Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

De la mer Égée à l’archipel : quelques remarques sur l’histoire insulaire égéenne

Chryssa A. Maltezou

Texte intégral

  • 1 ut illic magis aestimes esse Cycladas... : Magni Aurelii Cassiodori Variarum libri XII, cura et s (...)
  • 2 P. Lemerle, Le monde égéen entre l’antiquité et les temps modernes : quelques remarques sur l’insu (...)

1Selon la première description connue de la lagune vénitienne, contenue dans la lettre célèbre de Cassiodore, adressée en 537-538 aux tribuns maritimes, la région des Vénéties, parsemée d’îles, ressemblait aux Cyclades. « Ici », écrit dans sa lettre le puissant préfet du prétoire, « votre maison est faite comme celle des oiseaux aquatiques, car ce qui maintenant est terre, parfois paraît île, au point que l’on croit tout à fait être aux Cyclades là où brusquement l’on revoit, inchangé, l’aspect des lieux1 » Aux siècles suivants, les descendants de ces populations lagunaires ont réussi, au fil de péripéties historiques, à créer la Sérénissime République de Venise, l’une des grandes puissances économiques médiévales d’Occident. Bénéficiant ensuite de la pseudo-croisade de 1204, les Vénitiens ont occupé « le quart et demi » des territoires byzantins et se sont installés dans la plupart des îles de l’Égée. Ainsi, par une bizarrerie de l’histoire, les habitants de la ville de Saint-Marc sont devenus maîtres des Cyclades, de ces îles dont le paysage, au dire de Cassiodore, ressemblait à leur lagune. Toutefois, pour désigner l’empire colonial de Venise instauré dans l’Égée, les documents vénitiens emploient paradoxalement, au lieu du nom grec Aigaion Pelagos, celui de l’Arcipelago, qui devient dorénavant familier aux navigateurs et en général à tous les Occidentaux. Cette appellation, qui découle de l’installation vénitienne en Orient, marque une première rupture dans le monde insulaire égéen2. Mais, s’il est aisé de définir l’Arcipelago en tant que réalité géographique, l’origine du mot et l’évolution de sa signification demandent en revanche à être déterminées.

  • 3 Exposé historique dans J. K. Fotheringham, Marco Sanudo, Conqueror of the Archipelago, Oxford 1915 (...)

2Rappelons d’abord le cadre historique : conformément à la Partitio imperii Romaniae, les îles de la mer Égée avaient presque toutes été attribuées soit à l’empereur latin soit aux Croisés. La portion échue à Venise comportait Andros, Égine, Salamine et une partie de Négrepont. Pourtant, ceux qui se considéraient comme maîtres des îles n’avaient pas les moyens de procéder à leur occupation. Engagée dans d’autres entreprises, Venise autorisa alors, avec le consentement de l’empereur, ses citoyens qui en auraient les moyens à en entreprendre la conquête. Une fois conquises, les îles constitueraient des fiefs héréditaires sous la suzeraineté de l’empereur. Marco Sanudo semble avoir été le chef de cette expédition. En tout cas, à la tête d’une flotte armée il conquit à ses propres frais plusieurs îles, parmi lesquelles l’île de Naxos, au centre des Cyclades, Melos, Paros, Siphnos, Kythnos et Syros. Les autres îles furent de même partagées entre ses compagnons. Vassal de l’empereur qui l’investit de ses biens, Sanudo devint à son tour suzerain des autres conquérants. Marino Dandolo qui occupa Andros reçut alors l’île en fief de Marco Sanudo, auquel il fit hommage de sa conquête. Sanudo prit le titre de duc et, comme tel, gouverna ses possessions pendant une vingtaine d’années3. C’est ainsi qu’un duché latin fut créé en Méditerranée orientale, dans le bassin bleu qui dans la mythologie grecque portait le nom du roi d’Athènes, Égée, père de Thésée ; le lac byzantin de l’Égée devint alors l’Archipel latin.

  • 4 non solamente si dava titolo di duca di quell’isola ma per reputation se appellava duca dell’Arci (...)
  • 5 K. Hopf, G. B. Sardagna, Dissertazione documentata sulla storia di Karystos nell’isola di Negrepon (...)
  • 6 Éd. Ch. Hopf, Chroniques grécoromanes..., Berlin 1873, p. 99-100 (nous disposons maintenant d’une (...)

3La chronique de Daniele Barbaro nous fournit des renseignements très utiles sur le duché fondé par Sanudo. Écrivain officiel de Venise en 1512-1515, Barbara écrit que Sanudo non seulement s’attribua le titre de duc de Naxos, mais « par réputation », en tant que chef « d’une certaine manière » des conquérants, s’intitula duc de l’Arcipelago4. Les sources contemporaines de Sanudo ne confirment toutefois pas cette information. Dans les documents du xiiie s., les possessions des Sanudo figurent comme ducatus Nicoxie et Andre. Marco II Sanudo s’intitule duchatus Nicoxie et Andre dominator ou dux Nechesie et dominator Andre5. Même l’auteur de l’Istoria di Romania, Marin Sanudo Torsello, quand il parle au début du xive s. d’Angelo et de Marco Sanudo, leur donne le titre de duca di Nicosia e Andre, tandis qu’il se réfère en général à la signoria di Nicosia e Andre6. Il est clair d’après ces indications que les premiers Sanudo s’intitulaient ducs de Naxos et non pas ducs de l’Archipel.

