Version classiqueVersion mobile

Territoires impériaux

 | 
Hélène Blais
, 
Florence Deprest
, 
Pierre Singaravélou

Espaces, territoires, lieux : des productions impériales ?

Chapitre 10. Dix empires dans un mouchoir de poche. Le territoire de Tientsin à l’épreuve du phénomène concessionnaire (années 1860-1920)

Pierre Singaravélou

Texte intégral

  • 1 C. Henriot, Shanghai 1927-1937 : élites locales et modernisation dans la Chine nationaliste, Paris, (...)
  • 2 O.D. Rasmussen, Tientsin. An Illustrated Outline History, Tientsin, Tientsin Press, 1925 ; D. Spicq (...)

1Cet article trouve son origine dans un séjour d’études à Tianjin (autrefois Tientsin) en novembre 2009 où nous avons pu mesurer in situ l’immense emprise spatiale des anciennes concessions étrangères sur la mégapole chinoise et la volonté des dirigeants municipaux et provinciaux de « mettre en valeur » ce patrimoine urbain considéré comme un atout dans la compétition féroce que se livrent les grandes villes du pays. Tientsin est le parent pauvre des historiographies francophone et anglophone sur la présence étrangère en Chine, qui se sont longtemps exclusivement focalisées sur ses rivales économique et politique – Shanghai et Pékin1 –, à l’exception d’une monographie rédigée par un contemporain et d’une thèse récente sur la gestion de l’eau2. Pourtant, cette ville portuaire, au bord du golfe de Bohai et à l’embouchure du Hai He, principal fleuve du Nord de la Chine, se situe au coeur des principaux enjeux de la seconde guerre de l’Opium. Les Britanniques et les Français s’intéressent à Tientsin parce que la ville constitue, depuis la mer, le principal point de passage pour atteindre la capitale, Pékin. À la fois proche du cœur politique de la Chine et assez éloignée (140 km) pour bénéficier d’un environnement plus « libéral » favorisant le commerce, les productions culturelles et les activités politiques, Tientsin attire de nombreux étrangers. Cette ville portuaire constitue une place stratégique qui approvisionne Pékin par le biais du canal impérial reliant les deux villes. Cette relation spécifique avec la capitale est à l’origine de son dynamisme économique et de l’intérêt des puissances à son endroit.

  • 3 Parmi ces dix puissances, les États-Unis n’ont jamais véritablement exploité leur concession.

2Entre 1860 et la Seconde Guerre mondiale, Tientsin constitue un hapax, un cas unique dans l’histoire impériale contemporaine : dix puissances impériales sont successivement ou concomitamment présentes dans la ville, notamment au travers des concessions (fig. 1)3. Outre les Chinois, les Britanniques, les Français et les États-Uniens établissent leur concession dès 1861, les Allemands en 1895 et les Japonais en 1896, à la suite de leur victoire lors du conflit sino-japonais. L’Autriche-Hongrie, l’Italie, la Belgique et la Russie profitent de la répression de la révolte des Boxers pour fonder leurs propres concessions entre 1901 et 1903. Il était donc stimulant d’appréhender cet espace urbain comme un véritable « microcosme mondial » en se concentrant sur les relations transimpériales, afin de saisir et de mesurer le rôle des rivalités interimpériales (un scramble for Tientsin), sans négliger les phénomènes de coopération, avec notamment la création d’un gouvernement militaire multinational entre 1900 et 1902. La coprésence des principales puissances mondiales dans la ville a-t-elle accru l’intensité des interactions entre les différents pays concernés : autrement dit, Tientsin a-t-elle été le siège d’un phénomène de globalisation à l’échelle d’une ville ? Les concessions de Tientsin ont-elles constitué au tournant du siècle un laboratoire de la modernité urbaine aussi bien pour la Chine que pour les puissances étrangères ? Les concessions offrent-elles chacune un modèle urbain distinct ? Sont-elles inspirées par un projet colonial différent de ceux des autres territoires impériaux ? Le voisinage de neuf grandes puissances dans un espace urbain restreint a sans doute affecté les pratiques politiques et administratives d’une partie d’entre elles ainsi que leur identité impériale. En effet, au sein de ce processus d’accroissement des interactions qui se situe dans les années 1890-1920, les différentes nations semblent vouloir marquer leur différence, notamment leur particularisme administratif (police, hôpitaux, etc.) et leur spécificité architecturale (styles classique, victorien, néoroman, etc.).

  • 4 J. Gallagher et R. Robinson, « The imperialism of free trade », Economic History Review, 6, 1953.
  • 5 B. Goodman, « Improvisations on a semicolonial theme, or, how to read a celebration of transnationa (...)

3L’étude de la domination étrangère à Tientsin offre en outre l’occasion de rouvrir le débat ancien sur la nature de l’« impérialisme » en Chine. En effet, l’étude des concessions permet dans un premier temps de territorialiser l’Empire informel : le cas de Tientsin tend à démontrer que l’« impérialisme du libre-échange » étudié par J. Gallagher et R. Robinson s’inscrit aussi dans l’espace urbain, notamment au travers de l’emprise foncière des entreprises étrangères dans et en dehors des zones concessionnaires4. Toutefois, par le contrôle territorial qu’il implique, le phénomène concessionnaire ne s’inscrit pas dans la logique de la domination informelle : Tientsin était-elle une « hypo-colonie », une « hyper-colonie », une « semi-colonie », un « territoire à bail » ou un « territoire loué » ? En Chine comme ailleurs, l’étude de la domination territoriale doit passer par une analyse précise des moments et des lieux où elle s’exerce et des variations de ses modalités5. Dans le cas de Tientsin, les puissances étrangères tentent à plusieurs reprises d’étendre le territoire de leur concession : le processus d’extension peut se prolonger pendant près de soixante-dix ans. C’est le cas de la France avec son extension de Lao Si Kai dont nous évoquerons plus loin la situation dans les années 1900-1920. Les stratégies d’appropriation du territoire se succèdent tout au long de la période : droit de conquête, politique de force, aménagement du territoire, acquisition de terrain, négociations bilatérales, arbitrage international et occupation de fait. Parallèlement, les populations chinoises conçoivent des stratégies de résistance (manifestation, pétition, boycott, grève). Mais le fil de la discussion entre le consulat de France et les autorités chinoises n’est jamais rompu et les différents protagonistes ne cessent de négocier tout en tentant de légitimer leur action et leurs prétentions territoriales. Nous nous interrogerons donc successivement sur la question de la « fondation » des concessions entre 1860 et 1900, sur les stratégies d’extension territoriale et les modalités d’appropriation de l’espace au travers de l’« affaire Lao Si Kai » entre 1900 et 1920, et sur la nature de la domination territoriale dans les concessions de Tientsin.

Le lent processus de fondation des premières concessions (années 1860-1890)

  • 6 En mars 1861, Alphonse de Bourboulon a inauguré la Légation de France à Pékin (A. Poussielgue, Voya (...)

4Deux décennies après la création du système concessionnaire à Shanghai au terme de la première guerre de l’Opium, la fondation des concessions étrangères à Tientsin résulte des défaites militaires chinoises des deuxième et troisième guerres de l’Opium. La convention de Pékin du 18 octobre 1860 ouvre Tientsin au commerce et à la résidence des étrangers : des concessions britannique, française et américaine sont créées. Les Chinois leur permettent de s’établir à 3,2 kilomètres au sud de la ville chinoise, sur le territoire d’un village dénommé Zizhulin (« forêt de bambous violets »). Le gouvernement chinois a loué la terre à perpétuité à ces trois puissances étrangères qui sont ensuite libres de s’organiser pour sous-louer des lots. Le consulat de France est fondé à Tientsin en janvier 1861, quelques mois avant la création de la concession française de Tientsin (29 mai 1861), en application du traité d’amitié et de navigation entre la France et la Chine, signé à Tientsin le 27 juin 1858, et de la convention additionnelle au traité de Pékin du 25 octobre 1860. Le ministre plénipotentiaire Alphonse de Bourboulon négocie avec les autorités chinoises les conditions d’établissement de la concession française6.

Image

Figure 1 – Les concessions étrangères du Tientsin au début du xxe siècle.

  • 7 C. Chenevix Trench, The Road to Khartoum : A Life of General Charles Gordon, New York, Norton, 1979
  • 8 Le mou est une unité de mesure chinoise : 15 mous équivalent à un hectare.
  • 9 La concession britannique est alors délimitée par les routes Bromley, Bristow et Takou et le fleuve (...)

5Les concessions ont été conjointement délimitées par deux officiers français et britannique : le lieutenant de vaisseau Augustin Trève, consul provisoire de France à Tientsin, et le capitaine Charles George Gordon, commandant des Royal Engineers de Tientsin (1860-1862), qui deviendra, à l’instar de David Livingstone, l’un des héros les plus célèbres de l’Empire7. Ici comme ailleurs, la tâche de délimitation est confiée à des militaires, sans que cela prête à discussion. La zone est divisée en parcelles et structurée par une artère principale, Victoria Road, traversant la concession britannique qui couvre alors 460 mous8, soit 77 acres (31 hectares)9. La concession française s’étend initialement sur 360 mous (60 acres), des rives du fleuve à la rue de Takou. La taille de la concession états-unienne est beaucoup plus réduite (131 mous, soit 22 acres). Les deux officiers européens négocient en outre avec Tchong, vice-ministre de la Cour de justice, les modalités d’indemnisation des propriétaires chinois. Dès 1861, les Français contestent la délimitation en affirmant avoir obtenu un territoire plus grand que celui des Britanniques. En 1886, Alexander Michie, rédacteur en chef du Chinese Times, le premier quotidien européen fondé à Tientsin, a décrit le site de fondation de la concession, dans une zone périurbaine difficile où sont localisées plusieurs nécropoles :

  • 10 A. Michie, article cité par O.D. Rasmussen, Tientsin. An Illustrated Outline History, Tientsin, Tie (...)

