Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Remarques sur le corps de douze didascales au xiie siècle

Marina Loukaki

Texte intégral

  • 1 « Ὅπως δὲ καì τὰ ἐκ τέχνης ἄνθη καθωράϊζε τὴν ἐπιστολήν... ἡ δὲ τῶν γραφικῶν χρήσεων εὐκαιρία καì (...)

1L’emploi allégorique d’un passage scripturaire à des fins non religieuses, est un procédé littéraire habituel dans les textes rhétoriques byzantins. Le choix judicieux de la citation de l’Écriture la mieux adaptée au propos du texte, en sorte que les auditeurs avertis saisissent facilement l’allégorie, prouve aux yeux des Byzantins l’habileté rhétorique de l’écrivain1. Dans les discours du xiie siècle les exemples sont nombreux ; de plus, il n’est pas rare que des écrivains différents, à propos du même sujet, utilisent la même citation scripturaire, ce qui signifie que les rhéteurs, même s’ils s’imitent, jugent que ce passage rend bien l’image de l’événement en question.

2Ainsi le passage 15,5-6 de la première Épître de saint Paul aux Corinthiens : « (Le Seigneur) ὤφθη Κηφᾷ, εἶτα τοῖς δώδεκα, ἔπειτα ὤφθη πεντακοσίοις άδελφοῖς εφάπαξ », se rencontre, sous de légères variantes, dans trois discours du xiie siècle, toujours en rapport avec l’intronisation du patriarche et ses premiers actes. Basile Pédiaditès, dans son discours inédit à un patriarche, écrit :

« Πρὸ πολλοῦ, ὦ ἅγιον ἔθνος, καì οὐ πάνυ τι πρὸ πολλοῦ, ὁ πνευματικῶς λαχὼν διοικεῖν τὰ ἡμέτερα, θεοπρεπῶς καθήμενος ἐπί θρόνου άγίου αὐτοῦ, ἀντίτυπα τοῖς λειτουργικοῖς πνεύμασι τοῖς εἰς διακονίαν ἀποστελλομένοις καì αὐτὸς προεβάλλετο ἄλλην ἄλλῳ ἐγχειρίζων των διακονιῶν καì δή πρῶτα μὲν ὤφθη Κηφᾶ, εἶτα τοῖς δώδεκα, ταὐτόν δ’ εἰπεἰν τοἰς κορυφαίοις τῶν αὐτοὐ μαθητῶν καì τῷ χορῷ τῶν περì αὐτόν, εἶτα ὤφθη ἐπάνω πεντα-κοσίοις άδελφοῖς· εἰ μέν τις λέγει τοῖς καταγεγραμμένοις εῖς κλῆρον τῷ τε-μένει τῆς τοῦ Θεοῦ Σοφίας, οὐκ ἀποπροσποιοῦμαι τὸν λέγοντα, ἡ γὰρ τοῦ κλήρου συγκεφαλαίωσις τοσαυτάριθμος. » (Scor. Y II 10 [265], f. 275r-v).

3Grégoire Antiochos, s’adressant au patriarche Basile Kamatèros, affirme :

  • 2 Grégoire Antiochos, Éloge du patriarche Basile Kamatèros. Texte, trad., commentaire par Marina Lou (...)

« Οὐχ ὡς άμέλει που καì Παύλῳ δοκεῖ τὴν καινοπρεπῆ ταύτην καταμερίζεις φανέρωσιν, πρῶτα δηλαδὴ Κηφᾷ καì εἶτα τοῖς δώδεκα καì αὖ πάλιν τοῖς έβδομήκοντα, ἄθρουν δ’ εφάπαξ ἐπάνω, φησί, πεντακοσίοις προὖπτο έφίστασαι ἀδελφοῖς, oἳ τὸ πᾶν ἐκκορυφοῦντες θεοσχοίνιστον κλήρωμα, τὴν έκκλησίαν πληροῦσιν εἰς τοῦτο θεσμοῖς ἀρχαίοις ἀναβαίνοντες ἀριθμοῦ.2 »

4Enfin, dans le discours inédit de Constantin Stilbès au patriarche Georges Xiphilin, nous lisons :

« Ὡς κατὰ βαθμίδας τινὰς τὰς θείας ἀναβαίνων τιμὰς τὴν τῆς ἀρχῆς ἀκρώ-ρειαν ἒφθασεν, καὶ μετὰ Ἰησοῦ καὶ αὐτὸς πρῶτα μὲν ἐν πολλοῖς ἀδελφοῖς γέγονεν, εἶθ’ ὥσπερ ἐκεῖνος μετὰ τὴν ἀνάστασιν ἐπάνω ὤφθη πεντακοσίων, καθώς φησι ὁ Ἀπόστολος, κατά ταύτὰ καὶ οὗτος τῆς ἰσαρίθμου τούτοις τάξεως ὑπερκάθηται. » (Baroc. 25, f. 296).

  • 3 Voir Eleutheria Papagiannè, Tὰ οἰκονομικὰ τοῦ ἔγγαμου κλήρου στò Βυζάντιο, Athènes 1986 (Forschung (...)

5Dans ces trois textes les intentions des rhéteurs sont claires ; ils comparent le nouveau patriarche à Jésus ressuscité, et sa présentation, peut-être lors d’une cérémonie devant l’ensemble du clergé de Sainte-Sophie, à la troisième apparition du Seigneur aux cinq cents apôtres. Pédiaditès et Antiochos ne laissent aucun doute sur la signification du nombre de cinq cents frères ; ils précisent qu’il s’agit du clergé de Sainte-Sophie, dont le nombre atteignait approximativement les cinq cents3. Dans les discours d’Antiochos et de Stilbès le passage de saint Paul est cité pour manifester la similitude du nombre des apôtres avec l’ensemble du clergé de Sainte-Sophie. Mais Pédiaditès diffère un peu ; il met aussi le nombre des douze apôtres principaux de la citation paulienne en rapport avec les événements qu’il décrit ; le patriarche se présente d’abord à ses douze premiers élèves, qui constituent son entourage plus proche, et ensuite aux cinq cents clercs de Sainte-Sophie. D’après Pédiaditès donc, le patriarche distingue un groupe particulier de douze personnes au moment de la distribution des emplois. D’où des questions nombreuses et diverses. L’existence de ce groupe est-elle attestée par d’autres sources du xiie siècle ? Si oui, quelles personnes le formaient ? Quel était leur statut dans la hiérarchie des officiers du patriarcat et quelles étaient leurs attributions ?

  • 4 J. Darrouzès, L’Éloge de Nicolas III par Nicolas Mouzalôn, RÉB 46, 1988, p. 53 695700. La datation (...)
  • 5 Ibid., p. 53 70l-702. Il ne me paraît pas absolument assuré, comme le pense J. Darrouzès (ibid., p (...)

6Le premier témoignage sûr de l’existence de cette mystérieuse douzaine date de la fin du xie siècle : Nicolas Mouzalôn félicite le patriarche Nicolas III Grammatikos (1084-1111) pour sa réaction immédiate et efficace afin de protéger les fidèles des hérésies, parce que l’archevêque « a envoyé sa douzaine, les hommes de choix du Christ... pour qu’ils montrent l’étendue des Écritures, qu’ils exposent au peuple les choses divines et l’empêchent de devenir la proie des lions ». Ils sont la bouche et l’écho de la voix du patriarche. Ils travaillent péniblement et leur récompense s’en trouve multipliée4. Selon ce témoignage, un corps de douze personnes, issues du patriarcat, au nom du patriarche enseigne l’Écriture et instruit le peuple afin d’éliminer le danger de propagation des hérésies. Nicolas Mouzalôn lui-même appartenait aussi à ce corps5.

