Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Notes généalogiques byzantino-géorgiennes

Jean-François Vannier

Texte intégral

  • 1 K. Barzos, Ή γενεολογία τῶν Κομνηνῶν, Thessalonique 1984 (Βυζαντινὰ κείμενα καὶ μελέται 20) (cité (...)
  • 2 C. Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l’Antiquité jusqu’au xixème siècle. Table (...)

1Les quatre notes présentées ici se veulent essentiellement une étude en marge de la généalogie des Comnènes. La publication monumentale de Konstantin Barzos est loin d’avoir épuisé le sujet de la parentèle de cette illustre famille1. Si nous avons choisi la parenté avec les dynasties géorgiennes, c’est que ces dernières ont bénéficié récemment d’une étude très complète de Cyrille Toumanoff, qui réalisait ainsi la synthèse de recherches menées depuis de nombreuses années2. Aussi bien du côté byzantin que du côté géorgien des bases solides nous étaient donc fournies. On remarquera toutefois que les unions matrimoniales que nous allons étudier sont rapportées uniquement par les sources byzantines et, à notre connaissance, restent ignorées des sources géorgiennes.

1. L’épouse du sébaste Constantin

  • 3 Jean Tzétzès, Epistulae, éd. P. Leone, Leipzig 1972, n° 6. La place de ce sébaste Isaac Comnène da (...)
  • 4 Jean Tzétzès, Chiliades, éd. P. Leone, Naples 1968, p. 190-191, vers 585-630.
  • 5 P. Gautier, La curieuse ascendance de Jean Tzetzès, RÉB 28, 1970, p. 207-220 (cité Gautier).
  • 6 La généalogie couvre quatre générations, ce qui représente le maximum d’informations généralement (...)

2La lettre n° 6 de Jean Tzétzès est adressée au sébaste Isaac Comnène3. Quelques lignes de cette lettre font l’objet par Tzétzès lui-même d’un long excursus généalogique dans les Chiliades4. Ce texte, longtemps passé inaperçu, a été « découvert » par P. Gautier qui en a donné une traduction et un commentaire prosopographique détaillé5. Il s’agit d’une généalogie domestique qui couvre quatre générations, Tzétzès remontant jusqu’à ses arrière-grands-parents, le sébaste Constantin et son épouse, alliée par le sang à l’impératrice Marie d’Alanie6.

  • 7 Cette précision apportée par Tzétzès n’est pas sans incidence pour dater la collation du titre de (...)
  • 8 Sur le complot de 1040 voir Cheynet, Pouvoir, p. 51-52.
  • 9 Sur la famille des Cérulaires voir N. Oikonomidès, Le serment de l’impératrice Eudocie (1067). Un (...)
  • 10 Pour la carrière de Constantin, Gautier, p. 212-214 ; Oikonomidès, p. 119-120 ; voir aussi R. Guil (...)

3L’identité de ce Constantin, qui fut seul sébaste de son vivant7, est bien établie. Il était le neveu du patriarche Michel Cérulaire, fils de son frère qui se suicida à l’issue du complot de l’été 1040, visant à renverser l’empereur Michel IV et à placer le futur patriarche sur le trône impérial8. Les sources littéraires et sphragistiques le mentionnent toujours sans nom de famille alors qu’il semble maintenant assuré que Cérulaire soit un patronyme, employé dès le xe siècle par un stratège qui lutta sans succès contre les Hamdanides9. La carrière de Constantin est essentiellement connue grâce à la correspondance de Psellos, dont il fut l’élève. Elle a été reconstituée par N. Oikonomidès et reprise en détail par P. Gautier10.

  • 11 V. Laurent, Le Corpus des sceaux de l’Empire byzantin. II, L’Administration centrale, Paris 1981, (...)

4Aux références qu’ils ont réunies, on ajoutera le témoignage de deux sceaux dont l’attribution à Constantin ne fait pas de doute, bien qu’ils soient issus de deux boullôtèria différents. Le premier, aniconique, a été publié par V. Laurent11 :

5Avers : Κύριε βοήθει Κωσταντίνῳ πρωτοπροέδρῳ

6Revers : καὶ μεγάλφ δρογγαρίῳ τῆς βίγλας.

  • 12 Seyrig, n° 96 avec référence à deux autres sceaux qui ont pu appartenir au même personnage.

7Le second appartient à la collection Seyrig12 :

8Avers : Représentation de saint Nicolas et de saint Ménas, devant l’effigie du Christ figurant dans un médaillon :

9Κύριε βοήθει Κωσταντίνῳ πρωτοπροέδρῳ

10Revers : Représentation de saint Dèmètrios ( ?) et de saint Pantéléèmôn, devant le buste de la Vierge orante :

11καὶ μεγάλῳ δρουγγαρίῳ τῆς βίγλας.

  • 13 Constantin et Nicéphore sont les exadelphoi anonymes qu’Eudocie s’engage dans son serment à ne pas (...)
  • 14 Sur Jean Makrembolitès voir Cheynet, Pouvoir, p. 52, n. 1, qui propose de lui attribuer le sceau i (...)

12La parentèle de Constantin n’est pas étrangère à sa réussite puisque, outre ses liens avec le patriarche Michel Cérulaire, il était aussi le cousin germain de l’impératrice Eudocie Makrembolitissa13, fille d’une sœur du patriarche et de Jean Makrembolitès, l’un des conjurés de 104114.

  • 15 Gautier, p. 217-218. De cette union naquit Michel lasitès qui fut l’époux d’Eudocie, une des fille (...)
  • 16 Sur Michel et son épouse voir les références réunies par Barzos I, n° 20, auxquelles on ajoutera M (...)

13D’une première épouse restée inconnue, Constantin eut plusieurs filles, dont la femme du curopalate Constantin lasitès15 et un fils, Michel, qui entra dans la parentèle des Comnènes en épousant une nièce d’Isaac et d’Alexis Comnène, vraisemblablement Anne, fille de Michel Tarônitès et de Marie Comnène16.

  • 17 Pour l’ascendance de Marie d’Alanie voir Toumanoff, p. 134-135 ; la princesse portait à l’origine (...)
  • 18 Vie de Saint Georges l’Hagiorite, traduction latine par P. Peeters, Histoires monastiques géorgien (...)
  • 19 Gautier, p. 15 ; plus près de 1074 puisqu’il faut prendre en compte la naissance d’au moins quatre (...)
  • 20 Gautier, p. 214.
  • 21 Gautier, p. 218-219. Il faut peut-être ajouter une fille mariée à un Basilakios et mère de Jean Ba (...)

