Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Bordels et filles de joie : la prostitution en Palestine byzantine

Claudine Dauphin

Texte intégral

« Terre Sainte », terre de luxure

  • 1 Mishna, Kelim 1 : 6 (H. Danby. The Mishnah, Oxford-Londres 1933, p. 605). Également, F.-M. Abel, G (...)
  • 2 Saint Jérôme le souligne dans son Commentariorum In Hiezechielem XIV, 48, 18-35 ; PL 25, col. 487- (...)
  • 3 R. J. Tournay, La Terre Promise hier et aujourd’hui, Proche-Orient Chrétien 39, 1989, p. 44-50.

1Pour les Juifs byzantins, la Palestine était un lieu saint (makom kadosh), la « Terre de Jahvé » selon Os. 9 : 3, le siège de la majesté divine - shehinta de Jahvé1. Pour les Chrétiens, la sainteté de la Palestine était double2. Se considérant comme Verus Israel, les Chrétiens avaient repris à leur avantage le lien spécial qui unissait Israël à son Dieu3. En outre, cette terre leur était sainte parce que Jésus y avait été crucifié, enseveli et y était ressuscité.

  • 4 Notamment Jean Moschus, Le Pré Spirituel 45 et 97. Respectivement PG 873, col. 2900 et 2956 ; trad (...)
  • 5 Jean Moschus, Le Pré Spirituel 136 (cité note précédente) ; PG 873, col. 3000 ; trad., p. 187-188.
  • 6 Siméon Le Métaphraste, Vie de Jacob, ermite en Palestine, PG 114, col. 1213-1224. Porphyrion a été (...)

2Pourtant, à en croire les hagiographes byzantins, cette terre sacrée (en particulier la Ville Sainte de Jérusalem, but des pèlerinages aux sources mêmes du christianisme) regorgeait de lieux de débauche4, et les prostituées traquaient les moines jusque dans leurs grottes proches du Jourdain5. C’est d’ailleurs une « femme impudente » que les Samaritains de Castra Samaritanorum envoyèrent à l’ermite Jacques qui vivait sous le règne de l’empereur Justin II (565-578) dans une caverne près de Porphyrion, avec l’espoir de le faire pécher et l’obliger ainsi à quitter la région6.

  • 7 Cité en exergue par J. Lacarrière, Marie d’Égypte ou le désir brûlé, Paris 1983.

3D’emblée se pose donc un paradoxe. Comment concilier ces deux aspects contradictoires de la Palestine byzantine ? Comment la sainteté pourrait-elle être compatible avec la débauche ? Or, la vertu n’existe pas sans le vice, la sainteté sans la luxure. Le couple antithétique formé par la sainte et la prostituée était déjà chanté au ve s. par un hymne gnostique de Nag-Hammadi qui ainsi transformait le paradoxe en norme : « Je suis celle qu’on honore et qu’on méprise / Je suis la sainte et la prostituée / Je suis la vierge et je suis l’épouse / Je suis le savoir et je suis l’ignorance / Je suis la force et je suis la crainte / Je suis sans dieu et je suis la grandeur de Dieu7. »

4Le thème de Jérusalem prostituée - « Comment est-elle devenue une prostituée, la cité fidèle ? » (Is 1 : 21)- sous-tendait dans l’Ancien Testament la relation de la Ville Sainte avec son Dieu. La déchéance de Jérusalem contrastait avec sa fidélité première qu’elle ne retrouvera qu’après avoir été purifiée par le châtiment (Ez. 16 et 23). Dans l’Apocalypse (17 : 1-18), saint Jean élargissait le thème de la Prostituée « vêtue de lin, de pourpre et d’écarlate, parée d’or, de pierres précieuses et de perles » (Ap. 18 : 16-17) à la Grande Cité idolâtre, Babylone, Rome, et par extension à toute concentration urbaine importante, « demeure de démons, ... repaire pour toutes sortes d’esprits impurs » (Ap. 18 : 2).

De la débauche à la sainteté

  • 8 Talmud de Babylone, Pesahim 113a, éd. I. Epstein, The Babylonian Talmud, Londres 1935-1952, Seder (...)
  • 9 Histoire des Moines en Egypte I, 39 (citée par L. Régnault, La Vie quotidienne des Pères du Désert (...)
  • 10 Apophtegmes A. 355, 875 et 917 (éd. L. Régnault, Les Sentences des Pères, collection alphabétique, (...)

5D’ailleurs les rabbins du Talmud de Babylone jugeaient qu’un célibataire qui parvenait à vivre chastement dans une grande ville était sans aucun doute un homme excessivement pieux8. De même, pour les ascètes de Nitrie, des Kellia et de Scété comme pour les moines du désert de Judée, la ville était par excellence lieu de toutes les tentations et de perdition. Si Jérusalem, capitale chrétienne universelle, rassemblait à l’intérieur de ses murailles pèlerins, voyageurs et résidents, autochtones et allogènes, les ports au trafic maritime international intense, tels Alexandrie et Beyrouth, fournissaient aux putains et aux cabaretiers une clientèle non moins cosmopolite9. Pour éviter ces tentations, une première solution s’offrait aux moines : fuir la ville impure et rechercher la solitude du désert brûlant, inhabité, pur. Une deuxième solution consistait à demeurer en ville et à œuvrer pour résoudre les contradictions entre le christianisme et la société dans laquelle il tentait de s’insérer, héritière de la culture profane gréco-romaine et de sa sexualité. Réformer et convertir les prostituées devinrent pour maints moines une gageure pascalienne10.

  • 11 Vie de Jean de Chypre L, éd. A. J. Festugière, Léontios de Néapolis. Vie de Syméon le Fou et Vie d (...)
  • 12 Apophtegme A. 355, Les Sentences, collection alphabétique (cité supra n. 10).
  • 13 Léontios de Néapolis, Vie de Syméon Salos XXII, 155 : 15 - 156 : 10, éd. Festugière, Léontios de N (...)
  • 14 ID., Vie de Jean de Chypre XXXVIII, 9-127, p. 387-390 et 496-499.
  • 15 Apophtegme A. 875, Les Sentences, collection alphabétique.

6Peut-être déjà mues par la grâce, certaines prostituées ne demandaient qu’à être sauvées. C’est ainsi qu’à Tyr, une putain cria à un moine qui était venu en ville faire une commission et qui passait par « le lieu » (vraisemblablement le « quartier chaud ») : « Sauve-moi, père, comme le Christ a sauvé la putain » (Le. 7 : 37)11. De même, la Païsia dont l’hôtellerie à Alexandrie réservée aux moines du désert s’était par un concours de circonstances transformée en maison close, fut touchée au cœur par les paroles de Jean Colobos entré chez elle soi-disant en client. Elle lui demanda de la conduire là où elle pourrait faire pénitence12. D’autres prostituées étaient attirées par des promesses d’argent. Telles étaient les courtisanes d’Émèse à qui saint Syméon Salos demandait : « Veux-tu que je te prenne pour bonne amie et que je te donne cent sous d’or ? ». L’hagiographe commente : « Beaucoup, alors, tout excitées, se laissaient gagner, car il leur montrait même l’argent », que Dieu procurait à Syméon « invisiblement à cause de son but divinement inspiré ». Syméon exigeait alors de la courtisane qui avait reçu de l’argent de lui de ne pas forniquer. Si elle le « trompait », il la punissait de coups ou de maladie mortelle ; et si elle persistait dans l’intempérance, il la faisait posséder par un démon13. Une autre méthode consistait à payer à l’avance la courtisane pour la nuit que le moine passait ensuite avec elle bien entendu sans forniquer mais en prière, la faisant jurer de ne rien révéler à personne - le châtiment pour avoir trahi ce secret étant la possession par un démon. C’est ainsi que le moine Vitalius à Alexandrie au début du viie s. convertit de nombreuses prostituées. Touchées de le voir la nuit tendre les mains vers le ciel et prier pour chacune d’elles, les unes cessèrent de louer leurs corps, d’autres se rangèrent et se marièrent, enfin d’autres entrèrent même en religion14. Une quatrième technique d’approche se limitait à ne donner aucune explication à la prostituée et à laisser agir la grâce divine. Ainsi, Sérapion prit rendez-vous avec une prostituée d’un village égyptien pour la nuit suivante. Le soir dit, il ferma la porte de la maisonnette de la femme et l’avertit qu’il devait d’abord remplir certains devoirs. Il récita le psautier et une bonne partie des épîtres de saint Paul, tout en priant continuellement Dieu de la convertir. Que la prostituée ait été gagnée par la foi ou à l’usure, le résultat fut le même : elle se convertit et devint une moniale exemplaire15.

  • 16 Procope de Césarée, De Aedificiis 1 : 9 : 5-10, éd. J. Haury, Procopii Caesarensis Opera Omnia. vo (...)
  • 17 Léontios de Néapolis, Vie de Jean de Chypre L, 63-65, p. 401 et 513.

7La conversion des prostituées s’institutionnalisa sous la forme de couvent les regroupant - calque inversé de la maison close. Tel était le couvent de la Métanoia pour prostituées réformées à Constantinople, subventionné par l’empereur Justinien et surtout par son épouse Théodora, qui avait elle-même été dans sa jeunesse actrice et catin16. Devenue Mère Pélagie, Kyria Porphyria - la putain de Tyr qui avait demandé à un moine de la sauver - convainquit d’autres putains de renoncer au monde et de se retirer dans le monastère qu’elle avait fondé17.

  • 18 P.-L. Gatier, Les femmes au désert, L’Histoire 154, avril 1992, p. 19.
  • 19 Sophrone, Vie de Marie l’Égyptienne, PG 873, col. 3697-3726 ; trad. franc, dans Arnauld D’andilly, (...)
  • 20 Vie de Pélagie la Pénitente, éd. P. Petitmengin et alii, Pélagie La Pénitente. Métamorphoses d’une (...)
  • 21 Horace, Satires I, ii, 63 et 82, éd. F. Villeneuve, Paris 1946, p. 43 et 44-45.
  • 22 Jérôme. De perpetua virginitate beatae Mariae, Adversus Helvidium 20, PL 23, col. 203.
  • 23 ID., Epistula 49 : 2, éd. I. A. Hilberg, Sancti Eusebii Hieronymi Epistulae, Pars I : Epistulae I- (...)

