Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

La pêche dans le golfe de Smyrne*

Paris Gounardis

Texte intégral

  • * Liste des abréviations :
    Actes de Chilandar : L. Petit, B. Korablev, Actes de Chilandar. 1, Actes g (...)
  • 1 Voir les remarques dans Ahrweiler, Smyrne, p. 19.
  • 2 À son propos, voir Ahrweiler, Smyrne, p. 141-142.

1La pêche tenait une place importante dans l’économie de la région de Smyrne, prospère au xiiie siècle1. Les documents du cartulaire du monastère de Lembos nous en donnent une image satisfaisante et posent certaines questions. Dans son périorismos des propriétés de ce monastère (1235), le stratopédarque du thème des Thracésiens et de Philadelphie, Michel Phôkas2, évoque l’existence d’un moulin en ruines, tout près de la rivière Dèmosiatès, qui vient du village de Mèla.

  • 3 MM IV, n° 2, p. 17. Les chrysobulles de Lembos reprennent ce fait : n° 3, p. 20-21 ; n° 4, p. 24 ; (...)

2À l’embouchure, rapporte le stratopédarque, l’eau de la mer reflue et parfois l’on pêche3.

I

  • 4 MM IV, n° 80, p. 150 : ἐκ δὲ μέρους δυτικοῦ τὴν ἀπάγουσαν ὁδòν εἰς τὰ βιβάρια. Voir aussi p. 151 : (...)
  • 5 Sur le vivier et les attributions successives : G. Ostrogorskij, Pour l’histoire de la féodalité b (...)
  • 6 A son propos, voir Ahrweiler, Smyrne, p. 139-140.
  • 7 MM IV, n° 150.II, p. 240-250; Dölger, Regesten, n° 1714. Le prostagma ne donne pas d’indication to (...)

3Il est certain que l’approvisionnement en poisson ne se faisait pas au hasard de la montée des eaux marines. Une bonne partie du rivage du golfe de Smyrne était occupée par des viviers (βιβάρια)4. Parmi ceux-ci, celui de Gyros appartenait au monastère de Lembos5. Le vivier fut fondé par le sébaste Michel Kadianos6 et le premier higoumène du monastère, Gérasimos Opsikianos, tous deux chargés de la reconstruction du monastère. Les deux hommes, en 1227, demandèrent à l’empereur l’autorisation d’installer un vivier dans la λαγκάδα du golfe de Smyrne, à l’ancienne embouchure du fleuve Hermos, entre l’αὐλάκιον d’Opsikinou et la λάμπη de Kourtikès7.

  • 8 Ahrweiler. Smyrne, p. 19, n. 83. Dans les Actes de Xénophon (Actes de Xénophon, n° 4, p. 87 ; n° 5 (...)
  • 9 MM IV, n° 150.II, p. 240.
  • 10 MM IV, n° 1, p. 4 (Dölger, Regesten, n° 1718) ; n° 2, p. 18 ; n° 3, p. 21 (Dölger, Regesten, n° 17 (...)

4Le vivier devait s’établir dans une région déjà riche en établissements de pêche. En effet, d’un côté il y avait un αὐλάκιον, (terme que l’on discutera plus loin), et de l’autre une λάμπη, c’est-à-dire un « marais poissonneux »8. L’installation du vivier, comme le précise la prostaxis impériale l’autorisant, exigeait une force de travail importante (πολυχειρία) et coûtait trop cher. Comme le monastère assumait toutes les dépenses, l’empereur avait autorisé l’operation et exonéré le vivier du pakton et de toute autre contribution (δόσεως)9. Dès lors, les chrysobulles du monastère exemptèrent le vivier de toute contribution (συνήθεια) habituellement prélevée sur ce type d’installation10.

  • 11 À son propos, voir : Ahrweiler, Smyrne, p. 140.

5Il semble que le vivier, dès le moment de sa fondation, ait connu des problèmes, ce qui obligea l’empereur à donner l’ordre au parakoimôménos et sébaste Alexis Kratéros11, également duc du thème des Thracésiens, d’apporter son soutien au monastère, au cas où quelqu’un aurait essayé d’empêcher la construction et l’organisation du vivier. L’ordre impérial nous conduit à penser que des personnes s’opposaient à sa fondation.

  • 12 MM IV, n° 150.I, p. 239-240; Dölger, Regesten, n° 1736; MM IV, n° 150.IV, p. 242-244. Sur Kalègopo (...)
  • 13 Le n° 1735 dans Dölger, Regesten, n’est pas l’horismos dont parle le document.
  • 14 MM IV, n° 150.IV, p. 243 : καὶ ὄτι μὴ ὁδός είναι καὶ ἅλλως πως εἶναι ὁ Γϋρος βιβάριον, εἰ μὴ ἔχει (...)

