Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Manier l’argent à Constantinople au Xe siècle

Cécile Morrisson

Texte intégral

  • 1 H. Ahrweiler, Nouvelle hypothèse sur le tétartèron d'or et la politique monétaire de Nicéphore Pho (...)

1Le seul titre de cette contribution laisse prévoir qu’il va s’agir une fois de plus de textes de Léon VI que l’on croit bien connaître puisqu’ils ont déjà fait couler beaucoup d’encre. Mais un dossier n’est jamais clos et le contexte historiographique n’était guère différent toutefois lorsque la récipiendaire fit paraître en 1963 un article qui versait à celui, déjà bien fourni, du tétartèron1 une « nouvelle hypothèse » qui n’a pas été démentie depuis. Mon propos d’aujourd’hui sera plus modeste puisqu’au lieu de m’élever au niveau « macroéconomique » des finances impériales, je resterai à celui de la circulation monétaire courante et des pratiques des « manieurs d’argent » byzantins pour tenter d’en éclaircir certains aspects dont le mystérieux τραχύνειν.

I. Le numéraire circulant à l’époque de la rédaction du Livre de l’Éparque

  • 2 M. Hendy, Studies in the Byzantine Monetary Economy, Cambridge 1985, p. 253 (cité désormais Studie (...)
  • 3 M. Koder me signale que, dans la plupart des passages où il est employé (I, 4, 20. 11, 4, 6, 8, II (...)

2La monnaie en général joue naturellement un grand rôle dans les activités artisanales et commerciales de Constantinople telles qu’elles apparaissent à travers le Livre de l’Éparque. Le numéraire y est désigné sans autre précision par les termes de λογάριον εἴτε νουμίον (III, 6) qui a donné lieu à diverses interprétations : Nicole a compris « livres de compte ou (du) numéraire », Hendy « cash that is coin », Koder, « Geld in (Edelmetall-) oder (Kupfer-) Münze »2. Je préférerais donner à εἴτε valeur de « soit », « ou bien », et voir ici la distinction entre le numéraire circulant en sacs scellés (λογάριον) et la monnaie, probablement d’appoint, non scellée (νουμι’ον)3 . Qu’il s’agisse bien sous ce dernier terme de pièces isolées est évident en III, 4, où il est question de les « mettre en tas » (voir infra). Cela ne fait pas de doute non plus dans les deux autres occurrences de νουμίον (IX, 5 et X, 4), où leur métal n’est pas précisé et nous reviendrons sur son identification probable.

  • 4 Rappelons les équivalences
    (...)
  • 5 47 occurrences, cf. J. Koder, cité supra n. 2, index, s.v.

3On trouve attestées dans le Livre de l’Éparque toutes les espèces du système monétaire des Macédoniens4 et même certaines des équivalences qui les unissaient. Le nomisma (d’or) est très souvent cité5, mais toujours sans qualificatif indiquant le métal.

  • 6 Maquignon est un équivalent approximatif des fonctions de surveillance du marché des bêtes de trai (...)
  • 7 Il ne faut pas chercher sous ce nom une espèce réelle bien qu'il soit souvent fait mention de paie (...)

4Le miliarèsion paraît neuf fois, comme monnaie réelle en II, 3, III, 1, 3 et 5 et comme monnaie de compte dans les autres cas, où il sert à exprimer le taux de profit autorisé de diverses professions (XIII, 5, saldamarioi - épiciers détaillants : 2 mil. /nom. ; XVII, 1, poissonniers : 1 mil. /nom. ; XVIII, 1 : 2 mil. /nom. ; XXI, 9, bothroi - maquignons6 : tarif de l’amende exigible par le prostateuôn). Profits ou amendes sont souvent exprimés dans une monnaie de compte, le kération, fraction d’1/24 du nomisma7 : les montants indiqués de 12, 6, 4, 2 et 1 kératia s’inscrivent dans le système monétaire duodécimal byzantin et pouvaient être réglés par des versements respectifs de 6, 3, 2 ou 1 miliarèsia et de 12 folles.

  • 8 Voir G. Dagron, Poissons, pêcheurs et poissonniers de Constantinople, Constantinople and its hinte (...)
  • 9 L'équivalence des deux termes est ancienne et bien connue (cf. Procope, Anecdota XXV, 12, άβολους (...)

5Le follis est mentionné trois fois également pour indiquer des taux de « bénéfice » autorisés (XVII, 3 : les poissonniers et leur prostates peuvent toucher respectivement 2 folles par nomisma, soit 1/144 = 0,69 % ; XXI, 2 : le « maquignon » peut toucher 6 folles par nomisma, soit 1/48 = 2,08 % en cas de revente d’une bête ; XXI, 9 : même taux pour la médiation du prostatès dans des affaires de dettes8). Enfin un seul passage (III, 3) cite l’ « obole », c’est-à-dire le follis9, en indiquant son cours : 1 /24 du miliarèsion, que confirment d’autres textes du ixe au xie siècle. Dans ce dernier cas, il s’agit bien de monnaies réelles et du change entre les espèces, l’une des activités essentielles des manieurs d’argent.

