Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

La résistance aux Turcs en Asie Mineure entre Mantzikert et la Première Croisade1

Jean-Claude Cheynet

Texte intégral

  • 1 Les historiens byzantins sont cités dans l’édition de Bonn (Attaleiatès, Zônaras) ou dans la nouvel (...)
  • 2 Cl. Cahen, La première pénétration turque en Asie Mineure, Byz. 18, 1948, p. 31-32 (cité désormais (...)

1La rapidité de l’occupation de l’Asie Mineure par les Turcs a été maintes fois soulignée par les historiens. Après Mantzikert, en dehors de quelques résistances sporadiques, les Turcs se seraient répandus en Anatolie si rapidement qu’au moment où Alexis Comnène parvint au pouvoir, ils auraient contrôlé ce territoire dans sa quasi-totalité, le Bosphore marquant la limite de leur avance. La conquête aurait été facilitée par la désaffection croissante des populations de la frontière, allogènes et hétérodoxes. Tel est le tableau dressé par Cl. Cahen : dès 1072, « militairement Byzance ne pouvait plus rien opposer et le peu de forces qu’elle gardait, soit en son centre, soit en quelques localités isolées, se disputaient entre elles, appelaient les Turcs à la rescousse. Les populations de l’Arménie, voire de la Cappadoce, Arméniens aussi en majorité, parfois repliés par Byzance elle-même, ne firent rien contre les Turcs, souvent les accueillirent de bon gré, parfois s’associèrent à eux2 ».

2Ce point de vue est conforté par Anne Comnène, notre principale source narrative pour la période postérieure à 1081, qui noircit la situation de l’Empire en 1081 pour mieux exalter la réussite de son père, Alexis Ier. Cet écroulement si rapide, en moins de dix ans, si on en croit l’opinion commune, surprend dans la mesure où les armées impériales paraissent encore efficaces après la mort de Basile II, capables de conquérir l’Arménie ou la Sicile. Même vis-à-vis des raids turcs, le bilan n’est pas entièrement négatif. Lorsqu’il y eut combat, les Turcs enregistrèrent presque aussi souvent des échecs que des succès, mais plusieurs bandes de pillards turcomans échappèrent à la riposte byzantine, ce qui accentua le sentiment d’insécurité des populations.

3Il faut reprendre la chronologie de l’avance turque en s’appuyant bien sûr sur les chroniqueurs byzantins, textes déjà bien connus, mais qu’on peut encore relire avec profit, et en utilisant aussi tous les indices d’une présence byzantine maintenue, notamment les informations de type administratif, principalement fournies par les sceaux.

De Mantzikert à l’avènement d’Alexis Comnène

  • 3 S. Zakkar, The emirate of Aleppo 1004-1094, Beyrouth 1971, p. 186-187.
  • 4 Nicéphore est rappelé au moment de la révolte de Nicéphore Botaneiatès pour des raisons qui nous éc (...)
  • 5 Le colophon ne précise pas si Marie possédait Tzamandos, mais comme il a été copié en Orient et que (...)
  • 6 Ibid., p. 292. En 1104, dans son testament, Tchordvanéli rappelle qu’il a combattu toute sa vie l’e (...)
  • 7 P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris 1977, p. 167 et n. 117.

4Nous passerons rapidement sur cette période car elle est la mieux analysée. Après Mantzikert, l’administration byzantine resta en place, mais comme chacun sait, les guerres civiles permirent aux Turcs de s’introduire en Anatolie, dès 1072, lorsque Romain Diogénès tenta de reprendre le pouvoir avec leur appui. Michel VII conforta leur position en faisant appel à Toutach pour abattre Roussel de Bailleul. Il est toutefois remarquable que Toutach n’ait pas envisagé de s’emparer par la force de Roussel de Bailleul, maître des places-fortes des Arméniaques, car les Turcs, même en grand nombre, n’avaient pas les moyens d’une guerre de siège. La frontière orientale était loin d’être enfoncée dans sa totalité puisqu’elle restait intacte à partir du duché de Mélitène jusqu’à la Syrie incluse. Manbidj, forteresse avancée en territoire musulman et conquise par Romain Diogénès, fut conservée jusqu’en septembre 10753. Le duché de Mésopotamie fut préservé par son stratège, Nicéphore Paléologue, au moins jusqu’en 10774. Tzamandos, confiée à Gagik de Kars, tenait sans doute encore en 1077/8, défendue par la fille de ce dernier, Marie, puisque le patrice Sembat y fit copier un manuscrit sous le règne de Michel, fils de Doukas, et sous le « curopalatat » de Marie5. Le Tarôn n’était pas non plus passé aux Turcs en 1079, car un cousin de Tornik du Sassoun, Tchordvanéli, se qualifiait à cette date de prince du Tarôn6. Un pôle de résistance s’était maintenu quelque temps plus au nord, puisque Grégoire Pakourianos exerça assez longtemps la charge de duc de Théodosioupolis pour devoir obtenir de la part de Michel VII deux chrysobulles de décharge pour sa gestion7.

  • 8 I. Mélikoff, La geste de Melik Dānişmend, Paris 1960.

5Les Turcomans s’engouffraient par la haute vallée de l’Halys et se dirigeaient vers le nord et l’ouest. Au nord ils paraissent avoir emporté Trébizonde avant de se heurter au topotèrètès de Colonée, Théodore Gabras, qui allait faire de son combat contre les Turcs une légende et qui chassa les ennemis de Trébizonde. L’écho de ces luttes entre Gabras et les Turcs nous est parvenu déformé dans l’épopée du Dānişmendnāmeh8. Ce texte, à défaut d’un récit historique, nous indique le théâtre des exploits de Gabras : Néocésarée et Paipert. On ne peut malheureusement rien dire de la chronologie, car Gabras ne cessa pas de lutter contre les Turcs jusqu’à sa mort. Les acteurs, à l’exception de Gabras et de Danishmend et de Tzachas, ne sont pas connus par d’autres sources. Un des adversaires les plus redoutables de Danishmend est censé avoir été le métropolite de Néocésarée. Or au moment où les faits sont susceptibles de s’être déroulés, entre 1072 et 1094, les métropolites successifs de cette ville assistaient paisiblement à des synodes constantinopolitains. Leur présence assidue pourrait s’expliquer par l’impossibilité de regagner leur ville menacée par l’ennemi, mais d’autres raisons entrent en ligne de compte, Michel de Néocésarée fut le sacellaire de Michel VII et résidait donc dans la capitale.

  • 9 Bryennios, p. 147. Les Croisés voient encore la ville complètement en ruine. Les fortifications ser (...)
  • 10 C’est à Césarée que les troupes du thème de Sébastè rejoignaient l’expédition principale.
  • 11 Attaleiatès, p. 135 ; Zônaras, p. 693.
  • 12 Historiens des Croisades, Hist. Occ. V, p. 295-296 ; mention dans J. Darrouzès, Le mouvement des fo (...)

6En arrière de la zone frontière, depuis la fin du xe siècle, les troupes sont peu nombreuses et les forteresses paraissent avoir été laissées à l’abandon. En 1073, les murailles de Césarée de Cappadoce, centre de l’antique puissance des Phocas, et camp de regroupement de l’armée, étaient fort mal entretenues, puisque à la suite d’un séisme les tours restaient écroulées9. La ville située sur une grande route militaire10 depuis Sébastè a dû tomber assez rapidement. Avant même 1071, les Turcs connaissaient les grands axes de circulation pour avoir pillé Ikonion deux ans auparavant11. Un archidiacre s’enfuit de Césarée, alors qu’une incursion turque était attendue, et se réfugia à Constantinople au temps de Michel VII, donc entre 1072 et 107812. La présence de Turcs en un lieu donné n’implique pas qu’ils contrôlent les régions plus orientales, ni même le lieu en question, car il s’agit de bandes mobiles. Le César Jean Doukas et Roussel de Bailleul sont capturés par les Turcs en Bithynie alors que le thème des Arméniaques est encore sous domination byzantine, puisque Roussel, une fois libéré par les Turcs, s’installa dans les forteresses et les villes du thème avec l’approbation des habitants.

  • 13 Au contraire, en 1073, Andronic Doukas avait bénéficié d’une importante donation de Michel VII, prè (...)
  • 14 Un follis anonyme attribué à Nicéphore III a été découvert lors des fouilles de Sardes (G. Bates, A (...)

7Au printemps 1078, peu de villes d’Asie Mineure sont tombées aux mains des Turcs, en dépit de leur omniprésence dans les campagnes. Cependant pour mener à bien sa rébellion, Botaneiatès a affaibli la Phrygie en y prélevant des troupes, notamment les Chômatènes, attestés ensuite à Constantinople. À son tour révolté, Nicéphore Mélissènos ouvrit bien davantage aux soldats turcs les villes d’Asie, de Phrygie, de Galatie. Dès lors Nicée appartint aux Turcs et sans doute aussi Dorylée, car, lorsqu’il renonça à l’Empire, Nicéphore Mélissènos, qui y avait ses propriétés, demanda des compensations dans la région de Thessalonique et non pas en Asie Mineure, jugée peu sûre13. Sardes garda peut-être quelque temps sa liberté ainsi que, plus au sud, la région de Pyrgion14.

De l’avènement d’Alexis Comnène à la première croisade

  • 15 C. Morrisson, Monnaie et finances dans l’Empire byzantin xe-xive siècle, dans Hommes et richesses d (...)

8Les diagrammes des trouvailles monétaires établis par Cécile Morrisson sont éloquents15. Ils montrent la chute de la circulation monétaire dans les villes d’Asie Mineure occidentale (Sardes, Priène, Éphèse, Pergame) sous le règne d’Alexis Comnène. Ils confirment ce que nous savons par ailleurs, à savoir que l’irruption dans les campagnes de bandes turques a interrompu les relations économiques normales, mais ils ne permettent pas de préciser la date de la prise des centres urbains.

