Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Le trône du prince russe Vladimir (978-1015) idéologie ou réalité ?

Jean-Pierre Arrignon

Texte intégral

1Selon certains historiens, l’expression russe, na stole / « sur le trône », que l’on rencontre dans les sources écrites, désignerait uniquement l’exercice du pouvoir politique, mais n’aurait pas de réalité matérielle. Cette assertion demande, nous semble-t-il, à être considérée avec beaucoup de circonspection. Elle repose en effet sur le seul examen des sources écrites qui, sur ce point, doivent être élargies à d’autres sources, en particulier les sources numismatiques dont l’étude doit être menée avec soin pour tenter de trancher entre partisans d’une expression à contenu exclusivement politique et partisans d’une expression exprimant en outre, une réalité institutionnelle et matérielle stol’ / « le trône ».

2Nous examinerons successivement les données des sources écrites puis l’apport du monnayage de Vladimir, enfin nous tenterons une comparaison avec le monnayage byzantin de l’époque macédonienne pour proposer quelques réflexions.

Les sources écrites

  • 1 Nos citations seront faites à partir de l’édition de Ο. V. Tvorogov et D. S. Likhačev, Povest’ vre (...)
  • 2 Nos citations seront faites à partir de l’édition de A. M. Moldovan, Slovo ο Zakone i Blagodati (S (...)

3Nous avons retenu pour notre enquête d’abord la célèbre Povest’ vremennyh let / « Chronique des Temps passés »1 et le non moins célèbre Slovo ο Zakone i Blagodati / « Sermon sur la Loi et la Grâce »2, du métropolite Hilarion (1050-1051).

  • 3 Ο. V. Tvorogov, Leksiceskij sostav « Povesti Vremennyh Let » (Lexique de la Chronique des Temps Pa (...)

4Dans la Povest’, Ο. V. Tvorogov3 a recensé dix-sept occurences du vocable stol’ / « trône » qu’il convient d’étudier soigneusement. Une première constatation s’impose ; l’usage du terme stol’ / « trône » est, à une exception près, toujours lié au prince ; une fois seulement, il est utilisé pour un métropolite. En second lieu, il convient de noter que le terme est presque toujours employé avec le verbe sjaditi / « s’asseoir », monter sur le trône ; une fois, il est associé au verbe prijati / « prendre » ; deux fois au verbe idti / « aller ». De plus, stol’ / « trône » est précisé par la formule otsa svoego. ou preže oča / « de son père ». Enfin, il apparaît pour la première fois, bien après le baptême de Vladimir (988/989), sous l’année 6523/ 1015, à l’occasion de la mort de ce prince. Son fils Boris est interpellé par sa družina en ces termes : « Va et monte sur le trône de ton père. »

5De ces premières remarques, trois conclusions peuvent être tirées. Le mot « trône » est bien une expression du pouvoir princier ; il est lié à la notion de dynastie ; il apparaît bien après l’introduction du christianisme dans le pays et son emploi se diffuse tout au long du xie s.

  • 4 PVL. p. 146 : « Sjadi Kyeve na stole otni. »
  • 5 PVL 6421 /913, p. 56 : « Poča knjažiti Igor’ po Olze. » PVL 6452/945, p. 68 : « Igor’ že nača knja (...)
  • 6 PVL 6477/969, p. 80 : « Ne ljubo mi eščt’ ν Kieve byti ; hočju žiti ν Perjaslavci. »
  • 7 PVL, 6481 /973, p. 88 : « Nača knjažiti Jaropolk’. »
  • 8 PVL, 6488/980, p. 94: « I nača knjažiti Volodimer’ v’ Kieve. »
  • 9 M. Vassmer, Etimologičeskij slovar’ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue russe) (...)
  • 10 PVL, 6524/1016. p. 156 : « Jaroslav’ že sěde Kyevě na stolě ot’ni i dědni. »
  • 11 Il suffit de rappeler l’attachement du peuple de Constantinople aux deux filles de Constantin VIII (...)

