Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Le Magne byzantin : problèmes d’histoire et de topographie*

Anna Avraméa

Texte intégral

  • * Liste des abréviations :
    DChAE : Αελτίον τῆς Χριστιανικῆς καὶ Πρχαιολικῆς Ἐταιρείας
    Kalopissi-Verti, (...)

1La région du Magne, dans la partie la plus méridionale du Péloponnèse et de toute la péninsule des Balkans, constitue une entité géographique particulière, formée par la chaîne imposante du Taygète et s’étendant jusqu’au cap Ténare. Isolé par les massifs montagneux qui rendent les communications terrestres difficiles, possédant des côtes rongées et découpées, qui semblent inaccessibles aux navigateurs, mais avec quelques anses plus sûres, qui s’ouvrent aux communications maritimes, le pays fut depuis l’Antiquité l’objet de descriptions et de recherches.

  • 1 La carte qui accompagne cet article est établie par M. Y. Saïtas, architecte ; je le remercie de m (...)

2Les divisions géographiques traditionnelles du Magne en quatre parties distinctes, telles qu’elles apparaissent sur la carte actuelle1, traduisent un passé formé par des facteurs géographiques, historiques et socio-économiques. La partie nord / ouest, appelée Exô Mani ou Magne de Messénie (I) comprend les versants occidentaux de Anô Taygète (Pentadaktylos) jusqu’aux côtes du golfe messénien ; les versants sud/est s’étendant jusqu’au golfe laconien constituent la partie nord/est (II). La partie méridionale formée par la chaîne du Katô Taygète (ou mont Sangias) est divisée en deux parties : le sud /ouest, appelé traditionnellement Messa Mani ou Magne occidental (IV) et le sud /est appelé aussi Magne oriental (III).

3La dénomination du Magne byzantin, l’extension géographique du terme, l’emplacement des kάστρα Μαἳνης, mais aussi la composition de ses habitants, leur civilisation, leur religion, leur vie économique et sociale ont été à plusieurs reprises abordés par les byzantinistes. Les sources narratives et les traces de la présence humaine de ceux qui ont habité, défendu le pays et loué Dieu, serviront de guide pour la présentation qui suivra.

  • 2 Procope, De bello vandalico, I, 13, éd. J. Haury, Leipzig 19622, p. 370.
  • 3 N. B. Drandakis, EicaipiKai épsuvai èv KLmapiacKû Mdvriç, PAE 1958, p. 199-219 ; 1960, p. 233-245  (...)
  • 4 N. B. Drandakis et collaborateurs, PAE 1964, p. 121-135 ; 1977, p. 200-207 ; 1978, p. 183-191 ; 19 (...)
  • 5 N. B. Drandakis, Bυζαvτιvὲς τoiχoypaφíες τῆς Mέσa Mἀvης, Athènes 1995, p. 21, 213-222.
  • 6 A. Avraméa,, Ἱστορικὲς μαρτυρίες καὶ ἀρχαιολογικά τεκμήρια ἀπο ρὸ Οἵτυλο τῆς Μάνης, ακωνικαὶ Σπουδ (...)
  • 7 N. B. Drandakis, H. Dori, S. Kalopissi, M. Panayotidi, PAE 1978, p. 175.

4Pendant toute la période protobyzantine, seul Procope mentionne une ville-port de la presqu’île. Racontant l’expédition maritime de Bélisaire contre les Vandales d’Afrique en 533, il signale que la flotte byzantine, ayant évité le danger de la traversée du cap Malée, stationna à Kainépolis, près de l’actuelle Kyparissos2. C’est dans ce même endroit que N. Drandakis a découvert deux basiliques paléochrétiennes des ve-vie s., à Ag. Pétros et au lieu-dit Monastiri, près de la mer, ainsi qu’une troisième plus tardive, Ag. Andréas, un peu à l’intérieur dans la région du village Alyka3. Plus au nord, la basilique fouillée sur la presqu’île Tigani, près du site de l’antique Messè, aujourd’hui près du village Mézapos, est datée du viie s. Les archélogues qui ont étudié les trouvailles des tombes les datent des ve-vie s.4 Pourtant, comme cela sera démontré plus bas, il faut désormais réviser cette date. Près de Tigani, une petite église en ruines, Ag. Prokopios, possédait des fresques du temps de l’iconoclasme et notamment de la première moitié du ixe s.5 Vers le nord encore, sur le golfe d’Oitylon, au lieu-dit Karavostasi, un grand nombre de pièces de sculpture architecturale, repérées par ma propre recherche, permet de supposer avec beaucoup de probabilité l’existence d’une basilique paléochrétienne dans ces parages6. Sur la côte orientale, près de Kotronas, site de l’antique Teuthronè, des spolia paléochrétiens se trouvent incorporés aux murs des églises du village7.

  • 8 N. B. Drandakis, H. Dori, V. Kepetzi, M. Konstantoudaki, Ἔρευνα στὴν Κάτω Mάvn, Athènes 1993 (Bibl (...)
  • 9 J.- P. sodini, Remarques sur la sculpture architecturale d’Attique, de Béotie et du Péloponnèse à (...)

5Toutes ces basiliques ont été érigées sur le site des villes côtières des Eleuthérolaconiens et en particulier sur la côte occidentale du Messa Mani (IV) ; c’est un fait remarquable à retenir, d’autant plus qu’aucun vestige paléochrétien n’a été signalé à l’intérieur du pays, malgré les recherches systématiques effectuées par N. Drandakis et ses collaborateurs. Seule exception : les spolia repérés dans l’église Ag. Nikolaos du village de Gherma8. Pourtant leur similitude avec des pièces de sculpture provenant de Gytheion et d’Aghéranos9 diminue l’importance de la découverte et rend possible que ces pièces aient été déplacées. D’autre part cette hypothèse est renforcée par le fait que le village de Gherma est situé près de la route tracée sur le col formé par les derniers contreforts de l’Anô Taygète et les premières hauteurs du mont Sangias, appelé localement Mylolangada, route qui permet la communication entre Gytheion, sur le golfe laconien, et Oitylon sur le golfe messénien. Nous pouvons ainsi conclure que le christianisme vient de la mer, pendant une période d’activité commerciale et de communication maritime libre, et est ancré sur la côte occidentale, qui s’ouvre à des ports offrant un refuge aux bateaux et le contrôle des voies maritimes.

  • 10 J. Darrouzès, Notitiœ Episcopatuum Ecclesiœ Constantinopolitanœ, Paris 1981, Notitia 7, p. 53-78 e (...)
  • 11 Constantin Porphyrogénète, De administrando imperio, éd. G. Moravcsik, trad. anglaise par R. j. H. (...)

6Le silence des sources sera rompu par des données officielles. L’évêché du Magne est suffragant de la métropole de Corinthe dans la Notitia rédigée entre 901 et 90710. Mais c’est le fameux passage de Constantin VII Porphyrogénète11qui provoquera des discussions ; celles-ci ne sont pas encore toutes closes. Le passage bien connu concernant le thème du Péloponnèse comprend deux parties distinctes et inégales. Dans la première (DAI, 50/6-70), Porphyrogénète s’étend longuement sur les insurrections des Slaves et autres rebelles, et en particulier sur les Mélingues et les Ezérites. Il relate leur soumission en 842 par le protospathaire Théoctiste Bryenne, leur cantonnement sur les versants de Pentadaktylos, sous Lacédémone et Hélos, ainsi que le versement au stratège du tribut annuel (πάκτον). Il se réfère ensuite à leur nouvelle insurrection sous Romain Lécapène, aux rigueurs fiscales imposées par le stratège Krinitès, ainsi qu’au nouvel accord sur la diminution du tribut annuel par décision impériale. En résumant ce long passage nous devons mettre l’accent sur le fait que, une fois pacifiés, les Slaves obéissent au stratège et à l’archonte désigné par lui, prennent part aux expéditions militaires et versent le πάκτον, obligations qui ne sont pas respectées pendant les périodes de révolte (50/28-32).

