Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Jamais le dimanche

Gilbert Dagron

Texte intégral

1À volume de fête, sujet de fête.

  • 1 D’une bibliographie très fournie ne retenons ici que quelques titres : H. Dumaine, art. « dimanche (...)

2Avant d’évoquer l’ensemble des prescriptions ou des interdits qui donnent au dimanche un caractère particulier, et de voir comment ils sont appliqués dans la vie quotidienne et dans le cérémonial aulique, un rapide retour aux origines n’est peut-être pas inutile1.

  • 2 II, 59, 3-4 ; VIII, 33, 1-3. éd. J.-B. Pitra, Juris ecclesiastici monitmenta, I, p. 209-210, 67-68 (...)
  • 3 Sur l’hésitation entre « sixième » et « septième jour » et sur l’exégèse chrétienne de ce passage, (...)
  • 4 Mat. XXVIII, 1 ; Marc VI, 2 ; Luc XXIV, 1 ; Jean XX, 1 et 19 ; I Cor. XVI, 2 ; Actes XX, 7. A note (...)
  • 5 De Spiritu sancto, 66, PG 32, col. 192 ; voir aussi Hom. Hex., II, 8.
  • 6 Ep. 132 à l’ekdikos Oursakios, PG 79, col. 444. Mentionnons aussi les homélies pseudochrysostomien (...)
  • 7 Adversus haereses, III, 2, 22, PG 42, col. 825-828.

3Le « jour du Seigneur » se substitue dans la semaine au dies Solis païen, mais dans sa fonction religieuse c’est plutôt le sabbat juif qu’il remplace avec quelques contaminations et une période de coexistence. Certaines couches des Constitutions apostoliques prévoient que les fidèles se réunissent à l’église pour y recevoir un enseignement έν τῇ ήμερα τοῦ Σαββάτου καὶ ἐν τη τοῦ Κυρίου άναστασίμω τῇ Κυριακῇ, que pour cette raison ces deux jours seront chômés et que par conséquent les esclaves n’auront à travailler que cinq jours dans la semaine2 . Mais assez vite les textes canoniques distinguent et opposent le symbolisme des deux jours : le samedi célèbre l’achèvement par Dieu de la création (Gen., II, 2-3)3, le dimanche le premier jour de la nouvelle création, c’est-à-dire de la régénération de l’humanité par le Christ ressuscité, le « Grand dimanche » de Pâques donnant son sens au « saint dimanche » de chaque semaine et préfigurant la résurrection des morts à la seconde Parousie. L’expression qui, dans les Évangiles, désigne le dimanche en le définissant par rapport au sabbat (ή μία τῶν Σαββάτων ou ή πρώτη τοῦ Σαββάτου)4 se rencontre encore, en raison de son autorité scripturaire, chez les Pères de l’Eglise, mais ces derniers prennent de plus en plus leur distance à l’égard de la tradition judaïque, et c’est par contraste que le dimanche acquiert sa tonalité proprement chrétienne. Il n’est bientôt plus question du samedi, où toute manifestation de piété particulière est suspectée de déviation « judaïsante ». Basile de Césarée5 et Nil d’Ancyre6 expliquent que la prière doit, le dimanche, être dite debout et non pas à genoux, parce que c’est la position du Christ lors de la Résurrection et la nôtre à la résurrection finale. Épiphane de Chypre renvoie à une vieille structure ternaire de la semaine liturgique qui prévoit jeûne le mercredi et le vendredi, mais joie et abondance le dimanche7.

  • 8 Éd. A. Vassiliev, Anecdota graeco-byzantina, I, Moscou 1893, p. 23-32 ; sur cette légende, voir en (...)

4Bon témoin d’incertitudes qui subsistent encore dans la pratique liturgique du ve siècle, une lettre supposée écrite par le Christ lui-même et portée sur terre par saint Michel vise à imposer avec force menaces la célébration du dimanche après le jeûne des mercredis et vendredis ; ce texte légendaire, souvent dénoncé, mais très vite et durablement popularisé dans toutes les langues, explique que le dimanche n’est pas seulement le jour de la Résurrection, mais aussi celui où Dieu « a fait sa demeure dans la maison d’Abraham et a reçu son hospitalité », où il est apparu à Moïse au Mont Sinaï et, après un long jeûne, lui a remis les Tables de la Loi, où l’archange Gabriel a annoncé à la Vierge la bonne nouvelle, où le Christ a reçu le baptême du précurseur8. Ce jour n’est pas celui des larmes et de la pénitence ; le ou les souvenirs qu’il commémore et l’événement qu’il annonce rendent malséante toute manifestation de tristesse, de repentir et d’excessive humilité. Ce faisceau de significations donne sa valeur symbolique à une attitude corporelle : la position debout.

***

  • 9 Canon 66 des Apôtres, canon 55 du concile in Trullo, Rallès-Potlès, II, p. 84-85, 434-435.
  • 10 Sur le reproche adressé par les Byzantins aux Latins de judaïser en jeûnant le samedi, notamment l (...)
  • 11 Canon 20 de Nicée I ; canon 90 du concile in Trullo ; canon 15 de Pierre d’Alexandrie, Rallès-Potl (...)
  • 12 Canon 18, Rallès-Potlès, III, p. 114-115
  • 13 Voir par exemple Barsanouphios et Jean de Gaza, Αποκρίσεις, éd. S. N. Schoinas, p. 106 (questions (...)

5Les canons et commentaires canoniques enregistrent cette évolution et fixent cette image. Quelques-uns cherchent encore à dissocier le couple samedi-dimanche, en interdisant par exemple de jeûner pendant ces deux jours9, ce qui, pour le dimanche, est contraire à l’esprit chrétien et, pour le samedi, ressemble à une pratique judaïsante, grief qui reviendra plus tard dans la polémique antilatine et montre une vive sensibilité des Orientaux sur ce sujet10. Mais l’accent est mis presque exclusivement sur l’interdiction, le dimanche, de fléchir les genoux et de faire acte de pénitence11. Un canon du concile de Gangres jette l’anathème sur les Eustathiens qui « sous prétexte d’ascèse » jeûneraient le dimanche12 ; lui font écho les textes monastiques qui recommandent aux moines les plus rigoristes de tempérer quelque peu, ce jour-là, leur régime d’austérité en ajoutant une bouillie à leur galette habituelle13.