14La seconde épouse du sébaste Constantin accompagnait sa parente Marie d’Alanie, fille du roi Bagrat de Géorgie lorsque celle-ci, escortée par Aarôn, vint à Byzance en 1071 /1072 pour épouser l’empereur Michel Doukas17. On peut toutefois s’interroger sur la date exacte de l’arrivée de Marie puisque la Vie de Saint Georges l’Hagiorite place sa venue sous le règne de Théodora, en août 1056, à une époque où elle devait avoir quatre ou cinq ans tout au plus18. Il faut donc supposer un retour de Marie à la cour de son père avant sa venue définitive en 1071 /1072. Gautier a daté le second mariage de Constantin de 1074/107819 et proposé de retrouver dans la correspondance de Psellos une allusion à cette union20. De sa seconde épouse, Constantin eut aussi plusieurs filles dont l’une fut donnée en mariage au praktôr Georges et devint la mère d’Eudocie, laquelle fut unie à Michel Tzétzès dont elle eut pour fils les frères Jean et Isaac Tzétzès21.

  • 22 Michel Psellos, éd. K. Sathas, MB V, Paris 1876, n° 157 ; cf. WEISS (cité supra n. 11), p. 29 et n (...)
  • 23 Oikonomidès, p. 120 et n. 76. 77 ; Gautier, p. 213 et n. 31.

15Un autre fils de Constantin, prénommé Romain, est connu par la correspondance de Psellos qui félicite l’épi tôn kriséôn pour la naissance de l’enfant22. Compte tenu de sa titulature, Constantin était en fin de carrière et on considérera que Romain est né de son second mariage. Constantin termina en effet sa carrière comme épi ton kriséôn avec la dignité de sébaste. Il mourut pendant le règne de Nicéphore Botanéiatès (1078-1081)23.

2. L’épouse de Théodore Gabras

  • 24 Anne Comnène, Alexiade, éd. B. Leib, Paris 19672, II, p. 152. Sur la date et l’ensemble de cette a (...)

16Anne Comnène, dans un passage de l’Alexiade qui concerne des événements de l’année 1091 /1092, rapporte que la femme de Théodore Gabras « ayant payé la dette commune », celui-ci se remaria avec une cousine germaine de l’épouse du sébastocrator Isaac Comnène, rendant ainsi impossible pour des raisons canoniques, l’union projetée entre son fils Grégoire et une fille du sébastocrator. Anne Comnène précise que l’épouse de Théodore Gabras et l’épouse d’Isaac Comnène étaient filles de deux frères24.

  • 25 Nicéphore Bryennios, Histoire, éd. P. Gautier, Bruxelles 1975, p. 142-143 : θυγάτηρ τοῦ Ἀλανίας ἐξ (...)
  • 26 D. Theodoridis, Ein byzantinisches Bleisiegel mit zwei Prägungen aus dem 11. Jahrhundert, Studies (...)

17Il semble donc que l’identité de l’épouse de Théodore puisse être précisée en fonction de la généalogie de la sébastocratorissa. Cette dernière, connue à Byzance sous le prénom d’Irène, était fille du prince des Alains d’après le témoignage de Nicéphore Bryennios25, que vient confirmer la légende d’un sceau récemment publié26 :

18Avers : Représentation de la Vierge orante, portant en médaillon le buste de l’Enfant Jésus.

19Revers : Θεοτόκε βοήθει τῇ σῇ δούλῃ Ήρήνῃ πρωτοπροέδρισα, τῃ θύγατρι τοῦ ἐξουσιοκράτορος Ἀλανίας.

  • 27 C’est à tort que Marie était dite d’Alanie puisque son père Bagrat était roi de Géorgie. Sur les t (...)
  • 28 La tradition qui attribue à Dèmètrios la paternité d’Irène d’Alanie semble remonter à M. F. Brosse (...)

20Par ailleurs, Irène était cousine germaine de l’impératrice Marie d’Alanie dont nous savons qu’elle était fille du roi Bagrat de Géorgie27. Partant de là, elle a été considérée comme la fille de Dèmètrios, unique frère du roi Bagrat. Mais ce Dèmètrios, frère consanguin de Bagrat et mort ca 1053, fut le compétiteur acharné de son demi-frère et ne régna jamais sur les Alains. Il faut donc conclure que la parenté d’Irène et de Marie passe par la mère de Marie, Boréna, qui était précisément une princesse d’Alanie ; on lui connaît un frère, Dorgholel, qui fut roi des Alains et qui pourrait bien être le père d’Irène28. En conséquence, un frère de Dorgholel et de Boréna serait le père de l’épouse de Théodore Gabras.

  • 29 Sur la famille des Gabrades : A. Bryer, A Byzantine family : the Gabrades, c.979-c.l653, Universit (...)

21Né à Arta dans le thème de Chaldée (capitale Trébizonde), Théodore Gabras appartenait à une famille dont plusieurs membres s’étaient illustrés au cours du xie siècle. Il était, selon toute vraisemblance, le petit-fils de Michel Gabras, mort en 1040. Il portait la dignité de sébaste et remplissait la charge de duc de Trébizonde lorsqu’il fut capturé par les Turcs et exécuté le 2 octobre 109829.

  • 30 Irène est citée en 1067 comme épouse de Théodore Gabras, patrice et topotèrète de Koloneia ; Bryer(...)
  • 31 C’est par hypothèse que Barzos, n° 26, attribue à cette fille d’Isaac Comnène le prénom de Marie.
  • 32 Barzos, n° 33.

22Sa première épouse se prénommait Irène (épousée avant 1067/morte ca 1090) et rien ne permet d’affirmer, comme on l’a écrit, qu’elle appartenait à la famille des Tarônitai, bien que des relations matrimoniales entre les deux familles aient pu exister30. De cette première union naquit Grégoire Gabras qui, après des fiançailles avec une fille du sébastocrator Isaac Comnène31, fut fiancé épisodiquement à Marie, deuxième fille de l’empereur Alexis32.

  • 33 Toumanoff, p. 135.

23La tentative de Toumanoff d’identifier l’épouse de Théodore Gabras avec Marie, unique sœur de l’impératrice Marie d’Alanie qui, rappelons-le, portait en Géorgie le prénom de Marthe, ne résiste pas à l’analyse33. En effet, outre des difficultés chronologiques (les mariages des deux sœurs seraient séparés par une vingtaine d’années), on s’expliquerait mal qu’Anne Comnène n’ait pas signalé que la nouvelle épouse était la sœur de Marie d’Alanie qu’elle connaissait particulièrement bien.

  • 34 A. Papadopoulos-Kérameus, Synaxaire de Théodore Gabras, VV 12, 1905, p. 36, I. 31-35 où Constantin (...)
  • 35 Pour la dernière édition du sceau de Constantin Gabras, à l’effigie de saint Georges et mentionnan (...)
  • 36 Synaxaire de Théodore Gabras (cité supra n. 34), ibid. ; Cheynet, Pouvoir, p. 104. L’ignorance où (...)
  • 37 Sur Michel Gabras voir Barzos II, p. 164 s.

