en échange, le directeur, ou Fermier, leur remettait un reçu qui pouvait circuler à titre de billet payable au porteur. La contrepartie en était une contrebande, variable selon les années, mais au total considérable, au profit des marchands britanniques d’Albany : en 1728, La Rochelle reçut pour 1,3 million de livres tournois de fourrures de Nouvelle-France ; cette année-là, la contrebande avec Albany aurait été de l’ordre de 250000 livres tournois. Il est vrai que le nombre de « voyages » dans la « mer de l’Ouest » fut très élevé : 13055 contrats d’engagement de 1670 à 1760 pour le seul gouvernement de Montréal, et autour de 15000 voyages ; la plupart de ceux qui les entreprenaient n’étaient plus des coureurs de bois assez ou totalement indépendants, mais de simples salariés.

  • 8 En plus des travaux d’Eccles, bonne analyse des rapports entre Indiens et Français dans G. Havard, (...)
  • 9 Pour l’histoire de cette grande et illustre compagnie, voir E.E. Rich, The History of the Hudson’s (...)
  • 10 Les contrecoups sur la fourniture en peaux de castor de la Compagnie de la baie d’Hudson sont très (...)
  • 11 En fait, le premier Européen ayant pénétré dans les Prairies fut un Anglais, agent de l’HBC, Henri (...)
  • 12 Voir E.E. Rich, « Russia and the Colonial Fur Trade », The Economic History Review, 3 (1955), p. 30 (...)

3De leur côté, les colons Anglais continuaient à obtenir des fourrures des Iroquois, mais aussi – comme nous venons de le voir – en contrebande, de voyageurs français ; le changement apporté par la grande paix de Montréal de 1701 fut que les Iroquois, désormais commencèrent également avec les Français8. Par ailleurs, tout à fait particulier était le commerce des fourrures de la Compagnie de la baie d’Hudson, créée en 16709. En 1763 encore, c’était essentiellement un commerce passif, les Indiens apportant leurs fourrures dans les postes ; mais, à la suite des voyages de la Vérendrye, dont c’était le but primordial, les Français ayant dévié à leur profit une partie des fourrures des pays entre la baie d’Hudson et les Rocheuses10, les voyageurs de la Compagnie avaient commencé à aller en pays indien chercher la précieuse marchandise, d’autant plus convoitée que c’était là que se trouvaient les fourrures de la meilleure qualité11. Néanmoins, la supériorité quantitative des Français dans ce commerce était grande puisque, de 1716 à 1756, la moyenne des entrées de fourrures en Angleterre ne représenta en valeur que 40 % de celles de La Rochelle, principal port d’entrée en France. Un des aspects les plus fascinants de ces échanges était la destination finale d’une grande partie de ces fourrures. Les pays autour de la Baltique, la Russie et la Chine qui recherchaient beaucoup de fourrures, n’en avaient pratiquement plus. Dès le milieu du xviie siècle, les Hollandais envoyaient en Baltique de 50000 à 80 000 peaux par an ; elles rentraient par Koenigsberg, Riga, Dantzig, Arkhangelsk, cependant que se mettait en place aussi un commerce terrestre à partir de la France, cette fois, dont le relais est Leipzig. Une partie de ces fourrures revenaient en Europe occidentale, mais on les envoyait au départ à l’Est parce que les Russes avaient la réputation de savoir mieux traiter les peaux que les autres. Répondre à ces échanges, tout en favorisant le ravitaillement en naval stores (munitions navales) amena Colbert à créer en 1668 la Compagnie du Nord qui dura jusqu’en 1684. Au début du xviiie siècle, les Hollandais faisaient rentrer en Russie plus de 100000 peaux par an, par Arkhangelsk12. Une part de plus en plus importante de ces fourrures étaient envoyées en Sibérie du sud pour être vendues aux Chinois.

  • 13 Pontiac était un chef algonquin qui avait combattu aux côtés des Français ; il rassembla autour de (...)
  • 14 Voir les travaux de W.J. Eccles cités note 4.
  • 15 De 1763 à 1766, le commerce des fourrures montréalais fut fortement handicapé puisque, à la suite d (...)
  • 16 La montée du conflit avec les colons des Treize Colonies entraîne une politique de la Couronne beau (...)
  • 17 On a une très bonne description du commerce des fourrures, plus particulièrement des voyages, des é (...)
  • 18 Ce sont tout simplement des couvertures de laine.

4La victoire obtenue pendant la guerre de Sept Ans redonna momentanément un avantage certain à la Compagnie de la baie d’Hudson que ne menaçait plus une rivalité autant nationale que commerciale. Il s’y ajouta la désorganisation qui suivit le succès anglais : fermeture aux habitants du Canada du Pays d’en-Haut, révolte de Pontiac13, fin du système français et des accords avec les tribus indiennes14. L’essentiel du personnel qui participait à la traite demeura : en effet, si les principaux marchands représentant les compagnies métropolitaines et les agents de celles-ci retournèrent en France, les trafiquants de fourrures de Montréal et les commerçants restèrent – avec toutefois peu de capitaux –, tout comme l’ensemble des voyageurs continuèrent à pratiquer une activité qui était leur principale ressource. L’hivernage à l’Ouest recommença dès 1765, mais ce n’est qu’en 1767 seulement, lorsque la traite redevint libre – et connut même une liberté qui n’avait jamais existé sous le régime français15 – que repartirent réellement les activités. Les Canadiens français n’en étaient pas exclus : on en trouvait à la tête de compagnies, et surtout ils formaient la grande majorité des voyageurs – ou « colporteurs », pour reprendre le vocabulaire, à connotation méprisante des agents de l’HBC – qui ne les désignent que sous l’expression the pedlars from Quebec. Mais, déjà, des Britanniques – presque tous Écossais – étaient venus participer à ces activités, les premiers à se lancer dans ce commerce étant Alexander Henry et Forrest Oakes. Quelques-uns commencèrent au plus bas, devenant eux aussi des voyageurs salariés ; surtout, ils arrivèrent avec des capitaux – ou réussirent à en obtenir – ce qui leur permit de créer des sociétés pour la traite, avec pour résultat qu’ils prirent très vite la direction de celle-ci, dont ils devinrent les seigneurs – ou Lords. La direction des sociétés et l’origine des capitaux mises à part, la traite montréalaise est identique à celle que menaient les Canadiens français avant 1759-1763. Elle repose sur des « voyageurs16 » presque tous d’origine canadienne française, illettrés et frustes, que poussent à la fois la tradition et le manque de ressources : ainsi, à Sorel (Bas-Canada), une région sablonneuse et pauvre, dans les années 1790, le tiers des adultes mâles sont des voyageurs. Ils partent en pays indien, avec leurs canots, y font hivernage, collectent les peaux préparées par les Indiens en échangeant les marchandises qu’ils ont transportées, et ramènent les fourrures à Michillimakinac ou Grand Portage où viennent les chercher les Montréalais17. En 1767, Alexander Henry, qui a été un des premiers Britanniques à pratiquer directement le voyage de traite, parle d’une centaine de canots. Le rhum est une denrée très prisée par les Indiens qui apprécient aussi les marchandises anglaises, souvent de meilleure qualité que les françaises, notamment les « couvertes18 » de laine. Comme auparavant, une bonne partie de ces pelleteries partent en Russie – et de là en Chine – des marchands de Saint-Pétersbourg ou leurs agents se les procurant désormais sur le marché de Londres. Si les postes du Nord-Ouest implantés par La Vérendrye sont pour un temps abandonnés dans la région des Grands Lacs, au contraire, les Anglais ont repris le système français, et Montréal est resté le centre de rassemblement des sociétés de traite et des fourrures collectées en pays indien, avec comme auparavant la concurrence d’Albany jusqu’au développement de la guerre d’Indépendance américaine.

  • 19 Par suite de l’état de guerre.
  • 20 Voir notamment l’édition par J.B. Tyrell des voyages de S. Hearne : A Journey from Prince of Wales’ (...)
  • 21 Voir H.A. Innis, The Fur Trade and the Northwest..., op. cit., p. 178. Important, également, est D. (...)

5Les Montréalais avaient, depuis longtemps, deux grands concurrents : l’HBC d’un côté ; le groupe ancien de marchands anglo-américains d’Albany, où s’étalent concentrées depuis longtemps les activités de traite avec les Iroquois et vers l’Ouest. L’ouverture du commerce des fourrures de 1767 plaça les marchands d’Albany en situation difficile : la distance vers l’Ouest y était beaucoup plus grande qu’à Montréal et, surtout, le contexte lié à la montée du conflit qui déboucha sur la révolte américaine et la guerre d’Indépendance leur fermait – ou quasiment – l’accès à l’Ouest19. Un fort contingent d’entre eux – notamment Robert Ellice, John Forsyth et John Richardson – arriva donc à Montréal où l’importance des capitaux qu’ils amenaient avec eux les plaça très vite dans une position dominante. Ils reprirent les activités de traite dans le Nord-Ouest mais ils se heurtèrent à la concurrence devenue très rude des agents de l’HBC, à la suite des expéditions et de l’action notamment de Samuel Hearne et de Matthew Cocking, deux commis de la Compagnie20. Précédé, en 1754-1755, par l’expédition réussie d’Antony Henday vers les Rocheuses, le premier voyage de Samuel Hearne ne fut pas d’un grand intérêt du point de vue commercial : parti en février 1770 vers le nord-ouest, il atteignit le 17 juillet 1771 la mer Arctique ; c’était une très belle exploration, mais les territoires des Esquimaux ne sont pas ceux où abonde le castor. Plus important fut donc, en 1772-1773, le voyage de Cocking dans la région de la Saskatchewan qui déboucha en 1774 sur la construction, sur cette même rivière, de Cumberland House – ou Fort Cumberland – dont Hearne prit la direction, avec Cocking pour second. Un peu plus tard, Hearne partit fonder le fort Prince of Wales à l’entrée de la rivière Churchill. L’action de la Vérendrye, jointe à l’épuisement des productions de peaux entre l’Ouest et les Grands Lacs, a donc amené les agents de l’HBC à se tourner vers la région nord des Rocheuses – qui ne sera vraiment explorée et utilisée qu’à la fin du siècle – et vers le bassin de la Saskatchewan. La concurrence devint ainsi frontale entre les Montréalais et les agents de l’HBC ; elle s’installa en fait pour un demi-siècle avec, nous le verrons, des complications supplémentaires lorsque se mit en place le commerce des fourrures de la côte du Pacifique. Elle s’explique, du point de vue de l’HBC, par le fait que celle-ci était fondée à considérer qu’il s’agissait d’un ensemble de territoires lui appartenant depuis la Charte de 1870, territoires dénommés Terre de Rupert (Rupert’s Land), du nom de son premier gouverneur, le prince Rupert, cousin de Charles II. Sans s’en rendre compte réellement, à cette date, le roi lui avait concédé une immensité puisque tous les bassins des fleuves venant à la baie d’Hudson lui appartenaient, ce qui correspond aux provinces actuelles du Manitoba, du Saskatchewan et de l’Alberta, autrement dit l’Ouest canadien car elle put y ajouter ensuite l’actuelle Colombie-Britannique. Cependant, l’HBC ne domine qu’une partie faible du commerce des fourrures à cette époque : 14 % de la traite en 1795 ; 26 % en 180021.