II. Les manieurs d’argent

  • 10 J. Andreau, La vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d'argent (ive siècle a (...)

6Pour employer l’expression heureuse définie par Jean Andreau10, on trouve dans le Livre de l’Éparque plusieurs catégories de « manieurs d’argent », répartis en deux grands groupes selon qu’ils sont ou non organisés et reconnus par l’État dans ces fonctions financières ou monétaires. Du côté officiel, les argyropratai (argentiers) et les trapezitai que le texte même désigne au § 3 du synonyme de katallaktai, d’où la traduction du titre du chapitre par Nicole en « banquiers ou changeurs » ; de l’autre, d’une part des membres d’autres corporations (othonio-pratai - lingers - ou parfumeurs, par ex.) usurpant les fonctions des deux professions patentées ou se livrant tout bonnement à des opérations répréhensibles sur la monnaie, et d’autre part les sakoullarioi (changeurs à la sauvette).

7Les argyropratai du chapitre II ne sont pas seulement des « argentiers » (silversmiths) au sens propre mais aussi des orfèvres puisque dans le même chapitre il est fait allusion au χρυσοχόον. Ils peuvent acheter toutes les matières précieuses, métal non travaillé (άσήμιον), or, argent, perles, pierres précieuses (II, 1) nécessaires à leur art (εἰς ἐργασíαν, II, 8). Leurs connaissances techniques pourraient les entraîner à « commettre un dol » (δόλον ποιῶν) sur ce métal. En vue de ces achats de « matières », ils doivent tenir prêts des miliarèsia sur leurs comptoirs sans qu’il s’agisse ici de change manuel.

8Celui-ci est réservé dans le Livre de l’Éparque aux trapézites que le chapitre III appelle aussi changeurs (καταλλάκται) et qui doivent faire respecter eux-mêmes leur monopole en dénonçant au Préfet les « changeurs à la sauvette » (σακκουλλάριοι).

  • 11 Sur ces deux professions et les métiers urbains en général, voir M. Hendy, Studies, p. 242-251, et (...)

9Le Livre de l’Éparque ne considère pas les fonctions bancaires des argentiers (prêt sur gages, crédit), fonctions qui découlaient normalement du rôle de réserve de valeur joué par les matières précieuses qu’ils traitaient et ne se contentaient pas seulement de mettre en œuvre11.

III. Pratiques et techniques des manieurs d’argent

- Les pratiques et les instruments normaux

10Le passage le plus complexe et le plus controversé, mais le plus intéressant aussi, est sans nul doute II, 3 prescrivant aux argyropratai les jours de marché κατά τον παλαιòν τύπον... ἐν τοῖς ἐργαστηρíοις αὐτῶν ἱδρῦσθαι μετά καὶ τῶν στητόρων {ἢγουν ἐφεστρíδων}, τοῖς ἀββακίοις αὐτῶν τῶν νομισμάτων διὰ μι-λιαρισíων προκειμένων...

  • 12 J. Koder, « Problemwörter » im Eparchikon Biblion, Lexicographica Byzantina, éd. W. Hörandner, E. (...)
  • 13 . L'absence de balance sur les représentations figurées de mensae de nummularii rassemblées par J. (...)
  • 14 J. Koder, « Problemwörter » (art. cité supra n. 12), p. 187-188.

11On se reportera à l’étude de Koder12 pour l’interprétation de στήτωρ comme institor (détaillant, colporteur, qu’il traduit ici par substitut) et de ἢγουν ἐφεστρίς (« c’est-à-dire manteau de cérémonie ») comme une scholie plus tardive. Il lui paraît impossible de comprendre στατήρ, c’est-à-dire balance, - comme le voulait Sjuzjumov - au lieu de στήτωρ. On peut le regretter d’un point de vue logique car cet instrument devait nécessairement figurer sur le comptoir, comme le montrent toutes les représentations connues antiques et médiévales concernant des versements en monnaies d’or ou d’argent13, mais ce n’est pas une raison pour adopter une correction injustifiée selon l’éditeur. Le terme d’ἀββάκιον désigne la table sur laquelle travaillent ou commercent les artisans, non seulement les manieurs d’argent, mais aussi les lingers (IX, 7) et les parfumeurs (X, 1). Dans le cas des lingers, il semble qu’ἀββάκιον désigne un étal mobile ou temporaire qui n’est pas le lieu de travail habituel du négociant, puisque le texte l’oppose à ἐργαστή-ριον. Quant aux parfumeurs, installés obligatoirement depuis la Chalcè jusqu’au Milion, leurs ἐββάκια sont pourvus de καβíα ; Nicole, suivi par Sjuzjumov, comprend « leurs tables et leurs bocaux » et Koder n’est pas loin de cette interprétation lorsqu’il conclut d’une étude lexicographique14 au sens de « petit contenant » (Gefäβ, Behälter, Meβbehälter, Schachtel, Kistchen, Büchse - vase, récipient, mesure, boîte, caissette, petite boîte ou capsule).

