Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Les guerres arabo-byzantines vues par Yaḥyā d’Antioche, chroniqueur arabe melkite du ve /xie siècle

Françoise Micheau

Texte intégral

1Alors que je travaillais avec Gérard Troupeau à la traduction de la Chronique arabe de Yaḥyā d’Antioche, Hélène Ahrweiler m’a conviée par deux fois à présenter, dans le cadre du séminaire qu’elle dirigeait, cette source dont seules des lectures croisées entre spécialistes des diverses aires culturelles du Proche-Orient peuvent explorer toute la richesse. Ces interventions, outre d’intéressants échanges ponctuels, ont favorisé effectivement la collaboration durable de collègues et amis byzantinistes qui, par l’éclairage des textes grecs, ont permis de mieux comprendre l’ouvrage arabe.

2La Chronique de Yaḥyā d’Antioche ne porte pas d’autre titre que celui de Ḏayl (Continuation), car l’auteur se proposait de prolonger l’écrit du patriarche d’Alexandrie Sa‘īd ibn al-Biṭrīq en reprenant le même mode de composition. Elle fut rédigée sous sa forme définitive à Antioche dans la première moitié du ve/xie siècle et couvre les années 326/937-938 à 425/1033-1034.

  • 1 Sur Yaḥyā et son œuvre, voir G. Graf, Geschichte der christlichen arabischen Literatur, t. ii, Cit (...)
  • 2 Grâce à la traduction en russe établie par V. Rosen (voir note suivante), G. Schlumberger avait la (...)

3Les principales informations sur l’auteur proviennent de l’introduction dans laquelle il se désigne sous le nom de Yaḥyā ibn Sa‘īd al-Anṭākī et dit être venu à Antioche en 405/1014-1015. C’est donc dans une ville passée sous domination byzantine depuis 358 /969 que Yaḥyā, qui avait vécu la première partie de sa vie au Caire, s’est réfugié pour fuir les persécutions d’al-Ḥākim, et qu’il a mené à bien la rédaction de sa Chronique1. De telles circonstances expliquent l’originalité de cette source et la valeur historique qu’elle présente pour l’histoire de l’Égypte, de la Syrie du Nord, de l’empire byzantin, de la Géorgie et de l’Arménie, des patriarcats orientaux aux ive-ve/xe-xie siècles2.

  • 3 Dans V. Rosen, Imperator Vasilij Bolgarobojca, Saint-Pétersbourg 1883 (réimpr. Londres 1974).
  • 4 Eutychii Palriarchae Alexandrini Annales II, Louvain 1909 (CSCO 51), p. 89-363.
  • 5 L’introduction présente les divers manuscrits utilisés par les éditeurs et précise les raisons qui (...)

4On comprend que ce texte ait fait l’objet, depuis la fin du siècle dernier, de plusieurs éditions et traductions. Le plus ancien de ces travaux est dû à l’orientaliste V. Rosen qui a édité et traduit en russe dix-sept extraits concernant le règne de Basile II3. Peu après, une publication complète a vu le jour : à la suite de l’édition par L. Cheikho des « Annales » de Sa‛īd ibn al-Biṭrīq, B. Carra de Vaux et H. Zayyat ont édité la « Continuation » de Yaḥyā4. Enfin, les orientalistes russes I. Kratchkovsky et A. Vasiliev ont entrepris une nouvelle édition de ce texte, accompagnée d’une traduction en langue française, dans deux fascicules de la Patrologia Orientalis parus en 1924 et 1932. Leur entreprise était restée inachevée pour diverses raisons lorsque revint à Gérard Troupeau, Directeur d’Études à l’École Pratique des Hautes Études, et à moi-même la tâche d’achever une publication commencée voici plus de soixante-dix ans : le troisième et dernier fascicule vient de paraître ; il comprend l’édition du texte arabe telle que l’avait préparée I. Kratchkovsky et la traduction annotée établie par nos soins5.

  • 6 M. Canard, Histoire de la Dynastie des H’amdanides de Jazîra et de Syrie, t. 1, Alger 1951 ; W. Fe (...)

5Dans cette contribution nourrie des échanges suscités par les séminaires d’Hélène Ahrweiler, je me propose non de réécrire l’histoire des guerres arabo-byzantines, désormais bien établie, en particulier grâce aux travaux de M. Canard, de W. Felix, de Th. Bianquis6, mais de préciser, en reprenant le vocabulaire employé par Yaḥyā, la représentation que ce chrétien melkite, originaire de l’Égypte, émigré à Antioche en terre byzantine, écrivant une chronique en langue arabe, avait de ces guerres qui eurent pour théâtre principalement la Syrie du Nord, secondairement la Djéziré (ou Haute-Mésopotamie).

  • 7 T. 18, p. 710.

6La Chronique de Yaḥyā accorde une large place aux guerres arabo-byzantines, mais les insère, selon des modalités variables, dans un récit annalistique riche d’événements multiples. En continuation directe de l’ouvrage rédigé par Sa‘īd ibn al-Biṭrīq, elle commence en 326/937-938, là où s’achevait celui-ci. Cette date, dépourvue de toute signification précise, se situe à la fin d’une longue période de stabilisation entre l’empire byzantin et le monde musulman. Chacun des deux protagonistes a assuré ses positions, le temps des longues campagnes et des expéditions de conquête est révolu. Mais, périodiquement, Byzantins comme musulmans lancent des incursions dans le territoire adverse, pillent ou incendient villes et villages, massacrent ou capturent les habitants ; ces démonstrations de Force font régulièrement place à des négociations dont le seul enjeu est l’échange de prisonniers. « En l’an 326/937-938, il y eut une trêve (hudna) entre les Rūm et les musulmans ; il y eut aussi échange d’un grand nombre d’hommes [prisonniers] ». Sa‘īd achevait ses « Annales » par la mention de cet événement banal, et Yaḥyā la recopie au début de sa Chronique, marquant ainsi la stricte continuité avec son prédécesseur7.

  • 8 T. 18, p. 730-733. L’expédition contre Edesse aboutit à une nouvelle trêve, éternelle hudna mu’abb (...)

7Les premières pages du récit de Yaḥyā enregistrent de nouvelles incursions byzantines, contre Arzan, Nisibe, Édesse et Dārā en 331 /942-943, contre Ra’s al-‘Ayn l’année suivante8. Il s’agit encore de faits de peu d’importance, simplement consignés au fil d’un récit où les affaires d’Irak, d’Égypte et du Maghreb occupent la plus grande part.

8Mais, à partir des années 336-337/947-949, la portée et la nature des guerres arabo-byzantines changent. Les empereurs macédoniens engagent énergiquement des attaques de grande envergure. Malgré les efforts de Sayf al-Dawla, l’émir hamdanide d’Alep, qui est seul à leur tenir tête, les armées byzantines commencent par fortifier leurs lignes de défense au nord en conquérant les places d’al-Ḥadaṯ et de Mar‘aš ; elles doivent reculer un moment devant les vigoureuses contre-offensives hamdanides ; puis elles redressent la situation, reprennent al-Ḥadaṯ, s’emparent de Samosate, remportent en 349/960-961 une grande victoire sur les troupes ennemies, forcent ‘Ayn Zarba à capituler, occupent temporairement Alep en 351 /962 ; elles poursuivent alors leur pénétration en Syrie du Nord avec la conquête d’al-Maṣṣīṣa, de Tarse, de Tīzīn, de ‘Arqā, de Lattaquié et de quelques autres forteresses du littoral ; elles parachèvent leur mainmise sur la région avec la prise d’Antioche le 13 ḏū l-ḥiǧǧa 359/28 octobre 969 et le traité de protection imposé en ṣafar 359/décembre 969-janvier 970 à l’émirat d’Alep. La mobilisation des armées musulmanes – exception faite de la venue de volontaires du Ḫurāsān en 353/964 et 355/966 – n’a pas dépassé les territoires de mouvance hamdanide, même si les victoires byzantines ont entraîné des mouvements de protestation populaire au Caire, à Mossoul et à Bagdad.

