Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Les Catalans en Thrace

Ch. Bakirtzis

Texte intégral

1L’été 1307, les Catalans, divisés en clans rivaux, décidèrent de quitter Gallipoli, d’où ils lançaient leurs entreprises guerrières, ainsi que d’autres places qu’ils tenaient en Thrace orientale, non sans les avoir au préalable pillées et détruites ; ils traversèrent l’Hèbre, formèrent deux colonnes, conduites l’une par Rocafort et l’autre par les chevaliers Béranger de Entença, Ferrand Ximénès et l’infant de Majorque Ferdinand, et se dirigèrent vers l’ouest. La flotte, sous les ordres de Ramon Muntaner, et les galères de l’infant Ferdinand devaient longer les côtes de Thrace jusqu’au point de rendez-vous fixé, Christoupolis (aujourd’hui Kavala), qui était, sur l’itinéraire projeté vers Thessalonique, le seul port où passait la Voie Egnatia. C’est donc que l’itinéraire de l’infanterie catalane suivait cette artère centrale.

  • 1 Pachymère, Bonn, II, p. 651-652.
  • 2 Ramon Muntaner, Chronique d’Aragon, de Sicile et de Grèce (traduction nouvelle du catalan), dans C (...)

2L’avance des Catalans au milieu de la Thrace occidentale fut fatale à la Compagnie, puisque deux jours avant leur arrivée à Christoupolis, les deux colonnes s’affrontèrent en un combat fratricide où périrent de nombreux chevaliers et fantassins, parmi lesquels le chevalier Béranger de Entença, qui fut enterré dans une église des alentours dédiée à saint Nicolas. Ces événements dramatiques sont rapportés rapidement par Pachymère1 et en détail par Ramon Muntaner dans ses Chroniques2.

3Dans cette étude dédiée à Madame Hélène Ahrweiler, j’ai l’intention de commenter ce passage du texte des Chroniques, afin de déterminer où eut lieu l’affrontement qui marqua la fin de la Compagnie catalane, et de faire quelques hypothèses sur l’endroit où fut inhumé le chevalier catalan Béranger de Entença.

  • 3 . Il désigne ainsi le chef de la Compagnie catalane, Roger de Flor, qui avait reçu le titre de cés (...)

4Chapitre CCXXXI. Il est vrai que nous avions séjourné au cap de Gallipoli et dans cette contrée pendant sept ans, depuis la mort du césar3. Nous y avions vécu pendant cinq ans à bouche-que-veux-tu, et en même temps nous avions dévasté toute la contrée, à dix journées à la ronde, et nous avions détruit tous les habitants, si bien qu’on ne pouvait plus rien y recueillir.

  • 4 Pachymère, II, p. 562.
  • 5 . Ibid, p. 603 et 629.

5Les pillages et les destructions que provoquèrent les Catalans s’étendirent sans entraves sur tout le territoire de la Thrace, parce que « la Thrace était facilement accessible4 » et atteignirent même la région d’Andrinople et de Bizye5.

  • 6 Grégoras, Bonn, I, p. 244 : « Ils dévastèrent et pillèrent la côte et l’intérieur du pays sur tout (...)
  • 7 Muntaner, ch. CCXXXIV, p. 464-467.

6Le spectacle de la désolation ne se jouait pas seulement dans l’arrière-pays ; les côtes aussi, ainsi Maronée, connaissaient la folie destructrice de ces guerriers impitoyables6. Grâce à leurs navires, les Catalans se lancèrent également dans des entreprises plus lointaines : prise de Phocée et vol de reliques provenant du tombeau de saint Jean l’Évangéliste à Éphèse7.

7Il nous fallait donc forcément abandonner ce pays-là ; et cela était une chose convenue par En Rocafort et ceux qui étaient avec lui, tant chrétiens que Turcs et Turcopules. Tel était aussi l’avis d’En Béranger d’Entença, d’En Ferrand Ximénès et tous les leurs, aussi bien que le mien et celui des hommes qui étaient avec moi à Gallipoli ; mais nous n’osions bouger de crainte que de nouvelles rixes ne vinssent nous mettre aux prises les uns avec les autres, comme nous avions en effet toute raison de le craindre. Ainsi donc le seigneur infant parla à chacun en particulier, et il fut convenu que : tous ensemble nous abandonnerions ce pays, et que moi, sur les vingt-quatre lins que nous avions (parmi lesquels se trouvaient quatre galères, et les autres étaient des lins armés), j’embarquerais tous les hommes de mer, toutes les femmes et tous les enfants, et que je m’en irais avec eux tous par mer jusqu’à la ville de Christopolis, qui est l’entrée du royaume de Salonique, et qu’avant de partir je démolirais et incendierais le château de Gallipoli, le château de Maditos et tous les lieux dont nous étions les maîtres. Ainsi je pris congé d’eux et m’en vins à Gallipoli ; j’exécutai les ordres que j’avais reçus, et avec trente-six voiles, entre galères, lins armés, barques armées et barques de rivière, je sortis de la Bouche d’Avie et fis route vers Christopolis.

