Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

La plus belle ou la meilleure ?

Note sur les concours de beauté à Byzance et dans la Russie moscovite des xvi-xviie siècles

Irène Sorlin

Texte intégral

  • 1 L. Ryden, The Bride-shows at the Byzantine Court - History or Fiction?, Eranos 83, 1985, p. 175-19 (...)

1Entre le viiie et le xe s. le choix d’une épouse par « concours de beauté » semble avoir été le privilège des jeunes empereurs byzantins promis au pouvoir par leur naissance. On a pu mettre en doute la réalité de cette pratique, attestée sur un siècle par différentes sources narratives, et avancer l’idée qu’il s’agirait d’un thème littéraire dont l’origine serait à rechercher dans la tradition, sans doute orale, des contes de fées1.

  • 2 Influence qui a été exagérée par la tradition savante comme en témoigne l’ouvrage ancien mais bien (...)

2Les débuts de l’empire moscovite offrent un parallèle à l’usage rapporté par les sources byzantines. Du xvie à la fin du xviie s., les tsars de Russie ont, de façon plus ou moins régulière, organisé des concours de beauté pour prendre femme et, dans leur cas, la pratique invoquée dans des textes narratifs se trouve confirmée par des documents. L’idée vient donc naturellement à l’esprit que l’exemple russe confirme et éclaire un rituel byzantin dont les princes de Moscou se seraient faits les héritiers. A y regarder de plus près, les choses ne sont pas aussi claires. L’influence gréco-byzantine qui s’exerça sur les rituels de la cour moscovite après le mariage d’Ivan III avec Sophie Paléologue2 ne suffit pas à expliquer pourquoi une coutume tombée en désuétude à Byzance depuis cinq siècles aurait connu une résurrection soudaine et durable dans un pays auquel elle était totalement étrangère.

3Pour essayer de répondre à cette question nous voudrions, tout d’abord, reconsidérer les témoignages byzantins en nous arrêtant moins à la question de leur véracité qu’à celle de leur signification symbolique. Nous aborderons, ensuite, le matériel russe en y recherchant la part de l’influence byzantine et, le cas échéant, la similitude des investissements idéologiques.

  • 3 W. T. Treadgold, The Bride-shows of the Byzantine Emperors, Byz. 49, 1979, p. 395-413.
  • 4 On trouvera dans M. Corbier. Les comportements familiaux de l’aristocratie romaine (iie s. avant J (...)
  • 5 L’auteur n’ignorant pas la difficulté que présente pour sa thèse l’apparition soudaine, puis la di (...)

4Les textes byzantins relatant ou mentionnant l’usage des « concours de beauté » sont bien connus. Ils ont été étudiés dans leur continuité chronologique par W. Treadgold3 qui, en mettant l’accent sur leur contenu historique, a relégué au second plan le problème de l’origine d’une pratique étrangère, jusqu’au viiie s., aux usages matrimoniaux de l’Empire4. Plus récemment, L. Ryden, se fondant surtout sur les textes hagiographiques, a souligné les incohérences historiques et mis en relief les éléments folkloriques de ces sources dont la thématique s’inspirerait, selon lui, du conte de fées5.

  • 6 Vie de saint Philarète (BHG 151 lz), éd., trad. M. H. Fourmy, M. Leroy, Byz. 9, 1934, p. 85-170 ; (...)
  • 7 Vie de Constantin, éd., trad. A. Vaillant, Textes vieux-slaves, Paris 1968 (Textes pub. par l’Inst (...)

5Or, si l’on se place du point de vue du sens de ces témoignages plutôt que de leur contenu, il apparaît que, selon leur nature, ils répondent à des préoccupations différentes et participent d’une idéologie différente. Les trois textes hagiographiques6 qui mettent en scène un concours de beauté s’attachent à la promotion d’une famille ou à l’éloge d’une sainte. La beauté de la future fiancée impériale symbolise la vertu de la jeune femme et de sa famille (Marie d’Amnia dans la Vie de saint Philarète) ou marque la prédestination à la sainteté (Vies de Théophanô et d’Irène de Chrysobalanto). La Vie de Constantin-Cyrille, apôtre des Slaves, nous donne un bel exemple de l’emploi métaphorique de ce motif : le futur saint assiste en rêve à un concours de beauté organisé en son honneur par le stratège de Thessalonique ; parmi les jeunes filles rassemblées, il en voit une « plus belle que toutes, au visage resplendissant, et très parée de colliers d’or, de perles et de toutes parures : son nom était Sophia, c’est à dire la Sagesse, et c’est elle que j’ai choisie7. »

  • 8 Théophane, éd. C. De Boor, Leipzig 1883, p. 483 ; PS. Syméon Magistre, Bonn 1838, p. 624-625 ; Léo (...)
  • 9 Les considérations familiales qui dictèrent ce propos sont bien connues ; voir C. Mango, Eudocia I (...)
  • 10 Les développements littéraires tardifs de ce motif en Occident et à Byzance ont également donné li (...)

6Contrairement aux textes hagiographiques, qui mettent en valeur le rôle de la future épouse ou de la future sainte, et laissent à l’arrière-plan le personnage du fiancé impérial, les textes d’histoire, Chroniques de Théophane et de Syméon Logothète, Oraison funèbre de Basile Ier par Léon VI8, s’attachent à la figure du souverain lui-même ; mais, chaque fois, il s’agit d’un empereur mal vu de la tradition byzantine : selon Théophane qui le honnit, Nicéphore Ier organise pour marier son fils Staurakios un concours de beauté licencieux ; Théophile est discrédité à cause de sa sympathie pour l’iconoclasme et l’historiographie macédonienne malmène systématiquement Michel III. Aussi bien ces empereurs ne réussissent-ils pas à épouser celle que sa beauté aurait rendue la plus digne d’être élue : Nicéphore garde pour son propre usage les candidates les plus belles et fait faire à son fils un mariage de raison, Théophile renonce à la trop spirituelle Cassia vers laquelle, tout d’abord, se seraient portés ses vœux, Michel III épouse Eudocie Décapolita, alors que c’est Eudocie Ingérina qui, sélectionnée parmi les plus belles, eût dû, d’après Léon VI, être choisie9. Si l’on ajoute que, selon le récit hagiographique, très postérieur aux événements, Michel III aurait également manqué épouser Irène de Chrysobalanto, trop belle pour une union terrestre, on peut deviner que le thème du mariage par « concours de beauté » n’était pas uniformément apprécié à Byzance ou, du moins, qu’il prêtait à ambiguïté10.

  • 11 Notamment le motif de la pomme d’or que Théophile aurait tendue à la jeune fille de son choix ; su (...)
  • 12 Ce qui nous semble devoir être rapproché d’une pratique divinatoire, attestée en Russie (M. Zabeli (...)
  • 13 La pantoufle de Cendrillon, considérée comme un élément essentiel du conte, n’apparaît pas dans se (...)
  • 14 CI. Lévi-Strauss Anthropologie structurale, Paris 1958, p. 250, Recherches de mythologie américain (...)

7Les textes historiques nous éloignent, malgré quelques éléments mythiques11, du monde des contes de fées. Peut-on en dire autant des textes hagiographiques ? Arrêtons-nous plus particulièrement à l’influence qu’un conte comme Cendrillon aurait pu, si l’on en croit L. Ryden, exercer sur la Vie de Philarète, ou celle de Théophanô. On trouve, en effet, dans les deux textes des motifs qui rappellent ce conte : dans la Vie de Philarète, les émissaires de l’empereur prennent la mesure du pied de la future fiancée ; celle-ci est amenée à Constantinople avec ses deux sœurs. Théophanô, quant à elle, donne un présage de son triomphe en chaussant, plus vite que ses compagnes, sa pantoufle12. Mais, les « motifs » que l’on rencontre dans les contes, celui de la pantoufle de Cendrillon par exemple13, ne sont pas constitutifs de ces récits et peuvent se retrouver dans des narrations de nature très différente. En revanche c’est sa structure, c’est-à-dire l’ensemble des éléments invariants de sa forme la plus restreinte, qui permet de reconnaître un conte en ses multiples transformations. Dans le cas de Cendrillon, c’est le personnage lui-même, en qui Cl. Lévi-Strauss a pu retrouver une figure mythique universelle14, qui répond à des caractéristiques stables :

  • absence de famille ou défaillance de la famille par absence de la mère,
  • laideur apparente ou apparence repoussante du héros ou de l’héroïne (connotée par la saleté, la cendre, les haillons, etc.),
  • habitat marginal, soit hors de la maison (champs, confins du village), soit dans les communs (cuisine),
  • triomphe final, mariage ou riche établissement, obtenu par un secours surnaturel,
  • enfin le héros, quand il a des frères, est en position de cadet.
  • 15 La Vie de Constantin-Cyrille (éd., trad. A. Vaillant, Textes vieux-slaves, 2, p. 2 et n. 80, p. 30 (...)
  • 16 Vie de saint Philarète (cité supra n. 6), p. 143 ; la fille de Gérontianos est, au reste, introdui (...)

