Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Le « Martyre d’Eustathe de Mcxeta » : aspects de la vie politique et religieuse en Ibérie à l’époque de Justinien

Bernadette Martin-Hisard

Texte intégral

  • 1 Citons, par exemple, Labourt, Christianisme et Christensen, Iran ; ou, plus récents. Asmussen, Chr (...)

1Le Martyre et Passion d’Eustathe de Mcxeta, écrit en géorgien à la fin du vie siècle en l’honneur d’un Perse converti au christianisme et mort martyr à Tbilisi au milieu du même siècle, n’a pas fait l’objet de nombreuses études. Et sans doute, si le texte eût été écrit en syriaque, aurait-il davantage attiré l’attention et Eustathe aurait-il trouvé place parmi les martyrs perses du vie siècle auxquels se sont intéressés de nombreux spécialistes du monde perse : Pirangushnasp’ /Grégoire, Yazdbôzid, Yazidpaneh, Golinduxt’ et Shirin, sans oublier le catholicos de l’Église d’Orient, Mar Aba, confesseur plus que martyr1.

  • 2 Manuscrit H 341, 91v-99v ; voir Catalogue H I, p. 247-252, notamment p. 251. Les huit autres manus (...)
  • 3 Sabinini, p. 313-322, à partir du manuscrit H 2121.
  • 4 K’ak’abadze, p. 80-94, d’après les manuscrits H 341 et A 170.
  • 5 Q’ubaneishvili. p. 44-54, d’après H 341.
  • 6 Imnaishvili. p. 160-175, d’après H 341.
  • 7 MLHG I, p. 30-45, d’après l’ensemble des manuscrits.
  • 8 Le texte a été traduit en allemand en 1901 par G. Dschavachow (c’est-à-dire Dzhavaxish-vili), dans (...)

2Le texte géorgien a été transmis, sans grandes variantes, par neuf manuscrits dont le plus ancien est un martyrologe du xie siècle2. Le texte a fait l’objet de plusieurs éditions, en 18823, 19284, 19465, 19536 et enfin 19637 ; c’est à partir de cette dernière édition qu’a été établie la traduction que l’on trouvera en appendice, divisée en paragraphes, pour faciliter son étude8.

3Les grandes lignes de cette Passion sont les suivantes.

4En 541 /542, Gvirobandak’, fils de mages, originaire de Ganjak en Azerbaïdjan, vient s’établir à Mcxeta. Il y apprend le métier de bottier, épouse une chrétienne et reçoit le baptême sous le nom d’Eustathe (§ 1).

5Dénoncé par d’autres bottiers perses parce qu’il a insulté le zoroastrisme à l’occasion d’une fête à laquelle il avait refusé de participer. Eustathe est conduit à Ust’am, chef perse de la forteresse de Mcxeta, qui le défère au marzban Arvand Gushnasp’, à Tbilisi, avec sept autres convertis. Deux reviennent au zoroastrisme ; les autres sont incarcérés. Six mois plus tard, le marzban, appelé auprès du roi, les élargit à la demande d’autorités civiles et ecclésiastiques ibères (§ 2-14).

6Trois ans plus tard, sur la même dénonciation, le marzban Vezhan Buzmihr. récemment arrivé, fait arrêter Eustathe et Etienne, ce dernier vite relâché une fois établi qu’il est syrien de famille chrétienne (§ 5-18).

7Sommé d’expliquer son choix religieux, Eustathe expose qu’au zoroastrisme de son père et de ses frères et au judaïsme, il a préféré le christianisme après que l’archidiacre Samuel lui eut exposé à Ganjak les grandes lignes de l’histoire du christianisme qu’il rappelle longuement (§ 9-59). Eustathe fait alors une critique du zoroastrisme (§ 60-63).

8Comme il refuse d’abjurer, le marzban le fait décapiter ; son corps, jeté au loin, est emporté par des chrétiens qui le transfèrent à Mcxeta où le catholicos Samuel l’enterre solennellement dans l’église où il l’avait baptisé (§ 64-70).

  • 9 Harnack, Martyrium, p. 894-902.

9La seule étude consacrée à ce texte, qui a échappé aux redoutables examens critiques de P. Peeters, est celle de A. Harnack, en 19019. Elle permet de mettre en évidence trois aspects principaux du Martyre.

  • une date dans un contexte : pour Harnack, Eustathe est mort en 544/54510, dans le cadre de la persécution perse de 541, attestée dans les Actes du martyr Grégoire.
  • une histoire du texte : le Martyre fut d’abord écrit par un contemporain perse d’Eustathe, dont on trouve la marque dans le résumé d’histoire sainte ; il a été remanié peu après par un Géorgien qui lui a donné une coloration géorgienne, mieux en accord avec les intérêts de l’Église de Géorgie11. C’est ce que montrent notamment des doublets contradictoires ou suspects du texte12.
  • une tradition de la Bible : le résumé d’histoire sainte contenu dans le Martyre prouve que l’auteur disposait de l’ensemble de la Bible, mais les additions évidentes aux textes des Évangiles montrent aussi qu’il a utilisé un Diatessaron pour raconter la vie de Jésus. L’auteur conclut encore, après avoir examiné le résumé qui est fait du Décalogue, que l’Église de Géorgie n’avait plus alors à combattre le paganisme.
  • 13 Voir, par exemple, Labourt, Christianisme, p. 176 s. ; Christensen, Iran, p. 426 : « La sauvagerie (...)

10L’existence d’une persécution générale des chrétiens de l’empire perse en 541, persécution coïncidant avec la reprise des guerres byzantino-perses, a souvent été affirmée13.

  • 14 On s’appuie sur la traduction allemande de ces Actes : Hoffmann, p. 78.

11Harnack l’évoque à propos du martyre d’Eustathe en s’appuyant sur le début des Actes du martyr Grégoire que l’on peut traduire ainsi14 : « En l’an 850 des Grecs, la situation des chrétiens était très heureuse ; partout ils avaient des églises et personne ne devait oser leur porter tort d’après un décret royal. Cela dura depuis le règne du roi Peroz jusqu’à la dixième année du roi Khusrau. Cette année-là, les mages soulevèrent une persécution des chrétiens : là où les chrétiens étaient faibles, les églises et les monastères furent détruits. »

12Cependant, dans les Actes de Grégoire, la persécution, qui se traduisit par un certain nombre d’arrestations et de destructions en Perse, ne fit qu’une seule victime, Grégoire ; encore ne fut-il exécuté qu’au terme d’une série d’épisodes qui s’étirent sur vingt-quatre ans. Qu’on en juge.

  • 15 C’est-à-dire l’Ibérie et l’Albanie.
  • 16 C’est-à-dire en Egrisi ou Lazique. On pense à la guerre de 523-524.
  • 17 On comprend qu’il s’agit de l’Azerbaïdjan.
  • 18 Il délivre un possédé du démon.
  • 19 Devos, Martyrs, p. 216.

13La première arrestation de Grégoire date de 518 alors que, sous le nom de Pirangushnasp’, ce gouverneur, d’origine mihranide, de la « marche du Nord », « chargé de veiller sur le Gurzân et l’Arrân »15, s’était converti au christianisme. Relâché au bout de trois ans, il retrouve ses fonctions. Fait prisonnier par les Byzantins au cours d’une guerre dans « le pays d’Hêghar-er »16, il est libéré en 533 et retrouve ses fonctions et même des dignités encore plus grandes que précédemment ; mais les mages le font arrêter et détenir sur place17. En 541, alors que le roi Khusrau revient d’une expédition en Lazique, un cousin de Grégoire profite de son passage pour lui exposer la honte qui rejaillit sur sa famille du fait de la conversion de Grégoire. Mais le roi, séduit par la sagesse de Grégoire, se contente de l’emmener avec lui et de le tenir aux fers près de Ctésiphon. Pendant son incarcération, Grégoire convertit ses co-détenus, notamment un grand auquel le roi fait couper le nez et les oreilles. Mis à l’isolement, Grégoire est l’auteur d’un miracle18. Beaucoup d’évêques et de fidèles de Perse venus se plaindre au roi de destructions d’églises sont jetés en prison. Mais alors que le roi part de nouveau en campagne contre les Byzantins, les mages font pression sur le cousin de Grégoire, venu rejoindre le roi depuis la Lazique où il est en fonction, pour qu’il obtienne la mort de Grégoire. Le roi le fait alors discrètement décapiter. Devos fixe sa mort au 18 avril 54219.

14Faire de Grégoire la victime d’une persécution déclenchée par les mages et tolérée par Khusrau en 541 paraît exagéré ; le converti est suspect aux mages depuis de longues années déjà, bien avant le règne de Khusrau, et la guerre byzantino-perse de 523-524 n’a pas entraîné son arrestation. Sous le règne de Khusrau, il faut – après la première année de guerre – le hasard du passage du roi dans la région où Grégoire est détenu et l’honneur familial blessé de son cousin, pour que la menace se précise contre lui ; mais il n’est finalement exécuté que par une pression des mages sur le cousin.

  • 20 Labourt, Christianisme, p. 162-191, qui voit dans l’Azerbaïdjan, au cours des sept années de résid (...)
  • 21 Histoire nestorienne, chap. XXVII, p. 68-69.

15L’Histoire nestorienne évoque elle aussi une persécution en la dixième année de Khusrau ; mais elle se résume principalement en l’arrestation du catholicos Mar Aba et en sa longue assignation à résidence en Azerbaïdjan, à Ganjak, qui ne l’empêcha nullement de vaquer à ses fonctions et même de tenir concile20. On sait que Mar Aba fut ensuite libéré. C’est au mieux un confesseur, non un martyr. L’Histoire parle encore du massacre et de la crucifixion de plusieurs évêques et de chrétiens par le roi, mais pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la guerre21.

  • 22 Voir, sur ce point, les remarques éclairantes de Brock, Christians, notamment p. 2-3.

16Que les chrétiens aient pu avoir à souffrir de ne pas relever de la religion d’État de l’empire sassanide est certain ; qu’il y ait eu des tracasseries, des confiscations, des destructions et, des victimes, on ne saurait le nier ; mais ces persécutions restent limitées, en particulier au vie siècle : les Sassanides ont précédé les musulmans sur la voie de la reconnaissance des minorités religieuses22.

  • 23 On notera que ni le cousin de Grégoire, ni les mages ne font allusion à ce contexte de guerres qui (...)
  • 24 Garsoïan, Attempt, p. 346-352 ; Ead., Rôle, p. 129-138.
  • 25 Brock, Christians, p. 5.

17On ne constate guère en tout cas de persécutions délibérées et massives en 541 qui s’expliqueraient par la reprise des guerres byzantino-perses23 : la « fatalité dialectique » n’est pas évidente et, même en admettant que la loyauté politique s’accommode mieux de la communion religieuse, les exemples de persécution massive que l’on en peut donner proviennent surtout du ive siècle24 et ne semblent guère dépasser la première moitié du ve25. Et peut-être conviendrait-il, pour en revenir aux Actes de Grégoire et au Martyre d’Eustathe, de tenir compte de la phrase qui clôt le préambule du premier de ces textes : le mouvement devait être déclenché « là où les chrétiens étaient faibles » ; la discrétion entourant l’exécution de Grégoire pour éviter un soulèvement des chrétiens tout comme la modération du traitement réservé au catholicos Mar Aba montrent à l’évidence que cette phrase avait un sens.

  • 26 Histoire des Arméniens, p. 169 : « L’entente avec les Arméniens était d’autant plus nécessaire [po (...)

18Or, s’il est des régions où les chrétiens n’étaient pas spécialement « faibles », ce sont bien les régions caucasiennes. En Persarménie, on ne trouve pas trace de persécutions depuis 484 et jusqu’en 572 et l’on a même pu expliquer ce calme sous le roi Kavâd par la reprise des guerres26 ! Le Martyre d’Eustathe permet d’éclairer le cas de l’Ibérie.

  • 27 § 67, 69.
  • 28 En dernier lieu : Brock, Christians, p. 5.
  • 29 § 1. L’imparfait suggère que la vie paisible du nouveau baptisé a duré quelque temps.
  • 30 C’était déjà l’opinion de Tarchnishvili, Geschichte, p. 400.

19À la différence des Actes de Grégoire, le Martyre d’Eustathe ne contient aucune trace d’un acharnement des mages contre les chrétiens. Les mages sont complètement absents du texte ; la communauté ibère chrétienne n’est pas menacée et prospère au point de faire des conversions ; l’exemple de l’élargissement du Syrien chrétien Etienne, libre ensuite de ses mouvements27, prouve que « la persécution », si elle existe, ne concerne que les Perses, comme cela a été remarqué pour d’autres régions28. Eustathe lui-même est arrivé à Mcxeta en 541/ 542 ; contrairement à ce que pense Harnack, rien ne dit qu’il ait été arrêté en cette même année. Entre son arrivée et son arrestation, il a eu le temps d’apprendre un métier qui exige de l’habileté, d’épouser une chrétienne, d’être baptisé, et enfin de « vivre dans le christianisme et la grâce du Christ »29. Il est difficile de croire que l’arrestation d’Eustathe, ait eu lieu dès 541/542, au moment où débute la guerre de Lazique30. Quant à ceux qui furent dénoncés avec lui et qui portent pour la plupart des noms perses, ils vivaient tranquillement, sans qu’il y ait de raison de penser qu’ils étaient arrivés en Ibérie en même temps qu’Eustathe.

  • 31 § 12.
  • 32 § 12 : ils doivent porter un carcan et sont mis aux fers ; mais pour le reste on se contente de le (...)
  • 33 § 13.

20Les responsables de l’arrestation d’Eustathe ne sont ni des mages, ni des fonctionnaires appliquant des consignes, mais de simples artisans qui se contentent de demander l’ouverture d’une enquête. Les autorités perses ne semblent pas avoir fait preuve d’un grand zèle ; Ust’am, le chef de la forteresse, qui ne connaissait pas l’existence d’Eustathe, menace mais s’empresse de se débarrasser du néophyte auquel il adjoint d’autres convertis perses qu’il ignorait jusqu’alors totalement ; le marzban Arvand Gushnasp’ menace aussi, avec quelques succès ; mais, sans donner la moindre récompense aux relaps31, il se contente d’incarcérer les récalcitrants sans grands tourments32 ; il n’hésite pas enfin à les libérer, lorsqu’il part rejoindre le roi, quand les autorités indigènes locales auxquelles il n’a manifestement jamais rien refusé le lui demandent33. Il faut attendre un nouveau marzban, trois ans plus tard (trois ans qui ont été de tranquillité pour les Perses convertis et restés fidèles), pour qu’Eustathe, dont le cas est bien dissocié de celui d’Etienne, soit conduit à la mort, il est vrai après un long exposé religieux et une dure attaque du zoroastrisme. Enfin la solennité qui accompagne l’enterrement d’Eustathe, arraché à l’exposition aux bêtes et aux oiseaux, ne va guère dans le sens d’une guerre ouverte avec les zoroastriens.