  • 6 « Fuit autem idem archiepiscopus Nechites praecipuus inter duodecim didascalos, qui iuxta morcm sa (...)

7En 1136, lors de débats, Anselme de Havelberg est opposé à un groupe de douze didascales, présidé par Nicétas de Nicomédie. Ces didascales sont chargés officiellement des études consacrées à la sagesse grecque, aux arts libéraux et aux Écritures divines. Ils excellent pour la doctrine et sont capables de répondre à toute question difficile qu’on leur pose ; leur réponse est acceptée comme juste et définitive6. Est-ce que ces douze didascales appartiennent au corps dont parle Nicolas Mouzalôn ? Anselme de Havelberg leur attribue des compétences plus étendues et les reconnaît comme les sommités en n’importe quel domaine de la sagesse, humaine et divine, mais il ne suggère pas qu’ils aient été liés au patriarche. Cependant, puisque qu’ils ont qualité pour répondre à des questions probablement théologiques et pour interpréter des textes religieux, c’est qu’ils exposent la doctrine officielle. Leur identification, donc, aux douze de Mouzalôn est probable.

  • 7 « Ἡ ĸαθ’ ἡμᾶς δωδεκὰς αὕτη τῶν σοφιστῶν, ὁ βυζάντιος ἵνα μὴ λέγω ὁ χιλιοστὸς καὶ μυριόλεκτος σύλλο (...)
  • 8 P. Wirth, Die sprachliche Situation in dem umrissenen Zeitalter. Renaissance des Attizis-mus. Hera (...)

8Nicolas Kataphlôron, dans un discours inédit adressé avant 1160 à un gouverneur de Grèce, mentionne l’existence à Constantinople d’un corps de douze rhéteurs fort habiles et admirés pour leur art et leur prolificité ; certains les invitent pour qu’ils chantent et glorifient ensuite les maisons qui les ont accueillies7. P. Wirth suggère d’identifier ces douze rhéteurs aux douze didascales mentionnés par Anselme de Havelberg8. Nous partageons cette opinion, parce que d’autres indices, que nous exposerons plus bas, la confortent.

9Un autre témoignage, malheureusement moins précis, se trouve dans l’éloge inédit du patriarche Nicétas Mountanès (1186-1189) par Basile Pédiaditès. Le rhéteur dit qu’avant son avènement au trône patriarcal Nicétas fut « κορυφαῖος γὰρ καὶ τότε καιροῦ τάγματος λευιτικοῦ, τῆς τῶν ἐπὶ βαθμοῦ τελειου δωδεκάδος τῆς ἀρχικῆς προεξάρχων » (Scor. Y II 10 [265], f 374ν).

  • 9 Costantino Stilbes, La prolusione del maestro dell’Apostolo, éd. Lia Raffaella Cresci, Messine 198 (...)
  • 10 « Καὶ διέβη μὲν πρότερος ἤδη τόν ποταμόν, ὡς το ἱστορηθέν, Ρουβείμ, ὁ πρεσβύτερος τῆς καθ’ ἡμᾶς δω (...)
  • 11 « Ἐπιστὰς ὁ ἐμός σωτὴρ εὐθὺς εἰς μαθητείαν ἐκάλεσε καὶ καλέσας τοῖς κορυφαίοις συνέταξε καὶ ἕνα πο (...)

10Mais, à la fin du xiie siècle, Constantin Stilbès est beaucoup plus concret ; dans sa didascalie écrite à l’époque où il était didascale de l’Apôtre, il compare le nombre des didascales au zodiaque : « δωδεκάστοιχος ό τοῦ ἡλίου σταθμός, ὅσος καὶ ὁ ἡμέτερος αριθμός9 ». Plus loin il se réfère à la nomination du didascale œcuménique en disant que Ruben, le plus âgé des douze frères, a déjà traversé la rivière, conduit par Josué, leur patriarche10. Dans le texte de Stilbès un corps de douze personnes entoure le patriarche, analogue à celui qu’atteste Nicolas Mouzalôn. Stilbès indique, de plus, que les trois didascales titulaires, du Psautier, de l’Apôtre et de l’Évangile, faisaient partie de ce corps. Michel Italikos aussi, nommé didascale de l’Evangile en 1142 par le patriarche Léon Stypès, rappelle le moment où le patriarche, comme le Sauveur, l’a appelé à l’enseignement et l’a rangé parmi ses premiers apôtres ; il s’agit très probablement d’une allusion métaphorique aux douze didascales11.

  • 12 PG 137, col. 577B-579A.

11Tous ces renseignements ne laissent pas de doute sur l’existence d’un groupe de douze didascales au xiie siècle. Ces didascales recevaient du patriarche la mission d’enseigner en son nom tout de suite après son avènement au trône patriarcal. Cette constatation s’accorde aussi avec le témoignage de Balsamôn, selon lequel les didascales de la Grande Église enseignent au nom du patriarche et leur délégation cesse à la mort de ce dernier12.

  • 13 B. Katsaros, Ιωάννης Κασταμονίτης. Συμβολὴ στὴ μελέτη τοῦ βίου, τοῦ ἕργου και τῆς ἐποχῆς του, Thes (...)
  • 14 « Ὡς υἱοὶ Ἰσραὴλ πέμπτη γενεᾷ κατά τὴν γραφὴν εἰς τὴν τῆς ἐπαγγελίας ἀνέβαινον, οὕτω δὴ καὶ αὐτὸς (...)
  • 15 « Επαινῶ τὸν νόμον τῆς ἐκκλησίας καὶ τὸν τύπον θαυμάζω τοϋ Πνεύματος. Εύτακτος γαρ ότι τούς επί τώ (...)

12B. Katsaros n’a pas remarqué l’existence de ce corps, mais il a bien noté qu’une hiérarchie interne réglait généralement l’évolution de la carrière des didascales13. En effet, selon les témoignages de Michel de Thessalonique14 et de Constantin Stilbès15, chaque didascale devait gravir régulièrement les échelons de cette hiérarchie, qui comprenait cinq degrés jusqu’au sommet, le titre de didascale œcuménique. La promotion d’un degré à l’autre dépendait du jugement et de la volonté du patriarche.

  • 16 « καὶ ἵνα μᾶλλον τοὺς ἐμοὺς ἀρχαιολογήσω πόνους ἀναδραμὼν τῷ λόγω τὰ πρεσβύτερα, ἒξωθεν συμφορήσας (...)
  • 17 Costantino Stilbes, La prolusione..., p. 48107-49137. Voir aussi la note suivante.
  • 18 « Ἀγρὸς μὲν γὰρ πρῶτον εἶχεν ἡμᾶς καὶ περὶ τὸν ἀγρὸν ἐπονούμεθα· μετὰ δἐ τὸν χάλκεον οῦδὸν τῆς όχυ (...)

13Constantin Stilbès et Michel de Thessalonique distinguent parmi les cinq degrés deux catégories : le didascale, se trouvant aux deux degrés inférieurs, se considère comme « au dehors », tandis que les trois suivants, les didascales du Psautier, de l’Apôtre et de l’Evangile, appartiennent « au dedans ». Michel de Thessalonique, s’estimait « au dehors » pendant la période où il exerçait sa fonction, d’abord dans une église de la Théotokos, puis dans une autre du Christ de la Chalkè16. Constantin Stilbès, à son tour, se disait « au dehors » pendant les douze ans qu’il a passés à l’église Saint-Paul et les deux ans à l’église du Christ de la Chalkè17. Les deux didascales ont appartenu « au dedans » à partir du moment où ils ont reçu du patriarche la charge de didascale du Psautier et sont entrés à l’église de Sainte-Sophie18.

