Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Autour des Chapitres parénétiques de Basile ier

Athanase Markopoulos

Texte intégral

  • 1 Exposé d’ensemble dans H. Hunger, Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, t. I, Muni (...)
  • 2 Voir Hunger, Profane Literatur..., p. 157-165, avec d’importantes observations sur le problème en (...)
  • 3 Distinction ignorée toutefois par P. Hadot, Fürstenspiegel, RAC 8, 1972, col. 555-632 ; voir Hunge (...)
  • 4 Ibid., p. 157-158. Très utile sur ce point l’article de T. Nissen, Historisches Epos und Panegyrik (...)

1Dans la littérature que nous a léguée Byzance, l’éloge (encômion) a, on le sait, des racines profondes, qui remontent à l’héritage hellénistique et romain de l’Empire. L’éloge impérial, plus précisément, constitue un genre littéraire florissant dès le iiie siècle : Ps. Ménandre et d’autres auteurs ont fixé les règles techniques de sa composition et, presque aussitôt, Libanius, Thémistius et, peu après, Procope de Gaza ont composé des textes qui sont des modèles du genre1. Il faut signaler ici que, dans la littérature byzantine, on ne différenciait pas clairement l’éloge impérial à proprement parler d’un autre type d’éloge, désigné habituellement par le terme Fürstenspiegel (speculum principis ou miroir des princes) ; ce dernier consiste, pour l’essentiel, en des conseils et suggestions destinés au « prince » objet des louanges. Dans l’éloge, comme dans le miroir, le matériel laudatif est puisé aux mêmes textes, tel À Démonicos, alors que les auteurs des miroirs suivent fidèlement Ps. Ménandre2. Si, toutefois, on accepte de distinguer les deux catégories de textes3, alors Hunger a probablement raison de soutenir que les auteurs des miroirs connaissent personnellement les personnes louées et peuvent, en raison de leurs relations avec elles, les conseiller et les admonester, alors que cela ne se produit pas, semble-t-il, chez la plupart des auteurs qui ont composé de purs éloges impériaux4.

  • 5 Voir Hunger, Profane Literatur..., p. 160-161. Aussi : Blum, Byzantinische Fürstenspiegel..., cité(...)
  • 6 Voir infra, p. 472.
  • 7 Hunger, Profane Literatur..., p. 158.
  • 8 Βασίλειος έν Χριστῷ βασιλεὺς "Ρωμαίων Λέοντι τω πεποθημένῳ υίῷ καὶ συμϐασιλεῖ. Texte : Κ. Emminger(...)
  • 9 Parmi les manuels, K. Krumbacher, Geschichte der hyzantinischen Litteratur, Munich 18972, p. 457-4 (...)
  • 10 Texte : PG 107, col. LVII-LX. Il faut noter que les Chap. Par. II présentent un texte continu et n (...)

2L’œuvre communément appelée Chapitres parénétiques de Basile Ier constitue, sans aucun doute, une rupture dans le Fürstenspiegel pratiqué par les Byzantins5. Le fait que l’empereur lui-même en soit désigné comme l’auteur leur confère un prestige indubitable, bien que cette attribution ait, en même temps, suscité beaucoup de questions concernant le véritable auteur6. Signalons, en outre, que, sous le titre commun Chapitres parénétiques, on trouve deux textes différents. La plupart des savants se sont occupés du texte le plus long, composé, en majeure partie, sous l’influence des textes pseudo-isocratiques et de l’œuvre correspondante du diacre Agapètos ; ce texte (que nous abrégeons par la suite en Chap. Par. I) est divisé, en parfait accord avec la tradition propre à ces œuvres7, en 66 chapitres formant acrostiche8. Le second texte, très souvent délaissé par la recherche9 , est sensiblement plus court et porte le titre Autres conseils du basileus Basile à son fils Léon (désigné ci-dessous comme Chap. Par. II)10.

  • 11 Sur ce sujet, voir infra, p. 471.
  • 12 Voir, en outre, Hunger, Profane Literatur..., p. 159-161 et Kazhdan, The Aristocracy..., cité supr (...)
  • 13 Voir infra, p. 478 et n. 56.
  • 14 Kazhdan, The Aristocracy..., p. 43.

3Dans les Chap. Par. I sont développées longuement et avec ampleur les qualités bien connues qui doivent caractériser le prince : culture (chap. 1, p. 50, 1-11)11, miséricorde (chap. 5, p. 51, 24-52,2 ; chap. 37, p. 63, 4-14), vertu (chap. 8, p. 52, 16-22), amitié (chap. 12, p. 53, 21-30 ; chap. 23, p. 57, 25-58,5), courage et prudence (chap. 13, p. 54, 1-7 et chap. 15, p. 54, 17-26), justice (chap. 21, p. 57, 5-13 ; chap. 30, p. 60, 10-22), tempérance (chap. 25, p. 58, 27-32) et d’autres qualités encore12 ; sont présentés également plusieurs attributs d’un monarque spirituellement et moralement parfait : foi en Dieu (chap. 2, p. 50, 12-22), respect dû aux prêtres (chap. 3, p. 51, 1-13), humilité (chap. 14, p. 54, 8-16), pureté (chap. 19, p. 56, 7-18), munificence (chap. 22, p. 57, 14-24 et chap. 57, p. 70, 8-21), patience (chap. 59, p. 71, 5-17), amour de la paix (chap. 47, p. 67, 5-14)13 et d’autres vertus encore. La noblesse de l’origine n’est pas mentionnée, non plus que les capacités guerrières14. On recommande, en revanche, la lecture des livres (« Parcours les récits anciens sans te lasser », soulignent les Chap. Par. I), afin que l’empereur puisse s’instruire grâce aux « ... qualités des vertueux et aux défauts des méchants » (chap. 56, p. 69, 28-70, 1) ; pour ce qui est des sujets relatifs aux mœurs et à la culture de l’âme, les ouvrages de Ps. Isocrate, la Sagesse de Salomon et l’Ecclésiaste sont les textes les plus appropriés (chap. 66, p. 73, 18-21).

  • 15 Voir infra, p. 477-478.
  • 16 Voir infra, p. 478 et n. 56. L’analyse des Chap. Par. II montre que l’influence de la religion sur (...)

