Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

À propos d’un bloc de marbre d'Iznik1

Annie Pralong

Texte intégral

  • 1 Cette étude a été entreprise à la suite de la mission de prospection de Bithynie effectuée en août (...)
  • 2 Le monument de plan carré et couvert d’une coupole est accessible par un escalier de I 1 marches. (...)

1La Böcek ayasmasi, fontaine souterraine située à environ 50 m à l’est de l’église de la Dormition à Iznik/Nicée, dans le quartier sud-est de la ville, possède plusieurs blocs de marbre remployés dans les murs à des fins décoratives, en particulier des morceaux d’architraves portant un décor géométrique typique de la production médiobyzantine2 ; c’est surtout un bloc faisant partie intégrante de l’ayasma elle-même qui a retenu notre attention (fig. 1).

2Ce petit bassin de plan presque carré (dimensions extérieures : 110 x 100 cm ; dimensions intérieures : 66 x 60 x 82 cm) est situé au ras du sol. La margelle est formée par quatre blocs rectangulaires dont l’un, taillé dans du marbre de Proconnèse (67 x 29 x 22 cm) et placé sur la paroi orientale de la fontaine à l’opposé de la porte d’entrée du bâtiment, porte un décor qui appartient à trois périodes bien distinctes. La paroi interne porte une inscription antique surmontée d’un motif décoratif contemporain, tandis que la face qui forme la margelle de l’ayasma montre les traces superposées de deux utilisations postérieures (fig. 2).

  • 3 Schneider, Denkmäler (cité note précédente), inscription n° 68, p. 36, avec une référence sans obj (...)

3L’inscription antique (fig. 3) est composée de cinq lignes de grec gravées à la base du bloc dans le sens de la largeur et placées sous un chandelier. Il s’agit d’une inscription juive dont le texte est une citation, presque mot pour mot, du psaume 135, verset 25, qui a été identifiée par Schneider et datée par lui du iie s3. Les lettres, hautes de 2 cm, sont bien dessinées, avec sigma carré, alpha à barre brisée et upsilon dont le pied est marqué d’un trait horizontal.

ΔΙΔΟΥΣΑΙ
ΟΝΤΙΠΑΣΙΣ
ΑΡΚΙΟΤΙΕΙ
ΕΟΝΑΕΛΕΟ
ΑΥΤΟΥ

  • 4 L’emploi d’ ἀγαθòν à la place de τροφὴν, de τῖ πασι au lieu de τη παση et enfin de έῶνα à la place (...)

4[ό] διδους άγα/[θ]òν τῖ πασι σ/αρκι, ὃτι ει[ς]/ έῶνα ἔλεο[ς]/ αῦτου4.

5Le trépied (fig. 4), sculpté très superficiellement suivant la technique du champlevé, présente un pied central vertical s’évasant vigoureusement à la base tandis que les pieds latéraux sont très fortement arqués. Leur point de jonction est surmonté d’une gorge assez profonde, elle-même continuée par un bourrelet bien marqué. L’usure du bloc rend difficile la lecture des parties centrale et supérieure de cet objet. On distingue néanmoins plusieurs motifs allongés en forme d’ove, sans doute trois, séparés les uns des autres par un petit cube. La jonction avec le chandelier proprement dit, peu lisible, frappe par l’importance que le sculpteur lui a accordée : deux motifs en forme de demi-lune à la partie convexe tournée vers le bas se superposent, chacun portant une rangée de perles allongées placées de manière rayonnante. Au-dessus, leur fait suite un motif en forme de vase décoré d’un fleuron à trois pointes qui sert de point d’appui à deux enroulements finement creusés reliant la base du pied et le chandelier proprement dit et qui pourraient être pris pour des anses, s’il ne s’agissait pas d’une menorah. Celle-ci est tronquée car l’extrémité supérieure du bloc est prise dans la maçonnerie de la margelle. On reconnaît toutefois l’amorce de ses sept larges branches non décorées dont la sobriété contraste avec le traitement raffiné du support.

  • 5 Il s’agit de la consécration du tabernacle peinte sur le mur occidental ; voir K. Weitzmann et H. (...)
  • 6 L. Yarden, The Tree of Light, Bristol 1971, p. 24 et fig. 88 (Priène) et fig. 89 (Sardes).
  • 7 V. Sussman, Astragal Menorah on Clay Lamps, Qadmoniot 12, 3-4 (51-52), 1980, p. 120. Le chandelier (...)
  • 8 S. Sahin en fait une pierre tombale : voir supra n. 3.
  • 9 D. Barag, The Menorah in the Roman and Byzantine Periods, Bulletin of the Anglo-Israël Arehaeologi (...)

