Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Léon, archevêque de Calabre, l’Église de Reggio et la lettre de Photius (Grumel-Darrouzès n° 562)

Jean-Marie Martin

Texte intégral

  • 1 Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople. I. Les actes des patriarches. I, Les reges (...)
  • 2 Nous préparons ce travail, à l’École Française de Rome, en collaboration avec E. Cuozzo (Universit (...)
  • 3 Photius, Epistulae et Amphilochia, III, éd. B. Laourdas, L. G. Westerink. Leipzig 1985, ep. 297, p (...)

1C’est en dépouillant systématiquement les régestes des actes du patriarcat1en vue de la préparation des régestes de l’ensemble des actes concernant l’Italie méridionale de 570 à 8992 que nous avons été amené à nous intéresser à un assez long texte de Photius concernant la Calabre méridionale. Il s’agit d’une réponse (Κρίσις καὶ ἐπίλυσις) en cinq points, élaborée en synode et adressée à Léon, archevêque de Calabre, qui avait, évidemment, posé les questions qu’elle résoud. Le texte, non daté, a été transmis par un seul manuscrit ancien, un palimpseste de la fin du xe ou du xie siècle, le Val. Gr. 1456, duquel dépendent une copie du xive siècle conservée à la Bodleian Library et une du xvie appartenant au monastère d’Iviron. Le texte est loin d’être inconnu : édité une première fois en 1825 par A. Mai, repris dans la PG, il a été enregistré par Grumel sous le n° 531, par Grumel-Darrouzès sous le n° 562, enfin réédité en 19853. Il ne semble toutefois pas que les précieux renseignements qu’il livre aient jamais été systématiquement exploités, non plus d’ailleurs que ceux que fournissent les autres sources concernant l’archevêque Léon.

  • 4 Mansi XVII, c. 373 et 376.
  • 5 PG CXX, c. 177-180. Nous devons de connaître ce document à l’amabilité d’André Jacob, que nous rem (...)
  • 6 V. Laurent, Le corpus des sceaux de l’empire byzantin. V, L’Église. 1, L’Église de Constantinople. (...)
  • 7 A. Guillou, Le brébion de la métropole byzantine de Région (vers 1050), Cité du Vatican 1974 (Corp (...)

21. L’archevêque Léon. L’expéditeur et le destinataire de la lettre sont connus. Le premier est le patriarche Photius. Le second est Léon, qualifié d’ἀρχιεπίσκoπoς Kαλαβρίας, et que plusieurs autres sources nous font connaître. On sait qu’il assiste au concile photien de 879-880 (les actes le citent sous le nom de Λέoντoς ‘Pηγίoυ) avec Demetrios de Squillare et Marc d’Otrante4 ; cet « archevêque de Calabre » occupe donc, comme on pouvait le supposer, le siège de Reggio. Deux manuscrits (au moins) ont d’autre part conservé le texte d’une lettre adressée par un prêtre Jean à Léon, archevêque de Calabre, et la réponse de celui-ci5. On possède encore un sceau de Léon, portant le même titre6. Enfin, le brébion de la cathédrale de Reggio, établi vers 1050, cite à deux reprises un métropolite Léon7 : il a d’une part, avec le strafar Nasar, acheté le domaine de Lakôn sis εἰς τά Mεσóραφα, d’autre part offert (à sa cathédrale) un monastère Saint-Constantin sis au territoire de Nicastro.

  • 8 Mansi XVI, c. 195 : Leontius episcopus Rhegii, alors que son sceau, on le verra, lui donne la dign (...)
  • 9 Laurent, Le corpus, cité supra n. 6, n° 908.

3De ces divers éléments, on peut tirer quelques enseignements sur le personnage. S’il participe au synode de 879-880, Reggio était représentée au concile de 869-870 par un certain Léonce8, dont nous avons également conservé un sceau qui lui donne le titre d’archevêque de Calabre9 ; il n’est pas interdit de supposer, à la suite de V. Laurent, que Léonce a été destitué par Photius en 877 /78 et remplacé sur le siège de Reggio par Léon ; on notera qu’une telle mésaventure ne paraît pas avoir atteint Demetrios de Squillare, dont le siège est sans doute moins important que celui de Reggio.

4Léon est considéré comme un prélat savant, ayant formé des disciples : la lettre du prêtre Jean est, assez pompeusement, adressée τῷ καθηγητῇ τῶν καθηγηῶν… κυρῷ Λέoντι τῷ γραµµατικῷ, qui est interpellé, dans le texte, sous la forme διδάσκαλε ; dans sa réponse, d’ailleurs, Léon se dit lui-même ὁ ταπεινòς γραµµατικóς ; Jean l’appelle encore son père spirituel, Léon répond à son frère spirituel.

  • 10 Il ressemble toutefois beaucoup aux abus dénoncés, quelques décennies plus tard, par Léon VI : voi (...)
  • 11 N. Van der wal, J .H. A. Lokin, Historiae iuris Graeco-Romani delineatio. Les sources du droit byz (...)

5Si on en juge d’après le contenu de la lettre et de la réponse, ce savant était en particulier un spécialiste de droit canon. Jean lui demande en effet son avis sur le cas d’un clerc qui est marié, mais veut recevoir l’ordination sacerdotale avant de déflorer son épouse ; c’est parce qu’il trouve cette attitude absurde (ἄτοπον) qu’il sollicite l’avis de son maître (dont rien ne dit qu’il soit également son évêque). Léon répond que le clerc est un fornicateur caché, ou bien qu’il a des soupçons sur la virginité de son épouse ; s’il n’avait été marié, il aurait pu être ordonné prêtre vierge ; s’il s’avère que son épouse est bien vierge, rien ne l’empêche d’accéder à la prêtrise, mais après consommation du mariage. Remarquons que le cas soumis à la sagacité de Léon est comparable, par sa singularité10, à certains de ceux que Léon soumet à Photius, qui, même s’il n’a pas eu l’activité juridique qu’on lui a autrefois attribuée, a du moins dû s’intéresser à l’importante œuvre canonique accomplie pendant son second pontificat : la mise à jour du Syntagma canonum, en 882-883, est pratiquement contemporaine de la lettre qui nous intéresse11.

