Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Du cocon au vêtement de soie : concurrence et concentration dans l'artisanat de la soie à Constantinople aux xe-xie siècles*

Michel Kaplan

Texte intégral

  • * Liste des abbreviations :
    D. Jacoby, Silk in Western Byzantium: D. Jacoby, Silk in Western Byzantiu (...)
  • 1 LE 4-8, p. 90-106.

1L'on considère généralement comme une évidence que l'artisanat de la soie occupe une place à part dans la production constantinopolitaine. La raison fondamentale, c'est le rôle politique éminent joué par les vêtements de soie dans la politique intérieure et extérieure de l'Empire, qui a conduit le pouvoir impérial à entretenir une industrie impériale de la soie dans des ateliers eux aussi impériaux ; ceux-ci, très développés au ve siècle quand la matière première n'était pas produite dans l'Empire, existent toujours au xe siècle, tandis qu'un artisanat privé s'est développé. Cette origine publique de l'artisanat de la soie explique sans doute le luxe de détails présents dans le Livre de l'Éparque, au travers de 5 corps de métier1.

  • 2 Qu'il s'agisse d'un grand artisanat fortement exportateur, c'est ce que montrent notamment les por (...)
  • 3 LE, titres 1 à 3, p. 74-90.
  • 4 Sur cette évolution, voir le très important article de N. Oikonomidès, Silk trade ; le résumé de c (...)

2Sans aborder ici une discussion sur le contenu du Livre de l'Éparque, on remarquera que la soie est la seule grande fabrication artisanale d'importance mondiale, massivement exportée de Constantinople, à figurer dans le Livre de l'Éparque. Ni la céramique, ni surtout les métiers du bronze qui ont donné leur nom à un quartier de la capitale2, ni la mosaïque n'y figurent. Sans doute l'importance politique du métier, la nécessité d'éviter la contrebande des kékôlyména alors même que l'artisanat privé fabrique des produits qui en sont très proches expliquent-elles que ces métiers soient réglementés au même titre que ceux touchant une activité directement liée aux prérogatives de la puissance publique (notaires, orfèvres, changeurs)3. Mais la nature même du contrôle exercé sur la soie a profondément changé depuis l'époque où les commerciaires exerçaient le monopole de l'importation de la matière première et la revendaient aux métaxarioi de Tyr et Beyrouth ; après la perte de la Syrie, le système a été transporté à Constantinople et les métaxaires ont changé de nom et de nature, sont devenus une activité privée4.

  • 5 Sur cette évolution et les questions qu'elle pose, cf. P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle b (...)

3En conséquence, l'artisanat de la soie est devenu une activité comme une autre ; comme l'ensemble de l'artisanat, il connaît un important développement depuis le ixe siècle jusqu'en 1204 : celui-ci correspond à ce qui se produit dans le monde arabo-musulman, mais marque une forte avance sur l'Occident chrétien, qui n'est pas surprenante, compte tenu des présupposés techniques et financiers. Byzance s'inscrit ainsi dans la conjoncture économique et sociale globale et, dans ce cadre, l'artisanat de la soie est sans doute en pointe, ce qui justifie qu'on tente de s'y attarder. L'on sait que ce développement commercial et artisanal conduit une partie de la bourgeoisie de la capitale, qui investit dans les dignités, aux portes du pouvoir durant le xie siècle ; l'arrivée d'Alexis Comnène marque une vigoureuse et parfois violente réaction aristocratique qui, sans nécessairement mettre à mal l'activité productrice de l'artisanat constantinopolitain, écarte définitivement du pouvoir ceux qui sortiraient de ses rangs, contrairement à ce qui se produit, de façon différente mais homologue, dans les villes flamandes et italiennes5. Cette montée en puissance, puis cet échec de la bourgeoisie constantinopolitaine rendent plus utile encore de se pencher sur les structures sociales de production lorsque des documents, comme les chapitres sur la soie du Livre de l'Éparque, nous les font deviner. Il en découle deux questions essentielles pour aborder l'évolution socio-politique globale évoquée : à qui profite l'essor de l'artisanat de la soie parmi les métiers décrits au xe siècle ? la place des « archontes » telle qu'elle est décrite dans le Livre de l'Éparque est-elle le signe d'un investissement de l'aristocratie dans l'activité artisanale qui expliquerait autrement que par un réflexe purement politique et idéologique la réaction de 1081 ?

  • 6 On se reportera à l'important article de D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 454.
  • 7 A. Guillou, La soie du katépanat d'Italie, TM 6 (Études sur le xie siècle), Paris 1976, p. 69-84 ; (...)

4Aux xe-xie siècles, l'approvisionnement en matière première est relativement abondant à l'intérieur de l'Empire, même si les documents d'archives restent très discrets sur la présence du mûrier. N. Oikonomidès a montré cette diffusion du ver à soie depuis l'introduction de l'élevage à l'époque de Justinien et sa concentration progressive sur les provinces restées à l'Empire. Aux régions balkaniques et micrasiatiques proches de Constantinople sur lesquelles se replie cette production s'ajoute en tout état de cause le Péloponnèse ; le terme de Morée, qui fera fortune, vient du nom qui désigne le mûrier (μορέα) et s'applique, dès le ixe siècle, à une localité d'Elide et plus largement à l'ensemble de l'Achaïe ; la désignation ultérieure du Péloponnèse dans son ensemble par ce terme dénote la diffusion progressive de l'arbre6. Aux xe-xie siècles, l'Italie méridionale voit également se développer la culture du mûrier sur une grande échelle7. La relative facilité d'approvisionnement, comme le développement d'un artisanat privé de la soie, ont conduit dès le viiie ou le ixe siècle à faire cesser la spécialisation exclusive des commerciaires dans l'approvisionnement en soie grège. Les détenteurs de cette matière première, comme des autres, se rendent librement à Constantinople pour en faire commerce ; ils y rencontrent une réglementation spécifique, mais guère différente de celle qui régit le commerce d'autres denrées.

  • 8 Liutprand De Crémone, Relatio de legatione constantinopolitana, éd. J. Becker, Hanovre – Leipzig 1 (...)
  • 9 I. Sorlin, Les traités de Byzance avec la Russie au xe siècle, Cahiers du monde russe et soviétiqu (...)
  • 10 M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides de Jazira et de Syrie, Alger 1951 (Publications (...)

5Pourtant, les produits de l'artisanat constantinopolitain de la soie sont très demandés à l'extérieur et contribuent largement à l'équilibre de la balance commerciale byzantine. Les soieries byzantines sont présentes dans les cours carolingiennes et ottoniennes bien au-delà de ce qu'expliqueraient les cadeaux et tributs venus de l'Empereur ; en 968, Liutprand de Crémone éprouve certes des difficultés à exporter les soieries qu'il entend rapporter pour son compte propre en Occident et qui ne sont pas des cadeaux impériaux, mais proviennent des ateliers privés, témoignage d'un commerce certainement florissant8; on le soupçonne non d'exporter des vêtements de soie, ce qui paraît normal, mais des kékôlyména de contrebande. Vers le Nord, les marchands russes repartent volontiers avec des vêtements ou tissus de soie achetés sur le marché libre, dont seule la valeur est limitée9 ; et le monde arabe, qui exporte ses propres soieries à Byzance, en achète aussi en provenance de l'Empire, comme en témoigne le traité signé entre Nicéphore Phocas et l'émir d'Alep en 969 où des tissus de soie et même de la soie non tissée font explicitement partie des articles qu'exporte Byzance10. Les produits de soie sont donc doublement stratégiques, au plan politique et au plan économique.

  • 11 LE 8, 1, p. 102.
  • 12 LE 8, 2, p. 104.

