Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Pour une étude de la peste noire à Byzance1

Marie-Hélène Congourdeau

Texte intégral

  • 1 Abréviations des sources
  • 1 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 2 vol (...)
  • 2 M. Dols, The Black Death in the Middle-East, Princeton 1977, 19792.

1L’histoire de la Peste noire a suscité de nombreuses études ces dernières décennies. Deux ouvrages en particulier permettent de cerner les errances occidentales et orientales de ce fléau. Il s'agit de la somme de J.-N. Biraben1 qui, après avoir traqué les origines asiatiques de l’épidémie, se concentre essentiellement sur l’Occident, et du livre de M. Dois2 qui décrit la peste dans le monde arabe.

2Si l’on s'en tient à ces deux ouvrages et à nombre d’autres études consacrées à la Peste noire en général, le monde byzantin n'apparaît sans doute pas étranger à la calamité qui ravagea le monde méditerranéen aux xive et xve siècles. Mais on pourrait croire que la peste n'a fait qu’y passer, pour se consacrer à la dévastation de la chrétienté latine et des terres d’Islam.

  • 3 Cf. par exemple R.-J. Loenertz, La chronique brève de Morée de 1423, Vatican 1964 (Studi e Testi 23 (...)
  • 4 Pour le récit de Cantacuzène sur la peste à Constantinople en 1348, cf. H. Hunger, Thu-kydides bei (...)
  • 5 Ce n'est pas le cas de la Peste de Justinien qui, au contraire de sa sœur plus tardive, a eu droit (...)

3Les sources existent pourtant, qui montrent que Byzance ne fut pas favorisée du ciel en cette conjoncture. Des études ponctuelles, à partir des catalogues de pestes conservés dans les notices marginales de manuscrits (ou « chroniques brèves »), ont défriché le terrain3. D’autres apportent des informations sur des sources particulières4. Mais jusqu’à présent, aucune étude d’ensemble ne permet de se faire une idée de l’ampleur et des récidives de la Peste noire à Byzance5.

4Il m'a paru que pour combler cette lacune, la première tâche consistait à rassembler les sources, puis à les classer chronologiquement. Un programme aussi simple rencontre cependant très vite trois difficultés majeures.

5La première vient de la dispersion des sources, car on peut trouver mention de la peste dans toutes sortes de documents (chroniques, documents d’archives, correspondances, etc.) ; la présente récolte, loin de se prétendre exhaustive, a pour vocation d’être progressivement complétée.

  • 6 Pour la datation des lettres de Dèmètrios Kydonès, par exemple, nous nous fions essentiellement aux (...)

6La seconde difficulté tient à l’incertitude concernant la datation de certains documents, qu’il s'agisse de lettres6, d’homélies ou de traités écrits à l’occasion d’une épidémie.

7La troisième est inhérente à l’histoire des maladies. La maladie que nous appelons « peste » ne porte pas de nom particulier dans nos sources. La moindre épidémie de variole ou de dysenterie peut bénéficier de l’appellation « λοιμός » aussi bien que la peste bubonico-pulmonaire. On ne saurait donc faire l’économie d’un travail d’identification, fondé sur divers critères : l’importance de la mortalité (signifiée par le terme θανατικόν, ou dans les cas extrêmes θανατικόν μέγα, voire θανατικόν μέγιστον), la description des symptômes caractéristiques de la peste (bubons, crachements de sang), certains topoi (l’insoluble problème des sépultures, lorsque les vivants ne sont plus assez nombreux pour enterrer les morts), la correspondance de date et de lieu entre un témoignage flou et un autre bien identifié. La présente étude a utilisé pour cette pêche un filet aux mailles fines, pour ne pas risquer de laisser échapper une visite bien réelle de la peste. Il reste qu’un travail ultérieur devrait permettre de rejeter à la mer telle poussée de coryza sans rapport aucun avec le bacille de Yersin.

8Il convient aussi de délimiter l’espace que nous appellerons « byzantin », à une époque où le territoire de la Romanie oscille entre un lambeau d’empire et une capitale intra muros. S'agissant d’un fléau qui touche des populations, nous avons fait des populations notre principal critère : sera byzantin ici tout territoire où vit une population majoritairement byzantine, c'est-à-dire parlant grec et se regardant comme orthodoxe (c'est le cas par exemple de la Crète vénitienne). Cependant, la peste ne reconnaissant pas ces critères, on nous permettra des entorses, comme par exemple d’annexer Ferrare au moment du grand concile d’union, puisqu’en quelque sorte une partie de Byzance s'était alors transportée en Italie. Pour la même raison, nous accompagnerons les populations byzantines tombées sous la domination ottomane jusqu’en 1470 (en gros, une génération après la chute de Constantinople).

  • 7 Cf. J. Lefort, Population et peuplement en Macédoine orientale, ixe-xve siècle, Hommes et richesses (...)

9J'ajouterai enfin que je n'aborde ici ni le problème des causes de la diffusion de la peste (situation sanitaire ou démographique, voies de communications) ni les conséquences de ce fléau7. Il ne s'agit ici que de dresser un premier catalogue des poussées de peste dans les limites définies plus haut.

10Pour chaque épidémie, nous indiquons la date, le lieu, les sources, les critères d’identification et, éventuellement, les données particulières (comme par exemple les victimes dont le nom est donné).

11Date : 1347-1348.

12Lieu : Pays des Scythes (Mongols ?), Don et mer d’Azov, Constantinople et le pays grec jusqu’à Gibraltar, puis les îles de la mer Égée, Rhodes, Chypre (Grégoras) ; Pont, Thrace, Macédoine, Grèce, Italie, îles, Egypte, Lybie, Judée, Syrie (JKant). A ces listes systématiques on peut ajouter : Trébizonde, Péra, Thessalie, Athos, Grèce, Crète.

13Sources : JKant, Hist IV,8, p. 49-53 Bonn ; Grégoras, Hist XVI, I, p. 797-8 Bonn ; Panaretos, p. 74 Lampsidès ; Machairas, chap. 66, p. 60-61 Dawkins ; Schreiner 33, 6 ; 89, 1 ; SV 209, 214, 318, 326 ; AV 545, 546, 547, 550, 552, 553, 558, 560, 561, 578, 591, 592 ; Dusan ; Darrouzès VR XVII, 48 ; Dkyd, 88L/21T ; Kallistos, Didaskalia ; Villani ; Reg. vat. 145, 66v ; Amadi, p. 407 ; Strambaldi, p. 27 ; Bustron, p. 257 ; Sénat Vénitien (18 lévrier 1350, acte publié par Théotokis, Θεσπίσματα, p. 296-297, cité par Détorakès, Ή πανώλης, p. 121, et non repris par SV) ; Chron. Bon., p. 574-585 ; Chron. Est., p. 160.

14Critères d’identification : Les descriptions données par Cantacuzène et Grégoras ne laissent aucun doute sur l’identité de cette épidémie de peste bubonique et pulmonaire, bien connue également par les sources occidentales et arabes. La plupart des catalogues de pestes donnent à ce θανατικόν le qualificatif de μέγα.