« Les deux officiers (le capitaine Gordon et l’officier français) ont placé les bornes sur le terrain morne qui comprenait, au sein d’une zone de décharge, de petits jardins potagers, des tas de boue, des baraques de pêcheurs, de marins et autres, dont les misérables groupes de huttes sordides ont été séparés les uns des autres par d’étroits fossés bordés de sentiers maigres et mal entretenus. Les sites des deux concessions étaient fétides et marécageux, et autour d’eux, sur les terrains secs, se situaient les nombreuses tombes de plusieurs générations d’habitants10. »

6Un missionnaire méthodiste, John Innocent, a relaté 1890 l’acte de fondation de la concession en soulignant le rôle prométhéen de Charles Gordon, véritable Rex, au sens étymologique du terme.

  • 11 La kaoliang est une variété de sorgho.
  • 12 J. Innocent, cité par O.D. Rasmussen, Tientsin. An Illustrated Outline History, Tientsin, Tientsin (...)

« La settlement britannique était située sur une longue bande de jardins potagers, avec ici et là un groupe de maisons de boue immonde un peu à l’ouest de l’actuelle rue Victoria, et de là à la route de Takou, principalement des champs de kaoliang11 et des marais, avec quelques lieux de sépulture. Cet espace hostile, Gordon l’a redessiné en créant un bund, une route et de nombreux bâtiments, et il a soigneusement délimité sur le plan les lots qui ont été vendus par la suite aux plus offrants en août 1861, selon des conditions précisément définies12. »

  • 13 J.E. Taylor, « The bund : Littoral space of Empire in the treaty ports of East Asia », Social Histo (...)

7Sur le modèle de la concession de Shanghai, Gordon utilise les nouveaux marqueurs urbains victoriens, avec notamment le développement d’un grand quai, le bund, terme d’origine ourdou, qui compte parmi les nombreux transferts effectués par les Britanniques entre l’Inde et la Chine13.

  • 14 Chan Chung Sing, Les concessions en Chine, thèse pour le doctorat en droit, université de Paris, PU (...)
  • 15 F.C. Jones, Shanghai and Tientsin, with Special Reference to Foreign Interests, Londres, Humphrey M (...)

8Au nom de la Couronne, le consul britannique sous-loue des lots pour des baux de quatre-vingt-dix-neuf ans à des sujets britanniques. Initialement, les Chinois ne peuvent pas résider dans les concessions. Le locataire doit accepter de payer sa part dans les dépenses pour le développement de la concession, notamment les frais de drainage, de construction, de pavage, d’entretien et d’éclairage des rues, de création d’aires de loisirs, etc. Un loyer annuel de 1500 sapèques par mou est appliqué à tout le territoire de la concession. La première réglementation foncière de la concession britannique est édictée très rapidement, dès 1866. Les Français, plus proches de la Cité chinoise, versent un loyer plus élevé fixé par l’article 11 du Règlement relatif à l’affermage à perpétuité des terrains de la concession française de Tientsin du 2 juin 1861 qui dispose que : « Les Français ou protégés de la France qui auront été mis légalement en possession des lots de terrains demandés par eux seront tenus de payer à titre de rente perpétuelle une somme de 2 000 grandes sapèques de cuivre [par mou], la moitié devant être versée dans la caisse du trésor public de la Chine au profit du gouvernement chinois, l’autre moitié devant rester déposée au consulat de France pour servir à faire des routes, creuser des ruisseaux, etc.14. » Français, Britanniques et Chinois ont donc forgé un système original de cofinancement du développement urbain des concessions : l’aménagement du territoire fait partie dès 1861 de l’accord entre la Chine et les puissances concessionnaires. Qu’en est-il de la troisième puissance qui bénéficie en 1860 du droit de fonder une concession au sud de la ville chinoise ? Les États-Unis possèdent un territoire au sud de la concession britannique mais ils n’ont jamais borné et aménagé cette concession. Jusqu’en 1870, aucun bâtiment n’y a été construit. Toutefois le consul états-unien semble exercer son autorité sur cette zone jusque dans les années 188015. Ensuite, les autorités américaines désertent la zone tout en conservant un droit formel sur ce territoire. Et ce territoire devient alors une zone de non-droit qui échappe au contrôle à la fois des États-Unis et de l’administration chinoise : les autochtones et les étrangers peuvent alors s’y réfugier pour échapper aux différentes juridictions.

  • 16 À Tientsin résident alors John Innocent, missionnaire méthodiste, le Dr Blodget, missionnaire de l’ (...)

9Au cours des deux premières décennies, les concessions se développent très lentement. À part les forces alliées, seuls treize étrangers habitent les concessions en 1861. Il s’agit surtout de représentants de maisons de commerce et de missionnaires qui construisent de petites bâtisses dans les concessions britannique et française16. Ainsi, dans les années 1860, la concession française n’est française que de nom : il s’agit avant tout d’un havre pour les congrégations missionnaires (Lazaristes, Filles de la Charité). Et ce sont précisément les activités des congrégations et les rumeurs qui les entourent (notamment à propos du nombre important de décès d’enfants dans les orphelinats de la concession) qui ont suscité les massacres de 1870 au cours desquels le consul français, Henri Fontanier, des prêtres, des nonnes et des autochtones convertis au christianisme sont assassinés. De plus, à cette époque, la plupart des commerçants étrangers préfèrent vivre en dehors des concessions, dans la ville chinoise. Cela confirmerait un phénomène de coexistence entre populations étrangères et autochtones pendant la première phase de l’expansion territoriale, que l’on retrouve en Amérique du Nord au xviie siècle et en Inde au xviiie siècle.

  • 17 J.K. Fairbank, « Patterns behind the Tientsin massacre », Harvard Journal of Asiatic Studies, 20, n(...)
  • 18 O.D. Rasmussen, The Growth of Tientsin, 1924 ; O. Rasmussen, Tientsin. An Illustrated Outline Histo (...)
  • 19 G.-L. von Heise, Beiträge zu den Wirtschaftsbeziehungen zwischen Österreich und China (1860-1914), (...)

10Les concessions connaissent un premier essor démographique à partir des années 1870, qui constitue une forme de réaction au massacre de juin 187017 : s’en est suivi un petit « exode » de la ville chinoise vers les zones sous contrôle franco-britannique18. Dans un premier temps, l’établissement des Européens dans les concessions ne crée pas véritablement de tension avec les populations autochtones parce que les zones occupées étaient auparavant des zones marécageuses « sauvages » et inhabitées. En revanche, lorsqu’une puissance étrangère décide de fonder une concession dans une zone densément peuplée de Tientsin, cela induit rapidement de nombreux conflits avec les Chinois : cela se produit par exemple lors de la création de la concession autrichienne en 190219. Cette relative prospérité des années 1870, exception faite de la concession états-unienne, est décrite quelques années après par Alexander Richie dans The Chinese Times :

  • 20 Les glacières sont des fossés dans lesquels on conserve de la glace.
  • 21 A. Michie, The Chinese Times, Tientsin, 3 novembre 1888.

« Avec une première mouture du bund, la route lisse menant de l’ancien édifice des Douanes à la façade orientale de l’Hôtel Astor ; la longue et rectiligne rue Victoria, avec sa surface lisse et sa double rangée d’ormes, ainsi qu’avec plusieurs maisons de belle allure, la colonie a commencé à prendre corps et forme. Le seulement américain, jusqu’en 1870, ne possède aucune maison, et la terre y a été principalement utilisée pour ses glacières20, tandis que l’établissement français, actuellement en plein essor et très peuplé, bien portant et imposant, était un terrain pauvre abandonné aux marais et aux jardins de choux, aux puits de stockage des fruits et des légumes et à une population turbulente, pécheresse et criminelle21. »

  • 22 La première agence de la Hong Kong and Shanghai Bank (HSBC) est construite en 1880 : il s’agit d’un (...)
  • 23 Victoria Park est officiellement inauguré en 1887 à l’occasion du Jubilé d’or de la reine Victoria.
  • 24 G.T. Candlin, John Innocent : A Story of Mission Work in North China, Londres, The United Methodist (...)
  • 25 D. Spicq, « L’eau comme enjeu de pouvoir : l’exemple de Tianjin dans la première moitié du xxe sièc (...)

11Il faut toutefois préciser que dans les années 1880 le développement des concessions demeure encore limité. Il n’existe pas encore d’hôtel de ville, de réseaux secondaires de rues, de véritable réseau d’égouts et d’activités commerciales (la concession britannique ne compte alors que trois véritables magasins). Il en est de même pour les espaces récréatifs : il existe un parc – Victoria Park – qui, bien que parfois utilisé par les joueurs de cricket, n’est pas clairement délimité et clôturé ; les habitants l’utilisent aussi comme décharge. Le développement s’accélère ensuite entre le milieu des années 1880 et 1900, avec un accroissement sensible de la population, la construction de la première véritable gare ferroviaire chinoise (1888), de routes goudronnées, d’agences bancaires22, de la mairie (fig. 2), d’hôpitaux (Mac Kenzie Memorial Hospital en 1880, Queen Victoria Hospital), de la première chambre de commerce, de nombreux magasins, de parcs publics (fig. 3)23, d’hôtels, de clubs et la création du premier quotidien. En 1909, la ville est le siège de plusieurs journaux (trois anglais, deux français, un allemand, un japonais et plusieurs journaux chinois)24. Ces différents aménagements s’effectuent dans un contexte de forte compétition entre Britanniques et Français, notamment pour mettre en place un système de distribution moderne de l’eau. Les Français essaient de forer le sous-sol de leur concession. Mais ils sont devancés par les Britanniques qui fondent en 1897 la première compagnie des eaux de la ville, la Tientsin Waterworks Company qui permet d’améliorer considérablement les conditions sanitaires de la concession britannique, alors que la concession française continue à utiliser le système traditionnel25.