24Nous ignorons si le couple eut des enfants, mais on ne peut en aucun cas penser à Constantin Gabras, expressément désigné comme le neveu de Théodore34 et qui porte la dignité de protonobélissime35 alors que les enfants d’un sébaste doivent être sébastes. Promu ensuite protosébaste36, Constantin est vraisemblablement le père de Michel Gabras, second époux d’Eudocie, fille du sébastocrator Andronic Comnène37.

  • 38 I. Mélikoff, La geste de Melik Danismend I, Paris 1960, p. 80, 110, 117, 133, 137 s. ; Bryer, p. 7 (...)

25I. Mélikoff a proposé d’attribuer à Théodore Gabras la paternité d’une fille dont le nom grec pourrait être Euphronia, en reconnaisssant dans le duc de Trébizonde une des composantes du personnage de Shah-I-Shattat, un des héros du Melikdanishmendname, mais ceci demeure une hypothèse38.

3. L’épouse de Jean Kontostéphanos

  • 39 Théodose Goudélès dans É. Branoussi, Tὰ άγιολιγικὰ κείμενα τοῦ όσίου Χριστοδούλου, Athènes 1966, ρ (...)
  • 40 Nicétas Choniatès, Historia, éd. J.-A. Van Dieten, Berlin-New-York 1975, p. 369. W.-H. Rudt von Co (...)

26Le moine Théodose Goudélès, auteur de l’enkômion de Saint Christodule, rapporte que parmi les généraux qui combattirent Isaac Comnène révolté en Chypre en 1186 se trouvait Jean Kontostéphanos et il précise que Jean était gambros de l’empereur Alexis, fils aîné du porphyrogénète Jean, par sa femme qui était sœur de l’épouse d’Alexis39. La mission de Jean Kontostéphanos est connue de Nicétas Chôniatès qui ajoute que ce personnage était âgé lorsqu’il reçut son commandement40.

  • 41 Sur les Kontostéphanoi, voir H. Grégoire, Notes épigraphiques, XII, La famille des Kontostéphanes (...)
  • 42 Un domaine appartenant à un Kontostéphanos est mentionné par A. Guillou, Le Brébeion de la métropo (...)
  • 43 A. Carile, Partitio terrarum imperii Romanie, Studi Veneziani 7, 1965, p. 219.

27L’origine géographique des Kontostéphanoi41 n’est pas connue avec certitude ; leur union avec les Comnènes dès le xe siècle laisserait supposer que, comme ces derniers, ils avaient des liens avec la Paphlagonie, mais on les trouve aussi implantés en Italie du Sud dans le territoire de Région42 et la Partitio Romanae, établie au début du xiiie siècle mais se rapportant à une situation antérieure, signale des biens appartenant à des Kontostéphanoi dans la vallée du Méandre en Asie Mineure43

  • 44 Les listes synodales ont conservé le souvenir de ces trois personnages et leur position hiérarchiq (...)
  • 45 Barzos, n° 133 : d’après l’auteur, ce Jean Kontostéphanos était déjà mort en 1178/1182.
  • 46 Barzos, n° 104.
  • 47 P. Gautier, Basilikoi logoi inédits de Michel Psellos, Siculorum Gymnasium 33, n° 2, 1980, p. 761, (...)

28L’identité de ce Jean Kontostéphanos pourrait poser problème, puisque trois homonymes44 sont connus dans la période considérée, mais la précision que le personnage était âgé en 1186, permet de résoudre la difficulté. On éliminera donc Jean Kontostéphanos, fils d’Etienne Kontostéphanos et de Marie Comnène (fille de l’empereur Jean II), qui naquit ca 103045, de même que Jean Kontostéphanos, fils d’Andronic Kontostéphanos et de Théodora Comnène (petite-fille du sébastocrator Isaac) dont la naissance est fixée ca 102846. Jean est probablement un frère d’Étienne et d’Andronic Kontostéphanos, lui aussi allié par mariage à la famille impériale mais d’une manière plus lointaine que ses deux frères unis à des Comnènes. Il descend vraisemblablement de l’union d’un Kontostéphanos et d’une fille de Manuel Comnène Érôtikos47.

  • 48 Sur Alexis Comnène et ses deux épouses, voir Barzos, n° 74, qui utilise, entre autres sources, deu (...)
  • 49 Cette année-là se situe un épisode raconté par Kinnamos (éd. Bonn. p. 36), en rapport avec la venu (...)

29L’empereur Alexis, cité par Théodose Goudélès, est le fils aîné de Jean II Comnène et d’Irène de Hongrie. Né à la fin de 1106 ou au début de 1107, il fut associé par son père à l’empire mais mourut avant ce dernier à l’automne 1142. Il se maria deux fois : sa première femme Dobrodéja, épousée en 1122, était fille du prince de Kiev Msitslav et de Christine de Suède ; elle prit à Byzance le prénom d’Irène et mourut le 16 novembre 1131, n’ayant eu qu’une fille prénommée Marie. Alexis se remaria alors (ca 1135 ?) avec Kataè de Géorgie, fille du roi Dèmètrios Ier, qui prit le prénom d’Eudocie et dont il n’eut pas d’enfant48. Elle était toujours vivante en 1145/4649.

  • 50 Sur les filles de Msitslav de Kiev, voir N. Baumgarten, Généalogies et mariages occidentaux des Ru (...)
  • 51 Toumanoff, p. 136. On éliminera des filles attribuées à Dèmètrios Ier de Géorgie la première femme (...)
  • 52 Outre le mariage d’Alexis Comnène (fils de l’empereur Jean II) avec Dobrodéja de Kiev, il semble b (...)
  • 53 Voir le mariage du sébaste Constantin avec une parente de Marie d’Alanie, l’union d’Isaac Comnène (...)

30L’épouse de Jean Kontostéphanos était donc la sœur soit de Dobrodéja-Irène50 soit de Kataè-Eudocie51. Bien que les sources russes et géorgiennes attribuent à chacune de ces princesses un grand nombre de sœurs, elles n’en signalent aucune qui soit devenue l’épouse d’un Jean Kontostéphanos. Il nous semble pourtant qu’une plus grande probabilité parle en faveur d’une sœur de Kataè. En effet, outre le critère chronologique, les échanges matrimoniaux des Comnènes avec la dynastie des Rurikides ont essentiellement concerné des fils d’empereur52 et dans ce sens la parenté de Jean Kontostéphanos avec l’empereur byzantin paraît bien lointaine. En revanche, il appert que les dynasties géorgiennes se sont aussi unies avec des membres de l’aristocratie byzantine, alliés de façon plus ou moins proche avec la famille impériale53.

  • 54 L’opinion de H. Grégoire (cité supra n. 41), p. 154, 158, sur l’identité de ce Jean Kontostéphanos (...)

31L’identification de cette princesse géorgienne avec l’épouse d’un Jean Kontostéphanos, prénommée Théodora et pour laquelle Constantin Manassès composa une monodie, ne paraît pas possible54.