15Données : D’après Cantacuzène et Grégoras, la peste venue du nord dévaste toute la terre habitée. Mort d’Andronikos, le plus jeune fils de Jean Cantacuzène, âgé de 13 ans environ (JKant, Grégoras), et de Iôannès Angelos, sebastokrator d’Épire (Dusan). La mortalité est impressionnante : Amadi estime les pertes chypriotes à un tiers de la population, Bustron aux deux tiers. Villani, le seul auteur à nommer Trébizonde parmi les cités atteintes, avance pour cette ville une mortalité de un sur cinq.

16Date : 1350-1351. Lieu : Athos, Lemnos.

17Sources : Vie Niphon, chap. 3, p. 14 Halkin ; Eloge Palamas, chap. 85 ; GPal, hom. 39.

  • 8 On ne trouve dans les Actes de Lavra aucune mention de cette épidémie. L’acte 133, du prôtos Théodo (...)
  • 9 Sur cette épidémie, cf. A. Rico, La canonizzazione di Gregorio Palamas (1368) ed alcune altre quest (...)

18Critères d’identification : Il est douteux qu’il s'agisse de la peste. La Vie de Niphon qui évoque le dépeuplement de Lavra8 parle d’une « maladie pestilentielle » sans faire de rapprochement avec la grande peste des années précédentes. Quant à Philothée, il précise dans son Eloge de Palamas qu’il s'agit d’une épidémie locale, et non de la grande peste générale qui avait précédé9.

19Date : Septembre 1361-Août 1362.

20Lieu : Constantinople puis Andrinople ; Crète (Candie).

21Sources : Schreiner 7, 14 ; Vatic. gr. 434 (éd. Schreiner, II, p. 612, n° 44) ; AV 686 ; DKyd, 109 L/47 T, 110 L/50 Τ ; Cabasilas, ep. 11 Énepekidès ; Kallistos, hom., p. 226 s. Gonès.

22Critères d’identification : La chronique de Schreiner parle d’un θανατικόν μέγα qui commença au mois de septembre et dura un an. La notice du Vat.gr. 434 précise que cette μεγάλη θνσις commença à Constantinople et, l’année suivante, poursuivit son ouvrage à Andrinople, où les vivants ne suffisaient pas à enterrer les morts. Les descriptions de Kydonès sont également sans équivoque sur la nature du fléau.

23Données : Les feudataires candiotes accordent une subvention aux habitants de la cité et du bourg, pour leur permettre de se soigner et diminuer ainsi la mortalité. Dèmètrios Kydonès mentionne la fuite des notables et décrit le désespoir qui règne dans Constantinople transformée en une immense fosse commune. Il a lui-même perdu sa mère et deux sœurs et la description qu’il donne de son état personnel, partagé par beaucoup (impression de ne plus être en vie, maux de tête, palpitations, étouffements, insomnies, peur de devenir fou), donne à penser qu’une grave crise dépressive frappait les survivants. Le patriarche Kallistos dénonce une recrudescence des blasphèmes (contre la Providence), signe de la démoralisation générale.

24Date : 1363.

25Lieu : Chypre, Morée, Lemnos.

  • 10 G. Hill, A History of Cyprus, t. II, Cambridge 1948, p. 323, n. 2, nous informe qu’à l’occasion de (...)

26Sources : Machairas, chap. 66, p. 61 Dawkins, chap. 135, p. 118 Dawkins, chap. 137, p. 120 Dawkins ; Amadi, p. 412 ; Strambaldi, p. 27, 53 (Chypre10) ; Schreiner 33, 6 et 8 (Morée) ; DKyd, 108 L/55 Τ (Lemnos).

27Critères d’identification : Cette épidémie, qui est le prolongement de la précédente, est le δεύτερον θανατικòν de la notice brève 33. Θανατικòν est aussi le terme employé par Machairas. Dèmètrios Kydonès s'inquiète de la santé de son ami qui se trouve à Lemnos où le λοιμός n'est pas terminé.

  • 11 D’après G. Hill, Cyprus, II, p. 295 s., Échive, fille d’Hugues IV de Lusignan, avait épousé Ferdina (...)
  • 12 Cf. PLP, sv Καρμαήν Τζουάν. Ce génois d’origine syrienne, kapétanos d’Attaleia, se trouvait à Chypr (...)

28Données : L’épidémie en Chypre commence au mois de mars (Strambaldi). Les enfants sont les plus touchés (Machairas, chap. 66, Strambaldi, p. 27), sans doute parce qu’ils n'avaient aucune immunité, n'ayant pas connu la poussée précédente. Machairas signale aussi que les Turcs profitèrent du dépeuplement de Chypre pour l’attaquer. Mort d’Échive, fille d’Hugues de Lusignan11, et de Jean Carmaïn qui avait tenté de se faire soigner à Rhodes12.

29Date : 1364-1365.

30Lieu : Crète, Thessalonique.

31Sources : Schreiner 89,2 (Crète) ; DKyd, 100 L/65 Τ (Thessalonique).

32Critères d’identification : Le θανατικόν (Schreiner) de 1361 poursuit ses voyages.

  • 13 Cf. Schreiner, vol. II, p. 292-3, n. 82.
  • 14 Contrairement aux conclusions de V. Laurent, ÉO 30, 1931, p. 347, Astras n'est pas mort de la peste (...)

33Données : L’épidémie coïncide en Crète avec une insurrection13. À Thessalonique, mort de Georgios Synadenos Astras, ami de Kydonès14.

34Date : 1368.

35Lieu : Épire (Iôannina).

36Sources : Iôannina 12, p. 82 Vranoussis.

37Critères d’identification : Λοιμός μέγας θανατηφόρος.

38Date : 1371.

39Lieu : Thessalonique.

40Sources : DKyd, 107 L/79 T.

41Critères d’identification : Λοιμός.

42Données : Il s'agit sans doute d’une épidémie sans gravité puisque Kydonès, qui dit avoir appris par des voyageurs que la peste se trouvait à Thessalonique, ajoute que, d’après d’autres voyageurs, les médecins de la ville auraient jugulé l’épidémie.

43Date : 1374.

44Lieu : Épire (Arta), Morée.

45Sources : Iôannina 15, p. 85 Vranoussis (Arta) ; Schreiner 33, 6 et 9 (Morée).

46Critères d’identification : C'est le τρίτον θανατικόν de la chronique de Morée. La chronique de Iôannina mentionne un λοιμòς θανατηφόρος.

47Données : Mort de Petros Léôsas, despote d’Arta, et prise de la ville par Iôannès Spatas.

48Date : 1375.

49Lieu : Epire (Iôannina), Crète (Candie).

  • 15 Éd. Théotokis, Θεσπίσματα, p. 205-206.

50Sources : Schreiner 89, 3 ; Iôannina 16, p. 85 Vranoussis ; SV 58015.