  • 22 T. Lefrançois dir., La Traite de la fourrure. Les Français et la découverte de l’Amérique du Nord, (...)
  • 23 En plus des ouvrages généraux déjà cités, les livres de base sont R. Rumilly, La Compagnie du Nord- (...)
  • 24 Les ouvrages consacrés à la traite des fourrures à la fin du xviiie siècle, ou à la North West Comp (...)

6Même s’il y a des années difficiles, on se trouve dans un contexte de forte expansion – trop forte, nous allons le voir – des peaux de castor. Comme sous le régime français, l’apport des fourrures reste indispensable pour l’économie et les revenus du Canada, procurant plus de 20000 livres par an de droits et taxes. Notons au passage que si le castor est la fourrure de loin la plus importante du milieu du xvie siècle au début du xixe siècle, il n’a jamais été la seule : ainsi, en 1737, La Rochelle qui est le port importateur français reçoit aussi des peaux de marmottes, de martres, d’ours, de renards, de loutres, de visons22... Mais les Montréalais ont du mal à faire face : leurs sociétés sont trop petites. Ils décident donc, à partir de 1779, de fonder une grande compagnie, capable de tenir la dragée haute à l’HBC. Plusieurs d’entre eux, fort riches, anciennement ou récemment, ont pignon sur rue et mènent un grand train de vie. En 1779, ils fondent donc la Compagnie du Nord-Ouest (Northwest Company) forte de seize partenaires, tous Écossais, qui sont les « Bourgeois » de la nouvelle compagnie23. Très vite émerge parmi eux Simon McTavish (1750-1804), un Écossais, parti de rien, venu d’abord à New York, puis au début des années 1780 à Montréal. C’était un organisateur né et un véritable entrepreneur24.

  • 25 F. Ouellet, « McTavish, Simon », Dictionnaire biographique..., op. cit., p. 621.

7À cette époque, le commerce des fourrures canadien repose donc essentiellement sur deux puissantes compagnies britanniques, même si son ancienneté, sa renommée et sa richesse assurent une bien plus grande réputation à l’HBC. Les activités de celle-ci continuent à être liées à la présence de postes fortifiés, situés avant tout au sud et au sud-ouest de la baie elle-même : il s’y ajoute désormais des forts plus lointains, qui viennent d’être mentionnés, et des voyageurs qui vont en pays indien pour assurer et augmenter le ravitaillement en fourrures. Pour leur part, les Nor’westers sont divisés entre les dirigeants de la compagnie, avant tout Simon McTavish, Joseph et Benjamin Frobisher, qui vivent à Montréal, et les « bourgeois hivernants » qui vivent dans l’Ouest et y assurent la collecte des fourrures, la jonction annuelle se faisant au printemps, sur le lac Supérieur, à Grand Portage, où se rendent deux Montréalais. Les « traiteurs hivernants »– autre appellation – ont une grande importance : il leur revient de diriger les commis ou apprenti-commis, qui sont presque tous d’origine canadienne française, d’organiser les canots et les itinéraires, et d’établir les contacts avec les Indiens. Il s’agit d’une main-d’œuvre nombreuse : 3069 hommes en 1783 ; au moins 2540 en 1795, répartis entre 40 guides, 1100 hivernants et 1400 engagés25.

  • 26 Une des études les plus intéressantes à cet égard est celle de R. Fisher, Contact and Conflict : In (...)
  • 27 G. Friesen, The Canadian Prairies : A History, Toronto, Toronto University Press, 1984. Ainsi les C (...)
  • 28 Ibid., p. 39 : « Le pemmican est un mélange huileux de chair de bison, de matières grasses et de ba (...)

8Comme il se doit, le rôle des Indiens est essentiel, et il n’est nullement passif. Comme à l’époque de Champlain, ce sont eux qui chassent les animaux à fourrures et en traitent les peaux. Ils sont donc les producteurs, et ils ont depuis longtemps appris la valeur de leurs marchandises. Certes, les produits qu’amènent les Européens sont – les fusils mis à part – de peu de prix pour eux, mais il en va de même des peaux pour les Indiens. Les deux parties font donc – de leur point de vue – une bonne affaire, et ils s’efforcent qu’elle soit la meilleure possible ! Si les Européens n’ont guère pu faire jouer la concurrence entre les Indiens, ceux-ci ne s’en sont nullement privés26. Leur géographie a été doublement mouvante, alors que les Hurons, les Outaouais et les Iroquois avaient été les principaux intermédiaires au xviie et dans la première moitié du xviiie siècle, l’épuisement des colonies de castors à l’est des Grands Lacs puis autour de ceux-ci, plaça au premier plan d’autres tribus : les Crees, les Assiniboines, les Ojibwa et les Blackfoot qui se déplacèrent vers l’Ouest, en même temps que les zones de production ; c’est ainsi que les Assiniboines et les Ojibwas quittèrent les abords du lac Supérieur, où ils se trouvaient à la fin du xviie siècle, pour des territoires nettement plus au nord-ouest27. Par ailleurs, « dans les années 1730, l’arrivée des chevaux bouleversa la carte des tribus et de leurs zones de domination ; groupe après groupe, dans les plaines centrales, ils se reconvertirent d’une économie agricole et pédestre à une économie basée sur la chasse au bison menée à cheval, tout comme désormais la guerre. Le pemmican devint l’objet principal du commerce indien, ce à quoi s’ajoutait la viande fraîche28 ».

  • 29 H.A. Innis, The Fur Trade…, op. cit.
  • 30 Les métis sont bien connus grâce à la synthèse de M. Giraud, Le Métis canadien, Paris, Institut d’e (...)

9Les Indiens jouèrent donc un rôle de plus en plus important dans la structuration du commerce des fourrures des Nor’westers. Comme l’a souligné H.A. Innis, au fur et à mesure qu’il fallait aller chercher les peaux de castor de plus en plus à l’Ouest, un problème essentiel fut « d’organiser le transport des marchandises [d’échanges] et [en retour] des fourrures sur des distances considérables devenant de plus en plus grandes29 ». Les Indiens étaient, pour la part, tout à fait prêts à participer au commerce régulier des fourrures : non seulement ils assuraient la fourniture en peaux de castor mais encore la nourriture de ceux qui participaient aux transports, et ils participaient à ceux-ci. On leur ajoutera les métis, de plus en plus nombreux, à partir de la fin du siècle dans les échanges entre Européens et Indiens30.

  • 31 Alexandre Mackenzie est un des personnages les plus extraordinaires de cette époque. Né en 1764, da (...)
  • 32 Sur l’expédition qui reste la plus célèbre, voir D.D. Jackson éd., Letters of the Lewis and Clark E (...)

10 Indiens et métis participèrent également d’une manière considérable aux voyages de découverte et d’exploration du Nord-Ouest américain et canadien. On en retient souvent le côté spectaculaire, avec les expéditions de Mackenzie31, ou celle de Lewis et Clark32, et l’on finit par oublier l’arrière-plan utilitaire et commercial à propos duquel, comme pour les efforts de Du Gua des Monts et de Champlain au début du xviie siècle, on retrouve le poids des fourrures. C’est dans un contexte de concurrence et de maîtrise des marchés que se situe l’ensemble de ces voyages. Il s’agit à la fois d’empêcher les concurrents de maîtriser d’autres territoires et d’augmenter les quantités de peaux, commercialisées avec excès et imprudence, comme nous le verrons. La concurrence qui, depuis 1730, s’était située entre les Montréalais et les agents de la Compagnie de la baie d’Hudson, dans les territoires au sud-sud-ouest de la baie, concerne désormais les abords des Rocheuses. Le grand homme ici est Alexandre Mackenzie qui, pour le compte de la North West atteint en 1789 l’océan Arctique, puis qui, en 1793, réussit la première traversée terrestre du continent américain, en arrivant au Pacifique le 22 juillet, voyage que ses dirigeants et lui-même avaient considéré comme indispensable, à la fois pour être au courant du commerce maritime des fourrures qui se développait sur la côte du Pacifique, et pour pouvoir s’y insérer en établissant une base qui permettrait de concurrencer victorieusement Russes et Américains. Mackenzie a aussi déjà l’idée que le transport des fourrures du Nord-Ouest par bateaux coûterait moins cher que le long itinéraire terrestre suivi jusque-là, ce qui placerait la North West dans une situation tout à fait favorable par rapport à la Compagnie de la baie d’Hudson.

  • 33 On peut partir de la brève mise au point de J. Heffer, « Les loutres marines du Nord-Ouest », dans (...)
  • 34 Sur l’affaire de Nootka, voir en français A. Foucrier, « Rivalités européennes dans le Pacifique : (...)
  • 35 Voir É. Taillemitte, Marins français à la découverte du Monde, Paris, Fayard, 1999, p. 329-392. J.- (...)

11En fait, la réussite de l’exploration ne doit pas cacher son échec commercial : on ne peut faire descendre les canots par la Columbia ou par la Fraser. Son arrivée sur le Pacifique n’en est pas moins capitale parce qu’elle clôt trois siècles de recherche de la mer de l’Ouest par la voie terrestre et parce qu’en 1793 la côte du Nord-Ouest américain est en peu de temps devenue un enjeu commercial de premier ordre pour le commerce des fourrures : la troisième expédition de Cook a révélé l’importance des loutres de mer qui y vivent et l’attrait insatiable des Chinois pour cette fourrure très chère33. Un autre type de commerce des fourrures s’est donc mis en place dans lequel les Russes, les Anglais, les Américains, beaucoup plus secondairement les Espagnols – malgré le conflit avec [Angleterre à propos de la baie de Nootka34 – et les Français que leur révolution écarta vite de ces échanges, malgré les espérances de Louis XIV et de Fleuriau lorsqu’ils envoyèrent La Pérouse35.

  • 36 L’intérêt et les enjeux de cet espace commercial sont particulièrement bien définis par Alexander D (...)
  • 37 L’action de David Thompson pour le compte de la North West avait essentiellement pour but, comme ce (...)
  • 38 Sur Simon Fraser, voir notamment The Letters and Journal of Simon Fraser, 1806-1808, W. Kaye Lamb é (...)
  • 39 Sur Astor, partir de K.W. Porter, John Jacob Astor : Business Man, 2 vol., Cambridge (Mass.), Harva (...)
  • 40 Sur Astoria, voir le célèbre ouvrage de Washington Irving, Astoria, le roman vrai de la première co (...)