21Tant de temps, de lenteur, de modération ne permettent guère de parler de persécution.

22Et comment même une persécution serait-elle concevable en Ibérie à cette époque ?

  • 34 Khusrau lui-même traversa l’Ibérie, et sans doute Mcxeta, pour se rendre personnellement en Laziqu (...)

23La dixième année de Khusrau est un bon repère chronologique pour les contemporains, en particulier ceux des régions du Caucase où vivaient Grégoire / Pirangushnasp’ et Eustathe, parce que la guerre de Lazique, qui débuta et mit entre les mains des Perses la forteresse de Petra, intéressa directement l’Ibérie34. Aucun autre mouvement n’eut lieu toutefois dans cette région avant 548, date à laquelle Khusrau décida une implantation massive de Perses et autres peuples en Lazique, ce qui impliquait d’abord qu’il en fît la conquête. Ce projet ne fut réellement mis en œuvre qu’à partir de 551 sous les ordres de Merméroès et poursuivi ensuite jusqu’à la signature de la paix en 562.

  • 35 Procope, II, XXX, 46 ; VIII, VIII, 39.
  • 36 Agathias, III, XXVIII, 6-10 ; IV, XV, 4.
  • 37 Agathias, II, XXII, 4-6.
  • 38 Procope, II, XXVIII, 19-21, affirme que la colonisation de la Lazique était destinée à priver les (...)

24La survie de Pétra jusqu’en 548 et le projet de colonisation de la Lazique dépendaient de l’Ibérie qui fut une région-clé dans la stratégie caucasienne perse de ce temps. Les armées perses passaient nécessairement par elle ; le ravitaillement de Petra en provenait en grande partie35 ; elle fut un lieu d’hivernage quand une route eut été aménagée36 et c’est là que Merméroès alla mourir en 55537. Se livrer à des persécutions, à ce moment, en Ibérie, eût été absurde : la révolte du roi Gourgenès auquel le roi Kavâd avait voulu imposer en 523 des pratiques zoroastriennes était encore dans les esprits. L’absence de toute révolte ibère au cours des années de guerre, prouve, quoi qu’en dise Procope, que les Perses pouvaient se fier aux Ibères et déployer tranquillement une large politique d’expansion38. On ajoutera encore, sans insister ici davantage, que le contrôle d’un des principaux défilés du Caucase dépendait aussi de l’Ibérie.

  • 39 § 13.

25En l’absence de persécution, les Ibères n’avaient pas de raison de se révolter. Le Martyre d’Eustathe montre que les relations entre les Perses et eux étaient bonnes, avec des inter-mariages, dont Eustathe offre l’exemple. La cérémonie d’au revoir au marzban rappelé par le roi avait peut-être un caractère obligé, mais elle montre que le marzban n’avait rien à refuser (et donc à reprocher) aux Ibères : « Y aurait-il quelque chose que je ne vous aurais pas octroyé39 ? »

  • 40 Le roi des Ibères Hamazasp est mentionné parmi les sujets de Shâpur Ier dans l’inscription de Naqs (...)
  • 41 Ust’am, sans doute Wstam : Justi, p. 371-372, s.n. Wistaxma.
  • 42 Sur ce nom : Justi, p. 40 (Aruandès) et 354-355, s.n. Waresna (Gushnasp).
  • 43 Sans doute Burzmihr : Justi, p. 4.
  • 44 Il est difficile de dater la mise en place de ce découpage qui tendait à harmoniser des structures (...)
  • 45 Ibid., p. 762-767.
  • 46 La nomination de l’Arménien Vahan Mamikonian en 484 avait marqué un changement de la politique per (...)
  • 47 C’est la raison pour laquelle Procope estimait qu’ils devaient être portés à la révolte.
  • 48 C’est pourquoi les traditions nationales ibères continuent à parler d’un roi ibère jusqu’à la fin (...)
  • 49 Sur la fonction de bdeashkh dans le monde sassanide : Garsoïan, Epic Histories, s. v. bdeashx, p. (...)
  • 50 Toumanoff, Studies, p. 260-264.

26Le statut de l’Ibérie au sein de l’empire perse était, il est vrai, assez particulier. Les Ibères étaient, depuis le début de l’empire sassanide, des sujets du roi des rois40 et les Byzantins, quoi qu’ils en eurent, n’en avaient jamais disconvenu et n’en disconvinrent jamais. Les Perses avaient la haute main sur la vie politique, et surtout militaire. Ils tenaient les forteresses, comme celle de Mcxeta41, et le marzban, qu’il s’agisse d’Arvand Gushnasp’42 ou de Vezhan Buzmir43, était bien l’autorité suprême ayant « pouvoir de vie et de mort ». Le fait que trois ans se soient écoulés entre le départ d’un marzban et l’arrivée d’un autre tend à indiquer que sa présence n’était pas permanente ; il s’agissait donc probablement du gouverneur de la marche du Nord, chargé de veiller sur le Gurzân et l’Arrân, comme l’était Pirangushnasp’, auquel Arvand venait peut-être de succéder. La réforme générale mise en place sous Kavâd et son fils Khusrau avait conduit à la création, à des fins militaires, de quatre marches44. Celle du Nord était rattachée à l’Azer-baïdjan et incluait aussi l’Arménie45. En Persarménie, il faut distinguer ce « grand marzban » du marzban local qui représentait sur place l’autorité permanente et qui fut souvent un Perse, parfois un Arménien46. La situation était différente en Ibérie où un tel marzban n’est pas attesté. Dans les années qui avaient suivi la révolte de Gourgenès en 523, les Perses avaient supprimé l’institution royale47 ; mais ils n’avaient pas pour autant mis fin à la lignée royale ni à l’existence d’une autorité locale dans l’ancien royaume. Dans le Martyre d’Eustathe, cette autorité est représentée par le mamasaxlisi Grégoire ; ce titre de « père de la lignée » avait été porté, dans les temps mythiques, par le chef de la famille des Kartvéliens qui résidait à Mcxeta et dans la lignée duquel émergea le premier roi, Parnavaz ; il est donc à peu près certain que ce Grégoire, autrement non identifié, était de souche royale, mais sans le titre. La disparition de la royauté put avoir différentes causes, mais, après la révolte et la fuite du roi Gourgenès, on pense qu’elle permit aux Perses d’éviter toute ingérence des Byzantins dans cette région ; en effet, tout comme les Romains avaient eu, depuis le règne de Tiridate, le droit d’investir le roi d’Arménie de la nouvelle dynastie arsacide de ses insignes, les Romains s’étaient fait reconnaître le même droit en Ibérie, en 299, au traité de Nisibe, ce qui consacrait l’arrivée d’une dynastie d’origine perse en ce pays. Supprimer l’institution royale mit ipso facto fin à cette pratique, mais n’attenta pas aux droits de la famille royale48. Il faut enfin savoir que le complexe monde ibère ne se limitait pas au royaume, mais comprenait aussi ce qu’il est coutume d’appeler la marche d’Ibérie, sous l’autorité d’un vitaxe49, dont la résidence était C’urtavi ; Arshusha était un prénom caractéristique de ces vitaxes50. Entre les deux villes, Tbilisi passait pour une ville perse.

  • 51 Sur ces aspects religieux, Martin-Hisard, Christianisme 1.

27Sous autorité perse, le pays avait donc gardé ses autorités politiques traditionnelles. Il en allait de même sur le plan religieux. Vers 541, la vie des chrétiens était sous la houlette d’un catholicos, Samuel ; le culte était librement rendu dans la « sainte église », c’est-à-dire l’église cathédrale de la Colonne Vivante ; la dévotion à la Croix de Mcxeta, qui semblait toujours faire des miracles, ne souffrait pas d’entraves51.

28Ainsi donc, même si la reprise de la guerre contre l’empire byzantin a certainement entraîné une augmentation de la population d’origine perse, dans le secteur militaire et para-militaire, et si l’encadrement religieux zoroastrien a été sans doute aussi mieux assuré, ni le texte du Martyre, ni ce que l’on sait du contexte dans lequel il doit se lire ne soutiennent l’hypothèse d’une persécution zoroastrienne en Ibérie durant cette période, dont Eustathe serait l’une des victimes.

29On en reviendra donc à ce que dit l’auteur du texte au sujet de l’arrestation d’Eustathe.

  • 52 § 5 et 19.

30Eustathe ne fait pas mystère de ses origines et sa carte d’identité est précise. Lieu de naissance : Ganjak, canton d’Arshaketi, Perse. Profession du père : mage52.

  • 53 Minorsky, Aḏẖarbayḏjan, p. 194 ; Schippman, Azerbaijun ; Brünner, Divisions, p. 762-763.
  • 54 Sur le transfert du feu des guerriers, Adar Gushnasp’, de Médie en Azerbaïdjan à l’époque sassanid (...)
  • 55 Sheperd, Art, p. 1074-1076 et bibliographie, p. 1369, s.v. Fire Temples.
  • 56 Molé, Culte, p. 458-459 ; Gnoli, Sassanidi, p. 229-231, et globalement Id., Zoroastre, spécialemen (...)

31Eustathe était donc originaire d’Azerbaïdjan, l’ancien royaume d’Atropatène annexé au Ier siècle après J.-C. par les Arsacides qui y construisirent des châteaux53 ; l’un d’eux devint, plus tard, dans le courant du ve siècle, à l’époque sassanide, l’emplacement du grand temple du feu zoroastrien, Adar Gushnasp’54, sur le site de l’actuel Takt-i Sulaymân, non loin de Ganjak55. Dans le cadre de la nouvelle géographie politique et religieuse mise en place par les Sassanides, l’Azerbaïdjan devint le centre du zoroastrisme, on pourrait dire sa Terre Sainte’56.

  • 57 On n’a pas retrouvé le nom de Gvirobandak’ dans Justi. Mais il faudrait étudier les généalogies de (...)
  • 58 § 22.

32Si le père et les frères d’Eustathe étaient mobedhs à Ganjak, il est plus que certain qu’ils appartenaient, directement ou indirectement, au clergé du temple du feu et que la carrière ouverte devant Gvirobandak’ était celle de mage. Quelle que soit sa famille57, il appartenait en tout cas à la plus haute caste du clergé zoroastrien, dans la plus importante région zoroastrienne de l’empire perse. On le voit dans le texte : le jeune homme a été immédiatement reconnu par l’archidiacre Samuel quand il a commencé à fréquenter son église, Eustathe ne lui dit-il pas : « Tu sais bien qui je suis58 » ?

  • 59 Le chef de la forteresse de Mcxeta et le marzban de Tbilisi, en tout cas, ont bien l’air de l’igno (...)

33On peut comprendre aisément que, rallié au christianisme, l’ex-futur mage, après avoir ou sans avoir (on y reviendra) reçu le baptême, ait préféré chercher un nouveau métier et s’expatrier. Il n’est donc pas certain que les bottiers, dénonçant « un homme de notre religion », aient connu l’identité d’Eustathe59. Cependant cette dénonciation n’est pas le fruit du hasard, ni de la jalousie.

  • 60 § 60-62 ; Asmussen, Christians, p. 937-938, et surtout Id., Christentum, que je n’ai pu consulter.
  • 61 On se reportera à la synthèse de Duchesne-Guillemin, Religion, et à la bibliographie qui l’accompa (...)
  • 62 Voir par exemple Yarshater, Beliefs.
  • 63 Christensen, Iran, p. 168-178, 301-302. D’une manière générale Boyce, Zoroastrians, et, plus préci (...)

34Le zoroastrisme, en effet, ne se réduit pas à ce à quoi le réduisent les chrétiens de ce temps, et Eustathe tout le premier : le culte du feu, l’exposition des morts, les pratiques sexuelles « dégoûtantes »60, c’est-à-dire les rites et pratiques sociales les plus étrangers au christianisme. Le zoroastrisme est une véritable religion61, dont le dogme s’inscrit dans un développement historique et des perspectives eschatologiques62 ; à l’instar du temps et du calendrier chrétiens, il existe un temps et un calendrier zoroastriens qui ponctuent l’année de fêtes significatives63.

  • 64 Christensen, Iran, p. 172-173 ; Boyce, Festivals, p. 797-800.

35La dernière des sept fêtes principales, Nô Rôz, marquait, et marque toujours, le Nouvel An zoroastrien ; la fête, joyeuse et solennelle, durait six jours et célébrait la création du feu, la résurgence de la vie ; les autorités publiques y participaient activement ; bref, c’était la plus grande des fêtes, non sans analogie par sa durée et son contenu avec la fête chrétienne de la Résurrection et de la Lumière, Pâques64.

  • 65 Dans le texte, S 2, le verbe employé pour « célébrer une fête », à son propos est t’ozik’oba, déri (...)
  • 66 Si la formule avait une portée générale, on aurait plutôt : « je fête le Christ », ou « je fête le (...)
  • 67 Boyce, Festivals, p. 808-81 1.
  • 68 Comme on ignore la date de son baptême, on ne peut savoir si c’est la première fois qu’il ne parti (...)

36Dans le Martyre d’Eustathe, c’est très certainement de cette fête qu’il s’agit65. Que les bottiers l’aient particulièrement appréciée s’explique bien, puisque le caractère de renaissance qui caractérise Nô Rôz se concrétisait sur le plan vestimentaire par le port de vêtements neufs, sans doute aussi de chaussures ou de bottes neuves. L’absence d’Eustathe ne pouvait passer inaperçue et l’invite que lui firent ses confrères était normale. Mais l’absence à elle seule ne motiva pas la dénonciation ; le texte laisse entendre en effet qu’Eustathe était absent parce qu’il était ailleurs, entendons : à une autre fête ; il fait en effet cette réponse : « Moi, je fête la fête du Christ », précédée du commentaire : « votre fête est ténèbres », comme si Eustathe opposait Nô Rôz à une fête du Christ qu’il était en train de célébrer66. Ce n’est pas là pure hypothèse ; il faut en effet savoir que, depuis la réforme du calendrier zoroastrien intervenue entre 507 et 51167, Nô Rôz se fêtait à l’équinoxe de printemps ; les célébrations de la fête zoroastrienne pouvaient donc coïncider, certaines années, avec la célébration de Pâques. Après l’arrivée d’Eustathe en 541/542, Pâques tomba le 27 mars en 544, le 24 mars en 547, le 31 mars en 553. 544 marque donc la première coïncidence des deux temps liturgiques zoroastrien et chrétien. Cette coïncidence explique non seulement l’absence d’Eustathe68, mais aussi sa virulente ironie au sujet des « ténèbres » du zoroastrisme. Il n’est pas dénoncé pour son absence, mais pour cette provocation.

