Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

L’administration locale de Cheron à l’époque byzantine (IVe-XIIe s.)*

Marie Nystazopoulou-Pélékidou

Texte intégral

  • * Liste des abréviations :
    Anohin, Monetnoe delo= V. A. Anohin, Monetnoe delo Hersonesa (IV do п. е.- (...)

1La Crimée, la Chersonèse Taurique de l’époque médiévale, avait une grande importance, politique et commerciale, pour l’Empire byzantin. Elle était à la fois un poste avancé contre les vagues des envahisseurs venus du Nord et le centre du commerce septentrional de l’Empire, ainsi que le point de contact entre Byzance et les peuples des régions septentrionales - Goths, Huns, Khazars, Petchénègues, Russes, Coumans. L’Empire avait par conséquent grand intérêt à maintenir sous son autorité cette région et à s’assurer tout au moins des possessions-clés et des ports-voies d’accès de grandes routes marchandes.

  • 1 Voir p. ex. les remarques de Constantin Porphyrogénète, DAI, § 1, 6, 7 et 11, sur le rôle importan (...)
  • 2 Pour l’histoire de Cherson à l’époque byzantine voir les études de base : Jakobson, Her-sones I (p (...)

2Dans la politique de Byzance en Crimée, c’était Cherson qui servait de base pour étendre la domination byzantine sur d’autres points névralgiques - comme l’entrée du Bosphore Cimmérien- et pour exercer sa politique, militaire, économique et culturelle, vis-à-vis des peuples du Nord1. À cet effet Cherson fut dotée d’un statut particulier, dans le but de maintenir cette ville d’importance stratégique rattachée à l’Empire et de soutenir sur place les intérêts impériaux : des corps militaires renforcés, un appareil administratif particulier, des privilèges municipaux et des mesures d’ordre économique témoignent de l’intérêt manifeste de l’État byzantin pour Cherson dès le ive siècle. Ainsi, malgré les vicissitudes historiques, cette ville de tradition grecque resta, à l’exception d’un très court intervalle (en 989), entre les mains des Byzantins depuis le ive jusqu’au xiie siècle2.

  • 3 DAI, § 53, surtout p. 266, 1. 149-154.
  • 4 Latyšev, Sbornik, p. 7-15, n° 7 : « + Αὐτοκράτωρ Ζíνων εὐσεβὴς ... Φιλοτιμησαμένη ἡ αὐτῶν εὐσέβεια (...)
  • 5 Procope, De Ӕdificiis, III, 7, 10-17, éd. Haury, p. 214-216 : « Καὶ μὴν καὶ Βοσπόρου καὶ Χερσῶνος (...)
  • 6 Voir Jakobson, Hersones I, p. 115-124. Cf. A. Vasiliev, The Goths in the Crimea, Cambridge (Mass.) (...)
  • 7 Voir J. Smedley, Archaeology and History of Cherson : a Survey of Some Results and Problems, Άρχεῖ (...)

3Constantin Porphyrogénète se référant à l’époque de Constantin le Grand énumère des mesures militaires prises par cet empereur pour renforcer le système de défense de la ville : entre autres, on lui a accordé le matériel pour la construction des ballistres et une subvention annuelle de mille annones pour l’entretien du corps militaire des ballistraires3. De même, les inscriptions des ive-ve siècles parlent des ballistraires de Cherson et des constructions des murailles. En particulier une inscription du temps de Zénon (474-491), datant de 488, indique que l’empereur a donné à Cherson l’argent réuni au bureau du vicaire, commandant des ballistraires, afin qu’il soit employé pour la restauration des murailles de la ville4. Cette restauration, faite « pour le salut de cette ville », doit être liée aux invasions et installations des Huns en 460/470, qui bouleversèrent la péninsule et provoquèrent la catastrophe des sites antiques. Il s’agit donc d’une mesure impériale pour mieux protéger Cherson des attaques ennemies. De même, au VIe siècle, l’empereur Justinien, dans le cadre de sa politique militaire, fit fortifier Cherson et établit un réseau de fortifications sur toute la partie méridionale de la péninsule Taurique, ainsi que sur les passages et les points stratégiques de la région montagneuse5 ; c’était un véritable « limes tauricus », dont témoignent actuellement les vestiges archéologiques6. Les fouilles ont également mis au jour des fortifications à plusieurs reprises restaurées ou renforcées7.

  • 8 Cf. les monnaies de Cherson de cette époque avec la mention de « ΕΛΕΥΘΕΡΑ » : Β. V. Köhne, Opisani (...)

4Parallèlement à ces mesures d’ordre militaire, Byzance a accordé à Cherson des privilèges administratifs et économiques. Cherson, cité libre et autonome à l’époque antique, après une période de dépendance du royaume de Bosporos, demeure libre et autonome sous le protectorat de Rome8, vers le milieu du iiie siècle. Sous l’Empire byzantin, qui succéda à Rome dans ces contrées, Cherson, important point d’appui de Byzance, n’avait plus la même autonomie. Toutefois, elle jouissait de certains privilèges - survivances de son ancienne liberté -, qui semblent avoir été les droits d’être gouvernée par un conseil local et d’émettre des monnaies. A cause de l’importance de sa position géographique et de son commerce, elle jouissait également de certaines franchises économiques. La question est de savoir si ces privilèges, administratifs et économiques, restèrent toujours en vigueur ou s’ils n’eurent qu’un caractère temporaire, et quels furent leur contenu et leur évolution à travers les siècles.

  • 9 Cf. Smedley, Archaeology and History of Cherson (cité supra n. 7), p. 174 s. Bogdanova, Herson v X (...)

5Notons au préalable que les sources littéraires sont à ce sujet très fragmentaires ; mais les fouilles effectuées de façon systématique, surtout après la IIe Guerre Mondiale9, ainsi que les publications et les études récentes concernant le matériel sigillographique et numismatique, ont enrichi sous bien des rapports nos connaissances et éclairci plusieurs joints de la question.

Le conseil municipal et le prôtevôn de Cherson

  • 10 Voir p. ex. Latyšev, Sbornik, p. 1-3, 7-8, 12-13 (Inscription funéraire d’un certain « Γα-ζούριος (...)
  • 11 Voir entre autres supra n. 4, la mention en 488 du vicaire et komès Diogénès ; de même, V. Latyšev(...)
  • 12 Cf. DAI, p. 184, le témoignage bien précis de Constantin Porphyrogénète concernant les titres des (...)

6Cherson, en tant que cité du type antique, était gouvernée à l’époque grecque et romaine par un conseil local. A la tête du conseil se trouvait le prôtos ou prôtevôn ou « père de la ville », titres anciens, bien attestés par les inscriptions et les décrets chersonites10. Sous l’Empire byzantin, Cherson conserva, au moins jusqu’à la fin du xe siècle, cet ancien droit : à côté des représentants du pouvoir central11, les sources attestent la présence du prôtos ou prôtevôn et des pères de la ville12.

  • 13 DAI, § 53, ρ. 258, 264, 266, 268, 270, 272, 282. Le qualificatif στεφανηφοροῦντες est une survivan (...)
  • 14 Voir par ex. les inscriptions mentionnées supra, n. 4 et 11, où il est question de la perception d (...)