  • 7 Sur l’activité de Sanudo en Crète voir Fotheringham, Marco Sanudo, p. 81-103 ; St. Xanthoudidis, Ή (...)
  • 8 g. L. Tafel, g. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig (...)

4La question de l’apparition du titre de duc de Naxos mérite de retenir notre attention. Notons tout de suite que Marco Ier Sanudo participa à l’une des insurrections Crétoises contre Venise et que son intervention dans les affaires de Crète n’est probablement pas sans rapport avec l’usage du titre de duc. Voici le récit de l’activité de Sanudo en Crète : à l’envoi par Venise des premiers colons militaires dans l’île, les Crétois répondirent par une violente révolte qui éclata en 1212, conduite par la famille archontale des Haghiostéfanitès. Le duc de Crète, Giacomo Tiepolo, appela alors à la rescousse Marco Sanudo, à qui il promit trente domaines (castellanie). Sanudo réduisit très vite les rebelles crétois, mais comme Tiepolo avait oublié sa promesse, il occupa Candie, devenant dominator e chapitanio de l’île. C’est ainsi qu’éclata la guerre entre les deux Vénitiens, Tiepolo et Sanudo. Le succès de ce dernier fut de courte durée. Après avoir reconstitué ses forces, Tiepolo réussit à reprendre Candie et Sanudo fut finalement contraint d’évacuer l’île, encore qu’à des conditions avantageuses pour lui. En vertu du traité conclu entre Giacomo Tiepolo et Marco Sanudo à la fin de 1212 ou au début de 1213, outre les moyens de transport, les 1 500 hyperpères, les 3 000 mesures de blé et les 2 000 d’orge accordés à Sanudo, vingt archontes crétois auraient le droit de suivre ce dernier et de s’établir à Naxos7. Or, dans le texte du traité, si Tiepolo est mentionné comme dominus duca (c’est-à-dire di Candia), Sanudo apparaît tout simplement comme dominus8. Autrement dit, si Sanudo s’était intitulé à l’époque duc de Naxos, dans le texte officiel du traité le titre ducal aurait dû accompagner son nom. On peut donc supposer que Marco Sanudo se nomma duc de Naxos après l’affaire de Crète, quand il rentra dans son île. En effet, ce titre augmentait son prestige et le mettait surtout sur un pied d’égalité avec son ex-ennemi, le duc de Candie, Giacomo Tiepolo.

  • 9 Papadopoulou, Ή « Istoria » (cité supra n. 6), en se fondant sur le récit de Villehardouin qui fai (...)
  • 10 Andreae Danduli Chronicon, Mediolani 1728 (Rerum Italicarum Scriptores 12), col. 337.
  • 11 Sur le problème du ressort géographique du thème de la Mer Égée, ainsi que sur la définition géogr (...)
  • 12 Éd. W. Norden, Das Papsttum und Byzanz, Berlin 1903, p. 759-760.
  • 13 Tafel - Thomas, Urkunden (cité supra n. 8), 3, Vienne 1857, p. 68 ; MM, 3, p. 78.
  • 14 Tafel - Thomas, Urkunden, 3, p. 80.
  • 15 Ibid., p. 96.
  • 16 Ibid., p. 252 ; cf. G. Morgan, The Venetian Claims Commission of 1278, BZ 69, 1976, p. 430 ; à cor (...)
  • 17 K. Hopf, Veneto-Byzantinische Analekten, Vienne 1856, p. 162, 163.

5Le titre de dux Aegeopelagi (Egeopelagi) porté par les seigneurs latins des îles égéennes ne figure pas dans les documents avant le xive s9. D’ailleurs, dans sa chronique datée du xive s., le doge humaniste Andrea Dandolo, relatant les événements de la révolte Crétoise de 1212, donne a posteriori à Sanudo le titre de duchas Aegeopelagi10. Certes, la mention de la mer Égée dans les documents vénitiens ne désigne pas l’actuelle mer Égée. Pas plus qu’elle ne désigne l’ancien thème de la Mer Égée ; elle recouvre, du moins d’après ce que suggèrent les sources, les Cyclades actuelles11. Essayons de faire le point sur les sources en question. Examinons d’abord le document daté de l’an 1260 concernant la proposition émise par Venise d’un plan de défense de Constantinople par tous les seigneurs latins de Romanie. Ce plan prévoyait le stationnement d’une garnison de mille hommes d’armes à Constantinople grâce à la contribution des Latins de Romanie. Étaient invités à prendre part à cette société les barons de Morée, le seigneur d’Athènes, les terciers de l’Eubée, ceux de Crète, le « mégaduc » de Lemnos, Angelo Sanudo, le comte de Céphalonie et cum ceteris aliis de Agiopelago12. Soulignons que le successeur de Marco Sanudo, Angelo, figure dans le document sans avoir le titre de duc de Naxos et que les seigneurs des autres îles, évidemment des Cyclades, apparaissent comme alii de Agiopelago, vraisemblablement par altération de Aegeon Pelagos. Quelques années plus tard, les Vénitiens entamèrent des négociations avec l’empereur Michel Paléologue, afin de conclure une trêve. Dans le texte grec de l’accord du 18 juin 1265 (non ratifié par le doge), on peut lire la disposition concernant les possessions vénitiennes en Crète, en Morée, à Négrepont, ainsi que dans les îles de la mer Égée. Ces dernières figurent comme τά νησία τοῦ Αιγαίου πελάγους13. Dans le texte latin de l’accord les îles sont mentionnées comme insulae Egeopelagi ou Agiopelagi14. En revanche, dans la trêve vénétobyzantine de 1268, qui admettait la présence des Vénitiens dans la mer Égée, les îles sont désignées non comme îles de la mer Égée, mais comme îles de l’Archipel : de insulis de Arcipelago15. Il s’agit indubitablement du nom Aegeopelago qui apparaît sous une forme corrompue. De même, on rencontre le nom Anzopelago dans le fameux texte de 1278 qui contient les décisions prises par les juges vénitiens au sujet des actes de pirates byzantins. On y lit que l’acte de piraterie, commis par les « hommes de l’empereur » Johannes Delcavo et Bulgarino, a eu lieu dans la mer, précisément dans le passage de Crete ad Nichisiam...(= Naxos) in Anzopelago in le aque de Santo Vrino (= Herino)16. Il n’est pas sans intérêt de noter que les îles des Cyclades, par exemple Naxos ou Amorgos, sont souvent citées en relation avec la mer Égée : Nixie Egeo Pelagi, Amergo in partibus Egeopelagi17.