6Le vocable « trône » est en effet toujours employé pour indiquer la succession. C’est en montant sur le trône que le prince asseoit son pouvoir et le fait reconnaître par sa druzina comme cela ressort très clairement de l’injonction faite à Boris par cette même druzina à la mort de son père. Celui qui siège sur le trône détient le pouvoir. Il nous semble donc difficile de considérer la formule « monter sur le trône » / sest’ na stole, comme une simple métaphore, d’autant qu’elle n’apparaît pour la première fois qu’en 10154. Auparavant, en effet, la Povest’ n’emploie jamais cette expression mais use du verbe knjažiti / « régner ». Ainsi, en 913, après la mort d’Oleg, régna Igor5 ; de même lorsque Svjatoslav annonça son intention d’abandonner Kiev pour Perejaslavets sur le Danube, il n’employa que les verbes eščt et žit6. En 973, Jaropolk, commença son règne7. En 980, Vladimir commença à régner seul à Kiev8. Enfin en 1015, la druzina de Boris lui conseille de marcher et de s’asseoir sur le trône paternel. Ainsi, jusqu’à Vladimir inclus, la Povest’ ne désigne le commencement d’un nouveau règne princier que par le verbe knjažiti / « régner »9 , sans la moindre relation à l’existence d’un objet symbolique. Le pouvoir princier est donc un pouvoir de facto que la Povest’ se borne à constater. Il n’y a pas alors d’insignes, ni trône, ni collier / barma, dont la transmission assure la légitimité du pouvoir. Ce concept de pouvoir légitime et hériditaire au sein d’une famille, pouvoir matérialisé par le trône, semble donc-bien avoir été amené de Byzance en Russie par le relais de la christianisation. En pressant Boris Vladimirovič de marcher sur Kiev et de « s’asseoir sur le trône de son père », le chroniqueur souligne que désormais la légitimité découle de l’appartenance à la famille du premier prince russe chrétien comme le confirme la Povest’ en affirmant s. a. 1016 que Jaroslav monta à Kiev sur le trône de son père et de son grand père10. Dès lors, le trône est constamment reconnu comme l’insigne du pouvoir dont la possession légitime son détenteur à condition toutefois que ce dernier fasse partie de la famille. L’apparition du principe dynastique et du trône sont donc concomitants ; ils sont la conséquence directe de la conversion du prince Vladimir au christianisme et soulignent la puissante influence byzantine sur la Russie en cette fin du xe s. et cette première moitié du xie s. qui voit l’attachement dynastique s’affirmer également dans l’empire byzantin à l’époque macédonienne11.

  • 12 Ce texte a été édité une première fois par A. M. Moldovan, « Slovo ο Zakone i Blagodati » Ilariona (...)
  • 13 Moldovan, Slovo, cité note précédente, p. 98-193a 3 et PLDR. p. 595 et 613 : « Vižd’ krasjaščaago (...)
  • 14 Moldovan, Slovo, p. 8-193a 3 et PLDR, p. 95 et 612.
  • 15 Ce mot désigne le descendant mâle, au sens du grec τέκνον, M. Vassmer, Russisches etymologisches W (...)
  • 16 Ibid., t. IV, p. 176-177, il s’agit du fruit du ventre maternel, au sens du grec κοιλία.
  • 17 Ibid., t. IV, p. 342, au sens du grec òσφύες.
  • 18 Ibid., t. III, p. 700, celle qui est l’origine féminine de la lignée / « rod ».
  • 19 Moldovan, Slovo, p. 8-193a 3 et PLDR, p. 595 et 612.