4Si, dans les Chap. Par. I, on insiste davantage sur la dimension politique des vertus du prince15, en revanche, dans les Chap. Par. II, on met plutôt l’accent, toute proportion gardée, sur le caractère chrétien du monarque. Ainsi, Léon est un « fils que Dieu protège » (PG 107, col. LVIIA), et, dans ce texte, priment la foi en la divinité (PG 107, col. LVIIA), l’amour du Seigneur (PG 107, col. LVIIB), la déférence due aux prêtres (PG 107, col. LVIIB-C), la miséricorde (PG 107, col. LXA), la douceur de caractère (PG 107, col. LXA), l’étude des Écritures (PG 107, col. LXB) et le respect à l’égard du père (PG 107, col. LXC). Des citations du Nouveau Testament illustrent du reste l’importance de ces vertus (PG 107, col. LVIIB, LVIIC, LXA). De même que dans les Chap. Par. I, toute référence à l’origine noble est absente des Chap. Par. II ; toute allusion à d’éventuelles capacités militaires fait également défaut, et l’on met en valeur, au contraire, l’image du monarque pacificateur16.

  • 17 « ῍Έλαϐες έκ Θεοῦ βασιλείαν, φΰλαξον αυτήν ώς παρακαταθήκην άσυλον » : chap. 10, ρ. 53, 3-4. Sur l (...)

5La comparaison des deux œuvres parénétiques, qui ont vu le jour dans un milieu purement palatin, apportera peut-être une autre lumière sur leurs relations. Signalons tout d’abord que certaines vertus sont communes aux deux textes : la foi en Dieu, par exemple, le respect dû aux prêtres, la miséricorde, l’étude des textes sacrés, l’amour de la paix, et d’autres encore. La présence de ces caractères à la fois dans les Chap. Par. I et les Chap. Par. II n’implique pas nécessairement une identité d’auteur ; en effet, il s’agit de traits que l’on rencontre dans la quasi-totalité des œuvres de ce type. Il est toutefois étonnant que Léon VI soit le destinataire de deux textes au contenu similaire, même si l’étendue, la structure et la perspective en sont différentes. De fait, au moins un principe, tout à fait capital pour l’idéologie impériale, est présent dans les Chap. Par. I17, alors qu’il fait défaut dans les Chap. Par. II. La question de l’auteur (ou des auteurs) des deux ouvrages adressés à Léon VI, l’objectif visé par ces textes, ainsi que leur assise idéologique, seront donc les sujets qui nous préoccuperont ici.

  • 18 Voir Photius, Lettre n° 1, éd. B. Laourdas, L. G. Westerink, Photius, Epistulae et Amphilochia, 1. (...)
  • 19 Voir appendice (p. 479).

6Étant donné l’analphabétisme du fondateur de la dynastie macédonienne, on comprend que la recherche contemporaine refuse, presque unanimement, d’attribuer à Basile Ier la paternité des Chap. Par. I. Elle s’est donc tournée de bonne heure vers Photius. Il y a en effet un élément qui plaide fortement en faveur de l’attribution de cette œuvre au patriarche : la présence de plusieurs passages similaires dans les Chap. Par. I et dans la lettre bien connue de Photius au chef des Bulgares Boris-Michel. Cette lettre présente d’ailleurs en grande partie les caractéristiques d’un Fürstenspiegel18. Les passages communs aux deux textes, au nombre de seize, sont donnés à la fin de cette étude et confirment les rapports réellement étroits entre les deux œuvres, lesquels vont de la citation littérale au résumé du texte originel19.

  • 20 L. Sternbach, Curae Menandreae, Dissert. cl. philol. Accad. Litt. Cracoviensis 17, 1892, p. 228-24 (...)
  • 21 Voir l’analyse du gnomologium présentée par le même auteur sous le titre : Analecta Photiana, Diss (...)
  • 22 Sternbach, Curae..., cité supra n. 20, p. 228 et Analecta..., cité supra n. 21, p. 95. Voir Danezi (...)
  • 23 Sternbach, Analecta.... p. 96 s. et 119 s.
  • 24 Voir appendice (p. 479).

7L’attribution à Photius est devenue encore plus probable depuis l’édition par Sternbach d’un gnomologium, connu sous le titre d’Excerpta parisina20. Ce texte est composé de 139 citations, dont celles qui sont numérotées de 1 à 2 et de 64 à 109 proviennent, comme l’a montré l’éditeur, de Photius et, plus précisément, de l’épître du patriarche à Boris-Michel (les autres sont empruntées aux textes pseudo-isocratiques et à Stobée)21. Bien qu’il soit difficile d’admettre, comme le fait Sternbach, que Photius soit le rédacteur des Excerpta parisina22, il reste pourtant très probable, sinon certain, que le patriarche s’est servi de ce gnomologium23. Il est à cet égard caractéristique que, d’après l’enquête de Sternbach, la plupart des passages pseudo-isocratiques compris dans les Excerpta soient également présents dans la lettre de Photius à Boris-Michel, et aussi dans les Chap. Par. I. Si, après ces constatations, on élargit l’enquête menée par Sternbach, et que l’on examine l’ensemble des passages communs à la lettre de Photius et aux Chap. Par. I, on constate que la moitié d’entre eux (à savoir huit) se retrouvent dans les Excerpta parisina24.

  • 25 Comme le fait Sternbach, Analecta..., p. 96 (« ohne Reserve », souligne k. Krumbacher, BZ 2, 1893, (...)
  • 26 Pour ne citer qu’un exemple, Photius pour son Récit contre les Manichéens a plagié deux œuvres de (...)
  • 27 Photius, Lettre n° 284, éd. Laourdas, Westerink..., cité supra n. 18, t. III, Leipzig 1985, p. 4-9 (...)
  • 28 Il ne semble pas que cette question épineuse ait trouvé la solution qu’elle mérite. Voir cependant (...)

8Je n’oserais certes pas affirmer ici que l’existence de ces passages communs nous permet d’identifier, à coup sûr, Photius comme l’auteur des Chap. Par. I25. L’éventualité ne peut, toutefois, être écartée, et ce pour une raison supplémentaire. Photius, on le sait, étudiait avec une attention particulière les textes dont il disposait tout comme ceux qui lui parvenaient, par une voie ou une autre, et prenait des notes détaillées pour les employer éventuellement par la suite26. Un indice caractéristique de l’usage multiple que Photius réservait à son matériel est l’existence de longs passages communs aux Codices 229 et 230 de sa Bibliothèque et à la lettre qu’il a adressée lui-même au prince d’Arménie Aschot27. Quelle que soit la date attribuée à la rédaction de la Bibliothèque (s’agit-il d’une œuvre de jeunesse ou d’une composition datant de la vieillesse du patriarche ?), il existe, à coup sûr, un décalage chronologique entre la Bibliothèque et la lettre à Aschot28. Par conséquent, rien n’empêche de soutenir que Photius a suivi, pour la composition des Chap. Par. I, la voie qu’il avait déjà tracée, en puisant des renseignements parmi ceux qu’il avait employés auparavant dans sa lettre à Boris-Michel, et même dans les Excerpta parisina.

