Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Le coût des transports à Constantinople, portefaix et bateliers au xve siècle

Jacques Lefort

Texte intégral

  • 1 Voir Il Libro dei conti di Giacomo Badoer, éd. U. Dorini et T. Bertelè, Rome 1956. Nous nous référ (...)
  • 2 Par exemple, compte Morone, p. 740, 1. 2-10, quatre bote d’esturgeon d’un poids total de 44,6 cant (...)
  • 3 On peut voir sur les Tableaux 2 et 3 que les charges transportées faisaient ordinairement 2 ou 3 c (...)

1À Constantinople où il résida entre septembre 1436 et février 1440, le commerçant vénitien Giacomo Badoer faisait transporter en barque ou par des portefaix (bastaxi ou camali) les marchandises qu’il négociait1. Celles-ci étaient placées dans des conteneurs de types divers, balles, barils, caisses, couffes ou sacs. À terre, certaines charges très lourdes ne pouvaient être transportées qu’en charrette2 ; en dehors de ces cas, on ne recourait semble-t-il que rarement à ce moyen de transport. Souvent, les colis pesaient environ 100 kg et ils pouvaient être transportés à dos d’homme, du moins sur une courte distance ; d’autres, plus pesants, étaient peut-être portés à deux3.

  • 4 Compte Fostagni (futaines), p. 144, 1. 10 : e per mandarne in Pera a vender, per le barche, perp. (...)

2Les barques étaient utilisées pour traverser la Corne d’Or, entre Constantinople et Péra4, mais aussi pour transporter les marchandises d’une échelle (marina) au navire, les charger ou les décharger.

  • 5 Cf. par exemple, pour l’huile, compte Hoi da Choron, p. 132, 1. 7-8.
  • 6 À Péra, hors du borgo, cf. compte Spexe de mi. p. 82, 1. 14. - A Constantinople, cf. le même compt (...)

3À l’exception de quelques produits, tels l’huile et le vin, que Badoer faisait conduire et garder dans des entrepôts (magazen)5, le marchand vénitien stockait les marchandises qu’il avait acquises dans la maison (caxa) louée par lui à Péra de septembre à novembre 1436, puis à Constantinople même6. Il y faisait transporter les marchandises achetées en ville ou déchargées sur le port. A l’occasion d’une vente, il fallait les emporter dans une boutique pour les faire peser ou mesurer. Enfin, Badoer devait les livrer à son client constantinopolitain, ou les expédier sur un navire.

4Nous avons cherché à élucider une question qui est sans doute de peu d’importance et qui est en tout cas relative à des sommes infimes comparées à la valeur des charges que Badoer faisait transporter, mais que la comptabilité parfois très précise du Libro dei conti permet de poser : comment s’explique le coût du transport des marchandises entre la maison de Badoer et le port (ou vice versa) ?

  • 7 Compte Pani (draps) p. 218, 1. 20: e per bastaxi a portar a caxa a car. 3 per bala. Compte Pani (d (...)
  • 8 Compte Pani, p. 26, 1. 19: e per bastaxi he chareta per mandar baie 4 a caxa, perp. 1.

5Il résulte de plusieurs comptes que, pour un produit donné, le coût du transport était calculé par charge, le montant pour une charge étant indiqué ; par exemple : « pour les portefaix, pour le transport à la maison, 3 carats par balle de draps7 ». D’autres fois, dans le cas d’un stock comportant plusieurs colis, c’est le total des frais de transport qui est mentionné, mais on connaît en général le nombre des colis8. Ces indications permettent de connaître directement un certain nombre de coûts ; mais parce que les frais de transport sont le plus souvent comptés avec d’autres frais sans que le détail soit donné, les informations directes sur le coût des transports ne sont pas nombreuses.

  • 9 Pour le transport de charges de cire d’un poids moyen comparable, cf. les comptes Zera, p. 274, 1. (...)

6D’après ces données, il apparaît cependant que pour des charges de même poids et de même nature, transportées sur la même distance, les coûts n’étaient pas constants, bien qu’on remarque des régularités9. Nous n’avons donc pas affaire à un tarif rigide, mais plutôt à une norme, autour de laquelle les coûts semblent osciller.

7La variation des coûts et le nombre relativement réduit des données semblent à première vue rendre difficile la recherche envisagée. On dispose cependant d’autres informations, qui sont nombreuses, mais qui sont indirectes et laissent une part d’hypothèse ; toutefois, puisqu’elles multiplient par cinq le nombre des informations sur le coût des transports, nous avons tenté de les prendre en compte.