  • 69 S’il a été dénoncé en mars 544, soit trois ans après son arrivée (ce qui paraît une durée normale (...)
  • 70 Martin-Hisard, Christianisme 2, p. 589.

37Ces remarques sur le calendrier offrent une possibilité de dater la mort d’Eustathe que l’on ferait volontiers intervenir dans la seconde moitié de l’année 54769, probablement le 20 décembre, date où il est inscrit au martyrologe70. On penche pour 547 plutôt que pour 550 ; cette date permet, en effet, d’expliquer le renouvellement de la dénonciation, l’année de la seconde coïncidence chronologique des célébrations liturgiques.

38C’est donc l’imprudence verbale d’Eustathe qui provoque son arrestation ; celle-ci ne doit rien à une persécution délibérée, générale ou locale, intervenant au moment de la reprise des guerres byzantino-perses en 541. Au contraire, la modération du premier marzban qui n’a guère poussé son enquête s’explique par ce contexte de guerre. On liera volontiers la décision du second d’une part au fait qu’il s’agit d’une seconde dénonciation, d’autre part à la violente et publique attaque du zoroastrisme par laquelle Eustathe conclut son discours.

39C’est ce dernier aspect du texte qu’il convient d’examiner maintenant.

  • 71 Voir par exemple Petersen, Diatessaron, p. 20-46 (je remercie ici J.-P. Mahé qui m’a signalé cet o (...)
  • 72 Ces additions sont soulignées dans notre traduction.

40On ne doute pas que les Kartvéliens aient disposé d’une traduction intégrale de la Bible dans la seconde moitié du vie siècle ; et on laisse volontiers, aux spécialistes le soin d’apprécier et d’approfondir les remarques de Harnack sur le Diatessaron71. Mais enfin la catéchèse d’Eustathe ne comporte pas seulement des additions aux récits évangéliques, mais aussi au texte vétéro-testamentaire72.

  • 73 § 24. « province de Perse » signifie « province de l’empire perse ». Harnack a noté cette addition (...)
  • 74 § 25.
  • 75 § 28.
  • 76 § 29 et 32.
  • 77 § 26.

41Abraham vient d’une province de Perse73 ; la phrase qu’il répond à l’appel de Dieu est une interpolation. Nulle part le Livre de la Genèse ne le fait venir en Canaan sous la conduite des anges et il n’a jamais reçu l’ordre de circoncire Isaac, Jacob et tous les fils de Jacob74. Le Décalogue, dont Harnack a noté l’originalité, mêle dans le désordre à des textes venus des deux versions bibliques (celle de l’Exode et celle du Deutéronomé) des phrases de l’Évangile ; le dernier commandement, qui n’est pas étranger à l’esprit de l’Ancien Testament, n’appartient pas au Décalogue75. D’autres interpolations se trouvent encore dans l’histoire de Moïse ou dans celle de Jéroboam76. Nulle part Israël n’a été expliqué comme signifiant « peuple de Dieu77 ».

  • 78 § 22.
  • 79 Cette exaltation se retrouve pleinement exprimée par le catholicos nestorien Timothée Ier (780-823 (...)
  • 80 § 36. Tarchnishvili, Geschichte, p. 400-401, ne retient pas l’hypothèse du monophysisme.
  • 81 § 5, 20, 21.
  • 82 En 486 : Osée, évêque de Ganjak (Synodicon Orientale, p. 307) ; en 544 : Yovhannan d’Azerbaïdjan ( (...)
  • 83 Synode de 410, canon XV (Synodicon Orientale, p. 267-268) que l’on rapprochera du canon XIX du syn (...)
  • 84 Ainsi le rôle des soldats romains dans la Passion est attribué aux juifs ; et les dernières parole (...)

42Plutôt qu’un Diatessaron, la catéchèse d’Eustathe reflète ce que l’on appellerait une « Histoire sainte », présentant trois éléments particulièrement intéressants. L’insistance sur l’origine « perse » d’Abraham tout comme l’affirmation que la première religion était celle des Perses78 ne signifient pas que le premier auteur était lui-même un Oriental, voire un Perse, mais correspondent plutôt à une exaltation de l’Orient, caractéristique de l’Église de Séleucie-Ctésiphon79. En second lieu, l’histoire sainte enseignée à Eustathe comporte un commentaire de l’Incarnation, que certains spécialistes considèrent comme marqué de monophysisme, bien que cependant humanité et divinité du Christ ne s’y confondent pas80. Or il est d’autres éléments du texte qui renvoient à un contexte nestorien. Eustathe évoque en effet la présence nombreuse et même accrue de chrétiens en Azerbaïdjan, la présence d’un évêque, d’un archidiacre, d’un clergé à Ganjak81. Or, depuis 486, un évêque nestorien est attesté à Ganjak et on en suit la succession au long du vie siècle82 ; depuis 410, les synodes nestoriens soulignent l’importance de l’archidiacre dans la vie liturgique de la cathédrale, veillant en particulier aux portes de l’église83. On n’a aucune trace en revanche d’un évêché monophysite, encore moins chalcédonien, en cette région. Tout laisse donc penser que les chrétiens rencontrés par Eustathe dans sa ville natale étaient des nestoriens, ce qui pourrait encore expliquer la forte tonalité anti-judaïque du texte84. C’est enfin à une marque nestorienne que l’on peut imputer l’absence de toute référence à Pierre et Paul dans la diffusion du christianisme, ainsi qu’à la conversion de Constantin et au rôle providentialiste de l’empire romain.

  • 85 § 59. S’il le fut, ce ne fut en tout cas pas des mains de l’archidiacre dont ce n’était pas la fon (...)
  • 86 § 17 et 66.

43Ainsi Gvirobandak’/Eustathe a certainement reçu sa première instruction chrétienne auprès d’un archidiacre nestorien à Ganjak ; c’est donc dans le patrimoine de l’Église d’Orient qu’il faudrait rechercher l’archétype du compendium d’Histoire sainte que le Martyre nous a conservé. Dans son long discours, Eustathe ne dit pas explicitement qu’il a été baptisé à Ganjak85 ; mais il se réfère uniquement, ailleurs, au baptême qu’il a reçu à Mcxeta, dans la cathédrale86.

44On peut donc avancer trois hypothèses.

  • 87 § 1 : à son arrivée en Ibérie, il est considéré comme un « païen ».
  • 88 C’est ce qu’atteste la lettre XI, 52 de Grégoire le Grand (éd. Norberg, p. 952-956) à qui les Ibèr (...)

45Ou bien, déjà baptisé à Ganjak par des nestoriens, Eustathe a été rebaptisé à Mcxeta où l’on considéra son baptême comme nul87 et, dans ce cas, l’auteur du texte aura préféré ne pas insister sur ce passé nestorien du martyr. Un second baptême peut étonner, mais on sait qu’en 601, l’Église ibère consulte le pape Grégoire le Grand pour connaître la validité du baptême conféré par des nestoriens88.

  • 89 Procope, I, XII, 3.
  • 90 Sur cette question : Martin-Hisard, Christianisme 1.

46Ou bien instruit par des nestoriens à Ganjak, Eustathe a attendu d’être à Mcxeta pour se faire baptiser dans la foi qu’il a reçue, c’est-à-dire le nestorianisme. Or il y avait certainement des nestoriens en Ibérie, comme le montre la consultation de Grégoire le Grand ; mais la consultation elle-même prouve que la hiérarchie était orthodoxe et déjà, au milieu du vie siècle, Procope tenait les Ibères pour d’excellents chrétiens89, même s’ils ne l’affirmèrent clairement qu’au début du viie siècle90. De surcroît, un catholicos nestorien en Ibérie n’aurait certainement pas été ignoré de l’Église d’Orient et de son catholicos Mar Aba.

  • 91 § 1. Rappelons que le culte chrétien se célèbre librement à Mcxeta. À Ganjak, Eustathe n’allait à (...)

47Ou bien enfin, instruit à Ganjak mais resté païen, Eustathe découvre la vraie foi et le vrai culte à Mcxeta et y est baptisé91. Et si Eustathe n’a pas trouvé sa place dans la littérature syriaque, aux côtés de Grégoire, c’est peut-être justement parce qu’il n’était pas nestorien.

  • 92 § 66.

48La première et la seconde de ces hypothèses sont plausibles ; mais la troisième nous semble la meilleure, parce qu’elle respecte pleinement le texte. On comprend aisément que le baptême de Gvirobandak’ ait pu être différé, compte tenu de son identité. Sans doute a-t-il accompagné le mouvement de troupes que le début de la guerre de Lazique provoqua pour partir avec elles en Ibérie et y rester ; le choix du métier de bottier dans un contexte de guerre était judicieux. C’est donc bien « dans la sainte Mcxeta » que Dieu s’est manifesté à lui92.

49L’histoire d’Eustathe, fils de mobedh, converti en Azerbaïdjan par des nestoriens et baptisé à Mcxeta dans la foi orthodoxe, mort martyr le 20 décembre [547] est fort peu liée au contexte des guerres byzantino-perses de l’époque de Justinien et à des persécutions qui transposeraient sur le plan religieux l’affrontement politique des deux grands empires. Elle est purement interne à un empire sassanide à l’intérieur duquel l’Ibérie avait gardé ses traditions propres.

50Elle s’inscrit dans le contexte de l’essor du christianisme nestorien, un essor dont se préoccupaient les Églises de cet empire, qui ne relevaient pas de l’Église d’Orient de Séleucie-Ctésiphon : l’Église d’Arménie, l’Église d’Ibérie. Elles attirent ainsi l’attention, non pas vers l’ouest, sur la Lazique des Byzantins, mais vers l’est, sur l’Azerbaïdjan des Sassanides, où le nestorianisme, déjà organisé à la fin du ve siècle, allait recevoir l’impusion magistrale du catholicos Mar Aba ; sur l’Azerbaïdjan zoroastrien, enfin, qui, par son emprise sur la marche du Nord, pouvait diffuser ou soutenir une religion et des rites, ainsi qu’une culture.

Bibliographie

SIGLES ET ABRÉVIATIONS UTILISÉS DANS LES NOTES

Asmussen, Christentum= J. P. Asmussen, Das Christentum in Iran und sein Verhältnis zum Zoroastrismus. Sludia Theologica 16, 1962 (Oslo).

Asmussen, Christian = J. P. Asmussen, Christians in Iran, CHIran 3 (2), p. 924-948.

Boyce, Adur Gushnasp = M. Boyce, Adur Gushnasp, Enc. Ir. I, p. 475-476.

Boyce, Festivals = M. Boyce, Iranian Festivals, CHIran 3 (2), p. 792-815.

Boyces, History 1-2 = M. Boyce, A History of Zoroastrianism, 2 vol., Leyde 1975-1982 (HdB. Or. I. VIII. 1).

Boyce, Zoroastrians = M. Boyce, Zoroastrians : their religions beliefs and practices, Londres 1979 (Library of Religious Beliefs and Practices 2).

Brock, Christians = S. Brock, Christians in the Sasanid Empire : A Case of Divided Loyalties, Religion and National Identity. Studies in Church History 18, S. Mews ed., Oxford 1982, p. 1-19 (= Syriac Perspectives on Late Antiquity, Londres 1984, VI).

Brünner, Divisions = C. Brünner, Geographical and Administrative Divisions: Settlements and Economy, CHIran 3 (2), p. 747-777.

CHIran 3: The Cambridge History of Iran, 3: The Seleucid, Parthian and Sasanian Periods, ed. E. Yarshater, 2 vol., Cambridge 19932.

Christensen, Iran = A. Christensen, L’Iran sous les Sassanides, Copenhague-Paris 1944.

Devos, Martyrs = P. Devos, Les martyrs persans à travers leurs actes syriaques, La Persia e il mondo greco-romano (Atti del congresso, Roma 11-14 aprile 1965), Rome 1966, p. 213-225.

Duchesne-Guillemin, Religion = J. Duchesne-Guillemin, Zoroastrian Religion. CHIran 3 (2), p. 866-908 et 1351-1354.

Eddé - Micheau - Picard, Communautés = A.-M. Eddé, F. Micheau, C. Picard, Communautés chrétiennes en Pays d’Islam, du début du viie siècle au milieu du xie siècle, Paris 1997.

Enc. Ir. = Encyclopaedia Iranica, ed. E. Yarshater, Londres-Boston, 1985-.

Frye, Ancient Iran = R. N. Frye, The History of Ancient Iran, Munich 1984 (HdB. Alt. 3, 7)

Garsoïan, Armenia = N. G. Garsoïan, Armenia between Byzantium and the Sasanians, Londres 1985.

Garsoïan, Attempt = N. G. Garsoïan, Armenia in the Fourth Century – An Attempt to Redefine the Concepts « Armenia » and « Loyalty », RÉArm. 8, 1971, p. 297-320 (= Armenia, III).

Garsoïan. Epie Histories = The Epic Histories Attributed to P’awstos Buzand (Buzandaran Patmut’iwnk’), transl, and comm. by N. G. Garsoïan, Cambridge (Mass.) 1989.

Garsoïan, Rôle = N. G. Garsoïan, Le rôle de l’hiérarchie chrétienne dans les rapports diplomatiques entre Byzance et les Sassanides, RÉArm. 10, 1973, p. 119-138 (= Armenia, VIII).

Gignoux, Marzbân = P. Gignoux, L’organisation administrative sassanide : le cas du Marzban, Jerusalem Studies in Arabie and Islam 4, 1984, p. 1-29.

Gnoli, Sassanidi = G. Gnoli, Politica religiosa e concezione della regalità sotto i Sassanidi. La Persia nel Medioevo (Atti del Convegno Internazionale, 31 marzo - 5 aprile 1970), Rome 1971 (Accad. Naz. dei Lincei. Quaderno 160), p. 225-253.

Gnoli, Zoroastre = G. Gnoli, De Zoroastre à Muni. Quatre leçons au Collège de France, Paris 1985 (Travaux de l’Institut d’Études Iraniennes 11).

Guillaumont, Justinien = A. Guillaumont, Justinien et l’Église de Perse, DOP 23/24, 1969/1970, p. 41-62.