  • 12 Trad. française par Zakythinos, Despotat ii, p. 7.

7Par la suite (50/71-82), l’auteur se réfère au pays et aux habitants du κάστρον Μαΐνης, comme suit : « Il faut savoir que les habitants de la forteresse de Maïna ne sont point de la même race que les Slaves susdits, mais qu’ils descendent des anciens Romains. Ils sont aujourd’hui encore appelés Hellènes par les gens du pays parce que, à une époque reculée, ils étaient des païens et adoraient les idoles, suivant les coutumes des anciens Grecs. Sous le règne de l’empereur Basile (867-886), ils furent baptisés et convertis à la foi chrétienne. Quant au pays qu’ils habitent, il est aride et ne produit que des olives dont ils tirent quelque secours. Ce pays se trouve au bout du cap Malée, à savoir au-delà d’Ezéros vers le littoral. Comme ces habitants de Maïna sont complètement soumis et reçoivent le gouverneur nommé par le stratège et comme ils obéissent aux commandements de ce dernier, ils payent depuis une époque lointaine un tribut annuel πάκτον) de quatre cents sous d’or12. »

8J’ai voulu rappeler en détail les données de ce chapitre, dans lequel Constantin VII procède à la différenciation tant géographique que raciale des Slaves et des habitants de la forteresse du Magne, tout en mettant l’accent sur les liens de dépendance, non seulement des Slaves, mais aussi des Grecs vis à vis de l’Empire et de ses représentants par le versement du πάκτον à l’archonte désigné aux uns et aux autres par le stratège. Il faut revenir sur cette donnée.

9Plusieurs points controversés demandent des éclaircissements. Pour la plupart des historiens modernes, Porphyrogénète commet des erreurs en soutenant la christianisation tardive des Maniotes, ainsi que l’emplacement géographique de la forteresse du Magne au cap Malée au lieu du cap Ténare. Les arguments pour prouver que l’empereur ne dit pas la vérité s’appuient d’une part sur la découverte des basiliques paléochrétiennes, d’autre part sur la contradiction qui dérive de la description du paysage et de ses ressources, conforme à la région de Messa Mani (IV).

  • 13 Byzantine Monemvasia. The Sources, Monemvasia 1990, p. 45-54.
  • 14 J. Darrouzès, Listes épiscopales du concile de Nicée, RÉB 33, 1975, 253 B, 194 D, 193 E. 182 E. Ma (...)
  • 15 . Communication au V1’ Symposium d’Histoire et d’Art, Monemvasie 1992. Je remercie M. Anagnostakis. (...)
  • 16 P. Lemerle, La chronique improprement dite de Monemvasie : le contexte historique et légendaire, R (...)

10Commençons par le problème topographique. De nouvelles propositions essayant de justifier l’erreur géographique ont été présentées dernièrement. C’est ainsi que selon Haris Kalliga13, ce n’est pas à Porphyrogénète, mais au copiste, qu’il faut attribuer la faute : au lieu d’écrire « Monemvasie », il écrit « Magne ». Et, pour renforcer sa théorie, le même auteur soutient que l’expression « au-delà d’Ezéros vers le littoral » prend un sens seulement si la forteresse se trouve à l’est, c’est-à-dire dans la presqu’île du cap Malée. Cette proposition ne peut pas être retenue, la première et plus forte objection étant que Monemvasie est érigée au rang d’évêché avant 787, quand son évêque signe les actes du VIL concile œcuménique de Nicée14, et que cela est incompatible avec le renseignement de l’empereur sur le baptême tardif des habitants de la forteresse. Une autre proposition concernant la lecture du texte et le problème topographique est présentée par E. Anagnostakis15 ; celui-ci estime que le passage de Porphyrogénète ne se rapporte pas aux habitants de la forteresse du Magne - forteresse qui se trouve bien au cap Ténare – mais à leurs ancêtres, originaires du cap Malée, et c’est en parlant d’eux que Porphyrogénète décrit la presqu’île de Malée comme lieu de leur provenance. Le même auteur rappelle le passage de la Chronique dite de Monemvasie d’après lequel « seule la partie orientale du Péloponnèse, depuis Corinthe jusqu’au cap Malée, était pure du peuple sthlavène16 », justifiant ainsi la mention de Constantin VII, où celui-ci rapporte que les habitants du Magne ne sont point de la même race que les Slaves. Ce serait, à mon avis, faire violence au texte que de vouloir rapporter à la presqu’île du cap Malée la description topographique pour justifier la contradiction apparente.

  • 17 A. Diller, The scholia on Strabo, Traditio 10, 1954, p. 34 : Ταίναρον ὅ νῦν Μονοβα-σίαν λέγουσι Su (...)
  • 18 Ces renseignements tirés des sources sont signalés par A. Bon, Le Péloponnèse byzantin jusqu’en 12 (...)

11C’est un fait bien connu que Porphyrogénète n’est pas le seul à commettre cette erreur et à déplacer le nom du cap Malée au cap Ténare. Cette confusion est attestée aussi dans le sens inverse, comme nous pouvons le constater par la scholie à Strabon, écrite très probablement par Aréthas, qui, commentant le cap Ténare, signale « qu’il est appelé aujourd’hui Monovasie17 ». La confusion Malée-Ténare se rencontre aussi dans le texte, improprement attribué à Benoît de Peter-borough, qui en 1191 cite, après Malée, Vitylo et le Magne, ainsi que, vers le milieu du xiie s., dans Edrisi, pour qui le Magne est à chercher entre Kalamata et Lacédémone, là où s’avance un promontoire qui porte le nom de Malaïa, c’est-à-dire celui de Malée18.

  • 19 R. Baladie, Le Péloponnèse de Strabon. Étude de géographie historique, Paris 1980, p. 24-28, 225.
  • 20 P. Gautier Dalché, Carte marine et portulan au xiie siècle, Rome 1995 (Coll. de l’École française (...)

12C’est probablement à Strabon, que Porphyrogénète connaît et suit de près, qu’il faudrait attribuer cette confusion. Strabon imaginait un Péloponnèse plus tassé dans le sens nord /sud, plus trapu qu’il n’est en réalité. Comme le note R. Baladié, « la route à parcourir fut longue, avant que l’esprit humain eût maîtrisé ces formes de la terre qui nous sont familières... » En étudiant les erreurs et imprécisions de Strabon, le même auteur signale que dans le sens nord /sud le géographe retient, comme largeur du Péloponnèse, l’axe Aigion-cap Malée ; il faut admettre une erreur de longitude considérable et un déplacement vers l’ouest de l’extrémité méridionale de la péninsule. D’ailleurs il ne faut pas oublier la familiarité de Strabon et de Constantin VII avec les Périples et les Itinéraires maritimes dans lesquels le cap Malée est omniprésent19. Il faut noter que d’après le texte d’un nouveau portulan pisan du xiie s., récemment publié, les deux caps sont signalés par le terme Malée : « A capite Malee Sancti Angeli... usque ad caput Malee Matapan20. »

  • 21 De Thematibus, éd. A. Pertusi, Cité du Vatican 1952 (Studi e Testi 160), I, 20-25 : τὸ δὲ πλάτος ἕ (...)
  • 22 De cerimoniis aulœ byzantinœ (CSHB), p. 112, 1. 21. Toutes ces données des n. 21 et 22 sont citées (...)