8Les versions balkaniques du conte et ses cinq variantes grecques, qui ont fait l’objet d’une étude récente, ne dérogent pas à ce schéma. Si nous comparons ces traits fondamentaux à ceux du personnage de Marie d’Amnia dans la Vie de Philarète, nous voyons tout ce qui les sépare. Très peu mise en valeur dans un récit dont elle n’est pas l’héroïne, la jeune fille ne peut pas être dissociée de sa famille dont tous les membres partagent les mêmes mérites. Lorsque les émissaires impériaux, à la recherche d’une fiancée, sont reçus par Philarète, ils sont d’abord « alertés » par la beauté des mâles de la famille, qui les servent à table ; quand, sur leurs instances, on leur permet de voir les filles et les petites-filles du saint, ils ne peuvent distinguer les mères des filles « tant elles s’égalaient en beauté » ; si Marie est choisie de préférence à ses sœurs, c’est parce qu’elle est l’aînée, remplissant ainsi les « conditions voulues »15, et ce n’est qu’après cette sélection par l’âge que les émissaires impériaux prennent les mensurations de la jeune fille et s’assurent qu’elles correspondent au modèle requis. Ce n’est donc pas avec ses sœurs, comme dans le conte de Cendrillon, que Marie d’Amnia est en compétition, mais avec la fille de Gérontianos qui « était très riche et très belle » et l’emportait aussi par la naissance16, mais qui, pour cette raison même, ou à cause de l’orgueil qu’elle en concevait, n’était, aux yeux de l’impératrice mère, « pas faite pour l’empereur ».

  • 17 À commencer par M.-H. Fourmy, M. Leroy, La Vie de S. Philarète, p. 103 ; voir aussi Ryden. The Bri (...)
  • 18 Vie de Théophanô (cité supra n. 6), p. 5, 1. 7.
  • 19 Vie de saint Philarète, p. 135. 1. 26-27 ; Vie d’Irène de Chrysobalanto (cité supra n. 6), p. 8. 1 (...)
  • 20 Esther 2, 1-4, 3, 12, 8, 12 b.

9Ce n’est pas au conte de Cendrillon que cette confrontation de la « beauté sans fard » avec la beauté hautaine confortée par la noblesse, fait songer, mais bien à l’opposition entre Esther et la reine Vashti (la Meilleure) dans le Livre d’Esther. L’influence du texte biblique sur la tradition byzantine des « concours de beauté » a été souvent relevée17. On peut penser que les textes hagiographiques que nous avons cités en sont directement inspirés lorsqu’ils décrivent l’envoi d’émissaires impériaux, « archontes, satrapes et exarques »18 dans « tout le territoire de la Romanie de l’Orient à l’Occident »19 pour rechercher (ζητῆσαι) une jeune fille digne de l’empereur. Il est clair que l’empire perse « s’étendant de l’Inde à l’Ethiopie » avec ses « cent vingt-sept satrapies », ses « kômarques », ses « stratèges » et ses « archontes »20, offrait un parallèle à l’oikouménè byzantine et une image de son appareil administratif ; Esther donnait de l’organisation matérielle du « concours » aussi bien que de ses motivations idéologiques, un modèle.

  • 21 H. Gelzer, Sextus Julius Africanus und die byzantinische Chronographie, Leipzig 1880, p. 102 et 11 (...)
  • 22 Eusebius Werke 7 ; Die Chronik des Hieronymus, éd. R. Helm, Berlin 1956 (GCS), p. 110 et 117.
  • 23 Georges Syncelle, Ecloga chronographica, éd. A. A. Mosshammer, Leipzig 1984, p. 276.
  • 24 Georges Le Moine, éd. C. De Boor, Leipzig 1904, p. 272 ; Cedrenus, éd. E. Bekker, Bonn 1838, p. 20 (...)

10Le Livre d’Esther pouvait se lire comme un roman ; mais eut-il une grande popularité à Byzance ? On peut le penser, mais il faut convenir, avec L. Ryden, qu’il n’est pas bien représenté dans l’historiographie byzantine. Malalas. qui pourtant aime conter des histoires, passe celle d’Esther sous silence alors qu’il accorde une grande place au Livre de Judith. H. Gelzer21 a expliqué cette abstention par la confusion, relevée par Eusèbe dans sa Chronique, que certains historiens auraient faite entre le règne d’Artaxersès Longue-Main et celui d’Artaxersès Mnêmôn22 . Georges Syncelle se contente de mentionner Esther sous le règne d’Artaxersès Astyage, signalant brièvement que ce dernier la prit pour femme « pour sa beauté » (διὰ κάλλος)23. Dans un récit plus circonstancié, Georges le Moine, dont la narration est reprise par Cedrenus, suit la même tradition en précisant qu’Astyage épousa Esther « pour sa beauté » en la choisissant parmi des jeunes filles juives ; il s’attache ensuite aux actes de Mardochée24. On peut donc penser, qu’outre les hésitations auxquelles donnait lieu l’insertion du Livre d’Esther dans le cadre de la chronologie universelle, l’histoire de la jeune femme, choisie comme concubine de l’empereur perse avant de devenir son épouse légitime, a inspiré aux chroniqueurs byzantins une certaine retenue.

  • 25 Malalas, éd. L. Dindorf, Bonn 1831, p. 92-93.
  • 26 E. M. et H. J. Jeffreys, The Judgement of Paris in later Byzantine Literature, Byz. 48, 1978, p. 1 (...)
  • 27 G. Dumézil, L’Enéide et le jugement de Pâris, Mariages indo-européens, Paris 1979, p. 211 s.

11Le « jugement de Pâris » n’a pas non plus connu un grand succès dans la tradition littéraire byzantine. Malalas, suivi par les autres chroniques universelles, substitue à cet épisode clé de la guerre de Troie, un hymne dans lequel le prince troyen aurait proclamé la supériorité d’Aphrodite sur les autres déesses25. Constantin Manassès passe le « jugement » sous silence, Tzètzès le considère comme une absurdité. On sait que le motif a vraisemblablement été étranger à Homère, et l’on a pu supposer aussi que l’ambiguïté du personnage de Paris, à la fois prince et berger, a embarrassé les narrateurs26 . On ne peut cependant exclure que, comme le pense G. Dumézil, le choix de Paris ait contrevenu « à la philosophie morale et politique des Grecs »27.

  • 28 Rappelions ce que Claudien (Nupt. Hon., 23-25) fait dire à Honorius à propos du mariage d’Arcadius (...)
  • 29 Ou tyrannique comme le laisse penser le récit du « concours » organisé par Nicéphore, de même que (...)
  • 30 G. Dumézil, Les modes d’acquisition de la manus à Rome, Mariages indo-européens (cité supra n. 27) (...)

12Le mariage διὰ κάλλος avec son parfum de volupté28, l’évidente priorité donnée aux satisfactions personnelles sur les préoccupations d’alliance, représentait une forme d’union anomique que seul pouvait autoriser un pouvoir incontestable29. En imposant pour seul critère le bon vouloir du prince et la beauté de la jeune fille, il s’apparente à la procédure romaine archaïque de l’usus qui exemptait le mari de l’acquisition de la manus, c’est-à-dire du pouvoir du père sur sa fille30. La transgression que représentait une telle pratique est bien mise en valeur par Théophane dans sa description du « concours » organisé par Nicéphore ; elle est, au contraire, adoucie dans les textes hagiographiques par l’intervention des femmes (les marieuses sont les impératrices mères) ou par le biais du rêve (Vie de Constantin-Cyrille, Roman de Belthandros et Chrysantza) qui donne au concours un sens métaphorique.

  • 31 G. Dagron, Nés dans la pourpre, TM 12, 1994, p. 137-142 ; Empereur et prêtre. Étude sur le « césar (...)

13L’examen du dossier byzantin ne permet donc pas d’affirmer avec certitude que les mariages par « concours de beauté » ont réellement existé à Byzance. Toutefois la frilosité, pour ne pas dire la pruderie, avec laquelle les chroniqueurs byzantins ont abordé ce thème, qu’il s’agisse du Livre d’Esther ou du « jugement de Pâris », nous autorise à penser que les développements littéraires auxquels le motif a donné lieu au cours d’une période bien délimitée, ont pu sanctionner un réel changement des usages matrimoniaux de la cour, lié, comme le pense G. Dagron, à une nouvelle conception de la légitimité impériale31.

  • 32 C. Durand-Cheynet, Ivan le Terrible, Paris 1981, p. 99, par exemple.
  • 33 N. De Baumgarten, Généalogies et mariages occidentaux des Rurikides russes du xe au xiiie s., OC 9 (...)
  • 34 La mainmise de Moscou sur les unités politiques indépendantes du Nord-Est est presque entièrement (...)
  • 35 L’Église russe devient autocéphale de fait en 1448 avec l’élection de Jonas à la chaire métropolit (...)
  • 36 W. Vodoff, La titulature princière en Russie du xie au début du xvie s. Questions de critique des (...)
  • 37 De la fin du xve au début du xvie s. sont composés, dans le milieu ecclésiastique, des écrits, ins (...)