  • 19 Voir par. ex., J. Darrouzès, Recherches sur les Ὀφφίκια de l’Église byzantine, Paris 1970 (Archive (...)
  • 20 Eleutheria Papagiannè, Tὰ οἰκονομικά..., p. 63.
  • 21 Par ex. un diacre, Eustathe, appelé simplement didascale, assistait au synode des Bla-chernes en 1 (...)
  • 22 Constantin Psaltopoulos et Basile Pédiaditès, par ex., d’après les lemmes de leurs discours dans S (...)

14Sans exclure la possibilité que les expressions « du dehors » et « du dedans », par rapport aux didascales, puissent avoir une acception différente dans d’autres textes19, il ne me semble pas que dans les didascalies de Stilbès et de Michel de Thessalonique ces expressions sous-entendent une distinction entre didascales surnuméraires (περισσοί) et titulaires (ἔμβαθμοι), comme le prétend E. Papagiannè20. Il faut plutôt rappeler que les trois degrés supérieurs des didascales, par opposition aux deux inférieurs, figurent dans les listes des offices du patriarcat. A ces deux degrés les didascales ne semblent pas porter un titre plus précis. C’est ainsi qu’on peut probablement interpréter la désignation διδάσκαλος tout court qui accompagne la signature de certains personnages21 ou bien figure dans les titres d’œuvres diverses22.

  • 23 Β. Katsaros, Ἰωάννης Κασταμονίτη ;..., p. 204 s.
  • 24 P. Magdalino, The Empire of Manuel..., p. 325-327.

15À propos des attributions et de l’activité en général des douze didascales, nous disposons de renseignements plus précis pour les didascales du Psautier, de l’Apôtre et de l’Evangile. D’après leurs propres témoignages et des notices des offices du patriarcat, ces trois didascales étaient en principe des exégètes de l’Écriture Sainte : le didascale du Psautier interprétait les Psaumes et probablement l’Ancien Testament en général, le didascale de l’Apôtre les Épîtres de saint Paul et le didascale œcuménique les quatre Évangiles. La question se pose surtout à propos de l’enseignement confié aux didascales des deux degrés inférieurs. B. Katsaros prétend que ces derniers enseignaient les matières profanes et il justifie cette interprétation par l’expression didascale « du dehors », c’est-à-dire professeur de la sagesse du dehors (θύραθεν σοφία)23. P. Magdalino, qui reconnaît l’existence du corps de douze didascales, accepte l’opinion de Katsaros et distingue parmi eux les trois qui enseignaient l’Écriture à Sainte-Sophie et les neuf autres non scripturaires qui enseignaient les sciences profanes dans les neuf établissements d’éducation qui fonctionnaient au xiie siècle à Constantinople. Il pense que les neuf didascales seraient les professeurs placés à la tête de ces écoles et s’identifieraient aux maïstores. Au nombre de ces neuf didascales sont inclus le maïstôr des rhéteurs, le consul des philosophes, le nomophylax, le professeur en médecine, ainsi que le didascale des nations24.

  • 25 « ἢ καὶ παρεστὼς ἐν μέσαις ἐκκλησίαις / σωτηριώδεις ἐξερεύγωμαι λόγους·/ ἦν γὰρ τὸ λειτούργημα τοῦ (...)
  • 26 « Εἶδέ σε ὁ μέγας ἐκεῖνος ἐπὶ τούτῳ ποιμήν, ὑφ’ ᾧ τὰ τῆς νέας Σιὼν τηνικαῦτα σοφῶς διετάττετο... χ (...)
  • 27 Voir supra n. 5 ; sur l’école Saint-Pierre, voir R. Browning, The Patriarchal School I, p. 172-173 (...)

16L’explication de P. Magdalino s’accorde bien avec le témoignage d’Anselme de Havelberg qui reconnaît la supériorité des douze didascales tant en sagesse ecclésiastique qu’en savoir profane. Cependant, l’étude approfondie de leurs didascalies et des renseignements concernant leur curriculum suscite, il me semble, des doutes sur la validité de cette interprétation. Selon Nicolas Mouzalôn, les douze didascales, sans distinction, étaient tous chargés d’élucider les obscurités de l’Écriture et de l’enseigner au peuple. Lui-même, d’ailleurs, avait été l’un d’eux, mais nous ne savons pas s’il a jamais obtenu l’un des trois offices supérieurs ; dans son poème autobiographique, il affirme qu’un temps, il enseigna la parole de salut dans des églises aux temps fixés et instruisit les fidèles25. Son panégyriste, Nicéphore Basilakès, reprend et confirme cette information en ajoutant que le patriarche de l’époque (Nicolas III Grammatikos) avait confié les livres sacrés à Mouzalôn, pour en éclaircir les passages obscurs et en expliquer les mystères. En effet, celui-ci par ses discours enseignait les paroles de salut26. Les leçons de Mouzalôn, l’un des douze didascales, avaient donc un contenu ecclésiastique. Certes, l’activité professorale de Mouzalôn ne se limitait pas à l’enseignement de l’Écriture. Comme nous l’avons indiqué plus haut, Mouzalôn, par ordre du patriarche Nicolas III, dirigeait l’école Saint-Pierre, où il avait fait lui-même, ainsi que le patriarche, toutes ses études. Cette école était très vraisemblablement un établissement d’éducation séculière27. Sans exclure, avec prudence, que Mouzalôn cumulait la fonction de didascale avec celle de directeur et professeur à l’école Saint-Pierre, il s’agit évidemment de deux charges différentes qui attestent deux activités d’enseignement distinctes.

  • 28 « Καὶ πού πότε φύτευσις ή πρώτη καὶ ἀρχική ; Έν τω του Παύλου τεμένει.... και ἡλίων ἐξάδα διπλῆν ἐ (...)
  • 29 « Ἐξ εὐαγγελίου ἀρξάμενοι εἰς εὐαγγέλιον συντεινόμεθα κατὰ κύκλον ἐπανατρέχον-τες.... ἀρχῆθεν δὲ σ (...)
  • 30 Voir le texte supra, n. 16.

17Les témoignages sur l’enseignement de Constantin Stilbès sont encore plus précis : pendant les douze ans où il se trouvait à l’église Saint-Paul, première étape de sa carrière de didascale, il enseignait l’Évangile. Puis, lors de la deuxième étape, dans l’église du Christ de la Chalkè, sa didascalie comprenait aussi des sujets concernant le Christ ; notamment sous l’expression « nous avons salué la tuile et le tissu, les images du Christ », il fait sans doute allusion à sa didascalie, connue mais inédite, sur la tuile et le mandylion d’Édesse qu’il avait justement prononcée à l’église du Christ de la Chalkè (χαλκίτης)28. Devenu didascale de l’Apôtre, il attendait sa promotion à l’office du didascale œcuménique comme l’aboutissement d’un parcours cyclique car il souligne qu’ayant commencé par l’Évangile (didascalie à Saint-Paul), il se dirigeait vers l’Évangile (didascale œcuménique)29. Rien n’indique que l’enseignement de Stilbès comme didascale des deux premiers degrés était profane. De plus, le témoignage de Michel de Thessalonique à propos de son enseignement pendant la même période de sa carrière, exposé sous la métaphore du maçon qui porte sur ses épaules la charge de la brique sacrée (service évidemment de caractère ecclésiastique), va dans le même sens30.

  • 31 À propos de ce genre de littérature, voir dans J. Darrouzès, Recherches..., p. 77-78 ; B. Katsaros(...)

