Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Tome I

Le séjour de Léon le mathématicien à Andros : réalité ou confusion ?

Christine Angelidi

Texte intégral

  • 1 Lydia Palaiokrassa. Προανασκαφική ἕρευνα στήν ἀρχαία ῞Ανδρο, ᾽Aνδριακά Χρονικά 21, 1993, ρ. 127 et (...)
  • 2 Elisabeth Malamut, Les îles de l’empire byzantin. viiie-xiie siècles. I-II, Paris 1988 (Byzantina (...)

1L’histoire de l’île d’Andros est peu connue pour les siècles qui mènent de l’époque paléochrétienne à l’époque mésobyzantine. Des trouvailles archéologiques attestent qu’une partie de l’ancienne capitale de l’île fut habitée jusqu’au viie siècle et que le christianisme s’y implanta assez tôt1. Ayant appartenu à l’éparchie des Cyclades, l’évêché d’Andros était au viie siècle suffragant de Rhodes ; à la suite de réformes administratives, il s’en détacha à la fin du ixe siècle pour passer sous la juridiction de la métropole d’Athènes. Par ailleurs, Andros était le siège d’une circonscription douanière et fiscale et, avec le reste des Cyclades, elle dépendit d’abord du drongaire puis du stratège du thème de la mer Egée. Pendant le viie et le viiie siècle, Andros connut l’immigration slave et les raids arabes, qui accélérèrent son déclin économique et démographique ; ce n’est qu’à partir du xiie siècle que la fondation de monuments importants atteste d’un certain essor de la vie dans l’île2.

  • 3 Théophane Continué, Bonn, p. 192. Le texte de Skylitzès, éd. I. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB (...)

2Or l’histoire d’Andros est éclairée pour le début du ixe siècle par un passage de Théophane Continué, qui rapporte le récit de Léon le Mathématicien à un de ses intimes à propos de ses études. D’après ce passage, Léon, résidant alors à Constantinople, y suivit pendant un temps indéterminé des études de grammaire et de poétique. Ensuite, il quitta la capitale, alla jusqu’à une île nommée « Andros », où il poursuivit ses études auprès d’un savant. Son professeur n’étant pas à même de lui enseigner plus que les principes de la rhétorique, la philosophie et les sciences, Léon se déplaça de nouveau, cherchant dans les monastères des alentours des livres qu’il emportait et étudiait dans la solitude des montagnes. Estimant le cycle de son apprentissage accompli. Léon rentra à Constantinople, désirant transmettre les éléments de ce savoir à qui le voudrait3.

3D’après ce récit, qui semble suggérer que Léon passa une partie de ses années d’études à Andros, l’île des Cyclades acquit une place privilégiée dans l’histoire de l’éducation de la fin des siècles dits obscurs, et le passage de Théophane Continué constitue un témoignage-clé sur la survie de la culture hellénique dans des régions éloignées de la capitale. Souvent commenté et présentant de prime abord une certaine cohérence, le récit de Léon n’en pose pas moins des difficultés, par exemple la présence à Andros de ce savant solitaire, qui ne semble pas avoir appartenu à une institution monastique, puisque c’est après l’avoir quitté que Léon commence ses recherches dans les monastères de l’île ou des alentours. Remarquons aussi l’absence, ailleurs que dans notre texte, de toute mention aussi bien textuelle qu’archéologique de monastères importants et fonctionnant au début du ixe siècle à Andros, en Attique ou en Eubée, régions désignées probablement par l’expression χέρσος du passage de Théophane Continué. Si, en revanche, nous essayons d’intégrer ces éléments dans un contexte culturel et géographique constantinopolitain, l’histoire de Léon perd beaucoup de son atmosphère romanesque, mais devient plus vraisemblable.

  • 4 Ibid.
  • 5 Sur les origines de la famille de Jean et d’Arsabèr, qui était en partie au moins celle de Léon, v (...)
  • 6 Ainsi Léon devint par alliances superposées parent de Photius. Sur la famille de Photius et son al (...)
  • 7 La propriété d’Arsabèr était située probablement à Ortaköy. Vendue à Basile Ier elle abrita le mon (...)
  • 8 Lemerle, Le premier humanisme (cité supra n. 3), p. 135-147.

