Version classiqueVersion mobile

Les décembristes

 | 
Julie Grandhaye

Prendre la parole, prendre position (1820-1825)

Chapitre IV. Écrits polémiques : la voix d’une opposition à l’autocratie

Texte intégral

1Les années 1820-1825 sont, pour les décembristes, celles de la maturité politique, qui se dit dans une parole audacieuse profondément hostile à l’autocratie. La pensée républicaine gît dans ce rejet catégorique de l’autocratie : tout projet politique nouveau se réclame d’une conception politique radicalement opposée à la forme autocratique. Cette condamnation – unilatérale chez tous les décembristes, qu’ils appartiennent à la Société du Nord ou à la Société du Sud – prend des formes diverses, en fonction du public auquel les décembristes s’adressent. C’est un premier point sur lequel il convient de s’arrêter : les décembristes ont conscience de l’enjeu d’une parole publique. Le passage aux sociétés secrètes clandestines ne les soustrait pas à la vie publique, mais les incite à poser un autre regard sur la vie de la cité et les principes qui la meuvent. La publicité est l’un de ces principes, qui permettent d’agir sur l’opinion publique : elle devient une arme pour ces hommes privés de voix politique officielle. Parmi les décembristes, nombreux sont des hommes de lettres et des écrivains de renom, tels K.F. Ryleev, A.A. Bestužev, V.K. Kûhel’beker, le prince A.I. Odoevskij, EN. Glinka, A.O. Kornilovič, G.S. Baten’kov, pour ne citer que les plus prolixes. Leur plume devient une arme efficace pour diffuser les idées républicaines, tant au sein de la noblesse que parmi les hommes de troupe.

  • 1 Nous nous inspirons ici librement d’A. Farge, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième sièc (...)

2Face à la noblesse libérale, avide de réformes mais fidèle à une démarche inscrite dans la légalité, les décembristes multiplient les essais, critiques et articles, dont le ton virulent laisse apparaître, sous une forme policée, une vive critique de l’Empereur et de son action. Ces textes rendent visibles le mécontentement de ces officiers insurgés et la radicalisation de leurs propos. Comment cette critique prend-elle forme ? Porte-t-elle, déjà, la marque de la politisation de leurs revendications ? L’étude de ces textes donne accès aux idées défendues par les décembristes, mais elle ne peut rendre le timbre ni la tessiture de leur voix1, perdue à jamais. Il faut pourtant se confronter à l’analyse du ton de ces textes : face à la noblesse, les décembristes font entendre leur voix dans un espace extrêmement divers, dont certains représentants sont farouchement attachés à l’Empereur. Comment se dit, y compris aux conservateurs, cette critique non voilée de l’autocratie et de l’Empereur vainqueur de Napoléon ? Les procédés utilisés font émerger une critique très « savante » de l’autocratie, qui allie des considérations politiques et théoriques à un ton accusateur.

3Si le lecteur ressent aisément la colère, à peine contenue, de l’auteur derrière de nombreuses assertions, il est en revanche moins facile d’identifier la façon dont les décembristes dépeignent la situation du peuple russe. Et pourtant, leurs textes de colère et de révolte ne sont pas exempts d’une grande lucidité vis-à-vis des maux qui touchent le peuple russe. Une littérature de propagande, destinée à un public lettré et cultivé, prend naissance sous leur plume, et entreprend de décrire sans complaisance la situation interne de la Russie. La guerre contre Napoléon avait confronté ces officiers à la bravoure du peuple russe, qui, aux yeux de la noblesse, « naquit », pour ainsi dire, dans les troupes partisanes armées par le général Koutouzov. Cette prise de conscience est relayée, chez les décembristes, par un regard d’une singulière acuité sur la condition paysanne et soldatesque. Aux pamphlets savants succèdent des essais destinés à faire agir et réagir les lecteurs.

4Autre lieu institutionnel, autre type de parole : les chansons de table et les pamphlets offrent aux décembristes une forme mouvante et éphémère, propre à toucher un public plus large, moins exigeant sur le plan théorique, mais plus prompt à récriminer. En parfaits connaisseurs de la gente soldatesque, les décembristes élaborent des textes simples sur un ton percutant, dont le succès auprès des soldats prouve qu’ils avaient profondément pénétré l’insaisissable « esprit du temps ». Dans ces textes brefs et incisifs, la parole est presque un cri, une révolte, une rébellion : nul besoin d’y chercher une assise théorique spécifique, encore moins l’écho des théories politiques européennes. Pour autant, ce cri poursuit un objectif spécifique : il s’agit d’emporter l’adhésion pour accélérer le recrutement de nouveaux adeptes ; les techniques de persuasion sont multiples et se veulent adaptées à leur public. Enfin, et cela est fondamental pour lire ces textes, les décembristes ont recours à un style populaire, propre à toucher ces soldats issus du peuple : ils cherchent donc, en premier lieu, à imiter la parole populaire. Les chansons ainsi écrites disent quelque chose du peuple, ou, plutôt, de la façon dont le peuple était perçu par ces représentants de la noblesse que sont les décembristes. Ces chansons et caricatures véhiculent donc, elles aussi, une image du peuple, du soldat et du paysan, auxquels ces officiers commandants de régiment étaient quotidiennement confrontés.

Une caricature « savante » de l’autocratie

  • 2 Nous nous appuyons sur l’analyse des essais, pamphlets, vers satiriques et poésies critiques écrits (...)

5Dans leurs essais destinés à la noblesse2, les décembristes élaborent une complexe critique de l’autocratie, fondée en partie sur les principes philosophiques et juridiques élaborés en Europe à la fin du xviiie siècle, et en partie sur une critique des pratiques russes du pouvoir. Ils réutilisent l’orientalisme comme figure polémique pour dénoncer cette aberration politique qu’est l’autocratie, attribuant ainsi à l’Orient à la fois une place nouvelle dans le paysage politique russe et une iconographie renouvelée grâce à la multiplicité des référents. Car enfin, dans la pensée politique russe, l’Orient s’avère lui aussi protéiforme et se déplace en fonction de la position de l’énonciateur. La farce du pouvoir laisse alors progressivement la place à une vision plus politique des maux de la Russie : ce n’est pas tant l’autocrate lui-même que vise la caricature, que l’ordre autocratique. Il faut à tout prix ternir l’image de ce régime politique pour en ruiner le crédit.

Le tsar, le khan et le vizir : le visage oriental de l’autocrate

6La revendication décembriste d’une Constitution pour la Russie se dit à travers l’entreprise de décrédibilisation systématique de l’autorité du tsar. Au-delà d’Alexandre Ier, c’est l’arbitraire du pouvoir impérial qui est violemment critiqué et remis en cause : les punitions démesurées par rapport aux délits et les violences subies dans les colonies militaires deviennent symboliques d’une façon spécifique d’exercer le pouvoir. La stratégie argumentative de la propagande antitsariste menée par les Sociétés du Nord et du Sud est relativement simple : il s’agit de faire de l’autocratie une pratique totalement étrangère à la tradition politique authentique de la Russie, une pratique barbare héritée des envahisseurs tatars, dont les racines plongent dans ce despotisme oriental que les Lumières ont tant critiqué.

  • 3 Althusser, L., Montesquieu, la politique et l’histoire, Paris, Presses universitaires de France, 20 (...)
  • 4 Althusser, L., Montesquieu, la politique et l’histoire, op. cit., p. 83.
  • 5 « Le despote n’a aucune règle, et ses caprices détruisent tous les autres. » Montesquieu, De l’espr (...)
  • 6 Introduction à la Constitution (Konstituciâ), dans Vosstanie dekabristov, op. cit., t. I, p. 322.
  • 7 Valensi, L., Venise et la Sublime Porte. La naissance du despote, Paris, Hachette Littératures, 198 (...)

7Ainsi, N.M. Murav’ëv (Société du Nord) reprend les catégories de Montesquieu popularisées par Catherine II, en renversant radicalement la lecture qu’en imposait l’Impératrice. En distinguant trois types de gouvernement – république, monarchie et despotisme –, Montesquieu reprend et complète un schéma dualiste classique de la pensée politique européenne : d’un côté, il faut compter avec l’arbitraire et l’irrationalité des passions du souverain (despotisme) ; de l’autre, on peut s’appuyer sur le règne de lois fondamentales fixes et établies qui limitent les prétentions du souverain (république, monarchie). La monarchie est donc, dans la définition de Montesquieu, un régime dans lequel le monarque est soumis aux « lois fondamentales du royaume » : « On représentait [au monarque] qu’il était roi, par la grâce de Dieu sans doute, mais aussi par l’effet de lois plus vieilles que lui, et qu’il acceptait tacitement en montant sur le trône [...]. Les lois fondamentales qui mettaient le roi sur le trône voulaient en échange que le roi les respectât3. » L’idée d’un gouvernement despotique permet à N.M. Murav’ëv, à la suite de Montesquieu, d’identifier le mal politique absolu4 : un gouvernement où un seul homme, ne s’appuyant sur aucune structure politico-juridique, sur aucune médiation dans l’exercice du pouvoir, règne sans lois ni règles et entraîne tous ses sujets par sa volonté et ses caprices5. « Partout, rappelle Murav’ëv, l’autocratie est perçue comme une démence, comme quelque chose d’illégitime, partout on établit des règles obligatoires ou Lois6. » D’apologétique qu’elle était, la référence à De l’esprit des lois se fait polémique. Si Catherine II présentait la pratique orientale du despotisme comme ce que refusait le despote éclairé, manifestant ainsi sa volonter d’ancrer la Russie dans le monde politique européen, N.M. Murav’ëv, à l’inverse, se plaît à identifier despotisme oriental et autocratie afin de marquer l’inadéquation du régime impérial à la réalité russe. « À l’opposition entre gouvernement despotique et liberté s’en ajoute une autre, qu’Aristote avait déjà posée : celle qui sépare l’Asie (ou l’Orient) de l’Europe7. » Cette orientalisation du tsar et de ses pratiques de pouvoir est un des ressorts de la propagande décembriste.

  • 8 Obodovskij, Pl., « Opisanie sahova kladbiŝa. Otryvok iz persidskoj povesti : Orsan i Leila », dans (...)

8Les références de cet Orient politique stigmatisé par les décembristes sont multiples. Pour nombre d’entre eux, le modèle politique de la Sublime Porte représente le despotisme par excellence. Sultans, pachas et vizirs deviennent des synonymes de tsars, despotes et favoris. Ainsi, dans un texte intitulé « Description du cimetière du shah. Extrait d’une nouvelle perse : Orsan et Leila8 », Pl. Obodovskij établit un rigoureux parallèle entre le tsar et le shah. En s’abritant derrière la traduction d’une nouvelle perse, il décrit un cimetière impérial laissé à l’abandon – et montre ainsi que le tsar, par sa condition de mortel, est lui aussi destiné à passer de vie à trépas, et à sombrer dans l’oubli :

  • 9 Obodovskij, Pl., idem, p. 772-773.

Dans une demeure de luxe et de poussière,
Dans ces murs dorés,
Dans des tombeaux en marbre reposent
Les tsars, prédécesseurs du Shah.
Au-dessus de chaque tombeau, un rideau de velours [...],
Mais le seigneur de ces lieux, comme une ombre, a disparu9.

