Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Aρμενiα μεγaλη καi eπαρχiα mεσοποταμiας

Nina G. Garsoïan

Texte intégral

  • 1 Les sources sur le partage du royaume arsacide de Grande Arménie sont citées par J. Doise, Le part (...)
  • 2 BP VI. i ( = BP-G, p. 233-234). ŁP\ I. vi-viii ( = ŁP’-T, p. 41-45). La version de MX, III. xlii, (...)
  • 3 Aed., III. i ; cf. Adontz, Armenia, p. 7-24, 112-118 ; etc.
  • 4 MX, III. xlvi ( = MK, p. 309) ; Güterbock, Arménien, p. 26 ; Adontz, Armenia, p. 93 ; Toumanoff, S (...)

1Entre 383 et 388, à une date que les sources ne nous permettent pas de préciser davantage mais que la plupart des historiens fixent en 3871, l’empereur Théodose Ier (379-395) et le roi des rois sassanide Šāhpūr III (383-388) s’accordèrent pour mettre fin aux querelles séculaires de leurs deux puissances au sujet du royaume arsacide de Grande Arménie en se le partageant, tout en laissant un simulacre de pouvoir à deux représentants de la dynastie régnante locale : les rois Aršak et son parent Xosrov2. Bien que la partie échue aux Romains du fait de cette paix, dite d’Ekełeac’ ou d’Akilisène, environ 1/5e de l’ancien domaine des souverains arsacides, fût manifestement de beaucoup inférieure à celle qui revenait à ses ennemis traditionnels, le partage avançait néanmoins la frontière impériale nettement vers l’est. Dépassant la limite de l’Euphrate imposée depuis des siècles par Auguste, elle longeait maintenant une ligne descendant de la région de Théodosioupolis (la Karin arménienne, maintenant Erzurum) jusqu’à celle de Da-ra, au nord-ouest de Nisibe en Mésopotamie et créait ainsi un nouveau limes que Justinien fortifiera au vie siècle3. Du côté perse, la dynastie arsacide devait se maintenir jusqu’en 428, mais la mort du roi Aršak vers 390 élimina le degré intermédiaire entre les nouveaux territoires et le pouvoir impérial4. Ainsi, au seuil du ve siècle, les terres démographiquement et culturellement arméniennes appartenant d’une manière ou d’une autre aux Romains formaient trois ensembles historiquement distincts.

  • 5 Synekdèmos, § 702, 9-703, 11 (p. 37) : « ’Επαρχία ’Αρμενίας α', ὑπò ἡγεμόνα... Σεβάστεια ; ’Επαρχί (...)
  • 6 CJ, I. xxix. 5.
  • 7 AM, XXV. vii ; cf. Stein, Bas-Empire 1, p. 170-171, 186-187 ; Toumanoff Studies, p. 150 et n. 5 ; (...)
  • 8 Güterbock, Armenien, p. 29, 32-33, suggère que la Sophanène était non seulement la plus importante (...)
  • 9 Nous n’avons aucune indication précise sur la date à laquelle les deux principautés d’Asthianène e (...)

2À l’ouest de l’Euphrate, la Petite Arménie (Armenia minor) qui formait depuis longtemps partie intégrante de l’empire venait d’être divisée entre l’Arménie I et l’Arménie II, avec Sébaste et Mélitène comme métropoles respectives. Toutes deux avaient le statut de provinces ordinaires administrées par un gouverneur civil (praeses) dépendant du vicaire du diocèse du Pont5 À l’est du fleuve, les nouvelles acquisitions impériales semblent avoir été désignées, même officiellement, avec un manque de précision regrettable : «... elegimus certasque provin-cias, id est magnam Armeniam, quae interior dicebatur...6 », une amphibologie où l’emploi de la désignation « magna » comme pars pro toto, semble avoir provoqué des ambiguïtés et des contresens dans les sources et leur interprétation, comme nous le verrons par la suite. Enfin, le long de l’Euphrate oriental/Arsanias plus au sud, l’empire maintenait toujours sa tutelle, acquise en 299, sur celles des principautés autonomes dites Satrapies (ἔθνη/gentes) qui n’avaient pas été rétrocédées à la Perse par la paix de Jovien en 3637. Ces principautés restées dans la sphère d’influence romaine comprenaient l’ancienne Sophène (en arm. Cop’k’), divisée à l’époque entre la Sophène proprement dite (Cop’k’ Sahuni), au nord-ouest, et la Sophanène ou région de Martyropolis (Cop’k’ Mec) au sud-est, ainsi que les principautés d’Anzitène (Hanjit) et d’Ingilène (Angeł-tun), bien que la région entière ait parfois porté le nom unique de Sophanène8. Après 360, et peut-être avant la fin du siècle, mais à une date sur laquelle nous n’avons aucun renseignement, deux autres principautés ayant fait partie du royaume de Grande Arménie, l’Asthianène (Hašteank’) et la Balabitène (Balahovit), en furent détachées et réunies aux Satrapies méridionales9.

  • 10 Güterbock, Armenien, p. 46 ; Adontz, Armenia, p. 73, 76 ; cf. Jones, CERP, p. 519 ; et al.

3Dans ce groupe hétérogène, la position des Arménies I et II cis-euphratésien-nes ne semble pas poser de problèmes, du moins jusqu’à l’époque de Justinien, mais ce n’est pas le cas pour l’Armenia Magna ou Interior et les Satrapies, malgré les études de leur statut administratif et juridique qu’inaugurèrent Güterbock et Adontz il y a près d’un siècle. Des imprécisions, des contradictions et des théories insuffisamment démontrées continuent à planer sur bon nombre de questions et la mise en garde de Giiterbock et d’Adontz sur les différences à observer entre les administrations militaire, civile et ecclésiastique10 suggère qu’une mise au point plus rigoureuse, se donnant pour tâche de débrouiller l’information parfois fantaisiste ou mal interprétée des sources, ne serait pas inutile, même si elle n’aboutit qu’à des conclusions rares et hypothétiques.

  • 11 Nov. XXXI du 18 mars 536, « ΠΕΡΙ ΔΙΑΤΥΠΟΣΕΩΣ ΤΩΝ ΤΕΣΣΑΡΩΝ ΑΡΧΟΝΤΩΝ ΑΡΜΕΝΙΑΣ, i. Δευτέραν δέ ἐτάξαμ (...)
  • 12 Voir ci-dessus n. 5 et les deux notes suivantes.
  • 13 Voir ci-dessus n. 5. Les listes conciliaires sont en général conservatrices, mais souvent plus pré (...)
  • 14 Sans entrer dans les multiples problèmes bien connus concernant les Notitiae episcopatuum qui ne n (...)

4Avant de nous aventurer plus loin dans des questions administratives, il semble prudent d’observer les problèmes présentés par la toponymie des territoires arméniens dévolus à l’empire, dont la nomenclature administrative manque souvent de précision et se modifie au fur et à mesure. Une telle évolution se manifeste même dans les régions romanisées de longue date et par conséquent relativement stables de l’ancienne Armenia minor. Ici, l’Arménie I de Théodose Ier formera après la réforme de Justinien en 536 la majeure partie de l’Arménie II, avec l’addition de quelques villes pontiques, et son Arménie III semble avoir porté le nom d’Arménie I sous Maurice11. Ces changements administratifs feront de Sébaste la métropole de l’Arménie I avant Justinien et la métropole de l’Arménie II après 536, tandis que Mélitène figurera successivement comme métropole de l’Arménie II, puis III et enfin de l’Arménie I, après 591. Une succession qui apparaît non seulement dans les listes civiles, comme la Notitia dignita-tum et le Synekdèmos d’Hiéroklès qui conserve lui aussi les divisions théodosiennes12, mais aussi dans les listes conciliaires qui maintiennent jusqu’au viie siècle la hiérarchie ecclésiastique antérieure à la réforme de 53613, alors que les Notitiae episcopatuum, plus tardives, entérinent la transformation administrative de Maurice14.

  • 15 Aed., III. i. 17 : « τῇ δὲ ἄλλῃ ’Αρμενία, ἡπερ ἐντòς Εὐφράτου ποταμοῦ οὖσα διήκει ἐς ’’Αμιδαν πόλι (...)
  • 16 Aed., III. iii. 9 : « ’Eκ δὲ Κιθαρίζων ἐς τε Θεοδοσιούπολιν καὶ ’Aρμενίαν τὴν ἑτέραν ἱόντι χορζάνη (...)
  • 17 Aed., III. iv. 15 ; cf. Pers., I. xvii. 24. Il est possible que « Osrhoène » soit un lapsus calami (...)
  • 18 Nov. XXXI. i : « Τοιγαροῦν τέσσαρας εἶναι πεποιήκαμεν ’Αρμενίας- τὴν μὲν ἐνδοτάτην, ᾖς ἡ μητρόπολι (...)

5Une fois l’Euphrate traversé après 387, les sources bafouillent davantage. Pro-cope se sert avec désinvolture de la formule « l’autre Arménie » aussi bien pour les Satrapies méridionales15 que pour la région septentrionale de Théodosioupolis, Satala et Koloneia16. S’il ne s’agit pas d’un simple lapsus calami, son observation selon laquelle l’Osrhoène en Mésopotamie avec sa métropole d’Édesse ne se trouvait « pas loin » de Satala, au nord de l’Euphrate et de Théodosioupolis, n’est pas faite pour nous rassurer17. C’est également le cas pour Justinianoupolis, désignée en 536 comme capitale de la nouvelle Arménie I et qu’une Novelle de Jus-tinien identifie à tort avec Leontopolis /Bazanis et non Tzumina /Cimin, ainsi que l’a démontré Adontz18.

  • 19 Voir ci-dessus n. 15.
  • 20 CJ, I. xxix, 5 : « gentes : Anzetenam videlicet : Ingilenam, Asthianenam, Sophenam, So-phanenam in (...)
  • 21 Adontz, Armenia, p. 35-36 ; Toumanoff, Studies, p. 136-137, 166-172 et n. 98.
  • 22 Adontz, Armenia, p. 27-28, 32-35.
  • 23 Petrus Patricius, frag. xiv : « τὴν ’Iντιληνὴν [pour ’Iγγιληνὴν] μετὰ Σοφηνῆς καὶ ’Aρζανηνὴς μετὰ (...)

6La même confusion plane sur le nombre des Satrapies romaines ainsi que sur leurs noms. Procope en donne cinq, sans les nommer19. Justinien hésite entre cinq et six20 et Adontz s’ingénie à expliquer le désaccord entre le Code et la Novelle de l’empereur21. Il est vrai que la Grande Sophène qui englobait cette région semble avoir contenu à son origine les principautés voisines d’Arzanène et d’In-gilène, qui s’en étaient séparées par la suite, ce qui divisa de ce fait la Grande Sophène en Sophène et Sophanène22, et il est également vrai que Pierre le Patrice, en énumérant les Satrapies que la paix de 299 faisait passer du côté romain, ne donne qu’une Sophène et omet l’Anzitène23. Il n’en reste pas moins que, même dans des textes aussi officiels que des édits impériaux, la chancellerie byzantine tolérait un manque de précision, notamment dans le cas d’une capitale honorée du nom de l’empereur, ce qui en dit long sur sa connaissance de la zone frontalière de l’est.

  • 24 ACO III, § 22, p. 28 : « Εὐσεβίου Καράνων ἐπαρχίας Περσαρμενίας » ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. (...)
  • 25 ACO III, § 25, p. 28 : « Κυριακοῦ Σωφανηνῆς ἐπαρχίας ’Αρμενίας πρώτης » ; § 82, ρ. 118 : « Κυριακò (...)
  • 26 Mansi XI, col. 613 : « Γεωργίου ἐπισκόπου Δαρανάλεως ἢτοι τῶν Καμάχων » ; col. 645 : « Γεώργιος ἐλ (...)
  • 27 Mansi XI, col. 997 : « Καλλίνικος... ἐπίσκοπος τῆς Κωλωνειατῶν πόλεως τῆς μεγάλης ’Αρμενίας χώρας. (...)
  • 28 Mansi XI, col. 1005 : « Μαριανòς... ἐπίσκ. Κιθαρίζων τῆς πρώτης τῶν ’Αρμενίων ἐπαρχίας » ; cf. Aed (...)
  • 29 ACO IV. i, p. 7, § 131 clxxviiii: « Cyrione reverentissimo episcopo Dadimorum », cf. p. 23, § 131; (...)
  • 30 Pour Amida, voir Garsoïan, Precisions I, p. 263, 267, 274, 276, 279. Ci-dessus n. 20 pour la légis (...)

7L’information ecclésiastique ne semble guère avoir été meilleure. Au synode de 536, convoqué pour la condamnation de Sévère d’Antioche, l’évêque Eusèbe de Karana/Sebastoupolis, normalement suffragant de Sébaste, apparaît d’une manière inexplicable comme évêque de « Persarménie », bien qu’aucune frontière ne se soit approchée de cette ville à l’époque qui nous intéresse24. Dans le même synode, l’évêque Kyriakos figure comme évêque tantôt de Sophène, tantôt de Sophanène et son diocèse est faussement attribué à l’Arménie I, dont ni l’une ni l’autre n’avait jamais fait partie25. Les listes du concile de 680 hésitent à désigner Georges comme évêque de la ville ou de la région d’Analibla, qu’elles identifient avec le territoire de Daranałik’ en « Grande Arménie »26. La liste du concile Qui-nisexte transporte les évêques de Koloneia, Satala et Nikopolis en Grande Arménie, mais les Notitiae les enregistrent toujours comme suffragants de Sébaste, en Arménie II, selon le système en vigueur depuis 536, et donnent à tort Euchaïta, la métropole de l’Hellenopont, comme celle de l’Arménie I27. L’évêque de la forteresse de Kitharizon en Asthianène est indiqué comme faisant partie de l’Arménie I, alors que cette Satrapie avait été attribuée à l’Arménie IV par Justinien28. Enfin, Jones s’étonne à juste titre de l’absence de l’évêque de Dadimon dans la Notitia du viie siècle dite d’Épiphane, malgré sa présence au Concile des Trois Chapitres et sa promotion au rang de métropolite à cette époque29. La dissociation entre les administrations ecclésiastique et civile se manifeste à Amida, attestée dans les listes conciliaires comme métropole de l’éparchie de Mésopotamie, dont Martyropolis n’était qu’un des diocèses suffragants, tandis que Justinien faisait de cette dernière ville la capitale de son Arménie IV et le siège d’un des nouveaux ducs créés pour renforcer la frontière impériale30.

  • 31 Il est temps de corriger une fois pour toutes deux erreurs, qui réapparaissent encore parfois, sur (...)
  • 32 ACO II. ii. 1, p. 149, § 24 ; II. iii. l, p. 132, § 24. Cf. Garsoïan, Precisions I, p. 266 et n. 6 (...)
  • 33 ACO II. i. 2, p. 150 [346], § 296 ; II, i, 3, p. 94 [453], § 181 : « Μανασσής επίσκοπος Θεοδοσιουπ (...)
  • 34 Pour l’importance militaire de Théodosioupolis et le quartier général du magister militum, cf. Aed (...)
  • 35 Lettre de Jean Mayragomec’i dans Narratio, p. 247 et le commentaire de Garitte, p. 247-251. Cf. p. (...)
  • 36 Narratio, § 121, p. 43 : « Καὶ ἐν τῷ δ’ ἔτει τῆς τελευτῆς Χοσρόου καὶ τῷ κγ ’ ἔτει τῆς βασιλείας ’ (...)
  • 37 Notitia I, p. 206, 1. 73 et 76 : « ἐπαρχία Καππαδοκίας μητρόπολις Καισαρεία ἔχει ὑπ’ αὐτὴν πόλεις (...)

8Le cas le plus curieux est celui du siège de Théodosioupolis, la place forte septentrionale qui gardait la frontière byzantino-sassanide31. La première mention de ce diocèse se place en 449 avec l’apparition de son titulaire, l’évêque Pierre, à Constantinople le 13 avril de cette année à la veille de la convocation du « Larocinium »32. Deux ans plus tard, l’évêque Manasses de Théodosioupolis signera « de sa propre main » le symbole de foi à la dix-septième session du Concile de Chalcédoine33. Malgré ces attestations et l’importance militaire de la ville, refortifiée par Anastase et Justinien, siège du magister militum per Armeniam et Pon-tem Polemoniacum et gentes, le diocèse de Théodosioupolis semble avoir disparu pour toujours des listes conciliaires, remplacé peut-être par celui de l’un de ses collègues et voisins, l’évêque de Justinianoupolis ou celui de Kamachès /Ke-max34. Une telle substitution se justifie difficilement, vu l’importance de la ville et le témoignage des sources arméniennes sur le fait que le siège de Karin / Théo-dosioupolis existait toujours aux vie et viie siècles. À l’époque du schisme de 591 provoqué en Arménie par les tentatives d’union entre les Églises arménienne et impériale de l’empereur Maurice, un texte arménien contemporain nomme l’évêque Théodore de Karin comme le fauteur principal des troubles et le coryphée du parti chalcédonien35. Le concile d’union convoqué par Héraclius se réunit également à Karin vers 633, selon la Narratio de rebus Armeniae, dont la traduction grecque date d’environ 70036. La ville conservait donc son rang de centre ecclésiastique de premier ordre. Le silence des listes conciliaires sur Théo-dosioupolis est peut-être dû aux longs intervalles entre les conciles œcuméniques, mais rien ne peut expliquer la Notice « d’Épiphane », que Darrouzès date aussi du règne d’Héraclius, ni les Notices suivantes qui donnent l’évêché de Théodosiou-polis comme suffragant de la lointaine Césarée de Cappadoce, dont il était séparé par toute l’étendue du siège métropolitain de Sébaste, lequel figure pourtant dans les mêmes Notices37. Même en faisant la part du feu et en admettant que certaines de ces bévues sont dues à de simples lapsus de scribe ou de copiste, l’impression n’en persiste pas moins de nouveau que le monde centralisé de Constantinople ignorait parfois la situation, même administrative, des régions orientales de l’empire.