14Contrairement aux affirmations de certains auteurs32, le « mariage par concours de beauté » ne relève pas en Russie d’une tradition ancienne. Jusqu’au xvie s., les descendants des Rjurikides ont épousé des princesses étrangères ou se sont alliés entre parents d’égale noblesse33. Le nouvel usage intervient après l’annexion par les princes de Moscou des dernières principautés et villes indépendantes du nord-est de la Russie34, et la redistribution aux familles moscovites des terres et des biens de l’ancienne noblesse. La centralisation du pouvoir s’accompagne de l’initiative de plus en plus marquée du prince en matière religieuse, après que l’Eglise russe se fut détachée du patriarcat de Constantinople35. L’affirmation des objectifs politiques du nouvel État se révèle dans les changements que les grand-princes de Moscou apportent à leur titulature : Ivan III et Basile III chercheront à faire admettre à leurs voisins leur nouveau titre de « souverain de toute la Russie » ; en 1547, Ivan IV imposera celui de « tsar »36. Dans le même temps s’élabore un rituel d’intronisation, fondé sur la revendication d’un héritage byzantin : les princes de Moscou se réclament du titre d’empereur que Constantin IX aurait octroyé, en même temps que le diadème, à leur ancêtre Vladimir Monomaque37. L’hérédité du titre impérial est ainsi affirmée, de même que celle de la souveraineté sur l’ensemble des « terres russes » considérées comme otčina (patrimoine héréditaire) des princes de Moscou.

  • 38 D’après Théophane, éd. De Boor, p. 463, l’impératrice Irène aurait contraint son fils à épouser Ma (...)
  • 39 N. M. Karamzin, Istorija gosudarstva rossijskogo (Histoire du royaume de Russie), Saint-Pétersbour (...)
  • 40 Herberstein rédigea ses souvenirs de voyages en latin en 1547 et fut publié pour la première fois (...)
  • 41 Jurij Trahaniot Malyj, dans les sources russes. Sur ce personnage et sa famille, très influente à (...)
  • 42 Littéralement la « revue » ; les textes russes emploient aussi l’expression smotr nevest, revue ou (...)
  • 43 Publié d’abord à Bâle en 1527, Pauli Jovii libellus de legatione Basilii Magni, principis Moscovia (...)

15C’est dans le cadre de cette montée de l’autocratie qu’apparaît, en 1505, à l’occasion du premier mariage de Basile III, la pratique du concours de beauté. Comme dans le cas du mariage de Constantin VI avec Marie d’Amnia38, le recours au « bride-show » a lieu après l’échec d’une alliance avec l’étranger. En 1503, Ivan III aurait cherché à conclure un mariage entre son fils, Basile, et la fille de Jean Ier de Danemark, Elisabeth ; mais ces négociations n’auraient pas abouti, sans doute en raison de la différence des confessions39. La suite nous est connue par le récit que donne, vingt ans plus tard, Sigmund von Herberstein, ambassadeur du Saint-Empire à Moscou en 1517, puis en 1525-1526, époque où Basile III répudie, pour stérilité, sa première épouse40. Selon cet auteur, le souverain aurait, sur le conseil de son trésorier et favori, Georges Tarchaniote le Jeune41, décidé d’épouser la fille de l’un de ses sujets plutôt qu’une princesse « élevée dans des coutumes étrangères et dans une autre foi ». Georges aurait espéré ainsi marier au souverain sa propre fille. Mais les autres dignitaires préférèrent que l’on rassemblât « dans un même lieu les filles des boyards, au nombre de 1500, afin que le prince puisse choisir celle qui lui plairait ». Ayant procédé aux « smotriny »42, Basile, contrairement aux espoirs de Georges, prit pour femme Salomé (Solomonija), la fille du boyard Ivan Saburov. Ce témoignage est confirmé, avec quelques variantes, par Paolo Giovio, évêque de Nocera, ambassadeur du pape à Moscou en 1525. Contrairement à Herberstein qui connaissait les langues slaves, Giovio écrit d’après les dires de son interprète russe, Dmitrij Gerasimov, aussi ses notes sont-elles moins précises et moins personnelles. A propos du premier mariage de Basile III, il rapporte : « Les Moscovites ont, dit-on, coutume, lorsqu’ils décident de marier [leur souverain], de faire un choix parmi toutes les jeunes filles vierges du royaume et de se faire amener les plus remarquables par leur beauté et leurs qualités morales ; ils les font alors examiner par des hommes appropriés et par des femmes de confiance, si scrupuleusement qu’il leur est permis de toucher et d’explorer leurs parties les plus secrètes. Celle d’entre elles qui, à l’issue d’une attente longue et inquiète des parents, répond au goût du souverain, est proclamée digne de ses noces. Les autres, qui ont rivalisé en beauté, chasteté et dignité des mœurs, sont souvent, le même jour, pour complaire au prince, mariées à des nobles et à des officiers ; ainsi des jeunes filles généralement de basse extraction sont-elles, du fait que les princes méprisent les illustres rameaux de la famille royale, élevées à l’honneur de noces princières grâce à leur beauté, comme nous l’avons vu aussi en usage chez les Turcs ottomans43. »

  • 44 A propos de l’entourage grec de Sophie Paléologue et des gentilshommes qui l’accompagnèrent à Mosc (...)
  • 45 Zozime, Histoire nouvelle, p. 9.
  • 46 Les éditeurs ont généralement corrigé le chiffre donné par Herberstein en 500. Notons que dans le (...)

16Arrêtons-nous à ces deux textes. On remarquera tout d’abord que Herberstein a cherché à expliquer la cause d’une coutume qu’il savait récente et dont il attribue la paternité à un gentilhomme d’origine grecque. Sur ce point son témoignage est unique et, bien que le groupe des émigrés grecs ait été très puissant à la cour moscovite sous les règnes de Sophie Paléologue et de Basile III44, on ne peut exclure que l’auteur ait été influencé par des réminiscences littéraires : on pense à Arcadius épousant Eudoxie pour sa beauté sur le conseil de l’eunuque Eutrope, ou à Rufin, pensant faire épouser sa fille par le même empereur45. De même, le nombre, à l’évidence exagéré, des jeunes filles appelées à concourir, rappelle-t-il l’histoire d’Esther telle qu’elle est racontée par Flavius Josèphe46. Quoiqu’il en soit, Herberstein comme Giovio donnent aux boyards une place éminente dans l’organisation du concours, Giovio allant jusqu’à suggérer que la fiancée la plus méritante était choisie par eux, non par le souverain lui-même.

  • 47 A. A. Zimin, Rossija na poroge novogo vremeni (La Russie au seuil des temps modernes), Moscou 1972 (...)

17Le témoignage de Giovio, qui pèche par excès de généralité, semble être à l’origine de deux représentations courantes dans la tradition savante, l’une relative à l’ancienneté de la coutume, l’autre à son caractère prétendument démocratique. Sur ce dernier point, le choix de Salomé Saburova est instructif : le père de la jeune femme, Jurij Konstantinovič Saburov, n’était qu’un modeste dignitaire, élevé au rang de boyard après l’intronisation de Basile III, en 1505 ; mais la famille faisait partie de ces boyards « staromorskie » non titrés, inconditionnellement fidèles aux princes de Moscou, sur lesquels Basile III fondera longtemps sa politique intérieure47. L’épousée n’est donc pas une roturière, mais son choix marque le rejet de la haute noblesse autant que celui de l’alliance avec l’étranger. L’affirmation selon laquelle la beauté serait le seul critère du choix d’une épouse - avec son corollaire, l’indifférence du prince aux considérations d’origine et de noblesse- constitue le motif d’une « propagande » dont Giovio s’est fait le rapporteur naïf. Car à Moscou comme à Byzance, du moins peut-on le penser, le « concours de beauté » a pu ne constituer qu’une façade, le masque obligé d’une stratégie matrimoniale. C’est ainsi que peuvent s’expliquer des contradictions qui apparaissent à l’occasion du second mariage de Basile III.

  • 48 Sur la famille Glinskij, en particulier sur le personnage de Michel Glinskij, oncle de la jeune fe (...)
  • 49 Herberstein 12, Commentarii..., cité supra n. 40, p. 26 ; Zimin, Rossija na poroge... (cité supra (...)
  • 50 Une note émanant de la chancellerie et datant de la mi-janvier 1526 fixe au prince Ivan Vasil’evič (...)
  • 51 Nazarov, Svadebnye dela... (cité note précédente), p. 112, et doc. 1, p. 116.
  • 52 Nous préférons traduire ce titre par un équivalent français, plutôt que par le terme pertinent de (...)
  • 53 Des représentants éminents de ces deux familles s’étaient, entre 1510 et 1522, mis au service de l (...)
  • 54 Reconstitué, d’après divers matériaux annalistiques, par Ju. K. Begunov, Povest’ ο vtor-om brake V (...)
  • 55 Lesquels n’avaient, à l’évidence, aucun intérêt à ce que Basile III possédât une progéniture, et q (...)
  • 56 Begunov, Povest ο vtorom brake... (cité supra n. 54), p. 117-118.
  • 57 Zimin, Rossija na poroge..., p. 296-299, 323 s.