8Chapitre CCXXXII. Lorsque l’infant et toute la Compagnie eurent reçu la nouvelle que j’avais brûlé et démantelé toutes les places et châteaux et que j’étais sorti sans accident de la Bouche d’Avie, ils donnèrent de leur côté l’ordre du départ. Et les dispositions prises par le seigneur infant furent telles : En Rocafort et ceux qui étaient avec lui, ainsi que les Turcs et Turcopules, devaient devancer d’un jour le reste de l’ost, de sorte que, là où ils coucheraient une nuit, le lendemain le seigneur infant, avec En Béranger d’Entença et En Ferrand Ximénès, et toutes leurs compagnies, y coucheraient ; de telle sorte que toujours ils étaient à une journée de distance les uns des autres. Et ils marchèrent ainsi à petites journées et en fort bon ordre.

  • 8 Je remercie le commandant Stergiou de l’Ecole supérieure de Guerre pour ces indications.

9Étant donné que l’armée catalane se composait, outre les cavaliers, de fantassins, d’auxiliaires et de serviteurs avec des chariots, la distance parcourue quotidiennement le long de la Voie Egnatia ne devait pas excéder 30 à 40 kilomètres. De nos jours, pour de semblables déplacements de corps expéditionnaires, les manuels militaires prévoient 22 à 30 km par jour8. Il n’est cependant pas illégitime de supposer que les fortes têtes catalanes, qui se déplaçaient dans le secteur plat de la Thrace et sur la Voie Egnatia, parcouraient des distances quotidiennes supérieures : afin de faciliter leur avance, on avait embarqué femmes et enfants sur les navires.

10Et lorsqu’ils furent à deux journées de Christopolis, le diable, qui ne fait jamais que du mal, arrangea tellement les choses que l’ost d’En Béranger d’Entença se leva de fort grand matin, à cause de l’extrême chaleur qu’il faisait. Et précisément ce jour-là les gens d’En Rocafort ne s’étaient levés qu’au grand jour, par la raison qu’ils avaient passé la nuit dans une plaine toute parsemée de jardins dans lesquels abondaient tous les excellents fruits qui mûrissent à cette saison de l’année, et toute arrosée de belles eaux, et aussi fort bien fournie de bons vins qu’ils allaient chercher dans toutes les maisons.

  • 9 G. Schlumberger, Expédition des « Almugavares » ou routiers catalans en Orient, Paris 1927, p. 218 (...)
  • 10 S. Kyriakidis, Περι την ίστορίαν τῆς Θράκης. Ai πόλεις Ξάνθη και Κομοτηνή, Thessalonique 1960, p.  (...)
  • 11 C. Asdracha, La région des Rhodopes aux xiiie et xive siècles. Étude de géographie historique, Ath (...)

11Quelle est donc cette région située sur la Voie Egnatia à une distance de 2 à 3 jours de Christoupoli et qui présente un paysage aussi contrasté : exubérant à une distance de deux jours, torride et desséché à trois jours ? G. Schlumberger a suggéré qu’il s’agissait des abords du Nestos et E. Stamatiadis que c’était peut-être Maronée9. Cette dernière idée ne convient pas : entre Maronée et Kavala, il y a plus de deux jours de route et Maronée ne se trouve pas sur la Voie Egnatia que suivaient les Catalans. S. Kyriakidis, qui connaissait bien la région, a proposé d’y voir la plaine de Komotini – désignant apparemment ainsi la région fertile du Fa-turyaka, à l’ouest de Komotini et près du lac Vistonis. Pour P. Georgantzis, ce serait la plaine de Xanthi10. C. Asdracha, s’appuyant sur les commentaires de J. Buchon, suggérait la région d’Abdère11, proposition moins vraisemblable puisque cette ville, qui s’appelait à l’époque Polystylon, est à grande distance de la Voie Egnatia.

12Stilpon Kyriakidis et Petros Georgantzis me paraissent plus près de la vérité ; en examinant plus précisément leur suggestion, je pense que la bataille entre les deux armées catalanes eut lieu entre la plaine de Xanthi et celle de Komotini, très exactement sur l’étroite bande de terre qui s’étend entre les premières pentes du Rhodope et le lac Vistonis. La Voie Egnatia passe par ce point, à 76 km de Kavala, distance que les Catalans pouvaient parcourir en deux jours.

  • 12 Strabon, Fragm. VII : 43(44).
  • 13 Akropolitès, Bonn, p. 25-26 : « Il détruisit de fond en comble ... Mosynoupolis, Périthéorion et b (...)
  • 14 Cantacuzène, Bonn, I, p. 542 et II, p. 197.
  • 15 Ibid., II, p. 429.

13Le lac Vistonis est à présent un étang qui donne dans la mer par deux canaux. Au xive s. en revanche, c’était un golfe profond, dont l’embouchure était fermée par de petites îles. Sur deux de ces îles était installée la ville de Poroi (« Passage »), tandis qu’au fond du golfe se dressait Anastasioupolis-Périthéorion. A l’est du Vistonis, la plaine de Komotini, surtout à l’est de Komotini et jusqu’à Sappes, est torride et desséchée : on y cultive donc des céréales et du tabac. Au contraire, la plaine de Xanthi, à l’ouest de la lagune, est occupée en abondance par de hauts arbres, des champs bien arrosés et des cultures de toute sorte. Mon père m’a raconté qu’avant la IIe Guerre Mondiale, il était impossible de la traverser à l’aube, à cause des vapeurs enivrantes que dispensaient les plantes sauvages. On ne trouvera donc pas étrange la tradition archaïque qui y faisait paître les cavales de Diomède12. Quant aux maisons signalées par Ramon Muntaner, elles ne sont autres que les quelques maisons à l’intérieur et à l’extérieur d’Anastasiou-polis-Périthéorion, au fond du golfe Vistonis. A l’époque des Catalans, la ville était à demi abandonnée, après la destruction de ses murs par le raid du chef bulgare Joannitzis (1206), qui saccagea nombre de villes thraces13. Les murailles d’Anastasioupolis-Périthéorion, qui portent les monogrammes des Paléologues, furent relevées plus tard, en 1341, par Andronic III Paléologue14. Maximianoupolis-Mosynopolis, à quelques kilomètres à l’ouest de Komotini, sur les pentes du mont Papikion, devait se trouver dans le même état. En 1343, Jean VI Cantacuzène en parle comme d’une ville ancienne, « détruite depuis longtemps15 ».