  • 38 Avant même l’Armenia minor, la Cappadoce voisine avait été divisée par Valens en 371. D’autres pro (...)
  • 39 Voir ci-dessus, n. 11, 18.
  • 40 Voir ci-dessus p. 240-241 et n. 9.
  • 41 Georges De Chypre, dans Synekdèmos, § 909-911, mais pas Hieroklès, attribue Mar-tyropolis, c’est-à (...)
  • 42 Voir ci-dessus, n. 24-29, 40.
  • 43 Not. Dig. Or., XXXVIII, p. 83-85 et notes, § 10 : « Sub dispositione viri spectabilis ducis Armeni (...)
  • 44 CJ, XII. lix. 10, § 5, datant de 471-472. Jones, LRE I, p. 224, considère que « their authority ex (...)
  • 45 CJ, I. xxix. 5 ; Aed., III. ii. vi : à Kitharizon et Martyropolis pour l’Arménie IV ; iii. 14 : à (...)

9Cette ignorance partielle du gouvernement et de l’Église ne les empêchait pas de modifier arbitrairement un système antérieur. Il est vrai que la division d’une province en deux, comme ce fut le cas pour la Petite Arménie au ive siècle, était une pratique courante et n’avait donc rien de surprenant38. Mais le mélange de territoires appartenant à la Petite Arménie et au Pont pour former les deux premières Arménies de Justinien confondait des régions de traditions différentes, niait automatiquement leur individualité aux yeux du pouvoir et effaçait en même temps la vieille frontière de l’Euphrate décrétée par Auguste39. Le déplacement cavalier de l’Asthianène et de la Balabitène depuis la zone de la Grande Arménie, dont elles avaient été partie intégrante, jusqu’à celle des Satrapies autonomes tendait à faire disparaître la différence entre deux éléments historiquement séparés de l’empire40. La division de ces Satrapies entre les deux Arménies IV, que nous trouvons dans la Descriptio orbis romani de Georges de Chypre, est une preuve décisive de la perte de leur ancienne autonomie41. Comme nous venons de l’observer, l’Église elle aussi semble avoir transféré à l’occasion un diocèse d’une juridiction à l’autre42. Les cas les plus flagrants de ce mélange d’unités culturelles ou même administratives se trouvent dans le domaine militaire. Bien avant la réforme de Justinien ou le partage de la Grande Arménie entre l’empire et la Perse, probablement dès l’époque de Dioclétien, le dux Armeniae étendait sa juridiction sur des territoires pontiques comme arméniens. Son siège était vraisemblablement à Mélitène où la IIe légion Fulminata stationnait de longue date, mais une bonne partie de ses effectifs étaient postés en territoire pontique43. Sous Léon, les commandements de la région semblent avoir été divisés entre les duces utriusque Ponti et utriusque Armeniae44, mais tous ces territoires furent réunis une fois de plus au début du règne de Justinien par l’édit créant un nouveau magister militum per Armeniam Pontem Polemoniacum et Gentes auquel étaient subordonnés deux ducs installés en territoire tzane ainsi que trois pour la Grande Arménie et les Satrapies45. Il est évident que cet aspect arbitraire de l’administration impériale menaçait la diversité des territoires arméniens, dont l’intégrité ne gagnait rien aux regroupements auxquels ils étaient astreints.

  • 46 Aed., III. iii. 9-13.
  • 47 Garsoïan, Précisions III, p. 47 n. 37. La version syriaque des Actes du « Brigandage » d’Ephèse pa (...)
  • 48 BP, IV. 1 ( = BP-G, p. 167) présente l’abandon du roi d’Arménie en 363 par ses grands vassaux, par (...)
  • 49 ŁPʽ, I. xxxiv ; III. Ixxxiv, p. 64, 154 ( = ŁPʽ-T, p. 105, 213).
  • 50 Garsoïan, Précisions III, p. 41-61.
  • 51 ŁPʽ, I. xxiii, p. 44-45 ( = ŁPʽ-T, p. 82) ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 283 et n. 143.
  • 52 Narratio, § 101-106, p. 40-41 : « Kαί πρoσέταaξεν ὁ βασɩλεὺς δɩὰ λραµµάτων πάντας τoὺς ἐπɩσκóπoυς (...)
  • 53 Narratio, § 110-111, p. 41 : « ὄτε καί ὁ αἰρετɩκòς ’Aβραὰµ κατέστη καθoλɩκóς (111) καί τῶ αὑτῷ ἔτε (...)

10Le flottement juridictionnel qui accompagnait nécessairement ces regroupements ne s’arrêtait même pas toujours à la limite de l’empire. Procope lui-même observe que la frontière était si peu étanche jusqu’à son époque dans la région centrale de Chorazène que les habitants des deux côtés n’hésitaient pas à commercer ensemble et à s’intermarier46. Plus au sud, des étudiants, tant arméniens que perses, se rendaient normalement à Édesse en territoire impérial, où les deux groupes avaient leur école jusqu’aux dernières années du ve siècle, puis rentraient chez eux sans avoir été inquiétés par les autorités47. Une ambiguïté se manifeste dans le statut des Satrapies méridionales que les sources arméniennes continuent à considérer comme vassales de la couronne de Grande Arménie au moins jusqu’en 387, bien qu’elles fussent passées sous la tutelle romaine en 299, et Ammien Marcellin, d’habitude bien informé sur un territoire qu’il connaissait personnellement, situe la Corduène tantôt en Perse et tantôt dans l’empire avant 36348. Même au milieu du ve siècle, bien après le partage du royaume arsacide, le prince Vardan Mamikonean révolté contre les Sassanides appellera à son aide les satrapes romains d’Angeł-tun /Ingilène, de Copʽkʽ /Sophène, de Ha-šeankʽ /Asthianène et d’Ekełeacʽ /Akilisène, parmi lesquels il avait « des parents »49. Cette ambiguïté s’observe également dans le domaine ecclésiastique. Tout comme les évêques des diocèses orientaux limitrophes de l’Arménie et de la Mésopotamie étaient considérés des deux côtés soit comme soumis à l’autorité du patriarche Armenien, soit comme faisant partie de la hiérarchie de l’Église de Perse à titre de suffragants des métropolites de Nisibe et d’Arbèle et participaient ainsi à l’occasion tant aux conciles Armeniens qu’à ceux de Séleucie-Ctésiphon50, le statut des diocèses Armeniens situés dans l’empire semble parfois avoir été équivoque. En 450, l’évêque Zawēn de Mananałi, une région que la Géographie Armenienne place sans hésitation en « Arménie intérieure », traversera la frontière pour aller soutenir ses collègues persArmeniens dans leur défi au roi des rois Yezdgird II, à peu près exactement au moment où nous avons vu ses voisins de « Grande Arménie », Pierre et Manassès de Théodosioupolis, se rendre à Constantinople et à Chalcédoine pour voter avec les évêques impériaux51. Un siècle et demi plus tard, les évêques de terres d’empire obéirent bien en 591 aux ordres de Maurice et se rendirent à son concile d’union, provoquant ainsi un schisme en Arménie, mais à leur retour, le catholicos Moïse, siégeant du côté perse de la frontière, refusa de les recevoir52. Quelques années plus tard, le nouveau catholicos Abraham, élu lui aussi avec l’assentiment de la cour sassanide, força tous les ecclésiastiques Armeniens à anathématiser le Concile de Chalcédoine ou à quitter le pays53. L’autorité du patriarche Armenien résidant au-delà de la frontière impériale, et donc vassal du roi des rois, semble ainsi avoir été en quelque sorte reconnue par les évêques Armeniens, même « romains ».

  • 54 Aed., III. i. 18-23, cf. ci-dessus n. 15 pour le début de cette citation : « σύμβολα μέντοι αὐτών (...)

11Les inexactitudes et les entremêlements territoriaux observés jusqu’à présent ne laissent guère présager une situation administrative simple et claire dans les terres Armeniennes annexées en 387, ou avant, dans le cas des Satrapies. Néanmoins, la plupart des savants acceptent, dans le cas de ces dernières, l’affirmation de Procope que les cinq Satrapies romano-Armeniennes étaient restées absolument autonomes sous leur souverains héréditaires depuis 299. Une affirmation partiellement justifiée par la description, à laquelle il s’attarde avec complaisance, des ornements symboliques que ceux-ci recevaient de l’empereur : la chlamyde avec son incrustation d’or et son agrafe à pendentifs de saphirs, la tunique chamarrée d’or, appelée ploumia et surtout « les bottes remontant jusqu’au genou, de couleur pourpre, telles que seuls l’empereur des Romains et [celui] des Perses ont le droit d’en porter54 ».

  • 55 Aed., III. i. 24-28, qui note l’exclusion de la principauté de Balabitène, « une province inférieu (...)
  • 56 Güterbock, Armenien, p. 21-29, 34, est de l’avis que cette région ne formait pas une province, mai (...)

12Toujours à la suite de Procope, les spécialistes admettent d’une part que cette autonomie héréditaire leur fut partiellement retirée par Zénon, qui transféra le gouvernement de ces principautés, excepté la Balabitène, à des fonctionnaires à cause du soutien offert par les satrapes à la révolte d’Illus en 488 et, d’autre part, que tous leurs privilèges furent finalement abolis par Justinien, qui réunit leurs possessions dans la province ordinaire d’Arménie IV55. L’opinion moderne est légèrement moins catégorique sur le statut de l’« Arménie Intérieure » ou « Grande Arménie », mais la conclusion générale est qu’elle non plus n’avait pas été transformée en une province impériale avant Justinien56.

  • 57 TOUMANOFF, Studies, p. 193. cf. ADONTZ, Armenia, p. 26.
  • 58 Voir ci-dessus, p. 240 et n. 6, 18.
  • 59 Nov. VIII : « ῍Ιδικτον... § 22 : ʽAπò τοῦ ὔρχοντος ’Αρμενίας δευτέρας... § 23 : ’Aπò τοῦ ἄρχοντος (...)
  • 60 Nov. XX. iii : « Ταὐτò δὲ τοῦτο καί ἐπì τοῦ τὴς Αρμενίας ἀνθυπάτου, ἐπειδή πρότερον ἀρχὴν αὐτὴν ὀρ (...)
  • 61 Pers., I. x. 18, Voir ci-dessus n. 31 pour le texte et la note suivante.
  • 62 Voir la note précédente ainsi que Pers., I. xv. 20 : « ’Eκ τῶν ’Αρμενίας χωρίον ἐς Περ-σαρμενίαν ἰ (...)
  • 63 Voir ci-dessus n. 26-27, 33-34.
  • 64 Hewsen, Geography, p. 59-59A et le commentaire p. 150. La Narratio se sert du toponyme « Μεγάλη ’Α (...)

13Les hésitations des spécialistes sur l’« Arménie Intérieure », la question de son gouvernement et de son statut provincial, la date de la nomination du comes Armeniae et ses fonctions, l’uniformité des unités composant son territoire et le degré de son immunitas comme civitas libera ou stipendiaria, autant de problèmes qui réclament un nouvel examen. Ici aussi, la toponymie peut servir de guide. Toumanoff estime qu’après le partage de 387, la partie romaine de l’ancienne Grande Arménie « was now called by the Roman government, officially it seems, Inner Armenia57 ». En général, les historiens modernes semblent préférer cette désignation qui évite toute confusion avec le royaume arsacide, mais ce n’est pas le cas pour les sources contemporaines. A ma connaissance, seul Justinien parle de l’Arménie « Intérieure » (ἐνδοτάτη) dans sa Novelle XXXI, au moment où il la fait disparaître, et lui-même hésite entre les deux termes dans le passage du Code cité au début de cette étude58. Sa Novelle VIII, datant de 535, utilise formellement la nomenclature officielle alors en vigueur : l’« Arménie II », la « Grande Arménie » et l’« Arménie I »59. Ailleurs, l’empereur parle de l'« Arménie » tout court lorsqu’il s’agit des territoires byzantins, tout comme, avant le partage, les sources classiques employaient ce même terme pour l’« Armenia minor », mais jamais pour les terres au-delà de l’Euphrate60. Le toponyme courant pour la majeure partie orientale de l’ancien royaume restée aux mains des Sassanides n’est jamais « Armenia » ou « Armenia megalè » mais « Persarmenia ». Procope distingue soigneusement ces deux toponymes. Ainsi, parlant de la reconstruction de Théodo-sioupolis par Anastase, il définit la position de la forteresse comme étant « en Arménie tout contre la frontière de la Persarménie61 ». De même, il précise qu’ « en allant du pays d’Arménie en Persarménie, le Taurus se trouve à droite », etc. C’est également le cas pour Malalas62. Normalement plus conservatrice que l’État, l’Église ignore totalement l’Arménie « Intérieure » pour s’en tenir exclusivement à la « Grande Arménie » ou à Γ « Arménie » tout court dans les souscriptions des conciles63. De même dans les sources Armeniennes, le toponyme Barjr Hayk‘, l’équivalent d’« Armenia interior », distinct de Mec Hayk‘ ou « Armenia megalè » n’apparaît pas avant la Géographie du viie siècle64.

14L’examen de l’emploi du toponyme « Armenia maior » ou « megalè » que nous venons d’esquisser permet la révision d’autres documents, portant sur le statut de la région, qui ont aussi attiré l’attention des spécialistes. Le Laterculus Polemii Silvii, composé en 448 durant le consulat de Zénon et de Posthumius, mais que Mommsen reporte à un original datant de 386, contient une inversion inattendue dans sa liste des provinces romaines :

  • 65 Lat. Pol. Silv., p. 259, cf. Th. Mommsen, Polemii Silvii Laterculus, Abhandlungen der königlischen (...)

« IX In Ponto [sunt provinciae]...
Septima: Armenia minor
Sexta: Armenia maior65 ».

15Le Laterculus Veronensis, qui est habituellement considéré comme reflétant la situation administrative à la fin du règne de Dioclétien, contient l’addition suivante :

  • 66 Lat. Ver., p. 248. Jones, LRE II, p. 1451, § 1 (cf. p. 1074 n. 9) suggère la date de 312-314; Id., (...)

« II. Diocensis Pontica habet provincias numero VII :...
8. Armenia minor, nunc et maior addita66 ».

  • 67 Güterbock, Armenien, p. 24 ; Adontz, Armenia, p. 69-72.

16Pour Güterbock comme pour Adontz, ces deux documents contiennent une erreur, puisque le royaume de Grande Arménie n’avait jamais fait partie du diocèse pontique, et Güterbock ajoute avec raison que la phrase de la liste de Vérone, « nunc et maior addita », doit être une interpolation postérieure au texte original du début du ive siècle67. Mais si Armenia maior se rapportait à l’époque à l’Arménie romaine dite aussi « Intérieure » et non à la Persarménie, le commentaire du Laterculus Veronensis devient rigoureusement correct. En 386 la nouvelle Armenia maior avait effectivement été ajoutée à la minor à peine divisée en deux, une transformation qui aurait parfaitement pu échapper à la connaissance du contemporain du partage, dont le texte a été utilisé par Polemius Silvius, mais qui n’ignorait pas que la présence de l’Armenia minor parmi les territoires impériaux précédait chronologiquement l’annexion de la nouvelle Armenia maior.

  • 68 Snekdèmos, § 1093-1094.
  • 69 Synekdèmos, p. 1-7, 49-50 ; cf. ci-dessus n. 41.
  • 70 Synekdèmos, § 1094.
  • 71 Hewsen, Geography, § 19 « Colchis », § 21 « Albania », p. 57-57A; § ii « Fourth Arme-nia », p. 59A (...)

17Un autre argument soutenant l’absence d’une province de « Grande Arménie » avant le début du règne de Justinien est habituellement fourni par le Synekdèmos de Hiéroklès. Il est vrai qu’il s’y trouve une rubrique « ’Επαρχία ’Αρμενίας Μεγάλης »68, mais celle-ci est suivie uniquement d’une glose attribuant son autocé-phalie à l’honneur dû à l’apôtre du royaume arsacide, saint Grégoire l’Illuminateur, glose que Honigmann estime être l’œuvre du moine Armenien Basile de Ialimbana en Sophène et qu’il date du ixe siècle69. La glose est certainement tardive, mais ceci n’infirme pas pour autant la rubrique qui, elle aussi, aurait porté à l’origine sur la « Grande Arménie » acquise par l’empire en 387 et non sur l’ancien royaume arsacide ; un moine Armenien, quelque cinq siècles plus tard, ignorant la situation administrative de la fin du ive siècle mais naturellement informé sur la tradition de son Église au sujet de l’Illuminateur, l’aurait dotée d’un commentaire livresque et malencontreux. La dernière phrase de la glose, « ἔχουσα πόλεις καὶ κάστρα καὶ κλίματα σ ’70 », suggère que celle-ci recouvre peut-être une lacune, car elle n’a rien à voir avec l’excursus sur saint Grégoire ni avec le royaume d’Arménie, mais s’accorde logiquement avec la description d’une région, comme nous en trouvons régulièrement des exemples dans la Géographie Armenienne71.

  • 72 Toumanoff, Studies, p. 193-194 et n. 209. BP, IV. xiv ( = BP-G, p. 139), donne Daranałē, Ekełeacʽ (...)
  • 73 Voir ci-dessus n. 9. Stein, Bas-Empire I, p. 528 n. 89*, estime que les princes de « Grande Arméni (...)

18Toumanoff a probablement raison de distinguer du reste du territoire de la « Grande Arménie » impériale les principautés situées dans la même région, telles celles des Mamikonean en Akilisène, des Bagratides dans le Sper, des anciens domaines royaux de Karin appartenant à la branche survivante des Arsacides et des possessions patriarcales passées aux Mamikonean après la disparition de la maison de saint Grégoire72. Ces principautés gardèrent probablement un plus haut degré d’autonomie et leur droit traditionnel, comme nous le verrons dans le cas des Satrapies méridionales, mais plusieurs indices suggèrent, tout comme les listes que nous venons d’examiner, que l’empire considérait de plus en plus la « Grande Arménie » comme une de ses provinces et que son immunité s’amenuisait graduellement. Même s’il est impossible de dire à quelle date précisément les principautés d’Asthianène et de Balabitène en furent retranchées pour être réunies aux Satrapies, ce regroupement arbitraire était une violation de l’intégrité du territoire dont elles avaient d’abord fait partie73.

  • 74 Nous n’avons aucun renseignement sur le comes Armeniae, ni au sujet de la date de sa nomination ni (...)
  • 75 Étant donné la carence de la documentation, tous les historiens hésitent avec raison sur les préro (...)
  • 76 Dans la Not. dig., tout comme à l’époque de Justinien, la hiérarchie civile des gouverneurs, vicai (...)
  • 77 Voir ci-dessus la fin de la n. 43.
  • 78 Voir ci-dessus n. 31. Toumanoff, Studies, p. 152 affirme que le comes Armeniae résidait à Théodosi (...)