12La réponse des deux compagnies britanniques du castor fut de découvrir et de contrôler les routes traversant les Rocheuses, les vallées fluviales vers le Pacifique qui en sont issues, et d’installer un peu partout des postes de traite36. Essentiels sont alors David Thompson37, qui établit à partir de 1806 des postes dans les Rocheuses, et Simon Fraser38, qui de 1805 à 1806 explore la Fraser, y créant en 1807 Fort George. Ils reprennent ainsi, sous une autre forme, le rôle joué pour la Compagnie du Nord-Ouest par Mackenzie lequel s’en était séparé en 1800 : en conflit avec les dirigeants, il fonde cette année-là, avec d’autres marchands indépendants, ou qui l’étaient devenus, la « Nouvelle Compagnie du Nord-Ouest », appelée couramment compagnie XY qui était le sigle de leur marque sur les ballots de fourrures. La Compagnie XY fait une concurrence aussi dure que coûteuse à la Northwest. Il faut en venir à un compromis qui intervient dès 1804. Tout le début du xixe siècle est donc marqué par les luttes de la Northwest : en permanence avec l’HBC, puis avec XY pendant quatre années, puis encore de 1804 à 1812 avec la société : The Pacific Fur Company, de John Jacob Astor, autre personnage considérable, qui fut le premier homme d’affaires américain à atteindre une richesse considérable39. Né le 17 juillet 1763 à Waldorf, petit village du duché de Bade, dans une famille nombreuse qu’il quitta en 1779 pour Londres, il s’embarqua en 1793 pour l’Amérique. Ayant entendu parler du commerce des fourrures, il abandonna son premier métier de fabricant et de vendeur d’instruments de musique, et s’installa à New York. À partir de 1785 ou 1786, il alla régulièrement à Montréal, y restant souvent deux mois pour ses achats. Mais il n’y achetait les fourrures qu’en bout de course : il lui parut bien davantage profitable d’aller à la source, à la fois pour atteindre directement les zones de production des Rocheuses et pour participer au commerce des peaux de loutre. Ce fut donc la fondation à l’embouchure de la Columbia, en 1811, d’Astoria, point culminant d’une lutte acharnée avec la Northwest pour le contrôle des territoires qui deviendront la Californie du Nord, de l’Oregon et de la Colombie-Britannique40. Astor créa une liaison maritime directe avec la côte du Nord-Ouest, envoyant notamment un bateau au nom emblématique : The Beaver. Fort Astoria était destiné à être le point central d’un réseau de postes disséminés à travers la région, centré bien entendu sur la Columbia, les fourrures rassemblées à Astoria étant amenées sur la côte Est des États-Unis par bateau – ou transportées en Chine –, la Pacific Fur Company fut dotée par son fondateur, à sa fondation, de 400000 dollars. D’autres compagnies américaines travaillaient plus au sud, sur le territoire des États-Unis mais, avec, à l’occasion des prolongements plus au nord, en territoire canadien : l’American Fur Company, où l’on retrouve Astor, la St Louis Missouri Fur Company fondée en 1808 par Manuel Lisa, qui fut le plus grand négociant en fourrures de l’Ouest américain, la Rocky Mountain Fur Company, fondée en 1823 par William H. Asley. Ils employaient beaucoup de Canadiens, notamment l’American Fur Company ; ainsi, le bras droit d’Astor, Ramsay Crooks écrit en 1817 :

  • 41 Cité par G.L. Nute, The Voyageur, New York, 1931, p. 203 ; repris dans H.A. Innis, « The Fur Trade (...)

Ces gens [les voyageurs canadiens] sont indispensables pour une poursuite heureuse de ce commerce ; ils ne peuvent être remplacés par des Américains lesquels sont, pour la plupart... trop indépendants pour être soumis facilement à un contrôle réel, et qui veulent en outre gagner bien davantage qu’un homme de l’intérieur41.

  • 42 British Columbia and the United States..., op cit.
  • 43 J.R. Gibson, Otter Skins, Boston Ships and China Goods : The Maritime Fur Trade of the Northwest Co (...)
  • 44 Cruciaux furent les problèmes frontaliers avec l’Espagne et la Grande-Bretagne, rendus plus importa (...)

13Les résultats sont contrastés. D’un côté, les Américains dominent entièrement le commerce maritime des peaux de loutre, Anglais et Français étant handicapés par les « guerres françaises » qui vinrent ajouter leurs effets à des pratiques commerciales plus efficaces, à la fois parce que les Américains donnent en prime aux Indiens presque tout ce qui les intéresse sur leurs bateaux, tels que vieux habits des officiers et de l’équipage, faïences de la cuisine, tapis, ancres... À l’occasion même une chaloupe... Et parce qu’à la différence des Britanniques qui hivernent aux Hawaï, dès 1788-1789, les premiers commerçants de Boston passent l’hiver à Nootka42. Réellement développé à partir de 1786, il favorise essentiellement les entreprises des Bostoniens : sur les 667 navires qui y participent de 1787 à 1841,424 sont Américains et 147 Anglais43. Mais, d’un autre côté, avec l’établissement d’une frontière, et surtout la guerre entre les États-Unis et la Grande-Bretagne44, la situation des compagnies britanniques n’en est pas pour autant florissante. Alors que la prise de contrôle des Territoires du Nord-Ouest n’a cessé de coûter cher, au moment même où la concurrence augmentait fortement le prix d’achat des fourrures, les gisements de fourrures s’épuisaient dans le Nord-Ouest canadien comme cela avait été le cas à l’Est puis dans la région des Grands Lacs. Certes, la montée du commerce des peaux de castor est évidente de 1763 à 1802 :

– 98181 peaux par an de 1763 à 1772 ;

– 111155 peaux par an de 1773 à 1782 ;

– 125841 peaux par an de 1784 à 1786 ;

  • 45 Notons au passage que dans les bonnes années, entre 1632 et 1648, on était à 30000 peaux de castor (...)

– 148212 peaux par an de 1793 à 180245.

  • 46 A.I. Innis, The Fur Trade in Canada..., op. cit., p. 265.

14Le montant des ventes s’était accru davantage encore puisque le prix des peaux avait augmenté : 52 % de 1789 à 1801. Mais le précipice était proche : 182346 peaux en 1793, mais 135043 en 1800, 92003 en 1805, 126927 en 180846. Malgré les efforts, et malgré l’extension des zones de production, la collecte devenait de plus en plus difficile, les populations de castors régressant sans cesse. Si l’on prend comme base les années 1803-1807, déjà inférieures à 1793-1802, la baisse est de 43 % en 1813-1817 ; de 1818 à 1822, le recul est encore de 21 % sur 1813-1817, et les chiffres de 1823 à 1827 sont encore plus bas. La grande ère du castor est finie et d’ailleurs, depuis 1808, les fourrures ne sont plus le premier poste aux exportations. Pour les mêmes raisons – des ponctions excessives – le commerce des peaux de loutre est également en chute libre à partir des années 1816-1817, moment où les Français essaient d’y participer.

  • 47 Ibid., p. 325.
  • 48 La concurrence entre Russes et Américains pour la domination des rivages américains du Pacifique ne (...)
  • 49 F. Howay et al., British Columbia and the United States..., op. cit., p. 137-217.
  • 50 D.C. Davidson, « Relations of the Hudson’s Bay Company With the Russian American Company on the Nor (...)
  • 51 En français, le plus commode est de partir de R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest, déjà cité, à (...)
  • 52 Voir l’excellente analyse de J. Barman dans The West Beyond the West..., op. cit.
  • 53 H.A. Innis, The Fur Trade…, op. cit.
  • 54 « Le bateau océanique jusqu’à Québec, les grands bateaux jusqu’à Montréal, le canot de maître jusqu (...)
  • 55 E.E. Rich, The Fur Trade and the Northwest to 1857…, op. cit., p. 284.

