Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

À propos de la première occupation byzantine de la Bulgarie (971 - ca 986)*

Nicolas Oikonomidès

Texte intégral

  • * Dans ce qui suit nous utilisons les abréviations suivantes :
    DOSeals: J. Nesbitt, N. Oikonomides, C (...)

1La campagne de Jean Tzimiskès contre les Russes en 971 eut pour résultat l’abolition du royaume bulgare et l’occupation par les Byzantins de la partie orientale de la Bulgarie. Mais les sources narratives, qui décrivent ces opérations sur un ton épique, arrêtent leur récit avec le triomphe que l’empereur organisa à son retour à Constantinople. Il n’est plus question de ce qui s’est passé dans les territoires conquis. Nous apprenons seulement que les trois villes les plus importantes de la Bulgarie orientale, Pliska, la Grande Preslav et la Petite Preslav, furent reconquises par les Byzantins en l’an 1000, ce qui montre qu’entre-temps la domination bulgare y fut restaurée, sans doute à la suite de la grande défaite de Basile II dans les plaines de Sofia en 986. Mais nous ne savons quand après cette défaite.

  • 1 Plusieurs études sur le sujet ont paru, fondées sur des publications provisoires du même matériel. (...)

2Nous avons maintenant une documentation nouvelle et très importante au sujet de l’administration byzantine dans les territoires occupés après 971 : les archéologues bulgares ont découvert et fouillé les ruines d’un bâtiment qui semble avoir servi de siège au stratège byzantin de Preslav pendant l’occupation de la ville par les forces impériales. Plus de sept cents sceaux de plomb y ont été découverts ; ils nous renseignent sur la situation qui y prévalait, mais présentent aussi des problèmes d’interprétation1.

3La trouvaille des sceaux de Preslav nous est maintenant bien connue grâce à la publication d’Ivan Jordanov (J) ; elle se rapporte principalement à trois périodes chronologiques : 971-ca 986, la première occupation byzantine ; 1000-ca 1050, la deuxième occupation byzantine, jusqu’à l’invasion des Petchénègues ; ca 1060-ca 1088, de la reprise byzantine jusqu’à la deuxième occupation par les Petchénègues, qui suivit leur victoire à Dristra en 1087. En effet, le site fut définitivement abandonné vers cette date. La distinction entre les pièces appartenant aux trois périodes peut se faire avec assez de précision grâce à des critères stylistiques, mais aussi à des critères historiques.

4Il faut d’abord noter la présence de quelques pièces certainement antérieures à l’arrivée des Byzantins en 971 : on y a découvert un sceau du tsar bulgare Pierre (927-969) ainsi que deux sceaux du protovestiaire Théophane, datés avec certitude entre 927 et 934 (J 1, 37-38). Il semblerait donc que le bâtiment ait eu un usage administratif au temps du royaume bulgare et ait reçu des correspondances officielles. Car le protovestiaire Théophane, confident de l’empereur Romain Ier Lécapène, joua un rôle de premier plan lors du mariage de Pierre de Bulgarie avec la petite-fille de Romain Lécapène en 927. Mais il ne semble pas y avoir d’autres sceaux qu’on puisse attribuer avec certitude à la période précédant 971.

5Il reste quelques vestiges sigillographiques du passage de Jean Tzimiskès à Preslav. Je pense aux employés du palais, dont le service ne pouvait s’exercer loin de leur souverain. Par exemple, l’atriklinès Euphémios (J 11-14), qui avait pour charge principale de faire respecter l’ordre de préséance aux banquets impériaux ; ou le nipsistarios Nikètas (J 20), dont la fonction était d’assister l’empereur pendant ses ablutions : tous les deux précisent sur leurs sceaux, qui datent justement des dernières décennies du xe s., qu’ils étaient attachés au service personnel de l’empereur (τοῦ φιλοχρίστου δεσπότου).

  • 2 Listes, p. 255-277.
  • 3 j 208-214. Un autre stratège de Béroè, Joseph protospathaire épi tou chrysotriklinou, est connu pa (...)
  • 4 j 220, 221, 221a et 221b, p. 231-232.
  • 5 Jean Skylitzès, éd. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5), p. 343.