19Le gouverneur impérial portant le titre de comes Armeniae et nommé selon le bon vouloir de l’empereur, à en croire Procope, ne fit certainement pas son apparition dès le début de l’annexion du territoire, puisqu’il ne figure pas dans la Notitia dignitatum, et nous ne possédons aucun indice permettant de dater sa nomination74. Son existence n’en est pas moins un jalon marquant les empiétements du gouvernement sur l’autonomie locale. Les affirmations, toujours fondées sur Procope, selon lesquelles il n’avait qu’une compétence civile et aucun pouvoir militaire restent à démontrer, car le passage de l’historien cité à ce propos dit seulement que le comes Armeniae ne disposait d’aucune « troupe régulière », de sorte que l’Arménie était toujours en désordre et menacée par l’ennemi et que Justinien préféra par conséquent le remplacer par un général commandant des forces suffisantes75. Mais si la juridiction du comes avait été exclusivement ci-vile, l’empereur n’aurait eu aucun besoin d’abolir sa charge au moment de la nomination d’un magister militum per Armeniam, car la coexistence des pouvoirs civils et militaires était parfaitement normale à l’époque76. Même limitée, une présence militaire aurait compromis le statut d’une civitas foederata libera et im-munis postulé pour la « Grande Arménie » romaine, l’absence de toute garnison sur le territoire étant une des marques de ce statut. Or ces garnisons existaient tant à Analibla en Daranałkʽ, où stationnait la « Cohors quarta Raetorum » sous les ordres du dux Armeniae, d’après la Notitia dignitatum77, que dans la forteresse de Théodosioupolis, construite dès le partage et refortifiée par Anastase et Justinien78.

  • 79 Pers., II. iii. 31-32, 35-39 : «...’Αρμένιοι... παρὰ τòν Περσῶν βασιλέα ἦλθον,... ἔλε-ξαν τοιάδε·Ε (...)
  • 80 CJ, X. xvi. 13. Güterbock, Armenien, p. 27 n. 3 ; Adontz, Armenia, p. 93, 96 ; Voir aussi ci-desso (...)
  • 81 Voir ci-dessus n. 26-27, 32-34.
  • 82 Voir ci-dessus n. 60 pour le texte de la Novelle XX ; Novelle XXXI. i : «... ἥνπερ (τὴν ἐνδοτάτην) (...)

20L’immunité fiscale de la région semble avoir été également compromise. D’après les termes du partage, elle avait été accordée comme un privilège aux descendants des Arsacides, qui y possédaient toujours des domaines, et ils semblent avoir conservé ce privilège jusqu’à l’époque de Justinien, à en croire les doléances des princes Armeniens à la cour de Perse lors de leur révolte de 539, mais rien dans le texte de Procope ne nous autorise à étendre cette immunité à toute la « Grande Arménie »79. Si Güterbock et Adontz ont raison de croire que le décret d’Anastase en 496 sur le « tribut Armenien » s’appliquait non seulement aux Arménies I et II, mais aussi à la « Grande Arménie »80, ce qui est tout à fait probable puisqu’aucune restriction n’est invoquée, le statut de cette dernière était devenu celui d’une civitas stipendiaria à cette époque. Ainsi, en dehors de quelques principautés qui conservèrent probablement leur intégrité territoriale, leurs pouvoirs et leur droit coutumier jusqu’à ce que toutes ces prérogatives soient abolies en 536, la « Grande Arménie » romaine, munie de forteresses et de garnisons, assujettie à l’impôt, envoyant ses évêques aux conciles œcuméniques depuis le milieu du ve siècle81, finalement gouvernée par un fonctionnaire impérial, s’était lentement acheminée vers le statut provincial que lui donnent les listes que nous possédons. Tout ce qui restait à faire à Justinien, en dehors de l’abrogation des privilèges princiers et du droit familial Armenien, était de transformer la « Grande Arménie » de province ordinaire en province consulaire, comme il le dit lui-même dans sa Novelle XX, qui confirme le titre donné quelques jours plus tôt à Acace, le gouverneur de la nouvelle Arménie I82.

  • 83 Malalas, XVII, p. 413 : « στεφθείς παρὰ ’Iουστίνου, βασιλέως ʽΡωμαίων, καὶ φορέσας στεφάνιον ʽΡωμα (...)
  • 84 Pers., I. xv. 19 : « ἐτύγχανον δὲ καὶ ὀλίγω πρότερον καταστρεψάμενοι τò Τζανικòν ἔθνος, οἳ ἐν γῇ τ (...)
  • 85 BP, V. xxxviii ( = BP-G, p. 221-222) ; MX II. xlvii ( = MK, p. 187-188 et n. 3), etc. toumanoff, S (...)

21Si les savants ont eu quelques doutes sur l’autonomie de la « Grande Arménie », il n’en va pas de même pour les Satrapies. Obnubilés, comme Procope, par les brodequins de pourpre « impériaux », ils les citent pour proclamer la souverai-neté absolue des satrapes, du moins jusqu’en 488, sans donner son juste poids à la ressemblance de ces ornements avec ceux – décrits par Malalas et Agathias83 – du roi des Lazes dont l’empire ne s’était guère gêné pour violer les droits84. Les sources Armeniennes décrivent elles aussi des atours semblables accordés à divers princes indigènes, de sorte que leur présence est moins symbolique et probante, et peut-être même plus inquiétante, qu’il n’y paraît à première vue85.

  • 86 Nov. XXXI. iii : « Συνεστησάμεθα δὲ καὶ τετάρτην ’Aρμενίαν, ἣ πρότερον οὐκ εἰς ἐπαρχίας συνέκειτο (...)
  • 87 La juridiction militaire du comes Armeniae sur les satrapies, postulée par STEIN et Jones (voir ci (...)
  • 88 Const. LXXXIII = Ed. III ; Novelle XXI. Adontz, Armenia, p. 141-153, étudie longuement l’effet de (...)
  • 89 CTh. XII. xiii. 6 : « De auro coronario.... ut, secundum consuetudinem moris antiqui, omnes satrap (...)
  • 90 Aed., III. i. 24 : « Στρατιώτης δὲ ʽΡωμαῖος οὔτε τῷ ʽΑρμενίων βασιλεῖ οὔτε σατράπαις ἤμυνε πώποτε, (...)

22Il ne s’agit pas de nier ici l’autonomie des Satrapies, qui les plaçait à un niveau différent de celui de la « Grande Arménie », même après la perte de leurs droits héréditaires sous Zénon. Justinien note dans la Novelle par laquelle il abolissait leur existence, que les territoires des satrapes n’avaient jamais formé une province et que les titres indiquant leurs prérogatives n’étaient pas d’origine romaine86. Aucun fonctionnaire, tel le comes Armeniae, n’avait été interposé entre leur pouvoir et celui des Romains avant la création de la charge du magister mi-litum per Anneniam.... et gentes en 52887. Si les satrapes n’avaient pas sauvegardé jusqu’au vie siècle leur droit traditionnel, surtout en matière d’héritage et de régime dotal, Justinien n’aurait eu aucune raison de promulguer des édits détaillés pour son abrogation et ils conservèrent même peut-être le droit d’appel direct à l’empereur, ainsi que celui de se servir du cursus publicus88. L’édit du Code Théodosien adressé en 387 au satrape Gaddana de Sophanène souligne que l’offrande de l’aurum coronarium à l’empereur par les satrapes était uniquement l’expression de leur dévotion pour l’empire romain89. Procope souligne que « les soldats romains n’avaient jamais servi sous [les ordres]... des satrapes, mais que ceux-ci avaient mené leurs guerres séparément90 ».

  • 91 ΑΜ, XXV. vii. 9 : « quinque regiones Transtigritanas :... cum castellis quindecim ».

23Malgré la portée de ces témoignages et affirmations, certains indices suggèrent de leur côté que l’autonomie satrapale, comme celle des Tzanes, n’était pas parfaite dès le début et que, même avant sa restriction en 488, la possibilité d’une réduction éventuelle des Satrapies au régime provincial ne peut pas être exclue. Les clauses du traité néfaste de Jovien, énumérées par Ammien Marcellin, stipulent que l’empire rendrait en 363 à la Perse « les cinq régions transtigritanes : l’Arzanène et la Moxoène et la Zabdicène, et de même la Rehimène et la Corduène avec quinze forteresses...91 »

  • 92 AM, XVIII. vi. 20, même si les études faites pendant ce séjour forcé en avaient fait un ami des Ro (...)
  • 93 Aed., III. ii. 4-6 : « Καβάδης ὁ Περσῶν βασιλεὺς ἐπὶ ’Αναστασίου βασιλεύοντος ἐσέ-βαλε ʽΡωμαίων τὴ (...)
  • 94 Not. dig. Or., VII, § 23, 48, 58 : « Sub dispositione viri illuslris magistri militum per Orientem (...)
  • 95 Voir ci-dessus n. 89 et la note précédente.
  • 96 Lut. Pol. Silv., VIII. 11, p. 258-259 : « In Oriente viii.... 11. Nona (sic) Sophanene ».

24Mais la présence de ces forteresses sur le territoire des Satrapies en violait automatiquement l’immunité. Ammien Marcellin raconte lui-même sa propre expédition d’espionnage en Corduène et remarque en passant que son jeune satrape avait été élevé en Syrie « comme otage92 ». Théodore satrape de Sophanène semble avoir mené de son propre chef la défense et la reddition finale de Marty-ropolis sa capitale93, mais la présence dans la Notifia dignitatum d’une légion pseudocomitatensis de Transtigritani ainsi que de l’Ala Carduenorum et de la Cohors Zabdenorum atteste, par le souvenir qu’elle évoque, que l’empire ne s’était pas gêné pour recruter dans ces Satrapies alors qu’elles étaient encore sous sa tutelle94. L’édit sur l’aurum coronarium de 387 exprime l’aspect volontaire du tribut satrapal, mais l’existence en 502 « d’impôts de deux ans » dans la même Sophanène à laquelle avait été adressée la première loi indique que les Satrapies avaient perdu leur immunité fiscale et que la loi d’Anastase promulguée en 496 s’appliquait à elles tout comme à la « Grande Arménie » impériale95. Le témoignage le plus curieux provient du Laterculus Polemii Silvii qui, à la fin du ive siècle, donne déjà la Sophanène comme une des provinces du diocèse d’Orient96.

  • 97 ACO II. i. 1, § 30, p. 56, § 134, 139, p. 59, etc. Une liste plus complète se trouve dans la versi (...)
  • 98 ACO II. v, § xxvii, p. 42 : « Maras episcopus vestrae Mesopotamiae incolumen vestram pietatem mult (...)
  • 99 Notitia Antiochena, dans E. Honigmann, Studien zur Notitia Antiochena, BZ 25, 1925, p. 75 : « I. (...)
  • 100 Turner, Constantinople, p. 161 ; Synekdèmos, § 910 ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 263 et n. 51.
  • 101 ACO II. i. 1, § 47, p. 79 ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 267 et n. 69.
  • 102 ACO I. i. 5, § 13, p. 123 : « ’Aστέριος ’Aμίδης μητροπολίτης », où il signe l’anathème contre Cyri (...)
  • 103 ACO III § 26, p. 28 : « Κασσίσα τῆς Βελαβιτηνῆς ἐκ δὲ τοῦ εὐωνύμου μέρους » ; cf. Garsoïan, Precis (...)
  • 104 ACO IV. i § 40 [xxxviiiij, p. 4 : « Cyriaco reverenlissimo episcopo Amidae » ; § 131 [cxxxii], p.  (...)
  • 105 Mansi XI, col. 992, « ʽΗλίας ἐπίσκοπος Δαδίμων μητροπόλεως τῆς Δ ’Iουστινιανῆς » cf. Garsoïan, Pre (...)

25Tout comme dans plusieurs cas déjà cités, l’organisation ecclésiastique ajoute quelques renseignements d’un intérêt particulier. Trente-sept ans avant la répression de Zénon, à une époque où l’autonomie des Satrapies battait encore théoriquement son plein et où elles ne formaient nullement partie intégrante de l’empire, tous leurs évêques se présentèrent à Chalcédoine97. En 458, ils signèrent, avec toutes les marques de soumission voulues pour la majesté impériale, leur lettre d’adhésion en réponse à l’encyclique de l’empereur Léon98. La Notitia Antiochena, qu’Honigmann date d’environ 570, les donne tous comme faisant partie de la juridiction du patriarcat d’Antioche99. L’évêque d’Amida, dont Georges de Chypre fera la métropole de son Arménie IV ou Mésopotamie supérieure, apparaît même plus tôt en 381 au Concile de Constantinople I100, puis comme métropolite en 449 au « Brigandage » d’Éphèse101. Asterios d’Amida figure comme métropolite au Concile d’Éphèse I, mais parmi les évêques orientaux opposés à Cyrille d’Alexandrie102. Plus tard, Kyriakos de Sophène et Kassisa de Balabitène prendront part au synode de 536103 Kyriakos d’Amida, Kyrion de Dadimon, la future métropole de l’« autre » Arménie IV dans la liste de Georges de Chypre, et Théodore d’Ingilène participeront au Concile des Trois Chapitres104, et Élie de Dadimon et Marianos de Kitharizon en Asthianène à celui de 692105. Sans nous attarder à ces témoignages plus tardifs, il est évident que la présence des évêques des Satrapies à Chalcédoine et dans la liste de la Notifia Antiochena démontre qu’ils avaient été intégrés dans la hiérarchie de l’Église impériale quel qu’ait été le statut civil de leurs régions. Elle suggère au moins la possibilité de certains changements dans ce domaine aussi. Nous n’avons malheureusement aucune information sur cette réorganisation ecclésiastique. L’absence de tout évêque des Satrapies au Concile d’Éphèse I en 431 et leur présence massive à Chalcédoine vingt ans plus tard sont notre unique indication de la possibilité qu’une transformation ait eu lieu à cette époque.

26La pauvreté et le manque de précision de notre documentation ne nous autorisent toujours pas à en tirer des conclusions incontestables. Dans la « Grande Arménie » impériale une évolution semble s’ébaucher déjà avant la fin du ve siècle, dans la partie de son territoire qui ne faisait pas partie des principautés de la région, telles l’Akilisène ou le Daranałikʽ qui partageaient probablement le statut de leurs contreparties méridionales, et dans laquelle le gouvernement impérial avait par conséquent eu les mains plus libres. La présence du dux Armeniae, avec certains de ses effectifs stationnant sur son territoire, et la construction de la place forte de Théodosioupolis indiquent l’absence d’immunité militaire dès le début de son annexion à l’empire. La présence de ses évêques aux conciles à partir de Chalcédoine démontre l’intégration de son Église. L’absence de toute mention du comes Armeniae dans la documentation officielle du ve siècle suggère que Jones a probablement raison de ne placer son apparition qu’aux alentours de 488. L’immunité fiscale disparut probablement vers la même époque, avant les dispositions d’Anastase en 496. L’évolution semble s’accélérer dans la seconde moitié du ve siècle. Ainsi, environ un demi-siècle avant les réformes radicales de Justinien, la « Grande Arménie » non princière aurait été réduite à un statut qui différait peu de celui d’une province ordinaire, comme Justinien le dira lui-même en l’élevant au niveau consulaire.

  • 106 Voir ci-dessus n. 84. Dans le cas des Lazes aussi, l’évolution d’une semi-indépendance à l’annexio (...)

27Les Satrapies gardèrent incontestablement plus longtemps leur statut privilégié, bien que leur situation militaire reste insuffisamment claire. Mais elles commencèrent elles aussi à évoluer, du moins dans le domaine ecclésiastique, vers le milieu du ve siècle et le sort des Tzanes et des Lazes « autonomes » au début de leur contact avec les Romains était de mauvais augure pour leur avenir106. La perte de leurs droits héréditaires en 488 et de leur immunité fiscale, peut-être en même temps que la « Grande Arménie », certainement avant la reddition de Martyropolis en 502, les abaissèrent au-dessous du niveau des civitates foederatae bien avant la fin du siècle. La création du magister militum per Arme-niam en 528 et la législation sociale de Justinien furent le coup de grâce, mais le mal était déjà fait. Il se peut que 488 ait été l’année fatidique, mais l’impression générale, soutenue par les indices de l’ignorance relative du gouvernement sur la situation réelle de la région, est plutôt celle d’un glissement et d’un grignotement progressif que d’une politique consciente d’annexion. Les besoins de défense d’une frontière de plus en plus rigide dicteront le contrôle grandissant d’une zone lointaine fort peu connue au début. La réorganisation ecclésiastique semble avoir devancé celle de l’État dans la région.

  • 107 Dion Cassius, XXXVI. liii, « ἡ Σωφανηνὴ χώρα τοĩς ’Aρμενίοις πρóςορος οὐ σμικρά ».
  • 108 Voir ci-dessus n. 96.
  • 109 Voir ci-dessus n. 97-99 ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 272-273 ; Adontz, Armenia, p. 72-74.
  • 110 Garsoïan, Precisions III, p. 41, 61-63.
  • 111 Synekdèmos § 909 et ci-dessus n. 41.
  • 112 M. Canard, Cl. Cahen, Diyār Bakr, ΕΙ2 II, p. 353-354 ; M. Canard, al-Ḏjazīra, ibid., p. 536-537-52 (...)

28Un dernier aspect se profile lentement dans la partie méridionale des Satrapies. Procope en parle toujours comme Armeniennes et c’est évidemment le cas général pour les sources du pays. Néanmoins, le royaume de Sophène avait été séparé de celui de Grande Arménie à l’époque hellénistique et Pompée avait réafirmé cette séparation au dernier siècle avant Jésus-Christ. La réunion des deux à l’époque impériale n’avait pas empêché Dion Cassius de qualifier la Sophanène de région mitoyenne mais séparée de l’Arménie107. Nous avons vu que le Laterculus Polemii Silvii la détachait des autres territoires Armeniens pour la placer dans le diocèse d’Orient qu’elle partageait avec la Mésopotamie, l’Osrhoène et l’Euphratèse108. À Chalcédoine, comme dans leur réponse à l’empereur Léon, les évêques des Satrapies signèrent comme faisant partie de l’Eπαρχία Μεσοποταμίας /vestrae Mesopotamiae, ce qui a ainsi longuement masqué le fait qu’ils représentaient des territoires Armeniens109. Composées d’une population mixte de langue et culture arméno-syriaque, tout comme leur voisines en territoire sassanide110, toutes les Satrapies, romaines et perses, semblent s’assimiler graduellement, presque invisiblement, à la Mésopotamie aux yeux des deux grandes puissances dont elles font partie. Ce n’est probablement pas un hasard si Georges de Chypre au viie siècle désigne la province d’Amida_et de Martyropolis sous le double titre de ’Επαρχία Μεσοποταμίας ἄνω ἤτοι Δ ’Αρμενίας111. La dichotomie reflétait le caractère énigmatique de la région. Ainsi, la décision du califat de rattacher administrativement toute cette zone méridionale à la province de la Djazīra et non à sa voisine septentrionale d’Arminīya112, loin d’être purement arbitraire ou de résulter uniquement d’une transformation démographique due à une massive immigration arabe, aurait également marqué l’aboutissement d’une longue évolution historique.