  • 16 Encore ignorons-nous le comportement des Turcs vis-à-vis des évêques qui n’auraient pas fui.
  • 17 Là encore, il faut être prudent, Jean de Sidè est mentionné pour la première fois en décembre 1079, (...)
  • 18 En septembre 1089 (V. Grumel, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople, vol. I, fasc. (...)

9L’étude des participants aux synodes constantinopolitains pourrait donner des indices de l’avance turque. Nombreux furent les métropolites qui ne purent regagner leurs évêchés du fait des razzias turques. Malheureusement un autre facteur vient perturber l’intelligibilité de ces listes, le fait que les prélats byzantins répugnaient à quitter la capitale byzantine. On constate que les métropolites d’Asie Mineure étaient massivement représentés aux synodes de novembre 1071 et mars 1072, notamment ceux de villes dont on peut penser qu’aucune menace ne pesait directement sur elles à cette date : Nicomédie, Nicée, Cyzique, Myres, Smyrne, Ephèse... La présence de ces métropolites sur des listes en 1082, 1089, 1094 n’autorise donc pas à déduire qu’ils étaient là faute de pouvoir regagner leurs sièges, même si pour certains c’était assurément le cas, comme le métropolite de Nicée après 108116. Sans doute la surreprésentation des prélats d’Asie Mineure par rapport à ceux d’Europe est aussi liée à la situation dans cette partie de l’Empire. L’apparition de nouveaux participants en revanche peut refléter l’occupation turque17 ; ainsi les métropolites de Mopsueste et Anazarbe, qui ne sont pas cités avant 108918, sont donc venus après 1084, date à laquelle leurs cités tombèrent aux mains des infidèles.

10La liste des juges et, dans une moindre mesure, celle des stratèges et des ducs contribuent, grâce à l’évolution des dignités qui permet une datation assez fine, à déterminer quelles régions restèrent probablement sous administration byzantine après 1078, voire 1081. En effet, alors que les métropolites et les évêques sont nommés sans que nécessairement ils exercent effectivement leurs fonctions sur place, les nominations administratives correspondent à des charges réelles.

  • 19 MM V, p. 1-2. Romain Agallianos, un notaire, se réfère à son père, juge du Velum, anthypatos, patri (...)
  • 20 E. Vranoussi, Βυζαντινὰ ἕγγραφα τς μονς τς Πάτμου, Α’. Ατοκρατορικά, Athènes 1981, ρ. 338, 339, (...)

11Il convient d’abord d’établir les dignités qui accompagnaient ces charges. Les documents d’archives nous informent avec précision sur les juges. En 1045, cinq d’entre eux, nommés dans une donation concernant la Néa Monè de Chios, sont protospathaires19, en 1088, sur sept juges cités dans des documents de Saint-Jean de Patmos datés de cette année, six sont magistres et le septième est protovestarque20. Entre ces deux dates, nous disposons de quelques mentions de juges, datées, qui nous permettent de les voir s’élever progressivement dans la hiérarchie :

  • 1047, Andronic, juge de Boléron, Strymon et Thessalonique, encore protospathaire (Iviron I, n° 29).

  • 1056, Léon Thylakas, juge du Velum, de Boléron, Strymon et Thessalonique, hypatos (Iviron II, n° 31, Dionysiou, n° 1).

  • 1059, le même, anthypatos, patrice (Iviron II, n° 32).

  • Avant 1062, Nicétas, juge du Boléron, Strymon et Thessalonique et patrice (Iviron II, p. 34).

  • 1062, Nicolas Serblias, juge de l’Hippodrome et du Velum, hypatos (Iviron II, n° 34).

    • 21 P. Gautier, La diataxis d’Attaleiatès, RÉB 39, 1981, p. 15. L’éditeur rappelle les différentes étap (...)

    1069, Michel Attaleiatès, juge de l’Hippodrome et du Velum, patrice21.

    • 22 Cf. W. Seibt, Die Skleroi. Eine prosopographisch-sigillographische Studie (Byzantina Vindobonensia (...)

    Vers 1071, Nicolas Sklèros, juge ( ?) de la Mer Égée, proèdre22.

  • Entre 1075 et 1079, Michel Attaleiatès, vestès.

    • 23 C’est la première fois que la dignité de protovestarque est attestée.

    1078, Christophore, juge de Boléron, Strymon et Thessalonique, protovestarque23 (Esphigménou, n° 4).

    • 24 Seibt, Skleroi, p. 100-101.

    1082, Michel Sklèros, juge de Thrace et de Macédoine, protoproèdre24.

  • 1082, Autôreianos, juge et proèdre.

    • 25 Zépos I, p. 299.

    1082, Théodore Smyrnaios, magistre et juge25.

    • 26 Il devint proèdre avant 1104 (Lavra I, n° 56).

    1085, Michel Rhodios, juge de l’Hippodrome, prôtoanthypatos26 (Lavra I, n° 47).

    • 27 En 1104, Jean Mélidonès dont la qualité de juge est passée sous silence est devenu proèdre (Iviron (...)

    1085, Jean Melidonès, juge de l’Hippodrome, protovestès (Iviron II, n° 43)27.

  • 1086, Euthyme, juge et curopalate (PG 127, col. 973A).

  • 1087, Théoktiste Eulampès, juge, protovestarque (Patmos I, nos 46a et 48a).

  • Basile Chalkoutzès, juge du Velum, vestès (Patmos I, n° 46).

  • Thomas Chalkoutzès, juge du Velum, vestarque, (Patmos I, n° 46).

  • 1088, Basile Gorgonitès, juge du Velum, protovestarque (Patmos I, n° 49).

  • Nicolas Zônaras, juge de l’Hippodrome, protovestarque (ibid.).

  • Georges Promoundinos, juge du Velum, magistre (ibid.).

  • Épiphane Hexamilitès, juge du Velum, magistre (ibid.).

  • Léon Karamallos, juge du Velum, magistre (ibid.).

  • Nicolas Tzantzès, juge des Cyclades, magistre (Patmos II, n° 51).

  • Basile Kamatèros, juge du Velum, magistre, (Patmos I, n° 46).

  • Nicolas Bèriôtès, juge du Velum, magistre, (ibid.).

    • 28 Le même Nicétas Xiphilin était titré provestès en 1082 (Th. Uspensky, Deloproizvodstvo po obvinenij (...)

    1088/9, Nicétas Xiphilin, magistre, (Lavra I, n° 50)28.

  • 1093, Georges Nikaeus, juge du Velum et protoproèdre (Iviron II, n° 46).

    • 29 P. Gautier, Le synode des Blachernes (fin 1094). Étude prosopographique, RÉB 29, 1971, p. 218. Déjà (...)

    1094, Michel Autôreianos, juge de l’Hippodrome, proèdre29.

    • 30 Ibid. Euthyme est déjà mentionné comme curopalate en 1086 (PG 127, col. 973A) et en 1095, lorsqu’il (...)

    1095, Euthyme, juge du Velum et protocuropalate30.

  • 1098-1103, Nicétas Anzas, juge du Velum, magistre, (Iviron II, n° 48).

12L’évolution de la titulature « normale » d’un juge peut être ainsi reconstituée :

  • 31 Romain Diogénès mérita cette dignité par ses exploits, comme le reconnut l’empereur et fut donc duc (...)
  • 32 Le premier protovestès attesté est un militaire, Baltzérès décédé en 1069 (Dernière édition : C. As (...)

13jusqu’au milieu du xie siècle, il est protospathaire, à partir des années 1050, il obtient les dignités d’hypatos et de patrice, dans les années 1070, il peut espérer devenir vestès et sans doute vestarque. La relative pénurie d’informations entre 1063 et 1078 est dommageable, car elle nous prive de l’évolution des dignités octroyées aux juges à une époque où celles-ci se modifient rapidement et nous interdit de connaître avec précision quand les premiers juges vestarques apparurent. Cette dignité n’est encore donnée qu’avec parcimonie aux meilleurs généraux sous Constantin Doukas31. Avec Botaneiatès, apparaissent les juges protovestarques et sans doute les juges protovestai32, enfin sous Alexis Comnène, vers 1087-1088, la dignité la plus communément acquise est celle de magistre. Certains d’entre eux, très haut placés dans la hiérarchie ont pu l’être plus tôt, puisque Autôreianos, proèdre en 1082, avait été antérieurement magistre, sauf à avoir sauté des échelons de la hiérarchie. Sa promotion pourrait dater de l’avènement d’Alexis Comnène.

14On pourrait imaginer que les juges dotés de dignités fort élevées auraient été nommés après la reconquête byzantine, mais à la fin du siècle, les juges de thème ont cédé leur place aux ducs qui cumulent les fonctions militaires, civiles et fiscales. Il est donc peu probable que les sceaux mentionnant les derniers juges de thème soient postérieurs à 1100.

15A défaut de documents d’archives concernant l’Asie Mineure durant le dernier quart du xie siècle, nous disposons donc de sceaux de juges de thème portant une dignité égale ou supérieure à celle de vestes. On peut objecter à juste raison que ces titres ne garantissent pas une datation postérieure à 1078, puisque, comme nous l’avons vu, la notoriété d’une famille (voir infra les noms d’Hexamilitès, Serblias, Sklèros, Promoundènos...), l’avancement d’une carrière permettaient à un juge de thème d’atteindre exceptionnellement ces honneurs. Toutefois comme nous connaissons plusieurs juges d’un même thème, et que leur temps d’exercice s’étendait souvent sur plusieurs années, cela assure que certains entrent bien dans la fourchette chronologique définie précédemment, d’autant plus qu’il serait bien extraordinaire que le hasard de la conservation des sceaux nous ait offert des séries complètes des fonctionnaires de ces thèmes. La liste que nous établissons ci-dessous présente donc quelques fonctionnaires qui ont exercé leur charge avant 1078, sans que nous puissions les repérer plus précisément. Cette incertitude ne nous paraît pas invalider notre hypothèse que la liste nous apporte une preuve du maintien de l’administration byzantine dans certains thèmes d’Asie Mineure après cette date.