  • 14 Canon 29, Rallès-Potlès, III, p. 196-197.
  • 15 Barsanouphios et Jean De Gaza, Αποκρίσεις, éd. S. n. Schoinas, p. 331 (question n° 751).
  • 16 Ainsi le patriarche Kallistos Ier (1350-1353, 1355-1363) dans ses homélies inédites 21 et 22, cf. (...)
  • 17 Voir, par exemple, S. Pélékanidès, Καστοριά, I : Βυζαντιναὶ τοιχογραφίαι, Thessalonique 1953, pl. (...)
  • 18 Rallès-Potlès, III, p. 466-467.
  • 19 Canon 66, Rallès-Potlès, II, p. 460-462.

6Les autres prescriptions dominicales sont moins nettement affirmées. Le concile de Laodicée, en même temps qu’il interdit de judaïser en chômant le samedi, recommande aux chrétiens, « s’ils le peuvent », de s’abstenir de travailler le dimanche. Zonaras et Balsamon saisissent fort bien la nuance14. Cette inactivité évoque trop le sabbat pour que les chrétiens la posent en principe et la ritualisent ; en outre, elle a surtout pour but de permettre la participation à la synaxe dominicale, mais celle-ci a lieu le plus souvent avant l’aube. A la question : « Est-ce un péché de travailler le dimanche ? », Barsanouphios et Jean de Gaza répondent : « Pour ceux qui travaillent selon Dieu ce n’est pas un péché, car l’Apôtre a dit "Travaillant nuit et jour afin de n’être à charge à personne..." (I Thess., II, 9), mais pour ceux qui le font par mépris, avarice et cupidité c’est un péché. Cependant, il est bon, au jour de la Résurrection, aux fêtes du Seigneur et aux commémorations des apôtres, de cesser de travailler et de se rendre dans les églises. C’est, en effet, une tradition des saints apôtres15. » On ne peut mieux dire que cette recommandation n’est pas un tabou. A époque tardive, les prédicateurs déplorent que les fidèles n’aillent plus à l’église ou la quittent dès le point du jour pour vaquer à leurs occupations profanes16, et ce regret vaut constat ; ce ne sont pas ces travailleurs, mais les « dormeurs du dimanche » qui sont menacés du feu de l’enfer dans l’iconographie populaire du Jugement Dernier, οί κοιμοῦντες τὴν άγίαν Κυριακήν, couples que les peintres nous montrent profondément endormis dans leur lit à l’heure nocturne où l’office commence17. L’interdiction des spectacles est un peu de même nature : il s’agit, dans le canon 61 de Carthage18, d’un simple vœu adressé aux empereurs pour éviter aux lieux de culte une concurrence dont, à Antioche, Jean Chrysostome ne cesse de se plaindre dans ses homélies contre les spectacles. Le concile in Trullo ne reprend la prohibition que pour la semaine de Pâques19.

  • 20 Canon 13, Rallès-Potlès, IV, p. 338-339 ; cette recommandation a en fait une valeur générale pour (...)
  • 21 Question 51, Rallès-Potlès, IV, p. 485.
  • 22 Canons 3 et 4 de Carthage, Rallès-Potlès, III, p. 301-305, auxquels il faut ajouter, ici aussi, qu (...)
  • 23 Éd. A. Vassiliev. op. cit. (n. 8), p. 32.
  • 24 Vie de saint André Salos, éd. L. Rydén, The Life of St Andrew the Fool, Uppsala 1995, 1. 2869-2892 (...)
  • 25 Apocalypsis Anastasiae, éd. R. Homburg. p. 12 ; je remercie mon collègue Lennart Rydén de m’avoir (...)
  • 26 Question 53, Rallès-Potlès, IV, p. 486-487.
  • 27 Canon VII, 1 de Nicéphore le Patriarche, Rallès-Potlès, IV, p. 431.

7S’abstenir de rapports sexuels est une recommandation sans grande autorité canonique, puisqu’elle n’est formulée que dans un canon de Timothée d’Alexandrie20, et lorsque le scrupuleux Marc d’Alexandrie l’interroge sur les couples qui ont eu des relations charnelles le « soir du dimanche » (entendons le samedi soir, avant de participer à la synaxe du lendemain), Balsamon ne prescrit que des épitimies très modérées21. Mais ce conseil devient dans certains textes apocalyptiques ou hagiographiques un véritable tabou, et l’on peut y voir l’équivalent pour les laïcs - et donc en mineur – de l’interdiction faite aux clercs mariés d’avoir des rapports avec leur femme avant de pénétrer dans le sanctuaire pour participer à la liturgie22. C’est ainsi que la « Lettre du Christ » sur le dimanche ajoute aux prescriptions habituelles (assistance à la liturgie avec femme et enfants, cessation de tout travail) une malédiction contre quiconque « s’unirait ce jour-là à une femme23 ». Dans la Vie d’André Salos, une femme, présentée comme la fiancée du Christ, apparaît au saint pour dénoncer l’inconduite d’un dignitaire qui se rend au Palais le dimanche matin après avoir eu des rapports avec sa femme : il a souillé le dimanche et s’apprête à souiller le Palais ; la punition prévue est rude, puisque, s’il récidive, il mourra24. Dans l’Apocalypse d’Anastasie, c’est l’ombrageuse Kyriakè elle-même qui presse le Seigneur de punir ceux qui désacralisent le dimanche, notamment en s’unissant à leur femme ce jour-là25. Dans un registre parallèle, à la question du patriarche Marc d’Alexandrie : « Est-il sans danger d’aller au bain le dimanche et de se laver à l’eau chaude ? », qui est inspirée soit par un rejet des plaisirs du corps, soit par la crainte d’une dangereuse promiscuité dont les bains sont traditionnellement l’occasion, soit par la peur d’une dérive « judaïsante », Balsamon répond platement et sans beaucoup de conviction que les fidèles doivent éviter, le dimanche, toute activité et que le fonctionnement des bains suppose que ne chôment pas et que n’aillent pas à la messe ceux dont le métier est de les faire chauffer26. L’interdiction de voyager sans contrainte ou nécessité, qui apparaît une fois27, se rattache au souhait d’une cessation d’activité et d’une fréquentation de l’église.

  • 28 L. Petit, La grande controverse des Colybes, ÉO 2, 1898-1899, p. 321-331, notamment 327-328. Voir (...)

