Version classiqueVersion mobile

Territoires impériaux

 | 
Hélène Blais
, 
Florence Deprest
, 
Pierre Singaravélou

Cultures visuelles

Chapitre 7. Les voyages de Maurice Zimmermann en Afrique du Nord (1908-1930) : pratiques spatiales et découpages de l’espace colonial

Pascal Clerc

Texte intégral

  • 1 On utilisera dans la suite du texte le sigle « AAEEC » pour désigner cette association.
  • 2 Pour ce premier voyage, comme pour d’autres, Zimmermann était accompagné de son ami Pierre Clerget (...)
  • 3 C’est ainsi que Zimmermann nomme les groupes d’excursionnistes.

1Le 18 juin 1907, à Lyon, quelques jeunes gens se réunissent autour de celui qui fut leur professeur de « géographie et d’histoire coloniales », le géographe Maurice Zimmermann. Ils sont animés par un projet commun : travailler dans les colonies françaises ou en relation avec celles-ci. Pour cela, ils créent l’Association des anciens élèves de l’Enseignement colonial de la chambre de commerce de Lyon1. Dès les premières réunions s’impose l’idée d’organiser des voyages vers les colonies. Le 10 juillet 1908, un petit groupe encadré par Zimmermann2 quitte le port de Marseille à destination de la Tunisie : c’est le premier voyage de l’AAEEC. Ensuite, pendant plus de vingt ans, des « caravanes3 » vont arpenter diverses régions, principalement l’Afrique du Nord.

  • 4 S. Venayre, « Pour une histoire culturelle du voyage au xixe siècle », Sociétés & Représentations, (...)

2Qu’est-ce qu’un voyage ? Sylvain Venayre le définit comme un « déplacement dans l’espace caractérisé par la rencontre de l’autre4 ». Deux types de pratiques spatiales peuvent être mobilisées à partir de cette définition : d’une part, le mouvement et la circulation sur des itinéraires ; d’autre part, la station dans des lieux, ce qui rend possible la rencontre. Tout voyage peut être analysé à travers la part relative de chacune de ces pratiques spatiales. Les voyages de l’AAEEC se tiennent à une extrémité du spectre. L’espace colonial est parcouru au plus vite des moyens techniques ; les trajets sont longs et les haltes brèves. Par conséquent, l’essentiel des interactions n’ont lieu qu’entre les membres du groupe en mouvement ; la relation à l’autre est toujours brève, superficielle et strictement codifiée.

  • 5 Sur les excursions, voir notamment D. Wolff « À travers les correspondances : l’envers ou l’enfer d (...)

3 Ces voyages relèvent d’un genre particulier dont la nomination n’est pas évidente. Les responsables de l’association eux-mêmes hésitent entre « voyage de vacances » et « voyage d’études » pour qualifier des pratiques dont les finalités sont mixtes. Ces voyages sont aux antipodes de l’exploration tant les itinéraires fréquentés sont connus et fréquemment parcourus. Ils ne relèvent pas non plus des pratiques scientifiques de terrain familières aux géographes ; Zimmermann mobilise fréquemment ses savoirs géographiques et les enrichit durant les voyages, mais c’est « en passant » et au fil des trajets. Le terme d’excursion semble le plus adapté. Des similitudes existent en particulier avec un genre familier aux géographes : l’excursion universitaire. Le déplacement grégaire, la densité du programme, les apports de connaissances, les exposés in situ en sont les points communs5. Il convient d’y ajouter deux finalités propres aux voyages de l’AAEEC : une dimension touristique pour des séjours qui ont lieu à la fin des vacances d’été et une dimension utilitaire, notamment pour des jeunes gens qui se destinent aux carrières coloniales.

  • 6 Zimmermann tint toute sa vie un journal qui a probablement été détruit ; on peut imaginer qu’il y p (...)
  • 7 Zimmermann est un spécialiste des questions coloniales même s’il n’a jamais écrit d’ouvrage scienti (...)
  • 8 Le bulletin Lyon-Colonial est publié en général quatre fois par an. Le dernier numéro répertorié au (...)

4On s’intéressera ici aux pratiques spatiales des « caravaniers » et aux discours produits sur ces pratiques : les itinéraires empruntés, le choix des étapes, les types de lieux visités donnent une forme à l’espace nord-africain des « caravaniers » ; les récits de voyages révèlent des représentations de l’espace colonial ; ils participent aussi de la production de savoirs diffusés en métropole, à Lyon en particulier, par différents canaux. Au final, c’est la compréhension d’une conception du monde colonial qui est en jeu. Pour traiter ce sujet, on se limitera aux destinations privilégiées de ces voyages : l’espace colonial français en Afrique du Nord, et à la manière dont un géographe impliqué dans la colonisation par le biais de l’enseignement des questions coloniales, Maurice Zimmermann, en a rendu compte. Zimmermann s’est rendu à neuf reprises en Afrique du Nord avec les membres de l’AAEEC. Quatre de ces voyages ont donné lieu à des récits détaillés, soit environ 450 pages au total. Ces écrits constituent le cœur du corpus analysé ici ; ils relèvent à la fois du journal de voyage et de la mise au point scientifique en géographie. On y trouve un récit au jour le jour des pérégrinations du groupe, des considérations générales ayant souvent trait aux questions économiques et parfois l’expression de sentiments plus personnels. Ces textes sont issus à la fois de notes de voyages6 et de la mobilisation d’une documentation scientifique actualisée et abondante7. Il faut adjoindre à ce corpus l’ensemble des bulletins de l’AAEEC8 pour les documents de promotion des voyages ainsi que les comptes rendus des réunions mensuelles et des assemblées générales qui nous informent sur les conditions concrètes d’organisation des voyages (dates, itinéraires, questions financières...).

Trente ans de voyages coloniaux

Joindre l’utile à l’agréable

  • 9 Sur cette question, voir notamment : J.-F. Klein, « La création de l’École coloniale de Lyon. Au cœ (...)
  • 10 J.-F. Klein, Un Lyonnais en Extrême-Orient. Ulysse Pila vice-roi de l’Indochine, Lyon, Éditions lyo (...)
  • 11 Archives de la chambre de commerce de Lyon, document de présentation de l’enseignement colonial, oc (...)

5Le petit groupe qui est à l’origine de l’AAEEC s’est formé à la chambre de commerce de Lyon. La rencontre a eu lieu au sein du « cours d’enseignement colonial » mis en place à l’automne 18999. C’est Ulysse Pila (1837-1909), négociant en soie très actif au Tonkin, personnalité influente au sein des instances consulaires et dans le milieu entreprenarial lyonnais, qui, parmi les premiers, prit conscience de l’intérêt qu’il y avait à former des employés et des administrateurs compétents pour les colonies10. Il est le principal promoteur de cet enseignement « essentiellement pratique [et] s’attachant à mettre en lumière les richesses [des] colonies, la nature de leurs productions, les matières premières qu’elles peuvent fournir aux industries de la région lyonnaise, les débouchés qu’elles offrent à ces industries11 ».

6L’AAEEC a plusieurs fonctions. Elle joue le rôle d’un bureau de placement et d’une agence de renseignements avec des informations sur les opportunités en matière d’emploi dans les colonies et à l’étranger. Elle fonctionne comme une amicale où les anciens élèves restés en France se retrouvent et par l’intermédiaire de laquelle ceux qui sont partis vers des horizons lointains restent en contact. Elle prolonge les enseignements consulaires avec des conférences et des mises au point sur différents sujets relatifs aux colonies ; un bulletin assure la diffusion de ces savoirs. À la croisée de ces trois activités, l’AAEEC organise donc aussi des voyages.

