Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Concepts et réalités : recherches sur les termes désignant les serbes et les pays serbes dans les sources byzantines des xe-xiie siècles*

Élisabeth Malamut

Texte intégral

  • * Liste des abréviations :
    Alexiade : Anne Comnène, Alexiade, éd. B. Leib, Paris 19672.
    Choniatès, His (...)
  • 1 N. Radojčić, Quels noms donnaient aux Serbes et aux Croates les historiens byzantins du xie siècle (...)

1Dans un article de 1926, N. Radojčić a abordé la question des noms donnés aux Serbes par l'historiographie byzantine des xie-xiie siècles1. Cette étude, limitée à trois auteurs byzantins, a abouti à quelques conclusions pertinentes sur l'emploi des termes « Triballes », « Serbes » et « Croates », qui restent néanmoins générales et, surtout, n'englobent pas l'immense richesse de la terminologie byzantine se référant aux Serbes à cette époque. Par ailleurs, les rééditions des sources byzantines ou l'édition de nouveaux textes depuis la rédaction de cet article nous donnent l'opportunité d'entreprendre une recherche beaucoup plus vaste et approfondie.

2Notre étude portera sur les noms donnés aux Serbes et aux pays serbes, en commençant par l'analyse du De Administrando Imperio de Constantin VII, qui reste un texte unique par la richesse des informations qu'il nous livre sur les peuples du xe siècle et les territoires qu'ils occupent. Privilégiant à la fois les sources et la chronologie et examinant la terminologie employée dans son contexte précis, nous essaierons de dégager ce qui ressortit au jargon propre à l'auteur ou au genre littéraire et ce qui reflète la réalité contemporaine des événements relatés. Recherchant enfin l'influence du centre du pouvoir serbe de l'époque sur l'usage des termes, nous essaierons de suivre l'évolution d'une terminologie, qui ne dut pas tant au hasard qu'à l'histoire des Serbes du xe au xiie siècle et à la source spécifique dont cette terminologie est issue.

  • 2 DAI, ch. 32, 33, 34, 35, 36.
  • 3 DAI, ch. 30, 1. 95-112.
  • 4 DAI, ch. 32, 1. 21-26 : de la Dioclée non mentionnée, Constantin VII dit ailleurs que le processus (...)
  • 5 Théophane Continué, Bonn, p. 288, 291. Pour cette période, Skylitzès copie exactement la Vita Basi (...)

3Constantin VII est l'auteur dont les données sont les plus claires : Serbie, Zachloumie, Terbounia, Kanalè, Dioclée et Paganie2 sont des entités territoriales précisément délimitées dans le De Administrando Imperio3, même si nous ne pouvons, faute d'identification précise de tous les toponymes, reconstituer exactement leur géographie. Si le peuple serbe recouvre l'ensemble de ces entités4, les Serbes qui n'habitent pas la Serbie sont dénommés « Ζαχλοῦμοι, Τερβουνιῶται, Παγανοί, Άρεντανοί, Διοκλητιανοί, Καναλĩται », l'entité ethnique correspondant à l'entité territoriale, les nouveaux arrivants ayant donné leur nom au pays ou, au contraire, ayant tiré leur nom de la topographie ou de la toponymie existantes. Cette division se retrouve dans la Vita Basilii qui, soit cite les Serbes de Serbie et les autres peuples nommément, soit emploie l'expression « les Serbes et les autres »5.

  • 6 DAI, ch. 29, 1. 4-5.
  • 7 Ibid., 1. 55-58.
  • 8 Ibid., 1. 60-65.
  • 9 DAI, ch. 30, 1. 9-11.
  • 10 Ibid., 1. 13. Au sujet de la Dalmatie, cf. J. Ferluga, L'administration byzantine en Dalmatie, Viz (...)

4Le problème est plus complexe, s'agissant de la Dalmatie. Dans le chapitre 29 du De Administrando Imperio, Constantin VII donne, en effet, plusieurs définitions de la Dalmatie. La première est historique : la Dalmatie, c'est le pays qui fut peuplé dans les temps anciens par les habitants de Rome, les Rômanoi6, et qui est habité depuis le règne d'Héraclius par les Croates, les Serbes, les Zachlumi, les Terbouniotes, les Kanalites, les Dioclétiens et les Arentani, également appelés Pagani7 Les descendants des Rômanoi habitent désormais les kastra de Dalmatie, et les ethnè slaves sont devenus indépendants du pouvoir byzantin sous le règne de Michel II d'Amorion8. La Dalmatie est également définie géographiquement : elle s'étendait dans l'ancien temps, dit Constantin VII dans le chapitre 30, depuis les confins de Dyrrachium ou d'Antibari jusqu'aux montagnes d'Istrie d'est en ouest et jusqu'au Danube au nord9. Cette extension coïncidait avec l'une des provinces10 les plus illustres de l'Occident.

  • 11 DAI, ch. 30, 1. 13, 120.
  • 12 Ibid., 1. 119-142. Pour le thème de Dalmatie, voir Ferluga, L'administration byz. en Dalmatie... ( (...)

5À l'heure où Constantin VII parle, cette région appartient donc aux ethnè slaves11. En sont tributaires les cités côtières, où les Rômanoi ont trouvé refuge lors de l'invasion avare, tandis que les pouvoirs d'un stratège s'étendent à une province qui n'est pas ici délimitée, mais dont on suppose qu'elle coïncide justement avec les cités côtières12.

  • 13 DAI, ch. 30, 1. 120 ; ch. 32, 1. 24.
  • 14 DAI, ch. 29, I. 88-94. Voir aussi A. Pertusi, Costantino Porfirogenito. De Thematibus, Introduzion (...)
  • 15 DAI, ch. 29, 1. 108-112 ; pour la souveraineté byzantine sur les kastra de Dalmatie, voir Constant (...)
  • 16 Théophane Continué, p. 291.
  • 17 DAI, ch. 31, 1. 3.
  • 18 Réf. n. 15.
  • 19 DAI, ch. 30, 1. 121-125.
  • 20 DAI, ch. 30, 1. 51.

6La province des villes côtières s'appelle au milieu du xe siècle « Dalmatie » (c'est la définition administrative de la Dalmatie), alors que les Slaves détiennent toute la région qui l'entoure (πᾶσαν τὴν περίχωρον Δελματίας)13. Au moment, d'ailleurs, de l'expédition contre Soldan à Bari en 86714, il est dit que l'armée impériale était complétée de contingents croate, serbe, zachlumite, terbouniote, kanalite, mais aussi de Ragusains et d'habitants de tous les kastra de Dalmatie (ceux-ci ayant répondu à l'ordre impérial)15 et la Vita Basilii mentionne qu'après le siège de Raguse par Soldan et l'aide militaire apportée par l'empereur Basile ier, « les Croates, les Serbes et les autres, ayant considéré ce qui s'était passé en Dalmatie, se sont soumis à nouveau à la puissance romaine16 ». Mais l'ambiguïté reste entre les deux concepts ancien et moderne de la Dalmatie, comme en témoigne la définition géographique concernant les Croates, qui « aujourd'hui (dit Constantin VII) habitent la Dalmatie17 ». De plus, la province côtière de la Dalmatie tantôt s'étend à l'ensemble de la côte, d'Istrie à Dyrrachium18, tantôt désigne plus spécifiquement la côte de la Croatie19. Quant au terme « Dalmates » (Δελματινοί), il n'est utilisé qu'une seule fois dans le De Administrando Imperio pour désigner les soldats romains de la Dalmatie au temps de l'invasion des Avars20.

  • 21 Voir le mariage de Vladimir avec, sinon la fille de Samuel, tout au moins la fille d'un partisan d (...)
  • 22 Skyl., p. 353.
  • 23 La Bosnie fait partie de la Serbie depuis 950, cf. DAI, ch. 32, 1. 151.
  • 24 Pope De Dioclée, p. 330-331.
  • 25 Ibid., p. 335 ; Skyl., p. 353-354.
  • 26 Ibid., p. 399, 1. 15.
  • 27 Ibid., p. 408, 1. 75.

7À la fin du xe siècle et au début du xie, les pays serbes se trouvaient sous la domination de Vladimir, prince serbe, partisan de Samuel21. Or Skylitzès dit de Vladimir qu'il était « à la tête de la Tribalie et de la Serbie très proche22 ». En 1015-1016, il y a donc deux territoires serbes distincts, dont l'un porte un nom inconnu des sources antérieures. La Serbie ne peut être que la Serbie de Constantin VII : la frontière occidentale jouxte les territoires serbes maritimes, la frontière nord, la Croatie, et la frontière sud, la Bulgarie. Elle a comme centres les villes situées au sud de la Save, de part et d'autre de la Drina, y compris en Bosnie23. La Tribalie ne peut être que le territoire de Zenta (Dioclée) dont nous savons, grâce au Pope de Dioclée, qu'il fut le royaume héréditaire de Vladimir24. Le pouvoir de ce dernier, sous le règne de Samuel, aurait été étendu à la Serbie et même à Dyrrachium25. Aussi, quand Skylitzès mentionne la révolte de la « Serbie » (Σερβία)26 entre 1034 et 1036, il faut entendre la Serbie, et non l'ensemble des territoires serbes. En revanche, quand il mentionne l'occupation par Voislav, chef des Serbes, du « lieu des Serbes » (τόπος τῶν Σέρβων)27 entre 1036 et 1040, on peut aussi bien entendre la Serbie au sens strict que les territoires serbes en général.

  • 28 Ibid., p. 424-425.
  • 29 Ibid., p. 424, 1. 62-64.
  • 30 Ibid., 1. 75.
  • 31 Pope De Dioclée, p. 330, 342-344.
  • 32 Skyl., p. 424, 1. 75.

8Le texte concernant l'expédition catastrophique du duc de Dyrrachium contre Étienne Voislav en 104228 confirme tout à fait cette interprétation. Skylitzès rap-pelle que Voislav s'était emparé des montagnes de l'Illyrie et qu'il avait pillé les Triballes, les Serbes et les génè voisins, jusque-là soumis aux Romains29. Ici l'accent est mis sur la distinction entre les différents Serbes, et l'on pense immédiatement à l'énumération de Constantin VII. L'expédition byzantine est alors lancée contre les « Triballes »30. Voislav a donc étendu sa domination sur la Tribalie, c'est-à-dire Zenta, où manifestement se trouve le centre de son pouvoir, et sans doute a-t-il voulu, de plus, accaparer la Serbie proprement dite (d'où il chassa le stratège Théophile Érotikos) et les autres territoires serbes (selon le Pope de Dioclée, Voislav héritait de Terbounia par son père31, ce qui expliquerait l'allusion aux génè voisins). Par ailleurs, Skylitzès désigne Voislav comme étant le « Triballos »32.

  • 33 Voir à ce sujet V. Laurent, Le thème byzantin de Serbie au xie siècle, RÉB 15, 1957, p. 185-195 ; (...)
  • 34 Von Falkenhausen, Eine byzantinische... (cité note précédente), document p. 23.