7Un autre document d’importance religieuse et politique doit être également analysé, le « Sermon sur la Loi et la Grâce » / Slovo ο Zakone i Blagodati du métropolite Hilarion12. Curieusement le vocable stol’ / « trône » n’y apparaît qu’une seule fois dans la phrase : « Regarde le trône merveilleux de ta terre13. » Toutefois, cette mention est des plus intéressantes car elle associe le trône, expression du pouvoir politique, à un espace géopolitique, « ta terre ». Métaphorique, l’expression est également politique. Ce n’est pas en effet toute la terre que légitime le trône mais uniquement celle sur laquelle règne le prince russe et sur laquelle s’exerce son pouvoir princier. Pour bien comprendre ce passage du Slovo, il importe de ne pas le détacher de son contexte. Il s’agit d’une longue invocation adressée par Hilarion à Vladimir pour que, lui qui n’est pas mort, mais seulement endormi dans l’attente de la Résurrection, se lève et voit14 : « Lève-toi et vois ton fils / čado15 , Georges, vois ton fruit / utrobaj16, vois ton bien-aimé, vois celui que le Seigneur a fait sortir de tes reins17, vois le trône merveilleux de ta terre ; aussi réjouis-toi et sois heureux. Vois également son épouse / snoha18 bénie Irène, vois tes petits-fils et arrière-petits-fils19. »

  • 20 A. F. Zamaleev, V. A. Zoc, Mysliteli kievskoj Rusi (Les penseurs de la Russie de Kiev), Kiev 1980, (...)
  • 21 J.-P. Arrignon, Remarques sur le titre de Kagan attribué aux princes russes dans les sources byzan (...)
  • 22 Moldovan, Slovo, p. 98-193a 3 et PLDR, p. 595 et 612 : « Něsi bo umerlě ně spisi do obč’ščaago vsě (...)

8Comme nous le savons, le métropolite Hilarion appartient au groupe restreint de ceux que l’on désigne par le terme de lettrés / knižniki20 . Pour cette raison, le choix des termes21, l’ordre dans lequel ils apparaissent, doivent être analysés. Le principe de la légitimité dynastique est ici puissamment affirmé : l’héritier mâle est d’abord celui qui est sorti du ventre maternel. C’est donc par la femme, comme Hilarion le réaffirme avec Irène, qu’est assurée cette légitimité, celle qui donne droit au trône princier. Certes, le rôle de l’homme est bien mentionné, mais en second lieu ; il n’engendre que dans la mesure où Dieu le permet. C’est l’épouse-mère qui fonde la lignée légitime, celle du fils héritier, des petits-fils et arrière-petits-fils, lesquels sont aussi les garants de la vraie foi et les soutiens de l’Église. Le métropolite Hilarion ne peut affirmer plus clairement le rôle de l’Église dans l’affirmation du principe dynastique russe placé sous le regard de Vladimir qui n’est pas mort mais seulement endormi, dans l’attente de la Résurrection22.

9Ainsi, l’examen attentif de la « Chronique des Temps passés » / Povest’ vremennyh let comme celui du « Sermon sur la Loi et la Grâce » / Slovo ο Zakone i Blagodati montre sans ambiguïté que le principe héréditaire s’est bien développé en Russie à partir du baptême de Vladimir et que son expression politique matérielle en fut bien le trône dont la première mention est citée s. a. 1015. La question se pose maintenant de savoir, si nous avons quelques traces iconographiques susceptibles d’être jointes au dossier.

  • 23 N. M. Sotnikova, I. G. Spasskij, Tysjašeletnie drevnejsih Monet Rossii, svodnyj katalog Russkih mo (...)

10Aux sources écrites, l’historien doit en effet ajouter les apports de la numismatique23 qui, sur ce plan, nous apparaissent comme essentiels.

11Les monnaies de Vladimir que nous possédons, sont réparties en quatre types qui ont chacun leur unité de composition.

Les données de la numismatique russe

TYPE I24

  • 24 Sotnikova - Spasskij , cité note précédente, p. 60-69. Planche I-a.
  • 25 I. I. Tolstoj, Ο drevnejsih russkih monetah X-XI vv (Sur les monnaies russes les plus anciennes de (...)

12Selon I. I. Tolstoj25, ce type de monnaies correspondrait, semble-t-il, à des monnaies frappées à l’occasion du baptême puis du mariage de Vladimir avec la porphyrogénète Anne, sœur des empereurs Basile II et Constantin VIII. Ces pièces ne seraient en fait que des calques des solidi byzantins de Basile II et Constantin VIII, jusque dans la disposition inversée de l’avers et du revers.

  • 26 Sotnikova - Spasskij, p. 15-120.
  • 27 Ibid., p. 121-139.