13A côté de ces remarques, et pour élucider le problème, nous devons étudier les points de départ que l’empereur utilise dans ces textes pour fixer un point géographique dans l’espace. D’habitude, il emploie les points cardinaux et la distance à la mer du lieu géographique qu’il décrit. En plus, il donne parfois des indications sur ce qui se trouve à droite ou à gauche du point dont il fait mention. Ce dernier procédé pour fixer un lieu présente une particularité remarquable, puisque certains exemples puisés dans ses œuvres nous permettent de conclure que le point d’où il regarde l’espace est Constantinople. C’est ainsi que, décrivant le thème des Anatoliques, l’auteur note que « quant à la longueur, le thème possède à sa gauche quelques parties du thème des Bucellaires et le début de celui de Cappadoce21 ». Il est clair que l’expression « à sa gauche » ne peut s’expliquer que si l’on regarde ces lieux de la capitale. Une autre donnée prouve le point de vue personnel de l’empereur pour regarder des lieux. Quand il veut désigner la partie droite de l’église, il entend la droite par rapport au sanctuaire, d’où l’empereur sort, et non pas par rapport à l’entrée de l’église22. A ces exemples de lecture, je crois qu’il faut ajouter l’expression « au-delà d’Ezéros vers le littoral », en considérant que, pour celui qui regarde le Péloponnèse de Constantinople, la forteresse du Magne se trouve à l’est d’Ezéros. Il ne faut donc pas expliquer les données géographiques avec la conception de l’espace que possède le lecteur d’une carte moderne.

  • 23 A. Petridis, Περὶ τoῦ ὀ vóµατo ς, τῆς mάvης, Παvδώpα 22, 1872, p. 153 s. ; N. B. Dran-Dakis, PAE 1 (...)
  • 24 C’est ce qui ressort du dernier article de Wagstaff, Grand Magne, p. 142.
  • 25 A. Avraméa, Le Péloponnèse du ive au viiie s. Changements et persistances, Paris 1997 (Byzantina S (...)
  • 26 N. B. Drandakis, N. Ghiolès, Ch. Constantinidi, PAE 1981, p. 253.
  • 27 H. Ahrweiler, La frontière et les frontières de Byzance en Orient, Actes du xive Congrès internati (...)
  • 28 Sur les sceaux des archontes du VIIIe s. de l’Hellade, voir Catalogue of Byzantine Seals (cité sup (...)

14Ce sont les fouilles archéologiques au cap Tigani, dans la forteresse et la basilique paléochrétienne, qui procurent les témoignages les plus sûrs pour l’emplacement du κάστρον Μαΐνης de Porphyrogénète. Cette identification a été proposée depuis très longtemps23, mais elle n’avait pas été définitivement acceptée par tous les savants24. Le riche matériel des tombes creusées dans la basilique du viie s. et notamment les objets métalliques, les boucles de ceinture, les bagues, les boucles d’oreille en argent, les boutons en or, la verrerie, sont des trouvailles uniques non seulement pour la région du Magne mais aussi pour tout le Péloponnèse méridional. Et leur valeur du point de vue historique prend encore de l’importance avec la nouvelle datation proposée et en particulier pour les boucles de ceinture, plusieurs parmi elles étant datées du viiie s.25 A cette donnée importante il faut ajouter la remarque que ces objets sont identiques à ceux provenant de Corinthe26, constatation qui renforce la proposition suivante : c’est à Tigani que siégeaient la garde byzantine et l’archonte désigné par le stratège de la capitale du thème. Au moment où Byzance commence sa lutte pour survivre, le κάστρον Μαΐνης et l’archonte avec sa garde, en un point crucial pour le contrôle et la défense maritime, jouent un rôle important. Les habitants non encore baptisés jusqu’au ixe s. payent le tribut annuel, le πάκτον, qui constitue un lien de dépendance vis-à-vis de l’Empire, et bénéficient d’une certaine autonomie administrative. C’est donc, comme l’avait remarqué Hélène Ahrweiler, l’aspect fiscal de la frontière maritime, puisque le versement du tribut annuel crée des liens de dépendance moins étroits que le versement des impôts27. L’archonte, dont la fonction fiscale est mise en valeur par Porphyrogénète et qu’il faut distinguer de celui placé à la tête des Slaves, exerce son autorité sur un site maritime pendant le viiie s.28, mais il est difficile de préciser davantage le reste de ses attributions.

  • 29 Philippidis-Braat, Inscriptions, p. 308, n° 50 : δακήου κόμητος τῶ κτησαμένῳ τοῦ-τ(oν ?)[. Ce text (...)
  • 30 H. Ahrweiler, Fonctionnaires et bureaux maritimes à Byzance, RÉB 19, 1961, p. 243-246 ( = Études s (...)

15Si la présence byzantine est attestée par les données de l’archéologie et s’il est difficile de prouver la juridiction maritime de l’archonte mentionné par Porphyrogénète, la présence de la flotte byzantine est démontrée par un texte épigraphique. Un fragment de plaque de marbre découvert lors des fouilles à la basilique du cap Tigani et mentionnant un cornes devrait être attribué à un officier de la flotte des ixe-xe s. C’est de cette période qu’il faudrait dater cette inscription29 et il est très probable qu’il s’agit des κόμητες Teç des Tactiques militaires de Léon VI, qui, selon Hélène Ahrweiler, commandaient des dromons et appartenaient à l’effectif de la flotte impériale. Il est certain, écrivait H. Ahrweiler, que la mention des κόμητες et non du κόμης πλωΐμου par Philothée et par Léon VI autorise à dire que d’autres abydikoi étaient établis en d’autres points importants pour le contrôle de la navigation30. L’emplacement géographique du κάστρον Μαΐνης devait avoir une importance exceptionnelle pour la lutte contre les Arabes de Crète et cela peut expliquer la présence de cet officier de la flotte impériale byzantine.

  • 31 Lampsidis, Saint Nikôn, p. 62.
  • 32 Philippidis-Braat, Inscriptions, p. 304-305, n° 45.
  • 33 Cf. les articles de N. B. Drandakis, Νικήτας цариарас, Aœôœvn 1, 1972, p. 21-44, et τῆς Μάνης ἀποδ (...)
  • 34 H. Ohme, Der Terminus « χώρα » als « Provinzbezeichnung » in synodalen Bischofslisten des 6.-8. Ja (...)
  • 35 . F. R. Trombley, Paganism in the Greek World at the End of Antiquity: the Case of rural Anatolia a (...)