4. Aspaè, épouse de Paléologue

  • 55 Jean Tzétzès, Chiliades, vers 596-597 et scolie p. 576 ; Barzos I, p. 344-345 et n. 33 ; Gautier, (...)

32Une scolie, que l’on s’accorde à attribuer à Jean Tzétzès lui-même, est destinée à éclairer un vers des Chiliades. L’auteur, après avoir décrit la parenté entre l’impératrice Marie d’Alanie et l’épouse du sébaste Constantin, compare cette situation avec celle qui lui est contemporaine et qui lie Kataè et Aspaè. La scolie explique que Kataè est l’épouse du porphyrogénète Alexis et qu’Aspaè est mariée avec un Paléologue55.

33Pour être pertinente, la comparaison de Tzétzès doit se vérifier en tout point : de même que l’épouse du sébaste Constantin, parente de l’impératrice Marie d’Alanie, était dite sa servante, de même Aspaè que l’on dit servante de Kataé doit aussi être sa parente. La coutume voulait que les princesses mariées à l’étranger aient été accompagnées de suivantes qui souvent leur étaient apparentées. Par ailleurs le mariage avec un Paléologue, membre d’une famille plusieurs fois alliée à la lignée impériale, montre qu’Aspaè devait appartenir à l’aristocratie géorgienne.

  • 56 Pour la famille des Paléologues aux xie et xiie siècles, voir v. Laurent, La généalogie des premie (...)

34Originaires du thème des Arméniaques, les Paléologues durent leur fortune au mariage de l’un d’entre eux, Georges, avec la sœur de l’impératrice Irène Doukaina ; à partir de là ils s’allièrent aux plus grandes familles aristocratiques56.

  • 57 Sur Michel et Constantin Paléologue, voir Vannier, nos 17 et 19. L’indication de Sturdza (cité sup (...)
  • 58 Pour ce qui concerne Georges Paléologue, voir Vannier, n° 18 (cf. n° 21). Aux références fournies, (...)
  • 59 Jean Tzétzès, Epistulae, n° 9.

35Le fait que l’époux soit mentionné sans son prénom laisse à penser qu’il s’agit d’un Paléologue suffisamment connu pour que le patronyme seul assure l’identification. Or, dans la première moitié du xiie siècle, trois Paléologues sont susceptibles de convenir : Michel, Constantin ou Georges57. Bien que notre documentation ne nous renseigne pas sur les épouses de ces personnages, la plus grande probabilité est en faveur du grand hétériarque Georges Paléologue qui mena une carrière de diplomate et fut un généreux donateur, ami des arts et des lettres (né ca 1120/mort ca 1168)58. En effet, un indice à prendre en compte est fourni par une lettre de Tzétzès, écrite à l’occasion de la marche des croisés allemands de Conrad III sur Constantinople (juillet-août 1147) et adressée à la femme d’un grand hétériarque qui doit être Georges Paléologue59.

  • 60 Aspaè est ignorée de F. Justi, Iranisches Namenbuch, Marbourg 1895, p. 45-46 qui, sous ce prénom r (...)
  • 61 Sur l’empereur associé Alexis Comnène et son épouse Kataè de Géorgie voir supra n. 48.
  • 62 Alexis Paléologue dut divorcer de sa femme pour épouser la fille d’Alexis III. Il est possible que (...)
  • 63 On trouvera des indications sur les descendants des Paléologues dans L. Bierbrier, Modern descenda (...)

36Aspaè60 vint à Constantinople ca 1135 comme suivante de Kataè qui devait épouser l’empereur associé Alexis, fils aîné de Jean II Comnène61. Georges Paléologue et Aspaè eurent plusieurs enfants dont le sébaste Alexis Paléologue, qui de son union avec Irène Comnène, fille de l’empereur Alexis III62, eut une fille unique, Théodora, elle-même mère de Michel VIII Paléologue63.

Notes

1 K. Barzos, Ή γενεολογία τῶν Κομνηνῶν, Thessalonique 1984 (Βυζαντινὰ κείμενα καὶ μελέται 20) (cité Barzos suivi du n° de la notice prosopographique ou du tome et de l’indication de la page). On trouvera des hypothèses intéressantes sur la généalogie des Comnènes dans les tableaux établis par M. Sturdza, Grandes familles de Grèce, d’Albanie et de Constantinople, Paris 1983 et par N. Freiherr Schrenk VON Notzing, Europäische Stammtafeln, éd. D. Schwennicke, Marbourg 1984, II, tableaux 174 à 176. Pour la politique familiale des Comnènes on consultera : A. Hohlweg, Beiträge zur Verwaltungsgeschichte des oströmischen Reiches unter den Komnenen, Munich 1965, p. 15-34 ; J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris 1990 (Byzantina Sorbonensia 9), particulièrement le chapitre intitulé « Clans et parentèles », p. 261-286 (cité Cheynet, Pouvoir) ; P. Magdalino, The Empire of Manuel Comnenus (1143-1180), Cambridge 1993, p. 201-217. Voir aussi les indications contenues dans l’article de M. et E. Jeffreys, Who was Eirene the sevastocratorissa ?, Byz. 64, 1994, p. 40-68.

2 C. Toumanoff, Les dynasties de la Caucasie chrétienne de l’Antiquité jusqu’au xixème siècle. Tables généalogiques et chronologiques, Rome 1990 (cité Toumanoff). Cet ouvrage comporte aussi une généalogie de la famille des Comnènes, p. 489-493.

3 Jean Tzétzès, Epistulae, éd. P. Leone, Leipzig 1972, n° 6. La place de ce sébaste Isaac Comnène dans le stemma des Comnènes n’est pas assurée ; Barzos, n° 56 et I, p. 153-154, n. 36, propose de l’identifier avec un petit-fils du premier sébastocrator Isaac Comnène, connu sous le prénom monastique de Jean. Une référence qui a échappé à Barzos permet de le reconnaître dans un Isaac Comnène, duc de Berroia, chez qui Tzétzès commença sa carrière : Jean Tzétzès, Antehomerica, homerica et posthomerica, éd. I. Bekker, Berlin 1916, p. 31, 63 ; cf. Magdalino (cité supra n. 1), p. 348-349. Par ailleurs, des notices datées des années 1136 à 1174 et contenues dans un manuscrit d’Oxford signalent le pansébaste sébaste Isaac Comnène et ses enfants : J. C. Alderson, A Twelfth Century Instance of Reused Parchment, Scriptorium 44, 1990, p. 207-216.