Image

Figure 2 – Le Gordon Hall de Tientsin au début du xxe siècle.

Image

Figure 3 – Le Parc Victoria de Tientsin au début du xxe siècle.

12Cette présentation succincte de la fondation des concessions à Tientsin tend à montrer la lenteur du processus : un quart de siècle a été nécessaire pour que les Britanniques et les Français commencent à occuper effectivement un territoire qui était pourtant sous leur autorité formelle. Quant aux États-uniens, ils n’ont jamais vraiment contrôlé le territoire qui leur a été concédé.

Les stratégies différenciées d’appropriation de l’espace : l’affaire de Lao Si Kai (années 1900-1930)

  • 26 L. Bernstein, « Tianjin under foreign occupation, 1900-1902 », dans R.A. Bickers (éd.), The Boxers, (...)

13L’insurrection des Boxers, au printemps 1900, offre aux puissances étrangères l’occasion d’étendre leur contrôle sur la ville. Les Boxers encerclent puis bombardent les concessions étrangères au milieu du mois de mars. La France, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie, les États-Unis, l’Italie, la Russie et le Japon se sont alliés afin de créer un corps expéditionnaire international qui débarque à Tientsin en juin, défait les combattants chinois et « libère » les concessions. Un gouvernement provisoire multinational est mis en place le 22 août 1900. Les puissances étrangères, membres de l’alliance, qui ne possèdent pas encore de concession profitent de cette victoire militaire pour en acquérir une (Autriche, Russie, Italie). Le gouvernement militaire multinational qui administre Tientsin pendant deux ans (1900-1902) accélère la transformation de la ville26. Craignant le développement des épidémies, à la suite du conflit et des nombreux décès qu’il a entraînés, les représentants des puissances étrangères décident de développer les infrastructures sanitaires, de « rationaliser » l’organisation de l’espace, notamment en détruisant les remparts de la vieille ville chinoise, remplacés par un grand boulevard circulaire. Le gouvernement provisoire suscite la création de plusieurs sociétés privées qui prennent leur essor dans la première décennie du xxe siècle : entreprises d’électricité, de tramways (Société belge des tramways en 1904), de téléphone (Compagnie du téléphone en 1906), d’adduction d’eau et sociétés immobilières (Société franco-belge de Tientsin en 1907, qui devient Crédit foncier d’Extrême-Orient en 1910).

  • 27 « Au point de vue étendue et situation géographique, la Concession française de Tientsin se trouvai (...)

14Les Français, comme leurs alliés, entendent bénéficier de la défaite militaire chinoise du tournant du siècle en imposant une extension territoriale de la concession vers le sud-ouest : cette question est la principale préoccupation des autorités françaises à Tientsin pendant la première moitié du xxe siècle. Le consulat tente de légitimer cette revendication en proposant de remplacer cet espace présenté comme insalubre et mal famé par un grand boulevard qui relierait les concessions à la ville chinoise. Les impératifs de l’aménagement du territoire sont là encore invoqués par les édiles français pour chercher à séduire les autorités chinoises. En réalité, le consulat de France ne veut pas se laisser déborder par les Britanniques qui ont obtenu en 1900 une extension vers l’ouest, dénommée l’« extension extramurale », doublant le territoire de la concession anglaise qui hérite en outre en 1902 du territoire de la concession états-unienne. C’est pourquoi les diplomates français invoquent systématiquement la clause de la nation la plus favorisée édictée par les « traités inégaux » afin d’obtenir les mêmes avantages que ceux de son puissant voisin. Cette politique expansionniste est en outre motivée par la perception qu’ont les Français de la géopolitique de la ville. En effet, de la troisième guerre de l’Opium à la Seconde Guerre mondiale, les consuls successifs tentent de prévenir un encerclement par les concessions voisines, britannique et japonaise. Ces deux facteurs expliquent cette course des Français, mais aussi des Britanniques et des Japonais, vers l’hinterland ; l’extension territoriale de ces trois concessions étant bloquée à l’est par le fleuve27.

15Dès 1900, le comte Guy du Chaylard, consul général de France, proclame, par ordonnance consulaire, l’annexion de la zone convoitée et crée une « extraconcession », qui s’étend jusqu’à la « muraille de terre » qui borde le canal de Haï Kouang Tze. Cette extension territoriale induit un quadruplement de la superficie de la concession française, passant de 28 à 118 hectares, mais l’« extraconcession » doit posséder son propre système administratif et juridique. Ainsi toutes les transactions immobilières et foncières effectuées dans le cadre de l’« extraconcession » doivent être préalablement autorisées par le consulat qui exerce par là même un strict contrôle sur l’aménagement de la zone et permet aux intérêts français de s’établir durablement tout en prévenant une offensive immobilière chinoise. Cette annexion brutale est toutefois suivie d’une politique de conciliation qui donne lieu à d’interminables négociations au sujet des indemnisations des propriétaires chinois, qui se prolongent jusqu’au milieu des années 1910.

  • 28 La première extension de la concession britannique date de 1897.
  • 29 Rapport du 6 janvier 1911 rédigé par le consul de France à Tientsin et adressé au ministre de la Ré (...)

16« Le plus grave est l’erreur sur le sens de la prise de possession des terrains par nous. Le consul général de France à Tientsin décrète, en décembre 1900, l’annexion de Ma Kia K’eou, sous réserve de dédommagements légitimes aux propriétaires, avec défense d’acheter ou de vendre désormais sans l’autorisation préalable de la municipalité. Les propriétaires se sont crus “volés”, ils l’ont dit et écrit dans les journaux, dans leurs suppliques à Pékin, dans leurs lettres aux mandarins locaux. [...] Je leur eusse expliqué l’origine de la question de l’Extra-Concession. Elle remonte à 1895. À ce moment, aux abords immédiats de notre vieux seulement, à Mia Kia K’eou existaient des bouges fréquentés par des malfaiteurs de la Cité et des Concessions. Quand la police chinoise les pourchassait, ils passaient chez nous et vice versa. Les archives en font foi. Nous voulons acquérir ce coin de quartier pour en faire une sorte de boulevard et garantir notre concession. Les pourparlers furent engagés avec E. Wang Ouen Tchao. Il accepta en principe notre demande, en 1898, comme il avait accepté la demande d’extension de la concession anglaise28. Le cas n’était pas le même toutefois : les Anglais avaient voulu annexer pour l’administrer d’après leurs méthodes un quartier chinois où résidaient les employés indigènes des étrangers – nous voulions acquérir un quartier de rues pour détruire les maisons et aérer matériellement et moralement notre Concession. Or, les habitants étaient récalcitrants : nous disions au vice-roi : “Traitez avec eux et nous les dédommagerons” le vice-roi répondait : “Arrangez-vous directement.” C’est sur ce seul point que portait le léger différend, qui eût, du reste, été aplani dans la suite, quand éclatèrent les troubles boxeurs29. »

  • 30 « Les incidents de Tientsin », note du consul général de France, 23 janvier 1917, E Asie (1918-1940 (...)
  • 31 « Affaires de Tientsin (octobre 1916-janvier 1917) », note de la Légation de France à Pékin, mai 19 (...)
  • 32 La police, dite garde municipale, compte plus de 250 agents chinois, sous les ordres d’un chef de b (...)
  • 33 C. Soetens, L’Église catholique en Chine au xxe siècle, Paris, Beauchesne, 1997, p. 72.
  • 34 Dès la création de leur concession en 1902, les Autrichiens mettent en place un plan d’éclairage pu (...)