8P.-L. Gatier souligne que la figure de la prostituée convertie est forgée sur le modèle de la pécheresse anonyme (ultérieurement confondue avec Marie-Madeleine) qui, suivant l’Évangile de Luc, versa un vase de parfum sur les pieds du Christ18. La Vie de sainte Marie l’Égyptienne, rédigée par le Patriarche Sophrone de Jérusalem à la fin du vie s., trace un itinéraire-modèle. Marie quitta le domicile de ses parents contre leur gré à l’âge de douze ans, perdit sa virginité à Alexandrie peu après, et pendant dix-sept ans vécut de son corps et de son travail de filage, se laissant « emporter dans le désir continuel et insatiable d’une volupté infâme et criminelle », brûlant « d’ardeur démesurée pour le péché ». Sur un coup de tête (et de sexe), elle embarqua pour la Terre Sainte vers laquelle se dirigeaient Égyptiens et Libyens se rendant à Jérusalem pour la fête de l’Exaltation de la Sainte Croix. Marie paya de son corps son passage ainsi que son séjour dans la Ville Sainte. Frappée par la grâce devant le Saint-Sépulcre, elle se retira au fond du désert de Judée et se contraignit à endurer les plus pénibles macérations de la vie ascétique. Dotée par le Seigneur du don de lévitation, elle mourut en état de sainteté19. La Vie de Pélagie la Pénitente fournit un autre exemple de conversion fulgurante d’une actrice et danseuse (donc d’une « stripteaseuse » et prostituée) en ascète. Déguisée en homme, elle se mura dans une cellule du Mont des Oliviers à Jérusalem20. La loi romaine contraignait les prostituées à se démarquer des jeunes filles et des matrones respectables en portant la toge strictement réservée aux hommes21. Au-delà de l’évocation de cette brimade, le déguisement de Pélagie en homme exprime le rejet par l’ascète-femme de sa condition féminine, source de son péché initial, et peut-être même un désir d’abolition de la différenciation sexuelle. Pour les Pères de l’Église, en effet, la virginité n’abolissait-elle pas la sexualité ? Grâce à la chasteté associant à la continence physique la pureté de l’esprit, la femme abandonnait sa féminité et échappait à la malédiction de la Gn. 3 : 16. En même temps, elle cessait d’être femme : « La vierge n’est plus appelée femme22. » Dépouillée de ses attributs sexuels, elle devenait homme : virgo ne dérivait-il pas de vir selon saint Jérôme23 ? Leurs différences sexuelles abolies, l’homme et la femme se retrouvaient dans la condition d’Adam et d’Ève avant la Chute, ignorant tant le désir que la honte sexuelle. En outre, s’identifiant à l’homme, la vierge-Eve réintégrait Adam. L’homme serait alors rétabli dans son état premier où il fut créé « homme et femme », androgyne symbolisant la totalité. Ainsi s’accomplirait l’Écriture : « Dans le Christ Jésus, il n’y a plus l’homme et la femme » (Ga. 3 : 28).

9En abolissant la dualité mâle-femelle et en résolvant l’opposition entre la luxure impure et la sainteté pure, la prostituée devenue une sainte s’inscrivait dans une quête imaginaire d’un état eschatologique où le célibat ascétique réalisait l’unité de l’homme et se confondait avec son Créateur. Cette aspiration philosophique et religieuse se voulait un gommage délibéré de la réalité.

La réalité de la prostitution en Palestine byzantine

  • 24 Apollodore, Contre Nééra, dans Démosthène LIX, 122, éd. L. Gernet, Démosthène. Plaidoyers Civils. (...)
  • 25 Canon 87 du Concile Quinisexte In Trullo de 692 (Hefele - Leclercq, III1, p. 573).

10La sexualité domestique gréco-romaine reposait sur une triade : l’épouse, la concubine et la courtisane. L’orateur athénien du ive s. av. J.-C. Apollodore expliquait cette formule sans ambages : « Les courtisanes, nous les avons pour le plaisir ; les concubines pour les soins de tous les jours ; les épouses, pour avoir une descendance légitime et une gardienne fidèle du foyer24 . » En interdisant aux hommes mariés d’avoir des concubines sous peine de punitions corporelles25, la législation chrétienne conciliaire retira à ce système triangulaire l’un de ses trois points d’appui. Ne demeura plus alors que le binôme : épouse et courtisane.

La prostitution libre : les « filles de joie »

11Les courtisanes étant destinées à procurer du plaisir, les filles « de joie » accomplissaient pleinement le rôle défini par leur appellation. Où pratiquaient-elles leur métier ?

La rue

  • 26 Anthologie Palatine V. 46 (45) : épigramme de Philodème ; V. 101 (100) : épigramme anonyme ; V. 30 (...)
  • 27 Ibid., V. 302 (301) : épigramme d’Agathias le Scholastique, p. 133. Également, R. C. Mccail, The E (...)
  • 28 Déjà à Rome, Horace, Epistula I, XIV, 21, éd. Villeneuve, Paris 1978, p. 99 et Satires I, II, 30 ( (...)
  • 29 Talmud de Babylone, Shabbat 33B, Seder Mo’ed, vol. I, Shabbath I, p. 156.

12Les épigrammes érotiques byzantins campent généralement les rencontres avec les prostituées dans la rue26. De même, au vie s., Agathias associait les prostituées uniquement avec la rue27. Les venelles de Jérusalem intra muros, tortueuses et sombres, se prêtaient particulièrement bien au racolage par les scortae erraticae ou par les ambulatrices qui parcouraient les rues à la recherche de clients. Elles aguichaient ces derniers sous les hautes arches enjambant les rues qui caractérisaient l’architecture urbaine de la Ville Sainte, et vraisemblablement également le long du cardo maximus28. Dans les bourgs de la Palestine romaine et byzantine, il semble que les lieux de rencontre aient été essentiellement les places. A Rabbi Judah qui observait : « Comme elles sont magnifiques les œuvres de ce peuple [les Romains]. Ils ont tracé des rues, ils ont construit des ponts, ils ont élevé des bains ! », Rabbi Siméon ben Yohai répondit : « Tout ce qu’ils ont fait, ils l’ont fait pour eux-mêmes. Ils ont construit des places de marché pour y placer des prostituées, des bains pour se rajeunir, des ponts pour y lever des péages29. »

À domicile

  • 30 Sophrone, Vie de Marie l’Égyptienne II, 18, PG 873, col. 3709 ; trad., p. 62 (cité supra n. 19).
  • 31 é. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, Paris-La Haye 1977, p. 62, s’appu (...)
  • 32 Évagre, Histoire ecclésiastique 34, éd. J. Bidez, L. Parmentier, The Ecclesiastical History of Eva (...)
  • 33 Léontios de Néapolis, Vie de Jean de Chypre XXXVIII, 16-17, p. 387 et 496.

13Les filles de joie travaillaient également à domicile, soit pour leur propre compte comme Marie l’Égyptienne à Alexandrie30, soit pour un proxénète. É. Patlagean note, en effet, que pour les jeunes prostituées racolées dans les campagnes par les proxénètes de Constantinople, le logement faisait partie du travail et de sa rétribution31. Saint Syméon Salos fut observé à Émèse rentrant dans la maisonnette d’une putain, en fermant la porte et y passant un certain temps seul avec elle, puis la quittant en « regardant de tout côté de peur qu’on ne le vît ». Ceci ne manqua pas de le faire soupçonner, à tel point que la prostituée fut amenée à témoigner devant un tribunal de la chasteté du saint32. La maisonnette d’Émèse rétrécit en « chambrette » à Alexandrie33.

Tavernes et auberges

  • 34 Horace, Epistula I, xiv, 21 (cité supra n. 28), p. 99. Également, Pomeroy, Goddesses, Whores, Wive (...)
  • 35 CJ 9, 9, 28 de 326 (p. 376).
  • 36 Canon 24 du Concile de Laodicée entre 343 et 381, Hefele - Leclercq, I2, p. 1012-1013. Également, (...)

14Le travail des serveuses des auberges et tavernes (tavernae) dans les villes et les bourgs et aux gîtes d’étape (mansiones et mutationes) du cursus publicus, ne se limitait pas à verser du vin aux clients. Elles les distrayaient par leurs danses et les entraînaient fréquemment dans les chambres du premier étage dont étaient généralement pourvus ces établissements34. D’ailleurs, selon la législation impériale byzantine, la servante de cabaret ne pouvait être accusée d’adultère puisqu’elle était présumée être une prostituée35. C’est à cause de ce type de danger sexuel, source possible de corruption pour les voyageurs chrétiens, que les canons ecclésiastiques interdirent aux membres du clergé de pénétrer dans ces établissements, et que furent créés des pandocheia - hôtelleries destinées uniquement aux pèlerins chrétiens36.

La prostitution institutionnalisée : les bordels

  • 37 Notamment Juvénal, Satires XI, 172-173, éd. P. De Labriolle, F. Villeneuve, Paris 1950, p. 146. Cf (...)
  • 38 Jean Moschus, Le Pré Spirituel 14, PG 873, col. 2861 ; trad., p. 56.
  • 39 ID., Le Pré Spirituel 97, PG 873, col. 2956-2957 ; trad., p. 144.
  • 40 Léontios de Néapolis, Vie de Jean de Chypre L, 23-41 et 62-64, p. 400-401 et 512-513.

15La prostitution se pratiquait également sous une forme institutionnalisée dans les lupanaria (ou fornices)37 que Jean Moschus appelle « la maison de prostitution » à Jéricho38 ou plus vaguement « un lieu de débauche » à Jérusalem39. Les prostituées étaient alors des esclaves qui appartenaient à un proxénète (leno) ou à une « Madame » (lena). Le nom même de la prostituée de Tyr qui avait crié à un moine de la sauver - Kyria Porphyria - laisse entendre qu’elle était une « Madame ». La direction d’autres femmes était si bien enracinée en elle, qu’une fois réformée et ayant entraîné « d’autres putains » (vraisemblablement « ses filles ») à renoncer à la prostitution, elle les rangea sous sa houlette dans le monastère qu’elle avait fondé et dont elle prit de son propre chef la direction comme abbesse40.

  • 41 G. Mazor, City Center of Ancient Bet Shean - South, Excavations and Surveys in Israel 6, 1987-1988 (...)