18Donc les douze didascales tant aux deux premiers degrés de leur hiérarchie qu’aux trois degrés supérieurs, avaient pour mission d’interpréter l’Écriture et d’instruire correctement le peuple. Les deux catégories de didascales se distinguent vraisemblablement par le lieu où les maîtres exerçaient leur tâche et non par l’objet de leur enseignement. En outre, les textes, transmis sous la rubrique « didascalies »31, bien que largement inédits, renforcent cette opinion. On en distingue globalement trois types :

  1. Les didascalies qui sont considérées comme des leçons inaugurales ; le didascale fait l’éloge du patriarche et le remercie pour sa promotion32.
  2. Celles qui sont des homélies exégétiques ; le didascale commente et analyse des thèmes ou des passages de l’Écriture d’une manière purement rhétorique soutenue par une éloquence de haut niveau. Bien que le style de ces textes présuppose un auditoire initié, nous pouvons difficilement les considérer comme des cours de théologie. Il n’est pas rare qu’une didascalie de ce type contienne aussi un éloge du patriarche33. Ces sermons rhétoriques constituent, selon P. Magdalino, un genre particulier qui se distingue des catéchèses34.
  3. S’intitulent encore didascalies des suppliques, adressées d’habitude au patriarche, auprès duquel le didascale quête un meilleur salaire ou une position plus prestigieuse. Dans ce type de discours, l’auteur évoque souvent sa carrière, fait l’éloge du patriarche et y introduit parfois celui de l’empereur, ou encore mêle ses demandes à une véritable didascalie du type 235.
  • 36 P. Gautier, Michel Italikos..., p. 232-233, 245-294, sur la capture de Léon, voir la lettre à Mélè (...)
  • 37 Grégoire Antiochos, Éloge du patriarche Basile Kamatèros..., p. 479-18.

19Rien dans ces textes n’invite à penser qu’ils soient liés à un enseignement des sciences profanes. Cependant, les didascalies incluant des éloges du patriarche ou de l’empereur montrent que les auteurs étaient aussi chargés de promouvoir la politique officielle. Ces didascales en charge prononçaient même parfois des éloges impériaux. Michel Italikos, par exemple, était didascale de l’Apôtre lorsqu’il célébra les victoires de l’empereur Jean Comnène en Syrie (1138), et didascale de l’Évangile quand il a rédigé le discours en l’honneur du nouvel empereur Manuel Comnène (1143). Comme didascale de l’Apôtre, du haut de sa chaire, il a informé le peuple de Constantinople que Léon, prince de Cicilie, avait été capturé. Le didascale œcuménique Skizènos célébra la naissance d’Alexis II dans un discours intitulé « didascalie »36. L’intronisation d’un nouveau patriarche, selon le témoignage de Grégoire Antiochos, donnait aussi l’occasion aux didascales de prononcer des éloges dans les églises37. C’est ainsi que se forgea à Constantinople leur réputation de brillante éloquence. C’est pourquoi il n’était pas rare qu’un didascale de l’Évangile cumulât la charge du maïstôr des rhéteurs, tel Nicolas Kataphlôron. Ces remarques rappellent le texte du même Nicolas Kataphlôron attestant l’existence d’un groupe de douze excellents rhéteurs dans la capitale. Or, l’habileté rhétorique des didascales et leur rôle dans la société constantinopolitaine rend assez probable que Nicolas fasse allusion à eux.

  • 38 V. Grumel, Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople. I. Les actes des patriarches, F (...)

20Selon les témoignages déjà examinés, il est évident que les douze didascales étaient d’éminents lettrés. Qui d’autre pouvait bénéficier de cette large formation, théologique et profane, afin d’être choisi par le patriarche pour participer à ce corps, sinon ceux qui, ayant fréquenté les écoles de la capitale, étaient les disciples de professeurs renommés et avaient parfois obtenu la direction d’une école ? Le cas de Nicolas Mouzalôn n’est pas unique ; Basile Pédiaditès, attesté avec certitude comme didascale sous le patriarcat de Nicétas Mountanès (1186-1189), avait été en 1168 maïstôr de l’école des grammairiens de Saint-Paul lorsqu’il fut déposé par le patriarche Luc Chrysobergès38. Le didascale de l’Évangile Michel Italikos, ainsi que Nicéphore Basilakès, didascale de l’Apôtre, ont été des professeurs renommés qui enseignaient la grammaire, la rhétorique, la philosophie et d’autres sciences. Il n’est pas sûr cependant qu’ils aient continué l’enseignement de ces matières profanes après avoir obtenu le titre de didascale.

  • 39 P. Gautier, L’édit d’Alexis Ier Comnène sur la réforme du clergé, RÉB 31. 1973. p. 191 209s.
  • 40 Sur Nicolas Mouzalôn, voir J. Darrouzès, L’éloge.... p. 52 n. 42. Voir aussi les notes suivantes.
  • 41 P. Gautier, Michel Italikos..., p. 1 1922-24.
  • 42 J. Lefort, Prooimion..., p. 391111-112,130-133 ; voir aussi la note marginale du texte. Costantino(...)
  • 43 Scor. Y II 10 (265), f. 54v-55.
  • 44 Eleutheria Papagiannè, Tà οἰκονομικά.., p. 83 et n. 21, 161 s.
  • 45 Étaient notaires, par exemple, Basile Pédiaditès (voir la note suivante) et les didascales du Psau (...)
  • 46 Le didascale Basile Pédiaditès illustre ce cas. Selon son discours, le patriarche l’avait proclamé (...)

21Le problème de leur rémunération est fréquemment évoqué par les didascales pendant tout le xiie siècle. L’empereur Alexis Ier, nous le savons, avait déterminé leur traitement39. Cependant, Michel de Thessalonique, Léon Balianitès, Basile Pédiaditès, Constantin Stilbès, ainsi que Nicolas Mouzalôn probablement, se plaignent auprès du patriarche que leur travail n’est pas bien sinon pas du tout rétribué40. En revanche, Michel Italikos rapporte que sa situation économique s’est améliorée après sa promotion à la charge de didascale de l’Évangile41. La promotion aux degrés les plus élevés n’assurait, semble-t-il, pas nécessairement à tous les didascales une augmentation de leur revenu. Michel de Thessalonique, alors didascale de l’Évangile à Sainte-Sophie, demande au patriarche à ne plus être payé comme un didascale « du dehors », tandis que Constantin Stilbès, didascale de l’Apôtre, affirme qu’il continue de peiner à titre gracieux42. Léon Balanitès se plaint au patriarche Georges Xiphilin d’avoir été rappelé à la charge de didascale œcuménique - peut-être espérait-il parvenir à l’épiscopat- bien qu’il eût déjà travaillé laborieusement depuis longtemps sans jamais obtenir un revenu élevé43. E. Papagiannè et P. Gautier divergent sur l’authenticité d’un passage de la novelle d’Alexis Ier Comnène de 1107. E. Papagiannè l’accepte et en déduit qu’on distinguait - mais pas dès l’époque d’Alexis Comnène - les didascales titulaires et les surnuméraires, et cette division impliquait une différence sensible dans la rémunération44. Cependant, plusieurs didascales étaient diacres et certains cumulaient souvent d’autres charges, notamment celle de notaire45 ; par conséquent ils étaient soumis à la distinction capitale entre περισσός et ἒμβαθμος. Le style obscur et rhétorique des didascales devient parfois cause de confusions46 et lorsqu’un didascale demande à devenir ἒμβαθμος, afin d’être mieux rémunéré, ou toute autre promotion susceptible de lui procurer un revenu supérieur, on ne sait s’il présente cette demande en tant que didascale ou bien en sa qualité de clerc ou d’archonte.

  • 47 P. Gautier, L’édit d’Alexis Ier..., p. 185102-106, 189185-190, 193206-208, 193227-236, 195255-257·(...)