6Mais nous disposons aussi d’un matériel plus intéressant pour notre enquête, parce qu’il se rapporte à l’administration provinciale. Nous retrouvons à Preslav les sceaux de plusieurs stratèges provinciaux, dont les commandements apparaissent pour la première fois (et, parfois, seulement là) dans le taktikon de l’Escorial, liste de préséance datable entre 971 et 9752. Jordanov publie notamment : sept sceaux du protospathaire Andronic, stratège de Béroè, c’est-à-dire de l’actuelle Stara Zagora3 ; quatre sceaux du protospathaire Isaakios, stratège de Drougoubiteia4 ; six sceaux du protospathaire Stéphane, stratège du Nouveau Strymon (J 283-288). Le premier, au sud-ouest de Preslav, se trouvait sur le territoire bulgare nouvellement conquis et est représenté par plusieurs sceaux, qui ont tous appartenu à la même personne. Les deux autres, bien plus à l’ouest, se situaient en territoire byzantin sur la frontière byzantino-bulgare traditionnelle ; la présence de sceaux de leurs stratèges à Preslav serait due à un déplacement de troupes plutôt qu’à une correspondance régulière : Drougoubiteia et le Nouveau Strymon seraient administrativement liés à Thessalonique plutôt qu’à Preslav ou la Thrace. À ceux-ci s’ajoute le sceau d’un stratège de Philippoupolis, Constantin Pétros (J321), dont le poste a dû être créé après la rédaction du taktikon de l’Escorial et avant 986. Un stratège de Philippoupolis est pour la première fois attesté dans les sources narratives en 9975.

7Mais les sceaux qui présentent le plus d’intérêt sont ceux des unités administratives byzantines créées dans la partie orientale du royaume bulgare. Nous connaissons les commandements de stratèges ou de ducs suivants :

a) Preslav-Iôannoupolis

  • 6 Léon Le Diacre, éd. Bonn, p. 138 ; Skylitzès, p. 298.
  • 7 J’ai étudié les sceaux émis par Léon Sarakènopoulos et les boullôtèria qu’il a utilisés dans : The (...)

8Ce fut la capitale bulgare qui, pendant quelque temps, a porté deux noms. Preslav fut appelée I(ô)annoupolis par Jean Tzimiskès en 9716. En effet, le taktikon de l’Escorial mentionne un stratège de Thrace et d’Iannoupolis (Listes, p. 265, 1. 9), combinaison de commandements attestée par plusieurs sceaux de Preslav avec la même forme populaire du nom, Iannoupolis au lieu de Iôannoupolis : nous connaissons quatre stratèges de Thrace et Iannoupolis, Nicéphore Xiphias (J 250, un sceau), Staurakios (J 249, un sceau), Théophane (J 245-248, quatre sceaux) et Léon Sarakènopoulos (J 239-244, six sceaux, provenant de quatre boullôtèria différents7, ce qui montre que Léon occupa longtemps ce poste). Nous avons aussi deux stratèges d’Iannoupolis seule, les protospathaires Pierre (J 257-258, deux sceaux) et Katakalon (J 252-256, cinq sceaux). En outre, nous verrons plus loin les sceaux de Léon Sarakènopoulos qui combinait le commandement d’Iôannoupolis avec celui de Dorostolon. Autrement dit, pour une période de quinze à dix-sept ans, nous connaissons les noms de sept stratèges de la ville, donc nous avons la liste quasi complète des gouverneurs byzantins de Preslav lors de sa première occupation byzantine.

  • 8 Constantin VII Porphyrogénète, De Caerimoniis aulae byzantinae, éd. Bonn, p. 652, 655, 660, 666.
  • 9 L’étendue géographique du thème est connue grâce au Livre des Thèmes de Constantin VII Porphyrogén (...)

9En se fondant sur cette documentation, il est important de mieux comprendre ce que signifie la définition d’un commandement par deux noms géographiques. Dans le cas présent, on se demandera que signifie le titre de stratège de Thrace et d’Iôannoupolis et ce d’autant plus que quelques sceaux de stratèges de Thrace seule furent bel et bien découverts à Preslav : deux sceaux du patrice Basile Argyros (J 232, 233) et trois du protospathaire Isaakios (J 234-236). Le thème byzantin de Thrace est bien attesté dès la fin du viie s. Au xe s., la Thrace disposait de quatre régiments mobiles de scholarioi, qui étaient disponibles pour des campagnes au loin8. Le thème s’étendait en Thrace orientale, à l’ouest du long mur d’Anastase (qui suivait grosso modo la ligne Çatalca-Derkoz) jusqu’aux environs d’Andrinople (qui appartenait au thème de Macédoine) et jusqu’à Debeltos sur la frontière bulgare9. Il était donc passablement éloigné de Preslav. Faut-il penser, comme le font la plupart des savants qui se sont occupés de la question, qu’il y a eu fusion des deux commandements, et que Byzance créa une stratégie qui allait des environs de Constantinople jusqu’à l’Haemus et, plus tard, jusqu’au Danube ?