16Anatoliques :

    • 33 Catalogue of Byzantine seuls at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art. Vol 3, West, Northwes (...)

    Constantin Promountènos, magistre33.

    • 34 W. Seibt date le sceau des années 1060, mais nous avons vu que cette dignité ne paraît pas associée (...)

    Léon Sklèros, vestarque (Seibt, Skleroi, p. 87)34.

    • 35 Zacos II : G. Zacos, Byzantine Lead Seals compiled and edited by J. W. Nesbitt. vol. II : noS 1-108 (...)

    Basile, vestarque (Zacos II, n° 966)35.

  • Nicétas, protovestès (Zacos II, n° 656).

    • 36 DOSeals 3, 86.38.

    Nicéphore proèdre et préteur36.

17Arméniaques :

  • Basile, vestes (Zacos II, n° 797).

  • Jean, vestes (Zacos II, n° 531).

  • Théodore, vestes (Zacos II, n° 743).

    • 37 Sceau mentionné dans V. Šandrovskaja, Sfragistika, Ikusstvo Vizantii v sobranijach SSSR - Katalog v (...)

    Constantin Promoundinos, vestarque37.

  • Étienne, protovestès (Zacos II, n° 1048).

  • Manuel, proèdre et préteur (Seyrig, 166).

18Bucellaires :

  • Nicolas Sklèros, vestes (Seibt, Skleroi, p. 93).

    • 38 A. Szemioth, T. Wasilewski, Sceaux byzantins du Musée National de Varsovie, Studia źródloznawcze (C (...)

    Basile Pan..., vestarque38.

  • Constantin Promountènos, vestarque et préteur (DO 55.1.3272).

    • 39 En 1094, Michel était protocuropalate (Synode des Blachernes, p. 247). Il est attesté successivemen (...)

    Michel Barys, magistre (SBS 2, p. 168-169)39.

19Charsianon :

  • Michel, vestes (Zacos II, n° 603).

  • Jean, vestarque (DO 55.1.2448 et 2449).

    • 40 Konstantopoulos, Bυζαντιακὰ μολυβδóβουλλα τοῦ ἐν ‘Aθήνατς ‘Eθντκοῦ Mουσείου, Athènes 1917, n° 155b.

    Constantin, magistre, vestes40.

20Cibyrrhéotes :

  • Christophore, préteur et vestarque (Zacos II, n° 400).

  • Théophylacte ( ?), protovestarque (Vente Münz Zentrum, 76, 1993, n° 126).

    • 41 Ibid., n° 142a, au motif de la Vierge ; la lecture a été corrigée dans Ch. Stavrakos, Die Byzantini (...)

    Basile Tzirithôn, protovestarque41.

    • 42 V. Laurent, Les bulles métriques dans la sigillographie byzantine, Athènes 1932, n° 260. On connaît (...)

    Basile Xèros, magistre42.

21Lykandos :

    • 43 Les sceaux inédits de Vienne (MK) sont mentionnés d’après les fiches de V. Laurent. Schlumberger, S (...)

    Pierre Gymnos, vestes (Vienne MK 271)43.

22Opsikion :

  • Jean Thylakas, vestes (SBS 3, p. 78).

    • 44 Mention dans J.-Cl. Cheynet, C. Morrisson, W. Seibt, Sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig (...)

    Théodore Makrembolitès, protovestès (Ermitage)44.

  • Pierre Serblias, magistre, vestes (DOSeals 3, 39.16).

  • Léon Sklèros, magistre et préteur (Seibt, Skleroi, p. 87).

  • Polyeucte, magistre et préteur (DOSeals 3, 39.42).

  • Nicéphore, proèdre (Zacos II, n° 639).

23Optimates :

  • Grégoire Tarônitès, magistre, vestarque, juge et duc (DOSeals 3, 71.19).

  • Basile, vestes (DOSeals 3, 71.23).

24Paphlagonie :

  • Basile, vestes (DO 47.1.128).

  • Pothos, vestes (DO 55.1.2627 et 2628).

  • Jean Aboudimos, vestarque (DO 58.106.5642).

  • Théophylacte, vestarque (Zacos II, n° 904).

  • Jean, préteur et vestarque (Zacos II, n° 994).

25Thracésiens :

  • Élie, vestes, (Vienne MK 228).

  • Serge Hexamilitès, vestes (DOSeals 3, 2.27).

  • Michel, fils d’Euthyme, magistre, vestes (DOSeals 3, 2.18).

    • 45 W. De Gray Birch Catalogue of Seals in the British Museum V. Londres 1898, n° 17691. La date propos (...)

    Constantin Promoundinos, magistre, vestes45.

  • Jean, vestes (DOSeals 3, 2.14).

  • Jean, vestarque, (DOSeals 3, 2.15).

  • Constantin, vestarque (DOSeals 3, 2.12).

  • N., proèdre et préteur (DOSeals 3, 2.32).

  • 46 DOSeals 3, 2.32. Catalogue of Byzantine seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Art Museum of Art. (...)
  • 47 J.-Cl. Cheynet, J.-F. Vannier, Études prosopographiques, Paris 1986 (Byzantina Sorbonensia 5), p. 6 (...)
  • 48 Lavra I, n° 45.

26Les sceaux des militaires fournissent également quelques indices, mais ils sont plus difficiles à utiliser, car les dignités, plus encore que pour les fonctionnaires civils, dépendent de la durée de la carrière, de la faveur rencontrée auprès des empereurs et éventuellement de la parenté impériale. Normalement sous Michel VII, le duc d’un thème est magistre ou proèdre, mais dans les cas exceptionnels, comme celui de Nicéphore Botaneiatès, duc des Anatoliques, le titre de curopalate est accordé, tenant compte à la fois de la longue carrière de Botaneiatès et de l’importance du thème. A partir de Nicéphore III Botaneiatès, la dignité de curopalate se répand pour les grands thèmes, tel Georges Paléologue, duc de Dyrrachion46 ou Philarète Brachamios, duc d’Antioche47. Au début du règne d’Alexis, il n’y a sans doute pas de changements notables : un catépan de ville n’est que proèdre, tel Léon Képhalas à Abydos en 118648. Après 1100, les chefs militaires s’ils appartiennent à la famille impériale sont tous sébastes et les autres, s’ils commandent des thèmes importants, obtiennent les dignités de nobélissime et de protonobélissime.

  • 49 Ce sceau présente une caractéristique peu banale dans la mesure où au revers est frappée une légend (...)

27Anatolie : Michel, curopalate et duc (IFEB 1172)49.

  • 50 Pour la lecture corrigée, cf. W. Seibt, Die byzantinischen Bleisiegel in Österreich. I, Kai-serhof, (...)

28Arméniaques : Léon Iasitès, curopalate et duc50.

  • 51 Ce Tzikandylès est connu par une notice du Par. Gr. 1711 datée de février 6632 (1124). Cette date f (...)
  • 52 A. Dunn, A Handlist of the Byzantine Lead Seals and tokens (and of Western and Islamic seals) in th (...)

29Cibyrrhéotes : Léon Tzikandylès, proèdre et duc51 ; Léon, fils de Skandylès, proèdre et duc52.

  • 53 Gagik était aussi grand comte de l’étable (SBS 3, p. 205). La datation de son sceau est difficile ; (...)

30Lykandos : Kakikios Aniôtès, protoproèdre et grand duc53.

  • 54 Schlumberger, Sigillographie, p. 245, n° 2 ; les deux sceaux sont à l’effigie de saint Michel.

31Optimates : Léon Areianitès, protoproèdre et catépan (DOSeals 3, 71.27), sans doute identique à Léon, protoproèdre et catépan54.

  • 55 Un sceau du même personnage, curopalate et duc de Pélagonia a déjà été publié (ÉO 5, 1901-1902, p.  (...)

32Paphlagonie : Théodore Comnène, duc et curopalate, puis protonobélissime (DO 58.106.4551 et DO 47.1.1097)55.

  • 56 DOSeals 3, 2.39. La datation proposée par les éditeurs est la plus plausible. De plus, il est impro (...)

33Thracésiens : Andronic, protoproèdre et stratège, homme du César Doukas (1081-1088)56.

  • 57 La seule difficulté présentée par cette hypothèse provient du fait que Mavrix était un marin, comme (...)

34Reste enfin le cas de Michel Mavrix, curopalate et duc d’Antioche. La carrière de Mavrix a été reconstituée par W. Seibt (Bleisiegel, n° 58). Mavrix était proèdre et duc des Bucellaires sous Michel VII, il fut donc duc d’Antioche postérieurement. Antioche évoque évidemment la métropole de Syrie et de fait Brachamios fut duc de cette ville avec la dignité de curopalate sous Nicéphore Botaneiatès. La difficulté vient de ce que la liste des ducs d’Antioche est complète pour cette date. Isaac Comnène, rappelé à la fin de 1077 ou au début de 1078, fut remplacé de fait sur place par Vasak, avant que Brachamios, avec l’approbation de Botaneiatès, n’occupât le poste. Il y aurait une infime possibilité pour que Mavrix ait été nommé par Michel VII pour succéder à Isaac Comnène sans avoir pu gagner son poste. On ne peut envisager qu’il ait été nommé par Alexis Comnène, car ce dernier s’accommoda de Brachamios auquel il accorda de nouvelles dignités. Il faut donc prendre en considération une autre Antioche. Deux villes de ce nom, Antioche de Pisidie et Antioche du Méandre semblent assez importantes, notamment la première qui commandait les voies d’invasion vers la vallée du Méandre et vers Attaleia, pour que, lors de la décomposition du système thématique, un commandement ait été centré sur elles. Mavrix se serait opposé aux Turcs au début du règne d’Alexis Comnène57, mais pas avant 1085, fin de la guerre normande pendant laquelle il commandait la flotte byzantine. Une de ces deux villes aurait donc tenu jusqu’à cette date.