22D’autre part la relation entre les douze didascales et ceux mentionnés dans l’édit d’Alexis retient l’attention. Selon le texte de l’édit qui visait l’amélioration du niveau culturel du clergé de Sainte-Sophie, les candidats appelés à l’honneur de cette charge se devaient d’être irréprochables sur le plan de la conduite et de posséder une culture suffisante pour un enseignement efficace. Leur fonction ne se limitait pas à l’enseignement du peuple ; ils devaient aussi, en parcourant les quartiers de la ville, réprimer par la persuasion les mœurs scandaleuses ou les dénoncer dans des rapports au patriarche. Ils devaient s’efforcer d’être reconnus par tous comme leurs pères spirituels. Ils étaient prioritaires pour les promotions aux offices d’archontes du patriarcat et aux ordres sacrés. Lors des cérémonies, ils avaient l’honneur de se tenir immédiatement après les archontes qui accompagnent le patriarche, puisqu’ils étaient ses représentants47.

  • 48 Sur la Notice, voir J. Darrouzès, Recherches..., p. 549-550. Sur les diverses opinions, voir P. Ma (...)
  • 49 J. Darrouzès, L’éloge..., p. 9 ; P. Magdalino, The Reform Edict..., p. 211-212.
  • 50 B. Katsaros, ‘Ιωάννης Κασταμυνίτης..., p. 190-193.

23La discussion de la question posée ci-dessus s’est concentrée pour la plupart des chercheurs plutôt sur le rapport des trois didascales supérieurs avec ceux de la novelle, d’autant plus qu’une Notice des offices de la Grande Église du xive siècle attribue leur création à l’empereur Alexis Ier48. Cependant, J. Darrouzès, dans son introduction à l’édition du discours de Mouzalôn, a déjà indiqué la similitude entre la mission des douze didascales décrite par Mouzalôn et des passages de la novelle, opinion qu’accepte aussi P. Magdalino49. B. Katsaros, s’appuyant sur un témoignage postérieur de Grégoras, distingue deux groupes de didascales, d’un côté l’élite des trois didascales supérieurs qui interprétaient (mais ne prêchaient pas) le Psautier, les Épîtres de saint Paul et les quatre Évangiles, et d’autre part de simples prédicateurs, clercs qui prononçaient les sermons au peuple50.

24L’édit d’Alexis Ier ne fait pas allusion aux trois didascales, ni ne définit le nombre des personnes qui composeraient la classe des didascales. Aussi toute réponse à la question nous semble incertaine. Cependant, nous pouvons faire les constatations suivantes :

  1. Les douze didascales, y compris les trois didascales titulaires, choisis par le patriarche tout de suite après son intronisation, étaient ses représentants et parlaient en son nom.
  2. Leur carrière suivait une hiérarchie échelonnée sur cinq degrés. Seuls les trois didascales supérieurs, ceux du Psautier, de l’Apôtre et de l’Évangile, comptaient parmi les archontes du patriarcat.
  3. Choisis parmi les plus savants lettrés et professeurs de la capitale, ils possédaient une solide culture théologique et profane, de sorte que leurs réponses étaient considérées comme des sentences définitives. Puisqu’ils étaient les représentants du patriarche, on peut conclure que leurs avis reflétaient aussi la position officielle de l’Église. Ils exerçaient donc un contrôle intellectuel et spirituel, parant à la menace des hérésies.
  4. Ils avaient mission d’enseigner l’Écriture et d’élucider les passages obscurs des textes sacrés. Ils prononçaient leurs didascalies dans les églises, à Sainte-Sophie pour les trois didascales supérieurs. Ces textes, de caractère purement rhétorique, diffèrent des catéchèses et ne peuvent pas être considérés comme de simples sermons.
  5. Rhéteurs habiles, directement en contact avec le peuple du fait de leur charge, ils contribuaient à soutenir la politique impériale en prenant la parole, tantôt porte-parole des heureuses nouvelles concernant l’empereur, tantôt laudateurs du souverain ou du patriarche.
  6. Enfin, il est bien connu que plusieurs didascales, après avoir gravi les cinq degrés de la hiérarchie, ont obtenu un siège épiscopal, voire le patriarcat51.

25En un mot, il nous paraît clair que tout au long du xiie siècle, l’activité et les carrières offertes à ces douze didascales correspondent presque exactement au programme annoncé par la novelle d’Alexis Ier.

Notes

1 « Ὅπως δὲ καì τὰ ἐκ τέχνης ἄνθη καθωράϊζε τὴν ἐπιστολήν... ἡ δὲ τῶν γραφικῶν χρήσεων εὐκαιρία καì ἐν ἅπασιν ἐπιπρέπουσα φυσική τις εὔροια καì χάρις » : Symeon Magistros, ep. 91, éd. J. Darrouzes, Épistoliers byzantins du xe siècle, Paris 1960, p. 152.

2 Grégoire Antiochos, Éloge du patriarche Basile Kamatèros. Texte, trad., commentaire par Marina Loukaki, Paris 1996 (Byzantina Sorbonensia 13), p. 79571-575

3 Voir Eleutheria Papagiannè, Tὰ οἰκονομικὰ τοῦ ἔγγαμου κλήρου στò Βυζάντιο, Athènes 1986 (Forschungen zur byzantinischen Rechtsgeschichte, Athener Reihe 1), p. 92 s.

4 J. Darrouzès, L’Éloge de Nicolas III par Nicolas Mouzalôn, RÉB 46, 1988, p. 53 695 700. La datation exacte du discours est impossible, mais, d’après l’éditeur, une date entre 1085 et 1094 conviendrait davantage pour l’interprétation de l’éloge (ibid., p. 10).

5 Ibid., p. 53 70l-702. Il ne me paraît pas absolument assuré, comme le pense J. Darrouzès (ibid., p. 8), que Mouzalôn ait aussi dirigé l’école Saint-Pierre au moment où il prononça le discours. Le rhéteur dit que le patriarche l’avait nommé directeur de l’école (p. 27-29), mais il ne précise pas s’il continue de l’être. Néanmoins, il présente comme actuelle son activité de membre des douze.

6 « Fuit autem idem archiepiscopus Nechites praecipuus inter duodecim didascalos, qui iuxta morcm sapientium Graecorum et liberalium artium et divinarum scriptuarum studia regunt et eaeteris sapientibus tamquam omnibus praeminentes in doctrina praesunt, et ad quos omnes questiones difficillimae referuntur et ab eis solutae deiceps sine retractione et pro confirmata sententia tenentur et scribuntur » : Anselme de Havelbrg, PL 188, col. I 141A-B. Ce renseignement, connu depuis longtemps (voir F. Fuchs, Die höheren Schulen von Konstantinopel im Mittelalter, Leipzig-Berlin 1926 [Byzantinisches Archiv 8], p. 17-18), a été négligé par les chercheurs. R. Browning, (The Patriarchal School at Constantinople in the I2th Century, Byz. 33, 1963, p. 40, dorénavant The Patriarchal School II...) cite le passage dans sa notice sur Nicétas de Nicomédie. sans le commenter : P. Speck (Die kaiserliche Universität von Konstantinopel, Munich 1973 [Byzantinisches Archiv 14], p. 87-88) ne considère pas Anselme de Havelberg comme une source fiable. J. Darrouzès utilise ce témoignage pour renforcer son hypothèse que les didascales ne se limitaient pas aux trois didascales du Psautier, de l’Apôtre et de l’Evangile, mais il ne développe pas son argumentation (Georges et Dèmètrios Tornikès, Lettres et Discours, Paris 1970, p. 9). Récemment P. Magdalino a souligné l’importance du renseignement, confirmé par d’autres sources contemporaines, et accepté l’existence d’un groupe de douze didascales (The Empire of Manuel I Komnenos, 1143-1180, Cambridge 1993. p. 325-327. L’opinion de Magdalino sur ces douze didascales sera discutée plus loin).