8Le problème de l’incompatibilité de toute liturgie funéraire ou commémoration des morts avec le dimanche est assurément plus important et touche à la définition même de ce jour, mais il s’agit d’une pratique bien enracinée qui n’a pas reçu - et n’avait sans doute pas à recevoir- une confirmation canonique. D’où l’embarras des théologiens qui, dans la deuxième moitié du xviiie et au début du xixe siècle, dénoncèrent comme scandaleuse l’habitude de certaines communautés athonites de procéder le dimanche à la bénédiction et à l’offrande des colybes, gâteaux en l’honneur des défunts28.

  • 29 À propos des canons 89 et 90 du concile in Trullo, Rallès-Potlès, II, p. 513-516 et 517-518. La nu (...)

9Sur un autre point, la délimitation du dimanche, les sources montrent un léger flottement : va-t-il de minuit à minuit, ou commence-t-il aux vêpres du samedi soir pour s’achever aux vêpres du dimanche, incluant donc toute la nuit du samedi ? La question est posée par Balsamon29, et c’est le second découpage qui l’emporte.

***

  • 30 CTh II, 8, 1.
  • 31 CTh VIII, 8, 1 = XI, 7, 10 (Valentinien, 368, 370 ou 373) ; II, 8, 18 (Gratien, 386) ; II. 8. 19 ((...)
  • 32 CTh IX, 3, 7 (409).
  • 33 CTh II, 8, 20 (392) et 23 (399).
  • 34 CTh II, 8, 25 (409) ; CJ III, 12, 9 (469). Cette loi est plus générale et redéfinit l’ensemble des (...)

10De son côté, la législation impériale dessine assez tôt un statut du dimanche chrétien en insistant sur certains points qui sont plus particulièrement de sa compétence. En 321, Constantin distingue les actes juridiques ou judiciaires (procès, poursuites fiscales, saisies) dont le caractère répressif s’accorde mal avec la joie du dimanche, encore appelé dies Solis sans qu’il faille voir là un reste de paganisme, et ceux qui sont autorisés (émancipations, affranchissements), parce qu’ils constituent des événements heureux30. Les Codes conservent une série de lois en ce sens31, auxquelles s’ajoute une constitution d’Honorius demandant aux judices (gouverneurs et autres fonctionnaires d’autorité) de rendre visite aux prisonniers tous les dimanches, de les interroger sur les conditions de leur détention et de s’assurer qu’ils aient ce jour-là un bain et une nourriture améliorée32. Pour les « voluptés scéniques », contraires à l’esprit religieux et surtout dangereuses pour la fréquentation des églises, une autre série de lois témoigne d’un ajustement progressif : Théodose Ier puis Arcadius, comme pour faire droit aux demandes de Jean Chrysostome, proscrivent le théâtre et les séances d’hippodrome, mais font une exception pour le cas où le dies natalis de l’Empereur tomberait un dimanche33 ; cette exception est supprimée en Occident par Honorius et en Orient par Léon Ier, qui prévoient un anniversaire différé34.

  • 35 Vita Constantin, IV, 18, 1-2, éd. F. Winkelmann, p. 126, qui a raison de corriger le texte en τάς (...)
  • 36 Hisl. ecci, I, 8, 11-12, éd. J. Bidez, C. Hansen, p. 19.
  • 37 Bonn, p. 371.
  • 38 Bonn, p. 596.
  • 39 CJ III, 12, 9.
  • 40 Chap. 27, 29, 63, 64, PG 86, col. 596, 597, 616.

11Quant à l’obligation de chômer, il semble bien que Constantin l’ait décrétée, peut-être en 321, à l’occasion d’une grande constitution concernant le dimanche (CTh II, 8, 1 ; CJ III, 12, 2 : Omnes judices urbemaeque plèbes et artium officia cunctarum venerabili die solis quiescant...), mais en en dispensant les paysans, qui doivent pouvoir profiter du temps pour labourer, récolter et vendanger (...Ruri tamen positi agrorum culturae libère licenterque inserviant, quoniam fréquenter evenit ut non alio aptius die frumenta sulcis aut vineae scrobibus commendentur, ne occasione momenti pereat commoditas caelesti provisione concessa). C’est donc en ville que l’on prévoit, pour les fonctionnaires, les artisans et les commerçants, un dimanche chômé. Sans s’attacher à cet aspect, Eusèbe35 puis Sozomène36 confirment que c’est bien le premier Empereur chrétien qui imposa que cessent les activités en ce jour et reconnut un caractère religieux non seulement au dimanche, jour de la Résurrection, mais au vendredi, jour de la Crucifixion. Assurément Malalas37, suivi par la Chronique pascale38, se trompe en attribuant à Léon Ier à la fois l’obligation de chômer le dimanche et une interdiction des instruments de musique qui fait sans doute allusion aux voluptés scéniques condamnées, en effet, par cet empereur dans un rescrit de 46939. Parmi les lois que sont censés recevoir les Himyarites convertis figurent en bonne place l’obligation de célébrer le dimanche, l’interruption de toute activité professionnelle, l’interdiction de vendre ce qui n’est pas nécessaire à l’alimentation et de percevoir l’impôt40.

  • 41 En commentaire du canon 29 de Laodicée, voir plus haut.
  • 42 CJ III, 12, 3 = Bas. VII, 17, 19.

12La tradition est désormais fixée, et la loi impériale n’impose pas un chômage plus rigoureux que la loi canonique, jusqu’à ce que Léon VI s’imagine découvrir une discordance entre une « loi des apôtres » qui prescrirait « à tous d’honorer par le repos le jour de la résurrection » et une loi impériale permettant aux paysans de travailler. 11 ne précise ni que la loi des Constitutions apostoliques n’est pas retenue dans le corpus canonique, ni que l’Empereur législateur est Constantin, et il généralise l’obligation du chômage à grand renfort de rhétorique et de déclamations pieuses. Balsamon signale à l’occasion cette novelle41 mais c’est la loi de Constantin qui est reprise dans les Basiliques42.

***

  • 43 XIII, 3. éd. J. Koder, p. 120.
  • 44 XIX, 3, éd. J. Koder, p. 132. À titre de comparaison, on peut citer Ammien Marcellin (XIV, 6, 25 ; (...)
  • 45 F. Jacoby, Die Fragmente der griechischen Historiker, III, B, n 389, p. 266. L’historiette est emp (...)
  • 46 Les tavernes et les ivrognes apparaissent bien souvent dans la Vie de saint André Salos, où l’on v (...)
  • 47 Le passage se trouve dans le Hsin-t’ang-shu (« Nouvelle histoire des Tang », dont la préface est d (...)
  • 48 Andronic II, Nov. 26, Zépos, I, p. 535 (§ 7). Dans deux lettres à l'empereur, le même Athanase se (...)

