Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Pouvoir et argent à Caffa au xve siècle

Michel Balard

Texte intégral

  • 1 M. malowist, Kaffa-kolonia genuenska na Krymie i problem wschodni w latach 1453-1475 (avec résumé (...)

1La collusion entre les puissances d’argent et le pouvoir politique affecte nos démocraties contemporaines et conduit parfois à des scandales dont s’émeut l’opinion publique, avertie par les media aux aguets. Au xve siècle, en un temps où entre Gênes, métropole d’Occident, et Caffa, sa lointaine colonie de Crimée, les lettres mettaient plus de deux mois pour parvenir à destination, et en un lieu où une minorité de Latins s’efforçait de dominer depuis près de deux siècles une majorité d’ethnies orientales composites1, est-il possible de mettre au jour des liens effectifs entre ceux qui détiennent le pouvoir politique et le monde des affaires et de l’argent ?

  • 2 balard, La Romanie génoise (cité note précédente), 1, p. 473-494.

2Il faut d’abord essayer de cerner ces deux ensembles, à l’aide des sources disponibles. Le pouvoir politique est représenté par les titulaires des fonctions d’outre-mer, nommés par la métropole et envoyés dans la lointaine colonie criméenne et dans ses satellites – les autres comptoirs des régions pontiques qui dépendent administrativement de Caffa. Les consuls, châtelains, trésoriers et notaires sont accompagnés d’une suite nombreuse, de recrutement local, qui participe plus ou moins à l’exercice du pouvoir, en faisant exécuter les décisions prises par le consul et ses auxiliaires. Le contrôle exercé par la métropole reste lointain et épisodique : le successeur du consul sortant de charge est théoriquement apte à contrôler les actes et les comptes de son prédécesseur, tandis que dans des circonstances exceptionnelles des sindici sont envoyés par la métropole pour mener des enquêtes approfondies2. A partir de 1453, date de la cession des colonies pontiques au Banco di San Giorgio, association des créanciers de l’État génois, la surveillance des autorités locales par la métropole se fait plus rigoureuse : des ordres sont régulièrement envoyés et des comptes-rendus d’exercice demandés. Mais, en raison de la lenteur et des difficultés des communications, surtout après la prise de Constantinople par les Ottomans, la plénitude du pouvoir local est en fait assumée sans grande retenue par le consul et ses auxiliaires les plus proches.

  • 3 G. I. bratianu, Recherches sur le commerce génois dans la mer Noire au xiiie siècle, Paris 1929 ; (...)
  • 4 A. vigna, Codice diplomatico delle colonie tauro-liguri, Atti della Società ligure di Storia patri (...)
  • 5 Ces registres, conservés aux Archives d’État de Gênes (ASG, San Giorgio Caffa Massaria, nos 1224 à (...)
  • 6 M. balard, Notes sur la fiscalité génoise à Caffa au xve siècle, Bulletin de la Société nationale (...)

3Le monde de l’argent est plus difficile à distinguer, dans la mesure où manquent pour le xve siècle les actes notariés qui ont permis de dresser un tableau de la situation économique et sociale de la colonie aux xiiie et xive siècles3. Point de testaments, d’inventaires après décès, de contrats de ventes de biens immobiliers. Il faut se contenter de l’abondante correspondance officielle4 et des registres de la Massaria ou Trésorerie de Caffa : une série discontinue où sont consignés de 1410 à 1473 les comptes de l’administration génoise5. Parmi les recettes de la colonie figure en premier lieu l’encaissement des gabelles, ensemble des taxes indirectes sur les produits de consommation et sur l’activité commerciale, dont la perception est affermée à intervalles réguliers. A l’occasion d’une étude sur la fiscalité de Caffa6, nous avons pu dresser la liste de tous ceux qui, de 1410 à 1472, se sont portés acquéreurs des gabelles. Ils représentent, à n’en pas douter, une partie importante, sinon la totalité, de l’élite financière de la colonie génoise.

  • 7 J. heers, Le clan familial au Moyen Age, Paris 1974 ; E. grendi, Profilo storico degli alberghi ge (...)

4Rapprocher cette liste de celle des fonctionnaires des colonies pontiques, telle qu’elle nous est livrée par A. Vigna et par les registres de la Massaria, conduit à se demander dans quelle mesure l’exercice de charges administratives facilite l’affermage ultérieur des gabelles et l’accession au monde de la finance, et inversement si l’argent obtenu par la levée des impôts affermés donne accès ensuite à des pouvoirs de commandement. Il y aura lieu, pour ce faire, de distinguer la politique des grands clans familiaux ou alberghi génois7, diversement intéressés par les fonctions publiques et la perception des gabelles, les relations établies par les fonctionnaires les plus importants entre leurs charges et le monde des financiers, enfin le comportement des petits auxiliaires de l’administration, qui profitent de leur poste pour s’introduire dans les affaires.

  • 8 J. heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris 1959 ; M. balard, L (...)
  • 9 heers, Gênes au xve siècle (cité note précédente), p. 585-590.

5Dans la vie politique de la métropole, comme dans celle de ses colonies d’outre-mer, le rôle des principaux clans familiaux est fondamental8. Mais il est inégal, en fonction de leurs traditions familiales et de leurs intérêts du moment. Les clans nobles paraissent plus attachés à la gestion des colonies d’outre-mer que les clans « popolani », à l’exception toutefois des Giustiniani, groupe dirigeant de la Mahone de Chio. Les distinctions entre familles guelfes et gibelines, « noires » et « blanches », s’estompent au xve siècle, dans la mesure où la constitution de la Commune a prévu un partage égal des charges entre nobles et popolani, « noirs » et « blancs »9.