  • 15 Voir Grierson, DOC III, 2, p. 509-510.

12Dans le passage τῶν νομισμάτων διὰ μιλιαρισίων προκειμένων, chacun comprend évidemment que des pièces sont disposées sur le comptoir, mais les avis divergent quelque peu sur leur nature et leur rôle : « les sous d’or seront changés d’avance en miliarèsia » (Nicole), « nomismata may be changed into mi-liaresia » (Freshfield), « les nomismata doivent être proposés sous forme de miliarèsia » (Sjuzjumov), « with nomismata and miliaresia set out before them » (Hendy), « das Geld in Form von Miliarisia vorhanden sein soll » (Koder). Le διὰ exclut la présence de monnaies d’or et d’argent que suppose Hendy et l’argy-roprate ne pratique pas non plus le change comme le veut Freshfield. J’adopterais pour ma part la traduction de Koder en donnant comme lui à nomismata ici le sens de « pièces de monnaie » en général, c’est-à-dire d’argent (l’ambiguïté du terme français étant dans le cas présent particulièrement gênante). Les achats d’objets précieux seront donc payés par les argyroprates en miliarèsia seulement, ce qui s’explique par le contexte de pénurie de monnaie d’or déploré par la Novelle 5215.

  • 16 Pacatus, Panégyrique de Théodose Ier (389), Panégyriques latins, XII, 26, Paris 1955 (C.U.F.), t. (...)
  • 17 Robert De Clari, La conquête de Constantinople, XC1, éd. P. Lauer, p. 89.
  • 18 Ainsi sur un tableau de Petrus Christus, « Saint Éloi et les fiancés », ou sur une gravure du xve (...)

13Il est ensuite prescrit aux trapézites d’avoir chacun deux employés pour « empiler les noumia » (III, 4) : Όφείλει ἔκαστος τῶν τραπεζιτῶν ἀνὰ δύο κεκτῆσθαι ύπηρετουμένους αὐτῷ εἰς τὴν ἐπισώρευσιν τωῶν νουμίων. Ici encore, pas d’incertitude sur le sens général de ἐπισώρευσις, mais des divergences de détail sur la façon de se représenter la pratique concrète : « to tally » ( = pointer) (Freshfield) est trop vague, de même, le « sortieren » de Koder que ce dernier éprouve le besoin de préciser en ajoutant « Aufhäufen » ( = mettre en tas). En fait, J. Koder pense au tri en plusieurs tas des différentes espèces de monnaies (« ein "sortieren-des Aufhäufen", daβ also nach Münzarten und nach deren Zustand getrennt "auf-gehäuft" wird », lettre du 4.5. 1995). On peut ici évoquer la description par un rhéteur du ive siècle de la perception de l’or coronaire par Maxime (383), où il est question de peser l’or, de compter la monnaie (numerare pecunias) et d’empiler les pièces de cuivre (cerea cumulari)16 ou celle par Robert de Clari des riches changeurs de Constantinople avant la prise de la ville « qui avoient devant aus les grans mons de besans et les grans mons de pierres précieuses17 ». Mais l’expression « empiler » adoptée par Nicole pourrait être la bonne si l’on se réfère à quelques représentations figurées occidentales où l’on distingue effectivement des piles plus ordonnées sur la table du manieur d’argent18 . Noumia doit désigner l’ensemble des espèces en circulation et pas seulement la monnaie de cuivre.

  • 19 C.J. XI, 11, 1 (367) : obligation aux vendeurs et acheteurs de solidi d'accepter ceux-ci modo ut d (...)
  • 20 « Si elle [la pièce] est de bon aloi et qu'elle porte l'effigie impériale authentique » (Nicole). (...)
  • 21 Il ne peut être question de revenir ici sur le tétartèron. Outre les art. cit. n. 1, voir M. Hendy(...)

14Le trapézite, comme les autres manieurs d’argent, est aussi en mesure d’authentifier et d’estimer les pièces qu’on lui donne à changer et le Livre de l’Éparque rappelle en plusieurs endroits les critères fixés par la loi depuis le ve siècle à la circulation des pièces19. Il doit accepter à sa valeur théorique de 24 « oboles » le miliarèsion τò άκίβδηλον τòν βασιλικòν ἔχον χαρακτῆρα καὶ μὴ παρακεκομμένον (III, 3)20. Inversement, les changeurs ne pourront accepter tout κεκομμένον νόμισμα ἢ μιλιαρίσιον (III, 5), tandis qu’il est fait obligation aux lingers, aux parfumeurs et aux épiciers en IX, 5, X, 4, XI, 9 et XIII, 2 d’accepter le tétartèron ou le duô tétartôn τò τòν βασιλικòν χαρακτῆρα ἀκίβδηλον (ou ἀνό-θευτον) ἔχον21. On retrouve les mêmes critères dans la Novelle 52 de Léon VI en termes plus recherchés (ἀπαραποίητον τὴν μορφὴν ἔχον καì τὴν ὕλην ἀκίβδηλον καὶ τὴν όλκὴν τελείαν).

