Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

L’argent et le pouvoir chez les chefs arméniens de l’Euphratèse à l’époque de la première croisade

Gérard Dédéyan

Texte intégral

1L’Euphratèse, c'est-à-dire la région du coude de l’Euphrate (avec comme villes importantes Mélitène, Samosate et Teluch sur la rive ouest, Édesse sur la rive est), longtemps placée sur la frontière byzantino-arabe, avait dû à sa position géopolitique une certaine dépopulation et une certaine récession économique, dans le courant du xe siècle.

2Région anciennement urbanisée où s’effectuaient des contacts entre deux empires - byzantin et musulman - aux possibilités commerciales considérables et souvent complémentaires, l’Euphratèse avait longtemps profité du dynamisme des négociants indigènes, parmi lesquels les Syriaques jacobites n’étaient pas les moins actifs.

3L’Euphratèse, au xie siècle, est sous contrôle byzantin, se partageant entre les thèmes de Mélitène, des Villes Euphratiques et de Teluch, sur la rive droite du fleuve, et le duché d’Édesse, sur la rive gauche.

4Trois vagues migratoires s’y succèdent : à la fin du xe siècle, l’immigration syriaque jacobite (avec un flux mineur arménien) ; après le milieu du xie siècle, l’immigration arménienne qui, comme la précédente, est une immigration de cadres et de peuplement ; à la fin du xie siècle, l’installation des Francs, venus avec la Première Croisade (1095-1099), qui constituent une immigration de cadres.

5Les fruits de l’essor économique de l’Euphratèse, dus essentiellement aux Syriaques jacobites, après avoir été détournés à leur profit par les Arméniens, sont confisqués finalement par les Francs qui, comme leurs prédécesseurs, y trouvent un puissant soutien pour asseoir leur pouvoir politique et militaire.

I. Une communauté prospère : les Syriaques jacobites

L’immigration syriaque

  • 1 G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe et au xie sièc (...)
  • 2 Sur ce problème, cf. G. Dédéyan, Les Arméniens en Cappadoce aux xe et xie siècles, Le Aree omogene (...)

6La Reconquête byzantine à la fin du xe siècle a entraîné un dépeuplement de la région frontalière, particulièrement celle du coude de l’Euphrate. Il parut indispensable à l’empereur Nicéphore Phokas (963-969) d’installer dans ce secteur, et plus particulièrement autour de Mélitène, une population chrétienne qui eût l’habitude de vivre entre l’Empire byzantin et le Califat ‘abbāside. En 965, un acte impérial promettait aux Syriaques jacobites, communauté qui se trouvait dans le cas précité, de faire cesser toute persécution de l’Église chalcédonienne à leur encontre, s’ils venaient, avec leur patriarche, peupler la région de Mélitène1. Cette politique migratoire menée par les basileis vis-à-vis des Syriaques jacobites est à mettre en parallèle avec les encouragements prodigués, depuis le début du xe siècle, à l’immigration arménienne, immigration amplifiée à la fin du xe siècle et destinée essentiellement à fournir des cadres, des troupes, des garnisons, pour certains anciens thèmes « romains » de l’empire, mais surtout pour les nouveaux thèmes, dits « arméniens », du nom de l’ethnie dominante, installée sur la frontière, face aux musulmans2. En ce qui concerne le patriarche et les Syriaques jacobites, ils répondirent à l’appel du basileus vers 969-970.

Prospérité de l’Église jacobite

  • 3 Dagron, Minorités ethniques (cité supra n. 1), p. 188.
  • 4 Ibid.
  • 5 Ibid., p. 188-189.
  • 6 Ibid., p. 189.
  • 7 Ibid., p. 191.
  • 8 Ibid., p. 190.
  • 9 Ibid., p. 192.

7On peut apprécier l’importance et la progression du peuplement syriaque d’après l’implantation des évêchés nouveaux et la multiplication des monastères3. Une trentaine d’évêchés nouveaux sont cités dans une période allant de 936 à 10724, entre autres : dans la région de Mélitène (Claudia et Gûbôs) ; dans la région de Maras (Cahan, Gudpaï) ; dans la région de l’Euphrate en aval de Mélitène (Kaṙkaṙ, Hisn-Mansūr, esun, Raban)5. Quant aux nouveaux monastères, presque tous sont à situer autour des grands centres reconquis par Byzance : Maras, Mélitène, Édesse. La fondation de ces couvents n’est pas seulement la preuve d’une immigration continue, mais aussi celle d’une exploitation économique du pays6. De son nouveau siège de Bârïd (dans le Cahan), qui remplace le couvent de Barsaumā de 969 à 10287, le patriarche donne l’impulsion. Très vite, les couvents se signalent par leur richesse : c’est le cas du couvent de Sargīsiyah, dans le pays de Gūbōs, sans cesse agrandi, comblé de dons par le gouverneur (sans doute jacobite) de la région et dont l’église recèle un trésor de tentures, de vases d’or et d’argent et de riches manuscrits8. Le couvent de Bar Gagaï (dans la région de Mélitène) bénéficie également des libéralités d’un bailleur de fonds jacobite, le patrice Eutychès (alias Kulayb)9. Les moines jacobites paraissent habiles à trouver l’argent nécessaire à cette fièvre de construction qui s’accompagne d’ailleurs d’une véritable effervescence culturelle.

Marchands et banquiers jacobites

  • 10 Ibid., p. 194.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid., p. 193.

8Il faut dire que les grands fondateurs sont de famille illustre, c’est-à-dire, s’agissant de la communauté jacobite, aisée. D’ailleurs, de nombreux marchands émigrent également, venus du Dār al-Islam, apportant avec eux quantité de monnaies d’or (dinars arabes, nomismata byzantins), ainsi qu’un réseau de relations commerciales qui a au moins l’étendue de la diaspora jacobite : celle-ci, particulièrement dense entre Antioche et Bagdad - principal axe pour les transactions –, est également représentée du lac de Van au delta du Nil. Une famille attire l’attention : c'est celle des fils de ‘Abū Imrān, venus d’Irak en terre d’Empire pour y trouver un statut fiscal plus avantageux10. Installés dans la région de Mélitène, ils deviennent, grâce à leur fortune fabuleuse, non seulement des constructeurs d’églises, mais peut-être également les « banquiers » de Basile II (976-1025) qui leur aurait emprunté 720 000 nomismata, et en tout cas, au moment de l’invasion turque, les négociateurs de la libération des prisonniers chrétiens11. Retenons à ce propos que la prospérité de la région, surtout sur la rive ouest de l’Euphrate, ne décline qu’avec l’irruption des Turcs dans les grandes villes (sac de Mélitène en 1058) et les débuts du banditisme arménien (méfaits des Benē Kazrīg en 1065)12.