7Le mandat du prôtevôn semble être de courte durée, peut-être annuel, au moins pendant la haute époque byzantine. Le fait que Constantin Porphyrogénète mentionne huit « στεφανηφοροῦντας καὶ πρωτεύοντας » de Cherson sous Dioclétien et Constantin le Grand13 l’indique. Cependant, nous n’avons pas de renseignements concernant la procédure de leur désignation à ce poste, ni le nombre des membres du conseil local. De même, il paraît difficile de définir leur juridiction, de préciser leurs fonctions, de dire quelle était leur autorité en matière judiciaire ou commerciale, durant toute l’époque byzantine. Nous savons par ailleurs que la perception des impôts, les mesures d’ordre militaire, la fortification de la ville, tout ce qui touchait directement la sécurité de l’Empire et ses intérêts politiques et économiques, dépendait normalement des fonctionnaires impériaux14. Le conseil local par conséquent ne devrait s’occuper que des affaires intérieures de la ville. Cependant, comme nous allons le démontrer plus bas, ce corps municipal ne dut pas conserver au cours des siècles une forme immuable ; il dut probablement gagner ou perdre certains privilèges, selon les circonstances politiques, la puissance ou l’affaiblissement du pouvoir central sur place, les éventuelles mesures administratives d’ordre général ou local, ainsi que la politique particulière de tel ou tel empereur.

  • 15 Voir M. Rostovcev, Izvestija Arheologičeskoj Komissii 23, 1907, p. 5 et 17-18 : « viro p(erfectiss (...)
  • 16 V. Latyšev, Žitije Svjatyh Episkopov Hersonskih. Issledovanie i teksty ( = Les Vies des Saints Évê (...)
  • 17 Ibid., p. 59 : « τῶν τῆς πόλεως πρώτων ». Dans la seconde rédaction des Vies qui est postérieure, (...)

8Toutefois, si les sources ne nous permettent pas de préciser les fonctions du conseil local, elles attestent sa présence depuis le iiie/ive jusqu’à la fin du xe siècle. Les témoignages en sont sporadiques, mais ils confirment la continuité de l’institution et permettent de suivre son évolution. A part le récit de Constantin Porphyrogénète, mentionné plus haut, se référant à la fin du iiie-début du ive siècle, déjà dans une inscription de l’époque de Valens, Valentinien et Gratien (370-375), il est question d’un pater que l’éditeur tend à identifier avec le πατὴρ ou πρῶτος de la ville15. La Vie légendaire des Sept Évêques de Cherson, dont la première rédaction date, selon V. Latyšev, du ve-vie siècle16, mentionne même dans les versions slavonnes les prôtoi de la ville17.

  • 18 Toutefois Smedley, Archaeology and History of Cherson, p. 183-184, signale certaines constructions (...)
  • 19 Nicéphore, éd. Mango, § 45, 1. 16-20, p. 108 : « Τουδοῦνον δὲ τòν Χερσῶνος ἄρχοντα καὶ Ζώιλον πρωτ (...)
  • 20 Théophane, p. 377 : « παραδεδωκὼς αὐτοῖς καὶ Ήλίαν τòν σπαθάριον ὀφείλοντα ἄρχοντα Χερσῶνος καταστ (...)
  • 21 . Ibid., ρ. 108 : « Τουδοῦνον δὲ τòν Χερσῶνος ἄρχοντα καὶ Ζώϊλον πρωτοπολίτην ... » et plus bas «  (...)

9Suit un silence des sources à ce propos de presque deux siècles. Ce silence concorde parfaitement avec la pauvreté des sources littéraires et des trouvailles archéologiques de cette époque18, mais il n’exclut point la persistance de l’institution. En effet, Nicéphore et Théophane mentionnent, à propos de l’expédition de Justinien II contre Cherson (vers 710), le prôtopolitès Zoïlos, les quarante citoyens éminents et les sept prôtevontes de la ville19. Peut-on supposer que ce dernier chiffre représente réellement, ou presque, la composition du conseil local, en d’autres termes que ce conseil se composait d’au moins sept prôtevontes, avec le prôtopolitès Zoïlos à sa tête ? Signalons au sujet de l’autorité du conseil local que l’effort de Justinien II pour imposer son propre représentant comme archonte de la ville20 ne fut qu’un coup de force et un cas exceptionnel, sans conséquence et sans suite. Même pendant l’installation temporaire à Cherson d’un tudun, représentant du pouvoir khazar en Crimée, les magistrats locaux continuèrent à gouverner la ville21 ; la présence khazare n’a pas interrompu l’administration municipale.

  • 22 Sceau n 25 de la Collection de l’Institut Français d’Études Byzantines (inédit), que feu le père V (...)

10Par une heureuse coïncidence, un sceau, daté par V. Laurent du début du viiie siècle et appartenant à « Ζοΐλῳ ὑπάτῳ κυρῷ Χε[ρ]σόνος », est conservé jusqu’à nos jours22 . Il s’agit de ce même Zoïlos, qui assumait la charge de prôtopolitès de Cherson vers 710. Ce sceau, d’un personnage bien connu et sûrement daté, nous apprend que le prôtopolitès de Cherson portait à cette époque les titres de hypatos et kyr ; il était donc considéré comme un fonctionnaire byzantin et portait la dignité d’hypatos de la cour impériale. Ce cas n’est pas exceptionnel, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas d’un titre accordé à Zoïlos en reconnaissance de ses éventuels services vis-à-vis du gouvernement de Constantinople en ces temps mouvementés.

  • 23 A. F. Višnjakova, Svintsovyje pečati vizantijskogo Hersonesa ( = Sceaux de plomb de Chersonèse byz (...)
  • 24 Višnjakova, Svintsovyje pečati (cité note précédente), p. 130.
  • 25 Θεοτόκε βοήθει τῷ σῷ δούλῳ Σάββᾳ ύπάτῳ καὶ ἄρχοντι Χερσῶνος : Zacos-Veglery, η° 2345 = Ν. Oikonomi (...)

11Car le même titre est attesté par un autre sceau, daté également du viiie siècle, qui appartient à Isaakios, hypatos et kyr de Cherson23 ; cependant, l’éditeur, ne connaissant pas le sceau analogue du prôtopolitès Zoïlos, l’a attribué, à cause du titre d’hypatos, à un représentant du pouvoir central à Cherson avant la création du thème24. Le titre d’hypatos est également attesté par le sceau d’un archonte de Cherson nommé Sabbas, daté de la première moitié du viiie siècle25. Ces témoignages sigillographiques nous amènent à penser qu’une évolution a eu lieu dans le statut des magistrats locaux par rapport au gouvernement central, datant au moins du début du viiie siècle, sans pour autant pouvoir exclure, faute de sources, que la concession de cette dignité aux archontes chersonites remonte à une époque antérieure.

  • 26 Sokolova, Pečati, p. 94-95 et n. 68, où les interprétations proposées concernent le contenu du ter (...)

12Quant au terme kyr, qui n’était pas attesté comme dignité de l’Empire, I. Sokolova suppose qu’il était réservé exclusivement à la région de la Crimée et qu’il représentait une des principales fonctions municipales, analogue à celle de l’Éparque de la Ville ; et que, par conséquent, le kyr de Cherson avait des responsabilités concernant les marchandises et les affaires financières de cette ville26. Cependant, le fait que l’hypatos kyr Zoïlos soit bien attesté par les sources littéraires de l’époque comme prôtopolitès, c’est-à-dire comme chef du conseil local, nous permet de soutenir que ces responsabilités étaient beaucoup plus larges et embrassaient toute l’administration municipale de la ville et que kyr signifiait probablement le chef, le maître de la ville.

  • 27 Ibid., p. 94.

13Théophane et Nicéphore, dans leur récit rapporté plus haut, présentent les archontes chersonites prenant des initiatives pour la défense de la ville, engageant des pourparlers avec les Khazars et envisageant des questions concernant la ville et ses environs, questions qui auraient normalement dû être du ressort des représentants de l’administration centrale. Les événements exceptionnels du début du viiie siècle leur ont probablement permis d’élargir leur pouvoir et peut-être, selon Sokolova, de renforcer leur indépendance vis-à-vis du gouvernement central27.