14La première troupe de Catalans campa donc avec Rocafort à Anastasioupolis-Périthéorion, le reste des gens se répandant dans la plaine vers Xanthi, tandis que la deuxième troupe, avec l’infant de Majorque, Béranger d’Entença et Ferrand Ximénès, campait dans la plaine torride de Komotini.

  • 16 T. L. F. Tafel, De via militari Romanorum Egnatia, Pars orientalis, Tubingen 1841. (Londres 1972), (...)
  • 17 K. Chionis, ’Ιστορία τῆς Καβάλας, Kavala 1968, p. 37. D. Lazaridis, Νεάπολις—Χρι-στούπολις—Καβάλα, (...)
  • 18 C. Koukouli-Chrysanthaki, Via Egnatia-Acontisma, Athens Annals of Archaeology 5, 1972, p. 474-485.
  • 19 BCH 118, 1994, p. 771. Des fouilles sont conduites sur le site par l’Institut norvégien d’Athènes (...)
  • 20 Ch. Bakirtzis, D. Triandaphyllos et alii, Thrace, Athènes 1992, p. 37.
  • 21 L. Polychronidou-Loukopoulou, Τόπειρος, πόλις τῆς Θράκης : προβλήματα ιστορικῆς γεωγραφίας και τοπ (...)
  • 22 G. Bakalakis, Παρανέστιοι αρχαιότητες, Thrakika 8, 1937 p. 24 (réédité dans οινοσ ισμαρικοσ, Μικρά (...)
  • 23 P. A. Pantos, Ein « Königlisches » ostgotisches Grab bei Stabulum Diomedis in Thrakien : erste his (...)
  • 24 Asdracha, Rhodopes, p. 109-113. Ν. K. Moutsopoulos, ’Ιστορική σκιαγραφία Κομοτηνής, Θρακική ’Επετη (...)

15Sur le parcours de la Voie Egnatia entre Kavala et Komotini, le réseau de stations routières mis en place par les Romains avait cessé de fonctionner et avait été remplacé, en cette fin de l’Empire byzantin, par un autre qui, à mon avis, s’appuyait non plus tant sur les stations routières que sur les villes habitées de la région16. Christoupolis (Kavala), était une cité vivante à cette époque17. La première station vers l’est, Akontisma, que Ch. Koukouli a identifiée avec les ruines visibles sur une colline fortifiée à 13 km à l’est de Kavala, près du village de Néa Karvali18, avait cessé de fonctionner et avait été remplacée par la station dont on a conservé les ruines près du village de Petropigi, à 20 km à l’est de Kavala. Cette station, fondée à la fin de l’époque byzantine, subsista au début de l’époque ottomane19. Je pense que c’est dans cette station que Ramon Muntaner rencontra la partie de l’armée catalane qui, sous les ordres de Rocafort, continuait de progresser vers l’ouest et qu’il lui remit le commandement et le sceau de l’armée20. La station Topiro s’identifie sans peine avec la ville de Topeiros, qui contrôlait la traversée du Nestos21. Les ruines de Topeiros possèdent une phase tardobyzantine. C’est de cette époque qu’on date les remparts de son acropole. On signale aussi, en dehors des murs de la cité et près du fleuve, un grand bâtiment de l’époque ottomane précoce, qui, tout comme le khan de Trajanoupolis, servait d’hôtellerie aux voyageurs qui empruntaient la Voie Egnatia22. A l’est du Nestos, c’est Xanthi, reliée à la Voie Egnatia par une bretelle routière, qui jouait le rôle de station. La station suivante, Stabulo Diomedis, identifiée par P. Pantos avec une colline basse près d’Anastasioupolis-Périthéorion23, ne fonctionnait plus et avait cédé son rôle à Périthéorion elle-même, surtout après le relèvement de ses murailles en 1341. La station suivante, Maximianoupolis, s’identifie sans peine avec la ville romaine homonyme, nommée Mosynoupolis à l’époque byzantine. Elle fut remplacée par Koumoutzina qui, de simple station routière, était devenue, à la fin de l’époque byzantine, une ville importante de la région24.

16Or donc, trouvant gîte excellent, ils avaient retardé le plus possible leur départ. Les autres avaient eu une chance toute contraire, ce qui les avait fait lever très grand matin ; de sorte que l’avant-garde de l’ost du seigneur infant atteignit l’arrière-garde de l’ost d’En Rocafort.

  • 25 Asdracha, Rhodopes, p. 102, n. 1, relie la transformation de l’aqueduc d’Anastasioupolis-Périthéor (...)