  • 16 La décision du Sénat date de 1376 mais fait allusion au dépeuplement de l’île, présenté comme le ré (...)

51Critères d’identification : Θανατικόν (Schreiner) ; λοιμόςτερος θανατηφόρος (Iôannina) ; le Sénat vénitien mentionne simplement16 le dépeuplement de la Crète par suite des épidémies.

52Données : Mort d’Irène, fille de Thomas Preljubovic, despote de Iôannina, et femme de Iôannès Léôsas, le fils du despote d’Arta mort l’année précédente.

53Date : Août 1376.

54Lieu : Thessalonique.

55Sources : DKyd, 174L/171 T.

56Critères d’identification : Λοιμός et mention d’une grande mortalité.

57Données : Aucune, Kydonès décrivant de loin les effets spirituels qu’il escompte pour son correspondant affronté à une épidémie.

58Date : 1378.

59Lieu : Athos (ou Oungrovalachie ?).

60Sources : Kutlumus, n° 36.

61Critère d’identification : Λοιμός.

  • 17 L’Athos fut en général épargné par les épidémies, en raison de son insularité et de la relative fai (...)

62Données : Chariton, métropolite d’Oungrovalachie, prôtos de l’Athos et higoumène de Kutlumus, fait son testament « en raison de l’épidémie de peste qui sévit actuellement ». Le document ne précise pas si cette épidémie sévit à l’Athos17 ou dans le diocèse dont Chariton avait la charge. En tant qu’higoumène et prôtos de l’Athos, Chariton a passé le plus clair de son temps à l’Athos (cf. P. Lemerle, Kutlumus, p. 12). Il est donc probable que cette épidémie sévissait plutôt sur la Sainte Montagne.

63Date : 1379-1380.

64Lieu : Péra.

65Sources : DKyd, 222 L ; Nil, Prière.

66Critères d’identification : Λοιμός.

  • 18 Cf. G. T. Dennis, The Reign of Manuel II Palaeologus in Thessalonica, Rome 1960 (OCA 159), p. 42 s. (...)
  • 19 J. Darrouzès, Les régestes des actes du patriarcat de Constantinople, 1, 6 : Les régestes de 1377 à (...)

67Données : Dans sa lettre, que Loenertz date de 1392, Kydonès rappelle à l’Augusta Héléna Palaiologina le temps où elle était retenue en otage, avec son époux Jean Cantacuzène, par Andronic IV dans la citadelle assiégée de Péra. La peste s'y était jointe à la famine (λιμλοιμοπροστεθέντος)18. La prière de Nil, supplication pour la cessation des fléaux, est datée par J. Darrouzès19, sur des critères internes, du début du patriarcat de Nil (1380-1388).

68Date : 1382.

69Lieu : Morée.

70Sources : Schreiner 33, 6 et 12.

71Critères d’identification : Τέταρτον θανατικόν de Morée.

72Date : 1386-1387.

73Lieu : Constantinople.

74Sources : DKyd, 337 L, 331 L, 345 L, 371 L ; Isidore Glabas, ep. 5 Lampros.

75Critères d’identification : Λοιμός (DKyd) ; λοιμώδης νόσος (Glabas).

  • 20 La datation de la lettre 5 d’Isidore Glabas, métropolite de Thessalonique, est précisée par J. Darr (...)

76Données : Kydonès évoque une grande mortalité et peut-être un blocus de la ville, car à plusieurs de ses correspondants, il se plaint de ne pouvoir se rendre en Italie, la route étant coupée à cause de la peste (παρά τολοιμοΰ και της νόσου κώλυμα τόδφ : 345 L). Mais dans une autre lettre (371 L), il explique que la peste sévit chez les marins et que ce serait une folie de s'embarquer sur un bateau dans ces conditions. Isidore Glabas écrit au métropolite de Palaia Patras que la peste a d’abord emporté les nourrissons, puis s'est attaquée progressivement à tous les âges20.

77Date : 1388-1389.

78Lieu : Crète.

79Sources : Schreiner 89, 4 ; Noiret, p. 27.

80Critères d’identification : Θανατικόν.

81Données : Noiret édite un acte du Sénat vénitien du 31 mai 1389, non repris par SV : « Un sursis est accordé aux syndics qui doivent aller en Crète, à cause de l’épidémie qui règne dans ce pays. »

82Date : 1390.

83Lieu : Péloponnèse (Coron), Crète (La Canée).

84Sources: SV 774.

85Critères d’identification : « Peste ».

86Données : L’acte du Sénat vénitien du 26 mai 1390 signale que la peste sévit à Coron et à la Canée. Pour cette dernière localité, il doit s’agir de la suite de la peste mentionnée ci-dessus.

87Date : 1391.

88Lieu : Morée, Constantinople.

89Sources : Schreiner 33, 6 et 15 (Morée) ; DKyd, 431 L ; Manuel II, ep. 20-21 Dennis.

90Critères d’identification : Πέμπτον θανατικόν (Schreiner), λοιμός (DKyd, Manuel II)

91Données : L’épidémie avait commencé avant le départ de Manuel II pour Ankara (Manuel II, ep. 20) ; la lettre de Kydonès brosse le portrait d’une ville assiégée et dévorée par la peste ; la lettre 21 de Manuel est une réponse à cette description.

92Date : 1392-1393.

93Lieu : Chypre.

94Sources : Amadi, p. 495 ; Machairas, chap. 622, p. 610 Dawkins ; Strambaldi, p. 260.

95Critères d’identification : Una grande et terribile peste (Amadi) ; θανατικόν (Machairas) ; il terzo morbo (Strambaldi).

  • 21 G. Hill (Cyprus, II, p. 446) ajoute que ce même roi fit construire vers cette époque une église déd (...)
  • 22 Nicolai de Marthono Notarii Liber Peregrinationis ad Loca Sancta, dans ROL 3, 1, 1895 ; éd. et trad (...)

96Données : Jacques de Lusignan ordonne diverses processions, avec ostension d’images, à saint Thérapon (Strambaldi) ; il doit diminuer les taxes en raison de la dépopulation de l’île21. D’autre part, pour la même époque (1394), M. Dols fait remarquer que Nicolas de Martoni mentionne, lors de son passage à Famagouste, une grande quantité de puces, qui ont pu contribuer à la propagation de l’épidémie22.

97Date : 1398-1399.

98Lieu : Morée, Coron et Modon, Crète (Candie).

99Sources : Schreiner 33, 6 et 21 (Morée) ; Schreiner 89, 5 (commence en avril) ; SV 945, 1034 (Coron et Modon) ; Noiret, p. 92-93, 95, 96 (Crète).

100Critères d’identification : Εκτον θανατικόν (Schreiner 33, 6 et 21) ; θανατικόν μέγιστον (Schreiner 89, 5) ; peste (Noiret, p. 92-93).