14Durant la période obscure et critique des viie-viiie siècles, pendant laquelle les attaques extérieures et les troubles intérieurs avaient provoqué un affaiblissement de l’administration centrale, le conseil local de Cherson dut accroître son pouvoir.

  • 28 DAI, § 42, p. 184 : « Μέχρι γὰρ Θεοφίλου τοῦ βασιλέως οὐκ ῆν στρατηγòς ἀπò τῶν ἐντεῦθεν ἀποστελλόμ (...)

15Ainsi les prôtevontes et les pères de la ville avaient, avant la création du thème, probablement étendu leur autorité sur les autres possessions byzantines de la Crimée, comme le laissent entrevoir deux passages parallèles de Constantin Porphyrogénète et de Théophane Continué28. C’est là sans doute la raison pour laquelle l’Empire se vit obligé d’accorder un titre impérial aux magistrats locaux de Cherson, décision qui a vraisembablement entraîné de leur part des responsabilités et des obligations à l’égard du pouvoir central.

  • 29 Ibid., p. 123 : « οὐκ ἄλλως ἄρξεις τῆς χώρας καὶ τῶν τόπων óλοσχερῶς ἣ στρατηγòν προχειριζόμενος ἴ (...)
  • 30 Pour les causes de la création du thème, cf. Nystazopoulou, La Chersonèse Taurique (cité supra n. (...)
  • 31 Théophane Continué, p. 123-124 : « τόν τε πρωτεύοντα καὶ τοὺς ἄλλους θεσπίσας ὑπείκειν, ἀνενδοιάστ (...)

16Toutefois le renforcement et l’extension de la juridiction des magistrats chersonites ne furent pas sans conséquences pour le gouvernement byzantin qui avait des difficultés à y exercer son pouvoir29. Ceci, entre autres raisons d’ordre politique et économique et dans le cadre général du système des thèmes, a amené l’empereur Théophile à procéder à la création du thème30. Après celle-ci (vers 833), la ville n’a pas perdu le droit d’être gouvernée par ses prôtevontes. L’administration locale a survécu à la réforme administrative, mais les magistrats locaux furent obligés d’obéir au stratège du thème31, qui siégeait à Cherson.

  • 32 Sokolova, Pečati, p. 82-91. ID., Monety, nos 1, 5-13, p. 145-149 et 169. EAD., Les sceaux byzantin (...)
  • 33 Pour les dignités d’hypatos, de spathaire impérial et de spatharocandidat impérial, voir ibid., p. (...)
  • 34 A. Pertusi, Constantino Porphyrogenito. De Thematibus, Cité du Vatican 1952 (Studi e Testi 160), p (...)

17Nous disposons de douze molybdobulles - le nombre est important - appartenant à des archontes de Cherson. D’après l’étude typologique détaillée de Soko-lova, le plus ancien, celui de Sabbas mentionné plus haut, date de la première moitié du viiie siècle, tous les autres sont du ixe siècle et s’arrêtent définitivement au troisième quart du siècle32. Le premier porte le titre d’hypatos, ceux du ixe siècle de spathaire impérial et par la suite de spatharocandidat impérial33. Le sceau de l’hypatos et archonte Sabbas est le chaînon qui lie celui du prôtopolitès et hypatos Zoïlos aux sceaux des archontes de Cherson du ixe siècle, et nous autorise à soutenir que ces molybdobulles appartenaient à des magistrats locaux et non à des représentants du gouvernement central34. Cela implique que les prôtevontes continuaient à être considérés comme des fonctionnaires impériaux et à porter une dignité de la cour impériale, dignité qu’ils ont même conservée après la création du thème. En plus, ils ont été promus dans la hiérarchie, car spathaire impérial et spatharocandidat impérial constituaient des dignités plus élevées que celle d’hypatos attestée au siècle précédent.

  • 35 Oikonomidès, Listes (cité supra n. 32), p. 57, 1. 13 : οἱ ἄρχοντες <Χερ>σῶνος.
  • 36 Ibid., p. 49, 1. 19.

18Les archontes de Cherson sont également mentionnés dans le Taktikon Us-penskij (845-856)35, ce qui confirme leur classement parmi les fonctionnaires et les titulaires de la cour impériale à cette époque et concorde parfaitement avec le témoignage des sceaux. Dans le Taktikon Uspenskij figure également le stratège de la région, désigné alors comme « stratège des Klimata36 ».

  • 37 Ibid., p. 101, 1. 32, p. 105, 1. 24, p. 139, 1. 20 (Traité de Philothée, daté en 899) ; p. 247, 1. (...)
  • 38 Sokolova, Pečati, p. 94-95.
  • 39 Sur les Klimata, terme ici de géographie politique, voir Nystazopoulou, La Chersonèse Taurique, p. (...)
  • 40 Sokolova, Sceaux byzantins de Cherson, p. 99.

19Mais les archontes de Cherson ne sont pas mentionnés dans le Klétorologe de Philothée (899), ni dans les listes de préséance postérieures. Cette absence coïncide avec la disparition de leurs sceaux, ainsi qu’avec le remplacement du thème des Klimata par le thème de Cherson37. Ce changement administratif nous amène à penser, avec Sokolova38, que l’organisation en thème des possessions impériales en Crimée a été effectuée par étapes. Vers 833, on a créé le thème des Klimata, dont le stratège avait une juridiction sur la région dite des Klimata, c’est-à-dire sur la partie méridionale de la péninsule39, à l’exception de Cherson. Dans cette première étape, la ville continuait à être gouvernée par ses magistrats locaux, les ἄρχοντες Χερσῶνος, qui jouissaient d’une certaine autonomie. Sokolova suppose même qu’ils assumaient « le pouvoir militaire et économique suprême de la ville pendant la période du thème des Klimata » (833-870)40. De toute façon, pendant cette période transitoire, les archontes de Cherson avaient une juridiction qui dépassait largement la fonction d’un corps municipal, ce qui créait des problèmes au pouvoir central pour exercer sa politique.

20Par la suite (probablement vers les années 60-70 du ixe siècle), on a procédé à une centralisation administrative plus efficace : à la création du thème de Cherson qui embrassait toutes les possessions impériales en Crimée, y compris la ville homonyme. Depuis lors, les magistrats locaux cessent d’être désignés comme archontes de Cherson. Cela explique bien leur absence des listes de préséance depuis la fin du ixe siècle, de même que la disparition de leurs sceaux. Toutefois, étant donné que les prôtevontes de Cherson sont bien attestés par les sources jusqu’à la fin du xe siècle, l’abolition de la dignité des archontes de Cherson ne signifie pas la suppression de la municipalité chersonite ; mais la juridiction des magistrats locaux fut sans aucun doute limitée strictement au gouvernement de la ville.

  • 41 Voir Théophane Continué, VI, 10, p. 360, 1. 15-17 : « Ἐπὶ τούτου καὶ οἰ τῆς Χερσῶ-νος οἰκήτορες τὸ (...)
  • 42 DAI, § 53, p. 286, où il énumère les mesures qu’il faut prendre en cas de révolte des Chersonites  (...)

21La centralisation administrative, qui a affecté l’autonomie traditionnelle de Cherson, ne fut pas sans susciter la réaction des habitants : ceux-ci se sont en 892 révoltés contre les représentants du pouvoir central et ont tué le stratège du thème, nommé Syméon41. Il apparaît même que la ville n’a pas cessé de réagir et de créer des difficultés au pouvoir central, comme permet de le supposer un passage de Constantin Porphyrogénète42.

  • 43 Léon Le Diacre, IV, 6 (CSHB), p. 63 : « Kαλοκύρην ἐκεῖνον τῷ τῶν πατρικίῶν τιμή-σας ἀξιώματι, ... (...)