13La légende est Vladimir’ na stolě, a se ego zlato pour la monnaie d’or26 ; Vladimir’ na stolě na se ego srebro pour la monnaie d’argent27.

14Sur l’avers, est figuré le portrait du prince, probablement le plus ancien portrait d’un prince russe ; sur le revers, le Christ Pantocratôr avec son monogramme HC-XC.

15Le prince y est représenté de face, la tête couverte d’un bonnet dont le pourtour semble orné de perles et où sont fixées des pendeloques elles-mêmes décorées de perles ; Les traits de son visage, nez, yeux, bouche et moustaches dessinent un portrait typé ; son vêtement est très stylisé par des traits linéaires qui dessinent une silhouette ; sa main droite est posée sur sa poitrine et semble tenir un globe ; de sa main gauche, il tient une Croix dont les bras sont figurés par un décor trilobé. Au-dessus de son épaule gauche se trouve son emblême, le célèbre trident. Le poids de la pièce d’or, 4,44 g, est identique à celui du solidus d’or byzantin. Remarquons qu’en dépit de la légende « Vladimir sur le trône », ce dernier n’est représenté sur aucune pièce de ce type. Cette absence de figuration du trône nous semble particulièrement intéressante dans la mesure où l’expression politique du pouvoir est bien affirmée par l’expression na stole ; mais son expression iconographique n’apparaîtra que plus tard sur le type II et les suivants. Il semble donc légitime d’admettre que la réalité du trône précède son expression iconographique d’autant que cette dernière marquait une rupture avec la tradition du monnayage macédonien.

16Sur le revers, le Christ est également présenté de face. Notons que les traits du visage sont sensiblement moins précis que ceux du prince. Son visage est entouré du nimbe crucifère ; de sa main gauche, il presse sur sa poitrine l’évangile dont la reliure est également ornée de perles ; de sa main droite, il semble montrer le Livre au monde.

17La datation des monnaies de ce type nous semble pouvoir être précisée. En effet, notons d’abord que l’avers ne porte aucun signe rappelant directement et explicitement l’engagement chrétien du prince. Sur le revers seul, le Christ annonce la Bonne Nouvelle au monde par l’évangile. Ce type monétaire qui associe la représentation du prince russe et de la Croix sur l’avers, et le Christ sur le revers, pourrait alors parfaitement correspondre à la période de catéchuménat du prince. Certes, il avait déjà reçu la prima signatio, mais il n’était pas encore baptisé. L’avers ne porte donc que la Croix, signe de l’attachement du prince à la nouvelle foi ; nous n’y voyons ni trône, ni nimbe. Seul le revers souligne le processus en cours. Dès lors, nous pourrions dater ces monnaies de la période 987-989, période qui précéderait la conversion et ne serait donc pas liée au baptême du prince ni à son mariage avec la porphyrogénète Anne, mais à l’engagement chrétien personnel du prince.

TYPE II28

  • 28 Ibid., p. 69-73 et 139-161. Planche I-b.

18C’est sur les monnaies d’argent de ce type que, pour la première fois est figurée, de façon très stylisée, une sorte de siège princier dont ne sont visibles en réalité que les extrémités qui sont soit celles d’un coussin soit les bras arrondis d’un siège. Ces monnaies semblent postérieures à celles du type I ; le progrès du dessin y est sensible. Avec le type précédent, apparaissent des différences notables. Sur l’avers, le prince est représenté en buste le visage auréolé d’un nimbe, ce qui n’apparaît sur aucune monnaie, d’or ou d’argent, du type I. Sa tête est couverte d’un bonnet bordé de fourrure, la célèbre chapka, ornée de perles. Sa main gauche est posée sur sa poitrine ; celle de droite tient verticalement la Croix. Pour la première fois enfin semble être représentée une sorte de siège princier dans lequel il est difficile de voir précisément un trône. Sur le revers, n’apparaît que le trident princier du même dessin que celui du type I dont le dessin désormais se fixe et est figuré sur toutes les monnaies de Vladimir.