101Données : Les effectifs vénitiens des forteresses de Coron et Modon ont été durement touchés, puisque la République envisage l’envoi de nouveaux contingents pour rétablir l’équilibre entre éléments grecs et latins. Pour la Crète, le Sénat évoque l’éventualité d’une disparition du duc de Crète (20 juin 1398, Noiret, p. 95)

102Date : Printemps 1403.

103Lieu : Territoires occupés par les Mongols (Asie Centrale).

104Sources : Doukas, XVIII, 3, p. 113 Grecu.

105Critères d’identification : Λιμός και λοιμός s’installèrent dans les territoires occupés par les Mongols. S’agit-il d’un lieu commun ou d’une véritable épidémie ?

106Date : 1409-1410.

107Lieu : Constantinople, Crète, Morée, Modon, Corfou, Chypre.

  • 23 Éd. Sathas, Μνημεα τς έλληνικ ; ιστορία ;, Paris-Venise 1880-88, t. II, p. 246-247.
  • 24 Éd. Sathas, Μνημεία, t. I, p. 36-37.
  • 25 Éd. Sathas, Μνημεία, t. I, p. 38.

108Sources : Sphrantzès III, 1, p. 4 Grecu ; Schreiner 9, 41 (Constantinople) ; Schreiner 33, 6 et 25 (Morée) ; SV 137823 (Modon), 139 624-139725 (Corfou) ; AV 1179 ; Cornelius, n° 99, p. 356-358 et 365 (Crète) ; Machairas, chap. 636, p. 622 Dawkins ; Amadi, p. 498 ; Strambaldi, p. 265 (Chypre).

109Critères d’identification : Λοιμώδους νοσήματος (Sphrantzès) ; θανατικòν μέγα (Schreiner 9, 41) ; τό βδομον θανατικόν (Schreiner 33, 6 et 25) ; θανατικόν (Machairas) ; epidemia, mortalitas (documents vénitiens) ; pestifera lue qua vastabatur insula (Cornelius).

110Données : À Constantinople, mort de Michel, fils de Manuel II (Sphrantzès), de Youssouf, cinquième fils de Bayazid, qui avait reçu le baptême sous le nom de Dèmètrios (Sphrantzès), du patriarche Matthieu, de Théodore Kantakouzènos et de 10 000 autres (Schreiner 9, 41) ; en Morée, mort du mégaduc Manuel (Schreiner 33, 25) ; en Crète, mort du duc Leonardo Trevisan et de 15 000 autres (Cornelius, qui précise que l’épidémie fut apportée dans l’île par un navire en provenance de Karpathos). Les forteresses vénitiennes de Corfou, Coron et Modon ont, cette fois encore, payé un lourd tribut à l’épidémie ; en conséquence, la République a du mal à trouver des troupes qui acceptent des postes aussi exposés : cf. les arbalétriers qui refusent de gagner Corfou décimée par la peste (SV 1397).

111Date : hiver 1416-1417.

112Lieu : Mer Noire.

113Sources : Sphrantzès V, 1, p. 6-8 Grecu.

114Critères d’identification : Θανατικόν.

115Données : Mort, dans un kastron des bords de la mer Noire, du gendre de Sphrantzès, Grégôrios Palaiologos Mamônas, avec sa femme et un de leurs enfants, et de nombreux serviteurs.

116Date : 1417.

117Lieu : Constantinople.

  • 26 Éd. N. Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve s. Paris 1899-1900, t (...)

118Sources : Sphrantzès V, 2, p. 8 Grecu ; Doukas, XX, 3, p. 133-135 Grecu ; SV 167626.

119Critères d’identification : Θανατικόν (Sphrantzès) ; λοιμική νόσος (...) τοβουβώνος (Doukas).

120Données : Mort d’Anne de Russie, femme de Jean VIII, enterrée au monastère το Λιβός ; les hommes d’équipage des galées vénitiennes ne doivent pas descendre à terre car la peste est signalée à Constantinople.

121Date : 1417-1418.

122Lieu : Morée ; Crète (Candax).

  • 27 Éd. Noiret, p. 266.

123Sources : Schreiner 33, 6 et 28 (Morée) ; SV 170 927.

  • 28 Pour la datation de la recension péloponnèsienne de cette chronique, et la correspondance avec une (...)

124Critères d’identification : Τò γδοον θανατικόν (Schreiner)28.

125Date : 1419-1420.

126Lieu : Crète (Chandax), Chypre.

  • 29 Notice du copiste Iôannès Chionopoulou, dans les marges d’un manuscrit des Ménées de septembre-octo (...)

127Sources : SV 1752 ; Noiret, p. 270 (commandement du duc de Crète) ; notes marginales du cod. Lesb. Leimôn. 1029 (Crète) ; Machairas, chap. 643, p. 626 Dawkins ; Amadi, p. 499 ; Strambaldi, p. 266 (Chypre).

128Critères d’identification : Θανατικόν, λοιμός (Leimôn) ; μέγα θανατικόν (Machairas) ; gran peste (Amadi) ; gran morbo (Strambaldi).

  • 30 G. Hill, Cyprus, p. 465, indique que, selon d’autres sources, c’est la femme du connétable qui sera (...)

129Données : À Chypre, mort du connétable de Chypre Hugues de La Baume (ό Λα Μπαμέ Machairas, De la pame Strambaldi)30.

130Date : 1421-1422.

131Lieu : Chypre.

132Sources : Machairas, chap. 648, p. 628 ; Strambaldi, p. 267.

133Critères d’identification : Θανατικόν (Machairas).

  • 31 Cf. G. Hill, Cyprus, p. 465, n. 3.

134Données : Mort de la reine Charlotte, vraisemblablement de la peste ; son mari étant lui-même atteint, on enterre la reine en secret, à l’insu du roi31.

135Date : janvier 1424.

136Lieu : Mitylène.

137Sources : Schreiner 31, 6.

138Critères d’identification : Θανατικόν μέγα.

139Données : Mort de Théodôros Théodègès Kolybas, frère de Iôannès Kolybas.

140Date : juillet 1426.

141Lieu : Nègrepont.

  • 32 Éd. Sathas, Μνημεα, t. III, p. 314.

142Sources : SV 203332.

143Critères d’identification : Pestes, epidemia. Données : Rumeurs de peste.

144Date : hiver 1430-1431.

145Lieu : Morée, Constantinople (janvier), Patras (fin du printemps).

  • 33 Schreiner date cette épidémie de « 1422-1423/6931 » (t. I, p. 249). Il s’agit manifestement d’une e (...)

146Sources : Sphrantzès XXI, 8, p. 50 Grecu (Constantinople) ; XXI, 9, 50 Grecu (Patras) ; Schreiner 33, 6 et 36 (Morée)33.

147Critères d’identification : 9eθανατικόν (Schreiner) ; λοιμώδει νόσφ (Sphrantzès, Constantinople) ; θανατικόν πολύ (Sphrantzès, Patras).

  • 34 Sur ce personnage controversé dont Sphrantzès prend ici la défense, cf. A. Argyriou, Macaire Makrès (...)