15On était en fait au moment d’une nouvelle réorganisation du commerce canadien des fourrures. D’une part, pour la première fois depuis le xvie siècle, il ne s’agissait plus guère de découvrir de nouveaux territoires et de les mettre en exploitation pour les pelleteries. Certes, à la fin des années 1820 et au début des années 1830, de « nouveaux postes furent établis sur les marges (fringes) des territoires précédents, au Yukon et au Labrador, mais leur apport fut insignifiant47 ». Quant aux possibilités offertes par les rivages du Pacifique, si les Britanniques réussirent à garder l’actuelle Colombie-Britannique et à en exploiter les potentialités, pour tout le reste du territoire riverain du Grand Océan48, ils furent en butte aux visées des Russes et des Américains ; de même que ces derniers avaient réussi à dominer le commerce des peaux de loutre, de même ils finirent par l’emporter, ce que concrétisa la vente de l’Alaska en 1867. Les Britanniques ne purent donc tirer parti d’un très vaste ensemble où certes la production des peaux de loutre ne cessait de s’effondrer, mais où d’autres fourrures existaient. Même si, dans un premier temps, sous l’énergique direction de Georges Simpson, ils réussirent à contenir Américains et Russes, arrivant même, après une série d’incidents, à un accord en 1839 avec la Russian American Company : désormais, la Compagnie de la baie d’Hudson collecterait les fourrures du territoire russe au sud d’une ligne allant du cap Spencer au mont Fairweather et elle en revendrait une partie au prix fixé dans l’accord avec la compagnie russe, ce qui permettrait à celle-ci de se retirer de Californie et de vendre Fort-Ross, donc de diminuer considérablement aussi bien ses charges financières que ses difficultés de fonctionnement. L’accord s’avéra profitable aux deux parties, si bien qu’il fut renouvelé cinq fois. Il le fut même le 25 janvier 1867, mais le 21 mai, la vente de l’Alaska aux États-Unis le rendit caduc49. Par ailleurs, la Compagnie de la baie d’Hudson était très attachée au maintien de la Colombie-Britannique dans sa dépendance, et à son exploitation pour ses activités : mais il lui fallut à partir des années 1840 céder du terrain et, pour finir, le voir devenir un État semblable aux autres, ce qui marqua d’abord le ralentissement puis la quasi-disparition de son commerce traditionnel des fourrures dans cette région, la mise en place de la colonisation se faisant entre 1849 et 1862, année où il y a une colonie de Colombie-Britannique qui entre dans le dominion en 187150. D’autre part, les sociétés de traite furent très tôt confrontées sur la rivière Rouge (Red River) à l’avancée de la colonisation. Le hasard y fut pour beaucoup car, en réalité, la tentative de Lord Selkirk n’était nullement prévisible. Devenu cinquième comte de Selkirk, grand admirateur de La Fayette, à la recherche, à son imitation, d’un grand destin dans le Nouveau Monde, désireux aussi de répondre aux problèmes sociaux écossais, il chercha à implanter une colonisation au Canada. Il commença en 1803 à l’île du Prince-Édouard, puis il se tourna vers le Haut-Canada et manifesta de l’intérêt pour le commerce des fourrures. La colonisation au Haut-Canada ayant connu de grosses difficultés, Selkirk, qui était un philanthrope idéaliste, imagina à la lecture des Voyages d’Alexandre Mackenzie qu’il avait lus avec passion, de se tourner vers la région de la rivière Rouge où le sol était réputé très fertile ; par ailleurs, dans cet ensemble de prairies, qui n’obligeait pas à un défrichement préalable, il y avait à proximité des bisons, ce qui rendait plus facile de faire face, au début de l’entreprise, aux problèmes de nourriture. Selkirk publia un livre en 1805, puis acheta des actions de la Compagnie de la baie d’Hudson, le territoire dépendant de celle-ci. Son projet suscita de vives oppositions de tous ceux qui restaient attachés à la primauté de la traite dans le Nord-Ouest, notamment Alexandre Mackenzie, et qui firent valoir que c’était la grande région de production du pemmican. Pour sa part, Selkirk avança que la colonisation permettrait de produire la nourriture dont les voyageurs avaient besoin. En 1811, pour dix shillings, il obtint un immense territoire de 116000 miles carrés – « plus qu’une province, un pays grand comme l’Angleterre51 ». Le premier contingent, composé essentiellement de Highlanders catholiques, dont la moitié venaient des îles Orcades, arriva en 1811, le second en octobre 1812. L’entreprise suscita aussitôt l’hostilité de la Compagnie du Nord-Ouest, dont les agents se voyaient fermer ce territoire, et de la communauté de métis – surtout francophones – essentiellement chasseurs de bisons qui vivaient sur la rivière Rouge. Sous la pression qui en résulta – à l’instigation des Nor’Westers, métis et indiens ont partie liée – la tentative échoua en 1815 et la colonie fut dispersée. À la tête d’une centaine d’hommes, Colin Robertson, agissant au nom de la Compagnie de la baie d’Hudson, rétablit la colonie au cours de cette même année 1815 ; mais les difficultés continuèrent. Selkirk engagea alors une centaine de mercenaires : les Meurons, du nom du régiment auxquels ils avaient appartenu durant la guerre. Sa troupe arriva à un total de 200 hommes. La « guerre de la Rivière rouge » commence, marquée en 1816 par le massacre des Sept Chênes aux dépens des colons et, à l’opposé, par la prise par les hommes de Selkirk de Fort William. Après bien des péripéties, en 1819, la North West l’emporte sur le plan judiciaire. Or Lord Selkirk meurt prématurément, à Pau où il séjourne, à 49 ans, en avril 1820. Finalement, la colonie est largement sauvée par le coup de théâtre qui survient en mars 1821 : la fusion de la North West et de l’HBC. C’était en quelque sortie inévitable : d’un côté, la collecte des fourrures concernant des régions de plus en plus éloignées, le coût en était de plus en plus élevé ; or, d’un autre côté, la concurrence sans merci entre les deux compagnies avait pour conséquence que les prix offerts pour les fourrures ne cessaient de monter très rapidement. Les profits des deux compagnies se réduisaient donc très vite, et elles étaient au bord de la banqueroute52. Ainsi les bénéfices de la North West passent de 192540 livres en 1804 à 70658 livres en 181853. Théoriquement, l’accord de 1821 ne faisait que mettre en place une coalition au lieu de réaliser un amalgame entre les deux compagnies ; chacune était supposée garder son identité durant la durée de 21 ans qui avait été décidée. Mais les Nor’westers étaient en minorité et disposaient de moyens financiers inférieurs. La Compagnie de la baie d’Hudson l’emporta donc, les Nor’westers n’en étant plus désormais que des actionnaires minoritaires. Cette entente est le troisième grand changement du commerce des fourrures en ce début du xixe siècle. La North West a été absorbée, ce qui signifie aussi la disparition quasi totale des Canadiens français de tout poste important. Il en résulte, aussi et surtout, une situation de monopole, caractéristique qui n’avait jamais existé jusque-là. En même temps, le transport des fourrures était profondément modifié, parce qu’il était moins coûteux de les amener par bateaux vers l’Est canadien ou vers l’Europe soit à partir de la côte Pacifique, soit à partir de la baie d’Hudson54. Par ailleurs, le monopole de la Compagnie de la baie d’Hudson lui permit, dans le Nord-Ouest, de faire échec à l’expansion américaine vers le nord. Son rôle a été d’autant plus important que jusqu’en 1846 (traité fixant en Oregon la frontière entre les États-Unis et les territoires britanniques), « les hommes politiques et les financiers britanniques avaient montré peu d’intérêt pour la côte Pacifique55 ».

  • 56 R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest..., op. cit., t. 2, p. 274.
  • 57 H.A. Innis, The Fur Trade in Canada..., op. cit., p. 332.
  • 58 Voir ce très intéressant texte : A.H. Murray, Journal du Yukon 1847-1848, L.J. Burpee éd., Ottawa, (...)

16Tout était loin d’être parfait – comme nous allons le voir – mais cela permit sans doute de mieux réguler le commerce canadien des fourrures, dans lequel les peaux de castor jouaient un rôle moins important. Par rapport au xviiie siècle, le commerce canadien des fourrures paraît beaucoup plus diversifié, aussi bien sur le plan géographique, avec des ventes en Chine, que sur le plan des types de fourrures : ainsi, en 1820, un bateau part pour Canton pour le compte de la Compagnie de la baie d’Hudson avec 13400 peaux de castor, mais aussi 800 de loutre, 6770 de rat musqué, 59 de vison, 104 de renard, 97 de phoque56. Malgré un contrôle central très poussé, comme l’HBC l’avait toujours fait, du début du xixe siècle à la Confédération, le déclin de la production de fourrures fut très marqué dans une grande partie du Canada : de la moitié aux deux tiers pour les territoires au sud de la baie, comme le long de la côte du Pacifique. C’était le résultat d’un accroissement du nombre des trappeurs et du recours à des méthodes de piégeage de plus en plus efficaces ; les populations ne se renouvelaient plus d’une manière satisfaisante57. Seuls les Territoires du Nord-Ouest et du Nord – le Yukon58 – permirent de maintenir les exportations jusqu’à la fin des années 1860 : par exemple, pour les loutres comme pour les renards, les années du maximum furent 1865 et 1868. La moyenne annuelle des retours pour les associés fut donc tout à fait intéressante : 360 livres par part de 1821 à 1872.

  • 59 Pour tout ce qui concerne l’histoire de la fourrure après 1860, l’ouvrage fondamental est A.J. Ray, (...)
  • 60 Voir, par exemple, J. Lionnet, Les Français du Canada, Paris, Plon, 1910, p. 163 et suiv.
  • 61 Voir A.J. Ray, The Canadian Fur Trade in the Industrial Age..., op. cit., p. 6-10.
  • 62 Sœur Paul-Émile, Amiskwask, la terre de Castor. La Baie James, trois cents ans d’histoire, Universi (...)

17Mais, avec la mise en place de la confédération, la Compagnie dut céder les Territoires du Nord-Ouest et abandonner progressivement son monopole59. Un premier recul avait été en 1848 l’obligation où elle s’était trouvée d’ouvrir à la colonisation l’île de Vancouver, qui fut aussitôt placée sous la responsabilité d’un gouverneur dont la nomination lui échappa. En 1859, elle perdit le monopole du commerce des fourrures. La découverte de l’or sur la Thompson en 1857 amena un flot d’immigrants et une montée très rapide du peuplement, ce qui entraîna en 1858 la création de la Colonie de Colombie-Britannique. On était tout près de la fin du vieil Ouest canadien où vivaient librement les trappeurs, voyageurs de fourrures, métis et Indiens. Le 1er juillet 1867, l’Amérique britannique devint le dominion du Canada, fédération de quatre provinces : Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Ontario et Québec ; la Terre de Rupert et le Nord-Ouest lui furent réunis et, le 1er décembre 1869, ils étaient rachetés à la Compagnie de la baie d’Hudson qui perdait ses pouvoirs réguliers sur ces vastes territoires pour ne plus être qu’une société commerciale, au prix de 300000 livres. En juillet 1870, le Manitoba devint une province, l’Alberta et le Saskatchewan en 1905. Ils connurent des transformations très rapides que résume à lui seul l’exemple de Winnipeg, l’ancien Fort Garry, capitale du Manitoba : 100 habitants en 1870 ; 42 340 en 1901, 90153 en 1906... ; quant à l’ensemble de la province, il est devenu une grande région agricole60. Jusque-là, les Territoires du Nord-Ouest furent dirigés par un gouverneur que ne nommait plus la Compagnie de la baie d’Hudson. Progressivement, celle-ci dut modifier ses structures et son mode de fonctionnement. Les difficultés traditionnelles de transports s’effacèrent de plus en plus avec la mise en place du réseau routier à partir du début du xxe siècle, et plus tôt celle des voies ferrées : le Canadian Pacific Railway fut achevé en 1885. Par ailleurs, chaque fois que possible, des bateaux à vapeur furent utilisés sur les lacs ou les fleuves61. Le travail changea donc et, en 1902, l’HBC abandonna ses formes habituelles d’apprentissage. Il fallut aussi en venir à d’autres formes de production des pelleteries : c’est ainsi qu’en 1927 la Compagnie acheta des parts dans deux fermes d’élevage de renards dans l’île du Prince-Édouard… On la voit aussi exploiter toutes les possibilités. C’est ainsi que la chasse au castor ayant été excessive dans les années 1920 dans la région au sud-est de la baie James, autour de Rupert House, la chasse en fut prohibée. Un particulier, J.S.C. Watt décidé de créer, sur les terrains qu’il loua, d’une étendue de 7 000 miles carrés, une réserve qui permit de repeupler ces terrains en castor. L’HBC participa à la mise sur pied de la réserve, en assura le contrôle et, à partir de 1939, on put à nouveau en tirer des peaux de castor62.

  • 63 M. Therrien, « Revillon frères et la traite des fourrures au Canada au début du xxe siècle », dans (...)
  • 64 W.R. Morisson, True North : The Yukon and Northwest Territories, Toronto et Oxford, Oxford Universi (...)

18Par ailleurs, à partir du début du xxe siècle, l’HBC se retrouva confrontée à une forte concurrence lorsque l’un des membres de la firme parisienne des fourrures créée en 1723, Victor Revillon, partit en 1893 au Canada pour procurer à sa maison un approvisionnement direct en matières premières. « Dès 1901, il créa des dizaines de postes et d’avant-postes... », arrivant en 1923 à un total de 43. L’échec était néanmoins très proche : « Les conséquences économiques de la Première Guerre mondiale, la chute du prix des fourrures et l’inébranlable solidité financière de la Compagnie de la Baie d’Hudson forcent Revillon frères à céder, en 1926, 51 % de ses parts à sa concurrente, puis la totalité en 192663. » Comme cela avait été le cas à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, sur la côte Pacifique pour les loutres de mer et à l’intérieur par suite de la rivalité entre l’HBC et la Northwest, cette concurrence très vive amena une surexploitation des ressources et l’arrivée de nouveaux peuples dans l’aventure des fourrures : en ce début du xxe siècle, ce furent les Inuits des Territoires du Nord qui participèrent pour la première fois au commerce des fourrures, échangeant notamment des peaux de renard contre des produits manufacturés ; en une vingtaine d’années, l’ensemble des Inuits entrèrent dans ces échanges64.

