Version classiqueVersion mobile

Les décembristes

 | 
Julie Grandhaye

Prendre la parole, prendre position (1820-1825)

Chapitre V. Écrits littéraires : l’Étoile polaire, satire de la société russe contemporaine

Texte intégral

1Comment dire la république à des contemporains familiers de l’autocratie ? Nous l’avons vu, la république se dit dans le refus et le rejet de l’autocrate, dans les caricatures virulentes de l’Empereur et de ses favoris, et dans la condamnation – quasi sacrée – de la monarchie terrestre au nom de la monarchie divine. Les différents procédés qui conduisent les décembristes à rédiger ces pamphlets permettent de rallier les mécontents autour d’un refus commun. Mais cette attitude négative contient deux écueils : d’une part, elle n’est efficace qu’à court terme, car la flamme protestataire menace de s’éteindre par manque de souffle ; d’autre part, elle provoque aisément des soulèvements, mais ne permet pas de conserver ni de contenir l’élan ainsi insufflé. Il faut pour cela une autre voix, plus posée mais tout aussi forte dans le rejet de l’autocratie. Les décembristes en ont conscience, qui façonnent une autre parole, destinée davantage à la noblesse et porteuse d’un projet politique construit, différent de l’ordre autocratique et impérial. La caricature du tsar s’avérant insuffisante, les décembristes utilisent un autre ressort pour mobiliser leurs concitoyens : la satire de la société russe, qui devient la toile de fond de tous les écrits décembristes. Pourvus d’une grande clairvoyance et d’une lucidité sans complaisance, les décembristes – de même que d’autres intellectuels – identifient nettement les problèmes auxquels la société russe se heurte et les retranscrivent fidèlement, à travers leurs écrits littéraires.

2La présence de ces futurs insurgés dans un paysage littéraire dominé par le lyrisme peut surprendre, et l’on est en droit de s’interroger sur la place de cette expérience littéraire dans le parcours intellectuel des décembristes. Comment les décembristes écrivains concilient-ils les exigences esthétiques des années 1810-1820 et leur propension au catéchisme civique ? Les images littéraires, dotées d’une forte puissance suggestive, recèlent des traces nettes des convictions des futurs insurgés : elles participent pleinement à l’histoire du politique, tel que nous l’avons défini. Si le passage de l’épée à la plume n’est pas le prélude à un refuge au sein du monde rassurant de la fiction, alors les écrits littéraires des décembristes doivent retenir l’attention du chercheur, non pour une étude de leur style, mais pour une analyse des notions politiques qu’ils véhiculent.

3 La conception de la littérature selon les décembristes n’est pas sans poser question, car elle remet partiellement en cause le sentimentalisme de la fin du xviiie siècle. Les décembristes ne limitent pas leur champ d’investigation à l’individu et aux passions dont il est l’épicentre : en élargissant leurs horizons littéraires à l’ensemble de la société, ils modifient non seulement les règles d’écriture, mais aussi le regard porté sur la littérature. La parole littéraire des décembristes, portée au public à travers l’almanach l’Étoile polaire, est un objet historique : elle montre comment se crée un espace public, comment se façonne l’opinion publique sous le règne d’Alexandre. On ne peut faire l’économie d’une analyse du contenu de ces écrits : la littérature se métamorphose en plaidoyer pour une Russie libérée de l’arbitraire et du servage, et pour l’éducation civique du peuple-citoyen. L’Étoile polaire clame le désir ardent d’un autre ordre politique : c’est à travers ces éclats de voix au succès immédiat que l’on peut déceler et restituer le discours républicain.

Prendre la plume, prendre la parole

Écrire, rendre public

  • 1 Lettre de V.N. Karazin (1773-1842), homme d’État russe d’origine ukrainienne, envoyée à Alexandre e (...)
  • 2 « Étendant notre sollicitude à l’utilité de nos ressortissants et souhaitant leur procurer tous les (...)

4Lorsque, en 1801, Alexandre monte sur le trône, la société russe pousse un soupir de soulagement et salue avec enthousiasme le jeune souverain : « Alexandre, bien-aimé de nos cœurs ! Voici une dizaine de fois que le soleil printanier éclaire tes administrés, remplis d’espérances, et de jour en jour, d’heure en heure, tu remplis ces espoirs. Quel avenir lumineux nous attend1 ! » L’avenir devait s’avérer relativement proche : par le décret du 31 mars 18012, Alexandre autorisa l’impression en Russie d’ouvrages de littérature étrangère ; en 1802, les organes de censure liés à la police furent supprimés. Cette libéralisation de l’écriture et de la parole vient après le règne de Catherine II, qui se préoccupa fort peu de la liberté de pensée, et après les sombres années pauliniennes, marquées par une censure impitoyable. C’est que, dans l’Empire de toutes les Russies, l’acte d’écriture relève, parfois, d’un acte de résistance. Les écrits tolérés sont ceux qui consignent la volonté du tsar – oukases, décrets, affiches placardées sur les murs de la ville doivent transcrire et transmettre la parole de l’Empereur. Les écrits qui dénigrent l’Empereur sont confiés aux feuilles volantes et volages des pamphlets : écriture clandestine pour une parole dispersée et, somme toute, éphémère. Seule écriture à offrir une échappatoire à cette parole codifiée : la littérature séduit les lettrés en désaccord avec le pouvoir, notamment à partir des années 1780-1790. Sur ce point, l’essor des utopies est à mettre en relation étroite avec le durcissement de la censure.

  • 3 M. Raeff reprend la théorie de Û.M. Lotman, qui nuance très fortement la ligne directe établie entr (...)
  • 4 Sur le sentimentalisme russe et l’œuvre de N.M. Karamzin, voir Breuillard, J. (dir.), Le sentimenta (...)
  • 5 « Poètes et romanciers du Nord : Pouchkine », article anonyme, dans la Revue des deux mondes, Paris (...)
  • 6 Ryleev, K.F., Ispoved’ Nalivajki (otryvok iz poèmy), dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i (...)

5Puisque la Russie impériale est dépourvue de tout espace public libre, la littérature devient un lieu d’échanges d’idées et de convictions : elle devient l’espace public par excellence. C’est au sein de revues littéraires – et en dépit de la censure – que se développent les disputes entre les différents courants de pensée. L’exemple le plus marquant de l’utilisation de la littérature comme tribune d’idées est l’ouvrage d’A.N. Radišev, Le voyage de Saint-Pétersbourg à Moscou : en relatant les différentes étapes de ce voyage, l’auteur transforme sa description en plaidoyer en faveur des serfs et de l’abolition du servage. Mais le pouvoir politique en place n’est pas dupe : cet ouvrage, publié en 1790, fut interdit par Catherine II – par la suite, cette interdiction devait être reprise par Alexandre Ier et Nicolas Ier. Marqués par l’exemple d’A.N. Radišev, mais aussi par celui d’I.P. Pnin et d’A.R Bestužev3, les futurs insurgés se détournent résolument du sentimentalisme, dont N.M. Karamzin4 fut sans doute l’un des plus grands représentants. Délaissant la fiction pure, ils préfèrent s’adonner à des descriptions, plus ou moins réalistes, de l’histoire et de la société russes. En ce début de xixe siècle, d’autres écrivains, comme P.A. Čaadaev ou A.S. Griboedov, rejoignent cette conception engagée de la littérature. Et l’on pourrait dire d’eux ce que les contemporains disaient de Puškin : « Ami fougueux de l’indépendance, passionné pour les institutions libérales qu’il aurait voulu transporter en Russie », l’écrivain engagé entrait nécessairement en conflit, même littéraire, face à la haute noblesse russe, face « à son adoration tout orientale pour la personne du souverain, à sa religion toute matérielle, toute hérissée d’abstinences et de pratiques monacales5 ». Parmi les décembristes littéraires, K.F. Ryleev est une figure forte de l’écrivain engagé. Il fait dire à son héros, Nalivajko : « Mais, dis-moi, où et quand la liberté / Sans victimes a-t-elle été achetée6 ? » À la remarque d’un de ses compagnons, qui lui faisait justement remarquer l’actualité d’un tel propos, K.F. Ryleev répondit qu’il était convaincu que leur sort était déjà scellé : en Russie impériale, on ne célèbre pas la liberté en place publique, sans courir le risque de voir cette voix libre étouffée par la censure – ou affaiblie par l’exil en Sibérie.

  • 7 Extrait de la pièce d’A.S. Griboedov, Du malheur d’avoir de l’esprit (Gore ot uma), acte IV, scène  (...)

6Le fleuron de la littérature russe de l’époque se regroupe autour des décembristes littéraires, ou est en contact avec eux, sans adhérer pour autant aux sociétés secrètes : qu’il s’agisse d’A.S. Puškin, d’A.S. Griboedov, de P.A. Vâzemskij, de F.V. Bulgarin, ou encore de P.A. Pletnev, tous connaissent et apprécient les talents littéraires des décembristes. Les liens d’amitié et de collaboration entre ces écrivains sont étroits : ce réseau d’écrivains permet, malgré la censure, de publier des oeuvres extrêmement critiques vis-à-vis du pouvoir en place. Amis d’A.S. Puškin et d’A.S. Griboedov, les décembristes forment avec ces écrivains une réelle communauté de pensée, dominée par l’indépendance et la liberté. L’allusion de Tchatski, héros de Du malheur d’avoir de l’esprit, à une « société de cessions clandestines7 »– évocation transparente, pour les contemporains, des cercles progressistes qui réunissaient le fleuron de la société cultivée – montre l’intimité entre ces écrivains et certains décembristes. Jugés trop mondains par les futurs insurgés, jamais ces écrivains n’eurent accès aux sociétés secrètes ; en revanche, les pages de l’Étoile polaire leur furent largement ouvertes.

Les périodiques, lieux d’échanges et de dispute

  • 8 Voir Ŝebal’skij, « Materialy dlâ istorii russkoj cenzury », Besedy v Obŝestve lûbitelej rossijskoj (...)
  • 9 « K istorii russkoj literatury », dans Russkaâ starina, 1900, n° 8, p. 391-395 ; Zapadov, A.V., Ist (...)

7Sous le règne d’Alexandre Ier, la presse périodique connut un essor sans précédent : grâce à une censure plus souple, des revues, des almanachs, des journaux de toutes sortes apparaissaient et disparaissaient au gré des disputes, des envies et des besoins des lecteurs, des influences des éditeurs, etc. Les décrets sur la liberté d’expression promulgués sous le règne d’Alexandre Ier allaient dans le sens d’un grand assouplissement de la censure8, à la fois dans l’importation d’ouvrages étrangers et dans la publication d’ouvrages et de périodiques russes ; cette relative liberté explique le foisonnement de revues russes à cette époque. On distingue trois grandes périodes de publication : les années 1801-1811 ; les campagnes contre Napoléon (1812-1815) ; et la décennie 1815-1825, marquée par un intérêt sans précédent pour les affaires intérieures du pays9.

  • 10 Zapadov, VA., dans Istoriâ russkoj žurnalistiki XVIII-XIX vekov, Moskva, Vysšaâ škola, 1966, 2e édi (...)
  • 11 Frizman, L.G., Literaturno-kritičeskie raboty dekabristov, Moskva, Hudožestvennaâ literatura, 1978, (...)
  • 12 Le Messager de l’Europe publie, en 1814, le premier poème d’A.S. Puškin, Kdrugu stihotvorcu.
  • 13 Vestnik Evropy, izdavaemyj Nikolaem Karamzinym, Moskva, V Universitetskoj Tipografii, 1802, n° 2, p (...)
  • 14 On y trouvait des articles qui traitaient des bienfaits d’un régime constitutionnel.