13De la règle à la pratique, il y a un grand pas, que le Livre de l’Éparque permet d’évaluer. Deux articles seulement concernent le dimanche. Le premier se trouve dans le chapitre consacré aux épiciers des quartiers (σαλδαμάριοι), mais semble avoir une portée plus générale et interdire à tout commerçant de mettre ses produits en vente à l’étalage à l’extérieur de la boutique les dimanches et jours de « fêtes du Seigneur »43. Il n’est pas précisé si la boutique elle-même est fermée, mais cela paraît vraisemblable, et il faut sans doute comprendre que bien des marchands tournaient l’obligation de chômer en faisant procéder à des ventes dans la rue. Le second article fait défense aux cabaretiers (κάπηλοι), le dimanche et aux principales fêtes, d’ouvrir leur cabaret et de vendre du vin ou des plats cuisinés avant le début de la deuxième heure, qui correspond au lever du jour et au début de l’activité normale après la messe dominicale. Le texte ajoute, sans plus penser au dimanche mais à tous les jours de la semaine, qu’ils auront à fermer boutique et à éteindre leurs fourneaux au début de la deuxième heure de la nuit, pour éviter que les habitués qui auront passé toute la journée à boire, ne passent encore la nuit à abuser du vin et que leur ébriété ne les entraîne à des disputes et pugilats44. Il semble qu’on ait toujours considéré les habitants de Byzance comme des piliers de cabarets : dans l’Antiquité déjà, un général du nom de Léonidès proposait d’installer des buvettes sur les remparts pour éviter que les soldats de garde ne les désertent pour aller boire45. À l’époque chrétienne, André Salos, un saint provocateur, ne fait pas mentir cette réputation ancienne46. Ce n’est plus la garde des remparts mais la fréquentation des églises que compromet l’amour du vin. Un voyageur chinois du viie ou du viiie siècle, de passage à Constantinople, note à propos du dimanche, sans faire la moindre allusion à des pratiques religieuses et comme pour donner raison au Livre de l’Éparque : « Tous les huit jours, [les Byzantins] se reposent pendant un jour : ils ne vont pas travailler, mais boivent jusqu’à ce que la nuit soit profonde47. » La situation est sans doute la même lorsque, en 1306, le patriarche Athanase croit devoir consacrer au dimanche l’un des paragraphes de la « constitution synodale » qu’il présente à Andronic II et dont celui-ci fait la matière d’une novelle : « Que les fidèles passent les jours de fête et surtout le saint dimanche dans l’oisiveté en s’occupant des temples divins et non de toilette [m. à m. de cheveux] et de beuveries, les cabarets et les bains n’étant pas ouverts entre la neuvième heure du samedi et la neuvième heure du dimanche. Et même les autres nuits [de la semaine], que dans les cabarets on ne voie pas après le coucher du soleil, je ne dis pas du vin à vendre, mais des consommateurs en train de boire : les cabaretiers devront se contenter de satisfaire ce vice de la boisson pendant le jour48. » Le patriarche emprunte sans doute au Livre de l’Éparque sa pointe d’humour, et il y a fort à parier qu’entre le xe et le xive siècle, les habitudes dominicales des Constantinopolitains n’ont guère changé.

***

  • 49 Cf. Ph. Grierson, Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whi (...)
  • 50 De cerimoniis, I, 96 (récit de l'avènement de Nicéphore Phokas ajouté, sans doute par Joseph le Pa (...)
  • 51 Ibid., I, 43 et 44, Bonn, p. 217-218, 228 ; éd. A. Vogt, II, p. 26, 35.
  • 52 Ibid., I, 46, Bonn, p. 234-236; éd. A. Vogt, II, p. 42-43.
  • 53 Ibid., I, 47, Bonn, p. 241; éd. A. Vogt, II, p. 48.
  • 54 Ibid., I, 50, Bonn, p. 261; éd. A. Vogt, II, p. 66.

14Pour achever ce tour d’horizon, voyons maintenant comment se marque le dimanche dans le cérémonial de cour. Remarquons d’abord que les jours de fête sont systématiquement choisis pour les couronnements et les promotions importantes. Dans un rituel qui n’a par lui-même rien de religieux, c’est ce choix de la date et du jour dans le calendrier liturgique chrétien qui apporte pour une bonne part la sacralité. Les « petits Empereurs », qu’ils soient héritiers dynastiques ou « particuliers » promus par choix, reçoivent le stemma et la chlamyde du « grand Empereur » à l’une des douze grandes « fêtes du Seigneur », le plus souvent à Noël, à l’Epiphanie, à Pâques ou à la Pentecôte49 ; même lorsque l’avènement se fait à la suite d’un coup d’État, l’usurpateur s’arrange pour que l’acte final de sa légitimation à Sainte-Sophie tombe au moins un dimanche : c’est le cas de Nicéphore Phokas, qui attend l’aube du dimanche 16 août 963 pour débarquer à la Porte Dorée et faire son entrée solennelle dans Constantinople, l’adventus de l’Empereur effaçant ce jour-là la violence dont avaient dû user ses partisans pour prendre le contrôle de Constantinople50. Le Livre des cérémonies met explicitement en rapport la hiérarchie des titres et celle des fêtes : la promotion d’un césar doit se faire « le saint dimanche de la Résurrection », et celle d’un nobellissime peut avoir lieu ce même jour ou à l’occasion d’une autre « grande fête » : il s’agit dans les deux cas de fils ou proches de l’Empereur régnant, auxquels on reconnaît une participation à la basiléia sans leur donner pour autant un droit à la succession51. Pour un magistre, le cérémonial prévoit un dimanche ordinaire (Κυριακή παγανή), sans exclure pourtant une simple « fête »52. Pour un patrice, les fêtes sont exclues et ne sont recommandés que les douze jours suivant Noël, la semaine suivant Pâques, le dimanche des Rameaux ou un « dimanche ordinaire »53 ; pour un anthypatos sans doute et en tout cas pour une patricienne à ceinture, seul un « dimanche ordinaire » convient54.

