Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Les îles à l’époque tardive byzantine

Vera Hrochova

Texte intégral

1Aux xiiie-xve s., l’importance politique et économique des îles de l’Égée et de la mer Ionienne dépendait de la mesure dans laquelle elles étaient encore liées à l’Empire byzantin et du caractère de leurs liens économiques avec leur arrière-pays. La présence dans les îles d’une agglomération résidentielle participant à la production agricole et aux échanges, rendait possible leur intégration au commerce à longue distance, dominé bien sûr à l’époque par les républiques maritimes italiennes. Quant à l’appui dont elle avait besoin, la société byzantine déclinante ne pouvait compter que sur celui de certaines localités. Cependant, il est possible de dépister encore à cette époque certains éléments autonomes de l’économie insulaire.

  • 1 E. Malamut, Les îles de l’Empire Byzantin viiie-xiie siècles, Paris 1988 (Byzantina Sorbonensia 8) (...)
  • 2 A. Philippson, Die griechischen Landschaften. 4, Das Aegaeische Meer und seine Inseln, Francfort 1 (...)

2L’île d’Amorgos, située dans les Cyclades du Sud, siège épiscopal, fut fortement colonisée après avoir été conquise par Marco Sanudo1. Les mentions que nous en avons datent du Moyen Age et ne portent que sur le château de Chora et sur l’habitat près de Saint Geôrgios actuel2.

  • 3 Malamut, Les îles (cité supra η. 1), p. 435, 453 ; H. Antoniadis-Bibicou, Recherches sur les douan (...)
  • 4 Philippson, Die griechischen Landschaften (cité supra n. 2), 4, p. 163.

3En ce qui concerne l’île d’Anaphé, qui fait partie des Cyclades situées le plus au sud, nous n’en connaissons que la ville du même nom, fondée au Moyen Age. A l’époque de l’invasion arabe la ville n’est pas dépeuplée. Au contraire, au xiiie s. elle joue un rôle important dans l’entreprise commerciale. A Anaphé, il y avait des « commerciaires »3, dont nous n’avons aucune mention d’époque tardive. Les conditions naturelles étaient favorables à la culture du coton, ce qui est attesté dès l’époque de la domination franque4.

  • 5 Malamut, Les îles, 1, p. 331.

4Au sud-est des Cyclades s’étend l’île de Milos, réputée déjà dans l’Antiquité pour sa production de blé et pour sa céramique marquée d’influences orientales. Le chrysobulle de 1198 donna le droit aux Vénitiens d’y faire du commerce5. À l’époque franque, l’île faisait partie du duché de l’île de Naxos ; dans les années 1341-1383, Milos avec la capitale du même nom, où subsistent aujourd’hui les ruines du château, jouissait d’une indépendance totale.

  • 6 Malamut, Les îles, 2, p. 392, 405.
  • 7 Malamut, Les îles, 1, p. 123.
  • 8 Ibid.
  • 9 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 131 s.; E. Kirsten, Die byzantinische Stadt, Beri (...)

5L’île de Naxos était le point le plus important des Cyclades. Ses parties rocheuses étaient accompagnées de régions fertiles, favorables à la culture du blé et à l’élevage du bétail6. En 1205, Naxos fut occupé par Marco Sanudo7. Les Vénitiens s’y établirent en 1207 et c’est ainsi que l’île devint, jusqu’en 1579, le centre du duché des douze îles8. L’essor de l’île, visible dans l’architecture ainsi que dans l’édification de châteaux, date notamment de cette époque. Sa capitale était la ville de Naxos avec le village situé au pied du château et une forteresse vénitienne9.

  • 10 Malamut, Les îles, 1, p. 123.
  • 11 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 398.

6Dans les Cyclades centrales s’étend l’île de Paros, très fertile en blé, en oliviers et en pâturages, la reprise de la production agricole et artisanale ne datant que du xie s.10 Parmi ses minéraux, c’est le marbre qui était le plus connu au Moyen Age. La capitale de l’île était la ville de Parikia dont nous est parvenu un temple datant du xe s. A l’époque franque l’île appartenait à l’administration de l’île de Naxos, dont elle était une partie intégrante dans les années 1389-1537, tout en disposant de sa propre dynastie11.

  • 12 Malamut, Les îles, 2, p. 560.
  • 13 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 398.

7Au nord de l’île de Milos se trouvait, dans les Cyclades de l’Ouest, l’île de Siphnos, réputée déjà à l’époque antique pour la richesse de ses gisements en plomb, en fer et en or ; elle sut garder son importance même au Moyen Age12. En ce qui concerne l’activité productive, l’île était connue surtout par l’essor de sa poterie ainsi que par la céramique spéciale empreinte de la tradition antique13.

  • 14 Malamut, Les îles, 2, p. 400.
  • 15 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 76, 398.
  • 16 Malamut, Les îles, 2, p. 400.

8Les Cyclades centrales comprennent l’île de Sériphos, bénéficiant elle aussi d’une position importante dans l’Antiquité grâce à la richesse de ses gisements en fer, en plomb et en argent. L’extraction de fer, de plomb et d’antimoine continuait encore à l’époque byzantine14. Néanmoins, l’indépendance relative de l’île fut perturbée par l’invasion franque, avant de disparaître sous l’occupation italienne ; la situation politique et économique fut dès lors dominée par les dynasties italiennes des républiques urbaines15. Au début du xve s., l’île est attaquée par les pirates. Ses habitants, plongés dans une misère affreuse, rappelaient des « bêtes féroces ». Buondelmonti remarqua qu’il y avait une grande quantité de chèvres, dont ils faisaient sécher la viande pour subsister16.

  • 17 Ibid.
  • 18 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 62.

9Au contraire, l’île de Kythnos, située dans la partie ouest des Cyclades, était très aride et les seuls renseignements que nous possédons concernent l’élevage du bétail17. À l’exception de quelques restes d’objets médiévaux, rattachés à l’agglomération de type urbain18, nous n’avons pas d’élément nous permettant de nous faire une idée de cette dernière.