4Né à Constantinople vers 8004, Léon appartenait à une famille d’origine arménienne établie dans la capitale depuis un certain temps, car, si nous ne connaissons pas ses parents, en revanche nous savons qu’il était le cousin de deux frères, Jean le Grammairien et Arsabèr5. En ce qui concerne Arsabèr, il suffit de noter qu’il reçut la dignité de patrice, qu’il épousa la sœur de l’impératrice Théodora6 et qu’il possédait un domaine sur la rive européenne du Bosphore où il fit bâtir ou restaurer un palais important. Dans ce palais, selon la tradition, son frère Jean se livrait à des séances de magie7. Jean, qu’une tradition douteuse mentionne comme anagnostès au monastère des Hodègoi pendant le règne de Michel Ier, se trouva en 814 à la tête de la mission qui se chargea de la collecte des textes contre le culte des images, et fut en 815 higoumène du monastère impérial de Serge et Bacchus. En 837 il accéda au trône patriarcal, fut déposé en 843 et mourut après 8508. Au moment, donc, où Léon commença ses études, c’est-à-dire aux alentours de 805, Jean exerçait probablement encore le professorat, qui lui valut sans doute le surnom de Grammairien.

  • 9 Trois lettres de Théodore le Stoudite envoyées à Jean le Grammairien suggèrent que ses positions i (...)

5Le texte de Théophane Continué ne nomme pas celui qui a enseigné à Léon la grammaire et la poétique, qui constituaient un premier et élémentaire cycle d’études ; il ne donne pas non plus une chronologie pour le départ de Léon. Mais, comme ce déplacement était lié à un savoir profane plutôt qu’à un noviciat, il semble improbable que Léon ail quitté la capitale avant ses quinze ans. Ceci nous mène vers 814, lorsque Jean le Grammairien, se déclarant ouvertement du côté des iconoclastes9, travaillait sur les extraits de textes condamnant les images, ou vers 815, lorsque, au lendemain du concile de Sainte-Sophie, il devint higoumène d’un monastère impérial.

  • 10 Lemerle. Le premier humanisme, p. 103.

6Pendant les dix années que dura la première période de ses études, Léon aurait pu trouver à Constantinople plus qu’un simple enseignement de grammaire et de poétique. En effet, le témoignage des sources, des Vies de Saints en particulier, indique la reprise sinon la continuité de l’éducation à la fin du viiie et au début du ixe siècle dans la capitale et dans certains centres monastiques importants. L’école que les moines de Stoudiou avaient établie dans un bâtiment voisin du monastère en est le meilleur exemple. Elle était, néanmoins, réservée aux jeunes novices du monastère10 et bien qu’elle n’eût cessé de fonctionner qu’à la dissolution du monastère par Léon V, son enseignement limité aux études religieuses et purement littéraires n’aurait pas pu tenter la curiosité de Léon.

  • 11 Les quelques citations d’un texte perdu de Jean le Grammairien contenues dans un antirrhétique ano (...)
  • 12 Lemerle. Le premier humanisme, p. 143. Jean avait exercé le professorat avant de devenir moine (ib (...)
  • 13 Sur le portrait de Jean par l’historiographie du xe, repris par les auteurs du xie et du xiie sièc (...)
  • 14 Notée par Théophane Continué, p. 185, non reprise par le cycle du Logothète.
  • 15 Voir à ce sujet les remarques de G. Dagron, Le saint, le savant et l’astrologue, Hagiographie, cul (...)
  • 16 Les fondements théoriques de l’Horos de 815 et leur réfutation par Nicéphore ont été analysés par (...)
  • 17 Lemerle, Le premier humanisme, p. 154-155, 156, 158.