18Moins de deux mois après la répudiation de Salomé Saburova, le souverain épouse, le 21 janvier 1526, Hélène Glinskaja, jeune princesse lituanienne, dont le père et les oncles, s’étant attiré la disgrâce de Sigismond II, s’étaient, en 1508, réfugiés à la cour moscovite48. La jeune femme avait reçu une éducation occidentale, mais était restée attachée à la foi orientale. Outre des intérêts dynastiques, diverses considérations politiques et le fait que le souverain semble avoir été très épris49 présidèrent à cette union dont il est difficile de penser qu’elle fut improvisée50. Un concours de beauté fut néanmoins organisé : nous en avons pour preuve un document d’archive, découvert récemment, que l’on a pu dater de façon convaincante de décembre 152551. Il s’agit d’une note adressée, au nom de Basile III, au chambrier (okol’ničij)52 Ivan Vasil’evic Ljackij, lui enjoignant d’enquêter sur les attaches familiales des éventuelles fiancées du souverain : « S’il se trouve », poursuit ce texte, « qu’une fille vierge et belle soit apparentée, ne fût-ce que de loin, aux Sčenjaty ou aux Pleščeevy, qu’Ivan et Timothée [le secrétaire Timothée Klobukov] la voient, et qu’ils en envoient la description au grand-prince, [en disant] quelle est son apparence physique, quel est son âge, quelle est sa taille et quel est son degré d’éloignement par rapport à cette famille, et si c’est par son père ou par sa mère qu’elle en est parente53 . » Une source narrative, qui connut une grande popularité au début du xviie siècle mais dont le caractère composite rend la datation hasardeuse (on peut penser que sa version la plus ancienne est proche des événements qui nous intéressent) donne des faits leur image officielle. Il s’agit du Récit du second mariage de Basile III54. L’auteur anonyme de cet écrit s’ingénie à démontrer que le souverain ne se décida à répudier sa première épouse que sur les instances de ses boyards et de ses frères55, et qu’ayant été convaincu après une longue résistance, il aurait confié à ses conseillers le soin de lui trouver une nouvelle fiancée. Après avoir enquêté « dans toutes les villes et les villages de son royaume autocratique », les boyards se rassemblèrent et lui dirent : « ô tsar, nous n’avons trouvé nulle part, ni n’avons vu de notre vie, ni même pu imaginer, une jeune fille telle que la fille du prince Vasilij L’vo-vič Glinskij, Hélène. » Le grand-prince ayant ordonné que la princesse fût conduite au palais afin qu’il la vît « s’en éprit fortement en raison de la beauté de son visage, de la conformité de son âge, et plus encore, en raison de sa vertu, car Dieu l’avait dotée des deux [qualités], la beauté de l’apparence et la sagesse56 ». Le « concours » fonctionne ici comme une mise en scène destinée à préserver le prestige du souverain et à faire croire que le choix d’une épouse d’origine illustre, indice d’un revirement de la politique intérieure et d’un changement dans l’équilibre des clans57, n’aurait répondu qu’à un constat objectif, la beauté, et serait dû à la seule volonté des boyards.

  • 58 Polnoe Sobranie Russkih Letopisej (Recueil Complet des Chroniques Russes) 13, Patriar-šaja ili Nik (...)
  • 59 Nazarov, Svadebnye dela..., p. 117-121, doc. 4-12. La copie de la charte envoyée à Novgorod le 12 (...)

19Avec l’accession au trône d’Ivan IV, la pratique semble reprendre sa fonction première : éviter l’alliance avec l’étranger de même que les prétentions de la noblesse de cour. Voici comment le jeune monarque, alors âgé de 16 ans, aurait, selon la Carstvennaja Kniga (Le Livre du règne), chronique officielle des actes du tsar, fait part au métropolite Macaire de son intention de se marier58 : « J’ai pensé [tout d’abord] prendre femme dans d’autres royaumes, chez un roi ou chez un tsar, et j’ai, mon Père, écarté ce projet ; je ne veux pas prendre femme dans un pays étranger car, très jeune j’ai perdu mon père, le souverain grand-prince Basile, et ma mère : que l’on m’amène une épouse d’un pays étranger et que nos usages soient en quelque façon différents, alors l’affliction se mettra entre nous ; donc, mon Père, j’ai pensé, et je veux prendre une épouse dans mon propre royaume, là où Dieu m’en fera la grâce, et après avoir reçu ta bénédiction. Le métropolite et les boyards se mirent à pleurer de joie, voyant un souverain si jeune, n’ayant pris conseil de personne si ce n’est de la providence divine, vouloir réaliser un projet si heureux. » Plusieurs documents datant de décembre 1546 à janvier 1547 nous renseignent sur les modalités du choix de la fiancée. Il s’agit des copies de deux ordonnances envoyées par le souverain à Novgorod et à Vjaz’ma - mais le fragment d’une liste des émissaires impériaux chargés de procéder à une première sélection mentionne plus de 24 centres et districts urbains -, ainsi que de quelques témoins de la correspondance échangée entre le prince et ses hommes de confiance envoyés sur le terrain59. Nous donnons ici la traduction des instructions destinées à Novgorod et à sa région : « [Envoi] du grand-prince Ivan Vasil’evic de toute la Russie dans notre terre patrimoniale, à Novgorod la Grande, à Bezinskaja Pjatnica, dans un rayon de cent, cent cinquante et deux cents verstes de Novgorod, aux princes et aux boyards cadets (deti bojarskie). J’ai envoyé dans ma terre patrimoniale, à Novgorod la Grande, mon chambrier, Ivan Dmitrievic Sein, et j’ai donné l’ordre, à mes boyards et à mes représentants (namestniki), le prince Jurij Mihailovič Bulgakov et Vasilij Dmitrievic, et à mon chambrier Ivan, de voir vos filles vierges, pour nous [servir] de fiancées. Dès que cette instruction vous sera parvenue, que ceux qui, parmi vous, ont des filles vierges se rendent sur l’heure avec elles à Novgorod la Grande et que, gardant chez vous des filles vierges vous ne les dissimuliez d’aucune façon mais les meniez aussitôt à Novgorod la Grande, sans délai. Celui d’entre vous qui cachera qu’il a chez lui une fille vierge et ne la conduira pas à nos boyards et à mon représentant [...] celui-là subira ma disgrâce et mon châtiment. Et cette lettre, faites-la circuler entre vous sans le moindre délai. »

  • 60 Nazarov, doc. 6 et 7, p. 118-119.
  • 61 Nazarov, doc. 8, p. 119.

20Comme le laisse entrevoir ce texte, le souverain avait quelques raisons de douter de l’empressement de ses sujets à montrer leurs filles. Plusieurs documents confirment la réalité de cette résistance : une lettre du prince Mezeckij et du secrétaire (d’jak) Mit’ka Gorin rendant compte des difficultés rencontrées à Rostov, où ils auraient séjourné une semaine sans voir personne ; une autre provenant de Vjaz’ma, où les envoyés du prince seraient restés quinze jours sans qu’aucune jeune fille ne leur soit présentée60. Ayant appris, à Vjaz’ma, que le prince Vasilij Ivanovič Gundurov avait une fille, ces mêmes émissaires vont la voir chez son père. Voici la description qu’ils envoient au souverain : « La princesse Eudocie (Ovdotija) a 12 ans, le corps harmonieux, ni mince, ni forte, les yeux tirant sur le noir, le nez pas long par rapport au visage, les cheveux blond foncé. Et à propos de maladie, le prince Vasilij a dit que sa fille Eudocie avait été, dans son enfance, atteinte de fièvre, mais qu’à présent, grâce à Dieu, elle n’était pas malade. » Suivent un état de la parenté de la jeune fille et une note sur la santé de son père et de sa mère61. Ainsi apparaît-il que les envoyés du souverain, loin de recevoir la visite des pères de famille, étaient obligés de forcer leur porte pour apercevoir les jeunes filles.

  • 62 Trad. française par R. Delort. La Moscovie du xvie s. vue par un ambassadeur occidental, Herberste (...)
  • 63 A. A. Zimin, Reformy Ivana Groznogo, Moscou 1960, p. 277.
  • 64 Nikita Romanovič Jur’ev-Zaharin. père du patriarche Philarète et grand-père du tsar Michel Romanov
  • 65 L’historiographie lui attribue traditionnellement une influence bénéfique sur Ivan IV, dont la pol (...)
  • 66 Ivan IV est couronné tsar le 16 janvier 1546 au cours d’une cérémonie minutieusement décrite dans (...)
  • 67 Vremennik Ivana Timofeeva, éd., trad. (en russe moderne) O. A. Deržavina, Moscou-Léningrad 1951, p (...)

