Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

La présence latine sur les côtes albanaises du xie au xiiie siècle : modalités et conséquences

Alain Ducellier

Texte intégral

1En abordant le cas albanais, notre propos n’est ici que d’envisager ce que nous nommerons la façade adriatique de l’ancien Empire byzantin, lieu où, à notre sens, la colonisation latine se développe d’une manière spécifique entre xie et xve siècle, ce qui devrait permettre au moins d’esquisser un tableau des causes structurelles et occasionnelles qui ont fait que, aux marges d’un État encore très cohérent, la présence latine ne connaît pas forcément les mêmes modalités de développement et n’est pas porteuse des mêmes conséquences dans les différentes régions où elle s’impose ; une manière de rappeler que, contrairement aux stéréotypes tenaces, idéologie universaliste et gestion centralisée laissent toujours leur place aux particularismes locaux. Démarche certes partielle et risquée, puisqu’elle se fait hors de toute étude synthétique des origines, modalités et conséquences de la colonisation occidentale dans l’ancien espace byzantin, mais qui peut, sans aucun doute, servir d’élément, voire de point de départ, à cette synthèse si souhaitable.

2Quelques explications s’imposent au départ. D’abord, nous entendrons ici par Latins les seuls colons venus d’outre-Adriatique, à l’exclusion des Dalmates et surtout des Ragusains, dont l’implantation et l’activité en ces parages sont largement conditionnées par la demande et les circuits qui émanent de Venise, mais dont le rôle, jusqu’au xiiie siècle, est resté purement économique. En outre, nous nous en tiendrons aux parages albano-épirotes, alors qu’il faudrait, pour pouvoir risquer une interprétation globale de la colonisation latine et de ses conséquences sur les franges occidentales de l’Empire, prendre en considération toute sa façade adriatique, c’est-à-dire toutes les zones côtières qui s’étendent depuis Dubrovnik jusqu’aux confins de la mer Ionienne, puisqu’il s’agit d’un ensemble qui est resté plus que nominalement byzantin jusqu’à la quatrième croisade et a, plus longtemps encore, gardé des relations régulières avec l’intérieur de la péninsule.

  • 1 Pour les relations de la côte dalmate avec Byzance, nous renvoyons à J. Ferluga, L’Amministrazione (...)

3Certes, l’historien de la façade occidentale des Balkans doit partout faire front à un seul et même problème, qui l’empêche trop souvent de conclure, l’absence ou la rareté des textes, d’où résultent tant d’interprétations fausses ou insuffisantes, mais ces graves lacunes documentaires sont sans doute particulièrement gênantes en Albanie et en Épire grecque, où, à la différence de la Dalmatie, le naufrage des archives a été à peu près complet. Cependant, deux raisons incitent à s’attacher à ces parages : d’abord, leur position géographique de pont naturel vers l’Italie, qui en fait, à l’époque qui nous occupe, le seul confin byzantin à être directement ouvert sur l’Occident ; ensuite, une intégration notablement plus grande de ces régions au corps central de l’Empire, ce qui nous permet de joindre aux sources d’archives trop rares les ressources des documents byzantins, en revanche souvent muets au sujet de la côte dalmate1.

  • 2 Il faut toujours relire, à ce sujet, l’introduction générale de La Méditerranée au temps de Philip (...)

4Il est cependant vrai qu’en ces parages albanais et grecs, la pénurie documentaire, extrême jusqu’au xie siècle, fausse certainement les perspectives quand il s’agit de juger de l’importance et de la nature des contacts entre les deux rives de l’Adriatique avant les croisades : parce que les actes de la pratique quotidienne ont trop souvent disparu, on a parfois tendance, sur la foi des chroniques ou des textes diplomatiques, à privilégier les destinations les plus lointaines, que ces sources jugent seules dignes d’être mentionnées. Mais, si chacun parle de la navigation d’Amalfi ou de Venise vers Alexandrie et Constantinople, la réalité était tout autre : dominée par le cabotage auquel se livraient de modestes barques, l’activité principale du bassin adriatique était alors une navigation de proximité, faite de courses successives, et qui ne supposait pas l’existence, dans les différents ports, de colonies proprement dites qu’auraient entretenues les puissances maritimes du temps2. En outre, il est certainement faux de croire que l’appartenance de telle ou telle région à l’Empire pouvait avoir un effet dissuasif, si l’on excepte évidemment les zones exclues des privilèges par le pouvoir byzantin : c’est en tant que sujets impériaux qu’Amalfitains et Vénitiens se sont intégrés au commerce oriental tout au long du xe siècle, sur les côtes balkaniques comme ailleurs, sans qu’il soit possible, dans ce dernier cas, de donner l’antériorité aux uns ou aux autres.

  • 3 La série de « paix » que Raguse passe, entre 1189 et 1208, avec Rovinj, Fano, Ancône, Monopoli, Ba (...)
  • 4 On ne sait rien, en particulier, à cette date, de la future Via de Zenta, ce qui s’explique si l’o (...)
  • 5 A. Ducellier, La Façade maritime de l’Albanie au Moyen Age. Durazzo et Valona du xie au xve siècle(...)
  • 6 Sur la position, controversée, de Déabolis, cf. Ducellier, La Façade (ouvrage cité note précédente (...)
  • 7 Ducellier, La Façade, p. 80.
  • 8 Ibid., p. 17 s.
  • 9 Sur les profondes réformes introduites par Alexis, H. Ahrweiler, Byzance et la Mer, Paris 1966, p. (...)

5Ce qui est sûr c’est que, pour les Italiens, toutes les côtes balkaniques ne se valent pas : si les patrons de Venise, d’Ancône, de Fano, de Rimini et des villes apuliennes sont présents, bien avant le xiie siècle, à peu près partout en Dalmatie, c’est pour s’y livrer à un modeste commerce qui, faute de vrais débouchés vers l’intérieur, ne porte guère que sur les produits locaux, et c’est sur le transport de ces derniers que porte le contentieux que Raguse règle, au tournant des xiie et xiiie siècles, avec ces puissances maritimes3 ; nous n’avons en effet aucune raison de croire que la politique de reconquête de Manuel Comnène en Dalmatie ait contribué à rouvrir la moindre voie de pénétration vers les Balkans4, en sorte que, vers la fin du siècle, la seule possibilité d’atteindre le cœur de l’Empire, depuis l’Adriatique, est bien la route qui, depuis Dyrrachion et Aulôn, mène vers la Macédoine, Thessalonique et Constantinople. Nous croyons avoir montré ailleurs l’extrême précarité du contrôle byzantin sur ces parages à l’époque d’Alexis Ier et de ses successeurs5 ; en témoigne d’ailleurs le déplacement, pour des raisons de sécurité, du grand axe de la Via Egnatia, qui longeait la vallée du Scampi-nus-Shkumbi, vers les berges plus tourmentées mais plus aisément maîtrisables du Devolli, que les Croisés nomment significativement Flumen Diaboli el dont la clé est la grande forteresse de Déabolis6. Ce déplacement, qu’on doit pouvoir situer à l’époque de Basile II7, est d’assez mauvais augure pour les relations économiques de l’Empire : il indique que ce dernier voit surtout ses rapports avec le bassin adriatique sous des aspects stratégiques, et l’expérience normande des années 1081-1085 ne lui donne évidemment pas tort. À notre sens, on doit tenir grand compte de cette présence normande, qui dure plusieurs années et atteint jusqu’à la Macédoine8 : pour les Byzantins, elle est le premier exemple d’une occupation purement militaire par des Latins, et il est clair que le basileus en a tiré les leçons, en réorganisant profondément les défenses terrestres et côtières d’une province particulièrement exposée ; on s’en rend bien compte lors de l’échec de la deuxième expédition de Bohémond, en 11089. Il n’est même pas exagéré de dire que les provinces illyriennes sont alors le théâtre d’une agressivité latine que Byzance tiendra désormais pour exemplaire, et dont l’image exagérée influera profondément sur son appréciation de la croisade, toute proche, et dont certains rameaux passeront précisément par Dyrrachion.

  • 10 Pour la période qui précède 1050, nous croyons cependant que. comme l’écrit J. Ferluga, Durazzo e (...)