  • 29 Hunger, Profane Literatur..., p. 161 ; Tougher, The Reign of Leo VI..., p. 10 et 30-33.
  • 30 Voir P. Magdalino, Observations on the Nea Ekklesia of Basil I, JOB 37, 1987, p. 51-64 ; également (...)
  • 31 Voir infra, p. 475.

9La date de la rédaction des Chap. Par. I a été fixée avec une précision plus ou moins grande ; elle concorde parfaitement avec tout ce qui vient d’être développé. La mort de Constantin, fils aîné de Basile Ier (3 septembre 879), qui a ouvert à Léon la voie du trône impérial, si on la combine avec l’acrostiche de l’œuvre, donne le terminus post quem29. Il faut peut-être exclure, également, que les Chap. Par. I aient été rédigés pendant la période où Basile porta le deuil après la mort de Constantin (3 septembre 879-3 mars 880). Le terminus post quem serait alors reculé d’autant. Par ailleurs, l’inauguration de la Néa, que célébrera Photius en personne, est proche (1er mai 880)30, et cet événement, considérable pour la nouvelle dynastie, a sans doute stimulé Basile, qui œuvra alors, par le biais du patriarche, à la rédaction des Chap. Par. I. Le terminus ante quem est incontestablement le mois d’août de l’année 883, quand Basile fait emprisonner Léon à la suite du complot de Santavarènos31.

  • 32 Il en a déjà été question : voir supra, p. 471.
  • 33 Date fixée par R. J. H. Jenkins, The Chronological Accuracy of the « Logothete » for the Years A. (...)

10Les réponses aux problèmes que soulèvent les Chap. Par. II sont sensiblement différentes de celles données à son texte « frère ». En ce qui concerne la datation, l’argument majeur (à l’exception des motifs parénétiques communs aux deux textes32), provient, pour eux, de l’exhortation suivante : « Fuis les scandales. De ta propre femme, deviens un membre (= partie inhérente) ; quant à toute autre femme, il ne faut pas t’en approcher, ne fût-ce que du regard » (PG 107, col. LXB). Si cette recommandation (admonestation, peut-être) est de nature plus personnelle que générale, elle suppose que Léon est déjà marié. Comme son mariage avec sa première femme, Théophanô, se situe en l’an 88233, cette année constitue également le terminus post quem pour la composition de l’œuvre.

11On doit pourtant se demander pourquoi un second texte parénétique, du même auteur et avec le même destinataire, a été composé si peu de temps après le premier. En dépit de leur brièveté impressionnante - ils représentent approximativement le neuvième des Chap. Par. I -, les Chap. Par. II l’emportent, comme nous l’avons signalé, en ce qui concerne l’importance donnée aux conseils de caractère religieux. Il n’existe pas de similitude entre les Chap. Par. II et les modèles classiques de Fürstenspiegel, et, tout au long du texte, on met au contraire en valeur le portrait d’un prince presque dépendant de l’Église, alors que le ton, assurément élevé, qui caractérise les Chap. Par. I fait totalement défaut. Il ne serait pas exagéré d’affirmer que l’impression générale produite par les Chap. Par. II auprès du lecteur est plutôt de déception et que la composition de l’œuvre dénote une certaine hâte (phrases simplement juxtaposées, sans le moindre effort d’agencement). Cette différence d’un texte à l’autre nous amène à supposer qu’un événement s’était produit entre-temps qui aurait obligé Basile à s’adresser de nouveau à Léon, dans une perspective entièrement nouvelle.

  • 34 The Reign of Leo VI..., p. 34 s.
  • 35 Voir le témoignage de Léon lui-même dans la Vie d’Euthyme (BHG 651), éd. Patricia Karlin-Hayter, V (...)
  • 36 The Reign of Leo VI..., p. 35.
  • 37 Ibid., p. 107.

12Tougher, dans la thèse qu’il vient de consacrer à Léon VI, a essayé d’expliquer les différences entre les Chap. Par. I et les Chap. Par. II, mais aussi de rendre compte du contexte de la rédaction des Chap. Par. II, en accordant une attention privilégiée aux rapports hors mariage de Léon, déjà uni à Théophanô, avec Zôè Zaoutzaina34. On sait que, lorsque cette liaison fut découverte, Basile se comporta avec une cruauté sans précédent à l’égard de son fils et successeur au trône35 Tougher est d’avis que les Chap. Par. II illustrent le rapprochement de Basile et de Léon après ces événements36. Malgré le caractère séduisant de cette thèse, il m’est difficile d’imaginer qu’on aurait eu besoin, dans le cadre de la réconciliation de l’empereur avec son fils, de rédiger un nouveau texte parénétique, qui plus est dans un style trivial. Par ailleurs, l’éloignement de Zôè du Palais et son mariage avec Théodore Gouzouniatès (mariage imposé par Basile)37 ont contribué à l’apaisement temporaire de la crise. Quant aux phrases des Chap. Par. II - « ... de toute autre femme, il ne faut pas t’approcher, ne fût-ce que du regard » et « ne persévère pas dans un comportement indécent » (PG 107, col. LXB, LXC) -, elles pourraient être interprétées comme un écho de ces faits, mais elles sont également susceptibles d’avoir été écrites plus tard.

  • 38 Sur cette affaire, assez obscure, voir la Vie d’Euthyme..., cité supra n. 35, p. 40-53, 57-58, 159 (...)
  • 39 Jenkins, Chronological Accuracy..., cité supra n. 33, p. 102-103 ; en outre, P. Magdalino, Basil I (...)
  • 40 Voir Markopoulos, ‘‘Aπoσημειώσεις..., cité supra n. 38, p. 198-199 et 201.

13En revanche, je suis d’avis que, s’agissant des relations entre Basile et Léon, l’événement majeur des dernières années du règne de Basile fut le complot ourdi par Santavarènos pendant l’été 883. Je résume les faits : Santavarènos persuade Léon de s’armer d’un couteau, mais en même temps il prévient Basile que son fils envisage de l’assassiner. Durant une chasse, on découvre le couteau et Basile agit alors très rapidement : Léon est destitué de la fonction impériale, emprisonné, et c’est à peine s’il échappe à la punition de l’aveuglement38. La sortie de Léon de prison et sa réhabilitation ont coïncidé avec la fête du prophète Elie, saint vénéré par Basile, le 20 juillet 88639. Nombreux sont ceux qui ont contribué à sa libération, dont le patriarche Photius en personne ; nous connaissons par ailleurs, grâce aux sources, certains récits anecdotiques y faisant référence40.