  • 18 D. A. Zakythinos, Μελέται περί τῆς διοικητικῆς διαιρέσεως καί τῆς έπαρχιακῆς διοικήσεως έν τῷ Βυζα (...)
  • 19 Ahrweiler, Byzance et la mer (cité supra n. 11), p. 80-81.
  • 20 καί Νικολάου Σανούτου τοῦ τῶν Κυκλάδων ἂρχοντος : Jean Cantacuzène, éd. de Bonn, 1, p. 385.
  • 21 Voir Loenertz, Les Ghisi, p. 60-62.
  • 22 Ibid., p. 224.
  • 23 G. Schlumberger, Les Principautés franques du Levant, Paris 1877, p. 107 ; cf. D. P. Paschalis, Ή (...)
  • 24 P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident. Recherches sur « La Geste d’Umur Pacha », Par (...)

6La version grecque de la Chronique de Morée, se référant aux possessions de Marco Sanudo, utilise le terme de Dodécanèse. Par contre, dans les deux autres versions, française et aragonaise, on rencontre dans les vers correspondants le nom de l’Archipel : Archepellague, Arcepelego et Archipelago18. Quoique le chroniqueur de la version grecque soit, selon toute vraisemblance, un gasmule qui n’hésite pas à exprimer ses sentiments philolatins, il est très significatif qu’il préfère employer au lieu de l’Arcipelago, nom lié à la conquête latine, le terme grec de Douze Îles. Or, nous savons que dans les sources byzantines l’appellation de Douze Îles, qu’on ne saurait confondre avec l’actuel Dodécanèse, recouvre les Cyclades actuelles19. Ainsi, dans son récit détaillé des événements concernant l’affaire de Chios, Jean Cantacuzène cite Nicolò Sanudo (1324-1341), fils de Guglielmo, et le qualifie d’ « archonte des Cyclades »20. On ignore quand les ducs de Naxos ont commencé de s’intituler ducs Aegeopelagi. Le titre fit probablement son apparition après la guerre féodale qui avait éclaté dans l’Archipel entre les Sanudo et les Ghisi dans les premières années du xive s.21, afin de marquer la prépondérance des ducs de Naxos sur les autres seigneurs de la mer Égée. En tout cas, Nicolò Sanudo (1324-1341) est mentionné dans les documents sous le titre de duce Agipellagi22, terme qui désignait un groupe d’îles et pas seulement celles de Naxos et Andros. C’est d’ailleurs lui qui a frappé monnaie, comme le prouve un denier qui lui appartenait et qui porte la légende AGIOPELAIXE23. Au lieu du titre de ducs de Naxos, les seigneurs insulaires ont donc adopté non sans raison celui de ducs d’Aegaiopelago, cette appellation qui recouvrait une vaste réalité géographique (les insulae Egeopelagi) correspondant mieux à leurs ambitions. On retiendra à ce propos le titre sous lequel le duc de l’Archipel Giacomo Ier Crispo (1397-1418) apparaît dans l’ekphrasis du moine Joseph Bryennios. Le célèbre polémiste antilatin décrit la résidence ducale, notamment le magnifique parc où il se promena en visitant Naxos. Plein d’admiration, Bryennios compare ce parc au paradis et à un miracle et précise qu’il était digne τῷ τοῦ Αἰγαίου Πελάγους πρωτεύοντι24.

  • 25 Cf. H. Kahane, Zur neugriechishen Seemannsprache. Anlässlich Vidos, Parole marinaresche, BNJ 15, 1 (...)

7Les diverses formes corrompues du mot Arcipelago (qui traduit le vocable grec Aegaion Pelagos25 ont donné naissance à plusieurs étymologies toutes plus fantaisistes les unes que les autres. Retenons parmi elles :

  • 26 Hélène D. Vourazeli, Αρχιπέλαγος-Αἰγαῖον Πέλαγος, Athènes 1941, p. 31-32.
  • 27 Ph. P Argenti, The occupation of Chios by the Genoese and their Administration of the Island 1346- (...)
  • 28 Hopf - Sardagna, Dissertazione (cité supra n. 5), p. 166-167.