9Cette lecture de Skylitzès ne va pas à l'encontre des autres données historiques, notamment sigillographiques, concernant le thème byzantin de Serbie33. Elle invite simplement à la prudence dans le traitement des sources, qui sont spécifiques et datées. Le stratège de Serbie, Constantin Diogène, attesté par deux sceaux, que l'on peut vraisemblablement dater entre 1019 et 1029, avait une circonscription dont on ne peut vraiment savoir si elle se limitait à la Serbie proprement dite ou si elle englobait tous les territoires serbes. En tout cas, le titre de Ljudovit, comme « stratège de Zachloumie et de Serbie », scellant un document de 103934, donne de cette dernière province un sens restreint et oppose, en la personne d'un prince local, les fonctions reconnues du stratège aux prétentions de domination de Voislav sur l'ensemble des territoires serbes, prétentions qui ont suscité l'intervention armée byzantine en 1042.

  • 35 Skyl., p. 475.

10La dernière mention de Skylitzès sur les Serbes concerne Michel, le fils et successeur d'Étienne Voislav, qu'il désigne comme le chef (archègos) des Triballes et des Serbes, lorsqu'en 1052 la paix est conclue avec les Byzantins35. Au milieu du xie siècle tous les territoires serbes forment une seule unité politique, dont le prince de Dioclée est le chef.

  • 36 Kékauménos, p. 168. Pour les sources locales de Kékauménos. cf. J. Ferluga, Kékauménos et ses sour (...)
  • 37 Selon le Pope de Dioclée, l'épouse de son père Dragimir serait la fille du zoupan de Rascie, cf. P (...)

11Les textes de Kékauménos sur Etienne Voislav dans les années 1042 et suivantes, fournissent également, par leur terminologie, des renseignements précieux. En 1042, au moment de l'expédition byzantine, Voislav est dit « le Terbouniote », « le Serbe », qui infligea la défaite au général byzantin dans les défilés de Dioclée36. Terbouniote par héritage paternel, Serbe, soit qu'il fût ainsi nommé de façon générique, soit qu'il eût une ascendance maternelle, plus spécifiquement originaire de Serbie37, en tout cas, en 1042, il était le prince de Dioclée, celui que Skylitzès nommait le « Triballe ».

  • 38 Kékauménos, p. 170. Raguse, après avoir reconnu la domination vénitienne dans les premières décenn (...)
  • 39 Kékauménos, p. 300. De plus, deux documents de 1036 le mentionnent « protospathaire et stratège de (...)
  • 40 Avant 1042, comme stratège de Zachloumie, Ljutovit semble avoir également compétence sur la ville d (...)
  • 41 DAI, ch. 33, 1. 21.

12Dans les années qui suivirent, il est d'ailleurs appelé par Kékauménos « Voislav le Dioclétien ». De plus, il est dit « toparque des kastra de Dalmatie, de Zenta et de Stamnos » et, par ruse, il sut même capturer le stratège de Raguse38. Ainsi le prince de Dioclée non seulement occupe son domaine (Zenta), mais aussi les kastra de la Dalmatie, qui, sous le règne de Michel IV, dépendait du toparque Gregor Dobronas, prior de Zara et Salona39. Raguse restait byzantine, mais son stratège avait désormais une circonscription limitée à la ville40, puisque Voislav dominait la Zachloumie, Stamnos (Ston) étant l'une des quatre villes les plus importantes de cette principauté au milieu du xe siècle41, en tout cas une ville maritime stratégique.

  • 42 Actes de Lavra I, éd. P. Lemerle, A. Guillou, N. Svoronos et D. Papachryssanthou, Paris 1970 (Arch (...)
  • 43 La date peut être déduite de la comparaison du document d'archive n° 10 avec le docu-ment n° 11, c (...)
  • 44 Voir ci-dessus.

13Cette analyse des textes et de leur terminologie concernant l'histoire des Serbes et des territoires serbes entre le milieu du xe siècle et le milieu du xie nous permet de mieux comprendre le contexte d'événements cités par d'autres textes beaucoup plus courts et allusifs. Ainsi en est-il d'un acte d'archives de Lavra daté de 99342 et relatant les déboires d'une ambassade serbe passant par l'îlot de Gymnopélagision entre 989 et 99343 : ces ambassadeurs serbes ne peuvent être que les ambassadeurs de Vladimir, prince de Dioclée et de Serbie44.

  • 45 AASS Mai III (1866) p. 9 § 21-22. Voir I. Dujčev, Une ambassade byzantine auprès des Serbes au IXe(...)
  • 46 PG 126, col. 201 C ; voir Dujčev, Une ambassade byzantine... (cité note précédente), p. 228.
  • 47 Ibid., p. 226.

14Plus épineux semble le contexte de la mention d'ambassadeurs byzantins revenant d'une mission auprès du « Tribalos » dans la Vie de saint Germain de Kušnica45. On a identifié ce Germain avec un saint vivant en Bulgarie sous le règne de Boris, mentionné par Clément d'Ochrida46. Par ailleurs, on ne connaît pas la localisation de Tzernista, village par lequel le saint passa avant de bâtir son église dans la montagne. Nous savons que les maçons qui avaient été engagés pour la construction n'avaient pas été rémunérés, aussi emmenèrent-ils le saint à Drama pour l'obliger à payer et c'est pendant ce voyage qu'il rencontra les ambassadeurs byzantins. On a alors supposé que la montagne où se trouvait l'église pouvait bien être le mont Pangée47. S'il est plausible que ce moine ait vécu alors sur le mont Pangée (mais pourquoi pas sur l'une des autres montagnes voisines, notamment au sud de Nigrita), nous ne voyons pas pourquoi il faudrait l'identifier avec un saint du même nom au ixe siècle, qui est dit avoir vécu en « terre bulgare ».

  • 48 Comme le dit d'ailleurs I. DUJČEV, ibid., p. 229.

15Si nous nous en tenons à la terminologie - en supposant que l'auteur de la Vie de Germain de Kušnica est un témoin de la vie du saint ou qu'il lui est très peu postérieur -, nous savons que le terme Triballe(s) n'est pas utilisé dans les sources byzantines des ixe-xe siècles48. Skylitzès est le premier auteur à employer ce terme, désignant Étienne Voislav, prince de Dioclée, comme « Triballos » et employant ailleurs le terme « Triballoi » dans la forme du pluriel. Dans les sources byzantines du xiie siècle, on trouve le terme « Triballes », et même le titre d'« hègémôn des Triballes » pour Stefan Némanja, à une époque où la distinction entre Triballes et Serbes ne se perçoit plus. Ainsi le Tribalos de la Vie de Germain de Kušnica peut être aussi bien le prince de Serbie de la fin du xiie siècle que le prince de Dioclée au xie siècle ou au xiie, ou même Vladimir qui, à la fin du xe siècle et au début du xie, commandait la Tribalie et la Serbie.

  • 49 C'était une des routes possibles pour se rendre en Serbie, comme en témoigne une ambassade byzanti (...)

16Si la Vie de saint Germain de Kušnica a été rédigée bien après les événements relatés, à une époque où le terme « Triballe » s'était généralisé à l'ensemble des Serbes, il pourrait s'agir d'une ambassade byzantine au prince de Serbie au ixe ou au xe siècle, en excluant néanmoins la durée du règne de Syméon, d'après le trajet des ambassadeurs. En effet, si Τζερνίστα peut être identifié à Τζερπὺστα ου Τζερπίτσα, l'actuelle Terpnè, près de Nigrita, le village se trouve justement sur la route du haut Strymon que durent emprunter les ambassadeurs49.

17Trois auteurs, le Continuateur de Skylitzès, Jean Zonaras et Nicéphore Bryennios, racontent l'histoire des événements serbes entre 1072 (date de la révolte de la Bulgarie dirigée par un Serbe de Dioclée) et 1074 (date de la révolte des Slaves d'Illyrie).

  • 50 Ή Συνέχεια τῆς χρονογραφίας τοὺ 'Ιωάννου Σκυλίτζη, éd. Ε. T. Tsolakès, Thessalonique 1968 (Institu (...)
  • 51 Ibid., p. 163, 1. 6.
  • 52 Ibid., p. 163, 1. 23, p. 165, 1. 22.
  • 53 Ibid., p. 164, 1. 23.

18Le Continuateur de Skylitzès, contrairement à Skylitzès, n'a aucune notion de la réalité serbe, aussi sa terminologie est non seulement vague, mais erronée. Mentionnant les événements de 1072, il commence en effet son récit par la phrase suivante : « l'ethnos des Serbes, que l'on appelle aussi Croates, partit asservir la Bulgarie50 », puis, parlant du chef des Serbes d'alors, Michel : « chef alors desdits Croates, qui résidait à Dékatéra et Prapatna et ne dominait pas un petit pays51 ». Continuant son récit, de façon logique, il parle indifféremment des Serbes52 ou des Croates53. Le Continuateur de Skylitzès raconte donc une histoire politique contemporaine ou récente avec une terminologie inadaptée, parce qu'il ne connaît pas bien les peuples dont il parle. Il est possible que le Continuateur du Skylitzès ait confondu la guerre en Bulgarie menée par les Serbes sous le commandement de Constantin Bodin avec la révolte en Illyricum des Serbes de Dioclée et des Croates.

  • 54 Zonaras, Bonn, p. 617 : « il (Voislav) pillait les nations voisines de ces montagnes (d'Illyrie), (...)

19Zonaras suit Skylitzès pour les événements de 1042 et le Continuateur pour la guerre de Bulgarie54.

  • 55 P. Gautier, Nicephori Bryennii historiarum libri quattuor, Bruxelles 1975 (CFHB 9), p. 208-211.
  • 56 Ibid., p. 210 (trad. P. Gautier).Voir aussi la suite du récit, p. 213, 1. 18-20, p. 215, 1. 2.

20Pour l'engagement de l'ensemble des Serbes dans la guerre de Bulgarie, Nicéphore Bryennios parle de « l'ethnos des Slaves », qui secouait le joug des Romains et pillait la Bulgarie, dans un récit55 beaucoup moins détaillé que celui du Continuateur du Skylitzès. En revanche, il mentionne avec une terminologie extrêmement précise la révolte de Michel de Dioclée et de Pierre Kresimir IV de Croatie : « Plus loin, Croates et Diocléens révoltés mettaient à mal l'Illyricum56. »

  • 57 Alexiade I, p. 60.
  • 58 Ibid., p. 155.
  • 59 Ibid., p. 168 ; II, p. 60.
  • 60 Volkan était appelé par le pope de Dioclée « župan de Rascie », cf. Pope De Dioclée, p. 360.
  • 61 Alexiade II, p. 115.
  • 62 À tel point que l'on a pu se demander si Bodin et Volkan n'étaient pas une seule et même personne, (...)
  • 63 Pour Bodin prisonnier, cf. Alexiade II, p. 115 (après 1082 et avant 1092) ; contraint de traiter, (...)
  • 64 Alexiade II, p. 148, 1. 21-23.
  • 65 Ibid., p. 166, 1. 26.
  • 66 Ibid., p. 167, 1. 3.
  • 67 Ibid., p. 184, 1. 20 ; III, p. 66, 1. 3 : noter l'emploi du terme « Dalmates », lors de l'expéditi (...)
  • 68 Alexiade II, p. 167, 1. 20.
  • 69 Ibid., p. 167, 1. 5, p. 169, 1. 15, p. 184, 1. 11.
  • 70 Territoire que le Pope de Dioclée appelle Rascie, par opposition aux régions maritimes dites « Mar (...)
  • 71 C. Jireček. Geschichte der Serben. I. Bis 1371, Amsterdam 19672, p. 238.
  • 72 Alexiade III, p. 160, 1. 24-25.

