Version classiqueVersion mobile

Territoires impériaux

 | 
Hélène Blais
, 
Florence Deprest
, 
Pierre Singaravélou

Cultures visuelles

Chapitre 6. Les cartes de l’Empire dans les atlas britanniques (1884-1914)

Isabelle Avila

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« À l’école était accrochée sur le mur une grande carte avec des parties importantes coloriées en rouge. C’était une vision enivrante pour un petit garçon. [...] Nous croyions à notre grande mission impériale. » Ainsi parlait l’ancien Premier ministre britannique, Clement Attlee, en 1960, à l’heure des décolonisations1. Né en 1883, Attlee se souvenait encore de l’effet produit par la carte de l’Empire britannique qui figurait sur le mur de sa salle de classe. Ce sont des souvenirs tels que celui-ci qui ont conduit Linda Colley, préoccupée par l’histoire de la construction de l’identité nationale britannique, à expliquer que cette image cartographique de l’empire faisait partie du « mobilier mental » de ses concitoyens2. On peut nuancer son propos en ajoutant que tous les Britanniques ne conservent pas les mêmes images dans leur « mobilier mental ». Cependant l’expression employée par Linda Colley est utile car elle peut être rapprochée de la notion développée par Pierre Nora : le « ...

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search