21Les documents relatifs au premier mariage d’Ivan IV mettent en lumière ce que la rhétorique officielle ne laisse pas entrevoir, le caractère brutal et transgressif de l’institution. Le prince s’y affirme comme le détenteur d’un pouvoir discrétionnaire sur les filles de ses sujets, qui sont ses fiancées potentielles, et du privilège, refusé aux autres hommes, de les voir. Le « bride-show » était, en effet, absolument contraire aux mœurs. Voici ce que Herberstein écrit, dans ses notes de voyage, à propos du mariage et de la condition des femmes : « Il n’est ni honnête ni décent, pour un jeune homme de rechercher la jeune fille qu’il prendra pour femme. C’est le père qui doit demander au garçon d’épouser sa fille... La maison de la fiancée est interdite au fiancé, à tel point que, si d’aventure, il s’y rend pour au moins la voir, les parents ont coutume de lui répondre : « si tu veux savoir comment elle est, renseigne-toi auprès de ceux qui la connaissent. » Et, plus loin : « Les femmes ont une condition tout à fait misérable, car ils [les Moscovites] tiennent pour honnête celle-là seule qui vit recluse dans sa maison et ils la surveillent si étroitement qu’elle ne sort jamais. Ils l’estiment presque impudique si des étrangers ou des gens du dehors peuvent la voir62. » Ces quelques lignes montrent assez l’indécence que devait constituer la pratique des smotriny ; elles mettent également en relief la minoration du rôle du père de la fiancée dans le mariage princier. À cet égard, la situation familiale de la première épouse d’Ivan IV, choisie au terme du concours dont nous avons vu le détail, est édifiante. Le père de la jeune femme, Roman Jur’evič Zaharin, issu d’une vieille famille de boyards moscovites non titrés, les Kobyly. avait joué un rôle important dans l’entourage de Basile III63. Mais à l’époque du mariage, la jeune fille était orpheline et vivait avec sa mère et son jeune frère64. Anastasie Romanovna incarnait donc l’image de l’épouse dont l’élévation devait tout au bon vouloir impérial, et si cette princesse connut une grande popularité dans l’historiographie ancienne et moderne, ce n’est sans doute pas en raison de son rôle politique effacé65, mais parce que, première tsarine russe66, elle constituait un modèle. Nous en voulons pour preuve ce passage d’une chronique composée au début du xviie siècle par le secrétaire de chancellerie, Ivan Timofeev, qui, à propos du mariage d’Ivan IV, écrit : « Il ne convient pas de vivre sans épouse et sans enfants. Il n’appela pas à lui, pour partager la couronne de sa grandeur impériale, une femme d’un pays étranger, mais, sans désirer qu’elle fût son égale par la naissance, il la prit dans une maison de son propre royaume, et choisit une fille de la noblesse [mot à mot du Sénat], supérieure par ses vertus spirituelles et sa beauté corporelle, toute parée comme de franges d’or, Anastasie, il la sacra impératrice du pays russe et fut uni à elle pour régner67. »

  • 68 Un an après son propre mariage, Ivan IV décida de marier son frère, Jurij Vasil’evic, simple d’esp (...)
  • 69 Nazarov, Svadebnye dela..., p. 110 ; textes réunis dans Drevnjaja Rossijskaja Biblioteka 13 (cité (...)

22Les documents d’archives qui nous sont parvenus ne concernent que les mariages de Basile III, d’Ivan IV et de son frère, Jurij68 . Les mariages par « concours de beauté » ayant été pratiqués jusqu’à la fin du xviie siècle, il y a lieu de penser que d’autres témoins ont disparu lors des incendies qui ravagèrent Moscou en 1547, 1571 et 1626. On peut cependant présumer que la bonne conservation des actes relatifs à ces premiers mariages princiers n’est pas tout à fait fortuite et qu’elle répond à un intérêt particulier porté, à l’époque, au rituel nuptial. C’est, en effet, avec la description de ces cérémonies que se constituèrent, à la fin du xve et au début du xvie s., les premières listes de préséance de la cour moscovite69. Par ailleurs, les textes que nous avons étudiés laissent entendre que le « concours de beauté » a connu en Russie deux variantes, l’une très large comportant (les documents relatifs au premier mariage d’Ivan IV en donnent l’exemple) un appel de fiancées dans toutes les villes du royaume (smotr po gorodam) ; l’autre, restreinte à la noblesse moscovite et ne réunissant que les filles des dignitaires de la cour. C’est, vraisemblablement, cette procédure supposant moins de publicité qui a été le plus souvent pratiquée.

  • 70 En 1571, lors de son troisième mariage, Ivan IV recourt à nouveau à la procédure du smotr po gorod (...)
  • 71 Karamzin, 2, t. 9, chap. 1, col. 19-20 ; et les directives données par Ivan IV à son ambassadeur, (...)
  • 72 Karamzin, 2, t. 9, chap. 3, col. 252 et Sbornik ... Istoričeskogo Obscestva 38, Saint-Pétersbourg (...)

23Après la mort d’Anastasie, en 1560, Ivan IV prit successivement, avec ou sans la bénédiction de l’Église, six épouses dont quatre choisies dans l’entourage palatin70. Pour autant, il n’abandonna jamais complètement le projet d’une alliance avec une princesse étrangère. Les documents relatifs à ces négociations, commandées, à l’évidence, par des considérations politiques, comportent des instructions très strictes du souverain à ses ambassadeurs sur l’âge, la beauté, la description physique de la fiancée recherchée71 : voir, approcher, obtenir un portrait, relèvent d’une préoccupation récurrente. Un an avant sa mort, et alors que sa dernière épouse, Marie, lui donne un fils, le tsar négocie encore une union avec la nièce d’Élisabeth d’Angleterre, Mary Hastings. Son ambassadeur lui décrit la jeune femme en ces termes : « Grande de taille, bien faite, mince, blanche de visage, elle a les yeux gris, les cheveux châtain clair, le nez droit, les doigts effilés. » Le portrait semble n’avoir transporté d’enthousiasme ni le souverain ni son légat72. Une étude des marques de beauté reste à faire.

24Que nous apporte cette confrontation entre des textes byzantins, contemporains mais hétérogènes, et une pratique, indiscutablement établie, poursuivie sur deux siècles par les grands-princes et tsars de Moscou ? La première constatation qui en ressorte est que rien ne permet d’établir une filiation directe entre l’usage moscovite et les occurrences byzantines. Le témoignage de Herberstein sur la part prise par Georges Tarchaniote dans l’organisation du premier mariage de Basile III ne nous autorise pas à conclure que les « concours » russes s’enracinent dans une tradition byzantine. Aucun des textes moscovites que nous avons cités à propos des mariages princiers ne se réclame de cette origine, alors que l’héritage impérial est hautement revendiqué lorsqu’il s’agit de la cérémonie du sacre, des insignes royaux et de la légitimation du titre de tsar. Loin de constituer un emprunt à Byzance, l’apparition en Moscovie du « concours de beauté » nous semble donc se rapporter à une situation précise où interviennent l’omnipotence d’un souverain décidé à rejeter une alliance égalitaire et la rivalité de clans que le prince règle par des choix apparemment non politiques.

  • 73 Malalas, Bonn, p. 352-353.
  • 74 Ο. V. Tvorogov éd., Iz Hronografa 1617 goda (Extraits du Chronographe de 1617), Pamjatniki Literat (...)
  • 75 La Vie de Philarète a connu en Russie plusieurs traductions remontant au xve s. ; voir A. A. Vasil (...)

25Il convient, en revanche, de relever des similitudes idéologiques. Les monarques moscovites affichent leur indifférence à l’origine et à la famille de leur fiancée qui est, en quelque sorte, « enlevée » à l’autorité du père (quelle que soit, par ailleurs, la bonne volonté de celui-ci). Or la mise en valeur de ce motif dans les écrits politiques semble devoir beaucoup à la littérature byzantine. La déclaration que la Carstvennaja Kniga attribue à Ivan IV à propos de ses projets de mariage rappelle le discours que Théodose II aurait, selon Malalas, tenu à sa sœur Pulchérie73. Il est intéressant, à ce propos, de signaler qu’un Chronographe moscovite du début du xviie s. se réfère à Théodose II et à Eudocie comme à un modèle de sainteté du couple impérial74. Enfin l’image, pour ne pas dire l’icône, que la littérature officielle propose de l’épousée, supérieure aux autres femmes par sa beauté et des qualités morales que révèle l’éclat de sa parure, se situe directement dans la tradition byzantine75.

  • 76 Rappelons que cette Vie, écrite peu de temps après la mort de l’impératrice par un proche de sa fa (...)

26De son côté, la documentation russe, en nous montrant les deux aspects « du concours de beauté », sa pratique concrète et son utilisation idéologique, et en révélant l’écart qui les sépare, interdit de rejeter comme incohérents certains points controversés de la tradition byzantine, comme par exemple la recherche de fiancées dans toutes les provinces de l’empire. On a pu voir que, dans les écrits politiques, les princes russes invoquaient cette image qui répondait au modèle le plus « impérial », mais que, dans la pratique, le choix s’effectuait le plus souvent dans l’entourage palatin ; la réalité d’une première sélection des jeunes filles d’après des normes physiques préétablies, bien que répondant à un idéal de beauté sans doute différent des canons byzantins, ne fait aucun doute dans les documents russes, qui témoignent, en outre, d’une préoccupation relative à la santé des postulantes et de leurs géniteurs. L’indifférence du prince aux considérations de noblesse et d’origine, proclamée dans les œuvres littéraires, est contredite, dans les documents moscovites, par les instructions données aux émissaires chargés de recruter des fiancées. Enfin et surtout, l’épisode du second mariage de Basile III montre bien que le choix d’une épouse d’origine illustre, tout prémédité qu’il fût, se devait d’être présenté comme le résultat d’un concours : la comparaison avec les fiançailles de Léon VI, telles qu’elles sont relatées dans la Vie de Théophanô, s’impose76.

27Le dossier russe n’apporte donc pas la preuve d’une pratique concrète du « bride-show » à Byzance, mais il suggère que le motif du mariage par « concours » a fait, durant un temps, partie de l’appareil symbolique de la royauté byzantine. Reste à savoir pourquoi ce sont, à Byzance, les textes hagiographiques qui ont détourné à leur profit le discours officiel.

Notes

1 L. Ryden, The Bride-shows at the Byzantine Court - History or Fiction?, Eranos 83, 1985, p. 175-191.

2 Influence qui a été exagérée par la tradition savante comme en témoigne l’ouvrage ancien mais bien documenté de V. Savva, Moskovskie cari i vizantijskie vasilevsy (Tsars de Moscou et empereurs byzantins), Har’kov 1901, p. 39 s.