16Un des bordels de la Palestine byzantine a récemment été mis au jour par la fouille archéologique. Au cœur de la métropole de Bet She’an-Scythopolis, capitale de la Palestine Première, un odéon romain datant de la deuxième moitié du iie s. ap. J.-C. fut partiellement détruit vraisemblablement au vie s. Des bains byzantins le jouxtaient à l’ouest. Au sud-ouest, la deuxième rangée de boutiques du portique occidental de l’impressionnante rue de Pallade fut également démantelée pour faire place à une exèdre semi-circulaire de basalte (13 x 15 m). Une abside se trouvait à chaque extrémité de l’exèdre, ainsi qu’une abside en fer à cheval au centre du demi-cercle. Chaque moitié de l’exèdre comportait six chambres trapézoïdales aux portes de largeur variable (1,10-1,50 m). Certaines chambres s’ouvraient également sur un couloir ou une salle à l’arrière du complexe. Dans une chambre, un escalier montait à un étage supérieur. Quelques chambres étaient munies de niches dont une offrait des rainures pour des étagères de bois. Les absides et les façades des chambres de l’exèdre étaient recouvertes de plaques de marbre dont la plupart ont disparu, laissant à nu les trous des clous qui permettaient de fixer ces plaques aux murs. Les parois internes des chambres avaient reçu deux couches de plâtre blanc grossier. Le sol de la plupart des chambres était pavé de mosaïques : motifs géométriques interrompus par des poèmes en grec ; animaux et végétaux ; enfin, en emblema, une superbe Tyché tenant une corne d’abondance et portant sur sa tête les murailles de Scythopolis en guise de couronne. Le sol d’une chambre consistait en une couche de calcaire émietté et écrasé ; celui d’une autre chambre était en brique. Sans doute ces sols remplaçaient-ils les mosaïques d’origine. Des traces de réparations grossières sur les mosaïques ainsi que l’installation de bancs indiquent que ces chambres subirent plusieurs réfections. Devant les douze chambres s’étendait une cour semi-circulaire (21 x 30 m) fermée du côté de la rue par une série d’autres chambres, incorporant les magasins de l’extrémité septentrionale du portique de la rue de Pallade tout en les affectant à un autre usage. Sans doute interrompue par l’entrée principale du complexe, cette rangée de chambres donnait sur un portique, au sol recouvert d’un opus sectile de plaques de marbre blanc et noir identique à celui des absides. Deux marches courant sur toute la longueur du portique permettaient d’y accéder depuis la rue. Le portique et les chambres avaient une toiture de tuiles. L’exèdre fut démolie à la fin du VIe s. ou au début du viie s.41

  • 42 Salles, Les prostituées (cité supra n. 34), p. 8.

17Les cabines de l’exèdre de Bet She’an rappellent les cellules du lupanar de Pompéi, qui consistait en cinq chambres au rez-de-chaussée ne contenant chacune qu’un lit et un traversin maçonnés. Un escalier extérieur permettait de monter au balcon du premier étage sur lequel s’ouvraient cinq autres chambres plus spacieuses42. A Bet She’an, les portes à l’arrière de certaines chambres donnant sur un couloir ou une salle qui communiquait vraisemblablement avec l’extérieur, permettaient aux clients anxieux de préserver leur anonymat, de pénétrer dans un lieu de débauche sans être vus depuis la grand’rue et d’assouvir subrepticement leurs phantasmes sexuels.

18Le portique où les filles déambulaient pour attirer les passants de la rue de Pallade et les bains byzantins tout proches s’inscrivent dans un remarquable circuit prostitutionnel : le racolage aux bains, dans le portique et dans la cour de l’exèdre ; la passe dans les chambres ; et à l’arrière un système d’entrée et de sortie furtives pour les clients « respectables ».

La hiérarchisation et la réglementation de la prostitution

19Les prostituées byzantines se répartissaient en deux catégories : d’une part, les actrices et courtisanes (scenicae), de l’autre, les prostituées pauvres qui, fuyant la misère des campagnes, affluaient vers les grandes villes, notamment à Constantinople et Jérusalem.

Actrices et courtisanes

  • 43 Patlagean, Pauvreté (cité supra n. 31), p. 132-133.
  • 44 Procope de Césarée, Anecdota 9 : 1 (cité supra n. 16), p. 56.

20É. Patlagean décrit le groupe des scenicae comme un « artisanat de service lié au théâtre », un « groupe fermé puisque la profession s’y continue de mère en fille »43. L’exemple classique est celui de la mère de la future impératrice Théodora mettant au travail ses trois filles sur la scène de spectacles licencieux - « voie royale » de la prostitution antique44.

  • 45 Horace, Satires I, ii, 1 (p. 10). Le nom latin des joueuses de flûte syrienne - ambubaiae - proven (...)
  • 46 Suétone, Néron XXVII, éd. H. Ailloud, Suétone Vie des Douze Césars, T. II, Paris 1932, p. 172.
  • 47 Homélie iii. F9vb éd. C. Moss, Jacob of Serugh’s Homilies on the Spectacles of the Theatre, Le Mus (...)
  • 48 M. Piccirillo, Madaba le chiese e i mosaici, Milan 1989, p. 134-136.
  • 49 Vie de Syméon Salos XXII, 154 : 28 - 155 : 3, p. 89-90 et 145.

21Les danseuses syriennes décrites dans les Satires d’Horace égayaient les banquets de leurs danses lascives au son des flûtes et des castagnettes45. Suétone les assimilait aux prostituées46. C’est pourquoi Jacques de Saroûg (451-521) dans sa troisième Homélie sur les spectacles du théâtre mettait en garde contre la danse « mère de toutes les lascivetés » qui « incite par ses gestes licencieux à commettre des actes odieux »47. Une mosaïque de Madaba du vie s. dépeint précisément une danseuse à la robe transparente de voile faisant claquer des castagnettes, accompagnée d’un satyre au pénis levé48. Léontios de Néapolis décrit avec force détails dans la Vie de Syméon Salos l’érotisme des spectacles du cirque à Émèse. Syméon sautait et dansait, « tenant d’une main une actrice, de l’autre main une autre », s’associant à elles en plein milieu du cirque et jouant avec elles, « au point que, parfois, les putains lui mettaient la main au bas-ventre et le caressaient, le tapotaient et le pinçaient »49.

  • 50 Jean d’Éphèse, Vies de Thomas et d’Etienne XIII, éd. E. W. Brooks, John of Ephesus Lives of the Ea (...)
  • 51 Mosse, Splendeur et misère (cité supra n. 24), p. 33-37.
  • 52 Sur cette loi romaine qui interdisait à un sénateur d’épouser une femme dont le corps était le gag (...)
  • 53 Procope de Césarée, Anecdota 9 : 1 - 10 : 3, p. 56-66.

22Le cursus de l’impératrice Théodora, connue par les moines de Syrie sous l’appellation de « celle du bordel »50, démontre que les courtisanes byzantines, comme les hetairai (ἅταιραι) de l’antiquité grecque, pouvaient aspirer à des rôles influents dans les sphères de la haute politique51. Dès avant la puberté, Théodora satisfaisait dans un bordel de Constantinople aux attouchements d’esclaves « comme un prostitué masculin ». Dès qu’elle fut « complètement développée », elle monta sur scène, mais ne sachant jouer ni de la flûte ni de la harpe, et ne sachant pas non plus danser, elle devint tout simplement une vulgaire courtisane. Promue au rang d’actrice, elle se dénudait devant les spectateurs et s’allongeait sur les planches où des oies venaient picorer du grain dans ses parties intimes. Elle fréquentait assidûment les banquets, s’offrant à tous les participants à tour de rôle, domestiques y compris. Elle suivit en Libye un amant nommé gouverneur de Pentapolis. Répudiée, elle exerça ses talents à Alexandrie, puis à travers tout l’Orient. A son retour à Constantinople, elle séduisit Justinien qui éleva sa maîtresse au rang de patrice. A la mort de sa tante l’impératrice, qui n’aurait jamais admis une courtisane à la cour, Justinien obligea son oncle, l’empereur Justin II, à abroger la loi qui interdisait le mariage d’un sénateur et d’une courtisane52. Devenu co-empereur avec son oncle, puis seul empereur à la mort de ce dernier, Justinien associa son épouse au trône impérial53.

Les prostituées pauvres

  • 54 Le rhéteur Agathias les décrit dans deux épigrammes : Anthologie Palatine V. 273 (272) et 280 (279 (...)
  • 55 Pomeroy, Goddesses, Whores, Wives, p. 192 ; et Kieper, Sexual Life, p. 61-62.

23Seule une minorité de courtisanes pouvait ainsi faire carrière54. La plupart des prostituées des bordels et des tavernes décrites comme πoρναί étaient des esclaves55 ou des villageoises analphabètes comme Marie l’Égyptienne. Elles ne se distinguaient en fait des courtisanes que par leur valeur financière, puisque ni les hétaïrai ni les pornai n’avaient de statut juridique, et puisque les hétaïres étaient fréquemment aussi des esclaves - propriété d’une entremetteuse ou d’un souteneur. La valeur pécuniaire d’une prostituée, pauvre ou courtisane, était inhérente au nom latin meretrix qui signifie « celle qui tire de l’argent de son corps ».

  • 56 Novelle 14 de Justinien datant de 535 (supra n. 31) et Malalas, Chronographie XVIII, éd. L. Dindor (...)
  • 57 Novelle 39 : 2 de Justinien de 536, Nov., p. 257-257. Pour les prix en Palestine méridionale, Papy (...)

24Trois types de prix doivent être considérés, le prix d’achat, le prix de rachat, et le prix de location. Contre quelques pièces d’or, les paysans de l’arrière-pays de Constantinople vendaient leurs filles aux proxénètes de la capitale qui écumaient les campagnes. Désormais, les vêtements, les chaussures et la nourriture quotidienne de ces pauvres filles constitueraient leur unique « salaire »56. Le prix de dégagement d’une jeune prostituée à Constantinople sous le règne de Justinien était également faible. Pour la libérer de sa sujétion, seuls cinq solidi étaient nécessaires, un peu plus donc que le prix d’achat d’un chameau (4 1 /3 solidi), et un peu moins que celui d’une ânesse (5 1 /3 solidi) ou d’un garçon esclave (6 solidi) en Palestine méridionale à la fin du vie s. ou au début du viie s.57 Qu’une femme (parce qu’elle était montée comme un âne ou un chameau) ait été ravalée au rang d’une bête de somme, en dit long sur la mentalité masculine byzantine.

  • 58 Martial, Épigrammes I, 103, 10 et II, 53, 7, éd. H. J. Izaac, T. I (Livres I-VII), Paris 1969, p.  (...)
  • 59 R. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire. Quantitative Studies, 2e éd., Cambridge 1982, p. (...)
  • 60 Salles, Les prostituées, p. 8, n. 2.
  • 61 L’asse (pl. asses) était l’unité monétaire de bronze chez les Romains (F. Lenormant, art. « AS » d (...)
  • 62 Vie de Jean de Chypre XXXVIII, 9-15, p. 387 et 496. Un keration équivalait à 12 folleis (Ph. Grier (...)

25À Rome, le prix courant d’une « passe » était de deux asses58 - l’équivalent d’une miche de pain59 ou de deux portions de vin ordinaire au comptoir d’une taverne60. À Pompéi il s’élevait parfois jusqu’à 16 asses, soit 4 sesterces61. A Alexandrie au début du viie s., le prix moyen de « location » d’une prostituée nous est fourni par l’histoire du moine Vitalius dans la Vie de Jean de Chypre par Léontios de Néapolis. En tant qu’ouvrier dans un atelier, Vitalius gagnait un keration par jour, dont la plus petite part (un follis) lui permettait de manger des fèves chaudes, les 71 folleis restant lui servant à payer une prostituée62.