  • 41 Aikaterini Christophilopoulou, Πολιτειακά ὄργανα καί κράτος δίκαίoυ στή Βυζαντινή Aὐτοκρατορία, da (...)

14De mon point de vue, les événements décrits ici sont beaucoup plus graves que l’infidélité de Léon invoquée par Tougher comme cause de la rédaction des Chap. Par. II. Par ailleurs, il y eut une suite au complot de Santavarènos, lors de la montée de Léon sur le trône en 886 : Santavarènos fut accusé à son tour de conspiration, puis flagellé, aveuglé et exilé. Longtemps après, Léon le rappela d’exil et donna l’ordre, avec magnanimité, qu’il reçoive de la Néa des revenus suffisants à une vie décente41.

15Les faits mentionnés ci-dessus conduisent, je crois, à dater les Chap. Par. II précisément de la brève période qui va de la libération de Léon (20 juillet 886) à la mort de Basile (29 août 886). En effet, un texte de caractère parénétique, comme les Chap. Par. II, pouvait certainement servir à la réconciliation des deux hommes. Les événements qui se sont produits entre-temps ont laissé, bien évidemment, leur empreinte sur la structure, comme sur le contenu et la longueur des Chap. Par. II. On pourrait, par conséquent, voir dans les Chap. Par. II le dernier acte d’une pièce, plutôt tragique, jouée dans le palais de Constantinople quelques années avant la mort de Basile. On peut également les considérer comme une sorte de testament spirituel (parakatathèkè) du fondateur de la dynastie macédonienne à son successeur, avec lequel les relations ne pouvaient pas être considérées comme particulièrement harmonieuses. C’est dans cette perspective que l’on doit considérer la formule qui clôt les Chap. Par. II, où Léon est appelé à observer les paroles et les admonestations paternelles : « ... τοῦ πατρός σου τούς λόγους ἀσφαλῶς φύλαττε οὐδείς γČρ άφθόνως διδάσκει, ὡς ὁ πατήρ, τέκνον » (PG 107, col. LXB).

  • 42 Voir appendice (p. 479).
  • 43 Photius a été obligé d’abdiquer, sous prétexte de vieillesse et de maladie, le 29 septembre 886 : (...)
  • 44 Voir G. Dagron L’Église et l’État (milieu ixe-fin xe siècle), dans J.-M. Mayeur, Ch. et Luce Pietr (...)

16La recherche sur la paternité des Chap. Par. II suppose, me semble-t-il, une approche totalement différente par rapport à celle concernant les Chap. Par. I. En effet, l’attribution de ces derniers à Photius ne s’est heurtée à aucune difficulté objective et pourrait très bien être jugée raisonnable. Le style des Chap. Par. II, en revanche, presque télégraphique, interdit les rapprochements avec d’autres œuvres, alors que (comme le montre le tableau en annexe) un parallèle avec l’épître de Photius à Boris-Michel ne peut être établi que sur deux points42. De plus, l’exhortation à s’instruire, sans aucun doute impressionnante, par laquelle commençaient les Chap. Par. I, fait défaut dans les Chap. Par. II, et il en est de même, de façon générale, de toute vertu mondaine. Enfin, la devise des Chap. Par. II, que l’on rencontre peu avant la fin de l’œuvre, est importante pour notre recherche : « ... personne n’instruit un enfant sans envie, si ce n’est son père ; en effet, tout maître, comme il est normal, envie l’élève qui arrive à le dépasser » (PG 107, col. LXB-C). Si l’on interprète ce passage littéralement et sur la base de ce que l’on sait de la culture de Léon et de son maître personnel, il est alors justifié d’émettre l’hypothèse suivante : une certaine rivalité se serait développée entre l’élève (Léon) et le maître (Photius), dont témoigneraient également les Chap. Par. II. En effet, Photius était intervenu afin que son élève soit libéré, mais sa mise à l’écart du patriarcat, immédiatement après la montée de Léon sur le trône43, semble confirmer que ce passage des Chap. Par. II fait référence, de façon allégorique, à ces rapports ambigus connus au palais. Il ne faut pas non plus oublier la volonté du nouvel empereur de faire installer sur le trône patriarcal un membre de la dynastie, son frère Etienne, afin de contrôler non seulement l’État, mais aussi l’Église44 Si l’interprétation que nous donnons du passage des Chap. Par. II est correcte, l’attribution de ce texte à Photius devrait plutôt être écartée. L’auteur inconnu des Chap. Par. II appartenait probablement, lui aussi, au milieu palatin le plus large et faisait peut-être partie du clergé. Pour la rédaction des Chap. Par. II, qui, selon toute probabilité, a été effectuée en toute hâte, il avait sans doute les Chap. Par. I sous les yeux, en a enlevé tout ce qui rappelait, d’après lui, le rédacteur des Chap. Par. I et fait les ajouts qu’exigeaient les nouvelles circonstances.

  • 45 Les contributions de Čičurov ont été citées supra, n. 2 et n. 5.

17Les Chap. Par. I comportent, vu leur étendue et leur contenu, certains éléments de réflexion politique dont la recherche contemporaine s’est préoccupée. Déjà Cicurov, dans une série d’études publiées ces dernières années, a soutenu que les Chap. Par. I témoignent d’un renouvellement de contenu par rapport aux textes plus anciens de ce genre, qu’ils mettent en valeur, pour l’essentiel, des vertus comme la culture, la justice, l’observance fidèle des lois et l’amitié, alors que les capacités militaires du prince sont reléguées au second plan45. Il n’y a pas de doute que, à la première lecture, l’importance accordée à la culture et au travail oratoire stylisé - on n’y insiste pas sur la justice, bien qu’elle fasse partie des vertus typiques mises en valeur dans les Fürstenspiegel - fait impression.