  • 55 Ibid., I, 91, Bonn, p. 414, 415. Je doute que le « phylax » soit celui du palais des Hélénianai ; (...)
  • 56 Sur Pierre le Patrice, voir en dernier lieu la notice de Martindale, « Petrus 6 », PLRE, III, p. 9 (...)
  • 57 De cerimoniis, I, 29, Bonn, p. 161-162 ; éd. A. Vogt, I, p. 149-150.
  • 58 Sur la proskynèsis, voir notamment R. Guilland. La cérémonie de la προσκύνησις, REG 59-60, 1946-19 (...)

15Le même recueil contient au moins deux allusions claires à une interdiction de se prosterner le dimanche devant l’Empereur, non que ce geste de soumission soit réservé à Dieu seul, mais parce que, même devant Dieu, seule la station debout, nous l’avons vu, convient à la symbolique du jour. Il y a toutefois des raisons de douter que cette prescription soit encore respectée au xe siècle. Les seuls textes explicites se trouvent dans le protocole d’avènement de Léon ier (7 février 457), où il est dit que le gardien du Palais, aux Hélénianai, puis les comites des Scholes à la Chalcè « se prosternent devant l’empereur, si ce n’est pas un dimanche » (προσκυνοῦσιν αὐτόν ἐάν μὴ εἴη Κυριακή)55. Mais ce protocole du ve siècle est extrait d’un recueil composé au vie siècle par Pierre le Patrice56, et l’on ne peut conclure à l’interdiction de la proskynèse que pour la haute époque, qui est aussi celle de la littérature patristique et de la codification des canons. Une glose me semble confirmer que l’interdiction n’est plus respectée lors de la composition du Livre des cérémonies : « Il faut savoir que dans les temps anciens - écrit le rédacteur, qui a sans doute sous les yeux un précédent cérémonial –, à la fête de l’Annonciation, les dignitaires revêtaient au Consistoire leur chlamyde blanche et, lorsque le moment arrivait, les souverains sortaient et les patrices les recevaient à l’Onopodion... ; et si ce n’était pas un dimanche, ils tombaient à terre pour vénérer les souverains, et ensuite descendaient au Consistoire ; si c’était un dimanche, ils ne tombaient pas à terre pour vénérer, mais limitaient l’acte de respect qu’est la proskynèse à une flexion des genoux57. » La règle semble donc considérée comme périmée, et de fait on n’en trouve plus trace dans les chapitres les plus récents, où nous voyons les nouveaux promus se prosterner aux pieds de l’Empereur et l’ensemble des dignitaires faire la proskynèse. A cela deux raisons possibles : peut-être la « liturgie impériale » a-t-elle progressivement éliminé l’exception du dimanche ; sans doute aussi la proskynèse n’est-elle plus qu’exceptionnellement la prosternation d’autrefois : προσκυνεῖν signifie désormais « s’incliner » ou même « saluer », gestes tolérables le dimanche puisqu’ils s’accommodent de la station debout, et la prosternation avec adoratio à l’antique se rend désormais par l’expression πύττειν προσκυνῶν58.

  • 59 De cerimoniis, II, 1-2, Bonn, p. 518-525 ; voir aussi une allusion à la présentation du dimanche d (...)

16Le « jour du Seigneur » n’est pas pour autant banalisé. Deux chapitres du Livre des cérémonies le montrent bien, qui distinguent les modalités d’ouverture du Palais et de présentation des dignitaires en semaine et le dimanche : le skaramangion des jours ordinaires est remplacé par le sagion brodé d’or ; la simple mise en place des gardes et serviteurs palatins peut se transformer, si l’Empereur le souhaite, en une présentation (une « procession ») des dignitaires ; la prière du souverain devant l’image théandrique du Christ située dans l’abside orientale du Chrysotriklinos devient l’assistance à une messe dans l’oratoire dédié à saint Basile au Lausiakos ; l’Empereur qui, les jours ordinaires, s’assied sur un siège d’or à droite (en regardant vers l’est) du trône vide de l’abside, prend place le dimanche sur un siège recouvert de soie pourpre à gauche du même trône59.

  • 60 Ibid., I, 61, Bonn, p. 278; éd. A. Vogt, II, p. 87. Le titre du chapitre tel que le donne Vogt, «  (...)

17Si l’exception du dimanche n’apparaît plus à propos de la proskynèse, on la retrouve dans un chapitre apparemment du ixe siècle (du règne de Michel III ?), sans doute tronqué ou altéré, à propos des fêtes anniversaires de l’Empereur (Brumalia, anniversaire de naissance ou d’avènement), marquées par ce qu’on appelle un δέξιμον/σάξιμον, c’est-à-dire par une « réception » au cours de laquelle le souverain s’offre à la vénération de ses sujets, et par un banquet pendant lequel certains dignitaires et serviteurs de l’Empereur dansent autour de sa table après avoir remplacé leurs habits d’apparat par des vêtements plus légers et mieux adaptés. Le texte prévoit que « les dignitaires de la Chambre font double cercle lautour de la table impériale] en habit d’apparat si c’est un dimanche (εἰ τύχη έν Κυριακῆ), car en ce jour il n’est pas admis qu’il y ait réception (δέξιμον)60 ». Faut-il penser que l’ἀνατολή τοῦ Κυρίου accompagnant les « réceptions » et suivie d’une prosternation des sujets était sentie comme trop païenne et idolâtrique pour convenir au dimanche ? Peut-être doit-on plus simplement rétablir la cohérence du passage en corrigeant δέξιμον en σάξιμον et en comprenant que l’interdiction porte sur la danse, considérée comme un spectacle scénique mal accordé à la solennité du jour.

  • 61 Ibid., II, 30, Bonn, p. 630-631. On ne peut comprendre le texte qu’en donnant à τελειω-θήναι le se (...)