7D’autre part, Léon aurait pu choisir ce qui paraît avoir été la coutume : être admis dans l’intimité d’un professeur, avec lequel il perfectionnerait ses connaissances et progresserait dans ses études. Il n’est pas exclu, me semble-t-il, d’identifier cet homme avec le cousin de Léon, Jean le Grammairien, qui, par sa profession et les liens de parenté qui les unissaient, aurait été particulièrement indiqué pour guider Léon sur les chemins du savoir profane. En effet, cet érudit, comme la plupart des prélats de l’époque, était versé dans la dialectique aristotélicienne, qu’on nommait philosophie11. Ses aptitudes didactiques lui valurent plus tard la position de précepteur de l’empereur Théophile12. Et, surtout, il partageait avec Léon le goût et la curiosité pour les sciences13, domaine du savoir profane auquel le maître initia l’élève et auquel l’élève, à son tour, se consacra. Leurs relations ne se sont jamais relâchées et c’est Jean, qui, comme patriarche de Constantinople, attribua à son cousin le siège de Thessalonique en 840. Pour des raisons évidentes, Jean n’est nulle part nommé en tant que professeur de Léon et les sources n’insistent pas sur leur parenté14. Les deux cousins représentaient les aspects opposés que pouvaient prendre la connaissance et la pratique de la science et du savoir profane15. C’est, en effet, par sa connaissance de la dialectique et les recherches qu’il mena que Jean élabora le cadre théorique du concile de 81516, sur lequel il bâtit sa carrière de prélat iconoclaste : son savoir devint ainsi, ou l’était déjà, démoniaque. Léon, en revanche, mit son savoir au service de l’État et des citoyens : l’historiographie ne connaît de lui que de bonnes actions. Ses connaissances astrologiques ont sauvé les Thessaloniciens de la famine, par la prédiction du tremblement de terre il voulut sauver la vie des fidèles, les horloges qu’il installa pour la transmission des messages informaient à temps l’armée byzantine sur les raids arabes, les automates qu’il confectionna éblouissaient les étrangers17. Son activité frôle le miracle, elle arrive au seuil de la sainteté. Dans ce contexte, la coupure que représente son départ de Constantinople trouve bien sa place.

8Tout comme s’il s’agissait d’un texte hagiographique, le récit de Léon s’articule autour des étapes qui conduisent à la sainteté un enfant déjà prédisposé : ouverture initiale vers le savoir, recherche d’un père spirituel que l’on quitte pour passer à l’ascèse et à la méditation solitaire. Pouvons-nous en déduire que l’application schématique du modèle hagiographique suggère que Léon avait effectivement pris l’habit et que l’absence de mentions explicites est due à son attitude de compromis avec le parti iconoclaste ? Son départ de la capitale coïnciderait dans ce cas avec sa décision de quitter le monde, mais nous ne savons pas ce qui s’est réellement passé. Retenons, toutefois, que notre texte donne des dimensions de coupure au passage d’un niveau de l’éducation de Léon au suivant.

  • 18 I. Ševčenko, Hagiography of the Iconoclast period, dans Iconoclasm, éd. A. Bryer. J. Herrin (cité (...)
  • 19 Vie de Nicéphore, éd. C. de Boor. Nicephori Archiepiscopi Constantinopolitani. Opuscula historica, (...)
  • 20 Vie de Nicéphore, p. 148-151.
  • 21 Théophane Continué, p. 192 : γραμματικήν...ποιητικής..ρητορικήν...καì φιλοσοφίαν καì αριθμών ἀναλή (...)

9Cette coupure est suggérée aussi par un autre texte, la Vie du patriarche Nicéphore, dont certains passages constituent des témoignages précieux sur l’histoire de l’éducation pendant la période qui s’étend entre la jeunesse de Nicéphore et le moment de la rédaction de sa biographie, c’est-à-dire entre 775 et 843-84618. À deux reprises, Ignace, le biographe de Nicéphore, se réfère à l’éducation du patriarche, la première fois au moment où, très jeune étudiant, il s’est vu nommer secrétaire19, la seconde fois lorsque Nicéphore, ayant atteint l’âge mûr, quitta sa vie de fonctionnaire et se retira sur les hauteurs de la rive asiatique du Bosphore, où il fonda un monastère, y passant ses jours en prières et études. Ignace cite à ce propos les matières profanes dans lesquelles Nicéphore avait acquis le plus haut niveau depuis son retrait de la vie publique et pendant sa retraite. Grammaire, rhétorique, tetraktys mathématique et philosophie20 constituaient son programme d’études, le même que Léon poursuivit21 pendant sa retraite sur les sommets des montagnes, que Théophane Continué situe sur une île ou dans la région avoisinante.