  • 10 Cf. le compte Zenzeri (gingembre), p. 50, 1. 13 : e per bastaxi, barcha, boleta e chonpagni de gal (...)
  • 11 Nous avons admis, en faisant les calculs, que le rapport entre ces postes était constant. Cf. Appe (...)

8Lorsque des marchandises étaient chargées sur un navire ou en étaient déchargées, d’autres frais s’ajoutaient au coût du transport en ville, et le Libro dei conti, tout en énumérant, en général, les divers postes concernés, y compris le transport, se borne souvent à donner le total de ces frais de gestion (spexe de marcadantia), tout en indiquant parfois les sommes relatives à certains d’entre eux10. Or, si l’on peut déterminer, même approximativement, le poids de chacun de ces postes dans le total des frais, il devient possible d’utiliser cette partie moins précise de la documentation. En nous fondant sur un ensemble d’indications fournies par le Libro, nous avons cherché à estimer dans chaque cas particulier les coûts approximatifs correspondant à chacun de ces postes11. On pourra juger de la pertinence de ces estimations d’après les tableaux de l’Appendice, qui regroupent à propos de chaque stock les coûts directement indiqués par Badoer et ceux qui ont été calculés : on verra qu’ils sont souvent identiques, ou du moins comparables, pour une marchandise et une charge données.

  • 12 D’autres frais de gestion s’ajoutent parfois aux frais de transport (pourboire au fameio d’un marc (...)

9Les frais de gestion qui s’ajoutaient à ceux qui sont liés au transport en ville étaient généralement au nombre de trois12.

Les frais de gestion liés ou associés au transport

10Lors du déchargement, ou simplement du transport vers la maison de Badoer, les opérations onéreuses étaient, chronologiquement ou logiquement, les suivantes :

  • le certificat du comptable du navire. Les marchandises venues de Venise étaient décrites sur un registre tenu à bord par un officier public vénitien qui était ordinairement un prêtre13. Afin de se mettre en règle avec la douane byzantine et pour d’autres raisons sans doute, Badoer (comme tous les importateurs), demandait au prêtre, contre paiement, un extrait du registre relatif aux marchandises qu’il transportait, dit boleta al prete14. Ce certificat est presque toujours mentionné pour les marchandises importées d’Occident.
  • le transport à terre par les rameurs du navire ou par les bateliers de Constantinople. Les marins de la galia ou de la nave transbordaient, on y a fait allusion, les marchandises importées par Badoer dans une des barques du navire et, moyennant une gratification, dite en général cortexia ai barcaruoi15, ils les conduisaient à l’échelle proche de sa maison, donc à Péra d’abord, puis à Constantinople16. Lorsque Badoer avait acquis une marchandise en ville, il la faisait transporter par un batelier de la ville ; le terme utilisé est alors barca17. Cette gratification, ou, dans le second cas, cette rétribution, est presque toujours mentionnée.
  • le certificat des douaniers byzantins. Parfois seulement (pour des raisons qui restent à établir), le Libro dei conti mentionne le certificat (en général : boleta di Griexi) que les douaniers byzantins établissaient contre paiement pour autoriser l’entrée libre dans l’Empire des marchandises importées par Badoer18. En effet, les marchandises appartenant à des Vénitiens ou à des Génois jouissant d’une franchise étaient exemptes du kommerkion de 1 %19.
  • le passage de la porte. Plus souvent, à Constantinople comme à Péra, le Libro mentionne la gratification, cortexia a la porta, exigée par les gardes de la porte pour laisser entrer les marchandises au vu peut-être de l’un ou de l’autre certificat20. Ce poste est sans doute distinct du précédent, puisqu’un compte mentionne, parmi les frais de gestion, la boleta de Griexi et la cortexia a quel du la porta21. Mais dans tous les autres cas où l’un de ces deux postes apparaît, l’autre ne figure pas (cf. Tableau 2) ; peut-être ont-ils été comptés ensemble, sous l’une ou l’autre dénomination ? Ce point n’est pas clair.
  • le transport en ville par les portefaix, de l’échelle à la maison de Badoer.