9À son tour, V.F. Raevskij (Société du Sud) dresse un portrait orientalisant du tsar ; il fustige le fonctionnement de l’autocratie, qui repose sur la toute-puissance des favoris et sur la corruption :

  • 10 Raevskij, V.F., poésie « Smeûs’ i plaču (Podraženie Vol’teru) » dans Izbrannye social’no-političesk (...)

Quand je vois les vizirs, remuant les moustaches,
Faire d’un simple spahi, à l’âme vile,
Un pacha,
Donner la lune, le bountchoug, – et diriger des régions entières [...],
Je verse des larmes10 !

10Enfin, les vers de N.S. Bobrišev-Puskin (Société du Sud) identifient le pouvoir impérial à l’arbitraire despotique :

  • 11 Dossier d’instruction de N.S. Bobriŝev-Puškin, dans Vosstanie dekabristov, op. cit., t. XII (1969), (...)

Le pouvoir – graine de nos maux, bien que de manière discrète –
Et le despote grondant du monde entier,
Plus haut que tous, mais tout aussi mortel11 !

  • 12 Murav’ëv, N.M., « Une curieuse conversation/Lûbopytnyj razgovor », dans Izbrannye social’no-politič (...)

11N.M. Murav’ëv se démarque quelque peu de ces portraits orientalisants du tsar. Il adapte les catégories de Montesquieu à ses visées polémiques : si le despote est oriental, il choisit de préférence de lui donner la figure du khan tatar plutôt que celle du sultan. Certes, la Sublime Porte représente au xviiie siècle une altérité politique et religieuse radicale et menaçante ; mais la référence turque lui semble moins efficace, parce que moins directement reliée aux invasions qui marquèrent l’histoire de la Russie. Introduit en terre russe par les envahisseurs tatars, le despotisme oriental aurait donné naissance à l’autocratie telle que la pratique encore Alexandre Ier : le tsar règne comme régnaient jadis les occupants tatars, en ennemi du peuple russe. N.M. Murav’ëv transfère ainsi à l’autocratie les caractéristiques du despotisme : illimitée, irrationnelle, sans structure, soumise aux seuls caprices (prihotej) du souverain, elle rend la Russie captive d’une tradition allogène de l’exercice du pouvoir. « Est un souverain autocrate ou aux pleins pouvoirs celui qui possède lui-même la terre, ne reconnaît pas la puissance de la raison, ni les lois divines et humaines ; il dirige seul, par lui-même, c’est-à-dire sans raison, selon ses caprices12. » Dès lors, le tsar se voit suspecté de trahison envers le peuple russe : il pervertit l’âme politique de la Russie en introduisant un régime politique qui lui est totalement étranger. Frappé de suspicion, le tsar n’est déjà plus une figure légitime du pouvoir. Reste à déterminer les caractéristiques qui forment l’« essence politique » de la Russie.

Novgorod, ou les racines russes de la liberté politique

  • 13 Dossier d’instruction de N.M. Murav’ëv, dans Vosstanie dekabristov, sbornik materialov i dokumentov(...)
  • 14 Le texte avait été découvert à la fin du xviiie siècle, mais ne fut édité qu’en 1800. L’original br (...)
  • 15 Musin-Puškin, Aleksej Āihajlovič (1744-1817), collectionneur de documents russes anciens, fondateur (...)

12Dans sa critique du despotisme russe, N.M. Murav’ëv se réfère à la Russie kiévienne, donc préautocratique, parce que sa tradition politique lui semble authentiquement russe. La condamnation d’un régime politique étranger aux Russes conduit N.M. Murav’ëv à une relecture très orientée de l’histoire russe. Selon lui, la Russie kiévienne incarnait la liberté politique, parce qu’elle s’appuyait sur des citoyens libres, détenteurs de la souveraineté, qui légiféraient par l’intermédiaire de représentants exprimant la volonté générale. L’évocation de cet Âge d’Or recèle, outre une nostalgie profonde, la promotion de la mémoire institutionnelle de la Russie. Le projet républicain n’est donc pas présenté comme une nouveauté radicale et étrangère à la Russie, mais comme le retour à un élément profondément endogène de la culture russe. Ainsi, la Russie kiévienne jouissait du bénéfice des lois, ce dont la Russie impériale est dépourvue : « Il faut établir des règles pérennes ou Lois, comme il y en avait dans l’antique Rus’13. » Dans la relecture idéologique de l’histoire que les décembristes élaborent, la période impériale est perçue comme profondément étrangère à la Russie : le règne de Pierre le Grand est assimilé à une européanisation forcée, qui coupe la Russie de ses racines et de ses traditions politiques. Dans cette perspective, Moscou et Saint-Pétersbourg sont les symboles de cette occidentalisation menée à marche forcée par le bâtisseur de la Venise du Nord ; seules les anciennes cités médiévales – Novgorod, Pskov, laroslavl’, Souzdal, Vladimir, etc. – seraient détentrices des traditions inhérentes à la Russie. Cette relecture, pour le moins partisane, est à mettre en rapport avec les conceptions romantiques de l’histoire des peuples héritées de Herder, mais aussi avec les découvertes de manuscrits anciens, tels le Dit de l’Ost d’Igor, remis au goût du jour en 180014 par le comte Musin-Puškin15.

  • 16 Murav’ëv, N.M., Une curieuse conversation, Izbrannye social’no-političeskie i filosofskie proizvede (...)
  • 17 Id.
  • 18 Bestužev, A.A., « Roman i Ol’ga – Starinnaâ povest’ », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym (...)

13Les institutions de la Rus’ kiévienne n’offrent pas seulement l’occasion d’opposer au régime autocratique un modèle antérieur qui en est l’exact inverse ; elles permettent également à N.M. Murav’ëv de mettre en avant le mécanisme de la représentation populaire des vétchés pour en souligner le caractère proprement républicain. Aussi peut-on lire sous sa plume : « Dans chaque ville, au son de la cloche du vétché, le peuple ou les élus se rassemblaient, ils traitaient de toutes les affaires générales ; ils proposaient des ordonnances, établissaient des Lois [...] et instauraient eux-mêmes des impôts avec l’accord de tous16. » Pour appuyer sa démonstration, le décembriste énumère les villes de la Russie ancienne qui fonctionnaient selon ce modèle : « De tels vétchés existaient à Kiev sur le Podol, à Novgorod, à Pskov, Vladimir, Souzdal et Moscou17. » Ainsi, l’autocratie despotique n’aurait aucun droit de cité dans une Russie historiquement authentiquement républicaine. N.M. Murav’ëv fait peu de cas de l’exactitude historique, puisqu’il étend l’institution des vétchés à Moscou, alors que cette dernière n’en disposait pas. De surcroît, si le prince était tenu de prendre en compte les propositions du vétché, on ne saurait pour autant parler de représentation populaire. Néanmoins, cette relecture idéologique du Moyen Âge russe s’avère fort répandue parmi les décembristes, qui faisaient du « vétché » le symbole de la tradition républicaine russe. Ainsi, dans la nouvelle Roman et Olga18, A.A. Bestužev (Société du Nord) met en scène deux héros dans la principauté de Novgorod. Roman, jeune homme pauvre mais brave, ne peut épouser Olga, fille de marchand. Son intervention au vétché sauve la cité d’une guerre contre Moscou et les princes lituaniens. La cité le reconnaît alors comme citoyen d’honneur, et le père d’Olga, passant outre les différences de conditions sociales, accepte de lui donner la main de sa fille. Dans cette nouvelle, la cité de Novgorod n’est pas seulement une toile de fond ; elle est le lieu de la liberté politique instituée, la ville de tous les possibles. Elle symbolise le refus du despotisme et le rejet des catégories sociales rigides. La description de Novgorod porte le désaveu du régime autocratique – Novgorod est, dans les écrits polémiques des décembristes, le chiffre de la république russe. Le souci manifeste d’ancrer la république dans les pratiques traditionnelles du pouvoir en Russie et de faire de l’autocratie un régime étranger à la culture russe est tout à fait caractéristique de la stratégie argumentative des sociétés du Nord et du Sud. En s’appuyant sur la culture politique de la Rus’ ancienne, les décembristes entendent placer résolument la Russie dans la tradition d’un pouvoir soumis aux lois fondamentales et renvoyer l’autocratie dos à dos avec l’Orient despotique ; si le tsar exerce son autorité comme s’exerçait jadis la domination tatare, il faut libérer le peuple russe du joug impérial.

Caricature du tsar et de ses favoris

14Cette critique savante – parce que émaillée de références historiques – de l’autocratie n’est pas le seul écrit polémique que les décembristes élaborent à destination de la noblesse. Ils ont également recours à une caricature plus virulente et moins construite, à la fois du tsar et de ses favoris. En fins connaisseurs des mœurs de la cour impériale, ils raillent la mesquinerie des favoris de l’Empereur. Dans des textes brefs et incisifs, K.F. Ryleev (Société du Nord) laisse libre cours à une plume rageuse ; on lui doit notamment une poésie intitulée Au favori provisoire (K Vremenŝiku), qui ridiculise ouvertement le comte A.A. Arakčeev et dénonce sa politique tyrannique au sein de l’armée :

  • 19 Ryleev, K.F., poème intitulé « K Vremenŝikü (Podražanie Persievoj satire “K Rubelliû”) », cité in D (...)

Favori provisoire, orgueilleux, et lâche et fourbe,
Rusé flatteur du monarque et ami ingrat,
Tyran enragé de son propre pays natal,
Malfaiteur élevé à un grade important par des ruses éhontées19 !

  • 20 Extrait des mémoires de N.A. Bestužev, dans Vospominaniâ brat’ev Bestuževyh, Petrograd, Ogni, 1917, (...)
  • 21 Bestužev, N.A., Vospominaniâ..., op. cit., p. 11.

15Le poète se fait prophète et prédit au comte A.A. Arakčeev qu’un jour homme se lèvera pour débarrasser le pays de ce malfaiteur ; ce futur héros est comparé aux héros antiques, tels Brutus ou Caton. Ces textes courts sont empreints d’un ton féroce, qui n’a pas échappé aux lecteurs. Dans ses mémoires, N.A. Bestužev (Société du Nord) fait de ce poème le premier d’une longue série de textes extrêmement sévères vis-à-vis de l’autocratie : « Ce fut le premier coup porté par Ryleev à l’autocratie20. » Dès lors, la littérature devient une arme politique redoutable : « C’est à partir de ce poème que commença la carrière politique de Ryleev21. » La même critique vis-à-vis du comte A.A. Arakčeev, responsable des colonies militaires, se retrouve dans les vers de V.F. Raevskij (Société du Sud), qui prédit au tyran une fin atroce :

  • 22 Raevskij, V.F., poème intitulé « Glas pravdy », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, (...)

Seigneur tout-puissant, ami fidèle du tsar, [...]
Quelles récompenses attends-tu ?
Pour toi, la récompense sera le terrible enfer ;
Le peuple, sous le fardeau de ses chaînes,
Attend avec des clameurs ta perte22.

16La critique est d’autant plus virulente qu’elle est issue du même milieu institutionnel : à travers V.F. Raevskij, c’est un général qui critique les milieux militaires, c’est l’armée qui critique l’armée. L’autocrate se voit ainsi attaqué, en la personne d’un noble et d’un militaire, par deux institutions traditionnellement dévouées à l’Empereur. On comprendra aisément l’audace de ces quelques vers, et leur portée à la fois parmi les membres de l’état-major et parmi les soldats. En outre, la condamnation des favoris dépasse le cadre moral pour prendre une tournure beaucoup plus politique. Ce n’est pas uniquement au nom des valeurs morales humaines et chrétiennes que le monarque est condamné, mais aussi et surtout pour des raisons politiques. La critique se transforme alors en plaidoyer pour un nouvel ordre politique : les poèmes esquissent le portrait du monarque idéal, soumis aux lois et dont les sujets deviennent des citoyens.