6Il serait donc illusoire, à notre sens, de croire, au tournant des xie et xiie siècles, à l’existence d’une active voie d’échanges terrestres entre l’Adriatique et l’intérieur des Balkans encore byzantins : sur la route du Devolli – naturellement difficile – le pouvoir byzantin exerce un contrôle accru, et il ne peut voir d’un bon œil les Occidentaux y circuler. Et il est bien peu probable que des Latins se soient risqués sur l’ancien tracé de la Via Egnatia, qui ne semble plus avoir été garanti par les défenses impériales10.

  • 11 Il va de soi que l’importante flotte déployée en faveur de l’Empire en 1081, et du reste battue pa (...)
  • 12 La mention d’une église nommée Santa Maria dei Melfitani à Durazzo au xive siècle (cf. K. Jirečεκ, (...)

7Cependant, cette façade occidentale de l’Empire avait pour elle la proximité et pouvait malgré tout, à cette époque, rendre aux marchands latins l’essentiel des services qu’ils en attendaient. On n’oubliera pas que les ports italiens, et même Venise, n’étaient guère en mesure alors de se livrer à un trafic massif et que, pour leur commerce modeste et encore limité à quelques produits très rentables, il pouvait valoir la peine d’éviter une très longue navigation vers Constantinople, au prix des risques d’une voie terrestre dangereuse mais moins longue et, dans le cas où nul obstacle ne s’y présenterait, notablement moins coûteuse11. Même si les Amalfitains furent présents en Illyrie avant les Vénitiens, ce qui est loin d’être assuré12, les Vénitiens sont évidemment les protagonistes en ces parages, et le chrysobulle de 1082 leur donne du reste droit de regard sur les intérêts amalfitains dans l’Empire.

  • 13 « Οἱ δ’ ἐντòς Δυρραχίου, καθάπερ ό λόγος ἐδήλωσεν, έπεί οί πλείους ἀπò Μέλφης καὶ Βενετίας ἦσαν ἄπ (...)
  • 14 « Καὶ τῆς ἀκροπόλεως φρουρὰν τοῖς ἐκκρίτοις Βενετικοῖς τῶν έκεῖσε ὰποίκων ἀνέθετο... » : Anne Comn (...)
  • 15 G. Malaterra, De Rebus Gestis Roberti Guiscardi, III, 28, qui lui donne le nom de Domenico. On rap (...)

8C’est donc Venise que concernent deux textes mémorables et illustrant un seul et même moment, tout en soulignant l’importance du grand port adriatique : le récit de l’attaque normande par Anne Comnène et le privilège que nous venons de mentionner. Si l’on dépasse son exagération évidente, il y a un sens profond dans la formule d’Anne Comnène lorsqu’elle écrit que, vers 1081, les habitants de Dyrrachion « étaient dans leur majorité des colons d’Amalfi et de Venise », ce qui veut seulement dire que, à cette époque, le port était une des villes les plus latinisées de l’Empire, alors que la présence latine était encore fort modeste dans ses autres provinces13. Présence si forte que, à l’automne de 1081, Alexis Ier, désemparé par ses défaites, va jusqu’à confier la « grosse tour » de Dyrrachion, probablement son acropole, à ce que sa fille nomme l’élite (oί ἔκκριτοι) des Vénitiens de la ville14 ; mal lui en prend du reste puisque, à en croire la majorité des sources, c’est un de ces personnages choisis qui finit par livrer la ville à l’ennemi15.

  • 16 « Erat autem, ea tempestate, apud Duracium venetianus quidam, nomine Dominicus, no-bili genere, cu (...)
  • 17 « Praeter in is repositam aphesim que debet dari ad chelandia. » On notera que le renouvellement d (...)

9Comment imaginer cette première présence latine sur les côtes illyriennes ? Comme il est naturel à l’époque, il s’agit à l’évidence de personnages qui font plus parler d’eux par leurs armes que par leur négoce et qui, par conséquent, peuvent aussi, à l’occasion, jouer le rôle de mercenaires au service de l’Empire, ce qui n’en fait pas, dans la perception qu’en peuvent avoir les Byzantins, des étrangers très différents des Normands eux-mêmes, dont on avait éprouvé depuis longtemps les vertus guerrières dans les armées impériales. Au reste, le chrysobulle de 1082 n’oblige-t-il pas Venise à mettre sa flotte au service de l’Empire ? D’ailleurs, il serait inimaginable que l’empereur eût remis une position essentielle, comme l’était la citadelle de Dyrrachion, entre les mains de simples marchands, et Malaterra souligne d’ailleurs que le traître vénitien était un aristocrate16. Quant à savoir si ces Latins formaient, avant cette date, un quartier compact et bien localisé, on peut seulement dire que le chrysobulle de 1082 ne fait sans doute qu’entériner une situation plus ancienne lorsqu’il concède à Venise l’église Saint-André, où était entreposé un matériel naval qu’Alexis se garde de laisser sous son contrôle, et qui se trouvait donc non loin de la mer17.

  • 18 C’est le cas d’un miracle de saint Nicolas rapporté par l’Anonymus Littorensis, vers 1090 ; voir D (...)
  • 19 Anne Comnène, Alexiade, VI, 6, t. II, p. 56-57 ; Ducellier, La Façade, p. 72.

10On ne s’étonnera donc pas que certains textes, de peu postérieurs, soulignent le grand nombre de Vénitiens qu’on peut rencontrer, aux côtés des Grecs, sur le port de Dyrrachion18. Soldats et marchands, ces alliés de Byzance ne se soucient que secondairement des intérêts impériaux : non seulement ils contribuent probablement à la chute de la ville, mais ils y restent bien présents pendant les trois années d’occupation normande ; on doit même souligner que, indifférente au statut provisoire de Dyrrachion, la République entretient des relations normales avec ses citoyens qui continuent à y résider, au point même d’esquisser, dès l’acquisition du privilège de 1082, une hiérarchisation de ses établissements dans l’Empire. Dès lors, la « colonie » vénitienne de Dyrrachion est soumise aux représentants de la métropole à Constantinople, et c’est l’influence de ces derniers qui la convainc, en 1085, d’œuvrer au retour de la ville à l’obédience impériale19.

  • 20 Cessi, Storia (cité supra n. 11), p. 122-123.
  • 21 À vrai dire, le fait ne repose que sur les chroniques ragusaines, très douteuses, et sur Orbini, q (...)
  • 22 Ducellier, La Façade, p. 102, avec les références. Le rôle de Dyrrachion dans ce système est encor (...)
  • 23 Anne Comnène, Alexiade, IV, 2, t. I, p. 146 ; Ahrweiler, Byzance et la Mer, p. 179-180.

11Il est clair que, tout au long de cet épisode, Venise protège ses intérêts, que nous croyons surtout concentrés, dès cette époque, sur la maîtrise de la mer. On sait que la République s’était très vite montrée hostile aux visées normandes qui, en 1075-1076, s’orientent nettement vers la Dalmatie20, et il n’est même pas impossible que Raguse, que les Normands convoitaient particulièrement, ait appuyé leur attaque contre Byzance, entre 1081 et 108521. C’est donc en faisant contre mauvaise fortune bon cœur que Venise accepte, et peut-être même provoque, l’occupation normande de Dyrrachion, car l’essentiel, pour ses nobles marchands, est de rester présents sur l’autre rive, en un point d’où l’on peut s’assurer le passage du canal d’Otrante, condition indispensable à la survie de Venise. Alexis Comnène est d’ailleurs bien conscient des desseins vénitiens lorsque, en 1082, il souligne que l’appareillage naval de l’église Saint-André ne passera pas sous le contrôle de Venise : il était bien placé pour connaître le rôle essentiel de Dyrrachion dans le système byzantin de protection du littoral22. De son côté, si Venise finit par livrer aux Normands de rudes combats navals, dont l’issue n’est pas toujours heureuse, c’est évidemment parce qu’elle a compris qu’un axe essentiel de son trafic maritime était menacé par eux23.

12Dès cette date, la présence latine en ces parages contribue donc à intégrer la côte balkanique à des circuits méridiens, la défaite normande pouvant être interprétée comme exemplaire d’une politique qui, menée de Constantinople ou d’Occident, est désormais vouée à un constant échec : celle qui, de Guiscard aux rois de Sicile et de Naples en passant par Manuel Comnène, cherche à établir des liens organiques entre les deux rives de l’Adriatique, avec pour épicentre le canal d’Otrante.