II. L’installation des Arméniens et les exactions à rencontre des Syriaques jacobites

Les débuts du brigandage arménien : Philarète Brachamios

  • 13 Trad. J.-B. Chabot, 3 vol. , Paris 1905, réédit. anastatique, Bruxelles 1963, 3, p. 162-163.
  • 14 Fonction équivalant à celle de duc.
  • 15 Michel le Syrien, 3, p. 163.
  • 16 Cf. J.-C1. Cheynet, J.-Fr. Vannier, Études prosopographiques, Paris 1986 (Byzantina Sorbonensia 5) (...)
  • 17 Michel le Syrien, 3, p. 173.
  • 18 Ibid., p. 174-175.
  • 19 Ibid., p. 180.

9À la suite de l’invasion des Turcs salḏjūḳides en Arménie (et bientôt en Asie Mineure) à partir du milieu du xie siècle, des seigneurs arméniens, souvent fonctionnaires au service de Byzance, profitent de la désorganisation de la frontière de l’Empire pour créer, à leur profit, des pouvoirs locaux ; outrepassant les obligations de leurs charges, ils transforment les opérations militaires en expéditions de pillage et les levées d’impôts en exactions organisées. Le premier cas connu est celui des Benē Kazrīg qui, à la tête de trois cents hommes, pillent les trésors des couvents, enlèvent des troupeaux et exigent de certains villages des contributions allant de 500 à 1 000 dinars, selon Michel le Syrien13. Dans le même temps, ces brigands avaient obtenu, par le katepanô de Mélitène14, un chrysobulle de l’empereur leur concédant officiellement quatre villages de la région de Gūbōs et Claudia15, ce qui leur permit d’effectuer leurs méfaits sous le couvert de l’autorité impériale. Après la victoire de Manazkert (1071) qui consacra le repli des troupes byzantines et l’effacement de l’autorité de Constantinople, Philarète Brachamios, un Arménien de confession chalcédonienne, fait également figure, mais à grande échelle, de chef de bande et de représentant des pouvoirs publics. Remarquons ici que les sources arméniennes ne parlent pas en général du banditisme arménien, sauf dans le cas notoire de Goł Vasil, « Basile le Voleur », dont le nom et le surnom ont été conservés par tous les auteurs de l’époque, qu’ils soient francs, grecs, syriaques ou arabes. Directement victime des méfaits de ses voisins arméniens, la communauté syriaque, à travers ses chroniqueurs, en a largement conservé le souvenir, et d’abord pour Philarète (1072-1090), émancipé après Manazkert et maître à un moment donné de la Cilicie, de la région d’Antioche, de l’Euphratèse et même de la ive Arménie, avec dignité de curopalate et la charge de Domestique des Scholes (généralissime)16. Pour Michel le Syrien, qui est surtout attentif aux activités « parallèles » du personnage, Philarète commence sa carrière dans la région de Maras, à la tête de cinquante brigands, se livrant au pillage à la suite des Turcs17. Une fois devenu délégué impérial, Philarète extorqua de fortes sommes d’argent au clergé jacobite18. Il reçut des pots-de-vin d’anti-patriarches qui se manifestèrent alors : Marcus, compétiteur de ‘Abdūn, donna à Philarète « trois mille dinars, deux mille des siens et mille du couvent »19.

Les épigones de Philarète : Gabriel et T‘oros

  • 20 Ibid., p. 181.
  • 21 Ibid., p. 180.
  • 22 Ibid., p. 185.

10Mais c'est surtout chez les épigones de Philarète que l’on peut relever les malversations à l’égard de la communauté syriaque. Gabriel, un Arménien de confession chalcédonienne également, duc byzantin de Mélitène, et en fait gouverneur autonome de 1082 à 1102, reçut 400 dinars pour confirmer le patriarche légitime, Athanase (‘Abdūn lui avait proposé 2 000 dariques)20. En 1096, Gabriel empoisonna un parent des fils de ‘Abū Imrān, sans doute pour le dépouiller. L’année suivante, il massacra « huit marchands honorables [...] il prit de leurs maisons, et de celle de ‘Abū Manṣūr, fils de Malka, de l’or, de l’argent et des objets ; et de l’église de l’évêque, il prit des croix, des encensoirs, même du chrême et tout le trésor21 ». Il s'agissait là d’un véritable patriciat marchand (dont les membres sont souvent qualifiés de akhidē, « princes »), étendant ses ramifications dans tout l’Empire ; on sait qu’à Constantinople, jusqu’au règne d’Alexis Ier Comnène, les Syriaques jacobites, comme les Arméniens, avaient une église, « et dans chacune d’elles se trouvaient un prêtre et une corporation de négociants séculiers22 ».

  • 23 Anonyme Syriaque, trad. Abouna, Louvain 1974 (CSCO), p. 62-63.

11Cette précision donne à constater que les marchands jacobites (et sans doute aussi des marchands arméniens) étaient présents dans la partie européenne de l’Empire. Sous Jean II Comnène (1118-1143), un Syriaque se rendit célèbre en Hongrie en découvrant une mine d’or23.

  • 24 Dans Recueil des Historiens des Croisades, Historiens occidentaux (désormais HOC), 1/1, p. 708.
  • 25 HOC, 4, p. 165.
  • 26 Ibid., p. 354.
  • 27 Guillaume de Tyr, HOC, 1/1, p. 156.
  • 28 Ibid., p. 157.