6Mais ce ne fut pas la seule difficulté que le monastère de Lembos eut à affronter. Le cartulaire conserve des documents qui montrent les différends du monastère avec les détenteurs de la pronoia des eaux de l’Hermos. Chronologiquement, la première affaire fut celle qui opposa Lembos au vestiarite Constantin Kalègopoulos. Deux documents, la prostaxis de l’empereur de février 1234 et l’accord de Kalègopoulos, rédigé deux mois plus tard en avril, éclairent le conflit12. Par ces deux textes, on apprend que le monastère avait remis à l’empereur un rapport (ὐπέμνησε) où les moines avaient exposé l’affaire et développé quatre arguments. a) Les viviers autour de celui de Gyros payaient des droits (τελεῖν) à Kalègopoulos, pronoiaire des eaux du fleuve Hermos (δίκαὶα τοῦ ποταμοῦ), b) Jadis, le fleuve pénétrait, entre autres, dans le vivier du monastère. Le cours du fleuve avait changé de direction, créant un nouveau lit, de sorte que les eaux n’entraient plus dans le vivier, c) Kalègopoulos obligea le monastère à payer des droits ou plutôt, comme le précise l’accord conclu avec Kalègopoulos, le monastère payait à ses fermiers (πακτωτικῶς ἔχοντας) une certaine somme. d) Le différend portait sur les ἐξ ἀνέμου et les αὐλάκια du vivier qui, selon le titre de l’accord, partaient du fleuve Hermos. En effet, Kalègopoulos, considérant que les ἐξ ἀνέμου et les αὐλάκια faisaient partie de sa pronoia, réclamait ses droits. Le monastère soutenait en revanche que les ἐξ ἀνέμου et les αὐλάκια appartenaient à son vivier, puisqu’ils étaient inclus dans son périorismos. L’accord conclu contient l’argumentation des deux parties et explique les liens de dépendance du vivier avec le fleuve. Le texte de l’accord n’est pas clair et nous oblige ainsi à tenter une interprétation. Kalègopoulos soutient qu’autrefois, avant qu’il eût pris lui-même possession de la pronoia, les ἐξ ἀνέμου et les αὐλάκια faisaient partie de celle-ci. Pour expliquer le fait que les ἐξ ἀνέμου et les αὐλάκια étaient rattachés au vivier du monastère, il évoque un horismos, par lequel ces éléments furent détachés de la pronoia13. De son côté, le monastère soutient que le seul accès au vivier se faisait par les αὐλάκια puisqu’il n’y avait pas de route et que, de toute façon, un vivier ne pouvait pas exister sans les ἐξ ἀνέμου et les αὐλάκια14.

  • 15 MM IV, η° 150.III, ρ. 241. Deux autres documents concernent la même affaire, le jugement de David (...)

7La même histoire se répéta en 1259, alors que le stratiote Michel Angélos détenait la pronoia (οἰκονομία) du fleuve Hermos. Comme l’indiquait l’higoumène de Lembos à l’empereur, les fermiers de la pronoia (oὴ πακτωτικῶς ἐξωνούμενοι) ne se limitaient pas à l’exploitation de leurs biens, mais ils s’emparaient des domaines qui faisaient partie des biens de Karpathia. L’higoumène précise que la pronoia comprenait les eaux de l’Hermos telles qu’elles étaient, sans l’ancienne embouchure et sans les αὐλάκια qui faisaient partie, depuis plusieurs années, des biens du monastère15.

  • 16 MM IV, n° 2, p. 17 ; n° 3, p. 21 ; n° 4, p. 21 ; n° 5, p. 27 ; n° 6, p. 31.
  • 17 Angold affirme que les αὐλάκια étaient des digues ouvertes entre le vivier et le fleuve, pour l’al (...)
  • 18 Actes de Kutlumus, n° 11, p. 63, cf. p. 340 : Lemerle interprète « canaux ou chenaux aménagés pour (...)
  • 19 Actes de Lavra II, n° 104, p. 170. Cf aussi Actes de Pantéléèmôn, n° 19, p. 132.
  • 20 Sur la configuration voir p. ex. : Actes de Chilandar, n° 39, p. 93.
  • 21 Actes de Prodrome, n° 13, p. 63 : μετὰ τῆς ἐν αὐτώ βάλτῆς καὶ νομῆς καὶ περιοχῆς αὐτοῦ ; cf. n° 39 (...)
  • 22 Voir, par. ex., ibid., n° 12, p. 61.