  • 12 Nous suivons ici Guillou, Le brébion, cité supra n. 7, p. 53, n. 2 et 3. Sur Nasar, voir J. Gay, L (...)
  • 13 J.-M. Martin, G. Noyé, Les villes de l’Italie byzantine (ixe-xie siècle), Hommes et richesses dans (...)

6Quant au métropolite Léon que cite deux fois le brébion de Reggio, son identification à notre personnage n’est évidemment pas assurée ; mais on peut en outre proposer, sous toutes réserves, de faire du strafar Nasar qui l’accompagne le Syrien qui, dans ces années, a conduit une flotte dans les eaux calabraises12. Si cette double identification était exacte, il serait intéressant que l’archevêque Léon se soit occupé de la région de Nicastro (Nεόκαστρον), ville neuve fondée précisément à ce moment et dont l’évêque apparaît pour la première fois au tout début du xe siècle, dans la liste 7 de Darrouzès13.

  • 14 G. Minasi, Le Chiese di Calabria dal quinto al duodecimo secolo. Cenni storici, Naples 1896, réimp (...)
  • 15 J. Gay Les diocèses de Calabre à l’époque byzantine, Revue d’histoire et de littérature religieuse (...)
  • 16 P. Fabre, L. Duchesne, Le Liber censuum, I, Paris 1910, p. 20, n. 3.
  • 17 F. Russo, Storia della Chiesa di Reggio Calabria, I, Naples 1961, p. 176.
  • 18 The Oxford Dictionary of Byzantium, New York-Oxford 1991, 3 vol., III. c. 1779. s.v. Reggio-Calabr (...)
  • 19 Laurent, Le corpus, p. 709 s.
  • 20 P. F. Kehr, Regesta pontificum Romanorum. Italia Pontificia. X, Calabria-Insula-, par W. Holtzmann(...)
  • 21 Lexikon des Mittelalters, VII-3, Munich-Zurich 1994, col. 571.
  • 22 Voir supra n. 12.

72. L’Église de Reggio. Les documents concernant l’archevêque Léon permettent, d’autre part, de reprendre la question de la date de la transformation en métropole du siège de Reggio. Dans son livre, publié en 1896, sur les églises de Calabre, G. Minasi affirme que le premier métropolite de Reggio fut Cyrille14, que cite la Vie de son disciple Léon de Catane et qui aurait vécu dans la première moitié du viiie siècle. On s’est toutefois aperçu depuis longtemps que les actes du concile de Nicée de 787 portaient la souscription de Constantin, simple évêque de Reggio, avec celle de nombreux autres évêques calabrais (Etienne de Vibo, Théo-dore de Tauriana, Christophe de Gerace, Théotime de Crotone, Théodore de Tropea et Serge de Nicotera) et qu’il fallait donc abaisser le moment de la création de la métropole après cette date. J. Gay, se fondant sur la liste épiscopale n° 3 de Darrouzès, place cette création après 787 et sans doute pendant la première moitié du ixe siècle15. Les éditeurs du Liber Censuum adoptent la fourchette 787-820 en datant apparemment (et curieusement) du règne de Léon V la liste de Léon VI et Nicolas Mystikos16 F. Russo, écrivant en 1961 l’histoire de l’église de Reggio, penche également pour la fin du viiie ou le début du ixe siècle17 , et son opinion est reprise, à peine modifiée (tout début du ixe siècle)18, par A. Kazhdan en 1991 ; V. Laurent exprimait la même opinion en 196319. Sans remonter aussi loin, D. Girgensohn affirmait en 1975 que Léon (ou Léonce, car il pense que les deux évêques sont une même personne) de Reggio était compté en 879-880 au nombre des métropolites, alors qu’il ne figurait dix ans plus tôt que parmi les évêques20. C’est sans doute à sa suite que, en 1994, N. Kamp place également l’érection de la métropole entre 869-870 et 879-88021 ; en 1974, A. Guillou estimait que le titre d’archevêque donné à Léon était une sorte de latinisme et qu’il équivalait au titre métropolitain22.

  • 23 Mansi 17, c. 373.

8En fait, mis à part le tardif brébion de Reggio, qui reporte sur Léon le titre contemporain de métropolite, tous les autres documents traitent Léon d’archevêque. Mais, dans l’usage oriental, archevêque ne signifie souvent pas métropolitain. Dans les actes du concile de 879-88023 auxquels se réfèrent Holtzmann et Girgensohn, la liste des pères commence par les « métropolites » ; Léon de Reggio figure dans cette première série ; mais, quand on examine celle-ci de près, on s’aperçoit que, si les premiers « archevêques » cités sont bien des métropolitains (Cappadoce, Éphèse, etc. jusqu’à Larissa), viennent ensuite, sans transition et sous la même rubrique, des archevêques autocéphales. Or Reggio n’est mentionné qu’après Selgè, Nakoleia, Brysis, Mésènè, Nikè et avant un grand nombre d’autres sièges (jusqu’à Ainos) que la liste 7 de Darrouzès, postérieure d’un quart de siècle au concile et très sûre, considère comme des archevêques non métropolitains ; quelques métropolitains, notamment de sièges occidentaux, reviennent ensuite, mais mêlés à de simples autocéphales.

  • 24 Voir Laurent, Le corpus, n° 903-910.