6Par son style, cet élément de mobilier n’est pas sans rappeler la menorah représentée dans les fresques de la synagogue de Doura Europos (245)5 dont le pied, fait de la superposition de perles et de carrés, présente un décor très proche de celui d’Iznik. Plus difficiles à analyser, les enroulements incisés entre le chandelier proprement dit et le pied ont été interprétés ailleurs comme les rouleaux de la Torah. Nous en avons trouvé sur deux plaques de marbre provenant des synagogues de Priène et Sardes6 où des menorah, au dessin très schématique simplement gravé, sont dotées d’enroulements approchants placés sous le chandelier ; les fouilles de Beit Nattif (iiie-ive s.) ont livré des lampes de terre cuite où le réservoir porte, de chaque côté de la menorah placée sur le canal de la lampe, des enroulements décorés7. Ces exemples sont postérieurs d’au moins un siècle à la datation proposée par A.-M. Schneider, dont on ne sait sur quels arguments elle est fondée. Il semble toutefois que les caractéristiques graphiques de l’inscription ne soient pas incompatibles avec une datation plus tardive, ce qui permettrait de dater le premier emploi du bloc, dont l’usage n’est pas assuré8 , du ive s., époque à partir de laquelle le motif du chandelier connaît une grande diffusion sur des supports très variés9.

  • 10 CIG 8671. Voir Schneider – Karnapp, Stadtmauer (cité supra n. 2), inscription n° 36, 3, p. 51-52, (...)

7La face horizontale du bloc a livré une inscription byzantine rédigée en deux lignes dans le sens de la longueur (fig. 5)10 :

+ΠΥΡΓΟΣ ΜΙΧΑΗΛ ΜΕΓΑ
ΛΥ ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΕΝ Χ(ΡΙΣ)ΤΩ ΑΥΤΟΚΡΑ(ΤΟΡΟΣ)

8Les lettres allongées ont une hauteur de 9,5 cm ; la première ligne est gravée à 2 cm du bord supérieur du bloc, la seconde ligne est elle-même placée à 2 cm de la précédente, enfin le bord inférieur du bloc est distant de 4 cm de la base de la seconde ligne.

  • 11 Cette inscription a été trouvée dans la cour d’une maison ; voir Schneider - Karnapp, Stadtmauer, (...)
  • 12 CIG 8669. Cette inscription était remployée dans le sol du diakonikon de l’église de la Koimésis. (...)
  • 13 Celle-ci a été trouvée en face du théâtre, provenant des murs de la ville. Cf. Schneider -Karnapp. (...)
  • 14 Grégoire, Byz. 4, 1927-28, p. 446, rectifie la lecture de l’an du monde proposée par le CIG et, da (...)
  • 15 Ce journal est conservé au British Museum, manuscrit Add. 22.914. La partie consacrée à la ville d (...)
  • 16 Cf. Raby, Description (cité note précédente), p. 156 et 157 et commentaire p. 179 et 180 et Gréloi (...)
  • 17 Est conservée la moitié gauche de trois des cinq lignes de l’inscription.
  • 18 Elle est conservée dans le dépôt du musée. Schneider, Denkmäler, n° 66, p. 36 et Sahin, Katalog, n (...)
  • 19 Le mot transitor, « celui qui traverse », « passant », « émigrant », est attesté tardivement : che (...)
  • 20 A moins d’admettre un décor excentré, on peut supposer que le motif était répété sous toute l’insc (...)
  • 21 Inscriptions avec des palmes gravées : Inscriptiones Christianae Urbis Romae, Novae Series 1, n° 2 (...)