  • 63 Évagre, Histoire ecclésiastique IV, 34 (cité supra n. 32), p. 184 ; trad., p. 37-38.
  • 64 Sophrone, Vie de Marie l’Égyptienne III, 28, PG 873 col. 3717 ; trad., p. 77.
  • 65 Agathias, Anthologie Palatine V. 302 (301), p. 133. Egalement, Mccail, The, Erotic and Ascetic (ci (...)
  • 66 Procope de Césarée, De Bellis (De Bello Persico) II, xiii, 4, éd. J. Haury, Procopius. I. De Belli (...)

26Le manque de clients plusieurs jours d’affilée se soldait par la misère et la faim. C’est ainsi qu’une putain d’Émèse « n’avait goûté à rien qu’à de l’eau » pendant trois jours « faute de nécessaire », ce à quoi saint Syméon Salos remédia en lui apportant des mets cuits, des pains et une cruche de vin63. Les jours de gains substantiels, Marie l’Égyptienne à l’époque où elle se prostituait à Alexandrie mangeait des poissons, buvait du vin avec excès et chantait des chansons dissolues vraisemblablement au cours de banquets64. En dénonçant l’obscène appât de l’or, seul mobile de la courtisane byzantine, le rhéteur Agathias au vie s. faisait écho aux auteurs de la « comédie moyenne » athénienne du ive s. av. J.-C, tel le poète Alexis : « Avant toute chose, elles se soucient de gagner de l’argent65. » Parfois, ses bijoux étaient la seule richesse de la prostituée. Lorsqu’en 539, les habitants d’Édesse voulurent racheter leurs concitoyens prisonniers des Perses, les prostituées (n’ayant pas d’argent liquide en quantité suffisante) contribuèrent à la somme requise en donnant leurs bijoux66.

  • 67 Cf. notamment la Vie d’Abraham et de Maria sa nièce (antérieure au vie s.) du Pseudo-Ephrem, Acta (...)
  • 68 68. Suétone, Caligula XL, éd. H. Ailloud, Suétone Vie des Douze Césars, T. II, Paris 1932, p. 94.
  • 69 Tacite, Annales II, 85, 1-2, éd. P. Wuilleumier, Paris 1978, p. 83-84.
  • 70 Mosaicarum et Romanorum Legum Collatio V : 3 (De Stupratoribus), éd. J. Baviera, dans Fontes Juris (...)
  • 71 Saint Augustin, De Mendacio VII, 10 ; PL 40, col. 496.
  • 72 Évagre, Histoire ecclésiastique III, 39, p. 137.
  • 73 Ibid, III, 40-41
  • 74 Institutes 4,18,4 (Corpus Juris Civilis I, p. 55).

27C’est vraisemblablement parce que la prostitution pouvait parfois rapporter beaucoup67, que l’État byzantin pratiqua à son égard la politique de « l’autruche ». En outre, à partir du règne de Caligula68, les prostitués - hommes et femmes - qui, selon Tacite, étaient depuis la République, énumérés nommément dans un registre placé sous la garde des édiles69, furent taxés. La condamnation par le christianisme de tout rapport sexuel non procréateur conduisit dès le iiie s. à la mise hors-la-loi de l’homosexualité et par conséquent de la prostitution masculine dans l’Empire d’Occident. En 390, l’empereur Théodose Ier promulgua un édit menaçant de la peine de mort toute contrainte exercée sur des enfants mâles ou des hommes ainsi que leur vente à des fins de prostitution masculine70. La raison de cet interdit était non pas l’horreur de la prostitution, mais le fait que le corps d’un homme puisse être utilisé comme celui d’une femme puisque les Pères de l’Église affirmaient que « le corps d’un homme est autant supérieur à celui d’une femme que l’âme l’est au corps »71. En application de l’édit de Théodose, les prostitués furent traînés hors des bordels homosexuels de Rome et brûlés vifs sous les yeux de la foule. La prostitution masculine continua cependant à être légale dans la pars orientalis de l’Empire. Depuis le règne de Constantin, un impôt impérial levé sur les rapports homosexuels assurait l’impunité légale à ceux qui les pratiquaient72. Évagre souligne qu’aucun empereur n’omit jamais de prélever cet impôt73. Sa suppression au début du vie s. ôta la protection impériale à la prostitution homosexuelle. Enfin, la mise hors-la-loi de l’homosexualité par Justinien en 533 sonna le glas des bordels masculins74.

  • 75 CJ 8, 51, 3 de 529 (p. 361-362).
  • 76 Novelle 14, Nov., p. 105-109.
  • 77 CJ 11, 41, 7 (p. 438).
  • 78 Honorius, Epistula XIV ; PL 80, col. 481. P. Brown, The Rise and Function of the Holy Man in Late (...)

28Dès 529, Justinien avait tenté de mettre un frein à la prostitution féminine enfantine en pénalisant tous ceux qui étaient impliqués dans ce métier, en particulier les propriétaires de bordels75. En 535, il fit invalider les contrats par lesquels les proxénètes de Constantinople faisaient travailler des petites paysannes achetées à leurs parents76. Par contre, la prostitution des femmes adultes ne semble pas avoir préoccupé outre mesure le législateur byzantin. La peine pour proxénétisme variait selon que le coupable était pauvre ou respectable par sa fonction ou ses occupations77. Entre autres fonctions respectables, l’administration byzantine comptait d’ailleurs celle d’Inspecteur impérial des bordels qui échut en 630 à l’évêque de Païenne78.

Le recrutement des prostituées

  • 79 Notamment Élégie I, 9, 53 adressée à Marathus, éd. M. Ponchont, Tibulle et les auteurs du Corpus T (...)
  • 80 Cf. supra n. 76. A Naples en 1902, certains parents « donnaient en location » leurs garçonnets et (...)
  • 81 Sophrone, Vie de Marie l’Égyptienne II, 18, PG 873 col. 3709 ; trad., p. 61.

29La législation justinienne met en lumière l’aspect pédophile de la prostitution byzantine centrée sur la petite fille alors que la prostitution enfantine romaine pivotait autour du garçonnet chanté notamment par Tibulle79. Certaines petites paysannes achetées à des buts de prostitution par les proxénètes de Constantinople n’avaient même pas dix ans80. Lorsqu’elle débuta dans la prostitution, l’impératrice Théodora était elle-même impubère, et sainte Marie l’Égyptienne avoue qu’elle perdit sa virginité et son honneur en se prostituant à Alexandrie dès l’âge de douze ans81.

  • 82 1 Apologie 27, 1 ; PG 6, col. 369 ; éd. A. Wartelle, Saint Justin Apologies, Paris 1987, p. 134. C (...)
  • 83 Paedagogus III, iii ; PG 8, col. 585 ; éd. O. Stählin, Clemens Alexandrinus. I. Protrepticus und P (...)
  • 84 Lactance, Divinae Institutiones VI, 20, 25 ; PL 6, col. 709 ; éd. S. Brandt, Lactantii Divinae Ins (...)
  • 85 CJ 4, 43, 2 (p. 179).
  • 86 CJ 11, 41, 6 (p. 438).
  • 87 Malalas, Chronographie XVIII (cité supra n. 56), p. 440-441.
  • 88 Jean Moschus, Le Pré Spirituel 136 ; PG 873, col. 3000 ; trad., p. 187-188. De même, pendant la gu (...)

30Les enfants abandonnés constituaient un réservoir important alimentant sans cesse la prostitution. Justin Martyr est brutal dans sa constatation que « presque tous [les nouveaux-nés exposés], non seulement les filles mais les garçons, étaient livrés à la prostitution »82. Ceci entraînait le risque d’inceste qui tracassa jusqu’à l’obsession les théologiens chrétiens. « Combien de pères oubliant les enfants qu’ils ont abandonnés, ont des rapports sexuels sans le savoir avec un fils qui se prostitue ou une fille qui est devenue une catin ? » demandait Clément d’Alexandrie83. L’interdiction tant par les Pères que par les Rabbins de toute forme de limitation des naissances (notamment la contraception et l’avortement), à l’exception de l’abstinence post partum et pendant l’allaitement, ainsi que l’échec dans la mise en pratique des interdits sexuels et de la continence absolue prônée par Lactance84, jetèrent sur le marché byzantin de la prostitution un nombre accru d’enfants non désirés qui s’ajoutèrent aux victimes de la misère. Déjà en 329, une loi de Constantin permettait la vente d’un nouveau-né si les parents se trouvaient dans une indigence absolue (propter nimiam paupertatem egestatemque victus causa)85. En 428, la pauvreté était encore avancée comme raison de l’exploitation des filles pauvres par les proxénètes (pro paupertate)86. Malalas soulignait un siècle plus tard que c’étaient les pauvres qui vendaient leurs filles aux proxénètes87. C’est également par misère et par nécessité alimentaire (« Parce que j’ai faim ») qu’une Sarrasine chrétienne désespérée s’offrit à l’abbé Sisinnius, un anachorète qui vivait dans une grotte près du Jourdain à la fin du VIe s.88

Prostitution, bains et maladie

  • 89 Martial, Épigramme I, 23, 96 (cité supra n. 58), T. I, p. 22 ; Épigramme II, 70, T. I, p. 76 ; Épi (...)
  • 90 Épiphane, Adversus Haereses I, 2 - Haeresis XXX, 7 : 5 ; PG 41, col. 416, éd. K. Holl, Epiphanius (...)
  • 91 Sénèque, Epistula V, 51, éd. F. Préchac, H. Noblot, Sénèque Lettres à Lucilius. T. II (Livres V-VI (...)

31Courtisanes byzantines de haut vol et putains de bas étage se rencontraient aux bains publics qui étaient déjà fréquentés à l’époque romaine par les prostitués des deux sexes89. La promiscuité, mère de tous les dangers sexuels, présidait à la fête annuelle qui se déroulait pendant plusieurs jours aux cinq sources sulfureuses et chaudes des Thermes d’Emmatha, l’actuel Hammat Gader près de Gadara de la Décapole, car hommes et femmes s’y baignaient ensemble90. La désapprobation scandalisée d’Épiphane rappelle la mise en garde sévère de Sénèque contre Baiae, magnifique lieu de cure entre Naples et le Cap de Misène mais aussi « auberge des vices »91.

  • 92 Martial, Épigramme III, 93, T. I, p. 112.
  • 93 ID., Epigramme XI, 47 (cité supra n. 89), p. 134.
  • 94 L. E. Stager, Eroticism and Infanticide at Ashkelon, Biblical Archaeology Review 17, No. 4, July-A (...)
  • 95 P. Smith, G. Kahila, Bones of a Hundred Infants Found in Ashkelon Sewer, ibid., p. 51.