8L’ἐξ ἀνέμου et les αύλάκια accompagnent le vivier de Gyros aussi bien dans le périorismos de 1235 que dans les chrysobulles du monastère16. En premier lieu, il faut définir les deux termes, αυλάκια et ἐξνέμου17. Les αὐλάκια, voire les ἁλαευτικ αὐλάκια, se trouvent dans d’autres documents18. Des αὐλάκια servent aussi comme abri pour appareiller les bateaux de pêche (γριποβόλια)19. Certains documents nous donnent une image plus concrète de ce qu’est un αὐλάκιoν20. Dans un ordre impérial pour la remise d’un αὐλάκιoν au monastère de Saint-Jean-Prodrome sur le mont Ménécée, celui-ci apparaît accompagné d’un marais, de ses biens et de sa région21. Autrement dit, l’αὐλάκιoν était une exploitation complète sur la-quelle pesaient des obligations fiscales. Les moines de ce même monastère de Saint-Jean demandèrent et obtinrent l’ἐκκοπὴ de deux nomismata, qu’ils payaient au titre de deux αὐλάκια au zeugèlation impérial de Bernaros22.

  • 23 Ibid., n° 9, p. 55, cf. n° 10, p. 58 ; n° 39, p. 129, 130 ; MM IV, n° 6, p. 343 ; Actes d'Iviron I (...)

9Pour revenir à Lembos, les αὐλάκια, dans les chrysobulles, sont cités en même temps que l’ἐξ ἀνέμου, terme qui, à ma connaissance, n’apparaît pas dans d’autres documents. Pourtant, les documents du cartulaire peuvent nous donner certaines informations pour préciser la signification de ce terme. En examinant le périorismos de Phôkas ainsi que les chrysobulles, nous constatons que les propriétés de Lembos ne comportaient pas d’embarcation. Pourtant, dans ces documents l’ἐξ ἀνέμου occupe une place analogue à celle qu’occupent, dans les documents de même type, les embarcations de pêche23.

10Deux indications supplémentaires permettent de saisir la signification des έξ άνεμου. D’une part, dans l’accord avec Kalègopoulos, il est dit que ses fermiers perçurent du monastère de l’argent pour les ἐξ ἀνέμου. En revanche, les fermiers de Michel Angélos occupèrent des domaines du monastère. Ceci s’explique par le fait que le document concernant Michel Angélos ne mentionne que les αὐλάκια. Les fermiers de Kalègopoulos perçurent de l’argent, parce que le conflit ne portait pas sur des biens immobiliers, à la différence de ceux de Michel Angélos. D’autre part, tandis que dans les chrysobulles l’ἐξ ἀνέμου est un qualificatif au féminin singulier (τῆ), qui peut désigner une embarcation, comme par exemple τράτα, dans l’accord de Kalègopoulos le qualificatif est neutre pluriel (τὰ), pour décrire plusieurs barques, comme par exemple sandalia. Donc, il faut voir dans ces έξ ἀνέμου des embarcations de pêche, qui, comme leur nom l’indique, étaient mues par le vent.

II

  • 24 Dans le chrysobulle
  • 25 MM IV. n° 181, p. 288 ; Laurent, Régestes, n° 1330.
  • 26 MM IV, n° 130, p. 217.
  • 27 Ibid., n° 138, p. 224. Voir à son sujet : Ahrweiler, Smyrne, p. 146.

11Dans le chrysobulle de 1258 relatif au monastère de Lembos est signalé un cheirogripion.24. Le patriarche Arsénios, en 1260, confirmant les propriétés du monastère, mentionne à nouveau des cheirogripia25. L'existence du cheirogripion ou des cheirogripia du monastère est attestée aussi dans les ordres des ducs du thème des Thracésiens, le pigkérnès Jean Kantakouzènos, en 124726, et Georges Makrènos27, en 1256. En effet, les deux ducs, utilisant les mêmes termes, interdirent à leurs subalternes de harceler le monastère pour ses propriétés, parmi lesquelles étaient mentionnés les cheirogripia.

  • 28 Voir à son sujet : Ahrweiler, Smyrne, p. 140, qui l'identifie avec Nikètas Kadianos.
  • 29 MM IV, n° 13, p. 54; Dölger, Regesten, n° 1793.