9D’autre part, presque tous les sceaux de prélats de Reggio que V. Laurent édite et date du tournant des viie et viiie siècles à la fin du ixe donnent à leurs titulaires le titre archiépiscopal24 : après les sceaux latins des simples évêques Christophe (vie-viie s.) et Isidore (viie s.), viennent le sceau grec d’un archevêque Hypatios (viie-viiie s.)- mais son appartenance à l’église de Reggio n’est pas pleinement assurée - puis ceux de deux anonymes archevêques de Calabre respectivement datés des viie-viiie et de la première moitié du ixe siècle, enfin des archevêques de Calabre Léonce, Léon et Jean : la permanence du titre montre bien que le changement repéré par Girgensohn est factice. Si les datations proposées par Laurent sont justes, même approximativement, on voit qu’aucune césure ne modifie la titulature du prélat de Reggio entre les viie-viiie siècles et le pontificat de Léon. La seconde partie du titre qu’il porte peut s’expliquer par le fait qu’il est le seul archevêque en Calabre.

  • 25 Darrouzès, Notitiae, cité supra n. 13, p. 218 n° 87.
  • 26 Ibid., p. 249, entre les nos 39 et 40.
  • 27 Ibid., p. 265, nos 34-43 ; elle ajoute Larissa.
  • 28 Ibid., p. 268, nos 37-46.

10Une semblable constatation s’impose quand on lit les notitiae episcopatuum. Certes, Reggio y jouit en Calabre d’une position privilégiée puisque seul ce siège est cité par les listes 2, 4, 5 et 6 alors que la région abrite plusieurs évêchés, d’origine antique ou plus récente. Mais, dans la liste 2, établie, selon l’éditeur, au premier quart du ixe siècle, Reggio figure comme archevêché autocéphale sis dans l’éparchie de Calabre25. La notice 4 (attribuée à Basile de Ialimbana), établie un peu plus tard dans le ixe siècle, mais avant 869, ajoute au sein de la liste des métropoles orientales, mais, à vrai dire, entre Amorion et Odèssos qui semblent être de simples archevêchés autocéphales, huit sièges détachés de l’obédience du pape de l’ancienne Rome et rattachés au trône de Constantinople (Thessalonique, Syracuse, la Crète, Corinthe, Reggio, Nicopolis, Athènes et Patras), sans leur donner de qualificatif précis26. La même présentation est reprise par la notice 527 ; la notice 6, de même, ajoute à la fin de la liste des métropoles les sièges occidentaux, dont celui de Reggio dans l’éparchie de Calabre28 ; cette formulation imprécise est en outre le fait d’une notice apparemment indatable.

  • 29 Ibid., p. 231 n° 44 et p. 242, n°s 632-641.
  • 30 J.-M. Martin G. Noyé La Capitanata nella storia del Mezzogiorno medievale, Bari 1991, p. 13.
  • 31 Ibid., p. 30.
  • 32 Darrouzès, Notitiae, p. 32-33.

11En revanche, les listes 3 et 7 évoquent la métropole de Reggio et ses suffragants. Dans la notice 3, Reggio est présenté comme métropole de l’éparchie de Calabre, avec pour sièges suffragants Gerace, Squillace, Crotone, Amantea, Copia Thurii, Vibo, Nicotera, Tauriana, sans compter l’ajout fantaisiste ó Boθρωτοῦ qui ne représente rien en Calabre29. Cette faute n’est pas la seule : le siège de Copia Thurii a disparu depuis la fin du viie siècle30, alors que celui d’Amantea ne remonte pas au-delà de la fin du ixe siècle, après que la ville a été reprise aux musulmans en 885-88631. Le manque de fiabilité de cette notice disparate est confirmé par son éditeur, qui expose32 qu’elle reflète des états successifs appartenant au ixe siècle, l’intégration des éparchies occidentales au système hiérarchique du patriarcat ne remontant qu’à la fin du siècle. On suppose donc qu’à l’extrême fin du ixe siècle on a repris dans une liste précédente l’archevêché de Reggio, le transformant en métropole et lui attribuant des suffragants parfois inexistants, parfois disparus, parfois au contraire tout récents ; on peut supposer que le compilateur n’a pas tenu compte de l’autre métropole calabraise, celle de Santa Severina, simplement parce que le siège ne figurait dans aucune liste antérieure. En tout cas, la mention d’Amantea place la confection de la liste factice des suffragants de la métropole de Reggio après 885-886, soit de quinze à vingt ans seulement (au plus) avant l’élaboration de la liste 7.

  • 33 Ibid., p. 272 nos 31 et 45.
  • 34 Ibid., p. 283 nos 536-548 et p. 287 nos 673-677. Voir A. Jacob, J.-M. Martin, L’Église grecque en (...)

12Celle-ci est, on le sait, dans l’ensemble homogène et assez précisément datée de 901-907. Elle cite en Calabre deux ressorts métropolitains : ἡ Καλαβρία et ἡ Άγία Σευερίνα33. Le premier a pour métropole Reggio, avec comme suffragants Vibo, Tauriana, Locres (c’est-à-dire Gerace), Rossano, Squillace, Tropea, Aman-tea, Crotone, Cosenza, Nicotera, Bisignano, Nicastro ; les sièges d’Amantea et de Nicastro sont de fondation toute récente, ceux de Cosenza et de Bisignano viennent d’être arrachés à la principauté de Salerne et au patriarcat romain. L’autre métropole calabraise, Santa Severina, a pour suffragants Umbriatico, Cerenzia et Isola Capo Rizzuto dans la Sila, Gallipoli dans le Salento34.

  • 35 Il faudrait alors déplacer, dans la chronologie de Laurent, Jean avant Léon et sans doute avant Lé (...)

13Le texte de la lettre de Photius à Léon remontant - on va y revenir - aux années 880-886, il en résulte que la création de la métropole de Reggio peut être assez précisément datée des années 880-907 ; elle est en outre certainement contemporaine (au mieux) de la création des sièges d’Amantea et Nicastro, ce qui ramène la fourchette aux années 886-907. On ne serait pas étonné que Léon ait été le dernier archevêque autocéphale de Reggio35- et peut-être le premier métropolite de la nouvelle province, dont la création doit être attribuée au patriarche Étienne Ier (886-893) ou à Antoine II Cauléas (893-901) plutôt qu’au début du premier pontificat de Nicolas Mystikos.