  • 19 Michel Choniatès, éd. S. Lampros, Athènes 1879-1880, 2, p. 237.
  • 20 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 69; F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden, 4, Mu (...)
  • 21 Choniatès (cité supra η. 20), 2, p. 193.

10À l’est de la côte d’Attique se trouve l’île de Kéos dont les centres d’agglomération étaient développés depuis l’Antiquité. Vers la fin du xiie s., l’île était très pauvre ; il n’y avait rien, sauf la culture des plantes pharmaceutiques19. L’évolution politique, autonome à l’époque byzantine, a été, elle aussi, perturbée par l’occupation franque, l’île étant tombée ensuite, jusqu en 1566, sous l’administration des dynasties italiennes. Quant aux Vénitiens, ils y étaient souvent attaqués20. Au début du xve s., Buondelmonti raconte que l’île souffrait d’une telle sécheresse qu’il n’y avait ni olives ni vignes. Le blé était de si mauvaise qualité que les habitants de Kéos ne pouvaient pas cuire le pain de froment et se nourrissaient de glands, de fromage et de viande. Choniatès n’arrivait pas à comprendre pourquoi il n’était pas possible de manger du poisson, au cœur de la mer21.

  • 22 G. J. Doriza, Tinos médiévale (en grec), Athènes 1976.
  • 23 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 103, 398 ; pour Tinos, ibid., p. 109 ; Malamut, L (...)

11A l’est de l’île de Kéos s’étendent deux îles : Tinos22 et Mykonos. L’île de Mykonos était assez fertile, ceinte de jardins, où l’on cultivait les oliviers et les mûriers. En ce qui concerne la richesse naturelle, il y avait du marbre et les témoignages sur le Moyen Age parlent des marbreries florissantes. Du point de vue politique, l’île est devenue en 1207 possession de la famille franque des Ghisi, pour tomber ensuite entre les mains des Vénitiens23.

  • 24 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 188, 398; H. Gelzer, Ungedruckte und Ungenügend V (...)
  • 25 Malamut, Les îles, 2, p. 439, 444-446.

12La région insulaire des Cyclades est fermée, en mer Égée, par une des îles les plus vastes – Andros –, avec la capitale du même nom. Sa partie sud est plus fertile, la partie nord est rocheuse. Pour ce qui est de la richesse naturelle à l’époque byzantine on signale surtout le marbre. Au xe s. encore, l’île était soumise à la métropole athénienne. La ville d’Andros et ses fortifications datent de l’époque de la domination franque des années 1207-1266. Ensuite, la ville est devenue la proie des familles influentes vénitiennes. Au début du xiie s., il y avait des ateliers, où les habitants fabriquaient des tissus de soie (les soi-disant scindulia et samitae et alia pallia serico contexta)24. Le commerce s’est consolidé grâce aux privilèges obtenus par les marchands vénitiens de la part de l’empereur de Byzance en 1126 et en 1187. Ensuite, les mêmes privilèges ont été attribués aux Génois de l’île de Chios et aux Juifs qui servaient d’intermédiaires dans l’exportation du lin et du coton en Égypte, en Syrie et à Chypre25.

  • 26 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 59 ; Gelzer, Ungedruckte (cité supra n. 25), p. 5 (...)
  • 27 Malamut, Les îles, 1, p. 45.
  • 28 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 46.

13Dans les Sporades du Nord, en mer Égée, on trouve des îles de moindre importance. Parmi elles, l’île de Skyros était très aride et pauvre au Moyen Age ; aussi le gouvernement byzantin y exilait-il ses proscrits. A l’époque latine, en 1276, l’île appartient à la famille franque des Ghisi pour repasser ensuite entre les mains byzantines. Après 1453 elle revient à la république maritime de Venise. Au xe s., son siège épiscopal est encore soumis à l’autorité de la métropole athénienne26. Dans l’île, il y avait des carrières27. Cette partie des îles est fermée par Skopélos, avec la ville du même nom - siège épiscopal à l’époque byzantine –, et par l’île de Skiathos dans la partie nord, avec la ville médiévale de Kastro28.

  • 29 A. Philippson, Das byzantinische Reich als geographische Erscheinung, Leyde 1939, p. 147.
  • 30 Fr. Balducci Pegolotti, La Pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass.) 1936, p. 102.
  • 31 Thiriet, Régestes (cité supra η. 25), 2, p. 121-122 ; ibid, p. 104 s. ; Malamut, Les îles, 2, p. 3 (...)
  • 32 J. Starr, The Jews in the Byzantine Empire 641-1214, Athènes 1939, p. 232.
  • 33 B. Krekić, Dubrovnik i Levant 1280-1460, Belgrade 1956, p. 94-95.

14La partie est de la mer Égée, opposée à la côte de l’Asie Mineure, est occupée par les Sporades du Sud. C’est à l’intérieur de cet archipel, à sa pointe sud, qu’est située près de la côte de l’Asie Mineure la plus grande île - celle de Rhodes. Une grande partie de cette île est montagneuse, favorable au pâturage. Dans les vallées on produisait dès le Moyen Age - et jusqu’à nos jours - des fruits tropicaux, des olives, du miel ; en ce qui concerne la richesse naturelle, il faut mentionner, pour le Moyen Age, une fois de plus le marbre. La capitale de l’île, située à la pointe nord et connue comme agglomération depuis l’Antiquité, porte le même nom - celui de Rhodes. Déjà au Bas-Empire, la ville de Rhodes était le siège de la métropole. A la suite d’un tremblement de terre violent au vie s., Rhodes a été diminuée d’une partie de son territoire. L’île possédait une flotte de puissance considérable et dès 1082 elle s’ouvrit à l’entreprise commerciale des Vénitiens, ce que reflétaient les luttes entre le gouvernement central et Venise. En 1306-1309, Rhodes se trouve occupée par les Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dont l’influence rayonnait sur d’autres parties des Sporades. En 1522, l’île passe sous la domination des Turcs osmanlis29. Parmi les produits d’exportation, on dénombrait poivre, épices, cire, savon, caviar, viande, poissons, huile, blé, drap, toile et argent30. Un commerce actif existait non seulement entre Rhodes et Venise, mais aussi entre Rhodes et d’autres îles - Crète et Chypre31. La présence, à Rhodes, de familles juives participant aux activités commerciales est mentionnée par Benjamin de Tudèle qui parle de 400 Juifs32. L’intensité des relations commerciales avec les villes italiennes est allée de pair au xve s. avec les relations existant entre Rhodes et Dubrovnik, les marchands de Dubrovnik se décidant même à s’établir dans l’île33.