19La datation de ces pièces d’argent de type II est difficile. Elles sont évidemment antérieures à 1015, date de la mort du prince, mais rien ne permet d’affirmer qu’elles pourraient avoir été frappées à l’occasion du remariage de Vladimir avec la petite-fille de l’empereur germanique Otton Ier, après 1011. Il est surtout à retenir du type II, la présence du nimbe qui souligne la christianisation effective du prince ainsi que la protection divine dont désormais il peut se prévaloir. Nous pouvons en déduire une chronologie postérieure à 989.

TYPE III29

  • 29 Ibid., p. 73-77 et 161-174. Planche I-c.

20Ce sont pour la plupart des pièces du type II refondues. Les traits essentiels de ces monnaies de type III sont évidemment la représentation méticuleuse et soignée du trône à haut et large dossier, l’absence du nimbe autour de la tête du prince, la position oblique de la Croix tenue à deux mains, toujours représentée verticalement sur les autres types, enfin la grande correction de la légende écrite en entier. Notons aussi la petite Croix placée au-dessus de la tête du prince en lieu et place du nimbe, la fibule qui retient les deux pans du manteau princier et surtout, cette sorte de médaillon, sur le cou du prince, médaillon que l’on pourrait peut-être assimiler à un élément du collier / barma, insigne également du pouvoir princier. Sur le revers, le trident est bien dessiné et frappé. Ces monnaies du type III sont elles aussi datées de la première décennie du xie s.

21C’est sur ce type que le trône apparaît comme un siège de grande taille à haut dossier et, semble-t-il, incrusté de pierres précieuses. I.I. Tolstoj a vu dans cette frappe une représentation assez fidèle de la forme du trône byzantin tel qu’il est représenté sur les monnaies byzantines de la première moitié du xe s.

TYPE IV30

  • 30 Ibid., p. 77-81 et 174-180. Planche I-d.

22Il semble caractériser la fin du règne de Vladimir et est remarquable par l’exceptionnelle qualité de la représentation. Le prince est représenté nimbé, portant la chapka, assis sur son trône qui a l’aspect d’un fauteuil-banquette aux pieds affinés, comportant un dossier bas. Sur ce trône est posé un coussin sur lequel le prince est assis les pieds posés sur un repose-pieds. Il a la main gauche sur la poitrine et de la droite il tient verticalement la Croix dite du Golgotha. La datation de ce type IV n’est pas établie avec précision mais est aussi antérieure à 1015.

Comparaison avec la numismatique byzantine

  • 31 P. D. Whitting, Les monnaies byzantines, Fribourg 1973, n° 280, p. 181. Planche II-a.

23Il faut souligner que dans le monnayage byzantin, nous n’avons pas de représentation tout à fait identique, bien que les Byzantins aient parfaitement connu cette forme de représentation artistique du trône comme nous pouvons le voir d’après l’hyperpère d’or de Jean II Comnène (1118-1143)31.

24Telles sont les données que nous fournissent les monnaies russes datées du règne du prince Vladimir. Il nous faut maintenant les comparer à celles fournies par les monnaies byzantines émises sous la dynastie macédonienne, de Basile Ier (867) à Basile II (1025) plus précisément.

  • 32 Ibid., p.182 et représentation n° 451, p. 281. Planche II-b.
  • 33 Ibid., nos 319 et 320, p. 192. Planche II-c.
  • 34 Ibid., p. 201.

25Une première constatation s’impose ; aucune monnaie byzantine de cette époque ne représente l’empereur sur son trône, alors que c’est Basile Ier (867-886) qui introduisit sur ses solidi le nouveau type du Christ assis sur un trône dont le dossier est en forme de lyre32. Ce type se trouve aussi sur les miliaresia de cuivre de ce même empereur, représenté seul ou avec son fils Constantin. On trouve aussi ce type sur les miliaresia de Léon VI (886-912). Il semble disparaître après lui. Plus intéressant pour nous est le monnayage de Basile II et de Constantin VIII (976-1028). Toutes les monnaies d’or de ces règnes représentent le Christ en buste au droit et au revers les bustes des empereurs Basile II et Constantin VIII. Il n’y a pas de monnaies d’or au type du trône, ni même de monnaies d’argent ou de cuivre. Il faut attendre les deux émissions d’histamena33 d’Isaac Ier Comnène (1057-1059) pour voir au droit de ses émissions le Christ assis sur un trône34.