  • 36 Sur la prétendue reconstruction de Gallipoli, voir A. Jacob, Une mention d’Ugento dans la Chroniqu (...)
  • 37 J.-M. Martin, La Fouille du vie au xiie siècle, Rome 1993 (Collection de l’École Française de Rome (...)
  • 38 Martin - Noyé, Les villes, cité supra n. 13, p. 33-35.
  • 39 Syracuse figure comme métropole dans la liste 2 de Darrouzès (premier quart du ixe siècle) ; elle (...)

14Nous serions en effet tenté de faire naître la métropole de Reggio, ainsi que les deux sièges créés à cette époque, très peu de temps après la fin de la guerre terrestre contre les Sarrasins en Calabre, qui se termine en 885-886. La création des sièges d’Amantea et de Nicastro et l’annexion de ceux de Cosenza et Bisignano permettent d’ailleurs de donner à la nouvelle métropole le nombre optimal de douze suffragants. Nous pensons en outre que la création de la métropole de Reggio est contemporaine de l’apparition de celle de Santa Severina et des sièges de ses trois suffragants de la Sila, peut-être également de la restauration du siège salentin de Gallipoli, qui avait sans doute disparu au ixe siècle36. C’est encore à la même époque, vers 887-888, que les autorités impériales cherchent (en vain) à imposer un évêque grec au siège de Tarente37. La grande campagne de construction de villes menée dans l’Italie méridionale reconquise par les autorités byzantines38 s’est probablement accompagnée d’une restructuration ecclésiastique des régions rattachées au patriarcat de Constantinople. Nous établirions en outre très volontiers un lien (qui, à vrai dire, semble évident) entre la création des deux métropoles calabraises et la disparition de celle de Syracuse39 : la ville est prise par les musulmans le 21 mai 878. Mais on doit remarquer que, jusqu’à ces années qui voient l’empire en même temps perdre la Sicile, s’affermir en Calabre et conquérir la Langobardie apulienne, le patriarcat n’avait pas créé de métropole dans les régions de l’Italie continentale enlevées depuis un siècle et demi au patriarcat romain, alors qu’il en avait institué dans les Balkans et en Sicile.

  • 40 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris 1972, p. 351-352. (...)
  • 41 Oikonomidès, Les listes, cité note précédente, p. 356. Falkenhausen , La dominazione, cité note pr (...)

15Au plan de l’administration civile et militaire, enfin, on doit se souvenir que c’est vers 891-892 qu’est constitué le thème de Langobardie40. La naissance de celui de Calabre, qui remplace le thème de Sicile, est plus difficile à suivre ; mais le repli en Calabre d’un stratège est évidemment de peu postérieur à l’époque ici envisagée41. Au total, la création de la métropole de Reggio, sûrement datée de l’extrême fin du ixe siècle, se comprend parfaitement dans le cadre général du réajustement de la présence byzantine en Italie méridionale.

  • 42 G. Cozzaluzi, La cronaca siculo-saracena di Cambridge con doppio testo greco, Palerme 1892, p. 34- (...)

163. Les musulmans en Calabre : la lettre de Photius. Le texte de la Κρίσις-καὶ ἐπίλυσις adressée par Photius à l’archevêque Léon n’est daté que par la mort de son auteur (29 septembre 886) et les événements auxquels il fait allusion. V. Grumel propose de mettre son contenu en rapport avec la restitution par les Arabes aux autorités impériales des prisonniers faits lors de la prise de Syracuse ; cette restitution a eu lieu en 88542. Un tel rapprochement ne nous semble pas s’imposer. En effet, si les mauvais traitements infligés aux anciens prisonniers chrétiens peuvent expliquer le contenu des articles 2, concernant les épouses de prêtres et de diacres violées, et 5 sur les enfants ayant acquis de mauvaises mœurs, ils ne peuvent en rien rendre compte des autres chapitres, qui évoquent des Sarrasins prisonniers des chrétiens et des chrétiens encore captifs des Sarrasins.

  • 43 Martin-Noyé, La Capitanata, cité supra n. 30, p. 27.
  • 44 Voir supra n. 12. Gay, L’Italie méridionale, à l’endroit cité supra n. 12.
  • 45 Gay, L’Italie méridionale, p. 132 s.

17Nous préférons replacer ce texte dans un cadre proprement calabrais. On sait que, vers le milieu du ixe siècle, les musulmans ont occupé, outre la majeure partie de la Pouille, les villes calabraises d’Amantea, Tropea et Santa Severina43. C’est après avoir pris pied en Pouille, et au moment où les Arabes achèvent la conquête de la Sicile, que les Byzantins lancent une série de campagnes pour les chasser de Calabre. Après une importante victoire navale, la flotte de Nasar combine en 880 ses efforts à ceux des troupes terrestres commandées par le prôtovestiaire Procope et le stratège Léon Apostyppos44. Vers 882-883, une nouvelle armée, dirigée par le stratège Etienne Maxentios, échoue encore dans la reconquête ; c’est le successeur d’Etienne, Nicéphore Phocas, qui conquiert les trois villes occupées avant de s’emparer du nord de la Calabre tenu par les Lombards et de réorganiser le pays45. C’est dans le cadre de cette guerre terrestre qu’il faut placer notre texte, que nous datons donc, moins précisément que Grumel, entre 880 et le 29 septembre 886. Résumons-en les chapitres.

