Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome II

Les Barbares à Chersonèse (ve-vie s.)

Michel Kazanski

Texte intégral

  • 1 A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones (Chersonèse au haut Moyen Age), Moscou-Leningrad 1959 (...)
  • 2 Voir la bibiliographie dans : A. Bortoli-kazanski, M. Kazanski, Les sites archéologiques datés du (...)
  • 3 Jakobson, Krym (cité supra n. 1), p. 10.

1L’influence des Barbares à Chersonèse à la fin de l’Antiquité et durant le haut Moyen-Age est actuellement l’objet de discussions1. Bien que le caractère antique de la civilisation matérielle de la ville soit évident2, certains chercheurs citent le témoignage de Zakharias, qui considère la population de la ville comme barbare3 .

  • 4 Nous remercions Mademoiselle Vanessa Soupault ainsi que Messieurs Alexandre Ajbabin, Boris Magomed (...)
  • 5 J. Werner, Zur Verbreitung frühgeschichtlicher Metallarbeiten (Werkstatt- Wanderhandwerk- Handel- (...)

2Nous nous proposons de présenter ici le mobilier qui témoigne réellement de la présence barbare à Chersonèse aux ve-vie s.4 Parmi le matériel archéologique de Chersonèse, seuls quelques bijoux ainsi que certains traits culturels peuvent être attribués aux Barbares. Ce sont le plus souvent des parures et des détails du costume féminin. En effet, dans les sociétés primitives, et donc chez les Barbares de la fin de l’Antiquité et du début du Moyen Age, le costume féminin est porteur de la tradition et représente une particularité ethnographique. J. Werner a remarqué que, dans l’Europe du haut Moyen Age, les bijoux féminins font rarement l’objet d’un commerce et que leur découverte hors de leur contexte habituel indique pratiquement toujours la présence de leurs porteurs5.

Les objets de la civilisation de Černjahov

  • 6 M. Kazanski, Contribution à l’histoire de la défense de la frontière pontique au Bas-Empire, TM 11 (...)

3Parmi les tribus barbares, la présence des Germains est bien attestée au sud-ouest de la Crimée à partir du iiie s. La plupart des objets qui peuvent leur être attribués sont originaires de la civilisation gothique de Černjahov qui, du iiie à la première moitié du ve s., occupe le nord de la mer Noire et le Danube inférieur6.

  • 7 Voir en dernier lieu M. Kazanski, Le peigne en os, dans M. Larrieu et alii, La nécropole mérovingi (...)
  • 8 A. I. Romančuk, Izdelija iz kosti v srednevekovom Hersonese (Les objets en os à Chersonèse médiéva (...)
  • 9 A. K. Ambroz, Fibuly juga evropejskoj časti SSSR (Les fibules du sud de la partie européenne de l’ (...)
  • 10 A. I. Ajbabin, Hronologija mogil’nikov Kryma pozdnerimskogo i rannesrednevekovogo vremeni (La chro (...)

4Certains objets du type Černjahov découverts à Chersonèse peuvent être datés de la première moitié du ve s., c’est-à-dire de l’époque qui nous intéresse ici. Nous pensons, en particulier, aux peignes en os du type Thomas III, datés du ive-ve s. (fig. 1.1-3)7. Un de ces peignes provient du quartier du port, l’autre de la tombe 16.1937 de la nécropole8. Il faut citer également les petites (moins de 8 cm) et les moyennes (entre 8 et 10 cm) fibules ansées en argent ou en bronze, à tête semi-circulaire et pied losangé, caractéristiques de la culture de Cernjahov récente (fig. 1.4-12)9. Ces fibules se divisent en plusieurs variantes dont la variante Ambroz IAA (à pied élargi dans la partie inférieure) (fig. 1.5,8, fig. 6.4) et la variante Ambroz IBA-IBB (à pied élargie dans la partie médiane) (fig. 1.4,6,9,11) qui sont présentes à Chersonèse10.

  • 11 Ambroz, Fibuly (cité supra n. 9), p. 82, 83 ; M. Kazanski, À propos de quelques types de fibules a (...)
  • 12 J. Tejral, Einige Bemerkungen zur Chronologie der späten römischen Kaiserzeit in Mitteleuropa, Pro (...)
  • 13 Ajbabin, Hronologija (cité supra n. 10), p. 18, 19.
  • 14 Kazanski, Les Goths et les Huns, p. 196.
  • 15 Ambroz, Fibuly, p. 83-86 ; AJBABIN, Hronologija, p. 18, 19.

5Les fibules de la variante IAA se diffusent largement en Europe, à partir de la zone de la culture de Cernjahov11. Elles sont surtout datées du ive s., mais certains exemplaires, les plus récents, sont datés de la fin du ive s. et de la première moitié du ve s.12 Les fibules de la variante Ambroz IBA-IBB sont également caractéristiques de la deuxième moitié du ive s. Cependant, on les a mises au jour dans des contextes de la fin du ive s. et de la première moitié du ve s., notamment en Crimée, dans les tombeaux 145.1904 et 165.1904 de Kertch /Bosporos, capitale du royaume du Bosphore Cimmérien et dans la tombe 485 de la nécropole de Skalistoe au sud-ouest de la Crimée13. L’une des fibules de Chersonèse est de grande taille (longueur de la partie conservée 7, 6 cm, sans prendre en compte le bouton) (fig. 1.4), ce qui est caractéristique des fibules les plus tardives de ce groupe14. Les fibules de cette variante sont aussi bien présentes dans la zone de la culture de Černjahov (Cluj, Maslovo, Gavrilovka, Zurovka, Werbiczna, Pas-tyrskoe, Kurniki) qu’en dehors de son territoire : en Crimée (Chersonèse, Kertch /Bosporos, Skalistoe, Inkerman, Gourzouf, peut-être Zamorskoe), au Caucase du Nord (Kumbulta, Gižgid, Nalčik-Vol’nyj Aul, Lermontovskaja Skala, tombe 5), dans la région du Danube moyen (Kosice, Tiszadob), en Prusse orientale (Rotebude) et dans la région de l’Oka (Košibeevo)15.

  • 16 Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones (cité supra n. 1), p. 271, fig. 137.4.
  • 17 Ambroz, Fibuly, p. 86-91.
  • 18 V. Bierbrauer, Das westgotische Fibelpaar von Villafontana, dans o. Von hessen, I ritrovamenti bar (...)
  • 19 A. V. Dmitriev, Rannesrednevekovye fibuly iz mogil’nika na r. Djurso (Les fibules du Haut Moyen Ag (...)
  • 20 I. P. Zaseckaja, Klassifikacija polihromnyh izdelij gunnskoj epohi po stilističeskim dan-nym (La c (...)
  • 21 Kazanski, Les Goths et les Huns, p. 197, 198, fig. 1. 25, 29.
  • 22 Bierbrauer, Das westgotische Fibelpaar (cité supra n. 18) ; J. Tejral, Zur Chronologie der frühen (...)
  • 23 M. Kazanski, Les Germains orientaux au nord de la mer Noire pendant la seconde moitié du ve s. et (...)