17La distance entre Komotini et Périthéorion est de 32 km, ce qui explique que les cavaliers de l’avant-garde du deuxième groupe des Catalans soient tombés au bout de quelques heures sur Γ arrière-garde du premier groupe. Il faut rappeler que l’aqueduc construit par Justinien à Anastasioupolis servait en même temps d’ouvrage fortifié pour empêcher tout mouvement sur la Voie Egnatia (cet usage de ligne de défense est connu pour l’Antiquité comme pour des époques récentes) ; c’est donc ici, selon toute vraisemblance, que l’arrière-garde de Rocafort avait été cantonnée et que la bataille eut lieu, sur la ligne-même de l’aqueduc, ou un peu plus à l’ouest, si le corps d’armée avait commencé à s’ébranler vers l’occident25.

18Et dès que ceux d’En Rocafort les aperçurent, une voix du diable s’éleva parmi eux, qui cria : « Aux armes ! aux armes ! voici la compagnie d’En Béranger d’Entença et d’En Ferrand Ximénès qui vient pour nous tuer. » Ce cri passa de file en file jusqu’à l’avant-garde. En Rocafort fit barder les chevaux et tous se tinrent appareillés, Turcs et Turcopules. Que vous dirai-je ? le bruit en vint au seigneur infant, à En Béranger d’Entença et à En Ferrand Ximénès. Aussitôt En Béranger d’Entença sauta sur son cheval, vêtu de sa robe et sans aucune armure qu’une épée à la ceinture et un épieu de chasse en main, et ne pensant qu’à contenir et corriger les siens et à les faire revenir en arrière. Et il allait les contenant comme il pouvait, car il ignorait la cause de ce tumulte ; et il les contenait en riche-homme expérimenté et en bon chevalier. Et voilà qu’arrive sur un cheval bardé de tout point En Gilbert de Rocafort, frère plus jeune d’En Béranger de Rocafort, puis En Dalmas Saint-Martin, leur oncle, aussi sur son cheval tout bardé ; et de front ils s’avancent sur En Béranger d’Entença qui était en contenir ses gens, et eux croyaient qu’il les excitât. Et tous deux de front arrivent sur lui ; et En Béranger d’Entença s’écrie : « Qu’est-ce que cela ? » Et tous les deux le frappent à la fois, et le trouvant désarmé, lui passent leur lance de part en part au travers du corps, et si bien qu’ils le tuèrent. Et ce fut grand dommage et grand malheur qu’ils le tuassent ainsi au moment où il faisait bien. Et dès qu’ils l’eurent tué, ils allèrent à la recherche des autres et particulièrement d’En Ferrand Ximénès.

19En Ferrand Ximénès, en brave et expérimenté chevalier, était aussi sorti à ce bruit tout dépouillé d’armures, et il était monté à cheval, et il s’en allait cherchant à les contenir. Mais lorsqu’il vit que les gens d’En Rocafort avaient tué En Béranger d’Entença, sachant aussi qu’avec eux se retrouvaient les Turcs et Turcopules qui faisaient tout ce qu’on leur commandait, et qu’il vit qu’on tuait tout, il se réfugia avec trente hommes à cheval en un château qui appartenait à l’empereur.

  • 26 Pachymère, II, p. 652.

20Quel était ce château qui appartenait à l’empereur ? Pachymère le nomme en racontant la même histoire : « En Ferrand Ximénès, méconnu par les autres, se dirige avec ses domestiques, comme un chevalier errant et prisonnier, vers Xantheia26. » Xantheia est une ville byzantine dont les ruines subsistent en arrière de la Xanthi actuelle, dans une faille naturelle du Rhodope, qui conduit dans les Balkans. Elle est éloignée de Périthéorion de 20 km.

21Il n’y a aucune exagération dans l’expression employée par la suite du récit de Ramon Muntaner : « Ceux-ci (= les habitants de Xantheia), qui étaient témoins de cette rixe, le reçurent (= Ferrand Ximénès) volontiers. » De fait, depuis la tour d’angle nord-est de Xantheia, on voit clairement (et plus clairement sans doute encore à l’époque) le lac Vistonis, le site de Périthéorion et le lieu de la bataille avec la poussière qu’elle devait soulever au milieu de l’été sur la terre sèche.

22Voyez à quel péril il s’exposait en allant, ainsi forcé, se mettre au pouvoir de ses ennemis ! Ceux-ci, qui étaient témoins de cette rixe le reçurent volontiers. Que vous dirai-je ? ils allèrent ainsi férant et tuant, jusqu’au lieu où se trouvaient la bannière du seigneur infant et sa compagnie. Et le seigneur infant s’en vint tout armé sur son cheval et la masse d’armes en main, et s’en alla cherchant aussi à les contenir comme il pouvait. Et dès qu’En Rocafort et sa compagnie le virent, ils se rangèrent autour de lui, afin que nul ne pût lui faire aucun mal, ni Turcs, ni Turcopules.

23Que vous dirai-je ? Du moment où le seigneur infant fut avec eux le conflit s’arrêta ; mais il eut beau s’arrêter, il n’y en avait pas moins cette journée bon nombre des nôtres de tués, c’est-à-dire de la compagnie d’En Béranger d’Entença et d’En Ferrand Ximénès, plus de cent cinquante hommes de cheval et cinq cents de pied. Voyez si ce ne fut pas belle œuvre du diable ! Car si ce pays eût été peuplé de gens qui vinssent en bataille à ce moment contre eux, ils auraient tué et ceux-là et ceux même qui restaient.