7De 1908 à 1939, date à partir de laquelle cette association est mise en sommeil, trente voyages sont organisés (fig. 1 et 2). Les destinations ne varient guère et mènent prioritairement vers les colonies françaises les plus accessibles : vingt-deux des voyages concernent le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, avec parfois une petite escapade italienne ou espagnole en chemin. Au cours des années 1920, le spectre s’élargit avec des incursions dans l’Est de la Méditerranée (Liban, Syrie, Égypte...) et en Europe du Nord. Des velléités d’excursions plus lointaines sont révélées par l’analyse des archives ; on parle d’Afrique subsaharienne ou des Antilles, mais les projets sont toujours reportés à des jours meilleurs en raison de contraintes techniques et financières.

  • 12 Les organisateurs souhaitent par ce biais attirer notamment des « dames », professeures, femmes de (...)
  • 13 Lors de l’assemblée générale de 1930 (archives municipales de Lyon, boîte 119J2).

8Le texte de présentation du premier voyage associe une dimension utilitaire (avec des visites d’exploitations agricoles, d’installations portuaires, des rencontres avec les autorités coloniales et les milieux économiques locaux) à une perspective culturelle, avec la découverte de Tunis, de Kairouan et de Carthage12. Cette double perspective perdure tout au long des trois décennies de voyages. On peut y adjoindre une dimension militante ; comme le rappelle un des présidents de l’Association, Heim, en 1930 : « Faire visiter notre empire colonial est la meilleure façon de défendre l’idée coloniale13. »

9Les itinéraires choisis prennent en compte ces visées et dessinent une pratique spatiale de l’espace colonial qui ne couvre pas, loin s’en faut, la totalité de l’espace nord-africain. Pour rencontrer des personnalités du monde politique et économique, visiter des entreprises et des infrastructures, il faut arpenter les lieux où la présence coloniale est la plus marquée : la colonie utile. Pour découvrir des sites archéologiques, des musées ou des souks, il faut se rendre dans les contrées les plus anciennement et/ou les plus densément peuplées. Ces deux espaces se superposent largement et excluent une grande partie des steppes et des marges désertiques (fig. 3).

Zimmermann, « caravanier » assidu

10Maurice Zimmermann (1869-1950) est un des piliers de l’AAEEC. Référence intellectuelle, il est aussi partie prenante du quotidien de l’association ; il est de la plupart des réunions et écrit de nombreux textes pour le bulletin

Figure 1 – Les voyages de l’Association des anciens élèves de l’Enseignement colonial.

Dates Destination Direction
10 juil. 1908- ? Tunisie Clerget et Zimmermann
11-26 sept. 1909 Algérie, Tunisie Clerget (?) et Zimmermann
1910 Espagne, Maroc, Algérie Clerget et Zimmermann
1-17 sept. 1911 Italie, Tunisie*
6-25 sept. 1912 Tunisie Clerget
3-20 sept. 1913 Maroc Zimmermann
4-20 sept. 1914 Italie du Sud, Sicile, Tunisie** Zimmermann
1920 Maroc Zimmermann
Sept. 1921 Algérie, Tunisie Baudiot et Bouvier***
7-25 sept. 1922 Tunisie Zimmermann
4 sept.-8 oct. 1923 Grèce, Turquie, Liban, Syrie,
Palestine, Égypte
Bouvier (?) et Zimmermann
5-28 sept. 1924 Maroc, Espagne (Andalousie) Bouvier
1925 Algérie Zimmermann
2-25 sept. 1926 Italie (Sicile), Tunisie Chabert et Zimmermann
1927 Levant et Égypte Chabert et Clerget
1928 Maroc Baudiot et Chabert
11 juil.-3 août 1929 Mer du Nord et Baltique (grands ports) Clerget et Zimmermann
Mai 1930 Algérie, Tunisie ?
Août 1930 Algérie (voyage pour les étudiants) ?
7-21 sept. 1930 Algérie Zimmermann
18 août-15 sept. 1931 Syrie ?
27 août-16 sept. 1931 Tunisie (pour les étudiants) ?
9-29 sept. 1932 Espagne, Maroc Allix
30 juil.-22 août 1933 Pays Scandinaves Zimmermann
1934 Tunisie, Algérie Clerget
1935 Syrie (?) ?
1936 Algérie (pour les étudiants) ?
1937 Europe centrale ?
3-22 sept. 1938 Maroc Chabert
1939 Gibraltar, Tanger, Portugal, Londres, Anvers, Rotterdam ?

* Voyage annulé en raison d’une épidémie de choléra

** Voyage annulé

*** Zimmermann était prévu initialement

Figure 2 – L’affiche de présentation du voyage (annulé) de 1914.

Figure 3 – Un itinéraire (voyage de 1922 en Tunisie).

  • 14 La « période Zimmermann » s’achève en 1932 lorsque André Allix dirige son premier voyage pour l’AAE (...)
  • 15 Archives municipales de Lyon, boîte 119 J2.

Lyon-Colonial. Il est aussi parmi les plus impliqués dans l’organisation et la direction des voyages. Jusqu’à la fin des années 1920, il encadre la plupart d’entre eux14. Le compte rendu de l’assemblée générale du 16 février 1932 témoigne de manière éloquente de cet engagement : les absents sont excusés, « plus spécialement le professeur Zimmermann que son état de santé empêche, pour la première fois depuis l’origine de notre association, de participer à notre réunion15 ».

  • 16 Archives de la chambre de commerce de Lyon, boîte ENS E 47 dossier 2.
  • 17 J. Bethemont, « Sur une école lyonnaise de géographie (1923-1973) » dans La géographie française à (...)

11Les voyages et les excursions jouent un rôle essentiel dans sa vie intellectuelle et militante. En 1899, dans la lettre qu’il envoie pour candidater à la chaire de géographie et d’histoire coloniales de la chambre de commerce de Lyon, il confesse : « La plus grave lacune de mon éducation est que j’ai peu voyagé16. » Deux brèves excursions, en Prusse rhénane et en Suisse, un voyage d’un mois en Norvège pour ses travaux de recherche constituent alors ses seules références en la matière. Sa confession n’est pas feinte puisque, sa vie durant, il ne cessera de combler cette « lacune » en voyageant à travers l’Europe et l’Afrique du Nord principalement, et en particulier dans le cadre de l’AAEEC. Cette implication est un trait essentiel du personnage. Militant tout autant qu’enseignant et chercheur, Zimmermann ne fait pas carrière17 ; universitaire sans thèse, ce dont l’institution et ses collègues lui feront toujours grief, il consacre beaucoup de son temps à l’action économique coloniale, publie d’innombrables textes dans des revues confidentielles et dans la presse, multiplie les conférences et s’implique dans de nombreuses associations au sein du milieu intellectuel et économique lyonnais. Il joue en particulier un rôle important au sein de l’enseignement colonial ; il est professeur de géographie coloniale à la fois à la chambre de commerce et à l’université. Comme Marcel Dubois, il est convaincu de l’importance des savoirs géographiques pour une mise en valeur efficace des espaces colonisés.

Une géographie du mouvement

L’espace des itinéraires

  • 18 Les voyages de 1908, 1909, 1910, 1920, 1922, 1925, 1926 et 1930.
  • 19 Voir par exemple A. Bernard « Afrique septentrionale et occidentale » dans Géographie universelle, (...)
  • 20 Voir aussi le chapitre de F. Deprest dans cet ouvrage.

