Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Topographie ponctuelle de l’iconomachie en Asie Mineure

Nicole Thierry

Texte intégral

  • 1 H. Ahrweiler, The Geography of the Iconoclast World, Iconoclasm, éd. A. Bryer, J. Herrin, Birmingh (...)
  • 2 Ce texte reprend la matière de nos conférences de 1989-1990, à l’Ε.Ρ.Η.Ε., Ve Section, cf. Annuair (...)

1À la suite de l’étude de Madame Hélène Ahrweiler consacrée à la géographie de l’iconoclasme1, nous nous sommes efforcée de confronter quelques nouveaux éléments d’appréciation tirés des textes et de l’archéologie2. Nous n’épuisons pas le sujet, mais nous apportons quelques éclaircissements au tableau complexe de la religiosité pratiquée sous le couvert de l’officialité iconomaque.

  • 3 PG 100, col. 1117 C.
  • 4 Ἀπό τε Συλέου, Συκῆς. Il semble qu’il y ait discontinuité entre, d’une part, la côte micrasiatique (...)
  • 5 Critique des degrés de l’iconodoulie en Crimée, Gothie, Épire et à Naples dans M.- F. Auzépy, La V (...)

2Dans la « Vie d’Étienne le Jeune » sont citées les régions qu’il aurait conseillées comme lieux de refuge aux moines iconodoules3. Elles étaient périphériques et comprenaient au nord-est du Pont Euxin, le sud de la Crimée et son voisinage ; sur l’Adriatique, une partie de l’Épire et l’Italie soumise au Pape ; Chypre et la Propontide chypriote entre Sylaion et Sykè4, et à l’est, la côte jusqu’à Tripoli, Tyr et Jaffa. Les localisations exactes restent délicates (Carte a)5.

  • 6 V. Grumel, Les Regestes des Actes du Patriarcat de Constantinople I, Fasc. II et III, Les regestes (...)

3Ailleurs donc dominait l’iconomachie, en particulier en Asie Mineure. Cependant, il n’est guère pensable que les directives imposées en 754 par Constantin V6 aient été suivies par tous les membres du clergé et les Vies de saints nous apprennent que, dans les régions considérées comme iconomaques, l’iconodoulie se manifestait un peu partout de façon ponctuelle.

  • 7 J. Gouillard, Le Synodikon de l’Orthodoxie. Édition et commentaire, TM 2, 1967, p. 1-316 [120-121, (...)
  • 8 Mais l’évêque d’Hydros était modéré, puisqu’il libéra Grégoire le Décapolite que des fanatiques av (...)
  • 9 Regestes, N. 434 (435), p. 78-79. Lettre de Méthode au patriarche de Jérusalem (846) pour se plain (...)
  • 10 V. Laurent, La Vita Retractata et les miracles posthumes de Saint Pierre d’Atroa, Bruxelles 1958.
  • 11 Arethas, Scripta minora, éd. L. G. Westerink, I, Leipzig 1968, p. 75-81; B. Laourdas, Ο Arethas pe (...)
  • 12 Sur les lendemains ardus de l’Orthodoxie et, après 843, le sort du clergé compromis et l’épuration (...)

4Au cours des temps, l’iconomachie se généralisa dans la pratique et les esprits. En 843, le corps épiscopal y était acquis, ce qui explique que les sources ne fournissent pas de noms d’évêques présents au Synode7. C’était le cas même dans les zones jadis iconodoules ; ainsi à Ancône vers 820-8308 et à Jérusalem, où le clergé persistait encore dans l’hérésie peu après le rétablissement des Images9. On comprend a fortiori que la pensée iconoclaste ait survécu dans la seconde moitié du ixe siècle en Bithynie10, jusqu’au xe en Cappadoce11 et qu’à Constantinople, le Patriarche ait été amené à régler le sort d’un nombreux clergé iconomaque12.

Carte a. Essai de localisation des régions citées comme lieux de refuge par Étienne le Jeune.

***

5Pour essayer de déceler la vitalité de l’iconoclasme en Asie Mineure, nous avons réuni les données géographiques de plusieurs sources.

  • 13 J. Darrouzès, Listes épiscopales du Concile de Nicée (787), RÉB 33, 1975, p. 5-76. En revanche, la (...)
  • 14 Il ne pouvait s’agir alors d’autres hérétiques, tels les Pauliciens et les Athingiens de Phrygie e (...)
  • 15 M.-F. Auzépy, L’iconodoulie : défense de l’image ou de la dévotion à l’image ?, Nicée II. 787-1987 (...)

6En premier lieu, nous avons utilisé les listes conciliaires du haut clergé recensé lors des sessions du IIe Concile de Nicée (787), sessions de présence initiale, puis de vote et de signature13. L’idée nous en avait été suggérée par le regretté Père Jean Darrouzès qui avait publié ces listes. D’emblée en effet, quelques hérétiques furent exclus qui étaient évidemment iconomaques14, ce que confirment les rétractations que firent certains d’entre eux pour être admis aux séances suivantes. Ils durent confesser leur foi dans le pouvoir intercesseur des saints et dans la valeur des icônes15.

  • 16 Regestes.
  • 17 Gouillard, Le Synodikon.
  • 18 Listes des saints cités dans le Synaxaire de Constantinople dans A. P. Kazhdan, A. M. Talbot, Wome (...)
  • 19 M. Alexiou, Les saints iconophiles durant l’iconoclasme et leur représentation dans l’art byzantin (...)
  • 20 Réserves de tous ordres, cf. H. Delehaye, Les légendes hagiographiques, Bruxelles 19554 ; G. Dagro (...)
  • 21 Le processus des persécutions est répétitif : l’agitateur iconophile se rendait de son plein gré o (...)

7Pour l’ensemble de la crise, nous avons repris les Notitiae patriarcales16, le Synodikon et les commentaires de Jean Gouillard17 et quelques vies de saints18. Nous avons aussi trouvé nombre de nouveaux documents dans la thèse récente du Père M. Alexiou consacrée à l’ensemble des saints iconophiles19. Les sources hagiographiques, malgré les réserves qu’elles suscitent20, éclairent quelques points (parcours des vies, lieux d’incarcération, etc.), mais également les vues générales grâce à la concordance de certains renseignements, par exemple sur la concentration de moines iconophiles en Bithynie et sur le caractère double de Constantinople où coexistaient des couvents iconophiles et le Palais impérial, centre de la répression21.

  • 22 Nous reviendrons plus bas sur la fiabilité comparée des publications relatives à ces monuments.
  • 23 Nos conclusions restent limitées aux régions en question et évitent les extrapolations. L’archéolo (...)

8Quant aux rares sources archéologiques, pour les églises des Cyclades, monuments que nous ne connaissons pas, nous nous fondons sur les publications. En revanche, pour celles de Cappadoce et d’Isaurie, nous utilisons notre documentation personnelle, jusqu’à ce jour, à notre connaissance, la plus complète et la plus raisonnée22. Nous ne parlons pas en historien de l’art mais en observateur des signes matériels de la religiosité et du niveau social des commanditaires et des exécutants des monuments considérés23. Nos jugements s’appuient sur la répartition et le groupement des monuments et l’étude comparée des programmes décoratifs des églises. Nous ne jugeons jamais sur un élément isolé du répertoire stylistique ou iconographique mais sur l’ensemble des éléments constitutifs des monuments.

  • 24 N. Thierry, Le culte de la croix. L’influence de l’Iconoclasme, Histoire et Archéologie. Dossiers, (...)

9L’identification d’un programme iconomaque n’est pas facilement assurée si celui-ci n’est qu’en partie conservé. En effet, les peintures du haut Moyen Age comprenaient de grands champs d’ornements, des images théophaniques, de grandes croix votives et peu de figures saintes en dehors de la Vierge, du Baptiste et des apôtres. L’hagiographie était limitée alors à un petit nombre de héros, contrairement à ce qu’on vit à partir de 843. Il suffit donc que ne restent que des croix et quelques ornements pour que le décor soit abusivement dit aniconique, voire iconomaque. D’autre part, certains décors funéraires peuvent être faits exclusivement de croix sans être pour autant iconomaques. Enfin, on ne confondra pas avec une pensée iconomaque l’habitude ancestrale de peindre des croix sur les murs et au-dessus des fenêtres et des portes, signes protecteurs de la maison de Dieu, ou simples ex-voto24.

10DONNEES DU CONCILE DE 787 (Carte b)

  • 25 D. J. Sahas, Icon and Logos. Sources in Eight-Century Iconoclasm, Toronto 1986, p. 36-44.
  • 26 Hefele-Leclercq, III, 2, p. 696.

11On sait que ce Concile a été qualifié d’œcuménique par Photius en 867, bien que les représentants de Rome, Jérusalem, Antioche et Alexandrie n’y aient pas figuré25. Les mêmes avaient manqué également au Concile iconoclaste de Hiéria en 75426.

  • 27 Nous le remercions encore de ses précieux avis. Nous regroupons suivant la topographie ce qui est (...)
  • 28 Darrouzès, Listes (cité supra n. 13), p. 7 n. 6 ; p. 10-14.

12J. Darrouzès avait tiré des conclusions prudentes de la comparaison des listes successives des participants27. Le protocole d’ouverture fait état des métropolites et archevêques présents. Certains absents étaient exclus, car suspects d’hérésie et le Concile devait statuer sur leur sort28. Il s’agissait de neuf métropolites : Hypatios de Nicée, la ville du Concile, Basile d’Ancyre, Grégoire de Pisinous, Grégoire d’Antioche de Pisidie, Nicolas de Hiérapolis, Léon d’Ikonion, Léon de Rhodos, Théodore de Myra, Grégoire de Néocésarée du Pont ; ainsi que de deux archevêques, Théodose d’Amorion et Léon de Karpathos.

  • 29 À l’Orient du Pont, le métropolite de Phasis est bien iconodoule, ibid., p. 13, 17. On sait que la (...)
  • 30 À la limite orientale de la Lycie, la substitution progressive de Sylaion à Pergè bien que toutes (...)
  • 31 Ibid., p. 13.

13Les métropoles d’Asie atteintes par l’hérésie se situaient dans le Pont29, la Paphlagonie, la Galatie, la Bithynie, la Phrygie, la Pisidie, la Lycie30 et la Lycaonie. Cependant, face à ces neuf-là, une vingtaine d’autres étaient orthodoxes31.

  • 32 Ibid., p. 11, 13, 18-19.

14Il y eut des degrés dans la réhabilitation des prélats suspects, qu’ils se soient peu engagés dans l’hérésie, ou rétractés avec vigueur, ou qu’ils aient profité de faveurs. Basile d’Ancyre, Théodore de Myra et Théodose d’Amorion furent réhabilités au cours de la première session et votèrent à la seconde. Les huit autres ne furent absous qu’au début de la troisième séance et prirent alors part au vote32.

Carte b. Carte des métropoles iconomaques en 787 et lieux cités.

15D’autres absences de métropolites sur les listes sont sans explication. C’est souvent la règle pour celles des évêques suffragants et pour eux, nous restons dans le domaine des probabilités.