  • 9 Ces années correspondent aux pages 767-826 du t. 18 ; les guerres arabo-byzantines y occupent quel (...)

9Les étapes de cette « Reconquête byzantine » sont décrites dans la Chronique de Yaḥyā, et il n’est pas excessif d’affirmer que, pour la période qui court de 336/ 947-948 à 359/969-970, elles en représentent le sujet central9. Mais cette source, pour intéressante et précise qu’elle soit, est loin d’être la seule, et elle doit être resituée dans une historiographie syro-mésopotamienne abondante, où l’offensive byzantine et la réaction de Sayf al-Dawla ont fait l’objet de plusieurs relations.

10L’année 359/969 introduit une coupure significative dans l’histoire des guerres arabo-byzantines. Cette date, en effet, est celle de la prise d’Antioche par Nicéphore Phocas : la grande métropole de la Syrie du Nord devient le siège d’un catépanat, le lieu d’ancrage de la présence byzantine en Syrie, le point de départ de toutes les expéditions ultérieures. 969, c’est aussi l’année où un traité de paix consacre la soumission de l’émirat d’Alep à la puissance byzantine. 969, c’est enfin la conquête de l’Égypte par les Fatimides suivie de la mainmise sur la Syrie méridionale et centrale. Une nouvelle période s’ouvre pour l’histoire de la Syrie du Nord, où le jeu à deux – Byzantins /Hamdanides – fait place à un jeu à trois – Byzantins /Hamdanides /Fatimides. Jeu complexe où les nouveaux souverains du Caire tentent à plusieurs reprises d’accroître leur zone d’influence, où les anciens maîtres de Mossoul et d’Alep s’emploient à garder quelques bribes de pouvoir, où les empereurs byzantins font régulièrement pression sur Alep, interviennent dans les rivalités entre puissances musulmanes pour maintenir et renforcer leur domination en Syrie du Nord et en Haute-Mésopotamie, mais doivent aussi faire face à la révolte de Bardas Phocas.

  • 10 Voir notamment t. 23, p. 353-354 et 368-369 (expéditions de Jean Tzimiskès), p. 407, 412-413, 415 (...)

11Pour ces trois dernières décennies du ive/xe siècle, la Chronique de Yaḥyā offre un récit, précieux et souvent détaillé, des expéditions byzantines, des négociations pour le renouvellement du traité d’Alep, des campagnes menées par le général fatimide Manǧū Takīn, des interventions de l’empereur en faveur des Hamdanides10. Mais, à la différence de la période de la Reconquête byzantine, ces événements sont égrenés dans un texte qui fait place à l’histoire des émirs bouyides (du moins jusqu’en 991), plus encore à l’Égypte fatimide, et traite aussi de l’histoire propre de l’empire byzantin et des différents patriarcats.

  • 11 À partir du t. 23, p. 462, exception faite des pages consacrées aux divisions entre communautés re (...)
  • 12 Voir notamment H. Halm, Der Treuhänder Gottes. Die Edikte des Kalifen al-Ḥākim, Der Islam 63, 1986 (...)
  • 13 T. 47, p. 390-404.

12À partir de l’avènement d’al-Ḥākim, en 386/996, l’attention du chroniqueur se focalise sur l’histoire de l’Égypte11 et fournit sur le règne de ce calife si controversé des informations dont la richesse et l’originalité ont été souvent soulignées12. En effet, il vivait alors au Caire et fut un témoin direct des faits rapportés ; il subit lui-même les conséquences de la politique califale puisqu’il émigra à Antioche en 405/1014-1015, fuyant un pays devenu invivable pour un chrétien melkite. Il reste néanmoins fort bien renseigné et poursuit, sans rupture apparente, le récit des règnes d’al-Ḥākim et de son successeur al-Ẓāhir. Les affaires de Syrie du Nord sont passées nettement au second plan. Seuls les événements qui ont conduit à l’entrée d’Alep dans la mouvance fatimide en 406/1016 retiennent quelques instants son attention13.

13Pour les douze dernières années couvertes, de 413/1022-1023 à 425/1033-1034, l’horizon de notre chronique se modifie à nouveau : l’histoire de l’Égypte fatimide est délaissée, la mort du calife al-Qādir à Bagdad n’est que brièvement signalée, la succession impériale à Constantinople est, au contraire, largement traitée et, surtout, les événements qui eurent pour théâtre les provinces orientales de l’empire sont au cœur du récit. Yaḥyā, qui vivait et écrivait à Antioche, disposait d’informations de première main qui lui permirent de donner toute sa place à la politique offensive menée par les empereurs et les catépans. Les Byzantins ne pouvaient, en effet, rester indifférents à la montée en puissance des tribus arabes, à l’occupation d’Alep par Ṣāliḥ ibn Mirdās, à la construction de forteresses dans le Ǧabal al-Rawādīf par des chefs locaux.

  • 14 En particulier, t. 47, p. 492-500 (expédition de Romain), p. 494-496 et 510-512 (soumission des Ba (...)
  • 15 T. 47, p. 534.

14L’histoire des guerres arabo-byzantines, telle que l’écrit Yaḥyā, s’enrichit alors sous sa plume de longs récits détaillés et originaux : l’expédition de l’empereur Romain III en 421 /1030 ; son accord avec les Banū l-Ǧarrāh et sa défaite près de A‘zāz ; l’accord de paix entre l’empereur et le maître d’Alep, Naṣr fils de Ṣāliḥ ibn Mirdās ; les sièges des forteresses d’al-Manīqa et de Bikisrā’īl par Nicétas, catépan d’Antioche ; la conquête d’Édesse par les Byzantins en 422/ 1031 ; les difficiles négociations entre Byzantins et Fatimides en vue de la conclusion d’une trêve14 . Sa Chronique s’interrompt brusquement avec le récit de la mort de l’empereur Romain III le 18 ǧumādā I 425/10 avril 1034. Du moins, aucun des manuscrits conservés ne va au-delà. Mais il est possible que l’œuvre originelle fût plus longue. L’auteur annonce, dans les dernières pages du texte connu15, qu’il traitera plus loin de la trêve entre l’empereur Michel IV et le calife al-Ẓāhir. Et le chroniqueur alépin al-‘Azīmī (mort en 556/1160-1161) note, sous l’année 458/1065-1066 : « Ici se termine l’histoire d’al-Anṭakī al-Masīḥī. »

15Guerres arabo-byzantines, avons-nous écrit. Les mots sont commodes pour désigner les affrontements militaires entre des puissances rivales que le rapport des forces militaires pouvait conduire à reculer, à progresser, ou encore à négocier. Mais ces mots ne sont pas ceux de notre chroniqueur. Et, à lire les récits qu’il a consignés, c’est de guerres romano-musulmanes qu’il faudrait bien plutôt parler.

  • 16 Dans la partie traduite par I. Kratchkovsky, Rūm est systématiquement rendu par Grecs, sauf pour l (...)
  • 17 T. 18, p. 768.
  • 18 T. 47, respectivement p. 432, p. 514, p. 498.