10Je crois qu’il y a sur ce point un certain malentendu, parce que nos interprétations partent du principe que le stratège d’un thème exerçait les pouvoirs civil et militaire à l’intérieur de sa province. Ceci est vrai, mais dans ce travail il était secondé par plusieurs fonctionnaires civils, alors que lui-même était avant tout un militaire : le stratège était le commandant en chef de l’armée de son thème.

11Pour parler d’une fusion de deux circonscriptions administratives, il faudrait, pour des raisons pratiques, qu’elles soient contiguës. Ceci se vérifie toujours lorsque l’administration civile de deux provinces concernant la collecte des impôts et la justice, est placée entre les mains d’un fonctionnaire. C’est le cas bien connu des juges de l’Hellade et du Péloponnèse. Mais ceci n’est pas nécessairement vrai lorsqu’il s’agit de commandements militaires. Je m’explique en apportant des exemples :

  • 10 J. Lefort, N. Oikonomidès, D. Papachryssanthou, H. Métrévéli, Actes d’Iviron I, Paris 1985, n° 8.

12En septembre 995, un privilège fut délivré au monastère athonite d’Iviron par le patrice Jean Chaldos, duc des Arméniaques, des Bucellaires et de Thessalonique10. En réalité, Jean Chaldos était duc de Thessalonique, mais comme il devait défendre la ville contre les attaques des Bulgares de Samuel (lors d’une telle attaque, il sera lui-même fait prisonnier en 996), il avait reçu en renforts les contingents militaires de deux thèmes d’Asie Mineure. D’où sa titulature, qui ne pouvait naturellement pas correspondre à des devoirs administratifs, pour des raisons géographiques évidentes.

  • 11 DOSeals, nos 1.3.3, 1.3.4, 1.5.22.

13L’exemple de Jean Chaldos est éloquent. Il peut être appuyé par une série d’autres exemples. Ainsi, nous disposons des sceaux de Pothos stratège de l’Hellade et de la Sicile, de Syméon stratège de Céphalonie et de Longobardie, et de Théodose stratège de Céphalonie et de Longobardie11. On trouvera des exemples mieux documentés de cette pratique dans la prosopographie des gouverneurs byzantins d’Italie :

14Nicéphore Phokas monostratègos des thèmes d’Occident, à savoir Thrace, Macédoine, Céphalonie, Longobardie, Calabre, conduisait des opérations en Italie en 885-886 ;

15Symbatikios stratigos Macedonie, Tracie, Cephalonie atque Longobardie conduisait des opérations à Benevento en 891 et 892 ;

  • 12 V. Von Falkenhausen, La dominazione bizantina nell’Italia meridionale dal ix all’xi secolo, Bari 1 (...)

16Georges stratigos Cephalonie atque Longobardie conduisait aussi des opérations à Benevento en 892-89412.

17Dans tous les cas qui précèdent, il est clair qu’il ne peut s’agir que de combinaisons de commandements militaires, décidées en vue de certaines opérations bien précises. De plus, il ressort aussi à l’évidence, que l’endroit où les opérations en question sont conduites, est celui qui est mentionné le dernier dans l’énumération des commandements.

18Autrement dit, à la lumière des exemples ci-dessus, les sceaux de Preslav signifient que l’armée de Thrace était placée sous les ordres du stratège d’Iôannoupolis/Preslav pendant une période assez longue, puisque au moins quatre titulaires se sont remplacés à ce poste. Cette situation de mobilisation pour protéger Iôannoupolis, est aussi attestée dans le taktikon de l’Escoriai.

b) La Mésopotamie de l’Occident

  • 13 N. Oikonomidès, Recherches sur l’histoire du Bas-Danube aux x-xie siècles : la Mésopotamie de l’Oc (...)