12Le gendre de Gabriel, T‘oros le Curopalate, duc byzantin et, en fait, gouverneur indépendant d’Édesse, en Osrhoène (1094-1098), lui aussi de confession chalcédonienne, ne paraît guère avoir davantage ménagé ses administrés, qui étaient Syriaques jacobites et Arméniens apostoliques ; il y avait, mais cette fois-ci au-dessous d’ïšxank‘, c'est-à-dire de « princes » de tradition arménienne (constituant donc une aristocratie guerrière), un patriciat marchand, jouant sans doute le rôle d’intermédiaire entre le côté syrien (la région d’Antioche, en particulier) et l’arrière-pays irakien. Quand, avec l’établissement du pouvoir franc, les ïšxank‘ auront disparu, la fonction commerciale de la ville ressortira plus encore : à la veille de la chute d’Edesse (sous les coups de Turcs, en 1144), ne sont restés dans la ville que les « Chaldéens » (c'est-à-dire les Syriaques jacobites) et, parmi les Arméniens, des gens impropres à la guerre, les uns et les autres « n’étant experts que dans l’art de commercer » selon Guillaume de Tyr24. La population d’Edesse reprochait à T‛oros de prélever sur elle de lourdes sommes pour payer tribut aux Turcs, affirmant qu’ « il les avait dépouillés de leur or et leur argent », sans pour autant réussir à assurer la sécurité des biens et des personnes. Selon Guibert de Nogent : « À Édesse, ville de Mésopotamie, le pouvoir appartenait, comme nous l’avons appris de ceux qui y ont séjourné, à un homme ayant la charge de duc qui assurait la protection de la région chrétienne qu’il dirigeait contre les incursions des Barbares moins par les armes que par les levées d’impôts25. » Albert d’Aix raconte que T‛oros leur enlevait à tous « leur or et leur argent » et que, lorsqu’ils protestaient, il les livrait à la vindicte des Turcs26. Si, en février 1098, T‛oros est en mesure de proposer à Baudouin de Boulogne, pour le prix de son aide armée, la moitié de « tous les biens, redevances et tributs » revenant au gouverneur27, puis, après des pourparlers, « la participation à part égale à tous ses biens, de son vivant, et sa succession intégrale, après sa mort28 », c'est qu’il ne craignait pas de s'enrichir aux dépens de ses concitoyens, même si les sources syriaques soulignent la haine de ceux-ci à son égard sans en exposer les motifs.

Goł Vasil

  • 29 Éd. Akélian, Venise 1956, p. 122.
  • 30 Cf. ibid.
  • 31 Michel le Syrien, 3, p. 199.
  • 32 Albert d’Aix, HOC, 4, p. 441.
  • 33 Ibid., p. 395.
  • 34 Guillaume de Tyr, ibid., 1/1, p. 284.

13En revanche, Goł Vasil (« Basile le Voleur ») dont la carrière, à son apogée, est postérieure à la Croisade, a bâti sa réputation sur ses brigandages, trop notoires pour que les sources arméniennes puissent les occulter (même si elles donnent parfois au surnom Goł le sens de « conquérant »). Cet épigone de Philarète, mort en 1112, n'est devenu maître de la Commagène, sur la rive occidentale de l’Euphrate, que grâce à une activité fort peu licite. Le Pseudo-Smbat, dans le manuscrit de Venise, évoque sa carrière en un raccourci saisissant : « Ce Goł Vasil avait d’abord été un démon : depuis le temps de sa jeunesse, il tuait et volait (gołanayr) et, avec ses compagnons, il vivait de rapines ; or ses œuvres d’iniquité lui réussirent : petit à petit, son ‛maître de nombreuses autres provinces comme K‛esun, Ṙapan, P‛arzaman, Hoṙomklay et de nombreuses autres provinces29. » Miraculeusement transformé en homme de Dieu et protecteur de l’Église30 (en raison de sa fidélité à la foi nationale), sans que les sources arméniennes mesurent l’inconséquence de leurs portraits successifs du personnage, le prince-brigand n'avait guère changé en réalité ; les sources syriaques nous le montrent faisant chasser les moines jacobites de leurs couvents pour les remplacer par les moines arméniens31 et les sources latines font état de doléances telles de la part des premiers que, durant l’été 1098, Godefroy de Bouillon dut conduire des expéditions punitives contre Goł Vasil et son frère Bagrat32. Ce dernier est en outre accusé d’avoir pillé des caravanes apportant de riches présents à Godefroy - l’une de la part de son frère Baudouin33, devenu comte d’Édesse (1098-1100), l’autre de la part du prince arménien « Nicosus »34.

III. La destination de l’argent

Réfection des remparts

  • 35 Sur la synonè, cf. Oxford Dictionary of Byzantium, New York-Oxford 1991, 3, p. 1994-1995.
  • 36 L. Bréhier, Les institutions de l’Empire byzantin, Paris 19762, p. 258-259 ; M. Kaplan, Les Hommes (...)
  • 37 H. Ahrweiler, Recherches sur l’administration de l’Empire byzantin aux ixe-xie siècles, BCH 84, 19 (...)
  • 38 Bréhier, Les Institutions (cité supra n. 36), p. 230. Oxford Dictionary of Byzantium, 2, p. 1112.
  • 39 Bréhier, Les Institutions, p. 261. Sur la question des fortifications, cf. H. Ahrweiler, Les forte (...)
  • 40 Michel le Syrien, 3, p. 180.

14Les sommes prélevées régulièrement sur la population correspondent à des impôts, l’impôt foncier (synônè), frappant les seuls propriétaires35, la capitation (kapnikon), devenue un fouage et payable par tous, ruraux et citadins36. Cela s'ajouta à la stratéia, contribution remplaçant le service militaire (désigné du même nom et dont la fiscalisation est achevée au xie siècle) et qui s'étendait à tous les contribuables37. A la fin du xie siècle, on signale l’existence, en Macédoine, de corvées imposées aux paysans exemptés du service militaire, corvées qui consistaient en fourniture de matériel et de personnel pour le travail des fortifications (c'est la kastroktisia)38. Car, aux xe-xie siècles, l’État mettait une partie des dépenses publiques (entretien de l’armée, fortifications, poste, routes) à la charge de la population et exigeait d’elle la main-d’œuvre et le matériel nécessaires39. Il est notoire que le duc de Mélitène, Gabriel, en raison de la menace turque, exigea de la part de ses administrés de gros sacrifices pour la réfection des remparts de la ville ; il semble même que si, en 1096 - l’année même de l’attaque du sultan salḏjūḳide de Nicée, Kilidj Arslān Ier, contre Mélitène -, Gabriel fit périr des marchands et pilla leurs demeures, c'est pour restaurer l’enceinte de la ville : « Il démolit des maisons et rebâtit la forteresse et le mur », nous dit Michel le Syrien40.

  • 41 Ed. Vałaršapat 1898, p. 250, Jérusalem 1869, p. 303, trad. par E. Dulaurier, Paris 1858, p. 210.

15Lorsque, en 1094, T‛oros le Curopalate isola la citadelle d’Edesse, tenue par une garnison turque, en construisant un rempart qui barrait à celle-ci l’accès à la ville-même et en élevant vingt-cinq tours, comme le rapporte Matt‛ēos Uṙhayēc‛i (Matthieu d’Edesse)41, il avait eu assurément recours à des levées d’impôts supplémentaires.

Levée de troupes

  • 42 Vałaršapat, p. 251, Jérusalem, p. 304, trad. p. 210.
  • 43 P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris 1977, ch. V, « Byzance au tournant de so (...)
  • 44 HOC, 4, p. 453.
  • 45 Bréhier, Les Institutions, p. 263. Sur le dioikètès, cf. Ahrweiler, Recherches sur l’administratio (...)