6Une petite fibule de Chersonèse à tête semi-circulaire et pied losange, élargie dans la partie supérieure (longueur de la partie conservée, 5 cm, sans prendre en compte le bouton sur la tête)16 appartient à la variante Ambroz IIA (fig. 1.7). Ces fibules sont datées de la fin du ive et du ve s.17 Les pièces de petite taille (jusqu’à 8 cm) et de taille moyenne (entre 8 et 10-11 cm, appelées parfois type Vil-lafontana) sont bien attestées en Crimée (Kertch /Bosporos, Ilurat, Gourzouf), dans la région du Danube moyen (Novi Banovci, Keszthely-Fenékpuszta, Poeto-vio I, Aquincum/Budapest III, Čaňa, Csongrad-Werbozsi, Csongrad-Kenderfëldek, Csongrad-Kettöshalom, Pecs-Basahalom), dans les Pyrénées (le sud-ouest de la péninsule), en Italie (Villafontana), au Caucase du Nord (Djurso, « Majkop », Ce-gem, Saniba) et même dans l’Oural (Birsk)18. Certaines de ces fibules portent le décor caractéristique des grandes fibules du ve s. (Hochfelden, Saniba, Djurso, tombes 483 et 510)19. D’autres sont des copies miniaturisées des fibules à décor polychrome du type Untersiebenbrunn (Kertch, Gelénes)20. Les fibules du type Ambroz IIA appartenant sûrement à la tradition de Cernjahov sont pourtant très rares dans la zone de cette civilisation. On ne peut guère citer que la petite fibule de la tombe de Pietroasele 1 en Roumanie et la découverte sur la nécropole Biz-jukov Monastyr’ en Ukraine21. Cela signifie donc que ces fibules apparaissent à l’extrême fin de la culture de Cernjahov, durant la première moitié du ve s. À Ilurat, en Crimée orientale, une paire de ces fibules était accompagnée d’une monnaie de 395-408, ce qui confirme la datation de l’extrême fin du ive et du début du ve s. proposée par J. Tejral et V. Bierbrauer22. D’autre part des tombes de Kertch /Bosporos témoignent que ce type de fibules a pu être porté plus tard, au vie s.23

Fig. 1. Les objets suivant la tradition de la civilisation de Cernjahov découverts à Chersonèse.
1 : quartier du port (d’après Romančuk 1984) ; 2 : (d’après Cvetaeva 1984) ; 3 : nécropole au pied de Devic’ja Gora, tombe 16.1937 (d’après Peters 1986) ; 4, 5 : (d’après Ajbabin 1990) ; 6 : Musée de Chersonèse (d’après Jakobson 1959) ; 7 : Musée Historique d’État. Moscou (d’après Jakobson 1959) ; 8 : Musée de Chersonèse, n° 3143 ; 9 : Musée de Chersonèse, n° 3122 ; 10 : Musée de Chersonèse. n° 6962 (2947/11) ; 11 : Musée de Chersonèse, n° 6094 ; 12 : Musée de Chersonèse, n° 3133.
Échelles : A-1, B-2, C-3-7, D-8-11.

Fig. 2. Les objets germaniques de tradition danubienne découverts à Chersonèse.
1 : (d’après Ajbabin 1990) ; 2 : Musée de Chersonèse (d’après Ajbabin 1990) ; 3 : fouilles de V. V. Koscijuško-Valjuženič, Musée de Chersonèse, n° 5/37041 ; 4 : Musée de Chersonèse, n° 3132 ; 5 : Musée de Chersonèse, n° 4493 (d’après Jakobson 1959) ; 6. 7 : tombe 3.1891 (d’après Ajbabin 1990) ; 8 : Découverte fortuite dans la nécropole Ouest en 1909, Musée de Chersonèse, n° 23110 (5014/09) ; 9. 10 : nécropole Ouest, tombe 4.1981 (d’après Zubar, Ryžov, Ševčenko 1988) ; 11 : Musée de Chersonèse (d’après Ajbabin 1990).
Échelles : A-1-4, 6, 7, 11, B-8-10. C-5.

Les objets danubiens

  • 24 Ajbabin, Hronologija, fig. 10.2,4,8 ; Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, fig. 137. 1,2 ; V. Bi (...)
  • 25 Ajbabin, Hronologija, p. 19, fig. 14.3,4.
  • 26 Voir, en dernier lieu, A. Heinrich, Ein völkerwanderungszeitliches Gräberfeld bei Mitterhof, G.B. (...)
  • 27 Bierbrauer, Bronzene Bügelfihein (cité supra n. 24).
  • 28 Gavrituhin, Pricernomorskaja serija (cité supra n. 26).
  • 29 Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, p. 271, fig. 137.6.
  • 30 M. Kazanski, L’influence danubienne dans la steppe pontique pendant la seconde moitié du Ve siècle (...)
  • 31 V. M. Zubar, s. G. Ryžov, a. V. Ševčenko, Novyj pogrebal’nyj kompleks Zapadnogo nekropolja Hersone (...)
  • 32 L. Bieljajač, V. Ivanisevič, Les témoignages archéologiques des Grandes Invasions à Singidunum, St (...)

7Une autre série d’objets germaniques découverts à Chersonèse sont originaires de la région du Danube moyen. On peut citer les fibules ansées à tête triangulaire du type Bratei (fig. 2.1-5), datées du milieu du ve s. et de la deuxième moitié du ve s.24, ou encore les fibules ansées d’une forme voisine mais portant un décor à taille biseautée, dites du type Prša-Levice (ou Levice-Tokari), provenant de la tombe 3.1891 (fig. 2.6,7)25 et que l’on peut dater du second tiers du ve s.26 Ces deux types de fibules sont caractéristiques des couches inférieures de la société germanique des royaumes danubiens27. Cependant, la tête semi-circulaire des fibules de la tombe 3.1891 est caractéristique des exemplaires pontiques et inconnue dans la région danubienne. Il s’agit donc d’une imitation locale28. Une curieuse fibule de Chersonèse (fig. 2.8, fig. 6.6), pour laquelle nous ne connaissons pas de parallèle, possède une tête semi-circulaire à cinq doigts et à décor biseauté radial29. Ce décor est typique des fibules de tradition danubienne de la deuxième moitié du Ve et du VIe s.30 Une paire de fibules ansées à pied losange (fig. 2.9,10), découverte dans une tombe collective pillée31, peut être, elle aussi, originaire du Danube moyen. En effet, on peut citer des parallèles assez proches à Singidunum, datés du ve s.32 Les plaques-boucles à décor zoomorphe sur l’ardillon, que l’on peut dater, d’après leur forme, du ve s., peuvent appartenir, elles aussi, aux Germains danubiens (fig. 2.11, fig. 6.8). On ne peut toutefois préciser leur origine car la forme est largement répandue.

  • 33 Ajbabin, Hronologija, p. 20.
  • 34 Ibid., fig. 14.11 ; V. M. Zubar, B. V. Magomedov, Novi doslidžennja seredn’ovičnih pohovan’ Herson (...)
  • 35 H. Kühn, Die germanischen Bügelfibeln der Völkerwanderungszeit in Süddeutschland, Graz 1974, p. 72 (...)
  • 36 Par ex. A. Kiss, Germanische Grabfund der Völkerwanderungszeit in Jobbagy, Alba Regia 19, 1982, p. (...)
  • 37 V. Bierbrauer, Die ostgotischen Grab- und Schatzfunde in Italien, Spolète 1975, pl. 39.8, 52.1, 77 (...)
  • 38 Kazanski, L’influence danubienne (cité supra n. 30), fig. 1.18,19.
  • 39 Par ex. à Brochon en Bourgogne : H. Baudot, Mémoire sur les sépultures des barbares de l’époque mé (...)
  • 40 Kiss, Germanische Grabfund (cité supra n. 36), p. 168.