17Néanmoins le gouvernement chinois refuse de reconnaître cette annexion française en affirmant, à juste titre, que les terrains concernés appartiennent à des propriétaires autochtones. En 1902, le consul Henri Leduc élabore un stratagème ingénieux pour obtenir une reconnaissance tacite des autorités chinoises : en plus de la ligature (mille sapèques) qu’il verse chaque année au gouvernement impérial pour chaque arpent de la concession française, le diplomate ajoute les ligatures correspondant au nombre d’arpents de l’« extraconcession ». Le sous-préfet de Tientsin, n’y voyant que du feu ou y trouvant son intérêt, délivre au consul une quittance de paiement. Et les autorités françaises procéderont ainsi chaque année afin de s’appuyer sur ces documents qui, en Chine, font office de titre de propriété. L’« extraconcession n’est toutefois officiellement intégrée à la concession qu’en 1912. Fort de cette première victoire juridique, Henri Leduc décide d’abandonner la politique de force menée en 1900 et de formuler le 28 juin 1902 une nouvelle demande d’agrandissement de la concession vers la zone de Lao Si Kai, située au-delà du canal de Haï Kouang Tze. Ces « terrains d’alluvion, sans culture, quasi inhabités », possédés par les Chinois, le Crédit foncier d’Extrême-Orient (belge) et les missions catholiques, constituent le seul espace disponible30. Les diplomates français sont préoccupés par le dynamisme territorial des concessions voisines, alors que le vénérable établissement français ne se situe qu’en 5e position du point de vue de la superficie, derrière la Russie (plus de trois fois plus grande mais moins bien située), la Grande-Bretagne (trois fois plus grande), l’Allemagne (1,5) et le Japon (à peine plus grande). La requête française semble tellement extravagante que Tang Shao-yi, le chef des douanes chinoises de Tientsin, ne daigne pas répondre31. Dès lors, le consulat français tente de fonder en droit l’occupation de l’« extension » de Lao Si Kai en invoquant l’absence de réponse des autorités chinoises à la demande formulée en 1902 et en faisant valoir que le silence de l’administration vaut accord tacite. Toutefois, les diplomates français prennent soin de ne pas froisser les autorités chinoises. Pour ce faire, le consulat décide de faire acheter progressivement des terrains à titre privé. Il convient alors d’opérer une occupation de fait puis de faire ratifier par le droit cette appropriation du territoire. Cependant cette politique d’acquisition ne suffit pas. Le consulat prend les choses en main, identifie les terrains qu’il souhaite acquérir pour son compte et élabore un véritable plan d’aménagement du territoire convoité. La construction d’un réseau de routes est programmée ainsi qu’un plan de développement des services publics dans le quartier. L’enjeu est considérable : Lao Si Kai représente un agrandissement d’un tiers supplémentaire de la concession française. Les Français choisissent donc de s’approprier cet espace en y promouvant des services publics. Le consulat commence par établir un poste de police à Lao Si Kai sur le terrain du vicariat apostolique de Tientsin32. Installé à Lao Si Kai depuis 1912, Mgr Paul-Marie Dumond y a fait bâtir l’évêché de Tientsin et une nouvelle cathédrale, l’église Notre-Dame des Victoires de la concession française étant trop petite33. En échange de l’exemption d’impôt sur les propriétés ecclésiastiques, le consulat de France obtient secrètement l’accord des religieux pour établir un poste de police qui doit garder la cathédrale Saint-Joseph et, par là même, sécuriser la concession34.

  • 35 Lettre de H. Bourgeois, consul général de France à Tientsin, à Monsieur Conty, ministre de France e (...)
  • 36 « Les incidents de Tientsin », note du consul général de France, 23 janvier 1917, E Asie (1918-1929 (...)

18Face à cette initiative, les autorités chinoises protestent mais, pour éviter une nouvelle controverse, finissent par autoriser le stationnement de quatre agents français dans le quartier. Cependant, officieusement, le préfet de la police chinoise continue à apporter son soutien aux habitants qui s’opposent à l’extension de la concession française. Le missionnaire lazariste belge Vincent Lebbe prend la tête de la contestation contre le consulat de France35. Les autorités chinoises réagissent finalement en juillet 1914 en établissant un poste de police dans le quartier de Lao Si Kai. Le consul de France, Henry Bourgeois, relayé par la légation de Pékin, conteste immédiatement cette initiative chinoise auprès des autorités locales et impériales. Il entame des pourparlers en proposant aux autorités locales de partager le terrain contesté. Le gouvernement impérial tente de décourager les ambitions territoriales françaises en coupant court aux négociations en mars 191536. Face au silence des mandarins, Henry Bourgeois décide l’année suivante de marquer le territoire convoité par les Français en le quadrillant de poteaux d’éclairage et de deux nouvelles routes :

  • 37 Lettre de H. Bourgeois, consul général de France à Tientsin, au président du Conseil, ministre des (...)

« La question de l’extension de la concession française de Tientsin vient de faire un nouveau pas en avant – le contraire arrive en Chine – du fait que le principe de notre revendication est admis par écrit et que je viens de faire poser dans notre nouveau quartier des poteaux destinés à amorcer l’éclairage électrique de ce dernier, sans ombre de résistance ou même de protestation de la part des Autorités chinoises [...]. Une timide violation de terrains vagues appartenant à des Français m’a donné l’occasion de donner aux routes de l’Extension un caractère nettement municipal français et de faire comprendre, une fois de plus, aux Chinois que leur puérile opposition ne saurait amener pour eux qu’incidents pénibles et perte de face37. »

  • 38 Lettre de H. Bourgeois, consul général de France à Tientsin, à Monsieur Conty, ministre de France e (...)

19Le consul a fait placer des « écriteaux tricolores » sur les deux routes, écriteaux sur lesquels était inscrite, en français et en chinois, la mention « Route municipale française38 ». La destruction de ces poteaux suscite de vives tensions diplomatiques.

  • 39 Lettre de H. Bourgeois, op. cit.

20En juin 1916, en vertu de l’article 12 du traité de 1860 stipulant l’inviolabilité des propriétés appartenant à des étrangers, le ministre de France à Pékin, M. Conty, demande instamment le retrait des policiers chinois « qui stationnent sur les routes de l’extension établies sur des propriétés françaises » de la zone de Lao Si Kai39. Le ministre chinois des Affaires étrangères, Lu Cheng-Hsiang, cherche à temporiser en affirmant qu’il va prendre en considération les revendications françaises mais rappelle que la Chine ne peut en aucun cas céder un territoire sans le consentement des habitants de Tientsin et celui des propriétaires du quartier. Face à ce nouveau refus, le chargé d’affaires français, M. Martel, envoie le 17 octobre un ultimatum au ministère chinois des Affaires étrangères : les troupes françaises interviendront dans le territoire de Lao Si Kai si les Chinois ne retirent pas leurs agents et ne reconnaissent pas l’autorité française sur ce quartier. Le ministre des Affaires étrangères par intérim, Chen Chin-Tao, lui rétorque que le gouvernement chinois ne sera pas tenu pour responsable des émeutes et des troubles qui pourraient résulter de ce coup de force. Au terme de l’ultimatum, le 20 octobre, le consul Henry Bourgeois et les troupes du corps français d’occupation (re)prennent possession du territoire et ordonnent aux neuf policiers chinois de quitter le quartier. Face au refus des agents autochtones, les Français les conduisent au tribunal municipal.

  • 40 Lettre du délégué aux Affaires étrangères du Tcheli, Hoang Jong Liang, au consul de France à Tients (...)

21Cette expulsion tranche avec l’attitude très prudente des Français qui jusque-là ont tenté d’accroître patiemment le territoire de la concession en ménageant les susceptibilités des hauts fonctionnaires de l’Empire chinois. Cette intervention française suscite immédiatement la réprobation du délégué aux Affaires étrangères de la province du Tcheli (province de Tientsin) : le mandarin se réfère aux principes du droit international qu’il retourne habilement contre les Français : « Je ne vois pas bien sur quels principes de droit international vous vous appuyez ; les autorités chinoises ne peuvent naturellement pas accepter ces agissements40. » En outre, le délégué souligne l’absurdité de la décision du consul d’interdire l’accès de la zone française aux policiers chinois en avançant que la configuration géographique de la ville contraint les agents autochtones à traverser la concession française pour intervenir dans les concessions britannique, belge et allemande où ils peuvent être sollicités par les autorités consulaires. Le consul de France tente alors de justifier son coup de force en prétextant que les neuf policiers chinois expulsés sont des délinquants qui auraient incité à la désertion les agents chinois de la police française. Il invoque aussi l’édit du 1er février 1901 qui dispose que « tous les gouverneurs et fonctionnaires provinciaux ou locaux sont responsables de l’ordre dans leurs circonscriptions et qu’en cas de nouveaux troubles anti-étrangers ou encore d’autres infractions aux Traités qui n’auraient pas été immédiatement réprimées, et dont les coupables n’auraient pas été punis, ces fonctionnaires seront immédiatement révoqués sans pouvoir être appelés à de nouvelles fonctions ni recevoir de nouveaux honneurs ». Voilà un étrange dialogue de sourds, à front renversé, où les Chinois invoquent le droit international et les Français se réfèrent à un édit chinois. L’affaire de Lao Si Kai offre une occasion inespérée aux élites administratives chinoises de renverser les rôles en se posant comme garantes du droit face à des Français décivilisés :

  • 41 Lettre du délégué aux Affaires étrangères du Tcheli au consul de France à Tientsin, 13 décembre 191 (...)

« Ainsi que je vous l’ai déjà écrit, le quartier de Lao Si Kai est un territoire chinois ; le gouvernement chinois ne l’a pas, par un acte officiel, donné à la France. Dans ces conditions, les agents de la police chinoise, en séjournant dans la dite localité, n’ont en rien violé les droits des Français. Les autorités françaises, en expulsant par la force ces agents, ont employé un moyen contraire aux usages d’un pays civilisé41. »

  • 42 Cornell Daily Sun, volume XXXVII, n° 49, 5 décembre 1916, p. 5.
  • 43 Xu Guoqi, China and The Great War. China’s Pursuit of a New National Identity and Internationalizat (...)
  • 44 « Les incidents de Tientsin », note du consul général de France, 23 janvier 1917, E Asie (1918-1929 (...)
  • 45 « Affaires de Tientsin (octobre 1916-janvier 1917) », p. 21, note de la Légation de France à Pékin, (...)