9Trois autres inscriptions, conservées au musée d’Iznik, présentent les mêmes caractéristiques par leur contenu, le style et la hauteur (entre 8 et 9,5 cm) de leurs lettres, mais avec des variantes dans la mise en page du texte ; elles ont été publiées en même temps que celle de l’ayasma (inv. 80611, inv. 81012 et inv. 154613). Elles ont été sculptées pour commémorer les réfections des tours de la ville par un empereur Michel qui a été identifié avec Michel III14, grâce à la date de 857/858 (« Ετους 6366 »), portée au bas de l’une d’entre elles (inv. 810). La première (inv. 806) utilise de la brèche locale jaune ; les deux autres, en marbre blanc - certainement du marbre de Proconnèse –, avaient été signalées par John Covel15, chapelain de l’ambassadeur anglais auprès de la Sublime Porte, dans le journal illustré de relevés et de dessins qu’il rapporta de son voyage effectué dans la région en mars 1677 (inv. 810 et 154616). Une cinquième inscription (inv. 801) est réduite au quart de ses dimensions originelles17 ; elle a été gravée au revers d’une inscription latine en marbre gris qui est inédite18 (fig. 6). A l’intérieur d’un champ de 20 x 30 cm prennent place les lettres « ANSITORES » que l’on peut compléter en « transitores », mot non attesté avant l’époque paléochrétienne19. Si l’on se fie aux dimensions que l’inscription médiévale de la face postérieure permet de restituer (environ 68 x 70 cm), on peut penser que le champ épigraphique originel de l’inscription latine était au moins trois fois plus long et que la ligne en partie conservée devait compter une trentaine de lettres. On note, à la limite de la cassure supérieure du bloc, des traces de lettres qui sont trop fragmentaires pour permettre une restitution. Sous l’inscription, un décor très fruste consiste en l’incision d’une couronne encadrée par deux maigres palmes obliques20, qui évoque la victoire. Les éléments de comparaison que nous fournissent les inscriptions chrétiennes de Rome ainsi que le type d’écriture utilisé permettent d’attribuer l’inscription à une époque plutôt tardive : ve voire vie s.21

  • 22 Cf. Th. Ulbert, Die Basilika des Heiligen Kreuzes in Resafah-Sergiupolis, Mayence 1986, pl. 60 et (...)
  • 23 Un motif semblable est signalé dans la basilique de la Campanopétra (vie s.) de Salamine : cf. Ch. (...)
  • 24 J. Du Plat Taylor, A. H. S. Megaw, Excavations at Ayios Philon, the Ancient Carpasia. II, The Earl (...)
  • 25 Ce petit panneau était remployé avec d’autres au décor différent dans le pavement en opus sectile (...)
  • 26 La plaque d’Ayios Philon provient du baptistère et appartiendrait à un premier état du monument, d (...)
  • 27 Des fragments de placages muraux ont été trouvés dans le temple de Zeus à Aizanoi (Phrygie), T. Do (...)
  • 28 C. Metzger, Exemples d’iconographie de mosaïque appliquée à la sculpture. A propos de deux plaques (...)
  • 29 R. Stilwell, Catalogue of Sculptures, dans R. Stilwell (éd.), Antioch-on-the-Orontes. III, The Exc (...)
  • 30 Chypre : pour la cathédrale de Kourion, S. Boyd, The Décorative Program of the Champlevé Revetment (...)
  • 31 Quelques témoignages ont été trouvés à Amathonte de Chypre, cf. BCH 114, 1990, p. 992-994 et fig. (...)
  • 32 Il s’agit certainement des colonnes du ciborium : R. M. Harrisson, Excavations at Saraçhane in Ist (...)

10Plus intéressantes sont les traces, sous l’inscription médiévale de l’ayasma, d’un motif décoratif sculpté en champlevé. Il est placé à l’extrémité gauche de la pierre, sous les quatre premières lettres de chacune des deux lignes de l’inscription. Malgré l’usure de la pierre, on remarque un cercle de 22 cm de diamètre, occupé par trois rangées concentriques de triangles disposés la pointe tournée vers le centre, dont la taille s’amenuise au fur et à mesure que l’on se rapproche du motif central. Malgré le mauvais état de la pierre, il semble possible de restituer une croix grecque (fig. 7 et 8). Les triangles présentent une surface irrégulière légèrement en creux qui avait été préparée pour recevoir un mastic coloré ; en effet, la sculpture est trop superficielle pour que l’on puisse supposer l’incrustation de pâte de verre. Les parallèles les plus proches sont fournis par des placages muraux protobyzantins mis au jour en Syrie dans l’église Sainte-Croix de Resafah /Sergiopolis22 et à Chypre23, dans les basiliques d’Ayios Philon à Carpasia24 et de l’acropole d’Amathonte25 (fig. 9). Les plaques de Resafah (79,5 x 78,5 cm) et d’Ayios Philon (45 x 46 cm) présentent, sur des surfaces de taille nettement différente, un décor construit exactement sur le même schéma : dix rangées de triangles concentriques alternativement sculptés en réserve sont inscrits dans un carré dont les écoinçons sont occupés par des demi-palmettes affrontées, tandis que la plaque de la basilique de l’acropole d’Amathonte, plus petite (35 x 25 cm) avec un motif de même diamètre qui celui d’Iznik, ne possède que quatre rangées de triangles cantonnées de fleurons. Ces exemples sont datés du milieu du vie s., pour le premier, et du ve s., pour les deux autres26. Cette technique du champlevé est attestée dès le iiie s. en Phrygie où elle resta présente pendant toute la période byzantine27, mais elle est surtout utilisée dans le bassin oriental de la Méditerranée aux ve- vie s28., principalement dans la région d’Antioche et Séleucie-de-Piérie29, à Chypre et en Syrie30. Curieusement ce goût pour les placages de marbre dont le décor, sculpté en aplat, était rehaussé de mastic rouge, vert ou noir pour les parties creuses, et parfois de feuilles d’or pour les surfaces en réserve31, n’est pas attesté en Bithynie ni à Constantinople où l’emploi de la polychromie en sculpture fait certes appel à la technique du champlevé, mais d’une toute autre manière, puisque le mastic fait place à des incrustations de pâte de verre et de pierres semi-précieuses (améthyste) qui tapissent des surfaces entières, comme, par exemple, les colonnes de l’église Saint-Polyeucte à Constantinople32