21Anne Comnène, historienne du règne d'Alexis Ier, rompt avec la terminologie des chroniqueurs du xie siècle, en appelant « Dalmates » (Δαλματαὺ) les Serbes et « Dalmatie » l'ensemble des territoires serbes. Ainsi au printemps 1081 Constantin Bodin, le roi malheureux des révoltés bulgares de 1072, mais devenu le chef des Serbes après la mort de son père Michel, et son fils, lui-même appelé Michel, sont dits « exarques de Dalmatie57 ». Quelques mois plus tard, en octobre de la même année, quand Robert Guiscard eut traversé l'Adriatique et fait le siège de Dyrrachium, Anne Comnène laisse entendre qu'à part Bodin et les Dalmates, il y avait dans les régions voisines d'autres chefs qu'il convenait de se concilier pour réduire Robert Guiscard58. S'agissait-il des Albanais, qui sont mentionnés aux côtés des Dalmates et semblent avoir eu, dès cette époque, une certaine autonomie59 ou bien Anne Comnène fait-elle allusion à d'autres chefs serbes ? La question se pose d'autant plus qu'après 1082, apparaît le nom d'un autre chef serbe nommé Volkan60, qui, selon Anne Comnène61, avec Bodin, n'arrêtait pas de lancer des expéditions dans la région de Dyrrachium, que commandait alors Jean Doukas. Anne Comnène ne fait néanmoins aucune distinction entre les deux chefs, leurs territoires et leurs gens, parlant toujours de « Dalmatie » et de « Dalmates »62. En 1092-1093, les Dalmates, qui s'étaient tenus tranquilles quelque temps après la défaite de Constantin Bodin63, recommencent leurs expéditions contre la Romanie, le neveu de l'empereur, Jean Comnène, étant alors duc de Dyrrachium. L'empereur part donc en campagne, mais arrivé à Philippoupolis, il est averti d'un complot fomenté par ledit Jean Comnène. À cet endroit, Anne Comnène reparle de Volkan, qui sera désormais mentionné comme le chef des Dalmates64 et Bodin disparaît de notre source. Il semble donc qu'en 1092-1093 Volkan ait succédé à Bodin : il est dit, en 1093, gouverner l'ensemble des Dalmates65. À partir de cette date, Anne Comnène commence à employer le terme de « Serbes »66 concurremment à celui de « Dalmates »67 et le terme de « Serbie »68, concurremment à celui de « Dalmatie »69 dans son récit des expéditions serbes contre l'empire, tandis que le centre des opérations militaires se situe désormais au sud de la Serbie au sens strict70, c'est-à-dire au nord de Skopje. Ainsi, il semble bien que la terminologie d'Anne Comnène ait évolué en même temps que se transformait la réalité politique. Pour les années 1080, quand les Serbes et les territoires serbes sont réunis sous la souveraineté des héritiers d'Étienne Voislav, princes de Dioclée, résidant dans l'État de Zenta71, Anne Comnène ne parle que de Dalmates et de Dalmatie. A partir du moment où manifestement le centre de la résistance serbe à Byzance se déplace de Dioclée en Serbie proprement dite, dans un territoire que les Byzantins désignaient du nom de Serbie, Anne Comnène emploie conjointement les deux terminologies. Elle exprime par là le poids d'une nouvelle réalité politique. La dernière mention des territoires serbes par Anne Comnène en 1112 fait désormais de la Serbie et de la Dalmatie deux réalités distinctes72 : la « Dalmatie », correspondant au royaume de Dioclée, et la « Serbie » qui est la Rascie du Pope de Dioclée.

  • 73 P. Gautier, Le dossier d'un haut fonctionnaire d'Alexis I, Manuel Straboromanos, RÉB 23, 1965. p. (...)
  • 74 Gautier, Le dossier... (cité note précédente), p. 191,1. 1.
  • 75 Le terme de vassal nous semble correspondre le mieux (sinon parfaitement) au statut des princes se (...)
  • 76 Michel Italikos, Lettres et Discours, éd. P. Gautier, Paris 1972, p. 267.

22C'est vraisemblablement dans le même sens qu'il faut interpréter le passage du discours de Manuel Straboromanos de 1103 concernant les reconquêtes d'Alexis Ier73, où figure la double mention de « Serbes » et de « Dalmates », d'autant que ces derniers sont dits avoir voulu se soustraire à la sujétion (δουλικòν Δαλμάτας τοὐς ἒχοντας άφελόμενον)74. Constantin Bodin, le chef des Triballes et des Serbes dans les années 1080, était en effet le vassal de Byzance75 et le resta jusqu'au moment où Volkan prit en quelque sorte sa succession en tant que commandant des Dalmates. Néanmoins, à la fin du xie siècle et au tout début du xiie, c'est le prince de Dioclée qui est considéré par Byzance comme le chef des Serbes et des territoires serbes. D'ailleurs, dans la première moitié du xiie siècle, les princes de Dioclée dominent effectivement les pays serbes et c'est la raison pour laquelle Byzance tenait tant à intervenir dans leur succession. Ainsi Jean II Comnène est intervenu, en 1122, contre Georges, fils de Constantin Bodin et de Jacintha, quand il s'est emparé du pouvoir aux dépens de la branche issue de l'oncle paternel de Constantin Bodin, Rodoslav, qui avait l'agrément de Byzance. Et Michel Italikos, dans un discours célébrant l'empereur en 1138, chante ses victoires sur les « Daces », ainsi qualifie-t-il les Hongrois, et les « Dalmates », désignant par-là les Serbes de Dioclée76. Au fur et à mesure, néanmoins, que la Serbie prend du poids, les termes Dalmatie et Dalmates, loin de disparaître, vont progressivement se superposer aux termes Serbie et Serbes, la Serbie récupérant l'héritage historique dominant des Serbes, qui fut, pendant un temps, celui de Dioclée.

  • 77 Kinnamos, Bonn, p. 12, 1. 9-10.
  • 78 Jean Kinnamos, Chronique, trad. J. Rosenblum, Nice 1972 (Publications de la Faculté des Lettres et (...)
  • 79 Cette révolte de la Serbie (rapportée par Kinnamos pendant la guerre contre les Hongrois entre 1127 (...)
  • 80 Kinnamos, Bonn, p. 102, 1. 18.
  • 81 Ibid., p. 101-102.
  • 82 Ibid., p. 101, 1. 23 ; p. 102, 1. 23 ; p. 103, 1. 18.

23Kinnamos emploie le terme « Dalmates » concurremment à celui de « Serbes », assimilant d'ailleurs les Serbes (Σέρβιοι), qui détruisent Rason, à un « ἒθνος Δαλματικόν »77. Or si Rason n'est pas Ras (capitale de la Rascie), mais plutôt Razan sur la rive droite de la Morava, un peu en avant du confluent de la Nisava78, de toute façon il s'agit bien, en 1128, d'une révolte des Serbes de Serbie79. Tous les événements postérieurs concernant la Serbie et les Serbes jusqu'en 1158, sont rapportés par Jean Kinnamos comme se référant à la Dalmatie et aux Dalma-tes. Ainsi narre-t-il la campagne de « Dalmatie »80 de 1149, quand l'empereur eut appris qu'Allemands, Dalmates (Δαλμάται) et Péoniens (Hongrois) s'étaient unis contre l'empire et qu'il alla punir le Grand Župan qui commandait alors81. Nous notons pour la première fois l'usage du terme « άρχιζουπάνος »82 désignant Uroš Pervoslav.

  • 83 Ibid., p. 104, 1. 8.
  • 84 Ibid., p. 104, 1. 9.
  • 85 Ibid., p. 104, 1. 3. 12. 23 ; p. 105, 1. 13. 17. 21. 24 ; p. 108 ; p. 109 ; p. 113, 1. 9. 17.
  • 86 Ibid., p. 104, 1. 12.
  • 87 Ibid., p. 104, 1. 19. 22.
  • 88 Ibid., p. 109-113.
  • 89 Ibid., p. 113, 1. 9.

24Lorsqu'au début du récit de la campagne de 1150, Kinnamos évoque le pays proprement dit, ses conditions naturelles (la forêt et les fleuves de la Save et de la Drina), et sa géographie politique, il mentionne la « Σερβικὴ » (sous-entendue « χώρα »)83 et distingue alors cette Serbie proprement dite de la Bosnie, qui n'obéit pas à l'archizoupanos des Serbes (Σερβίων)84. Puis, reprenant le récit des événements, il use à nouveau de la terminologie habituelle de « Dalmates »85 pour désigner les Si le titre du discourSerbes (on trouve même l'expression « Δαλματῶν ἔθνος »86) et de « Dalmatie » pour désigner la Serbie (Rascie)87. Il y a un flottement dans le texte de Kinnamos à propos de l'archizoupanos, qui désigne d'abord le comte Bağyon (Βακχίνος, en grec) -qui combattit avec Manuel dans un duel héroïque -, puis le prince serbe, qui, après la victoire de Manuel sur les Hongrois, se fit annoncer par une ambassade avant de venir en suppliant auprès de l'empereur88. En 1154, enfin, Kinnamos raconte que Manuel est intervenu dans la succession des Serbes - qu'il appelle encore Dalmates89 - en rétablissant Uroš sur son trône.

  • 90 Ibid., p. 204, 1. 1.
  • 91 Ibid., p. 212, 1. 15. 17. 19 ; p. 213, 1. 4.
  • 92 Ibid., p. 131, 1. 22-24. Il ne faut pas confondre ce Boric (Βορίτζης en grec), ban de Bosnie, avec (...)

25Dans la suite de sa chronique, Kinnamos modifie son vocabulaire, n'employant plus que les termes de « Serbes » et de « Serbie » lors des campagnes de Manuel en Serbie. Ainsi parle-t-il de « Σερβική » (χώρα)90 dans la campagne de Manuel de 1158, qui aboutit à substituer Béla à Uroš Pervoslav. De même, quand Desse en 1162-1163 refusa de prêter main forte à Manuel contre les Hongrois, Kinnamos dit que l'empereur s'occupa alors de la « Serbie ». Il dit encore que Desse avait reçu le commandement de la « Serbie » par don impérial et il mentionne la route qui conduit en « Serbie »91. Il emploie, en revanche, le terme « Dalmate » dans le sens ancien, s'appliquant à toute la terre comprise entre le Danube et la côte, et de l'Istrie à Dyrrachium, puisqu'il qualifie en 1155 Boric, le ban de Bosnie de « ό Βόσθνης χώρας έξάρχων Δαλματικῆς92 ».

  • 93 Kinnamos, Bonn, p. 248-249.
  • 94 Jireček, Geschichte... (cité supra n. 71), p. 253. La Dalmatie était ainsi coupée en deux. C'est à (...)
  • 95 Sur Raguse à cette époque, voir Krekič, Dubrovnik... (cité supra n. 38), p. 20.