- Les pratiques illégales

  • 22 Sur ces pratiques en général, voir Hendy, Studies, p. 316-318.

15Les manipulations frauduleuses « classiques » qui privaient la monnaie de l’un ou de tous les critères d’authenticité mentionnés plus haut, devaient être fréquentes et leur interdiction est rappelée en plusieurs paragraphes, ainsi en III, 1 (trapézites) τὰ νομίσματα ἢ τὰ μιλιαρíσια ξέειν μήτε τέμνειν ἢ παραχαράττειν. La plus aisée à réaliser est le rognage pratiqué par limage (ξέειν), ou cisaillage (ψα-λίζειν) et à la portée de métiers non spécialisés comme en X, 4 (parfumeurs) νομίσματα ξέων ἢ ψαλίζων ou en XIII, 2 (épiciers) νομίσματα ξέει22. Le rognage des miliarèsia était effectivement fréquent à cette époque si l’on en juge par l’état de ceux qui nous sont parvenus.

  • 23 G. Dagron, cité supra n. 11.
  • 24 Skylitzès, éd. Thurn (CFHB), p. 390 = Kedrenos II (CSHB), p. 504
  • 25 Voir la même accusation portée contre Manuel Ier et Isaac II dans Nicétas Choniatès, éd. Van Diete (...)

16L’art du trapézite est évidemment supérieur puisqu’il est le seul soupçonné de pouvoir faire de la fausse monnaie ; παραχαράττειν a ce sens depuis l’Antiquité et χαρακτήρ a gardé le sens technique de coin ou d’empreinte laissée par celui-ci (mais non d’effigie comme on le comprend parfois). On se serait pourtant attendu à voir l’argentier ou l’orfèvre mieux équipé pour cela. C’est donc un indice indirect s’ajoutant à ceux relevés par ailleurs23 de l’absence de limites claires entre les deux corporations et leurs activités. Le terme d’ἀργυραμοιβóς, traduit généralement par changeur, exprime cette ambiguïté. On se rappelle que Michel IV avant son avènement avait exercé cette profession (άργυραμοιβικὴ ἐπιστήμη) avec son frère Nicétas et que, selon la rumeur, tous deux auraient alors « altéré les monnaies d’argent » (τὰ ἀργύρια ἐκιβδήλευον)24. Concrètement, faut-il comprendre qu’ils ont fabriqué de faux miliarèsia de titre inférieur et mis en circulation ceux-ci ? Ou bien les chroniqueurs reportent-ils ainsi rétrospectivement sur Michel changeur une pratique dont on accuse en général les empereurs qui étaient plus à même de faire pratiquer dans les ateliers officiels des manipulations de l’alliage monétaire25 ?

  • 26 M. Ju. Sjuzjumov, Kniga Eparkha [Učernie Zapiski], Sverdlovsk 1949, p. 83 avec la réf. à Každan (I (...)
  • 27 Cette note ne figure pas dans la version publiée (J. Koder, Die Drogisten und ihre Waren im Eparch (...)
  • 28 M. F. Hendy, Studies, p. 316-317. Aux ex. de marques/graffiti qu'il cite (trésors ou séries des xi (...)

17L’interdiction faite aux parfumeurs en X, 4 : Eἴ τις μυρεψòς φωραθείη... τρα-χύνων τὰ ἐπισυναγόμενα νουμία καì μὴ έπιδιδιδούς ταῦτα τοῖς τραπεζíταις est plus difficile à interpréter. Freshfield dans son index, s.v., comprend « hoarding [= thésauriser] or? sweating [= limer] coins ». Le second sens est à exclure puis-qu’à la ligne précédente vient déjà d’être énoncée l’interdiction de limer ou de cisailler. La première interprétation est en fait empruntée à la traduction de Nicole : « Tout parfumeur convaincu d’avoir limé ou rogné du numéraire... ou accumulé de la monnaie de cuivre pour l’échanger contre des pièces d’argent au lieu de la remettre aux banquiers, dont il aura ainsi usurpé l’office... » C’est dans cette direction que se sont orientés par la suite la plupart des commentateurs, tels A. Každan qui reprend « changer contre de la monnaie d’argent », ou M. Ju. Sjuzjumov qui comprend « rendre inégal », « changer la monnaie de cuivre avec un agio », « spéculer »26. Dans sa traduction de 1991, J. Koder se contente prudemment du mot-à-mot « aufrauhen » (rendre rude, âpre) qu’il fait suivre d’un ( ?) montrant sa perplexité, tandis que dans le manuscrit d’un article consacré aux parfumeurs dans le Livre de l’Éparque, il insérait la note de travail suivante : « Im Widerspruch zu Hendy (1985, 316, A. 7) möchte ich Numia im EB nicht als Goldmünzen, sondem allgemein als Münzen interpretieren und trachynein - wörtlicher im Sinne von “aufrauhen” - als eine Reinigungstätigkeit, die eine Echtheitsprüfung zum Ziel haben mag. Der Hinweis, daß “die das Geschäft der Geldwechsler” sei, scheint mir zu passen27. » M. Hendy comprend, quant à lui, « to roughen or scratch... presumably referring to the scratches or marks of identification or certification that are quite commonly found on precious-metal coins of this and later periods28 ».