12En 1247, l'empereur donna l'ordre à Jean Kantakouzènos, duc des Thracésiens, d'empêcher le vestiarite Kadianos28 de tracasser le monastère de Lembos au sujet de son cheirogripion. Kadianos avait en pronoia (διὰ πρακτικοῦ) l'haleia (άλεíα) des ἁλιευτικὰ σανδάλια et, malgré l'horismos impérial en exonérant le monastère, il exigea les droits de l'haleia. L'empereur ordonna que Kadianos restitue au monastère ce qu il avait pris29.

  • 30 Ahrweiler, Smyrne, p. 159-160.
  • 31 MM IV, n° 153, p. 247; Dölger, Regesten, n° 1767.

13Ce n'était pas la première fois que Kadianos donnait du fil à retordre à Lembos. En 1239, l'empereur donna l'ordre au grammatikos Jean Konstomyrès30, énergôn à Smyrne, d'éloigner le vestiarite Kadianos de l'άλιευτικòν σανδάλιον du monastère de Lembos. Selon le rapport remis à l'empereur par les moines, Kadianos, qui avait les droits d'haleia pour la région, se rendait au sandalion du monastère et exerçait des pressions sur les personnes qui s'y trouvaient pour obtenir ce qu'il considérait comme ses droits propres. Par la violence, Kadianos avait pris en gage (ἀμάχιου) des biens appartenant au monastère. L'empereur donna l'ordre à Konstomyrès de se rendre sur place, de reprendre ce que Kadianos avait enlevé et de le prévenir de se limiter désormais à ses droits31.

  • 32 Actes de Lavra IV, p. 163 n. 629; Actes d'lviron I, n° 25, p. 239; cf. Actes de Patmos I, n° 33, p (...)
  • 33 On ne peut rien conclure sur les ἁλιευτικὰ σανδάλια à partir des documents qui en mentionnent : Ac (...)
  • 34 Le monastère de Makrynitissa possédait deux sandalia dont les travailleurs avaient des embarcation (...)

14D'habitude, le terme sandalion désigne une embarcation32. Pourtant, dans notre le cas, l'άλιευτικòν σανδάλιον peut avoir un sens plus large33. Lorsque Kadianos y allait, il exerçait des pressions et prenait même des gages ; il est certain qu'il ne se dirigeait pas vers une barque mais sans doute vers une localité, peut-être la place où les embarcations du même nom appareillaient34.

  • 35 Voir Dölger, Regesten, n° 1792, Actes de Lavra IV, p. 163 σημ. 629. Des mots composés avec le term (...)

15À ma connaissance, l'autre terme, cheirogripion, ne se retrouve, en tant que tel, dans aucun autre document. C'est un mot composé, dont la deuxième partie, γρξπος, signifie embarcation de pêche. Dans la prostaxis à Jean Kantakouzènos datée de 1247, le terme semble être l'équivalent du sandalion de la prostaxis à Jean Konstomyrès, émise huit ans plus tôt en 1239. Pourtant, l'utilisation du terme dans ce dernier document est différente : Kadianos tourmentait le monastère pour son cheirogripion, mais ne s'y rendait pas. Cheirogripion doit donc, sûrement, désigner une embarcation, dont la première composante, χειρο-, suggère, soit une technique de pêche, soit la façon de mouvoir l'embarcation35.

  • 36 Dölger, Regesten, n° 1792.

16Quoi qu'il en soit, le monastère possédait une ou plusieurs embarcations de pêche. Il faut souligner ici que, selon l'ordre de 1247, adressé à Jean Kantakouzènos, le monastère détenait un horismos impérial qui l'exonérait des droits d'haleia36. Cet horismos n'étant pas conservé dans le cartulaire du monastère, on ne sait si l'empereur faisait allusion aux droits concernant les viviers et l'embarcation (ἐξ ἀνέμου). Ceci explique peut-être le fait que l'exonération du cheirogripion est incluse seulement dans le chrysobulle de 1258. Cependant, si l'ἁλιευτικòν σανδάλιον est une localité, nous devons admettre que le toponyme n'en est pas indiqué. Peut-être s'agit-il de l'embouchure de la rivière Dèmosiatès, où, on l'a vu, l'eau de la mer reflue et où parfois l'on pêche.

III

  • 37 MM IV, n° 150.II, p. 240.
  • 38 Ibid., n° 1, p. 4 ; n° 3, p. 21. Le périorismos de Phôkas, n° 2, p. 18, ajoute la levée des ploïmo (...)
  • 39 Actes de Lavra IV. p. 163-164.