11Lors du chargement, les opérations, qui ne sont pas exactement les mêmes qu’en sens contraire, étaient les suivantes :

  • le transport en ville par les portefaix, de la maison de Badoer à l’échelle.
  • le passage de la porte. Les gardes de la porte et les douaniers se faisaient en principe rétribuer pour laisser sortir les marchandises de la ville ; dans ce cas également, un seul passage du Libro distingue clairement les deux postes (la douane et la porte) ; les termes utilisés sont lizenzia (du kommerkion ou de la porte : parce que les douaniers se tenaient à la porte ?)22 et cortexia a la porta23. De même que pour l’entrée des marchandises à Constantinople, ces deux postes sont loin d’être systématiquement mentionnés. Sur le Tableau 3, nous les avons regroupés.
  • le transport en barque. Le terme utilisé pour désigner ce poste est, ici aussi, barca24. Ces frais sont presque toujours mentionnés.
  • le transbordement par l’équipage du navire. Les marins qui hissaient à bord les marchandises depuis la barque et les installaient sur le navire recevaient de ce fait un pourboire, parfois dit beverazo25. Ce poste est presque systématiquement mentionné.
  • le certificat du comptable du navire. Le prêtre rédigeait, moyennant rétribution, un certificat, remis à Badoer, qui décrivait la cargaison embarquée et qui sans doute était ensuite copié sur le registre auquel nous avons déjà fait allusion. Ces frais sont eux aussi presque toujours mentionnés26.

Éléments pour une explication des coûts de transport

  • 27 Lorsque Badoer habitait à Péra, le coût du transport de la maison à la boutique était le plus souv (...)

12La longueur du trajet. Il est probable que la longueur des trajets était un élément du coût des transports, que ceux-ci aient été effectués à dos d’homme, en charrette ou en barque ; il est difficile de le montrer, parce que nous n’avons, dans le Libro dei conti, aucune indication topographique précise. Du moins pour ce qui est des portefaix, les différences constatées entre le coût du transport de la maison de Badoer à l’échelle d’une part, et d’autre part de sa maison à la boutique du mesureur ou du peseur, semblent aller dans ce sens : le coût est dans le dernier cas souvent moins élevé, peut-être parce que la distance était moindre27.

  • 28 Astuti (Le forme, cité supra n. 13), p. 102, mentionne le rôle du poids dans le coût du transport (...)
  • 29 Cf. sur le Tableau 2 les données fournies par Badoer et les valeurs calculées par nous : kermès, p (...)
  • 30 Coût inférieur à celui des charges de 2 à 3 canters, Tableau 2, indigo, p. 566 ; cire, p. 36, 188 (...)
  • 31 Coût supérieur à celui des charges de 2 à 3 canters, Tableau 3, poivre, p. 290. - Coût égal, poivr (...)
  • 32 Cf. Tableau 3, cuivre, p. 168 et 284, 2e compte (poids inconnu mais élevé).

13Le poids des charges. Il est sûr que le poids des charges jouait un rôle dans le prix du transport28, mais d’une façon approximative, et peut-être seulement dans les cas les plus flagrants. Ordinairement, sans doute parce que la plupart des charges avaient, on l’a vu, un poids comparable, la notion de coût par charge, qui est d’ailleurs la seule mise en avant par Badoer, suffisait. D’après les Tableaux 2 et 3 de l’Appendice, on peut faire, malgré la disparité des données, les observations suivantes : les colis dont le poids était compris entre 2 et 3 canters étaient apparemment grevés du même coût29 ; les charges de 1 canter étaient parfois transportées pour moins cher30 et celles de 4 canters pour plus cher31. Il est seulement clair qu’au dessus de 6 canters les coûts étaient plus élevés32.

  • 33 Cf. Tableau 2 :, draps, p. 18-26 (coût apparemment supérieur avec une charrette), mais cf. étain, (...)

14Il est possible que la charrette dont s’aidaient parfois les portefaix ait constitué un surcoût. Le fait que la charrette soit mentionnée dans le décompte des frais le suggère, mais les données sont peu nombreuses et peu nettes33.

  • 34 Les montants moyens sont établis d’après les valeurs portées sur les Tableaux 2 et 3 pour des char (...)
  • 35 Nous n’avons retenu que les produits sur lesquels on trouve dans le Libro dei conti au moins deux (...)

15La valeur des marchandises. On trouvera sur le Tableau 1, p. 420, d’après les données fournies directement par le Libro et celles qui ont été calculées, les montants, (le plus souvent établis d’après une moyenne)34, des frais de gestion supportés par Badoer à l’occasion de l’importation, de l’exportation ou du déplacement de diverses marchandises à l’intérieur de la ville35. Les marchandises y sont classées par valeur décroissante, et le degré de confiance qu’on peut accorder au montant indiqué pour les divers frais y est souligné par la typographie. Malgré les disparités dont nous avons souligné l’existence, il ressort assez clairement de ce tableau qu’un troisième élément, qui est plus intéressant peut-être que les précédents, et qui peut en tout cas être mis en évidence plus facilement, intervenait dans l’établissement des coûts de transport, la valeur des marchandises.

  • 36 Astuti (Le forme), p. 108, donne des indications sur un tarif vénitien de 1433 pour le paiement de (...)
  • 37 Cf. compte Azai (acier), p. 428. 1. 21: e per hostelazo per mexi 4 1/1 che i stete in magazen, per (...)