18Certes depuis l’Antiquité τραχύνω a de nombreux emplois en ce sens propre de « rendre rugueux », comme au sens figuré de « rendre [le caractère] inégal, irriter, exaspérer ». Každan s’appuie sur l’un de ces emplois métaphoriques dans le Syntagma des Basiliques « rendre [la punition] plus sévère », donc l’augmenter, par opposition à πραΰνω (adoucir, alléger), pour en venir à la notion de changer la monnaie de cuivre en monnaie de plus forte valeur, donc d’argent.

19Mais, à ma connaissance, le Livre de l’Éparque est le seul texte aussi bien antique que byzantin qui utilise le terme à propos de la monnaie. Le contexte peut nous aider à éclairer son contenu sémantique, par référence aux activités des trapézites que le parfumeur usurpe en τραχύνων les monnaies de cuivre : puisque les trapézites pratiquent essentiellement le change, lorsque les parfumeurs « rendent trachy les noumia accumulés », il est très probable qu’ils se livrent à une opération de cet ordre. Nous sommes donc ramenés à l’identification du trachy.

  • 29 Cf. mes notes dans P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle, Paris 1977, p. 137, n. 54, et dans T (...)
  • 30 Voir P. Grierson, DOC III, 1, p. 55. Aux utiles regestes des p. 50-51, ajouter en 1015, le documen (...)
  • 31 G. Schlumberger, Mélanges d'archéologie byzantine, Paris 1885, p. 31-33.
  • 32 Aussi est-il peu probable que le fait d'entailler les monnaies de marques - d'ailleurs compréhensi (...)

20À l’époque des Comnènes c’est un quasi-substantif désignant les deux fractions de l’hyperpère, le 1/3 en alliage or-argent et le 1/48 en cuivre argenté. Au xie siècle l’épithète s’applique à partir de Constantin IX aux nomismata de plein poids Qiistaména) et fait sans doute allusion à la forme concave des pièces29. À la fin du xe siècle, on la rencontre sous la forme olotrachi dans des documents italiens datés de 971 et 1033, puis au xie siècle dans des actes de l’Athos datés de 1015, 1030 et 1034, dans lesquels elle qualifie des pièces d’or (solidi ou nomismata histaména)30. L’existence d’un poids (de 3,90 g) au Cabinet des Médailles avec la légende : +ΠΑ | ΛΑΙΟΝΟ | ΛΟΤΡΑ | XON || | ΕΛΑ | ΦΡΟΝ31 montre qu’elle s’appliquait également à une dénomination « légère », vraisemblablement une forme de tétartèron. Dans tous les cas, trachy ne peut désigner qu’une qualité de la monnaie32, soit, selon Grierson, son caractère fleur de coin (« unworn », « a newly struck coin being rough to the touch »).

  • 33 M. J. Koder veut bien me préciser que l'examen des occurrences de Tpaxyn dans le Cdrom du Thesauru (...)

21« Transformer les noumia en trachy » peut donc avoir consisté à procéder au change de pièces de cuivre en monnaies d’or récemment frappées ou du moins en bon état de conservation33. Qu’y avait-il donc là de répréhensible ?

***

  • 34 X, 2 : accaparement de marchandises par les parfumeurs ; XI, 3 : d'huile par les cérulaires ; XIII (...)
  • 35 Les auteurs antiques et médiévaux avaient une claire notion du rapport - inflationniste ou déflati (...)

22Le Livre de l’Éparque condamne en fait ici non pas tant l’opération de change elle-même mais les réserves et par conséquent la thésaurisation qu’elle suppose. Cette thésaurisation des noumia vient d’être interdite aux lingers dans le chapitre précédent en termes en partie analogues (IX, 5 : οἱ ὀθωνιοπράται μὴ θησαυριζέτωσαν τὰ νουμία εις καιρόν ἐνδείας, ἀλλα τοῖς τραπεζίταις ταῦτα διδότω-σαν). La thésaurisation n’est d’ailleurs que l’une des formes de l’accaparement que pourchasse la réglementation préfectorale34. Concernant la monnaie, il s’agit de réprimer toute entrave mise à sa circulation. Sans prêter à Léon VI des vues modernes sur l’importance de la vitesse de circulation35, on peut inscrire cette mesure dans sa politique de lutte contre la pénurie de signes monétaires, l’inopia rei nummariae, ἔνδεια (νομίσματος) ὡς νόσον καì φθοράν, fléau des économies antiques, médiévales et même modernes, politique dont témoignent la novelle 52 et indirectement la novelle 51 sur la découverte des trésors.