7 « Ἡ ĸαθ’ ἡμᾶς δωδεκὰς αὕτη τῶν σοφιστῶν, ὁ βυζάντιος ἵνα μὴ λέγω ὁ χιλιοστὸς καὶ μυριόλεκτος σύλλογος, λάβρα μὲν ἀγορεύει καὶ δαιμονίως τὰ ἐς τὴν τέχνην στωμμύλλε-ται... Οὕτως εἰσὶ τεράστιοι σοφισταὶ καὶ κυβισταὶ λόγων δαιμόνιοι, καὶ πολυτοκοῦσι μὲν κατὰ τοὺς λαγωούς, εὐτοκοῦσι δὲ κατὰ τὰς ἀηδόνας λαλίστατα καὶ αἱμύλα γεννῶντες ἀπὸ ρητορικῆς, ἅ καὶ ὅταν ἴδωσιν οἱ ἄνθρωποι, ξεναγοῦσι μὲν παρὰ τὰς οἰκίας καὶ θύραις ὅλαις ἀνίσχουσι τὴν εἰσφοίτησιν καὶ... αὐτοῖς ἀνεώγαται τὰ δωμάτια....τὰ δὲ ξεναγηθέντα περιλαλοῦσι μὲν καὶ τὰς τραπέζας, περιλαλοῦσι δέ τὰς οἱκίας καὶ κατᾴδουσι τῶν τοίχων καὶ τῶν ἐπαύλεων. » Scor. Y II 10 (265), f. 325r-v.

8 P. Wirth, Die sprachliche Situation in dem umrissenen Zeitalter. Renaissance des Attizis-mus. Herausbildung der neugriechischen Volksprache, XVe Congrès International d’Études Byzantines. Rapports et co-rapports, II. Langue, Littérature, Philologie, Athènes 1976, p. 15-17. Sur le passage de Kataphlôron, voir aussi Margaret Mullet, Aristocracy and Patronage in the Literary Circles of Comnenian Constantinople, dans M. Anglod, The Byzantine Aristocracy. IX to XIII Centuries, Oxford 1984 (BAR 221), p. 176.

9 Costantino Stilbes, La prolusione del maestro dell’Apostolo, éd. Lia Raffaella Cresci, Messine 1987 (Letteratura e civilità bizantina 2), p. 4548-49.

10 « Καὶ διέβη μὲν πρότερος ἤδη τόν ποταμόν, ὡς το ἱστορηθέν, Ρουβείμ, ὁ πρεσβύτερος τῆς καθ’ ἡμᾶς δωδεκάδος τῶν ἀδελφῶν,... ὑπò προπομπῷ τούτῳ, τῷ ἡμῶν Ἰησοῦ. » : ibid., ρ. 52195-53198.

11 « Ἐπιστὰς ὁ ἐμός σωτὴρ εὐθὺς εἰς μαθητείαν ἐκάλεσε καὶ καλέσας τοῖς κορυφαίοις συνέταξε καὶ ἕνα ποιεῖται τῶν μαθητῶν καὶ τῶν ἀπορρήτων εἰς κόρον μετέδωκεν. » : Michel Italikos, Discours du didascale des Évangiles, éd. P. Gautier, Michel Italikos, Lettres et Discours, Paris 1972 (Archives de l’Orient Chrétien 14), p. 12215-17.

12 PG 137, col. 577B-579A.

13 B. Katsaros, Ιωάννης Κασταμονίτης. Συμβολὴ στὴ μελέτη τοῦ βίου, τοῦ ἕργου και τῆς ἐποχῆς του, Thessalonique 1988 (Βυζαντινά κείμενα καὶ μελέται 22), p. 198 s.

14 « Ὡς υἱοὶ Ἰσραὴλ πέμπτη γενεᾷ κατά τὴν γραφὴν εἰς τὴν τῆς ἐπαγγελίας ἀνέβαινον, οὕτω δὴ καὶ αὐτὸς ἐν πέμπτῳ τούτῳ σταθμῷ τῆς ἐπηγγελμένης γῆς ἐπιδράττομαι (didascale de l’Evangile)... ἔδωκε μὲν καὶ Ἰωσὴφ τῷ Βενιαμὶν ἐξαλλασσομένας πέντε στολάς, τοσαυτάκις γὰρ καὶ ἡμεῖς ἐξηλλάγμεθα » : J. Lefort, Prooimion de Michel neveu de l’archevêque de Thessalonique, didascale de l’Évangile, TM 4, 1970, p. 389

15 « Επαινῶ τὸν νόμον τῆς ἐκκλησίας καὶ τὸν τύπον θαυμάζω τοϋ Πνεύματος. Εύτακτος γαρ ότι τούς επί τών λειτουργημάτων ούκ ευθύς επί τοῦ κορυφαίου καθίζει, ἀλλ’ ὁδῷ καὶ ρυθμῷ προήγαγεν... οὗτος καὶ έφ’ἡμῖν ό νόμος κατακρατεί, ὁ ἔλλογός τε καὶ δίκαιος, καὶ κατά βραχύ πρὸς τὴν κορυφήν τῶν διδασκαλικῶν ἐπαίρει βαθμῶν ἀπὸ χαμαιζήλου τῆς χώρας. » : Costantino Stilbes, La prolusione..., p. 43 ; « τὴν παρατέλευτον κατέσχον βαθμίδα (didascale de l’Apôtre), τῆς κορυφαίας τὴν παραλήγουσαν. » : ibid. ρ. 44 ; « διὰ πεντάδος βαθμῶν τὸν πάντα διεκτρέχομεν κάματον πυραμὶς γὰρ ὁ ἀριθμὸς καὶ εἰς ὕψος εὐθύνεται καὶ κουφίζεται, κἂν ἐκ τῶν καλλίστων τε καὶ πρωτίστων, ἀρτίου καὶ περισσοῦ συν-τιθῆται. Ἐπίδηλος κἀνταῦθα ἡ σύνθεσις. ἒξωθεν ἡ δυἀς, ἒνδοθεν ἡ τριάς. » : ibid. ρ. 54-55.

16 « καὶ ἵνα μᾶλλον τοὺς ἐμοὺς ἀρχαιολογήσω πόνους ἀναδραμὼν τῷ λόγω τὰ πρεσβύτερα, ἒξωθεν συμφορήσας ὕλην τὴν τῷ ἒργω τῆς νοητῆς οἰκοδομῆς ἐπιβάλλουσαν, ξύλα δἐ καὶ λίθοι τὰ πρὸς οἰκοδομὴν χρησιμεύοντα, ὡς ξύλα γοῦν ἐκ τοῦ κατασκίου ὄρους τῆς μητρὸς τοῦ Θεοῦ καὶ ὡς λίθους ἐκ τοῦ ἀκρογωνιαίου λίθου συλλεξάμενος τοῦ Χριστοῦ· ἐῶ γὰρ λἐγειν ὅτε πολλάκις ἐπωμάδιον ἔχων φόρτον τὴν ἱερὰν πλίνθον ἔκαμνον. » : J. Lefort, Prooimion..., p. 387. Nous ne partageons pas l’opinion de R. Browning (The Patriarchal School II.., p. 15) acceptée aussi par B. Katsaros (Ἰωάννης Κασταμονίτης..., p. 198) que l’église sous-entendue par l’expression « ἐκ τοῦ ἀκρογοινιαίου λίθου...τοῦ Χρίστοῦ » ait été dédiée à saint Pierre. Comme J. Lefort (ibid., p. 380) et P. Magdalino (The Reform Edict of 1107, dans M. Mullett, D. Smythe [éd.], Alexios I Komnenos. Papers of the 2nd Belfast Byz. Intern. Colloquium, 1989, Belfast 1996 [BBTT 4.1]), nous pensons qu’il s’agit d’une église du Christ, puisque l’écrivain cite un passage de saint Paul (Eph. 2.20) où le Christ est qualifié de « ἀκρογωνιαῖος λίθος ».