24Lorsque le seigneur infant fut arrivé au lieu où En Béranger d’Entença gisait mort, il descendit de cheval, commença à faire grand deuil et le baisa à plus de dix reprises ; et tous ceux de l’armée en firent autant. En Rocafort lui-même s’en montra très affligé et versa des larmes, ainsi que son frère et son oncle qui l’avaient tué. Et lorsque le seigneur infant les accusa de ce meurtre, ils s’excusèrent en disant qu’ils ne l’avaient point reconnu. Ils eurent grand tort, et ce fut un grand péché que le meurtre de ce riche-homme et celui de tous les autres. Le seigneur infant fit séjourner l’ost en ce lieu pendant trois jours ; et le corps dudit En Béranger d’Entença fut enseveli dans l’église d’un ermitage de Saint-Nicolas qui se trouvait en ce lieu. On lui fit chanter des messes, et il fut placé dans un beau monument auprès de l’autel. Dieu veuille avoir son âme ! car ce fut un vrai martyr, puisque pour empêcher que mal ne se fît, il reçut la mort.

  • 27 Kyriakidis, Περί τὴν Ίστορίαν τῆς Θράκης (cité supra n. 10), p. 36.
  • 28 Je remercie Juan Nadal pour son commentaire du texte catalan. En compagnie de M. Nadal j’ai parcou (...)
  • 29 Asdracha, Rhodopes, p. 43, n. 2
  • 30 C. Makaronas, Χρονικά ἀρχαιολογικά, Makedonika 2, 1941-1952, p. 657. C’est D. Lazaridis, alors Éph (...)
  • 31 Lettre du 20.2.1983. Sur les tombeaux médiévaux de Catalogne, cf. le volume qui leur est consacré  (...)
  • 32 C. Abad, H. Larren, Excavations arqueologicas en la Iglesia Parroquial de Pezuela de las Torres (M (...)
  • 33 B. Babic, La culture matérielle des Slaves macédoniens à la lumière des recherches archéologiques (...)
  • 34 Y. Ötüken, Ein monolith-anthropoider Sarkophag in Karasu, ΘYMIAMA, ἀφιέρωμα στὴ μνήμη τῆς ; Λασκαρ (...)
  • 35 E. Marki, Oi παλαιοχριστιανικοί τάφοι στή Θράκη, « Byzantine Thrace : Image and Character », p. 3 (...)

25Où se trouve le tombeau de Béranger d’Entença ? Stilpon Kyriakidis, qui connaissait le texte de Ramon Muntaner par la traduction de J. A. C. Buchon, pense que l’événement se produisit dans la plaine de Komotini et que « la bataille une fois terminée, les Catalans enterrèrent Entença dans un monastère dédié à saint Nicolas et qui se trouvait à cet endroit27 ». En fait, il ne faut pas se contenter de chercher le tombeau de Béranger d’Entença dans un monastère, car le mot « ermitana » du texte catalan - que Buchon a traduit par « ermitage » et que Stilpon Kyriakidis a rendu par « monastère » – signifie « petite église isolée » et non pas « église de ville ou de monastère »28. Il faut aussi se rappeler que Ramon Muntaner ne fut pas témoin direct des faits, mais que son récit se fonde sur les renseignements que lui donne plus tard à Thasos l’infant de Majorque. C. Asdracha a suggéré que le tombeau de Béranger d’Entença se trouvait dans la dépendance de Vatopédi dédiée à saint Nicolas construite sur une petite île à l’entrée du lac Vistonis29. Nous ne savons pas grand chose de cette dépendance. Les ruines actuelles sont plus récentes : l’église fut construite en 1904 et le clocher en 1930. Le chancel paléochrétien emmuré dans la citerne et les autres fragments paléochrétiens de chancel en marbre, que j’ai vus il y a quelques années dans les eaux près de l’île, proviennent vraisemblablement de la cité voisine de Poroi, près du petit établissement portuaire actuel de Porto-Lago, où l’on a découvert en 1950-51 les ruines d’une grande église du xe s., restaurée en grande partie sous les Paléologues. Sous le sol de cette époque, près du mur sud de l’église, on a trouvé un tombeau profané, construit en briques, et contenant des vestiges de tissu broché d’or30 . Ce tombeau comporte une particularité : à l’intérieur il présente une forme humaine, avec un emplacement réservé spécialement pour la tête. On a trouvé des tombeaux de ce type creusés en rang sur la falaise à Pétrota du Rhodope, près de Maronée, et sur la colline de Bagala à Didymoteichon. En ce qui concerne le tombeau de Poroi, il est sans conteste chrétien et d’époque paléologue. Pour les tombeaux de Didymoteichon et de Pétrota, complètement pillés, seule l’orientation à l’est ainsi que quelques tessons à glaçure trouvés à Pétrota indiquent qu’il s’agit de tombeaux chrétiens de cette époque. Il est juste de signaler la grande ressemblance de forme et de technique entre les tombeaux de Pétrota et de Didymoteichon et les tombeaux anthropomorphes creusés dans le roc qui parsèment la Catalogne et que Manuel Riu, de l’Université de Barcelone, date du ixe-xie s.31 Manuel Riu m’indique également que le tombeau de Poroi présente des analogies avec des tombeaux anthropomorphes construits du monastère Sainte-Marie-de-Ripoll en Catalogne (xe s.) et de Pezuela en Castille (xiie s.)32. On pourrait donc croire légitimement que les tombeaux anthropomorphes de Thrace sont en relation avec les Catalans, si on ne trouvait ce même type de tombe dans des régions où les Catalans n’ont jamais rien eu à faire, par exemple à Prilep33. Un sarcophage en marbre du même type provenant de Karasu en Asie Mineure est daté du xe-xie s.34 Le plus vraisemblable est que les tombes anthropomorphes de l’Empire byzantin, comme celles du Moyen Age européen, prolongent la série des tombes antiques anthropomorphes, comme le montrent, entre autres, les tombes paléochrétiennes anthropomorphes35.