  1. Les laïcs ne peuvent conférer le baptême dans les zones chrétiennes qui ont un clergé : les baptêmes qu’ils y auraient administrés devront être refaits (et non seulement complétés par l’onction) ; en revanche, dans les zones dominées par les barbares, il est permis aux laïcs de baptiser ; mais ceux qui auront été baptisés dans ces conditions devront recevoir l’onction dans les sept jours, même s’ils l’ont déjà reçue (de ces laïcs).
  2. À propos des épouses de prêtres et de diacres violées par les barbares, le patriarche développe une casuistique fine. Si elles ont été consentantes, leurs maris devront soit se séparer d’elles, soit renoncer à leur ministère, même si le consentement a été obtenu par la peur, auquel cas elles sont toutefois pardonnées. Si elles ont subi le viol par la force pure, par exemple en ayant les mains et les pieds liés, leurs maris peuvent les recevoir ; il serait bon toutefois qu’ils s’en séparent et qu’elles choisissent la vie religieuse, pour susciter l’admiration, faire taire les médisants, et aussi parce qu’il est difficile d’évaluer leur degré de résistance.
  3. On ne doit pas refuser le baptême aux nouveaux-nés sarrasins dont la mère le demande, car le baptême des enfants ne préjuge pas de leur vie future ; on doit toutefois exhorter les mères à leur donner une éducation chrétienne.
  4. Pour porter l’eucharistie (δῶρα) aux chrétiens prisonniers des Sarrasins, on peut s’adresser à des femmes dignes en tout point d’être diaconesses ; mais, à défaut, on peut se tourner vers d’autres femmes, à condition qu’elles n’aient pas la réputation de manquer de respect aux choses sacrées.
  5. On pardonnera aux enfants dépravés par les mauvaises mœurs des Sarrasins (τοὺς ὐπò τῶν Σαρακηνῶν εἰς ἀσέλγειαν βιασθέντας παῖδας) et on les admettra à la communion ; mais, s’ils ont volontairement commis une faute, ils seront soumis à la pénitence normale.

18On voit que les différents κεφάλαια du patriarche laissent deviner une situation de conflit endémique dans laquelle doivent par force se créer des relations entre les deux communautés : les violences exercées sur l’ennemi ne peuvent empêcher une coexistence forcée des chrétiens et des musulmans. La lettre patriarcale a notamment l’avantage de montrer l’existence, dans les régions sous domination chrétienne, d’une communauté musulmane qui ne comprend pas seulement des combattants prisonniers, mais également des femmes et des enfants ; ce sont encore des femmes qui vont porter la communion aux prisonniers chrétiens -même s’il peut ne s’agir que d’un cas individuel.

  • 46 J. Hergenröther, Photius Patriarch von Konstantinopel. Sein Leben, seine Schriften und das griechi (...)
  • 47 PG 100, c. 1299-1317.

19Si ce texte est connu et a été assez souvent cité, il a, à notre connaissance, fait l’objet d’un unique commentaire, assez ancien au demeurant46. Remarquons d’abord qu’il n’a guère de parallèle dans la littérature patriarcale antérieure au xe siècle qu’on a conservée : le seul texte auquel on puisse le comparer est l’acte du patriarche Méthode Ier enregistré par Grumel et Darrouzès sous le n° 43047 ; ces auteurs le datent de la fin de 845 ou du début de 846 et le mettent en rapport avec le grand échange de prisonniers effectué entre musulmans et Byzantins en septembre 845 sur les bords du Lamos, en Cilicie. Il traite des chrétiens apostats, distinguant les enfants ayant failli par crainte ou ignorance, les adultes ayant succombé à cause des tortures, enfin les adultes consentants ; les deux premières catégories seront réintégrées dans l’Église, les enfants après prières, bain et répétition de l’onction baptismale, les seconds subissant en outre une pénitence ; les manuscrits donnent des leçons différentes sur le sort réservé aux troisièmes.

20On doit remarquer qu’en Cilicie comme en Calabre, à une quarantaine d’années de distance, ce sont les rapports avec les musulmans et l’Islam qui font l’objet de définitions patriarcales à caractère disciplinaire et pastoral : il n’en était évidemment pas question dans la législation conciliaire ancienne ; dans les deux cas, on note une casuistique assez semblable.

  • 48 Dans l’Italie méridionale latine, un synode tenu sans doute à Bénévent entre 840 et 880 consacre u (...)
  • 49 A.-Th. Khoury, Les théologiens byzantins et l’Islam. Textes et auteurs (viiie-xiiie s.), 2e éd., L (...)
  • 50 Voir B. Z. Kedar, Crusade and Mission. European approaches toward the Muslims, Princeton 1984, p. (...)

21Mais là s’arrête le parallèle : alors que le texte concernant l’Asie traite de cas d’apostasie, la réponse à l’archevêque calabrais n’évoque que des violences physiques, et la contamination des mœurs des seuls enfants48 ; il traite ces cas avec toute la mansuétude possible. En outre, les rapports avec les Sarrasins ne sont pas purement passifs : le baptême des enfants chrétiens en zone musulmane, des enfants musulmans en zone chrétienne, le fait de faire porter l’eucharistie aux prisonniers dénotent une attitude sinon offensive, du moins active. La tonalité de la lettre n’est ni à la résignation, ni à la simple réparation des torts subis. On sait que le ixe siècle a vu fleurir à Byzance une abondante littérature polémique contre l’Islam, considéré à la fois comme hérétique et promoteur d’immoralité sexuelle ; on connaît un rituel d’abjuration proposé aux musulmans ; composé vers 900, il dépend notamment de l’œuvre de Nicétas de Byzance, qui écrivait au second tiers du ixe siècle49. On sait que l’archevêque de Syracuse Sophronios, fait prisonnier en 878, a eu une longue discussion avec l’émir50. La lettre de Photius a donc été écrite à un moment où le christianisme byzantin ne se sent plus sur la défensive face à l’Islam.

  • 51 Les Constitutions Apostoliques, éd. M. Metzger, III, Paris 1987 (SC 336), VIII, 47, 47, p. 290-291 (...)