16Le terme Μαΐνα sera mentionné plus tard dans la Vie de saint Nikôn le Métanoeite, dans la partie rédigée entre 1005 et 102531, qui relate l’itinéraire du saint. Passant par la Tzakonie (« le pays des Doriens »), il arriva dans le Magne et de là il se dirigea vers Kalamata. Il est très probable que le saint a suivi la route qui menait de l’est à l’ouest et notamment qui, de Gytheion, à travers le col susmentionné appelé Mylolangada et formé par les derniers contreforts de Anô Taygète, aboutissait à Oitylon et menait vers la Messénie. Vers le milieu du XIe s., nous trouvons encore une fois le terme Maîva écrit sur une table d’autel en marbre et provenant du village de Miléa du Magne de Messénie (I). Le marbrier Nikitas qui signe son œuvre ajoute après son nom son pays d’origine : Νικήτας μαρμαρᾶς ἀπὸ χόρα Μαήνης32. Cette mention qui indique le lieu d’origine de Nikitas, dont l’activité est bien attestée dans le Magne de Laconie ou Messa Mani (IV)33, démontre que, déplacé de sa région pour travailler ailleurs, il rappelle sa provenance. En revanche, dans un nombre considérable d’églises du Messa Mani, le marbrier Nikitas ne signe que par son nom et cette remarque nous aide à restituer l’extension géographique du terme Magne. Pourtant il faut se demander si le terme χώρα se réfère à une cité ou à un groupe de sites ruraux, ou bien s’il faut le considérer plutôt comme désignant la province qui apparaît dans les listes synodales des vie-viiie s34 Sans être en état de répondre avec précision, c’est dans le sens géographique élargi qu’il faut le prendre : il est très probable qu’il recouvre la région traditionnellement connue comme Messa Mani. C’est dans cette région qu’habitent les Maniotes, qui obéissent à l’archonte, mais qui ne sont baptisés que sous Basile Ier ; ils supportent ainsi des liens de dépendance moins étroits avec l’Empire, non seulement parce qu’ils versent le πάκτον et non pas les impôts comme nous venons de le mentionner, mais aussi par le fait qu’ils n’appartiennent pas à l’Église byzantine. La découverte des basiliques ne vient pas contredire Porphyrogénète, puisqu’elles sont toutes situées sur le littoral. D’ailleurs, la persistance des pratiques païennes du culte et des démons de Hélos. l’évangélisation tardive entreprise par saint Nikôn le Métanoeite, qui ne concernait pas seulement les Slaves35, sont des données qui conduisent à accepter ce que l’empereur écrit. C’est le paganisme de culture hellénique qui a persisté avec plus d’insistance dans une région où les facteurs géographiques et socio-économiques sont en étroite relation avec les variations du sens religieux.

  • 36 Lampsidis, Saint Nikôn, p. 114, 124, 126, et p. 445-447, commentaire.
  • 37 PG 107, col. 969.
  • 38 Philippidis-Braat, Inscriptions, p. 304-305, n° 45.
  • 39 M. Chatzidakis, Νεώτερα γιὰ τήν ιστορία και τήν τέχνη τής Μητρόπολης τοῦ Μυ-στρᾶ, DChAE 4e série, (...)

17Retournons aux Slaves Mélingues que Porphyrogénète situe sur les versants occidentaux de l’Anô Taygète (Pentadaktylos). Dans la Vie et les Miracles de saint Nikôn, ils sont appelés ἐθνικοί, avec à leur tête le duc byzantin Antiochos, et, partant de leur région – des villages que les sources qualifient comme drongos ou zygos des Mélingues – vers la région appelée traditionnellement Exô Mani, commettent des rapts au métoque du monastère du saint non loin de Sparte. Ces « assasins et sanguinaires » sont des chrétiens, comme il apparaît clairement dans la Vie de saint Nikôn, puisqu’ils se repentent de leurs actes et demandent le pardon du saint36. Et leur christianisation et byzantinisation a eu lieu sous Basile Ier d’après Léon VI37. À Miléa, un village de l’Exô Mani, des Slaves hellénisés dédient vers le milieu du xie s. un autel en marbre en inscrivant leur nom. Les donateurs s’appellent Staninas et Pothos ; le second, malgré son nom byzantin, est aussi d’origine slave, puisque son père porte le nom slave Syrakos38. Les Mélingues sont donc appelés « ethnikoi », c’est-à-dire étrangers et ils sont en même temps chrétiens. C’est sous cette désignation double qu’ils apparaissent officiellement dans le texte d’une inscription provenant de la Métropole de Mistra qui mentionne le métropolite « Eugénios de Lacédémone et des ethnikoi » ; celui-ci a dû occuper le siège métropolitain entre 1263 – juste après la reconquête byzantine– et 127239. Cette inscription présente un intérêt particulier : c’est après la reconquête de 1262 que des changements sont entrepris dans le domaine de l’administration ecclésiastique et que l’évêché du Magne deviendra le suffragant de la métropole de Monemvasie, tandis que les « ethnikoi », les Mélingues résidant sur les versants occidentaux de l’Anô Taygète, seront placés sous la juridiction du métropolite de Lacédémone. Nous assistons donc à la consécration officielle par l’administration ecclésiastique du terme « ethnikoi » et en même temps à la différenciation de la subordination entre les Mélingues et les habitants du Magne, différenciation qui est aussi attestée dans le domaine de l’administration civile et la distribution géographique.

  • 40 Sur les différentes versions et leur chronologie, cf. D. Jacoby, Les archontes grecs et la féodali (...)
  • 41 The Chronicle of Morea, éd. J. Schmitt, Londres 1904, v. 3002-3007.
  • 42 Chronique de Morée, 1204-1305, éd. J. Longnon, Paris 1911, 207, p. 74-75. Cf. Za-Kythinos, Despota (...)

18Cette différenciation apparaîtra clairement dans la Chronique de Morée et ses différentes versions40 ; à plusieurs reprises, elle se rapporte aux turbulentes minorités slaves des Mélingues et aux efforts tant des Francs que des Byzantins pour les assujettir ou s’assurer leur alliance. Suivant ce texte, Guillaume de Villehardouin, après la prise de Monemvasie en 1248 et la construction de Mistra, chercha le moyen de tenir les Mélingues sous son contrôle et c’est pour cela qu’une seconde forteresse a été construite, celle du Grand Magne. Le prince lui-même a choisi le lieu de cette nouvelle construction. En inspectant les lieux à cheval, il passa par Passavant et arriva dans le Magne où il trouva « un rocher terriblement à pic sur un promontoire » et, comme il aima le site, il fit ériger la forteresse « qu’il appela Maïni, comme on l’appelle encore aujourd’hui41 ». Les Mélingues ont été ainsi contraints de se rendre sous conditions et par la suite quelques-uns parmi eux ont conseillé au prince de faire bâtir une troisième forteresse près de la mer, la forteresse de Leuctron ou Beaufort : « Et puis qu’il fu en accord avec les Esclavons si fist fermer j. autre chastel sur mer devers le Ponant entre Clamate et la Grant Maigne, lequel s’appelle en françoys Beaufort et en grec s’appelle Lef-tro. Et ces iiichastiaux fist fermer li princes Guillermes entour les montaignes des Esclavons pour miieulx contraindre et mettre les en sa sujection42. » C’est ainsi que cette troisième forteresse défendait les versants occidentaux vers la plaine messénienne, sans défense jusqu’alors.

  • 43 Chronicle, éd. J. Schmitt, v. 4330, 4425, 4662 ; Chronique, éd. J. Longnon, v. 207, 218, 317, 326, (...)
  • 44 A. Bon, La Morée franque. Recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principa (...)