  • 23 Raevskij V.F., « Glas pravdy », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, op. cit., t. II (...)

Le tyran, comme un chêne fier, est tombé,
Par la fureur de Peroun foudroyé,
Et la lumière, tout hésitante, stupéfaite,
Regarde, avec une joie involontaire,
Les trônes ébranlés se succéder,
Le monarque, ce père des citoyens,
Offrir brusquement liberté et lois,
Et, sans faire usage de la force, briser les fers du servage23.

17Moins élaborée que la critique du despotisme oriental, cette caricature du pouvoir n’est cependant pas sans intérêt, car elle met en place les fondements d’un nouvel ordre politique : récusant l’autocratie, Raevskij se prononce, pour l’instant encore, en faveur d’une monarchie constitutionnelle, qui circonscrit le pouvoir du monarque dans un cadre légal strict. Le recours à la violence est proscrit, seule subsiste la force des lois. Enfin, la liberté fait elle aussi partie du socle des revendications : la reconnaissance de ce principe fondamental entraîne, à terme, l’abolition du servage. Constitution, lois, liberté, citoyenneté, abolition du servage – en quelques vers d’une remarquable efficacité, le général Raevskij condense les principales revendications politiques des décembristes. À n’en pas douter, sous la plume alerte de ces militaires, la littérature se fait programme politique.

Portrait du peuple : le paysan et le soldat

  • 24 Nombre d’écrits des décembristes, rédigés entre 1820 et 1825 mais aussi pendant la période de l’exi (...)

18Si la noblesse se tournait naturellement vers le tsar et ses favoris, elle n’accordait que peu d’attention au peuple russe. Les décembristes envisagent de lui donner une consistance, et même une corporéité, en lui consacrant des pages sans complaisance : les textes qui émanent de cette tentative témoignent de leur propre expérience du peuple russe, représenté par deux éminentes figures – le paysan-serf et le paysan-soldat. Les décembristes font preuve d’un réel talent dans l’art de la représentation du peuple : leurs essais24 critiques peignent des icônes du peuple russe, qui gémit sous le joug de l’Empereur et de l’aristocratie, dont le rôle essentiel consiste à avoir instauré ou à faire perdurer l’odieuse institution du servage. Là encore, prendre parole signifie prendre position : il est bien difficile de condamner le servage devant une noblesse qui voyait dans la possession des serfs l’assise même de son pouvoir. La rhétorique des décembristes se détourne alors des principes vertueux et des appels à l’humanité des propriétaires fonciers, pour avancer des arguments plus techniques, empruntés à l’économie politique et à la productivité du travail.

19Les décembristes se montrent fort attentifs à recenser les principaux lieux de conflit opposant le peuple russe aux prétentions arbitraires du despote. Deux foyers de tension mobilisent essentiellement leur intérêt : d’une part, le monde paysan, édifié sur la pratique persistante du servage ; d’autre part, l’armée impériale, agitée par des troubles graves suite à la mise en place des colonies militaires. Ces deux éléments incarnent à leurs yeux le pouvoir autocratique dans toute son horreur. La dénonciation des conditions de vie et de travail des serfs et des soldats contient aussi, en filigrane, un autre élément, plus politique : le rôle du peuple dans le nouvel ordre politique projeté. En décrivant avec force détails les brimades et les injustices subies par le peuple russe, les décembristes entendent mettre en relief l’idée d’une souveraineté populaire possédant en propre la légitimité qui fait défaut à l’Empereur. Dans ces textes, l’idée de la souveraineté du peuple semble définitivement acquise. Mais un problème fondamental – et que les décembristes ne parviendront jamais à résoudre – se pose alors : qui, de la nation ou du peuple, sera apte à fonder la souveraineté ? De la souveraineté populaire ou nationale, laquelle sera choisie par ces officiers insurgés ? Jamais ceux-ci ne parviendront à trancher, révélant en définitive une profonde méfiance vis-à-vis de ce peuple crédule, inculte et changeant, auquel on ne saurait confier l’avenir d’un État. En profonds connaisseurs des mœurs du peuple, les décembristes ne basculent pas dans l’idéalisation d’un peuple rêvé, mais se heurtent de plein fouet à une profonde contradiction – établir un régime politique fondé sur la souveraineté du peuple, tout en écartant celui-ci, jugé politiquement immature, et donc inapte à s’occuper des affaires de la cité.

La paysannerie sous le joug du servage

  • 25 La condamnation du servage au nom de principes humanistes est relativement ancienne. Dès le règne d (...)

20Premier foyer de conflit, le monde paysan fait l’objet d’analyses multiples et détaillées, aussi bien dans la Société du Nord (N.M. Murav’ëv, S.P. Trubeckoj) que dans la Société du Sud (M.P. Murav’ëv-Apostol, S.I. Bestuzev-Rûmin, ou encore V.F. Raevskij). Ainsi, dans son traité De l’esclavage des paysans (O rabstve krest’ân), le général Raevskij dénonce avec virulence le servage, au nom des libertés fondamentales de l’individu auxquelles il porte atteinte. Il s’élève contre l’immoralité des propriétaires fonciers, qui livrent les pères de famille au service militaire pour abuser librement de leurs épouses ou de leurs filles : cette débauche des seigneurs n’est pas sans corrompre aussi les serfs et la population tout entière, sans que le tsar s’en émeuve. Il fustige également les pratiques illégales que l’administration impériale laisse impunément subsiter – vente des serfs, mariages forcés, dispersion des familles, etc. La condamnation de ce système au nom des valeurs morales et chrétiennes est unanime auprès des décembristes ; elle était également partagée par un tiers de la noblesse russe25.

  • 26 Raevskij, V.F., « O rabstve krest’ân », dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizved (...)
  • 27 Id., p. 366.
  • 28 « Mais l’homme a presque continuellement besoin du secours de ses semblables, et c’est en vain qu’i (...)

21Toutefois, le général V.F. Raevskij étaie volontiers sa dénonciation du servage par des considérations plus pragmatiques : aux arguments politiques il ajoute des arguments économiques. En effet, le servage est une entrave à la liberté de mouvement : faisant obstacle au principe du libre choix de la profession exercée, il est en partie responsable du manque de productivité maintes fois constaté dans les secteurs agricole et industriel. « Nos usines et nos établissements, mis en mouvement par des esclaves, ne pourront jamais apporter autant de bénéfices que s’ils étaient mus par des hommes libres, car ici est la volonté, là l’obligation ; ici un contrat et une rémunération, là la nécessité et la précipitation ; ici le profit personnel des avantages et l’application, et là uniquement la peur du châtiment26. » Cette analyse des ressorts psychologiques du travailleur libre et du travailleur serf prend appui sur les conceptions véhiculées par l’économie politique ; en effet, V.F. Raevskij constate avec inquiétude : « Dans la masse, on commence à perdre le principe de l’économie politique27. » En ce sens, le servage est absolument incompatible avec les principes énoncés dans l’ouvrage d’A. Smith, La richesse des nations. Seule la libération des serfs permettra d’améliorer les rendements et de stimuler l’afflux de capitaux sur le territoire russe. Le travail libre est la condition nécessaire au développement d’une économie fondée sur le principe de libre concurrence : paysans et ouvriers serfs doivent eux aussi suivre leur égoïsme bien compris28, afin que la nation russe puisse espérer prospérer. Maintenus dans l’ignorance et dans la dépendance de leurs maîtres, les serfs ne peuvent voir où se situe leur intérêt véritable : éternellement dépossédés de leurs biens et des fruits de leur travail, ils n’attachent plus aucune importance à la propriété ni à l’effort. V.F. Raevskij assure que seule une éducation à la liberté les arrachera à l’état d’abrutissement dans lequel la Russie autocratique s’est complue à les maintenir. À ses yeux, cet état de fait est d’autant plus révoltant qu’historiquement le servage n’était pas une pratique partout répandue sur le territoire russe : ce sont les souverains autocrates qui ont dérobé aux Russes la liberté qui leur était naturelle.

  • 29 Raevskij, V.F., « O rabstve krest’ân », dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizved (...)

Nos ancêtres, libres, regarderaient avec terreur la situation méprisable de leurs descendants. Dans leur étonnement frémissant, ils n’oseraient pas croire que les Russes se sont faits esclaves, et que nous, dont le nom et le pouvoir, de l’inaccessible pôle Nord aux berges du Danube, de la mer Baltique à la mer Caspienne, donnent aux tribus et aux peuples innombrables des lois et des droits, nous, au sein de notre propre grandeur, nous ne voyons pas notre propre anéantissement dans l’esclavage du peuple29.

  • 30 Ibid., p. 364. L’auteur souligne.
  • 31 Ibid.

22Puisque le pouvoir tsariste a introduit le servage dans un pays libre, c’est à lui de l’en éradiquer ; V.F. Raevskij s’attaque par conséquent à Alexandre Ier, qui ne semble pas pressé d’affranchir les serfs auxquels il a promis la liberté. Pour le décembriste, la question du servage est indissolublement liée à l’élaboration d’une Constitution pour la Russie. D’une part, l’adoption d’un texte constitutionnel contraindrait à abolir les inégalités politiques subies par les serfs en concédant à tous les Russes une citoyenneté identique. « Alexandre, dans son discours aux Polonais, a promis de donner une Constitution au peuple russe. Il tarde, et des millions de personnes cachent leur désespoir jusqu’à la première étincelle30, affirme-t-il. Oh, s’il pouvait embrasser d’un regard tout ce que je dis, il ne tarderait pas une minute31. » D’autre part, puisque les paysans-serfs font partie intégrante du peuple russe, il faut les inclure dans une réflexion sur la souveraineté du peuple.

  • 32 Jamais N.M. Murav’ëv, ni le prince Trubeckoj n’envisageront une telle action, alors même que leurs (...)
  • 33 Rousseau, J.-J., Du Contrat social, III, XV, Paris, Flammarion, 2001, p. 134.
  • 34 Voir par exemple l’analyse proposée par Anson, P.R., dans son ouvrage The Jacobin Republic Under Fi (...)
  • 35 Montesquieu, De l’esprit des lois, XI, VI, op. cit., p. 331-332.
  • 36 Id.

