Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Les inscriptions de l’aqueduc de Kythrea à Salamine de Chypre*

Jean-Pierre Sodini

Texte intégral

  • * Je publie ici le dossier qui accompagnait ma thèse de Troisième Cycle soutenue en 1972 devant un j (...)
  • 1 N. Martoni, Relation du Pèlerinage à Jérusalem, éditée par L. Legrand dans Revue de l’Orient latin (...)
  • 2 Il écrit en 1518 : « On voit encorre des arcures ou avoit des busines ou venoit l’eaue des montaig (...)
  • 3 Fr. Steffano Lusignano di Cipro, Chorograffia e brève historia universelle dell’isola di Cipro, Bo (...)
  • 4 R. A. Pococke, A description of the East, vol. II, 2, Londres 1745, dans C. D. Cobham, Excerpta Cv (...)
  • 5 A. Drummond, Travels through différent Cities..., Londres 1754, Lettre XIII, p. 274. Ce passage se (...)
  • 6 G. mariti, Voyages dans l’isle de Chypre, la Syrie et la Palestine, traduit de l’italien, Neuwied (...)

1L’aqueduc de Kythrea à Salamine (Constantia) est décrit pour la première fois en 1394 par un notaire italien, N. Martoni1. Porté par des piliers et des arches, il alimentait autrefois une grande citerne, bien conservée, qui redistribuait l’eau. Au xvie s., Jacques le Saige2 et Etienne de Lusignan3 signalent rapidement l’aqueduc. Au xviiie s., R. A. Pococke4 s’attarde davantage sur l’aqueduc. Il écrit notamment que toutes les arches qu’il a vues sont gothiques, que sur l’une d’elles il se trouve une inscription grecque qui mentionne un archevêque (sans doute l’inscription VII) et qu’enfin elles s’étendent tout au long de la plaine en direction de la montagne, ce qui indique que les arches étaient mieux conservées que de nos jours. A. Drummond ne parle que du réservoir qu’il confond avec le temple de Jupiter Salaminios et qu’il décrit néanmoins avec une certaine précision5. G. Mariti, en 1791, note également des « débris des aqueducs qui distribuaient (l’eau des sources de Cephalofrise) dans les différents quartiers de Salamine6 ».

Fig. 1. Plan de situation des restes de l’aqueduc (aimablement communiqué par A. Papageorghiou, Directeur du Département des Antiquités).

  • 7 L. Ross, Reisen nach Kos, Halicarnassos, Rhodos, und der Insel Cypern, Halle 1852, p. 117-118. Il (...)
  • 8 F. Unger, Th. Kotschy, Die Insel Cypern, Vienne 1865, p. 7 et surtout p. 533.

2Enfin au xixe s., les ruines de l’aqueduc, à peu près dans le même état qu’aujourd’hui, sont décrites rapidement par L. Ross : il remarque à dix minutes au sud d’Hagios Serghios quatre arches consécutives (sans doute les trois dont nous donnons la photographie fig. 2)7. F. Unger et Th. Kotschy en 1865 évoquent en quelques lignes les restes de l’aqueduc8.

  • 9 C. Oberhummer, Griechische Inschriften aus Cypern, Sitz. Bay. Akad. Wiss. 1888, p. 305-350.
  • 10 J. A. R. Munro, H. A. Tubbs, Excavations at Salamis, JHS 12, 1981, p. 81-91 ; Tubbs, Inscriptions (...)
  • 11 G. Jeffery, A description of the historic monuments of Cyprus, Nicosie 1918, p. 233-234. Citons ég (...)
  • 12 Oberhummer, Griechische Inschriften (cité supra n. 9).
  • 13 Tubbs, Inscriptions, p. 173.
  • 14 En compagnie de B. Helly, après avoir été accueilli par G. Roux et la mission lyonnaise de Salamin (...)
  • 15 A. Baur, Die Wasserversorgung der antiken Stadt Salamis auf der Insel Zypern, Frontinus-Symposium (...)
  • 16 Une photographie de ce groupe d’arches a paru dans la Chronique des fouilles à Chypre en 1960, BCH (...)

3Vingt années plus tard, commençaient les recherches plus approfondies de C. Oberhummer9 et de H. A. Tubbs10, complétées par G. Jeffery11. Oberhummer12 et Tubbs13 signalent l’un et l’autre les deux groupes d’arches qui sont encore visibles de nos jours. J’ai pu les examiner moi-même en 196814 . Un ingénieur allemand, A. Baur, a tout récemment reconnu le tracé de l’aqueduc, photographié et dessiné le groupe d’arches le plus complet15. Situé à environ 2,5 km du site antique (fig. 1), il se compose de deux arches complètes16 (fig. 2), encadré par les soubassements de deux piles vers l’ouest et d’une pile vers l’est (soit cinq arches en tout). La pile orientale intacte porte une inscription illisible (n° VI). Le second groupe, situé à un peu plus d’ 1 km de la ville antique, ne comprend plus qu’une pile encore complète (fig. 3 et 4, inscription n° VII mentionnant l’évêque Ploutarchos) et à l’ouest, les restes du socle d’une seconde pile. Dans l’ensemble, le parcours en plaine de l’aqueduc se lit clairement en raison des restes de piles d’arches.

4Au-delà de ces arches, le tracé de l’aqueduc est assez mal connu. Selon Oberhummer, la construction sur arches de l’aqueduc est limitée à la traversée de la plaine d’Hagios Serghios. En abordant les contreforts du Karpas, la conduite est posée à même le sol, parfois placée sur un support de maçonnerie. Il en signale des restes à hauteur de bourgades comme Petra tou Oghigeni et Chatos, que l’on peut suivre sur cinq kilomètres environ. A un peu plus d’un kilomètre de là, il reçoit l’appoint d’une nouvelle conduite. Il atteint les sources abondantes de Kythrea après un parcours d’une quarantaine de kilomètres.

  • 17 Oberhummer, lnschriften, p. 341-346; ID., RE, s.v. Salamis, col. 1842 (1920); ID., Die Insel Cyper (...)
  • 18 Tubbs, Inscriptions, p. 81-91.
  • 19 C. Jeffery, Salamis, A Guide, Nicosie 1926, p. 11.
  • 20 A. H. S. Megaw, Archaeology in Cyprus, 1958, JHS 79, 1959, p. 32.
  • 21 Phases discernées par Tubbs, Inscriptions; Megaw, Cyprus 1958 (cité note precedent): « The great r (...)
  • 22 Megaw, Cyprus 1958.
  • 23 C’est la dernière hypothèse émise par Megaw, « Betwixt Greeks and Saracens », Acts of the Internat (...)
  • 24 O. Callot, Salamine-Constantia, note de numismatique et de topographie d’époque byzantine, Rep. De (...)

5Il semble que l’eau amenée par cet aqueduc se déversait dans la grande citerne, appelée Voûta, qui bloque vers le nord un ensemble de deux portiques assimilés à l’Agora et dont l’importance a frappé tous les voyageurs (voir notamment les témoignages de Martoni et de Drummond cités plus haut). Brièvement décrite par Oberhummer17, elle a été soigneusement examinée par Tubbs18, ses abords partiellement fouillés par Jeffery en 192419 et en 1958 par A. H. S. Megaw20. Un relevé et une coupe ont été récemment publiés par Baur. Il s’agit d’une vaste citerne, construite à époque assez tardive (elle est postérieure à l’agora), agrandie par la suite21 vers l’est, puis remaniée lors de l’érection du mur d’enceinte. A vrai dire, la datation de cette muraille n’est guère assurée. Selon Megaw elle pourrait être survenue soit après le raid arabe de 64822, soit autour des années 64023 Mais O. Callot a émis l’hypothèse, en se fondant lui aussi sur les monnaies de fouille, que les murailles auraient été érigées à la hâte contre l’invasion perse24 dont la réalité est contestée sur l’île mais qui a pu fort bien être redoutée (infra, n. 73 et 74). Seule une publication réelle de ce secteur permettrait de trancher.

  • 25 Selon Jeffery, Salamis (cité supra n. 19), p. 11, la citerne aurait été construite lors de la créa (...)
  • 26 Baur, Wasserversorgung (cité supra n. 15) p. 213-215 Martoni, Pèlerinage (cité supra n. 1), p. 67, (...)
  • 27 V. Karageorghis, Chronique des fouilles à Chypre en 1963, BCH 88, 1964, p. 367, signale des restes (...)