  • 10 ASG, Caffa Massaria, n° 1227, f. 224v.
  • 11 Ibid., n° 1231, f. 250r.
  • 12 Ibid., n° 1234, f. 286v ; vigna, Codice diplomatico (cité supra n. 4), p. 911.
  • 13 Ibid., p. 947.
  • 14 Ibid., p. 951.
  • 15 Ibid., p. 969.

6Parmi les anciennes familles gibelines, les Spinola occupent le devant de la scène, avec quinze représentants ayant exercé de hautes responsabilités dans les colonies pontiques. Celles-ci semblent de tout premier plan : Niccolò exerce la charge de consul en 141110, Federigo en 1423-1424, après avoir été trésorier de la ville et avant de le redevenir jusqu’en 142611. Giacomo et Antonio sont consuls de Soldaïa respectivement en 1446 et 147512. À cela s’ajoutent des charges secondaires, comme celles de capitaine des orguxii - la suite armée du consul -, capitaine des bourgs ou de la porte Caiadoris. Les Spinola occupent aussi quelques consulats de moindre importance, comme ceux de Samastri, pour Francesco en 1459-146213, de Sinope pour Alberto en 145414, et de Tana pour Carlo en 1460-146115. Ces trois fonctionnaires n’ont avant ou après leur charge aucun contact avec le monde des « traitants ».

  • 16 ASG, Caffa Massaria, n° 1229, f. 156r.
  • 17 Ibid., f. 93v.
  • 18 Vigna, Codice diplomatico, p. 829 et 939.
  • 19 ASG, Caffa Massaria, n° 1250, f. 227r, 217r; n° 1249, f. 173r; n° 1251, f. 130r; n° 1259, f. 150v.
  • 20 Ibid., n° 1235, f. 54r ; n° 1253, f. 136r ; vigna, Codice diplomatico, p. 897.

7Il n’en est pas de même pour leurs parents établis à Caffa ou à Soldaïa : Martino Spinola, avec la caution de Leonardo, se porte acquéreur en 1420 du commerchium magnum, la principale taxe sur le trafic maritime16. Quatre autres membres du clan sur les quinze individualisés cumulent charges administratives et financières ou se mêlent au monde des « traitants » : Federigo perçoit la cabella bestiaminum de Caffa en 1421, avant de devenir trésorier l’année suivante, puis consul deux ans plus tard17. Giovanni Spinola di Cassano est capitaine des bourgs en 1472-1474, châtelain de Cembalo en 1472-1473 et acquéreur de la cabella ihegatatrie en 147418. Lorenzo est actif entre 1467 et 1472 : il afferme en 1467 la gabelle des draps, celle des terrains de la Commune et la gabelle de 1 % qu’il conserve en 1468 ; quatre ans plus tard, on le retrouve fermier de la gabelle de La Copa19. Giacomo Spinola, enfin, est consul de Soldaïa en 1446, percepteur de la gabelle de la ville en 1447, de la taxe sur les approvisionnements par mer en 1470 et se retrouve en 1469 ministralis de Caffa, c’est-à-dire responsable des métiers et de la police économique de la ville20. Les autres membres du clan ne se signalent que par l’exercice d’une charge secondaire ou l’affermage d’une gabelle mineure. Il n’en reste pas moins que les Spinola sont puissamment engagés dans la vie politique et financière des colonies génoises en mer Noire. Ils cumulent les charges de haut niveau et des intérêts de premier plan dans la perception des gabelles, tant à Caffa que dans les colonies secondaires.

  • 21 Ibid., p. 775.
  • 22 Ibid., p. 780-781.
  • 23 ASG, Caffa Massaria, n° 1227, f. 224v.
  • 24 vigna, Codice diplomaties p. 828.
  • 25 Ibid., p. 919.
  • 26 Ibid., p. 936.
  • 27 ASG, Caffa Massaria, n° 1231, f. 57v et 17v ; n° 1232, f. 6r.

8Les Doria y brillent tout autant. Sur dix représentants, deux font partie de ces groupes de trois fonctionnaires que le Banco di San Giorgio envoie simultanément à Caffa pour y exercer à tour de rôle les charges de consul et de trésorier. En 1463, Baldassare est consul en titre, après avoir été les deux années précédentes trésorier (massarius) du lieu ; il meurt d’ailleurs en fonction au cours de son consulat21. Cinq ans plus tard, Alaone est trésorier, puis consul en 1469-1470, et à nouveau trésorier de 1470 à 1471, mais ne semble pas avoir terminé son mandat22. Au début du siècle, Giacomo est trésorier de Caffa en 1410-141123, mais la disparition des registres antérieurs et postérieurs à cette année-là ne permet pas de savoir s’il a exercé la charge de consul avant ou après cette date. Parmi les Doria, l’on trouve un capitaine des bourgs de Caffa, Giovanni en 146424, un châtelain de Soldaïa, Luciano en 1473-147525, et deux de Cembalo, Matteo en 1410 et Bartolomeo en 1455-145626. Par contraste avec l’exercice de ces nombreuses fonctions, peu d’affermages de gabelles chez les Doria. Le seul qui s’y intéresse durablement est Ansaldo, qui partage avec trois autres fermiers la perception du commerchium magnum en 1424, poursuit avec la gabelle de Cembalo, et termine en 1425 avec la tamoga parva, impôt sur la vente des camelots et de quelques autres tissus27. Chez les Doria, aucun passage direct des fonctions administratives à l’affermage des impôts, mais une certaine continuité dans l’exercice des fonctions publiques.

