Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Fortune des sénateurs de Constantinople du ive au début du viie siècle

Alexandra Čekalova

Texte intégral

1La correspondance naturelle existant entre richesse et situation élevée, évidente dans toute société, l'a été, il va de soi, en ce qui concerne l'aristocratie sénatoriale de Constantinople. On peut dire, en effet, que cette noblesse fut la couche sociale la plus riche de la haute époque byzantine, et ceci, que les biens matériels de ses représentants, quantifiés individuellement, soient égaux ou inférieurs à ceux des représentants des autres couches de la population.

  • 1 A. H. M. Jones, The Later Roman Empire, 284-602. A Social, Economic and Administrative Survey, Oxf (...)

2Cependant, les fortunes respectives des différents sénateurs furent très inégales. Un profond abîme exista entre les sénateurs les plus riches et les représentants les plus pauvres de cette couche sociale. Mais que sous-entendons-nous par « les sénateurs les plus riches » ? Dans la littérature scientifique, il est admis que la fortune des sénateurs de Constantinople fut bien inférieure à celle de l'ancienne aristocratie romaine. Selon l'idée émise par A. H. M. Jones, les revenus du sénateur le plus aisé de Constantinople étaient égaux à ceux d'un sénateur moyen romain1.

  • 2 Procope, De Bello gothico, III, 1, 20-21.

3Par ailleurs, des témoignages des sources écrites et des données des fouilles archéologiques, on peut conclure qu'à Constantinople il ne manquait pas de sénateurs riches selon le standard romain. L'historien Procope de Césarée, par exemple, en décrivant la puissance du grand stratège militaire Bélisaire, a fait remarquer la stupéfaction et les exclamations des doyens romains devant le fait que la seule maison d'un tel personnage eût pu détruire la force de Théodoric. Il est vrai « qu'uniquement sur ses propres revenus, il assurait habituellement l'équipement de 7 000 cavaliers, sans qu'aucun d'eux ait mauvais aspect et chacun pouvant prétendre se trouver aux premières lignes durant la bataille contre l'ennemi le plus redoutable2 ».

  • 3 Liber Pontificalis, éd. L. Duchesne, Paris 1886, t. 1, p. 306 ; Grégoire de Tours, V, 13.
  • 4 Liber Pontificalis, p. 306.

4Également miraculeux, d'après les affirmations de ses contemporains occidentaux, furent les biens du praepositus sacri cubiculi Narsès qui, se dirigeant vers Constantinople après la guerre contre les Goths, « emporta avec lui toutes les richesses de l'Italie3 ». On prétendit d'ailleurs qu'après son décès d'incalculables trésors furent retrouvés dans son palais4.

  • 5 La patricienne Juliana Anicia, épouse d'Aérobinde, consul de 506, appartenait d'un côté à la très (...)
  • 6 M. Harrison, A Temple for Byzantium. The Discovery and Excavation of Anicia Juliana's Palace-Churc (...)

5On peut également citer la patricienne Juliana Anicia5 qui fit ériger dans son quartier une cathédrale à la gloire de saint Polyeuktos, qui fut, pendant dix ans, considérée comme la plus grandiose et somptueuse construction religieuse de Constantinople (c'est-à-dire jusqu'à l'érection de la célèbre cathédrale Sainte-Sophie6).

  • 7 Voir G. Dagron, Naissance d'une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris 1 (...)
  • 8 Voir en détail mon article : Pretura : Osnova komplektovanija senata Konstantinopolja ili nalogovo (...)
  • 9 Selon les lois de Marcien (450-457) et Zénon (474-491), le consulat à Byzance revenait à 100 livre (...)

6Bien que nous disposions d'autres exemples de grosses fortunes en Orient, on ne peut pas dire que la plupart des sénateurs furent vraiment riches. Au contraire, le nombre de familles riches à Constantinople fut extrêmement limité. Ceci explique, selon toute vraisemblance, la disparition des jeux à Constantinople, pour lesquels les dépenses, d'après les calculs de G. Dagron, étaient pourtant 100 fois moins élevées qu'à Rome7, ainsi que celle de la préture elle-même, considérée par les sénateurs non comme un honneur, mais comme une lourde charge fiscale8. Les mêmes motifs ont, semble-t-il, suscité la disparition du consulat9.

  • 10 Voir par exemple : Procope, Historia arcana, XV, 25. Le chroniqueur Jean Malalas a laissé à la pos (...)
  • 11 Justinien, Édits, VII et IX. Voir également A. A. Čekalova, Konstantinopol'skie argiropraty ν epoh (...)

7Par ailleurs, il est très souvent mentionné dans les sources écrites qu'un sénateur pouvait être si pauvre qu'il n'était même pas en mesure de payer ses dettes10. À ce propos, les sources législatives nous révèlent qu'à Constantinople les dettes de sénateurs étaient chose courante11.

  • 12 Hiérios, dont le testament est évoqué par la novelle, était vraisemblablement identique au patrici (...)

8Il est cependant évident qu'il serait extrêmement intéressant, et même primordial pour mes recherches, de réunir la totalité des informations permettant de se faire une idée du montant exact de la fortune d'un sénateur moyen. Fort heureusement, parmi le très grand nombre de lois promulguées par l'empereur Justinien, il s'en trouve une qui décrit en détail la fortune d'un tel aristocrate. Je pense ici à la Novelle 159, dans laquelle est détaillé le contenu du testament du συγκλητικός Hiérios12.