32Parmi les bains urbains, certains étaient réservés selon Martial aux prostituées92 et n’étaient donc jamais fréquentés par des femmes respectables. Les hommes s’y rendaient non pour s’y baigner, mais pour y rencontrer leurs maîtresses93. Les thermes utilisés du IVe s. au VIe s. et mis au jour à Ashqelon en 1986, étaient vraisemblablement de ce type. Outre une inscription en grec incitant au plaisir (« Entre, jouis et ... »)94 identique à celle d’un bordel byzantin d’Éphèse, une découverte stupéfiante étaye l’hypothèse du fouilleur. Les ossements d’une centaine de nouveaux-nés étaient entassés dans un égout courant au-dessous des bains. Cet égout au fond revêtu de plâtre s’était bouché au cours du VIe s. Mêlés aux ordures ménagères charriées par les eaux d’égout - tessons, os d’animaux, murex et pièces de monnaie -, ces ossements de bébés étaient dans un bon état de conservation. Or les ossements de nouveaux-nés sont très fragiles et ont tendance à se fragmenter s’ils sont bougés ou déplacés en vue d’un deuxième ensevelissement. Ces ossements se trouvaient donc in situ dans l’égout où les nouveaux-nés avaient été jetés après leur mort. Ils avaient tous environ la même taille et leur stade de développement dentaire était identique. Les lignes néo-natales sur la dentition témoignent de la survie d’un bébé au-delà de trois jours après la naissance. L’absence de ces lignes sur la dentition des bébés d’Ashqelon renforce l’hypothèse de mort à la naissance. Tout en admettant qu’il pourrait s’agir de morts-nés, les paléoanthropologues P. Smith et G. Kahila de l’Université hébraïque de Jérusalem qui ont examiné ces ossements, sont d’avis que le nombre, l’âge et l’état de conservation de ces nouveaux-nés suggèrent qu’ils furent occis et jetés dans l’égout immédiatement après leur naissance95. Les moines et les rabbins aux yeux desquels les bains avaient une connotation de luxure savaient peut-être sans jamais le révéler que les bains servaient aux prostituées non seulement pour guetter le client, mais aussi pour se débarrasser subrepticement des fruits de leur péché dans le brouhaha des salles.

  • 96 Tosephta, Abodah Zarah 3 : 4, éd. J. Neusner, The Tosefta. Fourth Division. Neziqin (The Order of (...)
  • 97 Mishna, Abodah Zarah 3 : 4, éd. Danby (cité supra n. 1), p. 440.
  • 98 Ovide, Les Fastes IV, 863-877, éd. R. Schilling, Paris 1993, p. 35-36.
  • 99 L’idolâtrie est en outre accompagnée ici de prostitution sacrée. Cf. Jr. 3 : 6-13.

33Aux yeux des Juifs pieux de la Palestine byzantine, tout bain public qui n’était pas un bain rituel (mikveh) était en outre entaché d’idolâtrie, non seulement parce qu’il était aux mains des Gentils96, mais également par la présence d’une statue de Vénus à l’entrée de nombreux thermes. C’est précisément à cause d’une statue de Vénus qui accueillait les clients des thermes d’Aphrodite à Ptolé-maïs-’Akko, fréquentés assidûment par le patriarche Gamaliel II, que Proclus le Philosophe fit peser sur lui le soupçon d’idolâtrie. Rabban Gamaliel II réussit à rejeter ce soupçon en invoquant la raison suivante : la statue d’Aphrodite était uniquement un ornement des thermes97. Néanmoins, le fait que Vénus (appelée Volgivaga - « qui fait le trottoir » - par Lucrèce) ait été la patronne des prostituées qui la fêtaient le 23 avril98, laisse entrevoir la raison profonde de l’hostilité de certains rabbins envers les bains publics des Gentils sur lesquels la déesse régnait en marbre et en chair. D’ailleurs, depuis l’Ancien Testament, à la luxure était intimement liée l’idolâtrie de l’ashera - représentation grossière d’Ishtar-Ashera-Astarté (1 R. 14 : 15) et arbre vert sous lequel une idole était placée (1 R. 14 : 23 ; Ez. 6 : 13) : « ... sur toute colline élevée / et sous tout arbre vert, / tu t’es couchée comme une prostituée » (Jr. 2 : 20)99.

  • 100 Notamment, L. Régnault, Maîtres spirituels au désert de Gaza. Barsanauphe, Jean le Prophète et Dor (...)
  • 101 G. Bakker, The Buildings at Alahan, et M. M. Sheehan, Religious Life and Monastic Organization at (...)
  • 102 Y. Magen, R. Talgam, The Monastery of Martyrius at Ma’ale Adummim (Khirbet El-Murassas) and its mo (...)

34En prenant des bains, en absorbant intentionnellement de l’eau, donc de l’humidité, par les pores de la peau, tous les efforts de l’ascète pour assécher son corps et surtout son sperme, source du désir sexuel, seraient annihilés. Au-delà du lien de cause à effet entre le refus de bain et le dessèchement ascétique du corps fondé sur la théorie galénique des humeurs d’une surabondance desquelles provenait le sperme, au-delà d’un refus du soin du corps - vile enveloppe de l’âme -, la phobie obsessionnelle des bains dans la mentalité monastique était sous-tendue par la peur de la tentation omniprésente dans ces établissements urbains. Or, il était permis aux moines de se baigner en cas de maladie100. Afin donc de mettre une distance entre la tentation et les moines, certaines communautés firent construire des bains dans l’enceinte même de leurs monastères, à Alahan en Isaurie au ve s.101 et au cœnobion de Martyrios à Ma’ale Adummim dans le désert de Judée en 552-553102. Ces bains répondaient à un souci d’hygiène purement médical.

Prostitution et péché

  • 103 Jean Moschus, Le Pré Spirituel 14, PG 873, col. 2861 ; trad., p. 56.
  • 104 Pallade, Histoire Lausiaque 26, éd. C. Butler, The Lausiac History of Palladius, Cambridge 1898-19 (...)
  • 105 Talmud de Babylone, Shabbat 33a, Seder Mo ed. vol. I, p. 153.

35L’assouvissement de la tentation sexuelle et donc la transgression d’un interdit provoquaient inévitablement le châtiment divin incarné par excellence par la lèpre. Attaqué par « l’esprit d’impureté », un frère quitta son monastère de Penthucla et « s’en alla à Jéricho satisfaire son mauvais désir. Quand il entra dans la maison de prostitution, il fut aussitôt tout couvert de lèpre ; et s’étant vu en cet état, il revint immédiatement à son monastère, rendant grâces à Dieu en disant : ‘Dieu m’a envoyé pareille maladie pour que mon âme soit sauvée’103. » En réalité, il ne contracta vraisemblablement pas la lèpre, mais la syphilis vénérienne, comme Héron, jeune moine de Scété. En proie à un véritable feu, il quitta sa cellule pour Alexandrie où il « entretint [une prostituée] en toute hardiesse de sa passion. C’est alors qu’il lui vint un anthrax sur le gland même, et il fut tellement malade pendant six mois que ses parties furent gangrenées et tombèrent104. » Rabbi Hoshaia de Césarée faisait planer la menace de la syphilis sur « celui qui s’adonne à la fornication (aberah) ». Il aura « des plaies muqueuses et syphilides » et en outre attrapera le hydrocon - une altération du membre vital par gonflement105. Ces symptômes sont précisément ceux de la phase primaire de la syphilis vénérienne.

  • 106 Constitutions Apostoliques VII, ii ; PG 1, col. 1000.
  • 107 Divines Institutes V, ix, 17 ; PL 6, col. 578-579.
  • 108 De rerum natura IV, 1269-1275, éd. A. Ernout, Lucrèce De la Nature, T. I, Livres I-III ; T. II, Li (...)
  • 109 Talmud de Babylone, Ketuboth 37a, Seder Nashim, vol. I, p. 203.

36Outre le péché de luxure châtié par la maladie dont elle contaminait tous ceux qui l’approchaient physiquement, la prostituée incarnait aussi le péché de plaisir, celui de la sexualité non procréatrice condamnée par les Pères de l’Église. Tout acte génital non procréateur - coïts anaux, buccaux, intra-cruraux ou manuels - était condamnable d’après les Constitutions Apostoliques106. Or, l’art des prostituées consistait à faire pleinement usage de ces techniques sexuelles visant à accroître le plaisir de leurs clients. Il n’est donc pas étonnant que Lactance ait rangé les rapports anaux dans la même catégorie d’interdits que la prostitution107. Une technique en particulier faisait double usage. Selon Lucrèce, les prostituées se tortillaient pendant le coït pour faire dévier la verge du vagin et empêcher la semence de heurter de plein fouet l’utérus, et ainsi éviter de concevoir, tout en augmentant le plaisir de leurs partenaires108. Le Talmud de Babylone le confirme : « Rabbi Yosé est d’avis qu’une femme qui fait la prostituée se retourne afin d’empêcher la conception109. »

  • 110 Homélie XXIV sur l’Épître aux Romains 4 ; PG 60, col. 626-627.
  • 111 Truculentus 179, éd. A. Ernout, Plaute Comédies, T. VII, Paris 1961, p. 109.
  • 112 Ovide, Les Amours II, 14, éd. H. Bornecque, Paris 1930, p. 61.
  • 113 Anecdota IX, 20, p. 57-58.

37La contraception et la prostitution formaient dans les sermons des Pères de l’Église un couple indissociable qui engendrait la mort. Saint Jean Chrysostome s’écriait : « ... pour vous la courtisane n’est pas seulement la courtisane, vous en faites de plus une homicide. Voyez-vous la filiation : après l’ivresse, la fornication ; après la fornication, l’adultère ; après l’adultère, le meurtre ?110 » Selon Plaute, la probabilité qu’une prostituée enceinte avorte était grande111, soit selon Ovide en ingurgitant de cruels poisons, soit en crevant la membrane amniotique entourant le fœtus à l’aide d’un instrument aigu, le fœticide112. Procope de Césarée affirme que Théodora, alors qu’elle faisait la prostituée, connaissait tous les artifices permettant de provoquer immédiatement un avortement113.

  • 114 Didaché II, 2 ; PG 1, col. 1000-1001.
  • 115 CTh 9 : 14 : 1 de 374, p. 457.
  • 116 Mishna, Oholoth 18 : 7-8, p. 675 ; Tosephta, Oholoth 18 : 7-10, (cité supra n. 96), p. 131.
  • 117 Mishna, Oholoth 18 : 10, p. 676.