Harnack. Martyrium = Das Martyrium des heiligen Eustatius von Mzchetha, aus dem Georgischen übersetzt von G. Dschawachoff ; vorgelegt und bearbeitet von Hrn. Harnack, Sitzungsberichte der königlischen preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin 38, 1931, p. 875-902.

Hewsen. Geography = R. W. Hewsen, The Geography of Ananias of Shirak. The Long and the Short Recensions. Wiesbaden 1995.

Histoire des Arméniens = Histoire des Arméniens, sous la direction de G. Dédéyan, Toulouse 1982.

Hist. Christ. 3, 4 = Histoire du Christianisme, sous la direction de J.-M. Mayeur, Ch. (†) et L. Pietri, A. Vauchez, M. Venard, 3 : 430-610, Paris, à paraître en 1998 ; 4 : 610-1054, Paris 1993.

Histoire nestorienne = Histoire nestorienne/Chronique de Séert, éd. et trad. A. Scher et al., PO VII/2, Paris 1950, p. 97-203.

Hoffmann = Auszüge aus Syrisehen Akten Persischer Märtyrer übersetzt und durch Untersu-chungen zur historische Topographie erlàutert von G. Hoffmann, Leipzig 1880 (Abhandlun-gen fur die Kunde des Morgenlandes VII. Band, N° 3).

Imnaishvili = I. Imnaishvili. Kartuli enis ist’oriuli krest’omatia (Chresthomatie historique de la langue géorgienne), Tbilisi 1953.

Justi = F. Justi, Iranisches Namenbuch, Marburg 1895.

K’ak’abadze = S. Kak’abadze, Saistorio moambe III (Le Messager Historique III), Tbilisi 1928.

Kak’abadze, Littérature = K’. K’ak’abadze, Kartuli lit’erat’uris ist’oria I (Histoire de la littérature géorgienne I), Tbilisi 1980.

Labourt, Christianisme = J. Labourt, Le christianisme dans l’empire perse sous la dynastie sassanide (224-632), Paris 1904.

Lang, Lives = D. M. LANG, Lives and Legends of the Georgian Saints, Londres 1956.

Lukonin, Institutions = V. G. Lukonin, Political, Social and Administrative Institutions, Taxes and Trade, CHIran 3, p. 681-746.

Martin-Hisard, Christianisme 1 = B. Martin-Hisard, Christianisme et Église dans le monde géorgien, à paraître dans Hist. Christ. 3.

Martin-Hisard, Christianisme 2 = B. Martin-Hisard, Christianisme et Église dans le monde géorgien, Hist. Christ. 4, p. 549-603.

Menabde. Littérature = L. Menabde, Drevnegruzinskaja literatura V-XVIII vv. (La littérature en géorgien ancien. ve-xviiie siècle), Tbilisi 1982.

Menasce, Writings = J.-P. DE Menasce (†), Zoroastrian Pahlavî Writings, CHIran 3 (2), p. 1166-1195.

Messina, Diatessaron = G. Messina, Diatessaron Persiano, Rome 1951 (Biblica et Orientalia 14).

Minorsky, Aḏẖarbayḏjan = V. Minorsky, Aḏẖarbayḏjan, EI 2 I, p. 194-197.

MLHG I = Dzveli karlli agiograpiuli lit’erat’uris dzeglebi (Monuments de la littérature hagiographique en géorgien ancien) I, Tbilisi 1963.

Molé, Culte = M. Molé, Culte, mythe et cosmologie dans l’Iran ancien. Le problème zoro-astrien et la tradition mazdéenne, Paris 1963 (Annales du Musée Guimet. Bibliothèque d’Études 69).

Neusner, Jews = J. Neusner, Jews in Iran, CHIran 3 (2), p. 913-917.

Petersen, Diatessaron : W. Petersen, The Diatessaron and Ephrem Syrus as Sources of Romanos the Melodist, Louvain 1985 (CSCO 475, Subsidia 74).

Q’ubaneishvili = S. Q’ubaneishvili, Dzveli kartuli lit’erat’uris krest’omatia (Chresthoma-tie de la littérature en géorgien ancien), Tbilisi 1946.

Sabinini = M. Sabinini, Sakartvelos samotxe (Le Paradis de la Géorgie), Saint-Pétersbourg 1882.

Sheperd, Art = D. Sheperd, Sasanian Art, CHIran 3 (2), p. 1055-1112.

Schippman, Azerbaijan = K. Schippman, Azerbaijan. III. Pre-Islamic History, Enc. Ir. III, 1989, p. 221-224.

Synodicon Orientale = Synodicon Orientale, éd. et trad. J.-B. Chabot, Paris 1902.

Tarchnivili, Geschichte = M. Tarchnivili, Geschichte der kirchlichen georgischen Literatur, Vatican 1955 (Studi e Testi 185).

Toumanoff, Studies = C. Toumanoff, Studies in Christian Caucasian History, Wetteren 1963.

Yarshater, Beliefs = E. Yarshater, Iranian Common Beliefs and World-View, CHIran 3 (1), p. 349-358.

Annexes

APPENDICE

MARTYRE ET PASSION D’EUSTATHE DE MCXETA93

(§ 1) (p. 30) La dixième année du roi Xuasro94 et pendant le marzbanat d’Arvand Gushnasp’ au Kartli95, un homme arriva de Perse, de la province d’Arshak’eti96 ; il était fils de mages et païen, il s’appelait Gvirobandak’ et c’était un jeune homme de trente ans environ. Il vint dans la ville de Mcxeta et apprit le métier de bottier. Il voyait la religion des chrétiens, le culte du Christ, la manifestation de la puissance de la sainte Croix97. Il se prit d’amour pour la religion chrétienne et crut au Christ. Quand il eut appris le métier de bottier, il épousa une chrétienne, devint lui-même chrétien et reçut le baptême ; et, à son baptême, on lui donna le nom d’Eustathe. Et saint Eustathe vivait dans le christianisme et la grâce du Christ.

(§ 2) Un jour, des Perses qui se trouvaient à Mcxeta, chausseurs et bottiers, se rassemblèrent ; ils célébraient une fête98 et ils firent dire au bienheureux Eustathe : « Viens participer à nos réjouissances ! » Mais le bienheureux Eustathe rit et leur dit : « Votre fête est ténèbre et vous aussi qui la célébrez êtes ténèbres ! Moi j’ai reçu le sceau du Christ et je fête la fête du Christ, car je suis scellé du sceau du Christ et je suis loin de votre ténèbre. »

(§ 3) (p. 31) Quand ils eurent célébré leur fête, ces chausseurs et bottiers se rassemblèrent et tinrent conseil en présence d’Ust’am, chef de la forteresse de Mcxeta ; ils dirent : « Il y a ici un homme de notre religion et il ne vient pas avec nous à la fête, il ne vénère pas le feu ; il insulte encore notre religion et il nous injurie et il dit : “Moi, je suis chrétien.” Convoque-le donc maintenant et interroge-le, car tu détiens l’autorité dans cette ville. »

(§ 4) Ust’am, chef de la forteresse de Mcxeta, écouta ce qu’ils disaient d’Eustathe ; il envoya un de ses cavaliers convoquer le bienheureux Eustathe, et il lui dit brutalement : « Le chef de la forteresse t’appelle. » Saint Eustathe en fut quelque peu anéanti et pensa fuir ; puis il réfléchit et dit : « Ce sont mes amis ; si j’ai peur d’eux, comment me comporterai-je ensuite en présence des grands princes ? J’irai à lui et je confesserai ouvertement le Christ, car j’ai entendu le saint Évangile dire : “Celui qui me confessera devant les hommes, je le confesserai moi aussi devant mon Père des cieux et celui qui me renie devant les hommes, je le renierai moi aussi devant mon Père qui est dans les cieux99.” » Il se signa le front et le cœur de la croix et dit : « Que le Seigneur soit avec moi ! »

(§ 5) Le bienheureux Eustathe alla se présenter devant Ust’am, chef de la forteresse de Mcxeta. Celui qui était allé le convoquer dit à Ust’am : « Voici celui qui se moque de notre religion. » Le chef de la forteresse regarda le bienheureux Eustathe et lui dit : « Je te le dis, homme, dis-moi de quelle province, de quelle ville tu es et à quelle religion tu appartiens. » Saint Eustathe lui dit : « Moi, je viens d’une province de Perse, d’un canton100 d’Arshak’eti, de la ville de Gandzak’. Mon père était mage et il m’a enseigné le magisme101 ; mais moi je n’ai pas accepté le magisme. Il y a en effet davantage de chrétiens dans la ville de Gandzak’, un évêque et des prêtres et j’ai appris d’eux avant tout que le christianisme est supérieur à toute religion, préférable à l’impiété. Et maintenant je crois au Christ et je suis au service du Christ. »

(§ 6) (p. 32) Ust’am, le chef de la forteresse, lui dit : « Personne ne te laissera être le serviteur du Christ. Si tu ne renonces pas tranquillement à cette folie, tu subiras de grands tourments. » Mais saint Eustathe lui dit : « Non seulement je suis prêt à souffrir pour l’amour du Christ, mais je ne me soustrairai pas non plus à la mort. »

(§ 7) Quand Ust’am vit la ferme détermination du bienheureux Eustathe, il réfléchit et dit : « Je ne dispose d’aucune autorité pour punir cet homme, par pendaison au bois ou emprisonnement. Je vais plutôt le faire conduire dans la ville de Tbilisi à Arvand Gushnasp’, le marzban du Kartli ; il fera ce qui lui conviendra, car il a pouvoir de mort et de vie sur tout homme au Kartli. » Et Ust’am, chef de la forteresse de Mcxeta, ordonna à deux cavaliers d’emmener le bienheureux Eustathe à Tbilisi.

(§ 8) Alors les mêmes chausseurs et bottiers se rassemblèrent et vinrent dire à Ust’am : « Il y a encore ici d’autres gens de notre religion qui sont eux aussi chrétiens ; fais-les convoquer eux aussi et envoyer à Tbilisi. » Ust’am leur dit : « Qui sont-ils ? » Ils lui indiquèrent leurs noms et lui dirent : « Ils s’appellent respectivement Gushnak’, Baxdiad, Burzo, P’anagushnasp’, P’erozak’, Zarmil, Etienne. » Ust’am les fit convoquer, mais il ne les interrogea pas. Il se contenta d’ordonner de les attacher tous les huit et de les envoyer à Tbilisi à Arvand Gushnasp’, marzban du Kartli, et il lui fit dire : « Ces hommes étaient nos coreligionnaires, et ils ont adopté la religion des chrétiens ; moi, je les ai arrêtés et je te les livre, Seigneur, car c’est toi qui as autorité pour les interroger. »

(§ 9) Les huit hommes furent présentés au marzban qui leur dit : « Qui êtes-vous ? Quelle religion suivez-vous ? » L’un après l’autre, chacun lui indiqua sa province et son village et tous lui dirent : « Nous avions la religion de nos pères, nous suivions la religion des Perses ; mais lorsque nous sommes venus au Kartli et que nous avons vu la religion des chrétiens (p. 33), nous sommes devenus chrétiens et maintenant nous sommes chrétiens, car la religion des chrétiens est sainte et odorante, elle est très bonne et belle. Aucune autre religion ne peut se comparer à la religion des chrétiens. » Le bienheureux Eustathe était leur porte-parole devant le juge.

(§ 10) Lorsque celui-ci entendit de tels propos, son cœur s’enflamma et il ordonna à ses serviteurs de frapper les bienheureux au visage, de les emmener tous à l’extérieur et il leur donna cet ordre : « Coupez-leur les cheveux et la barbe, transpercez-leur le nez, imposez-leur une chaîne sur la nuque, mettez-leur les fers aux pieds et enfermez-les en prison. Si l’un d’eux confesse la religion de ses pères, libérez-le, envoyez-le moi, je le couvrirai de grands présents. Mais celui qui ne confessera pas la religion de ses pères mourra en prison. »

(§ 11) Lorsqu’ils entendirent la parole du marzban : « Celui qui confessera la religion paternelle, je le laisserai vivre ; celui qui ne la confessera pas mourra en prison », le diable entra dans le cœur de Baxdiad et de P’anagushnasp’ ; ils renièrent le Christ et professèrent l’impiété. Et ils prirent le parti de ceux qui avaient crucifié le Christ. Mais le bienheureux Eustathe, Gushnak’, Borzo, P’erozak’, Zarmil et Etienne demeurèrent fermes et résolus dans la foi au Christ.

(§ 12) Quand on rapporta au marzban que deux d’entre eux avaient confessé la religion de leurs pères, le marzban se réjouit ; il les fit venir, les fit asseoir à table, leur promit une forte somme et un bon traitement. Mais il ordonna de couper les cheveux et la barbe d’Eustathe et de ses autres amis, de leur imposer une chaîne sur la nuque et de les jeter aux fers en prison. Les serviteurs exécutèrent l’ordre du marzban ; ils leur coupèrent les cheveux et la barbe et les jetèrent en prison entravés par des chaînes. Quant à Baxdiad et P’anagushnasp’, il leur donna des assurances et les renvoya ; quant à la somme et aux bonnes choses promises, il ne leur donna/même pas un seul gobelet102.

(§ 13) Saint Eustathe et ses autres amis restèrent environ six mois en prison. Au bout de six mois, quelqu’un vint chercher Arvand Gushnasp’ de la part du roi des Perses ; et comme le marzban partait vers le roi, les mtavars103 du Kartli se rassemblèrent et vinrent dire au revoir au marzban. (p. 34) Alors que le marzban se mettait en selle, les mtavars du Kartli et Samuel, catholicos du Kartli, et Grégoire, mamasaxlisi du Kartli104, et Arshusha. vitaxe du Kartli105, et d’autres princes106 se levèrent et dirent au marzban : « Nous en prions ta Seigneurie, nous avons une seule requête à te présenter. » Et il leur dit : « Dites ce que vous désirez. Y aurait-il quelque chose que je ne vous aurais pas octroyé ? » Et tous lui dirent : « Nous t’en supplions, Seigneur, daigne libérer ces gens de Mcxeta qui ont été jetés en prison pour cause de christianisme. » Le marzban leur dit : « Nous avions décidé de mettre à mort ces hommes, mais, sur votre requête, je les libèrerai. » Et ils le remercièrent. Il ordonna de les élargir. On les fit sortir de prison et ils retournèrent chez eux en chrétiens.