17 Costantino Stilbes, La prolusione..., p. 48107-49137. Voir aussi la note suivante.

18 « Ἀγρὸς μὲν γὰρ πρῶτον εἶχεν ἡμᾶς καὶ περὶ τὸν ἀγρὸν ἐπονούμεθα· μετὰ δἐ τὸν χάλκεον οῦδὸν τῆς όχυρἀς κα ! ἀγιας πατήσας πόλεως καὶ διομιλησἀμενος τω Δαυίδ πρὸς τή πὐλῃ ἐστῶτι καὶ ταὐτης τῆς πόλεως... Πρὸς τῇ πῦλῃ γοῦν καὶ αὐτὸς συγγεγονὼς τῷ Δαυίδ, μετὰ Παύλου τῇ πόλει ἐνεχωρίασα... ἐκ δὲ τῆς εἰς τὴν ἀκρόπολιν ἄνειμι ἄντι-κρυς. » (J. Lefort, Prooimion..., p. 389). Le champ désigne la première étape de la carrière de Michel, à l’église de la Théotokos. Le seuil de bronze (χἀλκεος ουδός) renvoie à l’église du Christ de la Chalkè, toute proche de Sainte-Sophie et deuxième étape de sa carrière. Comme didascale du Psautier, il restait à l’entrée de la ville sainte (la Grande Église), ensuite il s’est avancé à l’intérieur comme didascale de l’Apôtre, pour atteindre l’acropole, le sommet, c’est-à-dire la charge du didascale de l’Evangile. B. Katsaros est d’avis différent (Ιωἀννης Κασταμονίτης..., p. 198-201). Selon lui, mais nous pensons qu’il a tort, l’itinéraire de la carrière de Michel se déroula, aux deux premières étapes, de l’église de la Théotokos à l’église Saint-Pierre, puis successivement à l’église Saint-Paul de l’Acropole (didascale du Psautier), à l’église du Christ de la Chalkè (didascale de l’Apôtre) pour aboutir à Sainte-Sophie (didascale de l’Evangile).
De plus, Constantin Stilbès affirme « Ἐκεῖθεν ἀπήραμεν εἰς σταθμὸν τὸν τοῖς ἐντὸς τούτοις καὶ προβαθμίοις ἀγχίθυρον, ἐκ τοῦ ἀποστόλου ἐπὶ τὸν ἀποστείλαντα » et un peu plus bas
« καὶ ἐφεξῆς ἔβλεψεν ἡμᾶς ὁ θεῖος Δαυὶδ ἀναβαίνοντας.... ἥ τε Ἱερουσαλὴμ καὶ τὸ ἱερὸν μετὰ τοῦ προφήτου καὶ βασιλέως ἐδέχετο » : Costantino STILBES, La prolusione..., p. 48118-120, 49137-141 L’étape proche de la porte qui conduit à l’intérieur désigne l’église du Christ de la Chalkè (connue, d’ailleurs, par le titre d’une autre didascalie inédite de Stilbès : « Διδασκαλία τοῦ μακαρίτου ἀρχιεπισκόπου Κυρίλλου τοῦ χρηματίσαντος Κυζίκου, ὅτε διἀκονος ἦν εἰς τὸν ναὸν τὸν χαλκίτην, περὶ τῶν ἀγίων τοῦ μανδὺλου καὶ τοῦ κεράμου. » Voir R. Browning, The Palriarchal School II..., p. 26). Ensuite, il entre à Jérusalem (Sainte-Sophie) comme didascale du Psautier.

19 Voir par. ex., J. Darrouzès, Recherches sur les Ὀφφίκια de l’Église byzantine, Paris 1970 (Archives de l’Orient Chrétien 11), p. 73-74 n. 4.

20 Eleutheria Papagiannè, Tὰ οἰκονομικά..., p. 63.

21 Par ex. un diacre, Eustathe, appelé simplement didascale, assistait au synode des Bla-chernes en 1094. Théophylacte Hagioanargyritès, diacre, notaire patriarcal et didascale sans précision, a signé un acte en 1193. Voir P. Gautier, Le synode des Blachernes (fin 1094). Étude prosopographique, RÉB 29, 1971, p. 219; J. Darrouzès, Recherches..., p. 75 et n. 3; R. Browning, The Patriarchal School at Constantinople in the 12th Century, Bvz. 32, 1962, p. 194 (dorénavant, The Patriarchal School I), II, p. 32.

22 Constantin Psaltopoulos et Basile Pédiaditès, par ex., d’après les lemmes de leurs discours dans Scorialensis, sont toujours désignés comme simples didascales (voir les titres dans R. Browning, The Patriarchal School II, p. 21, 23). En revanche, dans les manuscrits, Léon Balianitès et Constantin Stilbès sont mentionnés tantôt sous le titre de didascale œcuménique, de l’Apôtre, du Psautier ou encore du métropolite (ibid. I, p. 180 nos 1, 8 ; II, p. 26-28 nos2, 3. 11-14), tantôt sous le titre du didascale seulement (« Διδασκαλία τοῦ Βαλιανίτου κυροῦ Λέοντος ἔτι ὄντος διδασκάλου πρὸς τὸν πατριάρχην κυρὸν Βασίλειον... » : ibid. I, p. 180).

23 Β. Katsaros, Ἰωάννης Κασταμονίτη ;..., p. 204 s.

24 P. Magdalino, The Empire of Manuel..., p. 325-327.

25 « ἢ καὶ παρεστὼς ἐν μέσαις ἐκκλησίαις / σωτηριώδεις ἐξερεύγωμαι λόγους·/ ἦν γὰρ τὸ λειτούργημα τοῦτο μοι τότε / ἐκκλησιάζειν ἐν χρόνοις ὡρισμένοις / καὶ νουθετεῖν τὰ τέκνα ἐκκλησίας. » : Sophia I. Doanidou, Ἡ παραίτησις Νικολάου τοῦ Μουζάλωνος ὰπὸ τῆς ἀρχιεπισκοπῆς Κύπρου, Ἑλληνικά 7, 1934, ρ. 115-116.

26 « Εἶδέ σε ὁ μέγας ἐκεῖνος ἐπὶ τούτῳ ποιμήν, ὑφ’ ᾧ τὰ τῆς νέας Σιὼν τηνικαῦτα σοφῶς διετάττετο... χειρίζει σοι τὰς ιερᾶς βίβλους κα ἱεροφάντην αὐταĩς ἐφιστᾷ περιδέξιον, ὡς μὲν διαλευκαίνειν ὅσον τοῦ γράμματος μέλαν, ὡς δ’ὑπαναπτύσσειν ὅσον μυστηριῶδες καὶ γρῖφον. Τότε δὴ τότε παντοδαπός τὴν σοφίαν ὡρῶ και πολύτροπος... ἐδίδασκες ἀνοίγων τὸ στόμα τὰ σωτηριώδη. » : Nicéphore Basilakès, Discours au patriarche Nicolas Mouzalôn, éd. A. Garzya, Nicephori Basilacae Oraliones et Epistolae, Leipzig 1984 (Bibliotheca scriptorum graecorum et romanorum teubneriana), p. 7910-19.

27 Voir supra n. 5 ; sur l’école Saint-Pierre, voir R. Browning, The Patriarchal School I, p. 172-173 ; P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris 1977, p. 231-233.