17Comme nous l'avons signalé, le prostagma pour la fondation du vivier de Gyros l'exonérait de toute charge (άβαρῶς πάυτη καì χωρìς πάκτου καì δόσεως οἱασδήτιυος)37 et les chrysobulles ultérieurs précisent que le vivier était exempt de toute contribution (συυήθεια) qu'il était d'usage de prélever sur les viviers, c'est-à-dire le βιβαρόπακτου, le προσκυυητíκιου, et les ὀψώυια38. Bien qu'on ne sache rien sur la mise en valeur du vivier de Gyros, ces documents nous révèlent le mode d'exploitation des viviers voisins. Ceux-ci étaient travaillés par des fermiers (πακτωτικῶς ἔχουτες, πακτωτικῶς ἐξωυούμευοι), ce qui d'ailleurs créait des problèmes au monastère. Il est évident que ces hommes payaient le pakton ou le bibaropakton, qui n'était pas une taxe, mais une rente. Le bibaropakton devait être analogue à la tritomoiria ou tétartomoiria qui, comme l'a souligné N. Svoronos, n'était pas une taxe, mais une partie de la production, le tiers ou le quart39.

  • 40 Voir plus haut.
  • 41 MM IV, n° 13, p. 54.
  • 42 Voir plus haut.
  • 43 Sur l'haleia en tant que taxe : Actes de Kutlumus, n° 38, p. 143 ; cf. p. 391.
  • 44 Actes de Lavra II, n° 104, p. 166 : ύπὲρ τοῦ γρίπου εἰς τò δημοσιακòυ κεφάλαιου...
  • 45 Ibid.. n° 104, passim. Voir aussi Actes de Xéropolamou, n° 25, p. 188 ; Actes de Xénophon. n° 17. (...)
  • 46 Actes de Chilandar, n° 41, p. 107 : καì κατέχεσθαι ταῦτα παρὰ τῆς τοιαύτης μουῆς ἄυευ τῆς ἐυ αὐτοῖ (...)
  • 47 Actes de Lavra III, n° 166, p. 179 : οὔτε παρὰ τῶυ τὰ δημόσια διευεργούυτωυ, οὔτε μὴυ παρὰ τῶυ ἐχό (...)

18Selon l'ordre de 1247 reçu par Jean Kantakouzènos, concernant le cheirogripion, le monastère de Lembos était exonéré, par un horismos, des droits d'haleia40. D'ailleurs, le titre de ce document signale qu'il s'agit d'un prostagma qui exonère (ἐξκουσσεύει) le monastère de la taxe d'haleia 41. D'après ce document et celui de 1239 adressé au grammatikos Jean Konstomyrès, Kadianos semble exiger les droits d'haleia. D'ailleurs, les fermiers de Kalègopoulos perçurent de l'argent de Lembos pour les ἐξ ἀυεμου42. Si notre hypothèse, que les ἐξ ἀυέμου étaient des embarcations, est correcte, alors il faut admettre que les droits d'haleia doivent être distingués des revenus des viviers43. L'haleia était une taxe qui grevait les embarcations. Selon des documents de Lavra, un δημοσιακόυ τέλος grevait les embarcations44, tandis que le droit d'haleia était exclu des impôts que les parèques du même monastère devaient payer, bien qu'ils aient possédé des embarcations45. Dans un document de Chilandar, l'Etat semble se réserver deux éléments bien distincts : les droits de l'haleia et le revenu de la production de la pêche qui se faisait à l'embouchure du village de Malaka46. Au niveau administratif, des fonctionnaires étaient chargés de la perception de l'haleia47. Ces maigres informations nous laissent supposer que l'haleia est une imposition sur les embarcations de pêche, un revenu différent du bibaropakton.

Notes

1 Voir les remarques dans Ahrweiler, Smyrne, p. 19.

2 À son propos, voir Ahrweiler, Smyrne, p. 141-142.

3 MM IV, n° 2, p. 17. Les chrysobulles de Lembos reprennent ce fait : n° 3, p. 20-21 ; n° 4, p. 24 ; n° 6, p. 30-31.

4 MM IV, n° 80, p. 150 : ἐκ δὲ μέρους δυτικοῦ τὴν ἀπάγουσαν ὁδòν εἰς τὰ βιβάρια. Voir aussi p. 151 : ἁλμοτόπι. Cf. aussi plus bas.

5 Sur le vivier et les attributions successives : G. Ostrogorskij, Pour l’histoire de la féodalité byzantine, Bruxelles 1954, p. 82-85.