26Après la victoire de Zeugmin en 1165, il est à nouveau question de la Dalmatie pour désigner l'ancienne province que Byzance reconquit en partie en 1166. La campagne, menée par Jean Doukas, est racontée en détail : le général byzantin traversa le pays des Serbes (τήν Σερβίων), puis fit passer toute son armée en Dalmatie, qualifiée de principauté (δυναστεία) et dont Kinnamos énumère les vil-les : Tragourin, Sebenikos, Spalathos, Dioclée, Kardôn (Scardona), Ostroubitza (Stroumitza), Salôn et, dit-il, toutes les autres villes de Dalmatie, soit cinquante-sept villes93. Ainsi la Dalmatie a repris son sens de « kastra de Dalmatie » de Constantin VII, même si la Dalmatie de 1166 ne retrouve plus ses anciennes frontières : Zara, siège de l'ancien prieur et stratège, n'en fait plus partie. S'y ajoutait-il aussi le territoire de Zenta ? En tout cas, c'est ce qu'inciterait à penser la double mention d'un duc de Dalmatie et de Dioclée et d'un duc de Dalmatie et de Croatie à la même époque94. La Dalmatie de Kinnamos en 1166 comprendrait, outre les kastra de Dalmatie, la Zenta, où résidaient alors des princes vassaux de Byzance. On remarquera que Kinnamos n'a pas cité Raguse parmi les villes de la Dalmatie byzantine. La ville aurait donc conservé son autonomie jusqu'en 1171, date à laquelle elle fut prise par les Vénitiens95.

  • 96 Kinnamos, Bonn, p. 262-263. Nicéphore Chalouphès était le duc de Dalmatie et de Croatie, cf. n. 94
  • 97 Ibid., p. 271, 1. 19-20.
  • 98 Ibid., p. 286-288. Pour la datation des expéditions de Manuel Ier contre Desse, cf. Magdalino, The (...)
  • 99 Kinnamos, Bonn, p. 287, 1. 12.

27Par la suite, Kinnamos mentionne encore la « Dalmatie », à nouveau occupée par les Hongrois en 1166-1167, qui s'emparent du gouverneur Nicéphore Chalouphès, résidant à Spalathos96. Quant aux « Serbes », armés de lances et d'écus, mentionnés dans l'armée byzantine dans la nouvelle campagne de Hongrie de 116797, ils font partie des contingents dus par le prince serbe à Byzance. En 1172, Manuel Ier se tourna une fois de plus contre les Serbes et leur archizoupa-nos, qui se révoltaient98 (on note l'expression « τò Σερβίων ἔθνος »99). Lorsqu'il quitta la terre serbe, l'empereur avait dans son escorte l'archizoupanos.

28Ainsi, dans le récit de Kinnamos concernant les Serbes, le passage d'une terminologie indifférenciée à des concepts distincts semble correspondre à la fois à la prise du pouvoir par Etienne Némanja et à la reconquête byzantine de la Dalmatie, comme si désormais deux entités politiques s'imposaient, celle de la principauté de Serbie (Serbie proprement dite) vassale de Byzance, et la Dalmatie (kastra de Dalmatie et principauté de Zenta) sous administration byzantine directe.

  • 100 Choniatès, Orationes, p. 26-34.

29Des textes de Nicétas Choniatès, nous avons la chance d'avoir deux styles littéraires très différents, selon qu'il s'agit de son Histoire ou du discours qu'il prononça pour célébrer la victoire d'Isaac II Ange sur les Serbes100

  • 101 Choniatès, Histoire, p. 16.

30Examinons d'abord le vocabulaire de l'Histoire. A propos de l'expédition de Jean II Comnène en 1122 contre Georges de Dioclée, Nicétas Choniatès rappelle que l'empereur conduisit son armée contre l'ethnos des Triballes « dits encore Serbes »101. Les dynastes, qui se disputent le trône de Dioclée, sont les chefs des Triballes, selon la terminologie employée au siècle précédent par Skylitzès. Ainsi la distinction entre Serbes de Serbie et Serbes de Tribalia est encore en vigueur au début du xiie siècle.

  • 102 Ibid., p. 90, 1. 76.
  • 103 Ibid., p. 90, 1. 83.
  • 104 Ibid, p. 90, 1. 84.
  • 105 Ibid., p. 90, 1. 92.

31Dans le récit de la campagne de 1149, alors que les Serbes avaient dévasté les régions frontalières de l'empire, la terminologie employée par Nicétas Choniatès est celle de « Serbes (Σέρβοι) »102 et de « Serbie (Σερβία)103 », Uros Pervoslav étant appelé le « satrape »104 ou le « Σερβάρχης ».105

  • 106 Ibid., p. 92, 1. 29. 36.
  • 107 Ibid., p. 93, 1. 63.
  • 108 Ibid., p. 100, 1. 54. Pour les campagnes de Manuel contre les Hongrois et les Serbes dans la décen (...)
  • 109 Pour la datation, si nous suivons en général celle proposée par P. Magdalino (n. 98), nous pensons (...)
  • 110 Choniatès, Histoire, p. 136.
  • 111 Ibid., p. 158, 1. 86.
  • 112 Représentant direct de l'Empire, il y a, par ailleurs, un duc de Dalmatie et de Dioclée établi à D (...)
  • 113 Choniatès, Histoire, p. 159, 1. 90-95. 6.

32En 1150, Manuel part en campagne contre les « Serbes » et « Uros de Serbie »106 ; à la fin 1151, il triomphe à Constantinople avec les prisonniers hongrois et « serbes »107 ; en 1154, il va à la rencontre du « satrape des Serbes »108 . En 1165109, il retourne en « Serbie » et reçoit Desse, qui, ayant demandé un sauf-conduit, arrive avec son escorte de satrape et jure à l'empereur fidélité110. Etienne Némanja est encore appelé « satrape des Serbes » en 1168111. Byzance lui reconnaît une souveraineté sur la Serbie proprement dite, mais absolument pas sur Dioclée, dont le prince, Radoslav, est aussi son vassal112. Ainsi, quand Némanja tente d'imposer sa souveraineté sur Dékatéra et la Croatie, l'empereur Manuel, forcé d'intervenir une fois de plus en 1168, soumet à nouveau Némanja, qui craignait d'être dépossédé par l'empereur de la principauté des Serbes (ή των Σέρβων δυναστεία)113, alors uniquement limitée à la Serbie.

  • 114 Ibid., p. 434, 1. 27. 28.
  • 115 Ibid., p. 532, 1. 75-76.
  • 116 Voir à ce sujet Jireček, Geschichte..., p. 266.

33En 1191-1192, Némanja est encore appelé « župan des Serbes »114, lors de la bataille de la Morava, mais évoquant le mariage d'Eudocie, fille d'Alexis III avec un fils de Némanja, Nicétas Choniatès mentionne ledit Némanja comme « chef des Triballes »115. La question est alors la suivante : Triballes est-il désormais l'équivalent de Serbes, ou bien Nicétas Choniatès, qui n'a plus utilisé le terme Triballes depuis l'expédition de Jean II contre Georges, fils de Constantin Bodin, désigne-t-il ici Némanja comme « chef des Triballes », parce que, précisément entre 1181 et 1186, le Grand Župan de Serbie a définitivement étendu sa souveraineté sur la Dioclée, comme l'attestent les documents de la commune de Cattaro116 ?

  • 117 Choniatès, Orationes, p. 27, 1. 17.
  • 118 Ibid., p. 28, 1. 24, p. 31, 1. 23.
  • 119 Ibid., p. 27, 1. 20, p. 29, 1. 28, p. 30, 1. 30, p. 32, 1. 9.
  • 120 Ibid., p. 28, 1. 9.
  • 121 Ibid., p. 39, 1. 25-26 : le Dace est esclave, le Dalmate et l'Illyrien sont humiliés, le Paion (le (...)

34Le texte du discours adressé à Isaac Ange invite à être prudent sur une analyse sémantique trop poussée de la terminologie employée par un auteur, la relation des événements de 1191-1192 illustrant parfaitement la part qu'il convient de faire au genre littéraire. En effet, dans son Histoire, Nicétas Choniatès ne mentionne que le « župan des Serbes », ce qui est conforme à l'ensemble de la terminologie du chroniqueur, puisque excepté deux mentions de « Triballes », les termes « Serbes » et « Serbie » sont constamment employés. Or, dans son discours, Nicétas Choniatès n'emploie ni le terme de Serbia ni celui de Serboi : l'empereur, comme le feu consume la forêt, a fait disparaître le pays des Dalmates « χώρα τῶν Δαλματῶν »117, dit ailleurs « Δαλματία »118. Ses habitants, qui ont été massacrés par l'armée d'Isaac, sont appelés « Dalmates » (Δαλμάται)119, tandis que leur chef, Némanja n'a d'autre qualification que celui qui a le commandement (archè) des Dalmates120. Dans un autre discours célébrant le mariage d'Isaac avec la fille du roi de Hongrie, Béla, les termes désignant les Serbes sont à la fois ceux de « Dace » et de « Dalmate » sous la forme d'un singulier collectif121. Avec les discours de Nicétas Choniatès, nous sommes entrés dans cette catégorie bien particulière, mais extrêmement riche dans sa terminologie concernant les peuples étrangers, que sont les textes rhétoriques à partir du règne de Manuel Ier. Nous allons tenter dès les répertorier en relevant chaque fois les noms donnés aux Serbes et aux terres serbes.

35Il existe plusieurs discours à l'empereur Manuel Ier célébrant ses victoires sur les Serbes. Certains leur sont entièrement consacrés, d'autres, plus nombreux, leur font une place parmi bien d'autres exploits. À partir des années 1150, les panégyristes impériaux associent de plus en plus fréquemment les Serbes aux Hongrois, ce qui correspond à la réalité des faits et nous permet de comparer les terminologies employées pour les deux peuples, terminologies qui n'avaient pas de structures rigides, comme nous allons en témoigner.

  • 122 Magdalino, The empire..., p. 441-447 ; voir l'Appendice des poèmes du « Prodromos Manganeios », p. (...)
  • 123 W. Hörandner, Théodoros Prodromos historische Gedichte, Vienne 1974, p. 354-355.

36Les discours et les pièces poétiques concernant les conflits de Byzance avec les Hongrois et les Serbes sous le règne de Manuel Ier attribués traditionnellement à Théodore Prodrome sont nombreux. P. Magdalino a récapitulé les textes, qui doivent maintenant être connus comme ceux du Prodrome Manganeios122. Néanmoins, nous commencerons notre étude par un discours de Théodore Prodrome se rapportant aux exploits de Manuel Ier Comnène en automne 1149, quand l'alliance des Normands avec les Allemands de Welf VI, les Hongrois et les Serbes du Grand Župan Uroš II, contraignit Manuel Ier à abandonner momentanément ses projets d'invasion de la Sicile et de l'Italie du Sud et à aller dans les Balkans réprimer la révolte des Serbes, alliés des Hongrois123.

  • 124 Ibid., p. 354, 1. 80.
  • 125 Ibid., p. 355, 1. 211. Voir aussi les expressions « σμήνη Σερβικὰ » p. 356, 1. 281, et « ή προνομὴ (...)
  • 126 Ibid., p. 354, 1. 207.
  • 127 Ibid., p. 354, 1. 96.