38Dans le même souffle, la Didaché des Apôtres condamnait l’avortement et l’infanticide : « Tu ne tueras point l’enfant par l’avortement et tu ne l’assassineras pas une fois né114 . » En 374, un décret des empereurs Valentinien Ier et Valens interdit l’infanticide désormais puni de mort115. Malgré l’interdiction conjuguée de la législation impériale et du christianisme, la pratique (qui était fort répandue à l’époque romaine) continua. C’est pourquoi la Tosephta réitéra l’avertissement de la Mishna : « Les lieux d’habitation des Gentils sont impurs... Qu’est-ce qu’ils [les rabbins] inspectent ? Les égouts profonds et les eaux glauques. L’École de Shammai dit : ‘Egalement le tas d’ordures et la terre meuble’116. » 11 était sous-entendu que les Gentils jetaient leurs fœtus avortés en premier lieu dans les égouts de leurs maisons. Curieusement, la Mishna statua que ce principe de pollution ne s’appliquait pas à dix types de bâtiments qui n’étaient pas des habitations permanentes, notamment des bains117. Les rabbins auraient donc exonéré les thermes d’Ashqelon de cette tare.

  • 118 Nous remercions le Prof. P. Smith de nous avoir communiqué le 11 novembre 1994 les derniers résult (...)
  • 119 W. Petersen, Population, New York-Londres, 3e éd., 1975, p. 205.
  • 120 Nous remercions le Dr M. Lloyd du Department of Classics, University College Dublin, d’avoir exami (...)

39Le sexe des bébés tués et jetés dans l’égout des bains d’Ashqelon était masculin à une écrasante majorité118. Ceci contredit l’axiome de Petersen: « Infanticide is... associated with the higher valuation of males119. » Selon lui, dans tous les cas où l’infanticide est pratiqué, l’élimination des filles serait de rigueur, suivie par celle des enfants difformes et maladifs, puis par celle des enfants indésirables pour des raisons de « magie » (naissances multiples, jumeaux, triplés) ou d’ostracisme social (les bâtards). Au-delà du fait biologique que les naissances masculines dépassent en nombre les naissances féminines, la prépondérance masculine dans l’infanticide à Ashqelon découlerait peut-être dans ce cas précis du métier même des mères de ces nouveaux-nés. Dans une société de prostituées, la sélection sexuelle aurait été inversée. Les bébés filles gardées en vie et élevées dans le cadre du bordel pourraient éventuellement succéder à leurs mères dans le métier lorsque les charmes de ces dernières auraient flétri et leur assurer ainsi une rente pour leurs vieux jours120.

  • 121 M. Pastoureau, L’Étoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris 1990 ; J.-C (...)

40Entachées des péchés de luxure, de plaisir et d’homicide, les prostituées byzantines n’étaient cependant pas « marquées », à la différence des prostituées du Moyen-Age occidental vêtues de robes rayées - attribut iconographique des marginaux, notamment des lépreux et des hérétiques121. Était-ce parce que la prostitution était reconnue comme inévitable, voire nécessaire ?

La prostitution - une nécessité sociale

  • 122 Saint Augustin, De Online II, 12, éd. R. Jolivet, Œuvres de Saint Augustin. 1ère Série. Opuscules. (...)
  • 123 Horace, Satires I, ii, 30-35, p. 41-42.
  • 124 Mossé, Splendeur et misère, p. 33.

41« Chasse les courtisanes, aussitôt les passions troubleront tout ; mets-les à la place des femmes mariées, tu sèmes l’infâmie et le déshonneur. Ainsi donc, ces gens ont, quant aux mœurs, une vie tout à fait impure, mais les lois de l’ordre leur assignent une place, quoique la plus vile qui soit. Dans le corps des vivants, n’y a-t-il pas certains organes, qu’on ne peut voir sans dégoût, si on les considère à part ? Cependant l’ordre de la nature n’a pas voulu qu’ils manquent, à cause de leur nécessité, ni qu’ils soient en évidence, à cause de leur laideur » s’écriait saint Augustin122. Outre le rôle qui lui avait été assigné de déniaiser les jeunes gens123, la prostituée byzantine se plaçait en droite ligne de la courtisane grecque qui occupait dans la vie de l’homme mûr une place analogue à celle du jeune éphèbe dans la relation pédérastique. Mossé note qu’ « aller chez les courtisanes, ou chez une courtisane, c’était affirmer sa virilité »124.

  • 125 Soliloquia I, x, 17 ; PG 32, col. 878-879.
  • 126 Adversus Jovinianum I, 49 ; PL 23, col. 280-281.
  • 127 De bono conjugali XI, xii ; PL 40, col. 382, éd. I. Zycha, Sancti Aureli Augustini, Sect. V, Pars (...)
  • 128 Genèse Rabbah xxiii, 2, cité par N. E. Himes, Medical History of Contraception, Londres 1936, p. 7 (...)

42Fornication, concupiscence, luxure : à la chair pécheresse (Rm. 8 : 3-13) porteuse de mort (Ga. 5 : 21), saint Paul avait opposé l’Esprit vivifiant (Ga. 5 : 22-25). Saint Augustin mettait donc le Chrétien en garde contre le plaisir charnel, principal danger pour l’âme125, tandis que saint Jérôme y reniflait un parfum d’adultère : « Adultère est aussi l’amoureux trop ardent de sa femme. A l’égard de l’épouse d’autrui, en vérité, tout amour est honteux ; à l’amour de la sienne propre, l’amour excessif126. » Saint Augustin prêchait de son côté qu’un « usage contre nature est exécrable si on le commet avec une prostituée, plus exécrable encore avec une épouse... Lorsqu’un homme veut user d’une partie du corps de sa femme qu’il est interdit d’utiliser pour cela, il est plus honteux pour la femme de permettre l’accomplissement d’un tel crime sur elle-même que de le laisser commettre sur une autre127. » Dans le monde bien ordonné de la Cité de Dieu, il n’était nul besoin d’avoir recours à la contraception à domicile. S’il était possédé par un désir non procréateur, l’homme devait déverser son sperme hors du réceptacle conjugal, mais in vas chez une prostituée. La femme de mœurs légères fait alors figure, par rapport aux époux de l’antiquité tardive, de procédé contraceptif « naturel ». Par une fausse logique interne, la répression sexuelle dictée par les Pères de l’Église déboucha sur l’érotisme per se auprès des prostituées. Tandis que la sexualité procréatrice bridée se cantonnait à la maison, le plaisir s’épanouissait dans le sein de la courtisane. Le Midrash raconte qu’à l’époque du Déluge, un homme avait toujours deux femmes, l’une pour lui donner des enfants, et l’autre uniquement pour assouvir son désir sexuel. Cette dernière avait bu une potion à base de racines de plantes pour devenir stérile. Dès lors, elle recevait « habillée comme une maîtresse »128.

  • 129 J. Le Goff, Le refus du plaisir, L’Histoire 63, janvier 1984, p. 59.
  • 130 M. Foucault, Histoire de la Sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris 1976, p. 11.

43La mauvaise foi de ce christianisme et de ce judaïsme puritains n’est sûrement pas étrangère à la prolifération de la prostitution en Palestine byzantine. J. Le Goff commente : « Le carcan matrimonial appelle la diffusion du bordel et le succès des étuves129 » C’est ainsi que le puritanisme byzantin encouragea la prostitution, de la même façon que la maison close victorienne et du Second Empire aura été, selon M. Foucault, le « lieu de tolérance » du puritanisme bourgeois130.

Notes

1 Mishna, Kelim 1 : 6 (H. Danby. The Mishnah, Oxford-Londres 1933, p. 605). Également, F.-M. Abel, Géographie de la Palestine. T. I, Géographie physique et historique, 3e éd., Paris 1967, p. 318.

2 Saint Jérôme le souligne dans son Commentariorum In Hiezechielem XIV, 48, 18-35 ; PL 25, col. 487-490 ; éd. F. Glorie, Commentariorum In Hiezechielem Libri XIV. S. Hieronymi Presbxteri Opera Pars I, 4. Opera Exegetica 4, Turnhout 1964 (Corpus Christianorum. Series Latina 75), p. 736-743.

3 R. J. Tournay, La Terre Promise hier et aujourd’hui, Proche-Orient Chrétien 39, 1989, p. 44-50.

4 Notamment Jean Moschus, Le Pré Spirituel 45 et 97. Respectivement PG 873, col. 2900 et 2956 ; trad. franç. M.-J. Rouët De Journel, Jean Moschus. Le Pré Spirituel, Paris 1946 (SC 12), p. 90 et 145.

5 Jean Moschus, Le Pré Spirituel 136 (cité note précédente) ; PG 873, col. 3000 ; trad., p. 187-188.

6 Siméon Le Métaphraste, Vie de Jacob, ermite en Palestine, PG 114, col. 1213-1224. Porphyrion a été identifié avec Haifa par E. Honigmann, L’Évêché phénicien de Porphyreon (Haifa), Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire Orientales et Slaves 7, 1939-1944, p. 381-387.

7 Cité en exergue par J. Lacarrière, Marie d’Égypte ou le désir brûlé, Paris 1983.

8 Talmud de Babylone, Pesahim 113a, éd. I. Epstein, The Babylonian Talmud, Londres 1935-1952, Seder Mo’ed, vol. IV, Pesahim, p. 582.

9 Histoire des Moines en Egypte I, 39 (citée par L. Régnault, La Vie quotidienne des Pères du Désert en Egypte au ive siècle, Paris 1990, p. 167) pour Alexandrie. Vie de Sévère 15, éd. F. Nau, Histoire de Mar Sévère Patriarche d’Antioche (512-518), ROC 4, 1899, p. 559 pour Beyrouth, ville de « spectacles luxurieux », de courses de chars et de théâtre, et de spectacles d’animaux « opposés à de malheureux hommes », où ceux qui ne recherchent pas la pureté de cœur et de corps, « donnent beaucoup de temps aux courses, roulent dans l’ivrognerie, boivent avec des prostituées et tombent même dans les dernières hontes ».

10 Apophtegmes A. 355, 875 et 917 (éd. L. Régnault, Les Sentences des Pères, collection alphabétique, Solesmes 1981) et N. 43, 44 et 179 (éd. L. Régnault, Les Sentences des Pères, Série des anonymes, Solesmes 1985).

11 Vie de Jean de Chypre L, éd. A. J. Festugière, Léontios de Néapolis. Vie de Syméon le Fou et Vie de Jean de Chypre, Paris 1974 (Institut Français d’Archéologie de Beyrouth, Bibliothèque Archéologique et Historique 95), p. 400 et 512. Que des rues entières aient été habitées par des prostituées est révélé par le Talmud de Babylone (cité supra n. 8), Pesahim 113b, Seder Mo’ed, vol. IV, Pesahim, p. 582-583 : Rabbi Hanina et Rabbi Hoshaia, tous deux cordonniers et vivant en « Terre d’Israël », habitaient dans une « rue de prostituées » et fabriquaient des chaussures pour ces dernières.

12 Apophtegme A. 355, Les Sentences, collection alphabétique (cité supra n. 10).

13 Léontios de Néapolis, Vie de Syméon Salos XXII, 155 : 15 - 156 : 10, éd. Festugière, Léontios de Néapolis (cité supra n. 11), p. 144-145.