Notes

1 H. Ahrweiler, Nouvelle hypothèse sur le tétartèron d'or et la politique monétaire de Nicéphore Phocas, ZRVI 8, 1 [= Mélanges Ostrogorsky I], Belgrade 1963, p. 1-9 (= Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971, III). L'auteur appréciera sans nul doute le jugement favorable d'un collègue connu par ailleurs pour la sévérité de ses critiques : « The further entirely plausible ingenuity of Ahrweiler... [her] conclusion [sur la métrologie du tétartèron, affaibli d'1/12 par rapport à l'histaménon| should be regarded as the correct one. » « The approach adopted by Ahrweiler - the close examination of contemporary or near contemporary sources is that which is the most likely to yield positive results. » (M. Hendy, Light weight solidi, tetartera, and the Book of the Prefect, BZ 65, 1972, p. 57-80 à la p. 65 [= The Economy, Fiscal Administration and Coinage of Byzantium, Northampton 1989, IX]). On notera in fine que, contrairement à ce qu'affirme M. H., Hélène Ahrweiler n'a jamais « sanctionné » dans cet article l'hypothèse de la correspondance du tétartèron et du dinar fatimide, ni l'idée d'une émission destinée à l'usage des provinces reconquises. Nos propres recherches sur la monnaie d'or byzantine, montrant l'existence d'une altération de l'alliage à cette époque, appuient en revanche l'interprétation d'Hélène Ahrweiler de la création du tétartèron dans le cadre des besoins de financement de l'armée des tagmata (C. Morrisson, J.-N. Barrandon et al.. L'or monnayé De Rome à Byzance, Paris 1985, p. 129 s.).
Byzantina Sorbonensia 16

2 M. Hendy, Studies in the Byzantine Monetary Economy, Cambridge 1985, p. 253 (cité désormais Studies) ; J. Koder, Das Eparchenbuch, Vienne 1991 (CFHB 33), p. 91. Je remercie M. Koder d'avoir bien voulu relire le manuscrit de cet article et de m'avoir fait profiter de sa connaissance approfondie du Livre de l'Éparque. Je reste naturellement seule responsable des erreurs qui pourraient subsister.

3 M. Koder me signale que, dans la plupart des passages où il est employé (I, 4, 20. 11, 4, 6, 8, III, 6, IV, 1, 2, 3, 9, V, 2, VI, 10, VII, 2, VIII, 2, IX, 6, Χ, 2, 3, XI, 1, 4, 7, 8, XIII, 1, 6, XVIII, 4, 5, XIX, 3, XX, 1, XXII, 1, 3), εἴτε n'a pas le sens que je voudrais lui donner. Cependant cet argument ne lui paraît pas dirimant car d'une part le sens alternatif est plus rare et d'autre part III, 6 peut avoir été écrit par un autre rédacteur. Pour le sens de « bourse » donné à λογάριον dans des textes des vie-viie s., C. Morrisson, La découverte des trésors à l'époque byzantine, TM 8, 1981, p. 322, 325 (= Monnaies et finances à Byzance : analyses, techniques, Aldershot 1994, VII). Quant à νουμίον, contrairement à Hendy (Studies, p. 316, n. 7) qui lui donne le sens de « monnaie d'or », J. Koder préfère lui donner le sens générique de pièce de monnaie (voir ci-dessous, n. 27).

4 Rappelons les équivalences
Image
Le rapport nomisma/miliarèsion a toutefois varie (voir P. Grierson, DOC III, 1, p. 67-68 ; C. Morrisson, TM 7, 1979, p. 439-440).

5 47 occurrences, cf. J. Koder, cité supra n. 2, index, s.v.

6 Maquignon est un équivalent approximatif des fonctions de surveillance du marché des bêtes de trait et de selle exercées par les bothroi. L'étymologie du terme reste obscure (« Wer andern eine Grube gräbt... »: J. Koder, Die Bezeichnung βόθρος im « Eparchikon Biblion », Eest und Alltag in Byzanz, éd. G. Prinzing, D. Simon, Munich 1990, p. 71-76 et 194-197).

7 Il ne faut pas chercher sous ce nom une espèce réelle bien qu'il soit souvent fait mention de paiements effectués par son moyen (I, 4 : le notaire absent lors d'une cérémonie à laquelle l'éparque l'a invité doit verser 4 kératia ; I, 5 : s'il ne se rend pas à une convocation de son primicier, il versera 2, puis 4, puis 6 kératia en cas de récidive(s) ; I, 9 : amende de 6 kératia en d'autres occasions; I, 19: 2 kér./nom. d'honoraires pour le scribe ; I, 25: 12kér. d'honoraires pour un acte concernant une affaire de 100 nom. au plus ; I, 26 : amende de 6 kératia pour celui qui n'assistera pas aux obsèques d'un confrère ; IX, 6 : profit de 1 kér. /nom. ; XVII, 3 : le profit de 2 kér. /nom. pour les poissonniers est une correction de Koder que récuse G. Dagron (art. cité infra n. 8, p. 71, n. 66) ; XVIII, 1 : profit de 1 kér./nom. pour les boulangers ; XXI, 2 : 1 kér. pour le maquignon qui aura servi d'intermédiaire). Sur les taxes et profits dans le Livre de l'Éparque, voir J. Koder, Επαγγέλματα σχετικά με τον επισιτισμό στο Επαρχικό Βιβλίο, Πρακτικά του Α 'Διεθνούς Συμποσίου « Η καθημερινή ζωή στο Βυζάντιο -Τομές και συνέχειες στην ελληνιστική και ρωμαϊκή παράδοση », Athènes 1989, ρ. 363-371, aux ρ. 369-371.