  • 33 Regestes, N. 354, p. 24.
  • 34 Théophane, éd. de Boor, p. 461.
  • 35 Théophane, p. 427. Schreiner, Der byzantinische Bilderstreit... (cité supra n. 20), p. 351.

16On peut regretter que l’avertissement envoyé en 786 par le patriarche Taraise aux évêques iconoclastes qui tenaient des réunions contre lui n’ait pas été accompagné du nom des destinataires33. On ne sait rien non plus des évêques qui accompagnaient les soldats qui dispersèrent la réunion conciliaire qui se tint aux Saints-Apôtres en août34. Rappelons qu’à Hiéria, Constantin V avait réuni 338 évêques35.

  • 36 Darrouzès, Listes, p. 49-50.
  • 37 Ibid., p. 35-36.
  • 38 Ibid., p. 53-55.

17Cependant, pour certaines absences sur les listes d’évêques, J. Darrouzès pensait que l’hérésie pouvait être incriminée. Ainsi, pour la Lycaonie, deux évêques sur quatorze ou quinze étaient présents au Concile, or leur métropolite, Léon d’Ikonion, est un de ceux qui étaient suspects et réhabilités à la 3e session. Pour la Pisidie voisine, où le métropolite était dans le même cas, les évêques suffragants sont présents aux deux tiers36. En Bithynie, les évêques de Prousa et Prainétos, les plus proches de Nicée (dont le métropolite était iconoclaste), furent absents au début37. Les évêques des Cyclades ne se présentèrent pas à la première session et un seul à la seconde ; or, leur métropolite, Léon de Rhodos, était en cause, comme l’archevêque de Karpathos. De même pour les suffragants de Nicolas de Hiérapolis, absents à l’ouverture et irrégulièrement présents ultérieurement, J. Darrouzès remarquait que la coïncidence était significative38.

18DONNÉES TOPOGRAPHIQUES

19En classant par région les renseignements ponctuels provenant des diverses sources, on peut tirer quelques appréciations.

En Bithynie

  • 39 Cartes dans Β. Menthon, L’Olympe de Bithynie, Paris 1935 ; mises au point de Janin-Darrouzès, Égli (...)
  • 40 Pour ces listes, voir n. 18 et 20. Nous remercions Marie-France Auzépy de ses renseignements. E. M (...)

20On sait que la Bithynie et ses rives de la Marmara jusqu’à Chalcédoine constituaient le centre monastique le plus important39, illustré au premier chef dans son iconodoulie par Etienne du mont Saint-Auxence. D’autres vies de moines témoignent de leur résistance lors de la première période iconoclaste : Platon du couvent de Sakkoudion, Nicéphore de Médikion, Andronique d’Atroa, Georges Limnaiotès. Plus tard, lors de la seconde crise, quand les monastères devinrent plus nombreux, notamment sur le Mont-Olympe et dans son voisinage, d’autres se manifestèrent : Athanase de Pavlopétrion, Nikitas de Médikion, Eustratios le thaumaturge d’Agauros, Joannice d’Eristé, Jean des Cathares, Macaire et Hilarion de Pélékitis, Jean Psychaïtis de Trigleia, et Pierre d’Atroa40.

  • 41 La prophétie d’un reclus, Isaïe de Nicomédie, fut reprise dans l’un des hymnes chanté à cette fête (...)
  • 42 Bibliographie dans Auzépy, L’iconodoulie... (cité supra n. 15), p. 157, n. 1 et 2.
  • 43 Gouillard, Le Synodikon, p. 123-124 ; la quasi-absence des évêques vient de ce qu’en 815, ils s’ét (...)

21C’est de Bithynie que vinrent une partie des moines qui, en 843, envahirent les rues de Constantinople, participant en masse à la fête de l’Orthodoxie du 11 mars41. En 787 déjà, leur présence nombreuse et active au synode de Nicée II avait été une première42. On sait encore que les initiateurs du synode de l’Orthodoxie étaient Théodora et les moines43.

  • 44 Darrouzès, Listes, p. 38. Et vraisemblablement, les évêques voisins de Prousa et Prainétos, cf. su (...)
  • 45 Darrouzès, Listes, p. 39 ; W. M. Ramsay, The Historical Geography of Asia Minor, Londres 1890, Ams (...)
  • 46 Darrouzès, Listes, p. 39, n. 23 ; Mansi XII, col. 991.

22Mais l’iconomachie était également présente en Bithynie, attestée en 787 par la position hérétique du métropolite de Nicée lui-même44. Il est possible qu’ait joué le fait que le principal évêché suffragant ait été Mela (Ioustinianoupolis), que Ramsay homologue à Mélagina, ville de garnison des troupes des Optimales45. C’est là que furent envoyés pour y être démobilisés les soldats rebelles qui avaient fait avorter le Concile de 78646.

  • 47 Laurent, La Vita retractata... (cité supra n. 10), p. 27-30, 47-49, 134-135.
  • 48 Ibid., p. 135.
  • 49 Ibid., p. 48-49. L’auteur pensait aussi que la condamnation demandée par Photius au Concile de 861 (...)

23Que ce soit ou non sous l’influence militaire, un courant iconomaque populaire survécut en Bithynie longtemps après la crise. C’est pour le contrecarrer qu’on diffusa une version augmentée de la vie du saint thaumaturge Pierre d’Atroa, mort en 83747. On connaît l’histoire de cet adversaire des Iconoclastes, fondateur du monastère de Saint-Zacharie ; il s’exila à Chypre et ses moines furent dispersés. Une première Vie, rédigée en 848 par le moine Sabas fut réécrite par lui à titre polémique entre 858 et 865. En insistant sur les miracles posthumes du champion des Images, il entendait fermer la bouche aux hérétiques iconomaques48. Le Père Laurent en concluait que l’hérésie avait laissé bien des séquelles49.

En Galatie II, Phrygie, Pisidie et Lycaonie

  • 50 Darrouzès, Listes, p. 43-44, 55, 49-50.

24Dans ces provinces, situées loin de Constantinople, se groupe un ensemble de témoignages sur l’hérésie50.

  • 51 Ibid., p. 13, 43. En revanche, on note la présence au Concile de l’higoumène et d’un moine d’un co (...)
  • 52 Darrouzès, Listes, p. 13. La Phrygie était divisée en Pakatiana I (Laodikeia) et II (Hierapolis) e (...)

25Nous avons vu que quatre métropolites avaient d’abord été exclus au Concile de 787 : Grégoire de Pisinous, Nicolas de Hiérapolis, Grégoire d’Antioche, Léon d’Ikonion, sans compter l’archevêque d’Amorion51. Mais les sièges phrygiens de Laodicée et Synada étaient orthodoxes52.

  • 53 Théophane, p. 427, 1. 30-35, ne cite que Théodose d’Éphèse, fils d’Apsimar, et Pastilas de Pergè ; (...)

26Déjà en 753, le siège de Pisidie était occupé par Basile Trikakabos, un des séides de Constantin V53 .

  • 54 Regestes, N. 346, p. 15.

27En revanche, en 755-756, le siège de Hiérapolis de Phrygie était iconophile, puisqu’un anathème synodal avait frappé son tenant Théophane54.

  • 55 Fait difficile à interpréter, Darrouzès, Listes, p. 46-50.
  • 56 Id., p. 55, considère la coïncidence comme notable, là comme pour les suffragants de Rhodos, p. 53

28L’absence des suffragants à Nicée a été notée plus haut ; pour la Lycaonie (Ikonium), presque la totalité, et un tiers pour la Pisidie (Antioche). Si les listes des deux Phrygies de métropolite orthodoxe, Pakatiana I (Laodikeia) et Salutaria (Synada), ne présentent que de rares absences à l’ouverture55, celles des suffragants de Hiérapolis (Pakatiana II), totalement absents à la séance d’ouverture, comme leur métropolite, permettent de les considérer comme suspects56. Il semble, en effet, que dans tous ces cas, les suffragants se sont comportés comme s’ils étaient en grande partie solidaires de leurs pasteurs.

  • 57 Regestes, p. 5-6.

29Soixante ans plus tôt, vers 723-725, la Phrygie avait connu l’affaire de l’évêque de Nakoleia, Constantin, qui s’opposait au culte des Images. On sait par les Regestes nos 328 et 329, qu’il avait reconnu son erreur devant le Patriarche Germain qui l’avait convoqué, mais que rentré chez lui, il récidiva et se garda bien d’aller faire amende honorable auprès de son métropolite Jean de Synada, et de lui communiquer la lettre de Germain sur la défense des images. Les deux lettres de Germain sont adressées, la première, à Jean pour le mettre au courant de l’entrevue avec son suffragant, la seconde, à Constantin pour lui rappeler ses promesses et lui interdire toute fonction ecclésiastique tant qu’il ne se serait pas soumis à son métropolite57.

  • 58 Avec Euthyme de Sardes, Émilien de Cyzique, Théophylacte de Nicomédie et Joseph de Thessalonique, (...)

30Le siège de Synada resta fidèle aux images, et Michel de Synada signa un engagement de résistance à l’iconoclasme en 814, de même qu’Eudoxius d’Amorion58.

  • 59 J. Gouillard, L’hérésie dans l’empire byzantin, des origines au xiie s., TM 1, 1965, p. 311 ; Théo (...)

31C’est à la même date de 814, que les chroniqueurs décrivent de diverses façons les pressions exercées sur Léon V (813-820) pour qu’il renouvelle l’interdiction des images ; parmi les acteurs, on trouve deux ermites iconoclastes l’un de Phrygie, de Philomélium-Aksehir (l’autre de Maurianum, au nord de la Cilicie)59.

  • 60 Regestes, N. 383, 384, p. 40-41. Athingiens et Pauliciens (donnés comme Manichéens) sont localisés (...)

32Parallèlement, en Phrygie et Lycaonie fleurirent des hérésies mal définies par leurs détracteurs, celles des Sabbatiens, Montanistes, Athingiens et des Pauliciens, ces derniers étant persécutés (et condamnés à mort en 811-812). Ces sectes avaient en commun la même froideur pour le culte des images, qui était pour l’heure la pierre de touche de l’orthodoxie60.

  • 61 R. Turcan, Les cultes orientaux dans le monde romain, Paris 1989, p. 35-61. Sur le sang d’Attis co (...)

33En fait la vocation fatidique de la Phrygie remonte déjà à l’Antiquité polythéiste ; c’est là notamment que naquit et se développa un culte délirant de Cybèle et d’Attis61.

En Galatie I, Pont et Paphlagonie

  • 62 Darrouzès, Listes, p. 30-31, 42.

34Les témoignages y sont peu nombreux. Deux métropolites étaient cependant considérés comme suspects en 787. Celui de la Galatie I, Basile d’Ancyre, fut réhabilité dès la première session. En revanche, Grégoire de Néocésarée ne fut réintégré qu’à la troisième, bien qu’il ait été introduit à la seconde séance par un mandatôr impérial et qu’il se soit publiquement repenti62.