  • 24 Anonymus Littorensis, Miracula, dans Recueil des Historiens des Croisades, t. V, 1ère partie, p. 2 (...)
  • 25 Envoyés « ultra mare... ut triticum et legumina et alia necessaria monasterio deferrent », les frè (...)
  • 26 Ducellier, La Façade, p. 61-62, avec les références.

13Cela ne veut bien sûr pas dire que les Latins n’entendent jouer, sur ces côtes, qu’un rôle de gendarmes de la mer. Malgré la rareté des documents antérieurs au xiiie siècle, on doit affirmer que les Vénitiens ont, à partir de Dyrrachion, une double activité économique, dont on ne peut malheureusement doser l’ampleur, mais dont les traces sont toutes postérieures à 1082, ce qui laisse entendre que le chrysobulle d’Alexis Comnène a bien joué un rôle déterminant dans la pénétration des Balkans occidentaux par les Latins. Vers 1090, l’Anonymus Littorensis, qui raconte le voyage de deux Grecs venus de Constantinople et se dirigeant vers Dyrrachion, au cours duquel ils auraient, dans les environs de Thessalonique, rencontré saint Nicolas, semble être le témoin du flux marchand traditionnel, qui mène plutôt d’est en ouest à travers la péninsule24, mais il rapporte aussi les entreprises de l’abbé de Rialto, Zeno, qui envoie outre-mer deux de ses frères, en quête de froment et de légumes : leur voyage les mène à Dyrrachion25. Les richesses en vivres de la grande plaine albanaise sont donc déjà bien connues et elles seront encore bientôt soulignées par les chroniqueurs des croisades26.

  • 27 Sur cette crise, qui devait aboutir à la confiscation de 1171, voir Thiriet, La Romanie vénitienne (...)
  • 28 L. V. Thalloczy, K. Jireček, M. Šufflay, Acta Albaniae. t. I, Vienne 1913, n° 98. p. 32 (3 janvier (...)

14Avec prudence, car bien des documents ont disparu, on peut donc penser que les Latins d’Illyrie ne se risquent que progressivement à l’intérieur des terres et se bornent, jusqu’au milieu du xiie siècle, à un modeste commerce des produits locaux : c’est seulement en 116127, date à laquelle les relations entre Byzance et Venise sont d’ailleurs fort tendues, qu’on voit un marchand de Malamocco emprunter la voie de terre de Constantinople à Dyrrachion, et encore est-ce pour rapporter de l’argent à l’abbé de San Nicolo de Venise28. Plutôt que de minerais, alors à peu près inexploités, il n’est pas interdit de penser que ce texte, auquel peut s’ajouter un document cité plus loin, témoigne déjà d’une pratique qui deviendra courante au xive et surtout à l’époque ottomane : le drainage des bonnes monnaies balkaniques, au moment de leur remplacement par des espèces dévaluées.

  • 29 Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 44-47.
  • 30 R. Morozzo della Rocca. A. Lombardo, Documenti del Commercio veneziano nei secoli xi-xiii, t. I, R (...)
  • 31 On en trouvera de nombreux exemples dans Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 44-45, l’activité la p (...)

15Sans aucun doute, quelque chose freine pourtant l’activité latine sur les routes de Macédoine, au moment même où Venise exploite, depuis Almiro-Harmyros, les ressources de la Thessalie intérieure29. Ce n’est d’ailleurs même pas au débouché naturel des grandes routes qu’on trouve, au xiie siècle, les premiers Vénitiens mentionnés dans les contrats comme actifs sur les côtes occidentales des Balkans : le plus ancien document date d’août 1131 et concerne un autre transport de numéraire, cette fois d’Arta vers Venise30. Risquons l’hypothèse que, malgré les privilèges et leurs renouvellements, la route stratégique des Balkans restait peu ouverte aux Occidentaux, auxquels les mers, les côtes et le trafic à court rayon dans la zone égéenne de l’Empire étaient, au contraire, toujours plus accessibles31.

  • 32 Ducellier, La Façade, p. 80.
  • 33 Stefano Morosini, cousin de Vitale Voltani, devra porter les marchandises, « de supra-scripta Stiv (...)

16On a vu que les rares contrats de la fin du xiie siècle, à l’image de ceux de 1131 et de 1161, portent sur des transports ou des investissements d’espèces. Mais, alors que la pratique dominante semble avoir été, jusque-là, le drainage des monnaies byzantines vers Venise, tout semble changer après 1180, car ce drainage supposait l’existence de monnaies encore de bon aloi ; quand les temps deviennent difficiles pour l’Empire et pour sa monnaie, ou bien on envoie de l’argent à Dyrrachion pour y acheter des marchandises, ou bien on investit des espèces byzantines sur les lieux, afin d’alimenter Venise à meilleur compte en produits malheureusement indéterminés32. C’est le cas d’un contrat de février 1185, qui met en cause le grand marchand Vitale Voltani, en résidence à Thèbes : il souligne surtout que, désormais, une liaison terrestre normale est établie, pour les Latins, entre les grands centres économiques grecs, Thèbes mais aussi Corinthe, et le port de Dyrrachion, qui en est donc devenu un exutoire33. Il est évident que les difficultés du trafic maritime, en ces temps où Venise, après la grande crise de 1171, reprend à peine pied dans l’Orient byzantin, sont pour quelque chose dans le regain d’intérêt des Latins pour la route transbalkanique, que l’Empire peut de son côté de moins en moins se réserver.

  • 34 Ibid., t. I, n° 400, p. 392 ; dans cette colleganza, le socius procertans fait partie de la famill (...)

17Si nous avons insisté sur cette première période de la présence latine dans l’Occident balkanique, et plus spécialement sur les côtes albanaises, c’est d’abord parce qu’elle nous semble parfaitement refléter l’affaiblissement progressif de l’Empire, dont le colonisateur vénitien exploite les diverses étapes avec une souplesse remarquable. Mais c’est aussi parce qu’elle prouve que les parages gréco-albanais ne représentent qu’un atout mineur dans la stratégie économique des Latins les plus entreprenants, les Vénitiens. Comme vers 1081, Dyrrachion et ses parages sont surtout un point de contrôle des mers, bien rarement un exutoire de l’arrière-pays ; sans doute est-ce un contrat de juillet 1191 qui illustre au mieux le rôle du grand port, qui n’est qu’une étape dans un voyage vers Corfou et Thessalonique34.

  • 35 La flotte croisée passe par Dyrrachion en mars 1203 et se contente d’y faire reconnaître Alexis IV (...)
  • 36 Le fait est noté par le chroniqueur Daniele Barbaro qui écrit que le vice-doge se résolut à soumet (...)

18Au reste, c’est bien cette position, avant tout stratégique, dans les circuits latins, qui explique l’abstention, apparemment étonnante, dont Venise fait preuve à l’égard des côtes albanaises, alors que la croisade de 1202-1204 lui a ouvert tout le reste de l’Empire ; bien qu’elles lui reviennent de par la Partitio Romanie de mars 1204, ce n’est qu’en 1205, et presque par hasard, que Venise s’empare de Dyrrachion où elle n’avait nullement cherché, au passage, à imposer son pouvoir35 ; et il est intéressant de noter qu’une des raisons invoquées par les chroniques à cette occupation est la crainte d’éventuelles entreprises génoises dans ces parages, au moment même où Gênes faisait obstacle à l’implantation vénitienne en Crète, ce qui permet sans doute de mieux jauger les ambitions génoises à cette date36. On ne peut mieux, en tout cas, souligner l’intérêt surtout stratégique que Venise porte au grand port, point essentiel, puisqu’il explique l’échec piteux que fut le duché vénitien de Dyrrachion-Durazzo, entre 1205 et 1214.

  • 37 Malgré ce que nous en avons pu dire ailleurs (Ducellier, La Façade, p. 73), nous n’avons aucune pr (...)
  • 38 « Provincia Jericho et Caninon cum omnibus in ea immobilibus existentibus » : Tafel-Thomas. Urkund (...)