16En dépit de la faible variation de certains types de frais peu onéreux, on devine que cette règle, la variation des coûts en fonction de la valeur, s’appliquait également aux certificats, ce qu’un document vénitien du xve s. confirme pour la boleta du prêtre36, et sans doute aux pourboires. Ajoutons qu’un des frais de gestion dont il n’a pas encore été question parce que son coût est presque toujours donné à part dans le Libro, l’entreposage (hostelazo) des marchandises dans un magazen entre le jour de la vente et celui de l’expédition37, était lui aussi fonction de la valeur des produits (cf. Tableau 1). Nous avons donc affaire à un système de coûts en partie lié à la valeur des charges.

  • 38 Sur la libbra sottile et la libbra grosso, cf. Schilbach, Metrologie (cité supra n. 2), p. 187 s.  (...)

17Il est difficile d’aller plus loin dans l’analyse : il se pourrait que les coûts aient été proportionnels à la valeur des produits ; il est plus vraisemblable que ceux-ci aient été répartis en plusieurs classes, ou même, ce n’est pas exclu, en deux catégories seulement, puisque une telle distinction existait, on le sait, dans la métrologie italienne, qui opposait aux marchandises de haute valeur, pesées en unités « légères », celles de moindre valeur, pesées en unités plus « lourdes »38. Mais on croit plutôt distinguer trois classes parmi les marchandises qui figurent sur le Tableau 1. Les textiles et les charges de 2 canters de soie, toutes d’une valeur supérieure à 655 hyperpres, appartiendraient à la première ; un groupe central, constitué par des épices, des colorants et l’encens, formerait la seconde ; enfin, la cire et les marchandises valant moins de 58 hyperpres pour 2 canters constitueraient la dernière classe.

  • 39 Le moindre coût du transport des draperies pourrait être lié à leur faible poids.

18Quoi qu’il en soit, il semble bien que les portefaix et les bateliers de Constantinople transportaient des charges de poids équivalent pour des prix différents. Les premiers, pour porter deux canters de soie ou une balle de draps entre l’échelle et la maison de Badoer, prenaient 3 ou 4 carats39 ; 2 ou 3 carats pour une charge de girofles ou d’indigo ; pour un pain de cire ou un faisceau de barres d’étain cire ou un de deux canters, 1 ou 2 carats. Les bateliers prenaient 2 carats pour convoyer de l’échelle au navire deux canters de soie, le plus souvent 1 seul carat pour les colorants, les épices et l’encens, et parfois moins pour un pain de cire ou une charge de cuivre (cf. Tableau 3).

19On hésite à rapporter ce système de coûts à un principe bien défini. On pourrait penser à l’influence sur les métiers de la Ville d’un modèle douanier ad valorem, ou au soin, supposé plus grand, qui aurait été accordé au transport de marchandises de prix élevé ; d’autres hypothèses sont possibles. À travers le Livre des comptes de Badoer, on devine en tout cas, c’est ce que nous voulions souligner, que la rétribution des portefaix et des bateliers du port de Constantinople était fonction de la valeur des marchandises transportées.

  • 40 Cf. Ph. Wolff, Automne du Moyen Age ou printemps des temps nouveaux, l’économie européenne aux xiv(...)

20On sait qu’en Italie (cf. note 36) et en Europe en général, pour ce qui est du commerce maritime, une politique de différenciation des frets s’est imposée entre le début et la fin du xive s., favorisant le transport des produits les plus lourds, qui étaient souvent aussi les moins chers par unité de poids, et souvent les plus nécessaires à l’industrie ou au ravitaillement ; on a pu voir dans ce fait « le signe d’un état d’esprit capitaliste »40.

  • 41 Cf. G. Dagron, Poissons, pêcheurs et poissonniers de Constantinople, Constantinople and its hinter (...)

21Mais il n’est pas tout à fait sûr que le coût des transports à Constantinople au xve s. relève de cette logique, le système de coûts que nous avons décrit pouvant être plus ancien ; en effet, aux xe-xie s. déjà, dans le cas du poisson pêché dans le Bosphore et acheminé jusqu’aux halles centrales, le coût du transport semble avoir été fonction de la valeur des poissons. Il était augmenté de bakchichs versés aux fonctionnaires municipaux, ce qui évoque certaines des « courtoisies » payées par Badoer41.

22Nous avons tenté d’établir un fait dont l’interprétation reste ouverte.