22À partir de la fin du ixe siècle, nous sommes très peu renseignés sur la fonction des magistrats locaux de Cherson, nos sources étant très fragmentaires et souvent problématiques. Toutefois, il n’y a pas de doute que la fonction municipale a survécu au moins jusqu’au troisième quart du xe siècle. Ainsi, les sources attestent que sous Nicéphore Phocas (963-969) le fils du prôtevôn de Cherson, appelé Kalokyros, honoré du titre de patrice, fut envoyé, avant 967, par l’empereur auprès du prince russe Svjatoslav avec une mission spéciale concernant la Bulgarie43. On constate donc que Cherson continuait à jouer un rôle important dans la diplomatie de Constantinople vis-à-vis des peuples du Nord.

  • 44 Sokolova, Monety, p. 159 et 171, n° 43. Cf. Oikonomides, Catalogue of Byzantine Seals, p. 186, n°  (...)
  • 45 Cf. I. Tolstoj, O vizantijskih pečatah hersoskoj themy ( = À propos des sceaux byzantins du thème (...)

23Un sceau, daté également de la seconde moitié du xe siècle, mentionne un certain Michel, spathaire impérial « épi ton oikeiakân » et prôtevôn de Cherson44. Le prôtevôn continuait par conséquent à porter le titre de spathaire impérial, bien attesté au siècle précédent. Quant à la dignité « épi ton oikeiakân », qui constitue un apax pour Cherson, on tend à croire qu’il concerne la ville-même et qu’il n’a aucun rapport avec la dignité homonyme de Constantinople45.

  • 46 Sokolova, Monety, p. 163 et 170, n° 52. Cf. EAD., Sceaux byzantins de Cherson, p. 102.
  • 47 Sokolova, Pečati, p. 96.

24Un sceau, très mal conservé, aurait appartenu, selon Sokolova, à un « stratège de la ville de Cherson46 » et devrait être lié à l’indépendance temporaire de cette ville durant la seconde moitié du xe-première moitié du xie siècle47. Que ce sceau appartienne à un personnage de la ville de Cherson - peut-être à un magistrat municipal - est indubitable. Mais la fonction « stratège de la ville », constituant un unicum, est à elle seule bien problématique, d’autant plus qu’elle se base sur une restitution (στρ]ατη[γῷ]) peu convaincante.

  • 48 La restitution de Sokolova (Monety, p. 160-161, n°45 ; EAD., Sceaux byzantins de Cherson, p. 102, (...)
  • 49 Voir infra p. 578.

25Ainsi, le dernier prôtevôn de Cherson attesté d’une façon sûre par les sources paraît être le père de Kalokyros (vers 967)48. Cependant le fait que la ville eut au moins jusqu’à la fin du xe siècle le droit d’émettre des monnaies49 permet de supposer qu’elle continua jusqu’alors à être gouvernée par son conseil municipal. Ensuite nous n’avons aucun indice de la persistance de cette institution.

Le droit de frapper des monnaies

  • 50 Voir J. Kruškol, Monety iz raskopok v Chersonese v 1946 godu ( = Monnaies provenant des fouilles à (...)
  • 51 Voir p. ex. Orešnikov, Obozrenie monet (cité supra n. 8), p. 36-37 ; D. N. Koscjuško-Valjužinič, I (...)
  • 52 Ibid., p. 68-69.

26Cherson avait à l’époque antique le droit de frapper monnaie, droit qu’elle conserva pendant sa dépendance temporaire de Bosporos et de Rome. Les fouilles ont mis au jour des monnaies chersonites datant du ive siècle avant J.-C. au milieu du iiie siècle de notre ère50. Ensuite, et précisément sous Galien (253-268), la frappe des monnaies cesse. Durant deux siècles, on ne trouve à Cherson que des monnaies romaines et byzantines ; elles sont peu nombreuses, il est vrai, par rapport aux époques antérieures, mais elles forment une série qui se poursuit sans interruption51. Ces trouvailles monétaires indiquent pour cette période la dépendance, politique et économique, de Cherson vis-à-vis du pouvoir impérial52 et contribuent aussi à fixer dans la seconde moitié du iiie siècle le passage de la ville sous l’autorité impériale.

  • 53 Cf. p. ex. ibid., p. 69.
  • 54 Anohin, Monetnoe delo, p. 98; P. Grierson, M. Mays, Catalogue of Late Roman Coins in the Dumbarton (...)
  • 55 Cf. W. Hahn, The Numismatic History of Cherson in Early Byzantine Times: A Survey, Spink’s Numisma (...)
  • 56 Voir Stoljarik, Essays of Monetary Circulation (cité supra n. 1), p. 67.
  • 57 Sokolova, Monety, p. 18-20.
  • 58 Anohin, Monetnoe delo, p. 98-100 ; Sokolova, Monety, p. 21 ; Bellinger - Grierson, Catalogue, vol. (...)
  • 59 Anohin, Monetnoe delo, p. 100-102; Sokolova, Monety, p. 21-26; Bellinger -Grierson, Catalogue, vol (...)
  • 60 Selon Sokolova, Monety, p. 26.
  • 61 Anohin, Monetnoe delo, p. 102 ; Bellinger - Grierson, Catalogue, vol. II/1, p. 381 ; Morrisson, Ca (...)

27Les fouilles archéologiques, effectuées surtout à partir des années soixante, ont enrichi nos connaissances sur ce sujet et ont modifié l’image que l’on avait auparavant en ce qui concerne la reprise et la durée de ce privilège à l’époque byzantine. Ainsi, nous pouvons actuellement soutenir que Cherson avait acquis à nouveau le droit de frapper monnaie sous le règne de Zénon (474-491) et non pas au temps de Justinien Ier, comme on le supposait auparavant53. Cette reprise doit être liée à une série de mesures prises par Zénon, favorables à la ville, et être attribuée à l’importance, militaire et économique, que Cherson avait acquise à cette époque comme marche de l’Empire. Signalons que le type des monnaies chersonites du temps de Zénon est unique pour l’Empire byzantin54. On a suggéré que cette émission était officieuse pour répondre aux nécessités locales et on a même contesté sa provenance chersonite55. Toutefois, ces monnaies, qui proviennent incontestablement de l’atelier de Cherson, inaugurent une série de monnaies locales qui se poursuivent sans interruption jusque sous Héraclius. Un nombre très restreint date du règne d’Anastase (491-5 1 8)56 et de Justin Ier (5 1 8-5 27)57. Par contre, les monnaies chersonites du temps de Justinien Ier (527-565) existent en grande quantité et se distinguent en trois types, correspondant à trois émissions successives ; certaines d’entre elles portent le monogramme de la ville (Π X = Πόλις Xερσῶνος), preuve de son autonomie58. La frappe des monnaies continue sans interruption sous Justin II (565-578), Tibère (578-582) et Maurice (582-602)59. Une émission très restreinte pourrait être datée du règne de Phocas (602-610)60. Par la suite, on dispose d’une grande quantité de monnaies du temps d’Héraclius que la majorité des spécialistes situent entre les années 615/6 et 628/961. Il est à remarquer que les monnaies frappées sous Héraclius ne portent pas le nom de la ville, mais il n’y a pas de doute qu’elles sont émises à Cherson. Toutes les monnaies de cette période sont en cuivre et de petite valeur.

  • 62 Jakobson, Chersones I, p. 36-37.
  • 63 Cf. par ex. PL 87, col. 201-203, les Lettres nos XVI et XVII du pape Martin (655-656), exilé par l (...)

28Puis, la frappe des monnaies chersonites s’interrompt pour environ deux siècles. L’absence des trouvailles monétaires et la pénurie des données archéologiques datant de cette période62 témoignent d’une profonde décadence économique, attestée d’ailleurs d’une façon explicite par les sources littéraires63. Les causes en sont d’une part l’expansion de l’empire khazar, qui a privé Cherson de son commerce avec le nord et l’a coupée de la steppe, et donc du blé, source principale de sa richesse depuis les temps anciens ; et d’autre part l’affaiblissement du pouvoir byzantin sur place, car les luttes contre les Arabes et les Bulgares et la querelle des images préoccupèrent à tel point l’État byzantin qu’il porta un moindre intérêt aux côtes septentrionales de la mer Noire.