8La décennie 1801-1811 est marquée par l’activité fertile de la Société libre des amateurs des belles-lettres, des sciences et des arts (Vol’noe obšestvo lûbitelej slovesnosti, nauk i hudožestv). De 1801 à 1807, la société fut dirigée par une aile gauche, assez radicale, représentée par Born et I.P. Pnin ; de 1808 à 1812, elle se rapprocha de l’école de N.M. Karamzin, dont les intentions libérales étaient plus modérées. Cette société édita un grand nombre de revues et d’almanachs : l’almanach Svitok muz (1802-1803), recueil de poésies lyriques, mais aussi à thématique philosophique et politique ; la société éditait également une revue à son nom (Periodičeskoe izdanie Vol’nogo obŝestva lûbitelej slovesnosti, nauki hudožestv), publiée à partir de 1804. Cette société littéraire constitue un centre important de la presse périodique de l’époque ; elle est également à l’origine du Messager de Saint-Pétersbourg (Sankt-Peterburgskij vestnik), publié en 1812 ; du Messager du Nord (Severnyj vestnik), d’I.I. Martynov, publié en 1804-1805 ; de la Revue des belles-lettres russes (Žurnal rossijskoj slovesnosti) dirigée par N.P. Brusilov et publiée en 1805 ; de Amateur des belles-lettres (Lûbitel’slovesnosti) de N.F. Ostolopova (1806) ou encore du Parterre de fleurs (Cvetnik) dirigé par A.R. Izmajlov et A.P. Benitckij, et publié en 1809-1810. Parmi toutes ces publications, le Messager du nord mérite quelques instants d’attention : contrairement aux autres revues, centrées sur la vie littéraire de leur temps, cette revue mensuelle s’intéresse certes à la littérature et à la critique littéraire, mais traite aussi des thématiques sociales et politiques. Par exemple, la science de la législation y est abondamment commentée : on trouve des traductions des auteurs de l’Antiquité et des auteurs européens (Tacite, Montesquieu, Holbach, etc.), mettant à la diposition des lecteurs russes les oeuvres politiques les plus lues en Europe. La Revue périodique de la Société libre des amateurs des belles-lettres est réputée pour son esprit satirique fort développé. On trouve par exemple, dans le numéro 10, un « Essai de dictionnaire philosophico-critique », qui raille les grands seigneurs ; ainsi, pour définir le mot « promesse » (obešanie), on peut lire : « Habitude des personnes de la haute aristocratie » ; ou encore, à l’article « Noblesse » : « Dignité, souvent acquise par un seul descendant10. » Enfin, pour conclure cette première période, il convient de saluer un autre périodique, le Messager de l’Europe (VestnikEvropy), revue publiée à Moscou de 1802 à 1830. Fondée sur une idée d’I. Popov, directeur de la typographie de l’université de Moscou, cette revue bimensuelle fut confiée à N. Karamzin. Par la suite, la revue devait être dirigée par P.P. Sumarokov, puis M.T. Kačenovskij, V.A. Žukovskij et V.V. Izmajlov11. Le succès du Messager de l’Europe auprès de la société russe ne fait pas de doute : les tirages variaient en effet de 580 à 1 200 exemplaires, ce qui est considérable pour l’époque. La revue traitait de littérature12 et d’art, mais aussi de politique russe, intérieure et extérieure. À une époque où les tensions s’accumulaient entre la Russie et la France, le Messager de l’Europe proposait également une analyse de la politique étrangère des pays européens, ainsi que des articles de revues étrangères, traduits en russe. Ainsi, dans le numéro de janvier 1802, la revue proposait à ses lecteurs de découvrir un article du Morning Chronicle, consacré aux relations entre la France et la Grande-Bretagne13. La revue permettait donc aux Russes de suivre les bouleversements politiques européens. En résonance avec les orientations de l’Empereur, cette revue devait évoluer sur le plan des convictions politiques : jusqu’en 1814, le Messager de l’Europe fit preuve d’un esprit libéral modéré14, mais à partir de 1815, il prit une tournure conservatrice.

  • 15 Le terme patriot fait son apparition en russe en 1812 ; il est donc fortement tributaire du context (...)
  • 16 Cité d’après Zapadov, A.V., Istoriâ russkoj žurnalistiki XVIII-XIX vekov, op. cit., p. 126.
  • 17 Greč, N.I., Zapiski o moej žizni, Moskva, Leningrad, [s.n.], 1930, p. 687 ; réédition : Moskva, Kni (...)

9Les périodiques des années 1812-1815 laissent une large place aux nouvelles militaires : il s’agissait de galvaniser les troupes russes et alliées face à Napoléon. Toutefois, ce soutien à l’armée russe est véhiculé de deux manières différentes. Les Nouvelles de Saint-Pétersbourg (Sankt-Peterburgskie vedomosti), les Nouvelles de Moscou (Moskovskie vedomosti) et le Messager russe (Russkij vestnik) défendent le patriotisme15 officiel. Dans leurs articles, on trouve des détails sur le théâtre de la guerre, l’avancée des troupes russes, des vers patriotiques, etc. Mais le journal le Fils de la patrie ou le Patriote (Syn otečestva), dirigé par N.I. Grec, propose une tout autre version des faits : la lutte contre Napoléon n’est pas présentée comme une victoire du tsar contre l’empereur français, mais comme une lutte du peuple russe pour son indépendance. Dans un article intitulé « Adresses aux Russes » (Poslaniâ k russkim), A.P. Kunicyn soutient avant tout l’idée de liberté : « Nous mourrons libres dans une patrie libre16. » Dans ses mémoires, N.I. Grec rappelle que cet esprit touchait une grande partie de la société russe : « J’étais alors un libéral convaincu, et je m’étais imprégné de cet esprit lors d’un court séjour en France. Et puis, qui des jeunes gens de cette époque était du côté de la réaction ? Tous fredonnaient la chanson constitutionnelle, dans laquelle le contre-chant était formé par l’empereur Aleksandr Pavlovič17. » K.F. Ryleev, V.K. Kûhel’beker, EN. Glinka et A.A. Bestužev, futurs décembristes qui partageaient ce point de vue, participèrent activement à ce journal.

  • 18 Žurnal obŝestva sorevnovatelej prosveŝeniâ i blagotvoreniâ, devenu plus tard Sorevnovatel’ prosveŝe (...)
  • 19 Lettre de N.I. Turgenev à son frère Sergej, dans Dekabrist N.I. Turgenev – pis’ma k bratu S.I. Turg (...)

10La troisième période, qui s’étend de 1815 à 1825, est la plus riche en journaux, revues et almanachs de tous genres. On trouve, certes, quelques journaux de divertissement, telle la Revue des dames (Damskij žurnal), de P. I. Šalikov, qui parut de 1823 à 1833 et devint plus tard la Revue de la mode (Modnyj žurnal). Il existe également quelques journaux militaires : les Annales de la patrie (Otečestvennye zapiski) de P.P. Svin’in sortirent de 1820 à 1830 ; quant au journal l’Invalide russe (Russkij invalid), édité de 1813 à 1917, il connut une remarquable longévité. Mais ce sont les revues littéraires qui dominent pour l’essentiel la scène des périodiques russes. Elles suivent deux directions différentes : les unes consacrent des rubriques à la vie politique ; c’est le cas du Messager russe (Russkij vestnik) ou encore de Y Abeille du Nord (Severnaâ pčela), dirigée par EV. Bulgarin seul, puis en direction conjointe avec N.I. Grec ; la revue le Fils de la patrie (Syn otečestva) suit le même chemin. D’autres, en revanche, se tournent davantage vers l’histoire, tel l’almanach les Antiquités russes (Russkaâ starina), né en 1825. Les décembristes ne sont pas absents de ces aventures littéraires : K.F. Ryleev et V.K. Kûhel’beker participent activement à l’élaboration de la revue le Spectateur de la Neva (Nevskij zritel’) publiée en 1820-1821 ; de 1818 à 1825, de nombreux décembristes écrivent pour la revue de la Société des amateurs des belles-lettres et des beaux-arts18. Ils se montrent extrêmement sévères à l’égard des journaux proches du gouvernement. Dès 1816, N.I. Turgenev dénonce le verbiage de certaines revues, qui traitent des idées libérales comme d’une mode et les rendent « non comestibles19 ».

  • 20 Lettre de N.I. Turgenev à son frère Sergej, dans Dekabrist N.I. Turgenev – pis’ma k bratu S.I. Turg (...)
  • 21 Extrait des carnets intimes de N.I. Turgenev, dans Arhiv brat’ev Turgenevyh – Dnevniki i pis’ma N.I (...)

11C’est dans ce contexte d’une presse périodique extrêmement vivante et contrastée que, forts de leurs expériences et de leurs premières participations, les décembristes tentent d’éditer leur propre revue. La presse périodique les séduit par sa grande variété : les divers formats, le choix d’une parution hebdomadaire, mensuelle, trimestrielle ou annuelle, la possibilité de publier en vers ou en prose, l’edition de textes complets ou seulement d’extraits – toutes ces opportunités assurent aux auteurs une souplesse que n’offre pas l’édition en monographies. Plusieurs projets demeurent inaboutis, mais l’orientation choisie mérite d’être étudiée, dans la mesure où elle révèle les objectifs de leurs auteurs. La première tentative remonte à l’année 1817 et prend naissance au sein du cercle littéraire Arzamas, auquel participaient, entre autres, N.I. Turgenev, M.F. Orlov et N.M. Murav’ëv. N.I. Turgenev prend l’initiative de fonder une revue qui permettrait aux auteurs de s’éloigner du domaine purement littéraire et d’ouvrir des perspectives politiques : il s’agit de « montrer les mérites de l’Angleterre et de la France devant l’Europe », tout en soulignant que la France a « donné à l’Europe un cours complet sur la gestion de l’Etat20 ». P.A. Vâzemskij, convaincu que la censure ne permettra pas de traiter directement de thèmes sociaux et politiques, propose de camoufler le but essentiellement politique, en ajoutant d’autres rubriques : mœurs, belles-lettres et politique. Mais la société littéraire Arzamas se dissout rapidement, et le projet n’est pas réalisé. Insatisfait, N.I. Turgenev ressent l’urgente nécessité de créer une revue traitant de thèmes politiques. Reprenant son idée première, il propose de créer une nouvelle société nommée « Société de l’an 19 et du xixe siècle » (Obŝestvo 19 goda i XIX veka), dont la revue porterait le nom le Russe du xixe siècle (Rossiânin XIX veka) ou Archives des sciences politiques et des belles-lettres russes (Arhiv političeskih nauk i rossijskoj slovesnosti). Dans ses journaux intimes, tenus régulièrement à jour, N.I. Turgenev note le programme de cette revue21, réparti en sept rubriques : politique générale ou science du gouvernement d’un État ; économie politique ou science de la gestion d’un État ; finances ; droit ; histoire ; statistiques ; philosophie. Le choix de ces différentes rubriques rappelle les disciplines dans lesquelles N.I. Turgenev s’est formé à Göttingen ; il montre également la volonté affichée des décembristes de former leurs lecteurs dans les sciences politiques. Pour déjouer la censure, N.I. Turgenev propose de recouvrir ces idées jugées subversives d’un vernis théorique. Le projet est habile, les objectifs conviennent à EN. Glinka, N.M. Murav’ëv, A.P. Kunicyn, V.K. Kûhel’beker, A.S. Puškin, futurs collaborateurs. Mais, par manque de temps, ce projet ne verra pas le jour. D’autres tentatives ont lieu : en 1820, M.F. Orlov émet le souhait d’éditer une revue l’ Observateur russe à Varsovie (Rossijskij nablûdatel’ v Varšave), en utilisant les matériaux envoyés par P.A. Vâzemskij, qui travaillait alors à la chancellerie d’Alexandre Ier en Pologne ; mais ce projet est refusé. Enfin, en 1824, P.A. Muhanov, un autre membre des Sociétés secrètes, essuie un refus de la censure pour son projet de Revue militaire (Voennyj žurnal). En 1824, V.K. Kûhel’beker fonde, avec V.F. Odoevskij, une revue intitulée Mnémosine (Mnemozina), recueil de poésie, qui paraît tous les trois mois. Quatre recueils voient le jour : ils contiennent, pour l’essentiel, des poésies de V.K. Kûhel’beker, qui en est le collaborateur le plus dynamique. En 1825, A.O. Kornilovič publie, conjointement avec V.D. Suhorikov, l’almanach les Antiquités russes (Russkaâ starina), dont la publication est rapidement interrompue par l’insurrection de décembre 1825 ; l’idée séduit néanmoins un grand nombre de lecteurs, si bien que cette publication sera reprise par d’autres éditeurs et se poursuivra tout au long du xixe siècle.