  • 34 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 295-296, 298; W. Tomaschek, Zur historischen Topo (...)
  • 35 Malamut, Les îles, 2, p. 419.

15L’île de Kôs, fortement boisée, réputée pour ses fruits tropicaux et son miel, est une autre île étendue des Sporades du Sud, située au nord-ouest de Rhodes. L’île fut dominée à son tour par les Hospitaliers, mais exposée en même temps à une forte colonisation arménienne. En revanche, au xve s., on en expulsa les Juifs34. Néanmoins, l’île faisait partie intégrante du commerce méditerranéen et maintenait toujours une communication régulière avec l’île de Patmos et Constantinople35.

  • 36 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 285 ; Tomaschek, Zur historischen Topographie (ci (...)
  • 37 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 282 ; Thiriet, Régestes, 2, p. 37.
  • 38 Malamut, Les îles, 2, p. 576.

16En revanche, l’île de Kalymnos, qui s’étend au nord de Kôs, n’était pas de grande importance en ce qui concerne la production agricole ou artisanale. Kalymnos était aride et les restes de l’habitat datent de l’époque de la domination des Hospitaliers de Rhodes (xive-xve s.)36. L’île était encore réputée pour la culture des plantes aromatiques (aloès)37. Cependant, grâce à la proximité de la côte de l’Asie Mineure, Kalymnos réussissait à maintenir une liaison maritime avec les îles de Chios, Samos et Léros38.

  • 39 MM II, p. 36, 38.
  • 40 Malamut, Les îles, 2, p. 393.

17Léros, située au sud de Patmos, était l’une des îles les moins riches, avec quelques monastères et quelques châteaux des Hospitaliers qui nous sont parvenus du Moyen Age. Dans sa partie nord, il y avait de vastes domaines fonciers appartenant au monastère de Saint-Jean le Théologien de Patmos. De là, on exportait de l’huile, du sucre et du vin39. Toutefois, au début du xve s. encore, on extrayait du marbre à Léros40.

  • 41 Malamut, Les îles, 1, p. 239 ; P. Wirth, Die mittelalterliche griechische Inselwelt im Lichte der (...)
  • 42 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 277-278.
  • 43 Tomaschek, Zur historischen Topographie, p. 36 ; Malamut, Les îles, 2, p. 387, 390, 392, 400.
  • 44 Les privilèges dans : MM VI, p. 137 s. ; G. Rouillard, Les taxes maritimes et commerciales d’après (...)
  • 45 P. V. Bezobrazov, Patmosskaïa kniga, VV 7, 1900, p. 75.
  • 46 Malamut, Les îles, 2, p. 451.

18L’île de Patmos, au sud de Samos, représente une exception du point de vue de la production, des marchandises et du commerce. Déserte dès l’époque romaine, l’île ne s’anima qu’à partir du xie s. En 1188, le monastère de Saint-Jean le Théologien41, fondé à Patmos la même année, attire la population qui commence à s’établir autour. C’est ainsi que prit naissance la ville, devenue par la suite capitale de l’île. L’affluence des habitants se produisit surtout après la conquête turque de la Crète, en 1669. Le monastère remplissait des tâches particulières, présidant avant tout au commerce de l’île entière42. Le monastère de Saint-Jean de Patmos disposait de nombreux biens-fonds dans la région fertile du fleuve du Méandre, visitée souvent par les bateaux, eux-mêmes propriété du monastère qui les utilisait comme instrument de sa politique commerciale autonome. Les bateaux apportaient de Patmos en Crète le sel, les légumes, les amandes, le fromage et de la viande séchée43. Les activités commerciales déployées en mer Égée se reflétèrent également dans certains privilèges des empereurs byzantins44. Patmos fut la seule île des Sporades du Sud à exécuter des opérations d’échanges non seulement dans la région insulaire, mais aussi dans la région des villes de l’Asie Mineure. L’île bénéficiait d’une communication régulière avec Léros, Lipsos et la Crète45. Parmi les marchandises échangées, c’est le blé qui était le plus important46.

  • 47 Ibid., p. 547-548.
  • 48 Philippson, Die griechischen Landschaften, 14, p. 264 s., 266 s.

19Au nord-ouest de Patmos, on trouve l’île d’Ikaria, considérablement boisée au Moyen Age, riche en fruits, en miel et en cire. L’île s’étendait sur une grande route maritime et était en relation avec Abydos, les îles de Ténédos, Chios, Chypre, ainsi qu’avec Éphèse47. A l’époque byzantine, elle fut un lieu d’exil pour les proscrits ; à l’époque franque, l’île devint baronie jusqu’au xve s. Dominée ensuite par les familles génoises, elle fut rattachée à l’île de Chios48.

  • 49 Malamut, Les îles, 2, p. 444, 516.
  • 50 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 264, 266 s.
  • 51 Starr, The Jews (cité supra n. 33), p. 232.