  • 64 Anohin, Monetnoe delo, p. 103-104 et 157-158.
  • 65 Voir supra, p. 572 s.
  • 66 Sokolova, Monety, p. 34 s., 36-37.
  • 67 Grierson, Catalogue, vol. III, p. 460 et 469, 470.

29Cherson acquiert à nouveau le droit d’émettre des monnaies au ixe siècle. Sur la date exacte du renouvellement de ce droit les opinions divergent. V. Anohin distingue deux groupes de monnaies chersonites, coulées et non frappées, qui datent, le premier de la seconde moitié du vιιιe siècle, le second de la fin du viiie-début du ixe siècle ; ce dernier porte le monogramme de la ville (Π X)64. Si l’interprétation d’Anohin correspond à la réalité, ces émissions coïncident avec la montée de l’autorité municipale de Cherson à cette époque, dont nous avons parlé plus haut65. I. Sokolova, à son tour, soutient que la nouvelle technique des monnaies coulées apparaît déjà à la fin du viie-début du viiie siècle, mais elle date de l’époque du thème des Klimata (après 833-avant 867) une série de monnaies portant une devise spéciale66. Ph. Grierson date du règne personnel de Michel III (860-866) deux types de monnaies chersonites portant le monogramme de la ville67.

  • 68 Morrisson, Catalogue, p. 516 et 536 ; grierson, Catalogue, vol. III, p. 91-92, 191 et 470.
  • 69 Sokolova, Pečati, p. 92.
  • 70 Cf. ibid., p. 92-99 ; Grierson, Catalogue, vol. III, p. 460. Voir aussi H. Ahrweiler, Les relation (...)

30En tout cas, même s’il y avait des émissions quelque peu antérieures, il est certain qu’en 867 Cherson avait le droit d’émettre des monnaies : nous connaissons la date exacte de cette émission, car les monnaies chersonites portent au droit le monogramme de Michel III et de Basile Ier et au revers celui de la ville de Cherson (Π X)68. Comme le remarque Sokolova, l’existence à cette époque de cet atelier local est un cas tout à fait exceptionnel pour l’Empire byzantin : mis à part celui de l’Italie méridionale, également poste avancé de l’Empire, aucun autre atelier monétaire en dehors de Constantinople n’est connu à cette époque69. De même, la devise de la ville sur les monnaies en ce temps de centralisation administrative constitue un cas exceptionnel, qui témoigne de l’importance que Cherson avait à nouveau acquise pour l’Empire. La raison en est l’apparition au nord d’un peuple nouveau, les Russes, qui représentaient pour l’Empire un danger (rappelons l’attaque russe contre Constantinople en 860) en même temps qu’un intérêt commercial70.

  • 71 Orešnikov, Obozrenie monet, p. 42-45 ; Kruškol, Monety, p. 64-66 et 68 ; Anohin, Monetnoe delo, p. (...)
  • 72 Cf. dernièrement C. A. Belaev, Pohod knjazja Vladimira na Korsun. Ego posledstvija dlja Hersonesa (...)
  • 73 Cf. Grierson, Catalogue, vol. III, p. 191 ; Morrisson, Catalogue, p. 578.
  • 74 Anohin, Monetnoe delo, p. 121 s.; Sokolova, Monety, p. 53 s.

31L’émission des monnaies chersonites se poursuit sans interruption et en grande quantité jusque sous le règne de Basile II, à la fin du xe siècle ; elles sont toujours de petite valeur, en cuivre, et d’une facture particulière, coulées et non frappées71. Parmi les monnaies chersonites de cette période, celles de Michel III (860-866), de Michel III-Basile Ier (866-867) et d’Alexandre (912-913) sont les seules à porter le monogramme de la ville. Sous Basile II leur émission cesse. On met cette interruption en liaison avec l’occupation temporaire de Cherson par le prince russe Vladimir en 989, qui a eu des conséquences désastreuses pour la ville72. Par la suite l’émission des monnaies chersonites n’est pas du tout certaine. Anohin et Sokolova soutiennent, avec certaines divergences entre eux, qu’une série de monnaies portant le monogramme PΩ, que d’autres spécialistes attribuent au temps de Romain Ier73, datent de la fin du xie au début du xiie siècle (Anohin) ou bien de la fin du xie au xiiie siècle (Sokolova)74. Mais leur argumentation ne paraît pas décisive.

32Ainsi, nous avons constaté, d’après les sources littéraires et archéologiques, que la ville de Cherson avait conservé sous l’Empire byzantin, au moins jusqu’à la fin du xe siècle, son administration locale ; mais le pouvoir de son conseil municipal a évolué sous l’influence de la conjoncture politique et des intérêts de Byzance dans ces contrées. De même, Cherson avait deux fois acquis le droit d’émettre de la monnaie : 1) de Zénon à Héraclius et 2) au moins du règne personnel de Michel III à celui de Basile II. Les émissions de monnaies chersonites, qui cessent probablement vers 989, coïncident avec les périodes d’essor de la ville, ainsi qu’avec l’importance politique et économique que cette région limitrophe avait alors pour Byzance.

Notes

1 Voir p. ex. les remarques de Constantin Porphyrogénète, DAI, § 1, 6, 7 et 11, sur le rôle important, économique et militaire, de Cherson au xe siècle pour les relations de Byzance avec les Pétchénègues et autres peuples du Nord. Voir aussi E. stoljarik, Essays on Monetary Circulation in the North-Western Black Sea Region in the Late Roman and Byzantine Periods. Late 3rd Century-Early 13th Century A.D., Kiev 1993, p. 67-69 et 98-100 : plusieurs monnaies de Cherson datant du règne d’Anastase, de Justinien Ier, de Justin II et de Maurice, ainsi que celles - moins nombreuses - de Romain II et de Basile II, découvertes dans les régions du Bas-Dniepr et du Bas-Danube, qui témoignent des relations de Cherson avec les peuples de la steppe. I. V. Sokolova, Les sceaux byzantins de Cherson, Studies in Byzantine Sigillography 3, Washington 1993, p. 106 : deux sceaux de traducteur (ἑρμηνευτής), datés de la seconde moitié du vie-première moitié du viie siècle ; ce personnage devait être, selon Sokolova, un homme du lieu et son existence « renforce le point de vue des byzantinistes selon lequel Cherson était un avant-poste de Byzance vis-à-vis du monde barbare » ( = VV 52, 1991, p. 206, nos 14-15). Pour le rôle de Cherson voir l’excellente synthèse de D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth, Eastern Europe, 500-1453, Londres 1971, surtout p. 166 s.

2 Pour l’histoire de Cherson à l’époque byzantine voir les études de base : Jakobson, Her-sones I (pour les ve-xe s.) ; Jakobson, Hersones II (pour les xiie-xive s.) ; G. D. Belov, Hersones-Korsun, Leningrad 1969. Cf. aussi M. Nystazopoulou, La Chersonèse Taurique à l’époque byzantine, Paris 1960 (thèse, exemplaire dactylographié). N. Bogdanova, Herson ν X-XV vv. Problemy istorii vizantijskogo goroda ( = Cherson aux xe-xve s. Problèmes d’histoire de la ville byzantine), Pričernomorije v srednie veka ( = La Mer Noire au Moyen Âge), Moscou 1991, p. 8-172.