  • 58 Nous avons laissé de côté les sceaux de Philarète Brachamios, Basile Apokapès et Gabriel de Mélitèn (...)
  • 59 Plus exactement, le sceau du duc Théodore Gabras nous est bien parvenu, mais il ne comporte aucune (...)
  • 60 Peu de sceaux de ces deux thèmes nous sont parvenus, quelle que soit l’époque considérée.

35De cette courte étude58, il ressort que des fonctionnaires ont continué à exercer dans plusieurs thèmes d’Asie Mineure après 1078. Si les fonctionnaires civils paraissent mieux attestés, cette impression est due au hasard des sources, car les civils ne se maintiennent à leur poste que grâce à la protection des militaires. Particulièrement intéressante est la présence d’un duc d’Anatolie, quoiqu’on ne puisse dire à quelle circonscription précise correspond ce commandement. Son existence implique le maintien de troupes byzantines en Orient. On ne peut tirer de conclusions trop fermes des lacunes qu’on constate : par exemple le thème de Chaldée n’est pas représenté, alors que nous savons qu’il restait en partie sous domination byzantine, encore que le duc Théodore Gabras ait adopté une attitude distante vis-à-vis de Constantinople59. Cependant il n’est pas indifférent de noter l’absence de l’Ibérie, de l’Arménie, des arménika thémata et dans une moindre mesure des thèmes de Sébastè et de Colonée60. Ce fait confirme, par son caractère général qui exclut qu’on puisse incriminer le seul hasard de la conservation des sceaux, que ces territoires ont été perdus plus tôt que les autres thèmes d’Orient.

  • 61 Anne Comnène, Alexiade, II, p. 64-66. Charatikès n’eut même pas le temps de prélever quoi que ce so (...)

36D’autres informations permettent de suivre la progression des Turcs. La Mer Noire est atteinte par l’émir Charatikès vers 1084-1085, lorsqu’il s’empara de Sinope. Cette ville semble avoir joué un rôle dans l’administration de toute la région, car il s’y trouvait un important trésor impérial en or et en numéraire. Sinope aurait fourni une base de repli, si la ville d’Aminsos d’où partait une partie du ravitaillement de la capitale était aux mains des ennemis. Sinope resta turque peu de temps, puisqu’Alexis la reprit vers 1086 par l’intermédiaire d’un émissaire de Malik-Shah et en confia la garde à Constantin Dalassènos61.

  • 62 Chronique de Michel le Syrien, Patriarche jacobite d’Antioche (1166-1199), trad. J.-B. Chabot, Pari (...)
  • 63 On ôte 311 ans pour obtenir l’ère dionysienne.
  • 64 (Michel le Syrien, p. 168) Romain IV régna en 1386, ce qui correspond à l’an 1075 et non 1068 ; (p. (...)
  • 65 Mélikoff, Dânişmendnâmeh, p. 200-202. Les princes arméniens, Atom et Abousahl, qui y résidaient ser (...)

37La date de l’apparition de Danishmend en Anatolie reste inconnue. La seule information précise est donnée par Michel le Syrien qui paraît lier cet événement à l’avance de Soliman vers le duché d’Antioche en 1084-1085 et le date de 139662. En ère séleucide63, employée par cet auteur, cela correspond effectivement à 1085. Cependant les précédentes datations fournies par Michel concernant les Byzantins sont décalées de sept ans par rapport à cette ère, aussi la date de 1078 ne peut être exclue64. En tout cas, la résistance apparemment très dure rencontrée par l’émir turc dans la conquête de Sébastè prouve que les Arméniens, nombreux dans cette ville, ne lui ont pas ouvert la voie. Danishmend fit restaurer la forteresse, y mit des provisions, puis y construisit une mosquée65.

  • 66 Ont été proposées 1084 (M. E. Martin, The Chrysobull of Alexius I Comnenus to the Venetians and the (...)
  • 67 G. L. Tafel, G. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig, (...)
  • 68 Grumel, Regestes, n° 930. Sur Attaleia, voir en dernier lieu, A. Savvides, Άττάλεια 11ος-άρχες 14ου(...)
  • 69 Théophylacte de Bulgarie, p. 519. Il est fait allusion à un métropolite de Sidè auquel Théophylacte (...)
  • 70 L’ « Attaleia incendiée » que cite le géographe Idrisi se rapporte à Sidè, alors en ruines. De plus (...)
  • 71 Anne Commène, Alexiade III, p. 142.

38La côte sud de l’Anatolie était encore entièrement contrôlée par Alexis Comnène lorsqu’il concéda le droit aux Vénitiens de commercer dans des ports nommément désignés à une date qu’on s’accorde à placer, en dépit d’autres propositions66, en 1082. La liste des ports ouverts comprend ceux de Laodicée la Grande, Antioche, Mopsueste, Adana, Tarse, Attaleia, Strobèlos, Chios, Théologos, Phocée67. Il est certain que les cinq premières villes citées appartenaient encore à Philarète Brachamios, sujet de l’Empire, et il n’y a donc pas de raison de douter que les autres villes aient cessé de dépendre de Byzance. Pour Attaleia c’est prouvé, car en 1083/4, l’évêché fut promu au rang de métropole par le patriarche Eustrate Garidas68. Les raisons de cette promotion ne sont pas données, mais une telle faveur est souvent liée à un accroissement démographique de la ville. Si tel était le cas, cette augmentation s’expliquerait non par la prospérité de la cité, mais par l’afflux de réfugiés de la Pamphylie fuyant les raids turcs. Aucun texte ne parlant d’une chute d’Attaleia aux mains des Turcs, pas plus que d’une reprise de la ville par Alexis Comnène, il est possible que la ville soit restée byzantine jusqu’à la réouverture de la route terrestre. Le port était bien défendu et le ravitaillement pouvait venir de Chypre. Une lettre de Théophylacte de Bulgarie, adressée à Jean Attaliatès, protonotaire du duc d’Attaleia, ne contient pas d’élément sûr de datation. Elle peut donc être postérieure au retour de Byzance dans la région69. Ultérieurement, lorsqu’Alexis Comnène mobilisa à nouveau toutes ses forces contre Bohémond en 1106-1107 et rappela probablement une part importante des troupes protégeant l’Asie Mineure, les Turcs en profitèrent pour ravager toutes les régions côtières depuis Smyrne jusqu’à Attaleia dont rien ne dit qu’ils s’en emparèrent70. L’empereur cédant à une requête d’Eumathios Philokalès lui confia le gouvernement de la ville71.

  • 72 A. Pertusi, Ai confini tra religione e politica. La contesa per le reliquie di s. Nicola tra Bari, (...)

39Les reliques de saint Nicolas furent emportées par des marins de Bari, qui justifièrent ce larcin en avançant le danger turc. Des bandes turques rôdaient à « douze stades » de la ville. Plusieurs dates ont été proposées pour le transfert des reliques à Bari entre 1071 et 1090. Celle de 1087 recueille l’assentiment des historiens car elle est corroborée par ce qu’on sait de l’accueil des reliques à Bari72. La côte lycienne n’est donc pas à cette date totalement sous domination turque.

  • 73 Cl. Cahen, Seljukides de Rūm, Byzantins et Francs d’après le Seljuk-nāmeh anonyme, Mélanges Henri G (...)
  • 74 C’est le même objectif que poursuivaient les Seldjoukides de Roum en disputant Mélitène aux Danishm (...)

40A l’intérieur de l’Asie Mineure, le principal événement bien daté est la chute des défenses orientales de l’Empire commandées par Philarète Brachamios : le duché d’Antioche et la Cilicie tombèrent, entraînant nécessairement, quoique Michel le Syrien ne l’explicite pas clairement, le contrôle de toute la grande route militaire séparant Nicée de la Cilicie. C’est à cette occasion qu’a dû tomber la forteresse de Kavala, située au nord d’Ikonion et tenue par le byzantin Makrès73. Si on en croit Michel le Syrien, c’est à la même époque que Danishmend s’empare de Sébaste, sans qu’on sache aux dépens de qui, soit des Turcs alliés aux Seldjoukides de Roum, soit de Gabras qui l’aurait un temps reconquise. Si la première hypothèse était juste, il y aurait une logique militaire à la percée de Soliman vers Antioche. Menacé d’être coupé de ses sources d’approvisionnement en guerriers par Danishmend, un rival, il se serait ouvert une nouvelle route vers l’Orient74. Si c’est la seconde, elle justifie le Dānişmendnāmeh, qui met en valeur la vigueur de la résistance chrétienne.

  • 75 Anne Comnène, Alexiade III, p. 45-46.

41Le sort de Séleucie du Kalykadnos et de Korykos nous est inconnu, mais il ne fut pas nécessairement lié à celui de la Cilicie. Korykos recevait facilement du soutien depuis Chypre. Toutefois, en 1099, lorsqu’Alexis Comnène, désireux de devancer Bohémond, fait réoccuper les citadelles, il les trouve ruinées. Personne ne paraît y être établi, puisque les garnisons byzantines ne rencontrent pas de résistance. La remarque d’Anne Comnène, selon laquelle les deux villes avaient été détruites récemment75, est trop vague pour qu’on puisse affirmer qu’elles avaient été évacuées peu de temps auparavant par les Byzantins, mais c’est une possibilité.