148Données : Mort de Makarios Makrès34 à Constantinople.

149Date : 1435-1436.

150Lieu : Constantinople, Péra-Galata, Trébizonde, Corfou.

  • 35 Éd. Sathas, Μνημεία, III, p. 440-441.

151Sources : SV 2402 (Constantinople et Trébizonde) ; Scholarios, Lettre à son disciple Iôannès, t. IV, p. 416 ; Syropoulos, III, 2, p. 160 Laurent ; Jean de Raguse, Rapport 178, dans Cecconi, 1, p. 499 (Constantinople) ; SV 2453 (Corfou)35.

152Critères d’identification : Λοιμός (Scholarios) ; θανατικόν (Syropoulos) ; pestis (Jean de Raguse, SV).

153Données : Grande mortalité. Mort de deux neveux de Scholarios et de Simon Fréron, légat romain envoyé à Constantinople avec Jean de Raguse pour négocier les modalités du concile d’union. Jean de Raguse se réfugie dans la campagne car les villes sont décimées. Dépopulation de Corfou.

154Date : 1438.

155Lieu : Ferrare ; Chypre (Leucosie, Amargeti).

156Sources : Syropoulos, V, 1, p. 256 Laurent, VI, 7, p. 298 Laurent ; Doukas, XXXI, 2, p. 267 Grecu ; Actes grecs, p. 26 Gill (Ferrare) ; Machairas, chap. 707, p. 682 Dawkins ; Darrouzès VR XV, 17, 43 ; Amadi, p. 516 (Chypre).

157Critères d’identification : Νόσος λοιμώδης, βουβωνικο πάθους, θανατικόν (Syropoulos) ; θανατηφόρος νόσος (Doukas) ; λοιμός, βουβώναι (Actes grecs) ; θανατικόν (Machairas) ; θάνατος μέγας (Darrouzès VR XV, 17) ; peste (Amadi).

158Données : Mort en avril, à Ferrare, du métropolite de Sardes Denis, et transfert du concile à Florence. La peste à Chypre dure 10 mois (Darrouzès VR XV, 17) ou 17 mois (Machairas, Amadi). 20 000 victimes à Nicosie et 102 à Amargeti, mais le « casai Pissuri » est épargné (Darrouzès VR XV, 17).

159Date : 1440-1441.

160Lieu : Morée.

161Sources : Schreiner 33, 37.

162Critères d’identification : Θανατικόν.

163Date : 1447-1448.

164Lieu : Constantinople, Selymbria.

  • 36 MM, III, p. 216 s. Cet acte est réédité et commenté par Lampros, Néos Hell. 12, 1915, p. 153 s.

165Sources : Dölger351636 ; Pseudo-Sphrantzès, II, 19, p. 344 Grecu ; Chalkokondylès VII, p. 111 Darko ; Anonyme, Monodie.

166Critères d’identification : Λοιμός (Dölger 3516, Anonyme, Monodie) ; λοιμώδους νοσήματος (Pseudo-Sphrantzès) ; νόσω λοιμώδει (Chalkokondylès).

  • 37 Théodore, qui s’apprêtait à marcher sur Constantinople, est mort en juin ou juillet, selon les sour (...)

167Données : Le renouvellement d’un traité avec les Vénitiens, prêt en juillet 1447, ne peut être signé avant avril 1448, à cause de la peste qui règne dans Constantinople (Dôlger). Mort de Théodore II Paléologue, frère de Jean VIII, à Selymbria37.

168Date : 1448.

169Lieu : Nègrepont.

170Sources : SV 2788, 2795, 2798, 2898.

171Critères d’identification : Mortalité (morbus acerbissimus ubi de tribus duo defuncti sunt = SV 2788) ; peste (2795, 2798, 2898).

172Date : 1449-1451.

173Lieu : Syrie, Chypre.

174Sources : Darrouzès VR XVII, 52, 55.

175Critères d’identification : Θανατικόν.

176Données : Deux navires vénitiens transportent la peste de Syrie en Chypre ; la peste désole l’île deux ans durant, emportant surtout des enfants (XVII, 55).

177Date : 1453.

178Lieu : Constantinople.

179Sources : Darrouzès, ep. 1453, 1.

180Critères d’identification : Λοιμικήν.

  • 38 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste... (cité supra n. l), I, p. 145, écrit que « en 1453, trouvan (...)

181Données : L’auteur de cette lettre écrite de Constantinople en 1453 a été malade « de la peste » (traduction Darrouzès ; grec = λοιμικήν). Ce terme rare désigne la variole dans la traduction grecque du traité arabe de Razès sur cette maladie (xie s.). Son apparentement à λοιμός permet d’y voir une désignation de la peste. Cette mention reste cependant bien isolée pour indiquer une épidémie38.

182Date : 1455-1456.

183Lieu : Crète, Rhodes, Chios, Modon.

184Sources : Schreiner 106, 2 (Crète, Rhodes, Chios) ; SV 3024 (Crète), 3036 (Modon) ; Noiret, p. 454 ; Cornelius, n° 124, p. 390.

185Critères d’identification : Θανατικά μεγάλα και λοιμοί (Schreiner) ; pestilentiae morbus per universa loca diffusum (Cornelius) ; peste (SV) ; pestis (Noiret).

186Données : L’épidémie jointe à des raids turcs entraîne le dépeuplement de la Crète.

187Date : 1458.

188Lieu : Nègrepont.

189Sources : AV 1543.

190Critères d’identification : Une galée chargée de draps, récemment arrivée à Venise en provenance de Nègrepont, avait perdu le quart de son équipage du fait de la peste.

191Date : 1460.

192Lieu : Κάστρον τν Κορυφν (Corfou).

193Sources : Sphrantzès XLI, 3, p. 124 Grecu.

194Critères d’identification : Θανατικόν.

195Date : 1461.

196Lieu : Modon, Corfou, Grèce, Albanie, Bosnie, Rimini (présomptions de peste).

  • 39 Éd. Sathas, Μνημεία, t. I, p. 237.
  • 40 Éd. F. Thiriet, Assemblées vénitiennes, II, Appendice, p. 334.

197Sources : SV313339 (Modon) ; AV 15 9 540 (Corfou), 1591 (autres lieux).

198Critères d’identification : Si vero, quod absit, contingeret quod pestes esset Mothoni (SV) ; suspicionem morbi quod dicitur esse Corfoy (AV 1595).

199Données : Par mesure de prévention, Venise suspend toutes relations commerciales avec la Grèce, la Bosnie, l’Albanie (AV 1591).

200Date : 1465.

201Lieu : Crète.

  • 41 Éd. É. Legrand, Bibliographie Hellénique, II, Paris 1885, p. 239.

202Sources : Noiret, p. 496 ; lettre de Michel Apostolios à Angelos41 (ap. Detorakès, Ή πανώλης ).

203Critères d’identification : Λοιμός (Apostolios).

204Date : 1466-1467.