12Les archives permettent de retracer assez précisément les itinéraires de huit des voyages en Afrique du Nord18 ; les indications relatives aux autres voyages, qu’ils soient encadrés ou non par Zimmermann, ne démentent pas ces orientations générales. Les itinéraires se recoupent fréquemment et leur superposition dessine l’espace parcouru. Ils structurent l’Afrique du Nord selon trois zones latitudinales qui correspondent au découpage bioclimatique entre le Tell, la Steppe et le Sahara. L’espace fréquenté est une bande de 100 à 200 kilomètres de large le long des côtes atlantique et méditerranéenne de l’Afrique du Nord, soit les plaines littorales ou intérieures, les hautes plaines et certains ensembles montagneux comme le Moyen Atlas, le Rif, la Grande Kabylie ou le massif des Aurès. C’est assez précisément la partie de l’espace désigné sous le nom de « Berbérie » par Augustin Bernard, c’est-à-dire une zone qui ne prend pas en compte les séparations politiques méridiennes et qui est limitée au sud par le début du désert saharien. Les précipitations y sont souvent supérieures à 400 mm et jamais inférieures à 150/200 mm. Pour les géographes19, ces limites sont déterminantes : au-dessus de 400 mm, si d’autres facteurs limitants n’interviennent pas, les activités agricoles ne posent pas de problème majeur et sont possibles sans irrigation ; entre 200 et 400 mm, c’est le domaine de la steppe avec des possibilités culturales et d’élevage plus aléatoires, dans tous les cas plus extensives ; en dessous, on entre dans la zone saharienne où, hors des oasis, toute culture devient impossible20.

  • 21 La définition qu’il propose dans la Géographie universelle privilégie « l’unité géographique de la (...)

13Pour Bernard, la Berbérie ne relève que secondairement des séparations politiques méridiennes21. L’espace dessiné par les itinéraires des voyages exprime à sa façon le même point de vue : de l’océan Atlantique à la côte orientale de la Tunisie, c’est un ensemble sans ruptures qui est parcouru. Les frontières existent, mais elles ne doivent pas entraver la continuité territoriale.

14L’espace des voyages, c’est donc l’Afrique du Nord des densités élevées, l’espace le plus urbanisé, l’espace mis en valeur et à mettre en valeur, bref l’espace de la colonisation réalisée ou projetée. Ainsi, pour l’Algérie, les itinéraires ne quittent quasiment jamais la zone des 600 périmètres de colonisation créés par l’administration entre 1848 et 1928 pour accueillir les nouveaux colons. On peut donc considérer que les caravaniers visitent une partie de « leur » domaine, de « leur » territoire, avec une confrontation à l’altérité qui est limitée et toujours inscrite dans un contexte de domination.

La colonie à toute vitesse

  • 22 P. 222-223/1920. Par commodité, j’adopterai cette présentation pour signaler, chaque fois que cela (...)

15Les pratiques spatiales des voyageurs et les représentations de l’espace colonial sont en partie déterminées par la manière de voyager. Ce qui frappe à la lecture des différents textes, c’est l’extrême importance de la mobilité et de la vitesse du déplacement. Impératifs financiers et contraintes professionnelles des participants impliquent de parcourir le maximum de distance dans le minimum de temps, de « visiter » le plus grand nombre de villes, de sites, d’exploitations agricoles, de ports... C’est donc une course permanente durant laquelle tout est minuté ; les voyageurs se lèvent à 4 ou 5 heures du matin, sont en route dès l’aube, parfois jusqu’a la nuit noire. Les séjours sont toujours brefs, ce que Zimmermann semble regretter ; ainsi à Fès en 1920 : « Un jour et demi, c’est bien peu de temps pour voir Fès. Évidemment nulle part plus qu’ici nous n’avons éprouvé l’inconvénient principal d’un voyage aussi précipité. Fès n’est pas une ville pour le touriste pressé ; elle ne livre pas d’emblée son âme et son caractère au passant. [...] Nous n’avons pas le loisir, je ne dis pas d’analyser nos impressions, mais tout simplement de les reconnaître, car le temps manque et nous courons la poste22. » D’un lieu à l’autre, les étapes sont parcourues au plus vite des moyens techniques et de la qualité des voies de circulation.

  • 23 J.-M. Besse, Le goût du monde. Exercices de paysages, Arles, Actes Sud/ENSP, 2009.

16Cette articulation entre mobilité et construction de l’espace relève de l’hodologie, la science qui s’intéresse à l’« impact des routes et des voyages sur le paysage et sur l’espace23 ». De manière très concrète, la localisation des voies ferroviaires ou routières détermine les itinéraires empruntés et construit donc l’espace parcouru. C’est-à-dire, ici, l’espace de la colonie utile dans la mesure où le réseau viaire est le résultat d’une politique coloniale et d’une pensée spatiale à la fois à l’échelle de la colonie, de ses relations avec la métropole et des relations entre les différentes parties d’un espace colonial composite.

  • 24 G.-A. Tiberghien, « Hodologique », Carnets du paysage, 11, 2004, p. 7-25.
  • 25 P. 44-45/1920.

17Un autre aspect de l’approche hodologique, le plus important peut-être24, renvoie aux perceptions et représentations des paysages et de l’espace. En quoi le fait d’être en chemin et plus encore la manière d’être en chemin contribuent-ils à ces perceptions et représentations ? Deux techniques, fort différentes mais toutes deux associées à la vitesse du déplacement, sont mentionnées à plusieurs reprises par Zimmermann : le kaléidoscope et le cinéma. La première est sollicitée notamment pour la description de Casablanca en 1920 : « Nulle impression ne fut pour nous plus saisissante et plus instructive à cet égard que notre tour rapide en autocar par le boulevard Front de Mer. Nous avons eu là, comme en tourbillon, la vision kaléidoscopique des éléments qui font de Casablanca quelque chose d’amorphe, d’hétéroclite et d’attirant, parce qu’on y assiste à la lutte épique entre le bled encore intact et la vie ultramoderne qui s’organise25. » Les petits cylindres dans lesquels des fragments colorés se reflètent dans des miroirs ont suscité des usages métaphoriques, principalement autour de l’idée de l’infinité des arrangements possibles d’éléments divers. Dans la description du paysage urbain, Zimmermann insiste sur les recompositions spatiales permanentes et rapides d’éléments paysagers et fonctionnels hétérogènes. Il oppose et combine deux manières d’habiter l’espace, celle de la puissance coloniale et celle des indigènes. Ce sont aussi deux types d’espaces qui sont mêlés : celui de la modernité urbaine et celui de la vie traditionnelle rurale qui résiste, ce « bled encore intact » au sein même de l’espace urbain en croissance. La ville apparaît comme un espace témoin du rapport de domination. Elle est aussi, à ce titre, le lieu possible, le seul sans doute, d’une éventuelle rencontre coloniale. Le kaléidoscope présente la ville nord-africaine comme un chantier de la colonisation.

  • 26 M. Desportes, Paysages en mouvement, Paris, Gallimard, 2005.
  • 27 Le mot est emprunté à l’anglais en 1921 (A. Rey [dir.], Dictionnaire historique de la langue frança (...)
  • 28 P. 132/1920.
  • 29 P. 261/1920.