8Les fibules ansées à trois et cinq doigts, avec deux volutes sur la tête et des losanges imbriqués sur le pied, ainsi que leurs dérivés locaux, sont attestées à Chersonèse par plusieurs découvertes (fig. 3.1,2,4-7). La plus ancienne a été mise au jour sur le territoire de la nécropole en 1973 (fig. 3.2, fig. 6.1). Cette pièce est en argent doré et porte un décor à taille biseautée33. Des fibules du même type proviennent des tombes 14.1914 et 3.1975 de la nécropole urbaine (fig. 3.1,4,5, fig. 4.2)34. Ces fibules appelées par H. Kühn « type Gourzouf »35, sont bien représentées en Crimée, dans la région du Danube moyen36. Elles sont connues en Italie37, dans la région du Dniepr moyen38, et extrêmement rares dans l’Occident mérovingien39. H. Kühn et A. Kiss les ont datées de la première moitié du vie s., mais A. Kiss admet qu’elles apparaissent pendant la deuxième moitié du ve s.40

  • 41 Dmitriev, Rannesrednevekovye fibuly (cité supra n. 19), p. 101-104 ; S. Uenze, Die spätantiken Bef (...)

9Les fibules de ce type découvertes en Crimée ont été étudiées par A. I. Ajba-bin qui les considère, à juste titre, comme un témoignage de l’influence danu bienne germanique. Une fibule découverte en 1973 aurait été importée selon lui de la région du Danube moyen dans la deuxième moitié du ve s. Les autres fibules de ce type sont probablement des imitations locales de prototypes danubiens. Selon A. I. Ajbabin, les fibules locales du type Gourzouf, à trois doigts, peuvent être datées de la première moitié du vie s. En revanche, les fibules à cinq doigts sont utilisées jusqu’à la première moitié du viie s., comme en témoignerait la découverte effectuée dans la tombe 155 de Suuk-Su (sur la côte sud de la Crimée), avec une garniture de ceinture à multiples lanières et une fibule en arbalète de cette époque. Sans exclure la possibilité d’un « retard » de certains objets dans la chronologie dans le contexte funéraire, il nous semble cependant que l’attribution de la tombe 155 au viie s. demanderait une argumentation plus développée. En effet, la typologie et la datation des ceintures à multiples lanières fait actuellement l’objet de discussions. De plus, d’après des recherches récentes, les fibules en arbalète comparables à celle de la tombe 155 seraient utilisées déjà au vie s.41

Fig. 3. Les fibules digitées de Chersonèse.
1 : tombe 14.1914 (d’après Ajbabin 1990) ; 2 : Musée de Chersonèse (d’après Ajbabin 1990) ; 3 : (d’après Ajbabin 1990) ; 4. 5 : tombe 3.1975 (d’après Zubar, Magomedov 1981) ; 6 : Musée de Chersonèse (d’après Jakobson 1959) ; 7 : Musée Historique d’État. Moscou (d’après Jakobson 1959) ; 8 : Découverte fortuite. Musée de Chersonèse.
Échelles : A-1, 2, B-3-5, 8. C-6.7.

Fig. 4. Le mobilier de la tombe 14.1914 de Chersonèse (d’après jakobson 1959).

Fig. 5. Les différents objets de tradition germanique découverts à Chersonèse.
1-4 : Musée de Chersonèse (d’après Jakobson 1959) ; 5, 6 : Musée Historique d’État,
Moscou (d’après Jakobson 1959) : 7 : (d’après Ajbabin 1990) ; 8 : nécropole Ouest, tombe 4.1981 (d’après Zubar, Ryžov, Ševčenko 1988).

Les objets italo-ostrogothiques

  • 42 Bierbrauer, Die ostgotischen Grab- und Schatzfunde (cité supra n. 37), p. 130 ; Ajbabin, Hronologi (...)

10Parmi le matériel germanique, mentionnons enfin la découverte à Chersonèse de quelques objets d’origine italo-ostrogothique. Une plaque-boucle en argent doré à plaque rectangulaire avec un décor à taille biseautée, provient de la tombe 14.1914 (fig. 4.1, fig. 6.5). Elle relève du type Ljubljana-Dravle et A. I. Ajbabin considère qu’elle provient de l’Italie ostrogothique ou du Danube moyen. Elle est datée de la deuxième moitié du ve s. ou de la première moitié du vie s. Une plaque-boucle comparable a également été mise au jour à Kertch et au sud-ouest de la Crimée, à Lucistoe, à Suuk-Su et à Skalistoe42 .

  • 43 Bierbrauer, Die ostgotischen Grab- und Schatzfunde, p. 89-91.
  • 44 Tombe de Dolgaja Skala 1875, tombe 38.1876, fibules inédites. Ermitage 1820/55, 56, 61, tombe 180. (...)
  • 45 M. V. Pokrovskij, Paškovskij mogil’nik n° 1 (La nécropole Paškovskij n° 1), Sovetskaja Arheologija (...)

11Une fibule du type ostrogothique Udine-Planis43, des fouilles de V. V. Koscusko-Valuzenic, se trouve dans les collections du Musée de Chersonèse (fig. 3.8, fig. 6.7). On connaît aussi ce type de fibules à Artek et Kertch44, ainsi que, sporadiquement au Caucase du Nord, notamment à Paskovskij45 .

12Ces objets pourraient témoigner de la présence des Ostrogoths déportés d’Italie et utilisés par Justinien, on le sait, pour la défense des frontières de l’Empire.

  • 46 Kazanski, Les Germains orientaux (cité supra n. 23), p. 329, 330.

13A ce sujet, il est intéressant de souligner leur datation plus récente en Crimée, par rapport à leur chronologie en Italie et en Illyricum. En effet, en Occident les parures ostrogothiques sont surtout de la première moitié du VIe s., tandis qu’en Crimée leurs imitations existent plus tard, peut-être même au viie s.46 On peut donc supposer que les Ostrogoths déportés continuèrent à utiliser ces objets après la disparition de leur royaume en Italie. D’ailleurs A. I. Ajbabin a constaté que certains objets ostrogothiques de Crimée portent les traces de réparations successives, ce qui témoignerait de leur utilisation prolongée.

Les objets originaires du sud-ouest de la Crimée

  • 47 Voir à ce sujet en dernier lieu : V. A. Sidorenko, « Goty » oblasti Dori Prokopija Kesa-rijskogo i (...)
  • 48 Ajbabin. Hronologija ; I. S. Pioro, Krymskaja Gotija (La Gothie de Crimée), Kiev 1991, p. 57-112.
  • 49 Ajbabin. Hronologija, p. 34.
  • 50 A. I. Ajbabin. La fabrication des garnitures de ceintures et des fibules à Chersonèse, au Bosphore (...)

14D’autres objets germaniques découverts à Chersonèse proviennent des régions voisines du sud-ouest de la Crimée, appelées par Procope de Cesarée « le pays de Dori » et peuplées, selon son témoignage, de Goths (Procope, De aedificiis, III,7.13-17)47. La civilisation matérielle de cette population gothique est bien connue grâce à des nécropoles telles que Suuk-Su, Lucistoe ou Skalistoe48. Parmi les objets gothiques du sud-ouest de la Crimée, il faut citer les plaques-boucles décorées de tête d’aigle. Deux pièces appartiendraient, d’après leur décor et leurs proportions, à la variante Ajbabin 1-2 (fig. 5.7,8), celle-ci datée de la deuxième moitié du vie et du premier quart du viie s. par des monnaies de 527-565 et de 597-602. Deux autres relèvent de variantes plus tardives - Ajbabin 3-5, attribuées au viie s. (fig. 5.5,6)49. Ces plaques-boucles sont extrêmement rares en dehors du sud-ouest de la Crimée ce qui indique leur fabrication dans des ateliers locaux50.

Les objets originaires du Bosphore Cimmérien

  • 51 Id., Hronologija, p. 21, fig. 32.1.
  • 52 Ibid., p. 21. Ces fibules ont été mises au jour à Kertch (dans la tombe de 1853 sur la montagne Mi (...)
  • 53 A. Salamon, L. Barkoczi, Arheologičeskie dannye k periodizacii pozdnerimskoj Pan-nonii (376-476 gg (...)
  • 54 Tejral, Zur Chronologie (cité supra n. 22), p. 283 ; Menke, Archäologische Befunde, p. 247.
  • 55 V. Bierbrauer, Tombe femminili ostrogote, / Goti, Milan 1993, p. 181-188, fig. 111.21, 111.61.