205Lieu : Thessalie, thème de Thrace et de Macédoine, Hellespont, Propontide, Constantinople, région de Prusa, Galatie ; Ancyre.

  • 42 Édition partielle par S. Eustratiadès, Catalogue des manuscrits de Lavra, I, Paris 1925, p. 421-435 (...)

206Sources : Kritoboulos d’Imbros, V, 1-19, p. 204-207 Reinsch (liste ci-dessus, sauf Ancyre) ; Darrouzès, VR XX, 34 (Ancyre) ; Théodore Agallianos, Περί Προνοίας42 ; Scholarios, Lettre de consolation, t. IV, p. 297-300 ; Id., Περί το θείου προορισμο, τέταρτον, t. I, p. 440-453 (Constantinople).

207Critères d’identification : Λοιμώδης νόσος et description détaillée, βουβνας (Kritoboulos) ; Οανατικόν (Darrouzès). Description d’une épidémie de peste par Agallianos.

208Données : La description de Kritoboulos rejoint les grandes descriptions de Grégoras et Cantacuzène pour la peste de 1348 (y compris les réminiscences de Thucydide et de Procope).

209Date : 1470.

  • 43 G. Hill, Cyprus, III, p. 645, évoque à cette date une peste à Chypre en renvoyant à Bustron, mais j (...)

210Lieu : Constantinople43.

211Sources : Ecthe’sis Chronica, p. 33 Lampros.

212Critères d’identification : Θανατικόν μέγα.

Notes

1 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste en France et dans les pays européens et méditerranéens, 2 vol. , Paris 1975.

2 M. Dols, The Black Death in the Middle-East, Princeton 1977, 19792.

3 Cf. par exemple R.-J. Loenertz, La chronique brève de Morée de 1423, Vatican 1964 (Studi e Testi 232 = Mélanges Tisseranl II), p. 399-439 ; Th. E. Detorakès, Ή πανώλης ; P. Schreiner, Die Byzantinische Kleinchroniken, Chronica Byzantina Breviora, 1-3, Vienne 1975-77.

4 Pour le récit de Cantacuzène sur la peste à Constantinople en 1348, cf. H. Hunger, Thu-kydides bei Johannes Kantakuzenos. Beobachtungen zur Mimèsis, JÖB 25, 1976, p. 185-188; T.S. Miller, The Plague in John VI Cantacuzenus & Thucydides, GRBS 17, 1976, p. 385-395. A propos de la mort du plus jeune fils de Cantacuzène, cf. D. Nicol, The Byzantine Family of Kantakuzenos (Cantacuzenus) ca 1100-1460. Washington 1968 (Dumbarton Oaks Studies 11). p. 129, n. 3. Pour les mentions de peste dans la correspondance de Dèmètrios Kydonès. cf. F. Tinnefeld, Demetrios Kydones. Briefe I, 1, I, 2 et II, Stuttgart 1981, 1982, 1991 (Bibliothek der griechischen Literatur 12, 16 et 33).

5 Ce n'est pas le cas de la Peste de Justinien qui, au contraire de sa sœur plus tardive, a eu droit à plusieurs études. Citons par exemple Pauline Allen, The justinianic Plague, Byz. 49, 1979, p. 5 s. ; K. H. Leven, Die justinianische Pest, Jahrb. Inst. Gesch. Medizin d R. Bosch-Stiftung 6, 1987, p. 137-161 ; J. Durliat, La peste du vie s. Pour un nouvel examen des sources byzantines, Hommes et richesses dans l’empire byzantin, I : ive-viie siècle, Paris 1989 (Réalités byzantines 1), p. 107-120 ; cette étude est suivie d’un commentaire de J.-N. Biraben, La peste du vie siècle dans l’empire byzantin, Ibid., p. 121-125. Des analyses ponctuelles existent aussi dans des ouvrages plus généraux : cf. E. Patlagean, Pauvreté économique et sociale à Byzance, ive-viie siècles, Paris 1977, p. 84-91 ; M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance. Propriété et exploitation du sol (vie-xie siècles), Paris 1992, p. 458-461.

6 Pour la datation des lettres de Dèmètrios Kydonès, par exemple, nous nous fions essentiellement aux datations données par F. Tinnefeld dans sa traduction allemande, pour les périodes déjà publiées.

7 Cf. J. Lefort, Population et peuplement en Macédoine orientale, ixe-xve siècle, Hommes et richesses dans l’empire byzantin, ii : viiie-xve s., Paris 1991 (Réalités byzantines 3), p. 78 s. ; A. Laiou, Peasant Society in the late Byzantine empire. A social and demographic study, Princeton 1977, p. 223 s.

8 On ne trouve dans les Actes de Lavra aucune mention de cette épidémie. L’acte 133, du prôtos Théodose, en 1353, parle bien du dépeuplement du monastère mais l’attribue aux attaques turques (P. Lemerle, A. Guillou et D. Papachryssanthou, Actes de Lavra III : De 1329 à 1500, Paris 1979).

9 Sur cette épidémie, cf. A. Rico, La canonizzazione di Gregorio Palamas (1368) ed alcune altre questioni, RSBN 30, 199.3, n. 145. L’auteur de cette étude rapproche le récit de Philothée de l’homélie 39 de Palamas, car ces deux textes mentionnent une procession organisée par Palamas pour obtenir la cessation du fléau.

10 G. Hill, A History of Cyprus, t. II, Cambridge 1948, p. 323, n. 2, nous informe qu’à l’occasion de cette épidémie Philippe de Mézières et le légat Pierre Thomas ordonnèrent des processions et des messes et prononcèrent des sermons. Mais il ne fournit pas la référence de cette information.

11 D’après G. Hill, Cyprus, II, p. 295 s., Échive, fille d’Hugues IV de Lusignan, avait épousé Ferdinand II de Majorque. Ce dernier avait fui à cause de l’hostilité d’Hugues IV, mais Échive était demeurée à Chypre.

12 Cf. PLP, sv Καρμαήν Τζουάν. Ce génois d’origine syrienne, kapétanos d’Attaleia, se trouvait à Chypre quand il fut atteint par la peste. Il mourut à Rhodes où il avait espéré être mieux soigné (par les Hospitaliers ?), tout en se rapprochant d’Attaleia menacée par les Turcs (cf. Strambaldi). Son fils lui succéda comme kapétanos d’Attaleia.

13 Cf. Schreiner, vol. II, p. 292-3, n. 82.

14 Contrairement aux conclusions de V. Laurent, ÉO 30, 1931, p. 347, Astras n'est pas mort de la peste précédente à Lemnos dont il fut gouverneur de 1358 à 1365. A cette date, il fut nommé gouverneur de Thessalonique. La lettre de Kydonès nous apprend qu’il y mourut de la peste peu après son arrivée, manquant de peu la venue à Thessalonique du médecin de Jean V.

15 Éd. Théotokis, Θεσπίσματα, p. 205-206.