19D’ailleurs, depuis 1082, Venise n’avait guère mis de soin à renforcer et à structurer sa colonie de Dyrrachion37 : son souci, toujours stratégique, est plutôt de se procurer d’autres zones d’atterrissage dans la région, afin de multiplier ses points de contrôle de la mer. Les renouvellements de 1148 et de 1187 n'apportent rien de nouveau aux privilèges vénitiens, et Dyrrachion est bien le seul centre auquel Venise ait accès dans la région ; certes, Aulôn-Valona est aussi mentionnée depuis le texte de 1082, sans que nous ayons aucune preuve d'un véritable établissement latin dans cette ville. Mais les choses changent avec le renouvellement obtenu d'Alexis III, en 1198, puisque les Vénitiens nous apparaissent présents et même dotés d'immeubles dans la province de Jéricho-Kanina38. Mais une telle diversification géographique n'implique nullement un vrai renforcement numérique, encore moins une progression du volume des affaires. Rien ne nous a été en effet conservé d'une éventuelle organisation communautaire des Vénitiens et des autres Latins de la région avant 1205, fort contraste avec ce que nous savons de leurs « quartiers » à Constantinople ou à Almyros-Armiro, et autre présomption en faveur de leur faible intérêt économique pour elle.

  • 39 « Abbatibus et ceteris Latinis, tam clericis quant laicis, apud Durachium commoranti-bus » : Acta (...)
  • 40 La clause est jugée assez importante à Raguse pour être incorporée, en 1272, au Liber Statutorum d (...)
  • 41 Ducellier, La Façade, p. 109, avec les références. Sur les progrès des missionnaires latins de Dal (...)

20Les seuls détails qui laissent entendre que la présence latine y était malgré tout notable sont d'ordre religieux ou nous renvoient du côté de Raguse : en 1168, Alexandre III adresse une lettre aux « abbés et autres latins, tant clercs que laïcs, qui résident à Dyrrachion »39, pour leur demander de faire bon accueil à l'archevêque de Raguse, Tribunus. Peu après, même s'il faut élever de fortes réserves sur l'authenticité d'un tel texte, le privilège délivré par Isaac II aux Ragusains, en 1192, prévoit la restitution de biens qui leur avaient été dérobés à Dyrrachion, ce qui suppose évidemment l'entrée des côtes albanaises dans la sphère d'influence de la cité dalmate40. Ce champ relativement libre laissé à Raguse, tout en prouvant que Dyrrachion et sa région sont loin d'être une chasse gardée de Venise, prépare tout un avenir de sous-traitance en faveur des Dalmates, qui marquera la fin du Moyen Âge. En fait, rien n'est préparé, vers 1200, pour une prise de possession par Venise, si ce n'est une forte imprégnation par le christianisme latin, dont Rome et ses missions sont bien plus responsables que les marchands de l'Adriatique : l'acte d'Alexandre III se situe au moment le plus fort de la progression du rite occidental de la Dalmatie vers l'Albanie et l'Épire, et à Dyrrachion même, longtemps siège frontière de l'Orthodoxie, un « archidiacre des Latins » est l'interlocuteur du pape dès cette date41. Ces faits laissent entrevoir une situation culturelle très contrastée, qui n'implique aucun heurt particulier entre les deux communautés, mais l'autorité directe de Rome sur les Latins de Dyrrachion ne fait que préparer des difficultés à Venise, au moment où elle décide de s'installer sur la côte albanaise.

  • 42 « Durazzo, la qual città sollevata da alcuni cittadini potenti da di seguito non obediva nè a Bald (...)
  • 43 Sur ce problème et les variations du titre, voir Ducellier, La Façade, p. 130-131.
  • 44 Ibid., p. 127-128.

21On ne peut non plus s'étonner que, en 1204-1205, l'action des colons latins de Dyrrachion soit passée sous silence : ce ne sont évidemment pas eux qui mènent alors le jeu, et ils ne semblent même pas avoir eu les moyens de leurs prédécesseurs de 1081. Y compris pour les sources vénitiennes, ce qui domine la ville à cette date, c'est une turbulente noblesse archontale « grecque » (les cittadini potenti de Daniele Barbaro), qui n'obéit ni aux Byzantins ni aux Latins, et que Venise doit contraindre à capituler42. Dénuée de tout vrai projet économique et peu soucieuse de susciter des heurts en Albanie, au moment où bien d'autres nouvelles colonies se rebellent, Venise prend certes Dyrrachion par la force, mais elle semble aussi jouer la continuité, ne serait-ce qu'en donnant à sa nouvelle possession le titre de Duché (Ducatus) qui était déjà le sien sous la domination de Byzance43 : c'était bien le moins, à l'issue d'une expédition improvisée, décidée par le pouvoir intérimaire d'un vice-doge, et surtout destinée à empêcher la rivale génoise de s'implanter en Adriatique44.

  • 45 Tafel - Thomas, Urkunden, I, p. 569-571= A.S.V., Codex Trevisaneus, f. 280.
  • 46 Ducellier, La Façade, p. 128-129 ; sur Glyky, voir V. Hrochova, Byzantskà Mesta ve 13-15 stoleti, (...)

22Le duché de Durazzo donne donc un bon exemple de l'état d'esprit du colonisateur vénitien aux lendemains de la croisade : tout comme à Coron, à Modon ou même en Crète, il ne songe guère à se doter d'un vrai pouvoir territorial, et son souci majeur reste le contrôle de ses axes maritimes ; c'est trop souvent, à son goût, qu'il se trouve entraîné dans la conquête d'espaces lointains dont il n'a, pour le moment, que faire. Sur la côte balkanique d'Occident, il l'évite à tout prix, quitte même à renoncer à son nouveau domaine après une présence d'à peine dix ans. En revanche, précisément parce qu'elle attache le plus grand prix à la position stratégique de Dyrrachion, Venise n'entend pas laisser sa colonie de Constantinople, et à sa tête l'énergique podestat Marino Zeno, conserver la tutelle qu'elle exerçait traditionnellement sur ses citoyens établis en Illyrie : ainsi la renonciation du podestat Zeno, en octobre 1205, définit-elle une « part vénitienne » en Adriatique que la Dominante entend bien tenir directement sous sa coupe45. Il est du reste significatif que l'ensemble de territoires auquel Zeno renonce par cet acte soit nettement orienté vers le sud de Dyrrachion et vers son versant maritime, chartolarat de Glaveniza, Bagénétia, Spinarizza et Valona, et qu'une autre pièce stratégique essentielle, Corfou, y soit adjointe avec, en face d'elle sur le continent, le chartolarat de Glyky46.

  • 47 Ducellier, La Façade, p. 131.
  • 48 Ibid., p. 138-140. Contra, D. Nicol, The Despotate of Epiros, Oxford 1957, p. 30 s.
  • 49 C’est ce que pense D. Nicol, The Despotate (cité note précédente), p. 26-27, qui cherche à démontr (...)
  • 50 Ducellier, La Façade, p. 133-135, où ces aspects économiques sont très certainement exagérément su (...)
  • 51 Tafel - Thomas, Urkunden, t. II, p. 121 s. ; Ducellier, La Façade, p. 143-145.
  • 52 Sur cette longue et pittoresque affaire, Ducellier, La Façade, p. 147-149. Le prétexte en est l’ex (...)