18L’incompatibilité (ou la difficile compatibilité) entre le jour de la résurrection et les services funèbres n’est pas explicitement énoncée dans le Livre des cérémonies, mais elle est peut-être implicitement contenue dans un chapitre sur les obsèques du patriarche Sergios, le dimanche 13 décembre 638, qui reprend une notice rédigée sans aucun doute par un témoin oculaire. Les dignitaires furent d’abord reçus par l’Empereur, à qui la tradition interdisait d’assister lui-même à des funérailles, puis ils changèrent leur chlamyde blanche pour une chlamyde de couleur et suivirent ainsi le convoi funèbre jusqu’aux Saints-Apôtres. « On demanda aux clercs de l’église - poursuit le rédacteur du viie siècle - si ce cérémonial avait été observé pour d’autres patriarches ; ils répondirent que le même cérémonial avait été observé pour les obsèques des évêques [ = patriarches] Kyriakos [en 606] et Thomas [en 610], car eux aussi avaient été inhumés un dimanche61. » Ce bref commentaire ne cherche pas à rendre compte du cérémonial dans son ensemble, mais de deux anomalies qui semblent avoir surpris les contemporains et qu’il fallait justifier : sans doute avait-on fait revêtir aux dignitaires des habits de couleur parce qu’ils ne pouvaient porter le deuil un dimanche ; sans doute aussi l’Église avait-elle fait exception pour les patriarches à l’interdiction d’inhumer le dimanche, ou même avait-elle choisi intentionnellement ce jour sacré pour souligner leur sainteté. Faute d’autres renseignements dans les sources, il est difficile de savoir s’il s’agit d’une coïncidence ou de l’amorce d’une tradition.

19Tel est, sommairement décrit, le dimanche byzantin avec sa tonalité dominante : la joie, sa symbolique corporelle : la position debout, et sa caractéristique sociale : une suspension au moins théorique d’activité. Il se distingue sans doute mieux des jours ordinaires dans les villes que dans les campagnes. Les obligations et les interdits sont moins nombreux et moins rigoureux qu’on ne pourrait le croire ; et l’on ne s’étonnera pas qu’entre les normes et les pratiques, sur ce sujet comme sur tant d’autres, il y ait un large espace de tolérance.

Notes

1 D’une bibliographie très fournie ne retenons ici que quelques titres : H. Dumaine, art. « dimanche », DACL VI, 1 (1921), p. 858-994 ; W. Rordorf, Der Sonntag. Geschichte der Ruhe-und Gottesdiensttages im ättester » Christentum, Zurich 1962 (Abhandlungen zur Theologie des Alten und Neuen Testaments 43) ; ID., Sabbat et dimanche dans l’Eglise ancienne, version fr. par E. Vlsinand et W. Nussbaum, Neuchâtel-Paris 1972, avec bibliographie complète p. XXII-XXVI. Pour la législation et la pratique byzantines, on consultera aussi Ph. Koukoulés, Βυζαντινῶν βίος και πολιτισμός. II. 1. Athènes 1948, p. 256-258.

2 II, 59, 3-4 ; VIII, 33, 1-3. éd. J.-B. Pitra, Juris ecclesiastici monitmenta, I, p. 209-210, 67-68. Ces textes n’apparaissent pas dans l’édition des Constitutions apostoliques par M. Metzger, I-III, Paris 1985, 1986, 1987 (Sources chrétiennes 320, 329, 336), où l’on trouve des préceptes sur la synaxe dominicale (VII, 30, 1, éd. trad. M. Metzger, III, p. 60-61) et sur la double célébration du samedi, qui commémore la création, et du dimanche, qui commémore la Résurrection (II, 59, 3-4 ; VII, 30, 1 ; VII, 36 ; éd. trad. M. Metzger, I, p. 324-327 : III. p. 60-61, 82-87).

3 Sur l’hésitation entre « sixième » et « septième jour » et sur l’exégèse chrétienne de ce passage, voir le commentaire de M. Harl, La Bible d’Alexandrie, LXX, 1 : La Genèse, Paris 1986, p. 98-99.

4 Mat. XXVIII, 1 ; Marc VI, 2 ; Luc XXIV, 1 ; Jean XX, 1 et 19 ; I Cor. XVI, 2 ; Actes XX, 7. A noter que l’expression Κυριακή ήμερα se rencontre déjà dans l’Apocalypse de Jean, I. 10.

5 De Spiritu sancto, 66, PG 32, col. 192 ; voir aussi Hom. Hex., II, 8.

6 Ep. 132 à l’ekdikos Oursakios, PG 79, col. 444. Mentionnons aussi les homélies pseudochrysostomiennes De die dominica, cf. BHG Auct. 881 u et v ; Clavis Patrum Graecorum 4848.

7 Adversus haereses, III, 2, 22, PG 42, col. 825-828.

8 Éd. A. Vassiliev, Anecdota graeco-byzantina, I, Moscou 1893, p. 23-32 ; sur cette légende, voir en dernier lieu M. Van Esbroeck, La lettre sur le dimanche, descendue du ciel, Anal. Boll. 107, 1989, p. 267-284, où l’on trouvera toute la bibliographie utile.

9 Canon 66 des Apôtres, canon 55 du concile in Trullo, Rallès-Potlès, II, p. 84-85, 434-435.

10 Sur le reproche adressé par les Byzantins aux Latins de judaïser en jeûnant le samedi, notamment les samedis de Carême (alors que le jeûne n’est autorisé en Orient que le samedi de Pâques), voir notamment le canon 55 du concile in Trullo, Rallès-Potlès, II, p. 434-435 ; C. Will, Acta et scripta quae de controversiis ecclesiae Graecae et Latinae saeculo undecimo composite exlant, Leipzig-Marburg 1861, p. 63, 96-98, 118, 131-132, 141, 181, 242-244 ; V. Laurent et J. Darrouzès, Dossier de l’Union de Lyon (1273-12 77), Paris 1976, p. 340, 382, 414-416, 452, 453, 571 (§40). Exposé du problème dans F. Cabrol, art. « jeûnes », DACL VII, 2 (1927), col. 2490-2491 ; J.-M. Sansterre, Saint Nil de Rossano et le monachisme latin, Miscellanea di Studi in onore di P. Marco Petta, A. A. Longo, S. Lucà et L. Perria éd., II, Grottaferrata 1992, p. 361-363.

11 Canon 20 de Nicée I ; canon 90 du concile in Trullo ; canon 15 de Pierre d’Alexandrie, Rallès-Potlès, II, p. 162-164, 516-518 ; IV, p. 43-44.