3 DAI, § 53, surtout p. 266, 1. 149-154.

4 Latyšev, Sbornik, p. 7-15, n° 7 : « + Αὐτοκράτωρ Ζíνων εὐσεβὴς ... Φιλοτιμησαμένη ἡ αὐτῶν εὐσέβεια ώς ἐν πάσαις ταῖς πόλεσιν καì ἐν ταύτη τῇ αὐτοῦ πόλει ἐδωρήσατο χρημάτων δόσιν τὰ συναγόμενα ἐκ τοῦ πρακτείου φημὶ τοῦ ἐνταῦθα βικαράτου τῶν καθοσιω-μένων βαλλιστραρίων, δι’ ῶν ῦνανεοῦντες τὰ τείχη πρòς σωτηρίαν τῆς αὐτῆς πόλεως καὶ εὐχαριστοῦντες ἀνεθήκαμεν τόδε τò τίτλον εἰς μνημόσυνον ἀείδιον τῆς αὐτῶν βασιλείας. + Άνενεώθη δὲ ό πύργος ούτος πράττοντος τοῦ μεγαλοπρ(επεστάτου) ς’ κόμ(ητο)ς +Διο-γένους : ἔτους φιβ’ : ἐν ίνδικτιῶνι ιδ.’ » L’an φιβ’ ( =512) correspond à une année de l’ère chersonite, dont le début en 25/24 avant J.-C. a été rétabli grâce à cette inscription. Cf. Jakobson, Hersones I, p. 21-22.

5 Procope, De Ӕdificiis, III, 7, 10-17, éd. Haury, p. 214-216 : « Καὶ μὴν καὶ Βοσπόρου καὶ Χερσῶνος πόλεων ... πεπονηκότα παντάπασι τὰ τείχη εύρὼν ἐς μέγα τι κάλλους τε καὶ ἀσφαλείας κατεστήσατο χρήμα, ἕνθα δὴ καὶ φρούρια πεποιηται ... » (suit un exposé sur la fortification du littoral et de l’intérieur de la péninsule).

6 Voir Jakobson, Hersones I, p. 115-124. Cf. A. Vasiliev, The Goths in the Crimea, Cambridge (Mass.) 1936, p. 73; D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth (cité supra n. 1), p. 30.

7 Voir J. Smedley, Archaeology and History of Cherson : a Survey of Some Results and Problems, Άρχεῖον Πόντου 35, 1978, p. 172-192, où l’auteur fait une présentation commentée des fouilles effectuées à Cherson ; voir surtout p. 180, pour la restauration des murailles au ixe siècle.

8 Cf. les monnaies de Cherson de cette époque avec la mention de « ΕΛΕΥΘΕΡΑ » : Β. V. Köhne, Opisanie museyma knjazja V. V. Kočubeja ( = Description du musée du prince V. V. Kočubej), I, Saint-Pétersbourg 1857, p. 169-199. A. V. Orešnikov, Obozrenie monet najdënnyh pri rakopkah v Hersonese v 1888-1889 gg. ( = Aperçu des monnaies trouvées pendant les fouilles à Chersonèse en 1888-1889), Materialy po Arheologii Rossii 7, 1892, p. 40 ; Anohin. Monetnoe delo, surtout p. 88-92 et 152-156, avec la bibliographie antérieure.

9 Cf. Smedley, Archaeology and History of Cherson (cité supra n. 7), p. 174 s. Bogdanova, Herson v X-XV vv. (cité supra n. 2), p. 10-22 (chapitre sur l’historiographie de la question, avec la mention spéciale des fouilles effectuées à Cherson) et p. 164-166 (bibliographie sur les monuments archéologiques).

10 Voir p. ex. Latyšev, Sbornik, p. 1-3, 7-8, 12-13 (Inscription funéraire d’un certain « Γα-ζούριος Μητροδώρου πρωταρχοντεύων ») ; ID., Inscriptiones antiquœ orœ septentrionalis Ponti Euxini, vol. I, Petropolis 1885, p. 185, 197-199, et vol. 1/2, Petropolis 1890, p. 362, 363 ; M. A. Sangin, Nekotorije nadpisi hersoneskogo museja ( = Quelques inscriptions du Musée de Cherson), Vestnik Drevnej Istorii 3, 1938, p. 80, n°10/II.

11 Voir entre autres supra n. 4, la mention en 488 du vicaire et komès Diogénès ; de même, V. Latyšev, Epigrafičeskie novosti iz Južnoj Rossii ( = Nouvelles épigraphiques de la Russie Méridionale), Izvestija Arheologičeskoj Komisii 18, 1906, p. 121-123, inscription n°37, du temps de Justin II, avec mention du duc Théogénès ; Latyšev, Sbornik, p. 35, inscription n° 28, avec mention en 590 du komès impérial Eupatérios. Pour la période postérieure à la création du thème voir infra, p. 573 s.

12 Cf. DAI, p. 184, le témoignage bien précis de Constantin Porphyrogénète concernant les titres des magistrats locaux (ὁ λεγόμενος πρωτεύων ... μετά τῶν ἐπονομαζομένων πατέρων τῆς πόλεως).

13 DAI, § 53, ρ. 258, 264, 266, 268, 270, 272, 282. Le qualificatif στεφανηφοροῦντες est une survivance antique, le stéphanéphore étant l’archonte éponyme de Cherson, ainsi que d’Héraclée Pontique, sa métropole.

14 Voir par ex. les inscriptions mentionnées supra, n. 4 et 11, où il est question de la perception des impôts et de la construction des murailles.

15 Voir M. Rostovcev, Izvestija Arheologičeskoj Komissii 23, 1907, p. 5 et 17-18 : « viro p(erfectissimo) patre ».

16 V. Latyšev, Žitije Svjatyh Episkopov Hersonskih. Issledovanie i teksty ( = Les Vies des Saints Évêques de Cherson. Introduction et Textes), Zapiski Imperatorskogo Akademii Nauk, Hist.-Fil. VIII, n° 3, 1906, p. 1-81 : p. 58-76, l’édition des textes grecs et slavons ; sur la date, cf. p. 12-15.

17 Ibid., p. 59 : « τῶν τῆς πόλεως πρώτων ». Dans la seconde rédaction des Vies qui est postérieure, il est question de « βασιλέως καί κατάρχοντος και πρώτου της πόλεως ἐκείνης » (ρ. 63). À mon avis, le mot βασιλέως est la traduction grecque, plutôt maladroite, du mot knjaz du texte slavon. En effet, on trouve dans les passages correspondants des versions slavonnes de la Vie les termes slarejšina ( = chef) (p. 68) ou knjaz ( = prince) (p. 74), et même - ce qui est bien caractéristique - l’expression « protoknjaz i pervyj » ( = prôtoprince et premier) (p. 75). Cela implique que les traducteurs des versions slavonnes, ne connaissant probablement pas le sens exact du mot prôtos, le traduisaient par le mot knjaz, quelquefois en conservant le terme grec prôtos et en ajoutant le mot slavon équivalant pervyj.

18 Toutefois Smedley, Archaeology and History of Cherson, p. 183-184, signale certaines constructions datant de la période obscure.

19 Nicéphore, éd. Mango, § 45, 1. 16-20, p. 108 : « Τουδοῦνον δὲ τòν Χερσῶνος ἄρχοντα καὶ Ζώιλον πρωτοπολίτην λεγόμενον καί ἑτέρους ἄνδρας τεσσαράκοντα τῶν ἑμφανεστέρων ... έλλους τε τῶν πρωτευόντων Χερσῶνος ἄνδρας ἑπτά » ; aussi Théophane, éd. De Boor, p. 378.

20 Théophane, p. 377 : « παραδεδωκὼς αὐτοῖς καὶ Ήλίαν τòν σπαθάριον ὀφείλοντα ἄρχοντα Χερσῶνος καταστῆναι » ; Nicéphore, § 45, 1. 11-12, ρ. 106-108.