  • 46 Dion Chrysostome, Sur la Royauté, n° IV, éd. H. Von Arnim, Dionis Prusaensis quem vocant Chrysosto (...)
  • 47 Synésios De Cyrène, Sur la Royauté, éd. N. Terzaghi, Synesii Cyrenensis opuscula, Rome 1944, 29, p (...)
  • 48 Čičurov, Političeskaja ideologija..., p. 97 s.
  • 49 Dion Chrysostome, Sur la Royauté, n° III, éd. Von Arnim, cité supra n. 46, 113, p. 53,15-18.
  • 50 Voir T. Hägg, Photios als Vermittler antiker Literatur, Uppsala 1975 (Studia Graeca Up-saliensia 8 (...)
  • 51 A. Schminck, « Frömmigkeit ziere das Werk », Subseciva Groningana 3, 1989, p. 86 s. ; Tougher, The (...)
  • 52 Voir surtout G. Moravcsik, Sagen und Legenden über Kaiser Basileios I., DOP 16, 1962, p. 61-126 ; (...)
  • 53 G. Dagron, Constantinople imaginaire, Paris 1984 (Bibliothèque Byzantine. Études 8), p. 269 et n. (...)
  • 54 Voir C. Mango, The Legend of Leo the Wise, ZRV1 6, 1960, p. 68 n. 39 (= Byzantium and its Image... (...)
  • 55 « ...άλλ’ ἔσο μακρόθυμος... σεμνòς δὲ τò ᾖθος, πραΰς δέ τῷ λόγω ἥμερος δέ καì ὁμι-λητικòς τòν τρόπ (...)
  • 56 « ... γενοῦ ἐκάστω ἥπιος καλῶς ἀγομένω... γλυκὺς τοῖς ἀνθρώποις.... » (PG 107, col. -LXA) ; « ...εἰ (...)

18Mon objection à la thèse de Čičurov porte sur le point suivant : la culture a beau être mise en relief dans le premier paragraphe des Chap. Par. I, impressionnant ainsi le lecteur, cela ne signifie pas qu’elle fasse défaut dans les autres textes parénétiques qui constituent des modèles du genre. La citation du quatrième discours de Dion Chrysostome Sur la Royauté est caractéristique à cet égard46 ; il en va de même du passage correspondant dans l’œuvre homonyme de Synésios de Cyrène47. Il est donc difficile de parler d’un retour de la culture parmi les vertus impériales48, la tradition étant de toujours respecter le modèle. La même remarque vaut pour le conseil des Chap. Par. I sur la préférence à accorder aux amis sur la parenté (chap. 12, p. 53, 21-30), préférence que Dion analyse également de façon exemplaire49. De plus, si Photius est le véritable rédacteur des Chap. Par. I, la présence de Dion en arrière-plan des Chap. Par. I peut être interprétée plus correctement, puisque celui-ci faisait partie des auteurs que le patriarche connaissait si bien qu’il leur réserva un traitement tout à fait privilégié dans sa Bibliothèque50. Pour revenir toutefois aux sujets relatifs à la culture, leur mise en valeur dans les Chap. Par. I s’accorde à la création par la dynastie macédonienne de l’image de Léon le Sage avec Salomon pour modèle51. En effet, si Basile a été présenté, de son vivant, comme le nouveau David (les témoignages sont abondants et certains sont même liés à Photius)52, la continuité de la dynastie avec Léon, son successeur, présenté comme le nouveau Salomon, est en parfaite harmonie avec l’idéologie de la dynastie. Le Psaume 71, qui s’adresse à Salomon, est largement employé par ceux qui font l’éloge de la dynastie, et l’on avait même placé dans les fondations de la Néa une statue en bois représentant le chef d’Israël53. D’autre part, Salomon est, bien sûr, sage, comme Léon de son vivant54, mais aussi charitable et pacifique, comme on le montre tant dans les Chap. Par. I55 que dans les Chap. Par. II56. Il se peut que la charité et l’amour de la paix soient les vertus typiques d’un Fürstenspiegel byzantin ; leur association à l’image du monarque-modèle qu’est Léon confère à ces vertus une dimension qui n’est pas formelle, mais essentielle. Ceci explique qu’en même temps on évite de mentionner les éventuelles vertus militaires de la personne louée, comme dans les deux textes parénétiques. Enfin, la mention explicite que font les Chap. Par. I des écrits de Salomon, auxquels, par ailleurs, le texte fait référence, renvoie à l’image de Léon auteur, tel qu’il était considéré à l’époque.

19En conclusion, je dirais que les Chapitres parénétiques de Basile Ier constituent un texte à caractère dynastique extrêmement prononcé dont la composition est principalement due aux ambitions élevées de la dynastie macédonienne. Il est incontestable que les assises de l’encômion dynastique des Macédoniens ont été posées dès l’époque du fondateur de la nouvelle dynastie, lorsque la combinaison des vertus classiques du Fürstenspiegel avec les modèles bibliques et les objectifs de la dynastie a créé un nouveau modèle. Et, si l’on en juge par la façon dont Constantin Porphyrogénète loue Basile Ier au milieu du Xe siècle, il semblerait que ce nouveau modèle ait eu du succès.

20A Study of the Connections between Text and Images, DOP 16, 1962, p. 195-228 ; ici p. 222 (= Etudes Byzantines et Arméniennes, Louvain 1973 [Bibliothèque Arménienne de la Fonda-tion C. Gulbenkian], p. 77-107) ; Magdalino, Observations on the Nea Ekklesia..., cité supra n. 30, p. 55 et 58 ; H. Maguire, The Art of Comparing in Byzantium, Art Bulletin 70, 1988, p. 88-93 ; E. Anagnostakis, TO επεισόδιο της Δανιηλίδας, dans καθημερινή ζωή στό Βυζάντιο, Athènes 1989, p. 389-390 ; A. Markopoulos, An Anonymous Laudatory Poem in Honor of Basil I, Homo Byzantinus. Papers in Honor of Alexander Kazhdan (= DOP 46, 1992), éd. A. Cutler, s. Franklin, p. 225-232 ; ID., Constantine the Great in Macedonian historiography : models and approaches, New Constantines..., éd. Magdalino, cité supra n. 9, p. 161-162 ; aussi Tougher, The Reign of Leo VI..., p. 97-99 et 101s.

Passages similaires figurant dans la Lettre de Photius à Boris-Michel, les Chap. Par. I et II et les Excerpta parisina.

Bibliographie

ADDENDUM

La thèse de Tougher, citée supra p. 470 n. 5, vient d’être publiée sous le titre : The Reign of Leo VI (886-912). Politics and People, Leyde-New York-Cologne 1997. L’auteur (p. 60) accepte la datation des Chap. par. II proposée ici.