  • 28 vigna, Codice diplomatico, p. 762.
  • 29 Ibid., p. 860.
  • 30 ASG, Caffa Massaria, n° 1232, f. 16v et n° 1264, f. 154r.
  • 31 vigna, Codice diplomatico, p. 761.
  • 32 ASG, Caffa Massaria, n° 1231, f. 253r ; vigna, Codice diplomatico, p. 783 et 978.
  • 33 Ibid., p. 838.
  • 34 Ibid., p. 939.
  • 35 ASG, Caffa Massaria, n° 1233, f. 359v ; vigna, Codice diplomatico, p. 906 et 930.
  • 36 balard, Notes sur la fiscalité génoise (cité supra n. 6), p. 237-238.

9Parmi les clans guelfes, le contraste est éclatant entre les deux principaux, Fieschi et Grimaldi. Ces derniers, solidement ancrés sur la Riviera du Ponant, ne s’intéressent guère aux affaires d’Orient : Borruel tient le consulat de Caffa en 145 328, puis disparaît de l’histoire pontique ; Simone en 1460 exerce la modeste fonction de capitaine de la porte Caiadoris29 et Luca afferme en 1426 la gabelle de 11 % sur le vin30. En revanche, les Fieschi, avec douze représentants, dominent la vie politique et sociale de Caffa et des autres colonies pontiques au xve siècle : deux charges de consul exercées par Pietro et Antonio Maria en 1425 et 144731 ; deux de trésorier de Caffa, en 1422-1424 pour Pietro, et en 1474 pour Francesco qui avait été consul de Vosporo en 145632 ; le capitanat des faubourgs pour Tommaso en 147 033, la châtellenie de Cembalo pour Contino en 146 934, et surtout les charges de consul de Soldaïa pour Giacomo en 1441 et pour Giuliano en 1454, ce dernier occupant aussi le consulat de Cembalo en 146935. Giuliano Doria est sans doute le plus parfait exemple de la collusion entre responsabilités administratives et enrichissement personnel par la collecte des impôts. Consul de Soldaïa en 1454-1455, il acquiert dès sa sortie de charge la gabelle des esclaves, en 1457 la tamoga parva, impôt sur les camelots. En 1458, il cumule l’affermage de l’hôtel des monnaies, la gabelle de Soldaïa et la cabella 0,5 aspri vini qu’il conserve en 1459. Il reparaît en 1462 pour affermer la gabelle de 0,25 %. L’année suivante, il afferme l’une des plus importantes perceptions de Caffa, la gabelle de 11 % sur le vin, l’impôt sur les approvisionnements par mer, renouvelé en 1465 et 1466, et surtout le commerchium magnum qu’il conserve pendant trois ans de suite, y ajoutant en 1466 à nouveau la gabelle de 11 % sur le vin. Il est alors au sommet de sa puissance : il contrôle les principales gabelles et prête sa caution à d’autres « traitants », parents et amis. Jusqu’en 1473, où il afferme à nouveau une gabelle sur le vin, Giuliano a investi en dix-huit ans 1.952.918 aspres dans l’affermage de diverses gabelles, soit plus de 100.000 aspres par an36. Il s’est enrichi en accaparant la perception des taxes de consommation les plus rentables, tout en contrôlant, par l’intermédiaire de ses proches, toute la vie administrative et financière de Caffa.

  • 37 ASG, Caffa Massaria, n° 1236, f. 53r; n° 1237, f. 51r, 129r, 129v, 42v; n° 1239, f. 100r.
  • 38 Ibid., n° 1243, f. 131r; n° 1256, f. 152r.

10On le retrouve en effet comme garant de tout un groupe de fermiers des gabelles, au premier rang desquels figure un de ses parents, Teodoro Fieschi. Celui-ci afferme la gabelle de 11 % sur le vin en 1454, puis, l’année suivante, avec la caution de Giuliano Fieschi, la perception de cette même taxe, du commerchium magnum, de la gabelle de 1 % et de la taxe sur les approvisionnements venus par mer. Il conserve en 1456 l’affermage du commerchium magnum, toujours avec la caution de Giuliano Fieschi37. En trois ans, ce fermier investit 999.142 aspres dans les adjudications : une fortune colossale ! Il cautionne, de pair avec Giuliano, un autre de ses proches, Lodisio, fermier de la cabella ponderis et scaliatici (taxe de pesage et d’appontement) en 1463, de la gabelle de 11 % sur le vin et de celle d’un aspre par mitrum de vin en 147038. On peut dès lors conclure que pendant les vingt dernières années de la domination génoise en Crimée, tant par les fonctions qu’il exerce que par les impôts qu’il prélève, le clan Fieschi a été au tout premier rang de la société caffiote.