L’’Etoile polaire, entre littérature et politique

  • 22 Polârnaâ zvezda. Le titre fait allusion à l’objectif de la revue : l’almanach doit éclairer la soci (...)
  • 23 Voir l’appareil critique dans l’édition soviétique de Polârnaâ Zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. (...)
  • 24 Russkij invalid : 1823, nos 4, 5, 6, 7, 13, 61-62 ; 1824, nos 49, 52, 53, 56, 59, 67, 73, 73, 78 (f (...)
  • 25 Syn otečestva : 1823, č.83, n° 1, p. 17-18, n° 3, p. 111-114, n1 4, p. 174-190 ; 1823, č.84, n° 9, (...)
  • 26 Essentiellement pour l’année 1824. Vestnik Evropy, 1824 : č.133, n° 1, p. 53-57, n° 2, p. 114- 121, (...)
  • 27 Cité par Arhipov, V.A., Bazanov V.G., et Levkovič, Â.L., « Literaturno-èstetičeskie pozicii Polârno (...)

12Toutes ces tentatives avortées en raison d’un refus de la censure invitent les décembristes à la prudence, mais ne les découragent pas. La plus grande réussite des décembristes est sans conteste l’Êtoile polaire22, éditée par K.F. Ryleev et A.A. Bestužev de 1823 à 1825. Le format de l’almanach les avait séduits par sa grande souplesse de parution et des contraintes moindres que celles imposées par le format du journal ou de la revue. Mais ces derniers proposent un nouveau type d’almanach. Traditionnellement, l’almanach était réservé à une lecture de divertissement ; or, K.F. Ryleev et A.A. Bestuževl’utilisent dans un tout autre but : il ne s’agit pas de divertir les lecteurs, mais de les instruire. Dès sa première apparition dans le paysage des périodiques russes, l’ Étoile polaire (Polârnaâ zvezda) connaît un succès retentissant : le premier numéro est tiré à 600 exemplaires en 1823, et le deuxième à 1500 exemplaires en 1824. On dénombre 66 occurrences de ce nouvel almanach dans les revues russes de 1823-182523 : Y Étoile polaire est évoquée dans la revue l’Invalide russe (Russkij invalid)24, dans les revues le Fils de la patrie (Syn otečestva)25, l’Abeille du Nord (Severnaâ pčela), le Télégraphe de Moscou (Moskovskij telegraf), les Nouvelles de Moscou (Moskovskie vedomosti), le Messager de l’Europe (Vestnik Evropy)26 – pour ne citer que les revues les plus influentes. Le bibliographe P. I. Keppen ne tarit pas d’éloges pour saluer l’apparition de ce nouveau périodique qu’il qualifie de « premier almanach » : « Pour nous, habitants du Septentrion, l’Étoile polaire a resplendi de l’éclat extraordinaire d’Orion. Le succès de l’entreprise de MM. les éditeurs a été assuré par une reconnaissance légitime de leur goût et de leurs talents27. »

  • 28 Obolenskij, E.P. Prince, dans Semevskij, V.I., Obŝestvennoe dviženie v Rossii vpervuû polovinu XIX (...)
  • 29 Obolenskij, E.P., dans Obsestvennoe dviženie..., op. cit., p. 242.

13Les bénéfices furent tels que, pour l’année 1825, A.A. Bestužev parvint même à rémunérer les écrivains ayant participé à cette édition. C’est la première fois, en Russie, que des écrivains reçoivent une rémunération pour des travaux proposés à la publication dans des revues ; cette rémunération des auteurs est le premier pas vers une professionnalisation des écrivains, ce dont témoigne le prince E.P. Obolenskij : « [Le but des éditeurs] était de rétribuer le travail littéraire de manière plus substantielle que ce que recevaient à l’époque les gens qui s’adonnaient à un travail intellectuel28. » La littérature n’est plus l’apanage de nobles désœuvrés, et passe du statut de divertissement à celui de travail intellectuel : l’écriture est en voie de professionnalisation. D’après le témoignage d’E.P. Obolenskij, l’entreprise réussit au-delà de toute espérance : « L’Étoile polaire connut un énorme succès ; non seulement elle rapporta à ses éditeurs le montant des investissements initiaux, mais elle leur permit de faire des bénéfices nets de 1500 à 2 000 roubles29. » La revue l’Étoile polaire surprend et séduit, par son format et par son contenu : poésies, romans, nouvelles, mais aussi interprétation des grands événements survenus dans l’année, en Russie comme à l’étranger. En 1825, les éditeurs, ayant pris du retard, proposent d’éditer, pour 1826, un almanach moins important sous le titre la Petite Étoile (Zvezdočka). Mais celle-ci ne verra pas le jour : l’insurrection du 14 décembre 1825 vient interrompre les travaux de K.F. Ryleev et A.A. Bestužev. Malgré une durée de publication extrêmement brève – à peine trois numéros sont parus –, l’Étoile polaire a profondément marqué les contemporains des décembristes ; la raison est à chercher dans le contenu résolument nouveau que les deux éditeurs proposaient à leurs lecteurs.

14De prime abord, l’Étoile polaire ne se distingue pas des autres revues littéraires : pour l’essentiel, elle est composée d’extraits de poésie et de prose. Ainsi, dans le numéro de 1823, on trouve une étude historique d’A.O. Kornilovič sur les bals à la cour de Pierre le Grand, des poésies de F.N. Glinka, N.I. Gnedič, P.A. Vâzemskij, V.A. Žukovskij, une fable d’I.A. Krylov, deux poèmes d’A.S. Puškin, etc. Le deuxième numéro contient deux allégories de EN. Glinka, des lettres de V.A. Žukovskij sur un voyage en Suisse, des chansons et des romances du baron A.A. Del’vig, des vers d’A.S. Puškin, K.E Ryleev, etc. Enfin, le troisième tome, plus épais, est composé presque exclusivement de poésies (I.A. Krylov, P.A. Vâzemskij, EN. Glinka, P.A. Pletnev, K.E Ryleev) ; la prose est peu représentée : lettres de V.A. Žukovskij, de N.A. Bestužev (alors en service à Gibraltar) pour l’essentiel. Outre cette répartition entre prose et poésie, de nombreux types d’écriture se côtoient au fil des pages de cet almanach. Toutefois, le style et le ton de ces œuvres littéraires sont beaucoup plus libres que dans tout autre almanach – et les lecteurs ne s’y trompent pas. En effet, l’Étoile polaire a pour première caractéristique la diversité des œuvres publiées : outre les poésies, le lecteur est confronté à des nouvelles, des extraits de romans, des extraits de correspondance, des fables, des traductions de nouvelles arabes et perses, etc. Ce foisonnement de styles différents permet de déjouer la censure et d’utiliser des genres littéraires en principe codifiés pour pouvoir faire passer des idées en désaccord avec l’idéologie officielle. Ainsi la traditionnelle prosopopée des animaux des fables permet de critiquer des traits de la société russe. Plus subtile est l’utilisation de la correspondance épistolaire, qui donne un regard contemporain sur le monde environnant. La traduction de nouvelles prétendument orientales est un autre moyen utilisé pour transmettre des critiques sur le monde russe, par la médiation d’un regard étranger. Enfin, les décembristes ont recours à l’histoire russe pour dénoncer l’autocratie : la référence constante à la Russie kiévienne et au veče contient une condamnation implicite de l’autocratie, et appelle au retour des traditions politiques de la Russie prémoscovite. Cette utilisation détournée de styles existants n’a pas échappé au lectorat cultivé de Y Étoile polaire.

  • 30 L’introduction au premier numéro de l’Étoile polaire, en 1823, établit un rapide historique de la l (...)
  • 31 Polârnaâ zvezdai, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., année 1825, p. 492.
  • 32 Id., p. 492.

15Ce décalage voulu par rapport à d’autres revues invite tout lecteur de Y Étoile polaire à aiguiser son regard sur le type de littérature qu’il découvre. À travers le panorama de la littérature qu’il propose en début de chaque numéro30, A.A. Bestužev entend présenter sa propre conception de la littérature. Son discours devient particulièrement virulent dans l’article introductif de 1825, plus long et plus construit que les précédents. A.A. Bestužev consacre une partie théorique à la définition de la littérature russe dans son ensemble. Dénonçant la place démesurée que tient la critique dans la littérature russe – reflet de la servile imitation de l’étranger –, A.A. Bestužev définit ce que devraient être la littérature russe et l’écrivain de génie ; à ses yeux, la littérature ne se justifie que si elle s’avère utile à la société : elle n’est donc pas un ornement, mais un outil aux mains des écrivains. Selon A.A. Bestužev – et, avec lui, l’ensemble des décembristes –, la littérature ne doit pas être une littérature de divertissement ; elle se définit avant tout par un objectif : répondre aux besoins des citoyens. Elle a donc pour mission de les instruire de ce qui se passe à l’étranger et en Russie, et de leur transmettre une certaine culture politique. On retrouve ici les buts de l’Union du Bien public : utiliser la littérature comme un moyen pour diffuser et améliorer l’instruction parmi toutes les couches de la société. Les décembristes théorisent un modèle devenu courant depuis A.N. Radiŝev : les productions littéraires russes du xixe siècle témoignent de cette conception engagée de la littérature. Le rôle efficace de la littérature ainsi définie entraîne une conception différente de l’écrivain : ce dernier doit remplir un rôle spécifique dans la société. D’après A.A. Bestužev, l’écrivain de génie – le seul dont il soit réellement nécessaire de parler – est nécessairement en porte-à-faux, voire en opposition avec le pouvoir en place ; pour étayer son propos, il cite l’exemple d’Homère vivant dans la pauvreté, de Shakespeare, Molière, Torquato Tasso dans son asile, et même de Voltaire, qui écrivit son meilleur poème à l’ombre de la Bastille. Jouant le rôle de prophète, face à des autorités officielles aveugles et sourdes, et face à une foule souvent méprisante, l’écrivain de génie est souvent persécuté : « Évidemment, la gloire ne chemine pas toujours de concert avec le génie ; souvent, leurs contemporains les persécutaient, sans les comprendre [...]31. » Cette incompréhension est souvent le signe de l’acuité du regard de l’écrivain, qui lui permet, tel un prophète, de « dévoiler le présent et [d’]instruire les générations futures32 ». On ne saurait prendre au sérieux les griefs de vacuité formulés par A.A. Bestužev à l’encontre des écrivains russes : les années 1800-1830 voient fleurir nombre de talentueux hommes de lettres. En revanche, sa conception engagée de la littérature doit retenir l’attention : c’est à travers elle que les décembristes entendent prendre position en prenant la parole.