  • 22 R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins, Paris 1975, p. 190.
  • 23 Le premier humanisme, p. 139.
  • 24 Sur les livres utilisés par Théophane le Confesseur pour la rédaction de sa Chronographie, voir C. (...)

10Ce paysage culturel identique se trouve probablement dans le même espace géographique. En effet, depuis un certain temps et certainement aux alentours de 815, une série de monastères situés dans les régions proches de Constantinople, la Bithynie et la région de Chalcédoine, possédaient de riches bibliothèques. En 787, l’higoumène de Chenolakkos présenta au Concile de Nicée un texte rare22 et il est certain que la recherche de manuscrits entreprise par Jean le Grammairien et son comité de lettrés fut effectuée près de la capitale23. Ces collections de livres, voire ces bibliothèques, n’ont pas disparu après le Concile de 815 et ses répercussions sur les représentants des fidèles aux images. Bien au contraire, à cause de la crise iconoclaste, des prélats persécutés se sont installés dans des monastères fondés ou rénovés par eux-mêmes et situés dans la région de Constantinople. Qu’il s’agisse du patriarche Nicéphore, établi dans son monastère d’Agathou près de Chalcédoine, de Théophane le Confesseur, résidant à Sigrianè, ou d’Ignace, édifiant des monastères aux Iles des Princes, nous notons un rapprochement des lieux d’exil forcé ou voulu vers le littoral, et l’établissement de moines ou de monastères sur certaines îles désertes. Or un réseau de communication établi entre ces lieux d’exil assurait la correspondance, l’échange de vues et la transmission de livres. En effet, certains témoignages indiquent bien que des exilés avaient toujours à leur disposition des livres, dont ils se servaient pour la rédaction de leurs textes24.

  • 25 Lemerle. Le premier humanisme, p. 157.
  • 26 Voir p. ex. Jean Cameniates. De expugnatione Thessalonicae, éd. G. Böhlig, Berlin-New York 1973 (C (...)
  • 27 Selon certains témoignages. Méthode, higoumène alors de Chenolakkos, fut confiné à Saint-André (Ja (...)

11Connu pour son indifférence à ce qui touchait le dogmatisme religieux25, Léon n’aurait pas hésité, selon moi, à passer quelques années d’études dans l’un ou l’autre de ces établissements monastiques, rencontrant un moine cultivé auprès de qui il étudia. La mission de son cousin dans les bibliothèques monastiques, à laquelle il s’était peut-être joint, lui avait assurément indiqué la présence de textes anciens parmi les volumes de littérature religieuse. Ces îles proches du continent, les hauteurs montagneuses de la région semblent particulièrement correspondre aux termes νῆσος-χέρσος-ὄρη employés dans le texte de Théophane Continué. Notons aussi que certains toponymes relevés dans la région se rapprochent de celui d’ἄvτρov, forme sous laquelle est désignée aussi l’île des Cyclades26. Relevons entre autres les îles de Saint-André, proche du cap Akritas, d’Andrôtè en Propontide, de Néandros-Neiandros ou Iatros aux îles des Princes, situées près des grands centres monastiques du continent et mentionnées pour la première fois pendant le second iconoclasme27. Ainsi, il ne me semble pas impossible de dissocier l’ἄντρον de notre texte du contexte géographique des Cyclades et de penser que c’est dans l’une ou l’autre des fondations monastiques proches de Constantinople que Léon trouva les moyens, hommes savants et livres, de poursuivre ses études.

  • 28 Lemerle, Le premier humanisme, p. 149 et n. 7.