22L’affaire aurait pu en rester là. Mais la presse chinoise et internationale s’en mêle, et par son intermédiaire, l’annexion française suscite de vives protestations en Chine et à l’étranger. Certains pays, comme les États-Unis, y voient une agression unilatérale. Plusieurs journaux chinois exigent la démission du consul de France et du chargé d’affaires. En lien avec Pékin, des réunions publiques sont organisées dans la cité chinoise de Tientsin pour mobiliser la population contre les Français qui se sont approprié par la « force » et la « ruse » une partie du territoire chinois. Plus de 5 000 personnes marchent sur la chambre de commerce de la ville pour manifester contre la soumission des autorités locales au coup de force français42. Les associations de travailleurs décident de boycotter les entreprises et les commerces français, et demandent aux Chinois de retirer leurs avoirs des banques françaises de Tientsin si le consulat ne restitue pas le territoire de Lao Si Kai. Outre les manifestations, les pétitions et le boycott, d’autres moyens de pression sont envisagés : alors que la mission Truptil, depuis le début de l’année 1916, recrute plusieurs milliers d’ouvriers chinois pour participer à l’effort de guerre français, certains journaux chinois demandent au gouvernement impérial d’interdire le départ des coolies dans l’Empire français tant que le litige n’est pas réglé43. Dans le contexte de la guerre mondiale, les autorités allemandes à Tientsin encouragent ce mouvement politique chinois, notamment en diffusant des « libellés diffamatoires annonçant une grande victoire allemande, la révolution à Paris, la ruine de la Banque de France, la déconfiture de la Banque industrielle, etc.44 ». La propagande allemande serait en outre relayée par le Chang Pao, organe officiel de la chambre de commerce chinoise qui aurait participé à la déstabilisation des intérêts économiques français, russes et britanniques. Dès le 12 novembre, les ouvriers de la ville se mettent en grève, suivis des agents chinois des différents services publics (police, voirie, éclairage, etc.) de la concession, de l’Usine électrique et de l’Arsenal de l’Est. Rapidement, l’ampleur du mouvement effraye les autorités françaises, notamment les officiers en charge de la sécurité de la zone française qui font appel aux renforts des troupes cantonnées à Shanghai pour tenter de maintenir l’ordre. Les Français remplacent les employés grévistes par des soldats annamites du corps d’occupation qui demeurent fidèles aux Français. Achevée le 15 janvier 1917, cette grève, en particulier dans les services publics, a immobilisé les activités économiques de la concession pendant plusieurs mois et considérablement affaibli la Banque industrielle de Chine et le Crédit foncier d’Extrême-Orient. À l’occasion des événements de l’hiver 1916-1917 s’est constitué un répertoire d’actions politiques (manifestations, boycott, grèves, etc.) régulièrement mobilisées par les habitants de Tientsin dans les années 1920. Les conséquences politiques de l’intervention du 20 octobre 1916 semblent encore plus préjudiciables : la politique de force – même s’il ne s’agissait que de l’expulsion de neuf agents de police – a trouvé ses limites. Le gouvernement chinois n’a toujours pas reconnu publiquement l’inclusion de Lao Si Kai dans la concession. Le vaste mouvement social a fragilisé les droits de propriété des Français sur ce quartier, droits qui résultent principalement de leur capacité à occuper et aménager le territoire. Ce n’est pas l’avis des propagandistes français qui se félicitent au contraire d’une grande victoire politique de la France : « La manière dont nous avons supporté les menaces et les agissements de la Cité, le maintien de notre situation dans l’Extension, notre correction et notre fermeté au cours d’événements sans précédents ont fait grande impression parmi les étrangers et ont augmenté notre prestige parmi les Chinois. Enfin, l’échec de la grève, dont le succès eût été désastreux pour les Européens, constitue au contraire une garantie dont bénéficieront dans l’avenir toutes les communautés étrangères45. » En outre, les diplomates français ont obtenu que quatre missionnaires lazaristes, sympathisants de la cause des Chinois de Lao Si Kai, soient sanctionnés par leur hiérarchie et contraints de quitter la ville. En tenant bon face aux grévistes chinois, les Français auraient remporté la bataille d’influence que se livrent le consulat de France et la Cité (la ville chinoise) pour contrôler la ville et auraient marqué des points dans le cadre de la rivalité interimpériale qui obsède les diplomates français.

  • 46 « Extension de la concession française de Tientsin au-delà du canal (quartier de Lao Si Kai) », not (...)
  • 47 E. Saussine, consul de France à Tientsin, note manuscrite sur l’état actuel de la question de Lao-S (...)

23En réalité, face à l’inertie des autorités chinoises et à l’ampleur de la mobilisation populaire, les Français décident de changer de stratégie dès le mois de novembre 1916. Ils sollicitent un arbitrage international en la personne du Britannique sir John Jordan, doyen du corps diplomatique de Tientsin, qui rédige rapidement un projet d’accord franco-chinois. Il propose une forme de condominium : le « territoire contesté » serait administré par une commission mixte franco-chinoise sous la présidence honoraire du gouverneur civil du Tcheli tandis que les Français effectueraient en priorité les travaux publics et les prêts bancaires. Le ministre chinois des Affaires étrangères écarte ce projet et présente une contre-proposition : les Français devront exprimer leurs regrets pour l’arrestation des policiers chinois le 20 octobre 1916, le gouverneur civil devra exercer une présidence effective et non honoraire, et, en matière d’aménagement et d’investissement, les Chinois bénéficieront des privilèges exclusifs accordés aux Français. Les Français rejettent ce projet et les négociations traînent en longueur sans pouvoir aboutir46. La crise de l’hiver 1916-1917 a placé au cœur de la relation franco-chinoise la question de Lao Si Kai : les manœuvres françaises sont désormais connues et cela rend de plus en plus difficiles les transactions foncières et immobilières. De plus en plus de Chinois utilisent des prête-noms européens pour acquérir des propriétés dans la concession française, et le réseau « antifrançais » créé à l’occasion de la grève de 1916-1917 est régulièrement réactivé pour limiter, voire réduire l’emprise foncière française dans le quartier de Lao Si Kai. Ainsi, en 1923, lorsque la riche famille Tchang (Yen Mao), propriétaire d’une grande partie des terrains de Lao Si Kai, souhaite à nouveau vendre une partie de ses biens aux congrégations françaises établies dans le quartier, la presse chinoise se déchaîne contre le consulat et contre les Tchang dont on stigmatise la « traîtrise ». Les autorités chinoises menacent d’emprisonner certains membres de la famille, coupables de céder aux étrangers des « biens nationaux ». Cette affaire refroidit les ardeurs du consul Émile Saussine qui affirma alors sans ambages que « cette manifestation d’hostilité nous interdisait désormais toute acquisition nouvelle à Lao Si Kai : personne n’oserait plus nous vendre du terrain47 ». Dans les années 1920, les diplomates français sont partisans du statu quo ante : en effet, cette « petite affaire » pourrait nuire aux intérêts politiques et économiques de la France en Chine. En outre, les puissantes missions catholiques sont défavorables à une extension de la concession. Enfin, l’aménagement de ce territoire s’avérerait trop onéreux pour le budget de la municipalité :

  • 48 La municipalité française a dû contracter un grand emprunt pour reconstruire les quais effondrés ap (...)
  • 49 E. Saussine, consul de France à Tientsin, note manuscrite sur l’état actuel de la question de Lao-S (...)

« Il fallait à tout prix éviter de réveiller cette hostilité, aussi bien pour nos intérêts à Tientsin même (de crainte d’un nouveau boycottage) que pour nos intérêts généraux. Il faut en outre noter que la Mission, qui est le plus important propriétaire foncier étranger dans ce quartier, est hostile à l’annexion pour des raisons à la fois politiques et fiscales. La reprise de pourparlers en vue de l’annexion de Lao Si Kai n’est même pas souhaitable dans les circonstances actuelles, du point de vue municipal. En effet, en admettant, ce qui est invraisemblable, que les autorités chinoises finissent par nous consentir un droit municipal sur le quartier en question, notre municipalité aurait à supporter des dépenses considérables pour la mise en valeur de cette extension, qui représente la moitié de la superficie de la concession proprement dite ; l’expropriation des terrains nécessaires aux routes, la construction de celles-ci, et surtout le comblement des vastes marées de la région nécessiteraient un nouvel emprunt48. [...] J’estime donc sage, à tous points de vue, de renoncer à reprendre l’affaire de Lao Si Kai. Lorsqu’on avait conçu l’idée en 1913-1914, de s’étendre de ce côté, on avait seulement pensé à se rendre propriétaire peu à peu, de ce quartier, à titre privé, par des acquisitions de particuliers, français ou belges, et une fois maîtres du sol, à faire consacrer en droit une situation de fait. Depuis, le plan a été éventé, et en voulant brusquer sa réalisation, celle-ci a été compromise, à mon avis irrémédiablement, surtout depuis le développement du nationalisme et les troubles de cette année49. »

24À partir des années 1920, les diplomates français ne se font donc plus beaucoup d’illusions sur la reconnaissance en droit de l’annexion de Lao Si Kai. Le quartier demeure toutefois la principale préoccupation du consulat qui y voit sans doute une façon de justifier son activité et sa présence dans la ville. Mais les Français se heurtent dans les années 1930 à l’expansionnisme nippon qui prend pied progressivement à Lao Si Kai, jusqu’à l’invasion japonaise de 1937. Outre les rivalités interimpériales (franco-britanniques et franco-japonaises) et l’opposition des Chinois, l’incapacité des Français à prendre réellement possession de cet espace trouve sans doute son origine dans les ambiguïtés du statut du territoire.

Ambiguïtés territoriales : administrations étrangères, souveraineté chinoise et extraterritorialité

  • 50 J. Escarra, Le régime des concessions étrangères en Chine, Paris, Brill, Recueil des cours de l’Aca (...)