Bibliographie

SIGLES ET ABRÉVIATIONS UTILISÉS DANS LES NOTES

Adontz, Armenia: N. Adontz Armenia in the Period of Justinian, ed. and trans. N. G. GARSOÏAN, Louvain-Lisbonne 1970.

Aed.: Procopii Caesariensis opera omnia, ed. J. Haury, G. Wirth, vol. 4: De aedificiis, Leipzig 19642.

Aa : Agat’angelos, Patmut‘iwn Hayoc‘ (Histoire des Armeniens), éd. G. Tēr MΚrtčʽean et S. Kanayeancʽ, Tiflis 1909 (réimp. Delmar [N.Y.] 1980) ; trad. R. W. Thomson, Agathangelos, History of the Armenians, Albany (N.Y.) 1976.

Agathias : Agathias, Historiarum Libri Quinque, ed. R. Keydell, Berlin 1967 (CFHB 2). AM: Ammien Marcellin, Res Gestae, ed. J. C. Rolfe, Londres 1950-19522 (Loeb). BARNES, Campaigns: T. D. Barnes, Imperial Campaigns, A.D. 285-311, Phoenix 30, 1976, p. 182-186.

Blockley, Division: R. C. Blockley, The Division of Armenia between the Romans and the Persians at the End of the Fourth Century A.D., Historia 36/2, 1987, p. 222-234. BP: P‘awstosi Buzandac‘woy Patmut‘iwn Hayoc‘ (Pʽawstos Buzandacʽi, Histoire des Armeniens), Venise 19334.

BP-G: The Epic Histories attribitted to P’awstos Buzand. Buzandaran Patmut’iwnk’, translated by N. G. Garsoïan, Cambridge (Mass.) 1989.

Chronicon Paschale: Chronicon Paschale, éd. L. Dindorf, 1832 (CSHB).

Darrouzès, Notitiae : J. Darrouzès, Notitiae episcopatuum ecclesiae Constantinopolitanae, Paris 1981.

Devreesse, Patriarcat : R. Devreesse, Le Patriarcat d’Antioche depuis la paix de l’Église jusqu’à la conquête arabe, Paris 1945.

Dion Cassius: Cassius Dio’s Roman History, ed. and trans. E. Cary, Londres 1914-1927 (Loeb).

Garitte, Narratio : G. Garitte, La Narratio de rebus Armeniae, Louvain 1952. Garsoïan, Precisions I: N. G. Garsoïan, Preliminary Precisions on the Separation of the Armenian and Imperial Churches. I: The Présence of « Armenian » Bishops at the First Five Œcumenical Councils, ΚΑΘΗΓΗΤΡΙΑ. Essays Presented to Joan Hussey on her 80th Birthday, ed. J. Chrisostomides, Camberley 1988.

Garsoïan, Precisions III : N. Garsoïan, Quelques Precisions préliminaires sur le schisme entre les Églises byzantine et Armenienne au sujet du Concile de Chalcédoine. III Les évêchés méridionaux limitrophes de la Mésopotamie, REArm. 23, 1992, p. 39-80.

Georges de Chypre : Le Synekdèmos d’Hiéroklès et l’opuscule géographique de Georges de Chypre, éd. E. Honigmann, Bruxelles 1939, p. 49-70 (Georges de Chypre, Descriplio or-bis Romanis).

Goth.: Procopii Caesariensis opera omnia, ed. J. Haury, G. Wirth, vol. 1-2: De Bello Gothico, Leipzig 1962-19632.

Goubert, Byzance : P. Goubert, Byzance avant l’Islam. I : Byzance et l’Orient, Paris 1951. Güterbock, Armenien : K. Güterbock, Römisch-Armenien und die römischen Satrapien im vierten bis sechsten Jahrhundert, Festgahe der juristischen Fakultät zu Konigsberg für ihren Senior Johann Theodor Schirmer, Königsberg 1900.

Hewsen, Geography: R. Hewsen, The Geography of Ananias of Širak, Wiesbaden 1992. JD : Yovhannēs DrasxanakertcʽI, Patmut‘iwn Hayoc‘ (Histoire des Armeniens), éd. M. ÉMIN, Moscou 1853 (réimp. Delmar [N.Y.] 1980).

JD-M: Yovhannés Drasxanakertc’i History of Armenia, translated by K. H. Maksoudian, Atlanta (Georgia) 1987.

Jones, CERP: A. H. M. Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, Oxford 19712.

Jones, LRE: A. H. M. Jones, The Later Roman Empire, 284-602, Oxford 1964. Josué Le Stylite: Josua The Stylite, The Chronicle, ed. W. Wright with English trans., Cambridge 1882.

Lat. Pol. Silv.: Laterculus Polemii Silvii, Notitia dignitatum accedunt Notitia urbis Constantinopolitanae et Laterculi prouinciarum, éd. O. Seeck Berlin 1876 (réimp. Francfort-sur-le-Main 1962), p. 254-260.

Lat. Ver. : Laterculus Veronensis, Notitia dignitatum..., éd. O. Seeck Berlin 1876 (réimp. Francfort-sur-le-Main 1962), p. 247-253.

ŁPʽ : Łazar PʽArpecʽI, Patmut‘iwn Hayoc‘ (Histoire des Armeniens), éd. G. Tēr MkrtčʽEan et S. Malxasean, Tiflis 1904 (réimp. Delmar [N. Y.] 1985).

ŁPʽ-T: The History of Łazar P‘arpec‘i, translated by R. W. Thomson, Atlanta (Georgia) 1991.

Malalas: Johannis Malalae Chronographia. éd. L. Dindorf, 1831 (CHSB).

Manandian, Trade: H. Manandian, The Trade and Cities of Armenia in Relation to An-cient World Trade, trans. by N. G. Garsoïan, Lisbonne 1965.

MK: Moses Khorenats’i, History of the Armenians, translated by R. W. Thomson, Cambridge (Mass.) 1978.

MKał: Movsēs KałankatuacʽI, Patmut‘iwn Ałuanic‘ Ašxarhi, éd. V. Aṙakʽelyan, Erevan 1983= Movsēs Dasxuranci, The History of the Caucasian Albanians, trans. C. F. J. Dowsett, Londres 1961.

MX: Movsēs XorenacʽI, Patmut‘iwn Hayoc‘, éd. M. Abełean et S. Yaruttwnean, Tiflis 1913 (réimp. Delmar [N.Y.] 1881).

Narratio : La Narratio de Rebus Armeniae. Édition critique et commentaire par G. Garitte, Louvain 1952 (CSCO 132, Subsidia 4).

Not. dig. Or. : Notitia dignitatum in partibus Orientis, Notitia dignitatum accedunt Notitia urbis Constantinopolitanae et Laterculi prouinciarum, éd. O. Seeck, Berlin 1876 (réimp. Francfort-sur-le-Main 1962).

Pers. : Procopii Caesariensis opera omnia, ed. J. Haury, G. Wirth, vol. 1-2: De Bello Persico, Leipzig 1962-19632.

Pierre Le Patrice: R. C. Blockley, The Fragmentary Classicising Historians of the Later Roman Empire, vol. II, Liverpool 1983 (Arca 10), p. xxx-xxx.

Ptolémée : Claudii Ptolemaei Geographia, éd. C. Müller, Paris 1901.

Ramsay, Geography: W. Ramsay, The Historical Geography of Asia Minor, Londres 1890.

Stein, Bas-Empire : E. Stein, Histoire du Bas-Empire, éd. franç. J.-R. Palanque, Paris 1959.

Sxnekdèmos : Le Synekdèmos d’Hiéroklès et l’opuscule géographique de Georges de Chypre, éd. E. Honigmann, Bruxelles 1939, p. 1-48.

Ter Ghewondyan, Arab Emirates: A. Ter Ghewondyan, The Arab Emirates in Bagratid Armenia, trans. N. G. Garsoïan, Lisbonne 1976.

Théodoret, HE : Théodoret De Cyr, Historia ecclésiastica, éd. L. Parmentier, F. Scheidweiler, Leipzig 19542 (GCS 19).

Theophanes: Theophanis Chronographia, ed. C. De Boor, Leipzig 1883-1885 (réimp. Hildesheim 1963).

Toumanoff, Studies: C. Toumanoff, Studies in Christian Caucasian History, Georgetown 1963.

Turner, Constantinople: C. H. Turner, Canons attributed to the Council of Constantinople. A.D. 381, together with the Names of the Bishops..., The Journal of Theological Studies 15, 1914, p. 161-178.

Van Esbroeck, Naissance : M. Van Esbroeck, La naissance du culte de saint Barthélémy en Arménie, RÉArm. 17, 1983, p. 171-195.

Vg : Vie de saint Grégoire, G. Garitte, Documents pour l’étude du livre d’Agathange, Vatican 1946, p. 23-116.

Notes

1 Les sources sur le partage du royaume arsacide de Grande Arménie sont citées par J. Doise, Le partage de l’Arménie sous Théodose Ier, RÉA 47, 1945, p. 274-277. Doise réaffirme la date de 384 donnée par Marquart et Nöldeke, mais la plupart des savants continuent à opter pour 387, la conclusion de Güterbock, Armenien, p. 11-19 ; Adontz, Armenia, p. 9, évite de donner une date précise ; mais cf. Garitte, Narratio, p. 64 ; Toumanoff, Studies, p. 152 et n. 6 ; Jones, CERP, p. 224-225, 445 n. 15, mais qui contient des erreurs (voir ci-dessous, n. 31) ; JONES, LRE I, p. 158 ; et en dernier Blockley, Division. Tout comme Güterbock, Doise admet que plusieurs ambassades furent nécessaires pour mener les négociations à bon terme, de sorte qu’un espace de temps limité par la mort de Šāhpūr III en 388 est probablement préférable à une date précise. Blockley, Division, étend les négociations de 363 à 420-430.

2 BP VI. i ( = BP-G, p. 233-234). ŁP\ I. vi-viii ( = ŁP’-T, p. 41-45). La version de MX, III. xlii, xlvi ( = MK, p. 304-309) selon lequel les négotiations se poursuivirent entre l’empereur Arcadius (395-408) et Šāhpūr III (383-388) est évidemment chronologiquement impossible, ainsi que Güterbock, Armenien, p. 16, 19, l’avait déjà observé. De même, Procope, dans Aed., III. i. 8-15 et Pers., II. iii. 35, qui confond les deux derniers rois arsacides d’Arménie, Aršak et son frère Vałaršak, les fils du roi Pap assassiné vers 379, avec deux fils d’Aršak, un second Aršak et un Tigranes, totalement inconnus des sources arméniennes et qui transporte l’épisode de l’époque de Théodose Ier à celle de Théodose II (voir ci-Dessous, n. 31).

3 Aed., III. i ; cf. Adontz, Armenia, p. 7-24, 112-118 ; etc.

4 MX, III. xlvi ( = MK, p. 309) ; Güterbock, Arménien, p. 26 ; Adontz, Armenia, p. 93 ; Toumanoff, Studies, p. 152, 193 ; etc.

5 Synekdèmos, § 702, 9-703, 11 (p. 37) : « ’Επαρχία ’Αρμενίας α', ὑπò ἡγεμόνα... Σεβάστεια ; ’Επαρχία ’Αρμενίας β’, ὑπò ἡγεμόνα... Μελιτηνή » ; dans l’introduction à l’édition, Honigmann, p. 1-3, 5-6, date le Synekdèmos du tout début du règne de Justinien et admet la possibilité qu’il remonte à un traité de l’époque de Théodose II (408-450) ; cf. Jones, CERP, p. 515, pour la formulation de cette thèse. Cf. Not. dig. Or., I, § 109: « Armeniae primae », §110: « Armeniae secundae » (p. 4); II, § 49, 50 (p. 7). Jones, LRE II, p. 1417-1420, date la partie orientale de la Not. dig. d’immédiatement après 395 et en tout cas d’avant 413. Adontz, Armenia, p. 73, place la division de L’Armenia minor entre 378 et 386. La première mention de l’Arménie II se trouve dans CTh, XIII. xi. 2, qui date de mars 386. Güterbock, Arménien, p. 23, date la division d’après 378 puisque AM, XIX. ix. 12 et XX. xi. 4 parle encore d’une seule province. Hewsen, Geography, p. 17, suggère 392. Selon Théodoret, HE, II. xxv. xxvii, Sébaste aurait été la capitale de la Petite Arménie, mais Procope, Pers., I. xvii. 21 et Aed., III. iv. 16-17, affirme que la métropole de la province était Mélitène.

6 CJ, I. xxix. 5.

7 AM, XXV. vii ; cf. Stein, Bas-Empire 1, p. 170-171, 186-187 ; Toumanoff Studies, p. 150 et n. 5 ; etc. Barnes, Campaigns, démontre que la date de la paix de Nisibe est 299 et non 298.

8 Güterbock, Armenien, p. 29, 32-33, suggère que la Sophanène était non seulement la plus importante des Satrapies, mais que « ja zuweilen wurde Sophanène gerade als landschaft-lichen Kollektiv für die sämtlichen Satrapien gebraucht, so wenn Prokop von einer Armenia ἠ Σωφανηνὴ καλουμένη spricht » (33). Néanmoins, vu la précision avec laquelle Procope parle de la Sophanène comme de la région contenant la ville de Martyropolis (Aed. 111. ii. 2 : « ἐν ’Αρμενία τῇ Σωφανηνῇ καλουμένῃ πόλις ἐστι Μαρτυρόπολις ὄνομα » ; cf. III. iii. 1) et compte tenu de l’énumération des Satrapies par Justinien (CJ, I. xxix. 5, « Sophanenam in qua est Martyropolis »), il semble que l’auteur n’ait en vue que la seule Satrapie de Sophanène dont le Nymphios formait la frontière avec la Perse (Aed., III. ii. 2 : « ὁ Νύμφιος ποταμòς διορίζει ἐνταῦθα τὰ ‘Ρωμαίων καὶ Περσῶν ἢθη »).

9 Nous n’avons aucune indication précise sur la date à laquelle les deux principautés d’Asthianène et de Balabitène furent rattachées aux Satrapies méridionales. ADONTZ, Armenia, p. 37, estime que les « regiones... exiguas » acceptées par les Romains avant le départ de Valens pour la guerre contre les Goths en 377-378 (AM, III. ii. 4-5) désignent ces deux principautés et que ce rattachement ne pouvait avoir eu lieu avant 359-360 puisque la chaîne du Taurus séparait encore l’Arménie des régions transtigritanes à cette époque selon AM, XVIII. ix. 2. Par conséquent, il place ce rattachement entre 378 et 387 ; TOUMANOFF, Studies, p. 171-172, partage l’opinion d’Adontz ; HEWSEN, Geography, p. 18, élargit cette fourchette à la période 371-387 ; JONES, CERP, p. 224, estime que l’Asthianène et la Balabitène faisaient partie des Satrapies au moment du partage de 387.

10 Güterbock, Armenien, p. 46 ; Adontz, Armenia, p. 73, 76 ; cf. Jones, CERP, p. 519 ; et al.

11 Nov. XXXI du 18 mars 536, « ΠΕΡΙ ΔΙΑΤΥΠΟΣΕΩΣ ΤΩΝ ΤΕΣΣΑΡΩΝ ΑΡΧΟΝΤΩΝ ΑΡΜΕΝΙΑΣ, i. Δευτέραν δέ ἐτάξαμεν ’Aρμενίαν τὴν ἔμπροσθεν πρώτην καλουμένην. ἡς ἡγεῖται Σεβάστεια, πόλεις αὐτῇ προσνείμαντες τήν τε τῶν Σεβαστοπολιτῶν ᾖν καὶ πρό-τερον εἶχε, καὶ πρός γε Κόμανά τε ἐκ τοῦ καλουμένου πρώην Πολεμωνιακοῦ Πόντου καὶ Ζήλαν ἐκ τοῦ Έλενοπόντου, καὶ μὴν καὶ Βρίσαν,... ii. Έπὶ τούτοις τε τρίτην ’Αρμενίαν κατεστησάμεθα τὴν πρότερον δευτέραν, ᾖς ἡγεῖται Μελντηνὴ πόλις ἀρχαία... ». Pour la transformation administrative de Maurice, après le nouveau partage de 591 qui repoussait la frontière impériale encore plus loin à l’est le long d’une ligne allant de l’extrémité nord-est du lac de Van à l’ouest de la ville de Duin, et qui faisait de Mélitène la métropole de l’Arménie I : voir l’historien arménien du xe siècle, JD, xvi ( = JD-M, p. 94) dont la source pour ce passage est inconnue (cf. JD-M, p. 250, §42-51) ; et Goubert, Byzance, p. 296, qui note plusieurs erreurs dans le texte de Yovhannēs. Néanmoins, les Notitiae episeopatuum, s’accordent avec l’information de Yovhannēs (voir ci-dessous, n. 14). Van Esbroeck, Naissance, p. 185-188, observe ce commentaire du catholicos mais ne précise pas suffisamment le sens du toponyme « Grande Arménie ». Cf. aussi Hewsen, Geography, p. 18-19 avec les cartes, p. 22-23 et ci-dessous les notes 13-14.