  • 36 E. Zenginis, Ό μπεκτασισμός στή Δυτική Θράκη, Thessalonique 1988, p. 226.

26Le tombeau de Béranger d’Entença pourrait aussi se trouver à l’emplacement occupé par le tekké Kütüklü Baba, près du village de Sélino, sur la rive occidentale du Vistonis36. E. Zenginis mentionne une tradition selon laquelle le tekké fut construit sur l’emplacement d’une église dédiée à saint Nicolas. Malheureusement l’exploration de la région du tekké n’a fourni aucun tesson byzantin. Les ruines isolées sont abondantes dans la région d’Anastasioupolis-Périthéorion : plusieurs d’entre elles peuvent sans doute revendiquer le tombeau du chevalier catalan.

27Tout ceci terminé, l’infant apprit qu’En Ferrand Ximénès était en ce château avec ceux qui l’avaient suivi, et qu’après lui, environ soixante-dix autres s’y étaient rendus, de telle sorte qu’il y avait bien certainement dans ce château cent vaillants hommes d’armes de l’ost. L’infant lui envoya dire de revenir auprès de lui ; mais En Ferrand Ximénès lui fit dire : qu’il le priait de l’excuser, et qu’il n’était pas en son pouvoir de le faire ; car une fois qu’il avait pris refuge dans le château, son devoir était de paraître devant l’empereur avec toute sa compagnie ; et le seigneur infant le tint pour excusé, lui et tous ceux qui étaient avec lui.

  • 37 Grégoras, I, p. 232.
  • 38 Schlumberger, Almugavares (cité supra n. 9), p. 224.

28Grégoras nous renseigne sur la carrière ultérieure de Ferrand Ximénès. Il épousa une veuve, nommée Théodora, de la famille impériale et reçut, comme Roger de Flor et Béranger d’Entença, le titre de mégaduc37 G. Schlumberger, dans son commentaire de la carrière du chevalier catalan à la cour de Byzance écrit : « C’était le troisième mégaduc que le basileus créait au sein de la Compagnie. De tous les grands capitaines de cette expédition fameuse, Fernand Ximénès de Arenos se trouva le mieux partagé, le seul qui, dans la suite, resta en dignité et dont la vie échappa à une fin malheureuse38. »

29À ce moment les quatre galères du seigneur infant, dont étaient capitaines En Dalmas Serran, chevalier, et En Jacques Des-Palau, de Barcelone, arrivaient au lieu même où se trouvait l’ost. Le seigneur infant me les avait envoyées, avec ordre de m’accompagner ; mais elles ne voulurent pas se hasarder à pénétrer dans la Bouche d’Avie, par crainte des galères des Génois ; et ainsi, sans moi, elles se rendirent au lieu où elles savaient que se trouvait l’ost.

30Chapitre CCXXXIII Quand le seigneur infant vit ses galères, il en éprouva grande joie. Il fit assembler le conseil général et leur demanda à quoi ils s’étaient accordés, à savoir s’ils voulaient le recevoir comme seigneur au nom du seigneur roi de Sicile, parce que dans ce cas il demeurerait parmi eux, mais que, dans le cas contraire, il ne resterait point. En Rocafort, qui se tenait pour beaucoup plus grand par la mort d’En Béranger d’Entança et l’absence d’En Ferrand Ximénès, fit persister la Compagnie dans la résolution de ne recevoir d’aucune manière le seigneur infant au nom du seigneur roi de Sicile, mais bien en son propre nom. Là-dessus le seigneur infant prit congé d’eux, s’embarqua sur ses galères, et s’en vint dans une île qui a pour nom Tassos, voisine de six milles de ce lieu.

  • 39 Buchon, Chroniques (cité supra n. 2), p. 463, n. 1, et Asdracha, Rhodopes, p. 44, n. 1.
  • 40 Cantacuzène, II, p. 277 et 428.
  • 41 C. Bakirtzis, ’Ανασκαφή Πολυστὐλου ’Αβδήρων, Πρακτικά ’Αρχαιολογικῆς "Εταιρείας 1982, ρ. 23.
  • 42 Ε. Schilbach, Byzantinische Metrologie, Munich 1970, p. 279.
  • 43 Grégoras, III, p. 564, et Asdracha, Rhodopes, p.  98.
  • 44 Pour information, je rappelle que la distance entre Porto Lago (Poroi) et Thasos est de 22, 7 mill (...)