6Bien que Tubbs ait prétendu que l’aqueduc n’alimentait pas cette citerne, il paraît fortement probable que l’aqueduc y déversait ses eaux et il n’est pas exclu qu’elle ait été édifiée (ou agrandie25) lors de la construction de l’aqueduc. Baur26 a découvert la conduite d’arrivée d’eau sur le mur d’enceinte tardif au sud et son débouché par trois ouvertures verticales percées dans le mur est de la citerne à 5 mètres de hauteur. Il est possible que l’aqueduc ait aussi alimenté d’autres secteurs de Constantia et notamment les vastes thermes et les latrines près du théâtre, pourvus d’un réservoir de beaucoup plus faible capacité27

  • 28 A. Westholm, Temples of Soloi, Stockholm 1936, p. 210, n. 147; G. Hill, A History of Cyprus, I, Ca (...)
  • 29 E. Chrysos, Cyprus in early byzantine Times, « The Sweet Land of Cyprus », Papers Given at the Twe (...)
  • 30 C. Enlart, L’Art gothique et la Renaissance en Chypre, II, Paris 1899, p. 511-516. Les fouilles ré (...)

7Les inscriptions, par leur nombre et leur homogénéité, plaident en faveur d’une construction a nihilo de l’aqueduc au viie s. et non d’un simple remaniement. C’est d’ailleurs l’avis général, à l’exception d’A. Westholm, qui veut en faire une réalisation des Sévères28, et d’E. Chrysos qui considère que l’aqueduc, ruiné à la fin du vie s., fut simplement réparé au viie s29. Plus délicat en revanche est le problème que pose la présence d’arcs brisés dans cet aqueduc. Comme déjà pour Pococke, il s’agit pour Enlart d’une reconstruction de l’époque des Lusignan, faite en vue d’amener l’eau de Kythrea à Famagouste. Il aurait été reconstruit et réutilisé jusqu’en 1373, date où les Lusignan, détenteurs de l’île, auraient coupé l’eau aux Gênois qui s’étaient emparés de Famagouste30. Toutefois pareil remaniement n’apparaît guère lorsqu’on examine les arches : leur construction est homogène. Dira-t-on qu’elles ont été totalement refaites à l’époque des Lusignan ? Comment expliquer alors que les inscriptions byzantines soient encore en place, occupant chaque fois une position semblable dans l’appareillage (entre les arches, deux ou trois assises avant la moulure marquant le bas du caniveau) ?

  • 31 J. Strzygowski, Ph. Forchheimer, Die hyzantinischen Wasserbehalter, Vienne 1893, p. 12.
  • 32 S. Casson, D. T. Rice, A. H. M. Jones, G. F. Hudson, Preliminary Report upon the Excavations carri (...)
  • 33 K. A. C. Creswell, Early Muslim Architecture, Oxford 1932, p. 274-280; ID., Early Muslim Architect (...)

8Sans doute l’arc brisé est-il lié à l’essor de l’architecture islamique, puis occidentale. Mais ses origines restent obscures. Il semble malgré tout faire son apparition au VIe s., dans des constructions de Constantinople, à savoir des acjueducs31 et des citernes32 et en Syrie à Qasr-Ibn-Wardan (vers les années 564)33. Par la suite, il est de plus en plus fréquemment utilisé, avec une brisure de plus en plus marquée (la distance entre les deux centres qui engendrent les deux moitiés de l’arc augmentant). Vers le milieu du viiie s., les arcs de Hamman-As-Sarakh offrent un arc brisé comparable à ceux de l’aqueduc. Procédé d’origine syrienne, ce type d’arc peut avoir gagné Chypre. On s’étonne un peu de le trouver si développé dès la première moitié du viie s., mais ceci n’a rien d’impossible. Il reste à souhaiter qu’une étude topographique et archéologique du tracé de cet important aqueduc tant à l’extérieur de la cité qu’à ses abords et à l’intérieur permette de comprendre son parcours et son histoire. Cette dernière, il est vrai, est considérablement éclairée par les inscriptions que nous allons maintenant étudier.

9I. Haghios Serghios.- Dans la cour d’une maison. Bloc de calcaire mouluré. Surface inscrite : 0,70 /0,72 m de haut ; 0,66-0,68 m de large. Hauteur de la ligne : 5,5 cm ; interligne : 2,5 cm (fig. 5). Inscription revue et estampée.

10Ross, Reisen, IV, p. 118 (A. Kirchhoff, C/G, IV, Berlin 1859, n° 8658). A. Sakellarios, Tὰ Kυπριακά1, Athènes 1855, I, p. 172. Ph. Le Bas, W. H. Waddington, Voyage archéologique en Grèce et en Asie Mineure (III, Inscriptions grecques et latines, Asie Mineure), Paris 1870, n° 2763 (A. sakellarios, Tὰ Kυπριακά2, Athènes 1890, I, p. 179, n° 24). E. Oberhummer, Inschrif-ten aus Kypern, Sitz. Bayer. Ak. Wiss. 1886, p. 342, c. Tubbs, Inscriptions, p. 170, n° 1 (fac simile des 1. 1 et 8). T. B. Mitford, New inscriptions from Early Christian Cyprus, Byz. 20, 1950, p. 121, f. J.-P. sodini, Epigraphica. Notes sur quelques inscriptions de Chypre, TM 4, 1970, p. 482-485, fig. 2 et 3 (photographies de la pierre et de l’estampage). J. Pouilloux, P. Roesch, J. Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, Testimonia Salaminia 2 : corpus épigraphique, Paris 1987, n° 225 (cf. D. Feissel, Bull. 1989, 1014 ; Id, L’évêque, titre et fonction d’après les inscriptions grecques jusqu’au viie s, dans N. Duval éd., Actes du XIe Congrès International d’Archéologie Chrétienne, Rome 1989, I, p. 824 et n. 106).

11|+| ‘E|γἐvo|vτo σùv

12Θ(e)ῷ K(αὶ) αΰται ἐ αἰπτὰ

13ἀψῖδες ἐk τõv φιλ

14oτiµηθἐντωv πα-

155 ρὰ Φλ(αβὶoυ) ‘Hρακλὶoυ τoῦ θε-

16oστoέπτoυ ἡµõv δεσ-

17πóτoυ àπò τoῦ ἱππoδρµ-

18oυ. Mη(νòς) ς’, ἰ(vδικιῶvς) δ’ +

19Variantes. Je renvoie pour les variantes à mon étude de 1970 et me borne à récapituler ici les lectures d’indiction proposées : Le Bas - Waddington, Inscriptions grecques et latines, n° 2763 : indiction 6 ; Oberhummer, Inschriften, p. 342 : indiction 6 ; Mitford, New inscriptions, p. 121, f : pas d’année d’indiction ; sodini, Epigraphica, p. 482-485 : lire indiction 4 car l’indiction est abrégée en iota barré obliquement ; delta représente donc le chiffre quatre (et non une lettre du mot indiction) et le dernier signe avant la croix est une simple marque de ponctuation (et non le chiffre six) ; Pouilloux - Roesch - Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, n° 225 : indiction 6 ; Feissel, L’évêque, p. 824 et n. 106 : indiction 4.

  • 34 ‘Aψῖδες est le terme courant pour désigner les arches d’un aqueduc : J. Ebersolt, Monuments d’arch (...)
  • 35 On n’a pas repéré d'hippodrome figurant aux abords de la ville sur le trace - tel qu’on le connait (...)
  • 36 Comme l’a montre G. de Jerphanion, Observations sur le calendrier de Salamine de Chypre a l’époque (...)

20Ont été faites avec l’aide de Dieu ces sept arches34 aussi grâce aux générosités de Flavius Heraclius, notre maître couronné de Dieu, à partir de l’hippodrome35, le sixième mois36, indiction quatre (février 616 ou 631).

  • 37 E. Chrysos, Ό Ηράκλειος στην Κύπρο (609-610), Πρακτικά Συμποσίου Κυπριακής Ιστορίας Λεοκωσία, 2-3 (...)

21Cette lecture de l’indiction, qui me paraît la seule possible, suffit à écarter l’hypothèse d’E. Chrysos, qui, admettant comme Mitford l’absence d’indiction, suggère que la titulature d’Héraclius dans l’inscription impose comme date des arches les années 609-61037.

22II. Ancien site de Salamine.- Bloc de grès en quatre morceaux de 0,84 m de long et 0,54 m de large. Hauteur de la ligne : 0,05 m. Inscription perdue depuis Tubbs.

23On a cru longtemps qu’il s’agissait de deux textes différents.

24Partie a: Oberhummer, Inschriften, p. 341, n° 24 A. (Mitford, New inscriptions, p. 120, d). (Pouilloux - RoeschMarcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, n° 223).

25Partie b : Tubbs, Inscriptions, p. 173, n° 7. (Mitford, New inscriptions, p. 121, e). (Pouilloux - Roesch - Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, n° 224).

26J’ai montré (Epigraphica, p. 480-482) qu’il s’agissait de la même inscription (Feissel, Bull. 1989, 1014).