12 Voir ci-dessus n. 5 et les deux notes suivantes.

13 Voir ci-dessus n. 5. Les listes conciliaires sont en général conservatrices, mais souvent plus précises que les Notitiae episcopatuum pour les époques contemporaines (voir la note suivante). Au concile de Constantinople I de 381, les deux évêques, Otreius de Mélitène et Otreius d’Arabissos, sont encore identifiés comme représentants de l’« ’Αρμενίας μικρãς » puisque la division de cette province n’avait pas encore eu lieu : Turner, Constantinople, p. 169a ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 262 et n. 49. Nous sommes très mal renseignés à ce sujet par les listes du concile d’Éphèsel de 431, où Acace de Mélitène signe simplement comme évêque de « Μελιτηνῆς ’Αρμενίας », sans aucune indication de province : ACO I. i. 2, p. 3 et passim. Aucun représentant de Sébaste ne semble avoir été présent. Par contre, au concile d’Éphèse II de 449 (Latrocinium), Jean de Sébaste signe pour l’Arménie I avec son suffragant Jean de Nikopolis « ’Αρμενίας πρώτης » : ACO II. i. I, p. 78, 79, etc., tandis qu’Acace « Άριαραθείας δευτέρας ’Αρμενίας » signe au nom de son métropolite Constantin de Mélitène : ACO II. i. 1, p. 79 ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 267 et n. 67-68, pour les variantes. De même à Chalcédoine, nous retrouvons Constantin de Mélitène et son suffragant Herakleios de Komana, tous deux d’Arménie II, et Jean de Sébaste ne peut être que celui de 449, bien qu’il n’indique pas sa province en 451 : ACO II. i. I, p. 56, 60, etc., cf. Garsoïan, Precisions I, p. 68-70 et n. 71-81. Au synode de juin 536, Auxentios signe toujours comme « ἐπίσκοπος τῆς Σεβαστιανῶν μητροπόλεως τῆς πρώτης ’Αρμενίας ἐπαρχίας », bien que son collègue Mamas de Mélitène ne donne pas sa province : ACO III, p. 114, cf. Garsoïan, Precisions I, p. 278 et n. 118. Enfin, en 553, au concile dit des Trois Chapitres, la situation s’obscurcit, car les deux métropolites sont identifiés uniquement comme, « Melitenae » et « Se-bastiae Armeniae ». Néanmoins, Théodore de Comana (Χρυσῆ), un des suffragants de Mélitène, signe invariablement comme « episcopus Comansium civitatis secundae Armeniae provinciae » : ACO IV. i, p. 230 ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 279-280 et n. 129. L’ancien ordre disparaît avec le viie siècle. Au concile de 680, Théodore signe maintenant comme « ἐπίσκοπος Μελιτηνῆς μητροπόλεως τῆς πρώτης τῆς ’Αρμενίας ἐπαρχίας » et Théodose comme « ἐπίσκοπος Θεβαστιῶν (sic) μητροπόλεως τῆς δευτέρας τῆς ’Αρμενίας ἐπαρχίας » : Mansi XI, col. 644, 653, tout comme Grégoire d’Arkè « τῆς πρώτης τῆς ’Αρμενίων ἐπαρχίας » (ibid., col. 649), une ville que le Synekdèmos, § 703, 8, p. 37 continue à attribuer à l’Arménie II, alors que la Novelle XXXI de Justinien l’avait transférée avec Mélitène en Arménie III. Au concile Quinisexte de 692, le métropolite de Sébaste signe pour l’Arménie II, tandis que les deux suffragants de Mélitène, Georges d’Abramiassou (pour Arabissou) et Jean de Koukousos signent au nom de l’Arménie I : Mansi XI, col. 989, 1000. Le concile de Ni-cée II ne révèle rien directement sur les deux métropoles, mais le suffragant de Sébaste, l’évê-que de Nikopolis, y figure comme faisant partie de l’Arménie II : Mansi XIII, col. 723. Enfin, une mystérieuse seconde Arménie II avec la métropole de Herakleioupolis/Pédachthoé, que nous retrouvons aussi dans les Notitiae episcopatuum (voir la note suivante), fait son apparition en 680 et probablement en 787 : Mansi XI, col. 647 ; XIII, col. 725.

14 Sans entrer dans les multiples problèmes bien connus concernant les Notitiae episcopatuum qui ne nous touchent pas directement, qu’il suffise de noter ici que la plus ancienne, attribuée à tort à Épiphane de Chypre au ive siècle, date en fait du règne d’Héraclius : Darrouzès, Notitiae, p. 7 (qui nous servira d’ouvrage de référence). Seule la Notitia 6, p. 267, 1.11 et 13, donne l’ancienne nomenclature, avec Sébaste dans l’« ἐπαρχία ’Αρμενίας β’ » et Mélitène dans l’« ἐπαρχία ’Αρμενίας β’ ». La Notitia 20 (très tardive), p. 416, 1. 11 et 13, répète « ὁ Μελιτηνῆς δευτέρας ’Αρμενίας », mais donne pour Sébaste « Σεβαστείας πάσης ’Αρμενίας », ce qui n’a jamais été le cas. La Notitia 3, p. 232, 1. 58 (voir p. 23), déplace pour une raison inconnue Euchaïta, la métropole de l’Hellenopont en Arménie I et omet Mélitène. Dans plusieurs cas les deux métropoles sont simplement situées en Arménie sans indication de province, mais dans les Notitiae 1, 2, 3 (Sébaste seulement), 4 et 5, l’ordre administratif de Maurice : « ια’ ἐπαρχία ’Αρμενία B' ὁ Σεβαστείας... ιγ' ἐπαρχία ’Αρμενίας Α’ ὁ Μελιτηνῆς » est préservé : p. 204, 1. 16, 18 ; p. 208, 1. 202 ; p. 209, 1. 216 ; p. 216, 1. 15, 17 ; p. 222, 1. 261 ; p. 223, 1. 274 ; p. 231, 1. 36 ; p. 237, 1. 321 ; p. 249, 1. 16, 18 ; p. 254, 1. 217 ; p. 255, 1.230 ; p. 264, 1. 11, 13. De même pour leurs suffragants, ceux de Sébaste : Sébastoupolis, Nikopolis, Satala, Koloneia, Berissa sont placés en Arménie II : p. 208, 1. 203-204 ; p. 222, 1. 262-266 ; p. 237, 1. 322-326 ; p. 254, 1. 218-222 ; p. 277, 1. 258-261 ; p. 298, 1. 156-160 ; p. 315, 1. 173-177 ; p. 357, 1. 173-176 (avec une ou deux omissions) ; ceux de Mélitène : Arkè, Koukousos, Arabissos, Ariaratheia, Komana sont placés en Arménie I : p. 209, 1. 217-222 ; p. 223, 1. 275-278 ; p. 255, 1. 231-235 ; p. 278, 1. 269-273 ; p. 299, 1. 169-173 ; p. 316, I. 202-206 (où Mélitène et ses suffragants sont placés en Arménie II) ; p. 357, 1. 189-194 (avec des omissions et plusieurs additions). L’archevêché de Herakleioupolis / Pédachthoé au nord de Sébaste représenté aux conciles de 680 et 787 (voir la note précédente) figure également dans les Notitiae où il fait parfois partie d’une seconde Arménie II : p. 206, 1. 71 ; p. 218, 1. 75 ; p. 233, 1. 83 ; p. 251, 1. 73 ; p. 266, 1. 76 ; p. 294, 1. 103 ; p. 345, 1. 123 (et p. 126) ; p. 351, 1. 120 (et p. 133) ; p. 377, 1. 105 ; p. 385, 1. 150 ; p. 403, 1. 131. Cf. F. Cumont, L’archevêché de Pé-dachtoé et le sacrifice du faon, Byz. 6, 1931, p. 521-533. Pour les autres évêchés « arméniens » : voir ci-dessous p. 244-245 et n. 24-27.

15 Aed., III. i. 17 : « τῇ δὲ ἄλλῃ ’Αρμενία, ἡπερ ἐντòς Εὐφράτου ποταμοῦ οὖσα διήκει ἐς ’’Αμιδαν πόλιν, σατράπαι ἐφειστήκεισαν ’Αρμένιοι πέντε, καὶ κατά γένος μεν ἐς ἀεὶ ἐς τάς ἀρχάς ἐκαλοῦντο ταύτας, ἐχόμενοι αὐτῶν ἄχρι ἐς θάνατον ».

16 Aed., III. iii. 9 : « ’Eκ δὲ Κιθαρίζων ἐς τε Θεοδοσιούπολιν καὶ ’Aρμενίαν τὴν ἑτέραν ἱόντι χορζάνην μὲν ἡ χώρα καλεῖταιῃ. III. iv. 1 : ὃσα δὲ αὐτῷ [Justinien] ἐπὶ τῆς ἄλλης ’Αρμενίας διαπεπόνηται ἐρών ἔρχομαι. Σάταλα πόλις... ».

17 Aed., III. iv. 15 ; cf. Pers., I. xvii. 24. Il est possible que « Osrhoène » soit un lapsus calami de copiste pour « Orsène » en Petite Arménie (Ptolémée, V. v) comme le suggère Jones, CERP, p. 428, n. 46, et cartes II, p. 28 ; IV, p. 215, mais il n’y en a aucune trace dans l’apparat critique.

18 Nov. XXXI. i : « Τοιγαροῦν τέσσαρας εἶναι πεποιήκαμεν ’Αρμενίας- τὴν μὲν ἐνδοτάτην, ᾖς ἡ μητρόπολις τῇ τῆς εὐσεβοῦς ἡμῶν προσηγορίας ἐπωνυμίᾳ κατακεκόσμηται πρό-τερον Βαζανὶς ἢτοι Λεοντόπολις καλουμένη,... καὶ πόλεις αὐτῃ δεδώκαμεν Θεοδοσιούπολίν τε, ἣν καὶ πρότερον εἶχε, Σάταλάν τε καὶ Νικόπολιν καὶ Κολώνειαν ἐκ τῆς πρώην πρώτης ’Αρμενίας καλουμένης λαβόντης, Τραπεζοῦντά τε καὶ Κερασοῦντα ἐκ Πόντου τοῦ πρώην Πολεμωνιακοῦ καλουμένου » ; cf. Aed., III. ν. 13-15 : « ’Eς μέντοι τὰ Βιζανὰ οὐδὲν εἲργασται τῷ βασιλεῖ τούτῳ ἐξ αἰτίας τοιᾶσδε. κεῖται μὲν ἐν τῷ ὁμαλῷ τò χωρίον, πεδία τε ἀμφ’ αὐτò ἐπὶ μακρòν ἱππήλατά ἐστιν, ὕδατος δὲ σηπεδόνες πολλαὶ ξυ-νισταμένου ἐνταῦθά εἰσι. καὶ ἀπ’ αὐτοῦ τοῖς μέν πολεμίοις ἐπιμαχώτατον, τοῖς δὲ οἰκή-τορσι λοιμωδέστατον αὐτò ξυμβαίνει εἶναι, ὧν δὴ ἕνεκα τò χωρίον τοῦτο ὑπεριδὼν ἐτέρωθι πόλιν ἐδείματο αὐτοῦ βασιλέως ἐπώνυμον, ἀξιολογωτάτην τε καὶ ἄμαχον ὃλως ἐν χωρίῳ Τζουμινᾷ καλουμένῳ, ὅπερ σημείοις μὲν τρισὶ Βιζανῶν διέχει, ἐν κρημνώδει μάλιστα κείμενον εὐεξίας ἀέρων εὖ ἔχει... » ; cf. Adontz, Armenia, p. 116-117. L’objection de Hewsen, Geography, p. 18 n. 81, ne justifie nullement l’erreur de la Novelle, répétée par Stein, Bas-Empire II, p. 289-290 et n. 5 et 1.

19 Voir ci-dessus n. 15.

20 CJ, I. xxix, 5 : « gentes : Anzetenam videlicet : Ingilenam, Asthianenam, Sophenam, So-phanenam in qua est Martyropolis, Balabitenam ». Nov. XXXI. i : « Συνεστησάμεθα δὲ καὶ τετάρτην ’Aρμενίαν... τῶν τε ἐθνῶν... Τζοφανηνή τε καὶ ’Aνζητηνὴ ἢ Τζοφηνὴ καὶ ’Aσθιανηνη ἢ καὶ Βαλαβιτηνὴ καλουμένη καὶ ὑπò σατράπαις οὖσα... καὶ πόλιν τε αὐτῇ τὴν τῶν Μαρτυροπολιτῶν καὶ τò Κιθαριζòν δόντες φρούριον. » Ceci est la version de l’édition R. Schoell et G. Kroll du Corpus Iuris Civilis, Berlin 18992, III, p. 237. Adontz, Armenia, p. 26 (où une coquille donne malheureusement une seconde Sophanène au lieu de la Sophène) et p. 386 n. 2, propose de corriger cette version en omettant comme des erreurs de copiste les deux ἢ entre l’Anzitène et la Sophène ainsi qu’entre l’Asthianène et la Balabitène, car elles établissent entre ces principautés des équivalences inadmissibles que Güterbock, Armenien, p. 30 et n. 3, avait remarquées de son côté et à cause desquelles il estimait que seul le texte du Code était acceptable. La version de la Novelle pose des problèmes dans ce passage, mais il ne fait aucun doute que l’Ingilène n’y figure pas.

21 Adontz, Armenia, p. 35-36 ; Toumanoff, Studies, p. 136-137, 166-172 et n. 98.

22 Adontz, Armenia, p. 27-28, 32-35.

23 Petrus Patricius, frag. xiv : « τὴν ’Iντιληνὴν [pour ’Iγγιληνὴν] μετὰ Σοφηνῆς καὶ ’Aρζανηνὴς μετὰ Καρδουηνῶν καὶ Ζαβδικηνῆς » ; les trois dernières furent rétrocédées à la Perse en 363, AM, XXV. vii. 9 : « quinque regiones Transtigritanas : Arzanenam et Moxoe-nam, et Zabdicenam, itidem Rehimenam et Corduenam ». De même les sources arméniennes omettent souvent tantôt l’Anzitène tantôt l’Ingilène, ainsi Aa, § 795, p. 332, 1. 3-334, 1. 5 ; Vg, § 98, p. 72-73 ; BP, III. ix, xiv et IV. iv, 1 parle de l’Anzitène, mais également V. vii de l’Ingilène/Angeł-tun. Cf. Toumanoff, Studies, p. 170-171.

24 ACO III, § 22, p. 28 : « Εὐσεβίου Καράνων ἐπαρχίας Περσαρμενίας » ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 278 et n. 121.

25 ACO III, § 25, p. 28 : « Κυριακοῦ Σωφανηνῆς ἐπαρχίας ’Αρμενίας πρώτης » ; § 82, ρ. 118 : « Κυριακòς ἐλέει θεοῦ ἐπίσκοπος τῆς Σοφηνῆς ἐπαρχίας » ; et de même §67, p. 185. Les Satrapies de Sophène et de Sophanène avaient été attribuées à l’Arménie IV par la réforme de Justinien (voir ci-dessus n. 20) et elles figuraient dans les deux Arménies IV de Georges de Chypre, comme nous le verrons plus bas (p. 248 et n. 41), mais elles n’avaient fait partie d’aucune Arménie I, ni avant ni après Justinien ni sous la réorganisation de Maurice ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 278 et n. 104, 120.

26 Mansi XI, col. 613 : « Γεωργίου ἐπισκόπου Δαρανάλεως ἢτοι τῶν Καμάχων » ; col. 645 : « Γεώργιος ἐλέῷ θεοῦ ἐπίσκ. τοῦ κλήματος Δαρανάλεως τῆς μεγάλης ’Αρμενίας », mais la version latine donne : « Georgius misericordi Dei episcopus territorii Daranayensis (G Dara-nalensis) seu Analibla magnae Armeniae regionis » ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 81 et n. 133. Voir aussi ci-dessous p. 252-254 et n. 57-70 pour le sens du toponyme « Grande Arménie ».

27 Mansi XI, col. 997 : « Καλλίνικος... ἐπίσκοπος τῆς Κωλωνειατῶν πόλεως τῆς μεγάλης ’Αρμενίας χώρας. Φώτιος... ἐπίσκοπος Νικοπολιτῶν φιλοχρίστου πόλεως τῆς μεγάλης ’Αρμενίων ἐπαρχίας. Γρηγόριος... ἐπίσκοπος ’Iουταλέων [pour Σαταλέων] πόλεως τῆς μεγάλης τῶν ’Αρμενίων ἐπαρχίας ». Cf. Notices 1, p. 64, 1. 227-232 et 3, p. 232, 1. 58, pour Euchaïta.

28 Mansi XI, col. 1005 : « Μαριανòς... ἐπίσκ. Κιθαρίζων τῆς πρώτης τῶν ’Αρμενίων ἐπαρχίας » ; cf. Aed., III. iii. 7 : « ’Eν δὲ τῷ Κιθαρίζων χωρίῳ, ὃπερ ἐπὶ ’Ασθιανίνης τῇ καλουμένης έστί, φρούριον... » et ci-dessus n. 20 pour l’attribution de l’Asthianène avec la forteresse de Kitharizon à l’Arménie IV par la réforme de Justinien.

29 ACO IV. i, p. 7, § 131 clxxviiii: « Cyrione reverentissimo episcopo Dadimorum », cf. p. 23, § 131; p. 36, § 180; p. 42, § 131; p. 207, § 130 cxxvii; p. 230, § 135. En 692, Mansi XI, col. 992: « ’Ηλίας ἐπίσκοπος Δαδίμων μητροπόλεως τῆς ∆ ’Iουστινιανῆς »; cf. Jones, CERP, p. 445-446, n. 15 et Garsoïan, Precisions I, p. 280-281 et n. 131, 134. Dadimon ne figure pas dans les Notitiae.

30 Pour Amida, voir Garsoïan, Precisions I, p. 263, 267, 274, 276, 279. Ci-dessus n. 20 pour la législation de Justinien et Aed., III. ii. 1, pour la présence d’un des ducs militaires à Martyropolis.