6 A son propos, voir Ahrweiler, Smyrne, p. 139-140.

7 MM IV, n° 150.II, p. 240-250; Dölger, Regesten, n° 1714. Le prostagma ne donne pas d’indication topographique. Les toponymes de la délimitation se trouvent dans le périorismos de Michel Phôkas : MM IV, n° 2, p. 17. Dans le manuscrit du chrysobulle de 1228 on ne peut lire qu’un [ṿ]. Les éditeurs (MM IV, n° 1. p. 3) avaient lu ’Aσάνη. Sur la localisation du vivier à l’embouchure de l’Hermos : MM IV. n° 150.I, p. 239 ; n° 150.III, p. 241 ; n° 150.IV, p. 242. Le vivier, à partir d’un certain moment, avant 1259, incluait aussi la λάμπη de Καρπαθία : MM IV, n° 150.III, p. 241 ; n° 152, p. 246 ; n° 151, p. 245.

8 Ahrweiler. Smyrne, p. 19, n. 83. Dans les Actes de Xénophon (Actes de Xénophon, n° 4, p. 87 ; n° 5, p. 93, 94 ; n° 17, p. 149) il y a une désignation de lieu analogue, la λούστρα qui est liée au vivier : λούστρα τῆ ἐπονομαζoμένη Βιβάριον μετὰ καὶ τῆς ἐκεϊσε ἀλείας. Cf. aussi Actes d'Iviron II, n° 45, p. 166 ; n° 52, p. 239 (βαλτώδης λούστρα) ; la traduction « ruisseau » ne convient pas.

9 MM IV, n° 150.II, p. 240.

10 MM IV, n° 1, p. 4 (Dölger, Regesten, n° 1718) ; n° 2, p. 18 ; n° 3, p. 21 (Dölger, Regesten, n° 1749) ; n° 4, p. 25 (Dölger, Regesten, n° 1853). Les chrysobulles des deux premiers Paléologues, Michel VIII (n° 5, Dölger, Regesten, n° 1915) et Andronic II (n° 6, Dölger, Regesten, n° 2100) ne détaillent pas les taxes et charges. Voir aussi plus bas.

11 À son propos, voir : Ahrweiler, Smyrne, p. 140.

12 MM IV, n° 150.I, p. 239-240; Dölger, Regesten, n° 1736; MM IV, n° 150.IV, p. 242-244. Sur Kalègopoulos, Ahrweiler, Smyrne, p. 140-141, Angold, Government, p. 125 n. 18, p. 140.

13 Le n° 1735 dans Dölger, Regesten, n’est pas l’horismos dont parle le document.

14 MM IV, n° 150.IV, p. 243 : καὶ ὄτι μὴ ὁδός είναι καὶ ἅλλως πως εἶναι ὁ Γϋρος βιβάριον, εἰ μὴ ἔχει καὶ σὺν τοĩς ἐξ ἀνέμου αὐλακίοις ἐντòς τοῦ τοιούτου βιβαρίου τοῦ Γύρου.

15 MM IV, η° 150.III, ρ. 241. Deux autres documents concernent la même affaire, le jugement de David Broullas (1264/5 : MM IV, n° 152, p. 246) et la reconnaissance par les héritiers d’Angélos que la lampè de Karpathia fait partie du vivier (1264/8 : MM IV, n° 151, p. 244-245).

16 MM IV, n° 2, p. 17 ; n° 3, p. 21 ; n° 4, p. 21 ; n° 5, p. 27 ; n° 6, p. 31.

17 Angold affirme que les αὐλάκια étaient des digues ouvertes entre le vivier et le fleuve, pour l’alimenter en eau, et l’ἐξ ἀνέμου un moulin à vent pour régulariser le débit des eaux : Angold, Government, p. 113. Sur un chenal (χαράδρα) ouvert entre le fleuve et le lieu de pêche (ὀψαρατίκιον) voir Actes de Chilandar, n° 129, p. 269-272.

18 Actes de Kutlumus, n° 11, p. 63, cf. p. 340 : Lemerle interprète « canaux ou chenaux aménagés pour la pêche ». Cf. aussi Actes de Chilandar, n° 39, p. 93.