25L’incertitude qui caractérise les négociations territoriales portant sur les concessions en général et sur le quartier de Lao Si Kai en particulier semble résulter en grande partie du statut du territoire et de ses habitants. En effet, contrairement aux apparences, les concessions ne sont pas, comme le laissait entendre le grand spécialiste français du droit chinois dans l’entre-deux-guerres, de « petits États dans l’État50 ». Du point de vue du gouvernement chinois, il ne s’agit ni de microcolonie, ni même d’un protectorat. L’émergence des concessions procède à l’origine de la nécessité de regrouper les étrangers entre eux pour les contrôler et limiter au maximum les interférences avec la société chinoise.

26Certes, en vertu des dispositions formulées dans les différents « traités inégaux » depuis 1842, les ressortissants des puissances concessionnaires bénéficient d’avantages juridiques majeurs. Les étrangers ne sont pas soumis au droit commun chinois ; ils jouissent des droits d’extraterritorialité et relèvent de leur propre juridiction. La Chine a en outre cédé aux États concessionnaires une partie de ses prérogatives régaliennes, ses pouvoirs de police et d’administration sur les territoires concernés. Ainsi les concessions britannique et française de Tientsin sont gouvernées par un conseil municipal comprenant cinq membres élus, selon un scrutin censitaire, par les propriétaires étrangers. Ce conseil doit lever les impôts et développer la concession sous l’autorité du consul.

Le gouvernement impérial s’est dessaisi dans les concessions de certains attributs de la souveraineté, mais l’esprit des traités limite l’exercice de ces pouvoirs aux affaires strictement « municipales ». En outre, la Chine conserve le « domaine éminent », c’est-à-dire la souveraineté sur l’ensemble des concessions étrangères. Les puissances étrangères reconnaissent cette souveraineté chaque année depuis 1860 à l’occasion du versement de l’impôt foncier à l’administration impériale. Il s’agit d’un « affermage à perpétuité des terrains », et les concessions de Tientsin continuent à appartenir au territoire chinois. Ce droit de propriété éminent des Chinois est confirmé par le nom qu’ils donnent aux « concessions » : les « zones de location », zujie, Image. Le système de l’impôt foncier pourrait d’ailleurs expliquer la localisation des premières concessions britannique et française, assez éloignées de la Cité chinoise parce que la redevance y est moins élevée (2000 sapèques par mou pour les Français, 1500 pour les Britanniques, etc.). Ce statut spécifique implique aussi que les troupes étrangères ne peuvent pas stationner de façon permanente à Tientsin et dans les autres concessions. Le cadre juridique singulier des concessions, qui traduit un rapport de force plus équilibré qu’il n’y paraît, explique la nécessité pour les puissances étrangères de négocier, en permanence, avec l’administration chinoise. C’est pourquoi tout coup de force en temps de paix semble susciter une réaction immédiate des publicistes, des associations de travailleurs en même temps que du gouvernement chinois.

  • 51 Kiaotchéou cédée à l’Allemagne par la convention du 6 mars 1898 ; Port-Arthur et Talein Wan à la Ru (...)
  • 52 J. Perrinjaquet, Des cessions temporaires de territoires. Étude de droit international, thèse pour (...)

27Les concessions de Tientsin se distinguent des « territoires à bail » qui stipulent la cession, à plus ou moins long terme, de presque la totalité des droits souverains de l’État chinois au profit d’une puissance étrangère51. Le traité signé par les Français à Kouang-Tchéou-Wan en 1899 les autorise à établir une garnison, à élever des fortifications, etc.52. Le statut des concessions diffère aussi de celui des settlements. Dans ces derniers, à l’instar des « concessions » française et internationale de Shanghai, les étrangers doivent acquérir ou louer leur maison directement auprès des propriétaires chinois qui ne sont pas expropriés au moment de la création du settlement. Ainsi la concession britannique de Tientsin possède une double appellation : le territoire originel est dénommé British Concession parce que tout l’espace a été « loué » par le gouvernement chinois à la Grande-Bretagne, tandis que la nouvelle concession britannique de Tientsin, provenant de l’extension de 1897, se nomme British Municipal Extension parce que le mode d’assignation relève du settlement.

28Une autre source d’affaiblissement du pouvoir des puissances étrangères sur le territoire concessionnaire réside dans le flou qui prévaut au sein de ce cadre juridique général. Cette confusion du droit qui s’applique aux territoires concessionnaires a été soulignée par les juristes français et chinois de l’entre-deux-guerres qui s’étonnaient de l’absence de travaux rigoureux et exhaustifs sur cette question :

  • 53 Chan Chung Sing, Les concessions en Chine, thèse pour le doctorat en droit, université de Paris, PU (...)

« En outre, ce qui rend particulièrement intéressant ce sujet, c’est qu’il est peu traité dans les ouvrages, même spécialement consacrés à la question chinoise. Serait-ce dû au caractère coutumier des Concessions dont la rareté des sources documentaires ne facilitait point les recherches scientifiques à effectuer, ou bien à ce que leur nature juridique reste encore à définir, étant donné l’instabilité de la situation, de fait, de cette institution53 ? »

  • 54 E.P. Scully, Bargaining with the State from Afar. American Citizenship in Treaty Port China 1844-19 (...)
  • 55 J. Pillaut, Manuel de droit consulaire, Paris, Berger-Levrault, 1910, p. 371 et suiv.
  • 56 Chan Chung Sing, Les concessions en Chine, thèse pour le doctorat en droit, université de Paris, PU (...)

29Eileen Scully définit les concessions étrangères comme des anomalous zones, au sein desquelles les droits et devoirs des étrangers sont mouvants, incertains et nécessitent une constante renégociation avec les autorités chinoises54. On peut se demander si la concession, à l’opposé d’une zone de non-droit, ne constitue pas au contraire un espace d’« encombrement » juridique où s’entrechoquent une dizaine de droits nationaux. Cette incertitude juridique découle aussi de l’indétermination des frontières territoriales des concessions. Les spécialistes du droit consulaire profitent de cette relative instabilité pour forger des catégories juridiques susceptibles de favoriser l’expansionnisme européen. Aussi, aux « concessions de droit », faut-il ajouter les « concessions de fait » qui proviennent d’un regroupement spontané d’éléments étrangers dans une partie de la ville et qui, sans acte officiel, bénéficient d’une certaine autonomie : les juristes français ont tenté de démontrer que Lao Si Kai relevait de ce statut avant de vouloir l’intégrer complètement à la concession55. Le statut juridique des concessions peut varier en fonction du contexte politique. Ainsi, après la révolte des Boxers, le gouvernement multinational des puissances étrangères décide unilatéralement de fonder de nouvelles concessions et impose des indemnités très insuffisantes aux Chinois expropriés. Mais, en 1901 comme en 1917, les propriétaires chinois se mobilisent et envoient une pétition à Pékin, au ministère des Affaires étrangères. L’administration impériale prescrit alors une enquête et offre une voie de recours aux propriétaires victimes de ces spoliations56.

  • 57 F.C. Jones, Shanghai and Tientsin, with Special Reference to Foreign Interests, Londres, Humphrey M (...)
  • 58 J. Osterhammel, « Britain and China (1842-1914) », dans R. Louis et alii, The Oxford History of the (...)

30Un nouveau phénomène relativise très rapidement la domination territoriale des nations concessionnaires. En effet, un décalage croissant s’instaure entre le droit foncier et immobilier institué par les puissances étrangères et la pratique des habitants de Tientsin. Ainsi, en dépit de l’interdiction faite aux Chinois de résider dans les concessions de Tientsin, les autochtones utilisent dès la fin du xixe siècle des prête-noms européens pour se réapproprier le territoire. Ce phénomène est massif puisque, en 1938, plus de 50 % du territoire de la concession britannique est possédé par des propriétaires chinois, enregistrés sous des noms britanniques. À cela s’ajoute la faiblesse démographique des deux principales puissances concessionnaires, la France et la Grande-Bretagne. En effet, les Français n’ont jamais su promouvoir une véritable colonisation au sein de leur concession : ils ne sont qu’une dizaine au début des années 1860 et seulement 229 nationaux en 1928 face à 36000 Chinois, 164 Britanniques, 92 États-Uniens. Paradoxalement, les ressortissants des puissances régionales japonaise (266 résidents) et russe (338) sont alors plus nombreux que les Français dans la concession française ! En 1938, la concession britannique compte seulement 1400 nationaux, 4000 étrangers non britanniques et 72 000 Chinois57. Ces concessions dites nationales possèdent en réalité un caractère fortement international du fait de la composition de leur population. Le caractère ultraminoritaire de la population française peut en partie expliquer l’obsession des diplomates pour le contrôle de l’espace, qui leur apparaît comme le principal moyen de peser dans le concert international à Tientsin, face à la puissance économique britannique et à la puissance militaire japonaise. Le dynamisme commercial des Britanniques se traduit dans leur emprise sur l’espace urbain : ils préfèrent s’intégrer dans les différents quartiers de la ville plutôt que de se concentrer dans leur concession. Ainsi les Britanniques possèdent deux fois plus de propriétés en dehors de leur concession qu’à l’intérieur58. En revanche, les Japonais cherchent, comme les Français, à accroître leur territoire concessionnaire, notamment en direction de Lao Si Kai, afin de construire de nouvelles casernes et un aérodrome militaire.

  • 59 Dans l’accord entre la Belgique et la Chine pour la rétrocession de la concession belge de Tientsin (...)

