Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

L’hellénisation des Slaves de Macédoine orientale, au témoignage des anthroponymes

Vassiliki Kravari

Texte intégral

1La Macédoine orientale se prête à l’étude des anthroponymes slaves, en raison de la forte présence, dans la région, de l’élément slave, qu’une documentation particulièrement abondante nous fait connaître.

  • 1 Résumée dans J. Lefort, Toponymie et anthroponymie : le contact entre Grecs et Slaves en Macédoine (...)
  • 2 Il a déjà été noté qu’il n’existe pas, dans la région qui nous occupe, de villages purement slaves (...)
  • 3 Cf., sur ce point, F. Brunet, Sur l’hellénisation des toponymes slaves en Macédoine byzantine, TM (...)
  • 4 Cf. ibid., p. 161.

2Dans une étude sur les noms slaves qui est restée inédite1, j’ai montré quelle était la situation linguistique, d’après les anthroponymes, en Macédoine orientale au xive siècle, qui est l’époque la mieux documentée : en Chalcidique occidentale et dans les presqu’îles de Kassandra et de Loggos, il n’y a apparemment pas de Slaves ; en revanche, en Chalcidique orientale, la présence slave est forte dans la plupart des villages (Gradista, Métallin, Sélada, Kontogrikou, par exemple) ; dans la basse vallée du Strymon, la situation n’est pas nette : on y trouve des villages plus ou moins fortement slavisés (Brasta, Krousobos, Rachoba et, dans une moindre mesure, Topolianis), mais il existe également des villages où l’élément grec est prédominant (Abarnikeia, Doxompous) ; plus à l’est, dans la région du Pangée et du Symbolon, l’élément slave est très présent (Radolibos, Dobrobikeia, Obèlos, Boriskos, Sémalton)2. En général, la plupart des Slaves sont installés dans les régions montagneuses, alors que les Grecs occupent les meilleures terres3. On voit ainsi que la Macédoine orientale est une frontière linguistique entre le grec et le slave4.

  • 5 Tels les actes Iviron I, nos 4 et 5, de 982, qui sont signés par plusieurs habitants d’Hiérissos.
  • 6 Par exemple, pour Doxompous, Lavra II, n° 104, de 1317 ; pour Malouka, Chilandar n° 37, et pour Eu (...)

3Les principales sources qui renseignent sur les anthroponymes sont les documents fiscaux, les praktika, conservés dans les monastères du Mont Athos, dont la plupart émanent du xive siècle ; dans une moindre mesure, quelques actes privés, en général plus anciens5. Grâce surtout aux praktika, où sont enregistrés, village par village, les parèques du monastère concerné, avec leur famille et leurs biens, on apprend le nom, non seulement du chef du foyer, qui était le responsable fiscal, mais aussi celui de sa femme, de ses enfants, petits-enfants, frères et sœurs, gendres et brus, neveux, cousins, etc. Pour un grand nombre de villages on ne dispose que d’un seul praktikon6. Pour d’autres, on a la chance de disposer de plusieurs praktika de même date, de divers monastères : on connaît ainsi quasiment toute la population de ces villages à une date donnée. Il est important de noter qu’il y a des villages pour lesquels sont conservés plusieurs praktika de diverses dates, ce qui permet d’examiner l’évolution des noms dans ces agglomérations souvent sur un demi-siècle ou un peu plus (presqu’un siècle, de 1262 à 1341, pour les villages d’Iviron). Enfin, ce qui est encore plus intéressant, pour certains villages on peut comparer, grâce aux documents qui s’étalent sur plusieurs siècles, la situation au xe siècle à celle du xive.

Localisation des toponymes cités

  • 7 Même s’il n’est conservé qu’un seul praktikon pour un village, l’étude de cette « microévolution » (...)

4On peut ainsi définir les buts de cette recherche : étudier, d’une part l’évolution des noms au cours de quelques générations, dans les familles au niveau du prénom, dans le village au niveau du surnom7, d’autre part, là où la documentation le permet, l’évolution entre le xe et le xive siècle. Dans les deux cas, ce qui nous intéresse est de voir si la population slave s’hellénise avec le temps, ou si l’élément slave persiste. Bien sûr, il faut tenir compte du fait que la réalité est souvent compliquée, et que les sources ne permettent pas toujours de résoudre les problèmes qui apparaissent au cours de la recherche, ni donc d’aboutir à des conclusions certaines. Essayons d’examiner ces difficultés de plus près.

  • 8 Par exemple, č devient τζ, ē, εα : četyri lēha → Τζετιρηλεαχας. — Dans cette étude, pour transcrir (...)
  • 9 F. Miklosich, Lexicon palaeoslovenico-graeco-latinum, Vienne 1862-65, réimp. Aalen 1963 (cité par (...)
  • 10 Lavra II, n° 91, 1. 158, et Lavra II, n° 109, 1. 849-850.
  • 11 Iviron III, n° 70, 1. 139-140 ; Iviron III, n° 75, 1. 240, et n° 79, 1. 211.

5Tout d’abord, les scribes des praktika, qui transcrivent les noms slaves, sont des Grecs. Souvent ils sont capables de donner une translittération correcte du nom slave, en ajoutant simplement une terminaison grecque et en reproduisant, le plus fidèlement possible, les sons slaves inexistants en grec8 : Βογδάνος, Δοδράνα, Δομ-προμιρός, etc. ; mais il n’est pas rare que le scribe intervienne pour helléniser les noms slaves ou qu’il les déforme, ne comprenant pas leur sens ou n’entendant pas les sons : ainsi, à Sélada, le Στοῦρος d’environ 1300, qui veut dire « cigale » (štur’)9, devient le très hellénique Σγοῦρoς en 132110, sans pour autant qu’on puisse dire que le paysan se soit entre-temps hellénisé ; à Hiérissos, Μπεσχλεάμπος, qui signifie « sans pain » (bez’ hleb’) et qui est correctement translittéré en 1301, devient Μπεχλεάμπος, qui ne fait aucun sens, en 1318 et 132011.