16La littérature que défendent les décembristes est une littérature utile et efficace ; dès lors, on ne s’étonnera pas qu’elle accorde une grande place aux problèmes de société, aux événements politiques survenus en Russie et à l’étranger. On remarque une certaine politisation de la revue, entre le numéro de 1823 et celui de 1825 : les références à l’Antiquité sont progressivement abandonnées ; les décembristes multiplient les références à l’histoire russe pour souligner la liberté politique de la Russie kiévienne et la perversion du pouvoir sous la Russie moscovite. Les textes du dernier numéro de cet almanach accordent une place prééminente à l’initiative individuelle de héros qui se battent face à un pouvoir tout-puissant et injuste, pour le bien du peuple : tels sont les tsiganes, héros du poème éponyme d’A.S. Puškin ; tel aussi est Nalivajko, héros de K.F. Ryleev, qui publie sa tragique Confession de Nalivajko (Ispoved’Nalivajki), dans laquelle le héros prévoit sa perte pour le bien de son pays. Quittant le domaine de la fiction pour rejoindre une description de la réalité, l’Étoile polaire de 1825 édite les lettres d’Espagne de N.A. Bestužev, qui mettent en relief le rôle du peuple espagnol dans sa lutte contre Ferdinand VII. Enfin, A.A. Bestužev publie deux nouvelles à thématique civique : la réflexion sur le héros – véritable patriote – se transforme en une réflexion politique sur les attentes des citoyens vis-à-vis de l’État dans l’Empire russe. Cette progressive politisation des thèmes évoqués est due à la participation de K.F. Ryleev et A.A. Bestužev, et à l’approfondissement de leurs réflexions politiques au sein de la Société du Nord. Les choix des publications dans l’almanach l’Étoile polaire reflètent l’évolution des points de vue des deux éditeurs. Dans l’Étoile polaire, A.A. Bestužev et K.F. Ryleev défendent une littérature engagée : l’écrivain doit céder la place au citoyen et servir les desseins de ce dernier. Le rapport au monde qu’entretient l’écrivain devient désormais éminemment conflictuel : il doit non seulement dénoncer les problèmes de la société, mais aussi énoncer des solutions pour résoudre ces difficultés. Une telle conception de la littérature n’empêche pas les décembristes d’avoir recours à un certain pathos, fortement empreint de romantisme. Littérature engagée ou romantisme civique – la conception de la littérature qu’ont les décembristes doit nous guider dans une analyse des notions politiques complexes véhiculées dans les textes de l’Étoile polaire.

Éduquer le regard des contemporains

  • 33 Agamben, G., Qu’est-ce que le contemporain ?, traduit de l’italien par Maxime Rovere, Paris, Rivage (...)

17Le lectorat averti de l’Étoile polaire a parfaitement perçu la qualité de cet almanach et la nouveauté de son style. Au cours des trois années de parution, l’Étoile polaire tente de diffuser dans la société russe des notions d’instruction civique et de susciter l’eveil d’une opinion publique. Les concepts qui circulent dans les pages de cette revue sont autant d’éléments qui structurent la pensée politique des décembristes – c’est en tant que tels qu’ils doivent être étudiés. Cette littérature efficace qu’est la littérature engagée est un artifice pour transmettre au lectorat averti de l’Étoile polaire une critique policée de l’autocratie, mais aussi le goût, voire le désir, d’un ordre politique totalement autre. Dans cet almanach, les décembristes soulignent sans complaisance les maux de leur temps, mais savent aussi percevoir, à travers l’obscurité de l’autocratie, les lumières de leur époque, les possibilités qui leur sont offertes de penser un autre ordre politique, de susciter une réflexion de vaste ampleur sur le constitutionnalisme et de préparer leurs concitoyens à une autre approche de la res publica. En réalité, l’Étoile polaire donne à voir non une pensée politique clairement définie, mais un regard contemporain sur la Russie et l’Europe. On empruntera volontiers la notion de contemporanéité à Giorgio Agamben qui, réfléchissant sur cette qualité difficile à cerner, la définit comme un rapport particulier à son époque, au temps présent. Est contemporain « celui qui reçoit en plein visage le faisceau des ténèbres de son temps33 », qui bénéficie d’une acuité particulière sur son époque. Assurément, les décembristes sont des contemporains : l’Étoile polaire est là pour en apporter un signe irréfutable. Dans ces quelques pages en effet, la parole des décembristes reflète un regard particulier sur la société contemporaine – russe et européenne – mais aussi sur l’histoire du continent européen. Au fil des pages de l’Étoile polaire se disent un rapport spécifique au temps présent, une relation particulière au passé. Il y a urgence, pour les décembristes, à éclairer le présent à la lumière du passé, à mettre le présent en perspective avec le passé. Il y a urgence, pour le lecteur, à saisir l’esprit de cette démarche, car la république subit le même traitement.

18On ne s’étonnera donc pas de voir l’Étoile polaire osciller entre présent et passé, entre Russie et Europe : il n’y a pas, pour les auteurs, de fracture entre ces différents éléments. Tout est relié par le même regard contemporain. Regard qui se dit par une parole, changeante au gré des thématiques et des époques traversées : fables pour critiquer le xviiie siècle, faux articles historiques qui évoquent un passé non révolu, correspondance fictive en provenance d’un Orient fort semblable à l’Occident, poésies camouflant derrière leurs vers des soufflets dignes d’un pamphlet, romans destinés à mettre en avant le courage civique de leurs héros, extraits de mémoires se transformant en témoignage ou en reportage, lettres d’Europe, carnets de Russie... Tout devient contemporain sous la plume des décembristes, et, surtout, tout est relié à la chose publique, à la res publica : la vie de la cité – sous tous les temps et sous toutes les latitudes – est le fil d’Ariane qui relie les textes si variés de l’Étoile polaire. L’enjeu est donc de cerner l’approche décembriste de cette res publica, en ce qu’elle a de spécifique – afin de mettre au jour les fondements de la modernité politique, telle qu’elle se dit en Russie.

Muse ou réalité politique ? Les métaphores de la liberté

  • 34 Bogdan Hmel’nickij se souleva contre la domination polonaise en 1647 et signa de son plein gré, en  (...)
  • 35 Ryleev, K.F., « Bogdan Hmel’nickij », dans Dekabristy – izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva, P (...)

19Muse de la poésie russe au xixe siècle, qu’il s’agisse de Puškin ou des décembristes, la liberté est un élément récurrent dans les textes poétiques. Chez les décembristes, elle est liée avant tout à leur expérience des campagnes militaires contre Napoléon : comprise comme synonyme d’indépendance, c’est la liberté extérieure de l’État qui est célébrée avec des accents de ferveur patriotique. Tel est l’éloge que rédige K.F. Ryleev, lorsqu’il évoque, dans ses Pensées, le destin de Bogdan Hmel’nickij, hetman de Petite-Russie (ou Ukraine)34. Pour avoir sauvé son pays contre l’invasion polonaise, Zinovij Hmel’nickij fut surnommé « Bogdan », c’est-à-dire Dieudonné. Après avoir relaté la lutte contre les Polonais, K.F. Ryleev rend un dernier hommage à la liberté recouvrée : « Et désormais régna la liberté / Dans les steppes ukrainiennes, / Dans les villages et dans les villes, / La joie et le bonheur du peuple rayonnèrent35. » Toutefois, la liberté subit une évolution sous la plume des décembristes. Dans leurs textes de 1812-1815, elle est synonyme d’indépendance, d’autonomie recouvrée face à un ennemi extérieur. Dès les années 1816-1817, en réaction aux colonies militaires et au servage, les décembristes évoquent la liberté qu’a le citoyen d’agir en son propre pays. Enfin, critiques du règne des favoris, ils en viennent à louer la liberté intérieure d’une personne, opposée à toute servitude et à toute soumission, physique ou morale. En condamnant les personnes qui ne jouissent pas de cette liberté intérieure, les décembristes raillent l’Empire et la cour impériale. Cette liberté, dans les actes et les paroles, n’est pas uniquement un trait de caractère : elle est aussi et surtout une vertu. En tant que telle, elle est le signe de reconnaissance du citoyen authentique ; renversant les rapports entre liberté physique et liberté morale, ce citoyen devient libre même dans les chaînes :

  • 36 Ryleev, K.F., « Bogdan Hmel’nickij », dans Dekabristy..., op. cit., p. 229. Nous soulignons.

Mais celui qui, en lutte avec les orgueilleux,
N’attend ni ne demande aucune récompense,
Et, s’oubliant,
Apporte tout en sacrifice pour la patrie,
Ferme contre les cruels tyrans,
Celui-là sera libre même dans les chaînes36.

20Le passage de la liberté extérieure à la liberté intérieure est fondamental : l’indépendance ne suffit plus aux décembristes, la liberté doit s’incarner au sein de l’État russe. Mais que l’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit point, pour eux, de faire l’éloge d’une hypothétique liberté intérieure qui permet au poète de génie, persécuté par l’autocrate, de survivre ; il s’agit d’offrir aux concitoyens une liberté concrète dans la cité. Il appartient aux décembristes d’avoir traduit le besoin de liberté – puissant élément fédérateur – en termes d’institutions politiques garantes de cette liberté. De muse poétique qu’elle était, la liberté devient un leitmotiv politique, appelé à s’incarner dans un ordre politique nouveau. Ce passage de la muse à la réalité politique ne peut se faire sur fond d’Empire russe ; c’est donc par le truchement de l’Europe et des bouleversements qui la secouent que les décembristes entendent faire prendre conscience de ce changement de qualité de la liberté.

  • 37 Bestužev, N.A., « Gibraltar », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym iK. Ryleevym, Moskva, L (...)
  • 38 Bestužev, N.A., « Gibraltar », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym iK. Ryleevym, op. cit., (...)
  • 39 Id., p. 615. Nous soulignons.
  • 40 Id., p. 616.