27‘Eγ(ένο)ντω σὺν Θ[(ε)ῷ]

28κ(αὶ) αΰτε (αί.....ἀ)ψῖδες έ-

29π(ί) Άρκαδίο|υ το]ῦ σ|οφ-|

30ωτάτου |άρχιεπι-]

315 σκόπου. Μ(η|(νòς) η’, ἰ(ν)δ(ικτιῶνος)α’

  • 38 Il est probable que leur nombre était indique dans la partie détruite de la ligne.

32Ont été faites avec l’aide de Dieu ces arches38 aussi sous Arcadius, le très savant archevêque. Huitième mois, première indiction (avril 628).

  • 39 Fr. Dolger, Regesten der Kaiserurkunden des Ostromischen Reiches von 565-1453, I, Munich-Berlin 19 (...)
  • 40 En 643, le métropolite Sergios écrit au pape Theodore une lettre que j’examine plus bas (Mansi, X, (...)

33Arcadius, dont j’examinerai plus bas la carrière, a reçu en 625 un mandement d’Héraclius contre Paul l’Acéphale39. Ceci m’amène à préférer la date de 628 à celle de 613, 643 étant exclu, car alors l’archevêque est Sergios40.

  • 41 Sans doute Sakellarios (Γα Κυπριακά1, I, p. 172) fait-il allusion à cette inscription lorsqu’il dé (...)

34III. Larnaka.- Waddington a vu la pierre à Larnaka. Elle provenait selon lui d’Haghios Serghios (bourg situé à quelques kilomètres de Salamine). Dimensions inconnues. La pierre était perdue en 1937, lors du passage de Mitford41.

35Le Bas - Waddington, Inscriptions grecques et latines, n° 2765. (Oberhummer, Griechische Inschriften, p. 342, D ; (Sakellarios, Γα Κυπριακά 2, I, p. 179, n° 25 ; Mitford, New Inscriptions, p. 120, a ; Pouilloux - Roesch -Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, n° 219).

36|+] Έγένοντο κέ αο-

37ύτε ή τρῖς| άψ|ῖ|δες

38έπί Πλουτ[άρ]χου

39αρχιεπισκόπου

405 ϊνδ(ικτιῶνος) η’ +

41Ont été faites aussi ces trois arches sous Ploutarchos, archevêque, huitième indiction (619-620 ou 635-636).

  • 42 V. Karageorghis, Chronique des fouilles de Chypre, année 1960, BCH 85, 1961, p. 294, qui en donne (...)

42IV. Musée de Famagouste depuis 196 142 - Bloc autrefois encastré dans une maison d’Haghios Serghios. Largeur : 0,86 m ; hauteur : 0,24 m ; épaisseur : 0,50 m ; hauteur ligne : 6,50 cm ; hauteur interligne : 1 cm. Inscription revue et estampée (fig. 6).

43Ross, Reisen, IV, 118. (Kirchhoff, CIG, IV. 8663). Sakellarios, Γα Κυπριακά1, I, p. 171. Le Bas - Waddington, Inscriptions grecques et latines, n° 2764. (Sakellarios, Γα Κυπριακά2, I, p. 179, n° 25). Oberhummer, Griechische Inschriften, p. 341. Mitford, New Inscriptions, p. 120, b. (Pouilloux -Roesch - Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, n° 221).

44+ Έγένετον κ

45αι αΰτε ή δέκ-

46α αψῖδες ἐπϊ

47Πλουτάρχου

485 άρχιεπισκώπ-

49ου ήμῶν, ἰνδ(ικτιῶνος) ιγ’ +

50Variantes : L. 1 : Ross : OHK ; Sakellarios’ : ‘Έγένετον ή K....L. 2 : Ross : AIΛYTEHΔEK, avec lecture fautive de la troisième lettre (Λ au lieu de A) ; Kirchhoff propose ή και|νο|υ|ργία] δέκα ου καί[νισις| ἕ|ν]δεκα.

51Ont été faites ces dix arches aussi, sous Ploutarchos, notre archevêque, la treizième indiction.

52Cette inscription est capitale car la présence d’une indiction 13, tout à fait lisible, n’autorise comme date que 624/625 ou 609/610. Mais cette seconde semble moins probable, étant donné le groupement des autres dates.

53V. Haghios Serghios.- Bloc de grès jaune, encastré dans un mur, cassé à droite et à gauche. Hauteur : 0,32 m ; largeur : 0,79 m.

  • 43 Lettre du 25 /03 /96. J’adresse à mes deux collègues mes plus chaleureux remerciements. De nombreu (...)

54Mitford, New Inscriptions, p. 118-120, n° 5, fig. 5 (absolument illisible), p. 119. (Pouilloux - Roesch - Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, n° 220). Je n’ai pas retrouvé l’inscription en 1968, mais la lecture a été contrôlée sur l’estampage de Mitford par A. M. Snodgrass et J. Reynolds : c’est celle que nous adoptons ici43.

55[+ ‘E[+ Έγένοντο καὶ αὗται αἱ]

56[.....ἁψῖδες ἐπὶ]

57[Πλουτά|ρχου τῶ ἀρχιεπ[ι]-

58[σκόπου....ἰν]δ(ικτιῶνος) θ

59Variantes. L. 3 (Mitford) : [Πλουτἀρ]χου τõ ἀρχιεπι. L. 4 (Mitford) : μη(νòς) ι’ κη’, ἰνδ(ικτιῶνος) θ. Le mois est indique selon Mitford par l’abréviation normale (un μ surmonté d’un η). Pour l’indiction, il choisit θ, mais n’exclut pas ε. Les deux lettres suivant l’indiction du mois seraient le quantième du mois (le 28 du dixième mois).

60Ont été faites ces........... arches aussi sous Ploutarchos archevêque......., neuvième ? indiction.

61Il s’agirait de l’an 621 si l’on adopte comme lecture la neuvième indiction.

62VI. Entre Haghios Serghios et le site de Constantia. - Sur le groupe de deux arches de l’aqueduc (cf. fig. 2), bloc encadré par une incision (cf. inscription VII) ; largeur : 1,085 m ; hauteur : 0,58 m.

  • 44 Tubbs, Inscriptions, p. 173, n° 8.
  • 45 Mitford, New inscriptions, p. 118, n. 1.
  • 46 Les inscriptions VI et VII sont signalées par Waddington (Le Bas - Waddington, Inscriptions grecqu (...)

63Tubbs n’avait pu lire que la croix finale44. Mitford45 croit pouvoir lire en 1. 1, juste après la croix AΠO en début d’inscription puis dans la dernière ligne ἀρχιεπισκόπου avec le premier omicron tout à fait sûr. Comme le montre la photographie (fig. 7), la pierre est dans un tel état d’usure qu’à part la croix placée en fin d’inscription on ne peut rien discerner de sûr46.

64VII. Entre Haghios Serghios et le site de Constantia.- Sur la pile conservée à l’est du groupe d’arches examiné ci-dessus, occupant la même position dans la maçonnerie que l’inscription précédente, bloc inscrit. Largeur : 1 m : hauteur : 0,66 m. Cadre inscrit : largeur : 0,84 m ; hauteur : 0,57 m. Hauteur ligne : 7,5 cm ; hauteur interligne : 1 cm. Inscription revue et estampée (fig. 8).

  • 47 C’est sans doute à cette inscription que fait allusion Pococke lorsqu’il parle des arches sur lesq (...)

65Tubbs, Inscriptions, p. 173, n° 9. Mitford, New inscriptions, p. 116-118 et fig. 4, p. 117. (Pouilloux - Roesch - Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, n° 222)47.

66+ Έγένε[το τò]

67ἔργων ἐ[κ τ]ου-

68τῷ ἐπὶ Πλο[υ]-

69τάρχ[ου] τῶ [ἁ-]

705 γιωτάτ|(ου) ἀρχι-]

71επισκ[όπ]ο[υ] +

72Variantes : L. 1 : Tubbs : ‘Έγ[ένοντ]ω σὺν Θ(ε)ῷ ; Mitford : Έγένετο τò. L. 2 : Tubbs : ἔφ-ω ; Mitford : ἔργων ἐκ τού. L. 3 : Tubbs : ται ἑπτα ; Mitford :τῷ ἐπὶ Πλου. L. 4 : Tubbs ne distingue aucune lettre ; Mitford : τάρχου τῷ σο- L. 5 : Tubbs ne lit que la troisième lettre ω ; Mitford : φωτάτου |ά]ρχι.. Je ne lis pas φ mais γι, que l’on distingue aussi nettement sur la photographie que je donne (fig. 8). L. 6 : Tubbs ne lit aucune lettre ; Mitford : ἐπισκόπου +

73Les travaux ont été faits (à partir de ce point ?) sous Ploutarchos le très saint archevêque.