  • 63 Regestes, N. 330, p. 6 (lettre attribuée à 725, mais repoussée à 729 par Stein, et entre 730 et 75 (...)
  • 64 Schreiner, Der byzantinische Bilderstreit, p. 319-320, 326, 333-334. Gouillard, Le Synodikon, p. 1 (...)

35En Paphlagonie, à l’époque du Concile, le métropolite de Klaudioupolis était orthodoxe, mais au début du viiie siècle, le siège avait été occupé par un certain Thomas auquel le Patriarche Germain adressa une lettre très documentée sur la justification des images, ce qui prouve que la polémique était engagée dans le diocèse63. On sait qu’avant la crise elle-même, la justification du culte des images n’avait pas été formulée et que la sensibilité envers elles était disputée64, si bien que l’interrogation de Thomas de Klaudioupolis peut être considérée comme exemplaire.

En Asie et Lydie

  • 65 Darrouzès, Listes, p. 27-29, 34-35 ; Théophane, p. 427.

36À Éphèse en 787, le métropolite était orthodoxe, mais un de ses prédécesseurs, Théodose, fils de l’usurpateur Apsimare (monothélite), avait été nommé par Constantin Copronyme pour présider le Concile de Hiéria (754). Sardes était également iconodoule65.

En Lycie et dans les îles (Cyclades et Sporades)

  • 66 Darrouzès, Listes, p. 11, 13, 53-54.

37L’hérésie du haut clergé est illustrée en 787 par celle des métropolites de Myra, de Rhodos et de l’évêque de Karpathos. De plus, les suffragants de Rhodos dans les Cyclades furent absents aux deux premières sessions66.

  • 67 Ibid., p. 13, 43, 53-54 ; Janin - Darrouzès, Églises et monastères, p. 430 ; V. Ruggieri, F. Gioda (...)

38En revanche, les suffragants de Myra étaient tous là, solidaires ou non de leur métropolite et flanqués d’une importante délégation de moines lyciens sans doute indépendants. Quoi qu’il en soit, il faut tenir compte d’un témoignage archéologique, celui d’un décor iconoclaste récemment identifié dans une église proche de l’antique Olympos (programme de croix et d’ornements)67.

Naxos

  • 68 A. Vasilaki, Eikonomachikes ekklèsies stè Naxo, Deltion tes Christianikès Archaiolo-gikès Hetairei (...)

39Des témoignages archéologiques de l’iconomachie ont été conservés dans les îles. Il s’agit surtout des peintures de quatre petites églises de Naxos, connues depuis longtemps68.

  • 69 Il a été question de restaurer le monument qui menace ruine.
  • 70 Mot péjoratif pour les décors de jardins animés de l’époque iconoclaste, cependant comparables aux (...)
  • 71 A. Grabar, Essai sur l’art des Lombards en Italie, Atti del Conv. intern. sul tema : La Civiltà de (...)
  • 72 Gen 1, 20-22. Quant aux poissons de l’abside de Saint-Jacques de Zambra à Pise, Lafontaine-Dosogne(...)
  • 73 Infra p. 665-666, 669.

40La plus intéressante est Hagia Kyriakè, qui a gardé une grande partie de ses décors purement ornementaux et son remarquable programme absidal (Pl. II, a)69 . Sous la grande croix de la conque (secondairement recouverte par l’image du Christ), le trône, jadis marqué d’une croix, était encadré par deux panneaux peuplés d’oiseaux tournés vers le centre, un grand entre cinq petits au sud et six au nord ; avec ces derniers, un petit mammifère et deux poissons affrontés. Latéralement se trouvaient de grandes croix, les premières entre des buissons, vraisemblablement de grenadiers. L’aspect de volière70 des panneaux centraux, à hauteur de l’autel, nous semble trompeur et relever plutôt d’une interprétation symbolique. A. Grabar avait pensé à l’image de la poule et de ses poussins, c’est-à-dire l’Église protectrice71, peut-être s’agit-il d’une représentation des trois éléments, le ciel étant privilégié72. Nous verrons plus loin d’autres exemples du langage cryptique des peintres de l’époque iconomaque73.

41Dans deux autres églises, Hagios Artèmios de Sagri et Saint-Jean-le-Théologien d’Adisarou, les champs d’ornements orientalisants et protobyzantins correspondent au répertoire décoratif de l’époque iconomaque.

  • 74 D. I. Pallas, Eine anikonische lineare Wanddekoration auf der Insel Ikaria, JÖB 23, 1974, p. 311-3 (...)
  • 75 Seulement dans les vallons de Zelve, nous avons constaté la continuité entre le culte paléochrétie (...)
  • 76 L’auteur a confondu cette église et deux autres, cf. infra p. 667-668 et n. 105.
  • 77 Cf. l’ex. de Sainte-Barbe de Göreme, xie siècle, mais aux dessins sont ajoutés des panneaux hagiog (...)

42Nous avons marqué Ikaria sur notre carte en raison de deux publications de D. I. Pallas sur un décor aniconique datée de 110374. À partir de ces pauvres dessins de croix et de damiers, l’auteur a extrapolé et conclu que le programme d’Hagios Basilios, en Cappadoce, n’était pas iconoclaste75. Sa démonstration d’homme de textes, ne tient pas compte des données archéologiques76. En fait, les décors populaires d’Ikaria n’ont rien de commun avec les décors cappadociens évoqués. On peut tout au plus les comparer avec certains dessins médio-byzantins de Göreme, quadrillages, croix nombreuses, arbres, oiseaux et petits lions, tous signes de signification imprécise, protectrice voire magique77.

  • 78 Cf. supra n. 11 et 47.

43On peut cependant considérer les dessins d’Ikaria comme les témoins d’un sentiment iconomaque persistant, ce que l’on connaît pour la Bithynie au ixe siècle et en Cappadoce jusqu’au xe78. A Ikaria, l’hypothèse pourrait être renforcée par l’iconomachie populaire et ecclésiastique bien attestée antérieurement dans les îles du sud.

En Pamphylie

  • 79 Darrouzès, Listes, p. 50-51.
  • 80 Ibid., p. 11, 40, 50.

44Les renseignements datant de 787 sont limités79. Le métropolite de Sidè (Pamphylie I) manquait à l’ouverture du Concile, mais on ne sait pas pourquoi. Le Père Darrouzès notait une grande confusion dans la répartition des suffragants des métropoles Sidè et Pergè, doublée de Sylaion80.

  • 81 Ibid., p. 50.
  • 82 Théophane, p. 427; Regestes, N. 345, p. 4-15.
  • 83 Théophane, p. 428, 1. 4 s.

45En 787, Constantin de Pergè (Pamphylie II) était orthodoxe, mais, aux deux premières sessions du Concile, plus de la moitié de ses suffragants manquaient81. D’ailleurs, en 753 le métropolite Pastilas avait été nommé comme coprésident du Concile de Hiéria, et l’évêque suffragant de Sylaion, la ville voisine, avait été choisi comme Patriarche de Constantinople par Constantin Copronyme82. L’iconomaque Constantin-Antoine, jurisconsulte, moine puis évêque de Sylaion, fut patriarche de 754 en 766 sous le nom de Constantin II ; il aurait renforcé l’Empereur dans l’opinion que le culte des images entraînait la défaite des chrétiens83.

  • 84 Sur l’ascension de Sylaion, Darrouzès, Listes, p. 16 et 40 ; V. Laurent, Le corpus des sceaux de l (...)
  • 85 Regestes, N. 393, p. 45 (texte critiqué car l’anathème est dit synodal).

46En 787, Sylaion, l’évêché tout proche de Pergè, était devenu métropole, et son chef était orthodoxe. Au début du ixe siècle, la fusion de Sylaion-Pergè était définitive, effet possible d’une victoire locale du parti iconodoule dans ce bastion très disputé84. En 814, l’anathème fut prononcé contre l’évêque iconoclaste Antoine de Sylaion85.

47On sait que dans la « Vie d’Étienne le Jeune », Sylaion était cité avec Sykè comme limites de la région épargnée par l’hérésie, le long de la Propontide chypriote.

En Isaurie

48La province était donc à la limite orientale de la zone considérée comme iconodoule, et en 787, le siège de Séleucie l’était.

49Cependant, il est vraisemblable qu’existait une forte religiosité iconomaque, car trois témoignages portent sur sa présence en milieu populaire et monastique.

  • 86 Dans Alexiou, Les saints iconophiles... (cité supra n. 19), n° 73 du répertoire ; AASS, février, p (...)

50La « Vie » du moine Procope le Décapolite (né entre 680 et 690) raconte qu’il se fit disciple d’un ermite qui se cachait dans les montagnes à cause de la persécution iconoclaste86.

  • 87 Dvornik, La vie de Grégoire... (cité supra n. 8).
  • 88 Ramsay, The Historical Geography, p. 365; F. Hild, dans H. Hellenkemper, F. Hild, Kilikien und Isa (...)
  • 89 Dvornik, La vie de Grégoire, p. 19 et 26-27 (sa mort est fixée le 20 novembre 842, sa vie estimée (...)
  • 90 Ibid., p 19-24.

51L’intermède iconodoule de 780-813 ou la seconde phase iconoclaste sont illustrés par la « Vie de Grégoire le Décapolite »87, né à Eirènopolis (Irnebol)88, vers 780-79089. Nous apprenons que, refusant le mariage, il alla consulter en montagne l’évêque iconophile qui avait été obligé de s’y réfugier ; il entra alors dans un monastère qui se révéla hérétique, higoumène et moines compris ; maltraité par eux, il gagna le couvent orthodoxe de son oncle Syméon. Plus tard, il quitta l’Isaurie pour atteindre finalement Thessalonique. La chronologie de F. Dvornik, bien qu’appuyée sur deux points d’histoire, permet mal de dater les pérégrinations de jeunesse du saint. S’il est né vers 780-790, la persécution de l’évêque et l’iconomachie du premier couvent se situent entre 805 et 81590, ce qui indiquerait une permanence notable de l’iconomachie sous les règnes des souverains iconodoules Nicéphore Ier, Staurakios et Michel Ier. Si l’on pense que ces persécutions étaient de la seconde crise iconoclaste, il faudrait faire naître Grégoire plus tard.

52La persistance du refus du culte des images en Isaurie n’a d’ailleurs rien d’étonnant. La province était proche par la mer des côtes du Moyen-Orient ; le monophysisme y était très répandu et les chrétiens melkites côtoyaient aussi nombre de juifs et musulmans.

L’église d’Al Oda

  • 91 N. et M. Thierry, Le monastère de Koca Kalesi. La porte d’une église, CArch. 9, 1957, p. 90-98 ; N (...)
  • 92 Lors de notre dernier passage en 1991, les tables ornées de croix de la basilique orientale avaien (...)