  • 12 Notons en passant que certains prénoms slaves sont particuliers à une région, voire à un village : (...)
  • 13 Les pourcentages que je propose plus loin à titre indicatif sont très approximatifs.

6Un autre problème consiste à reconnaître l’appartenance linguistique des paysans. Si les noms slaves sont aisément reconnaissables (Στροημιρός, Δραγάνος, Στάνος, Γριδάνος, Στανίσθλαβος, Ζωράννα, Τομπράννα, etc.)12, il est plus difficile de distinguer, parmi la grande majorité de prénoms chrétiens (Δημήτριος, Βασίλειος, Γεώργιος, ’Ιωάννης, Μαρία, "Αννα, Ειρήνη, etc.), qui peuvent être portés aussi bien par un locuteur slave que par un locuteur grec (les noms des saints étant empruntés), ceux qui sont purement grecs ; on ne peut citer qu’une trentaine de prénoms tout au plus, pour la plupart non religieux (Νικηφόρος, ’Ανδρόνικος, Παναγιώτης, Σταμάτης / Σταματική – l’équivalent sémantique de Stanos / Stanka ou Stania –, Φωτεινός, Λέων, Θειοτόκης, Θηριανός, Καλός / Καλή – équivalent sémantique de Dobros, Dobrana –, Εὐφροσύνη, Εὐδοκία, Εὐφημία, Δάφνη, Χρυσῆ, ’Αρετή, peut-être Μανουήλ et Ζωή, etc.). Dans un village mixte, il est vraisemblable qu’un prénom slave est porté par un locuteur slave, et que les prénoms purement grecs ne peuvent être portés que par des paysans d’origine grecque ou très hellénisés. Mais la masse de noms chrétiens qu’on trouve dans tous les villages bilingues empêche de faire des statistiques précises sur l’importance relative des prénoms slaves et des prénoms grecs13. Il est vrai que quelques-uns de ces noms chrétiens se présentent parfois sous leur forme slave (’Iβάνης, Γέρκος pour Γεώργιος, Μάτκος pour Ματθαῖος, Τούντουρος pour Θεόδωρος, Φότκος pour Φώτιος, peut-être Σερτζίλης pour Σέργιος), auquel cas je les ai considérés, bien entendu, comme des noms slaves.

7Précisons que, ce qui complique le problème, la distinction entre milieu slave et milieu grec dans un village risque souvent d’être artificielle, pour deux raisons : d’une part, l’ensemble de la documentation montre que les paysans étaient partiellement bilingues – je reviendrai sur ce point–, d’autre part (et surtout) les mariages mixtes n’étaient pas rares. C’est pourquoi, dans une même famille, on peut trouver à la fois, on le verra, des enfants portant les uns un prénom slave, les autres un prénom grec. Que penser alors de l’appartenance linguistique de cette famille ?

8Une partie des noms slaves qu’on rencontre dans les sources sont souvent des surnoms familiaux, qui peuvent témoigner d’un ancêtre slave pas très éloigné, mais qui ne suffisent pas à prouver que les personnes qui les portent sont des locuteurs slaves. Là, on a recours aux prénoms, qui permettent – à moins qu’ils ne soient des noms chrétiens – de se prononcer, avec un certain degré de vraisemblance, sur l’appartenance linguistique des porteurs de ces surnoms (cf. plus loin, p. 393).

  • 14 On connaît une arrivée de Slaves au xe siècle (cf. Iviron I, p. 30), mais elle n’est sans doute pa (...)

9Enfin, il faut tenir compte du fait que nous avons affaire à une population mobile et à un courant faible mais permanent d’immigration slave14. Si on ne sait rien sur l’histoire familiale d’une personne à nom slave, il n’est pas exclu que cette personne soit récemment arrivée dans le village, et ce cas n’est pas un indice de la permanence du slave dans cette agglomération.

I. Famille et village : l’évolution au cours de quelques générations

Dans la famille

  • 15 À partir d’ici, les noms slaves qui ne sont pas explicitement qualifiés comme tels sont soulignés.
  • 16 À Radolibos, en 1103. Paul, frère de Belkônas, a une femme Néagka (Iviron II, n° 51, I. 60). À Kam (...)
  • 17 Esphigménou n° 8, 1. 30.
  • 18 Lavra II, n° 91, I. 176.
  • 19 À Sélada, vers 1300, Roupet/.ès Georges et Marie ont une fille Zôè qu’ils marient à un Draganos (L (...)

101) Dans une famille slavophone15, le slave se maintient lorsque les Slaves se marient entre eux, en préservant ainsi leur culture16 ; il y a des cas où un Slave dont le fils ou la fille a un nom chrétien choisit comme bru ou gendre quelqu’un à nom slave. À Brasta par exemple, en 1300, Ibanès a une fille Zôè mariée avec un Gridanos17. À Sélada, vers 1300, Skoribas a marié son fils (mort à cette date) à Stania ; le couple a trois enfants à nom chrétien (Dèmètrios, Jean, Irène), mais un à nom slave, Zôranna18 ; et l’on peut citer d’autres exemples19.