18Pour ce qui concerne le cinéma, Marc Desportes26 constate la concomitance entre son développement et celui, encore très incertain, de l’automobile à l’extrême fin du xixe siècle. Dès cette période, les opérateurs de frères Lumière proposent un type d’écriture filmique fondé sur le déplacement du support sur lequel repose la caméra. Ils inventent alors le travelling27. En Afrique du Nord, le regard du géographe s’apparente à un long travelling qui permet d’appréhender les transformations paysagères par les ruptures, les transitions et les gradients, et donc de découper l’espace en fonction de celles-ci. Entre Rabat et Casablanca par exemple, Zimmermann note que le trajet est « plein d’intérêt pour un œil de géographe, parce que sur ce court espace de quatre-vingt-dix kilomètres s’opère peu à peu la transition du climat steppique des grandes plaines dénudées des Chaoui et des Doukkala, au climat pluvieux du Gharb ; la conséquence en est la multiplication croissante des arbres et des buissons. La transformation s’esquisse dès Fedhala et devient très sensible après Bou Znika28 ». Lisons aussi cette description de Fès : « Avec une vitesse de cinéma, ont défilé devant nous d’abord le mellah et son grouillement de bazar, les sombres bâtiments massifs du Dar el Maghzen, les méchouars et les murs rigides de la casbah des Chérardas29. »

  • 30 Voir par exemple le portrait qu’il dresse de la tribu des Chambba : F. Foureau, « Coup d’œil sur le (...)
  • 31 Zimmermann fait part à plusieurs reprises de son inquiétude ; c’est le cas à Fès en 1920 où il a pe (...)
  • 32 Zimmermann se définit comme un « géographe en chambre ». Ainsi, écrit-il lors du voyage de 1920 au (...)

19Faire de la mobilité rapide le cœur de la pratique du voyage rend compliquée la rencontre coloniale. La forme de porosité aux êtres et aux choses qui s’établit lors d’une station prolongée en un lieu est ici interdite, et d’autant plus que le déplacement est grégaire. On ne sait pas trop si Zimmermann déplore ou se satisfait de ces interactions très limitées avec les populations indigènes. Ses propos sont sur ce point ambivalents. On peut faire néanmoins l’hypothèse que les regrets qu’il exprime parfois sont de façade ; s’il semble s’intéresser aux populations, c’est à la manière conventionnelle d’un homme cultivé qui se veut ouvert aux autres modes de vie. Nulle trace chez lui de la volonté de « se perdre » parmi des indigènes et de la fascination pour ces derniers que l’on trouve par exemple chez l’explorateur Fernand Foureau30. Zimmermann ne connaît l’Afrique du Nord que dans le cadre de groupes et semble plutôt angoissé devant le risque de s’égarer31. Loin des explorateurs, loin aussi des géographes de terrain32, Zimmermann est un géographe en mouvement qui parcourt une portion d’empire et en évalue les potentialités.

  • 33 O. Soubeyran, « La géographie coloniale au risque de la modernité », dans Géographie des colonisati (...)
  • 34 À la fin des années 1930, des déplacements en avion sont envisagés pour les voyages de l’AAEEC.

20Le déplacement rapide s’inscrit – et inscrit la pratique spatiale de la colonie – dans la « modernité33 ». Outre les exigences de voyages resserrés dans le temps, l’usage des moyens de transport les plus performants signifie un nouveau rapport à l’espace. On assiste au fil des récits de voyage au passage du train à l’automobile34. Ce dernier moyen de transport est vu comme un vecteur d’émancipation, un moyen d’aller partout ou presque et de s’arrêter à loisir. La tabula rasa, le pays neuf qu’est l’espace colonial rêvé, permet le développement immédiat d’axes de circulation créés pour l’automobile. Zimmermann n’en doute pas : cette « révolution » va périmer le transport ferroviaire très rapidement et sera notamment le moyen privilégié de pénétration du Sahara. Les références au cinéma et au kaléidoscope relèvent aussi de la « modernité ». Le kaléidoscope est une métaphore de la ville moderne, en mouvement, hétérogène, et signe une nouvelle manière d’envisager le paysage et l’espace urbains. Le cinéma, sans doute pour des raisons matérielles, n’est pas utilisé par Zimmermann et ses compagnons de voyage ; ils préfèrent la photographie. Néanmoins, les fréquentes allusions à cette technique de saisie du monde renvoient aussi à une écriture du monde renouvelée.

Un territoire à mettre en valeur

La continuité avec la métropole

  • 35 P. 6/1920.

21Chaque voyage vers l’espace colonial nord-africain est l’occasion pour Zimmermann et ses compagnons de mettre à l’épreuve le lien avec la métropole. Les départs se font rituellement de Marseille où ils sont accueillis par le secrétaire de la Société de géographie locale, avant l’embarquement vers Alger, Oran, Tanger ou Bizerte. L’approche des côtes donne matière aux premières descriptions. « À sept heures, Tanger est en vue, apparition exquise et émouvante par la beauté de cette lumière à laquelle nos yeux de Lyonnais ne sont pas habitués. La ville s’éploie noblement dans le demi-cercle de sa baie ; sa coulée de maisons blanches se découpe avec une délicatesse inexprimable dans le pur et joyeux éclat du matin naissant35. » Suivent la joyeuse cohue du débarquement et le premier contact avec la colonie. Mais le pittoresque cède vite au pragmatisme. Pour améliorer les liaisons maritimes entre la métropole et l’Afrique du Nord, il faut réduire le nombre et la durée des ruptures de charge (par exemple pouvoir débarquer directement des gros navires, sans transfert par des « barcasses »). C’est la raison pour laquelle Zimmermann consacre de longs développements aux organismes portuaires et aux projets d’aménagement.

  • 36 Les inscrits maritimes sont les marins immatriculés sur les registres de l’inscription maritime c’e (...)
  • 37 P. 24/1922.

22À la fin du voyage de 1922, survient un imprévu qui montre l’importance accordée à la question de la continuité entre les territoires. Les inscrits maritimes36 se sont mis en grève et le retour dans les délais de Tunis vers la France est compromis. Après quelques péripéties, le problème est réglé, mais Zimmermann en profite pour faire part d’un point de vue plus général : « Nous avons pu juger sur place de la juste effervescence que causent dans les milieux économiques tunisiens les intolérables grèves des inscrits. Par leur répétition, ces déplorables événements finissent, comme nous le disait quelqu’un d’autorisé, par créer un véritable esprit séparatiste en Afrique du Nord37. »

  • 38 Voir notamment F. Deprest, « L’invention géographique de la Méditerranée : éléments de réflexion », (...)
  • 39 Il est proche à ce titre de l’écrivain Louis Bertrand (1866-1941), qui serait l’auteur de l’express (...)
  • 40 Dès la conquête, cet autre poncif est mobilisé notamment en lien avec le « mythe kabyle ». Voir C.- (...)
  • 41 P. 6/1922.
  • 42 P. 29/1922.
  • 43 P. 35/1922.
  • 44 On peut faire un parallèle avec la sensibilité aux ruines romaines des militaires cartographiant l’ (...)

23Le projet de mieux relier les deux rives de la Méditerranée est légitimé par différents discours qui font de l’Afrique du Nord en général et de l’Algérie en particulier un prolongement de l’Europe38. Ce poncif des textes littéraires et savants, qui vise à naturaliser la domination coloniale française, se manifeste par des considérations sur l’unité biophysique des deux rives de la Méditerranée. Pour justifier la présence française, Zimmermann s’attache aussi à montrer l’importance et la réussite de la présence romaine en Afrique du Nord39. La présence arabe est envisagée comme une parenthèse décadente entre deux moments civilisateurs, l’Empire romain et la colonisation française40. Les récits des voyages deviennent le lieu de l’institution de la preuve. Au fil des textes, Zimmermann prélève des indices : une vallée, aujourd’hui « vide et inculte, [qui] fut à n’en pas douter un des foyers principaux de la colonisation romaine41 » ; Djerba, « véritable témoin [...] de la Tunisie pré-musulmane42 », vestige de ce qu’elle fut et représentation de ce qu’elle sera lorsque, « avec un régime de paix et d’ordre » comme celui que les Français mettent en place, il sera possible de prolonger l’« œuvre romaine43 »44 et fermer ainsi la parenthèse arabe.