  • 76 Ibid. I, p. 131, III, p. 200-201. Bourtzès tenait un secteur assez important puisque Polybotos et C (...)
  • 77 Tout en rappelant Dabatènos d’Héraclée du Pont et Bourtzès de Chôma, l’empereur leur enjoignit de l (...)

42Nous avons jusqu’ici laissé de côté l’Asie Mineure Occidentale. En dehors de la mention de Bourtzès retranché en Phrygie, à Chôma, mais aussi à Polybotos et Kédréa76, nos renseignements se concentrent sur la Bithynie et l’ancien thème des Thracésiens. En Bithynie, la pression des Turcs installés à Nicée par Mélissènos au tout début de 1081 est forte, mais la proximité de Constantinople oblige les Byzantins à défendre leurs positions. A deux reprises, Alexis Comnène confronté à des défis majeurs en Europe, les invasions normande et petchénègue, n’y répondit qu’après avoir assuré un minimum de sécurité aux abords immédiats de la capitale77.

  • 78 La prise de Cyzique par les Turcs au service de Mélissènos au début de 1081 (Bryennios, p. 301) n’a (...)

43En 1081, il contint les Seldjoukides au nord en conservant Nicomédie et en établissant par un traité de paix comme limite entre leur État et l’Empire le fleuve Drakôn, qui, s’écoulant du sud vers le nord, se jette dans la Propontide. Pour que ce traité ait un sens il faut que l’Empire ait conservé les territoires à l’ouest du fleuve, les Turcs obtenant ce qui était à l’est. La majorité du thème de l’Opsikion et celui de la Mer Egée jusqu’aux Dardanelles restaient donc hors de leur domination. De fait, Kios et Cyzique78 paraissent appartenir normalement à Byzance.

  • 79 Elle prétend (Alexiade II, p. 68) qu’Abul Qasim fut attaqué par Prosouch envoyé par Bar-kyarouk, or (...)

44Après 1086, malgré la mort de Soliman, la situation n’a pas beaucoup évolué, puisqu’Abul Qasim a repris ses raids jusqu’au Bosphore et s’est emparé de Kios où il prépare une flotte. Tatikios envoyé par Alexis reprend la ville, mais ce succès ne découragea pas les Turcs qui s’emparèrent un temps de Nicomédie. A une date qu’il n’est pas facile de déterminer tant la chronologie d’Anne Comnène est confuse79, Alexis réagit vivement, reprit Nicomédie et, profitant de l’affaiblissement d’Abul Qasim menacé par une armée iranienne, construisit là où le golfe de Nicomédie se rétrécit le plus la forteresse de Civetot. Il semble que le traité de 1086 n’ait plus été de mise, puisque l’empereur tient toute la côte sud de la Propontide, en s’appuyant sur Nicomédie et sur une forteresse nouvelle, Civetot, l’une et l’autre garnies de troupes occidentales d’élite (Anglais et Francs). A l’est, Alexis construisit une place-forte à Sidéra sur le lac Baanès. Anne Comnène explique que ces travaux avaient pour objectif de barrer la route aux incursions des Turcs contre Nicomédie, Turcs qui passaient par le pays des Maryandènoi (région de Claudioupolis) et traversaient le Sangarios. Il faut en déduire, si Anne Comnène est fiable, que le thème des Bucellaires n’est pas normalement contrôlé par les Turcs, puisqu’une forteresse construite entre le lac Sophon et la mer suffit à bloquer les Turcs. Cette région avait été soit reconquise, mais Anne Comnène n’aurait pas manqué d’en attribuer le mérite à son père, soit n’était jamais passée sous l’emprise turque. On pourrait s’interroger sur le sort d’Héraclée du Pont que Diabatènos tenait en 1081, mais nous ne disposons pas d’informations pour les années suivantes. Il est possible que cette ville ait aussi échappé aux Turcs, protégée par sa position côtière.

  • 80 Il agit après la mort de Soliman.

45Toute velléité d’expansion turque vers l’ouest à partir du sultanat était aussitôt contrecarrée. Elchanès, un émir turc, avait entrepris de soumettre Cyzique et Apôllonias, sans doute vers 108680. Immédiatement Alexis Comnène envoya armée sur armée jusqu’à ce que Opos reprît les deux villes et ralliât Elchanès, accueilli à bras ouverts par l’empereur. Cette partie de l’Opsikion échappait donc à nouveau aux Turcs venant de l’est, mais elle pouvait être menacée par le sud, avec l’avancée de Tzachas.

  • 81 Sur la biographie de Christodoulos, voir Patmos I, p. 49-55 (résumé des travaux antérieurs d’Éra Vr (...)

46Cet émir, d’abord prisonnier des Byzantins et à leur service, se rendit indépendant à une date inconnue, après 1081 puisque c’était un fidèle de Botaneiatès, mais pas plus tard que 1086, lorsque la mort de Soliman lui donna l’occasion de s’étendre. Les Turcs, ceux de Soliman ou de Tzachas, avaient déjà pris pied dans la région. Christodoulos, higoumène de la laure de Stylos, l’abandonna en 1079, en raison, dit-il, des raids turcs. En fait les dissensions internes à son monastère qui valurent plusieurs procès à Christodoulos constituèrent un motif au moins aussi solide de son départ. Il se réfugia à Strobèlos, puis à Cos avant mars 1080. Il ne faut pas en déduire que les Turcs le talonnaient puisque Strobèlos n’était pas encore tombée en 1082. L’évacuation des moines du Latros ne se fit pas dans la panique, car les livres furent sauvés81.

  • 82 Cf. P. Gautier, Défection et soumission de la Crète sous Alexis Ier Comnène, RÉB 35, 1977, p. 217-2 (...)
  • 83 Cl. Foss, Byzantine and Turkish Sardis, Cambridge/Mass. 1976, p. 71. C’est fort possible, cependant (...)
  • 84 Lors de la reprise de la ville par Jean Doukas, une querelle opposa un Sarrazin et un Smyrniote qui (...)

47La chronologie de l’expansion de Tzachas vers les îles est bien établie82. Dès que l’émir disposa d’une flotte vers 1090, il s’empara de Clazomène et de Phocée, donc jusque là dépendants de l’Empire, confirmant que les ports byzantins échappaient souvent à la conquête par la seule voie terrestre. Selon Cl. Foss, il se serait également emparé de Sardes83. Il se dirigea ensuite vers les îles de Mitylène et de Chios et s’avança vers le nord jusqu’à Atramyttion qu’il pilla et détruisit de fond en comble, au point que la ville était encore en ruine au début du règne de Manuel Comnène. Cette destruction suggère que Tzachas ne souhaitait pas occuper la cité, car ailleurs, comme à Smyrne, il a maintenu la population indigène84. Il semble donc que la région face aux Dardanelles n’ait été atteinte ni par l’est, ni par le sud, ce qui explique que les Turcs n’aient pas songé à franchir le détroit, même lorsqu’ils élaboraient une alliance avec les Petchénègues.

  • 85 H. Grégoire, Recueil des inscriptions grecques chrétiennes d’Asie Mineure I, Paris 1922, n° 2261.
  • 86 Aucune des interprétations proposées n’est satisfaisante : vestarque de Phôcas, vestarque de Jean D (...)
  • 87 Cette date n’est nullement incompatible avec l’identification du tagmatophylax Michel de l’inscript (...)
  • 88 Comme l’a remarqué P. Gautier (Défection, p. 221, n. 22) les ducs des régions importantes portent d (...)

48La fameuse inscription de Didymes mentionnant la restauration de la forteresse de Hiéron par le duc de Crète, « vestarque de Phoukas », Michel Karantènos, et son représentant, le tagmatophylax Michel, est embarrassante85. Sa date n’est pas assurée, pas même l’indiction qui a été lue 2 ou 12, encore que cette dernière semble la bonne. La date de 1094 a été généralement retenue parce qu’elle correspond à une année où les Byzantins auraient été susceptibles de se réimplanter sur la côte après leur succès contre Tzachas et l’agression de Kilidj Arslan contre ce dernier. Celle de 1089 serait acceptable si on voyait dans l’initiative du duc de Crète une mesure pour prévenir l’expansion de Tzachas vers les îles. Toutefois les titulatures font difficulté, l’une par son étrangeté, avec la formule, « vestarque de Phoukas »86, l’autre, celle de protospathaire, peu élevée pour un chef de tagma. La date de 1079, voire celle de 1073/107487 sembleraient plus conformes au niveau des dignités88, mais à cette date l’intervention d’un duc de Crète ne se justifierait pas dans le ressort d’un stratège ou d’un duc des Thracésiens dont la circonscription n’est pas détruite. Il vaut mieux en rester à l’une ou l’autre des deux premières dates proposées, sans doute 1088-1089. Cette inscription témoigne donc de la restauration à une date tardive d’un avant-poste sur la côte égéenne.

  • 89 Anne Comnène, Alexiade III, p. 23 et 26. Il est remarquable qu’une fois vaincus près d’Éphèse, les (...)

49Plus au sud, l’émir Tangripermès dominait Éphèse en 1097/1098, mais n’avait pas encore totalement pacifié la région puisqu’il traitait les chrétiens comme des esclaves et pillait tout le pays, indices qui suggèrent une conquête récente et laissent entendre une longue résistance presque jusqu’au retour des Byzantins89. On voit donc que la pénétration turque en Asie Mineure occidentale fut très lente et sans doute incomplète.

  • 90 Cela correspond à la date du discours de Jean d’Antioche à Alexis Comnène, discours qui constitue u (...)
  • 91 La volonté d’Anne Comnène de valoriser son père, n’entre pas seule en compte ; il faut aussi consid (...)
  • 92 Zônaras écrit tardivement par rapport aux événements, vers 1120 ou 1130, et depuis Constantinople d (...)