23Les positions de V.F. Raevskij face à l’abolition du servage sont tout à fait emblématiques des contradictions et des hésitations des décembristes. Contradictions entre les discours et les pratiques tout d’abord : tous s’élèvent contre le servage, mais peu nombreux sont ceux qui libèrent effectivement les serfs qu’ils possèdent (N.I. Turgenev, P. I. Peste !’ et I.D. Âkuskin32). Hésitations entre souveraineté nationale et souveraineté populaire ensuite : en s’appuyant sur le peuple russe et une culture politique plus ancienne que l’autocratie elle-même, les décembristes prolongent le débat qui agita le xviiie siècle européen. À la suite de Rousseau, les penseurs des Sociétés du Nord et du Sud sont tentés de fonder la souveraineté sur le peuple pour rendre plus radicale encore la critique de l’autocratie et rejeter toute soumission au pouvoir impératif de mandataires élus. Ils rejoignent les considérations rousseauistes sur l’Angleterre : « Le peuple anglais pense être libre ; il se trompe fort, il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement ; sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien33. » Toutefois, la reconnaissance du manque patent d’instruction de la majorité des Russes les conduit à reconnaître la prévalence historique de la souveraineté nationale, dans la droite ligne de Montesquieu et de Sieyès34. Le peuple est inculte, ce qui, selon Montesquieu, est « un des grands inconvénients de la démocratie35 » : « Le grand avantage des représentants, c’est qu’ils sont capables de discuter les affaires. Le peuple n’y est point du tout propre ; [...] il ne doit entrer dans le gouvernement que pour choisir ses représentants, ce qui est bien à sa portée36. » Les décembristes ne cesseront de trébucher sur ce peuple-citoyen ardemment désiré, mais désespérément absent, qui se refuse à toute appréhension concrète. La carence de ce peuple instruit des affaires de la cité influera considérablement, à terme, sur la conception du principe électif et sur le rôle de l’élection dans la vie politique de la cité. De la nation – idée abstraite –, ou du peuple – rassemblement de tous les individus –, qui permettra de fonder effectivement la souveraineté en Russie ? Les décembristes ne trancheront pas nettement et maintiendront jusqu’au bout ce flottement.

Les soldats sous la tyrannie des officiers

  • 37 Raevskij, V. F, « O soldate », dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ, op. (...)
  • 38 La réflexion sur l’abolition des punitions corporelles dans l’armée sous le règne d’Alexandre Ier s (...)
  • 39 Raevskij, V. F, « O soldate », dans Izbrannye social’no-političeskie i filosofskie proizvedeniâ, op (...)
  • 40 Raevskij, V. F, « O soldate », ..., t. II, op. cit., p. 380.

24Un second foyer de tensions mobilise l’attention des décembristes : l’armée impériale, qui réserve aux soldats un sort peu enviable. Dans une note intitulée Du soldat (O soldate), le général V.F. Raevskij dénonce avec vigueur la longueur du service militaire des simples soldats, la rigueur de la discipline à laquelle ils sont soumis, ainsi que l’impossibilité qui leur est imposée de quitter l’armée – conditions de service qui s’opposent du tout au tout à celles faites aux officiers. Reprenant un lieu commun des textes qui circulent dans les Sociétés politiques secrètes, V.F. Raevskij dénonce les châtiments corporels en usage dans l’armée : « De nombreux officiers, essentiellement des jeunes, [...] afin d’attirer l’attention sur eux et de rappeler au soldat leur existence, distribuent eux-mêmes coups et bastonnades37. » Cet état de fait est en réalité totalement irrégulier au vu des statuts de Pierre le Grand (seul un crime peut avoir pour conséquence des châtiments corporels) confirmés par Catherine IL Alexandre Ier, par un décret militaire38, étendit l’interdiction des punitions corporelles à l’enseignement des nouvelles recrues. C’est donc avec la complicité des autorités judiciaires que les pratiques illégales perdurent dans l’armée. V.E Raevskij s’attache également à dénoncer les travaux forcés infligés aux soldats malgré des interdictions maintes fois réitérées : tâches agricoles, construction de logements pour les officiers, etc. « Une partie des hommes est affectée au travail pour la capitainerie, une autre travaille pour les commandants des régiments et des bataillons, et seule une petite minorité remplit les obligations de service39. » Cette utilisation sans vergogne des soldats comme force de travail est une pratique courante : « Dans les régiments, les maîtres artisans sont comme assujettis au commandant du régiment, ils sont souvent utilisés pour un travail au profit personnel du colonel, sans rapport aucun avec le service, et souvent ils sont prêtés par contrat à des propriétaires fonciers ou à des Juifs40. »

  • 41 À cet égard, K.E Ryleev, président du Tribunal civil de Saint-Pétersbourg, et N.I. Turgenev seront (...)
  • 42 Althusser, L., Montesquieu, la politique et l’histoire, op. cit., p. 88. Nous soulignons.
  • 43 Id. Nous soulignons.

25Les décembristes reprochent au pouvoir impérial une profonde duplicité : le tsar promet et fait interdire, mais se complaît dans le même temps à ne pas faire appliquer les textes adoptés, contribuant ainsi à ce que l’arbitraire pénètre tous les lieux de pouvoir. Le soldat est donc soumis aux caprices des officiers et des sous-officiers : l’armée impériale reproduit à son échelle la pratique du gouvernement autocratique de l’Empire. Les pratiques de pouvoir de l’Empereur sont donc reproduites dans l’ensemble de l’administration impériale – on retrouve la même dénonciation de l’arbitraire dans les tribunaux civils et l’achat des verdicts, et dans la critique de la corruption des juges41. On rejoint, ici encore, le portrait que Montesquieu dresse du despotisme. Ainsi, Louis Althusser rappelle que « le despote décide dans l’instant. Sans réfléchir, sans comparer des raisons, sans peser des arguments, sans accommodements, sans tempéraments. Toute sa réflexion se réduit à décider42 ». On pourrait sans peine dresser ici un portrait du comte Arakčeev, responsable des colonies militaires, enclin aux punitions corporelles jusqu’à ce que mort s’ensuive, ou à la déportation à vie dans les terres sibériennes. Or l’arbitraire s’avère contagieux : là où les caprices du prince ont valeur de loi, les administrations intermédiaires imitent le mode arbitraire de gouvernement ; Louis Althusser rappelle fort justement que « la légion de ses fonctionnaires précaires répète jusqu’au fond des provinces les plus reculées le même geste aveugle43 ». L’arbitraire de l’autocrate gangrène tous les échelons de la hiérarchie, militaire et civile, réduisant l’obéissance à un mécanisme de répétition des caprices du Prince. Les décembristes n’auront de cesse de dénoncer cet arbitraire, pour lui substituer un ordre politique fondé en raison et limité par des lois, reflets de la volonté du peuple souverain.

  • 44 Extrait du dossier d’instruction de P.G. Kahovskij, dans Vosstanie dekabristov, Sbornik materialov (...)
  • 45 Kahovskij, P.G., Vosstanie dekabristov..., t. I, op. cit., p. 369-370.

26Puisque le pouvoir impérial contribue à répéter le geste autocratique à tous les niveaux de la société russe, puisque le peuple russe, c’est-à-dire les paysans et les soldats, est par deux fois soumis au despotisme – une première fois par la domination politique du souverain, une seconde par la soumission civile à l’administration de l’Empire –, certains décembristes des Sociétés du Nord et du Sud en viennent à reconnaître la nécessité de supprimer la personne même du tsar. Ainsi, P.G. Kahovskij se proposera comme futur assassin de l’Empereur et affirmera dans sa déposition : « Dès mon entrée dans la société, Ryleev m’en ouvrit le but : éliminer toute la Famille Impériale régnante et instaurer un Gouvernement Populaire44. » Ce régicide ne semble l’avoir nullement effrayé, en dépit du sort réservé à ceux qui attentent à la vie de l’Empereur : « Précisément, je me suis fortement armé contre le pouvoir Autocratique, je souhaitais un Gouvernement Populaire et j’étais toujours prêt, de quelque manière que ce soit, à mourir pour le bien de ma patrie45. » D’autres décembristes partageaient cette pessimiste conclusion que rien ne pourrait se faire tant que le tsar vivrait : I.D. Âkuškin tenait le même genre de propos. Si tous les membres des Sociétés décembristes – loin de là – ne sont pas aussi ardemment favorables à l’élimination physique de la famille impériale, il n’en reste pas moins que tous reconnaissent la nécessité de rompre avec le tsarisme autocratique et de déposséder de son trône son actuel représentant. Une telle entreprise nécessite bien entendu de recruter des hommes prêts à prendre les armes pour soutenir un futur coup d’État. C’est donc prioritairement dans l’armée impériale que les officiers feront œuvre de propagande. Le recrutement de membres supplémentaires implique un discours renouvelé, distinct à la fois du lyrisme politique de K.F. Ryleev et d’une caricature « savante », fondée sur l’histoire de l’Empire. Qu’à cela ne tienne : les décembristes, talentueux écrivains, quittent la sphère des Belles Lettres pour se tourner vers des énoncés plus populaires – mais aussi beaucoup plus radicaux. L’étude de ces textes courts et accessibles aux moins instruits permet de saisir en profondeur les stratégies de diffusion des idées politiques suivies par la Société du Nord et la Société du Sud.

Imiter la voix du peuple

27Si 1812 a permis à la noblesse de découvrir un peuple dont elle ne se souciait guère, les décembristes envisagent de le doter d’une voix, plutôt d’un cri, afin de lui conférer une existence – mais aussi une pensée. Les décembristes écrivains avaient conscience de la nécessité d’élargir leur lectorat, et d’attirer un public moins instruit mais plus vindicatif. Cette propagande à destination des moins instruits des soldats répond à un objectif précis : il s’agit, pour les décembristes, d’attirer de nouvelles recrues afin de consolider les sociétés secrètes par des adhérents plus nombreux, et de prévoir une action plus directe. Cette promotion se fait au détriment du projet politique républicain : la virulence du ton et de la caricature suffit à emporter l’adhésion des soldats, point n’est besoin d élaborer un programme politique précis. La parole pamphlétaire n’est pas le lieu des théories politiques : d’autres discours prendront le relais pour préciser la parole théorique et politique des décembristes.

28Pour entretenir et canaliser la révolte grondante des soldats, les futurs insurgés ont recours à une littérature dite de « propagande », de lecture plus simple ; en privilégiant un support plus fragile – ces écrits paraissent souvent sur des feuilles volantes –, ils utilisent un mode de transmission qui échappe plus facilement à la censure. Dans ces énoncés volontiers protestataires, les décembristes poursuivent un double objectif : il s’agit à la fois de donner une parole au peuple – en lui imposant un mode de pensée binaire – et d’imiter la parole populaire, afin qu’elle puisse être admise au sein des troupes. La littérature orale, les chansons populaires, les caricatures sarcastiques offrent à ces officiers un moyen habile et extrêmement efficace pour toucher le peuple en l’imitant. Deux formes – à la fois populaires et pédagogiques – viennent servir leurs desseins : les chansons, empruntées à des mélodies populaires fort répandues, et les catéchismes politiques.

Mettre en scène et en chansons la farce du pouvoir

  • 46 Outre ces figures littéraires marquantes, on citera également V.K. Kûhel’beker, le prince Odoevskij (...)
  • 47 Agitacionnyepesni. Il s’agit de chansons de propagande, destinées à soutenir le courage des soldats (...)
  • 48 Podblûdnye pesni. Ces chansons sont en réalité des refrains populaires, utilisés lors de séances de (...)

29Quoi de plus efficace, en termes de diffusion, que d’imiter les rengaines populaires, reprises en chœur lors de manœuvres ou plus discrètement fredonnées devant un supérieur ? Rien de plus évanescent, rien de plus insaisissable que ces chansons populaires, si facilement mémorisées par des soldats avides de mettre en mots leurs rancœurs. Les décembristes – notamment EN. Glinka, K.F. Ryleev et A.A. Bestuzev46 – instrumentalisent habilement les rancunes de la gente soldatesque envers leurs supérieurs dans des chansons qui offrent un support à cette pensée populaire. L’historien doit cependant se garder, dans son analyse, d’y voir un reflet parfait des émotions du peuple : tout en reprenant certaines revendications populaires, les décembristes les expriment dans une forme et un vocabulaire spécifiques, destinés à orienter l’opinion des soldats. Ces chansons offrent tout à la fois un accès à la voix populaire et une canalisation fortement orientée de cette voix. Deux types dénoncés, qui rencontrent un succès particulier au début du xixe siècle, sont repris par les décembristes : les chansons de propagande destinées aux soldats47 et les chansons de divination, issues du monde paysan48.