28 « Καὶ πού πότε φύτευσις ή πρώτη καὶ ἀρχική ; Έν τω του Παύλου τεμένει.... και ἡλίων ἐξάδα διπλῆν ἐξηριθμήσαμεν τοĩς ἐκεĩ... τὰ εὐαγγελικά πρός δύναμιν κατηχήσα-μεν. » ; « Ἐκεĩθεν ἀπήραμεν εἰς σταθμόν τόν τοĩς ἐντός τούτοις καὶ προβαθμίοις άγχι’Ουρ-ον, ἐκ τοv ἀποστόλου ἐπί τόν άποστείλαντα.,.καί τήν κέραμον και τό ύφος προσει’πομεν, τὰ χριστοειδῆ. Ἐκ τῆς τρίβου τούτοις άνεκομισθημεν.,.τήν κατ’αύτόν διήγησιν φοροΰντες ἐνστόμιον εἰς τὰ διδασκάλία. » : Costantino Stilbes, La prolusione..., p. 4811,6 1,5,1181211 ; 49124-129. Dans la didascalie inédite, prononcée en l’église Saint-Paul en présence du patriarche George Xiphilin (1191-1198), à une époque où il n’était pas encore nommé didascale du Psautier, il affirme : « Νῦν δὲ άλλα τὸν τοῦ εὐαγγελίου ζυγὸν ἐξ ἔτι νεάζοντος ἐπαυχενι-σάμενος ἀλοῶ μὲν τοῖς τοῦ νοὸς στρόφοις, κινήμασι καὶ έλιγμοΐς πρός εαυτόν καὶ ἀνε-λιγμοῖς καὶ ἐκλεπίζω τὰ δυνατὰ τὸν τῆς γραφής σῖτον τοῦ τῆς ασάφείας λέμματος καὶ άνθέρικος, ὡς ἔχοιεν οἱ παραβάλλοντες σιτίζεσθαι τὰ κατάλληλα. ». Scor. Y II 10 (265), f. 278ν. Voir le titre de la didascalie sur la tuile et le mandylion supra, n. 18.

29 « Ἐξ εὐαγγελίου ἀρξάμενοι εἰς εὐαγγέλιον συντεινόμεθα κατὰ κύκλον ἐπανατρέχον-τες.... ἀρχῆθεν δὲ στοιχειούμενοι τῷ εὐαγγελίῳ, ἐν τούτῳ καὶ τελειούμεθα. » : Costantiνο Stilbes, La prolusione..., p. 54218-226.

30 Voir le texte supra, n. 16.

31 À propos de ce genre de littérature, voir dans J. Darrouzès, Recherches..., p. 77-78 ; B. Katsaros, Ἰωάννης Κασταμονίτης..., p. 213-219 ; P. Magdalino, The Reform Edict..., p. 213 ; The Empire of Manuel..., p. 366-367.

32 Voir par ex. les deux discours de Georges Tornikès, du Psautier et de l’Evangile (J. Darrouzès, Georges et Dèmètrios Tornikès..., p. 74-85, 88-99), le discours de Michel Italikos devenu didascale de l’Évangile (P.Gautier, Michel Italikos..., p. 118-128), la première didascalie de Constantin Psaltopoulos (dont nous préparons l’édition) écrite lorsqu’il fut nommé didascale (Scor. Y II 10, f. 129-132), etc.

33 Par ex. les didascalies de Jean Kastamonitès (voir les analyses dans B. Katsaros, Ἰωάννης Κασταμονίτης..., p. 219-242), certaines didascalies inédites de Léon Balianitès (voir R. Browning, The Patriarchal School I, p. 180 nos2, 3, 4, 5, 6), la didascalie de Constantin Stilbès sur la tuile et le mandylion d’Edesse (voir supra n. 18), etc.

34 P. Magdalino, The Empire of Manuel..., p. 366-367.

35 Voir par ex. les didascalies de Michel de Thessalonique (J. Lefort, Prooimion...), de Constantin Stilbès (Costantino Stilbes, La prolusione...), de Léon Balianitès (voir R. Browning, The Patriarchal School I, p. 180 n° 1), etc.

36 P. Gautier, Michel Italikos..., p. 232-233, 245-294, sur la capture de Léon, voir la lettre à Mélès, p. 233, et le discours à Jean Comnène, p. 248. Voir la didascalie de Skizènos, dans W. Regel, Fontes rerum byzantinarum, II, Saint-Petersbourg 1917, p. 362-369.

37 Grégoire Antiochos, Éloge du patriarche Basile Kamatèros..., p. 479-18.

38 V. Grumel, Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople. I. Les actes des patriarches, Fasc.II et III (rev. et corr. par J. Darrouzès) Paris 1989. n° 1077 p. 523-524.

39 P. Gautier, L’édit d’Alexis Ier Comnène sur la réforme du clergé, RÉB 31. 1973. p. 191 209s.

40 Sur Nicolas Mouzalôn, voir J. Darrouzès, L’éloge.... p. 52 n. 42. Voir aussi les notes suivantes.

41 P. Gautier, Michel Italikos..., p. 1 1922-24.

42 J. Lefort, Prooimion..., p. 391111-112, 130-133 ; voir aussi la note marginale du texte. Costantino Stilbes, La prolusione..., p. 62 382-384 ; 64 425-432.

43 Scor. Y II 10 (265), f. 54v-55.

44 Eleutheria Papagiannè, Tà οἰκονομικά.., p. 83 et n. 21, 161 s.

45 Étaient notaires, par exemple, Basile Pédiaditès (voir la note suivante) et les didascales du Psautier, Serge (Marina Loukaki, Première didascalie de Serge le diacre : éloge du patriarche Michel Autôreianos, RÉB 54, 1994, p. 161) et Nicétas Mésaritès (R. Browning, The Patriar-chal School II..., p. 14), etc.

46 Le didascale Basile Pédiaditès illustre ce cas. Selon son discours, le patriarche l’avait proclamé serviteur à part entière des écritures (Écritures, selon J. Darrouzès, Recherches..., p. 77 et n. 1) et l’a classé parmi ceux qui sont inscrits au rang parfait. Cependant la lettre de nomination reçue par Pédiaditès ne correspondait pas au rite de promotion ; au lieu de devenir titulaire, il faisait partie des surnuméraires. Basile Pédiaditès avait obtenu du patriarche la charge de notaire et non celle de didascale comme le sous-entend la transcription Écritures de Darrouzès (qui a corrigé ultérieurement dans les Regestes, n° 1163 a, p. 578-579). J. Lefort s’appuie sur cette interprétation erronnée pour renforcer son opinion selon laquelle, pour Michel de Thessalonique, il s’agissait d’une différence entre la rémunération des didascales surnuméraires et titulaires (Prooimion..., p. 381-382).

47 P. Gautier, L’édit d’Alexis Ier..., p. 185102-106, 189185-190, 193206-208, 193227-236, 195255-257·267-268. Voir aussi J. Darrouzès, Recherches..., p. 72-75 ; P. Magdalino, The Reform Edict..., p. 202.

48 Sur la Notice, voir J. Darrouzès, Recherches..., p. 549-550. Sur les diverses opinions, voir P. Magdalino, The Reform Edict..., p. 208 s.

49 J. Darrouzès, L’éloge..., p. 9 ; P. Magdalino, The Reform Edict..., p. 211-212.

50 B. Katsaros, ‘Ιωάννης Κασταμυνίτης..., p. 190-193.

51 Ainsi Georges Tornikès, métropolite d’Éphèse, Michel Italikos, métropolite de Philippoupolis, Constantin Stilbès, métropolite de Cyzique, Basile Pédiaditès, métropolite de Corfou, Nicolas Mouzalôn, patriarche, etc.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search