19Le taktikon de l’Escoriai mentionne aussi un stratège de la Mésopotamie de l’Occident (Listes, p. 296, 1. 16) ; il cite encore un katépano de Mésopotamie (Listes, p. 263, 1. 31), qui aurait été, à mon avis, le commandant de la cavalerie lourde des tagmata stationnée dans la même région que le stratège de la Mésopotamie de l’Occident ; et j’ai proposé de placer ce commandement mésopotamien dans la région du Bas-Danube, sur la rive gauche, ou dans les îles fortifiées sises dans le cours du fleuve, ou dans la région du delta13. Cette localisation générale a été confirmée par la découverte à Preslav de deux sceaux ayant appartenu à Damien Dobromir, anthypatos, patrice et duc de Thrace et de Mésopotamie pendant la première occupation byzantine de Preslav (J 237, 238). C’était certainement un Slave, probablement bulgare, un collaborateur des Byzantins qui s’était vu confier un poste de responsabilité par l’empereur, sans doute parce que ses adversaires potentiels n’étaient pas les Bulgares - je suppose que ses adversaires étaient des Russes, et, par conséquent, j’aurais tendance à dater ces sceaux en 971 ou tout de suite après ; une date plutôt haute expliquerait aussi le petit nombre de sceaux conservés de ce commandement.

  • 14 L’équivalence en substance des titres de duc et de katépano aux xe/xie s. a été soutenue par H. Ah (...)

20Ces deux plombs trouvés à Preslav fournissent donc deux informations : 1°) qu’un commandant de la Mésopotamie de l’Occident portait le titre de duc, donc un titre de même niveau que celui de katépano14, qui est attesté dans le taktikon de l’Escorial, et avec les mêmes attributions que celui-ci, le commandement de la cavalerie des tagmata ; 2°) que pendant une certaine période, à une époque où les Byzantins étaient menacés par un ennemi autre que les Bulgares, probablement les Russes (donc en 971 ou peu après), l’armée de Thrace fut assignée à appuyer les troupes de la Mésopotamie de l’Occident.

21Il semblerait que le commandement de la Mésopotamie de l’Occident n’ait pas duré longtemps, car il n’est pas attesté ailleurs. Il ne semble pas avoir survécu au retour de Samuel en Bulgarie orientale. S’il se trouvait effectivement près du delta du Danube, il a pu être remplacé, lors de la deuxième occupation byzantine (après l’an 1000), par le commandement byzantin de Preslavitza, la Petite Preslav (Prislavica/Nufârul) au delta du Danube : les sceaux de stratèges de Preslavitza postérieurs à l’an 1000 ont été retrouvés en nombre considérable à Preslav (J 304-312).

  • 15 Les choses se présentent d’une manière encore plus compliquée : le sceau d’un ek prosopou de Mésop (...)

22Tout ceci serait tout à fait clair si l’on n’y avait pas trouvé un autre sceau du xie s. ayant appartenu à un certain Michel ( ?) vestarchès et katépano de Mésopotamie (J 282). L’éditeur attribue cette pièce à la Mésopotamie d’Orient et explique sa présence à Preslav par un échange de correspondance. Je crois cette attribution acceptable, étant donné que le terme Mésopotamie n’apparaît pas dans les Balkans pendant le siècle qui sépare les sceaux de Damien Dobromir de celui de Michel : acceptable mais pas certaine15.

c) Dorostolon /Dristra

  • 16 Cf. Tăpkova-zaimova, L’administration (cité supra n. 1), p. 97-98.

23Le stratège de Dristra est attesté dans le taktikon de l’Escorial (Listes, p. 269, 1. 9). Les sceaux de plusieurs stratèges furent découverts à Preslav : un spécimen d’Arkadios, stratège de Dorostolon (J 217), deux de Pierre, stratège de Dristra (J218, 219), deux de Léon Sarakènopoulos, stratège de Dorostolon (J215, 216), et vingt de Léon Sarakènopoulos, stratège de Iôannoupolis et Dorostolon (J 259-277, et 271a de la p. 232). Je ne tiens pas compte ici du sceau de David, stratège de Thrace et Dristra, trouvé à Silistra, parce qu’il semble postérieur à la reconquête byzantine de l’an 100016

  • 17 Studies in Byzantine Sigillography 1, 1987, p. 98.