31La concession ne constitue donc pas forcément la forme la plus adaptée à la présence étrangère en Chine. En effet, l’histoire de l’« impérialisme » a eu tendance à oublier les nombreuses concessions abandonnées. Sur les 36 concessions créées en Chine, 13 ont été rétrocédées plus ou moins rapidement aux Chinois. Ainsi les Britanniques qui semblent privilégier la promotion de leurs intérêts économiques plutôt que les gains territoriaux restituent aux Chinois 5 concessions (Wuhu concédée en 1877 n’a jamais été exploitée, Hankow en 1927, Chinkiang en 1927, Kiukiang en 1927 et Amoy en 1930). Il en est de même à Tientsin dans la concession belge : le contrôle territorial n’a jamais été une priorité, au point que les Belges décident en 1929 de rétrocéder la concession au gouvernement chinois en prenant soin de garantir les intérêts de la Compagnie de tramways et de l’éclairage de Tientsin59.

32De prime abord, l’histoire des concessions de Tientsin semble corroborer la théorie de Sun Yat-Sen selon laquelle la Chine serait devenue au tournant du siècle une « hypo-colonie », à la merci d’une multitude de puissances étrangères :

  • 60 To call China a « semi-colony » is quite incorrect. If I may coin a phrase, we should be called a « (...)

« Considérer la Chine comme une “semi-colonie” est tout à fait erroné. Si je peux m’exprimer ainsi, nous devrions être considérés comme une “hypo-colonie”. Il s’agit d’un terme qui provient de la chimie comme dans “hypo-phosphite”. Parmi les substances chimiques, certaines appartiennent à la classe des composés du phosphore, mais de qualité inférieure, qui sont dénommés hypo-phosphites [...]. Le peuple chinois, se croyant en semi-colonie, pensait sa honte suffisante ; ils ne sont pas rendu compte qu’ils étaient plus faibles encore que l’Annam et la Corée. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous appeler une “semi-colonie” mais seulement une “hypo-colonie”60. »

  • 61 B. Yeoh, Contesting Space in Colonial Singapore : Power Relations in the Urban Built Environment, O (...)
  • 62 R. Rogaski, Hygienic Modernity : Meanings of Health and Disease in Treaty-Port China, Berkeley et L (...)
  • 63 J. Osterhammel, « Semicolonialism and informal empire in Twentieth-Century China : Towards a Framew (...)
  • 64 Shu-Mei Shih, The Lure of the Modern : Writing Modernism in Semi-colonial China, 1917- 1937, Berkel (...)

33Dans une certaine mesure, les nations concessionnaires coopèrent entre elles afin de pérenniser leur domination territoriale. Ainsi, après l’expérience du gouvernement militaire de 1900-1902, la concertation internationale se développe dans l’entre-deux-guerres, notamment à l’occasion de la construction d’un pont international et au sein des commissions pour l’amélioration du fleuve Haï Ho et du système fluvial de la région du Tcheli. Toutefois, la concurrence interimpériale subsiste tout au long de la période, et les puissances étrangères présentes à Tientsin semblent bien souvent se neutraliser et offrir aux Chinois des marges de manœuvre inespérées61. Le terme d’« hyper-colonie », forgé par Ruth Rogaski, ne s’applique pas plus à la ville de Tientsin62. Si la densité et la diversité de la présence coloniale semblent faire de ce port une vitrine de l’impérialisme en expansion, le terme de « colonie » oblitère la spécificité du phénomène concessionnaire : la Chine a toujours conservé la souveraineté sur son territoire et cela constitue sans doute la singularité de cette relation de domination. Faut-il alors préférer l’expression « semi-colonisation », employée par Jürgen Osterhammel et actualisée par Shu-Mei Shih63 ? Cette dernière utilise ce terme pour désigner la complexité, la densité mais aussi le caractère incomplet et fragmentaire de la « structure coloniale » de la Chine64. Il s’agit de montrer comment la présence étrangère pouvait être souvent faible mais parfois très oppressive. Ainsi l’affaire de Lao Si Kai révèle, d’une part, les capacités de résistance de la population et de l’administration chinoises, et d’autre part, une logique d’expansion territoriale qui prend la forme d’une « course au clocher » au sein de l’agglomération de Tientsin. La peur de l’encerclement par des voisins encombrants – la Grande-Bretagne, hyperpuissance impériale, et le Japon, nouveau challenger régional – pousse les Français à cette course vers l’hinterland qui s’est prolongée pendant quatre-vingts ans.

Bibliographie

Sources imprimées

Candlin, GT., John Innocent. A Story of Mission Work in North China, Londres, The United Methodist Publishing House, 1909.

Chan Chung Sing, Les concessions en Chine, thèse pour le doctorat en droit, université de Paris, PUF, 1925.

Cornell Daily Sun, volume XXXVII, n° 49, 5 décembre 1916, p. 5.

Escarra, J., Le régime des concessions étrangères en Chine, Paris, Brill, Recueil des cours de l’Académie de droit international, 1929.

Fairbank, J.K., « Patterns behind the Tientsin massacre », Harvard Journal of Asiatic Studies, 20, n° 3-4, 1957, p. 480-511.

Jones, F.C., Shanghai and Tientsin, with Special Reference to Foreign Interests, Londres, Humphrey Milford for Oxford University Press, 1940.

Michie, A., The Chinese Times, Tientsin, 3 novembre 1888.

Perrinjaquet, J., Des cessions temporaires de territoires. Étude de droit international, thèse pour le doctorat, faculté de droit de l’université de Bordeaux, 1904.

Pillaut, J., Manuel de droit consulaire, Paris, Berger-Levrault, 1910.

Poussielgue, A., Voyage en Chine et en Mongolie de M. de Bourboulon, ministre de France et de Madame de Bourboulon, 1860-1861, Paris, Hachette, 1866.

Rasmussen, O.D., The Growth of Tientsin, 1924.

Rasmussen, O.D., Tientsin. An Illustrated Outline History, Tientsin, Tientsin Press, 1925.

Notes

1 C. Henriot, Shanghai 1927-1937 : élites locales et modernisation dans la Chine nationaliste, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991 ; B. Goodman, Native Place, City and Nation : Regional Networks and Identities in Shanghai, 1853-1937, Berkeley, University of California Press, 1995 ; R. Bickers, « Shanghailanders : The formation and identity of the British settler community in Shanghai 1843-1937 », Past & Present, n° 159, mai 1998 ; F. Wood, No Dogs and not Many Chinese : Treaty Port Life in China, 1843-1943, Londres, 1998 ; R. Bickers, Britain in China : Community, Culture and Colonialism 1900-1949, Manchester et New York, 1999 ; M.-C. Bergère, Histoire de Shanghai, Paris, Fayard, 2002. Le programme lancé récemment par R. Bickers à l’université de Bristol tente de réparer cette injustice.

2 O.D. Rasmussen, Tientsin. An Illustrated Outline History, Tientsin, Tientsin Press, 1925 ; D. Spicq, La politique de l’eau et l’hydraulique urbaine dans la plaine du Nord de la Chine : le cas de Tianjin, 1900-1949, thèse d’histoire, Paris 7, 2004.

3 Parmi ces dix puissances, les États-Unis n’ont jamais véritablement exploité leur concession.

4 J. Gallagher et R. Robinson, « The imperialism of free trade », Economic History Review, 6, 1953.

5 B. Goodman, « Improvisations on a semicolonial theme, or, how to read a celebration of transnational urban community », Journal of Asian Studies, 59, n° 4, 2000, p. 889.

6 En mars 1861, Alphonse de Bourboulon a inauguré la Légation de France à Pékin (A. Poussielgue, Voyage en Chine et en Mongolie de M. de Bourboulon, ministre de France et de Madame de Bourboulon, 1860-1861, Paris, Hachette, 1866).

7 C. Chenevix Trench, The Road to Khartoum : A Life of General Charles Gordon, New York, Norton, 1979.

8 Le mou est une unité de mesure chinoise : 15 mous équivalent à un hectare.

9 La concession britannique est alors délimitée par les routes Bromley, Bristow et Takou et le fleuve Pei Ho.

10 A. Michie, article cité par O.D. Rasmussen, Tientsin. An Illustrated Outline History, Tientsin, Tientsin Press, 1925, p. 37.

11 La kaoliang est une variété de sorgho.

12 J. Innocent, cité par O.D. Rasmussen, Tientsin. An Illustrated Outline History, Tientsin, Tientsin Press, 1925, p. 38.

13 J.E. Taylor, « The bund : Littoral space of Empire in the treaty ports of East Asia », Social History, vol. 27, n° 2, mai 2002.

14 Chan Chung Sing, Les concessions en Chine, thèse pour le doctorat en droit, université de Paris, PUF, 1925, p. 73.

15 F.C. Jones, Shanghai and Tientsin, with Special Reference to Foreign Interests, Londres, Humphrey Milford for Oxford University Press, 1940.

16 À Tientsin résident alors John Innocent, missionnaire méthodiste, le Dr Blodget, missionnaire de l’American Board Mission, J. Mongan, le vice-consul britannique, le capitaine J. Henderson, de l’entreprise Lindsay & Co, J.A.T. Meadows, de Meadows & Co, E. Waller de Phillips & Moore, H.C. Maclean, de Jardine Matheson & Co, T. Platt, Mr Stamford, Mr Richard, C. Grant, C. Mellor et Mr. Stamman (G.T. Candlin, John Innocent. A Story of Mission Work in North China, 1909).

17 J.K. Fairbank, « Patterns behind the Tientsin massacre », Harvard Journal of Asiatic Studies, 20, nos 3-4,1957, p. 480-511.

18 O.D. Rasmussen, The Growth of Tientsin, 1924 ; O. Rasmussen, Tientsin. An Illustrated Outline History, Tientsin, Tientsin Press, 1925.