19Il faut noter que le texte de la Chronique de Morée – rédigée vers 1340-décrivant la construction de la forteresse du Magne ne laisse aucun doute qu’il y avait sur cet emplacement une forteresse préexistante et dit clairement que Ville-hardouin lui donna le nom Maïni. Pourtant, par la suite, la forteresse est toujours désignée comme Megali ou Palaia Maïni dans la version grecque et Grant Maigne ou Grand Magne dans la version française43. Ces appellations ont rendu difficile l’identification du site de la forteresse du Grand Magne et plusieurs propositions ont été présentées. Les candidats les plus discutés sont les forteresses : celle de Porto-Kaïo, celle de Tigani, le kastro tès Orias – près d’Anô Poula -et la forteresse de Kélépha44.

  • 45 Grand Magne, p. 141-148.
  • 46 A. Kriesis, On the Castles of Zarnata and Kelefá, BZ 56, 1963, p. 308-316. Sur la construction de (...)

20En révisant et étudiant ces propositions, J. M. Wagstaff45 a précisé les conditions d’identification de la forteresse du Grand Magne, qui se résument ainsi : a) son emplacement devait avoir de l’importance pour celui qui voulait affronter les Mélingues et faire partie du plan stratégique du prince en tenant compte de l’emplacement des deux autres forteresses, de Mistra et de Beaufort, b) elle devait se trouver à l’ouest de Passavant pour celui qui venait de Mistra, c) elle devait correspondre à la description du site, d) elle devait faire partie du plan stratégique des forteresses cédées aux Byzantins par les Francs en 1262 : Ghéraki, Maïni, Mistra et Monemvasie, et e) elle devait posséder quelques éléments de fortification franque. Se fondant sur ces critères et après avoir analysé les données des sources, Wagstaff retient la vieille proposition de A. Kriesis46 et propose d’identifier la forteresse du Grand Magne avec celle de Kélépha. Elle est située juste à la limite de la région contrôlée par les Mélingues, à l’extrémité occidentale du col formé par les derniers contreforts de l’Anô Taygète, appelé Mylolangada, et dont l’entrée orientale est gardée par Passavant ; à l’ouest, il sépare Oitylon de Kélépha. En outre, Kélépha commande un des meilleurs ports naturels des côtes orientales du golfe messénien, celui d’Oitylon. Si l’on accepte que le Grand Magne était situé à Kélépha, le plan stratégique de défense devenait plus efficace en relation avec les autres forteresses. En attendant les preuves archéologiques, il me semble que cette identification doit être retenue puisque les données des sources convergent vers cette proposition. Ainsi, lorsque les Byzantins doivent affronter les Arabes et contôler les voies maritimes, ils installent leur pouvoir à Tigani. Mais pendant le xiiie s., le combat entre Francs, Mélingues et Byzantins se concentre à l’intérieur du pays et le Grand Magne, identifié avec Kélépha, répond à ces besoins.

  • 47 Chronicle, éd. J. Schmitt : Maniatochori, Maigne, v. 8069, 8094. Chronique, éd. I. Longnon, v. 741 (...)

21Il faudrait cependant revenir aux termes Megali Maïni ou Palaia Maïni de la forteresse qui sont donnés très probablement pour distinguer la construction de Villehardouin d’une autre. Si le terme Megali pourrait être employé pour la distinguer de la forteresse du κάστρον Μάίνης de Porphyrogénète, que nous identifions avec Tigani, le terme Palaia ne permet pas d’accepter cette hypothèse. Il paraît plus probable de l’attribuer à l’extension du terme Maïni vers le dernier quart du xive s., période proche de la rédaction de la Chronique de Morée et de ses différentes versions, ainsi que des sources qui rapportent ce terme près de Kalamata47. Les Slaves du drongos ou zygos des Mélingues sont présents dans la région de l’Exô Mani entre Kalamata et Oitylon comme les sources l’attestent. La forteresse de Beaufort se trouve in partibus Sclavonie d’après un acte vénitien

  • 48 G. L. Fr. Tafel, G. M. Thomas, Urkunden zur älleren Handels- und Staalsgeschiehle der Republik Ven (...)
  • 49 Bon, La Morée franque (cité supra n. 43), p. 508.
  • 50 Sur l’inscription d’Oitylon voir H. Ahrweiler, Une inscription méconnue sur les Mélingues du Taygè (...)
  • 51 Zakythinos, Despotat I, p. 134, n. 3.

22de 1278, distincte de la forteresse du Magne48, et il ne faut pas accepter l’identification que proposait A. Bon en écrivant « ...le Magne, ou suivant l’expression du xiiie s., le pays des Esclavons...49 ». Sous Andronic III Paléologue, en 1331/2 et 1337/8, Constantin Spanis affiche son nom, sa dignité et sa fonction, comme « très divin sébaste tzasis des Mélingues » et « très noble pansébaste tzaousios du drongos des Mélingues », respectivement dans les églises d’Oitylon et de Platsa50. C’est seulement en 1389 que nous trouvons le terme Sclavi di Magna, concernant des Slaves qui se trouvent près de Kalamata51. De cet exemple aussi nous pouvons conclure sur l’extension du terme Magne, qui s’étend désormais à l’Exô et au Messa Mani, et expliquer l’emploi des termes Mégali ou Palaia Maïni pour faire la différence avec la vieille extension du terme au Messa Mani seulement.

  • 52 Ph. Malingoudis, Studien zu den slavischen Ortsnamen Griechenlands. I, Slavische Flurnamen aus der (...)
  • 53 Philippidis-Braat, Inscriptions : les noms Staninas et Sirakos, n° 45 ; Dovorotas, n° 48 ; Ztichol (...)
  • 54 Ν. B. Drandakis, Άπό τήν παλαιοχριστιανική και βυζαντινή Μάνη (θέματα άρχαιο-λογικά-τοπογραφικά-δη (...)

23D’autres données offertes par la toponymie et les monuments nous permettent de vérifier la distinction que Constantin VII a le premier soulignée en ce qui concerne les lieux d’habitat des Slaves et des Maniotes. Un grand nombre de toponymes slaves est attesté dans le Magne de Messénie52, ainsi qu’un nombre assez élevé de noms de personnes slaves hellénisés53. En revanche, les noms de personnes du Messa Mani ou Magne de Laconie attestés par les inscriptions des xiiie et xive s. sont d’origine grecque. Le nombre des églises qui ont été construites s’avère significatif pour cette question. En étudiant la liste des églises repérées par la recherche archéologique54, nous obtenons la distribution suivante sur la carte : dans la partie nord /est (II) ont été signalées sept églises, dont deux du xie s. et les autres des xiiie, xive et xve s. Dans la partie sud/est (III), c’est-à-dire dans le Messa Mani oriental, se trouvent dix-sept églises byzantines, dont deux mégalithiques du xe s., deux du xiie s. et le reste des xiiie et xive s. C’est dans la partie occidentale du Messa Mani, là où se trouve la forteresse de Tigani, que le plus grand nombre a été repéré : quatre-vingt-trois églises byzantines, dont six au moins sont du xe s. ; parmi elles, Ag. Pétros de Paliochora, près de Tigani, est probablement la plus ancienne. Dans l’Exô Mani ou Magne de Messénie (I), le nombre d’églises s’élève à vingt-quatre.

  • 55 Zakythinos, Despotat II, p. 27.