24Il faut noter ici que ce nombre très élevé des sceaux de Léon Sarakènopoulos provient de deux boullôtèria seulement (en fait d’un boullôtèrion, dont on a dû changer une des matrices, sans doute parce qu’elle était usée) ; ils attestent donc un mandat qui a certainement duré moins longtemps que celui de Thrace et Iôannoupolis, pendant lequel Léon utilisa au moins quatre boullôtèria17. Le nombre élevé de sceaux qui nous est conservé pourrait s’expliquer seulement si nous supposons que les lettres envoyées par Léon Sarakènopoulos en tant que stratège de Iôannoupolis et Dorostolon sont arrivées au quartier général de Preslav relativement peu de temps avant son abandon par les Byzantins.

  • 18 Il faut admettre que la chute de Preslav a dû avoir lieu quelque temps plus tard, puisque Léon Sar (...)

25Autrement dit, nous supposons que Léon Sarakènopoulos, établi à Preslav, devint stratège de Thrace et Iôannoupolis, poste qu’il occupa pendant longtemps, puis qu’il fut nommé stratège de Dorostolon seul, et que, plus tard, il assura en plus le commandement des troupes de Preslav. Plus tard encore la domination byzantine prit fin en Bulgarie orientale18.

d) Théodôroupolis

  • 19 Léon Le Diacre, p. 158 : τό τε Δορύστολν Θεοδζρούπολιν ἐπ’ ὀνόματι τοῦ στρατηλάτου καὶ μάρτυρος Θε (...)
  • 20 Jean Skylitzès, p. 309 : τὸν ναόν, ἐν ὧ τὸ θεῖον ἀπόκειται σῶμα ἐκ βάθρων κατα-βαλὼν μέγαν τε καὶ (...)
  • 21 I. Jordanov, Koj bŭlgarski grad e bil narečen Teodoropol ?, Vekove 1983/1, p. 58-62. Cf. Tăpkova-Z (...)
  • 22 P. Diaconu, Où se trouvait Théodoroupolis, nom consigné sur certains sceaux de la Grande Preslav ? (...)
  • 23 L’actuel Çorum, cf. mes remarques dans : Le dédoublement de saint Théodore et les villes d’Euchaït (...)
  • 24 J.-Cl. Cheynet, C. Morrisson, Lieux de trouvaille et circulation des sceaux, Studies in Byzantine (...)

26Nous avons quatre sceaux ayant appartenu à Sisinnios, protospathaire impérial et katépano de Théodôroupolis (J 228-231). Ce commandement ne nous est pas connu par ailleurs ; mais le nom de Théodôroupolis s’explique grâce aux récits des historiens grecs qui parlent de la campagne de Jean Tzimiskès en Bulgarie ; ils mentionnent que l’armée byzantine bénéficia de l’appui miraculeux de saint Théodore le Stratélate lors des combats contre les Russes et que l’empereur a voulu remercier le saint. Mais à partir de ce point les récits divergent : selon Léon le Diacre, qui écrivait au xe siècle, Tzimiskès donna le nom de Théodôroupolis à la ville de Dorostolon, où il laissa une importante garnison19; selon Skylitzès, qui écrivait à la fin du xie siècle, l’empereur aurait reconstruit, agrandi et embelli l’église où se trouvait la dépouille de saint Théodore le Stratélate, l’aurait dotée de belles propriétés, et aurait changé le nom de la ville où elle se trouvait d’Euchaneia en Théodôroupolis20. Cette divergence a donc donné lieu à des discussions à l’occasion de la découverte des sceaux de Preslav. I. Jordanov21 a proposé d’identifier Théodôroupolis avec la Petite Preslav et cette identification a été acceptée par certains savants bulgares qui ont toutefois exprimé par la suite des réserves. En revanche, P. Diaconu22 a préféré suivre la version de Skylitzès et placer le commandement du katépano Sisinnios à Euchaneia d’Asie Mineure23, sans être gêné par le fait que les sceaux aient été découverts à Preslav. Je pense que le principe de la territorialité, dont la validité pour les trouvailles sigillographiques vient d’être démontrée24, doit être appliqué ici. 11 n’y a pas de doute, à mon avis, que le katépano de Théodôroupolis doive être cherché en Bulgarie. D’ailleurs, les renseignements fournis par les historiens byzantins ne sont pas nécessairement contradictoires et peuvent être conciliés sans rejeter une des versions comme apocryphe. À mon avis, il est plus probable que Jean Tzimiskès ait donné, tout de suite après la victoire, le nom de Théodôroupolis à la ville de Dorostolon, dont le nom contenait déjà le phonème doro- comme le nom de Théodôros ; de ce moment-là datent les sceaux de Sisinnios. Par la suite, une fois rentré à Constantinople, il a décidé d’amplifier son programme et commandé les nouvelles constructions et la nouvelle appellation pour Euchaneia, alors que le nom de Théodôroupolis était abandonné pour Dorostolon. Autrement dit, je pense que Sisinnios fut le premier commandant byzantin de Dorostolon en 971 ; et que le nom traditionnel de la ville, Dristra ou Dorostolon, revint en usage peu de temps après, sous tous ses successeurs, et en tout cas avant 975 (date de la rédaction du taktikon de l’Escorial).