  • 13 Comparer avec les proasteia du début du vie s. appartenant au consul Dexikrates (503) et au tout-p (...)
  • 14 La description du proasteion τἁ Κωπάρια est très proche de celle faite de la région de Sykes menti (...)
  • 15 Nov. 159, Praef.
  • 16 Vita Sanctae Olympiadis, An. Boll. 15, 1986, p. 415-416.

9D'après les indications données par cette Novelle, cet aristocrate possédait deux maisons (l'une à Constantinople, l'autre à Antioche), ainsi que 5 proasteia, dont une partie était située près de la capitale13, et l'autre partie à l'intérieur des murs de la ville. Cette Novelle nous permet de nous représenter un proasteion au vie s., car elle nous fournit la description du proasteion nommé τά Κωπάρια. Celui-ci était situé dans la ΧΙIIe région de la ville de Constantinople, plus précisément dans les faubourgs de la ville, à Sykes, sur l'autre rive du golfe de la Corne d'Or. C'est ici que se trouvaient les prétoires (qui, semble-t-il, faisaient office de chancellerie), les bâtiments, les boutiques-ateliers, le bain, l'hippodrome, la citerne, les escaliers (conduisant au golfe) et enfin les jardins14. Une partie des bâtiments et des jardins se trouvait à l'intérieur des murs de Sykes et l'autre partie à l'extérieur. Un détail, cependant majeur, peut être ajouté ici : les bâtiments, les boutiques-ateliers et les jardins étaient loués par le propriétaire15. On sait par d'autres sources que la résidence des aristocrates à Constantinople occupait habituellement un grand espace, souvent tout un quartier de la ville, comprenant les bâtiments et ateliers destinés à la location16.

  • 17 Nov. 43, 59.
  • 18 CJ IV, 32, 26, N 1.
  • 19 Nov. 43, Cap. 1.

10À ce propos, les Novelles de Justinien parlent des ateliers de la noblesse comme d'un phénomène courant17. Il est peu probable que les sénateurs aient pratiqué en personne un métier ou des affaires de commerce. En témoignent les pourcentages limités qu'ils recevaient lors des opérations financières18. Il est bien plus probable qu'ils louaient les boutiques-ateliers ou les bâtiments destinés à ceux-ci. Cette information est d'ailleurs mentionnée dans la Novelle 43 de Justinien19.

  • 20 Tout en ne s'opposant pas totalement à un tel contexte de cette Novelle, M. Kaplan avance en même (...)

11La location d'une partie de leur propriété constituait donc une source de revenus courante pour les sénateurs de Constantinople. On peut ainsi se rendre compte que la fortune de Hiérios était de type urbain, basée sur l'économie de la ville et de ses faubourgs20.

  • 21 Vita Sanctae Olympiadis (cité supra n. 16), p. 415-416. Pour d'autres exemples, voir Dagron. Const (...)

12Parmi les sénateurs, certains possédaient des domaines agricoles au sens propre du terme. La Vie d'Olympias, petite-fille d'Ablabios, senator prior à Constantinople à l'époque de Constantin le Grand, nous révèle qu'elle possédait des propriétés terriennes en Thrace, Galatie, Cappadoce Première et Bithynie21.

  • 22 CTh XI, 24, 4-6. Cf. Kaplan, Les hommes... (cité supra n. 20), p. 170-171.

13Il découle également des sources législatives que les hommes d'État de rang sénatorial cherchaient à acquérir des domaines ruraux par le biais du patronage. Un intérêt tout particulier est porté à ce sujet par la loi d'Arcadios et d'Honorios promulguée à Constantinople le 10 mars 399. Celle-ci énumère les différentes catégories de hauts fonctionnaires et de militaires ayant, à l'égard de paysans, le rôle de patrons. Ce sont les magistri militum, comites, proconsules, vicarii, augustales (c'est-à-dire les préfets d'Égypte), etc.22

  • 23 Voir CTh XI, 24, 1, 3.
  • 24 CTh XI, 24, 2, 4-6.

14Deux lois sur six sur le patronage se rapportent à l'Égypte23, à laquelle les législateurs semblaient porter une attention toute particulière. Parallèlement, quatre autres lois sont adressées au préfet du prétoire d'Orient24, sous-entendant ici le territoire de la préfecture d'Orient. Car il est très probable qu'à partir du moment où le préfet du prétoire d'Orient était chef de l'administration civile de l'empire, ces lois s'appliquaient à la totalité du territoire.

  • 25 Libanius, De patrociniis, 3.
  • 26 Ibid.

15En effet, il apparaît dans les œuvres de Libanios que le patronage était un phénomène répandu dans sa Syrie natale. Dans son fameux discours De patrociniis, le rhéteur accuse les autorités supérieures (τοὺς τῶν ὄλων ἄρχοντας δυνάμεων)25 et leurs subalternes (τοὺς ὑπò τούτοις μερῶν)26 d'avoir pu établir un tel système de patronage sur les paysans. Dans le paragraphe 7 de ce même discours, Libanios s'exprime plus clairement en nommant les personnes recourant à l'utilisation du patronage στρατηγοί. Il apparaît donc que le rhéteur a en vue soit les magistri militum per Orientem soit les duces. Autrement dit, le discours de Libanios mentionne les fonctionnaires déjà nommés dans la loi d'Arcadios et d'Honorios citée ci-dessus.