31J. Buchon, dans son commentaire de Muntaner, écrit que le point de la côte thrace où les galères de l’infant de Majorque abordèrent était Abdère-Polystylon39. Cette idée se justifie par le fait que le port de Polystylon est, dans la région, le plus proche de Thasos et que, selon Cantacuzène, il accueillait des navires comme ceux du mégaduc Apokaukos en 1342 et ceux de l’émir d’Aydin Oumour en 134340. De plus des fouilles récentes ont mis au jour des vestiges qui remontent au temps des Paléologues et qui montrent que Polystylon fonctionna jusqu’à l’occupation turque41. Pour autant la distance Abdère-Thasos est bien supérieure aux 6 milles mentionnés par Muntaner. Il y a environ 28 km, soit 15,1 milles nautiques actuels (1 mille nautique = 1 852 m). Quelle que soit la valeur donnée par Muntaner au mille médiéval (max. 1 575 m, min. environ 1 217 m.)42, les 6 milles n’excèdent pas 9 450 m. Il existe bien, à l’ouest de Polystylon, à proximité des bouches du Nestos, un point de la côte thrace plus proche de Thasos ; mais il en est encore éloigné d’au moins 17 km. Des « échelles sur le littoral à l’est et à l’ouest de Polystylon » sont mentionnées par Grégoras. Il s’agit des « échelles autour d’Abdère », où mouillèrent en 1356 les navires de Cantacuzène43. Le plus vraisemblable est que les galères qui accompagnaient l’infant de Majorque jetèrent l’ancre près du champ de bataille, par exemple à Poroi44.

Notes

1 Pachymère, Bonn, II, p. 651-652.

2 Ramon Muntaner, Chronique d’Aragon, de Sicile et de Grèce (traduction nouvelle du catalan), dans Chroniques étrangères relatives aux expéditions françaises, pendant le xiiie siècle, publiées pour la première fois, élucidées et traduites par J. A. C. Buchon, Paris 1841, p. 460-463.

3 . Il désigne ainsi le chef de la Compagnie catalane, Roger de Flor, qui avait reçu le titre de césar et fut assassiné en avril 1305 dans le palais de Michel VII à Andrinople. La Compagnie catalane arriva à Constantinople à la fin de l’année 1303 et s’installa à Gallipoli à partir de l’hiver 1304-1305.

4 Pachymère, II, p. 562.

5 . Ibid, p. 603 et 629.

6 Grégoras, Bonn, I, p. 244 : « Ils dévastèrent et pillèrent la côte et l’intérieur du pays sur toute son étendue, depuis Maronée et le Rhodope jusqu’à Bizye. »

7 Muntaner, ch. CCXXXIV, p. 464-467.

8 Je remercie le commandant Stergiou de l’Ecole supérieure de Guerre pour ces indications.

9 G. Schlumberger, Expédition des « Almugavares » ou routiers catalans en Orient, Paris 1927, p. 218. Ep. Stamatiadis, Οι Καταλανοι ἐv τῆ ’Ανατολῆ, Athènes 1869, p. 169.

10 S. Kyriakidis, Περι την ίστορίαν τῆς Θράκης. Ai πόλεις Ξάνθη και Κομοτηνή, Thessalonique 1960, p. 36. P. Georgantzis, Συμβολή εις τὴν ίστορίαν τῆς Ξάνθης, Xanthi 1976, ρ. 84.

11 C. Asdracha, La région des Rhodopes aux xiiie et xive siècles. Étude de géographie historique, Athènes 1976, p. 98.

12 Strabon, Fragm. VII : 43(44).

13 Akropolitès, Bonn, p. 25-26 : « Il détruisit de fond en comble ... Mosynoupolis, Périthéorion et bien d’autres villes qu’il n’est pas nécessaire de dénombrer. »

14 Cantacuzène, Bonn, I, p. 542 et II, p. 197.

15 Ibid., II, p. 429.

16 T. L. F. Tafel, De via militari Romanorum Egnatia, Pars orientalis, Tubingen 1841. (Londres 1972), p. 12-34. Ν. K. Moutsopoulos, De via militari Romanorum. Mutatio, mansio e castra nella parte tracese délia via Egnatia, Studi Castellani in Onore di Pietro Gazzola, 1, Rome 1979. p. 193-222. On trouvera des indications sur la fréquentation de la Voie Egnatia à l’époque byzantine tardive dans Asdracha, Rhodopes (cité supra n. 11), p. 25-30.

17 K. Chionis, ’Ιστορία τῆς Καβάλας, Kavala 1968, p. 37. D. Lazaridis, Νεάπολις—Χρι-στούπολις—Καβάλα, Athènes 1969, p. 31. Une inscription de 1299 provenant de Thasos et qui mentionne Christoupolis comme une cité dynamique est publiée par J. Koder, Chios-Lesbos-Thasos. Vorläufiger Bericht über eine Bereisung im Herbst 1983. Fondation Européenne de la Science, Activité byzantine. Rapports des missions effectuées en 1983, 1, p. 138.

18 C. Koukouli-Chrysanthaki, Via Egnatia-Acontisma, Athens Annals of Archaeology 5, 1972, p. 474-485.

19 BCH 118, 1994, p. 771. Des fouilles sont conduites sur le site par l’Institut norvégien d’Athènes sous la directrion de Siri Sande.

20 Ch. Bakirtzis, D. Triandaphyllos et alii, Thrace, Athènes 1992, p. 37.

21 L. Polychronidou-Loukopoulou, Τόπειρος, πόλις τῆς Θράκης : προβλήματα ιστορικῆς γεωγραφίας και τοπογραφίας, Byzantinische Forschungen 14, 1989 (First International Symposium for Thracian Studies « Byzantine Thrace : Image and Character », Komotini, May 28th-31st 1987), p. 577-599, avec la bibliographie.