20L’île la plus proche de la côte de l’Asie Mineure est celle de Samos. Dans les temps les plus reculés, elle était considérablement boisée, c’est pourquoi on exportait du goudron, y compris celui de bois. Le manque de blé a été compensé par la culture des oliviers, des fruits tropicaux et des mûriers. Toute une série de villes, sans aucune continuité d’habitat à partir de l’Antiquité, y prirent naissance, outre la capitale de Samos sur la côte sud-est de l’île, qui survécut jusqu’au Moyen Age. A Samos, i ! y avait un groupe fort et important de propriétaires de bateaux (les ploïmoi), notamment à partir des xie-xiie s., occupant des positions importantes dans l’administration de l’île (stratèges remarquables). L’île maintenait des relations régulières avec l’Asie Mineure49. L’île fut byzantine jusqu’au xive s., dominée plus tard par la dynastie des Giustiniani au pouvoir à Chios ; son importance en fut abaissée. Après 1453, elle fut conquise par les Turcs, ce qui ne manqua pas de provoquer un dépeuplement important50. La communauté juive de l’île représentait, à l’époque byzantine, un groupe assez nombreux51.

  • 52 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 255; P. Argenti, The Occupation of Chios by the G (...)
  • 53 Tomaschek, Zur historischen Topographie, p. 20; Malamut, Les îles, 2, p. 403.
  • 54 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 557; MM VI, p. 8, 10-13; Ch. Bouras, Nea Moni on (...)
  • 55 F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden, 3, Munich-Berlin 1932, p. 32-33.
  • 56 Cantacuzène, 1, p. 371.
  • 57 Starr, The Jews, p. 232 ; MM V, p. 443-444 ; A. M. Andreadès, Sur Benjamin de Tudèle, BZ 30, 1929- (...)
  • 58 Ibid.
  • 59 Malamut, Les îles, 2, p. 403, 453.

21Très fertile et très importante parmi les îles des Sporades du Sud, l’île de Chios les fermait en même temps au nord. Ses parties est et sud-est étaient particulièrement propices aux jardins, à la culture du coton, des fruits, des mûriers, des oliviers et des figuiers. L’île est restée longtemps byzantine, mais à partir du xive s. déjà elle devint le centre des intérêts surtout de la République de Gênes. En 1346, les Génois réussirent en effet à s’emparer de Chios qui tomba sous l’administration de la famille génoise des Giustiniani. A cette époque-là, l’île enregistre un certain développement économique (production de soie) ; en ce qui concerne l’architecture, la domination des Génois a laissé bien des châteaux et des forteresses ; à cette époque succéda, en 1566, celle de la domination des conquérants turcs52. De l’époque byzantine nous ne connaissons que la ville portuaire du même nom – Chios –, tournée vers la côte de l’Asie Mineure, dans la partie est de l’île, ainsi que plus tard quelques forteresses. Pour ce qui est des produits non agricoles, Chios était riche surtout en mastic, en marbre, en terre à poterie, en peluche et en soie53. De même qu’à Patmos, il faut mentionner l’importance du monastère à l’ouest de la ville de Chios, appelé Nea Moni. Le monastère possédait des vaisseaux, menait une politique commerciale active, était protégé par le gouvernement byzantin, ce qui se refléta dans de nombreux privilèges et immunités qui lui étaient réservés54. Les domaines du monastère étaient producteurs de blé, le monastère lui-même allant jusqu’à posséder dans le port près de Chios des greniers, où l’on rassemblait le blé avant de l’exporter55. Dans ce contexte, on comprend bien l’intérêt pour l’île dont témoignait la République de Gênes : tout d’abord, elle s’y implanta grâce aux accords conclus avec ie gouvernement byzantin en 1304. Les représentants de la dynastie des Paléologues avaient conclu des accords de cinq ans avec la famille des Zaccaria56. Outre la nombreuse population italienne, l’île était habitée par beaucoup de groupes de Juifs, s’occupant avant tout de l’exportation du mastic de Chios en Égypte57. Toutefois, les Juifs de l’île n’étaient pas exclusivement commerçants ; d’après les témoignages que nous possédons, ils étaient également artisans et s’occupaient aussi d’agriculture58. Cette île bénéficiait elle aussi d’une communication régulière avec Smyrne en Asie Mineure59.

  • 60 Ibid., p. 396.
  • 61 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4. p. 240 ; Nicéphore Grégoras, Bonn 1829, 1, p. 207.
  • 62 Starr, The Jews, p. 232.

22La partie de la mer Égée située plus au nord est occupée par l’île de Lesbos, proche de la côte d’Asie Mineure. L’île se faisait remarquer depuis l’Antiquité par son extraordinaire fertilité ; au Moyen Age, on y cultivait oliviers, légumes, mûriers et blé. Lesbos approvisionnait Constantinople en produits alimentaires60. Quant à l’évolution politique de l’île, il faut mentionner que les Génois s’y implantèrent, ne fût-ce que provisoirement (1204-1225), dès la 4e croisade ; le gouvernement central byzantin réussit néanmoins à la récupérer dans les années 1225-1333, remplacé ensuite, pour peu de temps, par Venise. Toutefois, à partir de 1355, l’île revint définitivement aux Génois (la famille des Gattilusi), avant de devenir en 1462 la proie des conquérants turcs61. Les villes médiévales de l’île de Lesbos connurent un développement surtout dans leur partie ouest - Mytilène étant en même temps un port important. L’essor de l’île était dû entre autres à la population juive, nombreuse déjà au xiie s., selon le témoignage de Benjamin de Tudèle, surtout dans la ville de Mytilène62.

  • 63 Malamut, Les îles, 1, p. 23; 2, p. 419; Wirth, Die mittelalterliche griechische Inselwelt, p. 423- (...)
  • 64 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 228 s. ; Grégoras, 1, p. 98.

23Au nord-ouest de Lesbos s’étendait une autre île fertile - Lemnos, avec la culture du blé et de vastes pâturages. Au xiiie s., un tiers de l’île (la partie nord-ouest) appartenait au monastère de Lavra du mont Athos. Les bateaux de ce monastère arrivaient régulièrement pour charger du blé63. Dans les années 1207-1278 l’île revint aux Vénitiens, puis elle fut reprise ensuite pour peu de temps par les Byzantins ; au xve s. elle fut néanmoins dominée un certain temps par les Génois et finalement par les Turcs osmanlis. L’époque byzantine nous laissa la ville de Kastro et la forteresse de Vriokastro64. A Lemnos, il y avait un archevêché, soumis à l’autorité de l’administration ecclésiastique de Constantinople non seulement au xe s., mais encore plus tard à l’époque des Paléologues.