19 Actes de Lavra II, n° 104, p. 170. Cf aussi Actes de Pantéléèmôn, n° 19, p. 132.

20 Sur la configuration voir p. ex. : Actes de Chilandar, n° 39, p. 93.

21 Actes de Prodrome, n° 13, p. 63 : μετὰ τῆς ἐν αὐτώ βάλτῆς καὶ νομῆς καὶ περιοχῆς αὐτοῦ ; cf. n° 39, p. 130.

22 Voir, par. ex., ibid., n° 12, p. 61.

23 Ibid., n° 9, p. 55, cf. n° 10, p. 58 ; n° 39, p. 129, 130 ; MM IV, n° 6, p. 343 ; Actes d'Iviron IV, n° 88, p. 111 ; n° 90, p. 121 ; n° 94, p. 144.

24 Dans le chrysobulle

25 MM IV. n° 181, p. 288 ; Laurent, Régestes, n° 1330.

26 MM IV, n° 130, p. 217.

27 Ibid., n° 138, p. 224. Voir à son sujet : Ahrweiler, Smyrne, p. 146.

28 Voir à son sujet : Ahrweiler, Smyrne, p. 140, qui l'identifie avec Nikètas Kadianos.

29 MM IV, n° 13, p. 54; Dölger, Regesten, n° 1793.

30 Ahrweiler, Smyrne, p. 159-160.

31 MM IV, n° 153, p. 247; Dölger, Regesten, n° 1767.

32 Actes de Lavra IV, p. 163 n. 629; Actes d'lviron I, n° 25, p. 239; cf. Actes de Patmos I, n° 33, p. 274-275: ἵυα τα σαυδάλια τῆς κατ' αὐτοὺς μουῆς διαμέυωσιυ ἀυευόχλητα, ἔυθα ἂυ και ἀπέρχουται, ἀπò πάσης δημοσιακῆς συζητήσεως.

33 On ne peut rien conclure sur les ἁλιευτικὰ σανδάλια à partir des documents qui en mentionnent : Actes de Lavra II, n° 99, p. 145 ; Actes de Prodrome, n° 39, p. 129 ; Actes d'lviron IV, n° 86, passim ; n° 88, p. 111 ; n° 90, p. 121.

34 Le monastère de Makrynitissa possédait deux sandalia dont les travailleurs avaient des embarcations (μουόξυλα) : ἴυα κατέχη ἡ τοιαύτη μουὴ και κατὰ τήυ λíμυηυ τὴυ εις τòυ ἅγιου Στέφαυου σαυδάλια δύο μετὰ τῶυ ἁλιέωυ αὐτῶυ, ἢγουυ τοῦς παῖδας τοῦ Μαλογέυη μετὰ τοῦ μουοξύλου αὐτῶυ καì τòυ γαμβρòυ τοῦ Κακούσου Κωυσταυτῖυου καὶ τòυ Καλοειδᾶυ μετὰ τοῦ μουοξύλου αὐτῶυ (MM IV, n° 6, p. 344). En outre, un document du monastère de Xéropotamou rapporte : ... σαυτάληυ τοῦ γρίπου κευούργιωυ καì γριπόστρατα, σχυυία τοῦ γρίπου ιβ' (Actes de Xéropotamou, n° 9, p. 80). Ces témoignages ne permettent pas d'identifier le sandalion avec l'embarcation ; le sandalion dans ces cas peut signifier l'endroit pour appareiller le gripos (pour gripos voir plus bas). Voir aussi Actes d'Iviron IV, n° 94, p. 144, où sont rapportés des ἁλιευτικὰ {ἂκρα} σαυδάλια. Nous trouvons des ἁλιευτικὰ σαυδάλια dans d'autres documents : Actes de Lavra II, n° 99, p. 145, Actes de Prodrome, n° 39, p. 129. Peut-on l'identifier à l'ἁλιευτικὴ στάση ? : Actes de Xéropotamou, n° 24, p. 181-183 ; Actes de Zographou, n° 38, p. 91.

35 Voir Dölger, Regesten, n° 1792, Actes de Lavra IV, p. 163 σημ. 629. Des mots composés avec le terme gripos : Actes de Pantéléèmôn, n° 7, p. 75, 1. 35 : ἐξογριπηκόυ ; Actes de Xéropotamou, n° 9, p. 80, 1. 19 : γριπόστρατα (« chemin pour la barque ») ; Actes de Lavra II, n° 104, p. 170, 1. 178 : γριποβόλιου (« lieu d'appareillage »).