50En conclusion, la conquête turque s’est effectuée en plusieurs étapes clairement définies. Sous Michel VII, les Turcs pénètrent profondément en Anatolie, en laissant de côté le système de défense des frontières, mais ne tiennent qu’un petit nombre de villes, Trébizonde dont ils sont chassés, ainsi que sans doute Sébaste, Colonée et Césarée. Il faut donc relativiser le sombre tableau qu’on dresse habituellement de l’Asie Mineure à la chute de Michel VII. Sous Nicéphore Botaneiatès, la révolte de Mélissènos ouvre aux Turcs de nombreuses villes de Phrygie et de Bithynie. A l’avènement d’Alexis Comnène, quoique toute région soit à portée d’un raid turc, les Byzantins occupent toujours d’importantes positions. Le système de défense de la frontière orientale reste encore largement en place, et de plus les Turcs n’ont atteint nulle part la mer, sauf la Propontide. Les Byzantins tiennent tous les territoires côtiers, plus au moins profondément comme en Paphlagonie, dans les Optimates, l’Opsikion, les Thracésiens. A l’intérieur de l’Asie Mineure, la situation est fort confuse, mais des régions, telle celle commandée par Bourtzès, résistent encore. Les années 1084/5 marquent un tournant dans la mesure où les Danishmendides s’enracinent autour de Sébaste et où le Seldjoukide Soliman rompt le verrou oriental. La résistance se concentre dès lors dans la région du Pont où Alexis marque quelques points avec le concours de Théodore Gabras et dans la partie occidentale de l’Asie Mineure, l’Opsikion et les Thracésiens. Sauf en Bithynie, les Turcs finirent par la briser à la veille de la Première Croisade, encore que le point bas du recul byzantin ait été atteint en 109190. Le silence sur cette longue résistance s’explique par l’absence de soutien apporté par l’empereur aux chrétiens d’Anatolie. L’avouer eût été reconnaître l’incapacité d’Alexis Comnène à régler rapidement les problèmes normand et petchénègue. Anne Comnène ne pouvait s’y résoudre91 et Zônaras, plus critique mais très succinct, ne détaille pas les événements d’Orient qu’il expédie en quelques lignes92.

51Cette obstination ne fut pas vaine, car si on considère la carte des régions qui tinrent le plus longtemps face aux Turcs, les régions côtières, le Pont, les Thracésiens, la Bithynie, elle correspond très largement aux territoires que les Byzantins purent reconquérir après la Première Croisade. Une courte présence turque - a fortiori l’absence de toute occupation - n’avait pas marqué la population au point de lui avoir fait oublier son allégeance naturelle à l’Empire.

Notes

1 Les historiens byzantins sont cités dans l’édition de Bonn (Attaleiatès, Zônaras) ou dans la nouvelle série du CFHB (Bryennios, Théophylacte de Bulgarie), Anne Comnène dans l’édition de B. Leib, Paris 19671, les actes des archives de l’Athos d’après la nouvelle édition entreprise par P. Lemerle et ses collaborateurs.

2 Cl. Cahen, La première pénétration turque en Asie Mineure, Byz. 18, 1948, p. 31-32 (cité désormais Première pénétration). Cette vision pessimiste de la situation de l’Empire à l’avènement d’Alexis Comnène est partagée par Sp. Vryonis (The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the process of Islamization from the Eleventh Century through the Fifteenth Century, Berkeley 1971, p. 103-114). J. Laurent (Byzance et les Turcs Seldjoukides dans l’Asie Occidentale jusqu’en 1081, Paris-Nancy 1913, p. 110-111) reprend à son compte les reproches de Michel Attaleiatès à rencontre de Michel VII, mais note à juste titre que les Byzantins détiennent encore de nombreuses forteresses en 1081 et que l’avance turque reste fragile, car elle est assurée par des bandes inorganisées et susceptibles d’être balayées par une armée forte. Cl. Foss (The défense of Asia Minor against the Turcs, The Greek Orthodox Theological Review 27, 1982, p. 145-205) s’est intéressé à l’établissement d’un réseau de forteresses contre les Turcs. Il dresse aussi un tableau assez noir de la situation en 1081 : l’Empire ne contrôle que la côte pontique, quelques forteresses isolées à l’intérieur, comme Chôma, dans l’ouest et le sud les grandes villes fortifiées, Smyrne, Attaleia, et enfin dans le voisinage de Constantinople, seulement Nicomédie.

3 S. Zakkar, The emirate of Aleppo 1004-1094, Beyrouth 1971, p. 186-187.

4 Nicéphore est rappelé au moment de la révolte de Nicéphore Botaneiatès pour des raisons qui nous échappent. Peut-être craignait-on une collusion avec Botaneiatès dont il se montra un des plus farouches partisans. Son rappel ne signifie pas qu’il n’ait pas été relevé et ne marque donc pas nécessairement la fin de l’administration byzantine en Mésopotamie.

5 Le colophon ne précise pas si Marie possédait Tzamandos, mais comme il a été copié en Orient et que cette forteresse était la principale résidence de Marie, l’hypothèse ne paraît pas aventurée. Pour la référence, cf. G. Dédéyan, Les pouvoirs arméniens dans le Proche-Orient méditerranéen (1068-1144), thèse dactylographiée, Paris 1990, p. 268.

6 Ibid., p. 292. En 1104, dans son testament, Tchordvanéli rappelle qu’il a combattu toute sa vie l’ennemi musulman, sur ordre de l’empereur des Grecs.

7 P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle byzantin, Paris 1977, p. 167 et n. 117.

8 I. Mélikoff, La geste de Melik Dānişmend, Paris 1960.

9 Bryennios, p. 147. Les Croisés voient encore la ville complètement en ruine. Les fortifications seront restaurées seulement au milieu du xiie siècle.

10 C’est à Césarée que les troupes du thème de Sébastè rejoignaient l’expédition principale.

11 Attaleiatès, p. 135 ; Zônaras, p. 693.

12 Historiens des Croisades, Hist. Occ. V, p. 295-296 ; mention dans J. Darrouzès, Le mouvement des fondations monastiques au xie siècle, TM 6, 1976, p. 170.

13 Au contraire, en 1073, Andronic Doukas avait bénéficié d’une importante donation de Michel VII, près de Milet, car à cette date, le bénéficiaire n’imaginait pas une avance turque dans cette région.

14 Un follis anonyme attribué à Nicéphore III a été découvert lors des fouilles de Sardes (G. Bates, Archeological Exploration of Sardis, Byzantine Coins, Cambridge/Mass. 1971, p. 138). Un autre follis du même empereur apparaît parmi les quatre seules monnaies d’époque byzantine retrouvées dans les ruines de la forteresse de Yilanli, près de Pyrgion (H. Barnes, M. Whittow, Survey of Medieval Castles of Anatolia (1993), Anatolian Studies 44, 1994, p. 199). D’une manière générale, si la numismatique offre une vue d’ensemble saisissante de la chute de la circulation monétaire en Asie Mineure sous Alexis et Jean Comnène (voir note suivante), elle donne peu d’informations précises, ville par ville, car les fouilles ont été peu nombreuses. A Sardes, on n’a recueilli aucune monnaie entre le règne de Nicéphore III et celui d’Isaac II Ange (1185-1195), alors que la ville était revenue sous l’autorité impériale depuis que Jean Doukas l’avait reconquise en 1097.

15 C. Morrisson, Monnaie et finances dans l’Empire byzantin xe-xive siècle, dans Hommes et richesses dans l’Empire byzantin, viiie -xve siècle, Paris 1991, p. 302-303 (= Monnaies et finances à Byzance : analyses, techniques, Aldershot 1994, IV).

16 Encore ignorons-nous le comportement des Turcs vis-à-vis des évêques qui n’auraient pas fui.

17 Là encore, il faut être prudent, Jean de Sidè est mentionné pour la première fois en décembre 1079, or Jean fut un ministre de Michel VII et on a tout lieu de penser qu’il n’a pas quitté la capitale entre 1071 et 1079.

18 En septembre 1089 (V. Grumel, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople, vol. I, fasc. II-III, Paris 1989, n° 950, texte dans la BZ 28, 1928, p. 61).

19 MM V, p. 1-2. Romain Agallianos, un notaire, se réfère à son père, juge du Velum, anthypatos, patrice, vestès. Cette exception s’explique par une longue carrière, puisque ce juge était en âge d’avoir un fils en activité.

20 E. Vranoussi, Βυζαντινὰ ἕγγραφα τς μονς τς Πάτμου, Α’. Ατοκρατορικά, Athènes 1981, ρ. 338, 339, 340, 345, 346 (cité désormais Patmos I).

21 P. Gautier, La diataxis d’Attaleiatès, RÉB 39, 1981, p. 15. L’éditeur rappelle les différentes étapes de la carrière d’Attaleiatès, devenu magistre en 1079 et proèdre ultérieurement. Rappelons que ces deux dernières dignités lui ont été octroyées par un empereur qu’il soutenait avec ferveur. Il eut donc une fin de carrière favorisée qui l’a placé au-dessus de la moyenne.

22 Cf. W. Seibt, Die Skleroi. Eine prosopographisch-sigillographische Studie (Byzantina Vindobonensia 9), Vienne 1976 (cité désormais Skleroi), p. 94. La très haute dignité de Nicolas Sklèros s’explique par la célébrité de sa famille et par le fait qu’il a sans doute commencé sa carrière sous Monomaque, qui lui était favorable.

23 C’est la première fois que la dignité de protovestarque est attestée.

24 Seibt, Skleroi, p. 100-101.

25 Zépos I, p. 299.

26 Il devint proèdre avant 1104 (Lavra I, n° 56).

27 En 1104, Jean Mélidonès dont la qualité de juge est passée sous silence est devenu proèdre (Iviron II, n° 52). En 1112, s’il s’agit bien du même personnage, ce qui est fort probable, il est honoré de la dignité de protocuropalate (Docheiariou, n° 3).