8a) άγιον + πέλαγος → Agiopelago → Arcipelago. Le mot signifie selon cette étymologie la mer sainte, un euphémisme, destiné à atténuer une appellation faisant référence au caractère agité de la mer Égée26. Sous cette forme, le nom de la mer Égée figure entre autres dans le document de 1346 qui contient le texte du traité conclu entre l’amiral génois Simone Vignoso et les notables de la Nouvelle Phocée : la flotte de l’amiral extollei galearum viginti novem Januensium se trouvait per maria Agyopelagi Romanie27. De même, à la fin du siècle précédent, Marco II Sanudo dans sa lettre adressée au doge mentionne les îles Agyipelagi qui faisaient partie des possessions de son grand-père28.

  • 29 Selon cette étymologie, ἂργιος proviendrait de l’épithète homérique άργιόπους, qui signifierait «  (...)
  • 30 EI2, p. 965 (s.v. Bahr al-Rūm).
  • 31 E Kriaras, Λεξικό τῆς Μεσαιωνικῆς ‘Ελληνικῆς Δημώδους Γραμματείας, 1100-1669, 3, Thessalonique 197 (...)
  • 32 Ibid., ρ. 267 (s.v. άσπροθαλασσίτικος).

9b) ἂργιον + πέλαγος - » Arcipelago. L’étymologie de ce mot aurait à voir avec l’adjectif homérique imaginaire άργιος (= blanc)29. Cette théorie s’appuie sur l’appellation Ak-Deniz, autrement dit la mer Blanche, nom sous lequel la mer Égée était connue dans l’Empire ottoman30. Il serait peut-être plus judicieux alors de la faire remonter à l’adjectif ἀργυρός qui a trois significations : 1) fabriqué en argent, 2) qui est blanc et lumineux comme l’argent, 3) blanc31 Quant à la dénomination Ak-Deniz, elle s’oppose, semble-t-il, à Kara-Deniz, la mer Noire. En grec parlé, le nom correspondant est ἂσπρη θάλασσα d’où ἀσπροθαλασ-σίτης et ἀσπροθαλασσίτικος (qui provient, qui appartient à une des îles de la mer Égée). Dans une chronique anonyme du début du xviie s., on lit : κάτεργα μικρά καί μεγάλα καί μαυροθαλασσίτικα καίσπροθαλασσίτικα (grands et petits navires de la mer Noire et de la mer Égée)32.

  • 33 Vourazeli, Αρχιπέλαγος, ρ. 49-65.
  • 34 Cf. Slot, Archipelagus (cité supra n. 3), p. VIL A noter que Jules Verne, lui aussi, intitula en 1 (...)

10c) ἂγριον + πέλαγος → Arcipelago. Les violents vents du nord qui peuvent rendre la navigation dangereuse, ainsi que la mer houleuse qui est susceptible de bloquer les routes maritimes, sont deux éléments qui caractérisent la région insulaire de la mer Égée. C’est donc la nature de la mer qui a conduit à rattacher le mot à l’adjectif ἂγριος (= féroce)33. Il faut remarquer qu’une description anonyme des îles de la mer Égée, publiée à Augsburg en 1686 au cours d’une guerre turco-vénitienne, s’intitule « Archipelagus turbatus », appellation qui revêt ici une double signification. Il s’agit de l’Archipel bouleversé à cause de la mer troublée, mais également de l’agitation provoquée par la guerre34

  • 35 P. ex. Grand Larousse encyclopédique, Paris 1960, s.v. Archipel.
  • 36 E. Legrand, Description des îles de l’Archipel grec (1420) par Christophe Buondelmonti..., Amsterd (...)
  • 37 Ibid., p. 3, 159 ; cf. M. Cortelazzo, L’influsso linguistico greco a Venezia, Bologne 1970, p. 22- (...)
  • 38 Legrand, Description (cité supra n. 36), p. 3, 159.
  • 39 Ibid., p. XXV, XXVI.

11Après ces références détaillées, il convient d’en venir à l’étymologie proposée par le prêtre florentin Cristoforo Buondelmonti et adoptée ensuite par un grand nombre de voyageurs et d’auteurs d’ouvrages géographiques, ainsi que par diverses encyclopédies jusqu’à nos jours35. Notons à cet égard que dans son fameux ouvrage intitulé Liber insularum Archipelagi (c. 1420), Buondelmonti s’efforce de proposer des étymologies concernant les noms des îles qu’il a visitées. Parmi ces étymologies tout à fait extraordinaires, citons celle du nom de l’île d’Anaphé qui viendrait, selon Buondelmonti, de la privative a et de ὅφις (serpent) ou encore celle du nom de l’île de Polycandros qui vient de πόλις (ville) et ἂνδρες (hommes), c’est-à-dire ville des hommes36 ! Quant au nom Archipelagus, le prêtre voyageur nous apprend que le mot signifie « maître de la mer », du fait que cette mer occupe le premier rang. Son étymologie vient de archos, quod est dominus latine et pelagus mare id est dominus maris. Il est évident que Buondelmonti, dans cette explication, se laisse guider par le mot grec ἂρχος, ἂρχων (= archonte)37. L’Archipel s’étend, toujours d’après lui, de la Crète à Ténédos et de Rhodes au cap Malée ; cette mer borne l’Asie Mineure, où se trouvent les provinces de Cilicie, Pamphylie et Phrygie. Chose curieuse, Buondelmonti poursuit son récit et, juste après avoir donné les renseignements sur l’Archipelagus, se réfère à la mer Égée comme s’il s’agissait d’une autre mer, dont l’étendue cependant s’identifie à l’Archipel. Cette mer commence à l’Hellespont et arrive jusqu’au cap Malée. Les îles comprises dans les limites de l’Archipel, écrit-il, s’appellent Cyclades à cause de leur disposition circulaire, étant donné que le mot grec κύκλος signifie en latin circulus38. Toutefois, Cristoforo Buondelmonti n’hésite pas à employer la dénomination de mer Égée. En effet, sur quelques manuscrits grecs qu’il a acquis pendant son périple en mer Égée, il inscrit de sa propre main des notes se rapportant à la provenance des livres. Deux de ces manuscrits ont été achetés l’un apud Andron et l’autre apud Embrum, îles qui se trouvent, comme dit Buondelmonti, in Ægaeo mari39.