8 Voir G. Dagron, Poissons, pêcheurs et poissonniers de Constantinople, Constantinople and its hinterland, éd. С. Mango, G. Dagron, Aldershot 1995, p. 57-73 aux p. 70-72.

9 L'équivalence des deux termes est ancienne et bien connue (cf. Procope, Anecdota XXV, 12, άβολους οὓς φόλεις καλοῦσιν). « Obole » appartient à un niveau de langue supérieur. Son emploi atteste l'hétérogénéité stylistique du texte que souligne J. Koder (p. 58).

10 J. Andreau, La vie financière dans le monde romain. Les métiers de manieurs d'argent (ive siècle av. J.-C.-iiie siècle ap. J.-C), Rome 1987 (BEFAR 265), notamment p. 17-27.

11 Sur ces deux professions et les métiers urbains en général, voir M. Hendy, Studies, p. 242-251, et G. DAGRON, L'économie urbaine, dans An Economic History of Byzantium, Angeliki Laiou éd., à paraître.

12 J. Koder, « Problemwörter » im Eparchikon Biblion, Lexicographica Byzantina, éd. W. Hörandner, E. TRAPP, Vienne 1991 (Byzantina Vindobonensia 20), p. 185-197 aux p. 186-187. Le sens de manteau de cérémonie est attesté en I, 3, où il est prescrit que le notaire se présente ainsi revêtu pour sa prestation de serment devant l'éparque.

13 . L'absence de balance sur les représentations figurées de mensae de nummularii rassemblées par J. Andreau s'explique par le fait que ceux-ci changent la monnaie d'appoint apportée par le public et que ces petites monnaies sont comptées et non pesées. La balance (trébuchet à bras égaux tenu dans la main et non posé) figure en revanche sur les diverses représentations byzantines du collecteur d'impôts illustrant l'oratio 19 de Grégoire de Nazianze (p. ex. Si-nait. 339, seconde moitié du xiie s., reprod. dans A. Guillou, Civilisation byzantine, fig. 37, p. 144, ou Par. Gr. 543, fol. 102v, début du xive s., reprod. dans Hommes et richesses 2, couverture) -car les taxes étaient perçues en pièces d'or et d'argent seulement - et bien entendu sur le célèbre tableau de Quentin Metsys et d'autres portraits de changeurs médiévaux. L'enluminure du manuscrit du Sinai - ainsi probablement que celle du manuscrit de Moscou, fol. 61v, cf. G. Galavaris, The Illustrations of the Liturgical Homilies of Gregory Nazianze-nus, Princeton 1969, fig. 9 - montre même au centre de la table la boîte en bois d'où a été sorti le trébuchet. Une boîte semblable contenant encore les bras, les plateaux, un poids monétaire uniface à l'effigie de deux empereurs et des jetons d'os dans un tiroir secret vient d'être découvert dans une épave byzantine du vie s. fouillée par la Drasm au large de La Palud (île de Port-Cros, Var) [communication de M. Luc Long, archéologue].

14 J. Koder, « Problemwörter » (art. cité supra n. 12), p. 187-188.

15 Voir Grierson, DOC III, 2, p. 509-510.

16 Pacatus, Panégyrique de Théodose Ier (389), Panégyriques latins, XII, 26, Paris 1955 (C.U.F.), t. III, p. 93 (cité par M. Hendy, Studies, p. 189) : « Stabat ipse [Maximus] purpurams ad lances et momenta ponderum nustusque trutinarum pallens atque inhians exigebat. Comportabantur interim spolia prouinciarum, exuuiae exulum, bona premptorum. Hic aurum matronarum manibus extractum, illic raptae pupillorum ceruicibus bullae, istic dominorum cruore perfusum appendebatur argentum. Numerari ubique pecuniae, fisci repleri, aera сити-lari, uasa concidi, cuiuis ut inutenti non illud imperatoris domicilum, sed latronus receptacu-lum uideretur. »

17 Robert De Clari, La conquête de Constantinople, XC1, éd. P. Lauer, p. 89.

18 Ainsi sur un tableau de Petrus Christus, « Saint Éloi et les fiancés », ou sur une gravure du xve s. représentant un changeur juif à sa table (reprod. par A. Dauphin-Meunier, La banque à travers les âges, Paris 1937, I, p. 119).