12L’identification du lieu d’études de Léon avec l’île des Cyclades et, par conséquent, la recherche de l’endroit où il a passé quelques années de recueillement et de lectures solitaires tantôt en Attique, tantôt à l’intérieur de l’île d’Andros28, tiennent, je pense, à sa personnalité et à ses intérêts scientifiques et philosophiques. En effet, son érudition, qui ouvrait de nouvelles perspectives pour l’appréhension de l’univers, se situe dans le cadre de la science dite hellénique encore vivante à Alexandrie et à Athènes pendant le vie et peut être le viie siècle. Léon qui se penchait sur les écrits des mathématiciens alexandrins et qui étudiait l’œuvre de Platon ne pouvait avoir communié avec ce courant d’idées que dans un pays grec. Ses affinités avec les derniers philosophes païens se réalisaient ainsi dans le même espace, dans lequel, toutefois, Léon se gardait l’isolement d’une île.

  • 29 Comme par exemple la Christomathia grammatica dont Photius donne des extraits dans sa Bibliothèque (...)
  • 30 En réalité il s’agit respectivement des Argiens et de la ville lycienne d’Androtta : Marinos. Vie (...)
  • 31 Cristoforo Buondelmonti, Librum Insularum Archipelagi, § 28, éd. G. R. L. De Sinner, Leipzig-Berli (...)
  • 32 V. Tran Τam Tinh. État des études iconographiques relatives à Isis. Sérapis et Sunnaoi Theoi, Aufs (...)
  • 33 G. Fowden. The Egyptian Hermes. A Historical Approach to the Lille Pagan Mind. Princeton 1993, p.  (...)
  • 34 Il s’agit du manuscrit Laurentianus Plut. 69. cod. 27, qui porte une notice de la main de Buondelm (...)
  • 35 Horapollon. professeur aux mouseia d’Alexandrie pendant la seconde moitié du ve siècle, était le d (...)
  • 36 Son influence est repérée dans plusieurs textes de la fin du xve et du début du xve siècle. Bien q (...)

13Néanmoins. Léon n’est pas le seul lien d’Andros avec le savoir païen et les derniers philosophes. En effet, la tradition manuscrite de la Vie de Proclus, le dernier des platoniciens dont les œuvres épurées jouissaient d’une grande estime de la part des Byzantins29, témoigne de la même confusion géographique et d’une interprétation souvent erronée des toponymes. Dans le premier de ces cas, Proclus paraît avoir comblé de bienfaits les habitants d’Andros et dans le second y avoir même passé un certain temps lorsque, persécuté, il dut fuir d’Athènes30. Et ce n’est pas tout. En juin 1419, passant quelques jours à Andros, Christoforo Buondelmonti y trouva deux choses. La première était une sculpture figurant Hermès, que l’humaniste florentin décrit ailé, tenant un sceptre autour duquel s’enroulaient deux serpents, portant un casque, ayant une tête de chien, avec un coq devant lui31. À moins qu’il ne s’agisse d’une œuvre très détériorée, il serait tentant de rapprocher cette tête canine des représentations de la divinité gréco-égyptienne Anubis qui, sous sa forme hellénisée d’Hermanubis, portait les attributs d’Hermè32 La présence d’une divinité gréco-égyptienne à Andros n’est pas d’ailleurs impossible, dans la mesure où des témoignages archéologiques attestent l’existence dans l’île d’un centre de culte isiaque déjà au premier siècle av. J.-C.33 et encore en fonction pendant l’époque impériale. A ce vestige antique. Buondelmonti ajoute l’achat d’un manuscrit du xive siècle, comprenant, entre autres, le texte des Hieroglyphica d’Horapollon34. Ce petit traité hermétique de la lin du ve siècle35 fut chaleureusement accueilli dans les milieux humanistes et connut presque aussitôt une grande vogue36. Ainsi. Buondelmonti posa le dernier chaînon d’une longue tradition de cultes païens, de platonisme théurgique et de sciences helléniques, qui se développerait pendant de longs siècles à Andros, que Proclus et Léon le Mathématicien auraient illustrée par leur séjour.