(§ 14) Et les bienheureux menaient une vie agréable à Dieu. Les uns moururent à divers moments par la volonté de Dieu, d’autres sont vivants107. Parmi ceux qui avaient renié le Christ, Baxdiad fut possédé du démon et mourut misérablement ; le misérable P’anagushnak’ vécut dans la pauvreté, il n’avait pas de pain à manger et ne trouvait pas de vêtement pour vêtir son corps ; et tant qu’il vécut, il connut des jours d’inquiétude et d’angoisse.

(§ 15) Trois ans plus tard, Vezhan Buzmir arriva comme marzban du Kartli. Alors les Perses de Mcxeta qui avaient dénoncé le bienheureux Eustathe allèrent à Tbilisi ; ils se présentèrent devant le marzban Vezhan Buzmir et lui dirent : « Il y a des hommes de notre religion à Mcxeta, ils nous ont rejetés et sont chrétiens. C’est vous maintenant qui détenez le pouvoir de les interroger. » Alors Vezhan Buzmir ordonna à deux cavaliers d’aller quérir saint Eustathe et Etienne108. En arrivant, les cavaliers dirent à Eustathe et à Etienne : « Le marzban vous convoque ! » ; ils leur dirent : « Nous vous accompagnons, nous ne sommes ni inquiets ni effrayés. »

(§ 16) Et comme Eustathe et Étienne partaient pour Tbilisi, Eustathe dit à sa belle-mère, à sa femme et à ses enfants, à ses serviteurs et servantes : « Il me faut prendre congé de vous, car je ne reviendrai plus ici ; je ne renierai pas le Christ et ils ne me relâcheront pas vivant. La mort m’attend dans la prison à Tbilisi, on me tranchera la tête, (p. 35) mais mon corps reviendra ici par la volonté de Dieu. » Quand il eut dit cela, il prit congé de tous et ils firent tous le signe de croix.

(§ 17) Étienne et lui partirent à Tbilisi avec les cavaliers. Mais les gens de leur maison109, leurs parents et les leurs pleuraient en les suivant. Lorsqu’ils eurent traversé le fleuve et gagné la campagne et qu’ils furent arrivés devant la Croix de Mcxeta, saint Eustathe tendit les bras et dit : « Seigneur Dieu Jésus Christ, si tu m’accordes de mourir en chrétien pour ton nom, ne permets pas que mon corps soit jeté à l’extérieur et mangé par les chiens et les oiseaux du ciel ; mais fais que mon corps retourne ici et soit enterré à Mcxeta, là même où j’ai été baptisé. » Quand il eut prononcé ces mots, le bienheureux Eustathe se prosterna devant la Croix et prit congé du groupe et ils partirent pour Tbilisi.

(§ 18) Dès qu’ils arrivèrent, les cavaliers conduisirent Eustathe et Étienne devant le marzban Vezhan Buzmir et dirent : « Voici les nouveaux chrétiens de Mcxeta ! » Vezhan Buzmir dit à Eustathe et Étienne : « D’où êtes-vous ? Quelle religion avez-vous embrassée ? » Des mtavars syriens se levèrent en faveur d’Etienne et dirent : « Nous connaissons cet homme, il est du même village que nous ; son père, sa mère, ses frères et ses sœurs sont chrétiens ; et lui aussi est chrétien. » Et on relâcha Etienne à cause de leurs paroles.

(§ 19) Et il dit à saint Eustathe : « Toi, d’où es-tu ? Selon quelle religion vis-tu ? » Saint Eustathe dit : « Si tu me le demandes, écoute attentivement et je te dirai tout. Je viens d’une région de Perse, d’un canton d’Arshak’eti, de la ville de Gandzak’. Mon père était mage, mes frères étaient mages, et mon père m’a instruit à mon tour de la religion des mages. Mais moi, je n’aimais pas la religion de mon père et je me suis dit en moi-même : je n’aime pas cette religion, j’irai écouter celle des juifs et celle des chrétiens et j’adopterai la religion qui sera la meilleure.

(§ 20) Pendant le jour, mon père m’apprenait le magisme ; mais la nuit, quand les chrétiens frappaient le bois, j’allais à l’église, j’écoutais leur liturgie et je regardais se dérouler le culte que les chrétiens rendaient à leur Dieu ; j’allais aussi avec les juifs dans leur sanctuaire et je regardais aussi leur culte. Mais quand j’entendais la voix des chrétiens en prières, c’était comme entendre la voix des anges ; leur liturgie est très odorante et agréable, (p. 36) La nuit, j’allais dans le temple des juifs, mais je ne comprenais pas ce qu’ils disaient.

(§ 21) Un jour où j’étais revenu, l’archidiacre Samuel, un homme savant dans la religion, s’approcha de moi et me dit : “Pourquoi viens-tu à l’église avec tant de zèle ?” Et moi je lui ai dit : “Seigneur, tu sais bien qui je suis ; mais je n’aime pas la religion de mon père et je voudrais que quelqu’un m’enseigne la religion des juifs et celle des chrétiens, et moi j’adopterai la religion qui sera la plus sainte.” Alors l’archidiacre Samuel me dit : “Si tu veux vraiment le savoir, je t’expliquerai clairement les deux religions ; mais le choix ne sera pas le tien, il en sera comme le Seigneur te l’ordonnera.” Alors je le suppliai instamment et lui dis : “Je veux prendre la religion qui me rendra agréable à Dieu ; indique-la moi.”

(§ 22) Et l’archidiacre Samuel commença à parler et me dit : “Écoute-moi attentivement, frère. Au début, il y avait la religion des Perses, comme tu le sais toi-même. Mais Dieu détestait la religion des Perses et elle ne lui plaisait pas.

Ensuite Dieu choisit les juifs, ils eurent sa faveur et il leur donna une religion et des commandements à garder. Ensuite Dieu préféra les chrétiens aux juifs.”

(§ 23) Et je suppliai l’archidiacre Samuel et lui dis : “Seigneur, que je ne t’importune pas ! apprends-moi bien” et j’interrogeai encore : “Seigneur, qui étaient les juifs ? D’où venaient-ils et pourquoi Dieu les aimait-il ?” Alors l’archidiacre Samuel me dit : “L’histoire des juifs est longue, frère ; mais si tu tends l’oreille et m’écoutes attentivement, je te dirai tout volontiers et je te l’apprendrai110.

(§ 24) Il y avait dans une province des Perses, dans une ville des Babyloniens, un homme intègre qui aimait Dieu, il s’appelait Abraham. Une nuit, Dieu apparut dans une vision à Abraham et lui dit : “Quitte cette terre et je te conduirai dans une autre terre ; je te multiplierai et te ferai germer en abondance, je ferai de toi le père de nombreuses tribus et de peuples innombrables111.” Et Abraham crut à la parole de Dieu et Abraham dit : “Seigneur, que s’accomplisse pour moi ce que tu as dit !”

(§ 25) Et Abraham quitta le pays des Chaldéens, il vint dans le pays d’entre les fleuves, dans la ville de Canaan, près de l’Euphrate112 ; il vint sous la conduite des anges, et s’établit à Canaan113. Puis il en partit et alla dans la terre de Canaan114 et il s’établit (p. 37) à Hébron115. Et Abraham engendra Isaac116, et Isaac Jacob117, et Jacob eut douze fils118. Et Dieu donna cet ordre à Abraham : “Circoncis Isaac, Jacob et tous les fils de Jacob, et que ce soit pour vous une loi éternelle119.” Et Abraham fit comme Dieu le lui ordonnait.

(§ 26) Les descendants d’Abraham crûrent et se multiplièrent considérablement, ce sont les juifs ; Dieu aimait beaucoup les juifs comme un père aime un enfant chéri. Et il donna aux juifs le nom d’Israël ; Israël signifie “peuple de Dieu120.

(§ 27) Le peuple de Dieu, Israël, grandit et se développa121. Et Dieu descendit du ciel sur la terre, il vint au sommet de la montagne de Sinaï122 et Dieu écrivit de sa main la loi et le commandement suivants sur des tables de pierre123 :

(§ 28) Premier commandement : aimez le Seigneur votre Dieu de tout votre cœur, de toute votre âme, de tout votre esprit124. Puis : ne tue personne125, ne vole pas126, ne sois pas adultère127, ne convoite pas la femme de ton prochain128, ne fais pas de faux serment129 ni de faux témoignage130, ne dis pas de parole double, honore ton père et ta mère131, aime ton prochain comme toi-même132, observe mes sabbats133, accomplissez les fêtes, les sacrifices, les solennités chômées134. Tels sont les lois et commandements que Dieu écrivit et donna à Moïse son serviteur.

(§ 29) Moïse prit les tables et les lut à l’ensemble d’Israël et l’ensemble d’Israël se réjouit et dit : “Nous ferons et accomplirons tout ce que le Seigneur nous a ordonné, et le Seigneur soit avec nous135.” Et le Seigneur remonta au ciel. Quand les juifs eurent entendu la loi, ils offrirent des sacrifices, de l’encens et des oblations, ils respectèrent le sabbat et Dieu fut avec eux.

(§ 30) Une fois des peuples étrangers se rassemblèrent et attaquèrent Israël, mais Dieu les chassa par la main d’un seul homme. Les uns furent tués, d’autres faits prisonniers, d’autres mis en fuite136. Ainsi n’avaient-ils pas peur des ennemis, car Dieu était avec eux.

(§ 31) Ensuite, au bout d’un certain nombre d’années, l’ensemble d’Israël demanda à Dieu un roi pour combattre leurs ennemis, et Dieu leur désigna un roi et Dieu institua un rite de consécration royale137. Un certain nombre d’années plus tard, le roi fut tué dans une bataille, car il s’était élevé lui-même et avait mis son espoir en sa force et non en son Dieu138.

(§ 32) (p. 38) Puis David régna, et David fut aimé de Dieu, et David aimait Dieu ; David accomplissait les holocaustes, les sacrifices et les oblations et il observait soigneusement les jours de fête et les sabbats139. Après lui régna son fils Salomon et il se sépara de Dieu140 ; le peuple se révolta et s’écarta de Dieu, ils servirent des idoles sourdes, faites de main d’homme, des pierres inanimées, des arbres, des bosquets élevés et la cime des arbres, et ils rejetèrent Dieu141.

(§ 33) Et les prophètes criaient et disaient : “Il ne faut pas abandonner le Dieu vivant et servir des pierres ou quoi que ce soit d’autre. Voici que Dieu enverra sur vous la mort, la famine, le glaive et la captivité et qu’il vous exterminera ainsi142.” Mais ils ne voulurent pas écouter la voix des prophètes, car le peuple d’Israël avait perdu l’esprit et ils ordonnèrent de tuer les prophètes, les uns par le glaive, d’autres par le feu, ils en découpèrent certains à la scie, en livrèrent d’autres aux bêtes sauvages, en jetèrent certains dans une fosse et en lapidèrent d’autres à coups de pierres143.

(§ 34) Mais Dieu est doux et miséricordieux, Il ne voulait pas la perdition d’Israël, mais II voulait sa conversion.

(§ 35) Dieu envoya dans le monde son fils144, le Christ. Il entra dans le sein d’une vierge sainte, prit chair et se fit homme par la sainte Marie et il sortit des saintes entrailles145.

(§ 36) Et il couvrit sa divinité de son corps. Si la divinité n’avait pas été couverte d’un corps, s’il n’avait pas caché la divinité par un corps, l’homme n’aurait pas pu s’approcher de Dieu. En effet le soleil est une œuvre de Dieu, personne ne peut fixer les yeux sur lui et personne ne peut faire l’expérience de la sphéricité du soleil ; l’homme ne peut pas non plus s’approcher de la divinité, c’est pourquoi elle est entrée dans un corps afin qu’Israël puisse revenir au Dieu vivant.

(§ 37) Dans son humanité, il reçut le baptême des mains de Jean dans le fleuve du Jourdain ; et comme il sortait de l’eau, voici que les cieux s’ouvrirent et le Saint-Esprit descendit comme une colombe blanche et se tint au-dessus de lui et il y eut une voix venue du ciel qui disait : “Celui-ci est mon fils bien-aimé en qui je me complais, écoutez-le et vous vivrez.”146

(§ 38) Lorsqu’il entra à Jérusalem, il commença à faire des miracles, des signes et des guérisons147.

(§ 39) Un infirme de trente-huit ans gisait sur son lit, il le vit et d’un mot lui commanda : “Lève-toi, prend ton lit et va.” A l’instant il se leva, s’en alla alerte et il louait Dieu148.

(§ 40) (p. 39) Puis il rencontra un aveugle de naissance, il fit de la boue avec de la salive, lui en frotta les yeux et lui ordonna de se laver avec de l’eau et les yeux de l’aveugle s’ouvrirent149.

(§ 41) Il ressuscita des morts, redressa des boiteux, purifia des lépreux et le Christ fit de nombreuses guérisons parmi eux pour que les juifs croient et se convertissent au Dieu vivant ; il voulait qu’ils ne soient pas rejetés de Dieu. Mais les juifs devinrent plus furieux encore et conçurent une grande jalousie contre le Christ et ils voulaient le tuer150. Mais le Christ les évita en sortant dans les campagnes et les villages et il y circula, et ceux qui crurent au Christ le suivirent.

(§ 42) Il vint dans un village et on transportait le fils unique d’une veuve, mort. En le voyant, il leur ordonna de poser le lit, il tendit la main vers l’enfant et le donna vivant à sa mère151.

(§ 43) Puis il alla dans un village et une foule nombreuse le suivit, et à cause de la multitude de la foule qui l’entourait, on ne pouvait lui présenter un paralytique ; ils défirent le toit de la maison et le firent descendre par là avec le lit ; il le fit se lever et [l’homme] rentra chez lui sur ses pieds. Et une foule nombreuse le suivit et ils louaient Dieu152.

(§ 44) Il choisit douze hommes dans la foule et les appela disciples, et ils faisaient ce qu’il leur commandait153.

(§ 45) Il entra dans un village et il y avait là une noce, Jésus entra là où avait lieu le mariage et il n’y avait pas de vin, car il était épuisé et les jarres vides se dressaient là. Alors Jésus ordonna aux disciples d’apporter de l’eau et de remplir les jarres d’eau, et le Christ bénit l’eau et elle devint du vin, meilleur que le vin précédent et beaucoup furent stupéfaits, et ils crurent en lui et le suivirent154.

(§ 46) Et il y avait une femme qui souffrait d’hémorragie depuis douze ans. Elle vint en cachette derrière Jésus, saisit le bas de son vêtement et elle fut purifiée155.