  • 49 F.N. Glinka a beaucoup écrit sur les soldats et la vie à l’armée. On lui doit une dizaine de chanso (...)

30Rédigées entre 1812 et 1819, les chansons de soldats prennent un essor sans précédent pendant les campagnes contre Napoléon. EN. Glinka49 excelle dans ce genre d’écrits, qu’il rédigea pendant la campagne de 1812, notamment au cours des batailles de Smolensk ou après le passage de la Bérézina. Le rythme choisi est souvent un rythme populaire, scandé et aisé à retenir ; les paroles sont généralement assez simples. Les chansons de soldats retiennent l’expérience des campagnes contre Napoléon et la crainte d’une défaite. Toutes invitent le soldat à se sacrifier pour que sa patrie et ses descendants puissent vivre en êtres libres :

  • 50 Glinka, EN., « Voennaâ pesn’, napisannaâ vo vremâ približeniâ nepriâtelâ k Smolenskoj gubernii », d (...)

Est-ce maintenant que nous devons sommeiller au repos,
Nous, fidèles fils de la Russie ?
Partons, mêlons-nous au régiment,
Partons ! Et dans les horreurs de la guerre,
Nous chercherons la gloire et la liberté,
Pour nos amis, notre patrie, notre peuple,
Ou alors nous mourrons tous sur les champs de notre patrie !
Que vaut-il mieux : vivre, dans les chaînes de la prison,
Ou mourir, là où de la Russie sont les fanions ?
Être des héros ou des esclaves50 ?

  • 51 Glinka, EN., « Soldatskaâ pesn’, sočinennaâ i petaâ vo vremâ soedineniâ vojsk u goroda Smolenska v (...)

31Le choix entre une mort libre et une vie servile est récurrent : « Défendons notre puissant État, lit-on dans l’une de ces chansons, car mieux vaut la mort que vivre en esclaves51. » Le tyran et l’esclavage sont assimilés à Napoléon, et la liberté devient synonyme de patrie. Cette littérature militaire utilise volontiers quelques artifices rhétoriques, tel le recours à la personnification des vertus et des défauts :

  • 52 Glinka, EN., « Opyty dvuh tragičeskih âvlenij v stihah bez rifmy », écrit en 1817, dans Dekabristy  (...)

La tyrannie sur son lit de plaisirs, sur des fleurs,
Et l’esclavage, dans la poussière, sous un lourd fardeau,
Dorment profondément ! Seul l’amour pour la patrie ne dort pas !
Il ne clôt pas ses yeux emplis de larmes :
Errant dans les taillis, sous la lune blafarde,
Par ses larmes ruisselantes il dérange l’heure de minuit
Et réveille la liberté de sa mortelle torpeur.
Liberté ! Patrie ! Que ces mots sont sacrés !
Ou bien rendrez-vous éternellement un son vide ?
Non ! Nous vous ressusciterons52 !

32Retenues et colportées par l’ensemble des troupes de l’armée russe, ces valeurs sont très répandues : les soldats adoptent la vision dualiste qui consiste à opposer la patrie à un ennemi extérieur. Dès lors que les troubles extérieurs s’apaisent et que les soldats retournent à leur précédente situation, les mots demeurent, mais l’ennemi emprunte d’autres traits : c’est un ennemi intérieur qu’il s’agit de décrire désormais. Les chansons militaires sont impropres à transmettre ce glissement d’un ennemi extérieur vers un ennemi intérieur. Les décembristes se tournent alors vers un autre type d’écriture : les chansons de divination prennent le relais, avec une ironie beaucoup plus mordante.

33Rédigées conjointement par K.F. Ryleev et A.A. Bestužev, ces chansons de divination s’échelonnent entre 1822 et 1825, au cours d’une période où les positions des décembristes se durcissent. Les différentes chansons reflètent cette évolution et présentent une critique très dure du tsarisme. Dans ces chansons de propagande, comme dans la littérature destinée à un public plus cultivé, le tsar n’est pas épargné. Ainsi, dans une chanson écrite en 1823, K.F. Ryleev et A.A. Bestužev raillent Alexandre Ier et son goût immodéré pour les exercices militaires dans des termes sans équivoque :

  • 53 Ryleev, K.F. et Bestužev A.A., « Agitacionnye pesni », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh (...)

1. Notre tsar, un Allemand russe,
Porte un uniforme étroit.
2. Où règne-t-il ?
Chaque jour dans le manège.
6. Toutes les écoles sont casernes,
Tous les juges sont gendarmes53.

34Dans les autres couplets, les auteurs se moquent des plus proches collaborateurs d’Alexandre Ier ; les derniers favoris constituent une cible de choix pour ces officiers, proches des élites gouvernantes et subtiles observateurs des moeurs de la cour impériale :

  • 54 Id., p. 239. L’humanité des serfs (« peuple », « gens ») est ici opposée à l’inhumanité des seigneu (...)

7. Et le comte Arakčeev
est le pire des malfaiteurs !
8. Le prince Volkonskij, cette bonne femme,
de l’État-Major est l’âme !
10. Et Potapov, l’imbécile,
est général de service54.

35Outre une critique féroce des autorités officielles, les chansons de propagande offrent à leurs auteurs une opportunité supplémentaire de récriminer contre le servage. La condition des serfs, considérés comme des objets ou du bétail, est dénoncée dans un couplet au verbe d’une redoutable efficacité :

  • 55 Id., p. 240.

Longtemps encore le peuple russe
sera-t-il l’objet domestique des seigneurs ?
Et longtemps encore fera-t-on commerce des gens,
comme du bétail55 ?

36Dans ces chansons au verbe plus souple, les décembristes ont volontiers recours à un « nous » suffisamment vague pour englober l’auteur, le public et le héros de la chanson ; par ce procédé, ils se mettent à la place des paysans et, à la suite d’A.N. Radišev, leur donnent la parole en littérature. En outre, le recours à la force est préconisé : puisque les seigneurs usent de violence, il paraît légitime d’utiliser la même arme pour leur résister.

  • 56 Ibid. Le terme razdol’e renferme un jeu de mots difficile à rendre. En effet, il désigne, au sens p (...)

Mais ce qui nous a été pris par la force,
Par la force nous le reprendrons,
Et dans la liberté,
Dans les libres espaces,
Nous vivrons comme avant56.

  • 57 Ryleev, K.F., et Bestužev, A.A., « Podblûdnye pesni », dans, Dekabristy – Izbrannyesočineniâ v dvuh (...)

37Dans ces vers, les décembristes tentent de séduire les paysans par l’évocation d’un âge d’or : il s’agit de leur rendre une liberté qui leur aurait été ravie par les propriétaires fonciers. Cet hypothétique âge d’or est relégué aux temps les plus reculés (starinoû). Par ailleurs, les auteurs raillent ouvertement la religion, en parodiant des formules bibliques : « Gloire à Dieu dans le ciel, et à la liberté sur cette terre57 ! », tout en omettant volontairement le « tsar », image de Dieu sur terre. Le règne d’Alexandre Ier subit une critique sévère : les auteurs décrivent la misère des soldats et évoquent le sort du régiment de Semenov ; même l’obsession de la légalité et de l’ordre juridique est ridiculisée. La raillerie et le sarcasme cachent difficilement des allusions au régicide. La séduction se transforme alors en appel à l’action, qui transparaît dans ces lignes rapides et incisives. Il s’agit, à tout prix, de renverser l’ordre établi :

  • 58 Ryleev, K.F., et Bestužev, A.A., « Podblûdnye pesni », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh (...)

Mesure la farine, Macha, cuis des friands :
Des invités viendront te visiter, des ennemis du tyran,
Non pas avec des icônes, des révérences,
Mais avec du fer et des ordonnances.
Ce que nous avons chanté ne sera pas perdu pour lui,
Et pour la dernière fois il criera : « Qu’il en soit ainsi ! »58

38On s’arrêtera volontiers sur une chanson rédigée conjointement par A.A. Bestužev et K.F. Ryleev en 1823, et qui connut un succès tout particulier ; il s’agit de la chanson intitulée « Le long de la rivière Fontanka » (Vdol’ Fontanki reki), et qui fait sans doute allusion à la mutinerie du régiment de Semenov. Le texte, bref mais incisif et provocateur, dénonce les mauvais traitements dont les soldats sont victimes, et entend indiquer le remède à cette situation. Là encore, l’assassinat est revendiqué, mais il est élargi à toutes les couches qui forment l’assise de l’autocratie – la noblesse, le clergé et, pour finir, l’Empereur lui-même :

  • 59 Chanson réécrite de mémoire par M.I. Murav’ëv-Apostol, citée par L.A. Mandrykina, « Agi-tacionnyaâ (...)

Le long de la rivière Fontanka se trouvent les régiments. Gloire !
Tous les régiments de la Garde y sont cantonnés. Gloire !
On les instruit, on les tourmente, dès potron-minet. Gloire !
Dès potron-minet pour le divertissement du tsar. Gloire !
Le forgeron revient de la forge. Gloire !
Le forgeron apporte trois petits couteaux. Gloire !
Le premier, pour les maîtres, les seigneurs. Gloire !
L’autre est pour les popes, les saints hommes. Gloire !
Et, après une prière, le troisième est pour le tsar-vampire. Gloire59 !

  • 60 Autre variante : « L’autre couteau est pour les juges corrompus. » Ryleev, K.F., et Bestužev, A.A., (...)
  • 61 Mandrykina, L.A., « Agitacionnaâ pesnâ Vdol’Fontanki reki i učastie A.I. Poležaeva v eë rasprotrane (...)

39Il existe plusieurs versions de cette chanson : ainsi, les seigneurs sont parfois délaissés au profit d’une tirade contre les juges corrompus60. Dans toutes les variantes, on retrouve les mêmes composantes : les auteurs dénoncent la tyrannie qui règne au sein des régiments, et le goût immodéré de l’Empereur pour les parades militaires et les revues ; ils dénigrent également les autorités officielles, représentées par le souverain, les généraux et l’Église. Cette chanson était très répandue dans l’armée : on sait que M.I. Murav’ëv-Apostol la faisait chanter au sein de son régiment. Par ailleurs, ce pamphlet versifié connut une large diffusion dans la société, au-delà des milieux militaires, grâce à A.I. Poležaev. Ce dernier transmit les paroles de la chanson au milieu universitaire ; et c’est ainsi que les frères Kritskij, arrêtés en 1827 pour avoir fredonné cette chanson, affirment l’avoir entendue chanter par P.M. Palm’in, étudiant à l’université de Moscou61. Ainsi cette critique du pouvoir circulait tant dans les milieux militaires qu’estudiantins. La diffusion extrêmement rapide de cette critique virulente des élites gouvernantes et sa réception laissent entrevoir la jouissance qu’elle suscitait parmi les soldats et les étudiants. À n’en pas douter, et malgré l’évident objectif de séduction de ses auteurs, cette condamnation des abus était largement partagée par les couches les moins aisées de la population, promptes à récriminer dès lors qu’on leur en donnait la possibilité. La vigueur de la dénonciation du régime tsariste laisse à penser que cette littérature de propagande était destinée avant tout à un public peu instruit, sensible à des images simples voire simplistes, prompt à réagir à des formules laconiques mais percutantes. Les chansons s’avèrent un support particulièrement efficace pour donner à mémoriser des textes brefs et chargés de rancune ; elles concentrent la rancœur des soldats sur tel individu ou telle couche sociale, canalisant ainsi, par la personnification et l’identification, une colère parfois diffuse. En revanche, elles n’autorisent pas une approche politique de la contestation, qui nécessite une démarche thématique et volontiers plus conceptuelle. Les décembristes se tournent alors vers une forme plus pédagogique : les catéchismes politiques.