22Quant aux sources canoniques de la réponse du patriarche, qui, encore une fois, traite de cas particuliers n’ayant pas de solution évidente, même Hergenröther n’en a discerné que peu. La seule allusion explicite de Photius se réfère aux Canons Apostoliques (τοῖς ἀποστολικοῖς κανόσι, dans le premier chapitre)51 ; c’est encore à propos du baptême (chapitres 1 et 3) que, selon le même commentateur, Photius se fonde sur des traditions anciennes, mais à propos desquelles ne sont évoqués que des pères latins.

  • 52 Voir Martin, Le rôle de l’Église de Naples, cité supra n. 48, p. 44-48.

23Les canons 2, 4 et 5 du patriarche semblent ne faire appel qu’à des règles pastorales, non à des normes canoniques précises ; seul le maintien de l’état conjugal de prêtres et de diacres dont les épouses ont été violées, qui risquerait de porter atteinte à la pureté des clercs du sanctuaire, suscite de sa part une réponse globalement négative, en dépit des nuances. Signalons encore, dans le canon 4, l’allusion aux diaconesses : les femmes qui peuvent porter l’eucharistie aux prisonniers doivent, en principe, remplir les conditions qui rendent digne du ministère et du grade de diaconesse (ἄξιαι εἰς διακονίαν καὶ εἰς διακόνων παρα-δεχθῆναι βαθμόν), c’est-à-dire qu’elles doivent être respectables, pieuses, âgées, si possible vierges. On sait que les diaconesses, consacrées par imposition des mains depuis l’Antiquité chrétienne, se recrutent parmi les vierges ou les veuves ; elles ne doivent pas avoir moins de quarante ans selon le concile de Chalcédoine, moins de soixante selon une disposition du Code Justinien. L’institution n’est pas purement orientale : à l’époque où Photius écrit, elle est encore vivante à Rome, et l’était à Naples à peine plus tôt52.

24Conclusion. La lettre de Photius présente, on le voit, un intérêt dans plusieurs domaines. Elle s’insère dans une tradition, dont nous n’avons gardé que de très rares témoignages, mais qui a dû, par la force des choses, se développer considérablement, notamment au ixe siècle, de décisions pastorales concernant les rapports avec les musulmans et avec l’Islam dans les zones frontalières, où la guerre pouvait entraîner des contaminations de tous ordres ; cette tradition pastorale doit évidemment être mise en rapports étroits avec la polémique théorique contre l’Islam, même si elle se situe sur un tout autre plan. En second lieu, elle nous donne de la Calabre méridionale dans les années 880, par ailleurs très mal documentée, une image saisissante et inattendue : sur cette terre, sans doute réhellénisée depuis peu, vivent de véritables communautés musulmanes à l’époque où l’empire tente d’en reprendre le contrôle.

  • 53 Jacob - Martin, L’Église grecque en Italie, cité supra n. 34. p. 360.
  • 54 Notons qu’au xie siècle le métropolite de Reggio porte le titre d’archevêque de Sicile : ibid.

25Ce texte est, en effet, écrit à l’époque précise où, de l’ancien thème de Sicile, dont la capitale vient de tomber, l’Empire ne conserve pratiquement plus qu’une partie de la Calabre ; encore faut-il achever d’en reprendre les places fortes occupées par les Sarrasins. À l’époque où s’y succèdent des chefs militaires prestigieux, le siège episcopal le plus important, celui de l’archevêché autocéphale de Reggio, est occupé par un savant canoniste qui (on le déduit de sa carrière d’enseignant évoquée par le prêtre Jean), même s’il est peut-être originaire de la région, a sans doute mené une carrière à l’échelle de l’empire ; l’église de Reggio suit la voie tracée par les églises de Sicile qui, au ixe siècle, fournissent à Constantinople et en reçoivent des prélats parfois prestigieux (Théodore Krithinos. le patriarche Méthode, Grégoire Asbestas)53. Mais il faut attendre la fin de la reconquête de la province pour que, pratiquement au moment où les autorités politiques mettent en place l’administration thématique en Italie méridionale, le patriarcat se décide à créer sur le sol de la péninsule les métropoles de Reggio et de Santa Severina pour encadrer les évêchés italo-grecs54 .

Notes

1 Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople. I. Les actes des patriarches. I, Les regestes de 381 à 715, par V. Grumel, 2e éd., Paris 1972 ; II-III, Les regestes de 715 à 1206, par V. Grumel, 2e éd. par J. Darrouzès, Paris 1989.

2 Nous préparons ce travail, à l’École Française de Rome, en collaboration avec E. Cuozzo (Université Federico II de Naples), S. Gasparri (Université de Venise) et M. Villani (Bibliothèque Nationale de Rome).

3 Photius, Epistulae et Amphilochia, III, éd. B. Laourdas, L. G. Westerink. Leipzig 1985, ep. 297, p. 162-166 ; sur la tradition du texte, voir ibid, p. IX, et Les regestes, cité supra n. 1, n° 562. Le Val. gr. 1456, du xe ou xie siècle, est calabrais ; voir G. Mercati, Appunti sul palinsesto Vat. gr. 1456, dans ID., Opere minori, III, Cité du Vatican 1937 (Studi e Testi 78), p. 186-193. Sur le Bodleianus Auct. T.2.11 (Mise. 211), du xive siècle, voir H. O. Coxe, Catalogi codiami manuscriptorum Bibliothecae Bodleianae, IV, p. 767-770 ; J. A. Cramer. Anecdota Graeca e codd. manuscriptis Bibliothecae regiae Parisiensis, Oxford 1839-1841, 4 vol., IV, p. 177-197 ; ce manuscrit, très étroitement apparenté au précédent, vient aussi probablement de Calabre. Ces précisions nous ont été communiquées par André Jacob, que nous remercions.