4 Jean Tzétzès, Chiliades, éd. P. Leone, Naples 1968, p. 190-191, vers 585-630.

5 P. Gautier, La curieuse ascendance de Jean Tzetzès, RÉB 28, 1970, p. 207-220 (cité Gautier).

6 La généalogie couvre quatre générations, ce qui représente le maximum d’informations généralement fournies par les auteurs byzantins. Voir, à titre de comparaison, la généalogie du grand hétériarque Georges Paléologue donnée par Léon Mégistos (Byz. 40, 1970, p. 393-407) ; certaines poésies contenues dans le Codex marcianus 524 (Néos Hell. 8, 1911, p. 3-59 et 113-192) ou les cas d’empêchements de mariages publiés par A. Schminck, Vier eherechtliche Entscheidungen aus dem 11. Jahrhundert, Fontes Minores 3, 1979, p. 240 s. La Vie de saint Philarète, qui connaît de nombreux collatéraux, ne couvre que trois générations : M.-F. Auzépy, De Philarète, de sa famille et de certains monastères de Constantinople, dans Les Saints et leur sanctuaire à Byzance, Paris 1993 (Byzantina Sorbonensia 11), p. 115-120. Une exception reste, pour une période allant du ive au début du viie siècle, la généalogie des descendants de l’empereur Valentinien par le patriarche Nicéphore de Constantinople (éd. Bonn, p. 755-756 = éd. De Boor, p. 104-105), qui énumère onze générations.

7 Cette précision apportée par Tzétzès n’est pas sans incidence pour dater la collation du titre de sébaste à Isaac et Alexis Comnène. Il semble bien que les bénéficiaires de cette dignité avant Constantin furent la première épouse de Romain III Argyre, Hélène, devenue la moniale Marie, la maîtresse de Constantin Monomaque, Marie Skléraina et la princesse d’Alanie qui lui succéda dans les faveurs de l’empereur et qui n’est pas encore identifiée. L’attribution de la dignité à certains fonctionnaires provinciaux d’origine étrangère tels Philarète Brachamios ou Basile Apokapès ne saurait être antérieure au règne d’Alexis Ier Comnène (1081).

8 Sur le complot de 1040 voir Cheynet, Pouvoir, p. 51-52.

9 Sur la famille des Cérulaires voir N. Oikonomidès, Le serment de l’impératrice Eudocie (1067). Un épisode de l’histoire dynastique de Byzance, RÉB 21, 1963, p. 101-128 ( = Documents et Études sur les institutions de Byzance, Londres 1976, III) (cité Oikonomidès) ; A. Kazhdan, Some notes on the Byzantine prosopography of the ninth through twelfth centuries, 5. Cerularius, Byz. Forsch. 12, 1987, p. 71-72 ; Cheynet, Pouvoir, p. 52, n. 2, signale l’existence d’un sceau inédit au nom de Léon Cérulaire (D.O 58 106 4085 daté du xie siècle) ; J.-Cl. Cheynet, C. Morrisson, W. Seibt, Sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig. Catalogue raisonné, Paris 1992, p. 77-78, 112-113 (cité Seyrig). On ajoutera la mention d’un Basile Cérul(l)aire en novembre 1060 dans k. et S. Lake, Dated Greek Minuscule Manuscripts to the Year 1200, Boston 1934-1945, VI, p. 11.

10 Pour la carrière de Constantin, Gautier, p. 212-214 ; Oikonomidès, p. 119-120 ; voir aussi R. Guilland, Recherches sur les institutions byzantines, Berlin-Amsterdam 1968, I, p. 574-575. Sur les relations entre la famille des Cérulaires et Michel Psellos voir l’article de J. N. Liubarskij dans VV 35, 1973, p. 89-102.

11 V. Laurent, Le Corpus des sceaux de l’Empire byzantin. II, L’Administration centrale, Paris 1981, n° 891 (cité Laurent, Administration). Ce sceau doit être rapproché de celui de Nicéphore, protoproèdre et drongaire de la Veille, personnage dans lequel on reconnaîtra le frère de Constantin, que les sources littéraires mentionnent comme drongaire : Laurent, Administration, n° 892. Cf. P. Canart, Nouveaux inédits de Psellos, RÉB 25, 1967, p. 54 ; G. Weiss, Forschungen zu den noch nicht edierten Schriften des Michael Psellos, Byzantina 4, 1972, p. 29 et n. 64, 67. Il est possible que Nicéphore, lui aussi, ait eu un fils prénommé Romain ; voir le sceau au nom de Romain, fils de Nicéphore protoproèdre et drongaire de la Veille (cité par Laurent, ibid.).

12 Seyrig, n° 96 avec référence à deux autres sceaux qui ont pu appartenir au même personnage.

13 Constantin et Nicéphore sont les exadelphoi anonymes qu’Eudocie s’engage dans son serment à ne pas introduire au palais : Oikonomidès, p. 107. Ce texte est le seul qui précise la parenté et, par là-même, il met fin aux différentes hypothèses émises jusque-là et résumées par Gautier, p. 213. Un troisième neveu du patriarche Michel Cérulaire se prénommait Théophylacte et était vraisemblablement frère de l’impératrice Eudocie, voir Barzos I, p. 125. Ce Théophylacte doit être l’ancêtre du sébaste Eumathios Makrembolitès, qui est présenté comme le descendant d’un frère de l’impératrice Eudocie Makrembolitissa : Théodore Balsamon, ‘Επιγράμματα, éd. K. Horna, Wiener Studien 25, 1903, p. 18, 42-43, 48-49.

14 Sur Jean Makrembolitès voir Cheynet, Pouvoir, p. 52, n. 1, qui propose de lui attribuer le sceau inédit IFEB n° 78 portant la légende Jean Makrembolitès, protospathaire, épi tou Chrysotriklinou, juge du Velum, de l’Hippodrome et de l’Opsikion. Sur les Makrembolitai dans la sigillographie : Ch. Stavrakos, Die byzantinische Bleisiegel mit Familiennamen aus der Sammlung des Numismatischen Museums Athen, Thèse dactylographiée, Vienne 1990, p. 226-229 et Cheynet, Seyrig, p. 113.

15 Gautier, p. 217-218. De cette union naquit Michel lasitès qui fut l’époux d’Eudocie, une des filles d’Alexis Ier Comnène : Barzos, n° 37.

16 Sur Michel et son épouse voir les références réunies par Barzos I, n° 20, auxquelles on ajoutera M. Nystazopoulou-Pélékanidès, Anne Comnène, protectrice du couvent de Patmos (À propos d’un sigillion inédit), In memoriam Sophia Antoniadès, Venise 1974, p. 12-14, particulièrement la note 34.