  • 27 Ibid., 4, 11.

16On peut s'arrêter plus longuement sur le discours De patrociniis car, dans celui-ci, Libanios donne de plus amples détails sur la forme de patronage dominant en Syrie au ive s. Selon Libanios, c'étaient les villages peuplés de paysans libres ainsi que ceux appartenant à un quelconque propriétaire foncier qui recouraient au patronage27. Quant aux propriétaires fonciers, le rhéteur, en fonction de ses sympathies sociales, avait, semble-t-il, plus particulièrement en vue les curiales.

  • 28 Ibid., 7-10.
  • 29 Ibid., 11.

17Les paysans libres, selon Libanios, recouraient au patronage de personnages influents afin d'éviter le paiement des impôts dont le prélèvement était effectué à cette époque par les curiales28. Dans le second cas, les paysans se servaient du patronage au détriment de leurs patrons29, c'est-à-dire, comme déjà mentionné, au détriment des curiales.

  • 30 Ibid., 4.
  • 31 Ibid., 8.

18Pour être patronnés les paysans payaient aux hauts fonctionnaires militaires un tribut en or ou en produits agricoles (froment, orge, fruits), tandis que ceux-ci à leur tour logeaient dans leurs murs les soldats chargés de la défense des paysans30. Ainsi, lorsque les percepteurs se rendaient dans les villages pour la collecte des impôts, les paysans, aidés par les soldats, les expulsaient par la force et les renvoyaient en ville « ayant reçu à la place du tribut attendu, coups et blessures dont témoignaient leurs chlamydes ensanglantées »31.

  • 32 Ibid., 12-16.

19Par ailleurs, si le percepteur ou le propriétaire foncier, dont les paysans avaient recouru au patronage d'une haute personnalité, cherchaient l'appui de la justice, le stratège, dont les soldats devaient répondre de leurs actes, examinait l'affaire dans son propre tribunal. En règle générale, le verdict était rendu en faveur des paysans. L'influence du personnage « recevant le tribut » était décisive pour l'issue de l'affaire, et le verdict était tel que le voulaient « le casque et le bouclier »32.

  • 33 Voir J.-M. Carrié, Patronage et propriété militaire au ive siècle. Objet rhétorique et objet réel (...)
  • 34 J.-M. Carrié, selon moi, distingue très justement deux formes de patronage au ive s. 1) le patrona (...)

20Sans discuter ici dans quelle mesure le discours de Libanios reflétait la réalité ou était une exagération rhétorique33, on peut signaler un détail primordial, à savoir q'une partie du discours témoigne sans équivoque que le patronage au ive s. ne signifiait pas obligatoirement possession de la terre, mais comprenait d'autres formes de contrats entre les patrons et les personnes patronnées, particulièrement les tributs en argent ou en nature34.

  • 35 CJ XI, 54, 1.
  • 36 CJ XI, 54, 2.

21On peut tirer la même conclusion en se fondant sur la loi, dont l'auteur et la date sont inconnus, mais qui fut promulguée à partir de 468, quelque temps semble-t-il après celle de l'empereur Léon 1er (457-474), avec laquelle elle est citée dans le XIe livre du Code de Justinien. Si le rescrit de Léon considère le patronage d'un grand seigneur précisément comme l'acquisition de la propriété terrienne d'autrui35, la loi l'accompagnant considère le patronage légèrement différemment. On peut citer le début de cette loi : « Que personne ne promette le patronage aux villageois et ne les attire en leur faisant donner leur parole que leurs protecteurs en tireront un bénéfice ou profit quelconque » (Μηδεὶς κωμή-ταις προστασίαν ύπισχνείσθω μηδἑ δεχέσθω γεωργοὑς έπὶ τούτω ύπόσχεσιν προσόδων ἢ ἔτερον κέρδος λαμβάνων)36.

  • 37 Voir par exemple Nov. Just., 30, Cap. 9 ; Nov. 17, Cap. 13 ; Nov., 33 ; Kaplan, Les hommes..., p. (...)

22Ainsi, les patrons cités dans cette loi appartiennent au même type de seigneurs stratèges-bénéficiaires du tribut, que ceux décrits par Libanios dans son discours De patrociniis. Autrement dit, des sources dont nous disposons, on peut conclure que le patronage à la haute époque byzantine signifiait non seulement le droit à la possession de la terre, mais également celui de compensation financière ou autre pour le patron ayant protégé les paysans contre les percepteurs des impôts ou leurs anciens propriétaires. Il paraît évident que le patron pouvait, sous un prétexte quelconque, rentrer en possession de la terre du paysan patronné, tandis qu'on peut remarquer que, malgré tout, les divers services, financiers ou autres, furent appliqués jusqu'à la fin de la haute époque byzantine37.

  • 38 Procope, Historia arcana, XII, 12.
  • 39 Ibid., XII, 10, 12.
  • 40 Ibid., XI, 41 ; XII, 30 ; XVI, 10, etc.

23Malgré le fait que la propriété terrienne (τῶν χωρίων) dont disposaient les sénateurs soit mentionnée par Procope de Césarée38, ceci est plutôt exceptionnel. En principe, l'historien utilisait le terme neutre (ούσία)39 , mais le plus souvent le mot χρήματα40, qui ne désignait pas dans ce cas l'argent au sens propre du terme, mais les biens mobiliers en général.