3 W. T. Treadgold, The Bride-shows of the Byzantine Emperors, Byz. 49, 1979, p. 395-413.

4 On trouvera dans M. Corbier. Les comportements familiaux de l’aristocratie romaine (iie s. avant J.-C.-iiies. après), Annales ESC 42, 1987, p. 1267-1285, des indications sur la pratique de l’endogamie familiale sous la Tétrarchie au tournant du iiie et du ive s. La pratique du « bride-show » n’est pas non plus attestée dans d’autres civilisations, en particulier en Perse, les Achéménides pratiquant l’endogamie ou n’épousant que des princesses des plus nobles familles.

5 L’auteur n’ignorant pas la difficulté que présente pour sa thèse l’apparition soudaine, puis la disparition presque radicale de ce motif dans la littérature byzantine ; voir The Bride-shows... (cité supra n. 1), p. 190-191.

6 Vie de saint Philarète (BHG 151 lz), éd., trad. M. H. Fourmy, M. Leroy, Byz. 9, 1934, p. 85-170 ; Vie de sainte Théophanô (BHG 1784), éd. E. Kurtz, Zwei griechische Texte über die Hl. Theophano, die Gemahlin Kaisers Leo VI., Zapiski imperatorskoj Akademii Nauk, S. 8, 3 (2), Saint-Pétersbourg 1898, p. 1 -24 ; Vie d’Irène de Chrysobalanto (BHG 952), éd. J. O. Rosenqvist, The Life of St. Irene Abbess of Chrysobalanton, Uppsala 1986 (Acta Universitatis Upsaliensis. Studia Byzantina Upsaliensia 1), p. 9-10. A ces trois Vies, toujours citées, il convient d’ajouter celle de l’impératrice Théodora (BHG 1731), œuvre anonyme dont on ne connaît pas la date (début du xes. sans doute), qui met également en scène un « concours de beauté » dont la future impératrice triomphe grâce à sa vertu ; voir Vila sanctae Theodorae imperatricis, éd. W. Regel, Analecta Byzantino-Russica, Saint-Pétersbourg 1891, p. 3-4.

7 Vie de Constantin, éd., trad. A. Vaillant, Textes vieux-slaves, Paris 1968 (Textes pub. par l’Institut d’Études slaves 8,2), 2, p. 2, § III ; sur l’équivalence de la beauté et de la sainteté féminines, dans les textes hagiographiques de la haute époque, voir : N. Delierneux, Virilité physique et sainteté féminine dans l’hagiographie orientale du ive au viie siècle, Byz. 67, 1997, p. 182 et n. 13 et 14.

8 Théophane, éd. C. De Boor, Leipzig 1883, p. 483 ; PS. Syméon Magistre, Bonn 1838, p. 624-625 ; Léon Le Grammairien, Bonn 1824, p. 213-214 ; Oraison funèbre de Basile Ier par son fils Léon VI le Sage, éd., trad. A. Vogt, I. Hausherr, OCP 26, 1932, p. 54.

9 Les considérations familiales qui dictèrent ce propos sont bien connues ; voir C. Mango, Eudocia Ingerina, the Normans, and the Macedonian Dynasty. ZRVI 14/15, 1973, p. 17-27 ( = Byzantium and ils Image, Londres 1984, XV) ; Ryden, The Bride-shows..., p. 182-183 ; il n’en reste pas moins que le thème de « l’échec » constitue une constante des récits historiques.

10 Les développements littéraires tardifs de ce motif en Occident et à Byzance ont également donné lieu aux deux interprétations, l’une licencieuse, si ce n’est grivoise, dans le Roman du Comte de Poitiers (xiiie s.), l’autre symbolique dans le roman de Belthandros et Chrysantza (xive s.), voir C. Cupane, Il « concorso di bellezza » in Beltrando e Crisanza sulla via fra Bisanzio e l’Occidente medievale, JÖB 33, 1983, p. 221-227 et 235-238 ; H. Hunger, Die Schönheitskonkurrenz in « Belthandros und Chrysantza » und die Brautschau am byzanti-nischen Kaiserhof, Byz. 35, 1965, p. 150-158.

11 Notamment le motif de la pomme d’or que Théophile aurait tendue à la jeune fille de son choix ; sur cette image assez souvent utilisée dans les textes byzantins en tant que symbole sexuel, voir A. R. Littlewood, The symbolism of the apple in Byzantine literature, JOB 23, 1974, p. 35-53.

12 Ce qui nous semble devoir être rapproché d’une pratique divinatoire, attestée en Russie (M. Zabelin, Russkij narod, ego obyčai, obrjady, predanija, sueverija i poezija [Le peuple russe, ses coutumes, rites, légendes, superstitions et sa poésie], Moscou 1880, p. 18) : les jeunes filles lancent hors de la maison le soulier de leur pied gauche, pour savoir de quelle direction viendra leur futur fiancé. Le symbolisme nuptial de la chaussure est commun à de nombreuses civilisations, voir A. B. Rooth, The Cinderella cycle, Lund 1951, p. 103-110.

13 La pantoufle de Cendrillon, considérée comme un élément essentiel du conte, n’apparaît pas dans ses versions antérieures à la mise en forme littéraire de Perrault (voir A. Van Gennep, La formation des légendes, Paris 1910, p. 66). De même, l’épisode du « bride-show », ou la rencontre du prince et de l’héroïne au cours d’une fête publique, est typiquement européen et n’existe pas dans les variantes orientales, issues de sociétés où la ségrégation sexuelle était observée. Dans ces variantes, le prince reconnaît celle qu’il aime avant de la voir grâce à un objet lui appartenant (cheveu, peigne, sandale, portrait), voir Rooth, The Cinderella cycle (cité note précédente), p. 75-81 ; dans cinq variantes grecques recueillies au xixe s., très archaïques par certains aspects, le prince rencontre l’héroïne à l’église, voir I. Diller-Sell-Schopp, Der Weg des Aschenputtelmarchens vom Orient zu den Brüdern Grimm (AT 510), Folia Neohellenica 4, 1982, p. 7-24.

14 CI. Lévi-Strauss Anthropologie structurale, Paris 1958, p. 250, Recherches de mythologie américaine 1953-1954, Paroles données, Paris 1984, p. 252-254 et Annuaire de l’École Pratique des Hautes Etudes, Ve Section 1953-1954, p. 27-29, montre que le cycle de Cendrillon est très répandu sur le continent américain, mais avec un protagoniste mâle « Ash-boy » ; comme dans le cycle européen, ce héros est un médiateur destiné à réduire des oppositions, notamment celle des sexes, motivant ainsi sa vocation au mariage, mais aussi celle de la vie et de la mort, du ciel et de la terre, etc., d’où certains attributs permanents de cette figure comme la possession de vêtements précieux à représentations cosmologiques (réconciliant la civilisation et la nature). Le motif des robes somptueuses de Cendrillon, n’est donc pas, comme le pense Diller-Sellschop, Der Weg des Aschenputtelmarchens... (cité note précédente), p. 18, à mettre au compte d’une quelconque réminiscence des vêtements de cour des empereurs byzantins.

15 La Vie de Constantin-Cyrille (éd., trad. A. Vaillant, Textes vieux-slaves, 2, p. 2 et n. 80, p. 30) nous donne une indication précieuse sur le critère de l’âge ; lors du « concours » qu’il a organisé, le stratège de Thessalonique dit à Constantin : « choisis pour toi parmi elles celle que tu veux comme épouse pour aide et comme ta compagne d’âge » ; cette interprétation de Gen. II, 18, semble montrer que la parité d’âge a été ressentie comme un signe de prédestination de la fiancée, nouvelle Eve, à son époux.

16 Vie de saint Philarète (cité supra n. 6), p. 143 ; la fille de Gérontianos est, au reste, introduite la première auprès des empereurs. Sur la famille de Philarète et de Marie d’Amnia, moins modeste que le récit hagiographique ne le laisse entendre, voir M. F. Auzépy, De Philarète, de sa famille et de certains monastères de Constantinople, Les saints et leur sanctuaire à Byzance. Textes, images et monuments, Paris 1993 (Byzantina Sorbonensia 11), p. 117-122.

17 À commencer par M.-H. Fourmy, M. Leroy, La Vie de S. Philarète, p. 103 ; voir aussi Ryden. The Bride-shows..., p. 180 ; notons que l’on a tenté de mettre en relation le Livre d’Esther avec le prologue des Mille et une Nuits ; cette hypothèse a été réfutée de façon convaincante par E. Cosquin, Le prologue-cadre des Mille et une Nuits, les légendes perses et le Livre d’Esther, Revue Biblique, 1909, p. 7-49, qui ne démontre pas pour autant l’historicité du livre biblique.

18 Vie de Théophanô (cité supra n. 6), p. 5, 1. 7.

19 Vie de saint Philarète, p. 135. 1. 26-27 ; Vie d’Irène de Chrysobalanto (cité supra n. 6), p. 8. 1.9-11.

20 Esther 2, 1-4, 3, 12, 8, 12 b.

21 H. Gelzer, Sextus Julius Africanus und die byzantinische Chronographie, Leipzig 1880, p. 102 et 111.

22 Eusebius Werke 7 ; Die Chronik des Hieronymus, éd. R. Helm, Berlin 1956 (GCS), p. 110 et 117.

23 Georges Syncelle, Ecloga chronographica, éd. A. A. Mosshammer, Leipzig 1984, p. 276.

24 Georges Le Moine, éd. C. De Boor, Leipzig 1904, p. 272 ; Cedrenus, éd. E. Bekker, Bonn 1838, p. 208.

25 Malalas, éd. L. Dindorf, Bonn 1831, p. 92-93.

26 E. M. et H. J. Jeffreys, The Judgement of Paris in later Byzantine Literature, Byz. 48, 1978, p. 112-131 (= Popular literature in Late Byzantium, Londres 1983, VIII).