24Les fréquentes visites de ruines antiques participent en acte du même discours. Dans la partie culturelle des voyages, les ruines romaines sont plus souvent visitées que les mosquées ; elles structurent une partie de l’itinéraire, alors que les monuments de l’art musulman ne sont visités que si l’occasion s’en présente.

Les paysages de l’ordre colonial

  • 45 P. 17/1925.
  • 46 P. 116/1920.
  • 47 P. 59/1920.

25Au sein des espaces parcourus, Zimmermann met en opposition deux types de paysages en fonction de l’intensité de leur mise en valeur. Les premiers correspondent principalement aux plaines côtières. Lors d’une excursion à Guyotville (Aïn Benian), près d’Alger, il s’émerveille : « Toute cette petite région agricole frappe par son aspect de mise en valeur intensive qui fait penser aux cultures soigneuses de notre Midi ; tout est utilisé, il n’y a plus de place pour le bled sauvage et insalubre des temps anciens ; on ne voit que maisons neuves, blanches et coquettes, bourgs cossus et bien tenus. C’est par excellence l’Algérie heureuse45. » On retrouve le même sentiment enthousiaste au Maroc, entre Safi et Mazagan, où la qualité de la mise en valeur semble même déteindre sur les indigènes, dépeints comme de « braves gens [...] sociables et sympathiques46 », ou encore en Tunisie, en arrivant à Gabès en 1922, puis encore près de Sidi Bou Médine et Tlemcen en 1925. À maintes reprises, Zimmermann fait aussi état du « réconfort pour les sens » qu’est la vision de ces paysages ; son œil de géographe est ravi, certes par l’intensité visible de la mise en valeur mais aussi par une couleur, le vert, cette « verdure vive et reposante pour l’œil47 », qu’il oppose aux multiples nuances de rouges et surtout de jaunes du « bled ».

  • 48 P. Clerc, « Les formes de la domination : paysages ruraux de l’Afrique du Nord colonisé », M@ppemon (...)
  • 49 P. 42/1922.

26La mise en valeur coloniale est aussi exprimée par l’ordre géométrique des lignes droites qui s’oppose au fouillis et à la confusion de l’agriculture extensive des indigènes. De nouveau, Zimmermann mobilise un topos du discours géographique, présent dans les manuels scolaires comme dans les articles des Annales de géographie ou le volume de la Géographie universelle que Bernard consacre à l’Afrique du Nord48. Retenons l’exemple, classique, des olivettes, ici sur la route de Sousse où les caravaniers peuvent « apprécier à loisir ces plantations admirablement soignées, sans un brin d’herbe entre les arbres et soumises à un alignement impeccable. En certains points de la voie, on peut suivre de l’œil sur plusieurs kilomètres ces quinconces réguliers qui donnent au paysage un aspect quasi géométrique49 ». Les paysages de l’agriculture indigène s’opposent donc en tout point à l’ordre colonial et dénoncent – autre poncif – la paresse des cultivateurs qui préfèrent contourner les buissons de lentisques ou de jujubiers plutôt que de les arracher.

L’« affreux bled » : un front pionnier

  • 50 De blad en arabe d’Alger, qui correspond à bilâd en arabe classique, c’est-à-dire le « terrain », l (...)
  • 51 P. 16/1922 (à Aïn Moularès).
  • 52 P. 36/1925.

27Le second terme de l’opposition paysagère construite par Zimmermann concerne le « bled ». Ce mot d’origine arabe50, francisé à la fin du xixe siècle par les troupes coloniales, voit son sens évoluer dans la période des voyages de l’association : terrain, puis espace de rase campagne, il désigne aussi à partir de 1917 la région de l’Afrique du Nord qui correspond, sans plus de précision, à l’intérieur des terres, avant de qualifier une localité isolée et sans ressources au milieu des années 1930. Zimmermann utilise ce mot à de nombreuses reprises. L’analyse des occurrences montre chez lui un usage qui renvoie principalement à l’intensité de la mise en valeur coloniale. Le bled désigne par conséquent des espaces assez différents ; c’est aussi bien les environs d’Oran que les espaces arides du Sud-Ouest tunisien. Quelques attributs sont récurrents : la platitude, l’extensivité (voire l’absence) des pratiques agricoles, l’absence d’arbres, et toujours les couleurs : la dominante jaune ou « fauve », parfois « rougeâtre ». Zimmermann ne se prive pas de signaler qu’il n’aime pas le bled, l’« affreux bled, nu, aride et désertique51 ». Malgré son regard de géographe et son intérêt a priori pour tous les paysages, le bled le lasse par sa monotonie, par son vide et la solitude qui y règne. Du côté de Chaïba, il constate que, « à part des betoums épars, des palmiers isolés ou étiques auprès d’abris indigènes misérables, il n’y a absolument rien que le sol raboteux, revêtu d’une croûte gypseuse, et désespérément nu52 ».

  • 53 P. 62/1920.
  • 54 P. 36/1925.

28Les paysages de montagne sont traités de la même manière que le bled. À plusieurs reprises, Zimmermann mobilise et oriente un vocabulaire géologique et géomorphologique pour signifier l’hostilité de ces espaces, comme lors du voyage de 1920 « sur les immensités arides du plateau de Ben Guerir » : « Nous roulons dans une sorte de désert qu’accidentent seulement de basses montagnes rugueuses, et parfois ces pointements de quartzites durs, appelés sokhrats dans le pays, aux roches guillochées, crevassées, usées, trouées, toutes enrobées d’énormes talus de débris53 » ; ailleurs, ce sont des « dents », des « pitons » ou des « murailles déchiquetées ». La montagne représente la « nature minérale dans son horreur54 » et s’oppose aux espaces pacifiés de la mise en valeur.

  • 55 P. 177/1922.

29Mais contrairement à la montagne, le bled, en dépit du portrait peu flatteur qui en est dressé, fait partie de l’espace fréquenté par les caravaniers parce qu’il relève du projet de colonisation. C’est un espace de projection, un espace à conquérir, où les conceptions européennes s’opposent aux pratiques des indigènes. Ainsi, voyage après voyage, il est possible de mesurer les progrès de la colonisation et la progression des espaces cultivés sur les steppes. En 1922, en Tunisie, Zimmermann se remémore un voyage précédent : « Il n’y avait encore là, en 1909, qu’une brousse de lentisques, thuyas et genévriers, etc., où commençaient à s’insinuer des champs de blé. On ne voyait guère alors que des cultures indigènes. Aujourd’hui tout cela a disparu, les vignobles se sont multipliés sur cet isthme de basses montagnes et la campagne a pris une empreinte européenne55. »

  • 56 P. 16/1909.

30Cette progression, c’est la lutte du colonisateur contre le mode de vie nomade, mode de vie qui pour beaucoup de géographes reste celui de l’anarchie et du pillage, de l’absence d’usage du sol et donc de droits sur celui-ci, d’une mise en valeur très imparfaite et consommatrice d’espace, d’une occupation sans utilisation. Le bled, cet espace intermédiaire qui est le front pionnier du colonisateur, doit être utilisé de manière plus intensive, mais la présence des nomades « qui rendent les progrès de la colonisation à peu près impossibles56 » est un problème. Il s’agit de donc de faire évoluer le rapport de force et, en 1909 encore, Zimmermann imagine que la solution passe par l’augmentation du nombre des colons, solution que l’accroissement sensible de la population indigène pendant l’entre-deux-guerres rendra irréaliste. Cette progression grossièrement orientée vers le sud est complétée par une appréhension globale de l’Afrique du Nord.

Une vision géopolitique

Le projet d’un espace intégré

  • 57 Ce que Zimmermann exprime par exemple en pensant ensemble la métropole et l’Algérie : le temps n’es (...)