  • 65 H.J. Ray, The Canadian Fur Trade in the Industrial Age..., op. cit., p. 20 et suiv. Le tableau de l (...)
  • 66 Voir dans ce même ouvrage d’H.J. Ray, l’écart entre la montée et le maintien des prix des peaux de (...)

19Il ne s’agissait plus exactement des mêmes fourrures. Jusqu’aux années 1870, trois d’entre elles dominaient toutes les autres : à savoir, dans l’ordre, le rat musqué – dont la valeur par pièce était basse – le castor, et la martre – qui valait fort cher65. Le rat musqué reste, de loin, la principale fourrure jusqu’à la Première Guerre mondiale : le castor, lui, décline de manière très forte après 1890, ce qui n’empêche pas son prix de s’élever, ce qui est d’ailleurs logique66. Par voie de conséquence, les peaux de vison et de lynx ont de plus en plus d’intérêt, et l’hermine joue un rôle de plus en plus grand. À cela correspond aussi le changement considérable que représente le développement de l’industrie américaine des fourrures : moins de 200 fourreurs en 1870, plus de 1000 en 1900 ; ils cessent d’aller chercher la marchandise à Londres, qui était le marché principal de vente des Canadiens ; après 1900 donc, les exportations de fourrures canadiennes vers Londres ne cessent de diminuer au profit des ventes aux États-Unis.

  • 67 Ibid., p. 96-112.
  • 68 Voir Le Canada illustré, 1913.

20La Première Guerre mondiale perturba très fortement le commerce des fourrures. Tout d’abord, le gouvernement anglais suspendit les ventes à Londres, ce qui amena l’HBC à donner à ses agents l’ordre de ne plus en acheter aux Indiens durant l’hiver 1914-1915, ce qui suscita une concurrence beaucoup plus vive de la part des Américains, et le développement du marché des fourrures de Saint Louis, puis de celui de Montréal. Quant à l’HBC, elle dut renoncer à ne vendre que ses propres fourrures. Toute une série d’acteurs nouveaux apparurent et le marché fut en proie une nouvelle fois à une concurrence effrénée que la crise vint cependant réduire67. Le savoir-faire acquis depuis longtemps permit au Canada de rester essentiel dans la production, le commerce et le traitement des fourrures. Mais, la tradition mise à part, cette industrie au xxe siècle est totalement différente de celle qui existait auparavant, ce qui au demeurant ne peut nous étonner. Elle travaille d’ailleurs largement avec des fourrures venues d’ailleurs, comme la Russie le fit dès le xviie siècle avec les pelleteries canadiennes : au xxe siècle, le Canada importe plus de fourrures qu’il n’en vend68.

  • 69 H.A. Innis, The Fur Trade in Canada..., op. cit., p. 391.

21Au moment de la conquête anglaise, le commerce des fourrures est une activité essentielle du Canada ; elle ne l’est plus à partir du début du xixe siècle, mais elle est restée extrêmement importante et il est clair que son évolution et les démêlés qui ont marqué les années 1780 à 1821 sont un pan capital de l’histoire du pays. Son apport a été très important du point de vue économique, comme de celui des ressources de l’État grâce aux taxes qu’elle lui procurait. Mais il fut en réalité beaucoup plus considérable. D’une part, la recherche des fourrures a amené des contacts étroits entre Européens et Indiens, et, le plus souvent, des rapports non seulement paisibles mais d’une très étroite collaboration ; il y a là un vif contraste avec ce qui s’est passé aux États-Unis, même si la question des métis devint, à moment donné, d’une très grande gravité, question qui est une conséquence de la vie des voyageurs en pays indien. D’autre part, c’est la quête des fourrures qui est directement à l’origine de l’exploration de l’espace canadien, et qui est aussi l’explication du fait que la moitié septentrionale de l’Amérique du Nord est restée britannique69.

22Bien entendu, les aspects négatifs ont également existé. Déjà au xviie siècle avec les Hurons – pour des raisons avant tout microbiennes au demeurant – mais aussi au xixe siècle, les contacts étroits avec les Indiens ont amené à une dissolution progressive de leur mode de vie et de leurs sociétés, à un recul de celles-ci également dont les modes de vie ont été profondément modifiés ; on soulignera à cet égard les ravages qu’entraîna la part importante prise surtout après 1763 dans les échanges avec les tribus par l’alcool, et plus particulièrement le rhum. Par ailleurs, l’épuisement des populations de castors et autres animaux à fourrure, qui ne cessa de se déplacer d’est en ouest du milieu du xviie siècle à la fin du xixe siècle, la quasi-extermination des loutres de mer – mais les Canadiens n’ont à cet égard qu’une faible responsabilité – montrent les dangers que représente une exploitation sans précaution des espèces animales. Ainsi, dès la fin du xviiie siècle, la production est ruinée dans toute la région du Saskatchewan.

23On remarquera encore que la rivalité entre les agents de la Compagnie de la baie d’Hudson et les Nor’westers était aussi l’opposition entre deux organisations totalement inverses. D’un côté, une vieille, puissante, et renommée société, dirigée depuis Londres, appartenant à un petit groupe d’actionnaires dont plusieurs avaient une très grande influence politique et sociale. De l’autre, des self made men, dont beaucoup étaient de véritables aventuriers n’hésitant pas à explorer, dans les pires conditions, des territoires inconnus et à vivre longtemps dans la wilderness. Sur le terrain, cependant, la concurrence des Montréalais avant 1763, des Nor’westers ensuite, obligea le gouverneur et les directeurs de la Compagnie de la baie d’Hudson à envoyer ses agents en pays indien et à y implanter des postes et des forts, comme les Français l’avaient fait dès les années 1670.

  • 70 A.G. Bradley, Le Canada, Empire des bois et des blés, éd. française, Paris, Pierre Roger et Cie, 19 (...)

24L’étude du commerce des fourrures nous montre aussi de grandes mobilités des populations et des activités : il a sans aucun doute eu l’avantage d’aider à maintenir longtemps les tribus indiennes, leurs modes de vie et leurs traditions, malgré les ravages de l’alcool. Rien ne montre mieux le changement que ce récit de voyage dans le Manitoba où les seules chasses dont il soit désormais question, à la veille de la Première Guerre mondiale, sont celles des canards et des oies sauvages, à cette réserve près que si l’on va « dans les districts du Nord et du Nord-Ouest, hors de portée des colons, là où les forêts sont encore abondantes, on rencontre du gros gibier de toute sorte, élan ou daim70 ».

  • 71 Il est frappant de constater à quel point la disette – et même la famine – sont une préoccupation c (...)

25Dans ces échanges, comme nous l’avons déjà noté, Indiens et Inuits ne furent nullement passifs. Dès les premiers contacts, ils recherchèrent les produits manufacturés des Européens, et ils surent négocier efficacement avec eux. Mais ils devinrent aussi très dépendants du commerce des fourrures : dans la deuxième moitié du xixe siècle et au début du xxe siècle, leur vie quotidienne, par le biais de l’alimentation – notamment en farine –, fut de plus en plus assurée par ces échanges. Aussi lorsque le commerce des fourrures s’effondre soit par surexploitation des ressources animalières soit pour des causes plus générales comme lors de la grande crise économique postérieure à 1926-1927, commencée plus tôt que pour les autres activités dans le commerce des fourrures, ou encore au début de la guerre de 1914 lorsque Londres stoppe son marché de fourrures, c’est la catastrophe pour les Inuits et surtout pour les Indiens – car les Inuits se sont rendus moins dépendants : ils n’ont pas de ressources et c’est la famine71.

Notes

1 L’ouvrage fondamental reste celui d’H.A. Innis, The Fur Trade in Canada, Yale University Press, première édition, 1939 ; deuxième édition, revue et corrigée, 1956, Toronto, University of Toronto Press, 1956 ; troisième édition abrégée et révisée, Toronto, University of Toronto Press, 1970. Pour le début de la période française, elle a été entièrement renouvelée par B.C. Trigger, Les Indiens, la fourrure et les Blancs. Français et Amérindiens en Amérique du Nord, Montréal et Paris, Boréal et Éditions du Seuil, 1992 ; et par B.C. Allaire, Pelleteries, manchons et chapeaux de castor. Les fourrures nord-américaines à Paris 1500-1632, Sillery et Paris, Septentrion et Presses de l’université Paris-Sorbonne, 1999. Travaux en cours de T. Wien pour les xviie et xviiie siècles. On peut également consulter avec profit : H.A. Innis, S.D. Clark et al., The Fur Trade in Canada : An Introduction to Canadian Economic History, Toronto, University of Toronto Press, 1967 ; H.A. Innis et A.J. Ray, The Fur Trade in Canada : An Introduction to Canadian Economic History, Toronto, University of Toronto Press, 1999 ; D. Francis et T. Morantz, Partners in Furs : A History of the Fur Trade in Eastern James Bay 1600-1870, Kingston et Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1983. S’il ne situe pas au même niveau l’ouvrage de R. Hubert-Robert, L’Épopée de la fourrure, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1945, peut servir de point de départ : il fournit par ailleurs quelques détails intéressants. On n’oubliera pas, enfin, le grand livre de synthèse de R. Delort, L’Histoire de la fourrure, de l’Antiquité à nos Jours, Lausanne, Edita, 1986. Par ailleurs, il est intéressant de savoir à quel point la pelleterie a derrière elle une longue histoire : voir M. Leguilloux, Le Cuir et la pelleterie à l’époque romaine, Paris, Errance, 2004. Parmi les textes contemporains, l’un des plus intéressants – parfaitement critiquable au demeurant – est celui de l’abbé Raynal, dans son Histoire philosophique et politique des deux Indes, Genève, 3e édition, 1780, t. IV, p 51-55 et p. 62-69.

2 En réalité, en 1626, sont fondées, en mars la Compagnie du Morbihan, dite aussi des Cent Associés, et en mai la Compagnie de la Nacelle de Saint Pierre Fleurdelisée. Leur fusion en mars 1627 aboutit à la Compagnie de la Nouvelle-France qui est le plus souvent appelée des Cent Associés, en vertu du nombre des actionnaires. La dernière étude de la compagnie se trouve dans G. Carpin, Le Réseau du Canada. Étude du mode migratoire de la France vers la Nouvelle-France (1628-1662), Sillery et Paris, Septentrion et Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2001. J’ai moi-même présenté une vue synthétique du rôle des fourrures en Nouvelle-France dans J.-P. Poussou, Ph. Bonnichon et X. Huetz de Lemps, Espaces coloniaux et espaces maritimes au xviiiesiècle. Les Deux Amériques et le Pacifique, Paris, Sedes, 1998.