16Car ceux que nous disons Byzantins, Yaḥyā, comme tous les auteurs arabes, les nomme al-Rūm, entendons les Romains, reprenant le mot par lequel les sujets de l’empire romain d’Orient se désignaient eux-mêmes16. Il appelle constamment l’empereur byzantin malik al-Rūm, son empire bilād al-Rūm, ou balad al-Rūm (deux termes synonymes qu’il semble employer de manière indifférenciée), beaucoup plus rarement mamlakat al-Rūm, et les provinces qui le composent a‘māl al-Rūm. Ainsi Sayf al-Dawla « pénétra dans le pays des Rūm (balad al-Rūm) le 15 rabī‘ I 339/1er septembre 950 [...] et s’empara des forteresses appartenant aux Rūm (ḥuṣūn al-Rūm)17 ». Les forces militaires byzantines sont désignées de même par l’expression ǧuyūš al-Rūm, ou plus souvent encore par le seul mot d’al-Rūm. Celui-ci prend alors un sens large et collectif s’appliquant tout aussi bien aux habitants, aux soldats, aux fonctionnaires de l’empire byzantin. On peut ainsi lire que « au mois de šawwāl de l’an 411 /janvier-février 1021, Muḥammad ibn Ḫalīd al-Bahranī remit aux Rūm la forteresse appelée al-Ḫawābī », ou que « au mois de ḏū l-qa‘da de l’an 422/octobre-novembre 1031 [...] les Rūm se rendirent maîtres de la ville d’Édesse », ou encore, après le désastre de A‘zāz en ša‘bān 421 /août 1030, que « les Rūm s’enfuirent en prenant le chemin de la montagne18 ».

  • 19 T. 47, p. 432.
  • 20 T. 18, p. 783. Cette église fut alors couramment appelée l’église des Rūm. Voir B. T. A. Evetts, T (...)
  • 21 T. 23, p. 465.

17Mais il est des Rūm en dehors des habitants de l’empire byzantin. D’abord des prisonniers de guerre, transférés en Égypte, qui ont été vendus comme esclaves, et dont les descendants vivaient au Caire, tel ce « prêtre du nom de Nicéphore, fils d’esclaves rūm (min abnā’ al-Rūm al-‘abīd), menuisier servant comme tel au palais », et devenu patriarche melkite de Jérusalem en 411 /102019. Ils forment une communauté qui, au Caire, a ses propres églises, notamment l’église dédiée à la Vierge Marie dans le quartier d’al-Qanṭara (ou al-Ḥamrā’). Ce sanctuaire, précise Yaḥyā, était aux mains des jacobites, mais fut transféré « aux Rūm » par Arsénius, alors que celui-ci était évêque du Caire sous le califat d’al-‘Azīz20. Le calife al-Ḥākim, entre autres mesures discriminatoires, déplaça dans ce quartier les Rūm qui s’étaient fixés dans la nouvelle cité fatimide : « Les melkites rūm chrétiens (al-malakiyya al-rūm al-naṣārā) possédaient à al-Qāhira un quartier où ils habitaient ; ils en furent chassés, leurs habitations et les deux églises qui s’y élevaient furent détruites ; tout ce quartier devint une seule grande mosquée qui fut appelée al-Azhar ; et les Rūm furent transférés dans un endroit nommé al-Ḥamrā’21. »

  • 22 T. 23, p. 447-448. Sur l’intérêt de ce passage pour l’histoire du commerce italien, voir Cl. Cahen(...)

18Ensuite, autres Rūm non byzantins, les marchands amalfitains présents au Caire et victimes des émeutes populaires de 386 /996. En effet, écrit Yaḥyā, « le peuple soupçonna les marchands des Rūm Amalfitains arrivés au Caire avec des marchandises d’avoir incendié les navires » qui avaient été armés en vue d’une expédition contre l’empire byzantin. Il se rua contre eux et massacra quelque 160 marchands. Leurs richesses furent pillées, l’église Saint-Michel appartenant aux melkites tout comme l’église des nestoriens furent dévastées, et un évêque fut mortellement blessé22. Il apparaît que, pour les habitants du Caire, la collusion entre Byzantins, Amalfitains, et chrétiens d’Égypte était évidente. Même si le calife al-‘Azīz, et son vizir Ibn Nasṭūrus, plus sensibles aux réalités complexes et aux intérêts commerciaux bien compris ont immédiatement mis fin au désordre et sévèrement châtié les émeutiers.

19Certes Yaḥyā n’assimile pas tous les melkites, encore moins tous les chrétiens, à des Rūm. On aurait pourtant attendu de la part d’un auteur lui-même melkite plus d’attention aux risques d’amalgame qu’offre l’emploi d’un vocabulaire imprécis.

  • 23 T. 47, p. 470.

20Face aux Byzantins, ceux que nous appelons Arabes. Mais, sous la plume de Yaḥyā – et là encore notre chroniqueur ne présente aucune originalité par rapport à ses contemporains – le terme ‘Arab est réservé aux Arabes bédouins, qui vivent en tribus dans la steppe. « Les émirs des Arabes de Syrie étaient alors Ḥassān ibn al-Mufarriǧ ibn al-Ǧarrāḥ, émir des Ṭayyi’, Ṣāliḥ ibn Mirdās, émir des Kilāb, et Sinān ibn ‘Ulyān, émir des Kalb23. » Le propos est clair : les émirs des Arabes sont les chefs des trois grandes tribus qui nomadisaient dans la steppe syro-mésopotamienne et jouaient, en ce début du ve/xie siècle, un rôle majeur dans l’histoire de la région.

  • 24 T. 18, p. 772.
  • 25 T. 18, p. 803.
  • 26 T. 23, p. 460.
  • 27 T. 18, p. 825.

21Tout au long de la Chronique, ce sont, non point les Arabes, mais les musulmans qui luttent contre les Rūm. « Les deux partis se battirent du matin jusqu’au soir – écrit Yaḥyā à propos de la bataille qui mit aux prises Sayf al-Dawla et Bardas Phocas en 343/954-955 sous les murs d’al-Ḥadaṯ – et les musulmans vainquirent les Rūm24. » Ou encore : « Sayf al-Dawla demanda à l’empereur Nicéphore d’échanger les prisonniers musulmans qui étaient entre ses mains contre des prisonniers rūm25. » Les mots muslimūn, bilād al-Islām ou balad al-Islām et, plus rarement, balad al-muslimīn, mais jamais dār al-Islām, désignent les peuples et les pays sous domination musulmane. Ainsi : « L’empereur (al-malik) séjourna avec son armée pendant six mois dans les régions d’al-Maṣṣīṣa et de Tarse, ayant l’intention de retourner dans le pays de l’Islam (bilād al-Islām)26 . » L’emploi, dans ce contexte, des termes musulmans et Islam revêt une signification avant tout géo-politique, ce qu’illustre la position de l’Arménie, terre de vieille et forte chrétienté, constamment disputée entre les uns et les autres : « En ce temps-là, les Rūm conquirent par la force Manazkert, située dans les provinces arméniennes (a‘māl armīniyya) et alors aux mains des musulmans27. »

  • 28 T. 18, p. 771.
  • 29 L’appellation Hamdanides pour les désigner n’est pas totalement absente, mais reste exceptionnelle (...)

22Mais ces musulmans sont divers. Face à un empire byzantin unifié autour de son empereur – même si les révoltes des grandes familles de l’aristocratie ou les initiatives intempestives du catépan d’Antioche ébranlent momentanément cette forte construction – les pouvoirs qui tirent leur légitimité de la référence à l’islam sont multiples. Jusqu’à la conquête de l’Égypte par les Fatimides, les seules forces musulmanes en guerre ouverte contre les Rūm furent les armées des princes hamdanides de Syrie et de Haute-Mésopotamie que Yaḥyā appelle couramment « musulmans ». Néanmoins, dans un contexte général de forte personnalisation du pouvoir, politique comme militaire, ce sont les princes hamdanides eux-mêmes qui apparaissent comme acteurs le plus souvent nommés. Des phrases construites sur le type « en l’an 342/953-954, Sayf al-Dawla partit en expédition et fit une incursion contre Zibaṭra et ‘Arqā28 » sont fréquentes. Elles impliquent derrière le chef des troupes nombreuses mais anonymes29 .