(§ 47) Puis le Christ traversa une région et il y avait là une belle prairie ; il vit la foule qui le suivait et il dit à ses disciples : “Depuis tant de jours que cette foule n’a rien mangé, j’ai pitié d’elle. Allez à la ville acheter du pain et donnez-le au peuple.” Et le Christ dit aux disciples : “Quelqu’un de vous n’a-t-il pas du pain ici ?” Et l’un des disciples dit : “Moi, j’ai cinq pains et deux poissons.” Le Christ lui dit : “Apporte-les moi ici.” Et quand ils eurent apporté les cinq pains et les deux poissons, le Christ ordonna au peuple de s’asseoir par terre, (p. 40) il leva vers le ciel les cinq pains et les deux poissons, les bénit, les partagea et les donna à ses disciples ; les disciples les donnèrent au peuple, et le peuple mangea et se rassasia et ils ramassèrent douze corbeilles pleines des restes et la foule qui avait mangé était d’environ cinq mille personnes, sans compter les enfants et les femmes156.

(§ 48) Puis le Christ ordonna au peuple de partir par la terre ferme. Mais le Christ et ses disciples marchèrent sur la mer comme sur de la terre ferme et leurs pieds ne furent pas mouillés157.

(§ 49) Et lorsqu’ils eurent traversé jusqu’à la terre, ils rencontrèrent un homme dans lequel il y avait une légion démoniaque. Il cria et dit : “Christ, aie pitié de moi, car je suis cruellement frappé.” Et le Christ maudit la légion démoniaque, elle le quitta et il louait Dieu, mais le démon criait et disait : “Christ, je sais qui tu es, le saint de Dieu ; tu n’es venu que pour me détruire” ; mais le Christ commanda à la terre, elle s’ouvrit et engloutit le démon et il descendit dans les enfers inférieurs158.

(§ 50) Puis il vint dans un village qui s’appelait Béthanie où Lazare était mort quatre jours auparavant et se trouvait au tombeau. Le Christ vint à l’entrée du tombeau, cria et dit : “Lazare, sors !” Et à la seule voix du Christ, il sortit joyeux du tombeau ; le peuple en fut stupéfait et le peuple fut renforcé dans une foi encore plus grande159.

(§ 51) Après cela le Christ monta à Jérusalem160.

(§ 52) Il entra dans le temple de Dieu et il vit un marché installé à l’intérieur et [des gens qui] vendaient161. Le Christ brandit un fouet, il chassa les gens et dispersa le marché, il renversa les tables et dit : “Ainsi est-il écrit : La maison de mon père sera appelée maison de prières, mais vous, vous en avez fait comme une caverne de brigands”. Puis il dit : “Je détruirai ce temple162 et je le relèverai le troisième jour.”

Et quand les juifs entendirent cela, ils se fâchèrent et dirent : “Nous connaissons Joseph son père et Marie sa mère, et il a aussi des frères, mais il se désigne lui-même comme le Fils de Dieu et il s’approprie le temple de Dieu comme son patrimoine !”163

Ils dirent ensuite : ”Salomon l’a construit en quarante ans et il a dit qu’il le démolirait et le relèverait le troisième jour !“164

Les juifs furent courroucés à cause de cette parole, la fureur saisit leur cœur et ils décidèrent de l’arrêter et de le tuer.

(§ 53) Et ils arrêtèrent le Christ et le conduisirent devant les chefs des prêtres et les anciens ; et les chefs des prêtres (p. 41) et les anciens dirent à Jésus : “Comment te désignes-tu toi-même comme le Fils de Dieu ? Es-tu le Fils de Dieu ?” Mais le Christ leur dit : “C’est vous qui le dites165.” Alors ils dirent au Christ : “Salomon a construit ce temple en quarante ans et toi, tu dis : Je le détruirai et je le relèverai en trois jours166 !” Alors le Christ leur dit : “Moi, j’ai le pouvoir de le détruire et de le relever le troisième jour167.” Alors les juifs se mirent en colère, ils excitèrent et agitèrent le peuple des juifs et dirent : “Cet homme mérite la mort168.” Et ils s’avancèrent contre le Christ et se mirent à le frapper et à l’insulter169.

L’un le frappait à la tête avec les poings, un autre frappait sa sainte tête avec des roseaux, un autre le frappait à la joue et d’autres crachaient sur son visage lumineux170. Et ils dressèrent un bois et crucifièrent le Christ et ils lui firent boire sur la croix du vinaigre et du fiel mélangés171. Alors il leva les yeux au ciel vers son père et dit : “Mon père, j’ai tout accompli et Israël ne m’a pas écouté et ils m’ont infligé ce supplice172 !” ; et il inclina la tête et rendit l’esprit173.

(§ 54) Et ils l’enlevèrent rapidement de la croix. Mais il y avait un homme qui était un puissant et était devenu disciple du Christ174. Il emporta le corps du Christ, le déposa dans un tombeau neuf et fit rouler une grande pierre à l’entrée du tombeau175. Le troisième jour, de très bonne heure le matin, un ange descendit du ciel, fit rouler la pierre du sépulcre et le Christ se leva et sortit du tombeau176 et il apparut à deux disciples177, à Marie Madeleine178 et à d’autres femmes179, et le Christ leur dit : “Dites à mes disciples : Allez en Galilée, au Tabor180, et là, vous me verrez !”

(§ 55) Et les douze disciples partirent en grande joie à la montagne du Tabor, ils virent le Christ, l’adorèrent, embrassèrent ses saints pieds181.

Mais le Christ dit à ses disciples : “Maintenant je ne vous appellerai plus disciples, mais je vous appellerai apôtres182.

Et moi maintenant je monte vers mon père et votre père, vers mon Dieu et votre Dieu183.” Alors il souffla l’Esprit de vie sur les apôtres et leur dit : “Recevez l’Esprit de vie184.

Partez dans les villes, les campagnes et les villages d’une extrémité de la terre à l’autre185 ; faites des signes, des miracles et des guérisons. Convertissez les païens, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit186, (p. 42) apprenez-leur tout ce que je vous ai transmis et moi, je suis avec vous tous les jours de votre vie jusqu’à la fin du monde187. Vous avez reçu gratuitement, donnez aussi gratuitement188.” Et le Christ s’éleva dans les cieux avec des anges189.

(§ 56) Les apôtres partirent et allèrent aux alentours dans les campagnes, les villes et les villages ; ils annonçaient et prêchaient le Christ ressuscité des morts et ils faisaient des signes, des miracles et des guérisons ; ils opéraient des conversions et baptisaient au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.

(§ 57) C’est ainsi que le christianisme grandit, se répandit et se déploya d’une extrémité de la terre à l’autre. Ils désignèrent des évêques et des prêtres et ils construisirent des églises dans lesquelles une croix était dressée. Le monde entier crut au Christ et le monde entier se remplit de chrétiens et le Christ fut annoncé par toute la terre.

(§ 58) Quant aux juifs, il leur arriva ce que le prophète leur avait dit : ils furent massacrés et brisés les uns par l’épée, d’autres par la faim, d’autres par la mort, d’autres furent dispersés en captivité, car ils n’avaient pas gardé la loi du Dieu vivant. Et maintenant on donne aux chrétiens le nom d’Israël, car Israël signifie “peuple de Dieu et serviteur du Christ”, à qui est la gloire d’éternité en éternité, amen.”

(§ 59) Alors quand j’eus tout compris et appris de l’archidiacre Samuel depuis les origines jusqu’à présent et que je me fus familiarisé avec l’ensemble de la religion des juifs et des chrétiens, je crus au Dieu éternel, à son Fils Jésus-Christ et à son Saint-Esprit.

En eux j’ai reçu le baptême, et personne ne me séparera du Christ tant que je vivrai190.

(§ 60) Mais je tremble et j’ai honte de parler de la religion de mes pères ; car Dieu a créé le ciel et la terre, le soleil, la lune et les étoiles, la mer et la terre ferme, les fleuves et les rassemblements d’eaux, les montagnes et les collines, les campagnes et les forêts, le bois et le feu, les quadrupèdes et les bêtes féroces, les reptiles et les oiseaux du ciel, et Dieu créa ensuite l’homme et il le fit maître de tout l’univers, et il a soumis l’univers à l’homme. Et nous abandonnerions le Dieu créateur de l’univers et nous invoquerions comme dieu une créature de Dieu ? Puisse cela ne pas arriver ! La lune, le soleil et les étoiles ne sont pas des dieux, mais Dieu a ordonné au soleil d’éclairer le jour et il a ordonné à la lune (p. 43) et aux étoiles d’éclairer la nuit, mais ce ne sont pas des dieux ; et c’est Dieu qui commande au nuage et il cache l’éclat du soleil et obscurcit celui de la lune. Le soleil et la lune n’en sont pas pour autant des dieux.

(§ 61) De même encore le feu n’est pas un dieu puisque c’est l’homme qui allume le feu et l’homme aussi qui l’éteint, car l’homme est le maître du feu, c’est pourquoi le feu n’est pas un dieu. S’il éclate quelque part et se répand, qu’il atteigne une forêt, une plaine, une maison, ou qu’il enveloppe un homme, il le consume ; mais si on approche de l’eau du feu, elle éteint cette puissance du feu et fait disparaître le feu ; ce n’est donc pas un dieu, mais nous le prenons pour un dieu ! Or Dieu nous a donné le feu pour nous servir, pour réchauffer ce qui est froid et faire tout cuire. Quand nous le voulons, nous l’allumons ; et quand nous le voulons, nous l’éteignons. Ce n’est donc pas un dieu.

(§ 62) En outre, nous les hommes, créatures de Dieu, nous sommes devenus semblables aux bêtes muettes. Ainsi, de même que les animaux ne reconnaissent en matière de parenté ni les géniteurs dont ils sont nés ni leur progéniture, et rejettent donc en s’accouplant leurs liens de parenté, de même nous, les hommes, êtres raisonnables, nous sommes devenus semblables à ces animaux muets, nous qui ne reconnaissons ni notre géniteur ni notre progéniture et nous rejetons en nous unissant notre nature. Mais maintenant, par la grâce de Dieu, depuis qu’il y a le baptême et que les hommes connaissent la loi du christianisme, les hommes savent, ils ont abandonné ces actes impies qui ont disparu.

(§ 63) Et je te supplie, notre Seigneur Jésus Christ, que mon corps soit enterré à Mcxeta où j’ai reçu le baptême des mains du catholicos Samuel et où j’ai été jugé digne de la religion des chrétiens. Désormais personne ne me séparera de ton amour, de la foi en toi, du désir de toi, ainsi qu’il est écrit : “Ni les tourments, ni les coups, ni la faim en prison, ni l’épée, ni la mort de mon corps ne pourront me détourner de toi, Seigneur Jésus-Christ191.” »

(§ 64) Alors le marzban Buzmir lui dit : « Eustathe, mon enfant, écoute-moi, n’abrège pas les jours de ta vie pour le christianisme, ne laisse pas ta femme veuve et tes enfants orphelins, ne fais pas périr tes amis en cette vie ! » (p. 44) Saint Eustathe lui dit : « D’autres puissants avant toi m’ont infligé de nombreuses tortures et m’ont frappé sans que je leur obéisse, et maintenant je me laisserai convaincre par toi ? Puisse cela ne pas m’arriver ! »

(§ 65) Quand le marzban Buzmir comprit la fermeté et l’inflexibilité du cœur et de l’esprit du bienheureux Eustathe, lorsqu’il vit qu’il ne pouvait le ramener à la foi de ses pères ni par les menaces et la torture ni par la promesse de bienfaits, il ordonna aux serviteurs de l’arrêter : « Emmenez-le en prison et tranchez-lui la tête de nuit, en secret, pour qu’aucun chrétien ne le sache et ne rende d’honneurs à son corps ; vous emporterez son corps à l’extérieur de la ville et vous le jetterez en pâture aux animaux et aux oiseaux192. » Et les serviteurs emmenèrent le bienheureux Eustathe en prison pour exécuter l’ordre du marzban.

(§ 66) Saint Eustathe leur dit : « Donnez-moi un peu de temps, mes frères, puisque je suis dans vos mains, pour que j’adresse ma prière à mon Dieu. » Et ils patientèrent un peu et attendirent en disant : « C’est ainsi que nous ferons. » Alors il plia les genoux, leva les yeux au ciel et dit : « Seigneur Dieu, souverain de l’univers, toi qui veux sauver tous les hommes qui se confient en ton saint nom avec foi, toi qui as écouté la prière des premiers martyrs qui périrent les uns par l’épée, d’autres par le froid dans un lac ; d’autres périrent par immersion dans la mer, d’autres par le feu, d’autres furent dévorés par des bêtes sauvages à cause de ton nom, et ils ont reçu la promesse que tu avais faite, “ce que l’œil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas venu au cœur de l’homme193” et que tu as préparé pour tes saints martyrs ; accorde-moi à moi aussi, Seigneur, d’avoir part avec eux à l’héritage, à la joie, à la béatitude infinie, moi qui suis le moindre des martyrs dans l’éternité, comme dit l’apôtre Paul : ”Moi, je suis le moindre des apôtres194.” Tu sais, mon Seigneur Jésus-Christ, que je ne t’ai préféré personne, ni père, ni mère, ni frère, ni parents195, mais je t’ai aimé toi seul, Seigneur, et c’est pour ton nom que ma tête sera tranchée aujourd’hui. Mais je te prie, je te supplie, je demande à ta bonté que mon corps ne reste pas à Tbilisi, mais que le peuple l’enterre dans la sainte Mcxeta où tu t’es manifesté à moi et que mes restes possèdent la grâce et le don de guérison comme ceux des premiers [martyrs]. »

(§ 67) Et une voix se fit entendre qui s’adressait à Eustathe et disait : « La grâce de guérison ne te manquera pas plus qu’elle n’a manqué à ceux qui ont été les premiers à me rendre témoignage. (p. 45) Ne t’inquiète pas pour ton corps, il en sera exactement comme tu l’as dit. » Et le bienheureux Eustathe se réjouit et rendit grâces à Dieu. Saint Eustathe avait précédemment demandé au bienheureux Étienne : « Quand tu apprendras ma mort, emporte rapidement mon corps à Mcxeta et enterre-le là où j’ai été baptisé. »

(§ 68) Et quand il eut fini sa prière, sa supplication et sa demande au Seigneur, il dit aux serviteurs du marzban : « Exécutez la sentence qui me concerne. » Et ils n’avaient pas envie de le tuer. Mais l’un d’eux leur dit : « C’est nous qui périrons s’il reste en vie. » Alors ils mirent la main sur lui, abattirent l’épée sur sa vénérable nuque et lui tranchèrent la tête et il remit son âme au Christ Seigneur. Et pendant la nuit, ils emportèrent son corps et le jetèrent à l’extérieur.