24Il est hors de doute que la partie occidentale du Messa Mani présente une supériorité nette par rapport aux autres régions et, en outre, c’est ici que se trouvent le plus grand nombre d’églises de date haute et les plus importantes du point de vue tant de l’architecture que de la peinture, données qui prouvent la présence du pouvoir byzantin et la véracité de Porphyrogénète. Cette présence byzantine sera encore plus impressionnante après la reconquête de la forteresse du Grand Magne et la soumission des Mélingues aux Byzantins sous certaines conditions, soumission facilitée par l’octroi de titres et de privilèges par les agents de Michel VIII55.

  • 56 . Ν. B. Drandakis, Βυζαντιναί τοιχογραφίαι τῆς Μέσα Μάνης, Athènes 1964, p. 75, η. 3.
  • 57 . Kalopissi-Verti, Dedicatory Inscriptions, p. 66-67, n° 18.
  • 58 Philippidis-Braat, Inscriptions, p. 314-317, n° 57. Kalopissi-Verti, Dedicatory Inscriptions, p. 7 (...)
  • 59 Ibid., p. 69-71. n° 20.

25Peu de renseignements sont disponibles sur la composition sociale de la population pendant la période byzantine et ce sont les inscriptions de fondation et les dédicaces de peintures des églises qui permettent quelques remarques. Dans la région du Messa Mani, les noms de l’aristocratie laconienne Rentakios et Mallotaras sont inscrits sur une pièce de marbre du templon de l’église du village de Stavri, près d’Épiskopi, du xiie s.56 Parmi les donateurs de la seconde moitié du xiiie s., Georges, évêque de Véligosti, et son syncelle, qui offrent les fresques de Ag. Théodoroi du village de Kaphiona, entre 1263 et 1271, représentent le haut clergé57. Une inscription peinte dans l’église de l’Archange Michel du village de Polémitas du Messa Mani en 1278 rappelle les noms de fondateurs qui ont offert des terres et qui se caractérisent comme « familiers et héritiers » du village. En tête de cette longue liste se trouve le nom de Géôrgios Patélès, précédé de l’appelatif de distinction kyr. Originaire du kastron d’Orient, Prousa, Patélès a donné une terre comme psychikon pour le saint basileus. Suivent les noms des prêtres et ceux des habitants58. Des donateurs communs qui agissent individuellement ou avec leurs épouses et leurs enfants procèdent à la dédicace des peintures dans un autre village59.

  • 60 Lampsidis, Saint Nikôn, p. 64. Cf. Zakythinos, Despotat II, p. 191.
  • 61 Ph. Drossoyanni, Σχόλια στις τοιχογραφίες τῆς εκκλησίας τοῦ Άγιου ’Ιωάννου τοῦ Προδρόμου στὴ Μεγάλ (...)

26La différenciation entre « le peuple commun » (κοινός λαός) et la classe dominante (πρόκριτοι), connue dans la société laconienne par la Vie de saint Nikôn le Métanoeite, qui cite les προύχοντες και ό λοιπός λαός60, se répète - avec à peu près la même expression – dans le texte épigraphique de l’église Ag. Ioannès Prodromos du village de Megalè Kastania de l’Exô Mani, vers le milieu du xiiie s.61 La population du village, qui a contribué à la fondation et la décoration de l’église, se distingue en deux classes, les πρόκριτοι και ό κοινός λαός et cela présente un intérêt particulier pour la connaissance de la société villageoise.

  • 62 Comme nous le lisons dans l’inscription du village de Polémitas, cf. supra n. 57.
  • 63 R. etzéoglou, Ό βυζαντινός ναός τῆς Πανάγιας Άνδρουμπεβίτζιας στή Μάνη, Εύ-φρόσυνον, ’Αφιέρωμα στό (...)

27Si, dans les inscriptions de fondation d’églises, nous remarquons la fréquence de personnes qui offrent des sommes ou des terres à ajouter à côté de leur nom, celui de leur épouse et de leurs enfants, il est remarquable que nous ayons parfois la mention des frères et du cousin qui sont copropriétaires de la terre62. Mais l’exemple qui met en valeur la présence et le rôle de la famille dans le Magne émane d’un texte épigraphique publié récemment et qui provient de l’église de la Vierge d’Androubevitzia, datée d’entre 1270 et 1300, dans le Magne de Messénie63. Le texte, malheureusement très mutilé, répète sept fois les termes γενεᾶς τῶν... και γενεάς τῶν..., c’est-à-dire que des noms de différentes familles sont inscrits au génitif pluriel, toujours suivis du terme « et de la génération des... » ; ce terme, dans ce cas précis, signifie l’ensemble des membres d’une même descendance. Des noms de familles il ne reste que quelques terminaisons en -ανων et -αφων, terminaisons connues dans le pays, mais le terme γενεά avec ce sens est attesté pour la première fois, au moins dans le Péloponnèse. Serait-ce un emploi particulier du terme par les populations de Mélingues hellénisés de la région, terme en usage dans l’organisation de la famille par ces tribus, comme se le demande R. Etzéoglou ? C’est très probable.

28Pendant la période de la Turcocratie domineront les groupes guerriers formés par des personnes liées entre elles par affinité de sang. Ce sont les branches familiales qui constitueront les unités de base de la vie économique et sociale ; ces mêmes structures, en gestation pendant l’époque byzantine, ont été conservées dans un pays comme le Magne, caractérisé par son conservatisme.

Notes

1 La carte qui accompagne cet article est établie par M. Y. Saïtas, architecte ; je le remercie de m’avoir permis de la reproduire. Les chiffres latins entre parenthèses indiquent les divisions locales traditionnelles.

2 Procope, De bello vandalico, I, 13, éd. J. Haury, Leipzig 19622, p. 370.

3 N. B. Drandakis, EicaipiKai épsuvai èv KLmapiacKû Mdvriç, PAE 1958, p. 199-219 ; 1960, p. 233-245 ; cf. D. Pallas, Les monuments paléochrétiens de Grèce découverts de 1959 à 1973, Cité du Vatican 1977, p. 196-199.

4 N. B. Drandakis et collaborateurs, PAE 1964, p. 121-135 ; 1977, p. 200-207 ; 1978, p. 183-191 ; 1979, p. 215-222 ; 1980, p. 247-258 ; 1981, p. 241-253 ; 1983, p. 264-270 ; 1984, p. 248-255.

5 N. B. Drandakis, Bυζαvτιvὲς τoiχoypaφíες τῆς Mέσa Mἀvης, Athènes 1995, p. 21, 213-222.

6 A. Avraméa,, Ἱστορικὲς μαρτυρίες καὶ ἀρχαιολογικά τεκμήρια ἀπο ρὸ Οἵτυλο τῆς Μάνης, ακωνικαὶ Σπουδαὶ 7, 1983, p. 3-22, fig. 1-12.

7 N. B. Drandakis, H. Dori, S. Kalopissi, M. Panayotidi, PAE 1978, p. 175.

8 N. B. Drandakis, H. Dori, V. Kepetzi, M. Konstantoudaki, Ἔρευνα στὴν Κάτω Mάvn, Athènes 1993 (Bibliothèque de la Société Archéologique d’Athènes 130), p. 108-109. Il s’agit d’une colonne portant une croix en relief et d’une imposte avec la feuille d’eau et les lettres de l’Apocalypse.

9 J.- P. sodini, Remarques sur la sculpture architecturale d’Attique, de Béotie et du Péloponnèse à l’époque paléochrétienne, BCH 101, 1977, p. 430-431.