  • 65 Gelzer, Ungedruckte, p. 592.
  • 66 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 222 s.
  • 67 Malamut, Les îles, 2, p. 431.

24Au nord-est de Lemnos s’étend l’île d’Imbros. Elle jouissait d’une position importante dont témoignent les nombreuses forteresses byzantines qui nous sont parvenues du Moyen Age. Vers la fin du xiiie s ;, il y avait même un archevêché autonome65, mais au xve s. l’île est tombée, avec Lesbos et Samothrace, sous l’influence de la famille des Gattilusi dont le règne fut remplacé, en 1470, par celui des conquérants turcs66. A l’époque byzantine, on confectionnait dans l’île des vêtements en laine de mouton67.

  • 68 Ibid., p. 498.

25Une destinée pareille a été réservée à Ténédos, une île dans les Sporades du Nord, qui profitait surtout de sa position stratégique, étant, au xiiie s., un domaine de la République de Venise ; plus tard, au xive s., l’île fut envahie par les Génois. A partir du xie s. il y eut un évêché68.

  • 69 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 216 s.

26Dans la partie de la mer Égée située le plus au nord, il faut mentionner encore l’île de Samothrace, qui s’étend le long de la côte de la Thrace. Il y avait beaucoup de forêts et de vastes régions de pâturages ; on y cultivait surtout les oliviers. L’île n’était habitée que sporadiquement, à l’exception de la ville de Chorio où était concentrée la population de l’île entière. Au bas Moyen Age elle devint tout d’abord le domaine des Vénitiens, ensuite des Génois, pour être conquise, en 1462, par les Turcs osmanlis69.

  • 70 Ibid., p. 212, 398; Cantacuzène, 1, p. 115, 259.
  • 71 M. Vasmer, Die Slaven in Griechenland, Berlin 1941 (Abh. Preuss. Ak. Wiss. 1941, Philhist. Kl. 12) (...)

27Thasos touche à la côte de Thrace. Dès l’Antiquité, l’île était réputée pour sa richesse en métaux, cuivre, antimoine, argent et marbre. La ville de Limin, construite sur le site de la ville antique de Thasos, était au Moyen Age le port le plus important. Nous n’avons que très peu de renseignements sur la destinée réservée alors à cette île ; il est vrai que les empereurs byzantins réussirent, dans les années 1313-1434, à s’en emparer pour un certain temps, mais ensuite l’île devint le domaine des Génois70. Tant l’île de Samothrace que celle de Thasos étaient peuplées par l’élément slave, ce que reflète la toponymie locale71.

  • 72 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 316; Gelzer, Ungedruckte, p. 551, 592.

28La région de la mer Égée du Sud est occupée par l’île de Karpathos qui s’étend entre Rhodes et la Crète. Les conditions climatiques favorables ont contribué à la culture des oliviers et du blé. Pour ce qui est de la production autonome développée, il faut mentionner la soierie. Les restes des villes antiques se perpétuent, à l’époque byzantine, surtout dans la ville portuaire de Poseidon-Pigadi. En ce qui concerne l’époque byzantine, nous n’avons de renseignements que sur la présence dans cette île d’un archevêché soumis tout d’abord à l’autorité de Constantinople, plus tard à celle de l’administration ecclésiastique et politique de Rhodes. Au xve s., Karpathos devint la proie des Turcs ce qui provoqua un dépeuplement et le retrait de la population vers l’arrière-pays72.

  • 73 Pegolotti, Pratica della mercatura (cité supra n. 31), p. 77. 90 s ; MM VI, p. 36-37.
  • 74 Starr, The Jews, p. 232 ; Malamut, Les îles, 2, p. 434 ; J. Richard, Une économie coloniale ? Chyp (...)
  • 75 Ibid. ; Thiriet, Regestes, 2, p. 34, 117, 1126-1136 ; D. Jacoby, Citoyens, sujets et protégés de V (...)

29L’essor de deux grandes îles dont l’évolution politique et économique aurait mérité une étude à part ne sera esquissé qu’à grands traits. La première d’entre elles - l’île de Chypre - fut dominée tour à tour par les gouvernants byzantins, arabes et, la IVe croisade terminée, également par les gouvernants génois et vénitiens. Plus tard, c’est Venise qui réussit à s’y implanter pour un laps de temps plus important (en 1489), tandis que les Turcs l’occupèrent en 1571. De Famagouste, les marchandises partaient pour différents pays d’Europe, pour les ports de l’Afrique et de l’Asie Mineure. Pegolotti parle de toute une gamme de richesses naturelles, ainsi qu’agricoles : argent, fer, étain, cuivre, salpêtre, mastic, sel ammoniaque, soufre, plomb, coton, lin, sucre, poivre, fruits, épices et blé, destinés surtout à Constantinople73. Parmi les représentants du commerce on rencontre, une fois de plus, une nombreuse minorité juive, plutôt riche, qui participe au commerce à grande distance avec l’Égypte et la Syrie74. Dans la première moitié du xve s. on peut observer une intensification de l’intérêt que portait Venise à l’exportation des marchandises de l’île de Chypre75.

  • 76 Pegolotti, Pratica della mercatura, p. 106 s.
  • 77 Ibid., p. 105.
  • 78 Thiriet, Régestes, 1, p. 60, 173.
  • 79 MM VI, p. 95-99 ; Fr. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Age, Paris 1959 ; Malamut, Les îles, (...)
  • 80 H. Noiret, Documents pour servir à l’histoire de la Crète sous la domination vénitienne 1380-1485,(...)
  • 81 Thiriet, Régestes, 2, p. 110, 139.
  • 82 D.J. Geanakoplos, Greek Scholars in Venice. Studies in the Dissemination of Greek Learning from By (...)