  • 39 balard, Les milieux dirigeants (cité supra n. 8), p. 165.
  • 40 ASG, Caffa Massaria, n° 1227, f. 224v, 319r.
  • 41 Vigna, Codice diplomatico, p. 897.
  • 42 ASG, Caffa Massaria, n° 1229, f. 149r.
  • 43 Ibid., n° 1237, f. 133v.
  • 44 Ibid., n° 1238, f. 34r ; n° 1240, f. 28r ; n° 1243, f. 26r, 25r ; n° 1251, f. 32v ; n° 1249, f. 18 (...)

11On ne peut en dire autant des clans « popolani » qui se disputent le pouvoir à Gênes. Les Fregoso sont totalement absents de Crimée, comme d’ailleurs des autres colonies génoises39. Leurs rivaux, les Adorno, y occupent une place modeste : Giorgio est consul de Caffa en 1410 et Pietro consul de Soldaïa à la même date40. Mais ils semblent s’être désintéressés de la gestion coloniale après cette date ; peu de membres du clan apparaissent dans les fonctions secondaires des divers comptoirs génois : Ottaviano, contrôleur des prix (ministralis) en 1469 est une exception41. Le seul domaine qui les occupe vraiment est celui de l’affermage des gabelles. Leonardo acquiert celle de la tamoga parva en 142142, Taddeo celle sur les approvisionnements par mer en 145643. Quant à Babillano, il commence par affermer le consulat de La Copa en 1457, puis partage avec Gregorio Senarega la perception du commerchium magnum de Caffa l’année suivante ; en 1463 il réapparaît comme acquéreur de la gabelle de 0,25 % et de la taxe sur les approvisionnements venus de l’intérieur de la Crimée (cabella victua-lium campanié), passe en 1468 à la perception de la taxe sur les approvisionnements par mer, tout en affermant à nouveau le consulat de La Copa et termine en 1470 par l’achat du consulat de Tana44. Mais, contrairement aux Fieschi, Babilla-no Adorno ne semble pas intégré à une parentèle ; aucun de ses proches n’apparaît parmi les garants qui le cautionnent. Il est une brillante individualité, à l’écart des membres de son clan, plus préoccupé des affaires de Gênes que de celles de l’Outre-Mer.

  • 45 vigna, Codice diplomatico, p. 761, 771, 782.
  • 46 ASG, Caffa Massaria, n° 1231, f. 253r ; VIGNA, Codice diplomatico, p. 773 ; ASG, Caffa Massaria, n (...)
  • 47 Ibid., n° 1233, f. 359v.
  • 48 Ibid, n° 1234, f. 267v.
  • 49 vigna, Codice diplomatico, p. 956.
  • 50 ASG, Caffa Massaria, n° 1234, f. 86r ; n° 1256, f. 113v et 117r.

12Le seul albergo « populaire » qui détienne à la fois des fonctions administratives importantes et des places dans la hiérarchie des « traitants » est celui des Giustiniani. Formé par les familles participant à la Mahone de Chio, ses activités débordent l’île égéenne pour s’étendre à l’ensemble des colonies génoises d’Orient. En Crimée, les Giustiniani détiennent quatre fois le consulat de Caffa, avec Gabriele en 1428, Giovanni en 1448, Martino en 1459 et Battista en 147345 ; trois charges de trésorier avec Geronimo en 1423, Martino en 1458 et 1460, Battista en 147046 ; un consulat de Soldaïa avec Paulo en 144247, de Cembalo avec Gregorio en 144648, de Trébizonde avec Giuliano en 145849. En revanche, les deux Giustiniani qui se portent acquéreurs de gabelles ne jouent aucun rôle dans la vie politique de Caffa : Francesco pour la gabelle de 11 % sur le vin en 1445 et Giovanni pour la cabella ponderis et scaliatici et pour la taxe sur la jauge du vin (stazia vini) en 146950. Quelques parents viennent apporter leur caution lors des enchères, mais, eux compris, le clan Giustiniani est loin d’avoir la cohésion et l’influence qu’exercent les Fieschi à Caffa.

  • 51 Le nom n’apparaît pas dans les listes de familles dressées par F. grillo, Origine storica delle lo (...)
  • 52 ASG, Caffa Massaria, n° 1234, f. 116r; n° 1237, f. 94r; n° 1241, f. 115v.
  • 53 Ibid, n° 1239, f. 13v; n° 1237, f. 15v.
  • 54 Ibid, n° 1238, f. 116v; n° 1240, f. 107r; n° 1247, f. 111r; n° 1260, f. 126v; n° 1242, f. 113v; n° (...)
  • 55 Ibid., n° 1237, f. 46v; n° 1247, f. 111r.
  • 56 Ibid., n° 1260, f. 90v.
  • 57 Ibid., n° 1260, f. 126v ; n° 1246, f. 115r ; n° 1247. f. 111r ; n° 1241, f. 115r ; n° 1228, f. 190 (...)