Notes

1 Exposé d’ensemble dans H. Hunger, Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, t. I, Munich 1978 (Byzantinisches Handbuch in Rahmen des Handbuchs der Altertums-wissenchaft 5/1), p. 120-132.

2 Voir Hunger, Profane Literatur..., p. 157-165, avec d’importantes observations sur le problème en question. Également : W. Blum, Byzantinische Fürstenspiegel, Stuttgart 1981 (Bi-bliothek der griechischen Literatur 14), p. 1-58 (introduction qui appelle des réserves) ; I. Cičurov, Gesetz und Gerechtigkeit in der byzantinischen Fürstenspiegeln des 6.-9. Jahrhunderts, Cupido legum, éd. L. Burgmann, Marie-Theres Fögen, A. Schminck, Francfort 1985, p. 33-45 et surtout G. Prinzing, Beobachtungen zu « integrierten » Fiirstenspiegeln der Byzantiner, JOB 38, 1988, p. 1-31. Voir aussi infra, n. 5.

3 Distinction ignorée toutefois par P. Hadot, Fürstenspiegel, RAC 8, 1972, col. 555-632 ; voir Hunger, Profane Literatur..., p. 157.

4 Ibid., p. 157-158. Très utile sur ce point l’article de T. Nissen, Historisches Epos und Panegyrikos in der Spätantike, Hernies 75, 1940, p. 298-325.

5 Voir Hunger, Profane Literatur..., p. 160-161. Aussi : Blum, Byzantinische Fürstenspiegel..., cité supra n. 2, p. 39-41 ; A. Kazhdan, The Aristocracy and the Imperial Ideal, The Byzantine Aristocracy IX to XIII Centuries, ed. M. Angold, Oxford 1984 (BAR Intern. Series 221), p. 43-57 ; Cicurov, Gesetz und Gerechtigkeit..., cité supra n. 2, p. 40-45 ; ID„ Tradicija i novatorstvo ν političeskoj mysli Vizantii konca IX v. (Mesto « Poučitel’nyh glav » Vasilija I ν istorii žanra),VV 47, 1986, p. 95-100 ; G. Danezis, Spaneas : Vorlage, Quellen, Versionen, Munich 1987 (Misc. Byzantina Monacensia 31), p. 32 s., avec une importante bibliographie ; Prinzing, Beobachtungen..., cité supra n. 2, p. 14-15, 27 s. ; P. A. Agapitos, Ή εἰκόνα τοῦ αὐτοκράτορα Βασιλείου A’ στή φιλομακεδονική γραμματεία 867-959, Hell 40, 1989, ρ. 285-322 ; ici ρ. 311-312 ; I. Cicurov, Teorija i praktika vizantijskoj imperatorskoj propa-gandy (poučenija Vasilija I i epitafija L’va VI),VV 50, 1989, p. 106-115 ; ID., Politiceskaja ideologija srednevekov’ja. Vizantija i Rus’, Moscou 1990, passim mais surtout p. 67-107 ; S. F. Tougher, The Reign of Leo VI (886-912). Personal Relationships and Political Ideologies, Thèse de doctorat/Université de St Andrews 1993, p. 30-35 et 99-103 (je voudrais exprimer ici toute ma gratitude à l’auteur, qui a bien voulu m’envoyer une photocopie de sa thèse, encore inédite) ; G. Dagron, Lawful Society and Legitimate Power :῍Έννομος πολιτεία, ἔννομος ἀρχή, Law and Society in Byzantium : Ninth-Twelfth Centuries, ed. Angeliki E. Laiou, D. Simon, Dumbarton Oaks 1994, p. 29-33.

6 Voir infra, p. 472.

7 Hunger, Profane Literatur..., p. 158.

8 Βασίλειος έν Χριστῷ βασιλεὺς "Ρωμαίων Λέοντι τω πεποθημένῳ υίῷ καὶ συμϐασιλεῖ. Texte : Κ. Emminger, Studien zu den griechischen Fiirstenspiegeln. III. Βασιλείου κεφάλαια παραινετικά, Programm des K. Luitpold-Gymnasiums, Munich 1912-1913, p. 23-49 (introduction) et 50-73 (texte).

9 Parmi les manuels, K. Krumbacher, Geschichte der hyzantinischen Litteratur, Munich 18972, p. 457-458, fait une très brève mention du texte en question, tandis que Hunger le passe sous silence. Parmi les autres chercheurs déjà mentionnés, seuls Čičurov, Politiceskaja ideologija..., cité supra n. 5, p. 67 s. et surtout Tougher, The Reign of Leo VI..., cité supra n. 5, p. 35, 99 s., s’intéressent à l’œuvre. Voir aussi, en dernier lieu, S. F. Tougher, The wisdom of Leo VI, New Constantines, ed. P. Magdalino, Aldershot 1994, p. 176.

10 Texte : PG 107, col. LVII-LX. Il faut noter que les Chap. Par. II présentent un texte continu et ne sont pas divisés en chapitres comme leur texte « frère » ; sur ce point, voir Hunger, Profane Literatur..., p. 158-159.

11 Sur ce sujet, voir infra, p. 471.

12 Voir, en outre, Hunger, Profane Literatur..., p. 159-161 et Kazhdan, The Aristocracy..., cité supra n. 5, p. 43 et 53 ; très utile aussi Cicurov, Politiceskaja ideologija..., p. 68-69.

13 Voir infra, p. 478 et n. 56.

14 Kazhdan, The Aristocracy..., p. 43.

15 Voir infra, p. 477-478.

16 Voir infra, p. 478 et n. 56. L’analyse des Chap. Par. II montre que l’influence de la religion sur l’idéologie impériale reste importante ; l’opinion contraire de Čičurov, Politieskaja ideologija..., p. 80-81, est fondée sur les Chap. Par. I seulement.

17 « ῍Έλαϐες έκ Θεοῦ βασιλείαν, φΰλαξον αυτήν ώς παρακαταθήκην άσυλον » : chap. 10, ρ. 53, 3-4. Sur le motif έκ θεοϋ βασιλεία-ἔννομος βασιλεία, voir Dagron, Lawful Society..., cité supra n. 5, p. 31-32 et n. 19, où l’auteur souligne à juste titre l’origine hellénis-tique de l’expression.