74Il m’est malheureusement impossible de contrôler pour la fin de la ligne 2 la lecture de Mitford. Elle n’est en soi pas improbable. Comme l’inscription est encore en place sur l’aqueduc, la traduction des lignes 2 et 3 est importante pour déterminer la durée de construction de l’aqueduc. Elle supposerait que les travaux avaient commencé en amont, sous d’autres archevêques, avant que Ploutarchos n’en prenne la suite.

  • 48 Il s’agit d’une église construite au xiie s. ; cf. a. et J. Stylianou, The painted churches of Cyp (...)

75VIII. Trikomo (village situé à ca 10 km au nord de Salamine).- Bloc de grès encastré à l’angle sud-est. de la Panaghia Theotokos48 à 2,20 m env. au-dessus du sol actuel. Le bloc est complet sauf à droite. Largeur maximum conservée : 0,56 m ; longueur : 0,39 m ; épaisseur visible : 0,16 m ; hauteur ligne : 7 cm ; hauteur interligne : 1 cm. Inscription revue et estampée (fig. 9).

76Le Bas - Waddington, Inscriptions grecques et latines, n° 2766. (Sakellarios, Τ Κυπριακά2, I, p. 179, n° 27). M. Beaudouin, E. Pottier, Inscriptions de Chypre, BCH 3, 1879, p. 170, n° 20. (Oberhummer, Griechische Inschriften, p. 343, E). Mitford, New Inscriptions, p. 120, c. (Pouilloux - Roesch - Marcillet-Jaubert, Salamine de Chypre XIII, n° 226).

77+ Έγένετ[ον]

78καὶ αὗτε ἡ [πέ-]

79ντε ἁψῖδε[ς]

80μη(νòς) η’, ἰνδ(ικτιῶνος) ιγ’ [+]

81Variantes : L. 1 : Waddington : [‘Εγένετον] ; Beaudouin - Pottier : ‘ Ε[γ]έ-νετ[ο].. L. 4 : copie de Le Bas : MH INΔςI ; Waddington soupçonnait que l’inscription n’était pas complète.

  • 49 Oberhummer, Inschriften, p. 343, voudrait ajouter à notre liste un bloc trouvé dans un village voi (...)

82Ont été faites ces cinq arches aussi, le huitième mois de la treizième indiction (avril 625 ou 610)49.

83Les documents en présence sont donc les suivants :

  • une inscription mentionnant Héraclius et attribuable soit à 616, soit à 631.
  • une inscription concernant Arcadius, datée d’avril 628.
  • quatre inscriptions50 se rapportant à un évêque, Ploutarchos, cité, mais sans indication chronologique, dans le synodikon de l’église de Chypre et dans les listes qui figurent dans les chroniques de Machairas, Fl. Bustrone et Strambaldi51. Il s’agit donc de situer Ploutarchos par rapport à Arcadius. Attelés l’un comme l’autre à l’édification d’un monument d’utilité publique, qui ne pouvait entrer en service que totalement achevé, ils n’ont pu que se succéder l’un à l’autre et il serait peu logique de supposer un autre évêque entre eux. Mais quel fut l’ordre de succession ? Autrement dit, Ploutarchos a-t-il construit ses arches entre 619 et 625 ou entre 634 et 64052 ? Un examen des sources concernant Arcadius permet de trancher en faveur de la première hypothèse.
  • 53 Cf. la notice de R. Aigrain dans DHGE, col. 1494-1495, sous Arcadius (11).
  • 54 OC, II, 1047; J. Hackett, A history of the orthodox Church of Cyprus, Londres 1901, p. 144-145.
  • 55 H. Delehaye, Les Saints Stylites, Paris-Bruxelles 1923, p. LXIII.
  • 56 P. Van Den Ven, La vie ancienne de Saint Syméon Stylite le Jeune (521-592), I, Bruxelles 1962 (Sub (...)
  • 57 V. Déroche, Etudes sur Léontios de Néapolis, Uppsala 1995 (Studia Byzantina Upsaliensa 3), p. 16 e (...)

84Indépendamment de son implication dans les controverses liées à la politique religieuse d’Héraclius, Arcadius aurait écrit une vie de saint Syméon le Stylite du Mont Admirable (plusieurs manuscrits le désignent comme l’auteur ainsi que Jean Damascène et les Actes du deuxième concile de Nicée)53. Or le biographe parle en témoin oculaire de la mort du patriarche d’Antioche Ephrem survenue en 54554. Déjà H. Delehaye avait fait remarquer que même si Arcadius était mort en 626, « il y aurait eu à cette date 81 ans à partir du jour où il se plaça sous la direction de Syméon55 » ! Le dernier éditeur de la vie de Syméon, P. van den Ven, rejette nettement l’attribution de cette vie à Arcadius56. Ce dernier aurait en outre commandé à Léontios de Néapolis la Vie de Jean l’Aumônier et une Vie de Spyridon. Il serait également l’auteur d’une homélie sur saint Georges57.

  • 58 Sur les débuts des négociations entre le patriarche Sergios, Héraclius et les monophysites, cf. G. (...)
  • 59 V. Grumel, Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, I, Paris 1932, rééd. 1972, n° 2 (...)
  • 60 Sur ce concile, cf. F.-X. Murphy, P. Sherwood, Constantinople II et III dans G. Du-Meige, Histoire (...)
  • 61 R. Riedinger, ACO, Berlin 1992, II, II, pars 2, p. 528, 1. 4-529, 1. 5= Mansi, XI, col. 525B-526B.
  • 62 Riedinger, ACO, II, II, pars 2, p. 588, 1. 20-589, 1. 19 = Mansi XI, col. 561 A-562A. L’existence (...)
  • 63 Winkelmann, Quellen, p. 522-523, nos 29-34. S. Brock, An early Syriac Life of Maximus the Confesso (...)

85Arcadius a reçu un mandement d’Héraclius vers 625 au plus tôt, car Ploutarchos est encore archevêque en 624/625 (cf. inscription n° IV), contre Paul l’Acéphale ou le Borgne, arménien monophysite de Chypre58 . Cette lettre est en tout cas mentionnée par Cyrus de Phasis dans une lettre au patriarche de Constantinople Sergius : le futur patriarche d’Alexandrie, alors évêque de Phasis, en a pris connaissance lors de son entrevue en 626 avec Héraclius59 : ceci ressort nettement des Actes du troisième concile de Constantinople60, tenu dans cette ville en 680-681 où il est fait allusion à ce document dans les sessions XII61 et XIII62. Vers 633 soit avant même l’accession de Sophronios au patriarcat de Jérusalem soit plus tard, après celle-ci, il a échangé des lettres avec Sophronios, avant de réunir à Chypre vers 634 (ou plus tard, mais avant que l’affaire du monothélisme n’ait réellement éclaté) un synode comprenant, outre des envoyés de Sophronios, le patriarche d’Alexandrie, des représentants du pape Honorius et du patriarche de Constantinople Sergios63.

  • 64 A cette date, la Papauté a fait connaître nettement sa position. Sa première réaction ouverte est (...)
  • 65 Riedinger, ACO, II, I, p. 62, 1. 30-p. 63, 1. 28 = Mansi, X, col. 915-916C : « Jusqu’à ce jour (.. (...)
  • 66 Comme le remarque P. Sherwood, An annotated date-list of the Works of Maximus the Confessor, Studi (...)
  • 67 PG 91, col. 142, « Quelle église ne les a suppliés, quel prêtre pieux et orthodoxe ne les a implor (...)
  • 68 Hackett, Church of Cyprus (cité supra n. 54), p. 144-145, parle de son opposition à l’Ecthèse... E (...)
  • 69 Jean De Nikiou, Chronique (traduction d’H. Zotenberg), Paris 1883, p. 462 ; traduction anglaise de (...)

86Nous possédons aussi deux autres documents où est évoquée l’activité d’Arcadius, tous deux datés de 643 (soit à une date très proche des années qui nous occupent). Le premier est la lettre de l’archevêque de Chypre Sergios au pape Théodore, rédigée dans un concile de Chypre du 29 mai 643 et lue au concile du Latran le 8 octobre 64964. Le prélat déclare qu’il observe la même fidélité envers l’orthodoxie qu’Arcadius, disparu maintenant, mais renonce au silence que celui-ci s’était imposé en espérant vaincre l’hérésie par ses propres moyens, car l’hérésie a gagné l’univers65 . De ce texte se dégage l’impression que Sergios a été le successeur d’Arcadius. C’est la prise de position d’un prélat qui juge son prédécesseur66. Il n’est en outre nulle part fait mention de Ploutarchos. La seconde lettre que j’invoquerai, est celle de Maxime le Confesseur au préfet d’Afrique Pierre. Il souligne le rôle qu’ont joué dans la défense de l’orthodoxie Sophronios qui prit dans sa lettre synodale en 634 une position ouvertement hostile au monothélisme et Arcadius qui jusqu’à sa mort s’opposa à cette hérésie67. Bref Arcadius ne peut avoir participé à la défense de l’orthodoxie que s’il était en vie dans les années 634-640 qui ont marqué effectivement l’organisation d’une opposition orthodoxe cohérente en réponse à une propagande monothélite intense68. Témoignage plus précis encore, la Chronique de l’évêque Jean de Nikiou révèle que Valentin, comte des Excubiteurs et peut-être César, accusa en 641-642 notre archevêque de comploter contre l’empereur Constant II et que ce dernier envoya des soldats à Chypre pour s’emparer du dignitaire. Ceux-ci ne purent remplir leur mission car Arcadius venait de mourir (sans doute vers la fin de l’an 641 ou au début de 642)69.