3 Le nombre des fourrures exportées et leur proportion dans les exportations globales de la Nouvelle-France est tout à fait variable ; elles n’en constituent pas moins, en règle générale, de 40 à 60 % des exportations : ainsi, 930937 livres tournois en 1735 – 54 % du total ; 653718 en 1737 – 39 %. Sans les fourrures, la balance commerciale du Canada serait désastreuse. Analyse dans Espaces coloniaux et espaces maritimes..., op. cit., p. 75-77. Pour des analyses plus approfondies, A.J.E. Lunn, Développement économique de la Nouvelle-France, 1713-1760, Montréal, Presses de l’université de Montréal, 1986 ; J. Hamelin, Économie et société en Nouvelle-France, Québec, Presses de l’université Laval, 1956, p. 49 et suiv.

4 Les ouvrages fondamentaux sont ceux de L. Dechêne, Habitants et marchands de Montréal au xviie siècle, Paris, Plon, 1974 ; W.J. Eccles, « The Fur Trade and Eighteenth-Century Imperialism », dans Essays on New France, W.J. Eccles, Toronto, Oxford University Press, 1987, p. 79-95 ; du même auteur, dans ce même volume, voir « A Belated Review of Harold Adam Innis : The Fur Trade in Canada », (p. 61-78) et « La mer de l’Ouest : Outpost of Empire », (p. 96-109) ; The Canadian Frontier 1534-1760, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1969, spécialement p. 103-192.

5 Voir, par exemple, J. Warkentin, The Western Interior of Canada, Toronto et Montréal, McClelland et Steward Ltd., 1964, p. 41-60. Voir surtout R. Litalien, Les Explorateurs de l’Amérique du Nord, 1492-1795, Sillery, Septentrion, 1993.

6 Voir J. Dale Standen, « Personnes sans caractère : Private Merchants, Post Commanders and the Regulation of the Western Fur Trade 1720-1745 », dans De France en Nouvelle-France, H. Watelet dir., Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa, 1995, p. 265-295.

7 Voir les travaux fondamentaux de W.J. Eccles cités note 4.

8 En plus des travaux d’Eccles, bonne analyse des rapports entre Indiens et Français dans G. Havard, Empire et métissages. Indiens et Français dans le Pays d’en haut 1650-1715, Sillery et Paris, Septentrion et Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2003, sans oublier B.C. Trigger, Les Indiens, la fourrure et les Blancs…, op. cit.

9 Pour l’histoire de cette grande et illustre compagnie, voir E.E. Rich, The History of the Hudson’s Bay Company 1670-1870, 2 vol., Londres, 1958 ; E.E. Rich éd., Minutes of the Hudson’s Bay Company 1671-1674, Toronto, The Champlain Society, 1942. Elle est ensuite désignée, à la manière des ouvrages en anglais, par l’abréviation HBC (Hudson Bay Company).

10 Les contrecoups sur la fourniture en peaux de castor de la Compagnie de la baie d’Hudson sont très marqués : entre 1700 et 1720, elle obtenait à Fort Albany 20000 peaux en moyenne – de 15000 à 30000 selon les années – entre 1720 et 1740, cette moyenne tomba à 15000 ; après 1740, à 6000. À York Factory, la chute est encore plus marquée : 37000 peaux par an en moyenne avant 1720 ; 33000 dans les années 1730 ; 28000 dans les années 1740 ; 18000 entre 1750 et 1761. Seuls les achats de Fort Churchill, beaucoup plus éloigné de la zone où agissaient les Français, augmentent après 1730. Même dans les années 1760, le redressement fut lent et seulement partiel. Voir l’excellent article d’A.M. Carlos et F.D. Lewis, « Indiens, The Beaver and the Bay : The Economics of Depletion in the Lands of the Husdson’s Bay Company 1700-1763 », The Journal of Economic History, 53, 3 (septembre 1993), p. 465-494.

11 En fait, le premier Européen ayant pénétré dans les Prairies fut un Anglais, agent de l’HBC, Henri Kelsey, qui de 1687 à 1690, alla jusqu’à la Buffalo River, rencontra le premier des Eskimos, puis atteignit sans doute la Saskatchewan et visita chez eux les Assiniboines. Voir E.E. Rich, The Fur Trade and the Northwest to 1857…, op. cit., On notera que Du Lhut avait rencontré les Assiniboines et les Crees dès 1679.

12 Voir E.E. Rich, « Russia and the Colonial Fur Trade », The Economic History Review, 3 (1955), p. 307-328.

13 Pontiac était un chef algonquin qui avait combattu aux côtés des Français ; il rassembla autour de lui les Outaouais et fomenta une insurrection qui gagna l’ensemble du bassin des Grands Lacs à partir du printemps de 1763. Il rêvait d’une sorte d’État indépendant indien mais dut se résigner à la paix en 1765. Les Anglais le firent assassiner en 1767. Son insurrection put avoir lieu parce que les rapports initiaux entre les conquérants Anglais et les Indiens furent au départ fort difficiles. Par exemple, les Anishinabeg – ou Objiwa – qui se trouvaient au nord-ouest du lac Supérieur, participèrent à la guerre de Pontiac parce qu’ils considéraient que les Britanniques usurpaient leurs terrains de chasse : voir W. Warren, History of the Ojibways, based upon Traditions and Oral Statements, St Paul, Minnesota Historical Society Press, 1885, nouvelle édition 1984 ; D.P. Mac Leod, The Anishinabeg « Point of View : The History of the Great Lakes Region to 1800 in Nineteenth-Century Mississanga, Odawa and Ojibwa Historiography », Canadian Historical Review, XXIII, 2 (1982), p. 194-210.

14 Voir les travaux de W.J. Eccles cités note 4.

15 De 1763 à 1766, le commerce des fourrures montréalais fut fortement handicapé puisque, à la suite de la proclamation royale du 7 octobre 1763 qui créait la « province de Québec », l’accès à la « Terre de Rupert » – donc au Pays-d’en Haut et aux territoires indiens, ce qui concernait aussi la région des Grands Lacs – était interdit à ceux qui le pratiquaient ; en outre, ils ne pouvaient partir que douze mois, ce qui était insuffisant pour se rendre dans l’Ouest, y pratiquer la traite et en revenir.

16 La montée du conflit avec les colons des Treize Colonies entraîne une politique de la Couronne beaucoup plus favorable aux intérêts des Canadiens, y compris des Canadiens français. Dans le domaine qui nous occupe, l’acte de Québec de 1774 rattache la région des Grands Lacs – y compris Michillimakinac et Detroit, si importants pour le commerce des fourrures – à la province de Québec ; par ailleurs, il limite les points d’entrée au Canada. Les marchands d’Albany se trouvent donc dans une position très difficile.

17 On a une très bonne description du commerce des fourrures, plus particulièrement des voyages, des échanges avec les Indiens et des retours à Michillimakinac par François de Marbois – plus tard Barbé-Marbois – chargé d’affaires de la France auprès des États-Unis en 1784 ; il s’agit de rapports de Vergennes : voir « Marbois on the Fur Trade, 1784 », American Historical Review, XXIX (octobre 1923), p. 725-740.

18 Ce sont tout simplement des couvertures de laine.

19 Par suite de l’état de guerre.

20 Voir notamment l’édition par J.B. Tyrell des voyages de S. Hearne : A Journey from Prince of Wales’s Fort in Hudson Bay to the Northern Ocean ; in the Years 1769,1770,1771 and 1772, Toronto, The Champlain Society, 1911 (la première édition avait eu lieu à Londres en 1795) ; voir encore J.B. Tyrell éd., Journal of Samuel Hearne and Philip Turner between the Years 1774 and 1792, Toronto, The Champlain Society, 1934.

21 Voir H.A. Innis, The Fur Trade and the Northwest..., op. cit., p. 178. Important, également, est D.G. Greighton, The Empire of the St. Lawrence, Toronto, The Macmillan Company of Canada, 1956 (nouvelle édition de The Commercial Empire of the St. Lawrence, 1760-1850, paru en 1937). L’auteur souligne la fin du commerce des fourrures dans la vallée du grand fleuve et à Montréal après 1821 ; cf. p. 175-202.

22 T. Lefrançois dir., La Traite de la fourrure. Les Français et la découverte de l’Amérique du Nord, La Rochelle, Musée du Nouveau Monde, 1992, p. 37.

23 En plus des ouvrages généraux déjà cités, les livres de base sont R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest, une épopée montréalaise, 2 vol., Montréal, Fides, 1980 ; N.W. Campbell, The North West Company, Toronto, The Macmillan Company of Canada, 1957 ; L.R. Masson, Les Bourgeois de la Compagnie du Nord-Ouest, Québec, 1889, Documents relating to the North West Company, Toronto, The Champlain Society, 1934 ; G.C. Davindson, The North West Company, Berkeley, University of California Press, 1918. La fusion réunit les associés de neuf sociétés, parmi lesquels Benjamin et Joseph Frobisher, Simon McTavish, Forrest Oakes, James McGill... Une seule firme importante, dans laquelle entre cette même année Alexandre Mackenzie, reste à l’écart : celle fondée en 1773 par James Finlay et John Gregory : voir R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest…, op. cit., p. 92-93. En janvier 1784, à l’initiative de Frobisher et de McTavish, les accords sont totalement remodelés, au point que beaucoup d’historiens ont situé cette année-là la véritable fondation de la Compagnie du Nord-Ouest. Pour manifester leur réussite, ils fondent en février 1785, à Montréal, le Beaver Club, fort de dix-neuf membres ; pour y appartenir, il faut « avoir passé au moins un hiver dans les pays d’en-haut », et l’on est inscrit par ordre d’ancienneté de ce voyage d’hiver à l’Ouest. Le plus ancien était donc un Canadien français, Charles Chaboillez, parti en 1751 ; sur dix-neuf membres, six étaient des Canadiens français, dont les cinq premiers par ordre d’inscription. Leur vin préféré est le madère (R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest..., op. cit., p. 108-109). La hiérarchie de la Compagnie a donc à sa tête les seize associés ou « Bourgeois » ; puis viennent les commis, les guides et interprètes, enfin les voyageurs (en général engagés pour cinq ans) : voir R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest…, op. cit., p. 114-116. Ceux qui s’arrêtent à Grand Portage, appelés « mangeurs de porc » ou « mangeurs de lard », sont beaucoup moins considérés et moins bien payés que les hivernants (étude détaillée dans R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest..., op. cit., p. 114- 121). En 1787, la North West est forte de 260 voyageurs et vingt-cinq canots : la firme Grégory Mac Leod de quatre-vingt-dix et huit canots. En 1789, les deux sociétés fusionnent, ce qui fait rentrer provisoirement Alexandre Mackenzie dans le cadre de la North West.