17 Pour l’ascendance de Marie d’Alanie voir Toumanoff, p. 134-135 ; la princesse portait à l’origine le prénom de Marthe, qui était celui de son arrière-grand-mère, épouse du roi Bagrat III de Géorgie et d’une de ses tantes, fille du roi Georges Ier. Sur le personnage de Marie voir B. Leib, Nicéphore III Botaneiatès (1078-1081) et Marie d’Alanie, Actes du VIe Congrès International d’Études Byzantines I, Paris 1950, p. 129-140 ; D. Polemis, The Doukai, A contribution to byzantine prosopography, Londres 1968, p. 58 ; B. Skoulatos, Les personnages byzantins de l’Alexiade. Analyse prosopographique et synthèse, Louvain 1980, notice n° 121 ; U. M. Hogus, Grunzinskie materialy ο vizantijskoj imperatritsy « Alanki » Marii, Actes du XVe Congrès International d’Etudes Byzantines IV, Athènes 1980, p. 138-143 ; M. Mullett, The « Disgrace » of the Ex-basilissa Maria, BSl. 45, 1984, p. 202-211. Le mariage de Marie avec Michel Doukas est également rapporté par une chronique géorgienne anonyme récemment publiée : Das Leben Kartlis, Ein Chronik aus Georgien, éd. G. Patsch, Leipzig 1985. p. 383.

18 Vie de Saint Georges l’Hagiorite, traduction latine par P. Peeters, Histoires monastiques géorgiennes, An. Boll. 36-37, 1917-1919, p. 106, cf. p. 135 où Aaron est cité sans titre (il s’agit du fils du tsar bulgare Jean-Vladislav, qui deviendra le beau-frère d’Isaac Ier Comnène). La princesse géorgienne arrive à Byzance le jour de la mort de Théodora (21 août 1056) et le saint prédit « une reine s’en va, une autre arrive ».

19 Gautier, p. 15 ; plus près de 1074 puisqu’il faut prendre en compte la naissance d’au moins quatre enfants avant la mort de Constantin survenue ca 1080.

20 Gautier, p. 214.

21 Gautier, p. 218-219. Il faut peut-être ajouter une fille mariée à un Basilakios et mère de Jean Basilakios que Tzétzès dans sa correspondance appelle son neveu (anepsios), lettre n° 69 (éd. Leone), cf. n° 73 où le lien de parenté n’est pas précisé. Mais on sait que les auteurs et les épistoliers appelaient souvent neveu des personnages avec lesquels ils n’avaient que des relations de parenté spirituelle.

22 Michel Psellos, éd. K. Sathas, MB V, Paris 1876, n° 157 ; cf. WEISS (cité supra n. 11), p. 29 et n. 64.

23 Oikonomidès, p. 120 et n. 76. 77 ; Gautier, p. 213 et n. 31.

24 Anne Comnène, Alexiade, éd. B. Leib, Paris 19672, II, p. 152. Sur la date et l’ensemble de cette affaire voir les remarques de A. Laiou, Mariages, amour et parenté à Byzance aux xie-xiiie siècles, Paris 1992 (TM, Monogr. 7), p. 41-42 et n. 95. Comme le souligne l’auteur, contrairement à ce qu’écrit Anne Comnène, aucune loi ni canon n’empêchaient un pareil mariage ; Barzos I, n° 26.

25 Nicéphore Bryennios, Histoire, éd. P. Gautier, Bruxelles 1975, p. 142-143 : θυγάτηρ τοῦ Ἀλανίας ἐξουσιάζοντος. L’exousiokratôr d’Alanie désigne à la fois le roi d’Alanie et le chef des troupes alaines à Byzance, qui pouvait appartenir à la famille royale, comme semble le suggérer un sceau où l’exousiokratôr Rosmikès, connu par l’Alexiade (III, p. 108), porte la dignité de sébaste : W. Seibt, Die byzantinischen Bleisiegel in Österreich. I, Kaiserhof, Vienne 1978, n° 170. Chronologiquement, Rosmikès pourrait être un frère ou un neveu d’Irène d’Alanie.

26 D. Theodoridis, Ein byzantinisches Bleisiegel mit zwei Prägungen aus dem 11. Jahrhundert, Studies in Byzantine Sigillography, 2, éd. N. Oikonomides, Washington 1990, p. 1-65. L’auteur identifie, à tort selon nous, la concubine de Constantin Monomaque à l’épouse d’Isaac Comnène. Le sceau date de la période où Isaac Comnène était protoproèdre et duc d’Antioche (1074-1078) ; sur Isaac portant cette titulature, voir le sceau édité par J.-Cl. Cheynet, Sceaux byzantins des musées d’Antioche et de Tarse, TM 12, 1994, p. 421, n° 51, avec références aux éditions antérieures. La pièce éditée par Théodoridis est remarquable en ce qu’elle a été réutilisée et comporte une seconde légende au nom du curopalate Michel Tarônitès, à identifier au beau-frère d’Isaac et Alexis Comnène.

27 C’est à tort que Marie était dite d’Alanie puisque son père Bagrat était roi de Géorgie. Sur les trois peuples (Abasges, Ibères et Alains) qui composaient le royaume de Géorgie d’après le témoignage de Tzétzès, voir Chiliades, vers 588-589. Peut-on supposer pareille confusion chez Psellos, Chronographie, éd. Renauld, Paris 1926-1928, II, p. 45-46, lorsqu’il parle de la fille du roi des Alains devenue la maîtresse de l’empereur Constantin Monomaque ?

28 La tradition qui attribue à Dèmètrios la paternité d’Irène d’Alanie semble remonter à M. F. Brosset, Histoire de la Géorgie depuis l’Antiquité jusqu’au xixe siècle, Saint-Pétersbourg 1849, II, p. 330 n. 2. Sur Dorgolhel, père de l’épouse du sébastocrator Isaac Comnène, voir V. Kouznetsov et I. Lebedynsky, Les Alains - Cavaliers des steppes, seigneurs du Caucase, Paris 1997, p. 89 ; Toumanoff, p. 135. Cf. Barzos i, p. 68 et n. 7.

29 Sur la famille des Gabrades : A. Bryer, A Byzantine family : the Gabrades, c.979-c.l653, University of Birmingham Historical Journal 12, 1970, p. 164-187 (cité Bryer) ; A. Bryer, S. Fassoulakis, d. M. Nicol, A Byzantine family : the Gabrades. An additional note, BSl. 36-1, 1975, p. 38-45 ; Cl. Cahen, Une famille byzantine au service des Seljuqides d’Asie Mineure, Polychronion (Festschrift Franz Dölger), Heidelberg 1968, p. 145-149 ; Skoulatos (cité supra n. 17), notices n° 40 sur Constantin Gabras ; n° 73 sur Grégoire Gabras ; n° 200 sur Théodore Gabras ; A. Avraméa, Manuel Ducas Comnène Gavras de Troade. a propos de CIG IV 2, n° 8763, Geographica Byzantina, Paris 1981 (Byzantina Sorbonensia 3), p. 37-41 ; Laurent, Administration, n° 989 (sceau de Léon Gabras spatharocandidat et ploiarchos) ; A. W. Dunn, A Handlist of the Byzantine Lead Seals and Tokens (and of Western and Islamic seals) in the Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham, 1983, n° 6 (sceau de Théodore Gabras sébaste et duc) ; H. Bartikian, Les Gaurades à travers les sources arméniennes, L’Arménie et Byzance. Histoire et culture, Paris 1996 (Byzantina Sorbonensia 12), p. 19-30. Cf. A. Savvides dans Medieval Prosopography, Printemps 1992, 13, 1, p. 93.