31 Il est temps de corriger une fois pour toutes deux erreurs, qui réapparaissent encore parfois, sur la date de la fondation et le site de Théodosioupolis. La première est fondée sur le texte de Procope, Aed., III. i. 11 : « Θεοδόσιος τότε ’Αρκαδίου παῖς ὢν κομιδῇ ’Ρωμαίων ᾖρχε », et sur la version fantaisiste de MX, III. lix ( = MK, p. 331-332) qui attribue la construction de la ville au magister militum per Orientem de Théodose II, Anatolius ; cf. par exemple Adontz, Armenia, p. 115 ; Manandian, Trade, p. 88, qui ajoute « (II) » dans sa citation de Procope ; Thomson, MK, p. 331 n. 6, etc. La fondation de la ville remonte à Théodose Ier et non à Théodose II, comme Güterbock, Armenien, p. 14 l’a bien démontré. Le texte de Procope cité plus haut contient une erreur flagrante, puisqu’il ne se rapporte pas directement à la fondation de la ville mais au partage du royaume d’Arménie, qui avait eu lieu vers 387 et non sous le fils d’Arcadius (voir ci-dessus n. 1). D’ailleurs, le passage de Procope cité par Manandian, Pers., I. x. 18, concerne bien plus naturellement Théodose Ier que son petit-fils : « καὶ πόλιν δὲ ἂλλην ταύτῃ ὁμοίαν ἐν ’Aρμενίοις ὁ βασιλεὺς οὗτος ἀγχοτάτω έδείματο τῶν Περσαρμενίας ὁρίων, ἣ κώμη μὲν ἐκ παλαιοῦ ἐτύγχανεν οὖσα, πόλεως δὲ ἀξίωμα μέχρι ἐς τò ὄνομα πρòς Θεοδοσίου βασιλέως λαβοῦσα ἐπώνυμος αὐτοῦ ἐγεγόνει » et de même le commentaire de Aed., III. v. 4-6 : « ’Αναστάσιος... αὐτοκράτωρ... τò μὲν αὑτοῦ ὄνομα τῇ πόλει ἀφῆκεν, ἐξίτηλον δέ τò Θεοδοσίου ποιεϊσθαι του πρότερον οἰκι-στοῦ ήκιστα ίσχυσεν, έπεί νεοχμοϋσθαι μέν τα καθωμιλημένα τοῖς ἀνθρώποις ἐς ἀεὶ πέ-φυκεν, ὀνομάτων δὲ τῶν πρόσθεν μεθίεσΟαι οὐκ εὐπετῶς ἔχει ». Plus péremptoirement, la Narratio, qui distingue parfaitement « ὁ μέγας Θεοδόσιος » (§5. 13, p. 27-28) de « ὁ μικρòς Θεοδoσίος » (§ 30, p. 30), précise catégoriquement : « ’Eν ταῖς ἡμέραις αὐτοῦ διῃρέθησαν οἱ ’Αρμένιοι, ὃτε καὶ ἡ Θεοδοσιούπολις ᾠκοδομήθη, (5) ἣτις ᾖν ποτε κατὰ τò ἀρχαῖων κώμη λεγουμένη Καλὴ ’Aρχη.... (9) Ταύτην... ὁ μέγας Θεοδόσιος Οεασάμενος καὶ ἡσΟεὶς κτίζει περίφημον πόλιν καὶ μετωνόμασεν αὐτὴν Θεοδοσιούπολιν » (§ 4, 5, 9, ρ. 27) ; voir aussi le commentaire de Garitte, p. 64-73. MX, lix ( = MK, p. 332) connaît lui aussi la tradition selon laquelle le site de la nouvelle ville avait été choisi à cause des eaux agréables qui s’y trouvaient. Quant à la logique qui consiste à construire une forteresse à une frontière au moment de la création de cette dernière, elle est évidente.
D’autre part l’identification de Théodosioupolis avec l’ancienne nécropole royale des Arsacides arméniens, Ani-Kemax (BP, IV. xxiv = BP-G, p. 157), suggérée par Ramsay, Geography, p. 306, 326, 448 (et reprise par Jones, CERP, p. 2 24-225, 445 n. 15) et qui – il l’admet lui-même – ne repose sur aucune preuve tangible, est contredite par le deuxième passage de Procope cité ci-dessus dans lequel Théodosioupolis est située exactement à la frontière, tandis qu’Ani-Kemax se trouve bien à l’ouest de Théodosioupolis dans la région d’Erzincan. La tradition arménienne citée ci-dessus est également unanime pour placer Théodosioupolis sur le site de Karin (mod. Erzurum). Il est possible que cette erreur dérive de l’importance au Moyen âge du siège de Kamachos qui se retrouve dans toutes les Notices de 9 à 20 (excepté 16). Voir ci-dessus n. 26, 34. Même dans la seconde moitié du xviie siècle, le « métropolite de Kamachos » figure toujours comme « προστατεύων de Théodosioupolis » : N. Bees, Sur quelques évêchés suffragants de la Métropole de Trébizonde, Byz. 1, 1924, p. 119, 123-124. Néanmoins, aucun de ces renseignements n’autorise à déplacer Théodosioupolis / Karin du site actuel d’Erzurum.

32 ACO II. ii. 1, p. 149, § 24 ; II. iii. l, p. 132, § 24. Cf. Garsoïan, Precisions I, p. 266 et n. 64-65.

33 ACO II. i. 2, p. 150 [346], § 296 ; II, i, 3, p. 94 [453], § 181 : « Μανασσής επίσκοπος Θεοδοσιουπόλεως τῆς μεγάλης ’Αρμενίας ὁρίσας ὑπέγραψα χειρὶ ἐμῆι » ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 272 et n. 94 pour les variantes.

34 Pour l’importance militaire de Théodosioupolis et le quartier général du magister militum, cf. Aed., III. v. 1-12. Le diocèse de Justinianoupolis fait son apparition en 553 au Concile des Trois Chapitres, ACO IV. i, p. 226, § 35 : « Georgius Iustinianopolitanorum civitatis magnae Armeniae provinciae episc », cf. p. 5, § lviii ; p. 22, § 59 ; p. 34, § 58 ; p. 41, § 59 ; p. 205, § 59. Le siège est représenté en 680 par « Θεόδωρος... τῆς ’Iουστινιανουπολιτῶν πόλεως ἢγουν τοῦ κλήματος ’Εκελεντζινῆς » (Mansi XI, col. 613, 645). Le diocèse de Kamachès ou Kamachos apparaît en 692 au Concile Quinisexte : « Γεώργιος ἑπίσκοπος Καμάχης τῆς μεγάλης τῆς ’Αρμενία χώρας » (Mansi XI, col. 993). Ce siège fait également une longue carrière dans les Notitiae, comme métropole et souvent avec celui de Keltzènè : 7, 9-15, 17-20, p. 272, 1. 46 ; p. 305-306, 1. 534-539, 562 ; p. 331, 1. 640-648 ; p. 333, 1. 677 ; p. 334, 1. 689 ; p. 335, 1. 696 ; p. 336, 1. 702-729 ; p. 339, 1. 803-804 ; p. 343, 1. 57 ; p. 346, 1. 141-142 ; p. 349, I. 46 ; p. 365, 1. 704 ; p. 365, 1. 705-714 ; p. 366, 1. 749 ; p. 370, 1. 799 ; p. 376, 1. 54 ; p. 381, 1.46 ; ρ ; 381, 1.55 ; p. 397, 1.59 ; p. 398, 1.67 ; p. 407, 1.59, 67 ; p. 413, 1.63, 74 ; p. 416, 1. 34 ; Voir aussi ci-dessus n. 31 in fine.

35 Lettre de Jean Mayragomec’i dans Narratio, p. 247 et le commentaire de Garitte, p. 247-251. Cf. p. 250 pour le passage de l’historien arménien du xiiie siècle, Step’annos Ōrbelean qui fait venir l’antipatriarche chalcédonien Jean de « T’ēodupolis ».

36 Narratio, § 121, p. 43 : « Καὶ ἐν τῷ δ’ ἔτει τῆς τελευτῆς Χοσρόου καὶ τῷ κγ ’ ἔτει τῆς βασιλείας ’Hερακλείου, ἐλΟών ἐν τῇ Μεγάλη ’Αρμενία, ἐκέλευσε σύνοδον γενέσθαι μεγάλην ἐκ πάντων τῶν ἐπισκόπων καὶ διδασκάλων σὺν τῷ καθολικῷ ’Έσδρα καὶ πᾶσι τοῖς Άζατοῖς ἐν Θεοδοσιουπόλει », avec le commentaire de Garitte, p. 302-311. L’historien Movsës Kalankatuac’i note même deux conciles à « T’ëodosiopolis » à cette époque (MKał. xlviii, p. 175).

37 Notitia I, p. 206, 1. 73 et 76 : « ἐπαρχία Καππαδοκίας μητρόπολις Καισαρεία ἔχει ὑπ’ αὐτὴν πόλεις ἢτοι ἐπισκοπάς ε’, οἷον... (76) τòν Θεοδοσιουπόλεως ’Αρμενίας ». L’énu-mération des diocèses suffragants de la métropole de Sébaste suit de près. Cette étrange qualification de Théodosioupolis continue à être répétée dans les Notitiae postérieures, 2-4, 7, etc., p. 219, 1.91 ; p. 33, 1.98 ; p. 251, 1.85 ; p. 274, 1.109 ; etc. Ramsay, Geography, p. 384, estime que c’est là un des rares exemples de l’abandon de l’ordre géographique dans les divisions ecclésiastiques à Byzance. Un souvenir confus d’un rapport de Césarée de Cappadoce avec une province d’Arménie III, autrement inconnue dans la réorganisation de Maurice, perce parfois dans les sources arméniennes. JD, xvi : « Alors l’empereur Maurice [Morik] fit avec arrogance des changements dans les noms des pays que notre propre Aram avait ordonnés. D’abord, il nomma Arménie II l’Arménie originellement appelée première et dont Se-bastia est la métropole, Arménie II. Quant à la Cappadoce, dont la métropole est Césarée et qui se nommait auparavant Arménie II, il l’appela Arménie III et en fit une Epark’i. Pour ce qui est de Mélitène, qui a des provinces du même nom et forme l’Arménie III, il l’appela Arménie I... Il enregistra la soi-disant quatrième Arménie, dont la métropole est Martyropolis c’est-à-dire, Np’rkert, dans les archives impériales comme Yustinianunist. Se tournant vers le pays de Karin, dont la métropole est T’ëodupolis, il en appela une grande partie, Grande Arménie. Quant à la portion de la Grande Arménie restée aux mains des Romains, de la région de Basean jusqu’à la frontière de l’Assyrie [Asorestan], il l’appela ’Grande Arménie’. » Le passage est évidemment corrompu, et le terme grec rendu par epark’i est un hapax en arménien qui ne se trouve dans aucun dictionnaire. Cependant, une certaine mémoire des anciennes divisions de l’Arménie impériale y surnage, à côté de renseignements parfaitement inconnus sur la Cappadoce, qu’elle soit Arménie II ou III. La Géographie arménienne semi-fictive du viie siècle conserve elle aussi dans certaines versions un vague souvenir d’une Arménie III au sud-ouest de l’Arménie I : Hewsen, Geography, p. 16-17, 24-27. Maheureusement, ces renseignements sont bien trop confus, et dans le cas de JD, trop tardifs, pour permettre la moindre conclusion.

38 Avant même l’Armenia minor, la Cappadoce voisine avait été divisée par Valens en 371. D’autres provinces, telles le Pont, la Galatie, la Lykaonie, etc. avaient également été divisées à l’époque : Malalas, xiii-xiv.

39 Voir ci-dessus, n. 11, 18.

40 Voir ci-dessus p. 240-241 et n. 9.

41 Georges De Chypre, dans Synekdèmos, § 909-911, mais pas Hieroklès, attribue Mar-tyropolis, c’est-à-dire la Sophanène, à la Mésopotamie Supérieure, à laquelle il donne aussi le nom d’Arménie IV (ἐπαρχία Μεσοποταμίας ἂνω ἢτοι Δ′ ’Αρμενίας), avec Amida pour métropole. Tandis que la Sophène (§ 958), l’Anzitène (§ 959), la Balabitène (§ 962) et l’Asthianène (Άστιανικῆς) (§ 964), ainsi que la forteresse de Kitharizon (§ 953) sont toutes attribuées à l' « autre Arménie IV » (επαρχία Δ Αρμενίας ἄλλης), avec Dadimon comme métropole à l’époque (Δαδίμον νῦν μητρόπολις), une glose que l’éditeur Honigmann, p. 65 [945-965], estime avoir été ajoutée plus tard par le moine arménien Basile de Ialimbana, qu’il date du ixe siècle (ibid., p. 49). La date de Basile et les deux Arménie IV de Georges de Chypre ont soulevé de nombreuses discussions, par exemple Jones, CERP, p. 514-521 ; E. Honigmann, Die Notitia von Basileios von Ialimbana, Byz. 9, 1934, p. 205-221 ; V. Laurent, La « Notitia » de Basile l’Arménien, ÉO, 34, 1935, p. 439-472 ; V. Grumel, La « Notitia » de Basile de Ialimbana, REB 19, 1961, p. 198-207 ; etc. Ce qui nous importe ici est la séparation de la Sophène/Martyropolis d’avec les autres Satrapies qui avaient composé l’Arménie IV de Justinien (voir ci-dessus n. 20). La Géographie arménienne du viie siècle donne elle aussi, dans ses deux recensions (longue et brève) de l’Arménie IV, les quatre Satrapies de Hieroklès et de Georges de Chypre mais elle omet comme eux la Sophène avec Martyropolis et ne mentionne pas l’Ingilène ; Hewsen, Geography, p. 59-59A, cf. p. 154-158.

42 Voir ci-dessus, n. 24-29, 40.

43 Not. Dig. Or., XXXVIII, p. 83-85 et notes, § 10 : « Sub dispositione viri spectabilis ducis Armeniae... » ; S 14 : « Praefectus legionis duodecimae fulminatae Melitene ». Il est donc probable que le quartier général du dux Armeniae était aussi à Mélitène, comme l’affirme Adontz, Armenia, p. 112, mais la mention du « duc de Mélitène » dans la Chronique de Josué Le Stylite, lii, ne l’identifie pas comme dux Armeniae et la situation militaire du début du vie siècle, à laquelle ce passage se rapporte, n’était plus la même que celle du IVe. La deuxième légion qui était sous le commandement du dux Armeniae, la XVa Apollinaris, (§ 13) se trouvait également en Arménie, à Satala. Mais la troisième, la Ia Pontica, (§ 16) stationnait à Trébizonde et les détachements à Chaszanenica, Pithiae, Valentia, Ysiporto, Caene, Parembole, Sebastopolis, Ziganne et Mochora (§ 31-38) se trouvaient tous en territoire pontique, cf. Not. Dig., Index geographicus, s. v. ; voir aussi A. Bryer, The Byzantine Monuments and Topography of the Pontos, Washington 1985, I, p. 257, 324-327, cf. p. 304 sur Mochora ; Jones, LRE I, p. 44. La Notitia 1, p. 212, 1.417, donne le diocèse de Ziganne comme suffragant de l’éparchie de Laziquc. Güterbock, Armanien, p. 28, affirme que la Grande Arménie impériale ne contenait pas de garnisons, mais la « Cohors quarta Raetorum Analiba », Not. dig. Or., XXXVIII, § 28, p. 84, se trouvait précisément dans cette région ; voir ci-dessus n. 26.

44 CJ, XII. lix. 10, § 5, datant de 471-472. Jones, LRE I, p. 224, considère que « their authority extended well into the centre of Asia Minor », mais le texte de l’édit ne dit rien à ce sujet.

45 CJ, I. xxix. 5 ; Aed., III. ii. vi : à Kitharizon et Martyropolis pour l’Arménie IV ; iii. 14 : à Artaleson en Chorzanène pour la « Grande Arménie » ; III. vi. 17, 26 : à Horonon et Tzantza-kon, pour le territoire des Tzanes ; cf. Stein, Bas-Empire II, p. 289-290.

46 Aed., III. iii. 9-13.

47 Garsoïan, Précisions III, p. 47 n. 37. La version syriaque des Actes du « Brigandage » d’Ephèse parle aussi d’une école arménienne à Édesse : Akten der Ephesinischen Synode vom Jahre 449, éd. I. Fleming, G. Hoffmann, Abhandlungen der königlischen Gesellschaft der Wissenschaften z.u Göttingen, Phil.-hist. Klasse, N.F. XV, n° 1, 1917, p. 25.

48 BP, IV. 1 ( = BP-G, p. 167) présente l’abandon du roi d’Arménie en 363 par ses grands vassaux, parmi lesquels il nomme plusieurs princes des Satrapies, comme une trahison de leur seigneur. La plupart de ces rebelles se tournèrent vers la Perse, mais le prince de Copʽkʽ / Grande Sophène et celui d’Anjit/Anzitène, « went to the king of the Greeks » ; cf. III. ix et V. xvi-xix ( = BP-G, p. 76-77, 201), pour la reconquête temporaire de ces territoires par les Arméniens vers 371 et pour l’identification de l’Angeł-tun/Ingilène comme un ostan ou domaine royal. Les deux recensions de la Géographie arménienne du viie siècle continuent à inclure la Haute Arménie avec le Daranalikʽ, l’Ekełeacʽ/Akilisène, l’Arménie IV, avec le Copʽkʽ, le Hašteankʽ/Asthianène, le Balahovit/Balabitène et l’Anjit/Anzitène dans la Grande Arménie : Hewsen, Geography, p. 59-59A. AM, XVIII. xx : « Erat eo tempore satrapa Cor-duenae, quae obtemperabat potestati Persarum, lovinianus nomine appellatus in solo Romano, adulescens nobiscum occulte sentiens ea gratia, quod obsidatus sorte in Syriis detentus,... », mais XXV. vii. 8 : « Quo temporis spatio,... si exabusus princeps paulatim terris hostili-bus excessisset, profecto venisset ad praesidia Corduenae, uberis regionis et nostrae,... » La double souveraineté sur les Satrapies et l’ambiguïté de leur loyauté n’a pas échappé à Güterbock, Armenien, p. 38-39, ni à Toumanoff, Studies, p. 170, mais seulement jusqu’en 363 ; et stein, Bas-Empire I, p. 80, 448-449 n. 73, etc.

49 ŁPʽ, I. xxxiv ; III. Ixxxiv, p. 64, 154 ( = ŁPʽ-T, p. 105, 213).

50 Garsoïan, Précisions III, p. 41-61.

51 ŁPʽ, I. xxiii, p. 44-45 ( = ŁPʽ-T, p. 82) ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 283 et n. 143.