26En conséquence, l’introduction du trône sur les monnaies de Vladimir du type III ne peut être due qu’à l’imitation des monnaies byzantines du fondateur de la dynastie macédonienne, avec cette différence que le trône, attribut divin sur les dernières, est devenu un attribut princier sur les premières.

  • 35 Sotnikova - Spasskij, p. 73.
  • 36 Whitting, cité supra n. 31 n° 451, p. 281. Planche II-c.
  • 37 I. Sorlin, Les traités de Byzance avec la Russie au xe s., Cahiers du inonde russe et soviétique, (...)
  • 38 J.-P. Arrignon, Les relations internationales de la Russie kiévienne au milieu du xe s. et le bapt (...)

27La représentation du prince assis sur son trône apparaît très tôt en Russie, peut-être dès le type II et de façon nettement marquée avec les types III et IV du monnayage de Vladimir (980-1015). À l’évidence, elle est liée à l’entrée de la Rus’ dans la communauté des États chrétiens et au baptême de son prince (989). Toutefois, il est important de noter que nous n’avons pas de représentations équivalentes dans le monnayage byzantin pourtant abondant de la période macédonienne qui correspond précisément à l’entrée de la Rus’ dans l’oikouménè byzantine. Par contre, la compararaison entre les pièces d’argent de type III de Vladimir35 et les solidi d’or de Basile Ier sur lesquels le Christ est représenté sur un trône au large dossier en forme de lyre36, est très suggestive. Une première remarque semble s’imposer. La circulation des monnaies byzantines, et notamment des monnaies d’or, était probablement moins rapide qu’on ne le pense généralement, même sur le territoire impérial, a fortiori à l’extérieur de ce même territoire. De plus, leur nombre devait être généralement assez réduit, d’autant qu’elles faisaient l’objet d’un processus de thésaurisation. En conséquence de quoi, il n’est pas extravagant de penser que dans la Rus’ de Vladimir, les pièces à l’effigie de Basile Ier et de Léon VI aient pu être plus largement diffusées que celles de Basile II et aient donc pu servir de modèles à celle du type III de Vladimir. Ainsi pourrait-on expliquer que le type basilien ait pu servir de modèles pour la frappe des monnaies russes alors qu’il n’a pas été poursuivi par Constantin VII (913-959) sous le règne duquel eurent lieu d’une part la conclusion du traité de 94437, d’autre part, en 959, la visite et la réception de la princesse Olga38 au Grand Palais de Constantinople, deux actes officiels qui ont pourtant entraîné et facilité la circulation monétaire entre les deux pays.

28Notons enfin qu’à aucun moment, les empereurs byzantins n’ont fait reproche aux princes russes de battre monnaie et d’usurper ainsi un privilège impérial. Cette attitude ne peut s’expliquer que par la faiblesse du monnayage russe qui n’est probablement pas perçu à Constantinople comme la manifestation d’une volonté politique ou économique de se placer hors de l’oikouménè, mais plutôt comme la manifestation d’une expression artistique. Monnaies ou médailles ? Pour les empereurs byzantins, il ne semble pas y avoir eu de question, d’autant que dans les décennies qui suivent, la Rus’ de Kiev va entrer pour longtemps dans la période dite « sans monnaie ».

Conclusion

29La confrontation de l’ensemble des données du dossier documentaire que nous avons présenté permet de proposer quelques remarques de conclusion. A la question initiale qui nous était posée, la réponse des documents écrits et de la numismatique semble claire. Le trône dans la Rus’ de Vladimir et de Jaroslavl’ a bien une existence matérielle qui en fait un symbole politique essentiel de la légitimité dynastique. Toutefois, cette conception ne s’est répandue que lentement après la conversion du prince Vladimir au christianisme et les premières manifestations de son existence matérielle non ambigüe ne sont visibles que sur les pièces du type III frappées dans la première décennie du xie s.