Les catéchismes politiques : loi de Dieu et loi des hommes

  • 62 Le Catéchisme publié en 1823 est traduit en russe par F.B. Bulgarin et réédité dans un recueil réca (...)
  • 63 Textes édités dans le recueil Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ dekabristo (...)

40Les décembristes ont su s’appuyer sur les expériences passées des luttes contre la Grande armée et y puiser les moyens de propagande dont ils avaient grandement besoin pour populariser des idées politiques souvent mal accueillies par la population russe. Ce sont notamment, parmi les formes multiples que prit la lutte contre Napoléon Bonaparte en Espagne de 1808 à 1814, les catéchismes politiques qui retiendront leur attention. Ces derniers cumulent en effet deux éléments qui les rendent particulièrement séduisants pour les décembristes : la référence religieuse, à laquelle les soldats, empreints de piété populaire, devaient nécessairement être sensibes ; et la forme pédagogique, qui permettait de diffuser efficacement et explicitement des notions politiques complexes. Le modèle du catéchisme politique n’était pas inconnu en Russie : en 1823, F.B. Bulgarin publia un Catéchisme politique du peuple espagnol62 dont les membres des Sociétés secrètes prirent connaissance. Les rapports établis entre foi, patrie et destin politique de l’État, ainsi que la simplicité efficace du style adopté séduisirent S.I. Murav’ëv-Apostol et M.P. Bestužev-Rûmin, qui s’empressèrent d’en imiter la facture. Le Catéchisme orthodoxe du premier et l’Appel au peuple63 du second témoignent d’une volonté manifeste de diffuser le plus largement possible, sous une forme populaire, les linéaments de leurs positions politiques. On y rencontre une fois encore la critique de l’autocratie, l’opposition entre Russie européenne et despotisme asiatique, l’institution des vétchés de la Russie kiévienne. Mais on constate également que l’imprécision conceptuelle et l’amalgame teinté d’ésotérisme y règnent en maîtres : il ne s’agit point ici de faire œuvre de théoriciens de l’État, mais de persuader des esprits simples, peu rompus aux subtilités de la pensée politique. Le Catéchisme politique des décembristes, véritable profession de foi politique ponctuée par le signe de croix et le traditionnel « ainsi soit-il », s’avère plus court et plus dense que son homologue espagnol. Dans le texte russe, les références religieuses côtoient les analyses politiques : royaume céleste et royaume terrestre, lois divines et lois humaines se confrontent dans une comparaison peu flatteuse pour l’empereur russe. Renversant habilement la tradition qui fait du tsar un représentant de Dieu sur terre, le texte présente comme une évidence que le tsar en personne détourne la Russie des voies qui le mènent à son Créateur.

41De toute évidence, les deux textes présentent des similitudes, communes aux « catéchismes politiques » : une présentation sous forme de questions-réponses, et le recours au Créateur pour justifier la liberté de tout être humain. En revanche, alors que les Espagnols utilisent ce catéchisme dans l’urgence – soulever l’élan patriotique pour chasser les Français hors d’Espagne –, le décembriste se sert de cette forme pédagogique pour populariser des idées politiques beaucoup plus complexes – loi, liberté, légitimité, arbitraire – parmi les soldats qu’il estime devoir éduquer à la vie politique.

Chapitre I
– Dis-moi, mon fils, qui es-tu ?
– Je suis espagnol, par la grâce de Dieu.
– Qu’est-ce qu’un Espagnol ?
– C’est un homme juste.
– Quels sont les devoirs d’un Espagnol, et combien y en a-t-il ?
– Il y en a trois : être un bon chrétien ; défendre sa Foi, sa Patrie, son Empereur ; et mourir plutôt que de faillir.

  • 64 Extraits traduits en russe par F.B. Bulgarin, dans Sočineniâ Faddeâ Bulgarina, op. cit., t. IV, 7e (...)

Chapitre III
– Quelle doit être la politique des Espagnols ?
– Des règles, écrites pour nous par Notre Seigneur Jésus-Christ64.

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit.
– Pour quelle raison Dieu a-t-il créé l’homme ?
– Pour qu’il croie en Lui, qu’il soit libre et heureux.
– Que signifie « croire en Dieu » ?
– Notre Seigneur Jésus-Christ, descendu sur terre pour notre salut,
nous a laissé son Saint Évangile. Croire en Dieu signifie suivre,
au sens le plus authentique du terme, les lois dessinées dans cet
Évangile.

  • 65 Murav’ëv-Apostol, S.I., Catéchisme orthodoxe (Pravoslavnyj katehizis) dans Izbrannye social’no-poli (...)

Quel est ce gouvernement conforme aux lois divines ?
– C’est un gouvernement dans lequel il n’y a pas de tsar. Dieu nous a tous créés égaux, et, après être descendu sur la terre, il a choisi les apôtres parmi de simples gens, et non parmi les nobles et les tsars65.

  • 66 Bestužev-Rûmin, M.P., texte « Vozzvanie », dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proiz (...)
  • 67 Extrait du Catéchisme orthodoxe de S.I. Murav’ëv-Apostol, Izbrannye social’no-političeskie i filoso (...)
  • 68 Bestužev-Rûmin, M.P., « Vozzvanie », dans Izbrannye social’no-politiceskie i filosofskie proizveden (...)

42Les notions politiques mises en avant par les décembristes prennent une coloration nettement religieuse : le recours systématisé aux thématiques bibliques relaie la ferveur de la foi populaire, puissant ressort permettant de rallier les soldats à la cause décembriste. Ainsi, le Catéchisme orthodoxe débute par le signe de croix, plaçant d’emblée la critique de l’autocratie sous le signe du sacré : la stratégie adoptée sera dès lors de faire du tsar une figure de l’antéchrist. En refusant à ses sujets liberté et bonheur, le Souverain s’oppose à l’ordre voulu par Dieu et attire sur lui un juste châtiment divin – auquel les auditeurs sont fortement conviés à prêter main-forte. La mort d’Alexandre Ier ne serait-elle d’ailleurs pas l’expression même de la volonté céleste ? « Par la mort du tyran, Dieu manifeste sa volonté que nous sortions des fers de l’esclavage, contraires à la loi chrétienne66 », affirme le texte du Catéchisme politique. Suivant cette thématique religieuse, les auteurs opposent en permanence cité de Dieu et cité des hommes ; face aux sages décisions du tsar céleste, unique et miséricordieux, se lève la multitude tyrannique des souverains d’ici-bas : « Ainsi, le choix des tsars est contraire à la volonté divine, car il ne doit y avoir qu’un seul tsar, Jésus-Christ67. » Cette situation résulte de l’attitude servile de la population, elle aussi responsable en sa passive résignation. La reconnaissance de ce péché débouche ensuite sur un serment de fidélité au Christ : « Mes frères, faisons pénitence pour notre longue servilité et jurons de n’avoir qu’un seul tsar sur la terre et dans le Ciel : le Christ Jésus68. »

  • 69 « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera (...)
  • 70 Voir par exemple Thomas d’Aquin, Somme théologique, IaIIae, Q.105, a.l.
  • 71 Premier Livre de Samuel, chapitre 8, versets 4-22. Cité d’après La Bible. Traduction œcuménique, éd (...)
  • 72 Murav’ëv-Apostol, M.I., Catéchisme orthodoxe, op. cit., p. 192. S.I. Murav’ëv-Apostol mêle ici habi (...)

43Le ton se fait volontiers homilétique et en appelle à l’autorité des Saintes Écritures : S.I. Murav’ëv-Apostol condamne le servage au nom de saint Paul Apôtre – le rachat par Dieu a libéré l’homme de son esclavage –, et rappelle qu’on ne peut servir à la fois un tsar terrestre et un tsar céleste (Mt 6, 2469). Il cite plus particulièrement quelques versets du Premier Livre de Samuel (1 Sm 8) fréquemment interprétés dans la tradition occidentale dans le sens d’une mise en garde face aux dérives tyranniques de la royauté70. Ce choix n’est donc pas anodin : il permet une identification immédiate des maux soufferts par le peuple d’Israël après l’élection d’un roi, avec les tourments du peuple russe sous la tyrannie d’un tsar. Samuel, regrettant que les anciens aient pris sur eux de se choisir un roi, en fait appel au Seigneur, qui lui répond : « Ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi. Ils ne veulent plus que je règne sur eux. [...] Maintenant donc, écoute leur voix. Mais ne manque pas de les avertir : apprends-leur comment gouvernera le roi qui régnera sur eux71. » L’avertissement de Dieu au peuple d’Israël résonne de manière prophétique aux oreilles des soldats russes qui gémissent sous le joug des tsars. Le but avoué de cette combinaison d’idées politiques et religieuses est d’emporter l’adhésion de soldats simples d’esprit et peu instruits, mais très attachés à une foi orthodoxe considérée comme facteur d’identité. Cette méthode catéchétique doit permettre de justifier le passage à l’acte. M.P. Bestužev-Rûmin et S.I. Murav’ëv-Apostol en appellent au soulèvement contre un empereur impie ; il faut sans plus tarder jeter à bas ce tsar qui agit contre la volonté divine, « [en prenant] les armes et [en suivant] avec audace ce qui a été dit au nom du Seigneur, en se souvenant des paroles de notre Sauveur : Bienheureux êtes-vous, vous qui avez faim et soif de justice : vous serez rassasiés, et, après avoir découronné le mensonge et la malhonnêteté de la tyrannie, en restaurant un gouvernement semblable à la loi divine72 ». Les décembristes font alors appel à l’identité orthodoxe des soldats : baptisés, ils doivent s’acquitter de leurs devoirs de fils de l’Église orthodoxe, garante de la tradition chrétienne. La référence religieuse orne d’un vocabulaire chrétien ce qui n’est, en définitive, qu’un glissement vers une pensée politique profondément hostile à l’ordre autocratique. L’Appel au peuple russe, rédigé tardivement mais qui devait être diffusé parmi les troupes en cas de réussite d’une hypothétique insurrection, s’achève sur l’évocation de cette responsabilité des soldats russes en tant que chrétiens :

  • 73 Bestužev-Rûmin, M.P., Vozzvanie, dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ de (...)

Désormais, la Russie est libre. Mais, en tant que vrais fils de l’Église, nous ne nous laisserons pas tenter par des actes malfaisants, et, nous détournant des querelles intestines, nous établirons un gouvernement du peuple, fondé sur la loi divine, qui dit : « Que le premier d’entre vous soit votre serviteur. » Les troupes russes vont restaurer ce gouvernement du peuple, suivant l’enseignement chrétien, fondé sur la loi sacrée73.