52 Narratio, § 101-106, p. 40-41 : « Kαί πρoσέταaξεν ὁ βασɩλεὺς δɩὰ λραµµάτων πάντας τoὺς ἐπɩσκóπoυς ’Aρµενίων καί τòν καθoλɩòν Mωσήν... παραγενέσθαɩ εἰς Kωνσταντɩ-νoύπoλɩν. (102) ʽO δὲ καθoλɩκòς Mωσῆς oὐ πρoσέσχε τoĩς πρoσταχθεĩσɩ... (103)... oἱ ἐπίσκoπoɩ... ὄσoɩ ὑπῆρoν ὑπò τὴν Περσῶν ἐξoυσίαν, oὐκ ἠθέλησαν ἀπελθεĩν. (104) Oἱ δὲ ἐπίσκoπoɩ... ὄντες ὑπò τὴν ἐξoυσίαν τῶν ʽPωµαίων, ἀπῆλθoν εἰς Kωνσταντɩ-νoύπoλɩν,... (106) ʽYπoστρέѱαντες δὲ τῇ ’Aρµενίᾳ oὐκ έδὲχθησαν παρὰ τoῦ Mωσῆ καί τῶν λoɩπῶν ἐπίσκóπων τῶν ἐν Περσίδɩ καί ’Aρµενίᾳ. » Cf. p. 225-228, 241-246, pour le récit parallèle du catholicos ibère, Arsène Sapareli et le commentaire de Garitte ; voir aussi la note suivante.

53 Narratio, § 110-111, p. 41 : « ὄτε καί ὁ αἰρετɩκòς ’Aβραὰµ κατέστη καθoλɩκóς (111) καί τῶ αὑτῷ ἔτεɩ κατηνάγκασε τoὺς ἐπɩσκóπυς καί πρεσβυτέρoυς καί ἡγoυµένoυς ἀναθε µατίσαɩ τὴν ἐν Xαλκηδóνɩ σύνoδoν ἢ ἐκχωρῆσαɩ ἀπò τῆς χώρας » ; voir. p. 254-261. Le catholicos Abraham est naturellement traité d’hérétique par la Narratio chalcédonienne. La soumission des évêques dont les terres avaient été cédées par Xusrō II à Maurice en 591 se place après la reconquête de ces régions par la Perse, mais ce n’est pas le cas durant le pontificat antérieur de Moïse, dont les évêques sous la domination de l’empereur avaient vainement demandé à être reçus.

54 Aed., III. i. 18-23, cf. ci-dessus n. 15 pour le début de cette citation : « σύμβολα μέντοι αὐτών πρóς τοὺς ʽΡωμαίων βασιλέως ἐδέχοντο μόνον.... χλαμῦς ἡ έξ έρίων πεποιημένη,... χρυσῷ δὲ ἡ τῆς πορφύρας κατηλήλειτο μοĩρα, ἐφ’ ἧς εἴωθεν ἡ τῆς άλουργίδος ἐμβολὴ γίνεσθαι. περόνη χρυσῆ τῆ χλαμύδι έπέκειτο, λίθον έπὶ μέσης περιφράττουσά τινα ἔντι¬μον, ἀφ’ οὗ δὴ ὑάκινθοι τρεĩς χρυσαĩς τε καί χαλαραĩς ταἷς ἀλύσεσιν ἀπεκρέμαντο. χιτὼν ἐκ μετάξης ἐγκαλλωπίσμασι χρυσοĩς πανταχόθεν ὡραισμένος ἄ δή νενομίκασι πλούμια καλεĩν. ὑποδήματα μέχρι ἐς γόνυ φοινικοῦ χρώματος, ἃ δή βασιλέα μόνον ʽΡωμαίων τε καì ῶν ὑποδεĩσθαι θέμις. » Voir par exemple la mosaïque de Justinien et de sa suite dans l’église de San Vitale à Ravenne : A. Grabar, L’âge d’or de Justinien, Paris 1966, pl. 171, p. 159-160, pour les incrustations d’or et de pourpre dans les chlamydes, l’agrafe à trois pendentifs et les brodequins de pourpre.

55 Aed., III. i. 24-28, qui note l’exclusion de la principauté de Balabitène, « une province inférieure sans aucune importance », du châtiment de Zénon. güterbock, Armenien, p. 30-45 ; Adontz, Armenia, p. 84-89 ; Stein, Bas-Empire I, p. 80 ; II, p. 19 ; toumanoff, Stu-dies, p. 133-135, 166-176 ; Jones, CERP, p. 224-225 ; id., LRE I, p. 158, 229.

56 Güterbock, Armenien, p. 21-29, 34, est de l’avis que cette région ne formait pas une province, mais plutôt un territoire frontalier sans organisation fixe qui constituait un bastion contre les attaques ennemies. Elle aurait préservé son droit traditionnel et ses anciennes coutumes, mais son statut différait de celui des Satrapies autonomes. Adontz, Armenia, p. 89-91, estime que la région jouissait des privilèges des foederati et « consequently Interior Armenia was a country as free as the autonomous Satrapies ». Néanmoins (p. 93), il la place au niveau des civitates stipendiariae sans immunitas, à cause de la présence d’un gouverneur impérial, le comes Armeniae. Stein, Bas-Empire I, p. 528 n. 89* ; II, p. 289 n. 5, donne aux princes de l’ « Arménie Intérieure » le même statut juridique que celui des satrapes méridionaux. toumanoff, Studies, p. 133, 152, 193-195 n. 208, 214, considère aussi les principautés de l’ « Arménie Intérieure » comme des civitates foederatae et par conséquent immunes, tout comme leurs consœurs méridionales, mais il les distingue du territoire directement soumis à l’empire dans la même région et gouverné par le comes Armeniae résidant selon lui à Théo-dosioupolis. Jones, LRE, I, p. 229 et n. 26 doute que la fonction de comes Armeniae ait existé avant le règne de Zénon. A ce sujet, voir ci-dessous p. 254-255 et n. 74.

57 TOUMANOFF, Studies, p. 193. cf. ADONTZ, Armenia, p. 26.

58 Voir ci-dessus, p. 240 et n. 6, 18.

59 Nov. VIII : « ῍Ιδικτον... § 22 : ʽAπò τοῦ ὔρχοντος ’Αρμενίας δευτέρας... § 23 : ’Aπò τοῦ ἄρχοντος ’Αρμενίας μεγάλης... §43 : ’πò τοῦ άρχοντος Αρμενίας πρώτης... ».

60 Nov. XX. iii : « Ταὐτò δὲ τοῦτο καί ἐπì τοῦ τὴς Αρμενίας ἀνθυπάτου, ἐπειδή πρότερον ἀρχὴν αὐτὴν ὀρδιναρίαν ἔμβαθον ποιήσαντες νῦν οὐδἐν αὐτῇ προσθἐντες εἰς τò τῆς ἀν-θυπατείας μετηγάγομεν σχῆμα... » ; Nov. XXI : « ʽO αὐτòς βασιλεὺς ’Aκακίῳ τῷ μεγαλοπρεπεστάτῳ ἀνθυπάτω ’Αρμενίας », adressée au gouverneur de la nouvelle Arménie I de Justinien, englobant l’ancienne ἐνδοτάτη, dont Acace avait été nommé gouverneur avec le titre d’ἀνθυπάτος, quelques jours auparavant par la Novelle XXXI. Cf. aussi Nov. LXXIII : (Προοίμιον)... παράδοξον ἡμĩν ἐξ ’Αρμενίας ἀνέστη.... iii. Εἰ μἐντοι τοιοῦτό τι συμβαίη ὁποιον ἐπ’ ’Αρμενίας ἐγἐνειο... », etc. Cf. Ν. Garsoïan, Nersēs le Grand, Basile de Césarée et Eustathe de Sébaste, REArm. 17, 1983, p. 150-152 ( = Armenia between Byzantium and the Sasanians, Londres 1985, VII).

61 Pers., I. x. 18, Voir ci-dessus n. 31 pour le texte et la note suivante.

62 Voir la note précédente ainsi que Pers., I. xv. 20 : « ’Eκ τῶν ’Αρμενίας χωρίον ἐς Περ-σαρμενίαν ἰόντι ἐν δεξιᾷ μὲν ὁ Ταῦρος ἐστιν » ; I. x. 1 : «... ὁ Ταῦρος ἀμείβει μὲν τὰ πρώτα Καππαδόκας τε καὶ ’Αρμενίους καὶ τῶν Περσαρμενίων καλουμἐνων τὴν γῆν ». Procope distingue « Ναβέδης τηνικαῦτα ἐν Περσαρμενίοις τὴν στρατηγίδα ἔχωνῃ δε Βαλε-ριανόν τòν ἐν ’Αρμενίοις στρατηγòν » (Pers., II. xxiv. 6) ; cf. Pers., I. xii. 20 ; I. xv. 18, 26, 31 ; xvii 21 ; II. xxiv. 11-13 ; Goth., III. xxxii.1l ; IV. ii. 20, 26 ; viii. 21-22 ; Aed., III. vi.15. Il commence son récit de la refortification de Théodosioupolis par la phrase : « ὅσα δὲ οἰ ἐν ’Αρμενίᾳ τῇ μεγάλῇ πεποίηται ἐρῶν ἔρχομαι » (Aed., III. ν. 1) ; de même il parle des dispositions militaires prises par Justinien en « τῇ μεγάλῃ καλουμένη ’Αρμενίᾳ ». Le seul cas où il se serve de l’expression « Grande Arménie » pour désigner le royaume au-delà de l’Euphrate se rapporte à la période précédant le partage de 387 : Aed., III. i. 8. Il ne se sert jamais de l’expression « Armenia Interior ». Cf. Malalas, XVIII, p. 469, 1. 4-6 : « Δωρόθεος ὁ τῆς Αρμενίας στρατηλάτης...ἀπώλεσε Περσαρμενίους καὶ Περσάς ».

63 Voir ci-dessus n. 26-27, 33-34.

64 Hewsen, Geography, p. 59-59A et le commentaire p. 150. La Narratio se sert du toponyme « Μεγάλη ’Αρμενία » pour parler de la partie au-delà de l’Euphrate, mais c’est un texte écrit en Persarménie et datant probablement de la seconde moitié du viie siècle puisque la traduction grecque est d’environ 700 ; voir p. 357, 359-380, 382-394 pour la traduction et la date de la Narratio ; et ci-dessus n. 36 pour le texte.

65 Lat. Pol. Silv., p. 259, cf. Th. Mommsen, Polemii Silvii Laterculus, Abhandlungen der königlischen sächsischen Gesellschaft der Wissenschaften 3, 1857, p. 256 et Id., Verzeichniss der römischen Provinzen aufgesetzt um 297, ibid., 1862, p. 489. Cette date a été acceptée par la plupart des spécialistes, ainsi Adontz, Armenia, p. 386.

66 Lat. Ver., p. 248. Jones, LRE II, p. 1451, § 1 (cf. p. 1074 n. 9) suggère la date de 312-314; Id., The date and the value of the Verona list, JRS 44, 1954, p. 21-29.

67 Güterbock, Armenien, p. 24 ; Adontz, Armenia, p. 69-72.

68 Snekdèmos, § 1093-1094.

69 Synekdèmos, p. 1-7, 49-50 ; cf. ci-dessus n. 41.

70 Synekdèmos, § 1094.

71 Hewsen, Geography, § 19 « Colchis », § 21 « Albania », p. 57-57A; § ii « Fourth Arme-nia », p. 59A; § 26 « Mesopotamia », § 27 « Babylonia », p. 71A; etc.

72 Toumanoff, Studies, p. 193-194 et n. 209. BP, IV. xiv ( = BP-G, p. 139), donne Daranałē, Ekełeacʽ [Akilisène] et Copʽkʽ [Sophène] comme les régions dans lesquelles se trouvaient des domaines appartenant à la famille patriarcale de saint Grégoire l’Illuminateur. La région de Karin [Théodosioupolis] était probablement un domaine royal, puisque toute la cour s’y rendit pour célébrer le mariage des deux derniers jeunes rois : BP, V. xliv ( = BP-G, p. 228). Mais on objectera à Toumanoff que la ville de Karin n’existait pas avant le partage. Les sources Armeniennes parlent toujours de Karin comme d’une région à cette époque. Pers., I. v. 18, ne mentionne qu’un village à l’endroit où Théodose construisit une ville. Les Arsacides Armeniens évitaient généralement les villes et préféraient notoirement leur « camps royaux (banak arkʽuni) » : N. Garsoïan, « Tagaworanist kayeankʽ » kam « banak arkʽuni ». Les résidences royales des Arsacides Armeniens RÉArm. 21, 1988-1989, p. 251-270.

73 Voir ci-dessus n. 9. Stein, Bas-Empire I, p. 528 n. 89*, estime que les princes de « Grande Arménie » avaient le même statut judiciaire que les satrapes méridionaux.

74 Nous n’avons aucun renseignement sur le comes Armeniae, ni au sujet de la date de sa nomination ni au sujet de ses fonctions, en dehors de la mention de l’abolition de sa charge par Justinien, probablement en 528, au moment de la création du magister militum per Armeniam : « comite Armeniae penitus sublato » (CJ, I. xxix, 5 ; sans date, mais généralement accepté comme de 528) et d’un bref passage de Procope (voir la note suivante). Devant cette absence d’information, toutes les conclusions à son sujet restent nécessairement des conjectures. La plupart des spécialistes notent l’absence du comes Armeniae dans le catalogue des charges de la Not. dig., et sont donc d’avis que sa nomination a été postérieure à celle-ci : ainsi Güterbock, Armenien, p. 26-28 ; Adontz, Armenia, p. 94-96 ; Toumanoff, Studies, p. 193. Jones, LRE I, p. 228 ; II, p. 1112, suggère que la création d’un comes Armeniae ne date que de 488, après la répression de la révolte d’Illus, qui entraîna ses alliés, les satrapes, dans sa chute. Il note aussi à l’appui de sa thèse l’absence du comes dans la liste datant du règne de Léon, CJ, XII. lix. 10, § 5. L’affirmation de MX III. xlvi (= MK, p. 309) qu’après la mort du roi Aršak en Akilisène, « the Greeks appointed no more kings in their sector, but the valiant Gazavon was the presiding prince of that area and the Greeks appointed counts as governors of their part of the country », sur laquelle s’appuie Güterbock. Armenien, p. 21-22, ne repose sur aucune donnée et reflète une situation anachronique que Moïse lui-même place à tort à l’époque d’Arcadius ; cf. p. 308 et 309 n. 6 et ci-dessus n. 2. Vu le silence des sources officielles, une date tardive semble préférable.

75 Étant donné la carence de la documentation, tous les historiens hésitent avec raison sur les prérogatives du comes Armeniae. Le passage de Procope sur lequel se basent les thèses qui lui dénient toute juridiction militaire ne parle que de troupes régulières, Aed., III. i, 14-16 : «...ὁ ʽΡωμαίων βασιλεύς ἄρχοντα τοĩς ’Aρμενίοις ἀεì καθίστη ὄντινά ποτε καὶ ὁπηνίκα ἄν αὐτῷ βουλομένῳ εἴη. κομητά τε ’Αρμενίας ἐκάλουν καὶ ἐμέ τòν ἄρχοντα τοῦτoν. ’Aλλ’ ἐπεὶ ούχ οἴα τε ἦν ἡ τοιαύτη ἀρχὴ ἀποκροὐεσΟαι τὰς τῶν πολεμίων ἐφόδους, οὐ παρόντων αὐτῇ στρατιωτικῶν καταλόγων, κατανενοηκὼς ’Ιουστινιανòς βασιλεὺς οὕτως ἀτάκτως τὴν ’Aρ-μενίαν ἀεὶ φερουμένην, ταύτη τε τοĩς βαρβάροις εὐάλωτòν οὖσαν, ταύτην μὲν τὴν ἀρχὴν ἐνΟένδε καθεĩλε, στρατηγòν δὲ τοĩς ’Aρμενίοις ἐπέστησε, στρατιωτικῶν τε καταλόγων αὐτω κατεστήσατο πλῆθος ἀξιόχρεων ταĩς τῶν πολεμιων ἐπιδρομαĩς ἀντιτάξασθαι. » Gü¬terbock, Armenien, p. 27-28 et Adontz, Armenia, p. 94-96, lui donnent une position équivalente à celle d’un vicaire avec une large juridiction fiscale et judiciaire, à travers une comparaison avec les prérogatives du comes Orientis. Cependant, tout comme Toumanoff, Studies, p. 193 (bien qu’il note que Procope ne parle que de « regular troops », p. 195 n. 213), ils n’envisagent cette fonction que comme exclusivement civile. JONES, LRE I, p. 228, soutient la thèse que le comes Ameniae avait été nommé, « to take command of the local levies which protected the area [des Satrapies] », et il postule également que ces dernières étaient « subject to the military control of the comes Armeniae », ID., CERP, p. 224. Enfin stein, Bas-Empire I, p. 528-529 n. 89*, affirme, mais sans preuves à l’appui, que, « du point de vue militaire tous les satrapes furent subordonnés au aux (plus tard comes) Armeniae ».

76 Dans la Not. dig., tout comme à l’époque de Justinien, la hiérarchie civile des gouverneurs, vicaires et préfets du prétoire coexistait normalement avec celle des militaires qui aboutissait aux magistri militum. Si, comme on continue à l’affirmer, le comes Armeniae était l’équivalent d’un vicaire, sa présence n’aurait pas dû plus gêner le nouveau magister militum per Armeniam créé par Justinien en 528, que celle du comes Orientis ne gênait le magister militum per Orientem à côté duquel nous le trouvons dans la Not. dig. Or., VII, p. 19-22 ; XXII, p. 48-49 Cf. aussi, Malalas, XVIII, p. 429-430.

77 Voir ci-dessus la fin de la n. 43.

78 Voir ci-dessus n. 31. Toumanoff, Studies, p. 152 affirme que le comes Armeniae résidait à Théodosioupolis, mais nous n’avons aucun renseignement à ce sujet. C’est seulement le magister militum per Armeniam de Justinien qui en fit son quartier général et le bastion de la défense impériale dans le secteur septentrional : Aed., III. v. 12.