28 Le même Nicétas Xiphilin était titré provestès en 1082 (Th. Uspensky, Deloproizvodstvo po obvineniju Ioanna Itala ν eresi, IRAIK 2, 1897, p. 42).

29 P. Gautier, Le synode des Blachernes (fin 1094). Étude prosopographique, RÉB 29, 1971, p. 218. Déjà cité avec la même dignité en 1082.

30 Ibid. Euthyme est déjà mentionné comme curopalate en 1086 (PG 127, col. 973A) et en 1095, lorsqu’il fut devenu préteur et recenseur de Boléron, Strymon et Thessalonique (Esphigménou, n° 5).

31 Romain Diogénès mérita cette dignité par ses exploits, comme le reconnut l’empereur et fut donc duc de Bulgarie et vestarque jusqu’en 1067 (Zônaras, p. 684).

32 Le premier protovestès attesté est un militaire, Baltzérès décédé en 1069 (Dernière édition : C. Asdrachas, Ch. Bakirtzès, Inscriptions byzantines de Thrace (viiie-xve siècles). Édition et commentaire historique, ‘Αρχαιολογικòv Δελτίον 35, (1980) 1986, p. 258). Il y a presque toujours un décalage entre le moment où une dignité devient fréquemment octroyée aux militaires et le moment où elle l’est à des fonctionnaires civils.

33 Catalogue of Byzantine seuls at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art. Vol 3, West, Northwest, and Central Asia Minor and the Orient, ed. by J. Nesbitt and N. Oikonomides, Washington 1996 ( = DOSeals 3), 86.25. Les sceaux encore inédits conservés à Dumbarton Oaks sont cités d’après le fichier établi par N. Oikonomidès et J. Nesbitt qui m’ont laissé un libre accès à cette documentation et que je remercie vivement pour leur libéralisme.

34 W. Seibt date le sceau des années 1060, mais nous avons vu que cette dignité ne paraît pas associée à la fonction avant les années 1070.

35 Zacos II : G. Zacos, Byzantine Lead Seals compiled and edited by J. W. Nesbitt. vol. II : noS 1-1089. 100 pl., Berne 1984.

36 DOSeals 3, 86.38.

37 Sceau mentionné dans V. Šandrovskaja, Sfragistika, Ikusstvo Vizantii v sobranijach SSSR - Katalog vystavki, Moscou 1977, vol. II, n° 713. (cité désormais Sfragistika).

38 A. Szemioth, T. Wasilewski, Sceaux byzantins du Musée National de Varsovie, Studia źródloznawcze (Commentationes) 11, 1966, p. 1-38 ; 14, 1969, p. 63-89, n° 47.

39 En 1094, Michel était protocuropalate (Synode des Blachernes, p. 247). Il est attesté successivement comme protospathaire, magistre, proèdre, curopalate. Il put devenir magistre dès le règne de Botaneiatès dont il était partisan.

40 Konstantopoulos, Bυζαντιακὰ μολυβδóβουλλα τοῦ ἐν ‘Aθήνατς ‘Eθντκοῦ Mουσείου, Athènes 1917, n° 155b.

41 Ibid., n° 142a, au motif de la Vierge ; la lecture a été corrigée dans Ch. Stavrakos, Die Byzantinischen Bleisiegel mit Familiennamen aus der Sammlung des numismatischen Muséums Athen, thèse inédite, Vienne 1990, n° 258. L’éditeur date ce sceau du milieu des années 1080. Un autre sceau au nom de Basile Tzirithôn, protovestarque et juge des Cibyrrhéotes, mais portant au droit saint Nicolas et saint Michel est aussi connu (Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art 2, ed. by J. Nesbitt and N. Oikonomides, Washington 1994, 59.7). Ch. Stavrakos le date des années 1060-1070. Il semble plus vraisemblable que ce sceau fut émis sous Michel VII ou plutôt sous Nicéphore III dont le règne voit une accélération des carrières. De toute manière, la bonne attribution des sceaux au nom de Basile Tzirithôn est délicate, entre celui qui était juge de l’Hippodrome en 1045, probablement le nôtre, et celui qui était logariaste du bureau de génikon en 1109, sans compter d’éventuels homonymes encore inconnus.

42 V. Laurent, Les bulles métriques dans la sigillographie byzantine, Athènes 1932, n° 260. On connaît plusieurs étapes de sa carrière par les sceaux, mais faute d’autres sources, on ne peut les dater avec exactitude. La famille est à l’honneur pendant le règne d’Alexis Comnène.

43 Les sceaux inédits de Vienne (MK) sont mentionnés d’après les fiches de V. Laurent. Schlumberger, Sigillographie, p. 282, n° 3, mentionne sans reproduction le sceau de Pierre Gou..., vestes et juge du Lykandos ; il s’agit sans doute du même personnage.

44 Mention dans J.-Cl. Cheynet, C. Morrisson, W. Seibt, Sceaux byzantins de la collection Henri Seyrig, Paris 1991, p. 113.

45 W. De Gray Birch Catalogue of Seals in the British Museum V. Londres 1898, n° 17691. La date proposée (viiie-xe s.) est à rejeter en faveur du dernier quart du xie s. Un autre exemplaire est mentionné dans Sandrovskaja, Sfragistika, n° 712.

46 DOSeals 3, 2.32. Catalogue of Byzantine seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Art Museum of Art. vol. I, Italy, North of the Balkans, North of the Black Sea, ed. by J. Nesbitt and N. Oikonomides, Washington 1991, n° 12.2 (en 1081).

47 J.-Cl. Cheynet, J.-F. Vannier, Études prosopographiques, Paris 1986 (Byzantina Sorbonensia 5), p. 69.

48 Lavra I, n° 45.

49 Ce sceau présente une caractéristique peu banale dans la mesure où au revers est frappée une légende appartenant à un personnage, une sébaste, dont les rapports avec Michel sont obscurs, mais sans doute quasi contemporains, et donc postérieurs à 1078, vu le titre de sébastè.

50 Pour la lecture corrigée, cf. W. Seibt, Die byzantinischen Bleisiegel in Österreich. I, Kai-serhof, Vienne 1978, p. 140, n. 13 (cité désormais Bleisiegel).

51 Ce Tzikandylès est connu par une notice du Par. Gr. 1711 datée de février 6632 (1124). Cette date fait difficulté, car le titre de proèdre pour le responsable d’un thème important paraît désuet à cette date. D’autre part, un Léon Tzikandylès est connu au temps de Jean II, mais en raison de sa parenté impériale, il était sébaste (Theodoros Prodromos, Historische Gedichte, éd. W. Hörander, Vienne 1974. p. 501-502). M. Cacouros a bien voulu vérifier le texte de la notice. Il en résulte qu’aux lignes 14-15 du f. 393v, il est effectivement question du proèdre Léon, mais aux lignes suivantes, 16 à 19, la notice datée de 6632 est rédigée par une autre main, celle du magistre Kalos Tourmarkopoulos (connu également par son sceau : V. Laurent, Documents de sigillographie byzantine. La collection C. Orghidan, Paris 1952, n° 475). Il n’y a donc aucun lien entre le proèdre et la date de 6632. M. Cacouros a également confirmé une observation de R. Browning (Notes on the « scriptor incertus de Leone Arme-nio », Byz. 35, 1965, p. 388-389) que la main de Léon se reconnaît dans celle qui a rédigé trois épigrammes en l’honneur de Romain Diogénès, ce qui constitue un indice de datation. On peut supposer que ces poèmes n’ont pas été composés sous le règne de Michel VII qui avait renversé Romain, mais au plus tôt sous Nicéphore Botaneiatès ou encore sous Alexis Comnène du moins tant que les conjurations de Nicéphore Diogénès n’avaient pas entraîné la suspicion sur ce nom, c’est-à-dire entre 1078 et 1094.

52 A. Dunn, A Handlist of the Byzantine Lead Seals and tokens (and of Western and Islamic seals) in the Barber Institute, Birmingham 1983, p. 8. Il s’agit sans doute du même personnage que le précédent, mais A. Dunn ne donne qu’une transcription provisoire sans reproduction photographique qui ne permet pas de vérification.

53 Gagik était aussi grand comte de l’étable (SBS 3, p. 205). La datation de son sceau est difficile ; sa dignité le placerait à la fin du règne de Michel VII, mais sa qualité d’ancien roi d’Arménie peut lui avoir valu un avancement exceptionnel. W. Seibt date ce sceau des années 1072-1073 (War Gagik II. von Groβarmenien ca. 1072-1073 μέγας δούξ Χαρσιανοῦ ?, Τό Έλληνικόν, Studies in Honor of Speros Vryonis, Jr., II, New York 1993, p. 159-168).

54 Schlumberger, Sigillographie, p. 245, n° 2 ; les deux sceaux sont à l’effigie de saint Michel.

55 Un sceau du même personnage, curopalate et duc de Pélagonia a déjà été publié (ÉO 5, 1901-1902, p. 306). Théodore gouverna donc la Paphlagonie après avoir commandé à Pélagonia. Ce dernier poste a pu lui être octroyé lors du premier conflit avec Bohémond, c’est-à-dire avant 1085. Il paraît en effet peu probable qu’un Comnène, même d’une branche cousine, n’ait pas été sébaste après la réforme de cette dignité vers 1092. Toutefois un doute subsiste.

56 DOSeals 3, 2.39. La datation proposée par les éditeurs est la plus plausible. De plus, il est improbable que la dignité de protoproèdre ait été accordée à un personnage n’appartenant pas à la famille impériale avant 1078.

57 La seule difficulté présentée par cette hypothèse provient du fait que Mavrix était un marin, comme l’attestent ses divers commandements précédents, Chios, Dyrrachion, Bucellaires.