  • 20 Lavra II, n° 91, 1.208, 210, et n° 109, 1.694.
  • 21 Lavra, II. n° 91. 1. 159.
  • 22 Lavra II, n° 109, 1. 854.
  • 23 Voici quelques exemples encore : à Radolibos, en 1103, Sthlahotas tou Tzinagoulè a un fils Dobrôta (...)
  • 24 À Sélada par exemple, en 1321, Zôranna, veuve de Marinos (je pense que le nom du mari est grec), a (...)

11En outre, un indice assez fort que le slave continue à être parlé dans une famille est le fait que souvent l’un des deux parents, sinon les deux, ont un nom slave, et au moins un de leurs enfants, voire un de leurs petits-enfants, porte un nom slave. À Métallin par exemple, vers 1300, la veuve Belkônia a, entre autres enfants à nom chrétien, un fils Draganos et, en 1321, une petite-fille Stania20. À Sélada, vers 1300 également. Dèmanos Stouros et Iôannô ont 4 enfants, Jean, Théodore, Zôranna et Basile21 ; en 1321, ce Basile est chef du foyer ; il s’appelle Dèmanos Basile (il a pris comme surnom le prénom de son père), son épouse s’appelle Anne et leurs enfants Michel, Kalè, Maria et Stania22. Dans ces familles, le slave continue apparemment à être vivant au cours de trois générations ; des cas comme ceux-ci sont très nombreux23. J’ai cherché à savoir si, dans un couple mixte, le choix du prénom des enfants pouvait être déterminé plus spécialement par l’un des deux conjoints, mais je n’ai pas pu aboutir à une conclusion nette24.

  • 25 À titre d’exemple : à Sélada, en 1321, Dobritzas Théodore et Irène ont un fils Maurikios (Lavra II (...)
  • 26 Iviron II, n° 48, 1. 16.
  • 27 Iviron II, n° 52, 1. 588.
  • 28 Iviron III, n° s 75, 1. 298, et 79, 1. 426.
  • 29 Iviron III, n° 70, 1. 135. Ajoutons un autre exemple : à Arsénikeia, en 1321, Jean Maroudésis et D (...)

122) On peut parler d’hellénisation à propos d’une famille slave - telle qu’on la conçoit d’après les critères évoqués ci-dessus - avec des descendants à nom grec25. Ce phénomène n’est pas rare : on trouve plusieurs familles slaves dans lesquelles apparaissent, tôt ou tard, des membres ou des parents par alliance dont le prénom est grec ; il est vraisemblable que le slave est progressivement abandonné dans ces familles. À Radolibos par exemple, à la fin du xie siècle, Stanilas, marié à Marthe, a trois fils, dont un porte le nom (grec) d’Akindynos26. À Kaména, en 1104, Dobritza a un fils Léon27. À Katô Bolbos, on trouve, en 1318 et 1320, la fille de Rantinos, Σεμνή (nom grec), dont un des enfants, Παναγιώτης, porte lui aussi un nom grec28. Autre exemple, qui indique peut-être le début d’une hellénisation : à Hiérissos, en 1301, Kristilas, dont on ne sait pas s’il est encore en vie, a une fille Rôsa et une fille Marie, qui a épousé Nicéphore (nom grec)29.

  • 30 Esphigménou n° 15, 1. 35. Autre exemple : à Gradista, vers 1300, Zôranna, veuve de Basile Albanitè (...)

13L’existence très claire de ces deux cas montre que, dans le même village, deux phénomènes se produisent en même temps : l’hellénisation d’une partie de la population slave et la persistance, dans l’autre partie, de l’élément slave. Bien sûr il y a des cas plus compliqués, dont l’interprétation est difficile : à Brasta par exemple, en 1321, Chrysos Karabydès (le prénom du moins est grec), descendant d’un Slave, Dragotzès, et sa femme Marie ont deux filles, Stamatikè (nom grec) et Merzoula30. Si, comme on l’a dit plus haut, aucune statistique n’est possible, il reste un fait historique important : certaines familles slaves, on peut l’affirmer, se sont hellénisées.

Dans le village

  • 31 Cf. J. Lefort, Anthroponymie et société villageoise, Hommes et richesses dans l’Empire byzantin II (...)

14À l’origine, les surnoms familiaux, qui ne durent pas longtemps, comme cela a déjà été montré31, sont des sobriquets, donc en principe donnés et compris par les gens du village. Un sobriquet slave montre que dans le village on parle et on comprend le slave, un sobriquet grec, que les paysans parlent grec, mais, dans les deux cas, on ne peut pas se prononcer avec certitude sur l’appartenance linguistique de la personne qui le porte. Bien sûr, le plus probable est qu’une personne portant un sobriquet slave est elle-même slave, que le sobriquet lui a été donné par ses congénères ; mais on ne peut pas exclure qu’un Grec en milieu slave reçoive un surnom slave. De toute façon, une fois donné, le surnom, qu’il soit slave ou grec, est accepté dans l’autre milieu.

  • 32 Γομαροφάγος, Ψυχοπράτης, Νεροπώλης, etc.
  • 33 Miklosich, Lexicon.