  • 70 F. Nau, Récits inédits du moine Anastase, Revue de l’Institut Catholique de Paris, 1902, p. 57 (ci (...)
  • 71 F. Halkin, La vision de Kaioumos et le Sort Eternel de Philentolos Olympiou, An. Boll. 63 ; 1945, (...)

87Pour être complet, citons encore deux sources qui confirment la présence dans les années 635-641/2 d’Arcadius au trône archiépiscopal. Les Récits d’Anastase le Sinaïte70, rédigés apparemment dans la seconde moitié du viie s. (d’où la confiance qu’on peut leur accorder pour la chronologie), signalent que, dix ans avant la prise de Chypre (en 648), un prêtre débauché et magicien fut déféré au chef de l’éparchie au temps où Arcadius, mort depuis, était archevêque de l’île. L’événement se passe donc vers 638, et, même en admettant une certaine marge, sûrement entre les années 635 et 640. Une mention de notre évêque est aussi faite dans la vision de Kaioumos qui semble se passer dans le second quart du viie s. mais sans qu’une date précise ne soit donnée71.

88Ces textes laissent peu de doutes sur la présence d’Arcadius à la tête de l’Église de Chypre entre les années 625 et 642. Il faut donc admettre que Ploutarchos était archevêque entre 619-620 (inscription III) et 624-625 (inscription IV). Arcadius a donc succédé à Ploutarchos en 625. Or il a pu y avoir vacance de quelques mois entre l’un et l’autre. Pourquoi ne pas attribuer à cette époque de transition l’inscription n° VIII d’avril 625 (indiction 13) où précisément aucun archevêque n’est nommé, à la différence des autres inscriptions.

  • 72 G. Ostrogorsky, Histoire de l’Etat byzantin, Paris 1956, p. 121-124.
  • 73 C. Foss, The Persians in Asia Minor and the end of Antiquity, The English Historical Review 90, 19 (...)
  • 74 Déroche, Léontios (cité supra n. 57), p. 36, n. 67, qui penche pour une origine byzantine d’Aspago (...)

89Il reste maintenant à établir à quelle époque Héraclius a financé la construction des sept arches à partir de l’hippodrome. Je ne peux naturellement pas avancer de certitude absolue, mais il me semble que 631 est une date préférable à 616. On voit mal pourquoi l’empereur, alors que Constantinople était menacée d’être encerclée, à l’ouest, par les Slaves et les Avars, à l’est par les Perses72, aurait décidé d’octroyer des crédits à Constantia pour achever un aqueduc. Toutefois, Chypre ne semble pas avoir connu d’attaque perse en 617, comme le pensait C. Foss, sur la base d’un passage de la Vie de Jean l’Aumônier73. Le raid contre Constantia d’un général dont l’origine (byzantine ?, perse ?) n’est pas précisée, Aspagourios, n’est pas attesté ailleurs. De surcroît, la date proposée, 617, est impossible : la médiation de Jean l’Aumônier ne peut avoir eu lieu qu’en 619, date où le saint arrive sur l’île74. La construction de l’aqueduc n’est donc pas la conséquence de raids sur Salamine-Constantia.

  • 75 Mitford, New inscriptions, p. 123-124, pense que les finances ne sont rétablies qu’après 627 (vict (...)
  • 76 Hill, History of Cyprus, I. p. 282-283. Ces efforts se traduisent par d’autres mesures économiques (...)
  • 77 Inscriptions en l’honneur d’Héraclius. de son fils Constantin, de sa femme Eudocie, comprises entr (...)
  • 78 A. Di Vita, Ancient Crete. A Hundred Years of Italian Archaeology (1884-1984), Rome 1985, p. 64.
  • 79 Feissel, L’évêque (cité supra p. 624, inscription I), p. 823-825 : A. Avramea, Les constructions p (...)

90Le début des travaux de Ploutarchos, qui, si l’on se fie à l’emplacement de l’inscription VII, à mi-distance du grand groupe d’arches et du site antique, ne marque peut-être pas le début de la construction de l’aqueduc, est à dater de 619. L’intervention impériale se fait en 631 à la fin des travaux aux portes même de la ville. Elle concerne les arches ultimes menant de l’hippodrome non localisé vers la citerne décrite plus haut après que les deux évêques, Ploutarchos puis Arcadius, ont amené l’eau depuis Kythrea jusqu’aux abords de Constantia. Cette largesse, même restreinte, survient à un moment où la situation financière de l’Empire s’est améliorée, suivant la juste remarque de Mitford75. Elle peut à la rigueur s’inscrire dans le cadre des efforts déployés par Héraclius et le patriarche Sergios pour se concilier les orthodoxes76 à un moment, où comme nous l’avons vu, orthodoxes et monophysites sont sur l’expectative. Elle peut aussi témoigner de l’aide apportée aux cités de la région par Héraclius. Celui-ci restaure sans doute le nymphée à Gortyne de Crète77 . Cette cité se dote sous son règne de très nombreuses fontaines et restructure ses aqueducs78. Enfin, cette série d’inscriptions montre l’association étroite entre l’évêque et l’empereur dans l’administration des villes79.

91La chronologie des inscriptions de l’aqueduc s’établit donc comme suit. Ploutarchos de 619-620 à 624-625 (inscriptions III-VII) édifie des arches à assez forte cadence puisque de nombreux témoignages de son activité (quatre dont trois certains) nous sont conservés. Il meurt en 625 et le travail se poursuit pendant la vacance du trône archiépiscopal (inscription VIII). Arcadius lui succède alors (après avril 625) et poursuit la construction de l’aqueduc (inscription II, avril 628). En 631, l’aqueduc atteint Constantia et Héraclius contribue à son achèvement (inscription I).

  • 80 Monnaies d’Héraclius prises dans le banc installé dans le portique ouest des thermes : Megaw, Arch (...)

92L’intérêt de ces inscriptions se comprend aisément. Elles permettent de fixer avec précision la succession de trois archevêques (Ploutarchos, Arcadius, Sergios). Elles nous montrent qu’au début du viie s., malgré les attaques perses, à la veille des raids arabes, une civilisation urbaine se maintenait (ce que nous confirment les transformations apportées aux thermes sous Héraclius80), mais peut-être à rythme ralenti (la construction des arches inscrites est échelonnée sur onze années et il est possible que celle de tout l’aqueduc ait duré plus longtemps). Peut-être sont-elles enfin un témoignage supplémentaire des efforts faits par Héraclius pour séduire les partisans de l’orthodoxie à Chypre, parmi lesquels il faudrait compter, en dépit de sa discrétion, Arcadius.

Table de concordance des inscriptions étudiées

Table de concordance des inscriptions étudiées

Addendum

93Lors de la visite que j’ai faite de l’exposition sur Chypre médiévale byzantine qui se tient en 1997 à Thessalonique, j’ai retrouvé sur deux des cartes exposées de l’île le tracé de l’acqueduc. La première est celle d’A. Ortelius, Cypri Insulae Nova Descript[io] 1573, Additamentum I, Anvers 1573, où l’aqueduc est figuré par des arches discontinues atteignant les contreforts montagneux du Troodhos (Catalogue de l’exposition, fig. 208) ; la seconde, beaucoup plus récente, est celle de Th. Graves, Cyprus called by the Turks Kibris, the ancient Kupros, surveyed by Captain Thomas Graves, H.M.S., 1849, Londres 1851, où le tracé de l’aqueduc est indiqué par une ligne à l’intérieur d’un encadré représentant les ruines de Salamine (Catalogue, fig. 226).

Pl I

Pl I

Fig. 2. Groupe d’arches de l’aqueduc.

Fig. 3. Pile orientale.

Pl II

Pl II

Fig. 4. Situation de l’inscription n° VII sur la pile orientale.

Fig. 5. Inscription n° I.

Pl III

Pl III

Fig. 6. Inscription n° IV au Musée de Famagouste (photographie du Service des Antiquités).