21Les événements survenus en Grèce, en Italie et en Espagne, entre 1821 et 1823, offrent aux décembristes l’opportunité de faire entendre leur voix sur des sujets d’actualité. Ils se prononcent de manière univoque en faveur des nations qui secouent le joug des empires ou des monarchies pour reconquérir leur indépendance. En 1820 et 1821, des insurrections éclatent dans le Piémont italien, puis à Naples et dans le royaume des Deux-Siciles. En 1823, c’est au tour de l’Espagne de s’insurger contre Ferdinand VII, qui refuse d’observer la Constitution de 1812. Aux yeux des décembristes, ces insurrections marquent le début de la lutte des nations pour leur indépendance ; ils se montrent extrêmement favorables à ces mouvements sporadiques auxquels ils tentent d’apporter leur soutien, en partie en écrivant des articles sur ces événements. L’interprétation des grandes puissances de l’époque est tout autre : Alexandre Ier y voit une guerre menée contre la Sainte-Alliance et les grands empires ; la Russie confie à l’Autriche la mission de ramener le calme en Italie, et envoie des troupes réprimer l’insurrection en Espagne afin d’affermir le trône de Ferdinand VII. N.A. Bestužev, officier dans la marine russe et frère d’A.A. Bestužev, fait partie des contingents russes envoyés en Espagne. Il rédige une série de cinq lettres publiées dans l’Étoile polaire de 1825 sous le titre « Gibraltar37 ». Dans ces lettres, on chercherait en vain une critique directe de la politique russe ; en revanche, l’auteur décrit minutieusement le courage des insurgés espagnols qui tentent de conserver leurs positions sur le rocher de Gibraltar, face aux troupes françaises et anglaises : « Les Espagnols constitutionnels qui restaient, soit environ 700 hommes, poursuivis dans toutes les directions, se sont rassemblés sous le commandement du colonel Val’des (Waldez), se sont rués sur Tarifa, qui disposait d’une très faible garnison, se sont emparés de la ville et s’y sont barricadés, avec la ferme intention de ne pas se rendre sans combattre38. » Les désordres se font de plus en plus violents et, pour y remédier et impressionner la population, les troupes françaises fusillent quatre Espagnols. Le groupe des insurgés réplique en tuant deux Français, à quoi les Français répondent en fusillant à nouveau quatre insurgés espagnols. Cet « échange » est interrompu par une attaque finale, que N.A. Bestužev décrit ainsi : « Les troupes françaises se divisèrent en trois parties, et attaquèrent la ville sur trois côtés. De nombreux citoyens prirent le parti des constitutionnels ; beaucoup étaient contre eux ; la bataille se déroula dans et hors les murs de la ville ; les insurgés combattirent avec l’énergie du désespoir, finalement la ville fut prise par les troupes39. » Cette relation des événements en Espagne par un témoin, le courage désespéré des insurgés, leur ténacité, l’honneur rendu aux troupes constitutionnelles – tous ces éléments contribuent à dessiner un portrait positif des Espagnols insurgés. N.A. Bestužev, très prudent, ne critique pas ouvertement la position de la Russie ; mais en rappelant que les Anglais ont accordé l’asile politique aux ministres « constitutionnalistes », tels Lopes-Banios, Navarro, ou encore Espinoza40, il souligne par contraste la rigidité de la position russe. Enfin, il présente l’insurrection espagnole non pas comme une guerre des monarchies contre l’anarchie révolutionnaire, mais comme une guerre civile, donc une affaire interne aux Espagnols ; dès lors, l’intervention étrangère n’est plus justifiée : les dispositions prises par la Russie sont la preuve d’une ingérence indue.

22Autre pays européen à retenir l’attention des décembristes, la Grèce est très présente dans l’Étoile polaire. Son image évolue au fil des ans : dans les éditions de 1823, 1824 et 1825, la référence générale est celle de la Grèce antique. Ainsi, dans l’Étoile polaire de 1823, Gnedič publie une poésie imitant le style d’Anacréon ; on trouve aussi la traduction du chant III de l’Iliade par V.A. Žukovskij. L’édition de 1824 présente une imitation d’une scène d’Aristophane, par F.P. Šahovskoj, ainsi qu’une traduction du deuxième chant de l’Énéide par V.A. Žukovskij. L’édition de 1825 présente elle aussi de nombreux textes consacrés à la Grèce antique : D.V. Daškov propose au lecteur tout un cycle de traductions des épigrammes des plus grands auteurs grecs, tels Ésope, Lucillius, Sapho, Méléagre. Un pas est franchi dans le dernier numéro, intitulé Zvezdočka : les auteurs n’évoquent plus l’idyllique Grèce antique, mais le martyre de la Grèce contemporaine, en lutte contre la Sublime Porte. Dans ce recueil en effet, on trouve, parmi les textes interdits par la censure, une poésie de V. Tumanskij, « Ode grecque » (Grečeskaâ oda), dans laquelle l’auteur décrit avec force l’impitoyable répression de l’insurrection grecque par les Turcs et les massacres qui s’ensuivirent.

  • 41 Tumanskij, V., « Grečeskaâ oda », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. c (...)

Nous avons vu le supplice de nos amis,
La fureur d’une foule infidèle,
L’incendie des villes, la profanation
Des temples et des reliques sacrés. [...]
Nous n’aurons pas de joie :
La vierge se fanera sans son fiancé,
Les champs se dessécheront sans semailles,
Le chant des flûtes pacifiques cessera de retentir
Tant que, sur le Turc, pour la mémoire des siècles,
La vengeance des Grecs ne sera pas accomplie41.

  • 42 La baronne de Krüdener, qui à cette époque n’exerçait plus d’influence sur l’Empereur, déploya une (...)
  • 43 Greč, N.I., Zapiski o moej žizni, op. cit., p. 687.
  • 44 Ryleev, K.F., « A.R Ermolovu », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva, Pravda, (...)
  • 45 Ryleev, K.F., « A.P. Ermolovu », dans Dekabristy..., op. cit., p. 160.

23Les décembristes sont particulièrement sensibles au sort de la Grèce : d’une part, certains d’entre eux – tel P. I. Pestel’– ont participé à des missions de reconnaissance de la situation ; d’autre part, les Grecs, de confession orthodoxe, étaient « frères en religion » des Russes, ce que ne pouvaient manquer de remarquer les plus mystiques des membres de la cour impériale42. Aux yeux des décembristes toutefois, la liberté hautement revendiquée par les Grecs revêtait une autre signification : leur lutte pour l’indépendance nationale devenait symbolique d’une guerre dirigée contre la tyrannie des empires. Cette cause séduisait les décembristes comme l’ensemble de la noblesse modérée russe, ce dont témoigne N.I. Grec dans ses mémoires : « Les révolutions grecque, puis espagnole et italienne rencontrèrent en Russie, comme partout, de fervents amis et des partisans43. » Dès l’été 1821, K.F. Ryleev rédigea une poésie, dédiée à l’action du général A.P. Ermolov en Grèce, poésie dans laquelle il soutenait l’insurrection grecque contre le joug ottoman : « Et, libérée des chaînes d’une peur panique, / Tel le jeune phénix, / La Grèce renaîtra de ses cendres44. » Et de se faire prophète : « Déjà, dans la patrie des descendants de Thémistocle, / Partout sont dressés les étendards de la liberté45 ! » Toutes les poésies des décembristes sur l’archipel grec appellent sans détour à la vengeance des Hellènes et condamnent implicitement Alexandre Ier, qui abandonna la cause grecque pour éviter un conflit avec la Sublime Porte. Dans tous ces textes, on passe du ton élégiaque, propre à exalter le modèle politique de la Grèce antique, à un ton partisan dénonçant les souffrances de la Grèce contemporaine : dans la littérature décembriste concernant la Grèce s’opère le glissement du romantisme éthéré à une prise de position tranchée face à l’actualité de l’époque. Les réflexions sur les insurrections italienne, espagnole et grecque poursuivent le but avoué de faire prendre conscience aux Russes de leur position et de leur responsabilité : puisque tous les peuples se soulèvent contre les tyrans, il appartient aux Russes de se soulever contre l’autocrate. Y renoncer – par peur, lâcheté ou immobilisme – signifierait se dissocier de son temps. Pour les décembristes, en aucun cas la Russie ne saurait refuser de marcher avec son époque.

Transmettre des « valeurs politiques »

24L’Étoile polaire ne peut faire figure de catéchisme politique, car elle est très éloignée de la rhétorique catéchétique. Elle contient néanmoins certains « articles de foi » qui viennent compléter le « credo » politique des décembristes : son entreprise consiste non seulement à diffuser certaines notions politiques, mais surtout à les présenter comme des valeurs universelles irréfutables. La question du « bon gouvernement » revêt ce caractère d’universalité, de même que sa réponse : seul un État doté d’une Constitution, qui garantit l’exercice du pouvoir dans un cadre strict, peut prétendre à être qualifié de « bon gouvernement ». Le constitutionnalisme russe fait ses premiers pas, mais de façon feutrée : là encore, le truchement de l’Europe permet d’évoquer une situation qui, si elle avait été traitée sur le sol russe, aurait sans nul doute provoqué l’ire de la censure.

  • 46 Dans la lutte d’influence des différents cantons suisses, Alexandre Ier avait imposé une solution l (...)
  • 47 Greč, N.I., « Pis’ma o Švejcarii (k A.E. Izmajlovu) », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym (...)

25Les auteurs de l’Étoile polaire se tournent spontanément vers l’Europe pour évoquer ce qui ne saurait être une expérience russe contemporaine, mais qui est présenté et perçu comme un élément universel de la pensée politique : la Constitution. Ils utilisent les récits de voyages pour comparer les mœurs politiques dans les pays traversés. Les deux voyages en Suisse allemande et française de N.I. Grec en 1817 et V.A. Žukovskij en 1821 donnent aux auteurs l’occasion de décrire ces contrées, symboles de la liberté politique et des expériences constitutionnelles46. V.A. Žukovskij en profite pour décrire, sacrifiant au romantisme de l’époque, les paysages escarpés des Alpes suisses favorables au vagabondage d’une âme esseulée ; dans un respect empreint de religiosité, il rappelle les endroits par lesquels Napoléon – esprit du monde – est passé. N.I. Grec, en revanche, délaisse le romantisme pour rechercher les traces des hommes de lettres qui ont marqué le siècle des Lumières : Voltaire et Rousseau. En traversant l’Allemagne, il s’arrête dans le comté du Wurtemberg, dont l’histoire politique éveille son intérêt. Intrigué par la Constitution de l’État du Wurtemberg, il s’indigne de la réaction des sujets du roi : « Souhaitant conforter et garantir le bien de ses sujets pour l’éternité, le roi [de l’État du Wurtemberg] convoqua des états généraux et leur proposa une Constitution, fondée sur les principes les plus nobles et – le croirez-vous ? – ils la refusèrent47 ! » Cette exclamation indignée reflète l’inclination de N.I. Grec pour tout gouvernement constitutionnel, destiné à limiter le pouvoir du monarque. L’écrivain critique ouvertement les penchants « autocratiques »– le terme est de lui – d’une noblesse habituée aux privilèges, et loue le courage du roi qui se sacrifie pour la res publica :

  • 48 Id., p. 82. Nous soulignons.

La cause de cette étrange réaction réside dans le fait que ces états généraux étaient composés de princes apanagés, qui avaient perdu ces derniers temps leur pouvoir autocratique, ainsi que de députés de patriciens des villes, qui ne voulaient pas voir leur échapper des privilèges, qui étaient un fardeau pour le peuple ; or, c’est justement le bien du peuple que le roi avait en vue en rédigeant cette Constitution. Cette résistance aveugle attrista le roi, mais ne refroidit pas son amour pour le bien commun. Il consacre tout son temps aux affaires de l’État48.