14 ID., Vie de Jean de Chypre XXXVIII, 9-127, p. 387-390 et 496-499.

15 Apophtegme A. 875, Les Sentences, collection alphabétique.

16 Procope de Césarée, De Aedificiis 1 : 9 : 5-10, éd. J. Haury, Procopii Caesarensis Opera Omnia. vol. IV. De Aedificiis Libri VI, Leipzig 1964, p. 36 ; et Anecdota 17 : 5-6, éd. J. Haury, Procopii Caesarensis Opera Omnia. vol. III. Historia quae dicitur Arcana, Lepizig 1963, p. 105-106.

17 Léontios de Néapolis, Vie de Jean de Chypre L, 63-65, p. 401 et 513.

18 P.-L. Gatier, Les femmes au désert, L’Histoire 154, avril 1992, p. 19.

19 Sophrone, Vie de Marie l’Égyptienne, PG 873, col. 3697-3726 ; trad. franc, dans Arnauld D’andilly, Les Vies des Saints Pères des Déserts et de quelques Saintes, écrites par des Pères de l’Eglise, Paris 1644, rééd. avec une présentation du texte par J. Lacarrière, Vie de Sainte Marie Egyptienne pénitente, Paris 1985.

20 Vie de Pélagie la Pénitente, éd. P. Petitmengin et alii, Pélagie La Pénitente. Métamorphoses d’une légende, T. I, Paris 1981 ; T. II, Paris 1984.

21 Horace, Satires I, ii, 63 et 82, éd. F. Villeneuve, Paris 1946, p. 43 et 44-45.

22 Jérôme. De perpetua virginitate beatae Mariae, Adversus Helvidium 20, PL 23, col. 203.

23 ID., Epistula 49 : 2, éd. I. A. Hilberg, Sancti Eusebii Hieronymi Epistulae, Pars I : Epistulae I-LXX, Vienne-Leipzig 1910 (CSEL 54), p. 351 ; et J. Labourt, Saint Jérôme. Lettres, T. II, Paris 1951, p. 120.

24 Apollodore, Contre Nééra, dans Démosthène LIX, 122, éd. L. Gernet, Démosthène. Plaidoyers Civils. T. IV, Discours LVII-LIX, Paris 1960, p. 108. Sur la répartition des tâches entre ces trois catégories de femmes dans la cité grecque, C. Mosse, Splendeur et misère de la courtisane grecque, L’Histoire. 56, mai 1983, p. 33. M. Lloyd, Euripides Andromache, Warminster 1994, p. 6-9, a fait passer ce type de « ménage à trois » par le crible de la réalité telle qu’elle apparaît dans la littérature grecque, en particulier dans l’Andromaque d’Euripide. P. Salmon, Population et dépopulation dans l’empire romain, Bruxelles 1974 (Latomus 137), p. 45, souligne que la monogamie légale romaine masquait une polygamie de fait.

25 Canon 87 du Concile Quinisexte In Trullo de 692 (Hefele - Leclercq, III1, p. 573).

26 Anthologie Palatine V. 46 (45) : épigramme de Philodème ; V. 101 (100) : épigramme anonyme ; V. 308 (307) : épigramme d’Antiphilos ou Philodème, éd. P. Waltz, J. Guillon, Anthologie grecque. Première Partie. Anthologie Palatine. T. II (Livre V - Epigrammes amoureuses), Paris 1960, respectivement p. 38-39, 55-56 et 135.

27 Ibid., V. 302 (301) : épigramme d’Agathias le Scholastique, p. 133. Également, R. C. Mccail, The Erotic and Ascetic Poetry of Agathias Scholasticus, Byz. 41, 1971, p. 215.

28 Déjà à Rome, Horace, Epistula I, XIV, 21, éd. Villeneuve, Paris 1978, p. 99 et Satires I, II, 30 (cité supra n. 21), p. 41. « Forniquer » dérive d’ailleurs du mot latin fornicatio pour « voûte » (S. B. Pomeroy, Goddesses, Whores, Wives and Slaves. Women in Classical Anti-quity, New York 1975, p. 202). Le cardo maximus byzantin de Jérusalem, mis au jour en 1975, est désormais restauré (N. Avigad, Discovering Jerusalem, Oxford 1984, p. 213-229).

29 Talmud de Babylone, Shabbat 33B, Seder Mo’ed, vol. I, Shabbath I, p. 156.

30 Sophrone, Vie de Marie l’Égyptienne II, 18, PG 873, col. 3709 ; trad., p. 62 (cité supra n. 19).

31 é. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, Paris-La Haye 1977, p. 62, s’appuyant sur la Novelle 14 de Justinien datant de 535, Nov., p. 105-109.

32 Évagre, Histoire ecclésiastique 34, éd. J. Bidez, L. Parmentier, The Ecclesiastical History of Evagrius with the Scholia, Londres 1898, p. 184 ; trad. franç. A. J. Festugière, Évagrius. Sur les Moines de Syrie-Palestine, dans Léontios de Néapolis, p. 37.

33 Léontios de Néapolis, Vie de Jean de Chypre XXXVIII, 16-17, p. 387 et 496.

34 Horace, Epistula I, xiv, 21 (cité supra n. 28), p. 99. Également, Pomeroy, Goddesses, Whores, Wives (cité supra n. 28), p. 201, et C. Salles, Les prostituées de Rome, L’Histoire 90, juin 1986, p. 8-9.

35 CJ 9, 9, 28 de 326 (p. 376).

36 Canon 24 du Concile de Laodicée entre 343 et 381, Hefele - Leclercq, I2, p. 1012-1013. Également, E. D. Hunt, Holy Land Pilgrimage in the Later Roman Empire AD 312-460, Oxford 1982, p. 70.

37 Notamment Juvénal, Satires XI, 172-173, éd. P. De Labriolle, F. Villeneuve, Paris 1950, p. 146. Cf. également O. Kiefer, Sexual Life in Ancient Rome, New York 1993, p. 61.

38 Jean Moschus, Le Pré Spirituel 14, PG 873, col. 2861 ; trad., p. 56.

39 ID., Le Pré Spirituel 97, PG 873, col. 2956-2957 ; trad., p. 144.

40 Léontios de Néapolis, Vie de Jean de Chypre L, 23-41 et 62-64, p. 400-401 et 512-513.

41 G. Mazor, City Center of Ancient Bet Shean - South, Excavations and Surveys in Israel 6, 1987-1988, p. 18-19 ; et R. Bar-Nathan, G. Mazor, City Center (South) and Tel Iztabba Area. Excavations of the Antiquities Authority Expedition, The Bet She’an Excavation Project (1989-1991), Excavations and Surveys in Israel 11, 1993, p. 43-44.

42 Salles, Les prostituées (cité supra n. 34), p. 8.

43 Patlagean, Pauvreté (cité supra n. 31), p. 132-133.

44 Procope de Césarée, Anecdota 9 : 1 (cité supra n. 16), p. 56.

45 Horace, Satires I, ii, 1 (p. 10). Le nom latin des joueuses de flûte syrienne - ambubaiae - provenait du mot syrien abbub ou ambub pour flûte.

46 Suétone, Néron XXVII, éd. H. Ailloud, Suétone Vie des Douze Césars, T. II, Paris 1932, p. 172.

47 Homélie iii. F9vb éd. C. Moss, Jacob of Serugh’s Homilies on the Spectacles of the Theatre, Le Muséon 48, 1935, p. 105.

48 M. Piccirillo, Madaba le chiese e i mosaici, Milan 1989, p. 134-136.

49 Vie de Syméon Salos XXII, 154 : 28 - 155 : 3, p. 89-90 et 145.

50 Jean d’Éphèse, Vies de Thomas et d’Etienne XIII, éd. E. W. Brooks, John of Ephesus Lives of the Eastern Saints, PO 17, 1923, p. 189.

51 Mosse, Splendeur et misère (cité supra n. 24), p. 33-37.

52 Sur cette loi romaine qui interdisait à un sénateur d’épouser une femme dont le corps était le gagne-pain (quaestum corpore faciens), Kieper, Sexual Life (cité supra n. 37), p. 63.

53 Procope de Césarée, Anecdota 9 : 1 - 10 : 3, p. 56-66.

54 Le rhéteur Agathias les décrit dans deux épigrammes : Anthologie Palatine V. 273 (272) et 280 (279), respectivement p. 120 et 123.

55 Pomeroy, Goddesses, Whores, Wives, p. 192 ; et Kieper, Sexual Life, p. 61-62.

56 Novelle 14 de Justinien datant de 535 (supra n. 31) et Malalas, Chronographie XVIII, éd. L. Dindorf, Bonn 1831 (CSHB), p. 440-441.

57 Novelle 39 : 2 de Justinien de 536, Nov., p. 257-257. Pour les prix en Palestine méridionale, Papyrus Nessana 89, éd. C. J. Kraemer Jr, Excavations at Nessana. vol. III. Non-Literary papyri, Princeton 1958, p. 251-260.

58 Martial, Épigrammes I, 103, 10 et II, 53, 7, éd. H. J. Izaac, T. I (Livres I-VII), Paris 1969, p. 48 et 71.

59 R. Duncan-Jones, The Economy of the Roman Empire. Quantitative Studies, 2e éd., Cambridge 1982, p. 246.

60 Salles, Les prostituées, p. 8, n. 2.

61 L’asse (pl. asses) était l’unité monétaire de bronze chez les Romains (F. Lenormant, art. « AS » dans éd. Ch. Daremberg, E. Saglio, Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, I1, Paris 1877, col. 454-464). Le sesterce (en bronze depuis 43 av. J.-C.) valait 4 asses (E. Babelon, art. « Sestertius », Dictionnaire des Antiquités grecques et romaines, éd. E. Saglio, E. Pottier, IV2, Paris s.d., col. 1285).

62 Vie de Jean de Chypre XXXVIII, 9-15, p. 387 et 496. Un keration équivalait à 12 folleis (Ph. Grierson, Byzantine Coins, Londres 1982, p. 16).

63 Évagre, Histoire ecclésiastique IV, 34 (cité supra n. 32), p. 184 ; trad., p. 37-38.

64 Sophrone, Vie de Marie l’Égyptienne III, 28, PG 873 col. 3717 ; trad., p. 77.

65 Agathias, Anthologie Palatine V. 302 (301), p. 133. Egalement, Mccail, The, Erotic and Ascetic (cité supra n. 27), p. 215. La citation d’Alexis, rapportée par Athénée XIII 568a, est tirée du Fragment 103 de l’édition de Kassel - Austin.

66 Procope de Césarée, De Bellis (De Bello Persico) II, xiii, 4, éd. J. Haury, Procopius. I. De Bellis Libri I-IV, Leipzig 1962, p. 209-210.