  • 41 Plusieurs de ces 500 sénateurs peuvent être identiques aux personnes mentionnées par les sources é (...)

24On peut se référer ici aux données prosopographiques. Sur 2 742 sénateurs connus aux ve-vie s., en tenant compte des 500 noms qui nous sont parvenus grâce à leurs sceaux41, nous disposons d'informations concernant les biens de 262 sénateurs dont 32 femmes. Ce chiffre n'est pas élevé, mais il représente un matériel important que l'on peut comparer aux données des documents législatifs et des autres sources dont nous disposons.

  • 42 J. Gascou, Les grands domaines, la cité et l'État en Egypte byzantine (Recherches d'histoire agrai (...)

25Sur ces 262 sénateurs, il semble que seuls 69 aient été de véritables propriétaires terriens. Il faut remarquer que sur ces 69 sénateurs-propriétaires fonciers, 63 étaient d'origine égyptienne, l'Égypte ne pouvant en aucune manière être considérée comme une province typique de la haute époque byzantine. Mais même en parlant de l'Égypte, il faut préciser ici les conclusions qui avaient prévalu dans l'ancienne historiographie. Dans sa recherche consacrée aux grandes fortunes privées, J. Gascou a démontré de façon très convaincante que les grandes maisons égyptiennes furent « des institutions de droit public, économiquement fondées sur la perception et la prise en compte d'une “rente-impôt” identique au vectigal levé sur les domaines de l'État, procurée par des agents réputés accomplir ... un service public liturgique42 ».

  • 43 Procope, Historia arcana, XIV, 19.
  • 44 Malalas, Chronographia, Bonn, p. 490.

26Sur les six autres personnes, une seule appartenait sans aucun doute au nombre des grands propriétaires fonciers. C'est justement ce référendaire Léon, dont Procope de Césarée a dit qu'il « χώρας ... πολλῆς κύριος γέγονε43 ». Dans les cinq autres cas, nous pouvons seulement faire des suppositions. Par exemple, en parlant de l'intrusion des Huns et des Slaves en Thrace en 559, Jean Malalas dit qu'ils « τòν δἑ υίòν Βάκχου Σέργιον τòν στρατηλάτην...έπραίδευσαν44 ».

  • 45 G. Tchalenko, Les villages antiques de Syrie du Nord, t. 1, Paris 1963, p. 114-116 ; Dagron, Const (...)

27Il faut noter également que les domaines des prétendument grands propriétaires de la haute époque byzantine n'étaient pas d'un seul tenant comme les propriétés latifundiaires des magnats romains, mais étaient dispersés et constitués de quelques lots, parfois insignifiants45. De temps à autre, d'éminentes personnalités possédaient quelques lopins de terre dans l'une ou l'autre commune. Il est d'ailleurs certain que leur influence sur le bon déroulement des événements dans ladite commune, en particulier en ce qui concernait le calcul de la répartition des impôts que la collectivité devait payer, était extrêmement grande.

  • 46 Procope, De Belle persico, I, 25, 21, 23 ; De Bello gothico, III, 35, 4.

28Mais revenons ici à l'un des sénateurs parmi les plus riches de Constantinople, le général Bélisaire. De nouveau, ses proasteia (Rufinanes, Panteichion) sont mentionnés46, comme dans le cas du sénateur Hiérios, mais aucune grande propriété terrienne n'est citée dans les sources.

  • 47 ID., Historia arcana, XI, 41.
  • 48 ID., De Bello persico, I, 24, 58.

29Au contraire, seuls les biens mobiliers, c'est-à-dire l'or, l'argent, les objets précieux, etc., sont parfaitement définis par les sources. Procope de Césarée, en parlant précisément de la fortune des sénateurs, utilise le terme χρήματα. J'aimerais ne citer ici que deux exemples. Dans son Histoire secrète, il écrit : « ὅπως δὲ καἰ τοὺς έκ βουλῆς άφαιρεĩσθαι τὰ χρήματα ξύμπαντα ἵσχυσαν, αύτἱκα δηλώσω47. » Dans La guerre perse, l'historien termine la description de l'insurrection Nika de la façon suivante : « "Επειτα μέντοι τοĩς τε ἅλλοις ἅπασι καἰ τοĩς Ύπατἰου καἰ Πομπηίου παισἰ τά τε ἀξιώματα, οἵς πρότερον έχρώντο, άπέδωκε καἰ τῶν χρημάτων ὅσοις τῶν ὲπιτηδείων τινάς ούκ ἕτυχε δωρησάμε-νος48. »

  • 49 Vita Sanctae Olympiadis, p. 413.
  • 50 Procope, Historia arcana, IV, 17.

30On peut attirer l'attention sur le fait que l'auteur de la Vie d'Olympias, en décrivant sa fortune, commence par l'énumération des biens en or et en argent49. Quant à Bélisaire, nous savons également qu'il possédait beaucoup d'or, caché dans les régions orientales de l'empire50. De nombreux exemples semblables sont connus à ce jour.

  • 51 Dans ce sens, on peut signaler la Vie d'Eulogios, où est décrit un ermite de Thébaïde qui a trouvé (...)