18 Voir Photius, Lettre n° 1, éd. B. Laourdas, L. G. Westerink, Photius, Epistulae et Amphilochia, 1.1, Leipzig 1983, p. 1-39 (avec la notice, importante pour notre recherche, de Westerink, ibid., p. 1-2). Déjà Krumbacher, Geschichte..., cité supra n. 9, p. 458, pensait qu’il fallait chercher l’auteur dans l’entourage de Basile, sans exclure pour autant Photius. Émminger, Studien..., cité supra n. 8, p. 48-49, plus réservé, inclinait pour une personnalité de la cour et restait plutôt sceptique à l’égard d’une attribution à Photius ; cette opinion a été acceptée par Hunger, Profane Literatur..., p. 158 et 160 et D. Simon, Princeps legibus solutus, Gedächtnisschrift für Wolfgang Kunkel, éd. D. Nörr, D. Simon, Francfort 1984, p. 480-481 et n. 106. I. Dujčev, Au lendemain de la conversion du peuple bulgare, Mélanges de Science Religieuse 7, 1951, p. 211-226, notamment p. 214 ( = Medioevo Bizantino-Slavo, t. I, Rome 1965, p. 107-123 et 548), I. ŠEVČENKO, A Neglected Byzantine Source of Muscovite Political Ideology, Harvard Slavic Studies 2, 1954, p. 141-179, notamment p. 163-164 (= Byzantium and the Slavs in Letters and Culture, Cambridge (Mass.)-Naples 1991, VI) et Agapetus East and West : the Fate of a Byzantine « Mirror of Princes », RÉSEE 16, 1978, p. 3-44, notamment 5 s. (= Ideology, Letters and Culture in the Byzantine World, Londres 1982, III), ainsi que TOUGHER, The Reign of Leo VI..., p. 10, se montrent favorables à l’attribution de l’œuvre à Photius. D’après Cičurov, Politiceskaja ideologija..., p. 86 et n. 34, les Chap. Par. I auraient été rédigés par un homme qui avait la culture de Photius, mais la participation de Basile Ier à la rédaction de l’œuvre serait capitale. Plus récemment, P. Odorico, La lettre de Photius à Boris de Bulgarie, Byzantium and its Neighbours (=BSl. 54, 1993), éd. V. Va-vrínek, p. 86, paraît réservé envers l’attribution à Photius. Seul Kazhdan, The Aristocracy..., p. 43, ne se préoccupe pas de la paternité du texte, en raison de sa conviction, sans doute excessive, qu’on ne saurait refuser la tradition manuscrite. Cf. aussi Agapitos, Ή ει-κόνα..., cité supra n. 5, p. 312 et n. 129.

19 Voir appendice (p. 479).

20 L. Sternbach, Curae Menandreae, Dissert. cl. philol. Accad. Litt. Cracoviensis 17, 1892, p. 228-245 ; voir aussi Danezis, Spaneas..., cité supra n. 5, p. 33 s.

21 Voir l’analyse du gnomologium présentée par le même auteur sous le titre : Analecta Photiana, Dissert. cl. philol. Accad. Litt. Cracoviensis 20, 1893, p. 83-124.

22 Sternbach, Curae..., cité supra n. 20, p. 228 et Analecta..., cité supra n. 21, p. 95. Voir Danezis, Spaneas..., p. 34 et n. 56.

23 Sternbach, Analecta.... p. 96 s. et 119 s.

24 Voir appendice (p. 479).

25 Comme le fait Sternbach, Analecta..., p. 96 (« ohne Reserve », souligne k. Krumbacher, BZ 2, 1893, p. 341).

26 Pour ne citer qu’un exemple, Photius pour son Récit contre les Manichéens a plagié deux œuvres de Pierre de Sicile, l’Histoire des Pauliciens et le Précis sur les Pauliciens ; voir P. Lemerle, L’histoire des Pauliciens d’Asie Mineure d’après les sources grecques, TM 5, 1973, p. 44 s. Cf. aussi Odorico, La lettre de Photius..., cité supra n. 18, p. 84.

27 Photius, Lettre n° 284, éd. Laourdas, Westerink..., cité supra n. 18, t. III, Leipzig 1985, p. 4-97 (V. Grumel, J. Darrouzès, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople, vol. I, fasc. II-III, Paris 19892, n°540a) ; voir A. Markopoulos, Νέα στοιχεῖα γιά τή χρονολόγηση της « Βιϐλιοθήκης » τοῦ Φωτίου, Σύμμεικτα 7, 1987, ρ. 175 s.

28 Il ne semble pas que cette question épineuse ait trouvé la solution qu’elle mérite. Voir cependant Hélène Ahrweiler, Sur la carrière de Photius avant son patriarcat, BZ 58, 1965, p. 348-355, K. Tsantsanoglou, Τό Λεξικό τοϋ Φωτίου, Thessalonique 1967 (Hell. 17), p. 11-35 ; P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin, Paris 1971 (Bibliothèque Byzantine. Études 6), p. 37-42 et 179-181 ; C. Mango, The Availability of Books in the Byzantine Empire, A. D. 750-850, Byzantine Books and Bookmen, Dumbarton Oaks 1975, p. 40 et 42-43 (=Byzantium and its Image, Londres 1984, VII) et W. T. Treadgold, The Nature of the Bibliotheca of Photius, Dumbarton Oaks 1980 (Dumbarton Oaks Studies 18), p. 16-36 ; voir aussi Markopoulos, Νέα στοιχεῖα..., cité supra n. 27, p. 177-178.

29 Hunger, Profane Literatur..., p. 161 ; Tougher, The Reign of Leo VI..., p. 10 et 30-33.

30 Voir P. Magdalino, Observations on the Nea Ekklesia of Basil I, JOB 37, 1987, p. 51-64 ; également Constantina Mentzou-Meimari, Ο αυτοκράτωρ Βασίλειος A’ και η Νέα Εκκλησία, Βνζαντιακά 13, 1993, ρ. 47-94.

31 Voir infra, p. 475.

32 Il en a déjà été question : voir supra, p. 471.

33 Date fixée par R. J. H. Jenkins, The Chronological Accuracy of the « Logothete » for the Years A. D. 867-913, DOP 19, 1965, p. 101 (= Studies on Byzantine History of the 9th and 10th Centuries, Londres 1970, III) ; voir TOUGHER, The Reign of Leo VI..., p. 107 et n. 19.

34 The Reign of Leo VI..., p. 34 s.

35 Voir le témoignage de Léon lui-même dans la Vie d’Euthyme (BHG 651), éd. Patricia Karlin-Hayter, Vita Euthymii patriarchae CP., Bruxelles 1970 (Bibliothèque de Byzantion 3), p. 41.