30La Crète, elle aussi, aurait mérité une étude à part. Soumise à la domination branlante de l’Empire byzantin -remplacée plusieurs fois par la domination arabe, l’île devint à partir de 1204 le domaine de la République de Venise qui s’y maintint jusqu’en 1669. Sa position merveilleuse prédestinait la Crète à devenir le carrefour des voies commerciales de toute la région méditerranéenne76, ce qui était possible grâce à son ouverture vers le monde musulman. La Crète était florissante grâce à ses richesses naturelles, surtout le cuivre, les mines de sel, le fer, le plomb, l’étain, l’or ainsi que grâce à la production agricole, avant tout le blé77. A partir du milieu du xive s., où le port de Réthymnon approvisionnait les régions grecques, mais aussi l’Europe du Sud-Ouest, la Crète fut un réservoir de blé pour Venise78. A l’exportation des produits agricoles participaient, outre Réthymnon, les villes de Chania et de Candie79. Ici aussi la population juive constitue un groupe nombreux prenant part aux activités commerciales. Les Juifs locaux faisaient du commerce, mais par rapport à la population Cretoise et italienne implantée dans l’île80, ils étaient surtout créanciers. Et c’étaient, une fois de plus, les Juifs qui participaient au commerce à grande distance avec l’Égypte et l’Asie Mineure. Ils profitaient de l’usure, décidaient de la production des ateliers et devenaient maîtres de l’argent, comme en témoignent les plaintes déposées par l’administrateur italien de Réthymnon. Même les grands propriétaires crétois de terres étaient si endettés qu’on défendit, au début du xve s., aux Juifs de continuer de prêter à intérêt, l’interdiction portant sur tous les prêts, au-delà de 12 % des capitaux prêtés81. L’importance de cette île s’est accrue à la suite de la conquête de Constantinople en 1453 ; elle connut alors une affluence d’habitants byzantins, surtout des artistes et des intellectuels. Plus tard, ceux-ci exercèrent une influence sur la population italienne établie en Crète et encore plus tard même directement sur le sol d’Italie. C’est ici que se créent des liens étroits contribuant au développement ultérieur des relations culturelles italo-byzantines qui atteignent leur apogée à Venise et à Florence surtout82.

  • 83 W. Miller, Essays on the Latin Orient, Cambridge 1921, p. 213.
  • 84 E. Kirsten, Beiträge zur historischen Landeskunde des westlicnen Mittelgriechenlands und der vorge (...)

31Il reste à se pencher sur l’importance économique et politique des îles Ioniennes à l’époque tardive byzantine. Les îles Ioniennes deviennent au début du xive s. et surtout au xve s. l’objet de l’attention des républiques urbaines d’Italie ; elles n’étaient importantes que du point de vue du commerce de transit. Les activités commerciales dans la région ionienne étaient limitées à cause de la politique coloniale égoïste concentrant tout commerce dans la métropole exclusivement, ce qui ne manquait pas d’aboutir à la contrebande83. L’importance commerciale de ces îles cédait souvent le pas aux considérations militaro-stratégiques84.

  • 85 Malamut, Les îles, 2, p. 443, 445.
  • 86 Kirsten, Beiträge (cité supra n. 85), p. 560 s.
  • 87 Thiriet, Régestes, 2, p. 175 ; Krekić, Dubrovnik i Levant (cité supra n. 34), p. 79.

32L’île de Corfou (Kerkyra), byzantine jusqu’au xiie s., était l’une des îles importantes qui s’étendent en face de la côte de l’Épire. Au xiie s., l’île avait encore des relations avec Chalkis d’Eubée, avec la Crète, ainsi qu’avec Rhodes et Chypre85. Au xiie s., Corfou est tombée pour un certain temps sous la domination des conquérants normands avant d’obéir plus tard aux décisions de la maison d’Anjou. Dans les années 1191-1270, l’île fut libérée par les pirates d’Ithaque. A partir de 1387 elle appartint néanmoins à la république vénitienne de Saint-Marc86. L’île fut un réservoir de sel non seulement pour le territoire byzantin, mais aussi pour le marché extérieur, orienté vers l’Italie. Grâce aux nombreuses mentions que comportent les sources, il est possible de suivre la reprise du commerce du sel non seulement dans la région de Dubrovnik87, mais aussi dans l’arrière-pays byzantin (en Épire).

  • 88 Kirsten, Beiträge, p. 486-487 ; MM V, p. 16 s.
  • 89 Kirsten, Beiträge, p. 560. 597 ; Malamut, Les îles, 2, p. 343 ; MM V, p. 62 s.
  • 90 Malamut, Les îles, 2, p. 343, 349.

33Au sud de Corfou se trouve l’île de Leucade, touchant la côte de l’Épire. Originairement byzantine, elle appartint, à l’époque de l’Empire latin, au despotat d’Épire, plus tard à la principauté d’Athènes. En 1331, l’île fut dominée par la famille vénitienne des Zorzi, remplacée par la famille italienne des Tocco en 1362. En 1467 l’île, centre du commerce de transit et lieu de rassemblement de marchandises venant de Lépante pour être exportées en Italie, est tombée sous la dépendance osmanlie88. Une destinée analogue était réservée aux îles de Céphalonie et de Zante, fortement influencées, après 1204, par la République de Venise89, même si elles appartenaient du point de vue ecclésiastique à la métropole de Corinthe90.

  • 91 A. Ducellier, Rapport de synthèse sur les travaux du Symposion, Byz. Forsch. 5, 1977, p. 441.
  • 92 Chr. Maltezou, Les archives vénitiennes de Cythère. Un fonds historique négligé, ibid., p. 249-252
  • 93 J. Koder, Topographie und Bevölkerung der Ägäis-Inseln in spätbyzantinischer Zeit. Probleme der Qu (...)
  • 94 H. Ahrweiler, Byzance et la mer, Paris 1966.