e) La présence byzantine à Preslav

  • 25 Studies in Byzantine Sigillography 1, 1987, p. 102.

27J’ai déjà soutenu que la plupart des sceaux de Preslav datant de la première domination byzantine doit provenir d’une archive, que les Byzantins ont abandonnée en toute hâte peu après 98 625. Quelques-unes des pièces trouvées (nous ne savons pas lesquelles) appartenaient sans doute à la correspondance courante ; mais celles-ci étaient peu nombreuses. Il est évident que le gros du fonds couvre toute la période de 971 jusqu’à la reprise de Preslav par les Bulgares. Par ailleurs, on peut supposer que les sceaux conservés en nombre élevé doivent provenir de fonctionnaires en service peu avant la date d’abandon du bâtiment par les Byzantins. Le cas de Léon Sarakènopoulos, stratège d’Iôannoupolis et Dorostolon, est, me semble-t-il, éloquent.

28Or, une archive est importante non seulement pour ce qu’elle contient, mais aussi pour ce qu’elle ne contient pas.

29Le bâtiment dans lequel les sceaux ont été découverts avait jadis appartenu à une administration bulgare et fut ensuite occupé par l’armée byzantine. Ceci expliquerait le nombre élevé de sceaux de militaires de l’administration provinciale qui y ont été découverts. En revanche, on est frappé par l’absence totale de sceaux de fonctionnaires civils, par exemple de juges ou de protonotaires ou d’anagrapheis, avec mandat à Preslav ou en Bulgarie orientale. On dirait que les régions conquises en 971, bien que commandées par des stratèges et des ducs, n’ont pas reçu une administration civile comparable à celle des autres thèmes - en tout cas nous n’en avons aucune trace sigillographique.

  • 26 BZ 2, 1893, p. 44-45.

30La hiérarchie ecclésiastique est également peu présente à Preslav. Pour la période qui nous intéresse, 971-ca 986, on trouve une dizaine de sceaux de clercs constantinopolitains (J 377-386), qui pourraient bien être membres du clergé qui accompagnait l’armée. On trouve deux sceaux d’archevêques qui viennent de loin, de Mésembria et de Brysis (J 387, 390-393) et, surtout, un seul sceau de Stéphane, théophilestatos, métropolite d’Iôannoupolis, donc d’un métropolite de Preslav, installé dans la ville après sa prise par Jean Tzimiskès, et probablement soumis directement au patriarcat de Constantinople. Il y a donc eu des autorités ecclésiastiques locales, mais sans doute fut-ce pour un temps limité, puisque cette métropole d’Iôannoupolis n’apparaît dans aucune des notitiae episcopatuum connues, et qu’un seul sceau du métropolite est conservé dans les archives du stratège ; le contraste est frappant : 1 sceau de métropolite de Preslav comparé à 41 de stratèges de la même ville, c’est une différence qui s’explique mal, même si l’on pense au caractère militaire du bâtiment. On se demandera combien de temps ce Stéphane est resté en poste et s’il a jamais eu de successeur. Après tout, nous savons que lors de l’invasion byzantine en Bulgarie, les archevêques/patriarches bulgares ont dû fuir de Dristra à Sofia et de là, à l’époque de l’apogée de l’État de Samuel, à Vodéna et à Moglaina avant de finir à Ohrid26. Une église d’obédience constantinopolitaine, installée au lendemain de la conquête à Preslav, avait peu de chances d’avoir du succès auprès des populations bulgares. Et elle ne concernait pas les soldats byzantins, qui avaient leur propre clergé et leur propre hiérarchie ecclésiastique.