(§ 69) Mais des chrétiens l’apprirent et l’emportèrent à Mcxeta, car Etienne avait prévenu les chrétiens qui habitaient là. Quand ils arrivèrent à Mcxeta, ils prévinrent Etienne et Etienne informa le catholicos Samuel qui, plein de joie, l’enterra en grand honneur et gloire dans la sainte église de Mcxeta.

(§ 70) Et des guérisons de malades se produisent aujourd’hui encore par la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, à qui sont le règne et la force, l’honneur, la puissance et la gloire, sans fin, avec le Saint-Esprit, maintenant, toujours et d’éternité en éternité, amen !

Notes

1 Citons, par exemple, Labourt, Christianisme et Christensen, Iran ; ou, plus récents. Asmussen, Christians ; Brock Christians ; Devos, Martyrs.

2 Manuscrit H 341, 91v-99v ; voir Catalogue H I, p. 247-252, notamment p. 251. Les huit autres manuscrits relèvent d’une tradition plus tardive : A 130 (de 1713 ; Catalogue A I/2, p. 137-145, notamment p. 140) ; A 170 (de 1733 ; ibid., p. 258-266, notamment p. 260) ; A 176 (de 1743 ; ibid., p. 278-286, notamment p. 279) ; H 1672 (de 1740 ; Catalogue HIV, p. 101-105, notamment p. 104 ; H 2077 (de 1736 ; Catalogue H V, p. 44-47, notamment p. 44) ; H 2121 (de 1748 : ibid., p. 74-75, notamment p. 75) ; s 3637 (du xixe s. ; Catalogue s V, p. 103-110, notamment p. 105) ; je n’ai pas d’informations sur le dernier manuscrit : M 21. Sur ces catalogues : Martin-Hisard, Christianisme 2, p. 551 et n. 11.

3 Sabinini, p. 313-322, à partir du manuscrit H 2121.

4 K’ak’abadze, p. 80-94, d’après les manuscrits H 341 et A 170.

5 Q’ubaneishvili. p. 44-54, d’après H 341.

6 Imnaishvili. p. 160-175, d’après H 341.

7 MLHG I, p. 30-45, d’après l’ensemble des manuscrits.

8 Le texte a été traduit en allemand en 1901 par G. Dschavachow (c’est-à-dire Dzhavaxish-vili), dans Harnack, Martyrium, p. 876-894, en anglais : Lang, Lives, p. 95-114. et en russe : Menabde, Littérature.

9 Harnack, Martyrium, p. 894-902.

10 Harnack interprète le « trois ans plus tard » qui marque l’arrivée du nouveau marzban responsable de la mort d’Eustathe (§ 15) comme trois ans après l’arrivée d’Eustathe à Mcxeta en 540/541 (§ 1).

11 Harnack, p. 297, avoue ne pouvoir expliquer pourquoi le rédacteur géorgien n’a pas remanié le texte plus profondément.

12 Ainsi il y aurait une double conversion d’Eustathe, l’une à Ganjak où il est instruit et converti par un archidiacre Samuel, l’autre à Mcxeta où il est baptisé par un catholicos également appelé Samuel.

13 Voir, par exemple, Labourt, Christianisme, p. 176 s. ; Christensen, Iran, p. 426 : « La sauvagerie de la guerre donna des forces à cette explosion de fanatisme que le roi n’approuvait pas, mais tolérait par politique. », ou Guillaumont, Justinien, p. 48-49, pour qui « quand Khusrau reprit les hostilités en 540, une nouvelle persécution se leva contre les chrétiens », en raison de « la fatale dialectique qui voulait que la guerre avec Byzance fût accompagnée à l’intérieur d’une persécution des chrétiens ». Plus nuancé : Asmussen, Christians, p. 934-937.

14 On s’appuie sur la traduction allemande de ces Actes : Hoffmann, p. 78.

15 C’est-à-dire l’Ibérie et l’Albanie.

16 C’est-à-dire en Egrisi ou Lazique. On pense à la guerre de 523-524.

17 On comprend qu’il s’agit de l’Azerbaïdjan.

18 Il délivre un possédé du démon.

19 Devos, Martyrs, p. 216.

20 Labourt, Christianisme, p. 162-191, qui voit dans l’Azerbaïdjan, au cours des sept années de résidence du catholicos, « la capitale religieuse des chrétiens de Perse ».

21 Histoire nestorienne, chap. XXVII, p. 68-69.

22 Voir, sur ce point, les remarques éclairantes de Brock, Christians, notamment p. 2-3.

23 On notera que ni le cousin de Grégoire, ni les mages ne font allusion à ce contexte de guerres qui sert seulement à situer les déplacements du roi.

24 Garsoïan, Attempt, p. 346-352 ; Ead., Rôle, p. 129-138.

25 Brock, Christians, p. 5.

26 Histoire des Arméniens, p. 169 : « L’entente avec les Arméniens était d’autant plus nécessaire [pour Kavâd] que la guerre reprenait avec l’empire byzantin. »

27 § 67, 69.

28 En dernier lieu : Brock, Christians, p. 5.

29 § 1. L’imparfait suggère que la vie paisible du nouveau baptisé a duré quelque temps.

30 C’était déjà l’opinion de Tarchnishvili, Geschichte, p. 400.

31 § 12.

32 § 12 : ils doivent porter un carcan et sont mis aux fers ; mais pour le reste on se contente de leur couper les cheveux et la barbe.

33 § 13.

34 Khusrau lui-même traversa l’Ibérie, et sans doute Mcxeta, pour se rendre personnellement en Lazique. L’événement n’est sûrement pas passé inaperçu.

35 Procope, II, XXX, 46 ; VIII, VIII, 39.

36 Agathias, III, XXVIII, 6-10 ; IV, XV, 4.

37 Agathias, II, XXII, 4-6.

38 Procope, II, XXVIII, 19-21, affirme que la colonisation de la Lazique était destinée à priver les Ibères, toujours disposés à se révolter depuis 523, de l’aide de ce pays.

39 § 13.

40 Le roi des Ibères Hamazasp est mentionné parmi les sujets de Shâpur Ier dans l’inscription de Naqsh-i Rustam gravée en 262.

41 Ust’am, sans doute Wstam : Justi, p. 371-372, s.n. Wistaxma.

42 Sur ce nom : Justi, p. 40 (Aruandès) et 354-355, s.n. Waresna (Gushnasp).

43 Sans doute Burzmihr : Justi, p. 4.

44 Il est difficile de dater la mise en place de ce découpage qui tendait à harmoniser des structures administratives très hétérogènes : Christensen, Iran, p. 370-371 ; Frye, Ancient Iran, p. 326 ; Lukonin, Institutions, p. 701 ; Brünner, Divisions, p. 747-750.

45 Ibid., p. 762-767.

46 La nomination de l’Arménien Vahan Mamikonian en 484 avait marqué un changement de la politique perse ; depuis 515 environ et jusqu’en 548, ce fut un autre Arménien, Mjej Gnuni. Il n’y avait pas d’hérédité de cette fonction dans une famille arménienne.

47 C’est la raison pour laquelle Procope estimait qu’ils devaient être portés à la révolte.

48 C’est pourquoi les traditions nationales ibères continuent à parler d’un roi ibère jusqu’à la fin du vie siècle.

49 Sur la fonction de bdeashkh dans le monde sassanide : Garsoïan, Epic Histories, s. v. bdeashx, p. 516-517. Les Arméniens appelaient aussi Gugark’ la région correspondant à cette marche : ibid., s. v. Gugark’, p. 466 ; Hewsen, Geography, XIII, p. 65A, 200-204 et cartes XI et XII.

50 Toumanoff, Studies, p. 260-264.

51 Sur ces aspects religieux, Martin-Hisard, Christianisme 1.

52 § 5 et 19.

53 Minorsky, Aḏẖarbayḏjan, p. 194 ; Schippman, Azerbaijun ; Brünner, Divisions, p. 762-763.

54 Sur le transfert du feu des guerriers, Adar Gushnasp’, de Médie en Azerbaïdjan à l’époque sassanide et sur l’importance de ce feu : Molé, Culte, p. 452-459 ; Christensen, Iran, p. 166-167 ; Boyce, Adur Gushnasp.

55 Sheperd, Art, p. 1074-1076 et bibliographie, p. 1369, s.v. Fire Temples.

56 Molé, Culte, p. 458-459 ; Gnoli, Sassanidi, p. 229-231, et globalement Id., Zoroastre, spécialement la dernière des quatre conférences.

57 On n’a pas retrouvé le nom de Gvirobandak’ dans Justi. Mais il faudrait étudier les généalogies des grandes familles des mobedhs, comme celles du Bundahisn : Menasce, Writings, p. 1193.

58 § 22.

59 Le chef de la forteresse de Mcxeta et le marzban de Tbilisi, en tout cas, ont bien l’air de l’ignorer.

60 § 60-62 ; Asmussen, Christians, p. 937-938, et surtout Id., Christentum, que je n’ai pu consulter.

61 On se reportera à la synthèse de Duchesne-Guillemin, Religion, et à la bibliographie qui l’accompagne, p. 1351-1354 ; à Boyce, History, nuancé par Gnoli, Zoroastre.

62 Voir par exemple Yarshater, Beliefs.

63 Christensen, Iran, p. 168-178, 301-302. D’une manière générale Boyce, Zoroastrians, et, plus précisément, Ead., Festivals.

64 Christensen, Iran, p. 172-173 ; Boyce, Festivals, p. 797-800.

65 Dans le texte, S 2, le verbe employé pour « célébrer une fête », à son propos est t’ozik’oba, dérivé de zat’ik’i qui, chez les chrétiens, désigne particulièrement la fête de Pâques : K’ek’elidze, Littérature, p. 510-511. Dzhawakhov, dans Assfalg, Martyrium, p. 877, n. 2, estime également qu’il s’agit de Nô Rôz. C’est au cours de cette fête que Pirangushnasp’/ Grégoire s’était converti.

66 Si la formule avait une portée générale, on aurait plutôt : « je fête le Christ », ou « je fête les fêtes du Christ ».

67 Boyce, Festivals, p. 808-81 1.

68 Comme on ignore la date de son baptême, on ne peut savoir si c’est la première fois qu’il ne participait pas aux solennités zoroastriennes. Il est possible d’autre part que, même chrétien, Eustathe ait pu participer à certains aspects festifs du Nouvel An perse ; c’était peu probable lorsque le Vendredi Saint ou Pâques tombait au même moment.

69 S’il a été dénoncé en mars 544, soit trois ans après son arrivée (ce qui paraît une durée normale pour l’apprentissage du métier, son mariage, son baptême), il est resté en prison jusqu’en septembre de la même année. Sa seconde arrestation aurait eu lieu vers septembre 547. Une arrestation en mars 547 entraînerait une exécution vers septembre 550 (Tarchnishvili, Geschichte, p. 400. propose 550 ou plus tard).

70 Martin-Hisard, Christianisme 2, p. 589.

71 Voir par exemple Petersen, Diatessaron, p. 20-46 (je remercie ici J.-P. Mahé qui m’a signalé cet ouvrage). Voir aussi Messina, Diatessaron.

72 Ces additions sont soulignées dans notre traduction.

73 § 24. « province de Perse » signifie « province de l’empire perse ». Harnack a noté cette addition, mais pour l’utiliser à l’appui de sa thèse d’une première rédaction perse.

74 § 25.

75 § 28.

76 § 29 et 32.

77 § 26.

78 § 22.

79 Cette exaltation se retrouve pleinement exprimée par le catholicos nestorien Timothée Ier (780-823) dans une lettre adressée à l’évêque de Ninive, où il revendique la primauté de son siège sur les autres patriarcats parce que les Orientaux ont, avec les mages, adoré le Christ les premiers, et, parmi d’autres arguments, « à cause des ancêtres lointains, selon la chair de notre rédempteur : c’est en effet en (cette région) qu’Abraham naquit et d’elle qu’il sortit. » Je remercie F. Micheau qui m’a fait connaître ce texte, dont on trouvera les références et la traduction dans Eddé - Micheau - Picard, Communautés, p. 222-223.

80 § 36. Tarchnishvili, Geschichte, p. 400-401, ne retient pas l’hypothèse du monophysisme.

81 § 5, 20, 21.

82 En 486 : Osée, évêque de Ganjak (Synodicon Orientale, p. 307) ; en 544 : Yovhannan d’Azerbaïdjan (p. 332, n. 3 et 345) ; en 554 : Melkizedech, évêque d’Azerbaïdjan (p. 366) ; en 576 : Melkizedech, évêque d’Azerbaïdjan (p. 368) ; en 605 : Henanisho’, évêque d’Azerbaïdjan (p. 479).

83 Synode de 410, canon XV (Synodicon Orientale, p. 267-268) que l’on rapprochera du canon XIX du synode de 585.

84 Ainsi le rôle des soldats romains dans la Passion est attribué aux juifs ; et les dernières paroles prêtées au Christ en croix insistent encore sur la trahison du peuple d’Israël : § 53. L’ensemble de la catéchèse vise à démontrer la supériorité du christianisme sur le judaïsme. Ce point mériterait d’être approfondi : voir Neusner, Jews, p. 913-917.

85 § 59. S’il le fut, ce ne fut en tout cas pas des mains de l’archidiacre dont ce n’était pas la fonction.

86 § 17 et 66.

87 § 1 : à son arrivée en Ibérie, il est considéré comme un « païen ».

88 C’est ce qu’atteste la lettre XI, 52 de Grégoire le Grand (éd. Norberg, p. 952-956) à qui les Ibères ont demandé « si, lorsqu’ils reviennent à l’Église catholique, mère de tous les élus, les prêtres et les communautés qui ont été séduites par l’erreur de l’hérésie nestorienne doivent être baptisés ou s’il suffit de la confession de l’unique vraie foi de cette même mère pour les faire entrer dans le sein de l’Église » : Martin-Hisard, Christianisme 1.

89 Procope, I, XII, 3.

90 Sur cette question : Martin-Hisard, Christianisme 1.

91 § 1. Rappelons que le culte chrétien se célèbre librement à Mcxeta. À Ganjak, Eustathe n’allait à l’office que de nuit (§ 20).

92 § 66.

93 Éd. MLHG I, p. 30-45. Les pages de l’édition sont indiquées entre parenthèses. Les paragraphes sont une addition au texte. Les notes sont réduites, compte tenu du commentaire qui précède.