31L’espace colonial français d’Afrique du Nord est divisé en trois entités. Les statuts des territoires diffèrent : l’Algérie est envisagée comme un prolongement extramétropolitain du territoire national57, tandis que le Maroc et la Tunisie, par leur statut de protectorat, disposent d’une plus grande autonomie. Cette situation est expérimentée par Zimmermann et ses compagnons de voyage lorsqu’ils franchissent les frontières. Chaque passage permet d’éprouver la frontière et de mesurer les écarts entre l’Algérie et la Tunisie, le Maroc et l’Algérie.

  • 58 P. 29/1909.
  • 59 P. 9/1930.
  • 60 Zimmermann a déjà franchi cette frontière lors du voyage de 1913, mais très peu d’informations rela (...)
  • 61 P. 292-303/1920.
  • 62 P. 9/1925.
  • 63 P. 7-11/1909.

32La conception de Zimmermann, qui rejoint de nouveau Bernard, est celle d’un espace politique intégré. Entre l’Algérie et la Tunisie, il plaide pour que la continuité économique et culturelle se traduise par l’effacement de la limite administrative. En 1909, la caravane prend le train entre Constantine et Tunis, et le récit de Zimmermann occulte l’existence même d’une rupture. De la fenêtre de son wagon, il pointe, avec son « œil de géographe », toutes les évolutions paysagères ; il est aussi distrait par le changement de train effectué à Duvivier (Bouchegouf), en territoire algérien. En revanche, le passage de la frontière n’est pas mentionné ; le lecteur se trouve brutalement transporté à Tunis : « À Tunis, nous tombons à la fin d’une de ces journées torrides qui sont la marque par excellence de cette ville58. » C’est tout, et cela explique son irritation, plus de vingt ans plus tard et un peu plus au sud : « Il faut faire une longue pause à la douane, dont les bâtiments prennent on ne sait quel air monumental dans ce bled solitaire. Nous y perdons au moins une heure. N’est-ce pas ridicule, quand on songe que nous sommes visiblement une caravane de touristes ? À la frontière de ces deux colonies sœurs que sont l’Algérie et la Tunisie, les douaniers sont plus tatillons et tracassiers qu’à l’entrée de pays étrangers59. » Entre le Maroc et l’Algérie, la discontinuité n’est pas seulement le fruit des tracasseries douanières mais le résultat d’une différence culturelle et économique. Lors du voyage de 192060, les voyageurs, après leur périple marocain, doivent rejoindre Alger pour rentrer en France. Zimmermann se plaît à décrire les transitions paysagères, les marches qui permettent de passer d’un pays à l’autre, une montagne dont le profil déjà « n’est plus marocain », les types humains qui changent, les costumes, le style des maisons qui « annonce celui de la banlieue d’Oran ou de Tlemcen ». Franchir la frontière, c’est « rentrer dans le confort et la civilisation » ; en ce sens, le franchissement, c’est aussi la référence à un modèle et la mesure du retard marocain, ce pays qui est en encore « à son premier stade de développement moderne61 ». Dans les deux cas, le projet d’un espace nord-africain intégré passe par le rapprochement des protectorats du modèle algérien. Zimmermann conçoit l’Afrique du Nord comme un système ternaire articulé autour de l’Algérie. Cette colonie est pensée à la fois comme un modèle politique et économique, et comme un relais de l’action de la métropole sur l’Afrique du Nord. Au sein de ce système, Alger joue plusieurs rôles à différentes échelles : capitale de l’Algérie, bientôt « capitale de l’Afrique du Nord entière62 », voire de l’ensemble de l’empire. Le pôle algérois est la principale porte d’entrée de l’Afrique du Nord, le lien fondamental avec la métropole, le relais de la domination française : « Le secret du grand développement d’Alger, c’est sa proximité de la France. 744 kilomètres seulement l’en séparent. En tant que capitale, c’est la seule ville de l’Afrique du Nord qui dispose d’un courrier postal rapide. Les navires de la Compagnie transatlantique parcourent la distance entre Marseille et Alger en vingt-six heures au minimum, le plus souvent vingt-huit heures. Les courriers d’Oran et de Tunis mettent au moins trente-cinq heures. » Alger est un modèle au sein du modèle algérien, « une sorte de phare sur lequel les musulmans, aussi bien que les Espagnols ou les Italiens, doivent tenir les yeux fixés, c’est un foyer moral d’où une civilisation humaine, libérale, riche d’expériences et d’efforts vers le mieux, telle que la nôtre, doit rayonner d’elle-même pour le profit des peuples nord-africains63 ».

33La question de l’articulation des entités est donc un élément central de l’organisation spatiale que devrait avoir l’Afrique du Nord pour Zimmermann et les membres de l’AAEEC ; sans cette articulation, la fonction de modèle, d’exemplarité de l’Algérie et d’Alger est limitée. Il s’agit donc de renforcer les liens entre les trois territoires à la fois pour construire un territoire unique et pour permettre la diffusion du modèle algérien. Zimmermann plaide donc pour le développement des voies de communication entre le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.

Le Sahara aux nomades

  • 64 Voir le chapitre d’H. Blais dans cet ouvrage.
  • 65 Voir notamment son article : « Le problème des communications transsahariennes », Lyon-Colonial, 67 (...)
  • 66 Néanmoins, à partir de la fin des années 1920, sa position évolue quelque peu ; le développement de (...)

34À l’intégration spatiale longitudinale de ces trois entités s’oppose la fixation d’une limite très nette entre l’espace utile, existant et potentiel, et le désert. La bordure nord du Sahara est la limite extrême des voyages. À plusieurs reprises, les caravaniers se rendent à Biskra en Algérie, la « porte du désert », et à Tozeur en Tunisie. Mais ce n’est pas pour regarder au loin, de l’autre côté de l’océan saharien, ni pour disserter des perspectives d’une Afrique française réticulée ou élaborer des projets de mise en valeur. Il n’y a pas chez Zimmermann de vision impériale qui passerait par l’établissement d’une continuité saharienne64. Comme Bernard, il ne croit guère à la faisabilité et à l’intérêt économique des liaisons transsahariennes65. Le coût et les contraintes techniques lui semblent rédhibitoires. À ses yeux, c’est par la mer – et son intérêt pour les ports n’en prend que plus de relief –, éventuellement par des voies ferrées côtières, que les liaisons sont envisageables66. Ses conceptions géopolitiques sont guidées par les contraintes spatiales et les impératifs financiers afférents. Le désert est donc abandonné aux nomades, c’est la marge dans laquelle ceux-ci sont repoussés s’ils n’acceptent pas la sédentarité.

35Si la caravane se rend à Biskra ou à Tozeur, c’est pour aller jusqu’à la limite extrême du territoire « national » en tant qu’espace maîtrisé, pacifié, approprié, cartographié, pour se donner quelques frissons, pimenter le voyage en lui donnant la coloration d’une aventure. Une seule fois, les voyageurs prévoient de franchir cette limite. Dans la plaquette de présentation du voyage de 1930 en Algérie et Tunisie, les candidats à l’aventure sont en particulier attirés par l’étape Biskra-Tozeur : « La Traversée du désert ». Les organisateurs du voyage promettent des « mirages », d’« immenses étendues sablonneuses » et de nombreux « troupeaux de gazelles ». Mais, une fois sur place, en raison des pluies, les oueds sont difficilement franchissables ; une auto s’embourbe et la caravane décide de retourner à Biskra pour passer plus au nord. C’est l’échec et celui-ci fournit sans aucun doute matière à entretenir l’idée d’un espace hostile.