30 Irène est citée en 1067 comme épouse de Théodore Gabras, patrice et topotèrète de Koloneia ; Bryer, p. 175-176, propose, avec réserve, de la considérer comme une Tarônitissa afin de justifier que Grégoire, le fils de Théodore, soit connu indifféremment dans l’Alexiade sous les noms de Gabras et de Taronitès : or, il s’agit de deux personnages bien distincts. Cf. Skoulatos, p. 108, et surtout Cheynet, Pouvoir, p. 95-96, 101.

31 C’est par hypothèse que Barzos, n° 26, attribue à cette fille d’Isaac Comnène le prénom de Marie.

32 Barzos, n° 33.

33 Toumanoff, p. 135.

34 A. Papadopoulos-Kérameus, Synaxaire de Théodore Gabras, VV 12, 1905, p. 36, I. 31-35 où Constantin est appelé adelphidous.

35 Pour la dernière édition du sceau de Constantin Gabras, à l’effigie de saint Georges et mentionnant sa dignité de protonobélissime, voir n. Zekos dans Studies in Byzantine Sigillography 2 (cité supra n. 26), p. 182-184, n° 14.

36 Synaxaire de Théodore Gabras (cité supra n. 34), ibid. ; Cheynet, Pouvoir, p. 104. L’ignorance où nous sommes des administrateurs et des généraux du règne de Jean II Comnène ne nous permet pas pour l’instant de justifier la promotion de Constantin à une dignité qui semble réservée aux membres de la famille impériale, mais que pouvaient ambitionner des militaires victorieux ou des fonctionnaires habiles.

37 Sur Michel Gabras voir Barzos II, p. 164 s.

38 I. Mélikoff, La geste de Melik Danismend I, Paris 1960, p. 80, 110, 117, 133, 137 s. ; Bryer, p. 78 ; Bryer et alii (cité supra n. 29), p. 38, n. 1. La forme turque du nom pourrait aussi bien recouvrir les prénoms grecs d’Euphémie ou d’Eumorphia. Cette dernière forme, très rare, paraît avoir été en faveur dans les régions pontiques. En effet, on trouve mention dans le thème de Chaldia d’une Eumorphia, femme du spatharocandidat Eustratios, qui fut guérie par saint Eugène (xie siècle ?), cf. J. Rosenqvist, The Hagiographie Dossier of Saint Eugenios of Trebizond in Codex Athous Dionysiou 154, Uppsala 1996, p. 265-269. C’est aussi le nom de la fille du protonobélissime, puis sébaste, Gabriel de Mélitène, devenue reine de Jérusalem par son mariage avec Baudouin de Bourcq et connue jusqu’à présent sous l’hypocoristique de Morphia. Cf. Seyrig, n° 381 et J.-Cl. Cheynet, Les Arméniens de l’Empire en Orient de Constantin X à Alexis Comnène (1059-1091), L’Arménie et Byzance (cité supra n. 29), p. 77, n. 55.

39 Théodose Goudélès dans É. Branoussi, Tὰ άγιολιγικὰ κείμενα τοῦ όσίου Χριστοδούλου, Athènes 1966, ρ. 151 et commentaire p. 162 ; cf. BARZOS I, p. 345-346, n. 36.

40 Nicétas Choniatès, Historia, éd. J.-A. Van Dieten, Berlin-New-York 1975, p. 369. W.-H. Rudt von Collenberg, L’empereur Isaac de Chypre et sa fille (1155-1207), Byz. 38, 1968, p. 141, le qualifie de relique d’un autre âge. Jean Kontostéphanos et son collègue Alexis Comnène (Barzos, n° 167), faits prisonniers, furent envoyés à Païenne chez l’allié d’Isaac, le roi Guillaume II de Sicile.

41 Sur les Kontostéphanoi, voir H. Grégoire, Notes épigraphiques, XII, La famille des Kontostéphanes et le monastère d’Élegmi, Revue de l’Instruction Publique en Belgique 52, 1909, p. 152-161 (tableau généalogique p. 159) ; Laurent, Administration, sceau n° 897 d’Eudocie Kontostéphanina, sébaste et grande drongaria (commentaire à revoir) ; J. Darrouzès, Georges et Dèmètrios Tornikès. Lettres et discours, Paris 1970 (tableau généalogique p. 62) ; Actes d’Iviron, éd. J. Lefort, N. Oikonomidès, D. Papachryssanthou, avec la collaboration de V. Kravari et H. Métrévéli, Paris 1990, II, p. 212-213 (sur le curopalate et préteur de Boléron, Strymôn et Thessalonique, Nicéphore Kontostéphanos) ; Barzos I, p. 295-299 (liste prosopographique avec références) et stemma entre les pages 304-305 ; cf. A. Savvides dans Medieval Prosopography (cité supra n. 29), p. 99.

42 Un domaine appartenant à un Kontostéphanos est mentionné par A. Guillou, Le Brébeion de la métropole byzantine de Région (vers 1050), Cité du Vatican 1974, p. 38, 174.

43 A. Carile, Partitio terrarum imperii Romanie, Studi Veneziani 7, 1965, p. 219.

44 Les listes synodales ont conservé le souvenir de ces trois personnages et leur position hiérarchique respective permet de les distinguer. Ainsi au synode du 12 mai 1157 (PG 140, col. 177), apparaît au 6e rang le pansébaste sébaste Jean Kontostéphanos, qui est le fils d’Andronic Kontostéphanos et de Théodora Comnène ; au synode du 6 mars 1166 (PG 140, col. 252), on trouve au 5e rang l’anepsios Jean Kontostéphanos qui est le fils d’Étienne Kontostéphanos et d’Anne Comnène et au 26e rang le pansébaste sébaste Jean Kontostéphanos qui est le personnage étudié ici.

45 Barzos, n° 133 : d’après l’auteur, ce Jean Kontostéphanos était déjà mort en 1178/1182.

46 Barzos, n° 104.

47 P. Gautier, Basilikoi logoi inédits de Michel Psellos, Siculorum Gymnasium 33, n° 2, 1980, p. 761, n° 57. Le discours, adressé à Isaac Ier Comnène, signale le neveu de l’empereur, le magistre et duc Kontostéphanos : de ce texte on peut inférer qu’une fille de Manuel Comnène (ignorée de Barzos) est l’épouse d’un Kontostéphanos. Cf. Cheynet, Pouvoir, tableau généalogique p. 277. On regardera comme une coïncidence et une curiosité la mention chez L. Miniati, Le glorie cadute dell’antichissima ed augustissima famiglia Comnena, Venise 1663, p. 13, d’une fille de Manuel Comnène prénommée Hélène et épouse d’un Kontostéphanos (puis d’un Diplovatatzès ?).