44M.P. Bestužev-Rûmin cherche à exciter la haine des soldats contre l’autocrate, tout en rappelant que le recours à la violence ne saurait correspondre à l’enseignement chrétien – où l’on retrouve la méfiance des officiers vis-à-vis des débordements auxquels pouvaient s’adonner les mouvements populaires. Cette méfiance devait s’avérer justifiée, puisque les officiers insurgés seront très rapidement débordés par les actes violents de leurs propres soldats lors de l’insurrection de janvier 1826. La propagande décembriste n’avait pas pour seul objectif d’attiser les rancœurs des soldats : elle visait également à les canaliser et à les orienter au profit des projets des décembristes. Ces textes pamphlétaires répondent, à l’évidence, à une entreprise de manipulation des esprits. L’imitation d’une voix populaire est une arme idéologique efficace : favorablement reçue par les soldats, aisément mémorisée, elle offre aux décembristes tout à la fois une assise populaire et le confort de l’anonymat. Fins observateurs de leurs contemporains, les décembristes ont su forger, dans des textes pamphlétaires et polémiques, une véritable littérature de propagande, qui se joue habilement de la censure et de l’idéologie officielle, et qui familiarise un public peu instruit avec l’idée républicaine.

45L’étude des textes qui composent la « propagande décembriste » laisse apparaître à la fois les artifices rhétoriques utilisés par les futurs insurgés, mais aussi le profil du public auquel ces textes étaient destinés, ainsi que la réception des textes de propagande. De manière attendue, la parole pamphlétaire des décembristes se dit par une voix aux accents rauques, vibrante d’une colère sourde qui se libère enfin : dans des caricatures au ton virulent, sarcasme et ironie se succèdent pour esquisser un portrait accusateur du tsar et de ses favoris. Chansons populaires, couplets scandés, poésies brèves et efficaces sont autant de supports de cette parole accusatrice. Mais si cette voix coléreuse se fait aisément entendre parmi les soldats et les étudiants, elle est moins bien reçue parmi les membres d’une noblesse rompue aux pratiques feutrées de la Cour et observatrice du protocole impérial. La parole devient alors plus policée, porteuse d’une caricature beaucoup plus élaborée de l’autocratie. Cette critique « savante » reprend l’orientalisme dénoncé déjà par Catherine II, mais pour l’identifier à l’ordre autocratique : assimilée au despotisme oriental, l’autocratie devient un régime politique radicalement étranger aux pratiques et aux traditions politiques russes. Cette orientalisation de l’autocrate s’accompagne d’un hypothétique retour aux sources, situé dans l’âge d’or de la Russie kiévienne, composée de multiples principautés indépendantes les unes des autres. La seule tradition politique russe est, depuis le fond des âges, la république, dont la cité de Novgorod forme l’archétype. Et les décembristes de restituer ce qu’ils perçoivent comme la mémoire institutionnelle de la Russie : le vétché, assemblée du peuple, devient l’emblème de la participation du peuple aux affaires de la cité. Peu importe que le peuple demeure une figure plutôt qu’une réalité ; peu importe que ce récit s’éloigne de l’exactitude historique. Seule importe la portée d’une telle image – sur ce point, les décembristes écrivains ont créé une icône fortement séduisante et puissamment fédératrice de la république.

46Cette parole contestataire se fait volontiers prophétique et emprunte à la culture chrétienne ces accents de piété populaire qui permettent de toucher et de mobiliser les soldats. Formés sur le modèle du catéchisme politique espagnol, ces textes réutilisent la rhétorique chrétienne pour dénoncer la figure usurpatrice du tsar. Là encore, un retournement est habilement opéré : de même que les décembristes reprennent la critique du despote oriental pour l’appliquer au tsar, de même ils reprennent la traditionnelle sacralisation de l’Empereur pour montrer qu’il a justement enfreint les lois divines et trahi le Royaume. Il ne saurait y avoir qu’un seul roi, le Roi des Cieux. La monarchie d’ici-bas est condamnée : puisque le seul royaume doit demeurer céleste, alors le monde d’ici-bas ne doit connaître qu’un seul régime politique – celui du « gouvernement du peuple », de la république.

47La parole pamphlétaire des décembristes est protéiforme car elle s’adapte au public ciblé : cercles de la noblesse, soldats, étudiants. Ce faisant, elle emprunte différents canaux de diffusion et parvient en définitive à cerner cet espace public restreint, émergeant difficilement en Russie autocratique. Car, aussi subversive soit-elle, cette parole est prononcée à voix haute et entendue par tous : publiée dans des monographies, discrètement présente dans des textes romantiques, diffusée sous le manteau, fredonnée dans des chansons patriotiques, elle se fraie un chemin parmi les résonnances et les dissonnances, nombreuses en ce début mouvementé de xixe siècle. Le choix de la clandestinité ne s’accompagne pas d’un renoncement à la parole publique, mais celle-ci subit des transformations, au détriment d’une pensée politique construite. Il appartient aux décembristes, en établissant une littérature de propagande à géométrie variable, d’avoir su s’engouffrer à travers les brèches de liberté que le règne d’Alexandre a contribué à former. Pour la première fois et bien avant l’acte insurrectionnel, ils ont doté l’opposition à l’autocrate d’une parole publique à la voix ferme, donnant ainsi forme et force à la contestation.

Notes

1 Nous nous inspirons ici librement d’A. Farge, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, Paris, Bayard, 2009.

2 Nous nous appuyons sur l’analyse des essais, pamphlets, vers satiriques et poésies critiques écrits par les décembristes à destination de la noblesse. On citera notamment Une curieuse conversation (Lûbopytnyj razgovor), de N.M. Murav’êv ; Orsan et Leila (Orsan i Leila) de Pl. Obodovskij ; des poésies de K.F. Ryleev (Au favori provisoire /K Vremensiku ; La voix de la vérité / Glas pravdy). Sauf indication contraire, toutes les traductions proposées sont inédites.

3 Althusser, L., Montesquieu, la politique et l’histoire, Paris, Presses universitaires de France, 2003 [4e édition], p. 71-72. On voit ici la distinction fondamentale entre la monarchie absolue, dotée de lois fondamentales que le monarque devait respecter, et l’autocratie, dépourvue de toute limitation au pouvoir de l’autocrate.

4 Althusser, L., Montesquieu, la politique et l’histoire, op. cit., p. 83.

5 « Le despote n’a aucune règle, et ses caprices détruisent tous les autres. » Montesquieu, De l’esprit des lois, Paris, Gallimard, collection Folio/Essais, 1995,1.1, livre III, chapitre 9, p. 125. Ou encore : « Dans les États despotiques, la nature du gouvernement demande une obéissance extrême ; et la volonté du prince, une fois connue, doit avoir aussi infailliblement son effet qu’une boule jetée contre une autre doit avoir le sien. Il n’y a point de tempérament, de modification, d’accommodements, de termes, d’équivalents, de pourparlers, de remontrances ; rien d’égal ou de meilleur à proposer. L’homme est une créature qui obéit à une créature qui veut. » Montesquieu, De l’esprit des lois, op. cit., livre III, chapitre 10, p. 127.

6 Introduction à la Constitution (Konstituciâ), dans Vosstanie dekabristov, op. cit., t. I, p. 322.

7 Valensi, L., Venise et la Sublime Porte. La naissance du despote, Paris, Hachette Littératures, 1987, p. 125. L’auteur examine la naissance du mot et de la notion politique de « despote » aux xvie et xviie siècles, lorsque l’Europe redécouvre Aristote et les mots de « despote », « despotique ». Le spectre du tyran s’efface pour faire place à celui du « despote », qui est relié, dans la conscience politique européenne, à l’imaginaire que l’Europe elle-même s’est créé du monde oriental.

8 Obodovskij, Pl., « Opisanie sahova kladbiŝa. Otryvok iz persidskoj povesti : Orsan i Leila », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym i K. Ryleevym, op. cit., extrait de Zvezdočka de 1826, p. 772 -773.

9 Obodovskij, Pl., idem, p. 772-773.

10 Raevskij, V.F., poésie « Smeûs’ i plaču (Podraženie Vol’teru) » dans Izbrannye social’no-političeskie i filosofskie proizvedeniâ, op. cit., t. II, p. 361-362.

11 Dossier d’instruction de N.S. Bobriŝev-Puškin, dans Vosstanie dekabristov, op. cit., t. XII (1969), p. 375-377.

12 Murav’ëv, N.M., « Une curieuse conversation/Lûbopytnyj razgovor », dans Izbrannye social’no-političeskie i filosofskie proizvedeniâ dekabristov, Moskva, Gosudarstvennoe Izdatel’stvo Političeskoj Literatuy, 1951, t. I, p. 330-332.

13 Dossier d’instruction de N.M. Murav’ëv, dans Vosstanie dekabristov, sbornik materialov i dokumentov, Moskva, Leningrad, Gosudarstvennyj arhiv, 1.1, p. 321-322.

14 Le texte avait été découvert à la fin du xviiie siècle, mais ne fut édité qu’en 1800. L’original brûla dans l’incendie de 1812, et il ne reste de ce texte que l’édition de 1800 ainsi qu’une copie réalisée pour Catherine II en 1795. Le texte relate la campagne d’Igor Svâtoslavič contre les Polovtsiens, en 1185, qui se solda par un échec. Événement littéraire mais aussi historique, la découverte de ce texte contribua à relancer les études historiques sur la Russie kiévienne, car il s’agissait là du premier texte littéraire profane en vieux-russe : il attestait de la formation d’une culture proprement russe dès la fin du xiie siècle. Pour une étude sur ce texte et son époque, voir Lihačëv, D., Slovo o polku Igoreve i kul’tura ego vremeni, Leningrad, Hudožestvennaâ literatura, 1985.

15 Musin-Puškin, Aleksej Āihajlovič (1744-1817), collectionneur de documents russes anciens, fondateur de la Société d’amateurs d’histoire et d’antiquités russes.

16 Murav’ëv, N.M., Une curieuse conversation, Izbrannye social’no-političeskie i filosofskie proizvedeniâ dekabristov, op. cit., t. I, p. 331-332.

17 Id.

18 Bestužev, A.A., « Roman i Ol’ga – Starinnaâ povest’ », dans Polârnaâ zvezda, izdannaâ A. Bestuževym iK. Ryleevym, Moskva/Leningrad, AN SSSR, 1960 (édition fac-similée), numéro de 1823, p. 127 et suiv.

19 Ryleev, K.F., poème intitulé « K Vremenŝikü (Podražanie Persievoj satire “K Rubelliû”) », cité in Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva, Pravda, 1987, t. I, p. 159.

20 Extrait des mémoires de N.A. Bestužev, dans Vospominaniâ brat’ev Bestuževyh, Petrograd, Ogni, 1917, p. 11.

21 Bestužev, N.A., Vospominaniâ..., op. cit., p. 11.

22 Raevskij, V.F., poème intitulé « Glas pravdy », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva, Pravda, 1987, t. II, p. 14.

23 Raevskij V.F., « Glas pravdy », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, op. cit., t. II, p. 15. Nous soulignons. Dans le panthéon de la mythologie slave, Peroun est le dieu du Tonnerre et de la Foudre, l’équivalent slave du Zeus des Grecs.

24 Nombre d’écrits des décembristes, rédigés entre 1820 et 1825 mais aussi pendant la période de l’exil, traitent de la question du servage. La présente étude s’appuie sur une analyse détaillée des textes du général V.F. Raevskij. On trouvera d’autres textes qui corroborent cette étude dans le recueil, déjà cité, Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ, tomes I et II.