36Les destinations et les itinéraires choisis par les membres de l’AAEEC ainsi que les récits de Zimmermann construisent l’Afrique du Nord comme un système spatial fondé sur un projet d’intégration politique et économique de ses différents éléments. La partie de l’Algérie déjà mise en valeur est le cœur autour duquel le système s’organise.

37Le projet intégrateur prend deux formes qui s’organisent selon deux axes. D’une part et selon un axe longitudinal allant des côtes atlantiques à la Méditerranée orientale, il s’agit de mieux relier les deux protectorats à l’Algérie. D’autre part et selon un axe méridien, les liens avec la métropole sont à renforcer puis, dans une logique de front pionnier, la partie qui correspond à la steppe doit être intégrée le plus possible à l’espace utile. En revanche, la mise en valeur du Sahara n’est pas à l’ordre du jour : il est à la fois une marge dans laquelle sont rejetés les nomades et une marche, un espace tampon qui borne l’Afrique du Nord sous domination française.

38Par cette construction spatiale, Zimmermann et les membres de l’AAEEC révèlent une conception économique, dynamique et pragmatique, de l’espace colonial nord-africain. Il s’agit de promouvoir en Afrique du Nord un modèle de développement et de mise en valeur au service de la métropole. Ce modèle se veut une transposition des pratiques économiques métropolitaines les plus performantes. L’impératif d’une colonisation efficace est de le diffuser le plus largement possible dans l’espace colonial. Pour cela, une attention particulière est accordée aux voies de circulation ; il faut à la fois renforcer les relations maritimes avec la métropole pour assurer la diffusion du modèle matriciel et développer les relations entre les trois entités politiques et en direction du bled.

  • 67 Pour ce qui concerne la pensée et les pratiques saint-simoniennes en situation coloniale, voir D. C (...)
  • 68 R. Girardet, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, Hachette, 1972, p. 42.

39Cette conception de l’espace colonial prolonge celle qui est développée depuis le milieu du xixe siècle par des économistes libéraux et des héritiers de la pensée saint-simonienne67. Ceux-ci perçoivent le monde comme un « immense jardin en friche68 » qu’il convient de mettre en valeur. La terre est le domaine de l’homme et il faut en tirer le meilleur parti possible. Cette vision est ethnocentrique et la mise en valeur est pensée pour les peuples dits civilisés et à travers leurs modèles ; à leurs yeux, de vastes parties du monde sont « gaspillées » parce qu’elles ne sont pas mises en valeur selon un modèle occidental. La faible importance accordée à la rencontre coloniale dans la pratique de ces voyages est révélatrice d’une manière d’envisager la place des indigènes dans l’espace colonial, un espace sans hommes « enracinés » au sol, un espace disponible donc.

Bibliographie

Sources

Archives de la chambre de commerce de Lyon

ENS E46 à E49 : Dossiers « enseignement »

(1891) Comptes rendus de la chambre de commerce de Lyon, année 1890. Lyon, imprimerie du Salut Public, 393 p.

(1896) Comptes rendus de la chambre de commerce de Lyon, année 1895. Lyon, imprimerie du Salut Public, 402 p.

(1900) Comptes rendus de la chambre de commerce de Lyon, année 1899. Lyon, imprimerie du Salut Public, 470 p.

Archives départementales du Rhône

119J (de 119J 1 à 119J 39) : Archives de l’Association des anciens élèves de l’Enseignement colonial de la chambre de commerce de Lyon

Archives nationales

F 17 22427 : dossier personnel de Maurice Zimmermann

Archives privées

Archives de Régis Villelongue

Sources imprimées

Bernard, A., « Afrique septentrionale et occidentale. Première partie : Généralités – Afrique du Nord », dans Géographie universelle, Gallois, L. et Vidal de La Blache, P. (dir.), Paris, Colin, 1937.

Zimmermann, M., Le problème colonial au début du xxe siècle. Leçon d’ouverture faite à la faculté des lettres le 5 décembre 1901, Lyon, A. Storck, 1902.

Zimmermann, M., D’Alger à Carthage (voyage de vacances organisé par l’Association des anciens élèves de l’Enseignement colonial de la chambre de commerce de Lyon. 11-26 septembre 1909), Lyon, Geneste, 1910.

Zimmermann, M., Paysages et villes du Maroc, Lyon, Édition du Lyon-Colonial/Imprimerie Express, 1923.

Zimmermann, M., Xe voyage de vacances en Tunisie (organisé par l’Association des anciens élèves de l’Enseignement colonial de la chambre de commerce de Lyon. 7-25 septembre 1922), Lyon-Villeurbanne, imprimerie A. Tallin, 1923.

Zimmermann, M., En Algérie (XIIIe voyage d’études de l’Association des anciens élèves de l’Enseignement colonial de la chambre de commerce de Lyon. Septembre 1925), Lyon-Villeurbanne, imprimerie A. Tallin, 1926.

Zimmermann, M., « Le problème des communications transsahariennes », Lyon-Colonial, 67, 1928, p. 51-55, et. Lyon-Colonial, 68,1928, p. 79-85.

Notes

1 On utilisera dans la suite du texte le sigle « AAEEC » pour désigner cette association.

2 Pour ce premier voyage, comme pour d’autres, Zimmermann était accompagné de son ami Pierre Clerget (1873-1962), économiste et géographe, directeur de l’école de commerce de Lyon et professeur pour les cours coloniaux de la chambre de commerce.

3 C’est ainsi que Zimmermann nomme les groupes d’excursionnistes.

4 S. Venayre, « Pour une histoire culturelle du voyage au xixe siècle », Sociétés & Représentations, 21, 2006, p. 5.

5 Sur les excursions, voir notamment D. Wolff « À travers les correspondances : l’envers ou l’enfer des excursions » dans Géographies en pratiques (1870-1945), G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier et M.-C. Robic (dir.), Rennes, PUR, p. 329-342.

6 Zimmermann tint toute sa vie un journal qui a probablement été détruit ; on peut imaginer qu’il y prenait des notes durant les voyages et qu’il les réutilisait au moment de l’écriture des récits.

7 Zimmermann est un spécialiste des questions coloniales même s’il n’a jamais écrit d’ouvrage scientifique sur le sujet. Pour rédiger les récits des voyages, il s’appuie sur l’importante documentation utilisée pour ses enseignements et surtout pour la rédaction de la « Chronique géographique » des Annales de géographie. Il est responsable de cette chronique de 1895 à 1919. Il écrit environ 1200 notes dont beaucoup portent sur l’état de la colonisation du monde.

8 Le bulletin Lyon-Colonial est publié en général quatre fois par an. Le dernier numéro répertorié aux archives municipales de Lyon (19J23) est le n° 89, paru en 1932.

9 Sur cette question, voir notamment : J.-F. Klein, « La création de l’École coloniale de Lyon. Au cœur des polémiques du Parti colonial », Outre-Mers, n° 352-353 (2006), p. 147-170 ; L. Morando, « L’enseignement colonial en province (1899-1940) : “impérialisme municipal” ou réussites locales ? », Outre-Mers, n° 342-343 (2004), p. 273-294 ; P. Singaravélou, Professer l’Empire, introduction à l’histoire de l’enseignement des sciences coloniales en France sous la IIIe République, thèse sous la direction de C. Charle, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2007, à paraître aux Publications de la Sorbonne, 2011 ; S. Sur les, L’École coloniale de Lyon (1899-1947), mémoire de maîtrise sous la direction de R. Ladous, université Jean-Moulin Lyon III, 1994.

10 J.-F. Klein, Un Lyonnais en Extrême-Orient. Ulysse Pila vice-roi de l’Indochine, Lyon, Éditions lyonnaises d’art et d’histoire, 1994.