  • 40 O. Dapper, Description exacte des îsles de l’Archipel..., Amsterdam 1703, p. 8 ; cf. Vourazeli, Αρ (...)
  • 41 Passage dans Vourazeli, ‘Αρχιπέλαγος, p. 23.

12Le Liber insularum de Cristoforo Buondelmonti marque une étape importante dans la connaissance du groupe insulaire égéen et restera jusqu’à la fin du xviiie s. la source des renseignements géographiques du monde savant. En ce qui concerne notre recherche, il faut souligner que les voyageurs plus tardifs qui visitèrent la mer Égée, influencés par cet ouvrage géographique, ont admis inconsidérément l’étymologie proposée. Répétée au fil du temps par les voyageurs dans leurs œuvres, cette étymologie s’est transmise jusqu’à nos jours et on la retrouve dans plusieurs récits de voyages contemporains. L’origine du mot a été progressivement oubliée et le nom a fini par devenir ni plus ni moins grec, Archipelagos. « Maître de la mer », selon Buondelmonti, la mer Égée devient peu à peu une mer principale que les Grecs appelaient « Archipelagos ». En fait, dans sa Description exacte des îles de l’Archipel, publiée en 1703, le Hollandais Olfert Dapper nous informe à ce propos : « Cette mer, dis-je, ainsi prise, fut ensuite appelée par les Grecs Archipelagos ; et c’est le nom que les Francs ou Chrétiens occidentaux de l’Europe ont retenu depuis, à l’imitation des Grecs, pour désigner cette mer40... » La signification du nom subit en outre une autre altération. Dans le langage des géographes, le nom de l’Archipel, cette mer qui sépare l’Europe de l’Asie, finit par indiquer tout groupe d’îles de l’un ou l’autre hémisphère (Archipel Fidji, Archipel Toscan, Archipel japonais, etc.). Néanmoins, la beauté naturelle du paysage insulaire s’ajoute au sens du mot, qui finit par signifier les belles îles qui forment un ensemble. On lit dans la description d’un voyage du xvie s. : « Nous vîmes ensuite toutes ces Cyclades semées par la mer Égée qui, ornée par la beauté et la fertilité de tant d’îles, mérite vraiment son nom d’Archipel41. »

  • 42 Duca di Candia. Ducali e lettere ricevute (1358-1360 ; 1401-1405), éd Fr. Thiriet, Venise 1978, p. (...)
  • 43 P. G. Zerlentis, Γράμματα Φράγκων δουκῶν τοῦ Αιγαίου Πελάγους (,αυλγ’- αφξδ’), ΒΖ 13, 1904, ρ. 10- (...)
  • 44 Voir p. ex. Κ. Kretschmer, Die italienischen Portolane des Mittelalters..., Berlin 1909 (éd. anast (...)
  • 45 Legrand, Description, p. 2, 158.
  • 46 Ragioni antique spettanti all’arte del mare et fabriche de vasselli..., éd. Giorgetta Bonfi-Glio D (...)
  • 47 R. Valentini, L’Egeo dopo la caduta di Costantinopoli nelle relazioni dei Gran Maestri di Rodi, Bu (...)

13Mais revenons aux sources de l’époque de la vénétocratie. On constate aisément que, dans les documents vénitiens officiels, écrits en latin, le terme « Aegaion Pelagos » figure dans sa forme grecque « Egeopel(l)ago ». Ainsi, le doge de Venise, Michael Steno, dans ses lettres adressées au duc de Crète dans les premières années du xve s., se réfère soit au Gasparus Summa Ripa qui était « habitator Egeopelagi », soit à une griparia qui reçut une cargaison de figues « in certo loco Egeopellagi », soit enfin à trois galee armées qui devaient être approvisionnées « in aquis et partibus Egeopellagi »42. On constate de plus que dans les documents émanant des ducs de l’Archipel, le titre ducal figure en latin sous la forme « dux Egeopelagi » et en italien sous la forme « duca dell’Arcipelago » ou « duchessa dell’Arcipelago »43. Le nom « Arcipelago » se trouve également dans les portulans44 où il est employé pour désigner à la fois les îles de la mer Égée et les îles ioniennes. N’oublions pas que Buondelmonti lui-même commence la description de l’ensemble insulaire de l’Archipel par Corfou avant d’en venir aux autres îles de la mer Ionienne, Paxoi, Leucas, Ithaque, Céphalonie, Zakynthos45. Corfou est, en outre, la première île qui figure dans le portulan de l’Archipel de Benedetto de Piero, conservé dans un manuscrit vénitien du xve s.46 En d’autres termes, l’aire géographique de l’Archipel englobe les deux mers, la mer Égée et la mer Ionienne. Toutefois, le nom d’Archipel peut aussi désigner, au lieu de la mer Égée, l’espace maritime de la mer Ionienne. Retenons ici un document très caractéristique de 1462 écrit à Rhodes par le grand maître de l’Ordre, Petrus Raymundus Sacosta. On lit dans ce document que la mer Ionienne (Yonium pelagus) était appelée par les gens modernes de cette époque Archipelagus (quod moderni Archipelagum vocant)47.