  • 30 En effet, les troupes fatimides comptaient à l’origine un grand nombre de Berbères recrutés en Ifr (...)
  • 31 T. 47, p. 530.

23Dans sa relation des faits postérieurs à 969, Yaḥyā, en chroniqueur précis, est conduit à nommer expressément les armées, les tribus, les groupes, les villes qui participent au conflit. Face aux Byzantins, dans un jeu complexe de guerres et d’alliances, ce sont les « Arabes », les « Maghrébins » (entendons les Fatimides30), les « Alépins », etc. qui entrent en scène. Et avec eux les chefs de tribus, les derniers princes hamdanides, les généraux envoyés par Le Caire. Ainsi, Naṣr ibn Ṣāliḥ, émir des Banū Kilāb, devenu maître d’Alep, se soumit à l’empereur byzantin et sollicita une dignité impériale « afin que son ralliement à l’empire des Rūm fût notoire auprès de ses adversaires, arabes [c’est-à-dire les autres tribus] et maghrébins31 ».

  • 32 T. 47, p. 470. Cette cité était alors une possession des Marwanides.
  • 33 T. 47, p. 524-526.

24Le terme de « musulmans » ne disparaît pas pour autant, et garde toujours un sens géo-politique comme dans cette nouvelle mention de l’Arménie : « Cette année-là également |415/1024-1025] l’empereur Basile conquit par reddition la ville d’Arǧīs dans le pays d’Arménie qui était alors aux mains des musulmans32. » Mais son emploi est moins fréquent et appelle des précisions, par exemple dans le récit d’une des expéditions du général fatimide al-Dizbirī33. Celui-ci avait été convaincu par Naṣr ibn Mušarraf, maître des forteresses du Ǧabal al-Rawādīf, que « si les musulmans marchaient contre l’armée des Rūm qui faisaient alors le siège de Bikisrā’īl, celle-ci décamperait de la forteresse [...] Alors al-Dizbirī envoya vers Rafaniyya une armée nombreuse composée d’Orientaux, de Maghrébins et d’Arabes [bédouins]. » Mais la concentration de ces forces ennemies n’ébranla pas Nicétas, et les Byzantins poursuivirent inexorablement leur siège. Après l’échec d’un premier détachement envoyé contre les Rūm, « un second, composé d’Arabes venus dans l’armée et d’autres, des Turcs et des ġulām, pénétra dans al-Arwāǧ afin d’attaquer les campements des Āl-Ǧarrāḥ [une autre tribu arabe passée sous protectorat byzantin) ». Mais il fut mis en déroute, à la suite de quoi, conclut laconiquement Yaḥyā, « toute l’armée des musulmans décampa et revint à Damas ». Armée des musulmans, certes, mais composée de mercenaires et d’esclaves d’origines variées et aux ordres du général fatimide.

  • 34 Sauf pour les hanafites. Voir a. fattal, Le statut légal des non-musulmans en pays d’Islam, Beyrou (...)
  • 35 T. 47, p. 396.
  • 36 Mot qui leur est réservé et ne désigne jamais les Rūm byzantins.
  • 37 T. 47, p. 516-518.

25L’utilisation d’un vocabulaire de différenciation religieuse pour décrire des situations militaires et politiques complexes correspond aussi à une réalité. Ces armées sont bien composées de musulmans puisque les ḏimmī, juifs ou chrétiens, n’avaient par principe pas le droit de prendre les armes34. Certes, en 405/1014, l’émir d’Alep, Ibn Lu’lu’, fit appel « à la populace, à la racaille, aux chrétiens, aux juifs35 », mais ce fut là une mesure exceptionnelle, dictée par la nécessité de repousser les Banū Kilāb qui campaient sous les murs de la ville. Les chrétiens des pays d’Islam (al-naṣārā36), exclus des combats et partageant la même religion que les Rūm, étaient toujours sous la menace de voir l’affrontement « romano-musulman » se retourner contre eux. Le récit de la prise d’Édesse par les Byzantins (422/1031) en offre la triste illustration. La ville ayant été occupée une première fois, « des musulmans imprudents se portèrent contre les Rūm et les assaillirent [...] La guerre sévit entre les deux camps. Les musulmans se rassemblèrent et assaillirent les Rūm dont l’armée monta à la citadelle et s’y retrancha. Les musulmans se précipitèrent sur les chrétiens qui étaient au milieu d’eux à Édesse et en tuèrent un grand nombre. Les chrétiens se retranchèrent dans l’église ; les musulmans les combattirent, en tuèrent et en firent prisonniers un grand nombre37. » La frontière ne passe plus entre Arabes et Byzantins, mais entre les Rūm, auxquels sont associés les chrétiens d’Édesse, et les musulmans qui, en guerre contre les premiers, se retournent aussi contre les seconds.

26Le style même d’une chronique médiévale, qui relate les événements sans s’élever au-dessus des faits et réfléchir à leur signification, exclut qu’apparaisse dans le vocabulaire l’idée générale d’une lutte séculaire entre Arabes et Byzantins, entre musulmans et Rūm. Yaḥyā n’a pas un terme exprimant la notion générale de guerre, présente dans l’expression « guerres arabo-byzantines ». Les deux mots qui s’en approchent, ḥarb et ġazw, sont liés à la nature de ces conflits et suggèrent la représentation qu’en a le chroniqueur.

27Le terme arabe ḥarb, qui est habituellement rendu par le français « guerre », désigne moins l’ensemble des hostilités militaires entre deux puissances - ce qui correspond à notre concept de guerre - qu’un combat précisément situé dans le temps et dans l’espace. Le relevé des occurrences, au demeurant peu fréquentes, montre qu’il désigne un affrontement ponctuel entre forces arabo-musulmanes et forces byzantines. Ainsi :

  • entre Bardas Phocas et les Alépins sous les murs de la ville en 371 /981 (t. 23, p. 407) ;
  • entre les troupes byzantines et les renforts musulmans venus de Damas devant Apamée en 388/998 (t. 23, p. 456) ;
  • entre l’armée de l’empereur Basile et la garnison de la forteresse de Tripoli en 390/999 (t. 23, p. 459) ;
  • ou encore l’expédition engagée durant l’été 420/1029 par le catépan d’Antioche Michel Spondylès, contre le territoire alépin tenu par les deux fils de Ṣāliḥ (t. 47, p. 492) ;
  • l’abandon de la bataille lorsque les Rūm furent submergés par les Arabes dans leur camp d’A‘zāz en 421 /1030 (t. 47, p. 498) ;
  • l’attaque contre la forteresse de Bikisrā’īl menée par le catépan Nicétas (t. 47, p. 522) ;
  • la décision de Siméon le protovestiaire d’attaquer les tribus arabes Numayrī (t. 47, p. 530).
  • 38 T. 23, p. 463.

28Ḥarb, ainsi entendu comme combat entre forces ennemies, n’est pas réservé aux guerres arabo-byzantines ; il est utilisé avec le même sens pour décrire les actions militaires menées par l’empereur byzantin contre le royaume bulgare, le monde géorgien, ou encore contre la rébellion de Bardas Phocas, mais aussi pour évoquer des affrontements internes au monde musulman, entre Fatimides et Hamdanides, entre émirs bouyides rivaux, entre tribus arabes, et même entre factions du Caire. « Une violente bataille (ḥarb šadīd) éclata entre les aḥdāṯ habitant Misr et les aḥdāṯ habitant al-Qāhira le 24 ǧumadā I 392/10 avril 100238. »

  • 39 T. 23, p. 406, et t. 47, p. 524.
  • 40 Lā ḫubrat lahūm bi l-ḥurūb wa lā durbat li-l-liqā’, t. 47, p. 492.
  • 41 T. 23, p. 355.
  • 42 T. 47, p. 532.