31Probablement ce phénomène, sans aucun doute singulier au premier abord, ne suscitera-t-il pas l'étonnement si nous nous rappelons deux facteurs capitaux. Le premier est que la principale partie des revenus des sénateurs de Constantinople était le salaire qu'ils recevaient du Trésor pour l'accomplissement de leur fonctions. Le second facteur est que la haute aristocratie dépendait en tout, y compris pour les questions de propriété, de l'empereur qui pouvait confisquer les biens-fonds de la noblesse et ne s'en privait nullement, à tout moment lui convenant. Il est certain que, dans cette situation, l'or était un bien plus sûr, car plus facilement dissimulable. C'est pourquoi la littérature byzantine accorde une si grande place à la dissimulation et à la recherche de trésors ainsi qu'aux fréquentes pertes et dépenses inutiles51.

  • 52 Gascou, Les grands domaines... (cité supra n. 42), p. 60.
  • 53 Kaplan, Les hommes..., p. 137-139.
  • 54 Sur l'hypothèse de M. Kaplan concernant οίκος, οίκοι, οἰκία des sénateurs de Constantinople, voir (...)

32Pour avoir une idée globale des biens matériels des sénateurs de Constantinople, j'aimerais attirer l'attention des spécialistes sur le tableau « Fortune des sénateurs de Constantinople au vie siècle ». Ici sont représentés les biens matériels de 83 sénateurs au vie s., sur lesquels des renseignements précieux ont été conservés dans les sources. N'y sont pas incluses les données concernant 55 propriétaires fonciers égyptiens, premièrement parce que l'Égypte n'a pas été une province très typique de l'empire, et deuxièmement pour éviter toute confusion dans la terminologie. Le fait est que le terme οίκος signifie pour l'Égypte52 (ainsi que dans de nombreux cas concernant les biens matériels de l'Empereur, de l'État et de l'Église)53 un vaste complexe économique comprenant les biens de diverses sortes, y compris la propriété foncière. Tandis que pour la noblesse de Constantinople, ce terme avait une signification urbaine et, dans le meilleur des cas, signifiait, outre la résidence principale, le quartier de la ville54.

Fortune des sénateurs de Constantinople au vie siècle

Fortune des sénateurs de Constantinople au vie siècle

33On peut tirer quelques conclusions. Sur 83 sénateurs de Constantinople dont les biens sont cités dans les sources, seuls 6 possédaient des propriétés terriennes ; 41 d'entre eux possédaient soit une, soit plusieurs maisons (il est préférable de dire quartiers urbains) ; 16 possédaient des proasteia ; 31 avaient χρήματα (ce qui signifiait très vraisemblablement non seulement l'argent, mais les biens mobiliers en général) et χρυσίον. Dans 15 cas les possessions des sénateurs sont nommées « fortune » (parfois considérable). Dans 12 cas on a utilisé un terme plus neutre, « propriété ».

  • 55 Kaplan, Les propriétés de la Couronne et de l'Église dans l'Empire byzantin (ve-vie siècles), Pari (...)

34En principe, les données - prosopographiques et autres (y compris la Novelle 159 de Justinien) - permettent de tirer la conclusion que l'aristocratie sénatoriale de Constantinople était plus urbaine que terrienne. Les mêmes données permettent de conclure que la plus grande partie des terres à la haute époque byzantine, et ceci de plus en plus avec le temps, furent concentrées dans les mains de l'Empereur, de l'État et de l'Église55.

  • 56 Bien que, comme l'a démontré la recherche de D. Feissel (D. Feissel, Magnus, Megas et curateurs de (...)

35Les fonctionnaires gérant ces terres furent les plus hauts dignitaires de l'empire. En témoigne la croissance du rôle spécifique des possessions terriennes de l'État et de l'Empereur dans l'économie de l'empire et les revenus du Trésor. Il est caractéristique, par exemple, que si au ive-ve s. le préfet de la ville de Constantinople était également chef du Sénat, dans la deuxième moitié du vie s. il était habituellement le curateur des biens de l'empereur56.

  • 57 Voir l'édition de la Novelle par M. Kaplan : Novelle de Tibère II sur les « Maisons divines », TM (...)
  • 58 Saradi, On the « Archontike »... (cité supra n. 37), p. 69-117.
  • 59 Cf. Dagron, Constantinople..., p. 181, où l'auteur parle d'une victoire de la force sur le droit.

36Comme il apparaît dans les sources législatives, le curateur des biens de l'empereur, le gouverneur des domaines de l'empereur, le détenteur des possessions de l'empereur, qui étaient communément les personnalités les plus puissantes de l'empire, cherchaient à acquérir par tous les moyens existants les biens immobiliers et mobiliers de l'Empereur et de l'État. De tout ceci on peut conclure, comme en témoigne la Novelle de l'empereur Tibère II57, qu'a surgi et existé un conflit profond, bien que peu clair, entre les fonctionnaires supérieurs et l'empereur58. Les potentissimi ont cherché à devenir les vrais propriétaires des biens dont ils disposaient, ce à quoi a contribué la corruption croissante de l'appareil bureaucratique central et local, ainsi que l'arbitraire qui régnait parfois en province. Car, malgré la législation minutieusement élaborée ainsi que la codification du droit romain pendant cette période, considérer l'empire de la haute époque byzantine comme un État strictement réglementé serait, à mon avis, une profonde erreur. Très fréquemment, la force et la puissance étaient aussi importantes que la loi59.