Tableau 1. - Frais de gestion, en carats, pour une charge d’environ deux canters

Tableau 1. - Frais de gestion, en carats, pour une charge d’environ deux canters

Légende : b. pr. : boleta du prêtre ; barq. : barque, ou pourboire aux rameurs ; b. Gr. : boleta des Grecs ; porte : pourboire à la porte ; pfx : portefaix ; équ. : pourboire à l’équipage. - Gras encadré : valeur moyenne directement attestée ; romain : valeur moyenne ; italiques : valeur connue par un seul cas.
NB. Prix : moyenne des prix de vente pour 2 canters et pour une charge de textiles. - Entreposage (en carats) : coût moyen pour 2 canters et pour les charges de textiles. - Les valeurs supérieures à 0,5 sont représentées par des nombres entiers.

Annexes

Appendice

Note aux Tableaux 2 et 3. Pour faciliter la lecture, les données numériques ont été arrondies à l’entier le plus proche, sauf pour les nombres inférieurs à 0,5.

Le poids des charges est exprimé en canters, en fonction des équivalences qui sont données par le Libro, p. 52, 1. 24 : 150 livres = 1 canter (voir aussi Uzzano cité par Schilbach, Metrologie, p. 188 note 5) ; 1 ziurlo =112 livres.

Pour les textiles, c’est la longueur des pièces de tissu qui est généralement indiquée. Leur longueur par charge (le plus souvent par balle), était assez constante. En nous fondant sur deux passages dans lesquels, outre la longueur totale, le poids des balles de draps est indiqué (p. 28, 1. 6 : une balle pèse 305 livres et I. 21 : une autre 230 livres), nous avons admis que les charges de textile avaient ordinairement un poids avoisinant 2 canters, ce qui permet la comparaison des coûts avec les autres marchandises. Mais les colis de draperies et sans doute ceux de voiles pesaient probablement moins.

Le prix des marchandises, en hyperpres, correspond au prix de vente indiqué par Badoer. Les frais sont exprimés en carats.

Les coûts qui sont estimés ont été calculés en admettant que le rapport entre les divers types de coût était en moyenne constant ; lorsque le coût du transport par un portefaix est de 3 carats, celui du transport en barque (ou le pourboire aux rameurs) serait ordinairement de 2 carats, comme celui de la boleta du prêtre lors du déchargement et de la boleta des Grecs ; le pourboire ou la lizenzia à la porte serait de 0,5 carat ; le pourboire à l’équipage et la boleta du prêtre lors du chargement seraient tous deux de 4 carats.

À défaut d’une justification précise de cette hypothèse, on peut proposer les remarques suivantes : il ressort de nombreuses informations indirectes que le coût du transport en barque était inférieur à celui des portefaix ; cf. par exemple, Tableau 2, draps, p. 218-226 : le coût des portefaix, 3 carats, est égal à la somme barque + boleta du prêtre, 3 carats également. - D’après les mêmes données, la boleta du prêtre, lors du déchargement, semble donc elle aussi moins coûteuse que les portefaix. - Les informations sur la boleta des Grecs sont rares ; nous avons admis que son coût était égal à celui de la boleta du prêtre. - Il ressort de toutes les données, directes ou indirectes, que le pourboire à la porte était plus faible que tous les autres frais - Sur le Tableau 3, on observe d’une part que le pourboire à l’équipage, lors du chargement, paraît être égal au coût de la boleta du prêtre (cf. par exemple indigo, p. 52 et 548), d’autre part que la somme pourboire à l’équipage + boleta du prêtre est souvent plus élevée que la somme portefaix + barque. Il semble que lors du chargement le coût de la boleta du prêtre ait été plus élevé que celui des portefaix et que celui de la même boleta lors du déchargement.

Tableau 2. - Déchargement et transport, frais de gestion.

Tableau 2. - Déchargement et transport, frais de gestion.

Légende : March. : marchandise ; N. ch. : nombre de charges ; et : canter ; hyp. : hyperpre ; pfx : portefaix ; er : charrette ; * : mention d’une charrette ; ram : pourboire aux rameurs du navire ; b. pr. : boleta du prêtre du navire ; porte : pourboire à la porte ; b. Gr. : bolela des Grecs. - Gras encadré : valeur indiquée dans le Libro ; romain : somme déduite des valeurs indiquées ; italique : valeur ou somme estimée.

Tableau 3. - Transport et chargement, frais de gestion.

Tableau 3. - Transport et chargement, frais de gestion.

Légende : March. : marchandise ; N. ch. : nombre de charges ; et : canter ; hyp. : hyperpre ; pfx : portefaix ; ct : charrette ; * : mention d'une charrette ; barq : barque ; b. pr. : boleta du prêtre du navire ; équ. : pourboire à l'équipage du navire; porte : lizenzia et/ou pourboire à la porte. - Gras encadré : valeur indiquée dans le Libro ; romain : somme déduite des valeurs indiquées ; italique : valeur ou somme estimée

Notes

1 Voir Il Libro dei conti di Giacomo Badoer, éd. U. Dorini et T. Bertelè, Rome 1956. Nous nous référons aux pages du texte édité.