22 G. Bakalakis, Παρανέστιοι αρχαιότητες, Thrakika 8, 1937 p. 24 (réédité dans οινοσ ισμαρικοσ, Μικρά μελετήματα του καθηγητῆ Γεώργιoυ Μπακαλάκη, Α , Thessalonique 1990, ρ. 60). De ce bâtiment ne subsiste plus actuellement qu’un mur. Pour le khan de Trajanoupolis, voir le résumé de Bakirtzis-Triandaphyllos, Thrace (cité supra n. 20).

23 P. A. Pantos, Ein « Königlisches » ostgotisches Grab bei Stabulum Diomedis in Thrakien : erste historische und topographische Gedanken, « Byzantine Thrace : Image and Character » (cité supra n. 21), p. 485-495.

24 Asdracha, Rhodopes, p. 109-113. Ν. K. Moutsopoulos, ’Ιστορική σκιαγραφία Κομοτηνής, Θρακική ’Επετηρίδα 7, 1987-1990 (=’ Αφιέρωμα στòν Γεώργιο Μπακαλάκη), ρ. 171-199.

25 Asdracha, Rhodopes, p. 102, n. 1, relie la transformation de l’aqueduc d’Anastasioupolis-Périthéorion en rempart avec l’érection du grand mur de Christoupolis (Kavala) par Andronic II Paléologue peut-être pour empêcher le retour des Catalans (Grégoras, I, p. 247 et 354). Voir aussi G. Bakalakis, Τò παρά τὴν Χριστούπολιν τείχισμα, ’Ελληνικά 10, 1938, ρ. 307-318 (réédité dans οινοσ ισμαρικοσ, A’ [cité supra n. 22], p. 83-96).

26 Pachymère, II, p. 652.

27 Kyriakidis, Περί τὴν Ίστορίαν τῆς Θράκης (cité supra n. 10), p. 36.

28 Je remercie Juan Nadal pour son commentaire du texte catalan. En compagnie de M. Nadal j’ai parcouru « on the steps of Catalans » la Thrace occidentale avec le texte de Muntaner à la main en juin-juillet 1982.

29 Asdracha, Rhodopes, p. 43, n. 2

30 C. Makaronas, Χρονικά ἀρχαιολογικά, Makedonika 2, 1941-1952, p. 657. C’est D. Lazaridis, alors Éphore des Antiquités à Kavala, qui m’a indiqué la découverte des restes du tissu broché d’or. Pour les recherches récentes à Porto-Lago (Poroi), cf. Ch. Bakirtzis, ’Αρχαιολογικὲς ἔρευνες στò Πόρτο Λάγο (Θράκη), Fondation Européenne de la Science, Activité byzantine, Rapports des missions effectuées en 1980, p. 48-75 ; en 1981, p. 58-104 ; en 1982, p. 6-27.

31 Lettre du 20.2.1983. Sur les tombeaux médiévaux de Catalogne, cf. le volume qui leur est consacré : Necropolis i sepultures medievals de Catalunya, Acta/Medievalia, Annex I, Facilitat de Geographia i Historia, Universitat de Barcelona, Barcelone 1982.

32 C. Abad, H. Larren, Excavations arqueologicas en la Iglesia Parroquial de Pezuela de las Torres (Madrid), Noliciario Arqueologico Hispanico 8, Madrid 1980, p. 401-451 (Renseignement de M. Riu).

33 B. Babic, La culture matérielle des Slaves macédoniens à la lumière des recherches archéologiques à Prilep, Prilep 1986, p. 265.

34 Y. Ötüken, Ein monolith-anthropoider Sarkophag in Karasu, ΘYMIAMA, ἀφιέρωμα στὴ μνήμη τῆς ; Λασκαρίνας Μποΰρα, Athènes 1994, ρ. 241-244, où l’on trouvera d’autres exemples provenant de Constantinople et d’ailleurs.

35 E. Marki, Oi παλαιοχριστιανικοί τάφοι στή Θράκη, « Byzantine Thrace : Image and Character », p. 350, avec la suggestion que les tombeaux de ce type étaient ceux de Wisigoths christianisés.

36 E. Zenginis, Ό μπεκτασισμός στή Δυτική Θράκη, Thessalonique 1988, p. 226.

37 Grégoras, I, p. 232.

38 Schlumberger, Almugavares (cité supra n. 9), p. 224.

39 Buchon, Chroniques (cité supra n. 2), p. 463, n. 1, et Asdracha, Rhodopes, p. 44, n. 1.

40 Cantacuzène, II, p. 277 et 428.

41 C. Bakirtzis, ’Ανασκαφή Πολυστὐλου ’Αβδήρων, Πρακτικά ’Αρχαιολογικῆς "Εταιρείας 1982, ρ. 23.

42 Ε. Schilbach, Byzantinische Metrologie, Munich 1970, p. 279.

43 Grégoras, III, p. 564, et Asdracha, Rhodopes, p.  98.

44 Pour information, je rappelle que la distance entre Porto Lago (Poroi) et Thasos est de 22, 7 milles nautiques.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteur

Éphorie des Antiquités Byzantines (Kavala)

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search