53Le troisième témoignage est archéologique. Il s’agit d’un sanctuaire faisant partie des nombreux établissements voisins du vaste site protobyzantin d’Alahan Manastiri, à 20 km environ au nord de Klaudioupolis d’Isaurie. En premier lieu, on constate que la porte sculptée de la basilique n’a subi aucun dommage. La composition est complète : le tétramorphe entre Isaïe et Ézéchiel, le buste du Christ porté par les séraphins, ceux des Évangélistes, et les deux archanges gardiens de l’entrée91. Il en est de même pour les rares figures ornementales du site, beaucoup moins nombreuses cependant que les croix92.

  • 93 M. Gough, A Church of the Iconoclast (?) Period in Byzantine Isauria, Anat. St. 7, 1957, p. 153-16 (...)
  • 94 Ibid., p. 157-58, pl. X, XIa et XIIIa.
  • 95 N. Thierry, Mentalité et formulation iconoclastes en Anatolie, JSav., avril-juin 1976, p. 81-119 [ (...)
  • 96 Açikel aga kilisesi. Aǧaç alti kilise, et l’église n° 2 de Karacaören par exemple, cf. infra n. 12 (...)
  • 97 L’usage de jumelles et téléobjectif est nécessaire.
  • 98 Cf. infra p. 667-668.

54La religiosité iconomaque est attestée à deux kilomètres à l’ouest, dans l’église d’Al Oda, creusée dans une falaise truffée d’habitats rupestres. Il s’agit d’un sanctuaire agrandi à partir d’une grotte au fond de laquelle se trouve la tombe d’un ermite (Pl. I, a). Il est possible qu’on ait réutilisé un lieu de culte païen (une antre mithriaque ou autre ?) car le sol a été couvert d’une mosaïque de caractère antique93. Quoi qu’il en soit, le site attira les pèlerins et un donateur fit agrandir et régulariser la caverne au cours du haut Moyen Age. On ajouta au sud une église mononef avec une abside à synthronon et les parois furent couvertes de peintures (pl. I, a et b). Celles-ci, purement ornementales, avaient fait supposer à leur inventeur, M. Gough, qu’elles étaient iconoclastes94. Complétant son étude, nous avons pu confirmer son opinion95. En analysant systématiquement tous les ornements, nous avons pu rapprocher certains motifs de ceux des vocabulaires protobyzantin et omeyyade, comme pour quelques rares peintures de Cappadoce96. D’autre part, nous avons pu identifier un programme qui reflétait les traditions anciennes : trois croix dans une conque, la colombe au-dessus de l’abside, et, en avant de la tombe, dans le même entrelacs, une grande croix cantonnée par quatre plus petites, rappelant le Christ entre les quatre animaux symboles (Pl. I, b). Enfin, deux invocations, cachées dans les décors97, étaient écrites auprès de croix qui remplaçaient les figures sacrées auxquelles elles étaient adressées, l’une au Christ et l’autre à la Vierge, reprenant une prière à la Toute Sainte Théotokos, déjà vue par M. Gough, entre paroi et plafond. Si la croix figurant le Christ n’a rien de remarquable, quand elle remplace l’image de Marie, le fait est évocateur d’une formulation iconomaque. Nous verrons plus loin qu’en Cappadoce, à Hagios Basilios, des croix remplacent les portraits des trois patriarches Abraham, Isaac et Jacob (Pl. I, d)98.

  • 99 « Seigneur, secours ton serviteur Constantin, kentarque. Avec son épouse et ses enfants. Sauve-les (...)

55La prière adressée au Christ est celle d’un militaire, le kentarque Constantin (Pl. I, c)99.

56On peut supposer que la commande était d’un iconomaque ; quant à l’œuvre du peintre, elle restait encore empreinte des conceptions antérieures. Les peintures d’Al Oda reflètent la persistance mentale de l’iconographie ancienne et affectent des formes cryptiques qui nous paraissent caractéristiques de certains langages artistiques iconomaques.

57La présence de ce décor dans un lieu de pèlerinage fréquenté et faisant partie d’un important ensemble monastique nous amène à conclure que la population locale comme les moines étaient iconomaques. On peut même supposer que c’est là que Grégoire le Décapolite subit les mauvais traitements de ses compagnons qu’il voulait ramener à l’orthodoxie ; Eirènopolis, sa ville natale, était en effet, à une soixantaine de kilomètres à vol d’oiseau, et le prestige d’Alahan Manastir devait être grand.

58L’archéologie confirme ainsi la présence d’un refus des images dans la religiosité isaurienne, refus sans doute dépourvu d’hostilité puisque les bas-reliefs figurés de la basilique n’ont pas été détruits.

  • 100 Gough, A Church... (cité supra n. 93), p. 158-59, pl. XIIIb et c.
  • 101 Ce processus n’est pas rare et s’observe en Cappadoce par exemple à Saint-Jean de Güllü dere, seco (...)

59Vers la seconde moitié du xe s., on couvrit le programme iconomaque d’Al Oda par un cycle christologique du type narratif100 ; il était comparable à ceux qui furent peints en grand nombre en Cappadoce durant le siècle qui suivit le triomphe des Images. Ce second programme, en couche mince sur enduit léger, s’est effacé au cours des siècles, laissant réapparaître les premiers décors101.

En Cappadoce

  • 102 Darrouzès, Listes, p. 13, 26-27, 40, 51.
  • 103 Sur sa richesse conservée au viiie s., N. Thierry, Un problème de continuité ou de rupture. La Cap (...)

60Dans cette province, ce sont les sources archéologiques qui témoignent d’une sensibilité iconomaque. En effet, les listes conciliaires de 787 n’en portent pas trace ; aussi bien à Césarée qu’à Tyane et Mokissos, le haut clergé était orthodoxe102. Cependant les églises rupestres, qui constituent une véritable réserve de monuments plus ou moins provinciaux, comptent trois programmes significatifs qui s’accordent aux directives aniconiques, bien que la pensée des peintres s’y soit plus ou moins bien pliée. D’autre part, quelques programmes figurés peuvent être attribués à la même époque, ce qui nous paraît illustrer la coexistence des deux types de population. Rappelons qu’alors la Cappadoce a été progressivement ruinée et dépeuplée par les invasions saisonnières arabes, mais qu’elle restait stratégiquement importante comme province de regroupement des troupes, et par conséquent moins appauvrie qu’on pourrait le supposer103.

61Les trois églises en question sont : Hagios Basilios près de Sinassos, Davullu kilise à Yaprakhisar et l’une des églises funéraires de Karacaören.

  • 104 Pour les églises n° s 1, la, 6, 6a de Zelve. Le site était lié à la ville antique de Vénasa ; on y (...)

62La place nous manque pour décrire quelques églises dont les programmes de croix sculptées nous paraissent relever de l’iconomachie plutôt que de la foi aniconique de tradition primitive et deux autres dont le programme se limite à trois croix absidales. Nos appréciations sont basées sur le peuplement voisin, la typologie et la répartition de ces croix104.

  • 105 H. Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration dans le Pont et en Cappadoce, BCH 33, 1909, p. 91 (...)
  • 106 Sont pour : Grégoire, Millet, Jerphanion, Lafontaine-Dosogne et nous-même. Sont contre : Pallas et (...)
  • 107 Notre étude, Thierry, Mentalité et formulation, p. 88-95, 104-110, pl. II, complète celle de Jerph (...)
  • 108 Thierry, Mentalité et formulation, p. 93-94 ; Teteriatnikov, The Frescoes, p. 109-112.
  • 109 Le second identifié par Jolivet-Lévy, Les églises (cité supra n. 105), p. 184.
  • 110 N. Thierry, Les plus anciennes représentations cappadociennes du costume épiscopal, RÉB 34, 1976, (...)

63Hagios Basilios a fait couler beaucoup d’encre105. Les opinions divergent sur son appartenance à l’iconoclasme106. Le programme des peintures est fait d’ornements et de croix, certaines accompagnées d’inscriptions de sens discuté107. La dédicace nous apprend que « Le vénérable décor qui, aux frais de Nicandre, renouvelle les murs de cette glorieuse demeure consiste dans une image du Saint Bois. Seigneur, garde toujours ton serviteur Nicandre et le prêtre Constantin. Accorde leur le pardon des péchés et donne ta pitié à ton serviteur le peintre. » Dans la conque absidale (Pl. II, b, c) sont peintes trois croix entre des rosaces, celle du centre est dite Signe de saint Constantin, détail qui peut faire supposer que Nicandre était un militaire. Ces trois croix centrales étaient encadrées de deux autres, celle de gauche ayant un poisson dessiné le long de son bras supérieur. Au sommet de la conque, trois croix portent les noms des patriarches Abraham, Isaac et Jacob (Pl. I, d)108. Enfin, sur les piédroits du sanctuaire figurent les portraits des saints cappadociens Basile et Grégoire de Nazianze109. L’ômophorion, accessoire unique de leur costume, est différent sur l’un et l’autre, ce qui est en faveur d’une datation aux confins des viiie et ixe s.110

  • 111 Ead., Mentalité et formulation, p. 89-90, fig. 4.
  • 112 Pallas, Une note, p. 211-218.
  • 113 Ibid., p. 209, n. 5 : « L’iconoclasme était une affaire de l’empereur ; il n’était pas soulevé par (...)
  • 114 Wharton Epstein, The Iconoclast Churches... (cité supra n. 105), p. 107-108: « The poor condition (...)

64Ces deux portraits sont en contradiction avec un programme iconomaque ; cependant leur caractère unique nous paraît l’exception de cet ensemble, par ailleurs homogène et très signifiant. Dans la nef, en effet, la croix au plafond correspond à celle de la dédicace, et sur les parois deux panneaux sont réservés à d’autres. Au sud, la croix à pied feuillu est accostée d’une inscription verticale qui la nomme : croix dans l’air, et, le long des bras horizontaux, d’un texte déjà à peine lisible au début du siècle, et que nous avons traduit par une paraphrase : « Le Christ ainsi figuré ne subit pas de dommage, car on ne saurait le représenter par l’image », ou au minimum par « [Quand] on figure [la croix], Jésus Christ n’est pas souillé »111. D. I. Pallas, d’après notre schéma, et de supposition en supposition, a traduit : « La croix tracée en l’air est un signe non figuré ; rien n’est souillé », concluant qu’il s’agissait d’une formule d’exorcisme112. Pour les croix représentant les patriarches, il cite des textes où des croix-objets sont dédiées à des saints dans des contextes différents, afin d’infirmer tout caractère iconoclaste à l’église d’Hagios Basilios. Mais l’auteur n’a pas visité le monument, ni lu avec soin les descriptions, si bien qu’il ne tient pas compte de l’ensemble absidal ni du caractère unique de ce programme. Au lieu de le distinguer de ceux du haut Moyen Age auxquels il s’apparente, il le confond avec deux d’entre eux, tantôt celui de l’église de Nicétas, tantôt celui d’Hagios Stéphanos où se trouvent quelques images figurées. Il lui est donc aisé de dénier tout caractère iconoclaste à l’église. Il est vrai qu’il voulait démontrer qu’il n’y a pas eu d’iconoclasme dans les provinces de l’Empire113. A. Wharton-Epstein reprend confusions et conclusions, tout en disant qu’on ne peut rien tirer des églises en question114.