6Pour mieux apprécier l'aspect économique de la fabrication de la soie, il faut entrer un peu plus en détail dans ce que nous pouvons en apprendre. Certes, les kékôlyména sont des produits de très grande qualité toujours fabriqués dans les ateliers impériaux, comme il ressort des obligations des sèricaires : « les sèricaires n'auront pas le droit de fabriquer des manteaux de pourpre prohibés11 » ; les vêtements susceptibles de rappeler les kékôlyména ou de prix élevé (plus de 10 nomismata), dont la seule valeur constitue un soupçon d'appartenir à cette catégorie, seront déclarés à l'Éparque ; de même certains vêtements (ἱμάτια) de pourpre sont interdits de fabrication suivant une liste détaillée, « hormis ceux dont l'Éparque aura ordonné qu'ils soient fournis à l'Idikon12 ». Cette dernière mention est importante : de même que la plupart des kékôlyména, puisqu'ils ne sont pas fabriqués par les sèricaires, sont fabriqués dans les ateliers impériaux, de même l'Idikon passe commande à des artisans privés de vêtements dont il assure la distribution et qui relèvent de la catégorie des produits prohibés ; les sèricaires, comme d'ailleurs les archontes qui reçoivent les mêmes commandes, sont donc appelés, en ce début du xe siècle, à participer à la fabrication des kékôlyména. On en tirera deux conclusions : les ateliers impériaux continuent de produire, mais il n'ont même plus l'exclusivité de la production des kékôlyména ; la production dans des ateliers privés, ceux des sèricaires ou des puissants, est en pleine expansion, non seulement pour faire face à la demande privée de tissus relativement ordinaires, moins précieux que les kékôlyména, mais aussi pour venir en aide à des ateliers impériaux qui n'ont pas été portés à la hauteur des besoins. Dans ces conditions, on ne s'étonnera pas de la mésaventure qui arrive à Liutprand de Crémone, dont on peut croire qu'il était de bonne foi ; il a acheté normalement chez des artisans privés, en l'occurrence normalement les vestioprates, des vêtements assez proches des kékôlyména et les fonctionnaires chargés d'empêcher la contrebande des produits prohibés ont du mal à faire la différence. L'ensemble dénote l'expansion du secteur privé de production de la soie, dans le mouvement général qui touche l'artisanat de la capitale.

  • 13 La vérification de la qualification n'est pas plus importante pour les métiers de la soie que pour (...)
  • 14 Il s'agit de l'ergastèrion. Seuls les sèricaires voient celle-ci qualifiée d'ἐργαλεῖον (LE 8, 3, 1 (...)
  • 15 Il s'agit de l'interdiction de faire subrepticement augmenter le loyer d'un concurrent : LE 9, 4, (...)
  • 16 Les esclaves se retrouvent chez les orfèvres (LE 2, 8-9, p. 86), les banquiers (LE 3, 1, p. 88), l (...)
  • 17 LE 9, 3 et 6, p. 106-108.

7La plupart des règles appliquées aux métiers de la soie se retrouvent en fait dans les autres chapitres du Livre de l'Éparque. Quand elles sont précisées, les procédures d'accès aux corps de métier - qualification technique, garanties apportées à l'administration de l'Éparque par les membres du corps de métier, droit d'entrée13 — sont strictement semblables à celles en vigueur pour les autres artisans ou commerçants. L'unité de production porte le même nom14. Les règles concernant les loyers des boutiques-ateliers15 et les salariés ou esclaves16 qu'on y emploie, évidemment pour la fabrication afférente à la boutique, sont identiques. Et même la procédure d'achat en bloc par le corps de métier des produits arrivant à Constantinople dans les mitata, en vigueur pour les prandioprates et les métaxoprates, se retrouve, par exemple pour les lingers17, alors que les tissus de lin n'ont pas l'importance stratégique de la soie. La motivation est la même : obtenir, par la confrontation d'une demande globale et d'une offre éclatée, le prix le plus bas possible, garantie du prix de vente acceptable pour le consommateur et d'une valeur ajoutée maximale pour le commerçant ou producteur de la capitale.

  • 18 Respectivement LE 11, 9, p. 116 ; 12, 9, p. 118 ; 13, 2, p. 120 ; 16, 6, p. 126 ; 19, 4, p. 132.
  • 19 LE 5, 1 et 3, p. 94.
  • 20 LE 6, 4, p. 96.
  • 21 LE 1, 1, 3-5, 10-11, 13-14, 16, 1, 21-22, 24, p. 74-84.
  • 22 LE 2, 6 et 8, p. 86 (orfèvres) ; LE 19, 1, p. 130 (cabaretiers).
  • 23 LE 3, 4, p. 90 (banquiers), sous la forme προστησάμενος ; LE 14, 1, p. 120 (bourreliers) ; LE 17, (...)
  • 24 LE 12, 1, p. 116 (savonniers); LE 14, 2, p. 122, (bourreliers, ce qui démontre l'équivalence entre (...)
  • 25 LE 5, 3, p. 94 (prandioprates) et 6, 8, p. 98 (métaxoprates).
  • 26 LE 7, 4, p. 102.
  • 27 LE 9, 3, p. 108.
  • 28 LE 18, 5, p. 130.

8D'une façon générale, et mis à part des fabrications très spéciales susceptibles d'imiter les kékôlyména, les contrôles quotidiens de l'administration préfectorale sont du même type que pour les autres métiers. Les vêtements de soie sont entreposés dans la boutique du sèricaire avant d'être cédés aux vestioprates et ils doivent porter la bulle de l'Éparque ; mais on retrouve cette bulle sur les produits des cérulaires, savonniers, épiciers, marchands de viande de porc et cabaretiers18. Les prandioprates ont à leur tête un exarque19, intermédiaire entre le métier dont il est membre et l'administration préfectorale ; les métaxoprates en ont plusieurs20 ; mais celui-ci n'est pas sensiblement différent du primicier des notaires21 ou du προέστως22, προστατηεύων23 ou προστάτης24 des autres métiers. Les corps de métier des prandioprates et métaxoprates sont qualifiés de κοινóτης25 ou de κοινωνία26, mais il en va de même pour les lingers27. Quant à l'interdiction de pratiquer deux métiers à la fois, que nous trouvons pour plusieurs métiers de la soie et sur laquelle nous reviendrons plus bas, elle est l'un des points principaux du paragraphe inclus dans le titre sur les boulangers, mais à valeur générale28.

  • 29 Cf. supra n. 15.
  • 30 P. Gautier, La diataxis de Michel Attaliate, RÉB 39, 1981, p. 5-143 ; le passage sur les ergastèri (...)

9La fréquence des clauses sur les loyers29 indique que la plupart des boutiques sont en location ; à la fin du xie siècle, Michel Attaliate énumère dans sa diataxis les trois boutiques dont il est propriétaire, qu'il affecte à sa fondation pieuse de Raidestos-Constantinople et dont il indique le loyer : une boulangerie, louée 24 nomismata, une parfumerie, louée 14 nomismata, et un cabinet de médecin, loué 5 nomismata30. Il en va de même dans le document publié par 24. LE 12, 1, p. 116 (savonniers) ; LE 14, 2, p. 122, (bourreliers, ce qui démontre l'équivalence entre προστατεύων et προστάτης) ; LE 17, 3, p. 128 (poissonniers ; même remarque).

  • 31 Cf. N. Oikonomidès, Quelques boutiques.
  • 32 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 477, dont nous approuvons les remarques sur l'investissem (...)
  • 33 L'éditeur a esquissé comme hypothèse principale, mais non exclusive, que la notice sur ces cinq bo (...)