  • 48 Paschalis, Ή ῍Ανδρος, 1, Athènes 1925, (cité supra n. 23), p. 38 et n. 2.
  • 49 Voir les vers dans Paschalis, Ή ῎Ανδρος, 2, p. 87.
  • 50 Éd. Ag. Xirouchakis, ῾Ο Κρητικός Πόλεμος (1645-1669)..., Trieste 1908, p. 391, 11-16.
  • 51 Voir D. Dimitrakos, Μέγα Αεξικόν τῆς ῾Ελληνικής γλώσσης, 2, [Athènes] 1949, p. 1019
  • 52 Odysseas ELYTIS, ᾿Εκλογή 1935-1977, Athènes 19792, p. 187

14Dans l’ouvrage qu’il consacre à l’histoire de son île natale, l’érudit d’Andros, D. Paschalis, inclut une note relative à la signification du nom « Archipelagos », en observant que « dans la langue grecque celui-ci ne veut rien dire. Le mot, comme on l’a déjà fait remarquer », continue-t-il, « ressemble à des noms de médicaments nouveaux : lorsque le chimiste termine le travail de la distillation, il ouvre un dictionnaire de la langue grecque et nomme ceux-ci d’après le premier mot grec qui sonne bien à ses oreilles48. » Cependant, dans sa forme grecque, en dehors des gens de la mer qui l’ont inséré dans les portulans grecs et dans le langage commun dit « franc », le mot fut également employé par les poètes grecs de la période postbyzantine. Dans sa chronique en vers, où il relate les événements de la peste qui a frappé son île en 1498, Emmanuel Georgilas de Rhodes parle de Constantinople, la clé, comme il la qualifie, de toute la Romanie, qui serrait et enfermait όλον τό ‘Αρχιπέλαγος49. À son tour, le Crétois Marinos Tzanes Bounialis, dans son poème composé après la chute de sa patrie aux mains des Turcs (1669), parle cette fois de Venise qui gouvernait jadis Nauplie, Monemvasie, la Morée, Salonique et Chypre et qui était maître εἰς ὅλο τʾ ʾAρτσιπέλαγο50 . Ce n’est sans doute pas un hasard si les deux poètes proviennent de régions qui ont connu une longue période de domination latine et dont les habitants ont par conséquent subi l’influence des conquérants. Mais s’il n’y a pas lieu de s’étonner que le mot se soit introduit dans la littérature postbyzantine originaire des îles grecques dominées par les Latins, on conçoit mal en revanche pour quelles raisons les Grecs ont usé à l’époque moderne du nom d’ « Archipelagos » comme terme administratif pour désigner le groupe des îles égéennes situées sur le littoral d’Asie mineure (Division de l’ « Archipelagos », Administration Générale de l’ « Archipelagos »)51. Quoi qu’il en soit, à l’exception de rares cas, comme le suggèrent les exemples cités plus haut, l’emploi dans la langue grecque du nom « Archipelagos », ne constituant qu’une déformation d’ « Aigaion Pelagos », reste marginal. Après tout, selon la définition heureuse du poète égéen par excellence Odysséas Elytis, « l’Égée n’est pas seulement une partie de la nature, mais une sorte d’empreinte digitale52 ». Dans cette optique, même quand la mer Égée se dissimule sous diverses dénominations, comme celle d’Arcipelago, la trace qu’elle laisse dans l’histoire, l’empreinte digitale du poète, demeure toujours unique. (s.v. Αρχιπέλαγος)

Notes

1 ut illic magis aestimes esse Cycladas... : Magni Aurelii Cassiodori Variarum libri XII, cura et studio A. J. Fridh, Turnhout 1973 (Corpus Christianorum, Series Latina 96), p. 491-492 ; voir trad. française dans P. Braunstein, R. Delort, Venise, portrait historique d’une cité, Paris 1971, p. 24-25.

2 P. Lemerle, Le monde égéen entre l’antiquité et les temps modernes : quelques remarques sur l’insularité, Byzance. Hommage à André N. Stratos, 1, Histoire, art et archéologie, Athènes 1986, p. 131 ; cf. Chryssa A. Maltezou, Les Grecs de la mer Égée pendant la période de la latinocratie, Oriente y Occidente en la Edad Media. Influjos bizantinos en la cultura occidental (= Actas de las VIII Jornadas sobre Bizancio), éd. P. Badenas, J. M. Egea, Vitoria-Gasteiz 1993, p. 137 s.