  • 27 DOSeals 1.33.1 et 1.36a.l (p. 195-196).

31Au contraire la présence militaire de l’empire est bien attestée à Preslav. À part les commandants locaux, que nous avons mentionnés, on y trouve les sceaux de plusieurs commandants militaires venus de l’extérieur, domestiques des scholes, chefs de tagmata constantinopolitains, stratèges de thèmes lointains, comme ceux des Anatoliques (J 199, 200), de Thrace (J 232-233, 234-236), de Macédoine (J 279) et de Cappadoce (J 278). En outre, certains de ces corps importés, notamment les régiments de Thrace, semblent s’être installés pour de bon, tantôt rattachés au commandement de la Mésopotamie de l’Occident, tantôt à celui de Iôannoupolis, sans doute pour parer à une menace, ou pour maintenir l’ordre. L’armée d’Iôannoupolis fut aussi obligée d’aller appuyer celle de Dorostolon. On a l’impression que la première domination byzantine en Bulgarie orientale fut, dès le début, précaire, menacée, appuyée seulement sur la force armée. La tentative d’expansion vers l’ouest, attestée par la création du katépanat de Ras et de la stratégie de Morava n’a pas laissé de traces à Preslav, sans doute parce qu’elle a très peu duré, juste après 97127. Rien ne fut fait pour organiser économiquement et administrativement le territoire, peu fut fait pour lui fournir un encadrement spirituel ; et ce fut, semble-t-il, sans succès.

32La soumission de la Bulgarie en 971 donna aux Byzantins le territoire et quelques collaborateurs. Mais elle a aussi créé beaucoup de ressentiments et beaucoup d’incertitudes. L’empire fut obligé de maintenir sur place des troupes importées de loin. Si l’on en juge d’après les vestiges sigillographiques qui y ont été découverts, le bâtiment de Preslav semble avoir été le quartier général d’une armée d’occupation qui n’a pas réussi - peut-être n’a-t-elle même pas essayé - à attirer et encadrer les populations locales. Ce fut une armée d’occupation aux ambitions et aux possibilités limitées.

Notes

1 Plusieurs études sur le sujet ont paru, fondées sur des publications provisoires du même matériel. On consultera en dernier lieu V. Tăpkova-Zaimova, L’administration byzantine au Bas-Danube (fin du xe-xie s.), BSl. 54/1, 1993, p. 95-101, avec indications bibliographiques détaillées.

2 Listes, p. 255-277.

3 j 208-214. Un autre stratège de Béroè, Joseph protospathaire épi tou chrysotriklinou, est connu par un sceau conservé au Fogg Muséum of Art : DOSeals, n° 1.64.1.

4 j 220, 221, 221a et 221b, p. 231-232.

5 Jean Skylitzès, éd. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5), p. 343.

6 Léon Le Diacre, éd. Bonn, p. 138 ; Skylitzès, p. 298.

7 J’ai étudié les sceaux émis par Léon Sarakènopoulos et les boullôtèria qu’il a utilisés dans : The Lead Blanks Used for Byzantine Seals, Studies in Byzantine Sigillography 1, 1987, p. 97-103.

8 Constantin VII Porphyrogénète, De Caerimoniis aulae byzantinae, éd. Bonn, p. 652, 655, 660, 666.

9 L’étendue géographique du thème est connue grâce au Livre des Thèmes de Constantin VII Porphyrogénète (éd. A. Pertusi, p. 84-86).

10 J. Lefort, N. Oikonomidès, D. Papachryssanthou, H. Métrévéli, Actes d’Iviron I, Paris 1985, n° 8.

11 DOSeals, nos 1.3.3, 1.3.4, 1.5.22.

12 V. Von Falkenhausen, La dominazione bizantina nell’Italia meridionale dal ix all’xi secolo, Bari 1978, p. 77-79.

13 N. Oikonomidès, Recherches sur l’histoire du Bas-Danube aux x-xie siècles : la Mésopotamie de l’Occident, RÉSEE 3, 1965, p. 57-79. Cf. en tout dernier lieu, H.-J. Kühn, Die byzantinische Armee im 10. und 11. Jahrhundert, Vienne 1991, p. 221-222.