  • 115 Défini à propos d’Hagios Stéphanos que nous datons du milieu du viie s. sur l’ensemble des élément (...)

65En fait, tout en appartenant à quelques décors du haut Moyen Age de style gréco-oriental115, ces peintures en marquaient l’adultération en même temps que disparaissaient les panneaux votifs figurés, à l’exception des deux seuls portraits des patrons de la Cappadoce comme gardiens du sanctuaire (Pl. II, b). L’abondance des inscriptions qui commentent la valeur polymorphe et symbolique des croix est unique et nous paraît relever de l’iconomachie.

  • 116 Église de creusement protobyzantin, dont les peintures peuvent être attribuées à la fin du ixe s. (...)
  • 117 M. Restle, Byzantine Wall Painting in Asia Minor, Recklinghausen 1967, fig. 374-387.
  • 118 D’après Jerphanion, Les églises rupestres, II, p. 24. Pallas, Une note, p. 217-218, pensait que tu (...)

66Nous avons d’ailleurs une réponse aux inscriptions d’Hagios Basilios dans l’Église de Saint-Théodore, près d’Ürgüp116. Son programme est typiquement post-iconoclaste, fait de rangs serrés de sujets figurés (cycle christologique, riche hagiographie, composition absidale dense)117. Sous le Christ en gloire du sanctuaire, l’inscription peut se traduire : « Petit est le prototype. Grand est celui qui porte en soi l’image de l’Infini. Vénère cette image118. » Le texte est une véritable justification des images sacrées.

  • 119 Davullu kilisesi, Thierry, Mentalité et formulation, p. 82-88, pl. I. L’église n’a pas été visitée (...)
  • 120 N. Thierry, Le culte du cerf en Anatolie et la Vision de saint Eustathe, Monuments et Mémoires. Ac (...)

67Davullu kilisesi, près de Yaprakhisar, dans le Hasan Daği, a conservé un décor pauvre mais remarquable (Pl. III c, d)119. Il s’agit d’une chapelle funéraire ornée de décors populaires primitifs : nombreuses croix de type varié ; arborescences à la voûte ; trois croix, feuillages et lampes dans l’abside. L’ensemble, bien que particulier, ne serait guère parlant sans la présence à la voûte d’une version cryptique de la Vision-conversion d’Eustathe, thème sotérique caractéristique de la Cappadoce des vie-viie s. au xiiie120. Le cerf crucigère est attaqué là, non par le général Plakidas, mais par un lion. Il est évident que le peintre n’a pas voulu représenter le saint, mais n’a pas voulu renoncer au pouvoir d’intercession de son évocation. Nous ne voyons pas d’autre explication que l’iconomachie pour cette transposition du thème traditionnel. Le reste du programme ne contredit d’ailleurs nullement cette identification.

  • 121 C. Jolivet-Lévy, Karacaören, un décor funéraire d’époque iconoclaste ? Archéologia 229, nov. 1987, (...)

68À Karacaören enfin, une des deux églises cimétériales du haut Moyen Age publiées par Catherine Jolivet-Lévy peut être dite iconomaque121. Il s’agit d’une chapelle dont ne sont conservées que l’abside et la paroi orientale. Dans la conque se trouve une grande croix encerclée par un rinceau de lierre ; au registre inférieur se déploie un ensemble de trois croix sous arcatures (Pl. III, b) entre des arbres en forme de cyprès. Sur la paroi orientale, deux hautes croix latines à pied feuillu accostées des mots « Lumière et Vie » ont été entourées d’un grand nombre d’épitaphes de rédaction originale (« Moi, Untel, ai quitté la vie au mois de ... »).

  • 122 N. Thierry, Matériaux nouveaux en Cappadoce (1982), Byz. 54, 1984, p. 318-320, pl. II.

69La croix, signe de la Victoire sur la mort, est depuis toujours le viatique des défunts et n’est donc pas forcément l’expression de l’iconomachie. Ainsi, nous connaissons à Maçan l’église funéraire de Karse Becak où le programme ne comporte que des ornements et des croix, si bien qu’on aurait pu la dire icononomaque si l’œuvre n’était pas de l’école gréco-orientale dont les autres décors sont figurés. Aussi rattachons-nous plutôt ce décor aniconique à la tradition funéraire122.

  • 123 C. Jolivet-Lévy, Trois nouvelles représentations de la Vision d’Eustathe en Cappadoce, Monuments e (...)

70Cependant, à Karacaören, malgré le voisinage d’une chapelle où figure Eustathe poursuivant le cerf, assorti d’une épitaphe semblable aux précédentes123, l’inspiration paraît iconomaque, car elle correspond plus à un programme. D’autre part, les croix à pendeloques, les rinceaux et les arbres stylisés, sont d’un répertoire encore protobyzantin, mais commun également à celui de l’art omeyyade post-sassanide. Aussi, ce décor qui paraît bien du viiie s. nous semble être de langage iconomaque.

71Pour la Cappadoce, compte tenu du nombre des peintures conservées, les programmes iconomaques restent donc limités à trois, ce qui est peu, même ajoutés quelques décors de croix sculptées dans quelques autres églises, de Zelve notamment. Mais il faut se rappeler que le dépeuplement des campagnes alla croissant au cours du viiie s.

  • 124 Les parentés conceptuelles et stylistiques expliquent la confusion des églises, déjà amorcée par J (...)

72Ces décors peints s’inscrivent dans les créations du haut Moyen Age caractérisées par des champs d’ornements extensifs, des images théophaniques du Christ et de la croix comme Signe, des images bibliques de la grâce divine (tels les Trois Hébreux, Daniel ou Eustathe), les saints étant peu représentés hormis la Vierge, le Baptiste, les apôtres, les Anargyres. A voir les peintures qu’on peut attribuer aux viie, viiie s., voire au début du ixe, il semble qu’il y ait eu continuité. Les programmes iconomaques ne se distinguent que par la prédominance ou l’exclusivité de la croix124.

  • 125 Césarée comme quartier général, N. Thierry, Enseignements historiques de l’archéologie cappadocien (...)
  • 126 Limitée à un site comme Zelve, cf. supra n. 104, ou à l’école gréco-orientale dont l’église de Nic (...)

73La présence de l’hérésie en Cappadoce peut s’expliquer par la réorganisation militaire de la province et la forte concentration de troupes dans la région125. Cette iconomachie a rejoint une certaine stavromanie qui, en fait, n’a été que ponctuelle126.

  • 127 Nous pensons à Açikel aga kilisesi, que nous attribuons aujourd’hui au viiie s., N. Thierry, Un dé (...)

74D’autre part, les deux religiosités ont cohabité, car bien des peintures anciennes ont été respectées et d’autres églises, apparemment contemporaines, témoignent d’un art iconophile127.

  • 128 Voir supra n. 1 1.

75La simultanéité des doctrines se prolongea largement jusqu’au xe s., puisque, cinquante ans après la victoire des Iconodoules, Aréthas, métropolite de Césarée, dénonçait encore un iconoclasme populaire128.

***

76En conclusion, nous pensons que la géographie de la pratique iconomaque en Asie Mineure est difficile à apprécier dans son ensemble.

77La concordance des sources écrites et archéologiques ne s’observe que pour les Cyclades et les côtes voisines au sud-ouest du continent, ainsi que pour l’Isaurie. Cependant, les témoignages administratifs et littéraires, bien que ponctuels, affectent une bonne partie de l’Asie Mineure. L’iconomachie était partout, mais de façon plus ou moins sporadique et labile. En Cappadoce, c’est l’abondance du matériel qui nous permet d’en déceler des exemples.

  • 129 L’iconoclasme trouvait des défenseurs et des opposants partout dans l’empire et dans tous les mili (...)
  • 130 Les textes officiels eux-mêmes n’étaient pas aussi sévères qu’on le dit souvent ; ainsi, celui d’É (...)
  • 131 Parfois en superposition comme à Al Oda. En Cappadoce, ce fut durant un siècle une grande époque d (...)

78La densité des foyers iconomaques a été variable, comme l’ancienneté de leur implantation et leur durée. Ainsi, le haut clergé paraît avoir été plus impliqué en Phrygie, Pisidie, Lycaonie, Lycie et îles voisines qu’ailleurs. Dans les Églises locales, l’orthodoxie et l’hérésie alternaient ; alors triomphait l’un ou l’autre parti sans qu’on puisse vraiment reconstituer ce que fut leur coexistence au sein des provinces129. Le sort des agitateurs se réglait surtout à Constantinople. Sur place, là où nous pouvons encore en juger, comme en Cappadoce, la survie des monuments préiconoclastes témoigne de la cohabitation130. Ces églises restèrent fonctionnelles et quelques autres furent même décorées conformément aux conventions préiconoclastes. C’est seulement après 843 que l’imagerie figurée a envahi les parois des églises, développant en registres serrés le cycle christologique et les séries hagiographiques si bien que disparurent les champs d’ornements, les compositions aérées et les grands panneaux votifs, y compris ceux de la croix131. Quant à la survie alors d’une certaine hostilité au culte des images dans les populations de Bithynie, de Phrygie, de Lycaonie et de Cappadoce, elle traduit surtout la vitalité en Asie Mineure des tendances hérétiques opposées à une orthodoxie combattante. Celle-ci, victorieuse enfin de la dynastie syrienne de Léon III, l’avait d’ailleurs qualifiée d’isaurienne de façon tout à fait significative.

Pl. I

Pl. I

Pl. I, a. Al Oda, schéma. Vue vers l’est
(M. Gough, Anat. St. 7, 1957, fig. 2).

Pl. I, b. Al Oda, schéma. Programme des peintures (N. Thierry, JSav. 1976, fig. 6).
Al Oda, distribution des peintures : n° 1, nef sud croix et colombe ; n° 2, abside nord, les trois croix ; n° 3, frise de simourvs ; n° 4, voûte terminale, les cinq croix ; n° 5, invocation à la Vierge ; n° 6, invocation au Christ ; n° 7, champs d’octogones ; n° 8, champs de caissons à petits panneaux ; n° 9, entrelacs aux feuillages ; n° 10, niche avec rinceau à l’intrados.

Pl. I, c. Al Oda, schéma.
Prière du kentarque Constantin.

Pl. I, d. Hagios Basilios,
schéma des croix des patriarches.

Pl. II, a. Hagia Kiriakè. Paroi de l’abside (ph. M. Campagnolo).

Pl. II, b. Hagios Basilios.
Vue générale vers l’abside.

Pl. II, c. Hagios Basilios.
Croix votive et poisson sous la croix d’Isaac.

Pl. III

Pl. III

Pl. III, a. Al Oda.
Ornements du champ n° 9.

Pl. III, b. Karacaören.
Croix sud de la paroi absidale

Pl. III, c. Yaprakhisar.
Vue générale de l’abside.

Pl. III, d. Yaprakhisar.
La vision d’Eustathe iconomaque.