  • 33 Elle provient de l’église sud de Fenari Isa Camii et est datée du xe s., cf. N. Firatli, Catalogue (...)
  • 34 N. Firatli, Usak-Selçikler Kazisi ve Çevre Araştirmalari, 1966-1970, Türk Arkeoloji Der-gisi 19, 2 (...)

11À l’époque médiévale les exemples conservés montrent une inversion de la technique, les incrustations colorées se faisant sur les sujets représentés et non plus sur les fonds, désormais lisses. Ainsi Constantinople possède des spécimens de décor polychrome qui associent des marbres de différentes couleurs, comme la célèbre icône d’Eudoxie33, mais il s’agit davantage d’objets précieux que de décor architectural. En revanche, à la même époque la Phrygie livre de nombreux exemples de mobilier liturgique où la polychromie apparaît sous la forme d’inclusion de pâte de verre et d’incrustation de mastic coloré, qui sont très proches des techniques de l’orfèvrerie. Le plus bel exemple en est l’iconostase de la petite église de Sebastè-de-Phrygie /Selçikler (xe s.) dont l’architrave, les plaques et les dés de chancel montrent l’association des deux matières34.

  • 35 Cf. les exemples donnés par Firatli, Uşak-Selçikler (cité note précédente) : bustes en médaillon a (...)

12Le décor du bloc d’Iznik fait doublement problème, car les parallèles mentionnés plus haut concernent le motif décoratif, dont la datation est compatible avec les bornes chronologiques fournies par les deux autres états de la pierre : le ive s. pour l’inscription avec le chandelier et le milieu du ixe s. pour l’inscription de Michel III, mais en aucun cas avec la forme de son support. En effet ce motif, composé de cercles concentriques porteurs de rangées de triangles, n’apparaît que sur des placages muraux protobyzantins. Si l’on s’en tient aux dimensions de sa section (29 x 22 cm), sinon à sa longueur, le bloc pourrait avoir été utilisé comme pilier de chancel, mais celui-ci serait doté d’un décor sans parallèle dans la région, ni ailleurs. Certes la technique du champlevé est attestée sur ce type d’objets, mais ils font partie d’iconostases médiobyzantines et présentent un décor composé principalement de rubans entrelacés associés à des motifs animaliers, géométriques ou à des personnages35. L’esquisse d’une solution est peut-être à chercher dans l’origine géographique de ce motif, utilisé aux ve-vie s. dans une aire dont Chypre est le centre, et dont la diffusion aussi lointaine et atypique est peut-être à mettre en relation avec l’histoire de l’île.

  • 36 A. I. Dikigoropoulos, The Political Status of Cyprus A.D. 648-965. Report of the Department of Ant (...)
  • 37 J. Hackett, A History of the Orthodox Church of Cyprus, Londres 1901, p. 41-42.