23Le flou extrême dans lequel les sources vénitiennes laissent ce qu'on ose à peine nommer l'administration du duché indique au surplus que Venise n'avait sans doute pas de projet à long terme en ces parages et se contentait d'occuper militairement une zone névralgique : sous l'autorité d'un duc dont on ne prend pas toujours le soin de préciser le nom, et qu'on qualifie parfois aussi de baile ou de capitaine, rien ne nous est dit des agents civils et militaires qui tinrent la région jusqu'en 121447. Et quand on voit des autorités agir, c'est à peu près toujours pour sauvegarder les intérêts politiques, voire simplement la dignitas et l'honor de la République. D'abord, aucune attitude définie ne se manifeste avant 1210 : face à une Epire byzantine dont l'expansion se fait vers l'est, et qui ne semble même pas chercher à affirmer sa suzeraineté sur le petit État albanais, l'Arbanon, Venise se contente se réaffirmer l'obéissance que lui doit ce dernier, une nouvelle manière de prendre la succession pure et simple de Byzance48. Et le fait qu'Épire, Arbanon et Venise se soient alors conjointement emparés des biens de l'archevêché de Dyrrachion ne signifie pas, à notre sens, qu'une alliance en bonne forme ait été passée entre les trois parties49. Quant à l'accord de Venise avec Michel Ange Doukas, le 20 juin 1210, nous croyons que son contenu économique, qui se résume à la liberté de commercer en Épire qui est reconnue aux marchands de Dyrrachion et de Corfou, a peu à voir avec une expansion du négoce vénitien : c'est encore là reprendre la succession byzantine en faisant réitérer les droits anciens des négociants locaux, et non forcément vénitiens50. En revanche, les aspects politiques de l'accord sont plus importants : comme à Négrepont et en Morée au même moment, la République passe ses droits territoriaux en Épire, qu'elle tenait de la Partitio, par profits et pertes, se contentant d'une fiction, la tenue en fief par Michel d'Épire de territoires qu'il contrôlait en fait depuis cinq ans51. C'est assez dire que Venise n'entend pas étendre son contrôle territorial en arrière de son petit domaine maritime, sur lequel elle ne veut en revanche tolérer aucune intrusion, fût-ce celle de Rome : on en jugera en rappelant les malheurs de Manfred, nommé par Innocent III au siège de Dyrrachion et qui, n'étant pas citoyen vénitien, ne put jamais entrer en sa possession52.

  • 53 Ducellier, La Façade, p. 149.
  • 54 Nicol, The Despotate, p. 30-31.
  • 55 Ducellier, La Façade, p. 149-151, où ce contexte politique est insuffisamment mis en relief ; il e (...)

24À vrai dire, le duché vénitien de Durazzo, qui n'est assurément pas une position économique importante, et dont les habitants sont si peu dociles que Venise ne peut même vaincre l'opposition de son chapitre53, n'existait bien qu'en raison des menaces que la République sentait peser, à partir de 1204, sur sa libre circulation en Adriatique ; plus qu'une colonie, il fut une sorte de protectorat dont Venise ne comptait pas s'embarrasser longtemps : pour qu'elle le fît, il suffisait d'un changement dans le contexte politique des Balkans. Bornons-nous à rappeler ici que Venise n'est guère bien disposée envers la politique conquérante des empereurs latins de Constantinople, qui atteint son apogée dans les années 121254, et que c'est probablement en 1213 qu'elle abandonne Durazzo, sans que cet abandon laisse la moindre trace dans ses archives, preuve de l'importance limitée qu'elle attacha alors à ce qui ne dut être pour elle qu'un incident : c'est qu'elle est à peu près certaine, depuis l'acte de 1210, du peu d'intérêt des Épirotes pour une expansion occidentale, et qu'elle a en revanche tout à perdre à voir les Latins d'Orient contrôler l'ensemble des voies qui mènent à l'Adriatique ; or, il ne s'agit pas là d'une simple menace puisque, en 1216-1217, c'est par l'Albanie que Pierre de Courtenay tente de s'attaquer aux Grecs d'Épire dont il juge, non sans raisons, qu'ils sont les plus redoutables pour son futur trône de Constantinople55.

25Ce qui fut le grand débouché des Balkans byzantins vers l'ouest vient ainsi de passer entre les mains d'un État, l'Épire, qui, parce qu'il n'a jamais réussi à refaire à son profit l'unité des anciens territoires byzantins, devient, par ce fait même, un obstacle aux libres relations terrestres, au moment même où dix ans de présence vénitienne sur les côtes ont encore accentué le rôle d'escale qu'elles jouaient dans les circuits latins. Écrasée par les Bulgares à Klokotnitsa, en 1230, puis objet d'une reconquête nicéenne que devait couronner la bataille de Pélagonia, en 1259, l'Épire subsiste, champ de bataille entre Byzance ressuscitée et son ancienne façade occidentale, à laquelle les Paléologues n'auront plus qu'un accès intermittent.

26Ainsi la présence, puis le renoncement latin ont-ils, en ce début du xiiie siècle, tracé les contours d'une Albanie coupée de son arrière-pays, dont le rôle stratégique s'estompe en l'absence de puissance notable dans les parages, et dont le seul intérêt peut désormais résider dans la traite de ses produits naturels, ce en quoi l'occupation militaire par Venise anticipe sur la rupture définitive que provoquera l'intervention angevine qui, elle, s'inscrit clairement dans une entreprise hostile aux puissances locales, Épire comme Arbanon.

  • 56 Georges Akropolitès, Bonn, p. 141-142 et 148 ; Ducellier, La Façade, p. 169-171.

27La présence latine est aussi un des facteurs qui contribuent à faire de l'ancienne façade byzantine une zone politiquement en déshérence, où aucun pouvoir ne parvient à imposer durablement sa loi, en sorte qu'y prolifèrent les autonomismes, conséquence presque générale de tout fait colonial : Nicée l'éprouve lorsque, maîtresse de Dyrrachion depuis 1256, elle en perd le contrôle dès l'année suivante, certainement au profit du souverain épirote, initiateur d'une révolte dans laquelle les Albanais se laissent simplement entraîner56.

  • 57 « Kαì ó ἀπó τοῦ ’Aλβάvoυ ὁ Гоυλάаμоς, ἐπεὶ πρòς τὰ τῆς Кαστορíας συvδιῆγε μετὰ τоῦ ἐξ ’Aλβάvου στρ (...)
  • 58 Malgré d. Nicol, The Despotate, p. 162-163, qui, avec toute l’historiographie albanaise, suppose u (...)
  • 59 Sur cette reprise, outre les travaux déjà cités, cf. A. Ducellier, Le Bassin Adriatique, exutoire (...)
  • 60 A. Ducellier, La Façade maritime de la principauté des Kastriotë, Studia Albanica 6, 1968 ( = L’Al (...)

28Quant à l'Arbanon, il se dissout au cours de la même crise, et peut-être dès 1252-1253, date à laquelle son dernier prince, Gulam, déjà époux d'une nièce de l'impératrice Irène, répudiant une alliance jusque-là indéfectible avec l'Épire, choisit de se rallier à Jean Vatatzès57. Ce dernier, dans le cadre des réformes radicales qu'il mène alors dans la région, n'avait aucune raison de maintenir en place ce qu'il devait simplement considérer comme un archonte indépendant et longtemps rebelle : c'est ce que signifie, dès 1256, la nomination d'un gouverneur nicéen d'Arbanon, Constantin Kavarôn, que Michel II, et non les Albanais, capture dès l'année suivante58. Au reste, s'il n'avait aucune raison d'être dans le cadre de l'Empire en reconstruction, l'Arbanon n'en a pas davantage face aux principautés naissantes ; pourtant, l'Albanie perd avec lui un centre politique qui, si faible fût-il, aurait peut-être pu lui permettre d'acquérir, comme ses voisins, la stature d'un État. Que les principautés albanaises apparaissent sur le littoral ou dans les hautes terres, le but obstiné de chacune d'entre elles sera désormais de tenir à la fois une portion de la côte et une liaison, même extrêmement fragile, avec les espaces balkaniques, surtout quand les caravanes recommenceront à y circuler, vers la fin du xive siècle59 ; à cet égard, l'histoire de la principauté des Kastriotë illustre au mieux cet éclatement de l'Albanie, produit d'une séparation artificielle des deux fonctions historiques du pays60. Comment ne pas voir encore que le duché vénitien de Durazzo est le premier exemple, en ces parages, d'une colonisation territoriale que ses successeurs, Manfred et surtout Charles d'Anjou, mèneront jusqu'à son extrême limite, en coupant durablement l'Albanie côtière de son arrière-pays ?

29Si la brève occupation vénitienne laisse bien des traces politiques négatives, on n'oubliera pourtant pas que, précisément parce qu'elle ne fut soutenue par aucune intention économique ou sociale (y eut-il des « feudataires » vénitiens dans la région, on ne le sait), elle laissa leur libre jeu aux forces préexistantes, en sorte que, sur la toile de fond d'un monde rural traditionnel, on peut penser que c'est en ce début du xiiie siècle que la classe marchande indigène, partenaire de Venise, mais déjà plus encore de Raguse et de l'Épire, fit des progrès décisifs : on sait du reste que la colonisation politique entraîne naturellement l'essor d'intermédiaires indigènes qui ne sont pas toujours forcément « parasitaires ».