2 Par exemple, compte Morone, p. 740, 1. 2-10, quatre bote d’esturgeon d’un poids total de 44,6 canters, soit un poids unitaire de 524 kg (sur le poids du cantaro, environ 47 kg à Gênes, cf. E. Schilbach, Byzantinische Metrologie, Munich 1970, Index, s.v., p. 285), sont transportées en charrette (caro) et déchargées par des camali. - Les mentions de charrettes figurent sur les Tableaux 2 et 3 de l’Appendice.

3 On peut voir sur les Tableaux 2 et 3 que les charges transportées faisaient ordinairement 2 ou 3 canters, soit de 94 à 141 kg. - Sur divers types de conteneurs et le poids des charges correspondant à un pont, environ 100 kg, cf. J. Plana I Borràs, The accounts of Joan Be-net’s trading venture from Barcelona to Famagusta : 1343, Epétèris toit Kentrou Epistèmoni-kôn Ereunôn (Leucosie) 19, 1992, p. 109-112. Voir aussi Pegolotti, La pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass.) 1936, p. 307-313.

4 Compte Fostagni (futaines), p. 144, 1. 10 : e per mandarne in Pera a vender, per le barche, perp. 0 car. 8.

5 Cf. par exemple, pour l’huile, compte Hoi da Choron, p. 132, 1. 7-8.

6 À Péra, hors du borgo, cf. compte Spexe de mi. p. 82, 1. 14. - A Constantinople, cf. le même compte, p. 604, 1. 29-31 ; on peut déduire l’emplacement de la seconde maison du fait qu’en janvier 1438 Badoer doit utiliser une barque pour vendre des marchandises à Péra (cf. ci-dessus note 4).

7 Compte Pani (draps) p. 218, 1. 20: e per bastaxi a portar a caxa a car. 3 per bala. Compte Pani (draps) p. 218, 1. 20: e per bastaxi a portar a caxa a car. 3 per bala.

8 Compte Pani, p. 26, 1. 19: e per bastaxi he chareta per mandar baie 4 a caxa, perp. 1.

9 Pour le transport de charges de cire d’un poids moyen comparable, cf. les comptes Zera, p. 274, 1. 11 : e per chamali per mandar a caxa a duchatelo I per pan [2 pains de cire pesant en tout 5,03 canters, soit 2,5 canters par pain] ; le coût du transport est de 1,5 carat par pain (1 ducatelo = 1,5 carat) ; Zera, p. 382, 1.23 : e per chamali per mandarle [31 charges, cf. p. 383, I. 2-7 ; poids total : 82 canters (cf. 1. 3-19), soit 2,6 canters par charge] a caxa, perp. 1 car. 18, soit dans ce cas 1 carat seulement par pain. - Une balle de drap a été transportée par des bastaxi, de l’échelle à la maison de Péra, pour 6 carats : compte Pani, p. 18, 1. 5, mais le coût était ordinairement de 3 ou 4 carats (cf. Tableau 2). - Certaines données suggèrent que le coût des portefaix (en raison de la plus grande longueur du trajet ?) était plus élevé lorsque Badoer habitait à Péra que par la suite, mais il y a des contre-exemples.

10 Cf. le compte Zenzeri (gingembre), p. 50, 1. 13 : e per bastaxi, barcha, boleta e chonpagni de galia e lizenzia a la porta, in tuto perp. 1, car. 12. Nous revenons plus loin sur les divers types de frais qui sont ici mentionnés. - Dans certains cas, les frais encourus lors du déchargement ne sont pas énumérés, mais globalement désignés par l’expression spexe fate al des-cargar (cf. par exemple, p. 30, 1. 3) ; l’information est alors trop vague pour être retenue.

11 Nous avons admis, en faisant les calculs, que le rapport entre ces postes était constant. Cf. Appendice.

12 D’autres frais de gestion s’ajoutent parfois aux frais de transport (pourboire au fameio d’un marchand, pesage ou mesurage). Nous n’avons pas tenu compte de cette partie de la documentation.

13 Cf. G. Astuti, Le forme giuridiche della attività mercantile nel Libro dei conti di Giacomo Badoer (1436-1440), Annali di storia del diritto 12-13, 1968-1969, p. 65-130, en particulier p. 107-108.