67 Cf. notamment la Vie d’Abraham et de Maria sa nièce (antérieure au vie s.) du Pseudo-Ephrem, Acta SS. Abrahamii et Mariae, dans AASS, Martii II, Anvers 1668, p. 741-748.

68 68. Suétone, Caligula XL, éd. H. Ailloud, Suétone Vie des Douze Césars, T. II, Paris 1932, p. 94.

69 Tacite, Annales II, 85, 1-2, éd. P. Wuilleumier, Paris 1978, p. 83-84.

70 Mosaicarum et Romanorum Legum Collatio V : 3 (De Stupratoribus), éd. J. Baviera, dans Fontes Juris Romani Ante Justiniani, éd. S. Riccobono et alii, Florence 1968, vol. I2, p. 557. Également, CTh 9, 7, 6 de 390, p. 448.

71 Saint Augustin, De Mendacio VII, 10 ; PL 40, col. 496.

72 Évagre, Histoire ecclésiastique III, 39, p. 137.

73 Ibid, III, 40-41

74 Institutes 4,18,4 (Corpus Juris Civilis I, p. 55).

75 CJ 8, 51, 3 de 529 (p. 361-362).

76 Novelle 14, Nov., p. 105-109.

77 CJ 11, 41, 7 (p. 438).

78 Honorius, Epistula XIV ; PL 80, col. 481. P. Brown, The Rise and Function of the Holy Man in Late Antiquity, JRS 61, 1971, p. 95, cite Paul de Monemvasie entre autres exemples d’inspecteurs de bordels.

79 Notamment Élégie I, 9, 53 adressée à Marathus, éd. M. Ponchont, Tibulle et les auteurs du Corpus Tibullianum, Paris 1968, p. 69. Cf. J. Boswell, The Kindness of Strangers. The Abandonment of Children in Western Europe from Late Antiquity to the Renaissance, New York 1990, p. 112-113.

80 Cf. supra n. 76. A Naples en 1902, certains parents « donnaient en location » leurs garçonnets et rillettes à des buts de prostitution : Nymphets of Naples, dans Fille de Joie. The Book of Courtesans, Sporting Girls, Ladies of the Evening, Madams, A few Occasionals and Some Royal Favorites, New York 1967, p. 77. Selon le témoignage du film de Mira Nair, Salaam Bombay (1984), cette pratique serait encore courante de nos jours en Inde.

81 Sophrone, Vie de Marie l’Égyptienne II, 18, PG 873 col. 3709 ; trad., p. 61.

82 1 Apologie 27, 1 ; PG 6, col. 369 ; éd. A. Wartelle, Saint Justin Apologies, Paris 1987, p. 134. Cf. également, Salles, Les prostituées, p. 9-10.

83 Paedagogus III, iii ; PG 8, col. 585 ; éd. O. Stählin, Clemens Alexandrinus. I. Protrepticus und Paedagogus, Berlin 1972 (GCS 12), p. 249.

84 Lactance, Divinae Institutiones VI, 20, 25 ; PL 6, col. 709 ; éd. S. Brandt, Lactantii Divinae Institutiones, Prague-Vienne-Leipzig 1890 (CSEL 19), p. 559.

85 CJ 4, 43, 2 (p. 179).

86 CJ 11, 41, 6 (p. 438).

87 Malalas, Chronographie XVIII (cité supra n. 56), p. 440-441.

88 Jean Moschus, Le Pré Spirituel 136 ; PG 873, col. 3000 ; trad., p. 187-188. De même, pendant la guerre de 1914-1918 en Palestine, la faim contraignait les adolescentes à s’offrir aux troupes allemandes et turques (B. Spafford Vester, Our Jerusalem. An American Family in the Holy City 1881-1949, Jerusalem 1950, p. 265). L. O’connor, Juarez, dans Fille de Joie (cité supra n. 80), p. 136, souligne que la prostitution généralisée à Juarez, ville dénuée d’industrie à la frontière du Nouveau-Mexique américain et du Mexique, était entièrement due à la misère : « The girl, who might want to do something else, all too often is faced with the choice of starving out in the streets or entering prostitution. »

89 Martial, Épigramme I, 23, 96 (cité supra n. 58), T. I, p. 22 ; Épigramme II, 70, T. I, p. 76 ; Épigramme XI, 47, éd. H. J. Izaac, T. II, 1ère partie (Livres VIII-XII), Paris 1973, p. 134. Pétrone, Satiricon XCII, éd. A. Ernout, Paris 1974, p. 96.

90 Épiphane, Adversus Haereses I, 2 - Haeresis XXX, 7 : 5 ; PG 41, col. 416, éd. K. Holl, Epiphanius (Ancoratus und Panarion), I1 : Haer. 1-33, Leipzig 1915 (GCS), p. 341.

91 Sénèque, Epistula V, 51, éd. F. Préchac, H. Noblot, Sénèque Lettres à Lucilius. T. II (Livres V-VII), Paris 1958, p. 37-41 : « deversorium vitiorum ».

92 Martial, Épigramme III, 93, T. I, p. 112.

93 ID., Epigramme XI, 47 (cité supra n. 89), p. 134.

94 L. E. Stager, Eroticism and Infanticide at Ashkelon, Biblical Archaeology Review 17, No. 4, July-August 1991, p. 50-51.

95 P. Smith, G. Kahila, Bones of a Hundred Infants Found in Ashkelon Sewer, ibid., p. 51.

96 Tosephta, Abodah Zarah 3 : 4, éd. J. Neusner, The Tosefta. Fourth Division. Neziqin (The Order of Damages), New York 1981, p. 319 ; Tohoroth 8 : 8, éd. J. Neusner, The Tosefta. Tohorot (The Order of Purities), New York 1977, p. 289.

97 Mishna, Abodah Zarah 3 : 4, éd. Danby (cité supra n. 1), p. 440.

98 Ovide, Les Fastes IV, 863-877, éd. R. Schilling, Paris 1993, p. 35-36.

99 L’idolâtrie est en outre accompagnée ici de prostitution sacrée. Cf. Jr. 3 : 6-13.

100 Notamment, L. Régnault, Maîtres spirituels au désert de Gaza. Barsanauphe, Jean le Prophète et Dorothée, Solesmes 1981, p. 181-182, No. 140 [770].

101 G. Bakker, The Buildings at Alahan, et M. M. Sheehan, Religious Life and Monastic Organization at Alahan, dans Alahan. An Early Christian Monastery in Southern Turkey Based on the Work of Michael Gough, éd. Mary Gough, Toronto 1985, respectivement p. 142-147 et p. 202-203.

102 Y. Magen, R. Talgam, The Monastery of Martyrius at Ma’ale Adummim (Khirbet El-Murassas) and its mosaics, Christian Archaeology in the Holy Land. New Discoveries. Essays in Honnour of Virgilio C. Corbo, éd. G. C. Bottini, L. di Segni, E. Alliata, Jérusalem 1990 (Studium Biblicum Franciscanum Collectio Maior 36), p. 106.

103 Jean Moschus, Le Pré Spirituel 14, PG 873, col. 2861 ; trad., p. 56.

104 Pallade, Histoire Lausiaque 26, éd. C. Butler, The Lausiac History of Palladius, Cambridge 1898-1904, p. 82 ; trad. franç. L. Leloir, Palladius. Les moines du désert. Histoire lausiaque, Paris 1981, p. 89-91.

105 Talmud de Babylone, Shabbat 33a, Seder Mo ed. vol. I, p. 153.

106 Constitutions Apostoliques VII, ii ; PG 1, col. 1000.

107 Divines Institutes V, ix, 17 ; PL 6, col. 578-579.

108 De rerum natura IV, 1269-1275, éd. A. Ernout, Lucrèce De la Nature, T. I, Livres I-III ; T. II, Livres IV-VI, Paris 1948, p. 49-50.

109 Talmud de Babylone, Ketuboth 37a, Seder Nashim, vol. I, p. 203.

110 Homélie XXIV sur l’Épître aux Romains 4 ; PG 60, col. 626-627.

111 Truculentus 179, éd. A. Ernout, Plaute Comédies, T. VII, Paris 1961, p. 109.

112 Ovide, Les Amours II, 14, éd. H. Bornecque, Paris 1930, p. 61.

113 Anecdota IX, 20, p. 57-58.

114 Didaché II, 2 ; PG 1, col. 1000-1001.

115 CTh 9 : 14 : 1 de 374, p. 457.

116 Mishna, Oholoth 18 : 7-8, p. 675 ; Tosephta, Oholoth 18 : 7-10, (cité supra n. 96), p. 131.

117 Mishna, Oholoth 18 : 10, p. 676.

118 Nous remercions le Prof. P. Smith de nous avoir communiqué le 11 novembre 1994 les derniers résultats de son étude paléo-anthropologique.

119 W. Petersen, Population, New York-Londres, 3e éd., 1975, p. 205.

120 Nous remercions le Dr M. Lloyd du Department of Classics, University College Dublin, d’avoir examiné avec nous les diverses facettes de cette question et de nous avoir suggéré cette hypothèse. Selon Apollodore, Contre Nééra, dans Démosthène LIX, 18-20, (cité supra n. 24), p. 76, les hétaïres grecques achetaient de jeunes esclaves féminines ou recueillaient les nouvelles-nées abandonnées. Elles les formaient au métier de prostituée et les gardaient dans les bordels en attendant que ces enfants puissent travailler et faire vivre à leur tour leurs mères adoptives.

121 M. Pastoureau, L’Étoffe du diable. Une histoire des rayures et des tissus rayés, Paris 1990 ; J.-Cl. Schmitt, Prostituées, Lépreux, Hérétiques : les rayures de l’infamie, L’Histoire 148, octobre 1991, p. 89.

122 Saint Augustin, De Online II, 12, éd. R. Jolivet, Œuvres de Saint Augustin. 1ère Série. Opuscules. IV. Dialogues Philosophiques. 1. Problèmes fondamentaux, Paris 1948 (Bibliothèque Augustinienne 4), p. 382-383.

123 Horace, Satires I, ii, 30-35, p. 41-42.

124 Mossé, Splendeur et misère, p. 33.

125 Soliloquia I, x, 17 ; PG 32, col. 878-879.

126 Adversus Jovinianum I, 49 ; PL 23, col. 280-281.

127 De bono conjugali XI, xii ; PL 40, col. 382, éd. I. Zycha, Sancti Aureli Augustini, Sect. V, Pars III, Prague-Vienne-Leipzig 1900 (CSEL 41), p. 204-205.

128 Genèse Rabbah xxiii, 2, cité par N. E. Himes, Medical History of Contraception, Londres 1936, p. 76.

129 J. Le Goff, Le refus du plaisir, L’Histoire 63, janvier 1984, p. 59.

130 M. Foucault, Histoire de la Sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris 1976, p. 11.

Auteur

C.N.R.S. (Paris)

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search