15La plupart des sobriquets slaves, comme d’ailleurs des sobriquets grecs32, ont une signification pittoresque ou comique voire ironique ; notons qu’il existe des surnoms grecs qui ont la même signification que certains sobriquets slaves ou un sens contraire : Πλαβίτζης, de plav’, bateau (cf. le grec Καραβᾶς) ; Βεσδεάδος, bez dēd’, « sans grand-père » ; Λυβεύνος, « aimé » (cf. ’Ερωτική, Πόθος) ; Φσέ-ζελις (ν’.s’ želati), « qui désire tout » ; Ποσδαβογάτος, qui s’est enrichi tardivement (pozdē bogat’), donc « le nouveau riche » (cf. le contraire grec Γοργόπλουτος) ; Στροημιρός (stroiti = faire, mir’ = paix), « qui fait la paix » ; Δο-βέτζερος, [qui travaille ?] jusqu’au soir (do večera ; le surnom est donné à un cordonnier) ; Γνεδοτός (gnēv’ = colère), « le coléreux » ; Χουδεσίλας, « qui n’a pas beaucoup de force » (de hud’ = petit et sila = force) ; Χραμπέρης, hrabr’, « le brave » ; Βλάκνεσις (vlakno = cheveux33), « le chevelu » ; Βραδίτζης (brada - barbe), « le barbu » ; Μποσάκος (bos’ = pieds nus), « le va-nu-pieds » ; Τζετιρι-λέαχας (četyri = quatre, lēha = champ), « celui qui a quatre champs », etc.

16À l’aide des prénoms des porteurs de sobriquets slaves, ou de ceux de leurs descendants, on peut souvent se prononcer sur l’hellénisation ou la slavitude de ces personnes, voire de familles dont le surnom est slave.

  • 34 Iviron I, n° 27, 1. 11-12.
  • 35 Cf. Brunet, Hellénisation, p. 253.

17À Hiérissos en 1042, Χοτεαζῆζνος (hotēti žizn’, « qui veut vivre ») s’appelle Nicéphore et est prêtre34. Il s’agit vraisemblablement d’un Slave hellénisé, ce qui suppose, dans ce village à prédominance slave (cf. ci-dessous, p. 395), l’existence, à une date haute, d’un milieu grec, qui est attesté par ailleurs35.

  • 36 Iviron III, n° 74, 1. 33.

18Δόβρος Δέστιτζας (de lēstvica, escalier), à Radolibos en 1316, ne peut être qu’un locuteur slave, étant donné son prénom36.

  • 37 Cf. le grec Χαροκόπος.
  • 38 Lavra II, n° 109, 1. 647.

19À Métallin, en 1321, on trouve Δημήτριος, fils d’Athanasios Kribélès (surnom familial slave), ήτοι ό Πράσνικας (de prazd’nik’ = fête)37. Ce Prasnikas est peut-être un locuteur slave ; ajoutons que sa sœur Marie a épousé un Prodanos38.

  • 39 Ibid., 1. 736-737.
  • 40 Notons qu’il existe un surnom grec avec une signification opposée, Τρανοσπήτης.

20À Gradista, en 1321 également, un certain Georges est le fils de Βεσκούτζης (bēz kuća, « sans maison »)39 ; il est tout à fait probable que, sinon à la date de la mention, en tout cas une génération avant, le slave était vivant dans la famille40.

  • 41 Miklosich, Lexicon.
  • 42 Iviron III, n° 70, 1. 22.
  • 43 On dispose de 3 praktika postérieurs où les habitants de Mélintzianè sont recensés : Iviron III, n(...)
  • 44 De même Jean Σαμόχρανος (« qui se nourrit tout seul ») à Saint-Mamas en 1409 (Vatopédi inédit), da (...)

21Il y a, bien entendu, des cas moins nets : Constantin Χρακωτᾶς (« qui crache », de hrakati = cracher41) est attesté à Mélintzianè en 130 142 ; à cette date, il a une femme Eudokia et une fille Irène, puis lui et sa famille disparaissent des sources43. Le sobriquet slave, dans un village où, on le verra, l’élément slave est alors absent ou du moins n’est pas repérable, surprend et fait penser que Χρακω-τᾶς était récemment arrivé à Mélintzianè d’un village slave, avec son sobriquet44.

  • 45 Bodinas Léon : Iviron III, n° 59, 1. 17 ; autres membres dans Iviron III, n° 70 et Lavra II, n° 91 (...)
  • 46 Lavra II, n° 91, 1. 108.
  • 47 Lavra II, n° 109, 1. 795. À Sélada également, on connaît la famille Κριβαβέτζης vers 1300 et en 13 (...)

22Le sobriquet personnel, vivant et compris, devient un surnom familial, qui se donne par tradition aux descendants de la famille, laquelle, on peut l’affirmer dans certains cas, a été entre-temps hellénisée. C’est le cas de la famille Βοδίνας à Hiérissos, qui, lorsqu’elle apparaît dans les sources, en 1262, comporte un Bo-δίνας Λέων, et plus tard d’autres membres à prénom grec45. Ou bien de la famille Στανίλας à Sélada : Στανίλας est un prénom slave, donc à l’origine il y a bien un Slave ; au moment de l’apparition de la famille, vers 1300, Στανίλας est déjà devenu un surnom familial : Δημήτριος, fils de Στανίλας Βασίλειος46 ; il en est de même en 1321, date à laquelle on connaît plusieurs branches de la famille Στανίλας, toutes avec des noms chrétiens, une fois même avec un nom grec : Στανίλας Πέτρος a une fille Χρυσῆ47. De toute façon, ces familles ont un ancêtre slave pas très lointain : n’oublions pas que nous nous occupons d’une population aux noms fluides.

  • 48 Iviron II, n° 48, 1. 20.
  • 49 Iviron III, n° 74, 1. 87.
  • 50 Prodrome n° 35.
  • 51 Chilandar n° 38, 1. 81.

23Quoi qu’il en soit, il semble évident que dans les villages mixtes les habitants doivent être bilingues et que les Slaves ne sont pas les seuls à comprendre un sobriquet slave. En témoignent les sobriquets mixtes : Ζιδομάχος (à Radolibos, fin xie siècle)48, Βελκοκώνστας (à Radolibos, 1316)49, Βογολόγος (à Élaiôn près de Serrès, en 1339/1342)50, etc., et la désinence slave, non seulement de noms chrétiens (Βασίλοβα), mais aussi de certains noms grecs : Τραυλοβά par exemple, à Eunouchou en 131851, est la veuve d’un Τραυλός ; le surnom grec de son mari a été accepté par le milieu slave, qui l’assortit d’une marque morphologique slave.