15Enfin, certains objets germaniques de Chersonèse sont originaires du Bosphore Cimmérien, où la présence gothique est attestée, au moins pour le ve s. par des sources écrites (Procope, Bel. goth., IV,5.19-22). Ce sont les fibules digitées du type Kertch, décorées de volutes (fig. 3.3)51 . Les fibules comparables, parfois décorées de protubérances en forme de tête d’aigle, sont nombreuses en Crimée orientale52. Selon A. I. Ajbabin, ces fibules sont datées à Kertch de la deuxième moitié du vie et de la première moitié du viie s. Mais au sud-ouest de la Crimée, elles sont attestées, selon lui, durant la deuxième moitié du viie s. Ces fibules ont pour origine des prototypes danubiens, proches du type Sokolnice (Sokolnice, Szekszard, Dabronc-Ötvöspuszta, Hemmingen, tombe 24, Melsted, tombe 8, Bornholm, Charnay)53 datées de la période D-3, c’est-à-dire du troisième quart du ve s.54 Des fibules très proches, peut-être importées de la région danubienne, ont été trouvées chez les Ostrogoths en Italie (Ficarolo, tombe 4) mais elles doivent être légèrement antérieures et appartenir à la deuxième moitié du ve s. En effet, la tombe contenait une bague bien connue dans des contextes de la deuxième moitié du ve s. et une plaque-boucle du dernier quart du ve s55. Les dérivés du type Sokolnice sont largement diffusés en Europe. Citons les découvertes à Srbski Krstur (Serbie), Lützen, tombe 9 (Allemagne), Warengen, Widringen (Prusse orientale), Gudhjem Möllerbakken (Bornholm), Taradieu (Gaule méridionale), Oszewilk (Pologne), Kihlanda-Lümanda (Estonie) et Bâle-Gotterbarmweg, tombes 3 et 33 (Suisse).

Les objets originaires de la steppe

  • 56 Aux ve-vie s., cette appellation recouvre également les descendants des peuples sarmates, apparent (...)
  • 57 Romancuk, Izdelija (cité supra n. 8), fig. 2.38,39 ; à propos des découvertes de flèches en os, at (...)
  • 58 I. V. Pjatyševa, Statuetka pljasuscego kočevnika iz Hersonesa (k voprosu o gunnah v Krymu) (La sta (...)
  • 59 Zubar - Ryzov - Sevcenko, Novyj pogrebatnyj kompleks (cité supra n. 31), fig. 9.6.
  • 60 G. D. Belov, a. L. Jakobson, Kvartal XVII (raskopki 1940 g.) (Le quartier XVII [fouilles de 1940]) (...)
  • 61 Voir notamment M. Kazanski. À propos des armes et des éléments de harnachement « orientaux » en Oc (...)

16Un autre groupe d’objets atteste la présence à Chersonèse des peuples de la steppe, les Huns et les Alains56. Les uns et les autres faisaient partie de la population de la Crimée. Les traces des Huns sont peu nombreuses. On ne peut guère citer que les découvertes de pointes de flèches en os, caractéristiques de ce peuple57. Une figurine en bronze de Chersonèse, représentant un homme dansant, est attribuée aux Huns. Mais, étant donné l’absence totale d’objets semblables dans les antiquités des Huns, cette attribution nous paraît douteuse58. Citons d’autre part une boucle de harnachement en os (fig. 7.1), caractéristique des nomades du haut Moyen Age, provenant d’une tombe collective pillée de Chersonèse59. En ce qui concerne les appliques en os d’arcs, découvertes dans le quartier XVII, citerne E60, on ne peut les considérer comme des objets propres aux nomades car les arcs renforcés d’appliques en os sont attestés dans l’armée romaine depuis le haut-Empire61.

Fig. 7. Les objets originaires de la steppe ponto-caucasienne, découverts à Chersonèse.
1 : nécropole Ouest, tombe 4.1981 (d’après Zubar, Ryžov, Ševčenko 1988) ; 2 : tombe 622.1896 ; 3 : tombe 2266.1907. Échelles : A-1. B-2, C-3.

Les objets d’origine alane

  • 62 Otčet Imperatorskoj Arheologiceskoj Kommissii 1893, p. 74 ; Otcet Imperatorskoj Arheologiceskoj Ko (...)
  • 63 Otcet Imperatorskoj Arheologiceskoj Kommissii 1891. p. 103.
  • 64 Belov, Zapadnaja oboronitel’naja stena (cité supra n. 62), p. 244, fig. 19z ; à propos de ces bouc (...)
  • 65 k. K. Koscuško-Valjuženič, M. I. Skubetov, Izvlečenie iz otčeta o raskopkah v Her-sonese v 1907 g. (...)
  • 66 Uvarova, Mogil’niki (cité supra n. 19), pl. 81.12, 101.9, 102.8,9 ; A. k. Ambroz, Hro-nologija dre (...)

17Les objets et les traits culturels d’origine alane ou alano-sarmate sont plus nombreux. On peut citer la coutume de la déformation crânienne artificielle, d’origine alano-sarmate, attestée à Chersonèse pour l’époque qui nous intéresse dans plusieurs sépultures (par ex. tombe 427.1893, tombe 620.1896, tombe 62.1909, tombe 1.1948, tombe 2.1948)62. Parmi les objets d’origine alano-sarmate, il faut citer les miroirs métalliques circulaires (tombe 80.1891 )63 et les boucles d’oreilles en forme de croissant (tombes 622.1896 et 1.1948) (fig. 7.2)64. Soulignons que la diffusion de la coutume de la déformation crânienne, ainsi que des miroirs métalliques et des boucles d’oreilles en forme de croissant aux iiie-ive s. et, à plus forte raison, aux ve-vie s. dépasse largement les limites du monde alano-sarmate. En revanche, la fibule ansée à tête semi-circulaire et pied losange, d’une forme caractéristique, portant un décor de style polychrome (fig. 7.3), découverte dans la tombe 2266.190765 est liée exclusivement au milieu caucasien, où les Alains jouaient un rôle politique et culturel dominant. Ces fibules du ve s. sont connues au Caucase du Nord, à Djurso, Giljac, Rutha, Iragi, Zadalisk, Senikalh, Komunta-Kumbulta66. En dehors de la zone caucasienne, en Europe nous ne pouvons citer qu’une seule découverte, à Balka Jaceva, dans la région des rapides du Dniepr.

  • 67 Otčet Imperatorskoj Arheologičeskoj Kommissii 1891, p. 37 et jakobson, Rannesredne-vekovyj Hersone (...)
  • 68 Otčet Imperatorskoj Arheologičeskoj Kommissii 1891, p. 103; Otcet Imperatorskoj Arheologiceskoj Ko (...)
  • 69 En dernier lieu, heinrich, Ein völkerwanderungszeitliches Gräberfeld (cité supra n. 26), p. 92-94.
  • 70 Ibid. ; Kazanski, The Sedentary Elite (cité supra n. 18), fig. 1.14, 4.4,10, 7.28 ; Salamon - bark (...)
  • 71 Otcet Imperalorskoj Arheologičeskoj Kommissii 1891, p. 138-139, fig. 154 ; Otčet Impe-ratorskoj Ar (...)