  • 61 L. Malltezi, Qytetet dhe roli i tyre në lidhjet ekonomike midis krahinave shqiptare në shek. xiii- (...)
  • 62 Voir, à ce sujet, A. Ducellier, B. Imhaus, B. Doumerc et J. De Miceli, Les chemins de l’exil. Boul (...)

30Cependant, les marchands d'Albanie connaissent très vite leurs limites, coincés qu'ils sont entre les princes, détenteurs des ressources du sol et du transit, et les commerçants latins, seuls maîtres de l'exportation : avec Venise comme avec Raguse, bien des princes, devançant en cela l'aristocratie grecque des xive et xve siècles, se feront eux-mêmes marchands, éliminant par là même jusqu'au rôle de courtiers, qui était dévolu aux commerçants locaux61. Quant au peuple des villes et des campagnes, il ne lui restera bientôt plus qu'à accepter un joug toujours plus pesant, qu'il lui soit imposé par le colonisateur latin ou le prince indigène, sauf à prendre la fuite vers l'intérieur des terres ou au-delà de l'Adriatique, car c'est bien aux xiie et xiiie siècles qu'il faut chercher les racines d'une plaie désormais constante de l'Albanie, l'émigration62. A la limite, en divisant et en débilitant un pays où beaucoup d'éléments dynamiques ne veulent plus vivre, la présence latine en Albanie prépare donc le terrain à l'invasion ottomane, que favorisent à la fois une division princière savamment entretenue et la démoralisation d'une population qui ne voit guère s'ouvrir de perspectives d'avenir.

31Il serait évidemment abusif de voir dans la colonisation latine la seule et unique cause des maux que connaît l'Albanie : à vrai dire, les Latins, comme c'est la règle dans tout processus de colonisation, ne font, ici encore, que révéler la fragilité structurelle d'un pays qui partage la faiblesse générale de tous les Balkans anciennement byzantins, en gardant cependant sa profonde originalité, celle d'une région qui, pour son malheur, est géographiquement la plus proche des plus hardis colonisateurs du Moyen Âge. La forte personnalité albanaise ne doit en effet pas faire oublier que la colonisation latine s'exerce en Albanie, comme en Dalmatie, en Grèce ou en Bulgarie, sur un substrat commun, celui des structures économiques, sociales et mentales du vieil Empire, entité supranationale qui, en l'absence de toute concurrence politique ou économique hors de ses limites, avait longtemps maintenu l'illusion d'une autosuffisance partagée par tous les peuples balkaniques et, par conséquent, retardé ou empêché l'éclosion de ces réalités locales auxquelles nous donnons, en Occident, les noms de féodalité et, plus tard, de nations. Tant il est vrai, comme nous pouvons le constater dans le monde d'aujourd'hui, que les empires déclinants, avec leur mélange complexe d'autorité théorique et d'anarchie réelle, sont un terreau très fertile pour les colonisations, qu'elles se donnent pour telles ou se masquent sous les aspects d'une domination économique ou culturelle. Cependant, la présence latine sur les côtes albano-épirotes a probablement été encore plus nocive qu'elle ne l'est en Dalmatie ou en Grèce, et pour la seule raison qu'elle a été très brève, puis intermittente, avant l'extrême fin du xive siècle, quand Venise s'empare, pour plus d'un siècle, des principaux ports albanais et des îles Ioniennes. En Morée, les Latins avaient bâti quelque chose, si l'on songe aux traces importantes que laisse la principauté d'Achaïe, même après la reconquête byzantine. En Dalmatie, Venise avait, à partir de bases locales déjà évoluées, perfectionné un système communal aristocratique, certes très fermé aux populations de l'intérieur, mais qui avait l'avantage de rompre avec l'archaïsme des anciennes structures politiques et sociales. Au contraire, en Albanie et en Épire, la courte domination de Venise n'a fait que conserver ou même renforcer les contours d'une société déstructurée, dont elle et ses concurrentes, en premier lieu Raguse, exploitent ensuite les divisions jusqu'à l'arrivée des Ottomans, ce qui anticipe d'ailleurs sur les principes de domination de ces derniers et, nous l'avons dit, favorise évidemment leur conquête, complétée par une islamisation des élites qui devait faire tache d'huile.

32Bien avant ce temps, dans le contexte politique et économique des xiie-xiiie siècles, il est en tout cas clair que les nouvelles indépendances balkaniques ne pouvaient être vues, d'Occident, que comme l'occasion, trop longtemps attendue, de s'engouffrer sur un marché où il avait jusque-là rencontré trop d'obstacles et qu'il était bien décidé à exploiter au maximum ; de ce jeu inégal, l'ensemble des Balkans ne pouvait sortir que vaincu et, en premier lieu l'Albanie où la mise en tutelle économique coïncide avec l'avortement politique, alors que, chez ses voisins serbes, bosniaques et grecs, des fantômes d'États feront encore longtemps illusion.

33Doit-on rappeler que, au xixe siècle, l'Albanie se retrouve dans une situation fort semblable, au sortir d'une domination ottomane qui signifiait aussi pour elle le déchaînement des appétits de ses voisins et des grandes puissances puis, à terme, la restriction drastique de son territoire historique ? Comment ne pas lui souhaiter aujourd'hui d'être en mesure d'apprécier les risques qu'elle peut à nouveau encourir de la part de ses ennemis traditionnels comme de ses nouveaux amis, dont l'altruisme serait sans doute à démontrer ? Pour ce faire, une relecture de son histoire, trop longtemps manipulée, devrait être un utile enseignement.

Notes

1 Pour les relations de la côte dalmate avec Byzance, nous renvoyons à J. Ferluga, L’Amministrazione bizantina in Dalmazia, Venise 1978.

2 Il faut toujours relire, à ce sujet, l’introduction générale de La Méditerranée au temps de Philippe II, de F. Braudel, qui souligne surtout à quel point ce type de navigation, qui laisse souvent peu de traces, assure, dans la longue durée, une part importante, et peut-être l’essentiel, du trafic méditerranéen. Sur le trafic d’Amalfi avec le monde musulman et Byzance, cf. M. Balard, Amalfi et Byzance, TM 6, 1976, p. 85-95, et Cl. Cahen, Le Commerce d’Amalfi dans le Proche-Orient musulman avant, pendant et après la Croisade, CRAI, avril-juin 1977, p. 291-300.

3 La série de « paix » que Raguse passe, entre 1189 et 1208, avec Rovinj, Fano, Ancône, Monopoli, Bari, Termoli et Molfetta, met évidemment un terme à de longs conflits pour la maîtrise des parages dalmates ; cf. J. Radonić, Dubrovačka Akta i Povelje I/1, nos VII, X, XI, XII, XIII, XIV et XV, p. 10-18.

4 On ne sait rien, en particulier, à cette date, de la future Via de Zenta, ce qui s’explique si l’on songe que la Dioclée n’est mentionnée elle-même qu’en 1166 dans les textes grecs, et encore d’une manière douteuse ; cf. Ferluga, L’Amministrazione bizantina in Dalmazia (ouvrage cité supra n. 1). en part. p. 254-255.

5 A. Ducellier, La Façade maritime de l’Albanie au Moyen Age. Durazzo et Valona du xie au xve siècle, Thessalonique 1981, p. 18-20 et 76-77.

6 Sur la position, controversée, de Déabolis, cf. Ducellier, La Façade (ouvrage cité note précédente), p. 20-22 et 77-79 et passim, notre étude, L’Arbanon et les Albanais au xie siècle, TM 3, 1968, p. 353-368 ( = L’Albanie entre Byzance et Venise, Londres 1987, IV).

7 Ducellier, La Façade, p. 80.

8 Ibid., p. 17 s.

9 Sur les profondes réformes introduites par Alexis, H. Ahrweiler, Byzance et la Mer, Paris 1966, p. 175-181 et 222 s., et Ducellier, L’Arbanon et les Albanais (cité supra n. 6), p. 364-367.