24 Les ouvrages consacrés à la traite des fourrures à la fin du xviiie siècle, ou à la North West Company, lui font une très large place. Le plus commode reste néanmoins de partir de l’excellente notice que lui a consacrée F. Ouellet dans le Dictionnaire biographique du Canada, 1801-1820, vol. 5, p. 617-624. Venu à New York en 1764, il se tourne dès 1771 vers le commerce des pelleteries, va à Detroit et à Albany et s’établit à Montréal à partir de 1776. Un des fondateurs de la North West Company en 1779, il en prend la tête en 1787, à la mort de Benjamin Frobisher. Il accumule une énorme fortune de 125000 livres, au moment de sa mort en 1804 ; depuis deux ans il a acheté la seigneurie de Terrebonne, près de Montréal. Il est « certainement l’homme d’affaires [canadien] le plus important de la seconde moitié du xviiie siècle (F. Ouellet, Dictionnaire biographique..., op. cit., p. 624).

25 F. Ouellet, « McTavish, Simon », Dictionnaire biographique..., op. cit., p. 621.

26 Une des études les plus intéressantes à cet égard est celle de R. Fisher, Contact and Conflict : Indian-European Relations in British Columbia 1774-1890, Vancouver, University of British Columbia Press, 1977. Pour les activités proprement dites des Britanniques, voir R.S. Mackie, Trading Beyond the Mountains : The British Fur Trade on the Pacific 1793-1843, Vancouver, University of British Columbia Press, 1997.

27 G. Friesen, The Canadian Prairies : A History, Toronto, Toronto University Press, 1984. Ainsi les Crees quittèrent la région à l’ouest de la baie d’Hudson pour contrôler un vaste territoire allant de la Saskatchewan à la Churchill.

28 Ibid., p. 39 : « Le pemmican est un mélange huileux de chair de bison, de matières grasses et de baies, conservé dans des sacs de cuir de 90 livres-poids », que les voyageurs remplaçaient, quand ils le pouvaient, par de la viande fraîche, du poisson ou des volatiles. Un des meilleurs textes sur le pemmican se trouve dans J. Belin de Launay, Voyage de l’Atlantique au Pacifique à travers le Canada, les Montagnes Rocheuses et la Colombie anglaise (Paris, Hachette, 1879), livre où il y a d’excellentes pages sur les Indiens et sur les métis, notamment dans ce passage qui se situe près de Fort Garry (le futur Winnipeg), et qui concerne les Sioux : « Les femmes travaillent assidûment à la préparation du pemmican, qui se fait de la façon suivante : la viande, après avoir été séchée au soleil ou sur le feu, en tranches minces, est mise dans une peau de bison tannée, puis on la frappe à coups de fléau jusqu’à ce qu’elle soit réduite en petits fragments et en poudre. Pendant ce temps, on fait fondre la graisse bouillante. Le tout est ensuite bien remué et mêlé de façon qu’en se refroidissant il en résulte une espèce de gâteau aussi solide qu’un tourteau de lin. Il faut avouer qu’au premier abord ce pemmican nous parut des plus désagréables, le goût en ressemblait fort à celui d’un mélange de chapelure et de suif ; mais nous nous y sommes habitués peu à peu, au point de finir par en être très friands. C’est une invention d’une très grande valeur dans un pays où l’on n’a pas toujours à manger, et où les moyens sont fort limités, car, dans un volume et un poids médiocres, il contient une grande quantité de nourriture. L’homme le plus affamé ne réussit à en dévorer qu’un faible morceau... Voilà pourquoi les voyageurs de la Compagnie de la Baie d’Hudson, qui, probablement, sont sans rivaux, pour leurs facultés de supporter la fatigue, n’ont d’autre nourriture que le pemmican » (p. 43-44).

29 H.A. Innis, The Fur Trade…, op. cit.

30 Les métis sont bien connus grâce à la synthèse de M. Giraud, Le Métis canadien, Paris, Institut d’ethnologie, 1945. « La naissance du groupe métis coïncide avec l’apparition de la race blanche dans les pays de l’Ouest, mais c’est seulement au début du xixe siècle qu’il apparaît avec une individualité propre » (p. 291). Les premiers représentants de ce groupe sont signalés vers le milieu du xviiie siècle, autour des postes de la baie d’Hudson. Mais ces descendants d’Écossais ou d’Anglais furent moins nombreux que ceux des Canadiens français, la majorité des métis étant des enfants de Français et d’Ojibwas (voir G. Friesen, The Canadian Prairies..., op. cit.). En 1805, il y avait dans l’Ouest 1090 Nor’Westers, avec 368 femmes et 569 enfants. Les métis vivaient avant tout de la chasse au bison dans les Grandes Plaines, vendant sa viande et sa peau. Ils étaient essentiellement nomades, déplaçant leurs tentes comme ils en avaient besoin. Leur groupe s’accrut fortement au cours du xixe siècle, principalement sur la rivière Rouge où ils étaient près de 12000 à la fin des années 1860. Leur agitation, organisée par Louis Riel, déboucha sur la révolte de 1869, puis celle de 1885 qui se termina par le procès et l’exécution de Riel en 1885 (voir notice « Louis Riel » par L.H. Thomas, dans Dictionnaire biographique du Canada, p. 815-833). Voir aussi D. Hill, The Opening of the Canadian West, Londres, Cox et Wyman, 1967, p. 185-208.

31 Alexandre Mackenzie est un des personnages les plus extraordinaires de cette époque. Né en 1764, dans l’île écossaise de Lewis, il accompagna en Amérique en 1774 son père que chassait la crise économique que connaissait l’île. Débarqués à New York, ils s’installent à Montréal en 1778. En 1779, il entre dans la société de traite que dirige John Gregory ; en 1784, il part dans l’Ouest pratiquer la traite. Il se heurte aussitôt aux agents de la North West qui vient d’être créée, mais il y a fusion en 1787, ce qui amène Mackenzie à se trouver sous la direction d’un des plus grands trafiquants de fourrures de l’époque, Peter Pond. Ils sont dans l’Athabasca que Pond quitte en 1788, alors qu’il a élaboré toute une série de plans d’exploration, notamment vers le nord. Mackenzie reprend ces plans, et en 1789, il descend le Mackenzie et atteint l’océan Arctique. Puis, en 1793, il traverse les Rocheuses et arrive sur la côte Pacifique. Les années qui suivent sont marquées par les démêlés de Mackenzie avec la North West, son entrée en 1800 dans la New North West Company (souvent appelée XY) dissoute en 1804. Parmi ses grandes idées, il y a celle de développer les relations maritimes pour ramener les peaux par voie de mer sur la côte Est – comme les Américains le faisaient pour les peaux de loutres – et celle d’explorer à fond toute la région y installant systématiquement des postes de traite. Mackenzie « jouissait d’une force physique, d’une détermination et d’une résistance remarquables ». Il savait aussi voir loin, ne se contentant pas de prôner le commerce maritime des pelleteries mais proposant aussi dès 1800 la fusion de la North West et de la Compagnie de la baie d’Hudson. En fait, sa personnalité était trop forte pour qu’il puisse s’entendre avec des associés. Il fut donc exclu de la fusion entre la North West et XY, ce qui l’amena à quitter l’activité de traite malgré ses efforts pour y revenir. Élu député au Bas-Canada en 1804, il n’y séjourna que peu, vivant surtout à Londres à partir de 1805, avant de retourner en Écosse en 1812. Il avait été anobli pour honorer ses découvertes et son action mais sir Alexander Mackenzie mourut jeune, près d’Edimbourg, en 1820 ; il n’avait que 56 ans. Voir la notice de W. Kaye Lamb dans le Dictionnaire de biographie canadienne, p. 591-597 ; et First Man West : Alexander Mackenzie’s Journal of this Voyage to the Pacific Coast of Canada in 1793, W. Sheppe éd., Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1992.

32 Sur l’expédition qui reste la plus célèbre, voir D.D. Jackson éd., Letters of the Lewis and Clark Expedition, with Related Documents 1783-1843, Urbana, University of Illinois Press, 1962 ; R.G. Thwaites, Original Journals of the Lewis et Clark Expedition 1804-1806, 8 vol., New York, 1904-1905. En français, Lewis et Clark, La Piste de l’Ouest et le Grand Retour, 2 vol., Paris, Phébus, 1993. L’expédition de Lewis et Clark a une double importance. D’une part, elle souligne l’intérêt porté par le gouvernement américain à la maîtrise de la région des Rocheuses et de la côte Pacifique. Cette maîtrise n’est pas conçue d’un seul point de vue politique : elle a aussi des buts économiques et commerciaux évidents, tout à fait détaillés dans les instructions que Lewis et Clark ont reçues de Jefferson. Elle montre, d’autre part, que les problèmes sont les mêmes au Canada et aux États-Unis, tout comme les manières d’y répondre. Ainsi, sur la participation des Indiens, l’un des meilleurs témoignages est celui du marchand indien John C. Luttig : voir son Journal of a Fur-Trading Expedition on the Upper Missouri 1812-1813, S.M. Drumm éd., New York, Argosy-Antiquaria, 1964.

33 On peut partir de la brève mise au point de J. Heffer, « Les loutres marines du Nord-Ouest », dans son ouvrage Les États-Unis et le Pacifique. Histoire d’une frontière, Paris, Albin Michel, 1995, p. 37-41. L’ouvrage fondamental est J.R. Gibson, Otter Skins, Boston Ships and China Goods : The Maritime Fur Trade of the Northwest-Coast 1785-1841, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 1992.

34 Sur l’affaire de Nootka, voir en français A. Foucrier, « Rivalités européennes dans le Pacifique : l’affaire de Nootka Sound (1789-1790) », Annales historiques de la Révolution française, 1 (1997), p. 17-30. Les ouvrages de référence sont D. Pethick, The Nootka Connection, Europe and the Northwest Coast 1790-1795, Vancouver, Douglas et Mclntyre, 1980 ; B.M. Gough, The Northwest Coast : British Navigation, Trade and Discoveries to 1812, Vancouver, UBC Press ; J. Barman, The West Beyond the West : A History of British Columbia, Toronto, Toronto University Press, nouvelle édition 1996 (première édition en 1991).

35 Voir É. Taillemitte, Marins français à la découverte du Monde, Paris, Fayard, 1999, p. 329-392. J.-P. Poussou, « Le voyage du Bordelais et le commerce des fourrures du Nord-Ouest américain... au début de la Restauration », dans Négoce, ports et océans xvie-xxe siècles (Mélanges en l’honneur de Paul Butel), S. Marzagalli et H. Bonin dir., Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2000, p. 303-320.

36 L’intérêt et les enjeux de cet espace commercial sont particulièrement bien définis par Alexander Dalrymple, principal avocat de l’expansion commerciale anglaise dans le Pacifique sud, la mer de Chine, mais aussi dans le Nord-Ouest américain : voir A. Dalrymple, Plan for Promoting the Fur-trade, Londres, 1789 ; Dalrymple est surtout concerné par le commerce maritime des fourrures – donc par les loutres de mer et le marché chinois – mais il s’intéresse également de très près à la Compagnie de la baie d’Hudson, et à l’ensemble du commerce des fourrures : voir H.T. Fry, Alexander Dalrymple 1737-1808 and the Expansion of British Trade, Toronto, University of Toronto Press, 1970.