14 L’équivalence en substance des titres de duc et de katépano aux xe/xie s. a été soutenue par H. Ahrweiler, Recherches sur l’administration de l’empire byzantin aux ixe-xie siècles, BCH 84, 1960, p. 64-65 et rejetée par T. Wasilewski, Les titres de duc, catépan et pronoètès dans l’empire byzantin du ixe jusqu’au xiie siècle, Actes du XIIe Congrès International d’Études hyzantines II, Belgrade 1961, p. 233-239. Pour l’évolution des titres voir maintenant J.-Cl. Cheynet, Du stratège du thème au duc : chronologie de l’évolution au cours du xie siècle, TM 9, 1985, p. 181-194.

15 Les choses se présentent d’une manière encore plus compliquée : le sceau d’un ek prosopou de Mésopotamie, que l’éditeur date du ixe s., a été découvert en Bulgarie : I. Jordanov, Vizantijski olovni pečati ot doloto tečenie na Tundža i Marica, dans : Ekspedicija Marica : Arheologičeski Proučvanija, Sofia 1991, p. 125-137, n° 7. Si la pièce date vraiment du ixe s., il ne peut pas s’agir de la Mésopotamie de l’Occident, car ce commandement est impossible avant 971. Mais on peut aussi très difficilement penser à la Mésopotamie d’Orient, car celle-ci fut élevée au rang de thème au début du xe siècle (Listes, p. 349) ; mais cette dernière, il faut le rappeler, semble avoir été placée sous les ordres d’un stratège de haute date, dès le début du ixe siècle. Voir W. Brandes, Überlegungen zur Vorgeschichte des Thema Mesopotamien, BSl. 44, 1983, p. 171-177.

16 Cf. Tăpkova-zaimova, L’administration (cité supra n. 1), p. 97-98.

17 Studies in Byzantine Sigillography 1, 1987, p. 98.

18 Il faut admettre que la chute de Preslav a dû avoir lieu quelque temps plus tard, puisque Léon Sarakènopoulos semble avoir eu le temps de recevoir une promotion au rang de patrice et au poste de comte de l’étable : un de ses sceaux avec ces titres, partiellement déchiffré, a été trouvé à Preslav (J 191).

19 Léon Le Diacre, p. 158 : τό τε Δορύστολν Θεοδζρούπολιν ἐπ’ ὀνόματι τοῦ στρατηλάτου καὶ μάρτυρος Θεοδώρου μετονομάσας.

20 Jean Skylitzès, p. 309 : τὸν ναόν, ἐν ὧ τὸ θεῖον ἀπόκειται σῶμα ἐκ βάθρων κατα-βαλὼν μέγαν τε καὶ κάλλιστον ᾠκοδόμησε, μεγαλοπρεπεῖς αὐτῷ κτήσεις προσαφορίσας ὂν καὶ ἀντί Eὐχανείας Θεοδωρόποκλιν κατωνόμασεν. Il faut noter que Skylitzès parle ici d’un changement du nom de l’église et non pas de la ville, mais comme ceci n’a pas beaucoup de sens, j’ai admis qu’il s’agit d’une expression abrégée et j’ai traduit en conséquence.

21 I. Jordanov, Koj bŭlgarski grad e bil narečen Teodoropol ?, Vekove 1983/1, p. 58-62. Cf. Tăpkova-Zaimova, L’administration, p.  96.

22 P. Diaconu, Où se trouvait Théodoroupolis, nom consigné sur certains sceaux de la Grande Preslav ?, Deuxième Congrès International d’Études Bulgares, Dokladi 6, Sofia 1987, p. 437-448.

23 L’actuel Çorum, cf. mes remarques dans : Le dédoublement de saint Théodore et les villes d’Euchaïta et d’Euchaneia, An. Boll. 104, 1986, p. 327-335.

24 J.-Cl. Cheynet, C. Morrisson, Lieux de trouvaille et circulation des sceaux, Studies in Byzantine Sigillography 2, 1990, p. 116.

25 Studies in Byzantine Sigillography 1, 1987, p. 102.

26 BZ 2, 1893, p. 44-45.

27 DOSeals 1.33.1 et 1.36a.l (p. 195-196).

Notes de fin

* Dans ce qui suit nous utilisons les abréviations suivantes :
DOSeals: J. Nesbitt, N. Oikonomides, Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art 1, Washington 1991.
J : I. Jordanov, Pečatite ot strategijata v Preslav, Sofia 1993.
Listes : N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search