3 Exposé historique dans J. K. Fotheringham, Marco Sanudo, Conqueror of the Archipelago, Oxford 1915, p. 56 s. ; S. Borsari, Studi sulle colonie veneziane in Romania nel xiii secolo, Naples 1966, p. 34 s. ; D. Jacoby. La féodalité en Grèce médiévale. Les « Assises de Romanie ». sources, application et diffusion, Paris-La Haye 1971, p. 271 s. ; R.-J. Loenertz, Les Ghisi dynastes vénitiens dans l’Archipel 1207-1390, Florence 1975, p. 26 s. ; B. J. Slot, Archipelagus turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane c. 1500-1718, 1, Leyde 1982, p. 35-37 ; Maltezou, Les Grecs (cité note précédente), p. 139.

4 non solamente si dava titolo di duca di quell’isola ma per reputation se appellava duca dell’Arcipelago, a un certo muodo come capo de tutti quei che aspiravano a quella impre-sa... : Fotheringham, Marco Sanudo (cité note précédente), p. 107, Loenertz, Les Ghisi (cité note précédente), p. 27-29, 314.

5 K. Hopf, G. B. Sardagna, Dissertazione documentata sulla storia di Karystos nell’isola di Negreponte, Venise 1856, p. 166-167. Voir aussi le document de 1321 conservé dans A.S.V., Proc. di S. Marco de Ultra, Carte Sanudo, B. 253 (litige entre Guglielmo Sanudo, « ducatus Nechesie et Andre dominator », et Marino Sanudo f. de Marco Torsello de S. Severo).

6 Éd. Ch. Hopf, Chroniques grécoromanes..., Berlin 1873, p. 99-100 (nous disposons maintenant d’une nouvelle édition de l’Istoria par Eftychia M. Papadopoulou, Ή « Istoria di Romania » τoῦ Marin Sanudo Torsello, Réthymno 1994 (thèse de doctorat dactylographiée).

7 Sur l’activité de Sanudo en Crète voir Fotheringham, Marco Sanudo, p. 81-103 ; St. Xanthoudidis, Ή ‘Ενετοκρατία ἐν Κρήτη καί οἱ κατά τν ‘Ενετῶν ἀγῶνες τῶν Κρητῶν, Athènes 1939, ρ. 27-32 ; S. Borsari, Il dominio veneziano a Creta nel xiii secolo, Naples 1963, p. 33-36 ; Fr. Thiriet, La Romaine vénitienne au Moyen Age. Le développement et l’exploitation du domaine colonial vénitien (xiie-xve siècles), Paris 19752, p. 95-96.

8 g. L. Tafel, g. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig, 2, Vienne 1856, p. 15-166.

9 Papadopoulou, Ή « Istoria » (cité supra n. 6), en se fondant sur le récit de Villehardouin qui fait mention des divers duchés (de Nicée, de Philadelphie, etc.), formule l’hypothèse que Marco Sanudo aspirait à la fondation d’un duché dans la mer Égée à la place de l’ancien thème de l’Égée, morcelé au temps des Comnènes en plusieurs circonscriptions. Le titre de duc de l’Archipel a donc été formé par analogie avec le titre de duc de l’Égée, copiant le titre byzantin. Cependant, comme on l’a vu plus haut, le titre de duc de l’Archipel n’était pas porté par Marco Sanudo qui s’intitulait duc de Naxos. Ajoutons également que le titre de duc a été donné à divers seigneurs latins installés en Romanie : par ex. Guy de La Roche (Athènes), Navigaioso (Lemnos). Sur les ducs byzantins et le morcellement de l’administration insulaire voir Hélène Ahrweiler, Recherches sur l’administration de l’empire byzantin aux ixe-xie siècles, BCH 84, 1960, p. 52 s. (= Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971, VIII) ; Élisabeth Malamut, Les îles de l’empire byzantin, viiie-xiie siècles, Paris 1988 (Byzantina Sorbonensia 8), 1, p. 325-332.

10 Andreae Danduli Chronicon, Mediolani 1728 (Rerum Italicarum Scriptores 12), col. 337.

11 Sur le problème du ressort géographique du thème de la Mer Égée, ainsi que sur la définition géographique et administrative des Cyclades dans les sources byzantines, voir Hélène Ahrweiler, Byzance et la Mer, Paris 1966, p. 76 s., 80 ; Malamut, Les îles (cité supra n. 9), p. 311-312.

12 Éd. W. Norden, Das Papsttum und Byzanz, Berlin 1903, p. 759-760.

13 Tafel - Thomas, Urkunden (cité supra n. 8), 3, Vienne 1857, p. 68 ; MM, 3, p. 78.

14 Tafel - Thomas, Urkunden, 3, p. 80.

15 Ibid., p. 96.

16 Ibid., p. 252 ; cf. G. Morgan, The Venetian Claims Commission of 1278, BZ 69, 1976, p. 430 ; à corriger : Nichisia (= Naxos) au lieu de Nicosia.

17 K. Hopf, Veneto-Byzantinische Analekten, Vienne 1856, p. 162, 163.

18 D. A. Zakythinos, Μελέται περί τῆς διοικητικῆς διαιρέσεως καί τῆς έπαρχιακῆς διοικήσεως έν τῷ Βυζαντινῷ κράτει, EEBS 17, 1942, ρ. 47 et n. 5.