29Tout en gardant ce sens de combat, d’affrontement, le mot acquiert en quelques occurrences un sens plus général. À deux reprises, il désigne la conquête d’une forteresse par la force, opposée à la prise par reddition. Ainsi la citadelle de Ra‘ban est décrite comme imprenable par la force (bi-ḥarb) ; de même Nicétas, catépan d’Antioche, veut à tout prix se rendre maître de Bikisrā’īl, qu’on la lui remette de plein gré ou qu’il la prenne de haute lutte (bi l-ḥarb karhan)39. Dans le seul cas où ḥarb est utilisé au pluriel, ḥurūb, il s’agit de soldats recrutés hâtivement par l’empereur et n’ayant ni expérience des combats ni habitude des affrontements40. Dans une autre occurrence, le sens de ḥarb serait celui d’hostilités : à l’annonce de la prise et de la destruction de Nisibe par Jean Tzimiskès en 362 /972, « un certain nombre de cheikhs de Kūfa vinrent se plaindre auprès de l’émir bouyide ‘Izz al-Dawla Baḫtiyār de la crainte que les Byzantins suscitaient chez les habitants de leur cité et de Bagdad. En effet, ils ne se sentaient pas capables de repousser les Byzantins si ceux-ci reprenaient les hostilités (‘ādū ilā ḥarbihim), et ils lui demandaient de les en protéger41 ». Enfin, lors des négociations entre le calife al-Ẓāhir et l’empereur Romain III, celui-ci « proposa de libérer les prisonniers qui avaient été capturés sous son règne, en vertu du droit de la guerre (ḥukm al-ḥarb), dans les pays d’Islam42 ». C’est le seul passage où ḥarb correspond mieux au sens large qu’implique, en français, le mot « guerre ».

  • 43 Il ne me semble pas que les noms d’action ġazw et d’unité ġazāt, tous deux dérivés du verbe ġazā, (...)
  • 44 On sait, en effet, que le mot razzia a été introduit en français par le parler d’Algérie où « rezz (...)
  • 45 Ces deux exemples sont à lire t. 18, p. 771 et t. 23, p. 353.
  • 46 T. 18, p. 794, 807 et 813 pour les volontaires du Ḫurāsān, et p. 822 pour al-Zuġaylī. Al-Aṣfar, un (...)

30L’autre terme, d’emploi plus fréquent chez Yaḥyā, est le verbe ġazā, auquel correspondent le nom d’action ġazw et le nom d’unité ġazāt43, tous habituellement traduits par (faire) une expédition, une incursion, voire une razzia44. Sous la plume de Yaḥyā, ces mots signifient moins de simples raids en territoire ennemi que de véritables expéditions, organisées par le pouvoir, des campagnes de longue durée entraînant affrontements armés et conquêtes militaires. Le récit des expéditions menées par Sayf al-Dawla contre le territoire byzantin tout comme les campagnes organisées par les empereurs en Syrie du Nord est couramment introduit par des phrases du type : « en l’an 342/953-954, Sayf al-Dawla se mit en campagne (ġazā) », « quand Jean Tzimiskès fut revenu de Bulgarie, il se mit en campagne (ġazā) contre les pays d’Islam45 ». Opération de grande envergure dirigée contre le territoire ennemi ou limitée dans ses objectifs à une ville, le ġazw est le fait des Byzantins comme des musulmans : une vingtaine d’occurrences pour chaque camp, sans compter les nombreux passages dans lesquels les mots de cette famille désignent les campagnes byzantines contre les Bulgares ou contre les Géorgiens. Cet emploi indifférencié permet difficilement de considérer que, sous la plume de Yaḥyā, ce vocabulaire renvoie à l’idéal d’une lutte menée au nom de l’islam. Même s’il est employé pour décrire les entreprises menées par les volontaires venus du Ḥurāsān pour se battre contre les Byzantins (li-ġazw al-Rūm), et assurément animés de la mentalité de guerre sainte46, on ne peut lui donner partout la même charge idéologique.

  • 47 T. 47, p. 528.

31Que le mot ġazw ait bien – sinon constamment, du moins le plus souvent – le sens de grande campagne militaire organisée par le pouvoir est confirmé par son emploi lors de la mobilisation générale des forces fatimides par le calife al-Ẓāhir en 423/1032. Rappelons brièvement la situation : les Byzantins se sont emparés d’Édesse en 422/1031 et, sous la direction du catépan Nicétas, ils poursuivent la conquête des forteresses du Ǧabal al-Rawādīf. Le général fatimide al-Dizbirī patrouille dans la vallée de l’Oronte avec une vaste armée, mais les opérations qu’il mène contre les places byzantines et contre les camps des tribus arabes sont des échecs. De larges négociations – qui aboutirent de fait à une trêve sous Michel IV –sont engagées entre al-Ẓāhir et Romain III. La crainte d’une nouvelle expédition byzantine, tout comme la nécessité de faire pression sur les pourparlers en cours, ont poussé al-Dizbirī à laisser « croire – selon les propres termes de Yaḥyā – qu’il préparait une expédition (al-ġazw) contre le pays des Rūm. En Égypte et dans toute la Syrie, on appela les hommes à la guerre (ilā l-ġazw) par des édits au nom d’al-Ẓāhir qui furent lus dans tous les pays lui appartenant47. » La seconde occurrence, rendue ici par guerre, est comprise dans l’expression arabe nūdiyā bi l-nafīr ilā l-ġazw, al-nafīr désigne la trompette par laquelle on convoque les gens pour partir au combat.

  • 48 Canard, Histoire de la Dynastie (cité supra n. 6).
  • 49 Voir M. Canard, La guerre sainte dans le monde islamique et dans le monde chrétien, Revue Africain (...)
  • 50 Voir E. Sivan, L’Islam et la croisade. Idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux c (...)
  • 51 Respectivement, t. 18, p. 730-732, p. 805, t. 47, p. 514-517, p. 528.

32Mais, dans la phrase suivante de ce récit, apparaît un mot nouveau : « On écrivit à toutes [les populations] du Diyār Mudar, du Diyār Bakr, du Diyar Rabī‘a pour les exhorter au ǧihād, en représailles de ce qui s’était passé — la prise d’Édesse par les Rūm, les prisonniers faits à Rafaniyya et les autres dévastations — afin que tous fussent d’accord pour marcher contre eux. » L’appel au ǧihād est un thème de propagande utilisé par le pouvoir pour mobiliser les populations de Haute-Mésopotamie en leur rappelant les exactions byzantines, et Yaḥyā reprend le mot, là où auparavant il avait simplement parlé de ġazw, par référence au texte des édits. Mais ce vocabulaire n’est pas habituellement le sien. Dans sa Chronique, les guerres arabo-byzantines sont des guerres comme les autres, elles ne revêtent aucun caractère particulier, le vocabulaire qui les désigne est banal, puisé au seul registre militaire. Il n’est à aucun autre moment question de ǧihād contre les Byzantins, pas même au plus fort des campagnes menées par Sayf al-Dawla, dont on sait pourtant qu’elles furent présentées dans son entourage comme relevant de l’esprit de « guerre sainte ». Cet émir, en s’appuyant sur les poètes al-Mutanabbī et Abū Firās et sur le prédicateur Ibn Nubāta, déploya une intense propagande. Poèmes et sermons exhortaient les soldats au combat dans le chemin d’Allāh, adressaient des appels aux volontaires, magnifiaient l’émir, paré de l’aura du muǧāhid, du combattant pour le ǧihād48. Mais ces thèmes sont étrangers à notre chroniqueur car cette propagande est restée limitée à la cour hamdanide et ne semble pas avoir trouvé d’écho au-delà. De même, il ne mentionne en aucune façon les mesures déployées par Nicéphore Phocas pour transformer la guerre contre les musulmans en une guerre sacrée et conférer le titre de martyrs aux soldats tués lors des combats49. Le ton et le vocabulaire de l’ensemble de la Chronique sont révélateurs de l’émoussement de l’esprit de guerre sainte dans le Proche-Orient à la veille de la croisade50. D’une lutte, qui ne serait plus entre puissances rivales mais entre religions antagonistes, Yaḥyā n’a été sensible qu’à un aspect, la translation à Constantinople d’insignes reliques : le mandīl d’Édesse, la pierre de Manbiǧ, la correspondance entre Abǧar et Jésus conservée jusque-là à Édesse, ou encore un cheveu de Jean Baptiste que possédait un chrétien d’Alep51.