16 La décision du Sénat date de 1376 mais fait allusion au dépeuplement de l’île, présenté comme le résultat d’une épidémie passée. J'ai donc rangé en 1375 cette source qui s'accorde ainsi avec le catalogue d’origine Cretoise de Schreiner 89.

17 L’Athos fut en général épargné par les épidémies, en raison de son insularité et de la relative faiblesse des échanges ; cependant, une trentaine d’années auparavant, le monastère de Lavra avait été entièrement dépeuplé par une épidémie : cf. Vie de Niphon.

18 Cf. G. T. Dennis, The Reign of Manuel II Palaeologus in Thessalonica, Rome 1960 (OCA 159), p. 42 s. Stella, Annales Genuenses, éd. G. Petti-Balbi, Rerum Italicarum Scriptores2, t. 17/2, Bologne 1975, p. 176, ne parle que de la famine.

19 J. Darrouzès, Les régestes des actes du patriarcat de Constantinople, 1, 6 : Les régestes de 1377 à 1410, Paris 1979, n° 2698, p. 19.

20 La datation de la lettre 5 d’Isidore Glabas, métropolite de Thessalonique, est précisée par J. Darrouzès, Régestes, n° 2772, p. 80. Ce dernier y explique aussi qu’Isidore se trouvait alors à Constantinople, ce qui exclut l’hypothèse que l’épidémie qu’il décrit aurait eu lieu à Thessalonique.

21 G. Hill (Cyprus, II, p. 446) ajoute que ce même roi fit construire vers cette époque une église dédiée à la Vierge Mater Misericordiae, construction qu’il met en rapport avec la peste.

22 Nicolai de Marthono Notarii Liber Peregrinationis ad Loca Sancta, dans ROL 3, 1, 1895 ; éd. et trad. angl. dans C. D. Cobham, Excerpta Cypria, Cambridge 1908, 19692, p. 25-26 ; cf. M. Doks, The Black Death...(cité supra n. 2), p. 59, n. 88.

23 Éd. Sathas, Μνημεα τς έλληνικ ; ιστορία ;, Paris-Venise 1880-88, t. II, p. 246-247.

24 Éd. Sathas, Μνημεία, t. I, p. 36-37.

25 Éd. Sathas, Μνημεία, t. I, p. 38.

26 Éd. N. Iorga, Notes et extraits pour servir à l’histoire des croisades au xve s. Paris 1899-1900, t. I, p. 268-269.

27 Éd. Noiret, p. 266.

28 Pour la datation de la recension péloponnèsienne de cette chronique, et la correspondance avec une bataille près de Tabia. cf. R.-J. Loenertz, La chronique brève de Morée de 1423, Vatican 1964 (Studi e Testi 232 = Mélanges Tisseront II), p. 432-433, et Schreiner, II, p. 407, qui y renvoie (dans la note 41 de Schreiner, corriger le titre de Loenertz : 1423 et non 1432).

29 Notice du copiste Iôannès Chionopoulou, dans les marges d’un manuscrit des Ménées de septembre-octobre : éd. Sp. Lampros, Néos Hell. 7, 1910, n° 103, p. 53-154.

30 G. Hill, Cyprus, p. 465, indique que, selon d’autres sources, c’est la femme du connétable qui serait morte de la peste. Il mentionne aussi pour cette époque une négociation sur des créances, interrompue par la peste dont le roi Janus de Chypre aurait été atteint.

31 Cf. G. Hill, Cyprus, p. 465, n. 3.

32 Éd. Sathas, Μνημεα, t. III, p. 314.

33 Schreiner date cette épidémie de « 1422-1423/6931 » (t. I, p. 249). Il s’agit manifestement d’une erreur matérielle, car cette date s’insère dans son édition entre 1423 et 1440. La date grecque dans le texte de la Chronique porte 6939 (et non 6931), c’est-à-dire 1430-1431.

34 Sur ce personnage controversé dont Sphrantzès prend ici la défense, cf. A. Argyriou, Macaire Makrès et la polémique contre l’islam : édition princeps de l’Éloge de Macaire Makrès, Vatican 1986 (Studi e Testi 314).

35 Éd. Sathas, Μνημεία, III, p. 440-441.

36 MM, III, p. 216 s. Cet acte est réédité et commenté par Lampros, Néos Hell. 12, 1915, p. 153 s.

37 Théodore, qui s’apprêtait à marcher sur Constantinople, est mort en juin ou juillet, selon les sources. Seuls le Ps. Sphrantzès, Chalkokondylès et l’auteur anonyme de la Monodie mentionnent une maladie pestilentielle. Les autres sources (Schreiner 9, 51, Schreiner 33, 22, Schreiner 34, 13, Schreiner 35, 10, Cronaca, éd. Mioni, dans Riv. stud. biz. e slavi 1, 1981, p. 76) se contentent d’indiquer la mort de Théodore à Selymbria et, éventuellement, le rapatriement de son corps à Constantinople. La chronique de Schreiner 22, 41, dit que Théodore, « venu dans l’intention de s’emparer de l’empire, mourut empoisonné à Selymbria ».

38 J.-N. Biraben, Les hommes et la peste... (cité supra n. l), I, p. 145, écrit que « en 1453, trouvant la peste à Constantinople, les Turcs, après s’être assurés de la place, en sortent et attendent la fin de l’épidémie ». Cependant il ne donne pas la source dont il tient cette information, et je n’ai pas pu la retrouver.

39 Éd. Sathas, Μνημεία, t. I, p. 237.

40 Éd. F. Thiriet, Assemblées vénitiennes, II, Appendice, p. 334.

41 Éd. É. Legrand, Bibliographie Hellénique, II, Paris 1885, p. 239.

42 Édition partielle par S. Eustratiadès, Catalogue des manuscrits de Lavra, I, Paris 1925, p. 421-435. Sur la controverse qui opposa en partie Scholarios et Agallianos à propos du rôle de la Providence dans la survenue des pestes, cf. mon article « La civilisation byzantine et les grandes pandémies », dans Maladie et société à Byzance a cura di Évelyne Patlagean, Spoleto, 1993, spécialement p. 33-36. Contrairement à ce qu’écrit H. beck, Vorsehung und Vorherbestimmung in der theologischen Literalur der Byzantiner, Rome 1937 (OCA 114), p. 157, le dialogue « Περί Προνοίας » d’Agallianos ne fut pas écrit après la mort de Scholarios, puisque le quatrième traité sur la Providence de Scholarios est une réponse à ce dialogue.

43 G. Hill, Cyprus, III, p. 645, évoque à cette date une peste à Chypre en renvoyant à Bustron, mais je n’ai pu retrouver cette mention dans Bustron.

Notes de fin

1 Abréviations des sources

Actes grecs = J. Gill, Quae supersunt actorum graecorum Concilii Florentini, Rome 1953 (Concilium Florentinum : Documenta et Scriptores. Series Β vol. V).

Amadi = Chronique d’Amadi, éd. R. de Mas Latrie, Chroniques d’Amadi et de Strambaldi, I : Chronique d’Amadi, Paris 1891.