Notes

1 Lydia Palaiokrassa. Προανασκαφική ἕρευνα στήν ἀρχαία ῞Ανδρο, ᾽Aνδριακά Χρονικά 21, 1993, ρ. 127 et D. I. Polemis, ‘Ιστορία τῆς ῞Ανδρου, Andros 1981 (Πέταλον. Παράρτημα 1), ρ. 51.

2 Elisabeth Malamut, Les îles de l’empire byzantin. viiie-xiie siècles. I-II, Paris 1988 (Byzantina Sorbonensia 8), p. 63, 157-158, 210-212, 305 s., 337 s.

3 Théophane Continué, Bonn, p. 192. Le texte de Skylitzès, éd. I. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5), p. 104-105, n’apporte pas d’informations supplémentaires à ce sujet, sauf la mention du nom du professeur de Léon, qui serait un certain Michel Psellos. À propos de cette identification, voir D. I. Polemis. Some cases of erroneous identification in the Chronicle of Skylitzes, Bsl. 26, 1965. p. 80-81. et P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin. Notes et remarques sur enseignement et culture à Byzance des origines au xe siècle, Paris 1971 (Bibliothèque Byzantine. Études 6). p. 149.

4 Ibid.

5 Sur les origines de la famille de Jean et d’Arsabèr, qui était en partie au moins celle de Léon, voir C. Mango, The Homilies of Photius, Patriarch of Constantinople, Dumbarton Oaks-Washington 1958 (Dumbarton Oaks Studies 3), p. 240.

6 Ainsi Léon devint par alliances superposées parent de Photius. Sur la famille de Photius et son alliance avec la famille impériale, voir C. Mango, The Liquidation of Iconoclasm and the Patriarch Photios, dans Iconoclasm. Papers given at the Ninth Spring Symposium of Byzantine Studies, éd. A. Bryer, J. Herrin. Birmingham 1977, p. 137-138.

7 La propriété d’Arsabèr était située probablement à Ortaköy. Vendue à Basile Ier elle abrita le monastère de Saint-Phocas : R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin. 1ère partie : Le siège de Constantinople et le patriarcat œcuménique. III. Les églises et les monastères, Paris 1969, p. 498.

8 Lemerle, Le premier humanisme (cité supra n. 3), p. 135-147.

9 Trois lettres de Théodore le Stoudite envoyées à Jean le Grammairien suggèrent que ses positions iconoclastes n’étaient pas très anciennes. Sur ces lettres, voir maintenant Theodori Studitae Epistulae, éd. G. Fatouros. Berlin-New York 1991 (CFHB 31). nos 492. 528. 546. Fatouros date ces lettres de 821-826 et exclut l’identification de leur destinataire avec le futur patriarche (ibid., p. 447*. n. 878).

10 Lemerle. Le premier humanisme, p. 103.

11 Les quelques citations d’un texte perdu de Jean le Grammairien contenues dans un antirrhétique anonyme (J. Gouillard, Fragments inédits d’un antirrhétique de Jean le Grammairien, RÉB 24, 1966. p. 171-181) ne suffisent pas à apprécier sa familiarité avec l’aristotélisme « scolastique », enseigné déjà au viiie siècle (P. Alexander. The Patriarch Nicephorus of Constantinople. Ecclesiastical Policy and Image Worship in the Byzantine Empire, Oxford 1958, p. 190-198).

12 Lemerle. Le premier humanisme, p. 143. Jean avait exercé le professorat avant de devenir moine (ibid., p. 137) ou même avant d’assumer des fonctions plus importantes dans son monastère. À propos du lien entre Jean et l’impératrice Théodora. désigné par le mot σύντεκ-νος, voir Mango, The Homilies of Photius (cité supra n. 5), p. 242 n. 40. Contrairement à Mango. je ne pense pas que Jean ait été le parrain de Théodora, le terme σύντεκνος désignant les liens de parenté sipirituelle qui unissent les parents de l’enfant au parrain de celui-ci (cf. Théophane Continué, Bonn, p. 23.32 et p. 24.7). Notons que Michel III, né en 840, fut baptisé pendant le patriarcat de Jean ; il est possible que, en dehors de ses fonctions d’officiant, Jean fût effectivement le parrain du jeune prince. Il pourrait ainsi être désigné comme le σύντεκνος de l’impératrice.