II. L'évolution entre le xe et le xive siècle

24Le nombre de villages dans lesquels il est possible de faire cette comparaison est limité, mais on peut, sur ce point précis, s'appuyer sur l'étude déjà évoquée de F. Brunet sur les toponymes, qui a un rapport direct avec notre sujet.

25D'après la documentation anthroponymique, on peut faire les remarques suivantes :

  • 52 Xèropotamou n° 1 de 956 ; Lavra I, n° 6 de 974 ( ?) ; Iviron I, nos 4 et 5 de 982, n°  13 de 1007, (...)
  • 53 Notons que dans l'acte Iviron I, n° 4, un habitant d'Hiérissos appose son signon en caractères gla (...)
  • 54 Seulement Kalanna, fille d’une contribuable, 1. 574.
  • 55 Iviron III, n° 59 de 1262 ; Zographou n° 7 de 1267 ; Lavra II, n° 91 et Xèropotamou n° 18 B vers 1 (...)
  • 56 Cf. le cas de la famille Boδίνας déjà évoquée (p. 394). Kρίτζης (kričati = crier), avec, entre aut (...)
  • 57 Iviron II, n° 52 de 1104, 1. 583-594.
  • 58 Iviron III, n° 59, de 1262 ; Lavra II, n° 91 et Xèropotamou n° 18 A/B de 1300 environ ; Iviron III (...)
  • 59 Pour donner un ordre de grandeur : à Métallin, vers 1300, les familles dont on peut dire qu'elles (...)

26En Chalcidique orientale, deux villages, Hiérissos et Kaména/Gomatou, s'hellénisent. En ce qui concerne Hiérissos, aux xe et xie siècles, plusieurs documents52 attestent la présence de beaucoup d'habitants à prénom slave et un grand nombre de sobriquets slaves ; ceci suggère qu'à cette époque dans le village on parle slave, peut-être même principalement slave53. En 1104, dans Iviron II, n° 52, qui enregistre les parèques d'Iviron, on ne trouve presque aucun nom slave à Hiérissos54 ; on se gardera de conclure à une hellénisation rapide et totale d'après ce seul document, qui ne recense qu'une partie de la population du village ; mais ce document indique probablement que l'hellénisation est en cours, voire qu'elle a fait de grands progrès à Hiérissos. Entre le milieu du xiiie siècle et le milieu du xive, de 1262 à 1341, plusieurs documents de plusieurs monastères55 donnent l'image d'un village où l'élément slave est faible : de nombreux paysans d'Hiérissos portent un surnom familial slave mais un prénom grec56 – ce qui veut dire qu'un peu plus tôt, au début du xiiie siècle, l'élément slave était plus présent, car les surnoms familiaux, on l'a vu, doivent avoir été compris peu avant leur transformation en surnoms « figés ». Il n'est pas exclu que ce soit en raison de l'immigration que la présence slave s'est renforcée à Hiérissos. Quant à Kaména/Gomatou, les parèques d'Iviron au début du xiie siècle sont à moitié slaves57 ; au xive siècle, le village est presque entièrement hellénisé58. En revanche, dans les autres agglomérations de Chalcidique orientale (Sélada, Gradista, Métallin, Kontogrikou, Kosla, Syméôn), la proportion de la population slave est très importante au xive siècle, particulièrement importante pour Métallin et Kontognkou59 .

  • 60 Iviron II, n° 52, 1. 564-570 : la partie du village enregistrée dans ce document contient 39 % de (...)
  • 61 Trois cas seulement en 1301 sur 29 feux (Iviron III, n° 70), deux cas en 1341 sur 35 tenures (Ivir (...)

27Dans la vallée du Strymon, un seul village permet d'étudier l'évolution des anthroponymes dans le temps : Mélintzianè, avec beaucoup d'habitants à nom slave en 110460 et presque aucun entre 1262 et 134161. Ce village n'a pas dû connaître d'immigration, ce qui peut expliquer le fait qu'il ait été hellénisé au cours des siècles.

  • 62 Iviron I, n° 30, de la fin du xe siècle (pour Dobrobikeia seulement) ; Iviron II, n° 48, de la fin (...)
  • 63 Iviron III, n° 74. En 1341, Obèlos et Dobrobikeia sont inhabités (Iviron IV, n° 87).

28Les villages du Pangée, fortement slavisés au xe/xie siècle (Radolibos, Obèlos, Dobrobikeia)62, ne s'hellénisent pas : la présence slave est toujours très forte au xive : à Radolibos, bien sûr, à Boriskos (le tiers du village est slave en 1316 et 1341) ; en 1316, la moitié des habitants de Dobrobikeia consiste en locuteurs slaves, et plus de la moitié de ceux d'Obèlos63. Ajoutons Sémalton, qui nous est connu par un inédit mutilé de Vatopédi du début du xive siècle : dans la partie conservée du document, presque la moitié des habitants enregistrés portent des noms slaves.

  • 64 Cf. la carte de Brunet, Hellénisation, p. 255, fig. 4.
  • 65 En Chalcidique occidentale et dans les presqu'îles de Kassandra et de Loggos, dès le xie siècle si (...)
  • 66 Cf. Brunet, Hellénisation, p. 248.
  • 67 Seule exception, la presqu'île de Loggos, où les toponymes slaves sont nombreux (cf. Lefort, Conta (...)
  • 68 La toponymie vient à notre aide pour des régions où on ne connaît pas les anthroponymes au Moyen  (...)