Fig. 7. Inscription n° VI sur le groupe d’arches.

PI. IV

PI. IV

Fig. 8. Inscription n° VII.

Fig. 9. Trikomo, Panayia Theotokos, inscription n° VIII.

Notes

1 N. Martoni, Relation du Pèlerinage à Jérusalem, éditée par L. Legrand dans Revue de l’Orient latin III, 4, p. 67 du tiré à part : « In medio ubi erat castrum est quedam cisterna antiqua, que credo in mondo non reperiatur major, cum lamia sublevata super XXXVI columpnis et cum spiraculis supra, unde auriebatur aqua. Ad quam cisternam fluebat a quodam monte et currebat aqua omni tempore per quemdam conductum fabricatum cum pileriis et archis, prout est prope Scaulum, de pertinentiis castri Trayecti (Trajetto entre Gaëte et Carino-la) seu Carinllani (sans doute s’agit-il du fleuve Garigliano). »

2 Il écrit en 1518 : « On voit encorre des arcures ou avoit des busines ou venoit l’eaue des montaignes en la dite ville » (texte cité par C. Enlart, L’Art gothique et la Renaissance en Chypre, Paris 1899, p. 516, note).

3 Fr. Steffano Lusignano di Cipro, Chorograffia e brève historia universelle dell’isola di Cipro, Bologne 1573, fol. 12 a et fol. 16 s.

4 R. A. Pococke, A description of the East, vol. II, 2, Londres 1745, dans C. D. Cobham, Excerpta Cvpria, Cambridge 1908, p. 256: « There are remains of an aqueduct to this city, all the arches which I saw of it were gothic, and there is an inscription on it in Greek, which makes mention of archbishop: the Ancient aqueduct being probably repaired when the new city was built, after the establishment of Christianity in the parts. I saw the arches all along the plain, extending towards the mountains of the N.W. »

5 A. Drummond, Travels through différent Cities..., Londres 1754, Lettre XIII, p. 274. Ce passage se trouve cité dans cobham, Excerpta Cypria (cité note précédente), p. 301 et par H. A. tubbs, Excavations in Cyprus, 1890, III. Inscriptions, JHS 12, 1891, p. 83, n. I.

6 G. mariti, Voyages dans l’isle de Chypre, la Syrie et la Palestine, traduit de l’italien, Neuwied 1751, p. 127 ; cf. aussi p. 128 où il note à propos de la plaine de Mesarée (à l’ouest de Salamine) : « Chemin faisant on rencontre souvent des restes d’aqueduc qui comme je l’ai dit, distribuaient les eaux de Salamine, mais le temps les a tellement détruits que les voyageurs ignorants ne devineraient jamais que c’en sont là les débris. »

7 L. Ross, Reisen nach Kos, Halicarnassos, Rhodos, und der Insel Cypern, Halle 1852, p. 117-118. Il parle des « Spissbogen » de l’aqueduc.

8 F. Unger, Th. Kotschy, Die Insel Cypern, Vienne 1865, p. 7 et surtout p. 533.

9 C. Oberhummer, Griechische Inschriften aus Cypern, Sitz. Bay. Akad. Wiss. 1888, p. 305-350.

10 J. A. R. Munro, H. A. Tubbs, Excavations at Salamis, JHS 12, 1981, p. 81-91 ; Tubbs, Inscriptions (cité supra n. 5), p. 173 et pl. V.

11 G. Jeffery, A description of the historic monuments of Cyprus, Nicosie 1918, p. 233-234. Citons également la mention de l’aqueduc contenue dans D. G. Hogarth, Dévia Cypris, Londres 1889, p. 61 : il signale la citerne, qu’il date de l’époque romaine tardive ou byzantine et qu’il considère comme alimentée par l’aqueduc.

12 Oberhummer, Griechische Inschriften (cité supra n. 9).

13 Tubbs, Inscriptions, p. 173.

14 En compagnie de B. Helly, après avoir été accueilli par G. Roux et la mission lyonnaise de Salamine.

15 A. Baur, Die Wasserversorgung der antiken Stadt Salamis auf der Insel Zypern, Frontinus-Symposium beim Kongress « Wasser Berlin » Jahrestagung 1989 in Hannover und weitere Beitràge zur historischen Entwicklung der Technik. Schriftenreihe der Frontinus-Gesellschaft, 14, Bergisch-Gladbach 1990, p. 203-218, fig. 3 à 6 pour les photos des piles et arches de l’aqueduc et pour le relevé du groupe le mieux conservé.

16 Une photographie de ce groupe d’arches a paru dans la Chronique des fouilles à Chypre en 1960, BCH 85, 1961, p. 288, fig. 42.

17 Oberhummer, lnschriften, p. 341-346; ID., RE, s.v. Salamis, col. 1842 (1920); ID., Die Insel Cypern, Munich 1903, p. 227; ID., RE, s.v. Constantia, col. 956 (1901).

18 Tubbs, Inscriptions, p. 81-91.

19 C. Jeffery, Salamis, A Guide, Nicosie 1926, p. 11.

20 A. H. S. Megaw, Archaeology in Cyprus, 1958, JHS 79, 1959, p. 32.

21 Phases discernées par Tubbs, Inscriptions; Megaw, Cyprus 1958 (cité note precedent): « The great reservoir ... with which the Byzantines had previously blocked the northern approach to the agora. » Il serait donc d’avis que la citerne est une construction byzantine.

22 Megaw, Cyprus 1958.

23 C’est la dernière hypothèse émise par Megaw, « Betwixt Greeks and Saracens », Acts of the International Archaeological Symposium « Cyprus between the Orient and Occident » Nicosia 8-14 sept 1985, V. Karageorghis éd., Nicosie 1986, p. 508, n. 17. La seule base chronologique est une monnaie d’Héraclius datable entre 630 et 641, trouvée dans une couche coupée par la construction du mur.

24 O. Callot, Salamine-Constantia, note de numismatique et de topographie d’époque byzantine, Rep. Dep. Ant. Cyprus 1985, p. 335-339, écarte la monnaie d’Héraclius et de son fds comme « n’appartenant à ce lot » et considère que les monnaies qui datent sont deux folles de Phocas frappés en 606-607 à Nicomédie.

25 Selon Jeffery, Salamis (cité supra n. 19), p. 11, la citerne aurait été construite lors de la création de Constantia et agrandie au viie s. lors de l’érection de l’aqueduc. Megaw, Cyprus 1958, ne parle que d’une construction byzantine.

26 Baur, Wasserversorgung (cité supra n. 15) p. 213-215 Martoni, Pèlerinage (cité supra n. 1), p. 67, avait déjà vu ces orifices.

27 V. Karageorghis, Chronique des fouilles à Chypre en 1963, BCH 88, 1964, p. 367, signale des restes d’aqueduc alimentant les thermes. Il ne les met pas en relation avec notre aqueduc et la grande citerne. Baur, Wasserversorgung, serait d’avis que la citerne située près des thermes était également alimentée par l’aqueduc.

28 A. Westholm, Temples of Soloi, Stockholm 1936, p. 210, n. 147; G. Hill, A History of Cyprus, I, Cambridge 1940, p. 258 et 280.

29 E. Chrysos, Cyprus in early byzantine Times, « The Sweet Land of Cyprus », Papers Given at the Twenty-Fifth Jubilee Spring Symposium of Byzantine Studies, Birmingham, March 1991, A. A. M. Bryer, G. S. Georghallides éd., Nicosie 1993, p. 9.

30 C. Enlart, L’Art gothique et la Renaissance en Chypre, II, Paris 1899, p. 511-516. Les fouilles récentes auraient montré que l’extrême sud du site aurait été réoccupé à l’époque des Lusignan : on y a trouvé quelques monnaies (V. Karageorghis, Salamis in Cyprus, Homeric, Hellenistic and Roman, Londres 1970, p. 248). Mais cette pauvre réoccupation n’aurait pas justifié une remise en état de l’aqueduc qui aurait dû être importante puisque ses pierres étaient déjà réutilisées au xiie s., dans la Panaghia Theotokou de Trikomo (inscription VIII).

31 J. Strzygowski, Ph. Forchheimer, Die hyzantinischen Wasserbehalter, Vienne 1893, p. 12.

32 S. Casson, D. T. Rice, A. H. M. Jones, G. F. Hudson, Preliminary Report upon the Excavations carried out in the Hippodrom of Constantinople, 1927, Londres 1928, p. 23.

33 K. A. C. Creswell, Early Muslim Architecture, Oxford 1932, p. 274-280; ID., Early Muslim Architecture2, Oxford 1969, p. 442-444.