13À la suite du traité de paix signé en 685 par Justinien II et le calife Abdalmaljik, les revenus de l’île de Chypre furent partagés entre les deux signataires36. En 692, l’empereur byzantin trouva un prétexte pour rompre le traité et transférer la population chypriote sur la côte sud de la Propondide. Cette situation s’accompagna de la fondation, près de Cyzique, d’une ville nouvelle, Nova Justinianopolis, siège de l’archevêque de Chypre qui continua d’y jouir des privilèges acquis par l’église chypriote lorsque, en 431, elle devint autocéphale37. Le déplacement ne dura guère plus de sept ans à l’issue desquels les Chypriotes regagnèrent leur île sans laisser de traces matériellement perceptibles de leur séjour. A moins que le bloc d’Iznik ne soit un souvenir fugitif de cet épisode. Le décor sculpté en champlevé appelle quelques commentaires : la réminiscence du schéma chypriote est évidente, quoique la qualité d’exécution soit moindre, le motif plus sommaire (trois cercles concentriques à comparer aux quatre de la plaque d’Amathonte et aux dix d’Ayios Philon et Resafah) et malhabile le découpage de l’espace sculpté. Cette baisse de qualité peut s’expliquer par le fait que ce décor aurait été exécuté au moins un siècle après la période de production du motif. De plus, il est utilisé de façon atypique sur un support inhabituel, puisqu’il n’est connu que sur des placages muraux. L’examen des deux autres faces du bloc aurait permis de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse de son identification comme pilier de chancel (présence d’une rainure d’encastrement sur la face contiguë, décor semblable sur la face opposée), ce qui est actuellement impossible car le bloc est pris dans la maçonnerie de l’ayasma.

14En tout cas, nous sommes en présence d’un bloc qui, entre le ive et le ixe s., fut tour à tour pierre tombale, si l’on suit la proposition de S. Sahin pour l’inscription juive, pilier de chancel au moment du transfert des Chypriotes dans la région, enfin inscription médio-byzantine maçonnée dans les remparts de la ville pour commémorer les travaux de Michel III. Outre les interprétations historiques et sociologiques que peut susciter l’apparition inopinée d’un motif décoratif étranger aux traditions locales – je veux parler du décor protobyzantin -, on est frappé par l’attitude économe de ceux qui ont, à trois reprises, sculpté ce bloc de marbre dans une ville renommée et presque voisine des carrières de Proconnèse.

Pl 1

Pl 1

Fig. 1. Vue générale de l’ayasma. Au centre, le bassin.

Fig 2. Vue générale du bloc

Pl III

Pl III

Fig. 3. Détail de l’inscription juive.

Pl IV

Pl IV

Fig. 4a. Inscription et chandelier.

Pl V

Pl V

Fig. 4b. Dessin du chandelier.

Fig. 5. Inscription byzantine.

Pl VII

Pl VII

Fig. 6. Inscription latine au revers de la plaque du musée d’Iznik (inv. 801).

Pl VIII

Pl VIII

Fig. 7. Face horizontale du bloc avec les deux états superposés.

Fig. 8. Dessin du motif protobyzantin (mis au point avec l’aide de J. Benoit et K. Berthier).

Pl IX

Pl IX

Fig. 9. Plaque de la basilique de l’accropole d’Amathonte à Chypre (cliché EFA n° L 70919, 3).

Notes

1 Cette étude a été entreprise à la suite de la mission de prospection de Bithynie effectuée en août 1994 sous la direction de J. Lefort et avec le soutien financier du CNRS (LA 186) et de la Commission des fouilles du Ministère des Affaires Étrangères.

2 Le monument de plan carré et couvert d’une coupole est accessible par un escalier de I 1 marches. Cf. A.-M. Schneider, Die römischen und byzantinischen Denkmäler von Iznik-Nicaea, Istanbuler Forschungen 16, Berlin 1943, p. 17 et fig. 12, 13 et 14, qui donne un plan, une coupe du monument et le dessin de l’un des blocs remployés dans le mur. Pour la localisation précise de l’ayasma, voir A.-M. Schneider et W. Karnapp, Die Stadtmauer von Iznik, Istanbuler Forschungen 9, Berlin 1938, n° 20 sur le plan de la ville.

3 Schneider, Denkmäler (cité note précédente), inscription n° 68, p. 36, avec une référence sans objet à l’ouvrage de A. Galanté consacré aux communautés juives contemporaines en Asie Mineure : Histoire des Juifs d’Anatolie, Istanbul 1939, vol. 2, p. 227. L’inscription est reprise par S. Sahin, Katalog der antiken Inschriften des Museums von Iznik (Nikaea), In-schriften grieschischer Städte aus Kleinasien, vol. 9, Bonn 1979, n° 615, sans illustration.

4 L’emploi d’ ἀγαθòν à la place de τροφὴν, de τῖ πασι au lieu de τη παση et enfin de έῶνα à la place de αιώνα a été signalé par Schneider et repris par J. et L. Robert, Bulletin Epigraphique 1946/47, n° 189, p. 351.