16Tandis qu’Édesse était également assiégée de l’extérieur, « de son côté, le Curopalate T‛oros, au cœur de lion, encourageait les citadins et distribuait d’innombrables trésors pour les besoins de la ville »42. Il s'agit sans doute là d’une forme de solde. On sait que, à la fin du xie siècle, le recours au mercenariat était prépondérant dans l’armée byzantine : sous Romain Diogène, plus encore sous Michel VII et Alexis Comnène, les corps de troupe étaient d’une incroyable diversité ethnique, malgré les tentatives de recrutement national de Nicéphore Botaniate et d’Alexis43. Dans ces conditions, on ne doit pas s'étonner de voir T‛oros proposer à Baudouin de Boulogne d’être traité comme un mercenaire. Si l’on en croit Albert d’Aix : « Il [T‛oros] disait en effet qu’il lui donnerait de l’or, de l’argent et de la pourpre en grande quantité, et des mules, des chevaux et des armes en grand nombre, s'il ne refusait pas d’être un défenseur et un auxiliaire pour lui-même [T‛oros], les citoyens et la région, contre les embûches et les attaques des Turcs, dans les lieux qui avaient été placés sous son autorité44. » Gabriel à Mélitène et T‛oros à Édesse ne purent fortifier leurs villes face à la menace turque qu’en recourant à ces moyens et à l’impôt. L’impôt était normalement levé dans les provinces par le dioikètès qui, à la fin du xie siècle, avait tendance à se transformer en fermier de l’impôt, au grand dommage des contribuables, qui avaient en outre à payer des impôts complémentaires et à régler les sommes dues, en cette époque de dépréciation de la monnaie, en ancienne (et donc bonne) monnaie d’or, et en chiffres ronds, alors que l’État acquittait ses paiements en nouvelle (et donc mauvaise) monnaie45. Les couvents avaient à acquitter leurs propres impôts.

Tributs

17Il y avait également des impôts indirects, en particulier sur la vente et la circulation des marchandises.

  • 46 HOC, 4, p. 353.

18Enfin, aux impôts levés normalement s'ajoutent les innombrables tributs exigés par l’occupant turc et dont la levée constante par T‛oros le Curopalate à Édesse explique l’impopularité et finalement la chute du gouverneur byzantin : Albert d’Aix parle, à ce propos, et concernant l’émir de Samosate, Baldukh, des « redevances et tributs en besants que ceux-ci [les Édesséniens] avaient coutume de lui payer pour préserver leurs vignes et leurs moissons46 ».

IV. L’arrivée des Croisés et la mainmise sur les trésors des Arméniens

Baudouin de Boulogne et la prise de pouvoir à Edesse

  • 47 Albert d’Aix, HOC, 4, p. 526.

19Les chroniqueurs arméniens ont souvent incriminé la cupidité des chefs croisés. Ceux-ci (sauf les Normands d’Italie du Sud) arrivaient de régions où l’économie monétaire en était encore à un stade embryonnaire. Tout comme les trésors entrevus lors du séjour à Constantinople (fin 1096-début 1097) auprès du basileus, les richesses accumulées pendant un mandat excédant souvent la durée légale (à cause de l’invasion turque) par les fonctionnaires de souche arménienne exerçant leur charge à la frontière orientale de l’Empire (Gabriel, T‛oros voire T‛at‛ul) ne pouvaient que fasciner les frustes chevaliers d’Occident. Baudouin de Boulogne, frère de Godefroy de Bouillon et premier comte d’Edesse (1098-1100), avait vu s'ouvrir à lui, à son arrivée dans la région de l’Euphrate, les coffres de certains princes : Gabriel, assiégé par les Turcs à Mélitène, lui proposa ses trésors, que le Franc refusa47.

  • 48 Ibid., p. 355.
  • 49 J.-Cl. Cheynet, Fortune et puissance de l’aristocratie (ixe-xiie siècle), Hommes et richesses dans (...)

20Baudouin de Boulogne, en revanche, sut profiter des richesses des seigneurs et notables de la région d’Edesse. On sait par Albert d’Aix que, lors de la révolution édessénienne de mars 1098 qui, avec la complicité tacite de Baudouin de Boulogne, mit fin au pouvoir et à la vie de T'oros le Curopalate, duc byzantin d’Édesse, ce dernier, espérant se rallier le prince franc, étala à ses yeux « ses trésors incomparables en [tissus de] pourpre, en vases d’or et d’argent, en innombrables besants48 ». La mort de T‛oros, le 9 mars 1098, permit à Baudouin de mettre la main sur les trésors des gouverneurs d’Édesse, accumulés depuis la semi-autonomie de la ville, à la suite de la bataille de Manazkert, désastreuse pour les communications des provinces orientales avec Constantinople. Il est, bien sûr, difficile de discerner ce qui, dans ces trésors, était le produit de taxes et d’impôts non reversés au gouvernement central et ce qui appartenait au patrimoine mobilier de ces gouverneurs. Par son testament, datant de 1083, nous savons que l’Ibère Grégoire Pakourianos, Grand Domestique d’Occident, possédait, entre autres biens mobiliers, des livres, des tissus et certainement du numéraire (dont le montant ne nous est pas connu)49, ce qui suggère un rapprochement avec les richesses de T‛oros, dont les vases précieux peuvent avoir une origine ecclésiastique. Loin de toute surveillance impériale - à la différence de son presque contemporain Grégoire († 1086) –, T‛oros a pu, plus facilement, confondre richesses publiques et richesses privées.

  • 50 Albert d’Aix, HOC, 4, p. 361 et p. 443.
  • 51 HOC, 1 /1, p. 285.
  • 52 C. Morrisson, La découverte des trésors à l’époque byzantine : théorie et pratique de l’heurésis, (...)
  • 53 Ibid., p. 325.
  • 54 Ibid., p. 335.
  • 55 Ibid., p. 325.
  • 56 A propos de l’enfouissement des trésors, on sait que leur répartition géographique (actuellement é (...)