  • 60 Voir par exemple Procope, Historia arcana, XII, 1-17, etc.
  • 61 Noν. 105, 2, 4.
  • 62 En tout cas dans sa législation, Justinien partait de l'idée que les intérêts de l'État et de l'in (...)
  • 63 Voir supra n. 10.

37L'empereur lui-même, s'appuyant sur la loi, mais plus encore sur la force et le pouvoir, s'ingéniait non seulement à reprendre tout bien acquis illégitimement, mais confisquait également les biens reçus par les dignitaires en don de sa part ou de celle de ses prédécesseurs, acquis par héritage ou de toute autre façon. Procope de Césarée, dans son Histoire secrète, critique très souvent l'empereur Justinien pour s'être approprié les biens des sénateurs60. La cause de tout ceci semble être non pas l'âpreté au gain de l'empereur, mais sa certitude d'être νόμος ἕμψυχος61, ainsi que le propriétaire suprême de l'État62. Selon lui, les biens dont il avait fait don devaient, avec le temps, lui revenir comme à la personnification même de l'État. Il est très vraisemblable que c'est guidé par ce principe qu'il accepta le testament d'Eulalios63, comme mentionné antérieurement, et qu'il y eut dans cet acte plus de logique que de ce merveilleux altruisme qu'y a vu le chroniqueur.

Notes

1 A. H. M. Jones, The Later Roman Empire, 284-602. A Social, Economic and Administrative Survey, Oxford 1964, p. 555.

2 Procope, De Bello gothico, III, 1, 20-21.

3 Liber Pontificalis, éd. L. Duchesne, Paris 1886, t. 1, p. 306 ; Grégoire de Tours, V, 13.

4 Liber Pontificalis, p. 306.

5 La patricienne Juliana Anicia, épouse d'Aérobinde, consul de 506, appartenait d'un côté à la très longue lignée des Anicii et de l'autre côté à celle de l'empereur Théodose le Grand. Voir PLRE II, p. 635-636 : Anicia Juliana 3.

6 M. Harrison, A Temple for Byzantium. The Discovery and Excavation of Anicia Juliana's Palace-Church in Istanbul, Austin 1989.

7 Voir G. Dagron, Naissance d'une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris 1974, p. 173.

8 Voir en détail mon article : Pretura : Osnova komplektovanija senata Konstantinopolja ili nalogovoe bremja senatorov ?, Vizantija i srednevekovyj Krym, Barnaul 1992 (Antičnaja drev-nost i srednie veka), p. 37-45.

9 Selon les lois de Marcien (450-457) et Zénon (474-491), le consulat à Byzance revenait à 100 livres d'or (CJ XII, 3, 3). On peut signaler également que la loi de Marcien exigeait des personnes nommées par le consul « qu'elles ne jettent pas l'argent à la foule, mais le donnent au Trésor pour la réparation des acqueducs ». D'après le témoignage de Jean Lydos, le fils du préfet du prétoire d'Orient Vivien, Paul, célébra de manière grandiose en 498 presque à la façon romaine, son consulat (Jean Lydus, De magistratibus... III, 48). Il se retrouva dans une situation matérielle si embarrassante, et dont il ne voyait pas l'issue, qu'il emprunta à son ami Zénodote 2 000 livres d'or. Celui-ci, à son tour, ne parvenant pas à se faire rembourser, s'en plaignit à l'empereur Anastase. L'empereur, comprenant que Paul ne pouvait pas payer ses dettes et était à la limite de la faillite, lui fit cadeau des 2 000 livres d'or, la moitié devant être rendue à Zénodote et l'autre devant être utilisée afin d'aider Paul à se relever financièrement. C'est ici que surgit l'attrayante hypothèse d'A. Cameron selon laquelle la disparition du consulat à Byzance est due à l'esprit de compétition des empereurs qui ne désiraient partager leur popularité avec personne (R. S. Bagnall, A. Cameron, S. R. Schwartz, K. A. Worp, Consuls of the Later Roman Empire, Atlanta 1987, p. 9. Cf. A. Cameron, D. Schauer, The Last Consul : Basilius and his Diptych, JRS 12, 1982, p. 126-143). Si ingénieuse qu'elle puisse paraître, cette hypothèse, à mon avis, n'est pas suffisamment fondée.

10 Voir par exemple : Procope, Historia arcana, XV, 25. Le chroniqueur Jean Malalas a laissé à la postérité un récit bien curieux. Un certain comes domesticorum Eulalios, sur son lit de mort, nomma comme héritier unique l'empereur Justinien, afin qu'il règle ses dettes. Il fit verser une rente à ses trois filles pour assurer leur quotidien, celles-ci recevant toutes les trois ultérieurement comme dot 10 livres d'or chacune. Le curateur se présentant sur l'ordre du basileus a pu estimer l'avoir d'Eulalios à 564 nomismata (Malalas, Chronographia, Bonn. p. 439). Sachant que la livre valait 72 nomismata (sous d'or), on peut aisément conclure que la fortune d'Eulalios ne s'élevait qu'à 8 livres. Il est donc très significatif que Justinien ait accepté les conditions de cet héritage, c'est-à-dire payer les créanciers d'Eulalios et prendre soin de ses filles. Sur l'interprétation de cette affaire voir infra, p. 130. et n. 62.