11 Archives de la chambre de commerce de Lyon, document de présentation de l’enseignement colonial, octobre 1899 (boîte ENS E 47).

12 Les organisateurs souhaitent par ce biais attirer notamment des « dames », professeures, femmes de négociants, d’industriels ou encore de médecins. Ce voyage et les suivants rassemblent un public hétérogène d’étudiants et de professeurs, de négociants, d’ingénieurs, de banquiers, les uns ou les autres accompagnés parfois de leur épouse.

13 Lors de l’assemblée générale de 1930 (archives municipales de Lyon, boîte 119J2).

14 La « période Zimmermann » s’achève en 1932 lorsque André Allix dirige son premier voyage pour l’AAEEC en Espagne et au Maroc. Allix (1889-1966) est un des représentants majeurs de la géographie lyonnaise à partir de la fin des années 1920 ; bien que discrète, sa rivalité avec Zimmermann n’en est pas moins évidente. Allix est un homme de pouvoir et d’appareil qui place sous sa coupe la géographie de la faculté des lettres. La vie fantaisiste de Zimmermann ne lui plaisait apparemment guère.

15 Archives municipales de Lyon, boîte 119 J2.

16 Archives de la chambre de commerce de Lyon, boîte ENS E 47 dossier 2.

17 J. Bethemont, « Sur une école lyonnaise de géographie (1923-1973) » dans La géographie française à l’époque classique (1918-1968), P. Claval, P. et A.-L. Sanguin (dir.), Paris, L’Harmattan, 1996, p. 147-155.

18 Les voyages de 1908, 1909, 1910, 1920, 1922, 1925, 1926 et 1930.

19 Voir par exemple A. Bernard « Afrique septentrionale et occidentale » dans Géographie universelle, P. Vidal de La Blache et L. Gallois (dir.), Paris, Armand Colin, tome XI, 1937, p. 47.

20 Voir aussi le chapitre de F. Deprest dans cet ouvrage.

21 La définition qu’il propose dans la Géographie universelle privilégie « l’unité géographique de la Berbérie, malgré les événements qui l’ont brisée en trois morceaux » (p. 31).

22 P. 222-223/1920. Par commodité, j’adopterai cette présentation pour signaler, chaque fois que cela est nécessaire, la pagination et l’année du voyage.

23 J.-M. Besse, Le goût du monde. Exercices de paysages, Arles, Actes Sud/ENSP, 2009.

24 G.-A. Tiberghien, « Hodologique », Carnets du paysage, 11, 2004, p. 7-25.

25 P. 44-45/1920.

26 M. Desportes, Paysages en mouvement, Paris, Gallimard, 2005.

27 Le mot est emprunté à l’anglais en 1921 (A. Rey [dir.], Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 1992). On notera bien sûr l’étymologie.

28 P. 132/1920.

29 P. 261/1920.

30 Voir par exemple le portrait qu’il dresse de la tribu des Chambba : F. Foureau, « Coup d’œil sur le Sahara français. Simple esquisse », Annales de géographie, 14 (1894) p. 61-75.

31 Zimmermann fait part à plusieurs reprises de son inquiétude ; c’est le cas à Fès en 1920 où il a peur de se perdre dans le souk (p. 196).

32 Zimmermann se définit comme un « géographe en chambre ». Ainsi, écrit-il lors du voyage de 1920 au Maroc : « Je me figurais que ce plateau marquait l’entrée en scène d’un nouveau paysage et la fin des terres noires. Pas du tout. Encore une erreur de géographe en chambre » (p. 62). Sur la pratique du terrain en situation coloniale, voir F. Deprest, Géographes en Algérie (1880-1950), Paris, Belin, 2009.

33 O. Soubeyran, « La géographie coloniale au risque de la modernité », dans Géographie des colonisations, xve-xxe siècle, M. Bruneau et D. Dory (dir.), Paris, L’Harmattan, 1994, p. 193-213.

34 À la fin des années 1930, des déplacements en avion sont envisagés pour les voyages de l’AAEEC.

35 P. 6/1920.

36 Les inscrits maritimes sont les marins immatriculés sur les registres de l’inscription maritime c’est-à-dire l’administration française.

37 P. 24/1922.

38 Voir notamment F. Deprest, « L’invention géographique de la Méditerranée : éléments de réflexion », L’espace géographique, 1 (2002), p. 73-92.

39 Il est proche à ce titre de l’écrivain Louis Bertrand (1866-1941), qui serait l’auteur de l’expression « Algérie latine » (voir F. Laurent [dir.], Le voyage en Algérie. Anthologie des voyageurs français dans l’Algérie coloniale, 1830-1930, Paris, Laffont, 2008).

40 Dès la conquête, cet autre poncif est mobilisé notamment en lien avec le « mythe kabyle ». Voir C.-R. Ageron, De l’Algérie « française » à l’Algérie algérienne, Paris, Bouchène, 2006.

41 P. 6/1922.

42 P. 29/1922.

43 P. 35/1922.

44 On peut faire un parallèle avec la sensibilité aux ruines romaines des militaires cartographiant l’Algérie après 1830. Voir H. Blais, « Les représentations cartographiques du territoire algérien au moment de la conquête : le cas de la carte des officiers d’état-major (1830-1870) », dans P. Singaravélou (dir.), L’empire des géographes, Paris, Belin, 2008.

45 P. 17/1925.

46 P. 116/1920.

47 P. 59/1920.

48 P. Clerc, « Les formes de la domination : paysages ruraux de l’Afrique du Nord colonisé », M@ppemonde, 91 (2008).

49 P. 42/1922.

50 De blad en arabe d’Alger, qui correspond à bilâd en arabe classique, c’est-à-dire le « terrain », la « contrée » ou le « pays ».

51 P. 16/1922 (à Aïn Moularès).

52 P. 36/1925.

53 P. 62/1920.

54 P. 36/1925.

55 P. 177/1922.

56 P. 16/1909.

57 Ce que Zimmermann exprime par exemple en pensant ensemble la métropole et l’Algérie : le temps n’est pas loin où Alger « deviendra la quatrième des grandes villes françaises » (p. 10/1925).

58 P. 29/1909.

59 P. 9/1930.

60 Zimmermann a déjà franchi cette frontière lors du voyage de 1913, mais très peu d’informations relatives à ce voyage sont disponibles.

61 P. 292-303/1920.

62 P. 9/1925.

63 P. 7-11/1909.

64 Voir le chapitre d’H. Blais dans cet ouvrage.

65 Voir notamment son article : « Le problème des communications transsahariennes », Lyon-Colonial, 67,1928, p. 51-55, et Lyon-Colonial, 68,1928, p. 79-85.

66 Néanmoins, à partir de la fin des années 1920, sa position évolue quelque peu ; le développement de l’automobile l’incite à penser que, si traversée transsaharienne il y a un jour, elle se fera par des routes.

67 Pour ce qui concerne la pensée et les pratiques saint-simoniennes en situation coloniale, voir D. Casajus, Henri Duveyrier. Un saint-simonien au désert, Paris, Ibis Press, 2007, N. Coilly et P. Régnier (dir.), Le siècle des saint-simoniens du Nouveau christianisme au canal de Suez, Paris, BNF, 2006 ; et M. Émerit, Les saint-simoniens en Algérie, Paris, Les Belles-lettres, 1941.

68 R. Girardet, L’idée coloniale en France de 1871 à 1962, Paris, Hachette, 1972, p. 42.

Table des illustrations

Légende Figure 2 – L’affiche de présentation du voyage (annulé) de 1914.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/42436/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Figure 3 – Un itinéraire (voyage de 1922 en Tunisie).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/42436/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k

Auteur

Université Lyon 1

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search