36 The Reign of Leo VI..., p. 35.

37 Ibid., p. 107.

38 Sur cette affaire, assez obscure, voir la Vie d’Euthyme..., cité supra n. 35, p. 40-53, 57-58, 159 ; aussi Vassiliki Vlyssidou, ‘Εξωτερική πολιτική καί ἐσωτερικές ἀντιδράσεις τήν ἐποχή τοῦ Βασιλείου A’ Athènes 1991, p. 171-176 ; Tougher, The Reign of Leo VI..., p. 35-38 ; A. Markopoulos, Άποσημειώσεις στóν Λέοντα ΣΤ’ τόν Σοφό, dans Θυμίαμα στη μνήμη της Λασκαρίνας Μπούρα, t. I, Athènes 1994, p. 193-201 ; ici p. 198-201.

39 Jenkins, Chronological Accuracy..., cité supra n. 33, p. 102-103 ; en outre, P. Magdalino, Basil I, Leo VI, and the Feast of the Prophet Elijah, JOB 38, 1988, p. 193-196 et Mentzou-Meimari, O αυτοκράτωρ Βασίλειος..., cité supra n. 30, p. 49-57. Voir l’observation de Patricia Karlin-Hayter, L’enjeu d’une rumeur. Opinion et imaginaire à Byzance au ixe s., JOB 41, 1991, p. 85-111 ; ici p. 102.

40 Voir Markopoulos, ‘‘Aπoσημειώσεις..., cité supra n. 38, p. 198-199 et 201.

41 Aikaterini Christophilopoulou, Πολιτειακά ὄργανα καί κράτος δίκαίoυ στή Βυζαντινή Aὐτοκρατορία, dans ‘Άφιέρωμα στόν Νίκο Σϐορῶνο, t. I, Rethymno 1986, p. 203-204 ; Vlyssidou, ‘Eξωτερική πολιτική..., cité supra n. 38, p. 171-176 ; Tougher, The Reign of Leo VI..., p. 48-52.

42 Voir appendice (p. 479).

43 Photius a été obligé d’abdiquer, sous prétexte de vieillesse et de maladie, le 29 septembre 886 : voir Grumel, Darrouzès, Regestes cité supra n. 27, n°589.

44 Voir G. Dagron L’Église et l’État (milieu ixe-fin xe siècle), dans J.-M. Mayeur, Ch. et Luce Pietri, A. Vauchez, M. Venard, Histoire du christianisme, t. IV, Évêques, moines et empereurs (610-1054), Paris 1993, p. 186 s.

45 Les contributions de Čičurov ont été citées supra, n. 2 et n. 5.

46 Dion Chrysostome, Sur la Royauté, n° IV, éd. H. Von Arnim, Dionis Prusaensis quem vocant Chrysostomum quae exstant omnia, 1.1, Berlin 1893 (réimpr. 1962), 29-31, p. 60,30-61,17.

47 Synésios De Cyrène, Sur la Royauté, éd. N. Terzaghi, Synesii Cyrenensis opuscula, Rome 1944, 29, p. 60,17-62,12.

48 Čičurov, Političeskaja ideologija..., p. 97 s.

49 Dion Chrysostome, Sur la Royauté, n° III, éd. Von Arnim, cité supra n. 46, 113, p. 53,15-18.

50 Voir T. Hägg, Photios als Vermittler antiker Literatur, Uppsala 1975 (Studia Graeca Up-saliensia 8), p. 160-183 ; aussi A. Brancacci, Rhetorike philosophousa. Dione Crisostomo nella cultura antica e bizantina, Naples 1985 (Elenchos 11), p. 201-228. Un récent aperçu critique de la bibliographie sur Dion a été présenté par B. F. Harris, Dio of Prusa : a Survey of Recent Work, Aufstieg und Niedergang der römischen Welt, t. II, Principal, 33 /5, Berlin-New York 1991, p. 3853-3881.

51 A. Schminck, « Frömmigkeit ziere das Werk », Subseciva Groningana 3, 1989, p. 86 s. ; Tougher, The wisdom of Leo VI..., cité supra n. 9, p. 174 s. ; ID., The Reign of Leo VI..., p. 95 s. et 101 s.

52 Voir surtout G. Moravcsik, Sagen und Legenden über Kaiser Basileios I., DOP 16, 1962, p. 61-126 ; ici p. 69-70 (= Studia Byzantina, Amsterdam 1967, p. 147-220) ; Sirarpie Der Nersessian, The Illustration of the Homilies of Gregory of Nazianzus : Paris Gr. 510.

53 G. Dagron, Constantinople imaginaire, Paris 1984 (Bibliothèque Byzantine. Études 8), p. 269 et n. 31 et p. 303 ; Anna D. Kartsonis, Anastasis. The Making of an Image, Princeton 1986, p. 191-200 ; Catherine Jolivet-Lévy, L’image du pouvoir dans l’art byzantin à l’époque de la dynastie macédonienne, Byz. 57, 1987, p. 460 s., 462 s. ; Magdalino, Observations on the Nea Ekklesia..., p. 58 et n. 42.

54 Voir C. Mango, The Legend of Leo the Wise, ZRV1 6, 1960, p. 68 n. 39 (= Byzantium and its Image..., cité supra n. 28, XVI) ; Markopoulos, Άποσημειώσεις..., cité supra n. 38, p. 193-194 ; Tougher, The wisdom of Leo VI..., p. 174-179 et surtout The Reign of Leo VI..., D. 84 s.

55 « ...άλλ’ ἔσο μακρόθυμος... σεμνòς δὲ τò ᾖθος, πραΰς δέ τῷ λόγω ἥμερος δέ καì ὁμι-λητικòς τòν τρόπον... » (chap. 28, ρ. 59,23-25) ; « ...μακάριον σεαυτòν καì κόπου ἀποδεί-ξεις, εί τά μαχόμενα σπεύσης εἰρηνοποιεῖν καì πᾶσαν ἔχθραν καì πᾶσαν ἔριν τῆς πολιτείας ἐξόρíσης.... » (chap. 47, p. 67,5-7).

56 « ... γενοῦ ἐκάστω ἥπιος καλῶς ἀγομένω... γλυκὺς τοῖς ἀνθρώποις.... » (PG 107, col. -LXA) ; « ...εἰρήνην ἀγάπα » (PG 107, col. LXB).

Table des illustrations

Légende Passages similaires figurant dans la Lettre de Photius à Boris-Michel, les Chap. Par. I et II et les Excerpta parisina.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 755k

Auteur

Université de Crète

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search