10N. Oikonomidès31 concernant la vente d'ergastèria de Constantinople ; là encore, le loyer est visiblement l'un des aspects principaux ; il s'étage, pour ces boutiques, entre 22,5 et 38 nomismata. Même si un document qui ne contient que cinq ergastèria doit être abordé avec une certaine prudence, il reste que deux de ces cinq ergastèria touchent par leur propriétaire ou leur activité l'artisanat de la soie. L'un est une boutique de prandioprate et passe d'un fonctionnaire à un autre. L'autre, dont l'activité n'est pas précisée, est vendue par le métaxoprate Élie32, qui y exerçait peut-être, à un fonctionnaire. Ajoutons, puisque nous avons cité ce métier, qu'une troisième boutique abrite l'activité d'un linger. Il nous paraît donc vraisemblable que les ergastèria de la soie, comme les autres, font l'objet d'un libre commerce et appartiennent pour l'essentiel, comme le reste du sol urbain et des bâtiments de la capitale, à l'aristocratie, y compris à l'aristocratie de fonction, dont Michel Attaliate, au siècle suivant, fournit un exemple tout à fait caractéristique ; mais Attaliate est un personnage finalement modeste, arrivé sans fortune dans la capitale et qui doit à ses seuls talents de juriste et aux rogai qu'il touche, grâce aux fonctions du juge de l'Hippodrome et du Velum que sa compétence lui ont values, et aux dignités de patrice, anthypatos, puis magistros obtenues parallèlement à ses fonctions, d'avoir acquis une fortune sans doute modeste comparée à celle d'un véritable aristocrate ; la boutique la plus coûteuse qu'il possède rapporte un loyer du même ordre que la plus modeste du document Oikonomidès. Le personnage qui a fait enquêter sur ces boutiques, sans doute pour les acheter33, est de plus haut rang qu'Attaliate, au moins par la fortune, et vise plus haut dans l'échelle des propriétés urbaines.

  • 34 Nous rejoignons tout à fait les conclusions de N. Oikonomidès, Silk trade, p. 50, comme celles de (...)

11Bref, dans cette économie libérale qui prévaut à Constantinople34, le but de la réglementation est de protéger le consommateur en assurant une libre concurrence ; ainsi, malgré l'importance pour l'économie byzantine de l'artisanat constantinopolitain de la soie, l'importation de soieries syriennes et d'autres pays du monde arabe, à l'évidence concurrentes des productions locales, reste permise ; et les réglementations qui touchent les métiers de la soie sont sur le fond semblables à celles qui s'appliquent aux autres métiers réglementés par le Livre de l'Éparque. La seule différence importante touche à la définition des kékôlyména ; mais faute de titres sur d'autres métiers où les ateliers impériaux pouvaient intervenir, comme les armes, nous ne pouvons en déduire quel est le degré de particularité des métiers de la soie, qui reste selon nous limité. Toutefois, la soie présente une différence notable avec les autres fabrications : la coexistence de cinq corps de métier au moins.

  • 35 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 472-475.
  • 36 Les manufactures impériales façonnent les déchets et la bourre de soie pour obtenir les fils de qu (...)
  • 37 Tissu mélangé par opposition au tissu pur (Kaθapóv) : cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p.(...)
  • 38 A. Muthesius, Silk industry ; la deuxième partie de cet article qui apporte peu de choses par rapp (...)

12Ces cinq corps de métier ont fortement excité la curiosité des savants, d'autant plus que, le Livre de l'Éparque étant un document unique, du moins pour son époque de rédaction, il est difficile de le mettre en relation avec d'autres sources. Lorsque l'on peut le faire, l'on obtient des résultats intéressants : c'est ce qu'a fait D. Jacoby dans son article sur la soie dans l'Occident byzantin avant la quatrième croisade. Naturellement, ce qui se fait dans les Balkans et en Italie ne peut être isolé des productions de Constantinople, mais jette sur celles-ci un éclairage nouveau. L'auteur insiste sur la grande variété des produits de soie35 : en plus des vêtements, il faut retenir les fichus, couvertures de livres, garnitures d'autels et de lits, couverture des coussins, tapisserie et même harnachement des chevaux. A côté des tissus de luxe dont une partie forme les kékôlyména, il existe, jusque dans les manufactures impériales36, une grande variété de produits ; la soie peut être mélangée avec d'autres textiles37, fournissant des tissus et vêtements de valeur, mais accessibles à un plus grand nombre. Naturellement, notre perspective actuelle est faussée par le fait que ces tissus de moindre qualité n'ont pas été conservés, ou très rarement, ce qui rend difficile de comparer les tissus eux-mêmes avec les sources écrites, comme a tenté de le faire récemment A. Muthesius pour les tissus de luxe38.

  • 39 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 499-500.
  • 40 C'est également la conclusion de N. Oikonomidès, Silk trade, p. 50 ; s'intéressant au contrôle pub (...)

13L'étude du développement de l'artisanat de la soie dans l'Occident byzantin permet à D. Jacoby de montrer que les artisans byzantins se sont adaptés à la demande, aux goûts et facultés de paiement d'une clientèle variée, tant intérieure qu'extérieure ; l'État n'est pas absent du secteur libre du commerce de la soie, mais il n'intervient pas dans ce processus économique ; surtout, le formidable développement des produits de soie tant en province que dans la capitale fait que les produits des manufactures publiques comme ceux, publics ou privés, dont le commerce est réglementé pour des raisons politiques, représentent peu de chose comparé à une production à grande échelle de soieries de prix moyen et inférieur. Il n'est donc pas possible d'affirmer que les ateliers impériaux monopolisent la soie de haute qualité tandis que l'industrie privée se limiterait aux qualités inférieures, ou que cette opposition se traduirait par une répartition capitale-province39. Bref, l'étude de la structure sociale de production d'un artisanat de la soie obéissant aux règles d'une économie libérale tournée vers le profit et permettant le développement d'une bourgeoisie dynamique mérite d'être menée40 ; de même, on recherchera les limites connues par ce développement.

  • 41 D. Simon, Seidenzünfte.

14Avant d'étudier cette structure sociale de production, il est indispensable de revenir sur la définition même des différents métiers présents dans le Livre de l'Éparque. La littérature savante est sur ce sujet infinie ; la question nous semble toutefois presque entièrement réglée depuis l'article de D. Simon dont nous résumons les conclusions41. Il existe bien un circuit de la soie allant de la soie brute au vêtement par une chaîne industrielle et commerciale des cinq métiers, même si l'activité de certains d'entre eux, comme les catartaires, est difficile à définir, pour une raison sur laquelle nous reviendrons. D. Simon a eu raison d'en revenir à une grande simplicité, qui suit la division voulue lors de la rédaction du Livre de l'Éparque. On peut toutefois comprendre que la lecture du document plonge le lecteur attentif dans l'embarras ; par exemple, les mêmes artisans appartenant à un même corps de métier peuvent être désignés sous des noms différents, ce qui ne laisse pas de troubler dans un texte réglementaire, mais peut finalement s'expliquer.

  • 42 LE 8, p. 102-106.
  • 43 LE 6, 10, p. 98.
  • 44 LE 4, 2 et 7, p. 92.
  • 45 LE 6, passim, p. 96-100.
  • 46 LE 7, 2-4, p. 100-102.
  • 47 LE 8, 8, p. 104.
  • 48 LE 6, 15, p. 100.
  • 49 A. Muthesius, Silk industry, p. 33.
  • 50 D. Simon, Seidenzünfte, p. 35-39.

15Trois difficultés principales apparaissent. Le métier principal, celui des sèricaires, est désigné sous ce nom (σηρικάριοι) dans le titre qui leur est consacré42, ainsi que dans la mention qui est faite d'eux dans le titre réservé aux métaxoprates43 ; en revanche, le titre sur les vestioprates, marchands de vêtements de soie à qui, précisément, les sèricaires vendent leur fabrication, les qualifie de sèricoprates (σηρικοπράται)44 ; cette contradiction n'a pas entraîné de commentaires exagérés, car la seconde mention s'appliquant au moment de la vente et la première au moment de la fabrication, on admet cette différence, qui reste surprenante dans un décret unique. Le problème se pose de la même façon pour les métaxoprates : ils sont ainsi qualifiés (μεταξοπράται) dans leur titre45, dans celui relatif aux catartaires46 et dans celui relatif aux sèricaires47 ; mais, dans le c. 2 du titre relatif aux catartaires, qui les qualifie par deux fois de métaxoprates, ils reçoivent aussi l'appellation de métaxaires (μεταξάριοι) ; et pourtant, il ne peut s'agir que des mêmes. Enfin, dans le titre sur les métaxoprates, apparaissent les mélathraires (μελαθράριοι)48, qui ont bien embarrassé les commentateurs ; en dernier lieu, A. Muthesius reprend l'idée qu'il s'agit du travail des déchets de soie49, hypothèse dont D. Simon a fait justice, refusant de distinguer mélathraires et métaxoprates50.