34 ‘Aψῖδες est le terme courant pour désigner les arches d’un aqueduc : J. Ebersolt, Monuments d’architecture byzantine, Paris 1934, notice 158, p. 177 renvoie à un chroniqueur anonyme qui appelle les arches de l’aqueduc de Valens µεγάλαι ἀψῖδες avec, comme variante, oὑράvvvιαι καµάραι.

35 On n’a pas repéré d'hippodrome figurant aux abords de la ville sur le trace - tel qu’on le connait - de 1’aqueduc. Tubbs, Inscriptions, pl. V, situe l’hippodrome légèrement au sud de la ville. Oberhummer, Inschriften, p. 525, est d’avis que l’hippodrome repère par Tubbs est sans doute celui mentionne dans les Actes de Barnabé (AASS, Jun. II, p. 434-436 et Acta Apostolorum Apocrypha, Leipzig 1851, p. 64-74).

36 Comme l’a montre G. de Jerphanion, Observations sur le calendrier de Salamine de Chypre a l’époque chrétienne (Antiquité Classique 1, 1932, p. 2-24), en s’appuyant notamment sur nos inscriptions I et VIII, le calendrier de Salamine de Chypre est encore au viie s. un calendrier local, et non le calendrier byzantin. II est de type égyptien, dont il diffère cependant par l’ordre des mois, et ; ce qui nous intéresse ici, par le début de l’année (4 septembre a Salamine, 29 aout en Égypte). Voir également V. Grumel, La Chronologie, Paris 1958, p. 172.

37 E. Chrysos, Ό Ηράκλειος στην Κύπρο (609-610), Πρακτικά Συμποσίου Κυπριακής Ιστορίας Λεοκωσία, 2-3 Maiov 1983, Ioannina 1984, p. 53-64.

38 Il est probable que leur nombre était indique dans la partie détruite de la ligne.

39 Fr. Dolger, Regesten der Kaiserurkunden des Ostromischen Reiches von 565-1453, I, Munich-Berlin 1924, p. 20, n. 181 ; V. Grumel, Regestes des Actes du Patriarcat de Constantinople, Istanbul 1936, 1/2, n. 425, p. 51.

40 En 643, le métropolite Sergios écrit au pape Theodore une lettre que j’examine plus bas (Mansi, X, col. 915-916).

41 Sans doute Sakellarios (Γα Κυπριακά1, I, p. 172) fait-il allusion à cette inscription lorsqu’il déclare, après avoir transcrit l’inscription mentionnant Héraclius, qu’il s’en trouve une autre identique dans la maison de Giacometo, consul de Prusse à Larnaka.

42 V. Karageorghis, Chronique des fouilles de Chypre, année 1960, BCH 85, 1961, p. 294, qui en donne une photographie fig. 41. Cette photographie a été republiée dans le catalogue de l’exposition dirigée par A. Papageorghiou, The autocephalous Church of Cyprus. A Catalogue of the Exhibition, Nicosie 1995, p. VII.

43 Lettre du 25 /03 /96. J’adresse à mes deux collègues mes plus chaleureux remerciements. De nombreux estampages de Mitford, en cours d’archivage, sont conservés au Museum of Classical Archaeology à Cambridge.

44 Tubbs, Inscriptions, p. 173, n° 8.

45 Mitford, New inscriptions, p. 118, n. 1.

46 Les inscriptions VI et VII sont signalées par Waddington (Le Bas - Waddington, Inscriptions grecques et latines, n° 2763) qui les trouve « complètement mutilées ».

47 C’est sans doute à cette inscription que fait allusion Pococke lorsqu’il parle des arches sur lesquelles il a vu une inscription en grec qui fait mention d’un archevêque. D’après A. M. Snodgrass, qui espère le localiser, l’estampage de Mitford a probablement été déposé, comme celui de l’inscription V, au Museum of Classical Archaeology à Cambridge. Sa lecture permettrait peut-être de contrôler certaines lettres dégradées entre son inspection en 1937 et ma visite en 1968.

48 Il s’agit d’une église construite au xiie s. ; cf. a. et J. Stylianou, The painted churches of Cyprus, Londres 1985, p. 486-491.

49 Oberhummer, Inschriften, p. 343, voudrait ajouter à notre liste un bloc trouvé dans un village voisin (Haghia Thecla). La copie en majuscules qu’il donne est incompréhensible.

50 À vrai dire l’inscription V paraît avoir été si difficile à lire que je n’en tiendrai pas compte.

51 N. Cappuyns, Le Synodikon de Chypre au xiie s., Byz. 10, 1935, p. 489-504. Les listes de chroniqueurs sont reproduites par V. Laurent, Fastes épiscopaux de l’Église de Chypre, REB 6, 1948, p. 153-166, spécialement p. 155 (noter l’interversion fautive des n. 8 et 9 de la liste du Synodikon). Cappuyns, ibid., p. 496 ne connaît des inscriptions de Ploutarchos que celle d’Haghios Serghios (n. IV), alors que III était également publiée. V. Laurent (ibid., p. 158) parle de trois inscriptions mentionnant Ploutarchos et datées de 618, 625 et 635 : les deux dernières correspondent aux inscriptions IV (ind. 13) et III (ind. 8) et la première sans doute à l’inscription I (nous avons vu que Waddington et Oberhummer lisaient indiction 6) où toutefois Ploutarchos n’est pas cité. Sans doute cette attribution fautive est-elle un lapsus calami. Laurent semble par ailleurs douter de l’exactitude de ces dates (en fait, ce ne sont que des dates indictionnelles et, comme telles, mobiles) et considérer que trois évêques (Barnabe, Basile, Théodore), soit un intervalle d’une soixantaine d’années, séparent Ploutarchos d’Arcadius. Il paraît plus logique, en examinant les inscriptions de l’aqueduc, d’admettre qu’ils se suivent. Autre point délicat de l’étude de V. Laurent : je ne comprends pas comment (ibid., p. 158, n. 1) il substitue le nom de Porphyrios à celui de Ploutarchos en citant les évêques qui ont construit l’aqueduc. Il n’y a rien de tel dans la référence invoquée (Hill, Cyprus, I [cité supra n. 28], p. 280).

52 C’est l’hypothèse de Mitford, New inscriptions, p. 124-125.

53 Cf. la notice de R. Aigrain dans DHGE, col. 1494-1495, sous Arcadius (11).

54 OC, II, 1047; J. Hackett, A history of the orthodox Church of Cyprus, Londres 1901, p. 144-145.

55 H. Delehaye, Les Saints Stylites, Paris-Bruxelles 1923, p. LXIII.

56 P. Van Den Ven, La vie ancienne de Saint Syméon Stylite le Jeune (521-592), I, Bruxelles 1962 (Subsidia Hagiographica 32), p. 101.

57 V. Déroche, Etudes sur Léontios de Néapolis, Uppsala 1995 (Studia Byzantina Upsaliensa 3), p. 16 et 26-36, où l’on trouve une mise au point complète sur l’attitude d’Arcadius au début du monothélisme.

58 Sur les débuts des négociations entre le patriarche Sergios, Héraclius et les monophysites, cf. G. Dacron, P. Riche et A. Vauchez, Évêques, Moines et Empereurs (610-1054), Histoire du Christianisme vol. 4 sous la direction de J. Mayeur, Ch.(t) et L. Pietri, A. Vauchez, M. Venard, Paris 1993, p. 40-53 (p. 41 : mention de Paul l’Acéphale) ; F. Winkelmann, Die Quellen zur Erforschung des monoenergetisch-monothelitischen Streites, Klio 69, 1987, p. 515-529 (p. 519, n° 14) qui ne prend pas parti sur les dates proposées par J. L. Van Dieten, Geschichte der Patriarchen von Sergios I. bis Johannes VI. (610-715), Amsterdam 1972, p. 29 (623) et F. Dölger, Regesten, 1 (cité supra n. 39), p. 20 (ca 625). La date de 623 ne paraît reposer sur aucune base solide.

59 V. Grumel, Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople, I, Paris 1932, rééd. 1972, n° 285, p. 216-217.

60 Sur ce concile, cf. F.-X. Murphy, P. Sherwood, Constantinople II et III dans G. Du-Meige, Histoire des Conciles Oecuméniques, 3, Paris 1974, p. 185-260.

61 R. Riedinger, ACO, Berlin 1992, II, II, pars 2, p. 528, 1. 4-529, 1. 5= Mansi, XI, col. 525B-526B.

62 Riedinger, ACO, II, II, pars 2, p. 588, 1. 20-589, 1. 19 = Mansi XI, col. 561 A-562A. L’existence d’un Arcadius II, auquel Aigrain consacre une notice dans DHGE, col. 1495, fondée sur Le Quien, Orlens Christianus, II, col. 1050, comme archevêque de Constantia et destinataire d’une lettre de Constantin Pogonat (668-685) contre Paul, chef des Acéphales, me semble faire allusion à ce même événement. Le Quien a sans doute attribué par erreur le mandement impérial, qui sert ainsi une deuxième fois, non à l’empereur contemporain des faits mentionnés dans la lettre, soit Héraclius, mais à l’empereur régnant au moment du concile de Constantinople III. En conséquence, Arcadius II n’a probablement jamais existé et sa notice est à supprimer. Winkelmann, Quellen (cité supra n. 58), p. 549-550, nos 165-167 ne mentionne pas cette lettre dans les documents attribués à Constantin Pogonat.