18Enfin il convient d’évoquer les objets des ve-vie s. considérés comme barbares, mais qui, à notre avis, sont aussi bien portés par la population grecque ou latine de l’Empire. Ce sont les boucles d’oreilles à pendentif polyédrique (fig. 5.1-4), monolithiques (par ex. la tombe 1.I891)67 ou creuses à décor cloisonné (notamment les tombes 80.1891 et 427.1893)68. Leur origine caucasienne présumée69 n’a jamais été réellement prouvée. Les plus anciennes boucles d’oreilles de ce type sont connues aussi bien chez les Barbares que dans le milieu grec du nord de la mer Noire et parmi la population romaine de la Pannonie (Chakvar)70. En outre, il faut citer les fibules en forme de mouches (notamment les tombes 3.1891, 80.1891, 14.1914) (fig. 4.6). Cette forme, probablement originaire des provinces danubiennes de Rome, est largement répandue aux ve-vie s. aussi bien chez les Barbares que chez les Romains71.

***

19Ainsi, après avoir examiné les objets d’origine barbare à Chersonèse, nous constatons que la présence ou l’influence barbare se manifeste presque uniquement dans le costume de certaines personnes, dans quelques objets utilitaires (flèches, détails de harnachement) et dans une coutume exotique, relativement peu représentée, celle de la déformation crânienne artificielle. Ceci est insuffisant pour prouver une « barbarisation » de Chersonèse aux ve-vie s. La ville reste, comme elle le fut toujours, grecque. 11 est à noter que les individus qui portent des objets barbares sont enterrés dans la nécropole de Chersonèse selon des coutumes grecques et que le mobilier de leurs tombes contient un nombre considérable d’objets gréco-romains. Autrement dit, il est impossible de distinguer dans la nécropole urbaine les sépultures « barbares ». Cela montre, à notre avis, une intégration profonde des étrangers d’origine barbare dans la communauté urbaine.

  • 72 Voir pour les détails M. I. Artamonov, Istorija hazar (Histoire des Khazares), Leningrad 1962, p.  (...)

20Il est logique de supposer que la plupart des objets d’origine barbare sont parvenus à Chersonèse avec leurs porteurs. Ces Barbares pouvaient faire partie des troupes impériales stationnées dans la ville. Le nombre d’objets féminins montre que les soldats germaniques ou alains étaient accompagnés de leurs familles. Les sources écrites, qui témoignent de l’envoi des troupes gothiques en Crimée sous Justinien Ier (en 533-534)72, semblent confirmer l’origine avant tout militaire des ressortissants barbares à Chersonèse. Parmi ces ressortissants pouvaient se trouver aussi bien des Germains danubiens que des Ostrogoths déportés d’Italie.

  • 73 Ajbabin, Hronologija, p. 31 ; Id., La fabrication (cité supra n. 50).

21En conclusion, il convient d’évoquer le rôle de Chersonèse dans la formation de la culture barbare de la péninsule taurique. Il est facile de remarquer que la ville offre les exemples les plus précoces de certains bijoux barbares découverts en Crimée. On peut supposer, avec A. I. Ajbabin, que les orfèvres goths ou gépides venus probablement avec les troupes impériales ont exécuté des prototypes prestigieux, imités par les Barbares locaux. D’autre part, A. I. Ajbabin a démontré que plusieurs types d’objets caractéristiques des Goths du pays de Dori, tels que les plaques-boucles à plaque rectangulaire, décorée d’une croix ou d’un lion, étaient fabriqués à Chersonèse, conformément aux goûts des Barbares de la région73.

Pl. I

Pl. I

Fig. 6. Les objets de tradition germanique découverts à Chersonese.
1,8: Musée de Chersonese (photo d’A. I. Ajbabin) ; 2, 3 : tombe 3.1975 (photo de B. V. Magomedov); 4, 6, 7: Musée de Chersonèse (photo de V. Soupault) ; 5: tombe 14.1914, Musée de Chersonèse (photo d’A. I. Ajbabin).
Échelles: A-1-3, 8, B-5, C-4, 6, 7.

Notes

1 A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones (Chersonèse au haut Moyen Age), Moscou-Leningrad 1959 (Materialy i Issledovanija po Arheologii SSSR 63), p. 19-35 ; ID., Krym v srednie veka (La Crimée au Moyen Age), Moscou 1973, p. 9-12 ; A. I. Romančuk, Hersones VI-pervoj poloviny IX v. (Chersonèse du vie s. à la première moitié du ixe s.), Sverdlovsk 1973.

2 Voir la bibiliographie dans : A. Bortoli-kazanski, M. Kazanski, Les sites archéologiques datés du ive au viie siècle au nord et au nord-est de la mer Noire : état des recherches, TM 10. 1987. p. 437-489.

3 Jakobson, Krym (cité supra n. 1), p. 10.

4 Nous remercions Mademoiselle Vanessa Soupault ainsi que Messieurs Alexandre Ajbabin, Boris Magomedov et Igor Gavrituhin qui nous ont aimablement fourni la documentation parfois inédite que nous avons utilisée dans cette étude.

5 J. Werner, Zur Verbreitung frühgeschichtlicher Metallarbeiten (Werkstatt- Wanderhandwerk- Handel- Familienverbindung). Early Medieval Studies 1, 1970, p. 65-81.

6 M. Kazanski, Contribution à l’histoire de la défense de la frontière pontique au Bas-Empire, TM 11, 1991, p. 487-526, 494-501.

7 Voir en dernier lieu M. Kazanski, Le peigne en os, dans M. Larrieu et alii, La nécropole mérovingienne de la Turraque, Beaucaire-sur-Baïse (Gers), Toulouse 1985, p. 257-269, et ID., Les Goths et les Huns. A propos des relations entre les Barbares sédentaires et les nomades, Archéologie Médiévale 22, 1992, p. 191-229.

8 A. I. Romančuk, Izdelija iz kosti v srednevekovom Hersonese (Les objets en os à Chersonèse médiévale), Antičnyj i srednevekovyj gorod, Sverdlovsk 1984, p. 84-104, fig. 4.62 ; B. G. Peters, Kostereznoe delo v antičnyh gosudarstvah Severnogo Pričernomor’ja (La fabrication des objets en os dans les États antiques du nord de la mer Noire), Moscou 1986, pl. 13.8 ; G. A. Cvetaeva, Bytovaja utvar’, otoplenie, osveščenie, predmety tualeta, igruški (Les objets de la vie quotidienne, le chauffage et l’éclairage, les objets de toilette, les jouets), Antičnye gosudarstva Severnogo Pričernomor’ja, Moscou 1984, p. 227-229, 228, pl. 130.12.

9 A. K. Ambroz, Fibuly juga evropejskoj časti SSSR (Les fibules du sud de la partie européenne de l’URSS), Moscou 1966 (Svod arheologičeskih istočnikov D1-30), p. 76-86.

10 A. I. Ajbabin, Hronologija mogil’nikov Kryma pozdnerimskogo i rannesrednevekovogo vremeni (La chronologie des nécropoles de Crimée de l’époque romaine tardive et du haut Moyen Age), Materialy po Arheologii Istorii i Etnografii Tavrii 1, 1990, p. 3-86, 175-241, fig. 9.7,8. Monsieur Igor Gavrituhin a bien voulu nous fournir les dessins de plusieurs fibules inédites, conservées aujourd’hui au Musée de Chersonèse, dont une du type Ambroz IAA (n° 3143) et une autre du type Ambroz IBA (n° 3122). Des fragments des fibules du même groupe nos2947, 3133, 6094, 6962 ne peuvent être attribués à un groupe précis. Il s’agit cependant de pièces de grande taille ce qui est caractéristique des fibules de l’époque des Grandes Migrations.

11 Ambroz, Fibuly (cité supra n. 9), p. 82, 83 ; M. Kazanski, À propos de quelques types de fibules ansées de l’époque des Grandes Invasions trouvées en Gaule, Archéologie Médiévale 14, 1984, p. 7-27, 17-19.