  • 51 Sur cette préparation par le métier que suppose l'éditeur, cf. l'introduction de J. Koder, Das Epa (...)
  • 52 Les métiers parisiens ont rédigé eux-mêmes les textes de règlement qu'ils présentent au prévôt de (...)

16Ces difficultés sont tout à fait surmontables, si l'on veut bien essayer de se représenter comment le Livre de l'Éparque a été rédigé. Les sèricaires ne sont qualifiés de sèricoprates que dans le titre relatif aux vestioprates. Quant à l'appellation de métaxaires pour les métaxoprates, elle renvoie à une dénomination ancienne, qui peut rester dans le langage courant ; dans l'ancienne organisation de la soie telle qu'elle existait aux vie-viiie siècles, lorsque les commerciaires jouaient un rôle décisif dans le commerce de la soie grège, ils vendaient celle-ci aux métaxaires, chargés de ravitailler la capitale, mais avec une palette d'activité plus large que les métaxoprates du xe siècle. Quant aux mélathraires, l'on attribuera peut-être cette appellation à un simple jeu de mots. Le c. 6, 15 qui, seul, les mentionne, dit en effet : « Ceux que l'on qualifie de mélathraires (Οἱ λεγόμενοι μελαθράριοι) n'achèteront pas de soie purifiée, ni subrepticement (λαθραίως) ni ouvertement. » Le texte prévient quasiment de ce qu'il va employer un mot impropre (Οἱ λεγόμενοι) et joue sur la même racine (λαθρα...). On peut évidemment s'étonner de ce qu'un édit impérial soit aussi mal rédigé, utilisant deux mots pour désigner la même chose ou ne reculant pas devant un néologisme fondé sur une étymologie parlante, mais d'un résultat discutable. Pourtant, on ne peut l'exclure si l'on tente de reconstituer comment le Livre de l'Éparque a été rédigé. Il ne s'agit pas d'un édit rédigé d'un seul trait par les fonctionnaires d'un sékréton défini, mais de la mise en forme par l'administration préfectorale de règlements pour lesquels les métiers ont été consultés et ont vraisemblablement proposé leur rédaction ; l'Éparque donne valeur légale aux règlements d'abord internes des métiers51. Ces origines diverses expliquent les éventuelles contradictions ; la méthode de rédaction ne surprendra pas et on peut la comparer, par exemple, à la première mise en forme des règlements des métiers parisiens par le prévôt de Paris Étienne Boileau, durant le règne de Saint Louis52.

  • 53 Cf. en dernier lieu E. Crouzet-Pavant, « Sopra le acque salse », Espaces, pouvoir et société à Ven (...)
  • 54 H. Hoshino, L'arte della lana in Firenze nel basso Medioevo. Il commercio della lana e il mercato (...)
  • 55 55. H. Pirenne, Les villes et les institutions urbaines, t. 1, Paris - Bruxelles 1939, p. 204-205. (...)

17Faute de documents abondants pour Constantinople, il paraît tentant de comparer ce que nous y trouvons avec la structure sociale de production constatée dans d'autres régions textiles. À Venise, à la fin du Moyen Age, le capital commercial est souverain dans l'artisanat de la soie53 ; les détenteurs de capitaux achètent le produit brut, puis le donnent à façon aux artisans successifs avant de vendre le produit fini. À Florence, pour la laine, la structure est du même type54. Dans les villes drapantes de Flandre, les marchands drapiers distribuent la laine aux artisans ou ouvriers, reprennent les produits finis et en font commerce ; l'outillage, la boutique même, appartiennent au capitaliste55. Ceci entraîne la confiscation du pouvoir dans les villes par le patriciat, même si, lors des émeutes urbaines des xiiie-xive siècles, les tisserands sont à la pointe de la revendication. En tout état de cause, et quelle que soit leur origine, ce sont les marchands de produits finis qui s'imposent. Mais, en Flandre, nous ne sommes pas documentés assez tôt pour savoir si le capital marchand est à l'origine du développement de l'artisanat de fabrication ou s'il a confisqué l'indépendance de celui-ci. Or, à Constantinople, nous prenons les phénomènes beaucoup plus tôt, ce qui en rend l'étude singulière.

  • 56 LE 4, 7. p. 92 et 8, 6, p. 104 ; la formulation est strictement la même dans les deux titres, mais (...)
  • 57 LE 5, 1, p. 94.
  • 58 LE 6, 14, p. 100 ; nous revenons ci-dessous sur l'activité des catartaires.
  • 59 LE 7, 3, p. 100.

18Une première lecture du Livre de l'Éparque laisse penser que, dans la Constantinople du xe siècle, la séparation des métiers entraîne une certaine égalité. De fait, l'on nous explique par deux fois que sèricaire et vestioprate ne peuvent exercer la technè de l'autre et que, si cela se produit, l'artisan concerné doit choisir56. De même, un prandioprate, marchand de soieries importées d'Orient, ne doit pas vendre les soieries fabriquées à Constantinople, activité réservée au vestioprate57. Un métaxoprate ne doit pas purifier la soie grège58, activité caractéristique du catartaire, qui devra abandonner cette activité s'il devient métaxoprate59. On remarquera d'ailleurs au passage que l'on peut librement changer de métier, mais pas en exercer deux simultanément.

  • 60 A. Muthesius, Silk industry, p. 56-62, étudie cette législation antérieure.
  • 61 Il n'est pas de notre propos de discuter l'activité des métaxoprates ; on se reportera à D. Simon, (...)
  • 62 Pour le détail des ces opérations, on consultera l'étude détaillée de A. Muthesius, Silk industry, (...)

19En réalité, l'état du Livre de l'Éparque tel qu'il est promulgué sous Léon VI traduit une évolution déjà ancienne et la division en cinq métiers est loin d'avoir une signification stricte et intangible. Plusieurs métiers de la soie recensés par l'édit de Dioclétien de 301 fixant un maximum des prix et par le Code Théodosien (par exemple teinturiers, brodeurs d'or et tailleurs de vêtements) n'apparaissent pas ici, bien qu'une partie de ces lois soient reprises par le Code Justinien et les Basiliques60 ; il est vrai qu'il s'agissait plutôt des métiers exercés dans les ateliers impériaux alors que le Livre de l'Éparque ne s'occupe que de l'artisanat privé. Nous avons déjà vu le sens que l'on peut trouver dans le passage des métaxaires aux métaxoprates, qui aboutit à une restriction de leur activité au commerce de la soie grège61 ; sans doute cette restriction a-t-elle donné naissance à l'activité des catartaires, qui interviennent dans le traitement de la soie grège avant qu'elle ne soit tissée par les sèricaires. De toute façon, la comparaison avec ce que nous savons par ailleurs des différentes opérations spécialisées nécessaires à la fabrication du tissu de soie prêt à donner naissance à des produits finis d'habillement ou à d'autres usages, montre qu'elles sont extrêmement nombreuses62 ; comme les métaxoprates sont cantonnés au commerce de la soie grège sans pouvoir la travailler, que les vestioprates et les prandioprates sont limités au commerce des vêtements respectivement fabriqués à Constantinople et importés, la totalité des opérations de fabrication relève de deux métiers, les catartaires et les sèricaires. Or les catartaires sont des artisans fort modestes ; le reste est donc entre les mains des sèricaires : nous y reviendrons.

  • 63 LE 7, 4, p. 102.
  • 64 LE 7, 1, p. 100.
  • 65 LE 5, 1, p. 94.

20La séparation n'entraîne donc pas l'égalité entre les métiers. Certains artisans sont visiblement sous la coupe d'autres métiers : ainsi, les catartaires achètent la soie grège directement aux importateurs, mais à l'invitation des métaxoprates63, dont c'est l'activité principale, et en quantité limitée à leur capacité de travail64 ; et, par ailleurs, les métaxoprates vendent directement la soie grège aux sèricaires ; les catartaires n'ont pas les moyens de s'opposer à un commerce qui porte atteinte à leur activité. Certains métiers sont ouvertement concurrencés par un autre plus puissant : ainsi, les prandioprates ont tendance à faire le métier des vestioprates65, ce que le Livre de l'Éparque leur interdit, mais la réciproque n'est pas évoquée.