30En outre, il est important de rappeler que le monnayage de Vladimir n’a pas été une simple copie des modèles byzantins, mais une création originale qui a suivi l’entrée de la Rus’ dans la communauté des États chrétiens. Pour cette raison le trône, réservé au Christ sur les monnaies byzantines de l’époque macédonienne, est attribué au prince sur les monnaies russes. Il s’agit en effet d’affirmer l’idée nouvelle de dynastie élue de Dieu, par accumulation sur l’avers des signes chrétiens dont le prince est revêtu : le nimbe, la Croix tenue d’une ou de deux mains, la Croix au-dessus de la tête et, bien sûr, le trône, car, le revers est tout entier réservé au symbole païen du trident. Le rôle de la chaire métropolitaine dans cette démarche nous semble devoir être rappelé.

31Enfin, si cette manifestation d’auctoritas de la part du prince russe n’a pas entraîné de réaction de la part des Autorités de Constantinople, pourtant promptes à réagir en pareils cas, c’est que le volume de la frappe n’a pas été suffisant pour identifier celle-ci autrement que comme une production artistique qui contribuait puissamment à la diffusion du christianisme byzantin dans cette partie septentrionale de l’Europe orientale.

Notes

1 Nos citations seront faites à partir de l’édition de Ο. V. Tvorogov et D. S. Likhačev, Povest’ vremennyh let (Chronique des Temps Passés). Pamjatniki Literatury Drevnej Rusi. 1 : Nacalo russkoj Literatury XI-načalo XII veka, (Monuments de la Littérature de la Russie Ancienne. Début de la Littérature Russe, xie-début xiie s.), Moscou 1978, p. 23-278. La Chronique est citée désormais PVL.

2 Nos citations seront faites à partir de l’édition de A. M. Moldovan, Slovo ο Zakone i Blagodati (Sermon sur la Loi et la Grâce). Pamjatniki (cité note précédente). III : XIII vek. (xiiie s.), Moscou 1994, p. 583-616.

3 Ο. V. Tvorogov, Leksiceskij sostav « Povesti Vremennyh Let » (Lexique de la Chronique des Temps Passés), Kiev 1984, p. 139. Nous avons également utilisé le remarquable ouvrage de A. S. L’vov, Leksika « Povesti Vremennyh Let » (Lexique de la Chronique des Temps passés), Moscou 1975, p. 97 et 103.

4 PVL. p. 146 : « Sjadi Kyeve na stole otni. »

5 PVL 6421 /913, p. 56 : « Poča knjažiti Igor’ po Olze. » PVL 6452/945, p. 68 : « Igor’ že nača knjažiti v’ Kyeve. »

6 PVL 6477/969, p. 80 : « Ne ljubo mi eščt’ ν Kieve byti ; hočju žiti ν Perjaslavci. »

7 PVL, 6481 /973, p. 88 : « Nača knjažiti Jaropolk’. »

8 PVL, 6488/980, p. 94: « I nača knjažiti Volodimer’ v’ Kieve. »

9 M. Vassmer, Etimologičeskij slovar’ russkogo jazyka (Dictionnaire étymologique de la langue russe), trad. de l’allemand par Ο. N. trubacev, t. II, Moscou 1986, p. 266, montre clairement que le mot knjaz’ ne traduit que le grec ἄρχων, détenteur d’une ἀρχή, un pouvoir de fait.

10 PVL, 6524/1016. p. 156 : « Jaroslav’ že sěde Kyevě na stolě ot’ni i dědni. »

11 Il suffit de rappeler l’attachement du peuple de Constantinople aux deux filles de Constantin VIII, Zoé et Théodora, qui, par mariage, légitiment leurs maris successifs sans qu’il y ait toutefois de transfert de légitimité à leur profit.