12 J. Tejral, Einige Bemerkungen zur Chronologie der späten römischen Kaiserzeit in Mitteleuropa, Probleme der relativen und absoluten Chronologie ab Latènezeit bis zum Frühmittelalter, Cracovie 1992, p. 227-248, 235-237, fig. 6.6-10, 7.13,16 ; Kazanski, Les Goths et les Huns (cité supra n. 7), p. 195, 196.

13 Ajbabin, Hronologija (cité supra n. 10), p. 18, 19.

14 Kazanski, Les Goths et les Huns, p. 196.

15 Ambroz, Fibuly, p. 83-86 ; AJBABIN, Hronologija, p. 18, 19.

16 Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones (cité supra n. 1), p. 271, fig. 137.4.

17 Ambroz, Fibuly, p. 86-91.

18 V. Bierbrauer, Das westgotische Fibelpaar von Villafontana, dans o. Von hessen, I ritrovamenti barbarici nelle collezioni civiche veronesi del Museo di Castelvecchio, Verone 1968, p. 75-82 ; A. K. Ambroz, Birskij mogil’nik i problemy hronologii Priural’ja v IV-VII vv. (La nécropole de Birsk et les problèmes de la chronologie de l’Oural du ive au viie s.), Srednevekovye drevnosti evrazijskih stepej, Moscou 1980, p. 3-56, fig. 3.4 ; G. G. Koenig, Archäologische Zeugnisse westgotischer Präsenz im 5. Jahrhundert, Madrider Mitteilungen 21, 1980, p. 220-247, pl. 60c,d ; Kazanski, À propos de quelques types de fibules (cité supra n. 11), p. 19-20; ID., the Sedentary Elite in the « Empire » of the Huns and its Impact on Material Civilisation in Southern Russia during the Early Middle Ages (5th-7th Centuries AD), dans J. Chapman, P. Dolukhanov, Cultural Transformations in Eastern Europe, Al-dershot 1993, p. 211-235, fig. 1.2,3,12; Ajbabin, Hronologija, p. 18,19; I. Bona, Das Hunnenreich, Budapest-Stuttgart 1991, pl. 98, fig. 35.1,2,11,12, fig. 36; I. P. Zaseckaja, Cripte della necropoli tardo-antica del Bosforo (Commerio) (ultimo quatro del IV-prima meta del V secolo d. C), I Goti, Milan 1993, p. 114-129, fig. II.35.

19 A. V. Dmitriev, Rannesrednevekovye fibuly iz mogil’nika na r. Djurso (Les fibules du Haut Moyen Age provenant de la nécropole sur la rivière Djurso), Drevnosti epohi velikogo pereselenija narodov V-VIII vekov, Moscou 1982, p. 69-107, fig. 1.5,6; C. Pilet, La tombe princière de Hochfelden (Bas-Rhin), Attila. Les influences danubiennes dans l’ouest de l’Europe au Ve siècle, Caen 1990, p. 66-71 ; P. Uvarova, Mogil’niki Severnogo Kavkaza (Les nécropoles du Caucase du Nord), Moscou 1900 (Materialy po arheologii Kavkaza 8), pl. 96.2.

20 I. P. Zaseckaja, Klassifikacija polihromnyh izdelij gunnskoj epohi po stilističeskim dan-nym (La classificaiton des objets polychromes de l’époque hunnique d’après les données stylistiques), Drevnosti epohi velikogo pereselenija narodov V-VIII vekov, Moscou 1982, p. 14-30, fig. 3 ; E. Garam, A. Kiss, Goldfunde aus der Völkerwandrungszeit im Ungarischen Nationalmuseum, Milan-Budapest 1992, p. 28, 29, n° 13.

21 Kazanski, Les Goths et les Huns, p. 197, 198, fig. 1. 25, 29.

22 Bierbrauer, Das westgotische Fibelpaar (cité supra n. 18) ; J. Tejral, Zur Chronologie der frühen Völkerwanderungszeit im mittleren Donauraum, Archaeologia Austriaca 72, 1988, p. 223-304, 224, 238.

23 M. Kazanski, Les Germains orientaux au nord de la mer Noire pendant la seconde moitié du ve s. et au vie s., Materialy po Arheologii, Istorii i Etnografii Taurii 5, 1996, p. 304-323.

24 Ajbabin, Hronologija, fig. 10.2,4,8 ; Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, fig. 137. 1,2 ; V. Bierbrauer, Bronzene Bügelfibeln des 5. Jahrhunderts aus Südosteuropa, Jachresschr. mitteldeutsch. Vorgesch. 72, 1989, p. 141-160. V. Bierbrauer les a attribuées à la première moitié du Ve s., mais à Argamum, sur la frontière danubienne de l’Empire, une fibule du type Bratei-Vyskov a été mise au jour dans une tombe, accompagnée d’une fibule digitée décorée de volutes (M. Manucu Adomesteanu, Un mormint germanic din necropole Cetatii Argamum, Studii si Certetari Istorie Veche 31 /2, 1980, p. 311-320, fig. 3 et 4). Ces dernières apparaissent durant la deuxième moitié du ve s. Ainsi les fibules du type Bratei-Vyskov peuvent également être datées du milieu et de la deuxième moitié du Ve s.

25 Ajbabin, Hronologija, p. 19, fig. 14.3,4.

26 Voir, en dernier lieu, A. Heinrich, Ein völkerwanderungszeitliches Gräberfeld bei Mitterhof, G.B. Laa an der Thaya, Niederösterreich, Archaeologia Austriaca 74, 1990, p. 85-104, 94-96, et I. Gavrituhin, Pricernomorskaja serija fibul gruppy Levice-Tokari (La série pontique des fibules du groupe Levice-Tokari), Bosporskij Sbornik 4, 1994, p. 32-42.

27 Bierbrauer, Bronzene Bügelfihein (cité supra n. 24).

28 Gavrituhin, Pricernomorskaja serija (cité supra n. 26).

29 Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, p. 271, fig. 137.6.

30 M. Kazanski, L’influence danubienne dans la steppe pontique pendant la seconde moitié du Ve siècle : le rôle des Angiskires, Medieval Europe 1992. 4. Death and Burial, York 1992, p. 139-144, fig. 1.20.

31 V. M. Zubar, s. G. Ryžov, a. V. Ševčenko, Novyj pogrebal’nyj kompleks Zapadnogo nekropolja Hersonesa (Un nouvel ensemble funéraire de la nécropole occidentale de Chersonèse), Antičnye derevnosti Severnogo Pričernomor’ja, Kiev 1988, p. 148-165. fig. 8.1.

32 L. Bieljajač, V. Ivanisevič, Les témoignages archéologiques des Grandes Invasions à Singidunum, Starinar 42, 1991 (1993), p. 123-139, fig. 11.2.

33 Ajbabin, Hronologija, p. 20.

34 Ibid., fig. 14.11 ; V. M. Zubar, B. V. Magomedov, Novi doslidžennja seredn’ovičnih pohovan’ Hersonesa (Nouvelles recherches des tombes du haut Moyen Age à Chersonèse), Arheologija (Kiev) 36, 1981, p. 71-77.

35 H. Kühn, Die germanischen Bügelfibeln der Völkerwanderungszeit in Süddeutschland, Graz 1974, p. 727-742.

36 Par ex. A. Kiss, Germanische Grabfund der Völkerwanderungszeit in Jobbagy, Alba Regia 19, 1982, p. 167-185, 168; M. Menke, Archäologische Befunde zu Ostgoten des 5. Jahrhunderts in der Zone nordwärts der Alpen, Peregrinatio Gothica, Lodz 1986, p. 239-281, 257, 258 (Archaeologia Baltica 7); G. Csallany, Archäologische Denkmäler der Gepiden im Mitteldonaubecken (454-568 u. Z), Budapest 1961, pl. 11.10, 27.9, 79.17.