  • 66 Cette notion de non enregistrement (Οἱ μὴ ἐν τῃ ἀπογραφῇ ὄντες) a fait couler beaucoup d'encre ; c (...)
  • 67 LE 7, 2, p. 100 ; à rapprocher de ce qui est dit pour la distinction entre riches et pauvres métax (...)
  • 68 LE 7, 3, p. 100.

21Avant d'en arriver à la concentration au profit de certains des métiers, arrêtons-nous sur la hiérarchie interne à chaque métier. On a vu que certains métaxoprates étaient riches comme des dignitaires, au point d'être propriétaires de leur boutique. D'autres au contraire sont si pauvres qu'ils ne peuvent pas participer à l'achat en bloc de la soie grège et ne figurent pas sur la liste officielle des acheteurs ; lorsque le produit arrive à Constantinople, les métaxoprates et les catartaires se cotisent pour acheter la totalité du produit venu « du dehors » (de la capitale, donc venu du reste de l'Empire ou de l'étranger) puis se le répartissent au prorata de leur mise, les catartaires dans la limite de leur capacité d'apprêt. Mais les plus pauvres des métaxoprates, qui ne sont d'ailleurs pas enregistrés66, et des catartaires ne peuvent pas participer à cet achat en gros, car ils n'ont pas de quoi cotiser suffisamment, et la soie grège ne doit pas être détaillée ; ils rachèteront le produit nécessaire à leur activité de revendeur ou d'artisan aux métaxoprates aisés, ce qui réduit d'autant leur marge67. Réciproquement, certains catartaires aisés, habitués déjà à acheter de la soie grège, abandonnent leur métier pour celui de métaxoprate, ce qui est sûrement une promotion, car le contraire n'est pas envisagé68.

  • 69 LE 8, 8, p. 104.

22Si les prandioprates tirent honorablement leur épingle du jeu grâce à leur spécialisation dans l'importation de produits qui ne sont pas fabriqués sur place, ce qui limite la concurrence locale, deux métiers semblent secondaires : d'une part les catartaires, qui agissent en sous-ordre pour leur approvisionnement et dont l'activité même subit la concurrence des sèricaires (ceux-ci achètent directement la soie grège aux métaxoprates69 et procèdent donc eux-mêmes aux opérations de préparation du fil de soie préalables à la teinture et au tissage) ; d'autre part les vestioprates, car les sèricaires bravent l'interdiction en vendant directement une partie de leur production, y compris des vêtements.

  • 70 On lira le résumé de ces études précédentes et le point sur la question dans D. Simon, Seidenzünft (...)
  • 71 LE 6, 14, p. 100.
  • 72 LE 7, 4, p. 98 : « À l'appel des métaxoprates, ils s'associeront à eux. »

23Avant d'aller plus loin, il semble nécessaire de se pencher un peu plus avant sur le sort des catartaires, qui a d'ailleurs déjà préoccupé de nombreux auteurs70. L'origine même de leur nom, confirmé par l'interdiction faite aux métaxoprates, mais pas aux sèricaires, de κατάρτιζειν la soie grège dont il est impossible de savoir exactement sous quelle forme elle arrive à Constantinople (cocon, fil de soie plus ou moins travaillé), indique une activité dans l'apprêt, évidemment du fil de soie, puisqu'ils achètent la soie grège en même temps que les métaxoprates. On peut donc supposer que, à un moment donné, sans doute quand les métaxoprates se sont vus cantonnés au commerce de la soie grège dans la capitale, les catartaires sont devenus les intermédiaires entre ceux-là et les tisserands ; mais cette activité produisant une valeur ajoutée insuffisante, le métier n'a pas atteint une surface économique suffisante ; les sèricaires ont obtenu le droit de se passer d'eux en s'approvisionnant directement auprès des métaxoprates ; les métaxoprates tentent d'ajouter à leur activité celle d'apprêteur du fil de soie, ce que précisément le Livre de l'Éparque leur interdit71. Le métier de catartaire est donc en voie de disparition ; ces artisans n'ont aucune indépendance économique, puisqu'ils sont sous la dépendance des métaxoprates pour l'achat de leur matière première72 ; sans doute vendent-ils le fruit de leur travail aux sèricaires, mais pour autant que ceux-ci ne veulent pas travailler eux-mêmes la soie grège, ce qu'ils ont le droit de faire ; d'ailleurs, nous l'avons vu, un catartaire qui a les moyens cherchera à changer de métier pour devenir métaxoprate.

  • 73 L'emploi de salariés peut s'expliquer par deux raisons : la taille de l'entreprise qui dépasse les (...)
  • 74 S. Lopez, Silk Industry, p. 18-20.

24Deux métiers, au contraire, semblent l'emporter : les métaxoprates en amont et les sèricaires en aval ; ils sont les seuls, en dehors des banquiers, pour lesquels l'emploi de salariés est prévu et réglementé, ce qui ne signifie pas forcément que les autres métiers n'en employaient pas, mais, les clauses visant à éviter la débauche de l'ouvrier du voisin, cela montre que ces deux métiers avaient un besoin important et difficile à satisfaire de salariés qualifiés73. S. Lopez a déjà insisté sur cette prépondérance 74, sans doute due pour les métaxoprates à ce que leur corps de métier remonte aux débuts de l'artisanat libre de la soie au viie siècle. D'après les interdits qui sont portés à leur encontre, l'on comprend que les métaxoprates sont tentés par l'activité des catartaires ; mais on n'a pas besoin de leur interdire de tisser, ce qu'ils pourraient faire avec la soie purifiée ; ils ne se risquent donc pas dans cette fabrication ; pourtant certains seraient suffisamment riches pour le faire ; la concentration ne s'opère donc pas à la vénitienne ou à la florentine, au profit du capital marchand.

  • 75 Deux articles nous montrent les sèricaires vendant aux exportateurs. Dans LE 8, 3, p. 104, il est (...)
  • 76 LE 8, 8, p. 104. Comme les Flamands, et contrairement aux artisans tisserands de Florence ou Venis (...)
  • 77 LE 6, 10, p. 98.
  • 78 S. Lopez, Silk Industry, p. 19.
  • 79 D. Simon, Seidenzünfte, p. 34.
  • 80 A. Muthesius, Silk industry, p. 34-35 : « Les sèricaires ne sont que les propriétaires d'usines av (...)

25Quant aux sèricaires, l'une des activités d'un autre métier, celle des catartaires, leur est ouvertement concédée. Ils peuvent acheter de la soie grège et donc procéder eux-mêmes à son apprêt ; bien sûr, ils achètent la production des catartaires dont on ne voit pas très bien à qui d'autres ils la vendraient ; mais on comprend mieux la position déprimée de ceux-ci et le faible profit qui leur est permis. Officiellement, les sèricaires n'ont pas le droit de se livrer à l'activité des vestioprates ; ils revendent donc à ceux-ci une partie des vêtements de soie qu'ils ont confectionnés ; mais, pour un bon nombre de ceux-ci, ils sont autorisés à les vendre directement aux consommateurs ou exportateurs75 ; d'ailleurs, la distinction entre tissu et vêtement n'est pas toujours évidente. Bref, le plus légalement du monde, un sèricaire transforme la soie en fil bon à l'emploi, la teint, la tisse, apprête le tissu, fabrique les vêtements et, pour une part, les vend au consommateur final ou à l'exportateur. Si l'on ajoute que les sèricaires tentent de s'approvisionner directement en soie grège, malgré les interdictions officielles76, par exemple en utilisant un métaxoprate comme prête-nom77, l'on voit qu'ils sont en passe de contrôler totalement le processus de production de la soie. Cette tendance à la concentration en leur faveur a bien été devinée par S. Lopez78 ; de même aussi par D. Simon79 ; mais c'est A. Muthesius qui pousse le plus loin le raisonnement en en faisant de véritable entrepreneurs à la tête d'usines plus ou moins intégrées80. Le trait est sans doute forcé, mais a le mérite d'insister sur la place prépondérante que les tisserands de la soie, sur le modèle flamand, s'apprêtent à jouer. A ceci près qu'ils trouvent une concurrence dans l'artisanat domestique des puissants.