10 J. Darrouzès, Notitiœ Episcopatuum Ecclesiœ Constantinopolitanœ, Paris 1981, Notitia 7, p. 53-78 et p. 282, n° 27, ζ.

11 Constantin Porphyrogénète, De administrando imperio, éd. G. Moravcsik, trad. anglaise par R. j. H. Jenkins, Washington 19672 (CFHB 1), ch. 50/ 6-82 ; vol. ii, Commentary, Londres 1962, p. 185-187 ( = DAI).

12 Trad. française par Zakythinos, Despotat ii, p. 7.

13 Byzantine Monemvasia. The Sources, Monemvasia 1990, p. 45-54.

14 J. Darrouzès, Listes épiscopales du concile de Nicée, RÉB 33, 1975, 253 B, 194 D, 193 E. 182 E. Marinos, évêque de Monemvasie, est daté par son sceau du viiie s., cf. Catalogue of Byzantine Seals at Dumbarton Oaks and in the Fogg Museum of Art. vol. 2, South of the Balkans, the Islands, South of Asia Minor, éd. J. Nesbitt, N. Oikonomides, Washington 1994, III, 31.1.

15 . Communication au V1’ Symposium d’Histoire et d’Art, Monemvasie 1992. Je remercie M. Anagnostakis. qui a mis à ma disposition les points principaux de son exposé intitulé : H Μάνη και οι οικήτορες της κατά τον Πορφυρογένητο. Μία ακόμη ερμηνείά (sous presse).

16 P. Lemerle, La chronique improprement dite de Monemvasie : le contexte historique et légendaire, RÉB 21, 1963. p. 29.

17 A. Diller, The scholia on Strabo, Traditio 10, 1954, p. 34 : Ταίναρον ὅ νῦν Μονοβα-σίαν λέγουσι Sur ces scholies, voir P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin, Paris 1971, p. 218, n. 47. Cette confusion est corrigée par Pléthon, au début du xve s., dans les scholies à Ptolémée, Geographia, III, 16, 9, p. 213, éd. C. F. A. Nobbe : Ταιναρία ἅκρα : Μαϊνη.

18 Ces renseignements tirés des sources sont signalés par A. Bon, Le Péloponnèse byzantin jusqu’en 1204, Paris 1951, p. 155-157. Cf. l’édition de W. Stubbs, Gesta Henrici II et Ricardi I (Benedicto Petriburgensi falso attributa), dans The Chronicle of the Reigns of Henry II and Richard I, A.D. 1169-1192, Londres 1866-1867 (Rerum Britannicarum Medii Aevi Scriptores 49), vol. I-II.

19 R. Baladie, Le Péloponnèse de Strabon. Étude de géographie historique, Paris 1980, p. 24-28, 225.

20 P. Gautier Dalché, Carte marine et portulan au xiie siècle, Rome 1995 (Coll. de l’École française de Rome 203), p. 147-148.

21 De Thematibus, éd. A. Pertusi, Cité du Vatican 1952 (Studi e Testi 160), I, 20-25 : τὸ δὲ πλάτος ἕχει ἐξ ἀριστερῶν μέρη τινὰ τοῦ Βουκελλσρίου και τὴν ἀρχὴν τὴς Καππαδο-κίας.La même conception des lieux, vus de Constantinople, est signalée dans DAI 45/157-163.

22 De cerimoniis aulœ byzantinœ (CSHB), p. 112, 1. 21. Toutes ces données des n. 21 et 22 sont citées et mises en valeur par B. Koutava-Delivoria,, Ὁ γεωγραφικος κοσμος του Κωνσταντίνου τοῦ Πορφυρογεννήτου, Athènes 1991, p. 109-111.

23 A. Petridis, Περὶ τoῦ ὀ vóµατo ς, τῆς mάvης, Παvδώpα 22, 1872, p. 153 s. ; N. B. Dran-Dakis, PAE 1964, p. 122-124.

24 C’est ce qui ressort du dernier article de Wagstaff, Grand Magne, p. 142.

25 A. Avraméa, Le Péloponnèse du ive au viiie s. Changements et persistances, Paris 1997 (Byzantina Sorbonensia 15), p. 89, pl. III ; p. 98.

26 N. B. Drandakis, N. Ghiolès, Ch. Constantinidi, PAE 1981, p. 253.

27 H. Ahrweiler, La frontière et les frontières de Byzance en Orient, Actes du xive Congrès international des études byzantines, 1971, Bucarest 1974, p. 215 ( = Byzance : les pays et les territoires, Londres 1976, III).

28 Sur les sceaux des archontes du VIIIe s. de l’Hellade, voir Catalogue of Byzantine Seals (cité supra n. 14), II, 8.2.

29 Philippidis-Braat, Inscriptions, p. 308, n° 50 : δακήου κόμητος τῶ κτησαμένῳ τοῦ-τ(oν ?)[. Ce texte est daté par les premiers éditeurs, Drandakis, Ghiolès, Constantinidi, РАЕ 1978, p. 190, du milieu du xiie s. ; Philippidis-Braat les suit, mais avec point d’interrogation. A mon avis, cette inscription gravée soigneusement comporte des lettres - comme la lettre A, dont la barre présente une forme qui disparaît avant le xie s. - qui permettent de l’attribuer aux ixe-xe s. Cf. en dernier, C. Mango, Byzantine Epigraphy (4th to 10th Centuries), Paleografia e codicologia greca. Atti del II Colloquio internazionale, Berlin-Wolfenbüttel 17-21 ottobre 1983, Alessandria 1992, p. 244-245.

30 H. Ahrweiler, Fonctionnaires et bureaux maritimes à Byzance, RÉB 19, 1961, p. 243-246 ( = Études sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971, II). EAD., Byzance et la mer. La marine de guerre, la politique et les institutions maritimes de Byzance aux viie-xve siècles, Paris 1966, p. 61.

31 Lampsidis, Saint Nikôn, p. 62.

32 Philippidis-Braat, Inscriptions, p. 304-305, n° 45.

33 Cf. les articles de N. B. Drandakis, Νικήτας цариарас, Aœôœvn 1, 1972, p. 21-44, et τῆς Μάνης ἀποδοδόμενα στὸ μαρμαρᾶ Νικήτα ἥ στὸ ἐργαστήρι του, DChAE 4e série, 8, 1975-1976, p. 19-27.

34 H. Ohme, Der Terminus « χώρα » als « Provinzbezeichnung » in synodalen Bischofslisten des 6.-8. Jahrhunderts, BZ 82, 1989, p. 191-201.

35 . F. R. Trombley, Paganism in the Greek World at the End of Antiquity: the Case of rural Anatolia and Greece, Harvard Theological Review 78, 1985, p. 347-349. E. Anagnos-Takis, Το επεισόδιο του Αδριανού. « Πρόγνωσις » και « τελεσθέντων δήλωσις », Η Επικοινωνία στο Βυζάντιο, Actes du iie Colloque International, Centre d’Etudes byzantines, Athènes 1993, p. 209-213

36 Lampsidis, Saint Nikôn, p. 114, 124, 126, et p. 445-447, commentaire.

37 PG 107, col. 969.

38 Philippidis-Braat, Inscriptions, p. 304-305, n° 45.

39 M. Chatzidakis, Νεώτερα γιὰ τήν ιστορία και τήν τέχνη τής Μητρόπολης τοῦ Μυ-στρᾶ, DChAE 4e série, 9, 1977-1979, p. 143-155. Kalopissi-Verti, Dedicatory Inscriptions, p. 79-80, n° 26.