  • 52 Relevé limité aux verbes d’utilisation courante (c’est-à-dire plus de douze occurrences pour les s (...)

33Dans le récit de Yaḥyā, ces guerres se présentent comme une succession de campagnes, de plus ou moins grande envergure, d’affrontements et de combats, qui se soldent, selon les circonstances, par des dévastations, des retraites précipitées, des conquêtes ponctuelles, des trêves vite rompues, des alliances précaires. Les armées sont en constant déplacement, la frontière est moins une limite précisément définie qu’une vaste zone où se meuvent, tour à tour défensifs et offensifs, Arabes et Byzantins ; les conquêtes territoriales se marquent par la prise des places fortes ; les batailles rangées sont rares, mais l’avance en territoire ennemi entraîne dévastations, perte d’hommes, capture de prisonniers. Un relevé, que j’ai voulu exhaustif, des verbes utilisés par Yaḥyā pour décrire l’action des forces byzantines et arabes reflète bien ces réalités52 :

* Il est intéressant de relever que les verbes fataḥa, malaka, sallama, appellent toujours un complément d’objet direct désignant une ville ou une forteresse, jamais un territoire. En revanche, après aḫaḏa, on trouve mentionnés aussi bien une localité que du butin ou des prisonniers de guerre.

34À étudier ainsi, au travers du vocabulaire utilisé par Yaḥyā d’Antioche, les représentations du conflit arabo-byzantin et de ses protagonistes que reflète sa Chronique, on est conduit à s’interroger sur l’attitude de l’auteur face aux Byzantins dont il partage la même foi chalcédonienne.

  • 53 Les affirmations de Bianquis, Damas et la Syrie (cité supra n. 6), « Ses sympathies pour les Grecs (...)
  • 54 Dans un passage tout à fait étonnant, Yaḥyā, après avoir longuement rapporté les mesures d’apaisem (...)
  • 55 T. 18, p. 825-826. Sur cette tactique de la terre brûlée et de la dépopulation, voir G. Dagron, Mi (...)
  • 56 T. 23, p. 458.

35On pourrait s’attendre, de la part d’un melkite forcé d’émigrer du fait des persécutions d’al-Ḥākim et achevant son œuvre dans une ville byzantine, à une certaine inclination à l’égard du pouvoir impérial chrétien. Force est de reconnaître que rien de tel ne transparaît dans son récit53. Les conquêtes de l’empereur ne sont pas célébrées, ses victoires ne sont en aucune manière magnifiées. L’interprétation théophanique de l’histoire n’est jamais avancée pour les expliquer : Dieu ne semble pas protéger particulièrement les Byzantins alors qu’Il veille, mystérieusement, sur la communauté melkite54. Yaḥyā, loin de se réjouir de la Reconquête, montre, au contraire, une vive désapprobation pour les dévastations qui l’ont accompagnée. Ainsi, il termine le récit de la grande campagne des années 968-969 par ce jugement sans appel : « [Alors], personne ne douta que l’empereur Nicéphore ne s’emparât de la Syrie, du Diyār Muḍar, du Diyār Rabī‘a, du Diyār Bakr dans leur ensemble, et que tout cela ne lui revînt entre les mains. Il avait en effet décidé de prendre pour cibles les terres fertiles qui ravitaillaient villes et villages ; il menait une expédition contre elles, les incendiait et en emmenait habitants et troupeaux. Si c’était le temps de la moisson des céréales, il sortait, brûlait toute la récolte et laissait les habitants des villes mourir de faim. Et il n’avait pas cessé d’agir ainsi à leur égard, année après année, jusqu’à ce que la nécessité les eût contraints à lui livrer les villes. Nicéphore se rendit maître de cette manière de toutes les places-frontières syriennes et mésopotamiennes, massacra et fit prisonniers un nombre si élevé d’habitants que seul Dieu – qu’il soit exalté – le connaît. Les expéditions de Nicéphore devinrent comme un plaisir pour ses hommes, parce que personne ne marchait ni ne sortait contre eux. Quant à lui, il se dirigeait là où il voulait, et dévastait comme il l’entendait, sans rencontrer un musulman ou quelque autre qui pût le détourner et l’empêcher de faire ce qu’il voulait55. » Il est possible que Yaḥyā reprenne les plaintes des populations victimes de ces exactions, telles que les avait recueillies un chroniqueur local dont il aurait eu l’ouvrage entre les mains à Antioche. Quelle qu’en soit l’origine, il est en tout cas significatif qu’il ne les ait pas gommées. D’ailleurs, Yaḥyā consigne, campagne après campagne, les ravages et les massacres commis par les armées des divers camps, ainsi que nous l’a montré l’abondance de la terminologie puisée à ce registre. Il relève même, lors de l’expédition menée par l’empereur Basile II contre Homs en 389 /999, que les soldats n’hésitèrent pas à brûler la population réfugiée dans une église : « L’empereur marcha sur Rafaniyya qu’il incendia et dont il fit prisonniers les habitants. Brûlant, détruisant, capturant des prisonniers, il s’avança jusqu’à Homs qu’il assiégea. Une partie des habitants se retrancha dans l’église Saint-Constantin, où ils se croyaient en sûreté. Quand les Russes qui se trouvaient dans son armée apprirent cela, ils y mirent le feu. C’était une merveilleuse église, on en emporta le cuivre et le plomb. Puis l’empereur s’avança jusqu’aux environs de Ba‘labak56. » Même si Yaḥyā conserve le ton neutre d’un chroniqueur qui se contente de consigner les faits avec précision, il présente l’empereur et son armée sous un jour bien peu favorable.

  • 57 T. 47, p. 496-500.

36Plus loin dans son texte, il critique vivement la manière dont Romain III a mené en 421 /1030 une grande campagne contre Alep57. Les troupes stationnèrent d’abord dans la région d’Antioche « et il en résulta une grande gêne pour les habitants » relève Yaḥyā qui devait être alors au nombre de ces habitants... En outre, « la maladie frappa son armée en raison de la forte chaleur et de l’ardeur de l’été ». Puis l’empereur se mit en marche, c’était au mois d’août, et installa son camp près de Tubbal, « dans un endroit dépourvu d’eau », alors que « les Arabes occupèrent les endroits où il y avait de l’eau ». Après avoir essuyé une cuisante défaite, « l’empereur réalisa alors que le moment n’était pas favorable à une expédition et que les circonstances auraient peut-être exigé que les choses fussent conduites tout autrement ». Néanmoins, il hésita à battre en retraite, son camp fut alors dévasté, et ses troupes contraintes de s’enfuir. Repartant pour Constantinople, « il prescrivit à Siméon le protovestiaire, eunuque, de faire les préparatifs et de prendre les dispositions pour une expédition dans le pays d’Alep quand l’air serait plus frais et les eaux abondantes ». Dans ces pages, Yaḥyā reproduit peut-être ce qui a été dit dans les milieux antiochiens d’une expédition menée par un empereur insuffisamment au courant des réalités climatiques et des contraintes stratégiques de la région.