63 Winkelmann, Quellen, p. 522-523, nos 29-34. S. Brock, An early Syriac Life of Maximus the Confessor, An. Boll. 91, 1973, p. 299-346 ( = Syriac Perspectives on Late Antiquity, Londres 1984, XII). La lettre de Sophrone à Arcadius a été retrouvée dans une transcription syriaque de 720 et publiée : La lettre de Sophrone de Jérusalem à Arcadius de Chypre, éd. et trad. M. Albert, Ch. von Schönborn, PO 39/2, p. 169-249.

64 A cette date, la Papauté a fait connaître nettement sa position. Sa première réaction ouverte est la lettre de Jean IV (février-mai 641) à Constantin (Mansi, X, col. 682-686). Mais c’est sous Théodore que s’organise définitivement l’opposition de la Papauté à l’Ecthèse.

65 Riedinger, ACO, II, I, p. 62, 1. 30-p. 63, 1. 28 = Mansi, X, col. 915-916C : « Jusqu’à ce jour (...), nous avons gardé le silence, pensant que nos mandements les amèneraient à de meilleures dispositions. C’était en effet aussi l’avis de celui qui a pris place parmi nos saints, notre divin Arcadius [ou notre oncle ? : latin thius noster], qui suivait votre enseignement orthodoxe. En cela, nous souhaitons également de toute notre force suivre ses traces, agissant conformément à l’enseignement orthodoxe et inspiré de Dieu que vous dispensez, vous qui êtes nos maures et nos pères très saints. En conséquence, nous ne supporterons pas davantage cette situation, car ils ont semé la zizanie et le scandale, pour ainsi dire, dans tout l’univers. » Ce texte a été rédigé d’abord en grec, langue qui ne différencie pas θεῖος, « divin » de θεῖος, « oncle ». La traduction latine traduit par thius, qui peut soit correspondre à une simple transcription et donc à un refus de traduire, soit à la traduction du mot comme oncle, terme qui apparaît dans la langue latine tardive vers l’époque carolingienne et qui est attesté par le Glossarium ad Scriptores mediae et infimae Latinitatis de Ducange. Hardouin dans Mansi, XI, col. 916C proposait de changer avunculus ( = explicitation de thius) en divinus, sanctus. C’est de cette façon que von Schönborn, PO 39/2, p. 173, traduit θεῖος (vénérable). Mais peut-être ne faut-il pas rejeter la lectio difficilior aussi nettement, d’autant que la traduction latine intervient six ans à peine après la publication en grec de la lettre dans le concile de Chypre ?

66 Comme le remarque P. Sherwood, An annotated date-list of the Works of Maximus the Confessor, Studio Anselmiana 30, 1952, p. 12, n. 55, la lettre de Sergios n’est pas une lettre synodale à l’occasion de son élection, ce qui fait que nous ne sommes pas sûrs de la date de la mort d’Arcadius et par là-même de celle de l’élection de Sergios.

67 PG 91, col. 142, « Quelle église ne les a suppliés, quel prêtre pieux et orthodoxe ne les a implorés par ses cris et ses adjurations qu’ils renoncent à leur hérésie. De fait, le divin Arcadius, expirant et rendant son âme à Dieu, n’a pas cessé, même alors, de les supplier. »

68 Hackett, Church of Cyprus (cité supra n. 54), p. 144-145, parle de son opposition à l’Ecthèse... Enfin dans PG 91, col. 245C, n. 32, Combefils pense que l’archevêque de Chypre auquel fait allusion Maxime le Confesseur dans sa lettre au prêtre Marinus est Arcadius. Sherwood, Date-list (cité supra n. 66), hésite entre Sergios et Arcadius, ignorant la date exacte de la succession de Sergios à Arcadius.

69 Jean De Nikiou, Chronique (traduction d’H. Zotenberg), Paris 1883, p. 462 ; traduction anglaise de R. H. Charles, Londres 1916, p. 199. Le texte a été signalé par C. Mango, A Byzantine Hagiographer at Work : Leontios of Neapolis, Byzanz und der Westen. Studien zur Kunst des europäischen Mittelalters, I. Hutter éd., (= Sitzungsb. öst. Akad. d. Wiss. Phil.-hist. Kl. 432), Vienne 1984, p. 25-41 (voir p. 33).

70 F. Nau, Récits inédits du moine Anastase, Revue de l’Institut Catholique de Paris, 1902, p. 57 (cité par Van Den Ven, Saint Syméon [cité supra n. 56], p. 101).

71 F. Halkin, La vision de Kaioumos et le Sort Eternel de Philentolos Olympiou, An. Boll. 63 ; 1945, p. 48-64 ; C. P. Kyrris, The admission of the souls in the Limbus Puerorum, RÉSEE 9, 1971, p. 461-478 ; ID., Έσχατολογικαὶ ἀναζητήσεις ἐν Άμμοχῳστφ τῆς Κύπρου ἐπὶ ἀρχιεπισκόπου ‘Αρκαδίου, Βυζαντινά 2, 1970, p. 65-105.

72 G. Ostrogorsky, Histoire de l’Etat byzantin, Paris 1956, p. 121-124.

73 C. Foss, The Persians in Asia Minor and the end of Antiquity, The English Historical Review 90, 1975, p. 724. Sur l’attaque menée par Aspagourios, cf. H. Delehaye, Une vie inédite de saint Jean l’Aumônier, An. Boll. 45, 1927, p. 25, chap. 13. Mango, Leontios of Neapolis (cité supra n. 69), p. 38-39, est sceptique sur une occupation perse de l’île.

74 Déroche, Léontios (cité supra n. 57), p. 36, n. 67, qui penche pour une origine byzantine d’Aspagourios, qui aurait été envoyé par Constantinople.

75 Mitford, New inscriptions, p. 123-124, pense que les finances ne sont rétablies qu’après 627 (victoire sur la Perse).

76 Hill, History of Cyprus, I. p. 282-283. Ces efforts se traduisent par d’autres mesures économiques, comme par exemple le droit octroyé a Chypre durant les années 624-628 de battre monnaie (monnayage de bronze).

77 Inscriptions en l’honneur d’Héraclius. de son fils Constantin, de sa femme Eudocie, comprises entre 610 et 612, date de la mort de sa première femme : A. C. Bandy, The Greek Christian Inscriptions of Crete, Athènes 1970, n° 23.

78 A. Di Vita, Ancient Crete. A Hundred Years of Italian Archaeology (1884-1984), Rome 1985, p. 64.

79 Feissel, L’évêque (cité supra p. 624, inscription I), p. 823-825 : A. Avramea, Les constructions profanes de l’évêque d’après l’épigraphie et les textes d’Orient, Actes du XIe Congrès International d’Archéologie Chrétienne, N. Duval éd., Rome 1989, I, p. 829-835.

80 Monnaies d’Héraclius prises dans le banc installé dans le portique ouest des thermes : Megaw, Archaeology in Cyprus, 1952, JHS 73, 1953, p. 136-137.

Notes de fin

* Je publie ici le dossier qui accompagnait ma thèse de Troisième Cycle soutenue en 1972 devant un jury comprenant, outre P. Lemerle et E. Will, Mme H. Ahrweiler. J’espère que ces pages lui rappelleront ces moments, pour moi heureux et décisifs, de confrontation scientifique. Je remercie D. Feissel et V. Déroche d’avoir relu ce texte et d’avoir t’ait d’utiles suggestions.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de situation des restes de l’aqueduc (aimablement communiqué par A. Papageorghiou, Directeur du Département des Antiquités).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Table de concordance des inscriptions étudiées
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Pl I
Légende Fig. 2. Groupe d’arches de l’aqueduc.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 870k
Légende Fig. 3. Pile orientale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Pl II
Légende Fig. 4. Situation de l’inscription n° VII sur la pile orientale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Légende Fig. 5. Inscription n° I.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 833k
Titre Pl III
Légende Fig. 6. Inscription n° IV au Musée de Famagouste (photographie du Service des Antiquités).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 7. Inscription n° VI sur le groupe d’arches.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre PI. IV
Légende Fig. 8. Inscription n° VII.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 9. Trikomo, Panayia Theotokos, inscription n° VIII.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4305/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search