12 Canon 18, Rallès-Potlès, III, p. 114-115

13 Voir par exemple Barsanouphios et Jean de Gaza, Αποκρίσεις, éd. S. N. Schoinas, p. 106 (questions nos 159-160).

14 Canon 29, Rallès-Potlès, III, p. 196-197.

15 Barsanouphios et Jean De Gaza, Αποκρίσεις, éd. S. n. Schoinas, p. 331 (question n° 751).

16 Ainsi le patriarche Kallistos Ier (1350-1353, 1355-1363) dans ses homélies inédites 21 et 22, cf. D. B. Gonès, Tò συγγραφικον ἒργον τοῦ οικουμενικοῦ) πατριάρχου Καλλίστου Α’, Athènes 1980, ρ. 236-238.

17 Voir, par exemple, S. Pélékanidès, Καστοριά, I : Βυζαντιναὶ τοιχογραφίαι, Thessalonique 1953, pl. 230b ; M. Garidis, Etudes sur le Jugement Dernier post-byzantin du xve à la fin du xixe siècle, Thessalonique 1985, p. 89 et fig. 6 (églises Cretoises du xive/xve siècle) ; id., Les punitions collectives et individuelles des damnés dans le Jugement Dernier, Zbornik za Likovne Umestnosti 18, 1982 p. 10-11 et fig. 8 ; M. Bougrat, Trois Jugements Derniers de Crète occidentale, Cahiers Balkaniques 6, 1984, p. 32 ; L. Karapidakis, Le Jugement Dernier de l’église Saint-Jean de Seli, xve siècle, ibid., p. 75 et fig. 7. Je remercie Mademoiselle Ioanna Rapti de m’avoir donné ces références.

18 Rallès-Potlès, III, p. 466-467.

19 Canon 66, Rallès-Potlès, II, p. 460-462.

20 Canon 13, Rallès-Potlès, IV, p. 338-339 ; cette recommandation a en fait une valeur générale pour tous les jours où l’on va prier ou jeûner, cf. le canon 3 de Denys d’Alexandrie, Rallès-Potlès, IV, p. 9-11.

21 Question 51, Rallès-Potlès, IV, p. 485.

22 Canons 3 et 4 de Carthage, Rallès-Potlès, III, p. 301-305, auxquels il faut ajouter, ici aussi, quelques exempla hagiographiques comme la Vie de saint Epiphane par Jean, 38, PG 41, col. 72-73.

23 Éd. A. Vassiliev. op. cit. (n. 8), p. 32.

24 Vie de saint André Salos, éd. L. Rydén, The Life of St Andrew the Fool, Uppsala 1995, 1. 2869-2892. L’éditeur pense que la « fiancée du Christ » est une personnification de l’Église.

25 Apocalypsis Anastasiae, éd. R. Homburg. p. 12 ; je remercie mon collègue Lennart Rydén de m’avoir amicalement communiqué les épreuves de son édition de la Vie d’André Salos. où il fait le rapprochement avec ce texte. Pour l’Occident, M. Vincent Déroche me signale un sermon où Césaire d’Arles interdit formellement toute union charnelle les dimanches et jours de fête, de même qu’en période de menstruation, ajoutant que les transgresseurs risquent d’être atteints de lèpre, d’épilepsie ou de possession démoniaque (Sermo XLIV, 7, éd. G. Morin, I, p. 199).

26 Question 53, Rallès-Potlès, IV, p. 486-487.

27 Canon VII, 1 de Nicéphore le Patriarche, Rallès-Potlès, IV, p. 431.

28 L. Petit, La grande controverse des Colybes, ÉO 2, 1898-1899, p. 321-331, notamment 327-328. Voir les arguments du traditionnaliste Nicodème l’Hagiorite, ’Ομολογία πίστεως ἠτοι απολογία δικαιoτάτη..., Venise 1819, notamment p. 50-56 (περί προνομίων τῆς Κυριακῆς) ; voir aussi Balsamon, en commentaire du canon 51 du concile de Laodicée, Rallès-Potlès, III, p. 218-219 ; H. Dumaine, op. cit. (n. 1), col. 976-977. Sur les colybes : Syméon de Thessalonique, De ordine sepullurae, 369. PG 155, col. 688-692.

29 À propos des canons 89 et 90 du concile in Trullo, Rallès-Potlès, II, p. 513-516 et 517-518. La nuit du samedi est considérée comme πρόδρομος τῆς τοῦ Σωτῆρος ἡμῶν ἐγέρ-σεως. Rappelons que Dig. II, 12, 8 (repris dans Bas. VII, 17, 8, à propos des fêtes chômées) définit la journée comme allant du début de la septième heure de la nuit précédente jusqu’à la fin de la sixième heure de la nuit suivante.

30 CTh II, 8, 1.

31 CTh VIII, 8, 1 = XI, 7, 10 (Valentinien, 368, 370 ou 373) ; II, 8, 18 (Gratien, 386) ; II. 8. 19 (Théodose, 389).

32 CTh IX, 3, 7 (409).

33 CTh II, 8, 20 (392) et 23 (399).

34 CTh II, 8, 25 (409) ; CJ III, 12, 9 (469). Cette loi est plus générale et redéfinit l’ensemble des activités incompatibles avec le caractère du dimanche.

35 Vita Constantin, IV, 18, 1-2, éd. F. Winkelmann, p. 126, qui a raison de corriger le texte en τάς πρò τοῦ Σαββάτου.

36 Hisl. ecci, I, 8, 11-12, éd. J. Bidez, C. Hansen, p. 19.

37 Bonn, p. 371.

38 Bonn, p. 596.

39 CJ III, 12, 9.

40 Chap. 27, 29, 63, 64, PG 86, col. 596, 597, 616.

41 En commentaire du canon 29 de Laodicée, voir plus haut.

42 CJ III, 12, 3 = Bas. VII, 17, 19.

43 XIII, 3. éd. J. Koder, p. 120.

44 XIX, 3, éd. J. Koder, p. 132. À titre de comparaison, on peut citer Ammien Marcellin (XIV, 6, 25 ; XXVIII, 4, 3-4), qui fait mérite au préfet de Rome Ampelius (371-372) d’avoir interdit l’ouverture des tabernae vinariae avant la quatrième heure du jour, alors qu’elles étaient, avant lui, pleines de clients de nuit comme de jour.

45 F. Jacoby, Die Fragmente der griechischen Historiker, III, B, n 389, p. 266. L’historiette est empruntée par Athénée à un certain Damon, qui y voyait la preuve que ses compatriotes étaient des ivrognes.