13Il ne saurait être question de passer en revue les intérêts des autres clans familiaux génois. Tout au plus, faut-il signaler quelques familles neuves implantées en Orient et qui n’ont guère d’attaches avec la métropole. C’est le cas des Gaspe, parfaitement inconnus à Gênes51. Ils se désintéressent totalement des fonctions administratives à Caffa ou dans les autres comptoirs. En revanche, entre 1446 et 1473, huit membres de cette famille occupent un rang éminent parmi les adjudicataires des gabelles. Lodisio a la concession des deux gabelles sur les tissus (tamoga magna et tamoga parva)52 que reprend ensuite Antonio, en y ajoutant l’hôtel des monnaies53. Giuliano se porte acquéreur des deux tamoghe, de la gabelle de 1 %, de celles de la soie et des approvisionnements venus de la campagne, cette dernière étant acquise par Lodovico en 146854. Domenico perçoit pendant cinq années la gabelle sur les velours et les camocats (tamoga magna), achetée par Niccolô en 146655. Francesco afferme la gabelle sur les courtages en 147356. Enfin, Lorenzo mène des activités financières très diversifiées entre 1458 et 1471 : gabelles de 1 %, des courtages, des approvisionnements, du grain, des tissus et perception du commerchium magnum57. Avec tous ces « traitants », il y a là un clan familial nouveau qui a construit toute sa fortune outre-mer, en monopolisant d’abord la perception des gabelles sur les tissus, puis en diversifiant ses investissements dans l’achat de gabelles plus importantes, par le jeu classique de l’accumulation progressive du capital mobilier.

  • 58 Sur le mécanisme de l’affermage à Gênes, voir D. gioffre, Liber institutionum cabella-rum veterum. (...)
  • 59 vigna, Codice diplomatico, p. 582.
  • 60 ASG, Caffa Massaria, n° 1233, f. 132v ; vigna, Codice diplomatico, p. 771.
  • 61 Ibid., p. 761 et ASG, Caffa Massaria, n° 1256, f. 113v.

14Guelfes ou gibelins, « noirs » ou « blancs », nobles ou « popolani », beaucoup de clans familiaux concourent à la fois aux fonctions administratives coloniales et à la levée des taxes par le système de l’affermage58. Les titulaires des principales fonctions ne restent pas toujours étrangers aux profits faciles de la perception des gabelles. Pourtant, comme le rappelle le statut de 1449 dans un des premiers paragraphes consacrés aux devoirs de la fonction59, le consul de Caffa ne peut participer personnellement ou par personne interposée à l’achat des gabelles, sous peine d’une amende très lourde de cent sommi. Aussi n’est-il pas étonnant que peu de titulaires de la charge se trouvent mêlés à la levée des impôts. S’ils s’y livrent, c’est bien avant ou après l’exercice de leur fonction. Damiano Leone afferme la gabelle de Simisso en 1441 et ne devient consul de Caffa qu’en 145760 ; inversement Giovanni Giustiniani est consul en 1449 et n’acquiert la perception de la stazia vini que vingt ans plus tard61.

15S’ils ne peuvent obtenir pour eux-mêmes la perception d’un impôt, les consuls pourraient éventuellement favoriser un membre de leur clan et lui faciliter une adjudication plus favorable. En fait, les rapprochements effectués entre la liste des consuls et celle des « traitants » ne sont pas concluants. Demetrio Vivaldi est consul en 1452-1453 ; Guirardo, son parent, détient sept gabelles, mais entre 1456 et 1469. Gherardo Lomellini occupe la charge consulaire en 1461, mais son allié Gianotto doit attendre 1463 pour lever la gabelle de Cembalo. Chez les Gentile, cinq membres du clan participent à la collecte des impôts, mais à des dates qui ne concordent pas avec celle du consulat détenu par Bartolomeo en 1458-1459. Il en est de même chez les Lercari, Salvago et de Franchi : l’exercice de la charge de consul ne semble pas avoir favorisé l’adjudication des gabelles à des proches. Les trésoriers de Caffa sont tenus à la même réserve.

  • 62 vigna, Codice diplomatico, p. 906.
  • 63 Ibid., p. 907 et ASG. Caffa Massaria, n° 1243, f. 115r.
  • 64 vigna, Codice diplomatico, p. 909 et ASG, Caffa Massaria, n° 1228, f. 379v ; n° 1260, f. 126v.
  • 65 vigna, Codice diplomatico, p. 910 : ASG. Caffa Massaria, n° 1228, f. 209v ; n° 1243, f. 24v et 25r (...)
  • 66 vigna, Codice diplomatico, p. 918 ; ASG, Caffa Massaria. n° 1248, f. 166r ; n° 1238, f. 118r ; n°  (...)

16En revanche, le statut de Soldaïa n’interdit pas au consul du lieu de se porter adjudicataire des gabelles de Caffa. On a vu comment Giuliano Fieschi, consul de Soldaïa en 1454-145562, a acquis dès 1456 la perception de la gabelle sur les esclaves et développé dans les années suivantes une activité financière de grande envergure. Cela implique qu’il ait soumissionné dans les derniers mois d’exercice de sa fonction. Trois autres consuls de Soldaïa ont allié charges publiques et profits d’affermage. Gianotto Lomellini, consul en 1457-1460, se voit adjuger la gabelle de Cembalo en 146363. Antonio de Borlasca, consul de Soldaïa entre 1464 et 1467, se retrouve deux ans plus tard adjudicataire de la gabelle de la ville et, en 1471, d’une des gabelles du vin à Caffa64. Quant à Bartolomeo di Sant’Ambrogio, consul en 1469, sa charge vient couronner plusieurs années d’activité financière dans les colonies de Crimée : dès 1460, il acquiert la perception de la gabelle de 0,25 % puis, en 1463, les deux tamoghe, en 1466 l’impôt sur les approvisionnements venus de la campagne et l’année suivante sur ceux qui viennent par mer65. Deux châtelains de Soldaïa s’illustrent également comme adjudicataires des gabelles : Giovanni Battista et Giuliano Squarciafico, châtelains en 1461 et 1466, se rendent après leur sortie de charge acquéreurs de gabelles sur les esclaves et sur la vente du vin66.