58 Nous avons laissé de côté les sceaux de Philarète Brachamios, Basile Apokapès et Gabriel de Mélitène, qui ont été étudiés par ailleurs et qui prouvent le maintien de relations avec Constantinople.

59 Plus exactement, le sceau du duc Théodore Gabras nous est bien parvenu, mais il ne comporte aucune précision géographique (Schlumberger, Sigillographie, p. 665 et Ébersolt, Sceaux byzantins du musée de Constantinople, RN IV 18, 1914, n° 378.

60 Peu de sceaux de ces deux thèmes nous sont parvenus, quelle que soit l’époque considérée.

61 Anne Comnène, Alexiade, II, p. 64-66. Charatikès n’eut même pas le temps de prélever quoi que ce soit sur le trésor. D’autres villes furent délivrées en même temps que Sinope, mais Anne Comnène ne révèle pas leurs noms. On ignore donc si le territoire libéré rejoignait celui administré par Théodore Gabras.

62 Chronique de Michel le Syrien, Patriarche jacobite d’Antioche (1166-1199), trad. J.-B. Chabot, Paris 1905-1911, p. 173.

63 On ôte 311 ans pour obtenir l’ère dionysienne.

64 (Michel le Syrien, p. 168) Romain IV régna en 1386, ce qui correspond à l’an 1075 et non 1068 ; (p. 172) Michel VII régna en 1389, c’est-à-dire en 1078, en fait ce fut en 1071. Cependant (p. 174), Basile fut élu patriarche en 1385, soit en 1074, ce qui serait la bonne date (V. Grumel, La chronologie, Paris, 1958. p. 449). Cl. Cahen a déjà reconnu le caractère « inextricable » de la chronologie de Michel. La première mention sûre de Danishmend est de 1095. (Première pénétration, p. 46, n. 12).

65 Mélikoff, Dânişmendnâmeh, p. 200-202. Les princes arméniens, Atom et Abousahl, qui y résidaient seraient morts vers 1080.

66 Ont été proposées 1084 (M. E. Martin, The Chrysobull of Alexius I Comnenus to the Venetians and the Early Venetian Quarter in Constantinople, BSl. 39, 1978, p. 19-22) et 1092 (A. Tuilier, La date exacte du chrysobulle d’Alexis Ier Comnène en faveur des Vénitiens et son contexte historique, RSBN, Nouvelle Série 4, 1975, p. 28-38). Cette dernière date doit être rejetée parce que Byzance ne contrôlait plus la plupart des villes d’Asie Mineure dont elle accordait l’ouverture aux Vénitiens. Si on peut encore admettre que l’empereur ne reconnaissait pas officiellement leur perte, ce qui déjà serait inhabituel dans ce contexte de négociations concrètes, il serait invraisemblable que les Vénitiens aient accepté de rendre des services effectifs contre des avantages illusoires.

67 G. L. Tafel, G. M. Thomas, Urkunden zur älteren Handels- und Staatsgeschichte der Republik Venedig, mit besonderer Beziehung auf Byzanz und die Levante I, Vienne 1856, p. 52.

68 Grumel, Regestes, n° 930. Sur Attaleia, voir en dernier lieu, A. Savvides, Άττάλεια 11ος-άρχες 14ου αί. Ή μετάβαση άπό τὴ χριστιανική στὴ μουσουλμανικὴ έξουσία, Βυζαντινòς Αόμος 3, ρ. 121-162, notamment ρ. 123-124. Je ne pense pas que l’empereur ait modifié la hiérarchie ecclésiastique en faveur d’une ville qui ne serait plus en son pouvoir, fait qui serait unique.

69 Théophylacte de Bulgarie, p. 519. Il est fait allusion à un métropolite de Sidè auquel Théophylacte était fort attaché. On pense, comme l’éditeur du texte, à Jean de Sidè, ministre de Michel VII et Nicéphore III, qui survécut au moins jusqu’en 1094/5. Cela n’implique pas que Jean Attaleiôtès ait résidé à Attaleia, mais la référence à un duc de cette ville suppose qu’elle restait sous administration byzantine.

70 L’ « Attaleia incendiée » que cite le géographe Idrisi se rapporte à Sidè, alors en ruines. De plus cet itinéraire décrit une situation antérieure au xiie siècle, avant les conquêtes de Nicéphore Phocas (A. Jaubert, Géographie d’Édrisi, Paris 1836-1840, II, p. 134).

71 Anne Commène, Alexiade III, p. 142.

72 A. Pertusi, Ai confini tra religione e politica. La contesa per le reliquie di s. Nicola tra Bari, Venezia e Genova, Quaderni Medievali 5, 1978, p. 6-58 ( = Saggi veneto-hizantini, Florence 1990, p. 139-186).

73 Cl. Cahen, Seljukides de Rūm, Byzantins et Francs d’après le Seljuk-nāmeh anonyme, Mélanges Henri Grégoire. Annuaire de l’Inst. de Phil. et d’Hist. Orientales et Slaves 11, 1951, t. III, p. 97. Des Makrès contemporains sont attestés par ailleurs.

74 C’est le même objectif que poursuivaient les Seldjoukides de Roum en disputant Mélitène aux Danishmendides.

75 Anne Comnène, Alexiade III, p. 45-46.

76 Ibid. I, p. 131, III, p. 200-201. Bourtzès tenait un secteur assez important puisque Polybotos et Chôma sont assez éloignés (K. Belke, N. Mersich Phrygien und Pisidien [TIB 7], Vienne 1990, p. 222, 297, 363).

77 Tout en rappelant Dabatènos d’Héraclée du Pont et Bourtzès de Chôma, l’empereur leur enjoignit de laisser !e nombre de soldats exigés par la défense de leurs provinces (Anne Comnène Alexiade I, p. 131). L’exécution de cet ordre suppose que la route entre Chôma et la mer, le long du Méandre, ait été praticable.

78 La prise de Cyzique par les Turcs au service de Mélissènos au début de 1081 (Bryennios, p. 301) n’a pas entraîné d’occupation durable de la ville. Elle est byzantine lorsqu’elle est attaquée par Elchanès (cf. infra).

79 Elle prétend (Alexiade II, p. 68) qu’Abul Qasim fut attaqué par Prosouch envoyé par Bar-kyarouk, or Abul Qasim fut étranglé sur ordre de Malik Shah, prédécesseur du dit Barkyarouk. Sur Nicomédie, voir en dernier lieu Cl. Foss, Nicomedia and Constantinople, Constantinople and its Hinterland, ed. by C. Mango, G. Dagron, Aldershot 1995, p. 181-190.

80 Il agit après la mort de Soliman.

81 Sur la biographie de Christodoulos, voir Patmos I, p. 49-55 (résumé des travaux antérieurs d’Éra Vranoussi).

82 Cf. P. Gautier, Défection et soumission de la Crète sous Alexis Ier Comnène, RÉB 35, 1977, p. 217-219 (cité désormais Défection).

83 Cl. Foss, Byzantine and Turkish Sardis, Cambridge/Mass. 1976, p. 71. C’est fort possible, cependant aucun texte ne soutient cette hypothèse.

84 Lors de la reprise de la ville par Jean Doukas, une querelle opposa un Sarrazin et un Smyrniote qui reprochait au premier de lui avoir volé cinq cents statères d’or. Le vol a pu avoir lieu au cours du pillage de la ville quand elle fut prise (Anne Comnène, Alexiade III, p. 25).

85 H. Grégoire, Recueil des inscriptions grecques chrétiennes d’Asie Mineure I, Paris 1922, n° 2261.

86 Aucune des interprétations proposées n’est satisfaisante : vestarque de Phôcas, vestarque de Jean Doukas, vestarque du despote aimé du Christ, car une dignité ne peut être précisée par un anthroponyme ou par un toponyme - à l’exception de la formule magistre d’Antioche. On serait tenté de lire, Michel Phoukas, vestarque, d’autant plus que le nom de Phocas est attesté en Crète au xiie siècle, mais cette hypothèse laisse ce Michel sans fonction et Karantènos sans dignité, ni prénom. Pour la dernière mise au point, voir D. Tsougarakis, Byzantine Crete. From the 5th Century to the Venetian Conquest, Athènes 1988, p. 182-185.

87 Cette date n’est nullement incompatible avec l’identification du tagmatophylax Michel de l’inscription avec son homonyme cité par une novelle de 1082 (Zépos I, p. 298).

88 Comme l’a remarqué P. Gautier (Défection, p. 221, n. 22) les ducs des régions importantes portent des dignités supérieures à celle de vestarque.

89 Anne Comnène, Alexiade III, p. 23 et 26. Il est remarquable qu’une fois vaincus près d’Éphèse, les Turcs n’aient plus de points d’appui avant Polybotos.

90 Cela correspond à la date du discours de Jean d’Antioche à Alexis Comnène, discours qui constitue un véritable réquisitoire contre la politique impériale qui a réduit l’Empire aux dimensions de la Ville (P. Gautier, Diatribes de Jean l’Oxyte contre Alexis Ier Comnène, RÉB 28, 1970, p. 27. Pour la date du discours, voir p. 9-15).

91 La volonté d’Anne Comnène de valoriser son père, n’entre pas seule en compte ; il faut aussi considérer qu’elle écrit plus d’un demi-siècle après les événements et qu’un de ses principaux informateurs, Georges Paléologue, ne semble pas avoir combattu en Orient après la malheureuse tentative de reprendre Nicée sous Botaneiatès.

92 Zônaras écrit tardivement par rapport aux événements, vers 1120 ou 1130, et depuis Constantinople dont les habitants avaient été peu informés sur les modalités du recul byzantin en Asie Mineure.

Auteur

Université de Paris IV

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540