25 La condamnation du servage au nom de principes humanistes est relativement ancienne. Dès le règne de Catherine II, des voix s’élèvent contre cette institution inhumaine : on rappellera Le voyage de Saint-Pétersbourg à Moscou, d’A.N. Radiŝev, véritable plaidoyer contre le servage.

26 Raevskij, V.F., « O rabstve krest’ân », dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ, op. cit., t. II, p. 367.

27 Id., p. 366.

28 « Mais l’homme a presque continuellement besoin du secours de ses semblables, et c’est en vain qu’il l’attendrait de leur seule bienveillance. Il sera bien plus sûr de réussir, s’il s’adresse à leur intérêt personnel et s’il leur persuade que leur propre avantage leur commande de faire ce qu’il souhaite d’eux. C’est ce que fait celui qui propose à un autre un marché quelconque ; le sens de sa proposition est ceci : Donnez-moi ce dont j’ai besoin, et vous aurez de moi ce dont vous avez besoin vous-même ; et la plus grande partie de ces bons offices qui nous sont si nécessaires s’obtient de cette façon. Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme ; et ce n’est jamais de nos besoins que nous leur parlons, c’est toujours de leur avantage. » Smith, A., Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations. Les grands thèmes, Paris, Gallimard, 1976, p. 32.

29 Raevskij, V.F., « O rabstve krest’ân », dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ, op. cit., t. II, p. 364.

30 Ibid., p. 364. L’auteur souligne.

31 Ibid.

32 Jamais N.M. Murav’ëv, ni le prince Trubeckoj n’envisageront une telle action, alors même que leurs textes regorgent de revendications libérales.

33 Rousseau, J.-J., Du Contrat social, III, XV, Paris, Flammarion, 2001, p. 134.

34 Voir par exemple l’analyse proposée par Anson, P.R., dans son ouvrage The Jacobin Republic Under Fire. The Federalist Revolt in the French Révolution, Pennsylvania, The Pennsylvania State University Press, 2003.

35 Montesquieu, De l’esprit des lois, XI, VI, op. cit., p. 331-332.

36 Id.

37 Raevskij, V. F, « O soldate », dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ, op. cit., t. II, p. 378. À cet égard, VF. Raevskij faisait l’éloge de M.S. Voroncov qui interdit le recours aux peines physiques dans son régiment.

38 La réflexion sur l’abolition des punitions corporelles dans l’armée sous le règne d’Alexandre Ier s’inscrit dans le cadre plus vaste d’une réflexion sur le code pénal russe. On citera pour exemple un projet sur les châtiments (Proekt uloženiâ o nakazaniâh ugolovnyh i ispravitel’nyh), présenté en 1804 et révisé en 1813. Sur ce point, voir Schrader, A.M., « Containing the Spectacle of Punishment : The Russian Autocracy and the Abolition of the Knout, 1817-1845 », Slavic Review, vol. 56, n° 4 (hiver 1997), p. 613-644 ; voir notamment les pages 620-621.

39 Raevskij, V. F, « O soldate », dans Izbrannye social’no-političeskie i filosofskie proizvedeniâ, op. cit., t. Il, p. 380.

40 Raevskij, V. F, « O soldate », ..., t. II, op. cit., p. 380.

41 À cet égard, K.E Ryleev, président du Tribunal civil de Saint-Pétersbourg, et N.I. Turgenev seront particulièrement virulents dans leur critique du système judiciaire russe.

42 Althusser, L., Montesquieu, la politique et l’histoire, op. cit., p. 88. Nous soulignons.

43 Id. Nous soulignons.

44 Extrait du dossier d’instruction de P.G. Kahovskij, dans Vosstanie dekabristov, Sbornik materialov i dokumentov, Moskva, Leningrad, Gosudarstvennyj arhiv, 1925,t. I, p. 369-370.

45 Kahovskij, P.G., Vosstanie dekabristov..., t. I, op. cit., p. 369-370.

46 Outre ces figures littéraires marquantes, on citera également V.K. Kûhel’beker, le prince Odoevskij, N.I. Turgenev, I.I. Puŝin ou encore le prince Obolenskij.

47 Agitacionnyepesni. Il s’agit de chansons de propagande, destinées à soutenir le courage des soldats lors des campagnes militaires, nombreuses en Russie depuis le xviiie siècle.

48 Podblûdnye pesni. Ces chansons sont en réalité des refrains populaires, utilisés lors de séances de divination, dont les paysans russes étaient friands, tout particulièrement les jeunes filles, à l’époque de Noël (svâtki). Divers procédés permettaient de prédire l’avenir (mariage, richesse...). Ces chansons appartiennent à la mémoire paysanne populaire.

49 F.N. Glinka a beaucoup écrit sur les soldats et la vie à l’armée. On lui doit une dizaine de chansons militaires : Voennaâ pesn’ [chanson militaire] ; Soldatskaâ pesn’, sočinennaâ vo vremâ soedineniâ vojsk u goroda Smolenska v iûle 1812 goda [chanson militaire, rédigée au moment de lajonction des troupes près de la ville de Smolensk, en juillet 1812] ; Dobryj vojn, čto s toboj ? [Bon soldat, que t’arrive-t-il ?] ; Pesn’russkogo voina pri vide gorâŝej Moskvy [chanson d’un soldat russe devant Moscou en flammes] ; Partizan Seslavin [Seslavin le partisan] ; Partizan Davydov [Davydov le partisan] ; Smert’ Fignera [La mort de Figner]. On trouvera la liste complète des chansons de F.N. Glinka sur 1812 dans l’ouvrage suivant : Pavlova, L.Â., Dekabristy – učastniki vojn 1805-1814gg., Moskva, Nauka, 1979, p. 45.

50 Glinka, EN., « Voennaâ pesn’, napisannaâ vo vremâ približeniâ nepriâtelâ k Smolenskoj gubernii », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, Moskva, Pravda, 1987, t. I, p. 127-128.

51 Glinka, EN., « Soldatskaâ pesn’, sočinennaâ i petaâ vo vremâ soedineniâ vojsk u goroda Smolenska v iûle 1812 goda », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, op. cit., t. I, p. 128.

52 Glinka, EN., « Opyty dvuh tragičeskih âvlenij v stihah bez rifmy », écrit en 1817, dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, op. cit., t. I, p. 130.

53 Ryleev, K.F. et Bestužev A.A., « Agitacionnye pesni », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, op. cit., 1.1, p. 238. Cette chanson comporte 14 couplets ; le refrain est invariablement : « Ah, le tsar ! Ah, le tsar ! Souverain orthodoxe ! » (Aj da car’, Aj da car’, Pravoslavnyj gosudar’ !).

54 Id., p. 239. L’humanité des serfs (« peuple », « gens ») est ici opposée à l’inhumanité des seigneurs, qui les transforment en choses (« objet domestique », « commerce ») ou les ravalent au rang de bêtes (« bétail »).

55 Id., p. 240.

56 Ibid. Le terme razdol’e renferme un jeu de mots difficile à rendre. En effet, il désigne, au sens propre, des champs ouverts ; au sens figuré il renvoie à une liberté illimitée, au libre arbitre. Dans ce contexte, il faut prendre en compte les deux significations, d’où notre traduction : les « libres espaces ». Voir Ožegov, S. I, Slovar’ russkogo âzyka, Moskva, Russkij âzyk, 1989.

57 Ryleev, K.F., et Bestužev, A.A., « Podblûdnye pesni », dans, Dekabristy – Izbrannyesočineniâ v dvuh tomah, op. cit., t. I, p. 243.

58 Ryleev, K.F., et Bestužev, A.A., « Podblûdnye pesni », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, op. cit., t. I, p. 243. La dernière expression (byt’ po semu !) fait allusion à la formule apposée par le tsar à la fin des projets de loi, qui donnait au projet, par ratification impériale, force de loi.

59 Chanson réécrite de mémoire par M.I. Murav’ëv-Apostol, citée par L.A. Mandrykina, « Agi-tacionnyaâ pesnâ Vdol’ Fontanki reki i učastie A.I. Poležaeva v eë rasprotranenii », Literaturnoe nasledstvo, n° 59, Moskva, AN SSSR, 1954, p. 102 ; chanson intégralement reproduite.

60 Autre variante : « L’autre couteau est pour les juges corrompus. » Ryleev, K.F., et Bestužev, A.A., « Podblûdnye pesni », dans Dekabristy – Izbrannye sočineniâ v dvuh tomah, op. cit., t. I, p. 243-244.

61 Mandrykina, L.A., « Agitacionnaâ pesnâ Vdol’Fontanki reki i učastie A.I. Poležaeva v eë rasprotranenii », Literaturnoe nasledstvo, n° 59, Moskva, AN SSSR, 1954, p. 105-108.

62 Le Catéchisme publié en 1823 est traduit en russe par F.B. Bulgarin et réédité dans un recueil récapitulatif : Sočineniâ Faddeâ Bulgarina, Sankt-Peterburg, [s.n.], 1828. Dans une note, F.B. Bulgarin rappelle l’histoire de ce Catéchisme : tombé aux mains des Français, il avait été imprimé dans des journaux à Paris. L’auteur ajoute qu’on trouvait des extraits de ce Catéchisme dans de nombreux journaux russes : il était donc d’un accès facile, et il ne fait aucun doute que les décembristes s’en sont librement inspirés.

63 Textes édités dans le recueil Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ dekabristov, Moskva, Gosudartvennoe Izdatel’stvo Političeskoj Literatury, 1951, t. IL

64 Extraits traduits en russe par F.B. Bulgarin, dans Sočineniâ Faddeâ Bulgarina, op. cit., t. IV, 7e partie, p. 43-47.

65 Murav’ëv-Apostol, S.I., Catéchisme orthodoxe (Pravoslavnyj katehizis) dans Izbrannye social’no-političeskie i filosofskie proizvedeniâ dekahristov, Moskva, Gosudartvennoe Izdatel’stvo Političeskoj Literatury, 1951, t. II, p. 191-192.

66 Bestužev-Rûmin, M.P., texte « Vozzvanie », dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ dekabristov, op. cit., t. II, p. 259.

67 Extrait du Catéchisme orthodoxe de S.I. Murav’ëv-Apostol, Izbrannye social’no-političeskie i filosofskie proizvedeniâ dekabristov, op. cit., t. II, p. 192.

68 Bestužev-Rûmin, M.P., « Vozzvanie », dans Izbrannye social’no-politiceskie i filosofskie proizvedeniâ dekabristov, op. cit., t. II, p. 259.

69 « Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent. » La Bible. Traduction œcuménique, édition intégrale, Paris, Éditions du Cerf/Société biblique française, 1988, 8e édition, 105e mille, p. 2321.

70 Voir par exemple Thomas d’Aquin, Somme théologique, IaIIae, Q.105, a.l.

71 Premier Livre de Samuel, chapitre 8, versets 4-22. Cité d’après La Bible. Traduction œcuménique, édition intégrale, Paris, Éditions du Cerf/Société biblique française, 1988, 8e édition, p. 536-537.

72 Murav’ëv-Apostol, M.I., Catéchisme orthodoxe, op. cit., p. 192. S.I. Murav’ëv-Apostol mêle ici habilement les Béatitudes à la critique de la tyrannie impériale. Voir Mt 5,5.

73 Bestužev-Rûmin, M.P., Vozzvanie, dans Izbrannye social’no-političeskie ifilosofskie proizvedeniâ dekabristov, op. cit., t. II, p. 259. Nous soulignons.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search