Version classiqueVersion mobile

Les décembristes

 | 
Julie Grandhaye

De la lumière à l’ombre (1780-1820)

De la lumière à l’ombre (1780 - 1820)

Texte intégral

1 L’expression « mouvement décembriste »– formule consacrée pour désigner les membres des trois sociétés à l’origine des insurrections de 1825- 1826 – permet d’identifier facilement notre sujet d’étude, mais elle présente le défaut d’envisager ce mouvement comme un phénomène à part, un événement facilement identifiable et marginal au sein de la société russe. De fait, deux méthodes peuvent être envisagées pour étudier ce mouvement : on peut privilégier l’approche individuelle en se concentrant sur les trajectoires personnelles et la biographie des protagonistes, ce qui contraint à une énumération parfois fastidieuse de destins divers ; ou bien on peut, à l’inverse, s’attarder sur une description minutieuse de la société russe, toile de fond sur laquelle le mouvement décembriste vient s’inscrire. L’une et l’autre méthodes se complètent, mais elles présentent aussi des écueils que l’on souhaiterait éviter. Il faut se garder, nous semble-t-il, de la tentation biographique, qui certes répond au désir de faire revivre ces jeunes gens, mais risque de se perdre dans la description de vies individuelles, sans jamais expliquer pourquoi et comment ces destinées se sont croisées. Le recours à une grande fresque socio-historique permet d’éviter de se concentrer sur des trajectoires individuelles, mais court le risque soit de marginaliser le mouvement décembriste, soit de le classifier « pour » ou « contre » les réformes, « proche » ou « éloigné » de la noblesse libérale.

2Cet ouvrage a pour objectif de rendre au mouvement décembriste toute sa densité et sa complexité, sans le restreindre à un épisode marginal de l’histoire des idées en Russie. S’il faut rétablir un ordre logique et chronologique dans la généalogie de ce mouvement – tâche de l’historien –, on ne souhaite pas pour autant simplifier à outrance la complexe mosaïque de cultures familiales, de milieux socioculturels et de valeurs que forment les officiers insurgés. On prendra donc pour fil d’Ariane le constat suivant : puisque ces jeunes gens n’étaient pas destinés à devenir décembristes, il importe de préciser les lieux et les modalités de leur rencontre.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search