27 G. Dumézil, L’Enéide et le jugement de Pâris, Mariages indo-européens, Paris 1979, p. 211 s.

28 Rappelions ce que Claudien (Nupt. Hon., 23-25) fait dire à Honorius à propos du mariage d’Arcadius, qui, selon Zozime (Histoire nouvelle, livre 5, éd., trad. par F. Paschoud, Paris 1986, p. 9), serait devenu amoureux de sa femme après avoir vu son portrait : « Non ego luxuriem regum moremque secutus/ quaesivi vultum tabulis ut nuntia formae/ lena per innumeros iret pictura penates. »

29 Ou tyrannique comme le laisse penser le récit du « concours » organisé par Nicéphore, de même que l’histoire de Dioclétien, recherchant pour épouse la belle Rhipsimè, telle qu’elle est contée par Agathange, La version grecque ancienne du livre arménien d’Agathange, éd. G. Lafontaine, Louvain 1973 (Publications de l’Institut orientaliste de Louvain 7), p. 225-226.

30 G. Dumézil, Les modes d’acquisition de la manus à Rome, Mariages indo-européens (cité supra n. 27), p. 51-54, explique que ce type d’union supposait à la femme une autonomie qu’elle ne pouvait avoir en aucun cas, et s’apparentait par conséquent au rapt. De façon intéressante pour notre propos, l’auteur établit un parallèle entre cette forme de mariage et le mariage râksasa de l’épopée indienne, réservé aux rois et aux guerriers.

31 G. Dagron, Nés dans la pourpre, TM 12, 1994, p. 137-142 ; Empereur et prêtre. Étude sur le « césaropapisme » byzantin, Paris 1996, p. 67-68.

32 C. Durand-Cheynet, Ivan le Terrible, Paris 1981, p. 99, par exemple.

33 N. De Baumgarten, Généalogies et mariages occidentaux des Rurikides russes du xe au xiiie s., OC 9, 35, 1927, 94 p. ; O. V. Tvorogov, Rjurikoviči, Russkaja Literatura 2, 3 et 4, 1990, p. 109-114, 105-109, 155-167.

34 La mainmise de Moscou sur les unités politiques indépendantes du Nord-Est est presque entièrement réalisée par Ivan III entre 1462 et 1484 ; la chute de Pskov, dernier bastion de résistance, intervient sous Basile III. en 1509.

35 L’Église russe devient autocéphale de fait en 1448 avec l’élection de Jonas à la chaire métropolitaine de Moscou par un synode d’évêques russes. En l’absence d’une définition claire des pouvoirs respectifs, elle se fait de plus en plus dépendante du grand-prince qui intervient dans l’administration de ses biens et joue un rôle éminent dans la nomination des métropolites ; sur le bénéfice idéologique que l’autocratie moscovite a tiré de son pouvoir sur l’Eglise, voir F.-X. Coquin, La philosophie de la fonction monarchique en Russie au xvie s., Cahiers du inonde russe et soviétique 14, 3, 1973, p. 253-280.

36 W. Vodoff, La titulature princière en Russie du xie au début du xvie s. Questions de critique des sources. Jahrbücher für Geschichte Osteuropas, N. F. 35, 1987, p. 1-35 ( = Princes et principautés russes (xe-xviie s.), Northampton 1989, I).

37 De la fin du xve au début du xvie s. sont composés, dans le milieu ecclésiastique, des écrits, inspirés notamment par la Donation de Constantin, cherchant à montrer l’origine byzantine et impériale des insignes du pouvoir en Moscovie. Le Récit sur les princes de Vladimir apparaît comme un résultat de ces différents essais politiques ; rédigé aux environs de 1523, il sera invoqué par Basile III pour argumenter, dans ses tractations diplomatiques, la revendication du titre de « souverain », et par Ivan IV pour justifier celui de tsar de même que pour fonder la cérémonie du couronnement. Cet écrit a été repris dans toutes les grandes œuvres de « propagande » rédigées à l’initiative d’Ivan IV ou du métropolite Macaire, voir Skazanie o knjaz’jah vladimirskih, éd. R. P. Dmitrieva, Moscou-Leningrad 1955.

38 D’après Théophane, éd. De Boor, p. 463, l’impératrice Irène aurait contraint son fils à épouser Marie d’Amnia après l’échec d’un mariage avec la fille de Charlemagne.

39 N. M. Karamzin, Istorija gosudarstva rossijskogo (Histoire du royaume de Russie), Saint-Pétersbourg 18425 (réimpression Moscou 1988-1989. 3 vol. ), 2, t. 6, chap. 7, col 207.

40 Herberstein rédigea ses souvenirs de voyages en latin en 1547 et fut publié pour la première fois à Vienne en 1549 ; de nombreuses éditions et traductions anciennes (en allemand, italien et anglais) suivirent, voir M. Poe. Foreign descriptions of Muscovy. An analytic bibliography of primary and secondary sources, Columbus 1995, p. 61. Nous renvoyons ici à l’édition de Bâle, 1571 : Rerum moscovilarum commentarii Sigisnutndi liberi baronis in Her-berstain, Neyperg et Guettenhag..., p. 25-26. Herberstein, qui semble avoir été proche des milieux hostiles à ce divorce, donne un récit unique et dramatique de la prise de voile, sous la contrainte, de la malheureuse Salomé (en novembre 1525).

41 Jurij Trahaniot Malyj, dans les sources russes. Sur ce personnage et sa famille, très influente à la cour jusqu’au règne de Pierre le Grand, voir G. Alef, Diaspora Greeks in Moscow, Essays in honor of Peter Charanis ; Byzantine Studies /Études byzantines 6, 1979, p. 26-34.

42 Littéralement la « revue » ; les textes russes emploient aussi l’expression smotr nevest, revue ou examen des fiancées.

43 Publié d’abord à Bâle en 1527, Pauli Jovii libellus de legatione Basilii Magni, principis Moscoviae, ad Clementem VII pontificem max., in qua situs regionis antiquis incognitos, reli-gio gentis, mores et causae legationis fidelissime referuntur, le petit traité de Giovio a été repris dans les différentes éditions de Herberstein, dont celle de 1571 sous le titre de Pauli lovii Novocomensis, De legatione Basilii magni principis Moscoviae... ; voir p. 171. La référence aux Turcs ottomans, auxquels Giovio a consacré un autre opuscule (Commentario delle cose de’Turchi..., Rome 1532) fait clairement allusion aux mœurs du sérail. Dans le même ordre d’idée, un auteur moscovite de la fin du xviie s., Nicolas Spafarij, ambassadeur en Chine en 1675, note dans ses récits de voyage que les empereurs Ming organisaient des concours de beauté pour choisir une épouse, mais il précise qu’il s’agissait d’épouses secondaires ou de concubines ; voir : Iz Opisanija Kitaja Nikolaja Spafarija (Extrait de la Description de la Chine de Nicolas Spafarij), Pamjatniki Literatury Drevnej Rusi 11. Moscou 1989, p. 548-549.,

44 A propos de l’entourage grec de Sophie Paléologue et des gentilshommes qui l’accompagnèrent à Moscou lors de son mariage en 1472, voir P. PIERLING, Mariage d’un tsar russe au Vatican, La Russie et le Saint-Siège. Etudes diplomatiques 1, Paris 1896, p. 107-185 ; sur l’influence culturelle de ces émigrés voir A. L. Horoškevič, Russkoe gosudarstvo ν sisteme mež-dunarodnyh otnošenij konca XV-načala XVI v. (La Russie dans le système des relations internationales du début du xve au xvie s.), Moscou 1980, p. 229-247.

45 Zozime, Histoire nouvelle, p. 9.

46 Les éditeurs ont généralement corrigé le chiffre donné par Herberstein en 500. Notons que dans le Livre d’Esther, le nombre des jeunes filles rassemblées sur l’ordre d’Assuérus n’est donné ni par la Septante ni par le texte massorétique ç; il est, en revanche, porté à 400 par Flavius Josèphe, dans les Antiquités juives XI, 199-201.

47 A. A. Zimin, Rossija na poroge novogo vremeni (La Russie au seuil des temps modernes), Moscou 1972, p. 67 s., et Formirovanie bojarskoj arislokratii v Rossii vo vtoroj polovine XV, pervoj treti XVI v. (La constitution de l’aristocratie des boyards en Russie de la seconde moitié du xve au premier tiers du xvie siècle), Moscou 1988, p. 193 : les boyards dits staromorskie avaient été dotés de propriétés en Carélie, dans les territoires autrefois soumis à Novgorod.

48 Sur la famille Glinskij, en particulier sur le personnage de Michel Glinskij, oncle de la jeune femme, qui eut un grand rôle politique auprès de Basile III, voir l’article de S. M. Kaštanov, dans The Modem Encyclopedia of Russian and Soviet History ed. by J. L. Weczynski 12, 1979, p. 200-202.