37Célébrant les glorieux combats de Manuel contre la Dacie (la Serbie) et la Péonie (la Hongrie), l'auteur raconte comment le barbare et archizoupanos serbe, le sanglier montagnard et trois fois esclave, allié avec les Hongrois et bercé par les promesses du dragon de Sicile (Roger II), a osé ravager les terres d'empire. Les termes employés sont ceux de Dacie (Δακική)124 pour désigner la Serbie et de Serbes pour désigner le peuple (Σέρβοι)125. On trouve même l'expression de « Σερβουγγρική »126 pour qualifier la guerre (μάχη), qu'ont livrée les Serbes, as-sociés des Hongrois, témoignant d'une réalité, celle de l'alliance des Serbes et des Hongrois, qui finit par passer dans la terminologie. Il en est de même pour la formation du titre désignant Uroš « άρχισερβοζουπάνος »127.

  • 128 Comme on a coutume d'appeler désormais l'auteur des discours et des pièces poétiques qui nous inté (...)

38Les discours du Prodrome Manganeios128 concernant les Serbes sont d'une richesse éblouissante sur l'image que les Byzantins se faisaient des Serbes. Pour notre propos, plus limité, nous avons un nouvel exemple d'une terminologie multiple chez un même auteur.

  • 129 E. Miller, RHCC, Hist. gr., II, p. 761-763 (Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 26).
  • 130 Ibid., p. 762, 1. 26. 30. 34.

39Le discours célébrant la campagne de 1149 contre Uroš Pervoslav fait l'éloge de Manuel, quand il est revenu victorieux de Serbie (Σερβία)129. L'ensemble du poème, qui décrit la lâcheté d'Uroš et des Serbes se terrant dans les grottes et les montagnes, les désigne comme « Σέρβοι »130.

  • 131 St. Rácz, Bizánci Költemények Mánuel Császár magyar hadjáratairól (= Βυζαντινὰ ποιήματα περì τῶν Ο (...)
  • 132 Ibid., p. 24, 1. 24.
  • 133 Ibid., p. 24, 1. 26.

40Si le titre du discours célébrant le combat singulier de Manuel contre le Serbe scélérat131 ne correspond à aucune réalité - puisque Manuel s'est affronté en duel au comte hongrois Bagyon et non à Uroš Pervoslav -, le récit de l'expédition correspond néanmoins assez bien à ce que nous savons de l'expédition contre les Serbes de 1150. Nous relevons les termes de « Σερβία », « Σέρβος », « Σερβοι » pour désigner la Serbie (Rascie) et le(s) Serbe(s) de Serbie. Le titre de « stratarque du kralj »132 donné au vaincu correspond bien au titre du comte Bağyon, lieutenant du roi hongrois, tandis que les chefs serbes sont appelés « ζουπάνοι »133.

  • 134 Ibid., p. 25-42 (Magdalino, The empire.... Appendice 1 n° 7).
  • 135 Ibid., p. 32, 1. 271.
  • 136 Ibid., p. 33, 1. 289.
  • 137 Ibid., p. 34, 1. 318-319.
  • 138 Ibid., p. 35, 1. 356.
  • 139 Ibid., p. 34, 1. 348.

41L'autre discours, concernant en partie les Serbes, est adressé à l'empereur, quand par sa seule présence, il a frappé de stupeur le kralj et a remporté la victoire sans combattre134. Au cours de cette expédition contre le roi hongrois, Manuel est allé remettre de l'ordre dans le gouvernement des Serbes et par son jugement a rétabli Uroš, qui avait été destitué par son frère Desse (1154). Dans ce texte, le Prodrome Manganeios qualifie Desse de chef bâtard des Dalmates (νόθος Δαλματάρχης)135, et lui prête l'arrogance du kralj136, tandis que l'empereur que l'on imaginait comme l'exterminateur des Serbes, a été l'arbitre des Serbes (διαιτητὴς τῶν Σέρβων)137 : il a rétabli l'harmonie parmi les chefs Dalmates138 et il a tout arrangé en Dalmatie selon son dessein139. La conclusion semble évidente : le Prodrome Manganeios utilise de façon interchangeable les termes « Serbes » et « Dalmates ». De la mention de Desse qui possédait l'arrogance du kralj, faut-il penser que l'archižupan puisse être déjà appelé kralj par les Byzantins à cette époque ou n'est-ce qu'une prétention de Desse à rivaliser avec le kralj hongrois et dénoncée comme telle par les Byzantins ?

  • 140 Éd. Miller, RHCC, Hist. gr., II, p. 741-747 (Magdalino, The empire..., Appendice 1 n°4).
  • 141 Ibid., p. 742, 1. 265-267.
  • 142 Ibid., p. 743, 1. 302. 368.
  • 143 Ibid., p. 744, 1. 400.
  • 144 Ibid., p. 506, 1. 149-150 (Magdalino, The empire.... Appendice 1 n° 63).
  • 145 Ibid., p. 744, 1. 468.
  • 146 Il faut rappeler, en effet, qu'en 1150, le frère du župan Uroš, Desse, avait reçu le titre de « du (...)
  • 147 Ibid., p. 745, 1. 636, p. 746, 1. 720.

42Un éloge par le Prodrome Manganeios de Manuel Ier, que l'on peut dater de 1152-1153140, rappelle que le « Dalmate » a pillé la terre des Romains, que le « Dace » et le « Péonien » se sont entendus en cachette pour combattre les Romains141. Nous avons donc ici une double désignation des Serbes sous les termes « Dalmate » et « Dace ». Ensuite il célèbre l'empereur, qui s'est porté en « Dalmatie » pour lutter contre les « Serbes », a alors combattu en duel le géant (le comte Bagyon) et affronté glorieusement la puissance serbo-hongroise (Ζερβουγκρική δύναμις)142. Plus loin encore, il dit que « Diocléens, Daces et Dalmates »143 se sont soumis aux Hongrois, reprenant une terminologie qu'il avait déjà employée dans le discours de consolation qu'il adressa en 1149 à la nièce de Jean II Comnène144. Enfin, il appelle « Triballes » les prisonniers serbes145. Le Prodrome Manganeios, en utilisant cette terminologie multiple, est ici fidèle aux réalités historiques146, qui permettent d'enrichir son œuvre poétique à la fois par le vocabulaire et par les images : les Serbes paraissent alors un ennemi multiforme, d'autant plus difficile à soumettre. Mais, en voyant le regard de l'empereur, le Dace ferme les yeux, tandis qu'en écoutant son pas, les Dalmates se terrent dans les fossés pierreux147.

  • 148 Ibid., p. 756, 1. 104 (daté de 1153, cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1, n° 13) ; p. 290, 1 (...)
  • 149 Ibid., p. 766, 1. 70 (poème daté de 1151-1152, cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 33).
  • 150 Ibid., p. 280, 1. 7 (cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1, n° 28).
  • 151 E. Miller, Poésies inédites de Théodore Prodrome, Annuaire de l'association pour l'en-couragement (...)
  • 152 Id., RHCC, Historiens grecs, II, p. 769, 1. 91 (poésie datée de 1150, cf. Magdalino, The empire... (...)
  • 153 Ibid., p. 770, 1. 265. 300.
  • 154 Ibid., p. 770, 1. 115 (Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 50) ; p. 772, 1. 84 (Magdalino, Ap (...)
  • 155 Théodore Prodrome, De Manganis, éd. S. Bernadinello, Padoue 1972 (Studi Bizantini e Neogreci 4), p (...)
  • 156 Comme le suggère l'éditeur, ibid., p. 14.

43Dans d'autres pièces poétiques le Prodrome Manganeios cite les « Dalmates »148 ou la « Dalmatie »149 alors qu'un autre discours de la même date évoque la dévastation de la « Serbie »150. Pour célébrer les exploits de Jean Cantacuzène, il emploie, dans une poésie, le terme « Dalmates »151 et, dans une autre, les termes de « Daces »152, « Dalmatie » et « Dalmate »153. Dans d'autres pièces, le Prodrome Manganeios cite tantôt le Dace, tantôt le Dalmate154. Dans ce contexte, la mention par Manganeios de la colline de Dioclée, qui a contemplé Manuel aux prises avec les ennemis, comme s'il était un dieu155, peut réellement désigner la colline de Dioclée156.

  • 157 Michel De Thessalonique dans : Fontes rerum Byzantinarum fasciculi 1 et 2 rheto-rum saeculi XII or (...)
  • 158 Ibid., p. 142.
  • 159 Ibid., p. 143-144.

44Le discours de Michel le Rhéteur célébrant les exploits de Manuel dans sa campagne contre les Serbes en 1150 désigne le Serbe comme « Dace »157 et le Hongrois comme « Gépide ». Des Daces, il dit encore que ce sont les voisins des Gépides et qu'ils leur sont liés par les liens du sang, ce qui correspond à la fois à la réalité géographique, le Danube étant la frontière des deux pays, et à la réalité historique, puisqu'Hélène, la fille d'Uroš, avait épousé Béla l'Aveugle. Il décrit encore la soumission à Manuel Ier de l'ethnos dace (τό Δακικόν)158, à tel point que désormais les Daces suivent l'empereur en campagne contre les Hongrois159.

  • 160 Ibid., p. 174.
  • 161 Ibid., p. 175.

45Rédigé à la même époque (1152-1153), un discours du même auteur relatant la campagne de 1149 contre les Serbes emploie une terminologie différente, le Hongrois étant dit « Pannonien » et le Serbe « παριστρίος Σθλαβίνος », la Serbie étant qualifiée de « ή τοῦ Σθλαβίνου160 » ou de « ή τῶν Σθλαβίνων161 ».

  • 162 Ibid., p. 162.
  • 163 Ibid., p. 163-164.

46Un autre discours célébrant la campagne hongroise de Manuel de 1154 mentionne que les Daces (Δάκαι ; τό Δακικόν) se sont alliés aux Hongrois contre les Romains162, qu'ils ont renversé le chef que Manuel avait mis à leur tête, mais qu'ensuite ils ont obéi au jugement rendu par l'empereur pour rétablir sur le trône Uroš Pervoslav, appelé « satrape des Daces », qui avait été destitué par Desse163.

  • 164 Ό Μαρκιανòς κῶδιξ 524, Néos Hell. 8, 1911, p. 149-150.

47De la même époque, un poème anonyme célébrant la victoire byzantine à la bataille de Tara en 1150, parle de « Dalmates impudents », rappelle que Manuel Ier a combattu en duel héroïque le « zoupanos » (ainsi est nommé ici le comte Bagyon) et qu'il a réduit la Serbie en esclavage164.

  • 165 Discours de Constantin Manassès, éd. E. Kurtz, VV 12, 1906, p. 88-92. Si, du fait de l'allusion à (...)
  • 166 Nous nous situons exactement à la fin du règne de Desse, comme župan des Serbes, avant la prise du (...)
  • 167 Discours de Constantin Manassès..., p. 89, 1. 39.
  • 168 Ibid., p. 89, 1. 49.
  • 169 Ibid., p. 92, 1. 127.

48Passons maintenant à un discours de Constantin Manassès dont les événements relatés doivent être datés de 1167165. L'auteur fait l'apologie des victoires de Manuel Ier sur Desse166 avant de passer aux victoires sur les Hongrois. Il raconte que Manuel Ier s'est élancé contre les Serbes qu'il qualifie de « Triballes » et de « Gépides »167, ce dernier terme étant d'habitude réservé aux Hongrois qu'il appelle « Pannoniens ». Desse lui-même est appelé « ό Γήπαις »168. Ayant raconté comment Manuel a remis Desse sous le joug byzantin, à nouveau Constantin Manassès qualifie les Serbes de « Triballes », de « Daces » et de « Gépides »169. On ne peut noter aucune différence ethnique, historique et politique dans l'esprit de l'auteur. L'ensemble de ces termes désignent les Serbes de la Serbie de Desse.