  • 58 T. 18, p. 708.
  • 59 Canard, Histoire de la Dynastie, p. 19-20 ; Canard, Les sources arabes (cité supra n. 2), p. 302-3 (...)
  • 60 Ibn al-‘Adīm, Zubdat al-Ḥalab min ta’rīh Ḥalab, éd. S. Dahan, Damas 1951-1968, 3 vol.

37L’originalité de Yaḥyā n’est pas à chercher dans l’interprétation idéologique du conflit arabo-byzantin, ni dans son système de représentation des forces politiques et religieuses, ni même dans quelque attachement à la cause byzantine, mais seulement – et c’est déjà beaucoup pour l’historien d’aujourd’hui – dans la qualité de ses informations, souvent précises, parfois inédites, dépassant le seul cadre du dār al-Islām. Car sa Chronique est assurément riche des sources multiples qu’il a utilisées ainsi qu’il l’expose lui-même dans l’introduction : « J’avais écrit ce livre pour celui qui m’avait chargé de le composer. Puis il m’est parvenu des chroniques (tawārīḫ) que je n’avais pas lorsque j’ai commencé mon travail ; je l’ai donc entièrement refait [...] Ensuite, après avoir gagné Antioche en l’an 405/1014-1015, je l’ai à nouveau remanié, ayant trouvé d’autres chroniques dont j’ai extrait ce que j’ai [jugé bon] d’adjoindre et d’ajouter58. » Malheureusement, il ne donne nulle part de référence précise et la question de ses sources reste ouverte. On peut seulement supposer, à la suite de M. Canard et de J. A. Forsyth59, qu’il s’est appuyé, en ce qui concerne les guerres arabo-byzantines, sur des chroniques arabes, notamment celles de Ṯābit ibn Sinān, d’Hilāl al-Ṣābi’ et d’al-Šim-šāṭī, sur des textes grecs connus à Antioche et peut-être déjà intégrés à une histoire ecclésiastique, sur d’autres récits locaux impossibles à identifier, et, pour les événements postérieurs aux années 390/1000, sur des relations directes, des documents d’archives et ses propres informations. À partir de ses diverses sources, et fort de ses intérêts multiples, Yaḥyā a bâti une œuvre qui lui est personnelle, mais parfaitement intégrée à l’historiographie arabe de son temps. Preuve en est qu’Ibn al-‘Adīm, chroniqueur musulman alépin (mort en 660/1262) qui rédigea deux siècles plus tard l’histoire de sa ville natale60, présente de nombreuses analogies avec la Chronique de Yaḥyā, laissant à penser qu’il l’a largement utilisée, même si sa connaissance de la ville d’Alep, ses autres sources, son goût pour les citations poétiques l’ont conduit à modifier ou à enrichir le texte de départ.

  • 61 Sur ce thème, voir la récente synthèse de A.-M. Eddé, F. Micheau, Chr. Picard, Communautés chrétie (...)

38Melkite sensible au devenir de sa propre communauté, Yaḥyā ne manifeste aucune solidarité apparente avec les Byzantins et ne propose aucune lecture idéologique du conflit arabo-byzantin. Son œuvre écrite dans un arabe dont il reprend la terminologie courante se coule dans une historiographie musulmane et ne s’en distingue que par la place faite à l’histoire de l’empire de Constantinople et des patriarcats orientaux. Les longs développements consacrés à la Syrie dans la dernière partie l’apparentent à ces nombreuses chroniques régionales rédigées dans le contexte du morcellement politique que connut le Proche-Orient. Yaḥyā, par sa manière de relater les guerres arabo-byzantines, nous apparaît comme un représentant privilégié des phénomènes d’identité communautaire et d’appartenance régionale, d’intégration culturelle et d’acceptation politique que connurent les élites chrétiennes du dār al-Islām, avec les chances et les risques qu’ils impliquaient61.

Notes

1 Sur Yaḥyā et son œuvre, voir G. Graf, Geschichte der christlichen arabischen Literatur, t. ii, Cité du Vatican 1947, p. 49-51 ; A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, t. ii, La dynastie macédonienne (867-959). 2e partie, M. Canard, Extraits des sources arabes, Bruxelles 1950, p. 81-83 ; Article al-Anṭākī dans EI2, t. I, p. 531-532 (M. canard) ; J. A. Forsyth, The Byzantine-Arab chronicle (938-1034) of Yaḥyā b Sa‘īd al-Anṭākī Ph. D., University of Michigan 1977, p. 1-31 ; A. Fu’ād Sayyid, Lumières nouvelles sur quelques sources de l’histoire fatimide en Égypte, Annales Islamologiques 13, 1977, p. 8-9 ; J. Nasrallah, Histoire du mouvement littéraire dans l’Église melchite du ve au xxe siècle. Contribution à l’étude de la littérature arabe chrétienne, vol. III, t. I (969-1250), Louvain-Paris 1983, p. 167-172 ; M. Breydy, Études sur Sa‘id ibn Baṭrīq et ses sources, Louvain 1983 (CSCO 450, t. 69), p. 98-102 ; Yaḥyā ibn Sa‘īd al-Anṭākī, Histoire, éd. I. Kratchkovsky, trad. F. Micheau et G. Troupeau, Turnhout 1997 (PO 47, fasc. 4, n° 212), introduction p. 373 s.

2 Grâce à la traduction en russe établie par V. Rosen (voir note suivante), G. Schlumberger avait largement utilisé cette chronique dans L’épopée byzantine à la fin du dixième siècle, 3 vol. , Paris 1896-1905. M. Canard a souligné l’apport de la chronique de Yaḥyā dans Les sources arabes de l’histoire byzantine aux confins des xe et xie siècles, RÉB 19 (Mélanges R. Janin). 1961, p. 284-314, (= Byzance et les musulmans du Proche-Orient, Londres 1973, XVII).

3 Dans V. Rosen, Imperator Vasilij Bolgarobojca, Saint-Pétersbourg 1883 (réimpr. Londres 1974).

4 Eutychii Palriarchae Alexandrini Annales II, Louvain 1909 (CSCO 51), p. 89-363.

5 L’introduction présente les divers manuscrits utilisés par les éditeurs et précise les raisons qui ont conduit Gérard Troupeau, puis moi-même, à assumer cet héritage. Dans la suite de cet article, toutes les références à la chronique de Yaḥyā d’Antioche renvoient aux différents volumes de la PO, à savoir t. 18, fasc. 5, 1924, t. 23, fasc. 3, 1932, et t. 47, fasc. 4, n° 212, 1997.

6 M. Canard, Histoire de la Dynastie des H’amdanides de Jazîra et de Syrie, t. 1, Alger 1951 ; W. Felix, Byzanz und die islamische Welt im früheren II. Jahrhundert, Vienne 1981 (Byzantina Vindobonensia 14) ; Th. Bianquis, Damas et la Syrie sous la domination fatimide (359-468/969-1076). Essai d’interprétation de chroniques arabes médiévales, Damas 1986-1989, 2 vol.

7 T. 18, p. 710.

8 T. 18, p. 730-733. L’expédition contre Edesse aboutit à une nouvelle trêve, éternelle hudna mu’abbada, matérialisée par la remise du fameux mandīl.

9 Ces années correspondent aux pages 767-826 du t. 18 ; les guerres arabo-byzantines y occupent quelque 35 pages, les 25 pages restantes étant consacrées à des événements épars, entre autres la guerre entre Mu‘izz al-Dawla et Nāṣir al-Dawla, la succession impériale à Byzance, la révolte à Antioche, les affaires du patriarcat de Jérusalem, la succession de Kāfūr, le maître ikhshidide de l’Égypte.