  • 81 Terme employé par LE 4. 2, p. 92 (achat par les vestioprates) ; LE 5, 4, p. 94 (achat aux Syriens) (...)
  • 82 LE 6, 10, p. 98 (puissant ou riche) ; LE 7, 1, p. 100 (riche).
  • 83 Sur ces notions, cf. en dernier lieu, M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie si (...)
  • 84 LE 6, 10, p. 98.
  • 85 LE 7,4, p. 100.
  • 86 LE 8, 2, p. 104.
  • 87 LE 4, 2, p. 92.
  • 88 LE 5, 4, p. 94.

26Les cinq métiers ci-dessus étudiés n'ont en effet pas le monopole de la soie. Les archontes81, qualifiés aussi de « puissants et riches »82, terminologie que l'on retrouve dans la législation des Macédoniens et qui désigne l'aristocratie foncière et de fonction83, peuvent en effet intervenir à toutes les étapes du circuit. La soie grège ne leur pose en principe pas de problème : ils la produisent sur leurs terres ; sinon, ils n'hésitent pas à utiliser un métaxoprate84 ou un catartaire85 comme prête-nom. Dans le processus de production, ils n'ont pas plus besoin des services des catartaires que les tisserands. Ils se voient interdire, comme les sèricaires, la production de tissus et vêtements réservés aux ateliers impériaux86 ; ils sont donc mis sur le même plan que ceux-ci pour la production, qualifiée également d'erga-sia et fournissent une partie de leur production à l'Idikon. D'ailleurs, les vestio-prates peuvent acheter indifféremment aux sèricoprates (sèricaires) ou aux archontes les vêtements dont ils font commerce87. Quant aux soieries orientales, les archontes peuvent les acheter directement aux importateurs, sans passer par les prandioprates, sous réserve de ne pas en revendre88. Bref, non seulement un puissant peut court-circuiter les métiers de la soie pour ses besoins personnels à tous les stades de la production, mais il a le droit de fabriquer des vêtements pour le marché. Les puissants sont donc directement en concurrence avec les tisserands.

  • 89 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 476-478.
  • 90 Cf. N. Oikonomidès, Quelques boutiques, p. 352.

27D. Jacoby a bien mis cette place de l'aristocratie dans l'artisanat de la soie à Constantinople en relation avec le développement de la production de la soie dans l'Occident byzantin, dont la promotion revient indiscutablement aux puissants, d'ailleurs seuls capables de le faire, et cela malgré leur idéal autarcique. Ce développement provincial date seulement du xie siècle, mais D. Jacoby utilise les passages que nous venons de commenter pour avancer que les archontes utilisent leurs serviteurs, les esclaves et des gens des métiers pour infiltrer les métiers et prendre part à leurs activités. De plus, il tire argument de la possession par les aristocrates de la plupart des boutiques, par exemple celle vendue par le métaxoprate Élie, pour en déduire une implication des puissants, au-delà de l'investissement foncier, comme entrepreneurs de soierie89. Il nous semble que son argumentation est trop systématique ; notamment, les esclaves et salariés employés dans les métiers de la soie sont ceux des maîtres de métier plutôt que ceux des puissants ; et les aristocrates sont également propriétaires des ergastèria des autres métiers sans qu'on puisse en tirer argument pour dire qu'ils sont intéressés à la boulangerie ou à la parfumerie dans le cas, évoqué plus haut, de Michel Attaliate ; l'investissement foncier, la recherche d'autourgia90 particulièrement rentables, semble bien la principale motivation.

  • 91 LE 4, 2, p. 92.
  • 92 Cf. supra, n. 5.

28Pourtant, les puissants produisent des tissus de soie dans les ateliers de leurs oikoi constantinopolitains et pas seulement pour leur consommation privée, puisqu'ils cèdent une partie de leur production pour mise sur le marché aux vestioprates ou pour les besoins de l'Idikon et sont à ce stade en concurrence directe avec les sèricaires91. Que signifie cette concurrence ? D'abord, ces mêmes puissants sont, pour l'essentiel, propriétaires des ateliers, y compris ceux des tisserands, ce qui constitue une singulière limite à l'ascension de ces derniers. Ensuite, les puissants occupent une place non négligeable dans l'artisanat de la soie de Constantinople et leur attitude est donc importante pour l'évolution de celle-ci. Or l'on sait que l'aristocratie byzantine est en fait peu intéressée par l'investissement productif et fait de l'autarcie une vertu cardinale. Elle n'a pour les « gens de l'agora », ceux qui vivent de leurs efforts quotidiens et d'un investissement sans cesse renouvelé, que le plus éclatant mépris. Faute d'avoir un esprit d'entreprise qui fut celui des nobles de la Terre Ferme vénitienne ou du Contado florentin contraints de résider en ville et faisant contre mauvaise fortune bon cœur, il lui reste le pouvoir politique. Ce dernier lui permet, à la fin du xie siècle, de réagir vigoureusement contre ces producteurs à qui les empereurs des décennies précédentes avaient ouvert généreusement les rangs du Sénat92 et de briser ainsi l'élan de l'élément le plus dynamique de l'économie urbaine constantinopolitaine, en même temps leur concurrent : la motivation économique rejoint la réaction idéologique. Pour autant, contrairement à ce qui se passe en Italie ou, à un moindre degré, en Flandre où ce rôle échoit plutôt à d'anciens ministériaux ou officiers épiscopaux, les aristocrates byzantins ne se sont pas transformés en hommes d'affaires, après avoir empêché les artisans de la soie, et d'autres marchandises, de prendre leur essor.

  • 93 Cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, passim et notamment les conclusions rassemblées p. 499-5 (...)

29Voilà qui explique sans doute pourquoi les tisserands de la soie, dont le Livre de l'Éparque témoigne qu'ils progressaient vers le contrôle global de ce produit, n'ont pas confirmé dans les siècles ultérieurs la percée entamée ; mais, alors qu'en Occident, le dynamisme des hommes d'affaires impulse l'essor artisanal, l'artisanat constantinopolitain de la soie s'assoupit tandis que, grâce à l'intervention de l'aristocratie, il se développe en province93.

Notes

1 LE 4-8, p. 90-106.

2 Qu'il s'agisse d'un grand artisanat fortement exportateur, c'est ce que montrent notamment les portes offertes par le comte amalfitain Mauro à différentes églises d'Italie ; cf. M. Balard, Amalfi et Byzance (xe-xiie siècles), TM 6 (Études sur le xie siècle), Paris 1976, p. 83-95, notamment p. 88-89 et p. 92-93. Cf. C. Mango, Storia dell'arte, La civiltà bizantina dal ix all'xi secolo, Aspetti e problemi, Bari 1978, p. 249-251 (Università degli studi di Bari, Centro di Studi bizantini, Corso di studi, II, 1977). Description des portes par M. E. Frazer, Church, doors and the gates of paradise : Byzantine bronze doors in Italy, DOP 27, 1973 p. 145-162.

3 LE, titres 1 à 3, p. 74-90.

4 Sur cette évolution, voir le très important article de N. Oikonomidès, Silk trade ; le résumé de cette évolution se trouve p. 49-50.

5 Sur cette évolution et les questions qu'elle pose, cf. P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris 1977 (Le monde byzantin), p. 287-293, partie brève, mais forte, intitulée « la nouvelle société ».

6 On se reportera à l'important article de D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 454.

7 A. Guillou, La soie du katépanat d'Italie, TM 6 (Études sur le xie siècle), Paris 1976, p. 69-84 ; cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 471 et n. 104.

8 Liutprand De Crémone, Relatio de legatione constantinopolitana, éd. J. Becker, Hanovre – Leipzig 1915 (MGH, Scriptores rerum germanicarum 41), c. 53-54, p. 204; cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 458.

9 I. Sorlin, Les traités de Byzance avec la Russie au xe siècle, Cahiers du monde russe et soviétique, 1961, 3, p. 313-360 ; 4, p. 447-475, notamment p. 449 et p. 457-458 et n. 189.