26Dans ce court extrait, qui trace à grands traits le portrait du monarque idéal, sont condensés les principaux éléments caractéristiques de la pensée politique des décembristes : en premier lieu, l’auteur souligne la nécessité d’une Constitution, qui protège les citoyens de l’arbitraire du prince. Par ailleurs, le roi dit agir pour le bien commun (obšee dobro), désigné comme le but assigné à tout État ; toute construction étatique est érigée pour garantir le bien de tous, et non pas le bien de quelques individus. Telles sont les missions du monarque : établir une Constitution et œuvrer en vue du bien commun. Le portrait ainsi esquissé du monarque idéal correspond – peu ou prou – aux attentes de la noblesse libérale modérée vis-à-vis d’Alexandre Ier : l’octroi d’une Constitution au royaume de Pologne allait dans ce sens. Mais en 1823, la description du monarque idéal par N.I. Grec résonne comme une critique vis-à-vis de la politique intérieure d’Alexandre.

27La même question du « bon gouvernement » inquiète profondément les décembristes lorsqu’ils posent leur regard sur la Russie impériale. Le présent autocratique paraît plus sombre encore à la lumière des premiers pas de l’Empire : le Temps des Troubles, moins troublé peut-être que la Russie d’Alexandre, est un sujet de choix pour évoquer les fractures historiques de l’Empire, moments privilégiés où s’affirmaient tous les possibles politiques. Par un parallèle qui ne manque pas de surprendre le lecteur et de susciter nombre d’interrogations, K.F. Ryleev recourt aux grandes figures de l’histoire de l’Empire pour provoquer une comparaison avec le présent. L’utilisation des personnages historiques comme figures politiques dans une relecture idéologique de l’histoire est un procédé récurrent dans les Pensées de K.E Ryleev. Dans l’almanach l’Étoile polaire, toutes ces Pensées ne sont pas publiées, mais les extraits sont choisis avec minutie. Ainsi, dans l’édition de 1823 sont publiés les poèmes sur Boris Godunov, Mstislav Udalyj et Ivan Susanin ; dans celle de 1824, on trouve des extraits de Vojnarovskij dans lesquels l’auteur décrit la fuite de Mazeppa ; enfin, dans celle de 1825, K.E Ryleev insère trois extraits de son long poème Nalivajko. Le poète utilise ces figures historiques pour illustrer sa conception d’un « juste » pouvoir, inséparable du bien commun. Il se tourne ainsi vers Boris Godunov, élu tsar par une Assemblée générale de la terre (zemskij sobor) en 1598 : aux yeux du poète, l’élection légitime le nouveau tsar – car il est choisi par le peuple – et garantit un bon usage du pouvoir suprême. Le songe de Boris Godunov prouve que tout pouvoir utilisé à bon escient conduit à la liberté et à la prospérité du pays :

  • 49 Ryleev, K.F., « Boris Godunov – Duma », dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, (...)

J’ai fait un songe : je monterai sur le trône,
et du haut de ce trône, je répandrai des rivières de biens ;
Je serai l’ennemi des seuls malfaiteurs ;
Je donnerai à tous la liberté par la loi.
Des villes somptueuses et des bourgs
Fleuriront grâce au commerce ;
J’ouvrirai les voies à tout ce qui est utile,
Et je relèverai la gloire du trône49.

  • 50 Ryleev, K.F., « Ivan Susanin – Duma », dans op. cit., année 1823, p. 216-220. La citation donnée ci (...)

28Élection par le peuple ; bien commun ; prospérité : Boris Godunov devient, sous la plume de K.F. Ryleev, un instrument idéal pour diffuser les convictions politiques des décembristes, mais aussi pour interroger – et ébranler – les conceptions politiques de leurs contemporains. Les décembristes ne remettent d’ailleurs pas en cause la figure du monarque : s’il est monté légitimement sur le trône, alors les citoyens le respecteront. K.F. Ryleev prend pour exemple l’action d’Ivan Susanin, vieil homme qui tenta de sauver Mihail, premier tsar de la dynastie des Romanov, des Polonais qui cherchaient à le tuer. Prisonnier des Polonais, Susanin les guide à l’opposé de l’endroit où se trouve le tsar Mihail, afin de laisser à ce dernier le temps de s’échapper. Lorsque les Polonais s’en rendent compte, il est trop tard : le futur tsar Mihail est hors de portée. Retournant leur fureur contre Ivan Susanin, ils le tuent ; ce dernier s’exclame en mourant : « Je ne crains ni la condamnation ni la mort : / Sans trembler, je mourrai pour le tsar et la Russie50 ! » Seul le monarque légitime – c’est-à-dire plébiscité et reconnu par son peuple – peut se placer à la tête de la Russie ; cette quête de légitimité ne peut trouver sa solution que dans le peuple, assemblé en états généraux. Telle est la leçon à tirer des événements contemporains, tel est le message politique porté par l’Étoile polaire.

Citoyen et société dans le prisme décembriste

  • 51 Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., numéro de 1824, texte d’A. Kornilo (...)
  • 52 Somov, O., « Francuzskie čudaki (Otryvok iz pis’ma k A.R.Š... mu o nravah i obyčaâh francuzov našeg (...)
  • 53 Krylov, LA., « Vorona », dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., anné (...)
  • 54 Krylov, LA., « Krest’ânin i ovca », dans op. cit., année 1823, p. 76-77.

29Dans une critique d’une amère lucidité, les décembristes entendent faire prendre conscience à leurs concitoyens des tares de la société russe. Utilisant les fables et le regard des étrangers, ils forcent à dessein les défauts du peuple russe ; le ton se fait beaucoup plus sévère lorsqu’il s’agit de dépeindre le tsar. Enfin, les auteurs utilisent l’art subtil de la comparaison pour souligner les vices de la politique russe et énoncer les remèdes à apporter. La caricature de la société russe passe rarement par une description objective. Dans l’Étoile polaire, on relève un seul texte traitant d’histoire : un article retraçant l’évolution des bals sous Pierre le Grand51. En revanche, les auteurs décrivent volontiers les défauts des peuples rencontrés dans leurs voyages, pour faire ressortir – par comparaison – les défauts ou les qualités du peuple russe. Si V.A. Žukovskij et N.I. Grec semblent fascinés par l’Allemagne et la Suisse, et les mœurs des peuples germanophones, N.A. Bestužev préfère décrire les coutumes des Espagnols et les habitudes des officiers anglais rencontrés à Gibraltar. L’article le plus édifiant, sur ce sujet, est celui d’O. Somov, sur les mœurs des Français52. L’Europe est un élément de référence récurrent dans les caricatures des tares russes : la Russie de l’Étoile polaire doit se situer par rapport à l’héritage politique qu’elle a reçu du continent européen. Le procédé le plus couramment utilisé est le recours aux fables : dans la fable « Le corbeau53 », I.A. Krylov dénonce la convoitise sordide des marchands, qui, souhaitant s’élever socialement, tentent d’acquérir à force d’argent leur place dans la classe de la noblesse. Un corbeau voulant se faire passer pour un paon se fait rosser par ce dernier ; laissé sans plumes, il n’est plus reconnu par les siens comme un des leurs : il a tout perdu, y compris l’estime des siens. Moralité : chacun doit conserver sa condition sociale, sans chercher à se hausser plus haut qu’il ne le peut. Une autre fable d’I.A. Krylov, « Le paysan et la brebis54 », dénonce les situations d’injustice : un paysan accuse une brebis d’avoir tué deux de ses poules ; celle-ci se défend, cite des témoins, prouve qu’elle est végétarienne. Le juge, représenté par un loup, rend son verdict : puisque la brebis est plus forte que les poules, elle est donc reconnue coupable ; la brebis est condamnée à mort, sa chair est donnée au juge, et la peau au paysan. Cette critique de la justice, aveugle et sourde, qui rend un verdict décidé d’avance en fonction des pots-de-vin distribués et acceptés, remet en cause la légitimité des juges et des tribunaux dans la Russie du début du xixe siècle.

  • 55 Barâtinskij, A.P., prince, dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, numéro de 18 (...)
  • 56 Šahovskoj prince, « Dve sceny iz komedii : Aristofan, ili predstavlenie vsadnikov », dans Polârnaâ (...)
  • 57 Id., p. 354. Nous soulignons.
  • 58 Ryleev, K. E, « Graždanskoe mužestvo – Oda », Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva (...)

30Si la société est largement décriée par les décembristes, parce qu’elle cautionne le régime politique en place, elle subit toutefois un déplacement considérable dans leurs textes – déplacement qu’il faut souligner. En effet, la société devient la toile de fond de tous leurs écrits : l’utopie est définitivement abandonnée pour laisser place à une description, rarement complaisante, des structures sociales et des mentalités. Dans ce nouvel univers, qui se veut proche de la réalité, le héros est, bien entendu, le citoyen : Gulliver cède la place à Socrate, dont les vertus civiques ne font aucun doute. Dans des textes aux accents lyriques, les décembristes vont alors entreprendre de rétablir la généalogie de la figure du citoyen, qui unit les temps antiques libres au présent autocratique dans une relation nécessairement conflictuelle. Car, les décembristes ne l’ignorent pas, la citoyenneté prend naissance dans la Grèce antique. Dans l’Étoile polaire, les références à l’Antiquité sont nombreuses : des poèmes sont dédiés à la grandeur de Rome55, d’autres à la Grèce. L’hommage le plus transparent à la conception antique du citoyen est celui du prince F.P. Šahovskoj, qui évoque le sort échu à Socrate, citoyen d’Athènes. Xantippe prend la défense de son époux, à ses yeux le meilleur citoyen d’Athènes, mais Cléon lui reproche l’inutilité de son époux dans les affaires de la cité : « Par quel nom est-il distingué dans le peuple ? / Qu’est-il dans la république ? Un archonte, un stratège, un sénateur, / Un hyparque, un philarque ou ne serait-ce qu’un jardinier56 ? » Aux yeux des décembristes, le citoyen de l’Antiquité comme le poète se définissent en fonction de leur utilité à la cité : « D’un sage respect, / Le grand souverain a honoré tes travaux, / Et t’a nommé citoyen utile à sa patrie57. » À la notion d’utilité, dans la définition du citoyen modèle, les décembristes joignent volontiers celle de « courage civique ». K.F. Ryleev est le premier à s’emparer de ce thème, qu’il traite avec brio dans une ode éponyme, rédigée en 1823. Cette vertu est incarnée par un géant de toute beauté, qui parvient à écraser les ennemis et la fierté : « N’est-ce pas toi, ô courage des citoyens, / Inébranlables, bien nés, / N’est-ce pas toi, génie des peuples anciens, / N’est-ce pas toi, force des âmes libres58 ? » Le modèle de ce courage civique est, dans la tradition romantique, celui de l’Antiquité : K.F. Ryleev cite abondamment Caton et Cicéron, citoyens courageux opposés au pouvoir absolu, face aux Brutus, Néron et autres Napoléon.