13 Sur le portrait de Jean par l’historiographie du xe, repris par les auteurs du xie et du xiie siècle : Lemerle, Le premier humanisme, p. 137 n. 115. De cette série d’accusations de pratiques magiques illicites et d’orgies, lieu commun de la littérature des libelles, retenons seulement que Jean se livrait à certaines expériences scientifiques (ibid., p. 145), peut-être même théurgiques, dans un endroit aménagé à cet effet dans la propriété de son frère.

14 Notée par Théophane Continué, p. 185, non reprise par le cycle du Logothète.

15 Voir à ce sujet les remarques de G. Dagron, Le saint, le savant et l’astrologue, Hagiographie, cultures et sociétés (ive-viie s.), Paris 1981, p. 143-155 ( = La romanité chrétienne en Orient, Londres 1984, IV).

16 Les fondements théoriques de l’Horos de 815 et leur réfutation par Nicéphore ont été analysés par P. Alexander, The Iconoclastic Council of St. Sophia (815) and its Définition (Horos), DOP 7, 1953, p. 35-77 ( = Religious and Political History and Thought in the Byzantine Empire, Londres 1978, VIII).

17 Lemerle, Le premier humanisme, p. 154-155, 156, 158.

18 I. Ševčenko, Hagiography of the Iconoclast period, dans Iconoclasm, éd. A. Bryer. J. Herrin (cité supra n. 6), p. 125 et n. 92.

19 Vie de Nicéphore, éd. C. de Boor. Nicephori Archiepiscopi Constantinopolitani. Opuscula historica, Leipzig 1880. Appendice I, p. 144, I. 6-7. Les interprétations de ce passage divergent : P. Alexander (The Patriarch Nicephorus cité supra n. 11]. p. 58) pense que Nicéphore fut instruit dans une école spéciale pour futurs fonctionnaires au Palais même (un équivalent de l’école stoudite pour les futurs moines ?). Selon Lemerle (Le premier humanisme, p. 130), Nicéphore suivait en même temps l’enseignement moyen et « acquérait la formation technique, nécessaire à un fonctionnaire ». Pour ma part, je pense qu’Ignace a tout simplement essayé de souligner l’enchaînement des événements dans la vie de Nicéphore et son extrême jeunesse (il avait encore les mains toutes barbouillées) lorsqu’il commença sa carrière de fonctionnaire.

20 Vie de Nicéphore, p. 148-151.

21 Théophane Continué, p. 192 : γραμματικήν...ποιητικής..ρητορικήν...καì φιλοσοφίαν καì αριθμών ἀναλήψεις (que je comprends comme une expression abrégée de la μαθηματικῆς τετρακτὺος άνάληψις que donne la Vie de Nicéphore [p. 149. I. 27]).

22 R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins, Paris 1975, p. 190.

23 Le premier humanisme, p. 139.

24 Sur les livres utilisés par Théophane le Confesseur pour la rédaction de sa Chronographie, voir C. Mango, The Availability of Books in the Byzantine Empire, A.D. 750-850, Byzantine Books and Bookmen, Washington 1975, p. 36-37 ( = Byzantium and its Image, Londres 1984. VII). Nicéphore avait aussi accès à des livres : Alexander, The Iconoclastic Council (cité supra n. 16), p. 40.

25 Lemerle. Le premier humanisme, p. 157.

26 Voir p. ex. Jean Cameniates. De expugnatione Thessalonicae, éd. G. Böhlig, Berlin-New York 1973 (CFHB 4), p. 57. ἄντρον portent le manuscrit de Théophane Continué (Vati-canus gr. 167, f. 65v) à propos du lieu de séjour de Léon et ceux de la Chronique de Skylitzès, éd. Thurn,. p. 105 apparat.