5 Il s’agit de la consécration du tabernacle peinte sur le mur occidental ; voir K. Weitzmann et H. L. Kessler, The Frescoes of the Doura Synagogue and Christian Art, Princeton 1990 (Dumbarton Oaks Studies 28), p. 66-67 et fig. 80. De nombreux exemples de menorah à pied articulé existent dans les mosaïques de pavements.

6 L. Yarden, The Tree of Light, Bristol 1971, p. 24 et fig. 88 (Priène) et fig. 89 (Sardes).

7 V. Sussman, Astragal Menorah on Clay Lamps, Qadmoniot 12, 3-4 (51-52), 1980, p. 120. Le chandelier est ici directement fixé au trépied. Je remercie E. Grabiner qui m’a communiqué cette information et l’a traduite.

8 S. Sahin en fait une pierre tombale : voir supra n. 3.

9 D. Barag, The Menorah in the Roman and Byzantine Periods, Bulletin of the Anglo-Israël Arehaeologial Survey 86, 1985, p. 45-47.

10 CIG 8671. Voir Schneider – Karnapp, Stadtmauer (cité supra n. 2), inscription n° 36, 3, p. 51-52, avec des dimensions erronées (longueur de 88 cm au lieu de 67 cm, hauteur des lettres de 10 cm au lieu de 9 cm) que reprend Sahin, Katalog (cité supra n. 3), n° 463, pl. XXVIII.

11 Cette inscription a été trouvée dans la cour d’une maison ; voir Schneider - Karnapp, Stadtmauer, n° 36, 2, p. 51. Elle aurait été trouvée entre les tours 88 et 97 des murailles, c’est-à-dire dans la partie occidentale des remparts qui longent le lac. Elle a été reprise par Sahin, Katalog, n° 462, et pl. XXVII. Elle est aujourd’hui assez fortement endommagée à l’angle inférieur gauche.

12 CIG 8669. Cette inscription était remployée dans le sol du diakonikon de l’église de la Koimésis. Cf. Schneider - Karnapp, Stadtmauer, n° 36, 4, p. 52, qui donnent la liste des voyageurs et savants qui l’ont vue : Lubenau, Fellows, Pococke, Papadopoulos, Diehl et Grégoire. Voir en dernier Sahin, Katalog, n° 460, pl. XXVII.

13 Celle-ci a été trouvée en face du théâtre, provenant des murs de la ville. Cf. Schneider -KarnappStadtmauer, n° 36, 1, p. 51 et pl. 51 (à signaler des dimensions fantaisistes). Voir Sahin, Katalog, n° 461, pl. XXVII.

14 Grégoire, Byz. 4, 1927-28, p. 446, rectifie la lecture de l’an du monde proposée par le CIG et, dans sa note 1, met en relation les différentes inscriptions trouvées dans la ville.

15 Ce journal est conservé au British Museum, manuscrit Add. 22.914. La partie consacrée à la ville d’Iznik avait été éditée par J. RABY, A Seventh Century Description of Iznik-Nicaea, Istanbuler Mitteilungen 26, 1976, p. 149-188. Le texte vient d’être en grande partie établi, traduit et annoté par J.-P. Grélois, Dr John Covel, Voyages en Turquie, 1675-1677, Paris 1997.

16 Cf. Raby, Description (cité note précédente), p. 156 et 157 et commentaire p. 179 et 180 et Grélois, John Covel (cité note précédente), p. 286 (fac-similé de l’inscription inv. 810) et p. 284 (fac-similé de l’inscription inv. 1546).

17 Est conservée la moitié gauche de trois des cinq lignes de l’inscription.

18 Elle est conservée dans le dépôt du musée. Schneider, Denkmäler, n° 66, p. 36 et Sahin, Katalog, n° 465, et pl. XXVIII, ont omis de signaler le revers de la pierre.

19 Le mot transitor, « celui qui traverse », « passant », « émigrant », est attesté tardivement : chez Ammien Marcellin (S.S. Gen, 14, 13, ap. Hier. Ou. Hebr. Gen., p. 22, 23 ; 23, 19 (M.C. 1010A) ; in Is., 1, 19, 18 ; Augustin, sermo, 90, 4 (mai) ; cf. A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Turnhout 1954.

20 A moins d’admettre un décor excentré, on peut supposer que le motif était répété sous toute l’inscription.

21 Inscriptions avec des palmes gravées : Inscriptiones Christianae Urbis Romae, Novae Series 1, n° 2679, p. 336 ; ICUR, NS4, n° 10015, p. 97 et pl. VIII, 4, inscriptions du cimetière de Calliste, n° 10994, p. 241, nos 10794, 12510 ; inscriptions avec des couronnes incisées : ibid., NS 1, n° 141, p. 18 (hypogée de Sainte-Cécile), ibid., NS 4, nos 10395 et 10794 (inscriptions du cimetière de Calliste). Je remercie chaleureusement Elisabeth Paoli à qui je dois ces renseignements.