19 C.J. XI, 11, 1 (367) : obligation aux vendeurs et acheteurs de solidi d'accepter ceux-ci modo ut debiti ponderis sint et speciei probae. Hendy, Studies, p. 365, comprend « required weight and honest material ». Je crois que species fait allusion à l'aspect de la pièce et essentiellement à son type. Par l'examen visuel, le manieur d'argent devait déceler si le type était falsifié (et par là si la pièce était de mauvais aloi). Cf. J. Andreau (cité supra n. 10), p. 524 et Val. III, Ed. XVI.

20 « Si elle [la pièce] est de bon aloi et qu'elle porte l'effigie impériale authentique » (Nicole). Bien que κιβδηλεύειν soit le plus souvent utilisé pour désigner les manipulations de l'alliage, et ἀκίβδηλον le métal inaltéré, l'adjectif me paraît ici s'appliquer à χαρακτήρ.

21 Il ne peut être question de revenir ici sur le tétartèron. Outre les art. cit. n. 1, voir M. Hendy, Studies, p. 507-508, pour un état de la question avec la bibliographie. La variante ανόθευτος ne nous apprend rien de précis sur la nature de la falsification.

22 Sur ces pratiques en général, voir Hendy, Studies, p. 316-318.

23 G. Dagron, cité supra n. 11.

24 Skylitzès, éd. Thurn (CFHB), p. 390 = Kedrenos II (CSHB), p. 504

25 Voir la même accusation portée contre Manuel Ier et Isaac II dans Nicétas Choniatès, éd. Van Dieten (CFHB), p. 347, 444 = p. 453, 584 (CSHB).

26 M. Ju. Sjuzjumov, Kniga Eparkha [Učernie Zapiski], Sverdlovsk 1949, p. 83 avec la réf. à Každan (Izv. na Akad. Nauk 1948, 2).

27 Cette note ne figure pas dans la version publiée (J. Koder, Die Drogisten und ihre Waren im Eparchenbuch (EB 10.1), Vizantija i srednovekovje Krim, к 100-letiju professora M. Ja. Sjusjumova, Antičnaja Drevnost i Srednije veka 26 = Scripta Classica, Mediaevalia et Archaeologica sibirica 4, 1992, p. 220-236).

28 M. F. Hendy, Studies, p. 316-317. Aux ex. de marques/graffiti qu'il cite (trésors ou séries des xiie-xive s.), ajouter pour notre époque Mando Oeconomides, Θησαυρός χρυσών νομισμάτων από τη Χρυσή Εδέσσης (10ος αιώνας), Ευφρόσυνον. Αφιέρωμα στον Μ. Χατζιδά-κη, Athènes 1992, ρ. 435-438.

29 Cf. mes notes dans P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle, Paris 1977, p. 137, n. 54, et dans T. Bertele, Numismatique byzantine, Wetteren 1978, p. 54, n. 1.

30 Voir P. Grierson, DOC III, 1, p. 55. Aux utiles regestes des p. 50-51, ajouter en 1015, le document d'Iviron citant les cent χρυσίου νομίσματα ὁλότραχα donnés par Euthyme l'Ibère à la communauté athonite (Iviron I, p. 216-221 ; n° 21, 1. 32).

31 G. Schlumberger, Mélanges d'archéologie byzantine, Paris 1885, p. 31-33.

32 Aussi est-il peu probable que le fait d'entailler les monnaies de marques - d'ailleurs compréhensibles de leurs seuls auteurs - ait été considéré comme leur conférant une qualité.

33 M. J. Koder veut bien me préciser que l'examen des occurrences de Tpaxyn dans le Cdrom du Thesaurus Linguae Graecae - que j'avais moi-même tenté avant de reculer devant leur nombre - lui paraît confirmer cette interprétation : « Die Suche von Tpaxyn im Thesaurus Linguae Graecae (CD Rom) scheint mir Ihre Annahme zu bestätigen, daß τραχύ-νειν im Sinne von “aufrauhen von Münzen” in der griechischen Literatur singular ware und daher zu verwerfen ist. »

34 X, 2 : accaparement de marchandises par les parfumeurs ; XI, 3 : d'huile par les cérulaires ; XIII, 4 : de denrées par les épiciers ; XVI, 5 : de viande de porc par les charcutiers ; XX, 3 : devoir du légataire de surveiller toute forme d'accaparement.

35 Les auteurs antiques et médiévaux avaient une claire notion du rapport - inflationniste ou déflationniste - entre l'offre de monnaie et le niveau des prix. Les théologiens de l'école de Salamanque et Jean Bodin affinèrent l'analyse au xvie s. dans leur réflexion sur le rôle respectif de l' « abondance d'or et d'argent » et de la dévaluation ainsi que de l'insécurité, mais c'est seulement au xviiie s. avec Petty, Locke et Cantillon que l'on prit conscience du rôle de la vitesse de circulation de la monnaie, expression que Cantillon fut le premier à employer (voir J. Schumpeter, History of Economic Analysis, p. 316-317).

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search