21Le mariage de Baudouin (dont l’épouse franque était morte à Maraš) avec Arda, fille de l’Arménien Dawt‛uk (le frère de Kostandin de Kaṙkaṙ, adversaire de T‛oros), fut l’occasion pour le comte d’Edesse d’obtenir de son beau-père la promesse d’une dot exorbitante s'élevant à 60 000 besants, dont seulement 7 000 étaient payés à la fin de l’année 1098. Lors du complot anti-franc des ïšxank‘ d’Edesse en décembre 1098, Dawt‛uk s’enfuit pour ne pas être contraint de payer l’énorme solde de cette dot50. Les conjurés arméniens, redoutant la mainmise du comte d’Edesse sur leurs trésors, les avaient déposés au préalable dans les châteaux ou bourgs fortifiés du voisinage, comme l’indique Guillaume de Tyr51. On sait que, habituellement, les trésors étaient déposés dans des bourses, des vases, des jarres, des coffres de bois ou de métal52 ; les récipients étaient eux-mêmes mis à l’abri dans des cachettes aménagées dans les murs, sous le seuil d’une porte53, voire dans des puits ou des citernes. Basile II, qui renfloua les finances publiques par la découverte providentielle de trésors54, creusait « des couloirs en spirale et des galeries à la manière des Égyptiens55 ». C'était ce qu’avaient fait sans doute les nobles arméniens d’Édesse avant de transférer leurs trésors, par crainte des Francs, dans les châteaux des environs. Baudouin de Boulogne confisqua ces trésors, pour renforcer les structures militaires de son nouveau comté, sans plus de vergogne que les basileis dans les périodes de crise de l’Empire56.

  • 57 Albert d’Aix, HOC, 4, p. 442-443 ; Guillaume de Tyr, ibid, 1 /1, p. 285.
  • 58 Ibid, 1 /1, p. 285.
  • 59 Ibid., 4, p. 442.

22Cela n'empêcha pas Baudouin, une fois le complot dévoilé par un de ses familiers arméniens, de faire aveugler les deux principaux meneurs et d’imposer aux autres conjurés une énorme capitation allant de 20 000 à 60 000 besants57. La simple cupidité n'est pas seule à mettre en cause dans l’altitude de Baudouin de Boulogne. Les énormes amendes qu’il avait perçues à l’occasion du complot lui servaient à payer la solde des Francs qui, peu à peu, se substituaient aux Arméniens dans le gouvernement de la région, comme le rapporte Guillaume de Tyr : « Ainsi, s'étant procuré une quantité de quelque 20 000 pièces d’or, à ceux qui venaient le rejoindre et par l’aide desquels il soumettait à son autorité les villes et les bourgs voisins, il payait de généreuses soldes, et son seul nom inspirait de la crainte tant aux citoyens qu’aux populations proches58. » Déjà, lors de l’afflux d’immigrés francs, nobles ou roturiers, en provenance de la région d’Antioche, vers le printemps 1098, au témoignage d’Albert d’Aix, « Baudouin, à chacun, distribuait tous les jours des dons innombrables en besants d’or, en talents et en vases d’argent59 ».

  • 60 Guillaume de Tyr, HOC, 1 /1, p. 159.

23Les trésors de T‛oros le Curopalate permirent encore à Baudouin d’acheter à l’émir Baldukh, pour 10 000 besants d’or, la ville de Samosate qui menaçait Édesse par le nord60.

Baudouin du Bourg et l’asservissement politique et économique des Arméniens

  • 61 Ibid., p. 437.
  • 62 Ibid., p. 471.

24Baudouin du Bourg, cousin de Baudouin de Boulogne et son successeur à la tête du comté d’Edesse (1100-1118) avant de l’être à la tête du royaume latin de Jérusalem (1118-1131), eut le temps de se faire une solide réputation de cupidité. Marié à Morfia (Eumorphia), fille de Gabriel de Mélitène, il abusa de la richesse de son beau-père ; ce dernier avait déjà richement doté sa fille61 ; son gendre, prétextant qu’il était menacé de voir couper sa barbe - déshonneur suprême en Orient - s'il ne payait pas leur solde à ses chevaliers, lui extorqua, comme le rapporte Guillaume de Tyr, les 30 000 « michelites » nécessaires62.

  • 63 Vałarš., p. 309, Jérus., p. 385, trad., p. 268.
  • 64 Vałarš., p. 293-294, Jérus., p. 363, trad., p. 252-253.

25Les complots des notables arméniens d’Édesse contre le pouvoir franc permirent à Baudouin du Bourg de lever de fortes rançons : selon Matt‛ēos Uṙhayec‛i, l’archevêque Step'annos dut acquitter une somme de 1 000 dahekank‘ (équivalent arménien du nomisma byzantin), à multiplier sans doute par dix étant donné sa surprenante modicité, pour sauver sa vie63. Certains princes arméniens jouaient alors un véritable rôle de banquiers : c'est le cas de Goł Vasil qui rassembla lui-même en 1103, des différentes principautés franques ou arméniennes, les 100 000 dahekank‘ (lui-même en donnant 10 000) exigés par l’émir danishmendide de Sivas pour la libération de Bohémond Ier (le prince d’Antioche avait été capturé en 1100, comme nous le rapporte Matt‛ēos Urhayec‛i)64.

  • 65 Vałarš., p. 339, Jérus., p. 424, trad., p. 295.
  • 66 Vałarš., p. 340, Jérus., p. 426, trad., p. 296.

26Pour en revenir au comte d’Édesse, Matt‛ēos Uṙhayec‛i attribue l’éviction brutale des princes arméniens de l’Euphratèse entre 1114 et 1116 (Bagrat, frère de Goł Vasil, Vasil Tłay, fils adoptif du même, Kostandin de Kaṙkaṙ) par Baudouin du Bourg au désir de ce dernier de « s'emparer de leurs trésors » (ganjk‛)65 ; le chroniqueur, exaltant le courage et la piété du même Baudouin du Bourg, nuance son éloge en dénonçant le fait qu’il était « habile à détruire et obstiné à dérober » le bien d’autrui, « insatiable en ce qui concerne les trésors et l’argent monnayé, avare dans la distribution des présents »66.

Le numéraire utilisé

  • 67 HOC, 1/1, p. 471.
  • 68 Ibid.
  • 69 Anne Comnène, Alexiade, éd. B. Leib, 3 vol. , Paris 1937-1945, 3, p. 136.
  • 70 Ibid., p. 137.
  • 71 C. Morrisson, Le michaèlaton et les noms de monnaies à la fin du xie siècle, TM 3, 1968, p. 370-37 (...)
  • 72 Ibid., p. 372.
  • 73 Ibid., p. 373.
  • 74 Ibid.
  • 75 Ibid., p. 374.