31Mais le citoyen, nouvel héros de cette littérature civique, ne saurait exister qu’en terre grecque : la Russie, elle aussi, peut s’enorgueillir de citoyens modèles au courage indomptable. Dès les premiers balbutiements de son existence politique, elle dispose d’hommes vertueux et consacrés à la vie de la cité. L’histoire vient poser les fondements de cette légende civique de tradition russe. La Russie médiévale et notamment la cité de Novgorod sont utilisées pour démontrer l’ancienneté de cette tradition russe. Ultime étape de cette généalogie russe du citoyen – les décembristes entendent démontrer que cette qualité citoyenne n’est pas à reléguer au fond d’un passé révolu, mais qu’elle est incarnée hic et nunc par des hommes engagés. Les personnages historiques cèdent progressivement la place à des figures politiques contemporaines. K.F. Ryleev prouve brillamment que la Russie possède ses propres modèles de vertu civique. Les exemples choisis sont édifiants, car ce n’est pas dans un passé reculé et fort lointain que Ryleev trouve son inspiration, mais dans des modèles (presque) contemporains : l’auteur cite des conseillers de Pierre le Grand (le comte N.I. Panin), de Catherine II (le prince V.L. Dolgorukij) et d’Alexandre Ier (le comte N.S. Mordvinov). Ces trois personnages représentent un courant favorable aux réformes : N.I. Panin tenta d’instaurer un corps politique intermédiaire entre le souverain et le Sénat, pour limiter le pouvoir de l’un et de l’autre. V.L. Dolgorukij s’illustra par sa résistance aux intrigues de cour et sa fidélité à la politique initiale de Catherine II, plus libérale que la politique réactionnaire menée après la Révolution française. N.S. Mordvinov représentait la noblesse libérale modérée sous le règne d’Alexandre Ier : il préconisait la libération des serfs avec rachat d’un lopin de terre. C’est ce courage que salue K.F. Ryleev :

  • 59 Ryleev, K.F., « Graždanskoe mužestvo – Oda », Dekabristy..., op. cit., p. 164.

C’est toi [la force des âmes libres], toi qui, partout,
As été la caution des biens du peuple,
Toi par lequel notre Panin et notre Dolgorukij
Devant le tribunal se sont illustrés :
L’un, comme un gardien fidèle du bien,
A osé contester Pierre le Grand ;
L’autre, méprisant la colère du destin,
Ainsi que les clameurs et les calomnies de ses ennemis,
A repoussé le conseil des flatteur
Et est demeuré le pilier de Catherine59.

32K.F. Ryleev réserve à N.S. Mordvinov un long développement : ce choix de louer le courage civique d’un contemporain fait basculer le poème de la fiction littéraire à une interprétation politique du rôle du citoyen. L’amiral N.S. Mordvinov, anglophile convaincu, adepte fervent de la doctrine utilitariste de Jeremy Bentham, intervenait dans le Conseil d’État et dans les tribunaux ; membre du Parti sénatorial, partisan d’une refonte du Sénat pour en faire un corps politique de représentants élus de la nation, N.S. Mordvinov partage les aspirations des décembristes, ce qui fait de lui un héros civique au premier chef :

  • 60 Id., p. 165-166. Nous soulignons.

Voici déjà un demi-siècle
Qu’il étonne la Russie par son courage civique [...].
Il est sûr, calme, ferme [...],
Il conserve la liberté de son âme élevée
Dans les conseils et au tribunal,
Et par son fier courage, partout,
Il est un appui pour le pouvoir et pour le peuple60.

33On remarque avec intérêt l’union du pouvoir et du peuple dans le dernier vers cité : en 1823, pour K.E Ryleev, la réforme tant souhaitée peut encore se faire par la voie légale, avec l’appui de citoyens comme N.S. Mordvinov. L’opposition au pouvoir en place peut donc se faire à travers les institutions existantes : les citoyens doivent utiliser ces institutions pour faire entendre leur voix contre les clameurs des favoris et des courtisans. Le citoyen-modèle n’est plus l’apanage des seules cités de l’Antiquité : les cités de la Russie kiévienne sont, elles aussi, en droit de revendiquer comme héritage national ce courage civique incarné par des personnages historiques ou contemporains des décembristes. Dès lors que la Russie connaît et se remémore cette tradition, il paraît possible de passer d’un peuple assujetti à un peuple de citoyens : les qualités morales se muent en qualités politiques.

34Ainsi, en l’espace de quelques années, de 1767 à 1825, le terme citoyen (graždanin) subit des modifications considérables : employé par Catherine II dans son Instruction pour désigner les classes privilégiées des ressortissants de l’Empire, il est utilisé par A.N. Radiŝev pour désigner des personnes vertueuses aux qualités morales irréprochables. Les décembristes tenteront de lui donner une définition politique, en déterminant le rôle joué par le citoyen dans la vie de la cité, et le type d’État dans lequel peut s’épanouir la citoyenneté. L’Étoile polaire présente une forte politisation de notions traitées au départ sur un mode lyrique : la liberté prend corps à travers des institutions politiques et devient la condition fondamentale de tout État, que ce soit en Italie, en Espagne, en Grèce ou en Russie. Le citoyen-modèle n’est plus un exemple de la lointaine Antiquité ou une légende embellie de la Russie médiévale ; perçu, sous Catherine II, comme un héros des temps modernes, un réceptacle des vertus morales et civiques, il prend désormais sa place dans un système politique qui garantit la liberté de tous. La citoyenneté n’est plus réservée à la noblesse des sentiments ou des récompenses : elle devient le devoir de chaque individu désireux de prendre part aux affaires publiques. Sans se départir d’un style romantique propre à son époque, l’Étoile polaire inaugure un nouveau genre en ouvrant à ses lecteurs un vaste champ d’investigation – une réflexion sur les fondements de l’État et sur les institutions politiques en Russie.

35L’étude de la parole littéraire des décembristes a toute sa place dans une histoire de la modernité politique, car c’est à travers elle que se réalise un espace public ouvert aux disputes et aux controverses, aux théories nouvelles et aux expériences venues de l’étranger. L’Étoile polaire reflète l’effervescence qui agite les membres des Sociétés secrètes : il faut, en dépit de la clandestinité, prendre pied dans la société russe, parler pour se faire entendre. L’écrit et la publication demeurent les seuls moyens de diffuser durablement les idées nouvelles. L’Étoile polaire, almanach porté par les décembristes et nourri, en grande partie, de leurs écrits, témoigne de cette expérience : il faut agir sur l’opinion publique pour la faire émerger et, surtout, pour la façonner. L’entreprise de l’Étoile polaire répond donc à des besoins de propagande et de diffusion de l’idéologie républicaine.

36Sur ce point, le maître mot de la république semble être la liberté – liberté de la personne, mais surtout liberté des nations, autodétermination et droit des peuples à se gouverner eux-mêmes. La république s’affirme nettement au milieu des mouvements nationaux, qui secouent les monarchies regroupées au sein de la Sainte-Alliance. Les décembristes se tournent donc vers les insurrections dites populaires de l’Italie, de la Grèce et de l’Espagne, pour souligner l’aspiration généralisée des peuples à la liberté. Indépendance des peuples – mot d’ordre peu porteur en Russie impériale, à moins de souhaiter la dislocation de l’Empire, ce dont les décembristes ne veulent à aucun prix. L’indépendance des peuples devient alors, sur le plan intérieur, synonyme de liberté des personnes et de résistance à l’autocrate. Mais au lieu de stigmatiser l’Empereur, les décembristes s’intéressent aux personnes historiques ou contemporaines, porteuses d’un autre projet politique – le comte Panin pour la monarchie constitutionnelle, N.S. Mordvinov pour le courant libéral modéré. La littérature engagée a donc pour but de transmettre des idées politiques présentées comme des valeurs profondément russes : Constitution, liberté politique, citoyenneté en sont les mots d’ordre. Il y a, dans ces quelques pages, toute une éducation politique au républicanisme. En cela, l’Étoile polaire diffuse un discours authentiquement républicain.

37Mais l’almanach témoigne aussi d’un autre phénomène : à la lecture des trois numéros parus, on saisit rapidement que les décembristes présentent un rapport particulier à leur époque et à leur histoire – à leur présent et à leur passé. Ils posent sur leur temps un regard d’une qualité toute particulière, que l’on a pu désigner, à la suite d’Agamben, sous le nom de « contemporaine » : interpellés par la situation présente, les décembristes n’hésitent pas à la mettre en relation avec un passé lointain, pour faire apparaître les lignes de fracture, les tensions mais aussi les ressemblances. Il y a, dans leur relecture de la Russie kiévienne, beaucoup d’illusions et sans doute d’aveuglement, mais il y a aussi, à n’en pas douter, une façon inédite de lire l’histoire, en la liant à un présent fugitif et révolu, et pourtant contemporain de ce passé. La république subit un traitement similaire : dans ce faisceau contemporain, elle n’est ni russe ni européenne, elle emprunte aux deux traditions qui se retrouvent ; elle n’est ni ancienne et historiquement dépassée, ni reléguée dans un futur hypothétique. Elle prend pleinement consistance dans le présent des décembristes. Dotée d’une épaisseur historique, revêtue de l’urgence du contemporain, elle ne peut se décliner qu’au présent. Forte de ces images fédératrices, la république peut désormais se dire dans une parole technique : les projets constitutionnels des décembristes sont le berceau dans lequel repose le discours politique sur la république.

Notes

1 Lettre de V.N. Karazin (1773-1842), homme d’État russe d’origine ukrainienne, envoyée à Alexandre en mars 1801. Cité d’après Schilder, N.K., Imperator Aleksandr Pervyj, ego žizn’ i carstvovanie, Sankt-Peterburg, izdanie A.S. Suvorina, 1904-1905, t. II, annexe III, p. 324.

2 « Étendant notre sollicitude à l’utilité de nos ressortissants et souhaitant leur procurer tous les moyens possibles pour diffuser les sciences utiles et les arts, nous ordonnons d’annuler l’interdiction, établie par le décret du 18 avril 1800, d’importer de l’étranger toutes sortes d’ouvrages et de partitions, [...] autorisant tant l’importation de livres, revues et autres œuvres de l’étranger, que leur impression à l’intérieur de l’État, suivant un règlement précis, établi dans le décret du 16 septembre 1796. » Polnoe Sobranie Zakonov Rossijskoj Imperii, t. XXVI, n° 19807, oukaze du 31 mars 1801.

3 M. Raeff reprend la théorie de Û.M. Lotman, qui nuance très fortement la ligne directe établie entre A.N. Radiŝev et les décembristes. M. Raeff tente de rendre compte de cette complexité, en rétablissant notamment l’importance de publicistes comme I.P. Pnin et A.P Bestužev, et d’institutions comme la Société libre des amateurs des belles-lettres, des sciences et des arts (Vol’noe obŝestvo lûbitelej slovesnosti, nauki hudožestv). Voir Raeff, M., « Filling the Gap between Radishchev and the Decembrists », Slavic Review, vol. 26, n° 3 (septembre 1967), p. 395-413.