36 Dölger, Regesten, n° 1792.

37 MM IV, n° 150.II, p. 240.

38 Ibid., n° 1, p. 4 ; n° 3, p. 21. Le périorismos de Phôkas, n° 2, p. 18, ajoute la levée des ploïmoi.

39 Actes de Lavra IV. p. 163-164.

40 Voir plus haut.

41 MM IV, n° 13, p. 54.

42 Voir plus haut.

43 Sur l'haleia en tant que taxe : Actes de Kutlumus, n° 38, p. 143 ; cf. p. 391.

44 Actes de Lavra II, n° 104, p. 166 : ύπὲρ τοῦ γρίπου εἰς τò δημοσιακòυ κεφάλαιου...

45 Ibid.. n° 104, passim. Voir aussi Actes de Xéropolamou, n° 25, p. 188 ; Actes de Xénophon. n° 17. p. 149 ; Actes de Chilandar, n° 60, p. 142, n° 138, p. 29. Voir aussi le document de Lavra (Actes de Lavra III, n° 142, p. 89) où l'haleia se présente séparément des autres droits de la communauté villageoise : χωρίου τοῦ Βερυάρου μετὰ πάσης τῆς υομῆς καì περιοχῆς και τῶυ δικαίωυ καì προυομίωυ αὐτοῦ, σὺυ τῆ ἁλεία αὐτοῦ.

46 Actes de Chilandar, n° 41, p. 107 : καì κατέχεσθαι ταῦτα παρὰ τῆς τοιαύτης μουῆς ἄυευ τῆς ἐυ αὐτοῖς μόυης ἀλείας καὶ τοῦ ἐυ τῶ δηλωΟέυτι χωρίω τῶ τοῦ Μάλακα πόρου•ἡ γὰρ τοιαύτη ἀλεία καὶ ό πόρος καθόλου γε ἀποκεκλήρωυται είυαι δημοσιακὰ καὶ τῆ κοιυῆ συυτελοῦυτα συυεισφορᾶ. Cf. Actes de Chilandar, n° 62, p. 146 ; n° 63, p. 148.

47 Actes de Lavra III, n° 166, p. 179 : οὔτε παρὰ τῶυ τὰ δημόσια διευεργούυτωυ, οὔτε μὴυ παρὰ τῶυ ἐχόυτωυ τὴυ έυοχὴυ τῆς ἁλίας.

Notes de fin

* Liste des abréviations :
Actes de Chilandar : L. Petit, B. Korablev, Actes de Chilandar. 1, Actes grecs, St-Péters-bourg 1911 (VV 17, Supplément 1).
Actes d'Iviron : J. Lefort, N. Oikonomodès, Denise Papachryssanthou, Vassiliki Kravari, Actes d’Iviron, Paris 1985, 1990, 1995 (Archives de l’Athos 14, 16, 19). Actes de Kutlumus : P. Lemerle, Actes de Kutlumus, Paris 1988 (Archives de l’Athos 22). Actes de Lavra : P. Lemerle, N. Svoronos, A. Guillou, Denise Papachryssanthou, Actes de Lavra, Paris 1970-1982 (Archives de l’Athos, 5, 8, 10, 11).
Actes de Pantéléèmôn : P. Lemerle, G. Dagron, S. Circović, Actes de Saint-Pantéléèmôn, Paris 1982 (Archives de l’Athos 12).
Actes de Patmos 1 : Era Vranousi, βυζαντινὰ ἔγγραφα τῆς μονῆς Πάτμου. Α', Αὐτοκρατορικά, Athènes 1980.
Actes de Prodrome : A. Guillou, Les archives de Saint-Jean-Prodrome sur le mont Ménécée, Paris 1955.
Actes de Xénophon : Denise Papachryssanthou, Actes de Xénophon, Paris 1986 (Archives de l’Athos 15).
Actes de Xéropotamou : J. Bompaire, Actes de Xéropotamou, Paris 1964 (Archives de l’Athos 3).
Actes de Zographou : W. Regel, E. Kurtz, B. Korablev, Actes de Zographou, St-Péters-bourg 1907 (VV 13, Supplément 1).
Ahrweiler, Smyrne : Hélène Ahrweilhr, L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turques (1081-1317), particulièrement au xiiie siècle, TM 1, 1965, p. 1-204 ( = Byzance : les pays et les territoires, Londres 1976, IV). Angold, Government: M. Angold, A Byzantine Government in Exile, Government and Society Under the Laskarids of Nicaea (1204-1261), Oxford 1974.
Dölger, Regesten : F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des Oströmischen Reiches. 3.
Teil, Regesten von 1204-1282, deuxième édition par P. WIRTH, Munich 1977.
MM IV : F. Miklosich, J. Müller, Acta et diplomata graeca medii aevi, t. IV, Vienne 1871.

Auteur

Institut de Recherches Byzantines (Athènes)

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search