21 . Ibid., ρ. 108 : « Τουδοῦνον δὲ τòν Χερσῶνος ἄρχοντα καὶ Ζώϊλον πρωτοπολίτην ... » et plus bas « παραδοὺς αὐτοϊς Τουδοῦνον καὶ Ζώϊλον » ; aussi Théophane, p. 378, 379. Cf. Vasiliev, The Goths in the Crimea (cité supra n. 6), p. 85-86.

22 Sceau n 25 de la Collection de l’Institut Français d’Études Byzantines (inédit), que feu le père V. Laurent avait bien voulu autrefois me communiquer.

23 A. F. Višnjakova, Svintsovyje pečati vizantijskogo Hersonesa ( = Sceaux de plomb de Chersonèse byzantine), Vestnik Drevnej Istorii I, 1939, p. 122-3, n°1 : « Θεοτόκε βοήθει [τῷ σῷ] δούλῳ [‘Iσα]ακ(ίῳ) ύπάτῳ καὶ κυρ(ῷ) Χερσῶνος ». Sokolova, Monety, p. 145 et 169, n° 4, le date de la première moitié du IXe siècle. J’accepterais plutôt la datation au VIIIe, proposée par l’éditeur, car au ixe siècle les magistrats chersonites portaient une autre titulature : voir infra p. 573.

24 Višnjakova, Svintsovyje pečati (cité note précédente), p. 130.

25 Θεοτόκε βοήθει τῷ σῷ δούλῳ Σάββᾳ ύπάτῳ καὶ ἄρχοντι Χερσῶνος : Zacos-Veglery, η° 2345 = Ν. Oikonomides, Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art, vol. I, Washington 1991 (Dumbarton Oaks Catalogues), p. 184, n° 82.3 : il le date de la seconde moitié du viiie siècle. Par contre Sokolova, Monety, n°1, p. 145 et 169, propose la première moitié du viiie siècle ; cf. Sokolova, Pečati, p. 91 (étude typologique). Il convient de noter que le terme hypatos est également attesté par le sceau d’un certain Kosmas, hypatos et komès de Cherson, daté par Sokolova (Monety, n 2, p. 145 et 169) de la seconde moitié du viiie siècle ; mais, à mon avis, il s’agit ici plutôt d’un fonctionnaire du gouvernement central (cf. un autre sceau du même personnage, où Kosmas est mentionné comme hypatos et komès de Hiéron).

26 Sokolova, Pečati, p. 94-95 et n. 68, où les interprétations proposées concernent le contenu du terme kyr.

27 Ibid., p. 94.

28 DAI, § 42, p. 184 : « Μέχρι γὰρ Θεοφίλου τοῦ βασιλέως οὐκ ῆν στρατηγòς ἀπò τῶν ἐντεῦθεν ἀποστελλόμενος ἀλλ’ ῆν ό τὰ πάντα διοικῶν ό λεγόμενος πρωτεύων μετά καὶ τῶν ἐπονομαζομένων πατέρων τῆς πόλεως » ; Théophane Continue (CSHB), p. 123 : « ὁ λεγόμενος πρωτεύων μετὰ καὶ τῶν πατέρων τῆς πόλεως τὰ πάντα ῆν διοικῶν ».

29 Ibid., p. 123 : « οὐκ ἄλλως ἄρξεις τῆς χώρας καὶ τῶν τόπων óλοσχερῶς ἣ στρατηγòν προχειριζόμενος ἴδιον, ἀλλ’ oὐ τοῖς ἐκείνων ἄρχουσί τε καὶ πρωτεύουσι καταπιστεύων σαὐτόν » ; DAI, § 42, ρ. 184 : « εἰ θέλῃς ὄλως τò τῆς Χερσῶνος κάστρον καὶ τοὐς ἐv αὐτῇ τόπους κυρίως ἐξουσιάσαι ».

30 Pour les causes de la création du thème, cf. Nystazopoulou, La Chersonèse Taurique (cité supra n. 2), p. 89-92.

31 Théophane Continué, p. 123-124 : « τόν τε πρωτεύοντα καὶ τοὺς ἄλλους θεσπίσας ὑπείκειν, ἀνενδοιάστως αὐτῷ. » Cf. DAI, § 42, p. 184.

32 Sokolova, Pečati, p. 82-91. ID., Monety, nos 1, 5-13, p. 145-149 et 169. EAD., Les sceaux byzantins de Cherson (cité supra n. 1), p. 99-100, nos 1-4. V. Šandrovskaja, Die Funde des byzantinischen Bleisiegel, Studies in Byzantine Sigillography 3, Washington 1993, p. 96-97. Cf. aussi Zacos-Veglery, nos 1973, 3106, 3113. K. D. SmyČkov, Neskol’ko neiz-dannyh pečatej Hersona ( = Quelques sceaux inédits de Cherson), W 50,1989, nos 1-2. Oikonomides, Catalogue of byzantine Seals (cité supra n. 25), p. 183-184, n° 82. 1-2 : contrairement à Sokolova, il date tous les sceaux des archontes de Cherson au ixe siècle et peut-être entre les années 833-860. Sur le terme archonte et ses multiples fonctions, voir Sokolova, Pečati, p. 82 ; N. Oikonomidès, Les Listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972, p. 342-343, avec la bibliographie.

33 Pour les dignités d’hypatos, de spathaire impérial et de spatharocandidat impérial, voir ibid., p. 296 et 297.

34 A. Pertusi, Constantino Porphyrogenito. De Thematibus, Cité du Vatican 1952 (Studi e Testi 160), p. 182-183, les considère comme représentants du gouvernement central à Cherson pendant cette période de transition.

35 Oikonomidès, Listes (cité supra n. 32), p. 57, 1. 13 : οἱ ἄρχοντες <Χερ>σῶνος.

36 Ibid., p. 49, 1. 19.

37 Ibid., p. 101, 1. 32, p. 105, 1. 24, p. 139, 1. 20 (Traité de Philothée, daté en 899) ; p. 247, 1. 30 (Taktikon Beneševič, 934-944) ; p. 267, 1. 9 (Taktikon de l’Escorial, 971-975).

38 Sokolova, Pečati, p. 94-95.

39 Sur les Klimata, terme ici de géographie politique, voir Nystazopoulou, La Chersonèse Taurique, p. 99-101 ; EAD., L’Anonyme de Hase improprement appelé Toparque de Gothie, BCH 86, 1962, surtout p. 324 et n. 7. Olkonomides, Catalogue of Byzantine Seals, p. 182.

40 Sokolova, Sceaux byzantins de Cherson, p. 99.

41 Voir Théophane Continué, VI, 10, p. 360, 1. 15-17 : « Ἐπὶ τούτου καὶ οἰ τῆς Χερσῶ-νος οἰκήτορες τὸν αὐτῶν ἀπέκτειναν.στρατηόν Συμεὼν τὸν τοῦ Ἰωνᾶ. »

42 DAI, § 53, p. 286, où il énumère les mesures qu’il faut prendre en cas de révolte des Chersonites : « εἰ ἀντάρωσί ποτε οἱ τοῦ κάστρου Χερσῶνος, ἢ ἐναντία τῶν βασιλικῶν κε-λεύσεων βουληθῶσι διαπράξασθαι... »

43 Léon Le Diacre, IV, 6 (CSHB), p. 63 : « Kαλοκύρην ἐκεῖνον τῷ τῶν πατρικίῶν τιμή-σας ἀξιώματι, ... εἰς τοὺς Tαυροσκύθας ἐξέπεμψεν, οὒς ἡ, κοινὴ διάλεκτος Ῥῶς εἴωθεν ὀνομάζειν... » et plus bas, V, 1, p. 77 s. ; voir aussi Zonaras, XVI (CSHB), p. 513 : « tov υἱὸν τοῦ ἐν Χερσῶνι πρωτεύοντος τὸν Kαλοκυρὸν πρὸς Ῥωσίαν ἐκπέπομφεν. »

44 Sokolova, Monety, p. 159 et 171, n° 43. Cf. Oikonomides, Catalogue of Byzantine Seals, p. 186, n° 82.10.

45 Cf. I. Tolstoj, O vizantijskih pečatah hersoskoj themy ( = À propos des sceaux byzantins du thème de Cherson), Zapiski Russkogo Arheologičeskogo Obščestva, nouv. série 2, 1887, p. 39-40, n° 13.