49Nous avons noté l'emploi répété des termes « Triballes » et « Daces » dans les sources rhétoriques et poétiques de la seconde moitié du χιie siècle, qui mentionnent les Serbes de Serbie. Faut-il supposer que les auteurs employaient à dessein ces termes, cédant à une mode littéraire antiquisante ? Si tel est le cas, peut-on discerner un lien géographique ou ethnique entre les concepts antiques et les dénominations antiquisantes des Serbes à l'époque byzantine ?

  • 170 Strabon 7. 3. 8 ; 7. 5. 6.

50Des Triballes, Strabon disait qu'il s'agissait d'une tribu thrace installée au-delà de l'Haimos jusqu'au Danube, vers le Pont170. Au xie siècle, nous avons vu que les Triballes étaient les Serbes de Zenta. Constantin Manassès se réfère sûrement davantage au concept médiéval qu'à un concept antique qui n'a pas grand-chose à voir avec la réalité médiévale.

  • 171 Ibid., 7. 3. 13-15.
  • 172 Procopius, Hist., De Bellis, 5. 15. 27. En effet si Sirmium pouvait être le siège du stratège de S (...)
  • 173 Kinnamos, p. 70, 1. 213.

51Des Daces, Strabon disait qu'ils étaient, comme les Gètes, installés au nord du Danube, les Daces se trouvant plus près de la Germanie, ce qui correspond à la localisation de la Hongrie171. Procope, en revanche, définit l'établissement des Daces, comme la région de Singidunum (Belgrade) et de Sirmium jusqu'au fleuve Istros, région qui coïncide davantage avec le nord de la Serbie médiévale, même si elle reste excentrée au xie siècle et carrément hors des limites au xiie172, ce dont témoigne Kinnamos, quand il nomme Naïssos « capitale de la Dacie », ville à partir de laquelle s'ouvrent les deux routes, l'une pour la Serbie, l'autre pour la Hongrie173.

  • 174 Alexiade II, p. 108 ; III, p. 139.
  • 175 Michel Italikos (cité supra n. 76).
  • 176 Kékauménos, p. 268.

52Si Anne Comnène174 et Michel Italikos175 entendent par Dacie la Hongrie dans la continuité de Strabon, de nombreux auteurs byzantins ont l'habitude de nommer les Serbes « Daces », suivant une définition géographique de la Dacie sans doute proche de Procope. Ainsi Kékauménos, au milieu du xie siècle, disait des Serbes qu'ils habitaient près du Danube et de la Save, dans des lieux fortifiés et difficiles d'accès, là où habitaient auparavant les Daces176. On peut donc penser que Constantin Manassès utilise le terme « Daces » pour désigner les Serbes, parce qu'il assimile les Daces aux ancêtres des Serbes.

  • 177 R. Browning, A New Source on Byzantine-Hungarian relations in the twelfth century, The Inaugural L (...)
  • 178 Le fait que la révolte du prince serbe ait été doublée de la guerre des Romains contre les Hongroi (...)
  • 179 Comme il était usuel de les appeler, contrairement à Constantin Manassès qui emploie aussi ce term (...)
  • 180 Michel D'anchialos, p. 97, 1. 384.
  • 181 Ibid., p. 199, 1. 439-440, p. 200, 1. 471, p. 201, 1. 493.
  • 182 Ibid., p. 199, 1. 441-443.

53Michel d'Anchialos, comme Constantin Manassès, appelle les Serbes « Daces », mais à la différence de ce dernier, il ne les désigne pas autrement. Dans sa lecture inaugurale comme hypatos des philosophes, dans les années 1167-1170, il se réfère, en effet, aux victoires de Manuel Ier Comnène contre les Hongrois, les Turcs, les Ciliciens et les Daces et, plus précisément, à une campagne victorieuse contre les Hongrois que l'on peut dater de 1165 ou de 1167177. Les événements concernant les Serbes se situeraient volontiers en 1167, puisqu'il est question à la fois de leur rébellion et de leur alliance avec les Hongrois178. Tandis que les Hongrois sont clairement qualifiés de Péoniens, Pannoniens et de Gépides179 les « Daces » sans ambiguïté désignent les Serbes180, Desse étant le sauvage Dace montagnard, le Dace rendu sourd par les poils qui poussaient dans ses oreilles, le Dace qui dut néanmoins se soumettre à la vassalité la plus complète181. Mais la description géographique de leur peuplement correspond beaucoup plus à la Dalmatie qu'à la Serbie de Desse. Selon Michel d'Anchialos, le pays s'étend, en effet, de l'Istrie à l'Illyrie, longe la côte adriatique jusqu'à la mer Ionienne182.

  • 183 V. Laurent, La Serbie entre Byzance et la Hongrie à la veille de la quatrième croisade, Revue Hist (...)

54Les documents d'archives de Chilandar de l'extrême fin du xiie siècle mentionnent uniquement les termes de « Serboi » et de « Serbia ». Cette information sur la terminologie contemporaine officielle est confirmée par une lettre d'Isaac II Ange au pape Célestin III, lui demandant de condamner l'agression de la Serbie par la Hongrie en 1192-1193 et mentionnant l'envoi d'un contingent militaire au grand zupan de Serbie183.

  • 184 Actes de Chilandar, Actes grecs, éd. L. Petit, b. Korablev, Prilož 1912 (VV 17), n° 4, 1. 31. 56-5 (...)
  • 185 Ibid., n° 4, 1. 2. Même titulature, n° 5, 1. 5.
  • 186 Ibid., n° 5, 1. 16

55Le chrysobulle d'Alexis III Ange de 1198 accorde au moine Syméon, ci-devant Etienne Némanja, et à son fils Sava le monastère de Chilandar, au Mont Athos, pour le restaurer et leur garantit la pleine possession et la liberté d'accueillir dans le monastère tous ceux qui, d'origine serbe (Σερβικοῦ γένους)184, ont choisi la vie monastique, comme il en est des monastères attribués sur la sainte Montagne aux Ibères et aux Amalfitains. Le même chrysobulle rappelle le titre officiel du prince serbe, Etienne Némanja : « μέγας ζουπάνος τῆς Σερβίας »185. Cette mesure est reprise à peu près dans les mêmes termes dans un chrysobulle de 1199, en faveur de ceux qui appartiennent au génos des Serbes (ἀπò τοῦ γένους τῶν Σέρβων)186.

56En conclusion, nous avons analysé l'histoire de l'ensemble des termes byzantins désignant les Serbes du xe à la fin du xiie siècle. Cette terminologie multiple, d'abord liée à des territoires distincts, s'en détache au cours de l'époque étudiée. Si, au milieu du xiie siècle, les anciens concepts administratifs et géographiques transparaissent encore dans la terminologie, au fur et à mesure que Byzance perd pied en Dalmatie et que la Serbie s'impose aux dépens des autres territoires serbes, ces distinctions conceptuelles s'estompent. Néanmoins, cette tendance était ancienne, et dès la fin du xie siècle nous avons constaté un emploi littéraire de la terminologie, souvent décalé par rapport aux réalités. Dans la seconde moitié du xiie siècle s'imposent progressivement les termes de « Serbes » et de « Triballes », termes, qui domineront dans l'ensemble des sources byzantines des xiiie et xive siècles, tandis que les anciennes dénominations géographiques et ethniques seront reprises dans la titulature des princes serbes, au fur et à mesure de leur expansion territoriale.

Notes

1 N. Radojčić, Quels noms donnaient aux Serbes et aux Croates les historiens byzantins du xie siècle et du xiie siècle Jean Scylitzès ('Ιωάννης ό Σκυλίτζης), Nicéphore Bryennios (Νικηφόρος ό Βρυέννιος) et Jean Zonaras ('Ιωάννης ό Ζωναρᾶς), Bulletin de la Société scientifique de Skoplje II 1-2, Skoplje 1926 (en serbe, résumé en français).

2 DAI, ch. 32, 33, 34, 35, 36.

3 DAI, ch. 30, 1. 95-112.

4 DAI, ch. 32, 1. 21-26 : de la Dioclée non mentionnée, Constantin VII dit ailleurs que le processus du repeuplement fut identique, cf. 35, 1. 7-10.

5 Théophane Continué, Bonn, p. 288, 291. Pour cette période, Skylitzès copie exactement la Vita Basilii, cf. Skyl., p. 146-147.

6 DAI, ch. 29, 1. 4-5.

7 Ibid., 1. 55-58.

8 Ibid., 1. 60-65.

9 DAI, ch. 30, 1. 9-11.

10 Ibid., 1. 13. Au sujet de la Dalmatie, cf. J. Ferluga, L'administration byzantine en Dalmatie, Vizantiska uprava u Dalmaciji, Belgrade 1957 (Académie serbe des Sciences. Monographies 291, Institut d'Études byzantines 6), p. 154-162 (= Byzantium on the Balkans, Studies on the Byzantine Administration and the Southern Slavs from the 7th to the I2th Centuries, Amsterdam 1976, p. 142).

11 DAI, ch. 30, 1. 13, 120.

12 Ibid., 1. 119-142. Pour le thème de Dalmatie, voir Ferluga, L'administration byz. en Dalmatie... (cité supra n. 10), p. 144-145.

13 DAI, ch. 30, 1. 120 ; ch. 32, 1. 24.

14 DAI, ch. 29, I. 88-94. Voir aussi A. Pertusi, Costantino Porfirogenito. De Thematibus, Introduzione-Testo Critico-Commento, Città del Vaticano 1952 (Studi et Testi 160), ch. 11, 1. 20-22 : ils (les Arabes) ont ravagé différentes villes de la Dalmatie : Boutôba, Rossa. Ils se sont ensuite dirigés vers leur métropole, que l'on appelle Raguse.

15 DAI, ch. 29, 1. 108-112 ; pour la souveraineté byzantine sur les kastra de Dalmatie, voir Constantine Porphyrogenitus, De Administrando Imperio, II, Commentary, éd. R. J. H. Jenkins, f. Dvornik, B. Lewis, GY. Moravcsik, D. Obolensky, s. Runciman, Londres 1962, p. 103, 29/61-6. Pour le thème de Dalmatie, les kastra et Raguse sous le règne de Basile Ier, voir J. Ferluga, Les îles dalmates dans l'empire byzantin, Byz. Forsch. 6, 1977 (= Byzantium on the Balkans... (cité supra n. 10], p. 121-122).

16 Théophane Continué, p. 291.

17 DAI, ch. 31, 1. 3.

18 Réf. n. 15.

19 DAI, ch. 30, 1. 121-125.

20 DAI, ch. 30, 1. 51.

21 Voir le mariage de Vladimir avec, sinon la fille de Samuel, tout au moins la fille d'un partisan durazzain de Samuel, cf. A. Ducellier, La Façade maritime de l'Albanie au Moyen Age. Durazzo et Valona du xie au xve siècle, Thessalonique 1981, p. 66.