  • 67 vigna, Codice diplomatico, p. 664  : « Item statuimus quod consul dicti loci modo aliquo vel ingen (...)

17Des intérêts identiques se retrouvent chez les consuls et châtelains de Cembalo. Andréa Senestrario, Giacomo Casanova, Battista de Oliva, Giuliano Marchesano, Vinciguerra Vivaldi et, bien sûr, Giuliano Fieschi, dont nous avons suivi l’itinéraire, détiennent des charges dans l’administration de la colonie, après avoir soumissionné aux enchères de diverses gabelles à Caffa, et, pour trois d’entre eux, à Cembalo même. Pour ces représentants de la Commune dans les colonies pontiques soumises à l’autorité du consul de Caffa, l’interdiction de participer à la perception des impôts ne s’applique qu’au moment précis où ils exercent leur fonction67, mais rien ne leur interdit de jouer des relations qu’ils se sont faites et de l’influence qu’ils ont acquise pour obtenir une adjudication favorable à leurs intérêts, lors de la mise aux enchères des gabelles. Une partie des consuls et châtelains profite de cette situation privilégiée.

  • 68 vigna, Codice diplomatico, p. 851 ; ASG, Caffa Massaria, n° 1239, f. 22v.
  • 69 Ibid., n° 1250, f. 15lr et vigna, Codice diplomatico, p. 836 et 886.
  • 70 ASG, Caffa Massaria, n° 1235, f. 2r; n° 1237, f. 10r.

18Si l’on passe, enfin, aux titulaires de fonctions secondaires, force est de constater que l’exercice d’un pouvoir administratif et politique, même modeste, constitue la porte d’entrée au monde de la finance et un moyen privilégié de promotion sociale. Il en est ainsi pour les fonctions militaires et civiles de la suite du consul de Caffa. En 1455, Baldassare de Marini est capitaine de la tour Saint-Constantin, qui défend l’accès nord-est de la ville. L’année suivante, on le retrouve adjudicataire de la stazia vin »68. Niccolô de Camogli afferme la gabelle sur les légumes (cabella ihegatarie herbe) un an après avoir été capitaine des faubourgs de Caffa, et avant d’être nommé responsable de l’approvisionnement en bois de la ville (ihegatarius ligni)69, En revanche, Antonio de Carreto commence par affermer la taxe sur les legs des défunts, avant de devenir capitaine de la porte des faubourgs70.

  • 71 vigna, Codice diplomatico, p. 801-802; ASG, Caffa Massaria, n° 1237, f. 44r; n° 1228, f. 258v; n°  (...)
  • 72 vigna, Codice diplomatico, p. 803-804; ASG, Caffa Massaria, n° 1238, f. 121 v; n° 1236, f. 52r et (...)
  • 73 Ibid., n° 1241, f. 118r.

19Néanmoins, la fonction secondaire qui prédispose le mieux à l’affermage des gabelles est celle de scribe au service du consul ou des trésoriers. Ces personnages, souvent de second rang et n’appartenant pas aux clans familiaux qui monopolisent les fonctions publiques, sont en effet au courant de toutes les procédures, détiennent l’information, connaissent les moyens de chacun. Ils ont l’entregent nécessaire pour se faire valoir et profiter des occasions. Chaque année, ou presque, un ou deux scribes se glissent dans le monde des « traitants ». En 1455, Clémente de Valdettaro quitte son poste de scribanus pour acheter le consulat de Vosporo, puis affermer le commerchium magnum en 1457 et la gabelle sur les courtages deux ans plus tard71. En 1456, le scribe Giacomo Onesto afferme pour l’année suivante la taxe sur l’approvisionnement en légumes, tandis que son collègue Giacomo Casanova vient de prélever la taxe sur les courtages et sur les velours (tamoga magna)72. En 1459, le scribe Melchione de Garbarino quitte ses écritures pour acheter la charge de consul de Savastopoli73. Les responsables des approvisionnements en bois, en grains, en armes (le sabarbarius), les contrôleurs des métiers et des prix (ministrales) ajoutent aussi les profits de la perception des gabelles aux émoluments de leur office : Francesco Castellazzo, peseur de la soie, Gabriele di Promontorio, responsable des grains, Niccolè di Camogli, préposé au bois, Gregorio de Sorba, armurier de la Commune, Gianotto Lomellini, Lazzaro di Torriglia, Giacomo Spinola et Filippo Usodimare, tous ministrales, sont dans ce cas. Et généralement la fonction officielle précède pour eux l’affermage d’une gabelle.

20La mise en parallèle des listes de titulaires d’offices et d’acheteurs des gabelles à Caffa conduit ainsi à mettre en valeur la collusion entre le pouvoir et l’argent dans cette lointaine colonie génoise, aux confins de l’Europe et du monde des steppes d’Asie. Mais cette collusion revêt divers caractères, selon les agents qui y participent. Quatre grands clans familiaux, Doria, Spinola, Fieschi et Giustiniani, occupent le devant de la scène, éclipsant les Grimaldi, Adorno et Campo-fregoso. C’est parmi eux que se recrutent à la fois les titulaires des principales charges, consul et trésorier, et les acheteurs des principales gabelles, commerchium magnum et taxes sur le vin, qui nécessitent d’importantes mises de fonds, dès l’organisation des enchères. Pour ce faire, de véritables sociétés de « traitants » se forment, soit pour se partager la perception, soit pour se prêter caution entre leurs membres et éliminer ainsi du marché des capitaux des concurrents plus faibles ou isolés. Ce ne sont pas encore des professionnels du fisc ou de la finance : plutôt un homme d’affaires, un banquier, un armateur, qui ajoute à son activité habituelle la perception des impôts - qu’il peut d’ailleurs déléguer à un tiers après l’adjudication - et pour un temps l’exercice d’une charge publique.