79 Pers., II. iii. 31-32, 35-39 : «...’Αρμένιοι... παρὰ τòν Περσῶν βασιλέα ἦλθον,... ἔλε-ξαν τοιάδε·Εἰσί μὲν ἠμῶν πολλοὶ ’Aρσακίδαι, ὦ δέσποτα,... ’Aρσάκου ἀπόγονοι... ’Aρ-σάκης γὰρ ὁ τῶν προγόνων τῶν ἡμετέρων βασιλεύς ὕστατος ἐξέστη τῆς ἀρχῆς τῆς αὐτοῦ Θεοδοσίῳ τω ’Ρωμαίων αὐτοκράτορι ἐκών γε εἴναι, ἐφ’ ᾧ δὴ ἅπαντες οἰ κατὰ γένος αὐτῷ μέλλοντες πάντα τòν αἰῶνα προσήκειν τά τε ἄλλα βιοτεύσουσι κατ’ ἐξουσίαν καὶ ὐποτελεĩς οὐδαμῆ ἔσονται » ; ceci fut observé selon eux jusqu’à la « paix éternelle » de 532, mais ensuite « ἡμĩν μὲν φόρου ἀπαγωγὴν ἔταξεν οὐ πρότερον οὖσαν ». Procope revient encore sur l’existence de conditions particulières qui accompagnèrent la soumission des princes Armeniens à l’empire dans Aed., III. 1.12 : « ’Aσάκης... ἐξέστη τῆς βασιλείας τῆς αὐτοῦ Θεοδοσίω τῷ αὐτοκράτορι ἐπί ξυνθήκαὶς τισίν... » Ces passages ont souvent été remarqués, mais il faut souligner que l’immunité fiscale ne s’appliquait qu’aux descendants du roi Aršak et non à toute la « Grande Arménie », et que ce sont eux qui vinrent se plaindre au roi des rois. Selon Adontz, Armenia, p. 97, l’imposition de l’impôt par Justinien aurait provoqué la révolte des princes Armeniens contre l’empire.

80 CJ, X. xvi. 13. Güterbock, Armenien, p. 27 n. 3 ; Adontz, Armenia, p. 93, 96 ; Voir aussi ci-dessous n. 88.

81 Voir ci-dessus n. 26-27, 32-34.

82 Voir ci-dessus n. 60 pour le texte de la Novelle XX ; Novelle XXXI. i : «... ἥνπερ (τὴν ἐνδοτάτην) καὶ ἀνθυπατείᾳ τετιμήκαμεν, ἧς ’Aκάκιος προέστηκεν ὁ μεγαλοπρεπέστατος, σπεκταβιλίαν τε ἀποφήναντες τὴν ἀρχὴν καὶ πάντα δόντες αὐτῇ ὁπόσα προσήκόν ἐστιν ἀνθυπατείαν ἔχειν. »

83 Malalas, XVII, p. 413 : « στεφθείς παρὰ ’Iουστίνου, βασιλέως ʽΡωμαίων, καὶ φορέσας στεφάνιον ʽΡωμαϊκòν βασιλικòν καὶ χλαμύδα ἄσπρον ὁλοσήρικον, ἔχον ἀντί πορφυροῦ ταβλίου χρυσοῦν βασιλικòν ταβλίον, ἐν ῷ ὑπῆρχεν ἐν μέσω στηφάριον ἀληθινόν, ἔχοντα τòν χαρακτῆρα τοῦ αὐτοῦ βασιλέως ’Iουστίνου, καὶ στιχάριον δὲ ἄσπρον παραγαύδιον, καὶ αὐτό ἔχον χρυσᾶ πλουμία βασιλικά, ὡσαύτῷς ἔχοντα τòν χαρακτῆρα τοῦ αὐτοῦ βασιλέως. τὰ γὰρ ζταγγία [sic], ὰ ἐφόρει, ἢν ἀγαγὼν ἀπò τῆς ἰδίας αὐτοῦ χώρας, ἔχοντα μαργαρίτας Περσικῷ σχήματι : ὁμοίως δὲ καὶ ἡ ζώνη αὐτοῦ ὐπῆρχε διὰ μαργαριτῶν. » (voir ci-dessus n. 54 pour la description de Procope). Agathias, III. xv. 2, donne une description légèrement différente mais remarque lui aussi les brodequins de pourpre, « πέδιλα τε κοκκοβαφῆ », et l’agrafe à pendentifs de pierres précieuses, « βασιλικòν δὲ καὶ τò ἐμπερόνημα τῆς χλαμύδος, λίθοις τε ἐκκρεμέσι καὶ τῇ ἄλλη κατασκευῇ διαπρέπον. » La description du Chronicon Paschale I, p. 614, se rapproche davantage de celle d’Agathias que de celle de Procope, mais les brodequins de pourpre ne manquent pas à l’appel : « τὰ γᾶρ τζαγγία αὐτοῦ ἢν ἀπò τῆς χώρας αὐτοῦ ῥουσαίας Περσικῷ σχήματι, ἔχοντα μαργαρίτα. » Theophanes I, ρ. 168, suit Malalas. Cf. Güterbock, Armenien, p. 34-35 ; Adontz, Armenia, p. 84-95 ; Toumanoff, Studies, p. 133-135, 171-174, 94 ; Stein, Bas-Empire 1, p. 80 ; Jones, LRE I, p. 228 ; id., CERP, p. 223-224, insistent tous sur l’autonomie totale des Satrapies, quoique les deux derniers les soumettent à la juridiction du comes Armeniae ; Voir ci-dessus n. 75.

84 Pers., I. xv. 19 : « ἐτύγχανον δὲ καὶ ὀλίγω πρότερον καταστρεψάμενοι τò Τζανικòν ἔθνος, οἳ ἐν γῇ τῇ ʽΡωμαίων αὐτòνομοι έκ παλαιοῦ ἵδρυντοη ; II. iii. 39 :...Τζάνους τοὺς ὁμορους ἡμῖν αὐτòνόμους ὄντας δεδούλωται, τῷ δὲ βασιλεῖ τῶν ἀθλίων Ααζῶν ἄρχοντα ʽΡωμαῖον ἐπέστησε » ; II. xv. 1-2, 6 : « Λαζοὶ τὰ μὲν πρῶτα γὴν τὴν Κολχίδα ᾤκουν, ʽΡωμαίων κατήκοοι ὄντες, οὐ μέντοι ἐς φόρου ἀπαγωγήν, οὐδὲ τι ἄλλο ἐπαγγέλλουσιν αὐτοῖς ἐπακούοντες, πλήν γε δὴ ὄτι ἐπειδὰν αὐτοῖς ὁ βασιλεὺς τελευτήςειε, ξύμβολα τῆς ἀρχῆς τῷ διαδεξομένω τὴν βασιλείαν ὁ ʽΡωμαίων βασιλεὺς ἔπεμπε.... ἐφύλασσον δὲ οὔτε αὐτοί χρήματα ἢ στρατιάν πρòς ʽΡωμαίων δεχόμενοι οὔτε ʽΡωμαίοις πη ξυστρατεύον-τες,... στρατιῶται ʽΡωμαίων έπιχωριάζειν Λαζοῖς ἤρξαντο, οἷς δὴ ὁ βάρβαροι οὐτοι ἤχ-θοντο, καὶ πάντων μάλιστα Πέτρω τῷ στρατηγῷ, ἐπηρεάζειν τοĩς ἐντυγχάνουσιν εὐπετῶς ἔχοντι. » Ces violations n’avaient pas échappé aux princes Armeniens qui s’en plaignirent au roi sassanide (voir ci-dessus n. 75), car elles ne présageaient rien de bon pour leur propre sort.

85 BP, V. xxxviii ( = BP-G, p. 221-222) ; MX II. xlvii ( = MK, p. 187-188 et n. 3), etc. toumanoff, Studies, p. 134 et n. 235 détaille les divers atours, qui ne comportent qu’un seul brodequin de pourpre. Les ornements des satrapes Armeniens ne leur étaient donc pas exclusivement réservés et il est même possible qu’ils aient été moins des symboles de la souveraineté impériale que des marques de distinction locale. L’insistance de toute les sources grecques, Procope inclus, sur le caractère perse des parures qu’ils décrivent rend d’autant plus vraisemblable cette hypothèse que leurs garnitures de perles se retrouvent constamment sur les monuments parthes : cf. ghirshman, Parthes et Sassanides, Paris 1962, fig. 89, 91, 100, 102, 105-106, 110, 124, 361 (p. 77, 79, 90, 92, 94-95, 98, 108, 279), etc. Les colliers de perles caractérisent aussi les représentations royales sassanides et les perles se retrouvent sur le harnachement de leurs chevaux et sont représentées sur les tissus : ibid., fig. 171, 209, 233-235, 239, 243, 250, 259, 267-268, 270-271, 273, 275, 277-281, (p. 135, 165, 190-192, 200, 204, 210, 218, 224-225, 227-231) etc. Voir aussi, H. Seyrig, Antiquités syriennes 2e série, Syria 17, 1938, p. 60-61, 67 et fig. 14-16. Cf. ci-dessus n. 54, 83. Adontz, Armenia, p. 88 et Toumanoff, Studies, p. 134, ont bien remarqué la similitude des atours des divers souverains, mais ils ne semblent pas en avoir tiré de leçon sur l’autonomie satrapale.

86 Nov. XXXI. iii : « Συνεστησάμεθα δὲ καὶ τετάρτην ’Aρμενίαν, ἣ πρότερον οὐκ εἰς ἐπαρχίας συνέκειτο σχῆμα, ἀλλὰ τῶν τε ἐθνῶν ἧν καὶ ἐκ διαφόρων συνείλεκτο βαρβαρικῶν όνομάτῶν,... ἀρχῆς δὲ τοῦτο ὄνομα ἧν οὐδὲ ʽΡωμαϊκòν οὐδὲ τῶν ἡμετέρων προγόνων, ἀλλ’ ἐξ ἑτέρας πολιτεία εἰσενηνεγμένον. »

87 La juridiction militaire du comes Armeniae sur les satrapies, postulée par STEIN et Jones (voir ci-dessus n. 75), ne repose sur aucun témoignage à ma connaissance.

88 Const. LXXXIII = Ed. III ; Novelle XXI. Adontz, Armenia, p. 141-153, étudie longuement l’effet de cette législation sur la structure sociale traditionnelle des Armeniens. CJ, VII. xiii. 5, concède le droit d’appel à l’empereur, entre autres, aux « Armeniis et gentibus in antiqua definitione permanere et nihil penitus neque diminui neque aderescere ». Pour Adontz, ibid., p. 98, ce droit remonterait à une période antérieure à celle de Justinien, mais Güterbock, Armenien, p. 38, le considère comme une innovation de l’empereur. Selon lui, p. 35, le passage de l’édit de 397 sur les personnes autorisées à se servir du cursus publicus, « utendi cursus publici facultate concessa, qui legati de diversis gentibus ad nostram clementiam properare festinant » (CTh., VIII. v. 57), se rapporte aux satrapes puisqu’il est adressé à Remistheus dux Armeniae. Mais les seuls princes Armeniens que ce passage pouvait concerner en 397 étaient ceux qui auraient survécu en « Grande Arménie », car le dux Armeniae n’avait aucune compétence dans la région des Satrapies.

89 CTh. XII. xiii. 6 : « De auro coronario.... ut, secundum consuetudinem moris antiqui, omnes satrapes pro devotione, quae Romano debetur imperio coronam ex propriis facultatibus faciant serenitati nostrae soleniter offerendam » et l’édit ordonne de restituer l’or illégalement extorqué, car un édit précédent de Julien promulgé en 362 (CTh., XII. xiii. 1) statue que « Aurum coronarium munus est volunlatis » ; cf. aussi § 5 et Adontz, Armenia, p. 91-92.

90 Aed., III. i. 24 : « Στρατιώτης δὲ ʽΡωμαῖος οὔτε τῷ ʽΑρμενίων βασιλεῖ οὔτε σατράπαις ἤμυνε πώποτε, ἀλλὰ τὰ πολέμια κατὰ μονας αὐτοί διωκοῦντο. »

91 ΑΜ, XXV. vii. 9 : « quinque regiones Transtigritanas :... cum castellis quindecim ».

92 AM, XVIII. vi. 20, même si les études faites pendant ce séjour forcé en avaient fait un ami des Romains. Voir ci-dessus n. 48, pour le texte.

93 Aed., III. ii. 4-6 : « Καβάδης ὁ Περσῶν βασιλεὺς ἐπὶ ’Αναστασίου βασιλεύοντος ἐσέ-βαλε ʽΡωμαίων τὴν γὴν, διὰ Μαρτυροπόλεως τò στράτευμα ἄγων,... οἱ τῇδε ᾠκημένοι... ἅμα Θεοδώρω τηνικάδε Σοφανηνῆς σατραπεύοντι καὶ τῇ σατραπείας ἐνδιδυσκομένῳ τò σχῆμα, Καβάδη προσῆλθον εὐθύς, σφᾶς τε αὐτοὺς καὶ Μαρτυρόπολιν αὐτῷ ἐνδιδόντες, φόρους τε τοὺς δημοσίους ἐνιαυτοϊν δυοΐν ἐν χερσῖν ἔχοντες. »

94 Not. dig. Or., VII, § 23, 48, 58 : « Sub dispositione viri illuslris magistri militum per Orientem :... Legiones pseudocomitatenses... Transtigritani. » (p. 21, 22) ; XXXVI, § 18, 34, 36 : « Sub dispositine viri spectabilis ducis Mesopotamiae :... Ala quintadecima Flavia Carduenorum Caini.. Cohors quartadecima Valeria Zabdenorum Maiocariri » (p. 78, 79).

95 Voir ci-dessus n. 89 et la note précédente.

96 Lut. Pol. Silv., VIII. 11, p. 258-259 : « In Oriente viii.... 11. Nona (sic) Sophanene ».

97 ACO II. i. 1, § 30, p. 56, § 134, 139, p. 59, etc. Une liste plus complète se trouve dans la version latine de Denys le Petit, ACO II. ii. 2, § 109-114, p. 69 [161] : « Symeon Amidensis [métropolite], Noe Cephanensis, Maras Anzitiniensis, Zebenus Martyropolitanus [i.e. Sopha-nensis], Gaiumas inreles [pro Ingilenes], Eusebius Sufaniensis [pro Sufensis] ». Cf. Garsoïan, Precisions I, p. 272-276 (et notes), où sont notés les problèmes des variantes des noms. Ce qui nous concerne ici est la présence incontestable des représentants ecclésiastiques des Satrapies à Chalcédoine. Voir aussi les deux notes suivantes.

98 ACO II. v, § xxvii, p. 42 : « Maras episcopus vestrae Mesopotamiae incolumen vestram pietatem multis annorum curriculis conservari ecclesiis Dei, Romano pariter optamus imperio, religiosissime et Christo amabilis imperator. Zoras episcopus similiter. Maronius episcopus similiter, Noe..., Eusebius..., Riticius..., Valaras..., Maras..., Abrahamius.... » Les évêques n’ont pas indiqué leur sièges, mais une comparaison avec la liste de la note précédente permet d’en identifier plusieurs. Cf. aussi Garsoïan, Precisions I, p. 276-277, pour les problèmes présentés par les signatures et la note suivante.

99 Notitia Antiochena, dans E. Honigmann, Studien zur Notitia Antiochena, BZ 25, 1925, p. 75 : « I. ὁ ’Aμίδης, ὐπόκεινται αὐτῷ ἐπίσκοποι η· α. ὀ Μαρτυρουπόλεως. β. ’Iγγιληνῆς ἤτοι ὁ Ίγγίλων. γ. ὁ Βελαβιτηνῆς. δ. ὁ ’Aρσαμοσάτων. ε. ὁ Σοφηνῆς. ς. ὁ Κιθαρίζων. ζ. ὁ Κηφᾶς. η. ὁ Ζεύγματος. » Cf. les deux notes précédentes. La date donnée par Honigmann, p. 60, « Die unter dem Patriarchen Anastasios I. im August 570 verfasste Notitia Antiochena » a été réitérée par lui : Id., The Patriarchate of Antioch, Traditio 5, 1947, p. 135-161, et confirmée par v. laurent, La Notitia d’Antioche. Origine et tradition, RÉB 5, 1947, p. 85-88, malgré l’opinion de Devreesse, Patriarcat, p. 305-312, qu’il s’agit d’un faux composé au ixe siècle et remanié à plusieurs reprises.

100 Turner, Constantinople, p. 161 ; Synekdèmos, § 910 ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 263 et n. 51.

101 ACO II. i. 1, § 47, p. 79 ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 267 et n. 69.

102 ACO I. i. 5, § 13, p. 123 : « ’Aστέριος ’Aμίδης μητροπολίτης », où il signe l’anathème contre Cyrille d’Alexandrie avec les autres évêques du parti antiochien ; cf. I. iv, § 15, p. 37 : § 20, p. 242 ; § 18, p. 45. Il figure aussi dans la liste des évêques orientaux envoyée à l’empereur le 1er juillet 431 : I. iii, § xxi, p. 98. Cependant il n’est pas anathématisé avec les autres Antiochiens le 17 juillet : I. i. 3, p. 24-27 ; cf. I. ii, p. 82-83.

103 ACO III § 26, p. 28 : « Κασσίσα τῆς Βελαβιτηνῆς ἐκ δὲ τοῦ εὐωνύμου μέρους » ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 278 n. 120 ; et ci-dessus n. 25 pour Kyriakos.

104 ACO IV. i § 40 [xxxviiiij, p. 4 : « Cyriaco reverenlissimo episcopo Amidae » ; § 131 [cxxxii], p. 7 : « Cyrione reverentisssimo episcopo Dadimorum » ; § 135 [cxxxii], p. 7 : « Theodoro reverentissimo episcopo Ingilon », etc. ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 279-280 et n. 122, 131-132.

105 Mansi XI, col. 992, « ʽΗλίας ἐπίσκοπος Δαδίμων μητροπόλεως τῆς Δ ’Iουστινιανῆς » cf. Garsoïan, Precisions I, p. 281 et n. 134 ; et ci-dessus n. 28, pour Marianos.

106 Voir ci-dessus n. 84. Dans le cas des Lazes aussi, l’évolution d’une semi-indépendance à l’annexion semble avoir été lente.

107 Dion Cassius, XXXVI. liii, « ἡ Σωφανηνὴ χώρα τοĩς ’Aρμενίοις πρóςορος οὐ σμικρά ».

108 Voir ci-dessus n. 96.

109 Voir ci-dessus n. 97-99 ; cf. Garsoïan, Precisions I, p. 272-273 ; Adontz, Armenia, p. 72-74.

110 Garsoïan, Precisions III, p. 41, 61-63.

111 Synekdèmos § 909 et ci-dessus n. 41.

112 M. Canard, Cl. Cahen, Diyār Bakr, ΕΙ2 II, p. 353-354 ; M. Canard, al-Ḏjazīra, ibid., p. 536-537-524 ; Ter Ghewondyan, Arab Emirates, p. 21-27, etc.

Auteur

Columbia University, Emerita

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540