22 Skyl., p. 353.

23 La Bosnie fait partie de la Serbie depuis 950, cf. DAI, ch. 32, 1. 151.

24 Pope De Dioclée, p. 330-331.

25 Ibid., p. 335 ; Skyl., p. 353-354.

26 Ibid., p. 399, 1. 15.

27 Ibid., p. 408, 1. 75.

28 Ibid., p. 424-425.

29 Ibid., p. 424, 1. 62-64.

30 Ibid., 1. 75.

31 Pope De Dioclée, p. 330, 342-344.

32 Skyl., p. 424, 1. 75.

33 Voir à ce sujet V. Laurent, Le thème byzantin de Serbie au xie siècle, RÉB 15, 1957, p. 185-195 ; T. Wasilewski, Le thème de Sirmium-Serbie au xie et xiie siècle, ZRVI 8/2 (Mélanges G. Ostrogorsky II), 1964, p. 465-482 et surtout V. von Falkenhausen, Eine by-zantinische Beamtenurkunde aus Dubrovnik, BZ 63, 1970, p. 10-23. Cet article, qui n'est pas relevé par J.-C. Cheynet (cf. J.-C. Cheynet, Du stratège de thème au duc : chronologie de l'évolution au cours du xie siècle, TM 9, 1985, p. 184), met fin à la contestation de l'existence du stratège de Serbie.

34 Von Falkenhausen, Eine byzantinische... (cité note précédente), document p. 23.

35 Skyl., p. 475.

36 Kékauménos, p. 168. Pour les sources locales de Kékauménos. cf. J. Ferluga, Kékauménos et ses sources, Recueil des Travaux de la Faculté de Philosophie VII/l (Mélanges V. Novak), Belgrade 1963, p. 185-196 (= Byzantium on the Balkans..., p. 372).

37 Selon le Pope de Dioclée, l'épouse de son père Dragimir serait la fille du zoupan de Rascie, cf. Pope De Dioclée, p. 343.

38 Kékauménos, p. 170. Raguse, après avoir reconnu la domination vénitienne dans les premières décennies du xie siècle, était à nouveau passée sous contrôle byzantin, cf. B. Krekič, Dubrovnik (Raguse) et le Levant au Moyen Age, Paris 1961, p. 17.

39 Kékauménos, p. 300. De plus, deux documents de 1036 le mentionnent « protospathaire et stratège de la Dalmatie toute entière ». Le stratège de Dalmatie était alors voisin de Ljutovit, stratège de Zachloumie et de Serbie (cf. Von Falkenhausen, Eine byzantinische..., p. 19), la frontière étant bien celle de la Néretva, cf. Ferluga, L'administration byz. en Dalmatie..., p. 146. Par ailleurs, j'interprète le texte différemment de J. Ferluga (Ferluga, Kékauménos... [cité supra n. 36], p. 373), en faisant des « kastra de Dalmatie », de « Stamnos » et de « Zenta » trois réalités distinctes. Il me semble impossible, en effet, que Zenta puisse être considéré comme une ville à cette époque. C'était une région, comme l'attestent toutes les mentions du Pope de Dioclée relevées par J. Ferluga.

40 Avant 1042, comme stratège de Zachloumie, Ljutovit semble avoir également compétence sur la ville de Raguse, cf. Von Falkenhausen, Eine byzantinische..., p. 20.

41 DAI, ch. 33, 1. 21.

42 Actes de Lavra I, éd. P. Lemerle, A. Guillou, N. Svoronos et D. Papachryssanthou, Paris 1970 (Archives de l'Athos 5), n° 10, 1. 12.

43 La date peut être déduite de la comparaison du document d'archive n° 10 avec le docu-ment n° 11, cf. Actes de Lavra I (cité note précédente), p. 122-130 : l'ambassade se situe entre la mort de Sabas, qui eut lieu après 989 (date où il reçut un libellos ou hvpomnèma daté de 989), et 993, date de l'acte de vente de 993.

44 Voir ci-dessus.

45 AASS Mai III (1866) p. 9 § 21-22. Voir I. Dujčev, Une ambassade byzantine auprès des Serbes au IXe siècle, ZRVI 7, 1961, p. 53-61 (= Medioevo Byzantino-Slavo, 1, Rome 1965, p. 221-230).

46 PG 126, col. 201 C ; voir Dujčev, Une ambassade byzantine... (cité note précédente), p. 228.

47 Ibid., p. 226.

48 Comme le dit d'ailleurs I. DUJČEV, ibid., p. 229.

49 C'était une des routes possibles pour se rendre en Serbie, comme en témoigne une ambassade byzantine bien postérieure, celle de Nicéphore Grégoras en 1327, cf. Correspondance de Nicéphore Grégoras, éd. R. Guilland, Paris 1927, p. 31-51. Dujčev, Une ambassade byzantine.., p. 226, n. 1 : l'auteur suggère lui-même l'identification Tzernista-Tzerpista, auquel cas la montagne où s'est réfugié Germain n'est pas le Pangée. Pour la localisation de Tserpitsa-Terpnè, voir P. Bellier, R. C. Bondoux, J.-C. Cheynet, B. Geyer, J.-P. Grelois, V. Kravari, Paysages de Macédoine, sous la direction de J. Lefort, Paris 1986 (TM, Monogr. 3), p. 254.

50 Ή Συνέχεια τῆς χρονογραφίας τοὺ 'Ιωάννου Σκυλίτζη, éd. Ε. T. Tsolakès, Thessalonique 1968 (Institute for Balkan Studies 105), p. 162.

51 Ibid., p. 163, 1. 6.

52 Ibid., p. 163, 1. 23, p. 165, 1. 22.

53 Ibid., p. 164, 1. 23.

54 Zonaras, Bonn, p. 617 : « il (Voislav) pillait les nations voisines de ces montagnes (d'Illyrie), qui étaient soumises aux Romains, les Triballes, les Serbes et tous ceux de même génos qu'eux » ; p. 713 : « l'ethnos des Croates, que l'on appelle Serbes ».

55 P. Gautier, Nicephori Bryennii historiarum libri quattuor, Bruxelles 1975 (CFHB 9), p. 208-211.

56 Ibid., p. 210 (trad. P. Gautier).Voir aussi la suite du récit, p. 213, 1. 18-20, p. 215, 1. 2.

57 Alexiade I, p. 60.

58 Ibid., p. 155.

59 Ibid., p. 168 ; II, p. 60.

60 Volkan était appelé par le pope de Dioclée « župan de Rascie », cf. Pope De Dioclée, p. 360.

61 Alexiade II, p. 115.

62 À tel point que l'on a pu se demander si Bodin et Volkan n'étaient pas une seule et même personne, voir à ce sujet F. Chalandon, Les Comnène. I. Essai sur le règne d'Alexis Comnène, Paris 1900, p. 142-145.

63 Pour Bodin prisonnier, cf. Alexiade II, p. 115 (après 1082 et avant 1092) ; contraint de traiter, cf. Alexiade III, p. 147.

64 Alexiade II, p. 148, 1. 21-23.

65 Ibid., p. 166, 1. 26.

66 Ibid., p. 167, 1. 3.

67 Ibid., p. 184, 1. 20 ; III, p. 66, 1. 3 : noter l'emploi du terme « Dalmates », lors de l'expédition de Jean Comnène contre Volkan en 1105-1106.

68 Alexiade II, p. 167, 1. 20.

69 Ibid., p. 167, 1. 5, p. 169, 1. 15, p. 184, 1. 11.

70 Territoire que le Pope de Dioclée appelle Rascie, par opposition aux régions maritimes dites « Maritima » ou « Dalmaties inférieure et supérieure » et à la Bosnie, qu'il situe de l'autre côté de la Drina, cf. Pope de dioclée, p. 305-306.

71 C. Jireček. Geschichte der Serben. I. Bis 1371, Amsterdam 19672, p. 238.

72 Alexiade III, p. 160, 1. 24-25.

73 P. Gautier, Le dossier d'un haut fonctionnaire d'Alexis I, Manuel Straboromanos, RÉB 23, 1965. p. 190-191. Voir à ce sujet R. Radić, Manuel Straboromanos, Contribution à l'histoire des rapports entre Byzance et les Slaves du Sud à la fin du xie et durant les premières années du xiie siècle (en serbe, résumé français), ZRVI 27-28, 1989, p. 93-101.

74 Gautier, Le dossier... (cité note précédente), p. 191,1. 1.

75 Le terme de vassal nous semble correspondre le mieux (sinon parfaitement) au statut des princes serbes à partir de cette époque jusqu'à leur émancipation à la fin du xiie siècle. C'est ainsi que P. Magdalino désigne le prince serbe et le prince d'Antioche, Thoros, cf. P. Magdalino, The empire of Manuel 1 Komnenos (1143-1180), Cambridge 1993, p. 54, 56, 67, 77. Voir aussi sur ce sujet, B. Radojčić, Contribution à l'étude des rapports de vasselage de la Serbie envers Byzance au xiie siècle (en serbe, résumé français). ZRVI 8/2 (Mélanges G. Ostrogorskv II), 1964, p. 347-354.

76 Michel Italikos, Lettres et Discours, éd. P. Gautier, Paris 1972, p. 267.

77 Kinnamos, Bonn, p. 12, 1. 9-10.

78 Jean Kinnamos, Chronique, trad. J. Rosenblum, Nice 1972 (Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Nice 10), p. 201 /12.

79 Cette révolte de la Serbie (rapportée par Kinnamos pendant la guerre contre les Hongrois entre 1127 et 1129), à la suite de laquelle le gouverneur de Rason, Kritopoulos dut subir le triomphe ridicule, est à distinguer de la campagne personnelle de Jean II Comnène rapportée par Nicétas Choniatès pour l'année 1122 contre le prince de Dioclée, cf. ci-dessous.

80 Kinnamos, Bonn, p. 102, 1. 18.

81 Ibid., p. 101-102.

82 Ibid., p. 101, 1. 23 ; p. 102, 1. 23 ; p. 103, 1. 18.

83 Ibid., p. 104, 1. 8.

84 Ibid., p. 104, 1. 9.

85 Ibid., p. 104, 1. 3. 12. 23 ; p. 105, 1. 13. 17. 21. 24 ; p. 108 ; p. 109 ; p. 113, 1. 9. 17.

86 Ibid., p. 104, 1. 12.

87 Ibid., p. 104, 1. 19. 22.

88 Ibid., p. 109-113.

89 Ibid., p. 113, 1. 9.

90 Ibid., p. 204, 1. 1.

91 Ibid., p. 212, 1. 15. 17. 19 ; p. 213, 1. 4.

92 Ibid., p. 131, 1. 22-24. Il ne faut pas confondre ce Boric (Βορίτζης en grec), ban de Bosnie, avec le prince Boris, prétendant à la couronne de Hongrie, qui se réfugia à Byzance, cf. Kinnamos, p. 117-118 ; F. Makk, Contributions à la chronologie des conflits hungaro-byzantins au milieu du xiie siècle, ZRVI 20, 1981, p. 5, 37.

93 Kinnamos, Bonn, p. 248-249.

94 Jireček, Geschichte... (cité supra n. 71), p. 253. La Dalmatie était ainsi coupée en deux. C'est à Spalathos que résidait le « dux de Dalmatie et de Croatie », voir ci-dessous. Il est vraisemblable que cette grande Dalmatie byzantine eut une durée éphémère, cf. J. Ferluga, Bisanzio e Zara, Zadarska Revija 2-3, Zadar 1967, p. 119-143 (= Byzantium on the Balkans..., p. 205-211).