12 Ce texte a été édité une première fois par A. M. Moldovan, « Slovo ο Zakone i Blagodati » Ilariona (Sermon sur la Loi et la Grâce, d’Hilarion), Kiev 1984 ; repris par A. M. Moldovan et traduit par le diacre A. Jurcenko, Mitropolit Ilarion. Slovo ο Zakone i Blagodati, Pamjatniki III, cité supra n. 2, p. 583-598 et 599-616 pour la traduction (cité PLDR).

13 Moldovan, Slovo, cité note précédente, p. 98-193a 3 et PLDR. p. 595 et 613 : « Vižd’ krasjaščaago stol’ zemli tvoei ».

14 Moldovan, Slovo, p. 8-193a 3 et PLDR, p. 95 et 612.

15 Ce mot désigne le descendant mâle, au sens du grec τέκνον, M. Vassmer, Russisches etymologisches Wörterhuch, Heidelberg 1950-1958, cité d’après la traduction russe, citée supra n. 9, t. IV, Moscou 1987, p. 310-311.

16 Ibid., t. IV, p. 176-177, il s’agit du fruit du ventre maternel, au sens du grec κοιλία.

17 Ibid., t. IV, p. 342, au sens du grec òσφύες.

18 Ibid., t. III, p. 700, celle qui est l’origine féminine de la lignée / « rod ».

19 Moldovan, Slovo, p. 8-193a 3 et PLDR, p. 595 et 612.

20 A. F. Zamaleev, V. A. Zoc, Mysliteli kievskoj Rusi (Les penseurs de la Russie de Kiev), Kiev 1980, p. 41-51.

21 J.-P. Arrignon, Remarques sur le titre de Kagan attribué aux princes russes dans les sources byzantines, occidentales et russes des ixe-xie s.. ZRVI 23. 1984. p. 63-71.

22 Moldovan, Slovo, p. 98-193a 3 et PLDR, p. 595 et 612 : « Něsi bo umerlě ně spisi do obč’ščaago vsěm’ v’stania. »

23 N. M. Sotnikova, I. G. Spasskij, Tysjašeletnie drevnejsih Monet Rossii, svodnyj katalog Russkih monet, X-XI vekov (Millénaire des monnaies anciennes de la Russie, Catalogue général des monnaies russes des xe-xie.), Leningrad 1983.

24 Sotnikova - Spasskij , cité note précédente, p. 60-69. Planche I-a.

25 I. I. Tolstoj, Ο drevnejsih russkih monetah X-XI vv (Sur les monnaies russes les plus anciennes des xe-xie s.), ZRAO nouv. sér. 6, 1893 ; fasc. 3, 4 ; s. 310-368.

26 Sotnikova - Spasskij, p. 15-120.

27 Ibid., p. 121-139.

28 Ibid., p. 69-73 et 139-161. Planche I-b.

29 Ibid., p. 73-77 et 161-174. Planche I-c.

30 Ibid., p. 77-81 et 174-180. Planche I-d.

31 P. D. Whitting, Les monnaies byzantines, Fribourg 1973, n° 280, p. 181. Planche II-a.

32 Ibid., p.182 et représentation n° 451, p. 281. Planche II-b.

33 Ibid., nos 319 et 320, p. 192. Planche II-c.

34 Ibid., p. 201.

35 Sotnikova - Spasskij, p. 73.

36 Whitting, cité supra n. 31 n° 451, p. 281. Planche II-c.

37 I. Sorlin, Les traités de Byzance avec la Russie au xe s., Cahiers du inonde russe et soviétique, 3, 1961, p. 313-360 et 4, 1961, p. 447-475.

38 J.-P. Arrignon, Les relations internationales de la Russie kiévienne au milieu du xe s. et le baptême de la princesse Olga, Occident et Orient au xe s., Paris 1979, p. 167-184 ; G. G. Litavrin, Puteščestvie russkoj knjagini Olg’i ν Konstantinopol’ (Le voyage de la princesse Olga à Constantinople), VV 42, 1981, p. 35-48 ; S. A. Wysockij, Svetskie freski Sofijs-kogo sobora ν Kieve (Les fresques profanes de l’église Sainte-Sophie de Kiev), Kiev 1989, p. 164-201.

Table des illustrations

Titre PL. I
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4259/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre PL. II
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4259/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search