11 Justinien, Édits, VII et IX. Voir également A. A. Čekalova, Konstantinopol'skie argiropraty ν epohu Justiniana, VV 34, 1973, p. 20-21.

12 Hiérios, dont le testament est évoqué par la novelle, était vraisemblablement identique au patricien qui exerça au cours des années 494-496 la fonction de préfet du prétoire d'Orient (voir PLRE II, 558-559 : Hierius 6, Hierius 7).

13 Comparer avec les proasteia du début du vie s. appartenant au consul Dexikrates (503) et au tout-puissant préposite à la chambre sacrée Ourbikios, et dont la borne frontalière s'est conservée jusqu'à nos jours et se trouve à l'Ermitage (Saint-Pétersbourg, Ν ω 819). Voir A. Avramea, Bornes de propriétés foncières de Constantinople et de Thrace, TM 9, 1985. p. 399-401. Sur les proasteia des sénateurs qui couvraient toute la région de Constantinople, y compris les faubourgs, voir Dagron, Constantinople.... (cité supra n. 7), p. 185.

14 La description du proasteion τἁ Κωπάρια est très proche de celle faite de la région de Sykes mentionnée dans la Notitia urbis Constantinopolitanae (éd. O. Seeck, p. 240, 1-23). Selon toute vraisemblance, le sénateur Hiérios a reçu de l'empereur un quartier entier, ou sa presque totalité, à proximité de la ville.

15 Nov. 159, Praef.

16 Vita Sanctae Olympiadis, An. Boll. 15, 1986, p. 415-416.

17 Nov. 43, 59.

18 CJ IV, 32, 26, N 1.

19 Nov. 43, Cap. 1.

20 Tout en ne s'opposant pas totalement à un tel contexte de cette Novelle, M. Kaplan avance en même temps l'hypothèse selon laquelle les οἶκοι de Hiérios, et surtout son οἶκος à Antioche, furent le point central de tout un complexe économique, comprenant aussi ses domaines ruraux au vrai sens du terme. Voir son ouvrage fondamental sur l'histoire agraire de Byzance, Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie siècle. Propriété et exploitation du sol, Paris 1992 (Byzantina Sorbonensia 10), p. 148. Pourtant, comme il le reconnaît lui-même, les données fournies par cette source ne suffisent pas à tirer une conclusion sûre sur l'hypothèse avancée.

21 Vita Sanctae Olympiadis (cité supra n. 16), p. 415-416. Pour d'autres exemples, voir Dagron. Constantinople..., p. 183.

22 CTh XI, 24, 4-6. Cf. Kaplan, Les hommes... (cité supra n. 20), p. 170-171.

23 Voir CTh XI, 24, 1, 3.

24 CTh XI, 24, 2, 4-6.

25 Libanius, De patrociniis, 3.

26 Ibid.

27 Ibid., 4, 11.

28 Ibid., 7-10.

29 Ibid., 11.

30 Ibid., 4.

31 Ibid., 8.

32 Ibid., 12-16.

33 Voir J.-M. Carrié, Patronage et propriété militaire au ive siècle. Objet rhétorique et objet réel du discours Sur les patronages de Libanius, BCH 100, 1976, p. 159 s.

34 J.-M. Carrié, selon moi, distingue très justement deux formes de patronage au ive s. 1) le patronage terrien que Libanios mentionne assez vaguement ; 2) le patronage administratif, auquel recouraient particulièrement les militaires gradés, στρατηγοί. Voir Carrié, Patronage... (cité note précédente), p. 160 et 164. Cf. Kaplan, Les hommes..., p. 170. Selon G. Dagron, l'élément le plus important ici est « le passage d'une unité fiscale dans une autre », quand les particuliers, c'est-à-dire de hauts fonctionnaires, touchaient la partie principale des impôts. Voir G. Dagron, Constantinople..., p. 181.

35 CJ XI, 54, 1.

36 CJ XI, 54, 2.

37 Voir par exemple Nov. Just., 30, Cap. 9 ; Nov. 17, Cap. 13 ; Nov., 33 ; Kaplan, Les hommes..., p. 170 ; H. Saradi, On the « Archontike » and « Ekklesiastike Dynasteia » and « Prostasia » in Byzantium with particular Attention to the Legal Sources. A Study in Social History of Byzantium, Byz. 64, 1994, p. 71.

38 Procope, Historia arcana, XII, 12.

39 Ibid., XII, 10, 12.

40 Ibid., XI, 41 ; XII, 30 ; XVI, 10, etc.

41 Plusieurs de ces 500 sénateurs peuvent être identiques aux personnes mentionnées par les sources écrites. Cependant, l'identification est faite par les spécialistes avec tant de précautions qu'ils préfèrent le plus souvent mettre un point d'interrogation que de donner une réponse déterminée. Voir par exemple N. Oikonomides, Collection of Dated Byzantine lead seals, Washington 1988, p. 22-23. Cependant, un si grand nombre de sénateurs connus par leurs sceaux et non identifiables autrement, crée, à mon avis, une fausse représentation de la quantité même de sénateurs à cette époque.

42 J. Gascou, Les grands domaines, la cité et l'État en Egypte byzantine (Recherches d'histoire agraire, fiscale et administrative), TM 9, 1985, p. 60.