Notes

1 H. Ahrweiler, The Geography of the Iconoclast World, Iconoclasm, éd. A. Bryer, J. Herrin, Birmingham 1977, p. 21-27.

2 Ce texte reprend la matière de nos conférences de 1989-1990, à l’Ε.Ρ.Η.Ε., Ve Section, cf. Annuaire 98, p. 386-390.

3 PG 100, col. 1117 C.

4 Ἀπό τε Συλέου, Συκῆς. Il semble qu’il y ait discontinuité entre, d’une part, la côte micrasiatique au nord de Chypre, d’autre part, la côte syro-palestinienne ; entre elles, la Cilicie n’est pas citée ; il est vrai que la province était sous la domination arabe, comme la Syrie : H. Ahrweiler, L’Asie Mineure et les invasions arabes (viie-ixe siècles), RH 227, 1962, p. 1-32 [8-11] ( = Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971, IX).

5 Critique des degrés de l’iconodoulie en Crimée, Gothie, Épire et à Naples dans M.- F. Auzépy, La Vie d’Étienne le Jeune et l’iconoclasme, Thèse de Doctorat soutenue à Paris I le 1012-1994, exemplaire dactylographié, p. 402-409.

6 V. Grumel, Les Regestes des Actes du Patriarcat de Constantinople I, Fasc. II et III, Les regestes de 715 à 1206, Deuxième édition revue et corrigée par J. Darrouzès, Paris 1989, N. 345, p. 14-15 (cité désormais Regestes).

7 J. Gouillard, Le Synodikon de l’Orthodoxie. Édition et commentaire, TM 2, 1967, p. 1-316 [120-121, 165-168].

8 Mais l’évêque d’Hydros était modéré, puisqu’il libéra Grégoire le Décapolite que des fanatiques avaient arrêté, cf. F. Dvornik, La vie de saint Grégoire le Décapolite, Paris 1926, p. 22, 41. Sur l’archevêque iconoclaste de Syracuse, J. Gouillard, Deux figures mal connues du second iconoclasme, Byz. 31, 1961, p. 387-401 ; et sur un saint évêque iconoclaste, Georges de Catane, M.-F. Auzépy, L’analyse littéraire et l’historien : l’exemple des vies de saints iconoclastes, BSl. 53, 1992, p. 57-67.

9 Regestes, N. 434 (435), p. 78-79. Lettre de Méthode au patriarche de Jérusalem (846) pour se plaindre que le clergé n’ait pas fait repentance. Déjà, lors de la première crise, la foi d’Étienne le Sabaïte ignorait le culte des icônes, M.-F. Auzépy. De la Palestine à Constantinople (viiie-xe s.), Étienne le Sabaïte et Jean Damascène, TM 12, 1994, p. 183-218 [190-193, 204].

10 V. Laurent, La Vita Retractata et les miracles posthumes de Saint Pierre d’Atroa, Bruxelles 1958.

11 Arethas, Scripta minora, éd. L. G. Westerink, I, Leipzig 1968, p. 75-81; B. Laourdas, Ο Arethas peri eikonomachias, Theologia 25, 1954, p. 614-622.

12 Sur les lendemains ardus de l’Orthodoxie et, après 843, le sort du clergé compromis et l’épuration de deux à trois mille clercs. Gouillard, Le Synodikon... (cité supra n. 7), p. 120-129 ; résurgence sous Michel III, en 959-960, p. 149.

13 J. Darrouzès, Listes épiscopales du Concile de Nicée (787), RÉB 33, 1975, p. 5-76. En revanche, la liste des moines présents n’apporte guère de renseignements, R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins, Paris 1975, p. 427-441.

14 Il ne pouvait s’agir alors d’autres hérétiques, tels les Pauliciens et les Athingiens de Phrygie et de Lycaonie, qui, plus tard, furent persécutés, Regestes, N. 383-384 (de 811-812), p. 40-41.

15 M.-F. Auzépy, L’iconodoulie : défense de l’image ou de la dévotion à l’image ?, Nicée II. 787-1987, éd. F. Bœspflug, N. Lossky, Paris 1987, p. 157-165 [158-159, citant Mansi XII, col. 1010-1011 et 1014, à propos des formules de Basile d’Ancyre et Théodose d’Amorion].

16 Regestes.

17 Gouillard, Le Synodikon.

18 Listes des saints cités dans le Synaxaire de Constantinople dans A. P. Kazhdan, A. M. Talbot, Women and Iconoclasm, BZ 84-85, 1991-1992, p. 391-408 ; quelques compléments dans A. P. Kazhdan, H. Maguire, Byzantine Hagiographical Texts as Sources on Art, DOP 45, 1991, p. 1-22 [21-22].

19 M. Alexiou, Les saints iconophiles durant l’iconoclasme et leur représentation dans l’art byzantin. Thèse de Doctorat soutenue à Paris IV le 26-5-1994. La première partie de cette thèse très documentée est le catalogue d’une centaine de vies de saints, militants pour la plupart, mais d’autres seulement ascètes ou thaumaturges. La seconde est consacrée à l’enquête iconographique (la liste est de loin la plus complète à ce jour).

20 Réserves de tous ordres, cf. H. Delehaye, Les légendes hagiographiques, Bruxelles 19554 ; G. Dagron, L’ombre d’un doute. L’hagiographie en question (vie-xie s.), DOP 46, 1992, p. 59-63 ; I. Ṧevčenko, Hagiography of the Iconoclast Period, Iconoclasm (cité supra η. 1), p. 113-129 ; M.-F. Rouan, Une lecture iconoclaste de la Vie d’Étienne le Jeune, TM 8, 1981, p. 415-436. P. Schreiner, Der byzantinische Bilderstreit : kritische Analyse der zeitgenössischen Meinungen und das Urteil der Nachwelt bis Heute, Bisanzio, Roma et l’Italia nell’ alto medioevo, Spolète 1988 (SSAM 34), p. 319-407 [330-331, 353-355], Mais l’édition des textes n’est pas exhaustive.

21 Le processus des persécutions est répétitif : l’agitateur iconophile se rendait de son plein gré ou était convoqué à Constantinople où il confessait sa foi et était condamné.

22 Nous reviendrons plus bas sur la fiabilité comparée des publications relatives à ces monuments.

23 Nos conclusions restent limitées aux régions en question et évitent les extrapolations. L’archéologie nous paraît, en effet être encore au stade du témoignage ponctuel, cf. les exemples cités par J.-P. Sodini, La contribution de l’archéologie à la connaissance du monde byzantin (ive-viie s.), DOP 47, 1993, p. 139-184.

24 N. Thierry, Le culte de la croix. L’influence de l’Iconoclasme, Histoire et Archéologie. Dossiers, N° 63, mai 1982 (La Cappadoce aux surprenantes richesses), p. 43-45 ; EAD., La croix en Cappadoce. Typologie et valeur représentative, Le site monastique copte des Kellia, Actes du Coll. de Genève 1984, Genève 1986, p. 197-212, pl. I-VIII. Sur les difficultés d’identification, J. Lafontaine-Dosogne, Pour une problématique de la peinture d’église byzantine à l’époque iconoclaste, DOP 41, 1987, p. 321-337 ; nous sommes parfois en désaccord pour les exemples cappadociens, mais il est vrai que la plupart de nos monographies sont postérieures à cet article, N. Thierry. Haut Moyen-Age en Cappadoce. Les églises de la région de Çavuşin, Paris 1983 et 1994.

25 D. J. Sahas, Icon and Logos. Sources in Eight-Century Iconoclasm, Toronto 1986, p. 36-44.

26 Hefele-Leclercq, III, 2, p. 696.

27 Nous le remercions encore de ses précieux avis. Nous regroupons suivant la topographie ce qui est dans l’ordre de préséance des métropoles.

28 Darrouzès, Listes (cité supra n. 13), p. 7 n. 6 ; p. 10-14.

29 À l’Orient du Pont, le métropolite de Phasis est bien iconodoule, ibid., p. 13, 17. On sait que la Géorgie ne connut pas de crise iconoclaste.

30 À la limite orientale de la Lycie, la substitution progressive de Sylaion à Pergè bien que toutes deux représentées par des iconodoules, indique des problèmes locaux ; Darrouzès, Listes, p. 16, 40.

31 Ibid., p. 13.

32 Ibid., p. 11, 13, 18-19.

33 Regestes, N. 354, p. 24.

34 Théophane, éd. de Boor, p. 461.

35 Théophane, p. 427. Schreiner, Der byzantinische Bilderstreit... (cité supra n. 20), p. 351.

36 Darrouzès, Listes, p. 49-50.

37 Ibid., p. 35-36.

38 Ibid., p. 53-55.

39 Cartes dans Β. Menthon, L’Olympe de Bithynie, Paris 1935 ; mises au point de Janin-Darrouzès, Églises et monastères (cité supra n. 13), p. VII-VIII, 35-53, 126-191 (cartes p. XVIII, 30, 62, 126, 130) ; certaines localisations restent à établir.

40 Pour ces listes, voir n. 18 et 20. Nous remercions Marie-France Auzépy de ses renseignements. E. Malamut, Sur la route des saints byzantins, Paris 1993, p. 168-170.

41 La prophétie d’un reclus, Isaïe de Nicomédie, fut reprise dans l’un des hymnes chanté à cette fête. Dieu lui aurait dit : « Avec les anges tu offriras le sacrifice des louanges, en vénérant l’image de ma figure ensemble avec la croix », A. Grabar, L’Iconoclasme byzantin. Dossier archéologique, Paris 19571, p. 204-205, 208 ; 19842 (édition revue et augmentée), p. 214-215, 218. Sur ces événements, Gouillard, Le Synodikon, p. 124, n. 35 et 36.

42 Bibliographie dans Auzépy, L’iconodoulie... (cité supra n. 15), p. 157, n. 1 et 2.

43 Gouillard, Le Synodikon, p. 123-124 ; la quasi-absence des évêques vient de ce qu’en 815, ils s’étaient ralliés dans leur ensemble à la politique de Léon l’Arménien.

44 Darrouzès, Listes, p. 38. Et vraisemblablement, les évêques voisins de Prousa et Prainétos, cf. supra et n. 37.

45 Darrouzès, Listes, p. 39 ; W. M. Ramsay, The Historical Geography of Asia Minor, Londres 1890, Amsterdam 1962, p. 202 (aplèkton des Optimates) ; G. Ostrogorsky, Histoire de l’État byzantin, Paris 1956, carte p. 136.

46 Darrouzès, Listes, p. 39, n. 23 ; Mansi XII, col. 991.

47 Laurent, La Vita retractata... (cité supra n. 10), p. 27-30, 47-49, 134-135.

48 Ibid., p. 135.

49 Ibid., p. 48-49. L’auteur pensait aussi que la condamnation demandée par Photius au Concile de 861 et en 865, plus qu’une manœuvre contre son prédécesseur Ignace, correspondait à une lutte nécessaire dans les années 860-865 (F. Dvornik, The Patriarch Photius and Iconoclasm, DOP 7, 1958, p. 67-97). Il disait encore : « L’iconographie des sceaux de fonctionnaires au cours du ixe siècle, en employant comme avant les motifs inventés par les Iconoclastes pour évincer les figures de saints (monogrammes cruciformes et croix), m’a paru toujours traduire un état d’esprit que seule l’existence d’un courant de résistance organisée peut expliquer. »

50 Darrouzès, Listes, p. 43-44, 55, 49-50.

51 Ibid., p. 13, 43. En revanche, on note la présence au Concile de l’higoumène et d’un moine d’un couvent d’Amorion, tous deux iconodoules, Janin-Darrouzès, Eglises et monastères, p. 434, 440.

