Version classiqueVersion mobile

ΕΥΨΥΧΙΑ. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler

Préface

Angeliki E. Laiou

Texte intégral

1Chère Hélène,

2La première fois que j’ai entendu parler de vous, c’était en 1959, lorsque Dionysios Zakythinos fit mention, dans son séminaire, de la jeune byzantiniste grecque qui, à Paris, était en train d’élaborer une thèse d’État sur Byzance et la mer. Jeunes étudiants, nous n’étions pas au courant de la complexité de la thèse de doctorat en France (que votre pays a fini par simplifier), mais l’admiration qu’éprouvait pour vous notre maître bien-aimé était inoubliable.

3Il était tout aussi évident que le travail annoncé aurait une importance majeure, ce que confirma la publication de votre livre en 1966, livre définitif qui est devenu un classique de notre discipline. Votre passion pour la mer et l’histoire maritime ne s’est pas démentie par la suite. Vos recherches sur les fonctionnaires et les bureaux maritimes, sur les escales maritimes, sur la piraterie, sur les ports et sur le grand carrefour portuaire que constitua Constantinople, en témoignent. Dans la logique historique, l’étude des institutions maritimes à Byzance vous a conduite à vous occuper des structures administratives de cet empire si bien gouverné pendant de longues années ; avec l’histoire maritime proprement dite, ces structures sont restées au centre de vos intérêts scientifiques tout au long de votre carrière. C’est à leur évolution que vous avez consacré des travaux remarquables tant par l’analyse approfondie des sources que par la clarté et l’élégance de l’exposé. Avec un esprit audacieux, vous vous êtes lancée très tôt dans des problèmes difficiles, ce qui, d’ailleurs, a marqué toute votre activité scientifique. Je pense ici à vos recherches sur l’épitéleia, et aussi à ce petit joyau de l’histoire des institutions byzantines, votre « Concession des droits incorporels ».

4Comme le montre la liste de vos travaux, vous aviez déjà développé au cours des années soixante les thèmes qui devaient vous retenir longtemps : l’histoire des institutions, l’histoire maritime, la géographie historique, l’étude de l’Asie Mineure, qui exerce sur vous une attraction particulière, conséquence, sans doute, de l’origine micrasiatique, voire « byzantine », de votre famille. A ce champ s’est ajoutée un peu plus tard l’analyse de l’idéologie politique des Byzantins, tant vis-à-vis de leur État que touchant à la construction de leur identité : Byzance face à elle-même et face aux autres. Vous avez apporté à vos recherches une profonde maîtrise des sources et un esprit fin et curieux. Votre professeur et maître, le grand byzantiniste Paul Lemerle, a eu l’occasion de relever les qualités rares de votre œuvre, « l’imagination historique et l’originalité ».

5L’administration, l’idéologie : c’était, sans doute, une passion, qui vous a menée à déborder les frontières, géographiques et chronologiques, de Byzance, et à vous lancer dans une autre carrière, l’administration universitaire, aussi brillante que la première - celle de chercheur et professeur - dont votre élection à la Sorbonne, en 1966, avait déjà marqué le succès. Quelques années plus tard, vous êtes devenue président de l’une des universités, celle de Paris I, issue de cette vénérable institution. Comme l’impératrice Théodora mille ans plus tôt, vous avez pu affirmer que, pendant votre administration, les finances de l’institution qui vous avait été confiée ont été redressées ; et les structures universitaires ont été modifiées, puisque vous avez mis en œuvre, avec habileté et finesse diplomatique, la réforme de l’enseignement et de l’administration. Les postes qui vous ont permis de réaliser des réformes défilent en une succession rapide : président de Paris I, recteur de l’Académie, chancelier des universités de Paris et vice-président du Conseil supérieur de l’Éducation nationale.

6De nos jours, on parle souvent de « role models ». Et quel modèle brillant vous nous offrez ! Brillant, et sans doute unique par son ampleur, car il n’est pas facile de reproduire vos talents ou le dynamisme qui vous a permis d’atteindre les niveaux les plus élevés de l’administration sans abandonner votre première passion, l’enseignement et la recherche. Je me souviens bien de la flamme que vous avez apportée à vos séminaires, de l’érudition et de l’élan avec lesquels vous dirigiez l’analyse des textes ou des inscriptions, de l’enthousiasme que vous suscitiez dans vos cours. Mes collègues à Dumbarton Oaks gardent un beau souvenir de vos séminaires chez nous, aussi passionnants que ceux de la Sorbonne. Vous avez, bien sûr, continué à écrire sur l’histoire de Byzance, mais aussi sur les questions brûlantes de l’actualité - sur une large palette de thèmes qui touchent aux problèmes de la gestion et du rôle des Universités et de la recherche. Secrétaire général du Comité international des sciences historiques, président d’honneur de l’Association internationale des études byzantines, président de l’Université de l’Europe, voilà les titres et les fonctions qui signalent l’importance de votre influence sur les études historiques.

7Vous avez apporté à l’histoire de Byzance des problématiques nouvelles, des questions et des réponses originales, des qualités essentielles pour assurer la vitalité d’une discipline. D’autre part, dans votre esprit, le paradigme de Byzance est d’une profonde actualité, et c’est comme tel que vous le présentez dans des forums divers, même ceux où Byzance est loin d’être un centre d’intérêt. Grâce à vous, Byzance demeure vivante.

8Bien des années se sont écoulées depuis le jour où Dionysios Zakythinos avait parlé de sa jeune disciple avec tant d’admiration et d’espoir. Entre-temps, l’admiration qu’éprouvent pour vous vos amis et vos collègues n’a cessé de croître, car vos succès ont dépassé les espoirs les plus vifs que vos professeurs auraient pu former. Malgré les honneurs que vous avez accumulés (parmi lesquels je note avec fierté le doctorat honoris causa de l’Université de Harvard), vous avez gardé la gentillesse, l’esprit humain et humaniste et la générosité qui vous ont gagné des amis fidèles dans votre pays de naissance, votre pays d’adoption et sur deux continents.

9Vos collègues, vos élèves et vos amis vous offrent ce volume en hommage dévoué.

10Avec ma fidèle amitié

© Éditions de la Sorbonne, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search