10 M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides de Jazira et de Syrie, Alger 1951 (Publications de la Faculté des Lettres d'Alger, IIe série, 21), t. 1, p. 833-836 ; cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 459.

11 LE 8, 1, p. 102.

12 LE 8, 2, p. 104.

13 La vérification de la qualification n'est pas plus importante pour les métiers de la soie que pour certains autres. On remarquera d'abord que, pour la majorité des métiers contenus dans le LE, les conditions d'accès ne sont pas précisées ; c'est d'ailleurs le cas ici pour les deux métiers de la fabrication, catartaires et sèricaires, tout comme pour les prandioprates. Les métaxoprates se contentent de fournir des témoignages de bonne réputation (LE 6, 6, p. 98), tout comme les banquiers (LE 3, 1, p. 88) ou les marchands de porcs (LE 16, 1, p. 124). Seuls les vestioprates, qui sont pourtant de simples marchands et non des fabricants, doivent apporter le témoignage de leur qualification (LE 4, 5, p. 92) ; le métier de savonnier s'apprend (LE 12, 1, p. 116), mais donne lieu seulement aux témoignages de moralité (LE 12, 2, p. 116) ; seul le métier de notaire donne lieu à de véritables examens et donc à la vérification des compétences (LE 1, 1 à 3, p. 74-76).

14 Il s'agit de l'ergastèrion. Seuls les sèricaires voient celle-ci qualifiée d'ἐργαλεῖον (LE 8, 3, 12 et 13, p. 104-106).

15 Il s'agit de l'interdiction de faire subrepticement augmenter le loyer d'un concurrent : LE 9, 4, p. 108 (lingers) ; LE 10, 3, p. 110 (parfumeurs) ; LE 11, 7, p. 114 (cérulaires) ; LE 13, 6, p. 120 (épiciers) ; LE 18, 5, p. 130 (boulangers, mais paragraphe à valeur générale) ; LE 19, 2, p. 132 (cabaretiers).

16 Les esclaves se retrouvent chez les orfèvres (LE 2, 8-9, p. 86), les banquiers (LE 3, 1, p. 88), les cérulaires (LE 11, 1, p. 112) et les savonniers (LE 12, 9, p. 118). Nous revenons infra sur l'emploi des salariés, qualifiés de « sous-ordres » pour les banquiers (LE 3, 4, p. 90).

17 LE 9, 3 et 6, p. 106-108.

18 Respectivement LE 11, 9, p. 116 ; 12, 9, p. 118 ; 13, 2, p. 120 ; 16, 6, p. 126 ; 19, 4, p. 132.

19 LE 5, 1 et 3, p. 94.

20 LE 6, 4, p. 96.

21 LE 1, 1, 3-5, 10-11, 13-14, 16, 1, 21-22, 24, p. 74-84.

22 LE 2, 6 et 8, p. 86 (orfèvres) ; LE 19, 1, p. 130 (cabaretiers).

23 LE 3, 4, p. 90 (banquiers), sous la forme προστησάμενος ; LE 14, 1, p. 120 (bourreliers) ; LE 17, 1, p. 126 et 17, 4, p. 128 (poissonniers) ; LE 21, 9, p. 138 (maquignons).

24 LE 12, 1, p. 116 (savonniers); LE 14, 2, p. 122, (bourreliers, ce qui démontre l'équivalence entre πράστατεύων et πράστάτης) ; LE 17, 3, p. 128 (poissonniers ; même remarque).

25 LE 5, 3, p. 94 (prandioprates) et 6, 8, p. 98 (métaxoprates).

26 LE 7, 4, p. 102.

27 LE 9, 3, p. 108.

28 LE 18, 5, p. 130.

29 Cf. supra n. 15.

30 P. Gautier, La diataxis de Michel Attaliate, RÉB 39, 1981, p. 5-143 ; le passage sur les ergastèria se situe aux p. 43-45.

31 Cf. N. Oikonomidès, Quelques boutiques.

32 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 477, dont nous approuvons les remarques sur l'investissement des puissants dans les ergastèria (cf. infra), estime à tort que deux artisans, un métaxoprate et un prandioprate, vendent leur boutique ; c'est exact pour le métaxoprate Élie, mais la boutique de prandioprate passe d'un notaire à un asèkrètis, donc d'un membre de l'aristocratie de fonction constantinopolitaine à un autre.

33 L'éditeur a esquissé comme hypothèse principale, mais non exclusive, que la notice sur ces cinq boutiques a été établie à la demande d'un locataire potentiel des cinq boutiques. Cela paraît peu probable, car – et l'éditeur en convient – l'appartenance à plusieurs corps de métier est problématique. Ajoutons que l'activité de la première des boutiques n'est pas mentionnée, ce qui élimine de soi l'hypothèse d'un propriétaire en même temps artisan. L'hypothèse d'un acheteur aristocrate, comme neuf sur dix des propriétaires cités dans la notice, est donc la plus vraisemblable ; le fait que le loyer soit écrit d'une autre encre et de façon différente, puisque par trois fois à la fin de la notice sur un atelier, une fois rajouté dans la marge et une seule fois dans le corps du texte, vient de ce que le loyer est la seule indication qui intéresse l'acheteur, puisque c'est le seul revenu qu'il en tirera, et de ce que l'indication du loyer ne provient sans doute pas du même document : nom des propriétaires successifs, prix de vente et impôt peuvent être issus d'un registre notarial ou d'une matrice fiscale, où le loyer n'a pas de raison de figurer ; l'enquêteur s'est procuré par ailleurs les indications de loyer.

34 Nous rejoignons tout à fait les conclusions de N. Oikonomidès, Silk trade, p. 50, comme celles de D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 499-500.

35 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 472-475.

36 Les manufactures impériales façonnent les déchets et la bourre de soie pour obtenir les fils de qualité grossière et inégale qui forment les ornements et les jambières de l'armée impériale : ibid., p. 474 ; cf. Constantin Porphyrogénète, De Cœrimoniis, Bonn, p. 678.

37 Tissu mélangé par opposition au tissu pur (Kaθapóv) : cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 475.

38 A. Muthesius, Silk industry ; la deuxième partie de cet article qui apporte peu de choses par rapport à celui de R. S. Lopez, Silk Industry, porte sur l'étude des tissus de soie conservés en Occident et leur mode perceptible de fabrication comparé aux textes.

39 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 499-500.

40 C'est également la conclusion de N. Oikonomidès, Silk trade, p. 50 ; s'intéressant au contrôle public à travers les commerciaires, l'auteur met en avant la façon dont l'interventionnisme de l'Etat diminue au profit des commerçants et artisans de Constantinople.

41 D. Simon, Seidenzünfte.

42 LE 8, p. 102-106.

43 LE 6, 10, p. 98.

44 LE 4, 2 et 7, p. 92.

45 LE 6, passim, p. 96-100.

46 LE 7, 2-4, p. 100-102.

47 LE 8, 8, p. 104.

48 LE 6, 15, p. 100.

49 A. Muthesius, Silk industry, p. 33.

50 D. Simon, Seidenzünfte, p. 35-39.

51 Sur cette préparation par le métier que suppose l'éditeur, cf. l'introduction de J. Koder, Das Eparchenbuch Leons des Weisen, cité supra n. 1, p. 25-27, et Id., Überlegungen zu Aufbau und Entstehung des Eparchikon Biblion, Kathegetria. Essays presented to Joan Hussey for her 80th Birthday, Camberley 1988, p. 85-97.

52 Les métiers parisiens ont rédigé eux-mêmes les textes de règlement qu'ils présentent au prévôt de Paris : cf. Livre des Métiers d'Étienne Boileau, éd R. de Lespinasse, F. Bonnardot, Paris 1879 (Histoire Générale de Paris), introduction p. XVI. Je remercie Catherine Vincent pour les précieuses indications qu'elle m'a communiquées à ce sujet.

53 Cf. en dernier lieu E. Crouzet-Pavant, « Sopra le acque salse », Espaces, pouvoir et société à Venise de la fin du Moyen Age, Rome 1992 (Istituto Storico Italiano per il Medio Evo, Nuovi Studi Storici 14), t. 2, p. 749-750.