52 Darrouzès, Listes, p. 13. La Phrygie était divisée en Pakatiana I (Laodikeia) et II (Hierapolis) et en Salutaria (Synada).

53 Théophane, p. 427, 1. 30-35, ne cite que Théodose d’Éphèse, fils d’Apsimar, et Pastilas de Pergè ; mais dans le texte synodal de 843 rétablissant le VIIe Concile, nous trouvons les anathèmes personnels : « A Théodose [d’Éphèse], à Sisinnius Pastilas [de Pergè], à Basile [d’Antioche], chefs de leur pseudo-synode », Regestes, N. 416, p. 65-66 (Document apocryphe, début xe s.).

54 Regestes, N. 346, p. 15.

55 Fait difficile à interpréter, Darrouzès, Listes, p. 46-50.

56 Id., p. 55, considère la coïncidence comme notable, là comme pour les suffragants de Rhodos, p. 53.

57 Regestes, p. 5-6.

58 Avec Euthyme de Sardes, Émilien de Cyzique, Théophylacte de Nicomédie et Joseph de Thessalonique, Regestes, N. 391, p. 44.

59 J. Gouillard, L’hérésie dans l’empire byzantin, des origines au xiie s., TM 1, 1965, p. 311 ; Théophane cont., éd. de Bonn (CSHB), p. 27-28, Skylitzès, éd. I. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5), p. 14-15 (illustrations dans le manuscrit de Madrid).

60 Regestes, N. 383, 384, p. 40-41. Athingiens et Pauliciens (donnés comme Manichéens) sont localisés en Phrygie-Lycaonie, Gouillard, L’hérésie (cité note précédente), p. 309-313. Tableau évocateur de l’Asie Mineure dans Ahrweiler, L’Asie Mineure... (cité supra n. 4), p. 2-7, 22-28.

61 R. Turcan, Les cultes orientaux dans le monde romain, Paris 1989, p. 35-61. Sur le sang d’Attis colorant les marbres de Synada et Dokimeion, L. Robert, Sur des lettres d’un métropolite de Phrygie, JSav., janv.-juin 1962, p. 43-55. Th. Drew-Bear, Local Cults in Graeco-Roman Phrygia, GRBS 17, 1970, p. 247-268.

62 Darrouzès, Listes, p. 30-31, 42.

63 Regestes, N. 330, p. 6 (lettre attribuée à 725, mais repoussée à 729 par Stein, et entre 730 et 754 par Speck).

64 Schreiner, Der byzantinische Bilderstreit, p. 319-320, 326, 333-334. Gouillard, Le Synodikon, p. 118 : « L’usage se donnera une légitimité. »

65 Darrouzès, Listes, p. 27-29, 34-35 ; Théophane, p. 427.

66 Darrouzès, Listes, p. 11, 13, 53-54.

67 Ibid., p. 13, 43, 53-54 ; Janin - Darrouzès, Églises et monastères, p. 430 ; V. Ruggieri, F. Giodarno, A. Furnari, Gli affreschi iconoclastici della chiesa di Chimera, CArch. 44, 1996, p. 33-48 (en n. 2, les auteurs citent un métropolite vraisemblablement iconoclaste à Myra en 824).

68 A. Vasilaki, Eikonomachikes ekklèsies stè Naxo, Deltion tes Christianikès Archaiolo-gikès Hetaireias 4, 1962-1963, 1964, p. 49-74. EAD., dans Naxos, éd. M. Chatzidakis, Athènes 1989, p. 50-61, illustrations en couleurs, fig. 3-14. Lafontaine-Dosogne, Pour une problématique... (cité supra n. 24), p. 334-335.

69 Il a été question de restaurer le monument qui menace ruine.

70 Mot péjoratif pour les décors de jardins animés de l’époque iconoclaste, cependant comparables aux évocations du Paradis. Souvent d’ailleurs, l’iconographie paléochrétienne se poursuivit lors du haut Moyen Age, les images hagiographiques étant moins fréquentes qu’on ne l’a cru sur les murs des églises, A. Grabar, L’iconoclasme byzantin... (cité supra n. 41), 1957, p. 165-167 ; et 1984, p. 187-188.

71 A. Grabar, Essai sur l’art des Lombards en Italie, Atti del Conv. intern. sul tema : La Civiltà dei Longobardi in Europa, Rome 1974, p. 33.

72 Gen 1, 20-22. Quant aux poissons de l’abside de Saint-Jacques de Zambra à Pise, Lafontaine-Dosogne, Pour une problématique, p. 337, fig. 9, ils pourraient symboliser l’Eau vive, cf. J. Daniélou, Les symboles chrétiens primitifs, Paris 1961, p. 49-62.

73 Infra p. 665-666, 669.

74 D. I. Pallas, Eine anikonische lineare Wanddekoration auf der Insel Ikaria, JÖB 23, 1974, p. 311-314 ; Id., Une note sur la décoration de la chapelle de Hagios Basilios de Sinassos, Byz. 48, 1978, p. 208-225.

75 Seulement dans les vallons de Zelve, nous avons constaté la continuité entre le culte paléochrétien de la croix et celui de l’époque iconomaque (voir infra n. 104).

76 L’auteur a confondu cette église et deux autres, cf. infra p. 667-668 et n. 105.

77 Cf. l’ex. de Sainte-Barbe de Göreme, xie siècle, mais aux dessins sont ajoutés des panneaux hagiographiques contemporains, G. De Jerphanion, Une nouvelle province de l’art byzantin : Les églises rupestres de Cappadoce, Paris 1925-1942, I, p. 484-86 (Göreme n° 20) ; N. Thierry, L’église Sainte-Barbe. Culte de la croix. Culte des images. Pratique magique, Histoire et Archéologie. Dossiers, N° 121, nov. 1987 (L’art religieux de la Cappadoce), p. 56-58.

78 Cf. supra n. 11 et 47.

79 Darrouzès, Listes, p. 50-51.

80 Ibid., p. 11, 40, 50.

81 Ibid., p. 50.

82 Théophane, p. 427; Regestes, N. 345, p. 4-15.

83 Théophane, p. 428, 1. 4 s.

84 Sur l’ascension de Sylaion, Darrouzès, Listes, p. 16 et 40 ; V. Laurent, Le corpus des sceaux de l’empire byzantin, V, Paris 1963, p. 409 ; jumelage attesté en 869 ; Ramsay, The Historical Geography... (cité supra n. 45), carte p. 330 ; p. 420, déclin de Pergè.

85 Regestes, N. 393, p. 45 (texte critiqué car l’anathème est dit synodal).

86 Dans Alexiou, Les saints iconophiles... (cité supra n. 19), n° 73 du répertoire ; AASS, février, p. 685 ; H. Delehaye, Notes sur un manuscrit grec du Musée britannique, An. Boll. 25, 1906, p. 495-502.

87 Dvornik, La vie de Grégoire... (cité supra n. 8).

88 Ramsay, The Historical Geography, p. 365; F. Hild, dans H. Hellenkemper, F. Hild, Kilikien und Isaurien, Vienne 1990 (TIB 5), p. 245-248.

89 Dvornik, La vie de Grégoire, p. 19 et 26-27 (sa mort est fixée le 20 novembre 842, sa vie estimée d’une soixantaine d’années).

90 Ibid., p 19-24.

91 N. et M. Thierry, Le monastère de Koca Kalesi. La porte d’une église, CArch. 9, 1957, p. 90-98 ; N. Thierry, Notes sur l’un des bas-reliefs d’Alahan Manastari, CArch. 13, 1962, p. 43-47. M. Gough, Alahan, An Early Christian Monastery in Southern Turkey, Toronto 1985, p. 87-91.

92 Lors de notre dernier passage en 1991, les tables ornées de croix de la basilique orientale avaient été renversées et mutilées.

93 M. Gough, A Church of the Iconoclast (?) Period in Byzantine Isauria, Anat. St. 7, 1957, p. 153-161 [157-158] ; pl. XIb et XII (on remarque le motif de la grenade et de la hache bipenne).

94 Ibid., p. 157-58, pl. X, XIa et XIIIa.

95 N. Thierry, Mentalité et formulation iconoclastes en Anatolie, JSav., avril-juin 1976, p. 81-119 [p. 95-101 et 119, fig. 10-16, 31, 36-41].

96 Açikel aga kilisesi. Aǧaç alti kilise, et l’église n° 2 de Karacaören par exemple, cf. infra n. 123 et 127.

97 L’usage de jumelles et téléobjectif est nécessaire.

98 Cf. infra p. 667-668.

99 « Seigneur, secours ton serviteur Constantin, kentarque. Avec son épouse et ses enfants. Sauve-les, Seigneur-Dieu. Amen. » Nous remercions Monsieur I. Ševčenko d’avoir complété notre lecture (lettre du 25-10-1977).

100 Gough, A Church... (cité supra n. 93), p. 158-59, pl. XIIIb et c.

101 Ce processus n’est pas rare et s’observe en Cappadoce par exemple à Saint-Jean de Güllü dere, seconde couche de 913-920 (Thierry, Haut Moyen-Age [cité supra n. 24], I, p. 173-181, pl. 88c, 89), et à Karabas kilise, second décor de 1060 (Jerphanion, Les églises rupestres [cité supra n. 77], II, p. 336, 342, pl. 196,2). Nous ne comprenons pas comment H. Hellenkemper a pu confondre les deux décors superposés d’Al Oda, parfaitement identifiables à l’examen attentif, Hellenkemper - Hild, Kilikien und Isaurien (cité supra n. 88), p. 173, fig. 51-54.

102 Darrouzès, Listes, p. 13, 26-27, 40, 51.

103 Sur sa richesse conservée au viiie s., N. Thierry, Un problème de continuité ou de rupture. La Cappadoce entre Rome, Byzance et les Arabes, CRAI 1977, p. 98-144 [100-103, bibliographie] ; N. Oikonomides, Silk Trade and Production in Byzantium from the sixth to the ninth century : the Seals of Kommerkiarioi, DOP 40, 1986, p. 33-53 (déclin au cours du viiie s., cf. les cartes) ; Ahrweiler, L’Asie Mineure, p. 2, 9, 13-16.