37 V. Bierbrauer, Die ostgotischen Grab- und Schatzfunde in Italien, Spolète 1975, pl. 39.8, 52.1, 77.1; E. Cavada, Trento in età gota, I Goti, Milan 1993, p. 224-231, fig. III.130,131.

38 Kazanski, L’influence danubienne (cité supra n. 30), fig. 1.18,19.

39 Par ex. à Brochon en Bourgogne : H. Baudot, Mémoire sur les sépultures des barbares de l’époque mérovingienne découvertes en Bourgogne, Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte d’Or 5, 1860, pl. 26.11.

40 Kiss, Germanische Grabfund (cité supra n. 36), p. 168.

41 Dmitriev, Rannesrednevekovye fibuly (cité supra n. 19), p. 101-104 ; S. Uenze, Die spätantiken Befestigungen von Sadovec (Bulgarien), Munich 1992, p. 146-154.

42 Bierbrauer, Die ostgotischen Grab- und Schatzfunde (cité supra n. 37), p. 130 ; Ajbabin, Hronologija, p. 29, 30, fig. 24.1-6.

43 Bierbrauer, Die ostgotischen Grab- und Schatzfunde, p. 89-91.

44 Tombe de Dolgaja Skala 1875, tombe 38.1876, fibules inédites. Ermitage 1820/55, 56, 61, tombe 180.1904, tombe 78.1907, tombe découverte en 1977 : I. P. Zaseckaja, Otnosi-tel’naja hronologija sklepov pozdneanticnogo i rannesrednevekovogo bosporskogo nekropolja (konec IV-nacalo VII v.) (La chronologie relative des caveaux de la nécropole de Bosphoros de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age - fin du ive-début du viie s.), Arheologičeskij Sbornik Ermitaia 30, 1990, p. 97-106, fig. 2.36 ; AJBABIN, Hronologija, fig. 15.5,6.

45 M. V. Pokrovskij, Paškovskij mogil’nik n° 1 (La nécropole Paškovskij n° 1), Sovetskaja Arheologija 1, 1936, p. 159-169, fig. 3.

46 Kazanski, Les Germains orientaux (cité supra n. 23), p. 329, 330.

47 Voir à ce sujet en dernier lieu : V. A. Sidorenko, « Goty » oblasti Dori Prokopija Kesa-rijskogo i « dlinnye steny » v Krymu (Les « Goths » du pays de Dori de Procope de Césarée et les « longs remparts » en Crimée), Materialy po Arheologii, Istorii i Etnografii Tavrii 2, 1991, p. 105-1 18.

48 Ajbabin. Hronologija ; I. S. Pioro, Krymskaja Gotija (La Gothie de Crimée), Kiev 1991, p. 57-112.

49 Ajbabin. Hronologija, p. 34.

50 A. I. Ajbabin. La fabrication des garnitures de ceintures et des fibules à Chersonèse, au Bosphore Cimmérien et dans la Gothie de Crimée aux vie-Viiie siècles, Outils et ateliers d’orfèvres des temps anciens, Saint-Germain-en-Laye 1993, p. 163-170.

51 Id., Hronologija, p. 21, fig. 32.1.

52 Ibid., p. 21. Ces fibules ont été mises au jour à Kertch (dans la tombe de 1853 sur la montagne Mitridat, dans une tombe de 1856 ainsi que dans les tombes 3.1869, 6.1873, 1879, 11.1905 et 78.1907), à Suuk-Su. dans la tombe 162 et à Eski-Kermen. dans la tombe 299. À l’extérieur de la Crimée, on ne peut citer que des découvertes dans la région du Dniepr, à Kazač’ja Loknja /Zamoščanskaja Djuna, à Knjaža Gora et une pièce sans localisation précise dans le district de Kanev ainsi qu’en Rhénanie, à Bonn et à Andernach ; voir E. A. Gorjunov, Rannte ėtapy islorii slavjan dneprovskogo Levoberez’ja (Les étapes anciennes de l’histoire des Slaves de la région du Dniepr, rive gauche), Leningrad 1981, fig. 14.4 (Kazač’ja Loknja/Zamoščanskaja Djuna) ; A. Bobrinskij, Kurgany i slučajnye ar-heologičeskie nahodki bliz mestečka Smela (Les kourgans et les trouvailles archéologiques isolées près de la ville de Smela), Saint-Pétersbourg 1901, II, pl. 20.8 (Knjaza Gora), III, pl. 1.12 (district de Kanev) ; H. Kühn, Die germanischen Bügelfibeln der Völkerwanderungszeit in der Rheinprovinz, Graz 1965, pl. 8.30.

53 A. Salamon, L. Barkoczi, Arheologičeskie dannye k periodizacii pozdnerimskoj Pan-nonii (376-476 gg.) (Données archéologiques pour la périodisation de la Pannonie romaine tardive, 376-476), Drevnosti ėpohi velikogo pereselenija narodov V-V1II vekov, Moscou 1982, p. 31-49, fig. 11.1,2 ; Menke, Archäologische Befunde (cité supra n. 36), fig. 6.2, 7 ; A. KISS, Archeologia degli Ostrogoti in Pannonia (456-473), / Goti, Milan 1993, p. 164-169, fig. III.22, III.24, 111.27 ; Kühn, Die germanischen Bügelfibeln (cité supra n. 35), p. 881, fig. 80 ; Baudot, Mémoire (cité supra n. 39), pl. 14.5.

54 Tejral, Zur Chronologie (cité supra n. 22), p. 283 ; Menke, Archäologische Befunde, p. 247.

55 V. Bierbrauer, Tombe femminili ostrogote, / Goti, Milan 1993, p. 181-188, fig. 111.21, 111.61.

56 Aux ve-vie s., cette appellation recouvre également les descendants des peuples sarmates, apparentés aux Alains.

57 Romancuk, Izdelija (cité supra n. 8), fig. 2.38,39 ; à propos des découvertes de flèches en os, attestées chez les Huns par Ammien Marcellin (XXXI, 2.9), voir N. I. Sokol’ski, Gunny na Bospore (Les Huns en Bosphore Cimmérien), Studien zur Geschichte und Philosophie des Altertums, Amsterdam 1968, p. 251-261.

58 I. V. Pjatyševa, Statuetka pljasuscego kočevnika iz Hersonesa (k voprosu o gunnah v Krymu) (La statuette du nomade dansant provenant de Chersonèse |à propos des Huns en Crimée]), Arheologiceskie Issledovanija na juge Vostočnoj Evropy, Moscou 1980 (Trudy Gosudarstvennogo Istoričeskogo Muzeja 54), p. 48-54.

59 Zubar - Ryzov - Sevcenko, Novyj pogrebatnyj kompleks (cité supra n. 31), fig. 9.6.

60 G. D. Belov, a. L. Jakobson, Kvartal XVII (raskopki 1940 g.) (Le quartier XVII [fouilles de 1940]), Materialy i Issledovanija po Arheologii SSSR 34, 1953, p. 109-158, fig. 14 ; et peut-être Romančuk, Izdeljja, fig. 2.40.

61 Voir notamment M. Kazanski. À propos des armes et des éléments de harnachement « orientaux » en Occident à l’époque des Grandes Migrations (ive-ve s.). Journal of Roman Archaeology 4, 1991, p. 123-139, 135, 136.