19 Ahrweiler, Byzance et la mer (cité supra n. 11), p. 80-81.

20 καί Νικολάου Σανούτου τοῦ τῶν Κυκλάδων ἂρχοντος : Jean Cantacuzène, éd. de Bonn, 1, p. 385.

21 Voir Loenertz, Les Ghisi, p. 60-62.

22 Ibid., p. 224.

23 G. Schlumberger, Les Principautés franques du Levant, Paris 1877, p. 107 ; cf. D. P. Paschalis, Ή "Ανδρος..., 2, Athènes 1927, p. 103 (reproduction d’un sceau du duc Giovanni IV Crispo du xvie s., où l’on peut lire JOHANES CRISPUS DUX AIOPELAGI).

24 P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident. Recherches sur « La Geste d’Umur Pacha », Paris 1957, p. 125 et n. 2.

25 Cf. H. Kahane, Zur neugriechishen Seemannsprache. Anlässlich Vidos, Parole marinaresche, BNJ 15, 1939, p. 97, 101.

26 Hélène D. Vourazeli, Αρχιπέλαγος-Αἰγαῖον Πέλαγος, Athènes 1941, p. 31-32.

27 Ph. P Argenti, The occupation of Chios by the Genoese and their Administration of the Island 1346-1566, Cambridge 1958, 2, p. 33.

28 Hopf - Sardagna, Dissertazione (cité supra n. 5), p. 166-167.

29 Selon cette étymologie, ἂργιος proviendrait de l’épithète homérique άργιόπους, qui signifierait « celui qui a les pieds blancs ». Cependant, ce mot, inexistant dans la langue homérique, a été corrigé en ἀργίπους (« qui a les pieds rapides ») : voir Vourazeli, ‘Αρχιπέλαγος (cité supra n. 26), p. 31.

30 EI2, p. 965 (s.v. Bahr al-Rūm).

31 E Kriaras, Λεξικό τῆς Μεσαιωνικῆς ‘Ελληνικῆς Δημώδους Γραμματείας, 1100-1669, 3, Thessalonique 1973, ρ. 179 (s.v. ἀργυρός).

32 Ibid., ρ. 267 (s.v. άσπροθαλασσίτικος).

33 Vourazeli, Αρχιπέλαγος, ρ. 49-65.

34 Cf. Slot, Archipelagus (cité supra n. 3), p. VIL A noter que Jules Verne, lui aussi, intitula en 1884 le roman qu’il consacra à la Grèce au temps de la guerre d’Indépendance (dont l’action se déroule entre 1827 et 1828) L’Archipel en feu, terme qui évoque la Méditerranée orientale.

35 P. ex. Grand Larousse encyclopédique, Paris 1960, s.v. Archipel.

36 E. Legrand, Description des îles de l’Archipel grec (1420) par Christophe Buondelmonti..., Amsterdam 1974, p. 36, 60, 192, 216.

37 Ibid., p. 3, 159 ; cf. M. Cortelazzo, L’influsso linguistico greco a Venezia, Bologne 1970, p. 22-23 ; Vourazeli, Αρχιπέλαγος, p. 22-23.

38 Legrand, Description (cité supra n. 36), p. 3, 159.

39 Ibid., p. XXV, XXVI.

40 O. Dapper, Description exacte des îsles de l’Archipel..., Amsterdam 1703, p. 8 ; cf. Vourazeli, Αρχιπέλαγος, p. 23.

41 Passage dans Vourazeli, ‘Αρχιπέλαγος, p. 23.

42 Duca di Candia. Ducali e lettere ricevute (1358-1360 ; 1401-1405), éd Fr. Thiriet, Venise 1978, p. 60 n. 69, 172 n. 163, 93 n. 97.

43 P. G. Zerlentis, Γράμματα Φράγκων δουκῶν τοῦ Αιγαίου Πελάγους (,αυλγ’- αφξδ’), ΒΖ 13, 1904, ρ. 10-24.

44 Voir p. ex. Κ. Kretschmer, Die italienischen Portolane des Mittelalters..., Berlin 1909 (éd. anastatique 1962), p. 546 (Qui comenzaremo a dir del arcipielago...) ; A. Delatte, Les Portulans Grecs, Paris 1947, p. 81 (Αρχή τοῦ ‘Αρτζιπελάγου).

45 Legrand, Description, p. 2, 158.

46 Ragioni antique spettanti all’arte del mare et fabriche de vasselli..., éd. Giorgetta Bonfi-Glio Dosio, Venise 1987, p. 63-66.

47 R. Valentini, L’Egeo dopo la caduta di Costantinopoli nelle relazioni dei Gran Maestri di Rodi, Bullettino dell’Istituto Storico Italiano per il Medio Evo e Archivio Muratoriano 51, 1936, p. 165.

48 Paschalis, Ή ῍Ανδρος, 1, Athènes 1925, (cité supra n. 23), p. 38 et n. 2.

49 Voir les vers dans Paschalis, Ή ῎Ανδρος, 2, p. 87.

50 Éd. Ag. Xirouchakis, ῾Ο Κρητικός Πόλεμος (1645-1669)..., Trieste 1908, p. 391, 11-16.

51 Voir D. Dimitrakos, Μέγα Αεξικόν τῆς ῾Ελληνικής γλώσσης, 2, [Athènes] 1949, p. 1019

52 Odysseas ELYTIS, ᾿Εκλογή 1935-1977, Athènes 19792, p. 187

Auteur

Université d’Athènes

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540