34Les îles dispersées en Méditerranée maintenaient, malgré tout, des relations mutuelles et il y eut certains rapprochements aux xiiie-xve s.91 Tout cela était possible grâce à la continuité de l’habitat dans les îles et au développement des centres urbains et des ports ; ceci permettait aux îles de devenir des centres de production artisanale, susceptibles d’exporter les produits artisanaux et agricoles bénéficiant de conditions favorables dans certaines d’entre elles. Ces éléments d’une économie insulaire, déjà constituée à l’époque ancienne de l’Empire byzantin, se sont maintenus pour certaines îles (Chios, Palmos, Rhodes, Crète, Chypre) à l’époque tardive. Le commerce à grande distance était favorablement influencé notamment par l’ouverture au monde musulman (représenté surtout par l’Égypte et la Syrie). Même si la plupart des îles étaient déjà fortement influencées par les républiques urbaines d’Italie, l’intégration des localités insulaires au grand commerce, tant à l’intention des marchands italiens qu’avec ces derniers, eut pour conséquence la reprise des activités commerciales, notamment à la veille de l’agression osmanlie. Pour approfondir nos connaissances dans ce domaine, il faudra découvrir des documents d’archives92 ou effectuer des sondages démographiques93 avant de présenter un tableau d’ensemble du développement économique et administratif de cette région, sondages qu’a déjà commencés avec succès Hélène Ahrweiler94.

Notes

1 E. Malamut, Les îles de l’Empire Byzantin viiie-xiie siècles, Paris 1988 (Byzantina Sorbonensia 8), pour Amorgos, cf. 1, p. 102, 148-149, 156-157 ; J. K. Bogiatzidès, Amorgos. Recherches historiques sur l’île (en grec), Athènes 1918.

2 A. Philippson, Die griechischen Landschaften. 4, Das Aegaeische Meer und seine Inseln, Francfort 1959, p. 154.

3 Malamut, Les îles (cité supra η. 1), p. 435, 453 ; H. Antoniadis-Bibicou, Recherches sur les douanes à Byzance. L’octava, le kommerkion et les commerciaires, Paris 1963.

4 Philippson, Die griechischen Landschaften (cité supra n. 2), 4, p. 163.

5 Malamut, Les îles, 1, p. 331.

6 Malamut, Les îles, 2, p. 392, 405.

7 Malamut, Les îles, 1, p. 123.

8 Ibid.

9 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 131 s.; E. Kirsten, Die byzantinische Stadt, Berichte zum XI. Internal. Byzantinisten-Kongress, Munich 1958, p. 40.

10 Malamut, Les îles, 1, p. 123.

11 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 398.

12 Malamut, Les îles, 2, p. 560.

13 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 398.

14 Malamut, Les îles, 2, p. 400.

15 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 76, 398.

16 Malamut, Les îles, 2, p. 400.

17 Ibid.

18 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 62.

19 Michel Choniatès, éd. S. Lampros, Athènes 1879-1880, 2, p. 237.

20 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 69; F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden, 4, Munich-Berlin 1960, p. 79.

21 Choniatès (cité supra η. 20), 2, p. 193.

22 G. J. Doriza, Tinos médiévale (en grec), Athènes 1976.

23 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 103, 398 ; pour Tinos, ibid., p. 109 ; Malamut, Les îles, 1, p. 269 ; 2, p. 549.

24 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 188, 398; H. Gelzer, Ungedruckte und Ungenügend Veröffentlichte Texte der Notitiae Episcopatuum, Ahh. d. K. Bayer, Philos-Philol. Kl. 21, 1900, p. 556 ; Fr. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie (1329-1463), Paris 1958-1961, 2, p. 145 ; W. Heyd, Histoire du Commerce du Levant au Moyen Age, Leipzig 19362, 1. p. 267.

25 Malamut, Les îles, 2, p. 439, 444-446.

26 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 59 ; Gelzer, Ungedruckte (cité supra n. 25), p. 556.

27 Malamut, Les îles, 1, p. 45.

28 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 46.

29 A. Philippson, Das byzantinische Reich als geographische Erscheinung, Leyde 1939, p. 147.

30 Fr. Balducci Pegolotti, La Pratica della mercatura, éd. A. Evans, Cambridge (Mass.) 1936, p. 102.

31 Thiriet, Régestes (cité supra η. 25), 2, p. 121-122 ; ibid, p. 104 s. ; Malamut, Les îles, 2, p. 396, 559.

32 J. Starr, The Jews in the Byzantine Empire 641-1214, Athènes 1939, p. 232.

33 B. Krekić, Dubrovnik i Levant 1280-1460, Belgrade 1956, p. 94-95.

34 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 295-296, 298; W. Tomaschek, Zur historischen Topographie von Kleinasien im Mittelalter, Sitzungsb. d. phil.-hist. Cl. der K. Ak. d. Wiss. in Wien 124, 1891, p. 22; Choniatès, 2, p. 83.

35 Malamut, Les îles, 2, p. 419.

36 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 285 ; Tomaschek, Zur historischen Topographie (cité supra n. 35), p. 22.

37 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 282 ; Thiriet, Régestes, 2, p. 37.

38 Malamut, Les îles, 2, p. 576.

39 MM II, p. 36, 38.

40 Malamut, Les îles, 2, p. 393.

41 Malamut, Les îles, 1, p. 239 ; P. Wirth, Die mittelalterliche griechische Inselwelt im Lichte der byzantinischen Kaiserdiplome, Byz. Forsch. 5, 1977, p. 424-425.

42 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 277-278.

43 Tomaschek, Zur historischen Topographie, p. 36 ; Malamut, Les îles, 2, p. 387, 390, 392, 400.

44 Les privilèges dans : MM VI, p. 137 s. ; G. Rouillard, Les taxes maritimes et commerciales d’après les actes de Patmos et de Lavra, Mélanges Ch. Diehl, 1, Paris 1930, p. 277 s. ; Cantacuzène, Bonn 1832, 3, p. 80.