43 Procope, Historia arcana, XIV, 19.

44 Malalas, Chronographia, Bonn, p. 490.

45 G. Tchalenko, Les villages antiques de Syrie du Nord, t. 1, Paris 1963, p. 114-116 ; Dagron, Constantinople..., p. 182 ; Kaplan, Les hommes..., p. 146. M. Kaplan considère en même temps qu'un pareil phénomène n'était possible qu'en Orient, tandis qu'en Thrace orientale et en Argolide, on pouvait voir de vrais latifundia (sur le rôle important de la Thrace, voir aussi Dagron, Constantinople..., p. 184). Cependant, même pour Rome, on doit apporter des corrections à la représentation donnée. Voir A. Chastagnol, Le sénat romain à l'époque impériale. Recherches sur la composition de l'assemblée et le statut de ses membres, Paris 1992, p. 325-329.

46 Procope, De Belle persico, I, 25, 21, 23 ; De Bello gothico, III, 35, 4.

47 ID., Historia arcana, XI, 41.

48 ID., De Bello persico, I, 24, 58.

49 Vita Sanctae Olympiadis, p. 413.

50 Procope, Historia arcana, IV, 17.

51 Dans ce sens, on peut signaler la Vie d'Eulogios, où est décrit un ermite de Thébaïde qui a trouvé un gros trésor, s'est rendu à Constantinople où il a acheté un important poste d'État (préfet du prétoire), et a vécu dans la capitale à la manière d'un prince, provoquant grande jalousie autour de lui. Pourtant, très vite ses biens furent confisqués. Le texte fait allusion à l'insurrection Nika et à sa participation à celle-ci (p. 260), ce qui est une erreur, car le préfet du prétoire en ce temps-là était Jean de Cappadoce, et il soutenait totalement l'empereur sans jamais protester comme le dit le texte. Eulogios faillit être assassiné, mais en réchappa en fuyant en Égypte où il travailla comme maçon. Voir Vie et récits de l'abbé Daniel de Scété, éd. L. Clugnet, ROC 5, 1900, p. 254-261. Telle est l'histoire d'Eulogios dont se réjouissaient les Byzantins.

52 Gascou, Les grands domaines... (cité supra n. 42), p. 60.

53 Kaplan, Les hommes..., p. 137-139.

54 Sur l'hypothèse de M. Kaplan concernant οίκος, οίκοι, οἰκία des sénateurs de Constantinople, voir la remarque faite supra dans la n. 20.

55 Kaplan, Les propriétés de la Couronne et de l'Église dans l'Empire byzantin (ve-vie siècles), Paris 1976 (Byzantina Sorbonensia 2) ; Id., Quelques aspects des maisons divines du vie au ixe siècle, 'Αφιέρωμα στόν Νíκο Σβορώνο, Réthymno 1986, 1, p. 70-96. Selon l'avis de M. Kaplan, il est vrai, il ne faut pas exagérer l'épanouissement des domus divinae et de la res privata. Voir par exemple Kaplan, Les hommes..., p. 178-179. En même temps, l'auteur ne nie pas le passage des biens matériels des personnes privées aux domus divinae (ibid.), comme par exemple ceux de Bélisaire (rappelons-nous qu'après son décès, le général eut des héritiers). En ce qui concerne les biens d'État, voir R. Delmaire, Largesses sacrées er res privata. L'aerarium impérial et son administration du ive au vie s., Rome 1989 (Coll. de l'École française de Rome 121).

56 Bien que, comme l'a démontré la recherche de D. Feissel (D. Feissel, Magnus, Megas et curateurs des maisons divines de Justin II à Maurice, TM 9, 1985, p. 465-476), il soit encore trop tôt pour parler du poste de grand curateur en ce qui concerne la fin de la haute époque byzantine, selon les données fournies par les sources il est tout à fait évident que, parmi les curateurs des biens de l'empereur, l'un était prééminent et exerçait une très grande influence sur le bon déroulement des affaires de l'État. Il était en effet la plus grande figure politique de l'empire. À ceci se rapporte, par exemple, le curator divinae domus Antiochi 560-565 Aitherios (PLRE III, p. 21-22) ou le curator domus Hormisdae Domentiolos 3 (PLRE III, p. 413-414). Sur l'importance des curateurs, voir également Kaplan, Les hommes..., p. 177-178.

57 Voir l'édition de la Novelle par M. Kaplan : Novelle de Tibère II sur les « Maisons divines », TM 8, 1981, p. 237-245.

58 Saradi, On the « Archontike »... (cité supra n. 37), p. 69-117.

59 Cf. Dagron, Constantinople..., p. 181, où l'auteur parle d'une victoire de la force sur le droit.

60 Voir par exemple Procope, Historia arcana, XII, 1-17, etc.

61 Noν. 105, 2, 4.

62 En tout cas dans sa législation, Justinien partait de l'idée que les intérêts de l'État et de l'individu-propriétaire lié à cet État sont au-dessus des intérêts de la famille ou d'autres prétendants possibles à son bien. Voir Κ. E. Zachariae von Lingenthal, Geschichte des grie-chisch-römischen Rechts, Berlin 1892, p. 133, 170 ; B. Pančenko, Ο Tajnoj istorii Prokopija, VV 4, 1897, p. 419.

63 Voir supra n. 10.

Table des illustrations

Titre Fortune des sénateurs de Constantinople au vie siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

Auteur

Académie des Sciences de Russie

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search