19 G.-L. von Heise, Beiträge zu den Wirtschaftsbeziehungen zwischen Österreich und China (1860-1914), thèse de l’université de Vienne, Vienne, 1999.

20 Les glacières sont des fossés dans lesquels on conserve de la glace.

21 A. Michie, The Chinese Times, Tientsin, 3 novembre 1888.

22 La première agence de la Hong Kong and Shanghai Bank (HSBC) est construite en 1880 : il s’agit d’un des premiers grands bâtiments en brique des concessions étrangères.

23 Victoria Park est officiellement inauguré en 1887 à l’occasion du Jubilé d’or de la reine Victoria.

24 G.T. Candlin, John Innocent : A Story of Mission Work in North China, Londres, The United Methodist Publishing House, 1909.

25 D. Spicq, « L’eau comme enjeu de pouvoir : l’exemple de Tianjin dans la première moitié du xxe siècle », Études chinoises, vol. XXIV, Paris, 2005.

26 L. Bernstein, « Tianjin under foreign occupation, 1900-1902 », dans R.A. Bickers (éd.), The Boxers, China, and the World, Lanham, Rowman & Littlefield, 2007.

27 « Au point de vue étendue et situation géographique, la Concession française de Tientsin se trouvait, par rapport aux autres Concessions étrangères, dans un état manifeste d’infériorité ; dès 1902, une revendication avait été formulée par l’Autorité française, à laquelle n’avait pas échappé le danger d’encerclement que devait courir, dans l’avenir, notre Concession », « Affaires de Tientsin (octobre 1916-janvier 1917) », note de la Légation de France à Pékin, mai 1917, E Asie (1918-1940), 345, Archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

28 La première extension de la concession britannique date de 1897.

29 Rapport du 6 janvier 1911 rédigé par le consul de France à Tientsin et adressé au ministre de la République française à Pékin, Tientsin, consulat, 34, Centre des archives diplomatiques de Nantes.

30 « Les incidents de Tientsin », note du consul général de France, 23 janvier 1917, E Asie (1918-1940), 344, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

31 « Affaires de Tientsin (octobre 1916-janvier 1917) », note de la Légation de France à Pékin, mai 1917, E Asie (1918-1940), 345, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

32 La police, dite garde municipale, compte plus de 250 agents chinois, sous les ordres d’un chef de bataillon, assisté de trois inspecteurs, anciens sous-officiers du corps d’occupation (lettre du consul Saussine au ministère des Affaires étrangères, 30 mai 1923, E Asie (1918-1929), 344, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve).

33 C. Soetens, L’Église catholique en Chine au xxe siècle, Paris, Beauchesne, 1997, p. 72.

34 Dès la création de leur concession en 1902, les Autrichiens mettent en place un plan d’éclairage public et construisent 4 stations de police. En 1907, ils établissent un registre des naissances, décès, mariages.

35 Lettre de H. Bourgeois, consul général de France à Tientsin, à Monsieur Conty, ministre de France en Chine, 17 juin 1916, E Asie (1918-1929), 344, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

36 « Les incidents de Tientsin », note du consul général de France, 23 janvier 1917, E Asie (1918-1929), 344, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

37 Lettre de H. Bourgeois, consul général de France à Tientsin, au président du Conseil, ministre des Affaires étrangères, 12 septembre 1916, E Asie (1918-1929), 344, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve. Le consul souhaite en outre que, dans le quartier, la Société française d’électricité remplace la Compagnie belge de tramways et de l’éclairage électrique de Tientsin.

38 Lettre de H. Bourgeois, consul général de France à Tientsin, à Monsieur Conty, ministre de France en Chine, 17 juin 1916, E Asie (1918-1929), 344, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

39 Lettre de H. Bourgeois, op. cit.

40 Lettre du délégué aux Affaires étrangères du Tcheli, Hoang Jong Liang, au consul de France à Tientsin, 21 novembre 1916, Tientsin, 38, Centre des archives diplomatiques de Nantes, cité par F. Chaballe, La présence française à Tianjin de 1916 à 1951, mémoire de master 1 sous la direction de Hugues Tertrais, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2010, p. 41. Ce mémoire offre une précieuse retranscription des échanges épistolaires entre le délégué chinois et le diplomate français.

41 Lettre du délégué aux Affaires étrangères du Tcheli au consul de France à Tientsin, 13 décembre 1916, Tientsin, 38, Centre des archives diplomatiques de Nantes, cité par F. Chaballe, op. cit., p. 42.

42 Cornell Daily Sun, volume XXXVII, n° 49, 5 décembre 1916, p. 5.

43 Xu Guoqi, China and The Great War. China’s Pursuit of a New National Identity and Internationalization, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, p. 127-132.

44 « Les incidents de Tientsin », note du consul général de France, 23 janvier 1917, E Asie (1918-1929), 344, p. 12, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

45 « Affaires de Tientsin (octobre 1916-janvier 1917) », p. 21, note de la Légation de France à Pékin, mai 1917, E Asie (1918-1940), 345, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

46 « Extension de la concession française de Tientsin au-delà du canal (quartier de Lao Si Kai) », note du ministère des Affaires étrangères, 25 avril 1925, série E Asie (1918-1929), 344, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de La Courneuve.

47 E. Saussine, consul de France à Tientsin, note manuscrite sur l’état actuel de la question de Lao-Si-Kai, 24 novembre 1925, série E Asie, 345, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de la Courneuve.

48 La municipalité française a dû contracter un grand emprunt pour reconstruire les quais effondrés après les crues de 1924.

49 E. Saussine, consul de France à Tientsin, note manuscrite sur l’état actuel de la question de Lao-Si-Kai, 24 novembre 1925, série E Asie, 345, archives du ministère des Affaires étrangères, centre de la Courneuve.

50 J. Escarra, Le régime des concessions étrangères en Chine, Paris, Brill, Recueil des cours de l’Académie de droit international, 1929, p. 63.

51 Kiaotchéou cédée à l’Allemagne par la convention du 6 mars 1898 ; Port-Arthur et Talein Wan à la Russie par la convention du 12 mars 1898 (la cession est transférée au Japon en 1905) ; Wei-Hai-Wei à l’Angleterre par la convention du 25 mai 1898 ; Kouang-Tchéou-Wan à la France par la convention du 16 novembre 1899.

52 J. Perrinjaquet, Des cessions temporaires de territoires. Étude de droit international, thèse pour le doctorat, faculté de droit de l’université de Bordeaux, 1904.

53 Chan Chung Sing, Les concessions en Chine, thèse pour le doctorat en droit, université de Paris, PUF, 1925, p. 2.

54 E.P. Scully, Bargaining with the State from Afar. American Citizenship in Treaty Port China 1844-1942, New York, Columbia University Press, 2001, p. 2.

55 J. Pillaut, Manuel de droit consulaire, Paris, Berger-Levrault, 1910, p. 371 et suiv.

56 Chan Chung Sing, Les concessions en Chine, thèse pour le doctorat en droit, université de Paris, PUF, 1925, p. 35-36.

57 F.C. Jones, Shanghai and Tientsin, with Special Reference to Foreign Interests, Londres, Humphrey Milford for Oxford University Press, 1940, p. 126.

58 J. Osterhammel, « Britain and China (1842-1914) », dans R. Louis et alii, The Oxford History of the British Empire, vol. III, The Nineteenth Century, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 150.

59 Dans l’accord entre la Belgique et la Chine pour la rétrocession de la concession belge de Tientsin le 31 août 1929, il est précisé dans l’annexe II : « Les installations pour distribution d’énergie électrique, c’est-à-dire les lignes à haute et basse tension sur poteaux, cabines de transformation avec appareillage, raccordements privés et compteurs, qui se trouvent dans l’ancienne concession belge de Tientsin et qui ont été exécutées avec l’approbation du conseil municipal provisoire de la concession belge par la Compagnie de tramways et de l’éclairage de Tientsin sont la propriété exclusive de cette compagnie. La Compagnie de tramways et de l’éclairage de Tientsin aura le droit de continuer à exploiter le réseau électrique sur le territoire de l’ancienne concession belge. »

60 To call China a « semi-colony » is quite incorrect. If I may coin a phrase, we should be called a « hypo-colony ». This is a term that comes from chemistry, as in « hypo-phosphite ». Among Chemicals there are some belonging to the class of phosphorous compounds but of lower grade, which are called phosphites. Still another grade lower, and they are called hypo-phosphites. [...] The Chinesepeople, believing they were a semi-colony, thought it shame enough ; they did not realize that they were lower even than Annam or Korea. Therefore we cannot call ourselves a « semi-colony » but only a « hypo-colony » (Sun Yat-sen, Chung-shan ch’uan-shu, cité par W.T. de Bary, Sources of Chinese Tradition, New York, Columbia University Press, 1960, 768-771).

61 B. Yeoh, Contesting Space in Colonial Singapore : Power Relations in the Urban Built Environment, Oxford, Oxford University Press, 1996.

62 R. Rogaski, Hygienic Modernity : Meanings of Health and Disease in Treaty-Port China, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 2004, p. 11.

63 J. Osterhammel, « Semicolonialism and informal empire in Twentieth-Century China : Towards a Framework of analysis », dans W.J. Mommsen et J. Osterhammel (éd.), Imperialism and After : Continuities and Discontinuities, Londres, Allen and Unwin, 1986.

64 Shu-Mei Shih, The Lure of the Modern : Writing Modernism in Semi-colonial China, 1917- 1937, Berkeley, University of California Press, 2001, p. 34.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search