10 Pour la période qui précède 1050, nous croyons cependant que. comme l’écrit J. Ferluga, Durazzo e la sua regione nella seconda metà del secolo x e nella prima del secolo xi, ZRVI 8, 1964, p. 117-132 ( = Byzantium on the Balkans, Amsterdam 1976, p. 225-244), Dyrra chion fut bien un des principaux débouchés sur la mer des Slaves macédoniens, mais le sort très souvent commun que connaissent alors Dyrrachion et les zones macédono-diocléennes laisse à penser que la voie principale du négoce slave passait par Scutari, même si les marchandises étaient ensuite acheminées sur Dyrrachion, évidemment le port le mieux équipé.

11 Il va de soi que l’importante flotte déployée en faveur de l’Empire en 1081, et du reste battue par Guiscard, ne peut donner aucune idée des moyens navals de la République, malgré nombre d’historiens qui se sont employés à les grossir exagérément ; cf. R. Cessi, Storia della Repubblica di Venezia, rééd. Florence 1981, p. 124-125. Sur la subordination de la flotte byzantine au commandement vénitien, voir Ahrweiller, Byzance et la Mer (cité supra n. 9), p. 180-181.

12 La mention d’une église nommée Santa Maria dei Melfitani à Durazzo au xive siècle (cf. K. Jirečεκ, Die Lage und Vergangenheit der Stadt Durazzo in Albanien, dans L. von Thalloczy, Illyrisch-Albanische Forschungen, I, Munich-Leipzig 1916, p. 159) ne nous semble plus aussi décisive aujourd’hui : il peut aussi s’agir d’une église fondée par une communauté de Melfi, à l’époque angevine (cf. Ducellier, La Façade, p. 71).

13 « Οἱ δ’ ἐντòς Δυρραχίου, καθάπερ ό λόγος ἐδήλωσεν, έπεί οί πλείους ἀπò Μέλφης καὶ Βενετίας ἦσαν ἄποικοι... » : Anne Comnène, Alexiade, V, 1, éd. В. Leib, t. II, p. 7 ; Ducellier, La Façade, p. 71. A notre sens, Fr. Thiriet, La Romanie vénitienne au Moyen Âge, Paris 1959, p. 34-35, donne une juste image des intérêts vénitiens dans l’Empire avant 1081 : ils sont dominés par le souci de maîtriser l’Adriatique qu’ils ne dépassent guère en réalité.

14 « Καὶ τῆς ἀκροπόλεως φρουρὰν τοῖς ἐκκρίτοις Βενετικοῖς τῶν έκεῖσε ὰποίκων ἀνέθετο... » : Anne Comnène, Alexiade, IV, 8, t. I, p. 168 ; Ducellier, La Façade, p. 71-72.

15 G. Malaterra, De Rebus Gestis Roberti Guiscardi, III, 28, qui lui donne le nom de Domenico. On rappellera pourtant que, selon Guillaume de Pouille, IV, p. 449, le traître était amalfitain.

16 « Erat autem, ea tempestate, apud Duracium venetianus quidam, nomine Dominicus, no-bili genere, cuius providentiae major turris ad tuendum delegala erat » : Malaterra, De Rebus, ibid.

17 « Praeter in is repositam aphesim que debet dari ad chelandia. » On notera que le renouvellement de 1187, par Isaac II, donne apparatus à la place d’aphesim : G. L. Fr. Tafel, G. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels-und Staatsgeschichte der Republik Venedig, Vienne 1856-1857, t. I, p. 118. Notons que, parmi les éléments mis au jour en 1989, entre l’amphithéâtre et la Grand Porte de l’enceinte de Durrës, les restes d’une église anonyme, entourée de bâtiments non identifiés, pourraient être identifiés avec cette église Saint-André ; ils s’élèvent en tout cas à proximité du port médiéval.

18 C’est le cas d’un miracle de saint Nicolas rapporté par l’Anonymus Littorensis, vers 1090 ; voir Ducellier, La Façade, p. 72.

19 Anne Comnène, Alexiade, VI, 6, t. II, p. 56-57 ; Ducellier, La Façade, p. 72.

20 Cessi, Storia (cité supra n. 11), p. 122-123.

21 À vrai dire, le fait ne repose que sur les chroniques ragusaines, très douteuses, et sur Orbini, qui ne l’est pas moins ; à ce sujet, voir B. Krekić, Dubrovnik (Raguse) et le Levant au Moyen Âge, Paris 1961, p. 18-19.

22 Ducellier, La Façade, p. 102, avec les références. Le rôle de Dyrrachion dans ce système est encore important vers 1171 ; voir Id., ibid., p. 73. Sur l’importance de ces parages lors de l’expédition d’Ancône, voir Ahrweiler, Byzance et la Mer, p. 259-261.

23 Anne Comnène, Alexiade, IV, 2, t. I, p. 146 ; Ahrweiler, Byzance et la Mer, p. 179-180.

24 Anonymus Littorensis, Miracula, dans Recueil des Historiens des Croisades, t. V, 1ère partie, p. 283A-B - 284B ; Ducellier, La Façade, p. 72 et n. 73-74.

25 Envoyés « ultra mare... ut triticum et legumina et alia necessaria monasterio deferrent », les frères abordent « Epiri portum », Anonymus Littorensis, ibid., et L. Malltezi, Rreth monopolit të sthetit venedikas mbi drithin në Shqipëri në shk. xv (A propos du monopole de l’État vénitien sur le grain au xve siècle), Studime Historike 1986, 1, p. 129-131. Cf. aussi Sp. Shkurti, Vreshtaria në Shqipërinë mesjetare (shek. xiii-xv) (Les vivres en Albanie médiévale, xiiie-xve s.), Studime Historike 1983, 2, p. 125-141.

26 Ducellier, La Façade, p. 61-62, avec les références.

27 Sur cette crise, qui devait aboutir à la confiscation de 1171, voir Thiriet, La Romanie vénitienne (cité supra n. 13), p. 49-52.

28 L. V. Thalloczy, K. Jireček, M. Šufflay, Acta Albaniae. t. I, Vienne 1913, n° 98. p. 32 (3 janvier 1168 pour la quittance) ; Ducellier, La Façade, p. 80-81.

29 Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 44-47.

30 R. Morozzo della Rocca. A. Lombardo, Documenti del Commercio veneziano nei secoli xi-xiii, t. I, Rome 1940, n° 61, p. 64-65. Mais on peut se demander, comme ce sera le cas à la fin du Moyen Age, si le terme de L’Arta ne cache pas ici le port de Narta, sur le lac de Karavasta (καραβοστάσις) en Albanie.

31 On en trouvera de nombreux exemples dans Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 44-45, l’activité la plus notable étant à cette époque celle de Romano Mairano.

32 Ducellier, La Façade, p. 80.

33 Stefano Morosini, cousin de Vitale Voltani, devra porter les marchandises, « de supra-scripta Stive... in Dirachio per terra et de Durachio per mare debeam ire in Venecia ». Cependant, on notera qu’un voyage vers Corinthe et vers Constantinople est ensuite prévu par voie de mer (Morozzo della Rocca, Documenti (cité supra n. 30), t. I, n° 353, p. 347-349).

34 Ibid., t. I, n° 400, p. 392 ; dans cette colleganza, le socius procertans fait partie de la famille Falier, dont les activités en Orient sont bien connues à l’époque ; cf. Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 55 ; Ducellier, La Façade, p. 81.

35 La flotte croisée passe par Dyrrachion en mars 1203 et se contente d’y faire reconnaître Alexis IV. La ville reste donc byzantine jusqu’à l’expédition de juin 1205, qui était chargée de mener à Constantinople le patriarche latin Tommaso Morosini (Ducellier, La Façade, p. 122 et 125-126).