10 Voir notamment t. 23, p. 353-354 et 368-369 (expéditions de Jean Tzimiskès), p. 407, 412-413, 415 et 417-418 (affaires d’Alep), p. 438-444 (grande campagne du général fatimide Manǧū Takīn contre Alep et riposte byzantine), p. 457-460 (échec du siège d’Apamée en 388 / 998 et campagne de Basile II), p. 460-461 (trêve conclue pour dix ans entre Basile II et al-Ḥākim).

11 À partir du t. 23, p. 462, exception faite des pages consacrées aux divisions entre communautés religieuses sur la date de Pâques en 397/1007 (p. 481-486).

12 Voir notamment H. Halm, Der Treuhänder Gottes. Die Edikte des Kalifen al-Ḥākim, Der Islam 63, 1986, p. 11-72.

13 T. 47, p. 390-404.

14 En particulier, t. 47, p. 492-500 (expédition de Romain), p. 494-496 et 510-512 (soumission des Banū l-Ǧarrāḥ), p. 512-514 (prise de Manīqa), p. 514-518 (conquête d’Edesse), p. 522-526 (prise de Bikisrā’īl), p. 530-534 (négociations).

15 T. 47, p. 534.

16 Dans la partie traduite par I. Kratchkovsky, Rūm est systématiquement rendu par Grecs, sauf pour les Rūm amalfitains (voir infra, p. 546). Sur le sens et l’emploi du mot Rūm, voir article Rūm dans EI2, t. VIII, p. 620-625 (C. E. Bosworth).

17 T. 18, p. 768.

18 T. 47, respectivement p. 432, p. 514, p. 498.

19 T. 47, p. 432.

20 T. 18, p. 783. Cette église fut alors couramment appelée l’église des Rūm. Voir B. T. A. Evetts, The Churches and Monasteries of Egypt, Oxford 1895, p. 86-87 et 153-154.

21 T. 23, p. 465.

22 T. 23, p. 447-448. Sur l’intérêt de ce passage pour l’histoire du commerce italien, voir Cl. Cahen, Un texte peu connu relatif au commerce oriental d’Amalfi au xe siècle, Archivio Storico per le Provincie Napoletane 34, 1953-54, p. 3-8 (= Turcohyzantina et Oriens christianus, Londres 1974, A).

23 T. 47, p. 470.

24 T. 18, p. 772.

25 T. 18, p. 803.

26 T. 23, p. 460.

27 T. 18, p. 825.

28 T. 18, p. 771.

29 L’appellation Hamdanides pour les désigner n’est pas totalement absente, mais reste exceptionnelle. Je n’en ai relevé, dans le contexte de la guerre contre l’empire byzantin, que 3 occurrences.

30 En effet, les troupes fatimides comptaient à l’origine un grand nombre de Berbères recrutés en Ifrīqiya, notamment parmi les deux grandes tribus des Maṣāmida et des Kutāma. Voir B. J. Beshir, Fatimid Military Organization, Der Islam 44, 1978, p. 37-56.

31 T. 47, p. 530.

32 T. 47, p. 470. Cette cité était alors une possession des Marwanides.

33 T. 47, p. 524-526.

34 Sauf pour les hanafites. Voir a. fattal, Le statut légal des non-musulmans en pays d’Islam, Beyrouth 1958, p. 232-233.

35 T. 47, p. 396.

36 Mot qui leur est réservé et ne désigne jamais les Rūm byzantins.

37 T. 47, p. 516-518.

38 T. 23, p. 463.

39 T. 23, p. 406, et t. 47, p. 524.

40 Lā ḫubrat lahūm bi l-ḥurūb wa lā durbat li-l-liqā’, t. 47, p. 492.

41 T. 23, p. 355.

42 T. 47, p. 532.

43 Il ne me semble pas que les noms d’action ġazw et d’unité ġazāt, tous deux dérivés du verbe ġazā, revêtent des significations différentes.

44 On sait, en effet, que le mot razzia a été introduit en français par le parler d’Algérie où « rezzou » désignait l’attaque d’un groupe de pillards contre une oasis ou une bourgade pour y enlever troupeaux et récoltes.

45 Ces deux exemples sont à lire t. 18, p. 771 et t. 23, p. 353.

46 T. 18, p. 794, 807 et 813 pour les volontaires du Ḫurāsān, et p. 822 pour al-Zuġaylī. Al-Aṣfar, un Arabe taghlibide, qui suscita en 395/1004-1005 un mouvement de guerre populaire contre les Byzantins est dit insān gāzi (t. 23, p. 466), expression que l’on peut comprendre comme désignant un combattant de la guerre sainte, mais que Kratchkovsky traduit par « aventurier ».

47 T. 47, p. 528.

48 Canard, Histoire de la Dynastie (cité supra n. 6).

49 Voir M. Canard, La guerre sainte dans le monde islamique et dans le monde chrétien, Revue Africaine 1936, p. 605-623, spécialement p. 617-618 ( = Byzance et les musulmans du Proche-Orient, Londres 1973, VIII).

50 Voir E. Sivan, L’Islam et la croisade. Idéologie et propagande dans les réactions musulmanes aux croisades, Paris 1968, p. 8 s.

51 Respectivement, t. 18, p. 730-732, p. 805, t. 47, p. 514-517, p. 528.

52 Relevé limité aux verbes d’utilisation courante (c’est-à-dire plus de douze occurrences pour les seules guerres arabo-byzantines) et à l’exclusion des noms d’action, à l’exclusion aussi du verbe ġazā déjà étudié.

53 Les affirmations de Bianquis, Damas et la Syrie (cité supra n. 6), « Ses sympathies pour les Grecs sont normales pour un chrétien melkite » (t. I, p. 28) et « Yaḥyā vécut à Antioche ces événements et [son] texte est marqué par une sympathie évidente envers les Byzantins » (t. II, p. 470), ne m’apparaissent pas fondées, à moins d’entendre par sympathie l’intérêt porté à l’histoire intérieure et extérieure de l’empire byzantin.

54 Dans un passage tout à fait étonnant, Yaḥyā, après avoir longuement rapporté les mesures d’apaisement envers les chrétiens édictées par le calife al-Ḥākim à la fin de son règne, conclut que ce sont là « des signes miraculeux et des prodiges éclatants de Dieu, qui montrent qu’il prend soin de son peuple et qu’il réalise Sa promesse antérieure, Lui qui a dit “Moi je ne vous laisserai en aucun moment sans chef” » (t. 47, p. 440).

55 T. 18, p. 825-826. Sur cette tactique de la terre brûlée et de la dépopulation, voir G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe siècle et au xie siècle : l’immigration syrienne, TM 6, 1976, spécialement, p. 179-182.

56 T. 23, p. 458.

57 T. 47, p. 496-500.

58 T. 18, p. 708.

59 Canard, Histoire de la Dynastie, p. 19-20 ; Canard, Les sources arabes (cité supra n. 2), p. 302-303 ; Forsyth, The Byzantine-Arab chronicle (cité supra n. 1), p. 37 s.

60 Ibn al-‘Adīm, Zubdat al-Ḥalab min ta’rīh Ḥalab, éd. S. Dahan, Damas 1951-1968, 3 vol.

61 Sur ce thème, voir la récente synthèse de A.-M. Eddé, F. Micheau, Chr. Picard, Communautés chrétiennes en pays d’Islam du début du viie au milieu du xie siècle, Paris 1997, notamment le chapitre IV.

Table des illustrations

Légende * Il est intéressant de relever que les verbes fataḥa, malaka, sallama, appellent toujours un complément d’objet direct désignant une ville ou une forteresse, jamais un territoire. En revanche, après aḫaḏa, on trouve mentionnés aussi bien une localité que du butin ou des prisonniers de guerre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4298/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540