14 Cf. par exemple le compte Veli (voiles), p. 16, 1. 4.

15 Cf. le compte Pani, p. 18, 1. 19-20 : e cortexia ai barcharuoi de galia.

16 Tant que Badoer habite Péra, il n’est nulle part question dans le Libro du coût supplémentaire que constituerait le transport en barque de Constantinople à Péra. On peut en conclure que les rameurs des navires venus de Venise se rendaient directement à Péra.

17 Cf. par exemple le compte Seda (soie), p. 790, 1. 16.

18 Boleta di Griexi : comptes Stagni (étain), p. 18, 1. 29 ; Pani, p. 22, 1. 5 ; Pani, p. 720, 1. 5 ; Pani, p. 724, 1. 5. - Boleta al comerchio di Griexi : p. 86, 1. 32.

19 Cf. le compte Comerchio de l’Inperador, p. 203. - Cette question demanderait une étude particulière ; elle est esquissée dans l’Indice generale (encore inédit) préparé par T. Bertelè.

20 Cf. par exemple le compte Zera, p. 30, 1. 32 ; Veli, p. 218, 1. 9 ; Cremexe (kermès), p. 552, 1. 21 (cortexia al portier).

21 Compte Stagni, p. 18, 1. 29-30.

22 Comptes Zenzeri, p. 50, 1. 9 (lizenzia al comerchio e a la porta) ; Zera, p. 62, 1. 34 (lizenzia al comerchio); Rame (cuivre), p. 76, 1. 13 (id.); Rame, p. 78, 1. 16-17 (id.). Seda, p. 794, 1. 12 (lizenzia a la porta).

23 Par exemple les comptes Zera, p. 30, 1. 32 ; Inzensi (encens), p. 64, 1. 23 ; Zera, p. 574, 1. 26.

24 Par exemple, compte Seda, p. 336, 1. 30 : e barcha per mandar a nave.

25 Par exemple, compte Rame, p. 146, 1. 17 : e beverazo a quei de nave. - Autres expressions : comptes Cremexe. p. 296, I. 24 : cortexia ai chonpagni di galia ; Seda, p. 790, 1. 18 : e chonpagni de galia.

26 Par exemple, compte Seda, p. 790, 1. 18.

27 Lorsque Badoer habitait à Péra, le coût du transport de la maison à la boutique était le plus souvent inférieur, de moitié ou presque, au coût du transport de l’échelle à la maison : cf. les comptes Stagni, p. 16, 1. 16-17 ; Pani, p. 22, 1.6-7 ; Pani, p. 22, 1.22-23 (exception ; compte Pani, p. 18, 1.5-6 : même coût). Lorsqu’il réside à Constantinople, pour des charges de caviar, le coût du transport de la maison au peseur, plus celui du pesage, est inférieur de moitié au coût du transport de l’échelle à la maison, cf. le compte Chaviari, p. 416, 1. 5 et 7. Ceci suggère que la maison de Badoer n’était pas proche de l’échelle. - Le rôle de la longueur du trajet dans le coût du transport à Farnagouste, entre la marina et un magazzino, est indiqué par Pegolotti, p. 87-88.

28 Astuti (Le forme, cité supra n. 13), p. 102, mentionne le rôle du poids dans le coût du transport dans la ville, mais semble considérer que ce soit le seul facteur qui intervienne.

29 Cf. sur le Tableau 2 les données fournies par Badoer et les valeurs calculées par nous : kermès, p. 550 et 552, 1er compte ; cire, p. 72, 170 1b, 254, 274, 740. Sur le Tableau 3, kermès, p. 296, 550 et 552 ; gingembre, p. 50 et 290 ; cire, p. 30, 72-190, 254-266, 516-562, 564 ; laine, p. 234 et 586.

30 Coût inférieur à celui des charges de 2 à 3 canters, Tableau 2, indigo, p. 566 ; cire, p. 36, 188 1 a. Tableau 3, soie, p. 336, 3e compte ; indigo, p. 566. - Coût égal, Tableau 2, kermès, p. 552, 554 ; oripeaux, p. 300. Tableau 3, soie, p. 336, 1er compte ; kermès, p. 296.

31 Coût supérieur à celui des charges de 2 à 3 canters, Tableau 3, poivre, p. 290. - Coût égal, poivre, p. 232.

32 Cf. Tableau 3, cuivre, p. 168 et 284, 2e compte (poids inconnu mais élevé).

33 Cf. Tableau 2 :, draps, p. 18-26 (coût apparemment supérieur avec une charrette), mais cf. étain, p. 16 et 18 (coût apparemment égal). Tableau 3, cuivre, p. 146 et 168 (coût indifférent).