46 Sokolova, Monety, p. 163 et 170, n° 52. Cf. EAD., Sceaux byzantins de Cherson, p. 102.

47 Sokolova, Pečati, p. 96.

48 La restitution de Sokolova (Monety, p. 160-161, n°45 ; EAD., Sceaux byzantins de Cherson, p. 102, 104) du mot (Πρω)[τεύων] sur le sceau du stratège Georges (seconde moitié du xe s.), où il n’est conservé qu’un seul A, me paraît bien douteuse.

49 Voir infra p. 578.

50 Voir J. Kruškol, Monety iz raskopok v Chersonese v 1946 godu ( = Monnaies provenant des fouilles à Chersonèse en 1946), Numismatičeskij Sbornik 2, Moscou 1957, p. 62-63 ; Anohin, Monetnoe delo, p. 41-93 et 134-156.

51 Voir p. ex. Orešnikov, Obozrenie monet (cité supra n. 8), p. 36-37 ; D. N. Koscjuško-Valjužinič, Izvestija Arheologičeskoj Komissii 20, 1906, p. 75-93 ; Kruškol, Monety (cité note précédente), p. 66-67.

52 Ibid., p. 68-69.

53 Cf. p. ex. ibid., p. 69.

54 Anohin, Monetnoe delo, p. 98; P. Grierson, M. Mays, Catalogue of Late Roman Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection. From Arcadius and Honorius to the Accession of Anastasius, Washington 1992, p. 14, 57, 174.

55 Cf. W. Hahn, The Numismatic History of Cherson in Early Byzantine Times: A Survey, Spink’s Numismatic Circular 86, n° 9-11, 1978, p. 414.

56 Voir Stoljarik, Essays of Monetary Circulation (cité supra n. 1), p. 67.

57 Sokolova, Monety, p. 18-20.

58 Anohin, Monetnoe delo, p. 98-100 ; Sokolova, Monety, p. 21 ; Bellinger - Grierson, Catalogue, vol. I, p. 109 ; C. Morrisson, Catalogue des monnaies byzantines de la Bibliothèque Nationale, Paris 1970, t. I, p. 120-121.

59 Anohin, Monetnoe delo, p. 100-102; Sokolova, Monety, p. 21-26; Bellinger -Grierson, Catalogue, vol. I, p. 373-375 ; Morrisson, Catalogue (cité note précédente), p. 214-215.

60 Selon Sokolova, Monety, p. 26.

61 Anohin, Monetnoe delo, p. 102 ; Bellinger - Grierson, Catalogue, vol. II/1, p. 381 ; Morrisson, Catalogue, p. 316. Par contre Sokolova, Monety, p. 30, n’accepte pas cette précision chronologique.

62 Jakobson, Chersones I, p. 36-37.

63 Cf. par ex. PL 87, col. 201-203, les Lettres nos XVI et XVII du pape Martin (655-656), exilé par l’empereur Constant II à Cherson en 654, où il parle de la situation critique de la région et donne des indications précises sur la famine et la crise économique. Voir à ce propos le commentaire détaillé de O. R. Borodin, Rimskij Papa Martin I i ego Pisma iz Kryma (statija, perevod, kommentarij) ( = Le pape de Rome Martin Ier et ses Lettres de Crimée [article, traduction, commentaire]), Pričernomorje v srednie veka, Moscou 1991, p. 173-190 et surtout p. 183 s. le commentaire sur le passage de la Lettre n°XVI concernant la famine.

64 Anohin, Monetnoe delo, p. 103-104 et 157-158.

65 Voir supra, p. 572 s.

66 Sokolova, Monety, p. 34 s., 36-37.

67 Grierson, Catalogue, vol. III, p. 460 et 469, 470.

68 Morrisson, Catalogue, p. 516 et 536 ; grierson, Catalogue, vol. III, p. 91-92, 191 et 470.

69 Sokolova, Pečati, p. 92.

70 Cf. ibid., p. 92-99 ; Grierson, Catalogue, vol. III, p. 460. Voir aussi H. Ahrweiler, Les relations entre les Byzantins et les Russes au ixe siècle, Bulletin d’Information et de Coordination de l’A.I.E.B. 5, 1971, p. 44-70. I. sorlin, Les traités de Byzance avec la Russie au xe siècle, Cahiers du monde russe et soviétique 2, 1961, p. 313-475, surtout p. 450 (traité de 944) et 466 (traité de 971), où il est spécialement question de Cherson.

71 Orešnikov, Obozrenie monet, p. 42-45 ; Kruškol, Monety, p. 64-66 et 68 ; Anohin, Monetnoe delo, p. 110 s. et 158 s. ; Sokolova, Monety, p. 39-52 ; Grierson, Catalogue, vol. III/2, p. 504-506, 521-522, 525, 569, 570, 571-573, 577, 578, 598, 632 ; Morrisson, Catalogue, p. 546, 556-557, 559, 578-579, 580, 592, 595, 611.

72 Cf. dernièrement C. A. Belaev, Pohod knjazja Vladimira na Korsun. Ego posledstvija dlja Hersonesa ( = La campagne du prince Vladimir contre Cherson. Ses conséquences pour la Chersonèse), VV 51, 1990, p. 153-164.

73 Cf. Grierson, Catalogue, vol. III, p. 191 ; Morrisson, Catalogue, p. 578.

74 Anohin, Monetnoe delo, p. 121 s.; Sokolova, Monety, p. 53 s.

Notes de fin

* Liste des abréviations :
Anohin, Monetnoe delo= V. A. Anohin, Monetnoe delo Hersonesa (IV do п. е.- XII v п. е.) ( = La question monétaire de Chersonese [ive s. avant notre ère-xiie s. de notre ère]), Moscou 1977.
Bellinger - Grierson, Catalogue= A. Bellinger, Ph. Grierson, Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection, vol. I-III, Washington 1966-1973 (2e éd. 1992-1993).
DAI = Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, éd. G. Moravscik, R. J. H. Jenkins, Washington 1967 (CFHB 1).
Jakobson, Hersones I = A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones ( = La Chersonèse de la haute époque médiévale), Moscou 1959 (Materialy i Issledovanija po Arheologii SSSR 63).
Jakobson, Hersones II = A. L. Jakobson, Srednevekovyj Hersones ( = La Chersonèse Médiévale), Moscou 1950 (Materialy i Issledovanija po Arheologii SSSR 17). Latyšev, Sbornik = V. Latyšev, Sbornik grečeskih nadpisej hristianskih vremën iz Južnoj Rossii ( = Recueil d’inscriptions grecques de l’époque chrétienne provenant de la Russie Méridionale), Saint-Pétersbourg 1896.
Sokolova, Pečati = I. V. Sokolova, Pečati arhontov Hersona ( = Sceaux des archontes de Cherson), ZRVI 18, 1978, p. 81-97.
Sokolova, Monety = I. V. Sokolova, Monety i pečati vizantijskogo Hersona ( = Monnaies et sceaux de Cherson byzantine), Léningrad 1983.
Zacos - Veglery= G. Zacos, A. Veglery, Byzantine Lead Seals, vol. I-III, Bâle 1972.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540