22 Cf. Th. Ulbert, Die Basilika des Heiligen Kreuzes in Resafah-Sergiupolis, Mayence 1986, pl. 60 et p. 67.

23 Un motif semblable est signalé dans la basilique de la Campanopétra (vie s.) de Salamine : cf. Ch. Delvoye, L’art paléochrétien de Chypre, Actes du XVe Congrès International des Etudes Byzantines, Athènes 1976, p. 37 et n. 122.

24 J. Du Plat Taylor, A. H. S. Megaw, Excavations at Ayios Philon, the Ancient Carpasia. II, The Early Christian Buildings, Report of the Departement of Antiquities, Cyprus, 1981, pl. XLI, 6 et p. 237. La plaque est aujourd’hui exposée au musée médiéval de Limassol.

25 Ce petit panneau était remployé avec d’autres au décor différent dans le pavement en opus sectile placé devant l’abside de la première annexe nord : cf. A. Pralong, J.-M. Saulnier, La Basilique, dans le Rapport sur les travaux de l’École française d’Athènes à Amathonte de Chypre en 1985, BCH 110, 1986, fig. 29, p. 895. Quelques panneaux débités en hexagones allongés ont été retrouvés lors de la dépose de l’opus sectile de la nef centrale, cf. A. Pralong, Dépose de l’opus sectile et des placages muraux, BCH 115, 1991, fig. 18, p. 763.

26 La plaque d’Ayios Philon provient du baptistère et appartiendrait à un premier état du monument, daté du début du ve s., cf. Du Plat Taylor - Megaw, Excavations (cité supra n. 24), p. 237. Pour Amathonte, il s’agit certainement du remploi d’un élément du décor du temple transformé en église au ve s. avant que celui-ci ne soit utilisé comme carrière lors de l’édification, au vie-viie s., de la basilique, cf. A. Pralong, La basilique de l’acropole d’Amathonte et la fin de l’Antiquité, The Sweet Land of Cyprus, Symposium of Byzantine Studies (Birmingham 1991), Nicosie 1993, p. 429.

27 Des fragments de placages muraux ont été trouvés dans le temple de Zeus à Aizanoi (Phrygie), T. Dohrn, Crustae, Römische Mitteilungen 72, 1975, p. 137, pl. 58, 2, 1 ; 59, 2, 1 et 2. Pour la période protobyzantine, voir dans Th. Ulbert, Byzantinische Reliefplatten des 6. bis 8. Jahrhunderts, Istanbuler Mitteilungen 19/20, 1969/1970, les décors animés sculptés sur le pourtour de plaques de chancel (cat. n° 22) et de parapets d’ambons (cat. n° 6 et n° 23), conservés au musée d’Afyon Karahisar, p. 341 et 354 et pl. 65, 1 et 68, 1 et 2. Pour la période suivante, la plus florissante, voir infra n. 34.

28 C. Metzger, Exemples d’iconographie de mosaïque appliquée à la sculpture. A propos de deux plaques à décor « champlevé » du Musée du Louvre, MEFRA 92/1, 1980, p. 545-561 ; inv. Ma 3679 = chapiteau de pilastre décoré du Trône Vide gardé par des anges, p. 547-553, et fig. 2 et 13 ; inv. Ma 3427 = chapiteau de pilastre avec saint Léontios de Tripoli, p. 553-557, et fig. 11 et 14.

29 R. Stilwell, Catalogue of Sculptures, dans R. Stilwell (éd.), Antioch-on-the-Orontes. III, The Excavations 1937-1939, Princeton 1943, pl. 13, 19-29 et 43.

30 Chypre : pour la cathédrale de Kourion, S. Boyd, The Décorative Program of the Champlevé Revetments from the Episcopal Basilica at Kourion in Cyprus, Actes du XIe Congrès International d’Archéologie Chrétienne, Lyon, Vienne, Grenoble, Genève et Aoste (21-28 septembre 1986), Rome 1989, p. 1823-1840 ; pour Amathonte, voir A. Pralong, La basilique de l’acropole d’Amathonte (Chypre), Rivista d’Archeologia Cristiana 70, 1994, p. 446-449 et fig. 17 et 18, p. 447 et 448. - Syrie : pour Resafah, cf. supra n. 21. Signalons le matériel de Qalat Seman en cours de publication par J.-P. Sodini.