27Concernant les sommes maniées par les princes arméniens de l’Euphratèse ou par les comtes francs d’Édesse, les sources latines les évaluent en « besants » (c'est-à-dire en monnaie d’or) de « Byzance » ou nomismata. Mais il ne s'agit pas là de nomismata frappés sous la dynastie macédonienne (867-1057). Guillaume de Tyr précise, à propos de la somme réglée par Gabriel pour la solde des chevaliers de son beau-père, qu’il s'agit de « michelites », de pièces frappées pour la première fois sous l’empereur Michel67, c'est-à-dire Michel VII Doukas (1071-1078). Le même Guillaume de Tyr évalue encore en « michelites » la rançon payée à l’émir artukide d’Alep, en 1124, pour la libération du roi de Jérusalem Baudouin II, ci-devant Baudouin du Bourg68. Lorsque Bohémond de Tarente, prince d’Antioche, échoue en 1107-1108 dans son attaque contre les Balkans byzantins et reconnaît la suzeraineté d’Alexis Comnène au traité de Déabolis, il mentionne, dans le texte du traité, cité par Anne Comnène, une indemnité annuelle versée par le basileus, à savoir « 200 livres à l’effigie de l’empereur Michel69 ». Il rappelle un peu plus loin cette somme de « 200 talents de bonne qualité et à l’effigie du seigneur Michel précédemment régnant70 ». Sur la foi d’un passage du Typikon de Grégoire Pakourianos pour le monastère de Pétritzos-Bačkovo (où celui-ci évoque, entre autres biens jadis confiés à son frère Apasios, tout un éventail de monnaies depuis le nomisma rômanâton jusqu’au nomisma michaèlaton) et après la confirmation fournie par des actes grec et latin de la fin du xie ou du début du xiie siècle, le michaèlaton, monnaie de faible valeur, doit être attribué à Michel VII71. Resté en circulation dans l’Empire jusqu’à la réforme monétaire d’Alexis Comnène (il était malgré tout de meilleur titre que le nomisma dévalué de Nicéphore Botaniate ou d’Alexis) en 1092, le michaèlaton72 persiste au-delà, dans les régions périphériques, Italie ex-byzantine et Euphratèse franque où, en 1103, Baudouin du Bourg, comte d’Édesse, verse en ce numéraire la solde de ses chevaliers73. Alexis Comnène lui-même utilisa parfois le michaèlaton pour des paiements74. En Euphratèse, la persistance de versements en michaèlata n'est pas seulement un phénomène de « survivance périphérique », c'est aussi une « utilisation renouvelée » de la monnaie : « Les pièces enfouies à la fin du xie siècle sont exhumées et remises en circulation au début du xiie siècle », d’autant plus que, dans cette région, il n'y a pas d’autorité politique frappant monnaie d’or75. De la même manière, environ une décennie auparavant, les chefs arméniens, pressés par les Francs, exhumèrent les trésors qu’ils avaient pu dérober à la cupidité des envahisseurs turcs.

  • 76 Par allusion au pinakion, mesure (1 /4 de modios) dont était diminué le modios de blé obtenu pour (...)
  • 77 Cinq études (cité supra n. 43.), ch. V, « Byzance au tournant de son destin », p. 285-287. Sur les (...)

28Michel VII s'est illustré par la dévaluation de la monnaie qu’il a effectuée (et dont la conséquence, l’augmentation du prix du blé, vaut à ce souverain le surnom de Parapinakès)76, bientôt imité par Alexis Comnène. Déjà, sous Constantin IX Monomaque (1042-1055) avait eu lieu une première dévaluation dans laquelle Paul Lemerle voyait « une dévaluation limitée, qui n'est pas [...] une dévaluation de crise, mais de prospérité77 ».

  • 78 Ibid., p. 292-293. Il faut souligner ici que les sources narratives arméniennes, à la différence d (...)
  • 79 Morrisson, Monnaies et finances (cité supra n. 77), p. 307.
  • 80 Ibid., p. 307-308.
  • 81 Ibid., p. 308.

29Le corollaire de cette prospérité et du développement des échanges avait été la promotion de la classe des marchands ou de la bourgeoisie d’affaires78. Les marchands et artisans des minorités chrétiennes orientales (Syriaques jacobites dans tout l’Orient byzantin et, sans doute aussi, au moins dans l’Euphratèse, Arméniens) participent à cet essor, y acquièrent des richesses qui en font les victimes des fonctionnaires byzantins, mais leur permettent également de contribuer à une sorte d’émancipation urbaine, par exemple à Édesse. La seconde dévaluation est « une dévaluation de crise79 ». L’altération du titre du nomisma reprend insensiblement sous Romain Diogène (1068-1071) et s'accélère à partir de Michel VII, les pièces de cette époque contenant autant d’argent et de cuivre que d’or80. Il y a alors non seulement pénurie d’or, mais aussi d’argent, le titre du miliarèsion baissant considérablement81.

  • 82 Ibid.

30Cette dévaluation explique que, dans de nombreux contrats, apparaît « une clause précisant que les versements doivent être effectués dans telle ou telle émission de meilleur aloi82 ». Nous avons vu, à ce propos, que Bohémond de Tarente exige le versement par le trésor impérial de « 200 talents de bonne qualité ».

  • 83 Dévaluation, p. 21 et n. 78.
  • 84 Ibid.
  • 85 Bibliography of Byzantine Coin Hoards, New York 1935 (Amer. Num. Soc., Notes and Monographs 67), p (...)
  • 86 Ibid., p. 25.
  • 87 Ibid.
  • 88 Ibid., p. 31.
  • 89 Ibid., p. 47.
  • 90 Ibid., p. 28.
  • 91 Lemerle, Cinq études (cité supra n. 43), p. 304. Pour plus de détails sur l’activité des chefs arm (...)