95 Sur Raguse à cette époque, voir Krekič, Dubrovnik... (cité supra n. 38), p. 20.

96 Kinnamos, Bonn, p. 262-263. Nicéphore Chalouphès était le duc de Dalmatie et de Croatie, cf. n. 94.

97 Ibid., p. 271, 1. 19-20.

98 Ibid., p. 286-288. Pour la datation des expéditions de Manuel Ier contre Desse, cf. Magdalino, The empire... (cité supra n. 75), p. 79, qui suit F. Makk, The Arpads and the Comneni, political relations between Hungary and Byzantium in the twelfth century, Budapest 1989.

99 Kinnamos, Bonn, p. 287, 1. 12.

100 Choniatès, Orationes, p. 26-34.

101 Choniatès, Histoire, p. 16.

102 Ibid., p. 90, 1. 76.

103 Ibid., p. 90, 1. 83.

104 Ibid, p. 90, 1. 84.

105 Ibid., p. 90, 1. 92.

106 Ibid., p. 92, 1. 29. 36.

107 Ibid., p. 93, 1. 63.

108 Ibid., p. 100, 1. 54. Pour les campagnes de Manuel contre les Hongrois et les Serbes dans la décennie 1150, voir F. Makk, Contributions à la chronologie des conflits hungaro-byzantins au milieu du xiie siècle, ZRVI 20, 1981, p. 25-41.

109 Pour la datation, si nous suivons en général celle proposée par P. Magdalino (n. 98), nous pensons que cette expédition de Manuel Ier peut être datée de 1165, plutôt que de 1162.

110 Choniatès, Histoire, p. 136.

111 Ibid., p. 158, 1. 86.

112 Représentant direct de l'Empire, il y a, par ailleurs, un duc de Dalmatie et de Dioclée établi à Dékatéra (ou Antivari ou Skoutari) au lendemain de la conquête de la Dalmatie en 1166, réf. n. 94.

113 Choniatès, Histoire, p. 159, 1. 90-95. 6.

114 Ibid., p. 434, 1. 27. 28.

115 Ibid., p. 532, 1. 75-76.

116 Voir à ce sujet Jireček, Geschichte..., p. 266.

117 Choniatès, Orationes, p. 27, 1. 17.

118 Ibid., p. 28, 1. 24, p. 31, 1. 23.

119 Ibid., p. 27, 1. 20, p. 29, 1. 28, p. 30, 1. 30, p. 32, 1. 9.

120 Ibid., p. 28, 1. 9.

121 Ibid., p. 39, 1. 25-26 : le Dace est esclave, le Dalmate et l'Illyrien sont humiliés, le Paion (le Hongrois) est tombé, l'Allemand a passé un traité...

122 Magdalino, The empire..., p. 441-447 ; voir l'Appendice des poèmes du « Prodromos Manganeios », p. 494 s.

123 W. Hörandner, Théodoros Prodromos historische Gedichte, Vienne 1974, p. 354-355.

124 Ibid., p. 354, 1. 80.

125 Ibid., p. 355, 1. 211. Voir aussi les expressions « σμήνη Σερβικὰ » p. 356, 1. 281, et « ή προνομὴ ή Σερβικὴ » p. 358, 1. 362.

126 Ibid., p. 354, 1. 207.

127 Ibid., p. 354, 1. 96.

128 Comme on a coutume d'appeler désormais l'auteur des discours et des pièces poétiques qui nous intéressent, voir à ce sujet Magdalino, The empire..., p. 439-447.

129 E. Miller, RHCC, Hist. gr., II, p. 761-763 (Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 26).

130 Ibid., p. 762, 1. 26. 30. 34.

131 St. Rácz, Bizánci Költemények Mánuel Császár magyar hadjáratairól (= Βυζαντινὰ ποιήματα περì τῶν Ούγγρικῶν έκστρατειῶν τοῦ αύτοκράτορoς Μανουήλ), Budapest 1941 (Magyar-Görög Tanulmάnyok = Ούγγροελληνικαί μελέται 16), p. 23-24 (Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 27).

132 Ibid., p. 24, 1. 24.

133 Ibid., p. 24, 1. 26.

134 Ibid., p. 25-42 (Magdalino, The empire.... Appendice 1 n° 7).

135 Ibid., p. 32, 1. 271.

136 Ibid., p. 33, 1. 289.

137 Ibid., p. 34, 1. 318-319.

138 Ibid., p. 35, 1. 356.

139 Ibid., p. 34, 1. 348.

140 Éd. Miller, RHCC, Hist. gr., II, p. 741-747 (Magdalino, The empire..., Appendice 1 n°4).

141 Ibid., p. 742, 1. 265-267.

142 Ibid., p. 743, 1. 302. 368.

143 Ibid., p. 744, 1. 400.

144 Ibid., p. 506, 1. 149-150 (Magdalino, The empire.... Appendice 1 n° 63).

145 Ibid., p. 744, 1. 468.

146 Il faut rappeler, en effet, qu'en 1150, le frère du župan Uroš, Desse, avait reçu le titre de « duc de Dioclée, Tribunie et Zachlumie », signe d'une récente conquête des territoires serbes maritimes aux dépens de Radoslav, conquête qui ne pouvait évidemment laisser les Romains indifférents, cf. Acta Bosnae p. 2 (= Monumenta spectantia historiam Slavorum meridionalum, t. 23) ; F. Chalandon, Les Comnène. II. Jean II Comnène (1118-1143) et Manuel I (1143-1180). Paris 1912, p. 384, n. 2.

147 Ibid., p. 745, 1. 636, p. 746, 1. 720.

148 Ibid., p. 756, 1. 104 (daté de 1153, cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1, n° 13) ; p. 290, 1. 72 (poème daté de 1147-8, cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1 n°21) ; p. 765, 1.34 (poème daté de 1155, cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 32) ; p. 766, 1. 30 (poème daté de 1151-1152, cf. Magdalino, The empire.... Appendice 1 n° 33).

149 Ibid., p. 766, 1. 70 (poème daté de 1151-1152, cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 33).

150 Ibid., p. 280, 1. 7 (cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1, n° 28).

151 E. Miller, Poésies inédites de Théodore Prodrome, Annuaire de l'association pour l'en-couragement des études grecques en France 17, 1883, p. 39, 1. 19, 40.

152 Id., RHCC, Historiens grecs, II, p. 769, 1. 91 (poésie datée de 1150, cf. Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 49).

153 Ibid., p. 770, 1. 265. 300.

154 Ibid., p. 770, 1. 115 (Magdalino, The empire..., Appendice 1 n° 50) ; p. 772, 1. 84 (Magdalino, Appendice 1 n° 52).

155 Théodore Prodrome, De Manganis, éd. S. Bernadinello, Padoue 1972 (Studi Bizantini e Neogreci 4), p. 57, 1. 249-252.

156 Comme le suggère l'éditeur, ibid., p. 14.

157 Michel De Thessalonique dans : Fontes rerum Byzantinarum fasciculi 1 et 2 rheto-rum saeculi XII orationes politicae, éd. W. REGEL, Leipzig 19822, p. 141.

158 Ibid., p. 142.

159 Ibid., p. 143-144.

160 Ibid., p. 174.

161 Ibid., p. 175.

162 Ibid., p. 162.

163 Ibid., p. 163-164.

164 Ό Μαρκιανòς κῶδιξ 524, Néos Hell. 8, 1911, p. 149-150.

165 Discours de Constantin Manassès, éd. E. Kurtz, VV 12, 1906, p. 88-92. Si, du fait de l'allusion à Frédéric Barberousse et aux Teutons, on pouvait penser à l'expédition de 1168 relatée par Nicétas Choniatès contre Etienne Némanja (cf. Choniatès, Histoire, p. 158-159) à la suite de laquelle l'empereur lui fit promettre de ne plus avoir de relations avec le roi des Allemands, néanmoins en 1167 l'échec de l'ambassade de Barberousse (Kinnamos, Bonn, p. 262) peut avoir amené ce dernier à se lier à Desse, alors župan de Serbie.

166 Nous nous situons exactement à la fin du règne de Desse, comme župan des Serbes, avant la prise du pouvoir par Etienne Némanja.

167 Discours de Constantin Manassès..., p. 89, 1. 39.

168 Ibid., p. 89, 1. 49.

169 Ibid., p. 92, 1. 127.

170 Strabon 7. 3. 8 ; 7. 5. 6.

171 Ibid., 7. 3. 13-15.

172 Procopius, Hist., De Bellis, 5. 15. 27. En effet si Sirmium pouvait être le siège du stratège de Serbie dans la première moitié du xie siècle (réf. n. 33), la ville était au milieu du xiie siècle un enjeu important dans les guerres qui opposaient Byzantins et Hongrois, voir en particulier Kinnamos, p. 248.

173 Kinnamos, p. 70, 1. 213.

174 Alexiade II, p. 108 ; III, p. 139.

175 Michel Italikos (cité supra n. 76).

176 Kékauménos, p. 268.

177 R. Browning, A New Source on Byzantine-Hungarian relations in the twelfth century, The Inaugural Lecture of Michael ό τοῦ Αγχιάλου ὕπατος τῶν φιλοσόφων, Balkan Studies 2, 1961, p. 173-214.

178 Le fait que la révolte du prince serbe ait été doublée de la guerre des Romains contre les Hongrois, interdit une datation postérieure à 1167, cf. Michel D'anchialos (cité note précédente), p. 178-179.

179 Comme il était usuel de les appeler, contrairement à Constantin Manassès qui emploie aussi ce terme pour désigner les Serbes, voir ci-dessus.

180 Michel D'anchialos, p. 97, 1. 384.

181 Ibid., p. 199, 1. 439-440, p. 200, 1. 471, p. 201, 1. 493.

182 Ibid., p. 199, 1. 441-443.

183 V. Laurent, La Serbie entre Byzance et la Hongrie à la veille de la quatrième croisade, Revue Historique du Sud-Est Européen 18, 1941, p. 129-130.

184 Actes de Chilandar, Actes grecs, éd. L. Petit, b. Korablev, Prilož 1912 (VV 17), n° 4, 1. 31. 56-57.

185 Ibid., n° 4, 1. 2. Même titulature, n° 5, 1. 5.

186 Ibid., n° 5, 1. 16

Notes de fin

* Liste des abréviations :
Alexiade : Anne Comnène, Alexiade, éd. B. Leib, Paris 19672.
Choniatès, Histoire : Nicetae Choniatae Historia, éd. J. A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 11).
Choniatès, Orationes -.Nicetae Choniatae Orationes et Epistulae, éd. J. A. Van Dieten, Berlin-New York 1972 (CFHB 3).
DAI : G. Moravcsik, R. J. H. Jenkins, Constantine Porphyrogenetus. De administrando imperio. éd. G. MORAVCSIK. traduction anglaise par R. J. H. Jenkins, Dumbarton Oaks 19672 (CFHB 1).
Kékauménos : Sovety i rasskazy Kekaumena-Socinenie Vizantijskogo polkovodca XI Veka-Podgotvoka teksta. vvedenie, perevod i Kommentarij G. G. Litavrina, Moscou 1972. Pope de dioclée : f. Šišić, Letopis Popa Dukljana, Belgrade-Zagreb 1928 (Académie Royale de Serbie, Classe de Philologie et de Philosophie, t. 18). Skyl. : Ioannis Scylitzae Synopsis historiarum, éd. I. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5).

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search