29D'après les toponymes64, on constate qu'au xive siècle il y a des zones où le slave n'est plus parlé65 et d'autres où il est vivant66. Les régions où la toponymie indique que le slave est vivant correspondent aux endroits où les Slaves sont le plus nombreux d'après les anthroponymes67. Cette coïncidence ne peut pas être le fruit du hasard ; dans ces milieux, le slave continue à être parlé68.

30Pour conclure, on opposera deux types de régions : celles où il n'y a plus d'immigration slave après le xie siècle et où l'hellénisation des habitants s'est effectuée en trois siècles ; on en a vu le mécanisme, génération après génération ; et celles où les habitants ne s'hellénisent pas et où le slave reste une langue vivante, non pas parce qu'il aurait « résisté » à l'influence grecque, mais parce que l'immigration slave a continué.

Notes

1 Résumée dans J. Lefort, Toponymie et anthroponymie : le contact entre Grecs et Slaves en Macédoine, Castrum 4, 1992, p. 161-171 (abrégé par la suite : Lefort, Contact), en particulier p. 164-167.

2 Il a déjà été noté qu’il n’existe pas, dans la région qui nous occupe, de villages purement slaves : cf. Lefort, Contact, p. 171. Les agglomérations où le slave est prédominant comprennent aussi, bien sûr, des Grecs.

3 Cf., sur ce point, F. Brunet, Sur l’hellénisation des toponymes slaves en Macédoine byzantine, TM 9, 1985, p. 235-265 (cité par la suite : Brunet, Hellénisation), en particulier p. 258. Cf. aussi Lefort, Contact, p. 169 et 171.

4 Cf. ibid., p. 161.

5 Tels les actes Iviron I, nos 4 et 5, de 982, qui sont signés par plusieurs habitants d’Hiérissos.

6 Par exemple, pour Doxompous, Lavra II, n° 104, de 1317 ; pour Malouka, Chilandar n° 37, et pour Eunouchou et Leipsochôrion, Chilandar n° 38, tous deux de 1318 ; pour Abarnikeia et Chotolibous, un inédit de Vatopédi du début du xive siècle, etc.

7 Même s’il n’est conservé qu’un seul praktikon pour un village, l’étude de cette « microévolution » est possible, puisque les membres de familles qui y sont enregistrés s’étalent sur deux ou trois générations.

8 Par exemple, č devient τζ, ē, εα : četyri lēha → Τζετιρηλεαχας. — Dans cette étude, pour transcrire et traduire les noms slaves, j’ai utilisé, sauf indication contraire, le dictionnaire de D. Daničic, Rječnik iz književnih starina srpskih, Belgrade 1863, réimp. Graz 1962.

9 F. Miklosich, Lexicon palaeoslovenico-graeco-latinum, Vienne 1862-65, réimp. Aalen 1963 (cité par la suite : Miklosich, Lexicon).

10 Lavra II, n° 91, 1. 158, et Lavra II, n° 109, 1. 849-850.

11 Iviron III, n° 70, 1. 139-140 ; Iviron III, n° 75, 1. 240, et n° 79, 1. 211.

12 Notons en passant que certains prénoms slaves sont particuliers à une région, voire à un village : Ζωράννα (zorja, « aurore » : Miklosich, Lexicon), dans les villages de Chalcidique orientale, surtout à Sélada, où ce prénom est présent dans la plupart des familles ; Βουλκάνος (vl’k = loup) est également une « spécialité » de la Chalcidique orientale ; en revanche, Boρίλας (bor’ = pin) se rencontre seulement à Radolibos dans le Pangée (cf. aussi, près de Radolibos, le village Boriskos, avec le même radical). Ce phénomène mérite une étude.

13 Les pourcentages que je propose plus loin à titre indicatif sont très approximatifs.

14 On connaît une arrivée de Slaves au xe siècle (cf. Iviron I, p. 30), mais elle n’est sans doute pas la seule ; cf. brunet, Hellénisation, p. 254, 256-257, et surtout lefort, Contact, p. 170-171 (« l’existence de mouvements migratoires des Slaves vers le pays grec entre le ixe et le xiiie siècle paraît acquise »).

15 À partir d’ici, les noms slaves qui ne sont pas explicitement qualifiés comme tels sont soulignés.

16 À Radolibos, en 1103. Paul, frère de Belkônas, a une femme Néagka (Iviron II, n° 51, I. 60). À Kaména, en 1104, Kyriakos fds de Ratos a une femme Sthlabitza (Iviron II, n° 52, I. 585). À Sélada, en 1321, Dobrikas Jean a unëTemme Stania (Lavra II. n° 109, 1. 903-904).

17 Esphigménou n° 8, 1. 30.

18 Lavra II, n° 91, I. 176.

19 À Sélada, vers 1300, Roupet/.ès Georges et Marie ont une fille Zôè qu’ils marient à un Draganos (Lavro 11. n° 91. 1.127-128). À Aeidarokastron, en 1321 ( ?), Tomprit/.a est la femme de Théodore Katzianitès ; ses enfants s’appellent Basile, Tomprénos. Drazilas. Michel, Georges et Kalè, elle-même épouse d’un Stanos (Lavra II, n° 112). Il m’a semblé intéressant qu’à Radolibos, en 1103, Nédanos, fils de Kyprianos (nom grec), épouse Teicholis (Iviron II, n° 51, 1.64) : sommes-nous devant un début d’hellénisation qui régresse en raison de l’immigration ?