4 Mansi XVII, c. 373 et 376.

5 PG CXX, c. 177-180. Nous devons de connaître ce document à l’amabilité d’André Jacob, que nous remercions encore pour l’ensemble des renseignements qu’il nous a donnés à son sujet. L’édition qu’a reprise la PG est celle de J.-B. Cotelier, Ecclesiae Graecae Monumenta, III, Paris 1636, p. 463-464 ; cet éditeur expose (f° [f] v°) qu’il s’est fondé sur le manuscrit royal 1326, qui est l’actuel Paris. Gr. 1370, du xiiie siècle, où le texte figure au f° 61 v°. André Jacob a repéré le même texte (avec de rares variantes mineures) dans l’Ottob. Gr. 186 de la Bibliothèque Vaticane (seconde moitié du xie siècle), f° 17 r°-v°. Il pense que les deux manuscrits sont italo-grecs. Sur le premier, voir Ch. Astruc, Une collection canonique d’Italie du Sud de la fin du xiiie siècle (le Parisinus Graecus 1370), Revue d’Histoire des Textes 16, 1986, p. 37-61 : p. 51, § 3, 5. Voir encore Les manuscrits datés des xiiie et xive siècles conservés dans les bibliothèques publiques de France. I, xiiie siècle, Paris 1989, notice 31, p. 74-76 et pl. 77-78.

6 V. Laurent, Le corpus des sceaux de l’empire byzantin. V, L’Église. 1, L’Église de Constantinople. A, La hiérarchie, Paris 1963, n° 909, p. 714-715.

7 A. Guillou, Le brébion de la métropole byzantine de Région (vers 1050), Cité du Vatican 1974 (Corpus des actes grecs d’Italie du Sud et de Sicile. Recherches d’histoire et de géographie 4), 1. 294-5 p. 53 et 182, 1. 324-6 p. 56-57 et 185.

8 Mansi XVI, c. 195 : Leontius episcopus Rhegii, alors que son sceau, on le verra, lui donne la dignité archiépiscopale ; y assistent également Dèmètrios de Squillace et Paul de Tauriana.

9 Laurent, Le corpus, cité supra n. 6, n° 908.

10 Il ressemble toutefois beaucoup aux abus dénoncés, quelques décennies plus tard, par Léon VI : voir G. Dagron, Le christianisme byzantin du viie au milieu du xie siècle, Histoire du Christianisme. 4, Évêques, moines et empereurs (610-1054), sous la dir. de G. Dagron, p. Riché et A. Vauchez, Paris 1993, p. 7-348 : p. 246 (il s’agit des novelles 3 et 79).

11 N. Van der wal, J .H. A. Lokin, Historiae iuris Graeco-Romani delineatio. Les sources du droit byzantin de 300 à 1453, Groningue 1985, p. 88.

12 Nous suivons ici Guillou, Le brébion, cité supra n. 7, p. 53, n. 2 et 3. Sur Nasar, voir J. Gay, L’Italie méridionale et l’empire byzantin depuis l’avènement de Basile Ier jusqu’à la prise de Bari par les Normands (867-1071), Paris 1904 (Befar 90), p. 111-114. H. Ahrweiler, Byzance et la mer, Paris 1966, p. 92 et 113.

13 J.-M. Martin, G. Noyé, Les villes de l’Italie byzantine (ixe-xie siècle), Hommes et richesses dans l’empire byzantin, II, sous la dir. de V. Kravari, J. Lefort et C. Morisson, Paris 1991, p. 27-62 : p. 33. J. Darrouzès, Notitiae episcopatuum Ecclesiae Constantinopolitanae, Paris 1981, p. 283, n° 546.

14 G. Minasi, Le Chiese di Calabria dal quinto al duodecimo secolo. Cenni storici, Naples 1896, réimpr. anast. Oppido Mamertina 1987, p. 134 s.

15 J. Gay Les diocèses de Calabre à l’époque byzantine, Revue d’histoire et de littérature religieuses 5, 1900, p. 234-260 : p. 250 s. ID., L’Italie méridionale, cité supra n. 12, p. 186.

16 P. Fabre, L. Duchesne, Le Liber censuum, I, Paris 1910, p. 20, n. 3.

17 F. Russo, Storia della Chiesa di Reggio Calabria, I, Naples 1961, p. 176.

18 The Oxford Dictionary of Byzantium, New York-Oxford 1991, 3 vol., III. c. 1779. s.v. Reggio-Calabria. Nous avouons mal comprendre un élément du raisonnement de cet auteur : « The metropolitan see of Reggio was created probably soon after 800, since archbishops of Calabria are known from the 7th and 8th C. »

19 Laurent, Le corpus, p. 709 s.

20 P. F. Kehr, Regesta pontificum Romanorum. Italia Pontificia. X, Calabria-Insula-, par W. Holtzmann et D. Girgensohn. Zurich 1975, p. 16 ; la lettre de Photius est citée. On doit d’ailleurs noter que, dans la lettre qu’il écrit à Michel III le 25 septembre 860, le pape Nicolas Ier n’évoque que le siège archiépiscopal de Syracuse : MGH, Ep. 6-2, p. 433-439. n° 82 (JL 2682, Kehr, op. cit. supra, p. 13, n° 19).