48 Sur Alexis Comnène et ses deux épouses, voir Barzos, n° 74, qui utilise, entre autres sources, deux notices inédites (nos 6 et 7) du moine Pachômios Sinaitès. La seconde de ces épouses porte un prénom, Kata ou Kataè, qui est traditionnel dans l’aristocratie géorgienne et plus particulièrement chez les Bagratides.

49 Cette année-là se situe un épisode raconté par Kinnamos (éd. Bonn. p. 36), en rapport avec la venue à Byzance de la fiancée de Manuel Comnène, Berthe de Sulzbach.

50 Sur les filles de Msitslav de Kiev, voir N. Baumgarten, Généalogies et mariages occidentaux des Rurikides russes du xe au xiie siècle, OCP 35, 1927, p. 22-23. C’est à tort que Dobrodéja est indiquée comme la femme d’Andronic Comnène dans le tableau V, n° 26. Cf. aussi A. Kazhdan, Rus’-Byzantine Princely Marriages in the Eleventh and Twelfth Centuries, Harvard Ukrainian Studies 12-13, 1988-1989, p. 414-429 et plus particulièrement p. 423.

51 Toumanoff, p. 136. On éliminera des filles attribuées à Dèmètrios Ier de Géorgie la première femme du futur empereur Andronic Comnène qui n’épousa pas de princesse géorgienne, comme il a longtemps été admis.

52 Outre le mariage d’Alexis Comnène (fils de l’empereur Jean II) avec Dobrodéja de Kiev, il semble bien qu’à la génération précédente deux des fils d’Alexis Ier aient épousé des princesses russes, à savoir une fille de Volodar de Przémysl et une fille de Vseslav de Polock. Sur ces unions, qui demandent une étude plus approfondie, voir les réserves exprimées par Kazhdan (cité supra n. 50), p. 419-420.

53 Voir le mariage du sébaste Constantin avec une parente de Marie d’Alanie, l’union d’Isaac Comnène avec Irène d’Alanie qui date de ca 1072, avant que le frère d’Isaac ne devienne empereur, ainsi que le mariage de Manuel Comnène qui épousa une princesse géorgienne avant que son père Andronic ne fût empereur. La politique matrimoniale des Comnènes à cette époque privilégie deux types d’alliances, celles avec les Rurikides d’une part et celles avec les Bagratides d’autre part, comme l’ont montré M. et E. Jeffreys (cité supra n. 1), p. 55-56.

54 L’opinion de H. Grégoire (cité supra n. 41), p. 154, 158, sur l’identité de ce Jean Kontostéphanos ne ressort pas clairement ; pour Barzos I, p. 296, n° 12, il s’agit du fils d’Andronic Kontostéphanos et de Théodora Comnène. En ce qui concerne Théodora, elle est présentée comme appartenant à une famille remarquable (ἐξ ἐπισημων τοῦ γένους), qualificatif qui nous paraît impropre pour désigner une famille souveraine comme les Bagratides de Géorgie, bien que cette possibilité demeure ; voir les références dans Barzos, ibid.

55 Jean Tzétzès, Chiliades, vers 596-597 et scolie p. 576 ; Barzos I, p. 344-345 et n. 33 ; Gautier, p. 208 et n. 5.

56 Pour la famille des Paléologues aux xie et xiie siècles, voir v. Laurent, La généalogie des premiers Paléologues, Byz. 8, 1933, p. 125-149 ; O. Lampsidis, Beitrag zur Biographie des Georgios Paläologos des Megas Hetäreiarches, Byz. 40, 1970, p. 393-407 ; J.-F. Vannier, Les premiers Paléologues. Étude généalogique et prosopographique, dans J.-Cl. Cheynet, J.-F. Vannier, Études Prosopographiques, Paris 1986 (Byzantina Sorbonensia 5), p. 123-187 (cité Vannier, suivi du n° de la notice).

57 Sur Michel et Constantin Paléologue, voir Vannier, nos 17 et 19. L’indication de Sturdza (cité supra n. 1), qui attribue comme épouse à Constantin Paléologue, Eudocie, fille du second sébastocrator Isaac Comnène, nous semble être une reconstruction fondée à la fois sur les règles de préséance dans les listes synodales et sur la dévolution des prénoms chez les Comnènes.

58 Pour ce qui concerne Georges Paléologue, voir Vannier, n° 18 (cf. n° 21). Aux références fournies, on ajoutera la mention d’un Paléologue dont la maison était fréquentée par Constantin Manassès et qui aimait l’étude et recherchait l’amitié des hommes de lettres : L. Sternbach, Jahreshefte des Österreichischen Archäologischen Instituts 5, 1902, Beiblatt 83. Ce Paléologue est sûrement le grand hétériarque Georges.

59 Jean Tzétzès, Epistulae, n° 9.

60 Aspaè est ignorée de F. Justi, Iranisches Namenbuch, Marbourg 1895, p. 45-46 qui, sous ce prénom relativement rare, ne connaît que deux personnages des xiiie et xive siècles : la femme de Liparit de Siounie (morte en 1263) et sa petite-fille (morte en 1312), cf. Toumanoff, p. 352. Peut-on suggérer un rapprochement avec le nom d’Aspar, porté par un personnage présenté comme d’origine alaine ? Dans ce cas Aspaè pourrait appartenir à la famille royale d’Alanie.

61 Sur l’empereur associé Alexis Comnène et son épouse Kataè de Géorgie voir supra n. 48.

62 Alexis Paléologue dut divorcer de sa femme pour épouser la fille d’Alexis III. Il est possible que de son premier mariage soit née Marie, mère du césar Alexis Comnène Stratégopoulos ; cf. A. Buchon, Nouvelles recherches historiques sur la principauté française de Morée et ses hautes baronies, Paris 1845, I, p. 246 et n. 1 ; II, tableau n° IV, Généalogie des Comnène de Constantinople, de Trébizonde et d’Épire, des Ange, des Lascaris, des Paléologue et des Mélissène. L’auteur exploite les données d’un chrysobulle d’Andronic II Paléologue daté de 1296, vraisemblablement un faux composé par Macaire Mélissénos, dans lequel les noms et les liens de parenté ne sont peut-être pas tous inventés. Mais il considère, à tort, que Marie avait pour mère Irène, alors que cette dernière n’eut qu’une fille unique Théodora. Une partie du problème relatif à l’origine du césar Stratégopoulos se trouve exposée par Barzos, I, p. 306-307 et n. 4 et 5 et II, p. 62-67.

63 On trouvera des indications sur les descendants des Paléologues dans L. Bierbrier, Modern descendants of Byzantine family, The Genealogists’ Magazine 20, 1980, p. 85-96, avec, en particulier, les références aux travaux de P. Mallat. On ajoutera C. A. Gauci et P. Mallat, The Palaeologos Family - A Genealogical Review, Hamrun, Malte 1985 et D. M. Nicol, The Immortal Emperor, Cambridge 1992, p. 109-128.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search