37 L’action de David Thompson pour le compte de la North West avait essentiellement pour but, comme celle de Simon Fraser ou d’Alexander Mackenzie – qui est l’initiateur – de s’assurer le contrôle des vallées descendant des Rocheuses sur la côte du Pacifique. Il œuvra essentiellement dans ce qui est aujourd’hui l’Oregon, mais les Américains ne reconnurent jamais le contrôle britannique sur cette région. Voir A.A. Morton, « The North West Company’s Columbian Enterprise and David Thompson », The Canadian Historical Review, 17 (1936), p. 266-288. De 1789 à 1812, David Thompson parcourut en fait tout le Nord-Ouest américain, dressant des cartes et multipliant les observations astronomiques. Il en dressa une carte d’ensemble et joua donc un rôle essentiel pour une meilleure connaissance de cette partie de l’Amérique du Nord.

38 Sur Simon Fraser, voir notamment The Letters and Journal of Simon Fraser, 1806-1808, W. Kaye Lamb éd., Toronto.

39 Sur Astor, partir de K.W. Porter, John Jacob Astor : Business Man, 2 vol., Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1931. Voir aussi H. O’Connor, The Astors, New York, Alfred A. Knopf, 1941 ; surtout J.O. Haeger, John Jacob Astor, Detroit, Wayne University Press, 1991 ; et J.P. Ronda, Astoria and Empire, Lincoln, University of Nebraska Press, 1990.

40 Sur Astoria, voir le célèbre ouvrage de Washington Irving, Astoria, le roman vrai de la première conquête de l’Ouest 1810-1814, M. Le Bris éd., Paris, Phébus, 1993 (bonne bibliographie, mais le travail scientifique de présentation est insuffisant). Les Britanniques furent très irrités par cette création ; durant la guerre de 1812-1814, ils envisagèrent sa destruction pure et simple : voir, par exemple, F.V. Longstaff et W.K. Lamb, « The Royal Navy on the Northwest Coast 1813-1850 », British Columbia Historical Quaterly, IX, 1, p. 1-20, loc. cit., p. 1-3. Il n’y eut pas lieu de passer à l’action car Astoria avait été transféré en octobre 1813 à la North West ; après la guerre, Astor essaya en vain de le reprendre, le gouvernement américain se refusant à un conflit avec la Grande-Bretagne. Mais, comme l’écrit M. Le Bris, « Jacob Astor, lui, se remit spectaculairement du seul échec de sa carrière. La flotte, qu’il voulait baser à Astoria, se déplaça simplement sur Hawaï et entreprit de commercer avec les établissements russes du Pacifique et les villages espagnols de Californie. Puis, la paix revenue, il développa à grande échelle le commerce entre les trois continents » (Washington Irving, Astoria…, op. cit., p. 14). Sur le terrain, les relations entre membres de la North West et de la Pacific Fur étaient en réalité loin d’être belliqueuses : les voyageurs étaient cordialement accueillis dans les postes de la compagnie rivale. Pour une étude détaillée de cette question, voir F.W. Howay, W.N. Sage et H.F. Angus, British Columbia and the United States : The North Pacific Shore From Fur Trade to Aviation, Toronto, The Ryerson Press, 1942, spécialement p. 14-40. C’est avec la Compagnie de la baie d’Hudson que les conflits furent beaucoup plus durs : voir, dans ce même ouvrage, p. 41-137, le tout aboutissant en 1846 à la définition des frontières de l’Oregon.

41 Cité par G.L. Nute, The Voyageur, New York, 1931, p. 203 ; repris dans H.A. Innis, « The Fur Trade of Canada and the United States », Mississipi Valley Historical Review, XX, p. 329. On peut ajouter que grâce aux pratiques initiées par les Français, les rapports avec les Indiens des agents des compagnies britanniques étaient bien meilleurs que ceux des Américains. Ainsi, F.W. Howay et ses collaborateurs opposent la politique de terreur employée en 1809 par Lisa contre les Assiniboines à celle de conciliation, de Mackenzie et des Nor’westers en 1829 : voir British Columbia and the United States..., op. cit., p. 38.

42 British Columbia and the United States..., op cit.

43 J.R. Gibson, Otter Skins, Boston Ships and China Goods : The Maritime Fur Trade of the Northwest Coast, 1785-1841, University of Washington Press, 1999, p. 299-318.

44 Cruciaux furent les problèmes frontaliers avec l’Espagne et la Grande-Bretagne, rendus plus importants par l’acquisition de la Louisiane. L’étape essentielle fut franchie lorsque fut négocié en 1818-1819 le traité avec l’Espagne – qui reçut l’assentiment de la Grande-Bretagne – ratifié en 1821 : voir P. C. Brooks, « The Pacific Coast’s First International Boundary Delineation, 1816-1819 », The Pacific Historical Review, 1 (1932), p. 62.

45 Notons au passage que dans les bonnes années, entre 1632 et 1648, on était à 30000 peaux de castor du côté français, que les Iroquois après 1650 en sont à 40000, les Français autour de 10000.

46 A.I. Innis, The Fur Trade in Canada..., op. cit., p. 265.

47 Ibid., p. 325.

48 La concurrence entre Russes et Américains pour la domination des rivages américains du Pacifique ne fait évidemment pas partie de notre sujet. Les travaux sont nombreux. Nous pouvons renvoyer à A.I. Alekseev et R.A. Pierce, The Destiny of Russian America, 1741-1867, Kingston (Ont.), Limestone Press, 1990 ; H.J. Kushner, Conflict on the Northwest Coast : America-Russia Rivaly in the Pacific Northwest, 1790-1867, West Fort (Conn.), Greewood Press, 1975 ; J.R. Gibson, Imperial Russia in Frontier America : The Changing Geography of Supply of Russian America 1784-1867, New York, Oxford University Press, 1976.

49 F. Howay et al., British Columbia and the United States..., op. cit., p. 137-217.

50 D.C. Davidson, « Relations of the Hudson’s Bay Company With the Russian American Company on the Northwest Coast 1829-1867 », British Columbia Historical Quarterly, 5, 1 (1941), p. 33-51.

51 En français, le plus commode est de partir de R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest, déjà cité, à partir du tome I, p. 227. La seule difficulté est l’extrême dispersion des données, à la fin de ce tome I, et dans tout le début du tome II.

52 Voir l’excellente analyse de J. Barman dans The West Beyond the West..., op. cit.

53 H.A. Innis, The Fur Trade…, op. cit.

54 « Le bateau océanique jusqu’à Québec, les grands bateaux jusqu’à Montréal, le canot de maître jusqu’à Fort William, et le canot du nord vers l’intérieur, complétés en fin de période par les navires sur les lacs, furent incapables de rivaliser avec les bateaux océaniques jusqu’à Nelson, vers l’intérieur, jusqu’à York [sur la baie d’Hudson] », écrit H.A. Innis dans « Transportation as a Factor in Canadian Economic History », article republié dans Essays in Canadian Economic History, H.A. Innis, M.Q. Innis éd., Toronto, Toronto University Press, 1956, p. 62-77, p. 66.

55 E.E. Rich, The Fur Trade and the Northwest to 1857…, op. cit., p. 284.

56 R. Rumilly, La Compagnie du Nord-Ouest..., op. cit., t. 2, p. 274.

57 H.A. Innis, The Fur Trade in Canada..., op. cit., p. 332.

58 Voir ce très intéressant texte : A.H. Murray, Journal du Yukon 1847-1848, L.J. Burpee éd., Ottawa, Imprimerie nationale, 1910.

59 Pour tout ce qui concerne l’histoire de la fourrure après 1860, l’ouvrage fondamental est A.J. Ray, The Canadian Fur Trade in the Industrial Age, Toronto, University of Toronto Press, 1990. On notera le très intéressant roman de Jules Verne, Le Pays des Fourrures, publié par Hetzel en 1873, écrit sans doute à partir de 1871 (cf. la description de Fort Reliance, chapitre 1 ; le chapitre 2 consacré à l’HBC ; le chapitre 4 à une factorerie...).

60 Voir, par exemple, J. Lionnet, Les Français du Canada, Paris, Plon, 1910, p. 163 et suiv.

61 Voir A.J. Ray, The Canadian Fur Trade in the Industrial Age..., op. cit., p. 6-10.

62 Sœur Paul-Émile, Amiskwask, la terre de Castor. La Baie James, trois cents ans d’histoire, Université d’Ottawa et Maison-mère des Sœurs Grises de la Croix, Ottawa, 1952, p. 239.

63 M. Therrien, « Revillon frères et la traite des fourrures au Canada au début du xxe siècle », dans La Traite des fourrures. Les Français et la découverte de l’Amérique du Nord, T. Lefrançois dir., La Rochelle, Musée du Nouveau Monde, 1992, p. 106-137, loc. cit., p. 107.

64 W.R. Morisson, True North : The Yukon and Northwest Territories, Toronto et Oxford, Oxford University Press, 1998, p. 51-53.

65 H.J. Ray, The Canadian Fur Trade in the Industrial Age..., op. cit., p. 20 et suiv. Le tableau de la page 21 montre que, dans les retours de l’hbc, les rats musqués représentent 41 % du total, les castors 22 % et les martres 9,2 %.

66 Voir dans ce même ouvrage d’H.J. Ray, l’écart entre la montée et le maintien des prix des peaux de castor et leur chute en quantités, sur le graphique qui va de 1870 à 1920, p. 57.

67 Ibid., p. 96-112.

68 Voir Le Canada illustré, 1913.

69 H.A. Innis, The Fur Trade in Canada..., op. cit., p. 391.

70 A.G. Bradley, Le Canada, Empire des bois et des blés, éd. française, Paris, Pierre Roger et Cie, 1914, p. 189. Pour qui s’est penché sur l’histoire de la Terre de Rupert avant 1900, il est fascinant de constater que cet ouvrage ne parle absolument pas des pelleteries, mais souligne au contraire l’importance qu’a déjà prise la colonisation agraire ; ainsi l’île de Victoria lui paraît être un simple « morceau de campagne anglaise » !

71 Il est frappant de constater à quel point la disette – et même la famine – sont une préoccupation constante des missionnaires : voir, par exemple, C. Roche, Monseigneur du Grand Nord. Isidore Clut, évêque-missionnaire, coureur des bois, chez les Indiens et les Esquimaux du Nord-Ouest américain (de 1858 à 1903), Rennes, Ouest-France, 1989. Voir aussi R.P. Duchaussois, O.M.I., Aux glaces polaires. Indiens et Esquimaux, Lyon et La Salle (Québec), Œuvre Apostolique de Marie Immaculée et Noviciat des Oblats de Marie Immaculée, 1921.

© Éditions de la Sorbonne, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search