45 P. V. Bezobrazov, Patmosskaïa kniga, VV 7, 1900, p. 75.

46 Malamut, Les îles, 2, p. 451.

47 Ibid., p. 547-548.

48 Philippson, Die griechischen Landschaften, 14, p. 264 s., 266 s.

49 Malamut, Les îles, 2, p. 444, 516.

50 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 264, 266 s.

51 Starr, The Jews (cité supra n. 33), p. 232.

52 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 255; P. Argenti, The Occupation of Chios by the Genoese and their Administration of the Island 1346-1566, Cambridge 1958; M. Balard, Les Grecs de Chios sous la domination génoise au xive siècle, Byz. Forsch. 5, 1977, p. 5-16; Wirth, Die mittelalterliche griechische Inselwelt (cité supra η. 42), p. 421-423.

53 Tomaschek, Zur historischen Topographie, p. 20; Malamut, Les îles, 2, p. 403.

54 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 557; MM VI, p. 8, 10-13; Ch. Bouras, Nea Moni on Chios. History and Architecture, Athènes 1982.

55 F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden, 3, Munich-Berlin 1932, p. 32-33.

56 Cantacuzène, 1, p. 371.

57 Starr, The Jews, p. 232 ; MM V, p. 443-444 ; A. M. Andreadès, Sur Benjamin de Tudèle, BZ 30, 1929-1930, p. 461 : Malamut, Les îles. 2, p. 439.

58 Ibid.

59 Malamut, Les îles, 2, p. 403, 453.

60 Ibid., p. 396.

61 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4. p. 240 ; Nicéphore Grégoras, Bonn 1829, 1, p. 207.

62 Starr, The Jews, p. 232.

63 Malamut, Les îles, 1, p. 23; 2, p. 419; Wirth, Die mittelalterliche griechische Inselwelt, p. 423-424.

64 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 228 s. ; Grégoras, 1, p. 98.

65 Gelzer, Ungedruckte, p. 592.

66 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 222 s.

67 Malamut, Les îles, 2, p. 431.

68 Ibid., p. 498.

69 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 216 s.

70 Ibid., p. 212, 398; Cantacuzène, 1, p. 115, 259.

71 M. Vasmer, Die Slaven in Griechenland, Berlin 1941 (Abh. Preuss. Ak. Wiss. 1941, Philhist. Kl. 12), p. 230.

72 Philippson, Die griechischen Landschaften, 4, p. 316; Gelzer, Ungedruckte, p. 551, 592.

73 Pegolotti, Pratica della mercatura (cité supra n. 31), p. 77. 90 s ; MM VI, p. 36-37.

74 Starr, The Jews, p. 232 ; Malamut, Les îles, 2, p. 434 ; J. Richard, Une économie coloniale ? Chypre et ses ressources agricoles au Moyen-Age, Byz. Forsch. 5, 1977, p. 331-352 ; P. Racine, Note sur le trafic Vénéto-Chypriote à la fin du Moyen Age, ibid., p. 307-329 ; Wirht, Die mittelalterliche griechische Inselwelt, p. 419-421.

75 Ibid. ; Thiriet, Regestes, 2, p. 34, 117, 1126-1136 ; D. Jacoby, Citoyens, sujets et protégés de Venise et de Gênes en Chypre du xiiie au xve siècle, Byz. Forsch. 5, 1977, p. 159-188.

76 Pegolotti, Pratica della mercatura, p. 106 s.

77 Ibid., p. 105.

78 Thiriet, Régestes, 1, p. 60, 173.

79 MM VI, p. 95-99 ; Fr. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Age, Paris 1959 ; Malamut, Les îles, 2, p. 407-409.

80 H. Noiret, Documents pour servir à l’histoire de la Crète sous la domination vénitienne 1380-1485, Paris 1892, p. 387 ; Thiriet, Régestes, 3, p. 700 ; Malamut, Les îles, 1, p. 167.

81 Thiriet, Régestes, 2, p. 110, 139.

82 D.J. Geanakoplos, Greek Scholars in Venice. Studies in the Dissemination of Greek Learning from Byzantium to Western Europe, Cambridge (Mass.) 1962.

83 W. Miller, Essays on the Latin Orient, Cambridge 1921, p. 213.

84 E. Kirsten, Beiträge zur historischen Landeskunde des westlicnen Mittelgriechenlands und der vorgelagerten Inseln, dans Α. Philippson, Die Griechischen Landschaften. 2, Der Nordwesten der Griechischen Halbinsel, Francfort 1956, p. 596.

85 Malamut, Les îles, 2, p. 443, 445.

86 Kirsten, Beiträge (cité supra n. 85), p. 560 s.

87 Thiriet, Régestes, 2, p. 175 ; Krekić, Dubrovnik i Levant (cité supra n. 34), p. 79.

88 Kirsten, Beiträge, p. 486-487 ; MM V, p. 16 s.

89 Kirsten, Beiträge, p. 560. 597 ; Malamut, Les îles, 2, p. 343 ; MM V, p. 62 s.

90 Malamut, Les îles, 2, p. 343, 349.

91 A. Ducellier, Rapport de synthèse sur les travaux du Symposion, Byz. Forsch. 5, 1977, p. 441.

92 Chr. Maltezou, Les archives vénitiennes de Cythère. Un fonds historique négligé, ibid., p. 249-252.

93 J. Koder, Topographie und Bevölkerung der Ägäis-Inseln in spätbyzantinischer Zeit. Probleme der Quellen, ibid., p. 217-234 ; P. Karlin-Hayter, Notes sur les archives de Patmos comme source pour la démocratie et l’économie de l’île, ibid., p. 189-215.

94 H. Ahrweiler, Byzance et la mer, Paris 1966.

Auteur

Université de Prague

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search