4 Sur le sentimentalisme russe et l’œuvre de N.M. Karamzin, voir Breuillard, J. (dir.), Le sentimentalisme russe, numéro spécial, Revue des études slaves, 74,4, Paris, IES, 2002-2003 ; Gorbatov, I., Formation du concept de sentimentalisme dans la littérature russe : l’influence de J.-J. Rousseau sur l’œuvre de N.M. Karamzine, New York, Bern, Frankfurt-am-Main, P. Lang, cop. 1991 ; Ivanov-Razumnik, R.V., Istoriâ russkoj obšestvennoj mysli, t. 1 : Individualizm i mešanstvo v russkoj literature i žizni XIX v., The Hague, Paris, Mouton, 1969, reproduction photomécanique de l’édition de Saint-Pétersbourg : Sankt-Peterburg, Tipografiâ M.M. Stasûleviča, 1911.

5 « Poètes et romanciers du Nord : Pouchkine », article anonyme, dans la Revue des deux mondes, Paris, 1837 (année de la mort de Pouchkine), tome 11.

6 Ryleev, K.F., Ispoved’ Nalivajki (otryvok iz poèmy), dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, Moskva, Leningrad, AN SSSR, 1960, année 1825, p. 714.

7 Extrait de la pièce d’A.S. Griboedov, Du malheur d’avoir de l’esprit (Gore ot uma), acte IV, scène 3. Traduction d’A. Markowicz, dans Griboiedov, A., Du malheur d’avoir de l’esprit, Arles, Actes Sud, coll. « Babel », n° 784, 2007, p. 135.

8 Voir Ŝebal’skij, « Materialy dlâ istorii russkoj cenzury », Besedy v Obŝestve lûbitelej rossijskoj slovesnosti, vyp. 3, Moskva, 1871, p. 25-27.

9 « K istorii russkoj literatury », dans Russkaâ starina, 1900, n° 8, p. 391-395 ; Zapadov, A.V., Istoriâ russkoj žurnalistiki XVIII-XIX vekov, Moskva, Vysšaâ škola, 1966, 2e édition revue et augmentée.

10 Zapadov, VA., dans Istoriâ russkoj žurnalistiki XVIII-XIX vekov, Moskva, Vysšaâ škola, 1966, 2e édition, p. 120. Ces définitions proviennent du dictionnaire Opyt kritiko-filosofskogo slovarâ, publié dans Žurnal rossijskoj slovesnosti, n° 10.

11 Frizman, L.G., Literaturno-kritičeskie raboty dekabristov, Moskva, Hudožestvennaâ literatura, 1978, p. 373-376.

12 Le Messager de l’Europe publie, en 1814, le premier poème d’A.S. Puškin, Kdrugu stihotvorcu.

13 Vestnik Evropy, izdavaemyj Nikolaem Karamzinym, Moskva, V Universitetskoj Tipografii, 1802, n° 2, p. 78-79, article intitulé : « Plody vojny i mira dlâ Francii i Velikobritanii » (« Les fruits de la guerre et de la paix pour la France et la Grande-Bretagne »).

14 On y trouvait des articles qui traitaient des bienfaits d’un régime constitutionnel.

15 Le terme patriot fait son apparition en russe en 1812 ; il est donc fortement tributaire du contexte historique.

16 Cité d’après Zapadov, A.V., Istoriâ russkoj žurnalistiki XVIII-XIX vekov, op. cit., p. 126.

17 Greč, N.I., Zapiski o moej žizni, Moskva, Leningrad, [s.n.], 1930, p. 687 ; réédition : Moskva, Kniga, 1990. Nous soulignons. Le séjour en France qu’évoque N.I. Grec dans cet extrait remonte à 1817.

18 Žurnal obŝestva sorevnovatelej prosveŝeniâ i blagotvoreniâ, devenu plus tard Sorevnovatel’ prosveŝeniâ i blagotvoreniâ (Le défenseur de l’instruction et de la prospérité).

19 Lettre de N.I. Turgenev à son frère Sergej, dans Dekabrist N.I. Turgenev – pis’ma k bratu S.I. Turgenevu, 1811-1821 gg., Moskva, Leningrad, AN SSSR, 1936, lettre n° 83 (1816), p. 204.

20 Lettre de N.I. Turgenev à son frère Sergej, dans Dekabrist N.I. Turgenev – pis’ma k bratu S.I. Turgenevu, 1811-1821 gg., op. cit., p. 233, lettre n° 102 (1817). En 1817, N.I. Turgenev est un anglophile convaincu : il voit dans la Constitution anglaise le modèle politique le plus équilibré et le plus abouti. Il refuse de croire au déclin de la « libre Angleterre », annoncé par son frère (lettre n° 106, p. 239).

21 Extrait des carnets intimes de N.I. Turgenev, dans Arhiv brat’ev Turgenevyh – Dnevniki i pis’ma N.I. Turgeneva, Sankt-Peterburg, Tipografiâ Imperatorskoj Akademii Nauk, t. III, p. 373-382.

22 Polârnaâ zvezda. Le titre fait allusion à l’objectif de la revue : l’almanach doit éclairer la société russe de sa lumière, de même que l’étoile brille pour illuminer les terres septentrionales de la Russie.

23 Voir l’appareil critique dans l’édition soviétique de Polârnaâ Zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. Ryleevym, Moskva, Leningrad, AN SSSR, 1960, p. 979-982.

24 Russkij invalid : 1823, nos 4, 5, 6, 7, 13, 61-62 ; 1824, nos 49, 52, 53, 56, 59, 67, 73, 73, 78 (février-mars 1824).

25 Syn otečestva : 1823, č.83, n° 1, p. 17-18, n° 3, p. 111-114, n1 4, p. 174-190 ; 1823, č.84, n° 9, p. 64-72, n° 12, p. 223-229 ; 1823, č.85, n° 16, p. 83-86, n° 17, p. 124-128, n° 20, p. 259, 265 et 266. 1824 : č.91, n° 6, p. 267-278 ; č.92, n° 10, p. 123-132 ; č.93, n° 15, p. 20-30. 1825 : č.101, n° 9, p. 67-80 ; n° 10, p. 195-216.

26 Essentiellement pour l’année 1824. Vestnik Evropy, 1824 : č.133, n° 1, p. 53-57, n° 2, p. 114- 121, n° 3, p. 205-218, n° 4, p. 287-298. 1824 : č.138, n° 24, p. 312-314.

27 Cité par Arhipov, V.A., Bazanov V.G., et Levkovič, Â.L., « Literaturno-èstetičeskie pozicii Polârnoj zvezdy », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. Ryleevym, édition fac-similée, Moskva, Nauka, 1960, p. 803. Source initiale de l’affirmation de P. I. Keppen : Bibliografičeskie listy, 1825, n° 13, p. 182.

28 Obolenskij, E.P. Prince, dans Semevskij, V.I., Obŝestvennoe dviženie v Rossii vpervuû polovinu XIX veka, Sankt-Peterburg, Tipo-Litografiâ « Gerol’d », 1905, p. 242.

29 Obolenskij, E.P., dans Obsestvennoe dviženie..., op. cit., p. 242.

30 L’introduction au premier numéro de l’Étoile polaire, en 1823, établit un rapide historique de la littérature russe, depuis les chroniques jusqu’au xixe siècle. De manière assez juste, A.A. Bestužev estime que la langue russe s’est fixée au début du xixe siècle, à travers les œuvres de N.M. Karamzin et d’A.S. Puškin notamment ; il salue les efforts de l’Empereur pour développer des écoles, des lycées et des universités qui permettront de répandre la connaissance de la langue russe. L’article introductif de 1824 présente les efforts des scientifiques, dans le domaine de la linguistique et de l’histoire ; l’auteur loue la poésie russe, mais déplore l’état, lamentable selon lui, du théâtre.

31 Polârnaâ zvezdai, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., année 1825, p. 492.

32 Id., p. 492.

33 Agamben, G., Qu’est-ce que le contemporain ?, traduit de l’italien par Maxime Rovere, Paris, Rivages Poche, coll. « Petite Bibliothèque », 2008, p. 22.

34 Bogdan Hmel’nickij se souleva contre la domination polonaise en 1647 et signa de son plein gré, en 1654, une charte selon laquelle il demandait la protection de la Russie moscovite. À dater de ce moment, le destin de l’Ukraine se confond avec celui de l’Empire de toutes les Russies.

35 Ryleev, K.F., « Bogdan Hmel’nickij », dans Dekabristy – izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva, Pravda, 1987,1.1, p. 223. Nous traduisons.

36 Ryleev, K.F., « Bogdan Hmel’nickij », dans Dekabristy..., op. cit., p. 229. Nous soulignons.

37 Bestužev, N.A., « Gibraltar », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym iK. Ryleevym, Moskva, Leningrad, AN SSSR, 1960, numéro de 1825, p. 604-618.

38 Bestužev, N.A., « Gibraltar », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym iK. Ryleevym, op. cit., lettre III, p. 614.

39 Id., p. 615. Nous soulignons.

40 Id., p. 616.

41 Tumanskij, V., « Grečeskaâ oda », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., extrait de Zvezdočka, p. 783-784. Nous soulignons.

42 La baronne de Krüdener, qui à cette époque n’exerçait plus d’influence sur l’Empereur, déploya une intense activité pour attirer l’attention des Russes sur les malheurs des Grecs. Elle appelait à une croisade des chrétiens contre les musulmans pour sauver la Grèce orthodoxe.

43 Greč, N.I., Zapiski o moej žizni, op. cit., p. 687.

44 Ryleev, K.F., « A.R Ermolovu », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva, Pravda, 1987,t. I, p. 160.

45 Ryleev, K.F., « A.P. Ermolovu », dans Dekabristy..., op. cit., p. 160.

46 Dans la lutte d’influence des différents cantons suisses, Alexandre Ier avait imposé une solution libérale, ressuscitant la fédération suisse et lui conférant une neutralité absolue dans tous les conflits internationaux.

47 Greč, N.I., « Pis’ma o Švejcarii (k A.E. Izmajlovu) », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., édition de 1823, p. 82.

48 Id., p. 82. Nous soulignons.

49 Ryleev, K.F., « Boris Godunov – Duma », dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., année 1823, p. 108.

50 Ryleev, K.F., « Ivan Susanin – Duma », dans op. cit., année 1823, p. 216-220. La citation donnée ci-dessus provient des pages 219-220.

51 Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., numéro de 1824, texte d’A. Kornilovič.

52 Somov, O., « Francuzskie čudaki (Otryvok iz pis’ma k A.R.Š... mu o nravah i obyčaâh francuzov našego vremeni) », dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., année 1823, p. 173-177.

53 Krylov, LA., « Vorona », dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., année 1825, p. 717.

54 Krylov, LA., « Krest’ânin i ovca », dans op. cit., année 1823, p. 76-77.

55 Barâtinskij, A.P., prince, dans Polârnaâ zvezda, izdannaà A. Bestuževym i K. Ryleevym, numéro de 1824.

56 Šahovskoj prince, « Dve sceny iz komedii : Aristofan, ili predstavlenie vsadnikov », dans Polârnaâ zvezda, op. cit., année 1824, p. 347 (réplique de Cléon à Xantippe).

57 Id., p. 354. Nous soulignons.

58 Ryleev, K. E, « Graždanskoe mužestvo – Oda », Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva, Pravda 1987, t. I, p. 164. Nous soulignons.

59 Ryleev, K.F., « Graždanskoe mužestvo – Oda », Dekabristy..., op. cit., p. 164.

60 Id., p. 165-166. Nous soulignons.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search