49 Herberstein 12, Commentarii..., cité supra n. 40, p. 26 ; Zimin, Rossija na poroge... (cité supra n. 47), p. 296-297.

50 Une note émanant de la chancellerie et datant de la mi-janvier 1526 fixe au prince Ivan Vasil’evič Telepnev la liste des personnalités prévues pour monter la garde au cours des cérémonies du mariage ; ce document découvert dans les Archives Centrales d’État (CGADA) a été édité par V. D. Nazarov, Svadebnye dela XVI v. (Les affaires matrimoniales du xvie s.), Voprosy Istorii 10, 1976, p. 117, doc. 2.

51 Nazarov, Svadebnye dela... (cité note précédente), p. 112, et doc. 1, p. 116.

52 Nous préférons traduire ce titre par un équivalent français, plutôt que par le terme pertinent de « cubiculaire » qui pourrait faire croire à une influence de la titulature byzantine sur la cour moscovite.

53 Des représentants éminents de ces deux familles s’étaient, entre 1510 et 1522, mis au service de la Lituanie ; voir Nazarov, Svadebnye dela..., p. 116.

54 Reconstitué, d’après divers matériaux annalistiques, par Ju. K. Begunov, Povest’ ο vtor-om brake Vasilija III, Trudy otdela Drevnerusskoj Literatury 25, 1970 p. 105-118. Les remaniements et les ajouts subis par ce texte au xviie s. ont fait l’objet de nombreuses controverses ; voir Slovar’ knižnikov i knižnosti Drevnej Rusi (Dictionnaire des auteurs et de la littérature de la Russie ancienne), éd. D. S. Lihačev, Léningrad 1989, 2 (2), p. 230-233.

55 Lesquels n’avaient, à l’évidence, aucun intérêt à ce que Basile III possédât une progéniture, et qui furent assassinés sur l’ordre de leur belle-sœur, en 1536, trois ans après son veuvage.

56 Begunov, Povest ο vtorom brake... (cité supra n. 54), p. 117-118.

57 Zimin, Rossija na poroge..., p. 296-299, 323 s.

58 Polnoe Sobranie Russkih Letopisej (Recueil Complet des Chroniques Russes) 13, Patriar-šaja ili Nikonovskaja letopis (Chronique patriarcale ou de Nikon), Saint-Pétersbourg 1904 (réimpression Moscou 1965), p. 450.

59 Nazarov, Svadebnye dela..., p. 117-121, doc. 4-12. La copie de la charte envoyée à Novgorod le 12 décembre 1546 (Nazarov, doc. 5) a été publiée dans Sobranie gosudarstvennyh gramot i dogovorov (Recueil des chartes et traités de l’État), éd. par la Commission Archéographique, Saint-Pétersbourg 1813-1894, 2, p. 43, doc. 34.

60 Nazarov, doc. 6 et 7, p. 118-119.

61 Nazarov, doc. 8, p. 119.

62 Trad. française par R. Delort. La Moscovie du xvie s. vue par un ambassadeur occidental, Herberstein, Paris 1965, p. 57 et 60.

63 A. A. Zimin, Reformy Ivana Groznogo, Moscou 1960, p. 277.

64 Nikita Romanovič Jur’ev-Zaharin. père du patriarche Philarète et grand-père du tsar Michel Romanov.

65 L’historiographie lui attribue traditionnellement une influence bénéfique sur Ivan IV, dont la politique de terreur commença peu après sa mort, en 1560.

66 Ivan IV est couronné tsar le 16 janvier 1546 au cours d’une cérémonie minutieusement décrite dans la Chronique de Nikon (cité supra n. 58), p. 451-453 ; l’origine russe de la souveraine a sûrement joué un grand rôle dans cette popularité, dont une bylina recueillie au début du xxe s. garde encore l’écho : après avoir fait des recherches dans le monde entier pour trouver une femme digne du prince Vladimir de Kiev, les bogatyri (preux) découvrent en rentrant au pays deux princesses admirablement belles, Anastasie et Eupraxie Romanovny. « beautés authentiquement russes » (samorusskie krasavicy), Onežskie byliny (Byliny de la région du lac Onega), éd. Ju. M. Sokolov, Moscou 1948, n. 79, p. 365, 1. 70-75 et 224.

67 Vremennik Ivana Timofeeva, éd., trad. (en russe moderne) O. A. Deržavina, Moscou-Léningrad 1951, p. 18, 3 et 181.

68 Un an après son propre mariage, Ivan IV décida de marier son frère, Jurij Vasil’evic, simple d’esprit ou peut-être sourd-muet ; il semblerait que seules les filles des boyards en poste à Moscou et celles des officiers de la cour aient été convoquées. Lorsque les jeunes filles furent réunies, Ivan et son frère allèrent les regarder et le prince Jurij aima la princesse Juliana, fille de Dmitrij Fedorovič Palickij (Drevnjaja rossijskaja biblioteka [Bibliothèque russe antique] 13, éd. n. Novikov, Saint-Pétersbourg 1790, p. 36). Une lettre d’excuse envoyée à Ivan IV, en octobre 1547, par la princesse Anne Penkova, prétextant une maladie pour ne pas amener sa fille à Moscou, montre une fois de plus que les courtisans cherchaient à échapper à l’obligation qui leur était faite ; voir Nazarov, Svadebnye dela..., p. 123, doc. 19.

69 Nazarov, Svadebnye dela..., p. 110 ; textes réunis dans Drevnjaja Rossijskaja Biblioteka 13 (cité note précédente). Sur le détail des cérémonies nuptiales des princes russes, voir A. I. Kozačenko, Κ istorii velikorusskogo svadebnogo obrjada (Pour l’histoire du rituel nuptial de la Grande-Russie), Sovetskaja Etnografija 1, 1957. p. 57-71.

70 En 1571, lors de son troisième mariage, Ivan IV recourt à nouveau à la procédure du smotr po gorodam ; 2 000 jeunes filles auraient été sélectionnées, dont ne furent retenues que 24, puis 12 postulantes, amenées à Moscou ; Ivan choisit la fille d’un riche marchand de Novgorod, Marfa Vasil’evna Sobakina, et profita de la réunion des jeunes filles pour marier son fils aîné, le tsarevič Ivan, à Eudocie Bogdanovna Saburova. Les pères des deux jeunes épousées furent, à cette occasion, élevés au rang de boyard ; voir Karamzin, Istorija gosu-darstva rossijskogo (cité supra n. 39), 2, t. 9, chap. 3, col. 110 ; Novgorodskija letopisi (tak nazvannye novgorodskaja vtoraja i novgorodskaja tretjaja letopisi) (Chroniques de Novgorod [dites seconde et troisième]), Saint-Pétersbourg 1879, p. 107-108 ; voir aussi, à propos du septième mariage du tsar, en 1580, la description que donne R. heidenstein, Reinholdi Heidensteinii Secr. regii rerum polonicarum ab excessu Sigismundi Augusti libri XII, Francfort 1672, 1. IV, p. 164.

71 Karamzin, 2, t. 9, chap. 1, col. 19-20 ; et les directives données par Ivan IV à son ambassadeur, Fedor Ivanovič Sukin, chargé en 1560-1561 de mener des pourparlers de paix avec Sigismond Auguste de Pologne, grand-duc de Lituanie, et de négocier le mariage de son souverain avec la sœur du roi polonais, Catherine (Sbornik Imperatorskogo Rossijskogo Istoričes-kogo Obščestva [Recueil de la Société impériale russe d’Histoire] 71, Saint-Pétersbourg 1892, p. 8-9 et 19-20).

72 Karamzin, 2, t. 9, chap. 3, col. 252 et Sbornik ... Istoričeskogo Obscestva 38, Saint-Pétersbourg 1883, p. 5-6 et 69.

73 Malalas, Bonn, p. 352-353.

74 Ο. V. Tvorogov éd., Iz Hronografa 1617 goda (Extraits du Chronographe de 1617), Pamjatniki Literatury Drevnej Rusi. Konec XVI-načalo XVII veka, (Monuments littéraires de la Russie ancienne, fin du xvie- début du xviie s.), Moscou 1987, p. 318.

75 La Vie de Philarète a connu en Russie plusieurs traductions remontant au xve s. ; voir A. A. Vasilev, Žitie Filareta Milostivogo, IRAIK 5, 1900, p. 50 ; elle figure dans les Grands Ménées du métropolite Macaire (xvie s.), Velikija Minei Četii sobrannyja vserossijskim mitropolitom Makariem 10, Dekabr’ 1-5, éd. de la Commission Archéographique, Moscou 1901, col. 10-43 ; remarquons dans ce même recueil la présence de deux notices commémoratives de sainte Théophanô, « épouse de l’empereur Léon », sous la date du 16 décembre, Velikie Minei Četii... 11, Moscou 1904, col. 1046 et 1069.

76 Rappelons que cette Vie, écrite peu de temps après la mort de l’impératrice par un proche de sa famille, était destinée à promouvoir un culte familial clairement encouragé par Léon VI ; voir G. Dagron, Théophanô, les Saints-Apôtres et l’église de Tous-les-Saints, Σύμμεικτα 8 ( = Μνήμη Δ. Α. Ζακυθηνοῦ 1), Athènes 1994, p. 201-217.

Auteur

C.N.R.S. (Paris)

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540