20 Lavra II, n° 91, 1.208, 210, et n° 109, 1.694.

21 Lavra, II. n° 91. 1. 159.

22 Lavra II, n° 109, 1. 854.

23 Voici quelques exemples encore : à Radolibos, en 1103, Sthlahotas tou Tzinagoulè a un fils Dobrôtas (Iviron II, n° 51, 1. 42). À Sélada, vers 1300, Gérilas fils de Rôsinos a 4 enfants : Jean, Basile, Anne et Zôranna (Lavra II, n° 91, 1. 155-156). À Sélada également, à la même date, Roupetzès Nicolas et Anne ont des enfants à nom chrétien et nom slave : Jean, Basile, Marie, Zôranna, Rôsanna, Dragana ; seuls Jean et Marie sont mariés, avec des personnes à nom chrétien ; mais les petits-enfants sont Anne et Zôranna (ibid., 1. 142). Toujours à Sélada, vers 1300, Anne, veuve de Belkanos Kostréanos. a une fille Kyriakia et un fils Tountinos (ibid., I. 114). À Brasta, vers 1300, Stanos, qui n’est peut-être plus en vie, a une fille Anne (sans doute slave), qui a épousé Nicolas Paschalès (nom chrétien) ; le couple a quatre enfants : Basile, Marie, Stanos et Rôsos, ces deux derniers n’apparaissant qu’en 1318 ; en 1318, Marie a épousé un Tychanos et a un fils, Paganos (Esphigme’nou nos 8, 1. 28-29 et 14, I. 7). À Krymôta, en 1301, Andronic a une femme Tompritza et un de ses enfants s’appelle Mpratos (Va-topédi inédit). À Aeidarokastron, en 1317 et 1321( ?), Krybodékanikès et Anne ont plusieurs enfants : Blados, Kalè, Maria, Irène et Dragoula, elle-même mariée à un Belkônas (Lavra II, nos 105 et 112). À Gradista, en 1321, la veuve Stania a deux fils, Théodore et Bitanos (Lavra II, n° 109, 1. 734).

24 À Sélada par exemple, en 1321, Zôranna, veuve de Marinos (je pense que le nom du mari est grec), a 3 enfants : Dèmètrios (marié à Chrysè : début d’une hellénisation ou influence paternelle ?), Jean et Gridanos (apparemment, influence maternelle ; Lavra II, n° 109, 1. 814).

25 À titre d’exemple : à Sélada, en 1321, Dobritzas Théodore et Irène ont un fils Maurikios (Lavra II, n° 109, 1. 906).

26 Iviron II, n° 48, 1. 16.

27 Iviron II, n° 52, 1. 588.

28 Iviron III, n° s 75, 1. 298, et 79, 1. 426.

29 Iviron III, n° 70, 1. 135. Ajoutons un autre exemple : à Arsénikeia, en 1321, Jean Maroudésis et Dragna ont Stamatès, Michel et Georges, le premier du moins avec un nom grec (Lavra II, n° 109, 1. 916).

30 Esphigménou n° 15, 1. 35. Autre exemple : à Gradista, vers 1300, Zôranna, veuve de Basile Albanitès (étranger, non slave) a quatre filles : Kalè, Chrysè (nom grec), Stania et Marie (nom chrétien), épouse de Nicolas Sphaxagkourès (Lavra II, n° 91, 1. 234).

31 Cf. J. Lefort, Anthroponymie et société villageoise, Hommes et richesses dans l’Empire byzantin II, Paris 1991 (Réalités byzantines 3), p. 232-233.

32 Γομαροφάγος, Ψυχοπράτης, Νεροπώλης, etc.

33 Miklosich, Lexicon.

34 Iviron I, n° 27, 1. 11-12.

35 Cf. Brunet, Hellénisation, p. 253.

36 Iviron III, n° 74, 1. 33.

37 Cf. le grec Χαροκόπος.

38 Lavra II, n° 109, 1. 647.

39 Ibid., 1. 736-737.

40 Notons qu’il existe un surnom grec avec une signification opposée, Τρανοσπήτης.

41 Miklosich, Lexicon.

42 Iviron III, n° 70, 1. 22.

43 On dispose de 3 praktika postérieurs où les habitants de Mélintzianè sont recensés : Iviron III, nos 75 et 79, et Iviron IV, n° 86.

44 De même Jean Σαμόχρανος (« qui se nourrit tout seul ») à Saint-Mamas en 1409 (Vatopédi inédit), dans un milieu grec avec 2 cas de noms slaves dont celui-ci.

45 Bodinas Léon : Iviron III, n° 59, 1. 17 ; autres membres dans Iviron III, n° 70 et Lavra II, n° 91 pour 1300/1301, Iviron III, nos75 et 79 pour 1318 et 1320 (voir les Index).

46 Lavra II, n° 91, 1. 108.

47 Lavra II, n° 109, 1. 795. À Sélada également, on connaît la famille Κριβαβέτζης vers 1300 et en 1321 (Lavra II, nos 91, 1. 125, 127, et 109, 1.811, 813) ; à ces dates, il s’agit probablement d’un surnom familial « figé » (les prénoms sont partout chrétiens et n’aident pas à se faire une opinion) ; mais au début, une ou deux générations plus tôt (étant donné la vie brève des surnoms), le nom Kribabetzès était compris dans le village (« paupières courbes » : kriv’ = courbe ; cf. l’adjectif vēč’n’, « des paupières », dans Miklosich, Lexicon).

48 Iviron II, n° 48, 1. 20.

49 Iviron III, n° 74, 1. 87.

50 Prodrome n° 35.

51 Chilandar n° 38, 1. 81.

52 Xèropotamou n° 1 de 956 ; Lavra I, n° 6 de 974 ( ?) ; Iviron I, nos 4 et 5 de 982, n°  13 de 1007, n°  15 de 1008, n° 27 de 1042.