21En contraste avec ces puissants détenteurs d’influence et de capitaux, viennent des gens plus modestes qui s’expatrient pour occuper un office secondaire dans l’administration coloniale et s’élever progressivement dans la hiérarchie sociale. Lorsqu’ils peuvent participer à l’affermage des gabelles, ils commencent par acquérir la perception de taxes qui ne requièrent pas la mobilisation de gros capitaux et, la chance aidant, ils peuvent s’introduire auprès des principaux « traitants » et espérer de plus gros profits. Pour ces gens des Rivière et de l’Apennin, comme pour les popolani de Gênes, les lointaines colonies d’Orient offrent une occasion unique de promotion sociale, à condition de bénéficier d’un peu de chance et de relations auprès des grands. Malheureusement, la sécheresse des livres de comptes ne permet guère de mesurer la force des liens sociaux entre officiers et « traitants », ni de suivre jusqu’au bout les succès et les échecs des aventuriers du fisc et de la finance.

Notes

1 M. malowist, Kaffa-kolonia genuenska na Krymie i problem wschodni w latach 1453-1475 (avec résumé en français), Varsovie 1947 ; E. V. danilova, La ville de Caffa au début de la seconde moitié du xve siècle (en russe), Feodalnaja Tavrika. Materialy po istorii i archeologii Kryma, Kiev 1974, p. 189-214 ; M. cazacu, K. kevonian, La chute de Caffa en 1475 à la lumière de nouveaux documents, Cahiers du monde russe et soviétique, XVII/4, 1976, p. 495-538 ; M. balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), 2 vol., Rome-Gênes 1978.

2 balard, La Romanie génoise (cité note précédente), 1, p. 473-494.

3 G. I. bratianu, Recherches sur le commerce génois dans la mer Noire au xiiie siècle, Paris 1929 ; G. airaldi, Studi e documenti su Genova e l’Oltremare, Gênes 1974 ; L. balletto, Genova, Mediterraneo, Mar Nero (secc. xiii-xv), Gênes 1976 ; balard, La Romanie génoise ; G. pistarino, I Gin dell’Oltremare, Gênes 1988.

4 A. vigna, Codice diplomatico delle colonie tauro-liguri, Atti della Società ligure di Storia patria, VII/II, fasc. 2, Gênes 1881.

5 Ces registres, conservés aux Archives d’État de Gênes (ASG, San Giorgio Caffa Massaria, nos 1224 à 1262) présentent pour le xve siècle de nombreuses solutions de continuité : le premier d’entre eux couvre les mois de juillet 1410 à mai 1412 ; la série s’interrompt de 1412 à 1420, puis de 1426 à 1441, de 1443 à 1446, enfin de 1448 à 1454 ; elle ne retrouve une certaine régularité qu’à partir de 1455 et ce jusqu’en 1473, les derniers registres ayant sans doute disparu dans la tourmente de la conquête ottomane deux ans plus tard.

6 M. balard, Notes sur la fiscalité génoise à Caffa au xve siècle, Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 1993, p. 224-241.

7 J. heers, Le clan familial au Moyen Age, Paris 1974 ; E. grendi, Profilo storico degli alberghi genovesi, Mélanges de l’Ecole française de Rome 87, 1975, p. 241-302.

8 J. heers, Gênes au xve siècle. Activité économique et problèmes sociaux, Paris 1959 ; M. balard, Les milieux dirigeants dans les comptoirs génois d’Orient (xiiie-xve siècles), La Storia dei Genovesi, t. 1, Gênes 1981, p. 159-181 ( = La mer Noire et la Romanie génoise (xiiie-xve siècles), Londres 1989, III).

9 heers, Gênes au xve siècle (cité note précédente), p. 585-590.

10 ASG, Caffa Massaria, n° 1227, f. 224v.

11 Ibid., n° 1231, f. 250r.

12 Ibid., n° 1234, f. 286v ; vigna, Codice diplomatico (cité supra n. 4), p. 911.

13 Ibid., p. 947.

14 Ibid., p. 951.

15 Ibid., p. 969.

16 ASG, Caffa Massaria, n° 1229, f. 156r.

17 Ibid., f. 93v.

18 Vigna, Codice diplomatico, p. 829 et 939.

19 ASG, Caffa Massaria, n° 1250, f. 227r, 217r; n° 1249, f. 173r; n° 1251, f. 130r; n° 1259, f. 150v.

20 Ibid., n° 1235, f. 54r ; n° 1253, f. 136r ; vigna, Codice diplomatico, p. 897.

21 Ibid., p. 775.

22 Ibid., p. 780-781.

23 ASG, Caffa Massaria, n° 1227, f. 224v.

24 vigna, Codice diplomaties p. 828.