27 Selon certains témoignages. Méthode, higoumène alors de Chenolakkos, fut confiné à Saint-André (Janin, Les grands centres (cité supra n. 22], p. 53). Andrôtè est mentionnée dans la Lettre 21 d’Ignace de Nicée datée avant 826 (The Correspondance of Ignatios the Deacon. Text. Translation and Commentary by C. Mango with the collaboration of St. Εfthymiadis. Dumbatton Oaks 1997 [CFHB 39], p. 70. 36-37 et commentaire p. 179-180). Elle est identifiée avec l’île de Koutali par M. Gédéon, ’Επιστροφή εἰς Προικόννησον, préface à Ε. Valsamis, N. Lambadaridis, Προκοννησιακά ‘Ιστορικά, Athènes 1940, p. 15-16. Iatros, où se trouvait un des premiers monastères d’Ignace, est identifiée à Neiandros (aujourd’hui. Tavsan adasi) par J. Pargoire. Les monastères de saint Ignace et les cinq plus petites îles de l’archipel des Princes, IRA1K 7, 1902, p. 62-64. Notons aussi la confusion onomastique à propos du monastère dit Andreion, qui est peut-être à identifier avec le monastère de Saint-André, situé en Bithynie (Janin, Les grands centres, p. 81-82).

28 Lemerle, Le premier humanisme, p. 149 et n. 7.

29 Comme par exemple la Christomathia grammatica dont Photius donne des extraits dans sa Bibliothèque, cod. 239. Sur l’identification de son auteur avec le philosophe néoplatonicien : W. Treadgold. The Nature of the Bibliotheca of Photius, Dumbarton Oaks-Washington 1980 (Dumbarton Oaks Studies 18). p. 50 n. 53. Voir aussi le lemme que la Souda IV. p. 210 consacre à Proclus.

30 En réalité il s’agit respectivement des Argiens et de la ville lycienne d’Androtta : Marinos. Vie île Proclus, éd. J. Boissonade. Leipzig 1814. 15 et 32, p. 13 et 25. Voir aussi les notes de l’éditeur p. 98.

31 Cristoforo Buondelmonti, Librum Insularum Archipelagi, § 28, éd. G. R. L. De Sinner, Leipzig-Berlin 1824. p. 87. Suit. p. 88, l’interprétation allégorique des attributs d’Hermès. Sur la crédibilité du texte de Buondelmonti, qui a largement puisé ses informations dans Etienne de Byzance. Pline et l’Etymologicum Magnum, voir les remarques de E. Le-grand. Description des îles de l’Archipel par Christophe Buondelmonti. Version grecque anonyme, 1ère partie, Paris 1897, p. i s.

32 V. Tran Τam Tinh. État des études iconographiques relatives à Isis. Sérapis et Sunnaoi Theoi, Aufstieg und Niedergang der römischen Welt 17.3. p. 1730-1733.

33 G. Fowden. The Egyptian Hermes. A Historical Approach to the Lille Pagan Mind. Princeton 1993, p. 47.

34 Il s’agit du manuscrit Laurentianus Plut. 69. cod. 27, qui porte une notice de la main de Buondelmonti. En dehors du texte d’Horapollon, le même manuscrit comprend la Vie d’Apollonius de Tyana et les Elementa Physica de Proclus : A. M. Bandini. Catalogus Codicum Manuscriptorum Bibliothecae Mediceae Laurentianae. II, réimpr. Leipzig 1961. p. 645.

35 Horapollon. professeur aux mouseia d’Alexandrie pendant la seconde moitié du ve siècle, était le dernier descendant d’une famille de philosophes. Son interprétation des signes hiéroglyphes se situe dans la tradition hermétique : Fowden, The Egyptian Hermes (cité supra n. 33), p. 184-185.

36 Son influence est repérée dans plusieurs textes de la fin du xve et du début du xve siècle. Bien que le texte ait été publié en 1505 par Manutius, les artistes ne l’utilisèrent que bien plus tard : J. Seznec, The Survival of Pagan Gods, New York 1953 (Bollingen Series 38), p. 100-101.

Auteur

Institut de Recherches Byzantines (Athènes)

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search