104 Pour les églises n° s 1, la, 6, 6a de Zelve. Le site était lié à la ville antique de Vénasa ; on y passa du paléochrétien à l’aniconisme médiéval ; Thierry, Haut Moyen-Age, p. 321, 325-328, 360-362 ; Ead., L’iconoclasme en Cappadoce d’après les sources archéologiques, Rayonnement grec, Hommages à Charles Delvoye, Bruxelles 1982, p. 389-403 [397-398]. Pour l’église de la Théotokos à Yaprakhisar, ibid., p. 394. Pour Haçli kilise, église-refuge, Ead., Haut Moyen-Age, p. 245-246, 254. Le symbole des trois croix, hérité du christianisme primitif, était resté populaire.

105 H. Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration dans le Pont et en Cappadoce, BCH 33, 1909, p. 91-92 ; G. Millet, Les Iconoclastes et la Croix à propos d’une inscription de Cappadoce, BCH 34, 1910, p. 96-109 ; Jerphanion, Les églises rupestres, II, p. 105-111 ; N. Thierry, Les peintures murales de six églises du Haut Moyen Age en Cappadoce, CRAI 1970, p. 444-480 [445, fig.l, 8 a, 13] ; Pallas, Eine Wanddekoration... (cité supra n. 74), p. 311-314 ; A. Wharton Epstein, The Iconoclast Churches of Cappadocia, Iconoclasm, p. 103-111 ; Thierry, Mentalité et formulation... (cité supra n. 95), p. 88-95, 104-110 ; Pallas, Une note... (cité supra n. 74), p. 208-225 ; Thierry, L’iconoclasme en Cappadoce (cité supra n. 104), p. 395-396 ; M. Restle, dans F. Hild, M. Restle, Kappadokien, Vienne 1980 (TIB 2), p. 280 ; Lafontaine-Dosogne, Pour une problématique, p. 329-330 ; N. Teteriatnikov, The Frescoes of the Chapel of St. Basil in Cappadocia : their Date and Context Reconsidered, CArch. 40, 1992, p. 99-114 ; C. Jolivet-Lévy, Les églises byzantines de Cappadoce. Le programme iconographique de l’abside et de ses abords, Paris 1991, p. 184-186.

106 Sont pour : Grégoire, Millet, Jerphanion, Lafontaine-Dosogne et nous-même. Sont contre : Pallas et, après lui, influencés par son autorité : Epstein, Restle, Teteriatnikov, et, en partie, Jolivet-Lévy qui ne se prononce pas.

107 Notre étude, Thierry, Mentalité et formulation, p. 88-95, 104-110, pl. II, complète celle de Jerphanion, Les églises rupestres, II, p. 105-111 ; elle est ignorée de Teteriatnikov, The Frescoes (cité supra n. 105), qui, fig. 3, nous emprunte cependant notre schéma (fig. 4).

108 Thierry, Mentalité et formulation, p. 93-94 ; Teteriatnikov, The Frescoes, p. 109-112.

109 Le second identifié par Jolivet-Lévy, Les églises (cité supra n. 105), p. 184.

110 N. Thierry, Les plus anciennes représentations cappadociennes du costume épiscopal, RÉB 34, 1976, p. 325-331 ( = Peintures d’Asie Mineure et de Transcaucasie aux xe et xie siècles, Londres 1977, III), fig. 7.

111 Ead., Mentalité et formulation, p. 89-90, fig. 4.

112 Pallas, Une note, p. 211-218.

113 Ibid., p. 209, n. 5 : « L’iconoclasme était une affaire de l’empereur ; il n’était pas soulevé par le clergé d’Asie Mineure » ; et p. 225 : « Dans les campagnes isolées de l’empire byzantin survivait une tradition culturelle qui, jusqu’au xiie s. ou presque, ignorait la vénération des icônes dans les églises, sans aucun rapport avec les controverses iconoclastes des viiie-ixes. » Cette ignorance des faits ne serait pas gênante si l’on ne retrouvait pas constamment dans la littérature les affirmations de l’auteur.

114 Wharton Epstein, The Iconoclast Churches... (cité supra n. 105), p. 107-108: « The poor condition and quality of the paintings argue against a stylistic or iconographie analysis of the work. » L’étude fait foi de cette ignorance des monuments du haut Moyen Age. À l’époque de leurs publications, Pallas n’en connaissait aucun, Epstein quatre et Restle cinq, alors qu’il aurait fallu tenir compte d’une trentaine d’autres. Jerphanion n’en avait découvert que quatre.

115 Défini à propos d’Hagios Stéphanos que nous datons du milieu du viie s. sur l’ensemble des éléments constitutifs ; Thierry, Haut Moyen-Age, p. 1-33 ; Ead., Mentalité et formulation, p. 108-110 ; Ead., Une école de peinture gréco-orientale, Art-historical Studies in honor of K. Weitzmann, Princeton 1996, p. 299-305.

116 Église de creusement protobyzantin, dont les peintures peuvent être attribuées à la fin du ixe s. Jerphanion, Les églises rupestres, II, p. 17-47 ; Jolivet-Lévy, Les églises byzantines, p. 219-222, pl. 132-134.

117 M. Restle, Byzantine Wall Painting in Asia Minor, Recklinghausen 1967, fig. 374-387.

118 D’après Jerphanion, Les églises rupestres, II, p. 24. Pallas, Une note, p. 217-218, pensait que tupos signifiait la croix et qu’on avait encore une formule d’exorcisme. Mais l’auteur ne connaissait pas le programme qui ne comprend que d’innombrables figures, pas de croix dans l’abside ni en panneau votif.

119 Davullu kilisesi, Thierry, Mentalité et formulation, p. 82-88, pl. I. L’église n’a pas été visitée par d’autres chercheurs.

120 N. Thierry, Le culte du cerf en Anatolie et la Vision de saint Eustathe, Monuments et Mémoires. Ac. Inscr. et Belles-Lettres. Fondation E. Piot 72, 1991, p. 33-100.

121 C. Jolivet-Lévy, Karacaören, un décor funéraire d’époque iconoclaste ? Archéologia 229, nov. 1987, p. 40-43 ; Ead., Les églises byzantines, p. 171-173 ; C. Jolivet, G. Kiourtzian, Découvertes archéologiques et épigraphie funéraire dans une vallée de Cappadoce, Études balkaniques 1, 1994, p. 135-176.

122 N. Thierry, Matériaux nouveaux en Cappadoce (1982), Byz. 54, 1984, p. 318-320, pl. II.

123 C. Jolivet-Lévy, Trois nouvelles représentations de la Vision d’Eustathe en Cappadoce, Monuments et Mémoires. Ac. Inscr. et Belles-Lettres. Fondation E. Piot 72, 1991, p. 101-103.

124 Les parentés conceptuelles et stylistiques expliquent la confusion des églises, déjà amorcée par Jerphanion, Les églises rupestres, II, p. 146 dans son analyse (incomplète) d’Hagios Stephanos.

125 Césarée comme quartier général, N. Thierry, Enseignements historiques de l’archéologie cappadocienne, TM 8, 1981, p. 517.

126 Limitée à un site comme Zelve, cf. supra n. 104, ou à l’école gréco-orientale dont l’église de Nicétas est la plus représentative, Thierry, Haut Moyen-Age, II, p. 255-81. On sait qu’A. Grabar, L’Iconoclasme, p. 97-98, croyait à une simple iconophobie. Ce n’est qu’après les nombreuses découvertes de monuments du haut Moyen Age et notre étude de 1976 (Mentalité et formulation) qu’il est revenu sur ce premier jugement, cf. Deuxième édition revue et augmentée, Paris 1984, p 115-16 et n. 23.

127 Nous pensons à Açikel aga kilisesi, que nous attribuons aujourd’hui au viiie s., N. Thierry, Un décor préiconoclaste de Cappadoce, Açikel kilisesi, CArch. 18, 1968, p. 33-69 ; et à Ağaç alti kilise, N. et M. Thierry, Nouvelles églises rupestres de Cappadoce. Région du Hasan Daği, Paris 1963, p. 73-87.

128 Voir supra n. 1 1.

129 L’iconoclasme trouvait des défenseurs et des opposants partout dans l’empire et dans tous les milieux, Ahrweiler, The Geography, p. 21-27.

130 Les textes officiels eux-mêmes n’étaient pas aussi sévères qu’on le dit souvent ; ainsi, celui d’Épiphane de Chypre, repris par les iconoclastes au Concile de Hieria en 754, puis en 815 : le Concile ordonne de supprimer les images situées bas, permet de conserver celles qui sont situées haut, à condition de les considérer comme des écritures, Regestes, N. 409, p. 56-57. Pour les peintures, Epiphane demandait qu’elles soient blanchies, pour les mosaïques, trop difficiles à refaire, il supportait qu’on les laissât (cité par Grégoire, Voyage d’exploration [cité supra n. 105], p. 98-99 ; l’authenticité des textes est admise aujourd’hui, P. Maraval, Épiphane, docteur des iconoclastes, Nicée II [cité supra n. 15], p. 54-56). A Hagios Stéphanos, nous avons supposé un badigeon entre deux couches, Thierry, Haut Moyen-Age, p. 33.

131 Parfois en superposition comme à Al Oda. En Cappadoce, ce fut durant un siècle une grande époque de création, confirmant J. J. Yannias, A reexamination of the Art Statute in the Acts of Nicea II, BZ 80, 1987, p. 348-59 ; N. Thierry, Les débuts de l’imagerie médio-byzantine, Le Monde de la Bible, mai-juin 1995, p. 16-19. Pour la définition des décors archaïques dans Jerphanion, Les églises rupestres, I, p. 67-94.

Table des illustrations

Légende Carte a. Essai de localisation des régions citées comme lieux de refuge par Étienne le Jeune.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Légende Carte b. Carte des métropoles iconomaques en 787 et lieux cités.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Pl. I
Légende Pl. I, a. Al Oda, schéma. Vue vers l’est(M. Gough, Anat. St. 7, 1957, fig. 2).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Pl. I, b. Al Oda, schéma. Programme des peintures (N. Thierry, JSav. 1976, fig. 6).Al Oda, distribution des peintures : n° 1, nef sud croix et colombe ; n° 2, abside nord, les trois croix ; n° 3, frise de simourvs ; n° 4, voûte terminale, les cinq croix ; n° 5, invocation à la Vierge ; n° 6, invocation au Christ ; n° 7, champs d’octogones ; n° 8, champs de caissons à petits panneaux ; n° 9, entrelacs aux feuillages ; n° 10, niche avec rinceau à l’intrados.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Pl. I, c. Al Oda, schéma.Prière du kentarque Constantin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende Pl. I, d. Hagios Basilios,schéma des croix des patriarches.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Pl. II, a. Hagia Kiriakè. Paroi de l’abside (ph. M. Campagnolo).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Légende Pl. II, b. Hagios Basilios.Vue générale vers l’abside.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Pl. II, c. Hagios Basilios.Croix votive et poisson sous la croix d’Isaac.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Pl. III
Légende Pl. III, a. Al Oda.Ornements du champ n° 9.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Légende Pl. III, b. Karacaören.Croix sud de la paroi absidale
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Pl. III, c. Yaprakhisar.Vue générale de l’abside.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Légende Pl. III, d. Yaprakhisar.La vision d’Eustathe iconomaque.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4307/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search