54 H. Hoshino, L'arte della lana in Firenze nel basso Medioevo. Il commercio della lana e il mercato dei panni fiorentini nei secoli xiii-xv, Florence 1980 (Biblioteca Storica Toscana a cura della Deputazione Toscana di Storia Patria 21). La structure de l'artisanat lainier est très semblable à Vérone : R. Guemara, Les Arts de la laine à Vérone aux xive et xve siècles, Tunis 1987 (Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, Quatrième série : Histoire, vol. 33), p. 194-200. Je remercie Gérard Rippe des précieuses indications qu'il a bien voulu me communiquer sur l'artisanat textile en Italie.

55 55. H. Pirenne, Les villes et les institutions urbaines, t. 1, Paris - Bruxelles 1939, p. 204-205. Cf. l'exemple de Jehan Boinebrouke à Douai au xiiie siècle ; les petits artisans travaillent pour lui tandis que l'outillage est sa propriété : G. Espinas, Les origines du capitalisme, t. 1 : Sire Jehan Boinebrouke, patricien et drapier douaisin ( ?-1280), Lille 1933. Ce schéma est toutefois fortement contesté par A. Derville, Les draperies flammandes et artésiennes vers 1250-1350, Revue du Nord 54, 1972, p. 353-370, et Saint-Omer des origines au début du 14esiècle, Lille 1995, p. 204-205 ; le schéma dressé, y compris pour Boinebrouke, est celui d'un marchand non spécialisé qui achète au drapier, lui-même débouché naturel du tisserand ; le matériau change donc de propriétaire et l'on se rapprocherait du schéma du LE. Pour la Flandre, la question mériterait d'être reprise.

56 LE 4, 7. p. 92 et 8, 6, p. 104 ; la formulation est strictement la même dans les deux titres, mais, en 8, 6, contrairement à 4, 7, il n'est pas fait mention du châtiment qui viendrait punir le contrevenant. Compte tenu de ce que nous écrivions sur les conditions de rédaction du Livre de l'Éparque, on ne tirera aucune conclusion de cette différence.

57 LE 5, 1, p. 94.

58 LE 6, 14, p. 100 ; nous revenons ci-dessous sur l'activité des catartaires.

59 LE 7, 3, p. 100.

60 A. Muthesius, Silk industry, p. 56-62, étudie cette législation antérieure.

61 Il n'est pas de notre propos de discuter l'activité des métaxoprates ; on se reportera à D. Simon, Seidenzünfte, p. 23-24 et 30-31 et A. Muthesius, Silk industry, p. 32.

62 Pour le détail des ces opérations, on consultera l'étude détaillée de A. Muthesius, Silk industry, p. 16-19.

63 LE 7, 4, p. 102.

64 LE 7, 1, p. 100.

65 LE 5, 1, p. 94.

66 Cette notion de non enregistrement (Οἱ μὴ ἐν τῃ ἀπογραφῇ ὄντες) a fait couler beaucoup d'encre ; cette absence d'enregistrement touche-t-elle l'appartenance au corps de métier ou la liste de ceux qui se sont cotisés pour acheter la soie grège ? Cf. D. Simon, Seidenzünfte, p. 36-39 avec appréciation sur la littérature antérieure ; l'auteur penche pour l'unité du métier des métaxoprates, contrairement à A. Muthesius, Silk industry, p. 32-33. Nous inclinons à suivre D. Simon.

67 LE 7, 2, p. 100 ; à rapprocher de ce qui est dit pour la distinction entre riches et pauvres métaxoprates, LE 6, 9, p. 98.

68 LE 7, 3, p. 100.

69 LE 8, 8, p. 104.

70 On lira le résumé de ces études précédentes et le point sur la question dans D. Simon, Seidenzünfte, p. 28-32 et A. Muthesius, Silk industry, p. 33-35.

71 LE 6, 14, p. 100.

72 LE 7, 4, p. 98 : « À l'appel des métaxoprates, ils s'associeront à eux. »

73 L'emploi de salariés peut s'expliquer par deux raisons : la taille de l'entreprise qui dépasse les possibilités de la main d'œuvre familiale, même secondée par des esclaves ; la nécessité de faire appel à une large palette d'ouvriers spécialisés dans des techniques différentes. Le premier cas doit s'appliquer plutôt aux métaxoprates et le second aux sèricaires (cf. infra).

74 S. Lopez, Silk Industry, p. 18-20.

75 Deux articles nous montrent les sèricaires vendant aux exportateurs. Dans LE 8, 3, p. 104, il est interdit (aux sèricaires ?) de vendre à des gens de l'extérieur (à Constantinople, des Byzantins, et non des étrangers dont il est traité ensuite : les vestioprates ne sont protégés que pour le marché strictement intérieur à la capitale) des vêtements de plus de 10 nomismata ; donc c'est autorisé en dessous de ce prix. Dans LE 8, 5, p. 104, il est interdit de vendre de la marchandise (sans précision) à des étrangers sans en avertir l'Éparque ; donc c'est possible en en avertissant ce fonctionnaire.

76 LE 8, 8, p. 104. Comme les Flamands, et contrairement aux artisans tisserands de Florence ou Venise qui travaillent à façon pour un marchand le matériau qui continue d'appartenir à ce dernier, les fabricants byzantins de soieries sont propriétaires de la matière qu'ils façonnent et dont le commerce constitue un enjeu important.

77 LE 6, 10, p. 98.

78 S. Lopez, Silk Industry, p. 19.

79 D. Simon, Seidenzünfte, p. 34.

80 A. Muthesius, Silk industry, p. 34-35 : « Les sèricaires ne sont que les propriétaires d'usines avec une série d'ateliers de ces différentes étapes de la production. »

81 Terme employé par LE 4. 2, p. 92 (achat par les vestioprates) ; LE 5, 4, p. 94 (achat aux Syriens) ; LE 8, 2, p. 104 (fabrication de tissus proches des kékôlyména).

82 LE 6, 10, p. 98 (puissant ou riche) ; LE 7, 1, p. 100 (riche).

83 Sur ces notions, cf. en dernier lieu, M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie siècle : propriété et exploitation du sol, Paris 1992 (Byzantina Sorbonensia 10), p. 359-368.

84 LE 6, 10, p. 98.

85 LE 7,4, p. 100.

86 LE 8, 2, p. 104.

87 LE 4, 2, p. 92.

88 LE 5, 4, p. 94.

89 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 476-478.

90 Cf. N. Oikonomidès, Quelques boutiques, p. 352.

91 LE 4, 2, p. 92.

92 Cf. supra, n. 5.

93 Cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium, passim et notamment les conclusions rassemblées p. 499-500.

Notes de fin

* Liste des abbreviations :
D. Jacoby, Silk in Western Byzantium: D. Jacoby, Silk in Western Byzantium before the fourth Crusade, BZ 84/85, 1991 12, p. 452-500.
LE : Livre de l'Éparque, éd. J. Koder, Das Eparchenbuch Leons des Weisen, Vienne 1991 (CFHB 33).
S. Lopez, Silk Industry : R. S. Lopez, Silk Industry in the Byzantine Empire, Speculum 20, 1945, p. 1-42 (= Byzantium and the World around it: Economic and Institutional Relations, Londres 1978, III).
a. Muthesius, Silk industry: a. Muthesius, The Byzantine silk industry: Lopez and beyond, Journal of Medieval History 19, 1993, p. 1-67.
N. Oikonomidès, Quelques boutiques : N. Oikonomidès, Quelques boutiques de Constantinople au xe s. : prix, loyers, imposition (cod. Patmiacus 171), DOP 26, 1972, p. 345-356 (= Byzantium from the Ninth Century to the Fourth Crusade, Studies, Texts, Monuments, Londres 1992, VIII).
N. Oikonomidès, Silk trade: N. Oikonomides, Silk trade and production in Byzantium from the sixth to the ninth century: the seals of the kommerkiarioi, DOP 40, 1986, p. 33-53. D. Simon, Seidenzunfte : D. Simon, Die byzantinischen Seidenzunfte, BZ 68, 1975, p. 23-46.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search