94 Khusrau Ier, septembre 531-février 579. La dixième année correspond donc à septembre 541/août 542.

95 Le marzbân ou marzpan est un fonctionnaire de haut rang de l’autorité sassanide, placé à la tête d’une province de l’empire.

96 Province : sopeli.

97 Il s’agit de la croix dressée sur une colline en face de Mcxeta, à l’est de l’Aragvi et qui est liée aux traditions de la conversion : Martin-Hisard, Christianisme 2, p. 556, n. 40.

98 Il s’agit très certainement de la fête du Nouvel An, Nô Rôz, célébrée à l’équinoxe de printemps.

99 Mt 10, 32-33.

100 Canton : qevi.

101 C’est-à-dire le zoroastrisme.

102 Gobelet ( ?) : psiridi : mot inconnu ; quelques manuscrits portent psiadi qui signifie encensoir, cassolette, ou encore flacon, pot. Le sens est clair si le mot ne l’est pas.

103 Le terme désigne une élite aristocratique ; voir aussi § 18.

104 Mamasaxlisi : littéralement, « père de la maison », c’est-à-dire de la lignée ; probablement de la lignée royale, il a autorité sur l’ancien royaume d’Ibérie et réside à Mcxeta.

105 P’it’iaxshi : bdeashx iranien ; à l’époque arsacide, le vitaxe était responsable des marches frontières ; à l’époque sassanide, la fonction est surtout attestée pour le vitaxat du Kartli qui se trouvait entre l’ancien royaume du Kartli et l’ancien royaume de grande Arménie.

106 Princes (de la lignée royale) : sepec’ulni.

107 Cette dernière phrase indique une rédaction proche des événements racontés.

108 Ils seraient donc les seuls survivants du groupe.

109 Saxleulni : « les gens de la maison ».

110 Dans la présentation qui suit, on a souligné les passages ou mots qui ne sont pas dans les textes bibliques.

111 Les paroles de Dieu ici rapportées correspondent à deux moments différents de l’histoire d’Abraham ; l’un, sans apparition, est l’appel d’Abram par Dieu qui l’incite à partir (Gn 12, 1-3) ; l’autre, marqué d’une apparition de Dieu, scelle l’alliance de Dieu avec Abram qui devient Abraham (Gn 17, 1-6).

112 Cf. Gn I 1, 31 : le départ d’Ur, au pays des Chaldéens, pour Canaan est antérieur à la vocation d’Abraham, puisqu’il fut le fait du père d’Abram, Tèrah, et de toute sa famille. Au lieu de [Canaan], il faut sans doute lire [Harrân], ville où mourut Tèrah sans être allé jusqu’à Canaan et où Abram reçut l’appel de Dieu.

113 Cf. Gn 12, 4-6 : appelé par Dieu, Abram part en Canaan et s’installe à Sichem.

114 La phrase mêle confusément le départ d’Abram pour l’Egypte, à la suite d’une famine, et son retour en Canaan : cf. Gn 12, 10-13, 12.

115 Cf. Gn 13, 14-18 : Abram se fixe à Hébron, tandis que son frère Loth s’établit à Sodome.

116 Cf. Gn 21, 5.

117 Cf. Gn 25, 19-26.

118 Sur les douze fils de Jacob : cf. Gn 35, 22-26.

119 La prescription de la circoncision a été faite au moment de l’alliance de Dieu avec Abram (Gn 17, 9-14), avant la naissance d’Isaac.

120 Israël, nom donné à Jacob après son combat avec l’ange (Gn 32, 28-29 et 35, 9-12), signifie probablement « El s’est montré fort ». L’expression « fils d’Israël » est courante et normale dans l’Exode, le Livre de Josué et encore dans le Livre des Juges ; elle est dans ce dernier de plus en plus remplacée par « Israël » qui s’impose lorsque les tribus s’unifient dans le royaume. Mais aucune nouvelle explication spécifique du terme n’est alors donnée. Quant au terme « juifs » (en dehors de sa signification de habitants du royaume de Juda ou de la province de Judée), son emploi pour désigner les membres du peuple élu est postérieur dans la Bible à celui d’« Israël » puisqu’il ne se trouve que dans le deuxième Livre des Maccabées et dans le Nouveau Testament.

121 Cf. Ex 1, 7 : avec cette phrase, on revient au récit biblique.

122 Cf. Ex 19, 20.

123 Cf. Ex 24, 12 ; Dt 5, 22.

124 Cf. Dt 6, 5 ; cf Mt 22, 36.

125 Cf. Ex 20, 13 ; Dt 5, 17 ; Mt 19, 18 ; Mc 10, 19 ; Lc 18, 20.

126 Cf. Ex 20, 15 ; Dt 5, 19 ; Mt 19, 18 ; Mc 10, 19 ; Lc 18, 20.

127 Cf. Ex 20, 14 ; Dt 5, 18 ; Mt 19, 18 ; Me 10, 19 ; Lc 18, 20.

128 Cf. Ex 20, 17 ; Dt 5, 21.

129 Cf. Lv 19, 12.

130 Cf. Ex 20, 16 ; Dt 5, 20 ; Mt 19, 18 ; Mc 10, 19 ; Le 18, 20.

131 Cf. Ex 20, 12 ; Dt 5, 16 ; Mt 19, 19 ; Mc 10, 19 ; Le 18, 20.

132 Cf. Lv 19, 18 ; Mt 19, 19.

133 Cf. Ex 20, 8 ; Dt 5, 12.

134 Cf. Ex 23, 14-19 ; 34, 18-26 ; Dt 16, 1-17.

135 Cf. Ex 24, 3 et 7.

136 Le récit passe sous silence l’entrée en terre de Canaan pour parler directement de l’époque des Juges et, ici, plus particulièrement de l’histoire de Gédéon (Jg 6-8).

137 Sur la désignation de Saül et sa consécration par Samuel : 1 Sam 8-10, 1.

138 Sur la désobéissance de Saiil aux ordres de Dieu et sa mort à la bataille de Gelboé : 1 Sam 15-31.

139 Le règne de David, longuement raconté en 2 Sam 5-24 et 1 R 1-2, 11, est ici très brièvement présenté sous le seul angle de la fidélité aux rites.

140 Le récit ne retient que la deuxième partie du règne de Salomon qui commence par son abandon du culte de Dieu : 1 R 11. 1-8.

141 Allusion à la révolte de Jéroboam contre le fils de Salomon, Roboam, et à l’installation de deux veaux d’or à Béthel et Dan, avec des prêtres qui ne sont pas des lévites : 1 R 12. Il n’est pas question d’adoration de pierres ni d’arbres.

142 Le glaive, la peste et la famine sont fréquemment associés par Jérémie dont les premiers livres anoncent également l’exil.

143 Sur les persécutions des prophètes : Hb 11, 32-37 qui mentionne la mort par le glaive, la scie et la lapidation ; la condamnation au feu ou à la mort dans une fosse et aux bêtes sauvages est un écho du Livre de Daniel.

144 Jn 3, 16.

145 Sur ce paragraphe, voir le commentaire.

146 Le récit du baptême du Christ, dans Mt 3, 13-17 ; Mc 1, 9-11 ; Le 3, 21-22, ne comporte aucun des passages soulignés. La dernière addition peut s’expliquer en partie par le récit de la Transfiguration dans lequel une voix prononce la même phrase (« Celui-ci ... complais »), suivie de « Écoutez-le » (Mt, 17, 5 ; Mc 9, 6 ; Lc 9, 35).

147 Le récit de la vie publique de Jésus qui commence ici ne tient pas compte de l’ordre chronologique des Évangiles. Les « signes » ont commencé avant la première venue à Jérusalem (que ce soit celle qu’évoque Jn 2, 13, ou l’entrée messianique des synoptiques [Mt 21, 1 ; Mc 11, 1 ; Lc 19, 28]).

148 Jn 5, 5-8. Ce miracle a lieu après la seconde venue de Jésus à Jérusalem selon Jn 5, 1.

149 Jn 9, 1-8.

150 Cf. Jn 7, 30 ou 44 ; 8, 59, où les juifs tentent de lapider Jésus ; et surtout 11, 54 qui se retrouve dans Mt 26, 4 ; Mc 14, 2 ; Lc 22, 1, passages qui précèdent de peu effectivement l’arrestation du Christ.

151 Lc 7, 11-15.

152 Mc 2, 1-12 ; Lc 5, 17-25.

153 La phrase évoque moins l’appel des douze apôtres (Mt 10, 1-4 ; Mc 3, 13-19 ; Lc 6, 12-16) que leur envoi en mission (Mc 6, 7-13 ; Mt 10, 5-15 ; Lc 9, 1-6).

154 Jn 2, 1-12.

155 Mt 9, 20-22 ; Mc 5, 21-34 ; Lc 8, 43-48.

156 Le récit s’inspire plus des synoptiques (Mt 14, 13-21 ; Mc 6, 31-44 ; Lc 9, 10-17) que de Jn 6, 1-13, mais comporte des originalités : dans les évangiles, l’endroit est simplement décrit comme un lieu désert ; ce sont les disciples qui suggèrent au Christ de renvoyer les gens vers la ville pour qu’ils s’achètent de quoi manger ; le Christ lève les yeux au ciel avant de bénir les pains et les poissons. La dernière phrase est propre à Matthieu.

157 Dans les Évangiles (sauf Lc), ce récit fait immédiatement suite au miracle précédent ; dans Mc 6, 45-52 et Jn 6, 16-21, le Christ seul marche sur les eaux ; dans Mt 14, 22-23, le Christ invite ensuite Pierre à le rejoindre.

158 Mt, 8, 28-34 (deux démoniaques) ; Mc 5, 1-13 ; Lc 8, 26-33 ; dans ces trois récits, c’est avant d’être maudits que les démons crient ; ils interrogent le Christ (« Es-tu venu pour nous tourmenter... ? », ou « Que me veux-tu... ? ») et ils obtiennent du Christ de pouvoir se réfugier dans un troupeau de cochons qui se jettent dans la mer.

159 Jn 11, 17-46. Le récit évangélique dit seulement que le visage de Lazare ressuscité est enveloppé de bandelettes et que le miracle fit de nouveaux croyants.

160 Jésus monte effectivement à Jérusalem, peu après la résurrection de Lazare. Mais l’expulsion des marchands du Temple, au § suivant, a lieu lors d’une venue antérieure de Jésus.

161 Le récit qui suit s’appuie sur Jn 2, 14-22 (le seul à parler de fouet et à rapporter la discussion avec les juifs sur la destruction du sanctuaire), mais utilise des passages de Mt 21, 12-13 (pour la phrase « Ma maison sera appelée ... brigands. ») ; il interpole à ce récit un élément – marqué ici par un paragraphe propre – puisé à un autre récit.

162 Dans Jn, le Christ dit : « Détruisez ce temple... »

163 Ce paragraphe est en partie une interpolation de Mt 13, 55 (au lieu de Joseph : « le charpentier ») et de Mt 27, 43 (entre autres), suivie d’une véritable addition.

164 Déformation de Jn 2, 20 qui ne mentionne pas Salomon et parle de quarante-six ans. Le même passage, avec les mêmes additions, se retrouve dans le paragraphe suivant.

165 Mt 26, 63 : la phrase est prêtée au seul grand prêtre et elle suit, logiquement, la phrase qui suit.

166 Dans Mt 26, 61 et Me 14, 58, cette phrase adressée au Sanhédrin par des témoins provoque la question qui est donnée ici dans la phrase précédente.

167 Cette phrase vient du récit de l’expulsion des marchands du Temple : voir le paragraphe qui précède.

168 La fin de la phrase vient de Mt 26, 66 ou de Mc 14, 64, mais le reste relève plutôt du procès devant Pilate qui suit en Mt 27, 20-26.

169 Uniquement dans Me 14, 65.

170 Le récit garde sa logique de récit de passion ; mais il omet la comparution devant Pilate, et les tourments, ici décrits de manière déformée, sont attribués aux juifs et non aux soldats romains : Mt, 27, 27-31 ; Mc 15, 16-19.

171 Mc 15, 36 (vinaigre) ; Le 23, 36 (vinaigre) ; seul Mt 27 fait une double allusion au vin mêlé de fiel (34) et au vinaigre (48).

172 Cf. Jn 19, 28 et 30.

173 Cf. Jn 19, 28 et 30.

174 Mt 27, 57 est le seul à préciser que Joseph d’Arimathie était riche ; Mc 15, 43 et Le 23, 50, que c’était un notable du Conseil. Jn 19, 38, sans précision.

175 D’après Mt 28, 59, plutôt que Me 15, 46, Le 23, 50, ou Jn 19, 41-42.

176 Résumé très libre et sans rappel des paroles de l’ange de Mt 28, 1-8 surtout (avec mention de l’ange qui apparaît aux femmes) ; voir aussi Mc 16, 1-8 ; Le 24, 1-7 ; Jn 20, 1-10 est plus éloigné.

177 Mc16, 12-13 ; Lc 24, 13-34 (les pèlerins d’Emmaüs).

178 Jn 20, 14-18 : le Christ pris pour le jardinier. Mc 15, 9.

179 Mt 28, 9-10.

180 Seul Mt 28, 7 (et 16) précise que l’ange avait annoncé aux femmes que les disciples verraient le Christ en Galilée, où ils le rencontrent en 28, 16-20.

181 Mt 28, 16-17. Le paragraphe mêle ensuite des passages de l’envoi en mission après la Résurrection, en Galilée (Mt 28, 16-20) et à Jérusalem (Mc 16, 15-17 ; Jn 20, 19-23), à des extraits du discours apostolique (Mt 10).

182 Non identifié.

183 Jn 20, 17 : cette parole est adressée à Marie Madeleine.

184 Jn 20, 22.

185 Cf. Mc 16, 15.

186 Mt 28, 19.

187 Mt 28, 19-20.

188 Mt 10, 8.

189 Mc 16, 19 ; Lc 24, 51 ; dans Ap 1, 9, des anges apparaissent ensuite.

190 En séparant cette phrase de celle qui la précède, on veut souligner que les paroles d’Eustathe n’établissent pas un lien entre sa conversion à Ganjak à la suite de l’enseignement de l’archidiacre et son baptême.

191 Rm 8, 35.

192 La pratique zoroastrienne d’exposition des morts aux animaux va évidemment contre la pratique chrétienne de l’ensevelissement, mais n’est pas une marque de persécution : Guillaumont, Justinien, p. 49, n. 50.

193 1 Cor 2, 9.

194 1 Cor 15, 9.

195 Mt 10, 37.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search