46 Les tavernes et les ivrognes apparaissent bien souvent dans la Vie de saint André Salos, où l’on voit de jeunes voyous passer toute la journée à boire, quitter le cabaret lorsqu’il ferme à la nuit tombée, aller ensuite dans une maison de femmes légères et se faire enfin rouer de coups par une patrouille nocturne de la Vigla, éd. L. Rydén, The Life of St Andrew the Fool, Uppsala 1995, 1.232-271; voir aussi 1.351-370, 408-421, 1217-1240, 1262-1263.

47 Le passage se trouve dans le Hsin-t’ang-shu (« Nouvelle histoire des Tang », dont la préface est datée de 1060), chap. 221 (sur Fu-lin = Byzance/Constantinople), éd. Zhonghua Shuju, Pékin 1975, p. 6260-6261, repris sous forme plus développée au xiiie s. dans le Wên-hsien-t’ung-k’ao de l’encyclopédiste Ma Tuan-Lin, chap. 330 ; trad. russe par le missionnaire russe N. Ja. Blcurin (1777-1853), Sobranie svedenij ο narodah, obitavsih b Srednej Azii ν drevnie vremena, II, Moscou-Léningrad 1950, p. 330-331, cité par M. Ja. Sjuzjumov, Vizantijskaja Kniga Eparha, Moscou-Léningrad 1962, p. 248; trad. anglaise par F. Hirth, China and the Roman Orient, Hongkong 1885, p. 61, 83.

48 Andronic II, Nov. 26, Zépos, I, p. 535 (§ 7). Dans deux lettres à l'empereur, le même Athanase se plaint des chrétiens qui, au lieu d'aller à l'église, fréquentent les bains et les tavernes et vont manger des poissons au bord de la mer, mais il s'agit du Carême et de la semaine de Pâques, non du dimanche (ep. 42-43, éd. trad. A.-M. Maffry Talbot, The Correspondence of Athanasius I Patriarch of Constantinople, Washington 1975 [CFHB 7], p. 86- 91).

49 Cf. Ph. Grierson, Catalogue of the Byzantine Coins in the Dumbarton Oaks Collection and in the Whittemore Collection II, 2, Washington 1968, p. 402 ; W. Treadgold, The Chronological Accuracy of the Chronicle of Symeon the Logothete for the Years 813-845, DOP 33, 1979, p. 166-167 et n. 34 : Constant II est sans doute couronné à Pâques 654, Constantin V à Pâques 720, Léon IV à la Pentecôte 751, Constantin VI à Pâques 776 ; Staurakios fils de Nicéphore Ier sans doute à Noël 803 ; Théophylacte fils de Michel Ier à Noël 811 ; Constantin fils de Léon V à Noël 813 ; Basile Ier à la Pentecôte 866 ; Constantin premier fils de Basile sans doute à l'Epiphanie 868 ; Léon VI à l'Epiphanie 870 ; Constantin VII à la Pentecôte 908 ; les enfants de Romain Lécapène à la Pentecôte 921 et à Noël 924 ; Romain II à Pâques 945 ; Basile II à Pâques 960 et Constantin VII à Pâques 962.

50 De cerimoniis, I, 96 (récit de l'avènement de Nicéphore Phokas ajouté, sans doute par Joseph le Parakoimomène, aux protocoles d'avènement de Pierre le Patrice), Bonn, p. 433- 440 (p. 438 pour l'acte final). La veille, le 15 août, est aussi un jour de fête.

51 Ibid., I, 43 et 44, Bonn, p. 217-218, 228 ; éd. A. Vogt, II, p. 26, 35.

52 Ibid., I, 46, Bonn, p. 234-236; éd. A. Vogt, II, p. 42-43.

53 Ibid., I, 47, Bonn, p. 241; éd. A. Vogt, II, p. 48.

54 Ibid., I, 50, Bonn, p. 261; éd. A. Vogt, II, p. 66.

55 Ibid., I, 91, Bonn, p. 414, 415. Je doute que le « phylax » soit celui du palais des Hélénianai ; il s’agit plutôt du gardien du Grand Palais, venu au devant de l’empereur aux Hélénianai, c’est-à-dire à l’endroit où l’empereur franchit la muraille constantinienne.

56 Sur Pierre le Patrice, voir en dernier lieu la notice de Martindale, « Petrus 6 », PLRE, III, p. 994-998 ; P. Antônopoulos, Πέτρος Πατρίκιος. ’Ο βυζαντινός διπλωμάτης, ἀξιωματοῦχος καί συγγραφέας, Athènes 1990.

57 De cerimoniis, I, 29, Bonn, p. 161-162 ; éd. A. Vogt, I, p. 149-150.

58 Sur la proskynèsis, voir notamment R. Guilland. La cérémonie de la προσκύνησις, REG 59-60, 1946-1947, p. 251-259 ( = Recherches sur les institutions byzantines, Berlin-Amsterdam 1967, I, p. 144-150) ; A. Cutler, Transfigurations. Studies in the Dynamics of Byzantine Iconography, The Pennsylvania State University 1975, p. 53-110. Le problème sera repris dans un prochain article des Travaux et Mémoires.

59 De cerimoniis, II, 1-2, Bonn, p. 518-525 ; voir aussi une allusion à la présentation du dimanche dans 1,47, Bonn, p. 236 ; éd. A. Vogt, II, p. 44. Le trône vide sous l’image du Christ fait penser au trône de l’hétimasie, mais il arrive que l’Empereur l’utilise.

60 Ibid., I, 61, Bonn, p. 278; éd. A. Vogt, II, p. 87. Le titre du chapitre tel que le donne Vogt, « Ce qu’il faut observer lorsqu’on célèbre chaque année l’anniversaire de l’empereur », correspond à une correction de V. Grumel.

61 Ibid., II, 30, Bonn, p. 630-631. On ne peut comprendre le texte qu’en donnant à τελειω-θήναι le sens fort de « s’accomplir » dans la mort, c’est-à-dire de passer dans l’au-delà à l’issue du rituel funéraire, et en le distinguant de τελευτῆσαι qui désigne habituellement la mort physique. Le patriarche Sergios est mort le 8 ou le 9 décembre, et n’a été inhumé que le 13 décembre 638, un dimanche ; le patriarche Kyriakos est mort le 29 octobre 606 (un samedi), et a donc été inhumé le lendemain ; le patriarche Thomas est mort le 20 mars 610 (un vendredi) et a donc été inhumé le surlendemain.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search