31Sous le règne d’Alexis Comnène, où la dépréciation monétaire, comme nous l’avons dit, s'accentue encore pendant la première décennie, les pièces frappées à l’époque de Michel VII faisaient, comparativement, figure de monnaie de bon aloi : c'est sans doute pour cette raison que les soldes ou les rançons, selon nos sources, sont parfois payées « en michelites ». La richesse en numéraire attestée, au tournant des xie-xiie siècles, chez les seigneurs arméniens (ci-devant fonctionnaires byzantins), les marchands ou les moines syriaques de l’Euphratèse, ne paraît pas procéder uniquement d’une thésaurisation, signe d’une crise économique. Certes, il a dû y avoir des enfouissements d’urgence, mais, dans la région de l’Euphrate, contrôlée par Philarète Brachamios et ses épigones, ils ont dû être moins nombreux qu’ailleurs dans l’Empire byzantin. Les principales trouvailles monétaires, rappelle Cécile Morrisson, sont situées à Amida (contrôlée par les Artukides), Erevan (aux mains des Sẖaddādides), Kars (conquise par les Salḏjūḳides)83, c’est-à-dire dans les régions dominées politiquement par les Turcs ou les Kurdes (la période critique semble avoir surtout été celle des années 1070-1090)84. À la frontière de l’Euphratèse arménienne, dans le moderne vilayet de Diyarbekir, S. Mc A. Mosser recensait l’invention de trésors monétaires enfouis en excellent état de conservation : 29 solidi de Constantin IX Monomaque (1042-1055) ; 17 de Constantin X Doukas (1059-1067) ; 1 et 16 de Michel VII (1071-1078)85 ; à Diyarbekir même (l’ancienne Amida, à 150 km environ au nord-est d’Edesse), dans la citadelle de Ḥīṣn Kayfā, ont été découverts 11 solidi de Michel VII86 ; dans la ville proprement dite, 25 solidi, quelque peu usés87. Si nous quittons cette région – le Diyār Bakr – pour la Transcaucasie, ce sont des monnaies de Constantin X que nous trouvons à Erevan88 et Lač‛in, en Arménie (Zangezur)89, comme à Dwiri, en Géorgie (ainsi que des pièces à l’effigie de Romain IV Diogène [1068-1071] et de sa femme Eudocie, veuve de Constantin X)90. Les marchands syriaques, pendant cette période, ont sans doute poursuivi leur trafic au ralenti, les ducs de Mélitène et d’Edesse lèvent taxe sur taxe, répartissant le produit de ces impôts (dont Constantinople ne profite plus, en raison de la coupure géo-politique avec la frontière orientale) entre les travaux de fortifications et la solde des mercenaires (prépondérants, surtout depuis Michel VII)91, d’une part, et les caisses ducales, de l’autre. Quant aux richesses accumulées par les couvents, et consistant surtout en trésors d’orfèvrerie, elles sont traditionnelles ; s'agissant des Jacobites, elles souffrent tout autant (sinon plus) des méfaits des Arméniens que des pillages des Turcs.

***

32En conclusion, la région de l’Euphrate, intermédiaire entre le monde byzantin et le monde musulman et redevenue, en quelque sorte, une sorte de « foyer » national pour la communauté jacobite à la fin du xe siècle, se signale, à la veille de l’invasion turque, par son exceptionnelle prospérité : celle-ci est due au dynamisme des hommes d’affaires jacobites qui, de Constantinople à Bagdad et de Mélitène à Alexandrie, ont tissé un réseau commercial international. L’administration byzantine permet parfois à ce patriciat marchand d’accéder à de hautes fonctions dans les thèmes de Mélitène et des Villes Euphratiques.

33L’effacement de l’Empire, dès le sac de Mélitène (1058), mais surtout au lendemain du désastre de Manazkert, permet aux Arméniens, refluant vers le sud et détenteurs de la force armée, de prendre le pouvoir en Euphratèse, sous le masque de la légitimité impériale, et de mettre la main sur les richesses de la communauté jacobite, soit par des voies légales (impôts directs et indirects), soit par des exactions, soit par des actes de brigandage.

34En dehors du fait qu’il satisfait leur cupidité personnelle, cet argent permet aux chefs arméniens d’organiser la défense de la frontière orientale en effectuant des travaux de fortification ou en levant des troupes, à une époque où le mercenariat prédomine dans l’Empire : l’argent est ainsi la clé de leur pouvoir.

35A l’arrivée des Croisés (fin 1097), les chefs arméniens de l’Euphratèse croient trouver en eux des mercenaires, dont une solde satisfera les ambitions. Ils se résignent bientôt à partager le pouvoir avec les Francs.

36Leur ayant souvent cédé leurs châteaux forts, ils leur abandonnent également leurs coffres-forts, indispensables pour l’entretien des premiers et la maintenance des garnisons.

Notes

1 G. Dagron, Minorités ethniques et religieuses dans l’Orient byzantin à la fin du xe et au xie siècle : l’immigration syrienne, TM 6, Paris 1976, p. 187.

2 Sur ce problème, cf. G. Dédéyan, Les Arméniens en Cappadoce aux xe et xie siècles, Le Aree omogenee della civiltà rupestre nell’ ambito dell’ impero bizantino : la Cappadocia, Galatina 1981.

3 Dagron, Minorités ethniques (cité supra n. 1), p. 188.

4 Ibid.

5 Ibid., p. 188-189.

6 Ibid., p. 189.

7 Ibid., p. 191.

8 Ibid., p. 190.

9 Ibid., p. 192.

10 Ibid., p. 194.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 193.

13 Trad. J.-B. Chabot, 3 vol. , Paris 1905, réédit. anastatique, Bruxelles 1963, 3, p. 162-163.

14 Fonction équivalant à celle de duc.

15 Michel le Syrien, 3, p. 163.

16 Cf. J.-C1. Cheynet, J.-Fr. Vannier, Études prosopographiques, Paris 1986 (Byzantina Sorbonensia 5), « Les Brachamioi », p. 57-74 ; voir aussi C. J. Yarnley, Philaretos, Armenian Bandit or Byzantine General, RÉArm. 9, 1972, p. 331-352, ainsi que G. Dédéyan, Les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1144), Thèse multigraphiée, 4 vol. , Lille 1991, 1, L’État de Philarète 1072-1090.

17 Michel le Syrien, 3, p. 173.

18 Ibid., p. 174-175.

19 Ibid., p. 180.

20 Ibid., p. 181.

21 Ibid., p. 180.

22 Ibid., p. 185.

23 Anonyme Syriaque, trad. Abouna, Louvain 1974 (CSCO), p. 62-63.

24 Dans Recueil des Historiens des Croisades, Historiens occidentaux (désormais HOC), 1/1, p. 708.

25 HOC, 4, p. 165.

26 Ibid., p. 354.

27 Guillaume de Tyr, HOC, 1/1, p. 156.

28 Ibid., p. 157.

29 Éd. Akélian, Venise 1956, p. 122.

30 Cf. ibid.

31 Michel le Syrien, 3, p. 199.

32 Albert d’Aix, HOC, 4, p. 441.

33 Ibid., p. 395.

34 Guillaume de Tyr, ibid., 1/1, p. 284.

35 Sur la synonè, cf. Oxford Dictionary of Byzantium, New York-Oxford 1991, 3, p. 1994-1995.

36 L. Bréhier, Les institutions de l’Empire byzantin, Paris 19762, p. 258-259 ; M. Kaplan, Les Hommes et la terre du vie au xie siècle, Paris 1992 (Byzantina Sorbonensia 10), p. 502, 547-548 ; Oxford Dictionary of Byzantium, 2, p. 105.