53 Notons que dans l'acte Iviron I, n° 4, un habitant d'Hiérissos appose son signon en caractères glagolitiques. Il n'est pas exclu qu'il ne soit pas le seul à ne pas savoir écrire le grec.

54 Seulement Kalanna, fille d’une contribuable, 1. 574.

55 Iviron III, n° 59 de 1262 ; Zographou n° 7 de 1267 ; Lavra II, n° 91 et Xèropotamou n° 18 B vers 1300, Iviron III, n° 70 de 1301 ; Zographou n° 15 de 1315 ( ?) ; Xèropotamou n° 18 D de 1315/20 environ ; Iviron III, n° 75 et Xénophon n° 12 de 1318 ; Iviron III, n° 79, Zographou n° 17 et Xénophon n° 13 de 1320 ; Lavra II, n° 109 de 1321 ; Xénophon n° 25 de 1338 ; Iviron IV, n° 86 de 1341.

56 Cf. le cas de la famille Boδίνας déjà évoquée (p. 394). Kρίτζης (kričati = crier), avec, entre autres, un fils Kyriakos et une fille Pothètè dès 1301 (Iviron III, n° 70, 1. 137) ; la famille Πισσιάνος, où des prénoms grecs se rencontrent dès 1262 (fille Xénè, Iviron III, n° 59, 1. 24) ; les Ῥάδος apparaissent en 1318 (Iviron III, n° 75, 1. 241) avec des prénoms chrétiens, en 1341 on trouve un fils Kyriakos (Iviron IV, n° 86, 1. 84).

57 Iviron II, n° 52 de 1104, 1. 583-594.

58 Iviron III, n° 59, de 1262 ; Lavra II, n° 91 et Xèropotamou n° 18 A/B de 1300 environ ; Iviron III, n° 70 de 1301 ; Iviron III, n° 75 de 1318 ; Iviron III, n° 79 de 1320 ; Lavra II, n° 109 de 1321 ; Iviron IV, n° 86 de 1341. Les prénoms et surnoms familiaux slaves sont extrêmement rares et ne semblent pas avoir laissé de traces. Notons le cas de Jean Beltziakos, qui apparaît en 1301 (Iviron III, n° 70, 1. 67) et perd son surnom slave avant 1318 (Iviron III, nos75, 1. 119, et 79, 1. 107) ; et un surnom familial « figé », Prakazas, vers 1300 et en 1321 (Lavra II, nos 91, III, 1, et 109, 1. 569, 570, 572, 588).

59 Pour donner un ordre de grandeur : à Métallin, vers 1300, les familles dont on peut dire qu'elles comprennent des locuteurs slaves représentent 54 % de la population, en 1321, 64 % (Lavra II, nos91 et 109) ; à Kontogrikou, 62 % vers 1315/20, 58 % en 1325/30 (Xèropotamou n° s 18 D et F). Rappelons que ces chiffres n'ont pas de valeur concluante (cf. plus haut, n. 13).

60 Iviron II, n° 52, 1. 564-570 : la partie du village enregistrée dans ce document contient 39 % de feux avec au moins un membre à nom slave.

61 Trois cas seulement en 1301 sur 29 feux (Iviron III, n° 70), deux cas en 1341 sur 35 tenures (Iviron IV, n° 86). En 1262, l'acte Iviron III, n° 59, 1. 109, mentionne un seul cas, la fille d'un Dragontanos, mais 9 tenures seulement y sont recensées.

62 Iviron I, n° 30, de la fin du xe siècle (pour Dobrobikeia seulement) ; Iviron II, n° 48, de la fin du xie siècle (pour Radolibos) ; Iviron II, n° 52, de 1104 (Obèlos et Dobrobikeia) ; Iviron II, n° 51, de 1103, n° 53 et Appendice II, du début du xiie siècle (pour Radolibos).

63 Iviron III, n° 74. En 1341, Obèlos et Dobrobikeia sont inhabités (Iviron IV, n° 87).

64 Cf. la carte de Brunet, Hellénisation, p. 255, fig. 4.

65 En Chalcidique occidentale et dans les presqu'îles de Kassandra et de Loggos, dès le xie siècle sinon avant ; cf. Brunet, Hellénisation, p. 248 et fig. 2, p. 249. Les anthroponymes slaves mentionnés plus tard dans la documentation écrite constituent de rares exceptions. Évidemment, cette partie de la Macédoine orientale n'a pas été prise en considération dans la présente étude. Ailleurs, on l'a vu, le slave disparaît progressivement.

66 Cf. Brunet, Hellénisation, p. 248.

67 Seule exception, la presqu'île de Loggos, où les toponymes slaves sont nombreux (cf. Lefort, Contact, fig. 1, p. 163) et les anthroponymes slaves presque totalement absents. Diverses hypothèses sont possibles. Les toponymes, plus stables que les anthroponymes, peuvent témoigner ici d'un élément slave ancien ; les habitants slaves de Loggos ont pu s'helléniser très tôt ; ou bien, les premiers habitants slaves étant partis, la région a pu être réoccupée par des Grecs à une date inconnue, de toute façon haute.

68 La toponymie vient à notre aide pour des régions où on ne connaît pas les anthroponymes au Moyen Âge : les toponymes en majorité slaves entre Rentina et Rébénikeia (cf. Brunet, Hellénisation, p. 248 et fig. 2, p. 249) suggèrent que là aussi le slave a été vivant à un moment donné.

Table des illustrations

Légende Localisation des toponymes cités
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 491k

Auteur

C.N.R.S. (Paris)

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search