21 Lexikon des Mittelalters, VII-3, Munich-Zurich 1994, col. 571.

22 Voir supra n. 12.

23 Mansi 17, c. 373.

24 Voir Laurent, Le corpus, n° 903-910.

25 Darrouzès, Notitiae, cité supra n. 13, p. 218 n° 87.

26 Ibid., p. 249, entre les nos 39 et 40.

27 Ibid., p. 265, nos 34-43 ; elle ajoute Larissa.

28 Ibid., p. 268, nos 37-46.

29 Ibid., p. 231 n° 44 et p. 242, n°s 632-641.

30 J.-M. Martin G. Noyé La Capitanata nella storia del Mezzogiorno medievale, Bari 1991, p. 13.

31 Ibid., p. 30.

32 Darrouzès, Notitiae, p. 32-33.

33 Ibid., p. 272 nos 31 et 45.

34 Ibid., p. 283 nos 536-548 et p. 287 nos 673-677. Voir A. Jacob, J.-M. Martin, L’Église grecque en Italie (v. 650 - v. 1050), Histoire du Christianisme, 4, cité supra n. 10, p. 349-371 : p. 361. Sur les liens entre Salento et Calabre hellénophones : J.-M. Martin, Une origine calabraise pour la Grecia salentine ?, RSBN, n. s. 22-23 (XXXII-XXXIII), 1985-1986, p. 51-63.

35 Il faudrait alors déplacer, dans la chronologie de Laurent, Jean avant Léon et sans doute avant Léonce.

36 Sur la prétendue reconstruction de Gallipoli, voir A. Jacob, Une mention d’Ugento dans la Chronique de Skylitzès, REB 35, 1977, p. 229-235. En revanche, d’après sa place dans la liste des pères du concile de 879-880, le prélat d’Otrante est sans doute déjà archevêque autocéphale ; le siège figure dans la notice 6 au même titre que Reggio (mais on a vu que cette liste ne pouvait être datée), puis, comme archevêché autocéphale, dans la liste 7 : Darrouzès, Notitiae, p. 268 n° 42 et p. 273 n° 68.

37 J.-M. Martin, La Fouille du vie au xiie siècle, Rome 1993 (Collection de l’École Française de Rome 179), p. 569. Voir MGH, Ep. 7-2, p. 343-344.

38 Martin - Noyé, Les villes, cité supra n. 13, p. 33-35.

39 Syracuse figure comme métropole dans la liste 2 de Darrouzès (premier quart du ixe siècle) ; elle a comme suffragants tous les évèchés de l’île, encore que Catane figure dans cette notice à la fois comme simple évêché et, déjà, comme archevêché autocéphale, statut qu’elle a définitivement acquis dans la notice 3 : Darrouzès, Notitiae, p. 218 n° 86, p. 222 nos229-242, p. 232 n° 61.

40 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris 1972, p. 351-352. V. Von falkenhausen, La dominazione bizantina nell’Italia meridionale dal ix all’xi secolo, Bari 1978, p. 25.

41 Oikonomidès, Les listes, cité note précédente, p. 356. Falkenhausen , La dominazione, cité note précédente, p. 30. A. Pertusi, Il « thema » di Calabria : sua formazione, lotte per la sopravvivenza. Società e clero di fronte a Bisanzio e a Roma. Byzantino-Sicula II. Miscellanea di scritti in memoria di Giuseppe Rossi-Taibbi, Palerme 1975 (Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neoellenici, Quaderni 8), p. 425-443 : p. 427 s.

42 G. Cozzaluzi, La cronaca siculo-saracena di Cambridge con doppio testo greco, Palerme 1892, p. 34-35 et 62. V. Saletta, Cronaca cassanese del x secolo, Rome 1966, p. 59-61. Voir A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes. II-1, La dynastie macédonienne (867-959), éd. française par M. Canard, Bruxelles 1968, p. 78.

43 Martin-Noyé, La Capitanata, cité supra n. 30, p. 27.

44 Voir supra n. 12. Gay, L’Italie méridionale, à l’endroit cité supra n. 12.

45 Gay, L’Italie méridionale, p. 132 s.

46 J. Hergenröther, Photius Patriarch von Konstantinopel. Sein Leben, seine Schriften und das griechische Schisma, II, Ratisbonne 1867, réimpr. anast. Darmstadt 1966, p. 138-142.

47 PG 100, c. 1299-1317.

48 Dans l’Italie méridionale latine, un synode tenu sans doute à Bénévent entre 840 et 880 consacre un canon à l’influence pernicieuse des Sarrasins, qui occupaient la Pouille et parcouraient tout le Midi ; on y accuse Mahomet d’avoir admis qu’on use librement des femmes esclaves ; on met en garde contre de telles pratiques et, plus généralement, contre tout rapport avec des musulmans : Hefele-Leclercq, III-2, Paris 1910, p. 1226-1232, canon 9. Voir J.-M. Martin, Le rôle de l’Église de Naples dans le Midi. À propos de deux assemblées ecclésiastiques du ixe siècle et de leurs actes, Mélanges de l’École Française de Rome. Moyen Age 107, 1995, p. 39-64 : p. 60.

49 A.-Th. Khoury, Les théologiens byzantins et l’Islam. Textes et auteurs (viiie-xiiie s.), 2e éd., Louvain-Paris 1969, p. 187 s.

50 Voir B. Z. Kedar, Crusade and Mission. European approaches toward the Muslims, Princeton 1984, p. 20 ; on le sait par le récit du moine Théodore, qui, avec l’archevêque, fut libéré en 885 et arriva sans doute en Calabre.

51 Les Constitutions Apostoliques, éd. M. Metzger, III, Paris 1987 (SC 336), VIII, 47, 47, p. 290-291. Citons la traduction que donne M. Metzger de ce canon : « Si un évêque ou un presbytre rebaptise quelqu’un qui a reçu le vrai baptême, ou s’il ne baptise pas quelqu’un qui a été souillé chez les impies, qu’on le dépose parce qu’il se moque de la croix et de la mort du Seigneur et ne fait pas la différence entre les prêtres et les faux prêtres. »

52 Voir Martin, Le rôle de l’Église de Naples, cité supra n. 48, p. 44-48.

53 Jacob - Martin, L’Église grecque en Italie, cité supra n. 34. p. 360.

54 Notons qu’au xie siècle le métropolite de Reggio porte le titre d’archevêque de Sicile : ibid.

Auteur

C.N.R.S. (Paris)

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540