37 H. Ahrweiler, Recherches sur l’administration de l’Empire byzantin aux ixe-xie siècles, BCH 84, 1960, p. 20-24 ( = Etudes sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971, VIII) ; Oxford Dictionary of Byzantium, 3, p. 1965.

38 Bréhier, Les Institutions (cité supra n. 36), p. 230. Oxford Dictionary of Byzantium, 2, p. 1112.

39 Bréhier, Les Institutions, p. 261. Sur la question des fortifications, cf. H. Ahrweiler, Les forteresses construites en Asie Mineure face à l’invasion seldjoucide, Akten des XI. Inter-nationalen Kongresses, Munich 1960, p. 182-189 ( = Etudes sur les structures administratives [cité supra n. 37], XVII).

40 Michel le Syrien, 3, p. 180.

41 Ed. Vałaršapat 1898, p. 250, Jérusalem 1869, p. 303, trad. par E. Dulaurier, Paris 1858, p. 210.

42 Vałaršapat, p. 251, Jérusalem, p. 304, trad. p. 210.

43 P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris 1977, ch. V, « Byzance au tournant de son destin », p. 302-304. ; cf. aussi Ahrweiler, Recherches sur l’administration (cité supra n. 37), p. 33-36, N. Oikonomidès, L’évolution de l’organisation administrative de l’Empire byzantin au xie siècle (1025-1118), TM 6, p. 144-145.

44 HOC, 4, p. 453.

45 Bréhier, Les Institutions, p. 263. Sur le dioikètès, cf. Ahrweiler, Recherches sur l’administration, p. 44 ; Oxford Dictionary of Byzantium, 2, p. 627.

46 HOC, 4, p. 353.

47 Albert d’Aix, HOC, 4, p. 526.

48 Ibid., p. 355.

49 J.-Cl. Cheynet, Fortune et puissance de l’aristocratie (ixe-xiie siècle), Hommes et richesses dans l’Empire byzantin. 2, viiie-xve siècle, éd. V. Kravari, J. Lerort, C. Morrisson, Paris 1991 (Réalités byzantines 3), p. 202.

50 Albert d’Aix, HOC, 4, p. 361 et p. 443.

51 HOC, 1 /1, p. 285.

52 C. Morrisson, La découverte des trésors à l’époque byzantine : théorie et pratique de l’heurésis, TM 8, 1981, p. 322-325.

53 Ibid., p. 325.

54 Ibid., p. 335.

55 Ibid., p. 325.

56 A propos de l’enfouissement des trésors, on sait que leur répartition géographique (actuellement étudiée pour l’Asie Mineure de 491 à 713) « peut révéler des concentrations significatives de la chronologie de diverses vagues d’invasions » (H. Huvelin, C. Morrisson, Méthodes de publication des trésors monétaires romains et byzantins, Remarques et suggestions, Litterae numismaticae vindobonenses 4, Vienne 1992, p. 96).

57 Albert d’Aix, HOC, 4, p. 442-443 ; Guillaume de Tyr, ibid, 1 /1, p. 285.

58 Ibid, 1 /1, p. 285.

59 Ibid., 4, p. 442.

60 Guillaume de Tyr, HOC, 1 /1, p. 159.

61 Ibid., p. 437.

62 Ibid., p. 471.

63 Vałarš., p. 309, Jérus., p. 385, trad., p. 268.

64 Vałarš., p. 293-294, Jérus., p. 363, trad., p. 252-253.

65 Vałarš., p. 339, Jérus., p. 424, trad., p. 295.

66 Vałarš., p. 340, Jérus., p. 426, trad., p. 296.

67 HOC, 1/1, p. 471.

68 Ibid.

69 Anne Comnène, Alexiade, éd. B. Leib, 3 vol. , Paris 1937-1945, 3, p. 136.

70 Ibid., p. 137.

71 C. Morrisson, Le michaèlaton et les noms de monnaies à la fin du xie siècle, TM 3, 1968, p. 370-371.

72 Ibid., p. 372.

73 Ibid., p. 373.

74 Ibid.

75 Ibid., p. 374.

76 Par allusion au pinakion, mesure (1 /4 de modios) dont était diminué le modios de blé obtenu pour un nomisma (cf. C. Morrisson, La dévaluation de la monnaie byzantine au xie siècle, TM 6, p. 21-22 et n. 80).

77 Cinq études (cité supra n. 43.), ch. V, « Byzance au tournant de son destin », p. 285-287. Sur les problèmes monétaires au xie siècle, cf. C. Morrisson (que nous remercions ici de ses précieuses indications bibliographiques), Dévaluation (cité note précédente), p. 3-48. Notons que C. Morrisson, Monnaies et finances dans l’Empire byzantin, xe-xive siècle, Hommes et richesses. 2 (cité supra n. 49), p. 298-308, voit globalement, dans la période fin xe-fin xiie siècle, une phase d’expansion, marquée par la monétarisation croissante des échanges, dont l’augmentation en volume provoque l’altération de la monnaie ainsi que sa diversification (accroissement de la frappe de la monnaie de cuivre à partir de la fin du xe siècle). Malgré l’accélération du déclin de la monnaie d’or pendant les années 1071-1092 (cette dernière date étant celle de la réforme monétaire d’Alexis Comnène), on ne peut considérer cette période de crise comme déterminante. L’accès au pouvoir de l’aristocratie militaire n'entrave pas non plus gravement le développement du monde des affaires, manifesté précédemment sous le régime de l’aristocratie civile.

78 Ibid., p. 292-293. Il faut souligner ici que les sources narratives arméniennes, à la différence des sources syriaques, ne s'intéressent pas aux activités artisanales et commerciales. Matt‛ēos UṘhayec‛i signale cependant l’arrivée de caravaniers de Grande Arménie à Antioche, en 1083, à l’époque de Philarète (Valars., p. 225-226, Jérus., p. 272, trad., p. 189-190).

79 Morrisson, Monnaies et finances (cité supra n. 77), p. 307.

80 Ibid., p. 307-308.

81 Ibid., p. 308.

82 Ibid.

83 Dévaluation, p. 21 et n. 78.

84 Ibid.

85 Bibliography of Byzantine Coin Hoards, New York 1935 (Amer. Num. Soc., Notes and Monographs 67), p. 25-26.

86 Ibid., p. 25.

87 Ibid.

88 Ibid., p. 31.

89 Ibid., p. 47.

90 Ibid., p. 28.

91 Lemerle, Cinq études (cité supra n. 43), p. 304. Pour plus de détails sur l’activité des chefs arméniens de la région, cf. Dédéyan, Pouvoirs arméniens (cité supra n. 16), 4, Les princes arméniens de l’Euphratèse (vers 1080-1150).

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540