62 Otčet Imperatorskoj Arheologiceskoj Kommissii 1893, p. 74 ; Otcet Imperatorskoj Arheologiceskoj Kommissii 1896, p. 78 ; R. H. Leper, Dnevnik raskopok Hersonesskogo nekropolja (Journal de fouilles de la nécropole de Chersonèse), Hersonesskij Sbornik 2, 1927, p. 129 ; g. d. Belov, Zapadnaja oboronitel’naja stena i nekropol’ vozle née (Les remparts occidentaux et la nécropole avoisinante), Materialy i Issledovanija po Arheologii SSSR 34, 1953. p. 237-254, 244.

63 Otcet Imperatorskoj Arheologiceskoj Kommissii 1891. p. 103.

64 Belov, Zapadnaja oboronitel’naja stena (cité supra n. 62), p. 244, fig. 19z ; à propos de ces boucles d’oreilles, voir, en dernier lieu, C. Pilet et alii, La nécropole de Saint-Martin-de-Fontenay (Calvados), Paris 1993, p. 105-110.

65 k. K. Koscuško-Valjuženič, M. I. Skubetov, Izvlečenie iz otčeta o raskopkah v Her-sonese v 1907 g. (Extrait du rapport de fouilles à Chersonèse en 1907), Izvestija Imperatorskoj Arheologiceskoj Kommissii 42, 1911, p. 1-91, 46, 47, fig. 21).

66 Uvarova, Mogil’niki (cité supra n. 19), pl. 81.12, 101.9, 102.8,9 ; A. k. Ambroz, Hro-nologija drevnostej severnogo Kavkaza, V-VII vv. (La chronologie des antiquités du Caucase du Nord, ve-viies.), Moscou 1989, p. 39, 40 fig. 12.1,9,10,11, 17.3, 36.6,7 ; J. werner, Die Fibeln der Sammlung Diergardt, Berlin 1961, pl. 25.106 ; a. Kalitinskij, k voprosu o ne-kotoryh formah dvuhplastincatyh fibul iz Rossii (a propos de quelques formes des fibules à deux plaques provenant de Russie), Seminarium Kondakovianum 3. 1928, p. 277-308. fig. 35.35 ; A. I. Abakarov, O. M. Davudov, Arheologičeskaja karta Dagestana (La carte archéologique du Daghestan), Moscou 1993, fig. 49.18.

67 Otčet Imperatorskoj Arheologičeskoj Kommissii 1891, p. 37 et jakobson, Rannesredne-vekovyj Hersones, fig. 143.1-4.

68 Otčet Imperatorskoj Arheologičeskoj Kommissii 1891, p. 103; Otcet Imperatorskoj Arheologiceskoj Kommissii 1893, p. 74.

69 En dernier lieu, heinrich, Ein völkerwanderungszeitliches Gräberfeld (cité supra n. 26), p. 92-94.

70 Ibid. ; Kazanski, The Sedentary Elite (cité supra n. 18), fig. 1.14, 4.4,10, 7.28 ; Salamon - barkoczi, Arheologiceskie dannye (cité supra n. 53), fig. 6.27,67.

71 Otcet Imperalorskoj Arheologičeskoj Kommissii 1891, p. 138-139, fig. 154 ; Otčet Impe-ratorskoj Arheologičeskoj Kommissii 1892, p. 103 ; Ajbabin, Hronologija, fig. 10.7 ; voir également J. de Baye, Note sur des bijoux barbares en forme de mouches, Mémoires de la Société des Antiquaires de France 54, 1894, p. 137-158 ; H. Kühn, Die Zikadenfibeln der Völkerwanderungszeit, Jahrbuch für Prähistorische und ethnographische Kunst 1935, p. 85-106, n. 53, 54, pl. 23.41, 24.60.

72 Voir pour les détails M. I. Artamonov, Istorija hazar (Histoire des Khazares), Leningrad 1962, p. 89, 90.

73 Ajbabin, Hronologija, p. 31 ; Id., La fabrication (cité supra n. 50).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les objets suivant la tradition de la civilisation de Cernjahov découverts à Chersonèse.1 : quartier du port (d’après Romančuk 1984) ; 2 : (d’après Cvetaeva 1984) ; 3 : nécropole au pied de Devic’ja Gora, tombe 16.1937 (d’après Peters 1986) ; 4, 5 : (d’après Ajbabin 1990) ; 6 : Musée de Chersonèse (d’après Jakobson 1959) ; 7 : Musée Historique d’État. Moscou (d’après Jakobson 1959) ; 8 : Musée de Chersonèse, n° 3143 ; 9 : Musée de Chersonèse, n° 3122 ; 10 : Musée de Chersonèse. n° 6962 (2947/11) ; 11 : Musée de Chersonèse, n° 6094 ; 12 : Musée de Chersonèse, n° 3133.Échelles : A-1, B-2, C-3-7, D-8-11.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Légende Fig. 2. Les objets germaniques de tradition danubienne découverts à Chersonèse.1 : (d’après Ajbabin 1990) ; 2 : Musée de Chersonèse (d’après Ajbabin 1990) ; 3 : fouilles de V. V. Koscijuško-Valjuženič, Musée de Chersonèse, n° 5/37041 ; 4 : Musée de Chersonèse, n° 3132 ; 5 : Musée de Chersonèse, n° 4493 (d’après Jakobson 1959) ; 6. 7 : tombe 3.1891 (d’après Ajbabin 1990) ; 8 : Découverte fortuite dans la nécropole Ouest en 1909, Musée de Chersonèse, n° 23110 (5014/09) ; 9. 10 : nécropole Ouest, tombe 4.1981 (d’après Zubar, Ryžov, Ševčenko 1988) ; 11 : Musée de Chersonèse (d’après Ajbabin 1990).Échelles : A-1-4, 6, 7, 11, B-8-10. C-5.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4284/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 487k
Légende Fig. 3. Les fibules digitées de Chersonèse.1 : tombe 14.1914 (d’après Ajbabin 1990) ; 2 : Musée de Chersonèse (d’après Ajbabin 1990) ; 3 : (d’après Ajbabin 1990) ; 4. 5 : tombe 3.1975 (d’après Zubar, Magomedov 1981) ; 6 : Musée de Chersonèse (d’après Jakobson 1959) ; 7 : Musée Historique d’État. Moscou (d’après Jakobson 1959) ; 8 : Découverte fortuite. Musée de Chersonèse.Échelles : A-1, 2, B-3-5, 8. C-6.7.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4284/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Légende Fig. 4. Le mobilier de la tombe 14.1914 de Chersonèse (d’après jakobson 1959).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4284/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Fig. 5. Les différents objets de tradition germanique découverts à Chersonèse.1-4 : Musée de Chersonèse (d’après Jakobson 1959) ; 5, 6 : Musée Historique d’État,Moscou (d’après Jakobson 1959) : 7 : (d’après Ajbabin 1990) ; 8 : nécropole Ouest, tombe 4.1981 (d’après Zubar, Ryžov, Ševčenko 1988).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4284/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Fig. 7. Les objets originaires de la steppe ponto-caucasienne, découverts à Chersonèse.1 : nécropole Ouest, tombe 4.1981 (d’après Zubar, Ryžov, Ševčenko 1988) ; 2 : tombe 622.1896 ; 3 : tombe 2266.1907. Échelles : A-1. B-2, C-3.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4284/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Pl. I
Légende Fig. 6. Les objets de tradition germanique découverts à Chersonese.1,8: Musée de Chersonese (photo d’A. I. Ajbabin) ; 2, 3 : tombe 3.1975 (photo de B. V. Magomedov); 4, 6, 7: Musée de Chersonèse (photo de V. Soupault) ; 5: tombe 14.1914, Musée de Chersonèse (photo d’A. I. Ajbabin).Échelles: A-1-3, 8, B-5, C-4, 6, 7.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4284/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 648k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search