36 Le fait est noté par le chroniqueur Daniele Barbaro qui écrit que le vice-doge se résolut à soumettre Dyrrachion « venuto cio a notitia di Danieo Dandolo V. Dose, per non permetter che quei lochi andassero sotto la potestà de Genovesi » ; apprenant le départ de l’expédition vénitienne, les Génois « s’impaurirono di maniera che abbandonorno il Golfo, et solamente pochi giorni si trattenero intorno Corfù » : D. Barbaro, Historia Veneta raccolta et descritta dal Nob. Ho. S. Zuanne Bon, l’anno MDCXX, Biblioteca Marciana, Cod. Marc. Ital. Classe VII, 126 (colloc. 7442), f. 138-138v ; Ducellier, La Façade, p. 125, et Note sur les intérêts génois en mer Adriatique aux xive et xve siècles : le témoignage des archives ragusaines, Oriente e Occidente tra Medioevo ed Età Moderna. Hommage à Geo Pistarino, Gênes 1997, t. I, p. 191-216.

37 Malgré ce que nous en avons pu dire ailleurs (Ducellier, La Façade, p. 73), nous n’avons aucune preuve décisive d’un développement de cette colonie à la faveur du renouvellement des privilèges par Manuel Comnène en 1148.

38 « Provincia Jericho et Caninon cum omnibus in ea immobilibus existentibus » : Tafel-Thomas. Urkunden (cité supra n. 17), t. I, p. 278. Nous croyons avoir montré, contre Fr. Thiriet, que la provincia Caninon désigne Kanina et non Iôannina (La Façade, p. 88. n. 89).

39 « Abbatibus et ceteris Latinis, tam clericis quant laicis, apud Durachium commoranti-bus » : Acta Albaniae I, n° 98, p. 32 ; M. Šufflay, Srbi i Arbanasi, Belgrade 1925, p. 88.

40 La clause est jugée assez importante à Raguse pour être incorporée, en 1272, au Liber Statutorum de la République ; cf. v. Bogišić, c. Jireček, Liber Statutorum civitatis Ragusii, Zagreb 1884, p. lxiii, et les chroniques ragusaines ne manquent pas de le souligner (Ducellier, La Façade, p. 89, n. 93).

41 Ducellier, La Façade, p. 109, avec les références. Sur les progrès des missionnaires latins de Dalmatie vers le sud, voir A. Ducellier, Aux frontières de la Romanité et de l’Orthodoxie au Moyen Âge : le cas de l’Albanie. L’histoire à Nice : Actes du Colloque Intern. « Entre l’Orient et l’Occident », Nice 1981, Nice 1983, p. 1-16 ( = L’Albanie entre Byzance et Venise, XI).

42 « Durazzo, la qual città sollevata da alcuni cittadini potenti da di seguito non obediva nè a Baldouino legitimo Imperatore, nè anco al Lascari » : Barbaro, Historia Veneta (cité supra n. 36), f. 138 ; Ducellier, La Façade, p. 69-70 et 106-107.

43 Sur ce problème et les variations du titre, voir Ducellier, La Façade, p. 130-131.

44 Ibid., p. 127-128.

45 Tafel - Thomas, Urkunden, I, p. 569-571= A.S.V., Codex Trevisaneus, f. 280.

46 Ducellier, La Façade, p. 128-129 ; sur Glyky, voir V. Hrochova, Byzantskà Mesta ve 13-15 stoleti, Prague 1967, p. 41-42 s.

47 Ducellier, La Façade, p. 131.

48 Ibid., p. 138-140. Contra, D. Nicol, The Despotate of Epiros, Oxford 1957, p. 30 s.

49 C’est ce que pense D. Nicol, The Despotate (cité note précédente), p. 26-27, qui cherche à démontrer que Venise, nourrissant « de hauts desseins » pour l’avenir du Duché, aurait admis ce partage pour aboutir à une triple alliance, dont nous n’avons aucune preuve ; Ducellier, La Façade, p. 140-142.

50 Ducellier, La Façade, p. 133-135, où ces aspects économiques sont très certainement exagérément surévalués.

51 Tafel - Thomas, Urkunden, t. II, p. 121 s. ; Ducellier, La Façade, p. 143-145.

52 Sur cette longue et pittoresque affaire, Ducellier, La Façade, p. 147-149. Le prétexte en est l’exclusion des non-citoyens de toutes les fonctions relevant du territoire vénitien (cf. Thiriet, La Romanie vénitienne, p. 124), mais la réalité est bien le désir de Venise de garder la main sur les biens de l’archevêché.

53 Ducellier, La Façade, p. 149.

54 Nicol, The Despotate, p. 30-31.

55 Ducellier, La Façade, p. 149-151, où ce contexte politique est insuffisamment mis en relief ; il est en effet classique de considérer l’expédition de l’empereur Pierre comme une pure aberration. Elle cache en réalité certainement un vrai dessein stratégique et politique.

56 Georges Akropolitès, Bonn, p. 141-142 et 148 ; Ducellier, La Façade, p. 169-171.

57 « Kαì ó ἀπó τοῦ ’Aλβάvoυ ὁ Гоυλάаμоς, ἐπεὶ πρòς τὰ τῆς Кαστορíας συvδιῆγε μετὰ τоῦ ἐξ ’Aλβάvου στρατοῦ μέρη, σύζυγοv ἕχωv τῆς βασιρλίδος Eἰρήvης αὐταvεψιὰv πρωτεξαδέλφης αὐτῆς θυγατέρα, λóγοις μειλιχíoις Καὶ γράμμασιv γράμμασιv ὑποσχέσεωv τῶv ὑπò τοῦ βασιλέως θελχθεὶς προσῄει τῷ βασιλεῖ » : Georges Akropolitès, Bonn, p. 140, 11-15.

58 Malgré d. Nicol, The Despotate, p. 162-163, qui, avec toute l’historiographie albanaise, suppose un nouveau retournement de Gulam, à la tête des « alliés » albanais de Michel d’Épire, Akropolitès, « prêteur » de Théodore II dans la région et donc acteur des faits, ne dit plus un mot du prince après l’épisode de 1252 : il se borne à écrire qu’il a trouvé « les Albanais » révoltés contre le gouverneur Constantin Kavarôn, et l’omission du nom de Gulam prouve alors à l’évidence que le prince avait bel et bien disparu de la scène, Georges AKropolitès, Bonn, p. 150, 7. Quant à l’idée que Constantin Kavarôn aurait, de son côté, rejoint Michel II, comme l’écrit B. Ferjančić, Albanci u Vizantiskim izvorima, dans Iliri i Alhanci, Belgrade 1988, p. 292, c’est une conclusion forcée de ce même passage où Akropolitès se borne à dire qu’il fut fait prisonnier parce qu’il avait cédé aux charmes de Maria Pétraliphas, belle-sœur du souverain épirote.

59 Sur cette reprise, outre les travaux déjà cités, cf. A. Ducellier, Le Bassin Adriatique, exutoire du commerce balkanique à la fin du xve siècle : la voie de mer, dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, t. II, Paris 1992, p. 277-288 ; et, du même, Voies et Produits du commerce balkanique après la chute de Constantinople : les routes terrestres, Byz. Forsch. 17, 1991, p. 5-24.

60 A. Ducellier, La Façade maritime de la principauté des Kastriotë, Studia Albanica 6, 1968 ( = L’Albanie entre Byzance et Venise, VII), et, malgré son peu d’ouverture à la documentation occidentale, S. Daci, Forcimi i Familjeve feudale dhe zotërimet e tyre në krahinën e Lezhës në shekujt xiii-xv, Gjurmime Albanologjike 13, Prishtinë 1984, p. 99-105 (rééd. Studime Historike 1989, 1, p. 97-103).

61 L. Malltezi, Qytetet dhe roli i tyre në lidhjet ekonomike midis krahinave shqiptare në shek. xiii-xv (Les villes et leur rôle dans les relations économiques entre les régions albanaises aux xiiie-xve siècles), Studime Historike 1982, 4, p. 135-146. Voir aussi, du même auteur, Qytetete Bregdelit Shqiptar gjatë sundimit venedikas, 1392-1478 (Les villes du littoral albanais pendant la domination vénitienne, 1392-1478), Tirana 1988, qui, dans la limite étroite de la liberté d’expression de l’époque, a tenté avec sérieux une synthèse pour laquelle lui manquait nombre d’éléments de documentation.

62 Voir, à ce sujet, A. Ducellier, B. Imhaus, B. Doumerc et J. De Miceli, Les chemins de l’exil. Bouleversements de l’Est européen et migrations vers l’Ouest à la fin du Moyen Âge, Paris 1992.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540