25 Ibid., p. 919.

26 Ibid., p. 936.

27 ASG, Caffa Massaria, n° 1231, f. 57v et 17v ; n° 1232, f. 6r.

28 vigna, Codice diplomatico, p. 762.

29 Ibid., p. 860.

30 ASG, Caffa Massaria, n° 1232, f. 16v et n° 1264, f. 154r.

31 vigna, Codice diplomatico, p. 761.

32 ASG, Caffa Massaria, n° 1231, f. 253r ; vigna, Codice diplomatico, p. 783 et 978.

33 Ibid., p. 838.

34 Ibid., p. 939.

35 ASG, Caffa Massaria, n° 1233, f. 359v ; vigna, Codice diplomatico, p. 906 et 930.

36 balard, Notes sur la fiscalité génoise (cité supra n. 6), p. 237-238.

37 ASG, Caffa Massaria, n° 1236, f. 53r; n° 1237, f. 51r, 129r, 129v, 42v; n° 1239, f. 100r.

38 Ibid., n° 1243, f. 131r; n° 1256, f. 152r.

39 balard, Les milieux dirigeants (cité supra n. 8), p. 165.

40 ASG, Caffa Massaria, n° 1227, f. 224v, 319r.

41 Vigna, Codice diplomatico, p. 897.

42 ASG, Caffa Massaria, n° 1229, f. 149r.

43 Ibid., n° 1237, f. 133v.

44 Ibid., n° 1238, f. 34r ; n° 1240, f. 28r ; n° 1243, f. 26r, 25r ; n° 1251, f. 32v ; n° 1249, f. 181v ; n° 1256, f. 36r.

45 vigna, Codice diplomatico, p. 761, 771, 782.

46 ASG, Caffa Massaria, n° 1231, f. 253r ; VIGNA, Codice diplomatico, p. 773 ; ASG, Caffa Massaria, n° 1257, f. 117v.

47 Ibid., n° 1233, f. 359v.

48 Ibid, n° 1234, f. 267v.

49 vigna, Codice diplomatico, p. 956.

50 ASG, Caffa Massaria, n° 1234, f. 86r ; n° 1256, f. 113v et 117r.

51 Le nom n’apparaît pas dans les listes de familles dressées par F. grillo, Origine storica delle località e antichi cognomi della Repubblica di Genova, 3e éd., Gênes 1964.

52 ASG, Caffa Massaria, n° 1234, f. 116r; n° 1237, f. 94r; n° 1241, f. 115v.

53 Ibid, n° 1239, f. 13v; n° 1237, f. 15v.

54 Ibid, n° 1238, f. 116v; n° 1240, f. 107r; n° 1247, f. 111r; n° 1260, f. 126v; n° 1242, f. 113v; n° 1251, f. 128r.

55 Ibid., n° 1237, f. 46v; n° 1247, f. 111r.

56 Ibid., n° 1260, f. 90v.

57 Ibid., n° 1260, f. 126v ; n° 1246, f. 115r ; n° 1247. f. 111r ; n° 1241, f. 115r ; n° 1228, f. 190r ; n° 1241, f. 106r et 118r ; n° 1246, f 113r ; n° 1247, f. 64r.

58 Sur le mécanisme de l’affermage à Gênes, voir D. gioffre, Liber institutionum cabella-rum veterum. Milan 1967, p. ix-xviii.

59 vigna, Codice diplomatico, p. 582.

60 ASG, Caffa Massaria, n° 1233, f. 132v ; vigna, Codice diplomatico, p. 771.

61 Ibid., p. 761 et ASG, Caffa Massaria, n° 1256, f. 113v.

62 vigna, Codice diplomatico, p. 906.

63 Ibid., p. 907 et ASG. Caffa Massaria, n° 1243, f. 115r.

64 vigna, Codice diplomatico, p. 909 et ASG, Caffa Massaria, n° 1228, f. 379v ; n° 1260, f. 126v.

65 vigna, Codice diplomatico, p. 910 : ASG. Caffa Massaria, n° 1228, f. 209v ; n° 1243, f. 24v et 25r ; n° 1247, f. 111 r ; n° 1249, f. 173r.

66 vigna, Codice diplomatico, p. 918 ; ASG, Caffa Massaria. n° 1248, f. 166r ; n° 1238, f. 118r ; n° 1237, f. 89r ; n° 1234, f. 102v.

67 vigna, Codice diplomatico, p. 664  : « Item statuimus quod consul dicti loci modo aliquo vel ingenio per se vel interpositam personam non possit emere vel colligere et seu colligi facere in dicto loco aliquod comerchium drictum vel cahellam, neque etiam comerchium seu aliquam ex cabellis Caphe. »

68 vigna, Codice diplomatico, p. 851 ; ASG, Caffa Massaria, n° 1239, f. 22v.

69 Ibid., n° 1250, f. 15lr et vigna, Codice diplomatico, p. 836 et 886.

70 ASG, Caffa Massaria, n° 1235, f. 2r; n° 1237, f. 10r.

71 vigna, Codice diplomatico, p. 801-802; ASG, Caffa Massaria, n° 1237, f. 44r; n° 1228, f. 258v; n° 1241, f. 41v; n° 1240, f. 50r.

72 vigna, Codice diplomatico, p. 803-804; ASG, Caffa Massaria, n° 1238, f. 121 v; n° 1236, f. 52r et 104r.

73 Ibid., n° 1241, f. 118r.

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search