31 Quelques témoignages ont été trouvés à Amathonte de Chypre, cf. BCH 114, 1990, p. 992-994 et fig. 9 et 10.

32 Il s’agit certainement des colonnes du ciborium : R. M. Harrisson, Excavations at Saraçhane in Istanbul, 1, Princeton 1986, catalogue p. 129-130, fig. 138-140 : la surface des colonnes est tapissée de rangées de carrés inscrits dans des hexagones alternant avec des rangées de carrés. Les carrés sont en améthyste, les hexagones en pâte de verre verte, et les bordures sont en or.

33 Elle provient de l’église sud de Fenari Isa Camii et est datée du xe s., cf. N. Firatli, Catalogue des sculptures byzantines figurées du musée archéologique d’Istanbul, Paris 1990, catalogue n° 389, p. 186 et pl. 112.

34 N. Firatli, Usak-Selçikler Kazisi ve Çevre Araştirmalari, 1966-1970, Türk Arkeoloji Der-gisi 19, 2, 1972 – pour l’architrave : catalogue A, n° 1, p. 116 et fig. 32-36, p. 138-139 ; – pour les plaques de parapet : catalogue A, n° 8, p. 116 et fig. 29-30, p. 136 ; – pour les dés de chancel : catalogue A, nos4 et 5, p. 116 et fig. 27-28, p. 135, catalogue B, nos6 et 7, p. 117 et fig. 37-39, p. 140. L’inscription qui court le long de l’architrave de Selçikler a été datée entre 976 et 1025 par Cl. Barsanti, Scultura anatolica di epoca mediobizantina, Milion 1, 1986, p. 292-293 et pl. XI, 1. Voir la notice sur le site dans K. Belke, N. Mersich, Phrygien und Pisidien, Vienne 1990 (T.I.B. 7), p. 376-378.

35 Cf. les exemples donnés par Firatli, Uşak-Selçikler (cité note précédente) : bustes en médaillon au-dessus de cercles imbriqués à Sébastè-Selçikler, fig. 27-28, p. 135 ; – animaux : griffons, sémourvs, oiseaux inscrits dans des cercles, fig. 37-39, p. 140 ; – oiseaux dans un nid : fig. 44, p. 143 et cat. n° 10, p. 117 ; – agneau et paon inscrits dans des rectangles (village de Selçikler) : fig. 45, p. 144, et cat. n° 12, p. 118.

36 A. I. Dikigoropoulos, The Political Status of Cyprus A.D. 648-965. Report of the Department of Antiquities (Cyprus), 1940-1948, Nicosie 1958, p. 99-100 et surtout η. 37 et 38. R. J. H. Jenkins, Cyprus between Byzantium and Islam A.D. 685-965, Studies Presented to DM. Robinson, II, St. Louis 1953, p. 1006-1014 (= Studies on Byzantine History of the 9th and 10th Centuries, Londres 1970, XXII). C. Head, Justinian II of Byzantium, Madison 1972, p. 46, évoque rapidement cet épisode. Voir aussi G. HILL, A History of Cyprus, I, Cambridge 1972, p. 287-289 et R.Browning, Byzantium and Islam in Cyprus in the Early Middle Ages, Έτκτηρίς τοῦ Κέντρου ’Επιστημονικῶν Σπουδῶν 9, Nicosie 1977-1979, p. 110 (= History, Language and Literacy in the Byzantine World, Londres 1989, III).

37 J. Hackett, A History of the Orthodox Church of Cyprus, Londres 1901, p. 41-42.

Table des illustrations

Titre Pl 1
Légende Fig. 1. Vue générale de l’ayasma. Au centre, le bassin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Fig 2. Vue générale du bloc
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Pl III
Légende Fig. 3. Détail de l’inscription juive.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Pl IV
Légende Fig. 4a. Inscription et chandelier.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Pl V
Légende Fig. 4b. Dessin du chandelier.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Fig. 5. Inscription byzantine.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Pl VII
Légende Fig. 6. Inscription latine au revers de la plaque du musée d’Iznik (inv. 801).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Pl VIII
Légende Fig. 7. Face horizontale du bloc avec les deux états superposés.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 8. Dessin du motif protobyzantin (mis au point avec l’aide de J. Benoit et K. Berthier).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 797k
Titre Pl IX
Légende Fig. 9. Plaque de la basilique de l’accropole d’Amathonte à Chypre (cliché EFA n° L 70919, 3).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4303/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search