34 Les montants moyens sont établis d’après les valeurs portées sur les Tableaux 2 et 3 pour des charges pesant de 2 à 3 canters. Leur signification est naturellement fonction du nombre des cas et de la cohérence des valeurs.

35 Nous n’avons retenu que les produits sur lesquels on trouve dans le Libro dei conti au moins deux informations, quelle que soit la direction du transport.

36 Astuti (Le forme), p. 108, donne des indications sur un tarif vénitien de 1433 pour le paiement de la boleta du prêtre : 2 soldi jusqu’à huit colis, plus 3 denari di piccoli pour chaque colis au-delà de huit, et un surcoût pour les colis de marchandises précieuses, telles que la soie, les fourrures, etc. L’auteur ne donne pas plus de détails. Il résulte de ces indications que le coût de la boleta était fonction, sinon du poids, du moins du nombre de colis - mais sans qu’il y ait proportionnalité - et de la valeur des marchandises. En Italie, la prise en compte de la valeur des marchandises a joué un rôle croissant dans le coût du nous à partir de la fin du xive siècle ; cf. A. I. Pini, La viticulture italienne au Moyen Age : recherches et acquis de l’historiographie récente, dans Le vigneron, la viticulture et la vinification en Europe occidentale, au Moyen Age et à l’époque moderne, Auch 1991 (Flaran 11), p. 77 ; J.-Cl. Hocquet et al., Le transport des denrées alimentaires en Méditerranée à la fin du Moyen Age, dans Maritime Food Transport, éd. Kl. Friedland, 1994, en particulier p. 111-115.

37 Cf. compte Azai (acier), p. 428. 1. 21: e per hostelazo per mexi 4 1/1 che i stete in magazen, perp. 8 car 13. D’où il ressort que le coût de l’entreposage était fonction du temps. Le coût étant très souvent le même pour une marchandise donnée, on peut penser que l’entreposage était ordinairement d’une durée tenue pour normale, peut-être un ou deux mois.

38 Sur la libbra sottile et la libbra grosso, cf. Schilbach, Metrologie (cité supra n. 2), p. 187 s. ; J.-Cl. Hocquet, Méthodologie de l’histoire des poids et mesures. Le commerce maritime entre Alexandrie et Venise, dans 40a Sett. di. st., Spolète 1993, p. 847-883.

39 Le moindre coût du transport des draperies pourrait être lié à leur faible poids.

40 Cf. Ph. Wolff, Automne du Moyen Age ou printemps des temps nouveaux, l’économie européenne aux xiveet xve siècles, Paris 1986, p. 179.

41 Cf. G. Dagron, Poissons, pêcheurs et poissonniers de Constantinople, Constantinople and its hinterland, éd. C. Mango et G. Dagron, Cambridge 1995, p. 57-73, en particulier p. 71-72.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. - Frais de gestion, en carats, pour une charge d’environ deux canters
Légende Légende : b. pr. : boleta du prêtre ; barq. : barque, ou pourboire aux rameurs ; b. Gr. : boleta des Grecs ; porte : pourboire à la porte ; pfx : portefaix ; équ. : pourboire à l’équipage. - Gras encadré : valeur moyenne directement attestée ; romain : valeur moyenne ; italiques : valeur connue par un seul cas.NB. Prix : moyenne des prix de vente pour 2 canters et pour une charge de textiles. - Entreposage (en carats) : coût moyen pour 2 canters et pour les charges de textiles. - Les valeurs supérieures à 0,5 sont représentées par des nombres entiers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Tableau 2. - Déchargement et transport, frais de gestion.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4290/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Légende : March. : marchandise ; N. ch. : nombre de charges ; et : canter ; hyp. : hyperpre ; pfx : portefaix ; er : charrette ; * : mention d’une charrette ; ram : pourboire aux rameurs du navire ; b. pr. : boleta du prêtre du navire ; porte : pourboire à la porte ; b. Gr. : bolela des Grecs. - Gras encadré : valeur indiquée dans le Libro ; romain : somme déduite des valeurs indiquées ; italique : valeur ou somme estimée.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4290/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Tableau 3. - Transport et chargement, frais de gestion.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4290/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Légende Légende : March. : marchandise ; N. ch. : nombre de charges ; et : canter ; hyp. : hyperpre ; pfx : portefaix ; ct : charrette ; * : mention d'une charrette ; barq : barque ; b. pr. : boleta du prêtre du navire ; équ. : pourboire à l'équipage du navire; porte : lizenzia et/ou pourboire à la porte. - Gras encadré : valeur indiquée dans le Libro ; romain : somme déduite des valeurs indiquées ; italique : valeur ou somme estimée
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4290/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

Auteur

E.P.H.E, IVe Section

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search