Anonyme, Monodie = Anonyme, Monodie sur la mort de Théodore Paléologue. éd. Lampros, Palaiologeia et Peloponnèsiaka, IV, p. 177 s.

AV = F. Thiriet, Délibérations des assemblées vénitiennes concernant la Romanie, 2 vol. , Paris 1966-71. Le chiffre indique le numéro du document.

Bustron = Florio Bustron, Chronique de l’île de Chypre, éd. R. de Mas Latrie, Mélanges historiques, vol. V, Paris 1886.

Cabasilas = Nicolas Cabasilas, Correspondance, éd. É. Énepekides, BZ 46, 1953, p. 18-46. Chron. Bon. - Corpus Chronicorum Bononiensium, Cronaca Β, ap. Muratori, Renan Itali-carum Scriptores, Milan 1723-1751, t. XVIII, 1.

Chron. Est. = Chronicon Estense, ap. Muratori, Rerum ltalicarum Scriptores, Milan 1723-1751, t. XV, 3 ( = Mur 448-449).

Cecconi = é. Cecconi, Studi storici sul concilie di Firenxe, I, Florence 1869.

Cornélius = Cornelius, Creta sacra sive de episcopis utriusque ritus graeci et latini in in-sula Cretae, Venise 1755, t. II.

Darrouzès VR = J. Darrouzès, Littérature et histoire des textes byzantins, Londres 1972. XV : Notes pour servir à l’histoire de Chypre (2), Kypriakai Spoudai 11, 1951, p. 25-62 ; XVII : Notes pour servir à l’histoire de Chypre (4), Ibid. 23, 1959. p. 27-56 ; XX : Notes d’Asie Mineure, Archeion Pontou 21, 1964, p. 28-40.

Darrouzès, ep. 1453 = J. Darrouzès, « Lettres de 1453 », RÉB 22. 1964, p. 78 s. Le numéro est celui de la lettre.

Détorakès, Ή πανώλης = Th. E. Detorakès, Ή πανώλης έν Κρήτη. Συμβολή εἱς τήν ί-στορίαν τῶν ἐπιδημιῶν της νήσου, dans Epist. Epet. Philos. Scholès Pan. Athènôn, series 2, 21, 1970-71, p. 1 18-136.

DKyd = R.-J. Loenertz, Correspondance de Dèmètrius Cydonès, Vatican 1956 (Studi e Tes-ti 186). Le numéro suivi de « L » renvoie à l’édition de Loenertz : le numéro suivi de « T » renvoie à la traduction allemande de Tinnefeld, pour les volumes déjà parus.

Dolger = F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des östromischen Reiches von 565-1453, Munich-Berlin 1965.

Doukas = Doukas, Historia Byzantina, éd. V. Grecu, Bucarest 1958.

Dusan = Chrysobulle de Stefan Dusan pour le monastère de Likousada en Thessalie (1348). éd. Solovjev-Mosin, Diplomata Graeca regum et imperatorum Serviae, Belgrade 1936, n° 20, p. 158.

Ecthésis Chronica= Ecthésis Chronica, éd. Sp. Lampros, Amsterdam 19692.

Éloge Palamas = Philothée, Éloge de Grégoire Palamas, PG 151, 616.

GPal, hom. 39 = Grégoire Palamas, Homélie 39, PG 151, col. 485-496.

Grégoras, Hist. : Nicéphore Grégoras, Histoire, éd. de Bonn, 3 vol. , 1829-1854.

Iôannina = Chronique de Iâannina, éd. L. Vranoussis, dans Epet. Mesai. Archeiou 12, 1962, p. 57-115 ( = Epirotica, éd. de Bonn, 1849).

Isidore Glabas, ep 5 Lampros = Isidore Glabas, ep 5, éd. Sp. Lampros, Néos Hell. 9, 1912, p. 378.

JKant, Hist. = Jean Cantacuzè,e, Histoire, éd. de Bonn, 1832.

Kallistos, Didaskalia = Patriarche Kallistos, Didaskalia à propos du procès d’Amarantina, MM, I, p. 301 s. (n° 2316).

Kallistos, hom. = Patriarche Kallistos, Homélies analysées par D. B. Gonès, συγγραφικòνργον τοπατριάρχου Καλλίστου A', Athènes 1980.

Kutlumus = Actes de Kutlumus, éd. P. Lemerle, Paris 19882 (Archives de l’Athos 2). Machairas = Leontios Makhairas, Chroniques de la Chypre franque, dans R. M. Dawkins, Recital concerning the sweet land of Cyprus, vol. 1, Oxford 1932.

Manuel II, ep= G. T. Dennis, The Letters of Manuel II Palaiologos, Washington 1977 (CFHB 8).

Nil, Prière = Prière du patriarche Nil pour la cessation de l’invasion barbare, de la guerre civile, de la famine et de la peste, éd. Muller, Byzantinische Analekten, Vienne 1853, p. 356-359.

Noiret = H. Noiret, Documents pour servir à l’histoire de la domination vénitienne en Crète de 1380 à 1485, Paris 1892.

Panaretos = Michel Panaretos, Chronique des empereurs de Trébizonde, éd. O. Lampsidès, Archeion Pontou 22, 1958, p. 74.

Reg. vat. = Lettre du pape Clément VI à l’archevêque de Nicosie, dans J. Gay, Le pape Clément VI et les affaires d’Orient, Paris 1904, p. 131.

Scholarios = G. Scholarios, Œuvres, éd. L. Petit, X. A. Sideridès et alii, vol. 1, Paris 1928 ; vol. 4, Paris 1935.

Schreiner= P. Schreiner, Die Byzantinische Kleinchroniken. Chronica Byzantina Breviora, 1-3, Vienne 1975-77 (CFHB 12). Le premier chiffre indique le numéro de la chronique, le second l’événement mentionné, selon la numérotation de P. Schreiner.

Sphrantzès = Sphrantzès, Chronikon Minus, éd. V. Grecu, Bucarest 1966.

Strambaldi = Chronique de Strambaldi, éd. R. de Mas Latrie, Chroniques dAmadi et de Strambaldi, II : Chronique de Strambaldi, Paris 1893.

SV = F. Thiriet, Regestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Remanie, 3 vol., Paris 1958-1961. Le chiffre indique le numéro du document.

Syropoulos = V. Laurent, Les « Mémoires » de Sylvestre Syropoulos sur le concile de Florence (1438-1439), Paris 1971.

Théotokis, Θεσπίσματα = Sp. Théotokis, Ιστορικά κρητικάγγραφα : Θεσπίσματα τς Βενετικς Γερουσίας 1281-1385, Athènes 1936 (Μνημεα τς 'Ελληνικς 'Ιστορίας 2.2).

Vie Niphon = Vie de saint Niphon, éd. F. Halkin, An.Boll. 58, 1940.

Villani = Villani, Hist Florent., ap. Muratori, Rerum italicarum scriptores, t. 13, Milan 1728, p. 964.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search