40 Sur les différentes versions et leur chronologie, cf. D. Jacoby, Les archontes grecs et la féodalité en Morée franque, TM 2, 1967, p. 428-429 ; ID., Quelques considérations sur les versions de la Chronique de Morée, Journal des Savants 1968, p. 133-189. Wagstaff, Grand Magne, p. 141.

41 The Chronicle of Morea, éd. J. Schmitt, Londres 1904, v. 3002-3007.

42 Chronique de Morée, 1204-1305, éd. J. Longnon, Paris 1911, 207, p. 74-75. Cf. Za-Kythinos, Despotat II, p. 26.

43 Chronicle, éd. J. Schmitt, v. 4330, 4425, 4662 ; Chronique, éd. J. Longnon, v. 207, 218, 317, 326, 502, 762.

44 A. Bon, La Morée franque. Recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principauté d’Achaïe (1205-1430), Paris 1969 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 213), p. 502 s.

45 Grand Magne, p. 141-148.

46 A. Kriesis, On the Castles of Zarnata and Kelefá, BZ 56, 1963, p. 308-316. Sur la construction de cette forteresse vers 1670, cf. Wagstaff, Grand Magne, p. 146-148. Une seule source, à ma connaissance, identifie Kélépha avec le Grand Magne. Il s’agit de Dionyssios Pyrros Thettalos, médecin et savant, qui, au début du xixe s., avec Pausanias sous le bras, a entrepris l’Itinéraire de la Grèce. Dans ses écrits, pour la plupart inédits et déposés aux Archives Nationales de Grèce, nous lisons : « τό κάστρον τῆς Κελεφᾶς λεγόμενον, εἰς ὑψη-λόν και δύσβατον τόπον κειμενον. Αὑτό τό κάστρον είναι κτίσμα τῶν Φράγκων, μάλιστα τοῦ πρίγκιπος, τό όποῖον νομίζεται ή κυρίως Μάνη... »

47 Chronicle, éd. J. Schmitt : Maniatochori, Maigne, v. 8069, 8094. Chronique, éd. I. Longnon, v. 741, 742. La Terre de Mayna est attestée dans une liste de fiefs de 1377 et le terme Meyne dans une liste de foyers de 1391 près de Kalamata. Pour toutes ces références voir Wagstaff. Grand Magne, p. 142, n. 15.16.

48 G. L. Fr. Tafel, G. M. Thomas, Urkunden zur älleren Handels- und Staalsgeschiehle der Republik Venedig, t. 3, Vienne 1857, p. 232, 233, 238.

49 Bon, La Morée franque (cité supra n. 43), p. 508.

50 Sur l’inscription d’Oitylon voir H. Ahrweiler, Une inscription méconnue sur les Mélingues du Taygète, BCH 86, 1962, p. 1-10 ( = Etudes sur les structures administratives et sociales de Byzance, Londres 1971, XV). A. Avraméa, Ό τζάσις τῶν Μελληγγῶν. Νέα ἀνάγνωσις επιγραφῶν έξ Οιτύλου, Παρνασσός 16, 1974, ρ. 288-300. Sur celle de Platsa de Messénie, S. Kougéas, Περί τῶν Μελιγκῶν τοΰ Ταύγέτου, έξ ἀφορμής βυζαντινῆς ἐπιγραφῆς έκ Λακωνίας, Πραγματεϊαι τῆ>ς Ακαδημίας ’Αθηνῶν 15, 1950, ρ. 1-34. Cf. Philippi-Dis-Braat, Inscriptions, p. 328-330, n° 68 et p. 330-332, n° 70.

51 Zakythinos, Despotat I, p. 134, n. 3.

52 Ph. Malingoudis, Studien zu den slavischen Ortsnamen Griechenlands. I, Slavische Flurnamen aus der messenischen Mani, Mayence 1981 (Akademie der Wissenschaften und der Literatur).

53 Philippidis-Braat, Inscriptions : les noms Staninas et Sirakos, n° 45 ; Dovorotas, n° 48 ; Zticholis, n° 72.

54 Ν. B. Drandakis, Άπό τήν παλαιοχριστιανική και βυζαντινή Μάνη (θέματα άρχαιο-λογικά-τοπογραφικά-δημογραφικά), Ίστορικογεωγραφικά 1, 1986, ρ. 20-28.

55 Zakythinos, Despotat II, p. 27.

56 . Ν. B. Drandakis, Βυζαντιναί τοιχογραφίαι τῆς Μέσα Μάνης, Athènes 1964, p. 75, η. 3.

57 . Kalopissi-Verti, Dedicatory Inscriptions, p. 66-67, n° 18.

58 Philippidis-Braat, Inscriptions, p. 314-317, n° 57. Kalopissi-Verti, Dedicatory Inscriptions, p. 71-75, n° 21.

59 Ibid., p. 69-71. n° 20.

60 Lampsidis, Saint Nikôn, p. 64. Cf. Zakythinos, Despotat II, p. 191.

61 Ph. Drossoyanni, Σχόλια στις τοιχογραφίες τῆς εκκλησίας τοῦ Άγιου ’Ιωάννου τοῦ Προδρόμου στὴ Μεγάλη Καστανια Μάνης, Athènes 1982, ρ. 196-199, 216-224, pl. II, VII. Kalopissi-Verti, Dedicatory Inscriptions, p. 65-66, n° 17.

62 Comme nous le lisons dans l’inscription du village de Polémitas, cf. supra n. 57.

63 R. etzéoglou, Ό βυζαντινός ναός τῆς Πανάγιας Άνδρουμπεβίτζιας στή Μάνη, Εύ-φρόσυνον, ’Αφιέρωμα στόν Μανόλη Χατζηδάκη, t. 1, Athènes 1991, p. 171-174.

Notes de fin

* Liste des abréviations :
DChAE : Αελτίον τῆς Χριστιανικῆς καὶ Πρχαιολικῆς Ἐταιρείας
Kalopissi-Verti, Dedicatory Inscriptions : S. Kalopissi-Verti. Dedicatory Inscriptions and Donor Portraits in Thirteenth-Century Churches of Greece, Vienne 1992 (Österreichische Akademie der Wissenschaften. Phil.-histor. Klasse. Denkschriften 226).
lamps1dis, Saint Nikôn : O. Lampsidis, O Ὁ ἑκ Νόντου ὅσοος Νίκων ὁ Μετσνοῖτε, Athènes 1982.
PAE : Πρακτικὰ τῆς Αρχατολογικης Ἐταιρείας
Philippidis-Braat, Inscriptions : dans D. Feissel et A. Philippidis-Braat, Inventaires en vue d’un recueil des inscriptions historiques de Byzance. III, Inscriptions du Péloponnèse (à l’exception de Mistra), TM 9, 1985, p. 299-395.
Wagstaff, Grand Magne : I. M. Wagstaff, Further Observations on the Location of Grand Magne, DOP 45, 1991, p. 141-148.
Zakythinos, Despotat I, II : D. A. Zakythinos, Le Despotat grec de Morée. I, Histoire politique, Paris 1932. II, Vie et institutions, Athènes 1953. Éd. revue et augmentée par Chr. Maltézou, Londres 1975.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4262/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 482k

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search