Version classiqueVersion mobile

Le roi des rois et la photographie

 | 
Estelle Sohier

Glossaire

Texte intégral

Vêtements, attributs, armes et tissus1

  • 1 Liste établie à l’aide de Hirsch, Perret, 1989 ; Guébré Sellassié, 1930 et 1932 ; Bairu Tafla, 1974

Albo : pièce d’harnachement des mulets, large collier ornemental. Seuls les ras sont autorisés à parer leur monture du collier pailleté d’argent doré. Il peut aussi désigner l’anneau que portent les dames abyssines au-dessus de la cheville.

Alga : Lit, divan ou trône.

Anbässa gamma : bandeau en soie porté autour de la tête, avec une crinière de lion. À l’origine, était l’apanage des tueurs de lion, mais cet insigne est devenu plus fréquent au xxe siècle.

Anfarro : coiffure en « crinière de lion ». Décoration remise pour récompenser un coup d’éclat.

Bärnos : manteau en feutre de laine noire, au capuchon dressé au-dessus de l’épaule.

Bäträ : bâton de commandement surmonté d’un pommeau, sorte de sceptre.

Debab : dais portatif en soie rouge brodée d’or, réservé au roi et au clergé dans les processions.

Derreb : signifie « double », et désigne la « toge » dont le bas est doublé d’une large bande de soie bigarrée.

Ğano šämma : « toge » barrée au niveau des cuisses par une bande rouge, qui est une distinction donnée par le roi de rois.

Gamma : bandeau d’honneur en soie, porté autour du front.

Gašša : bouclier.

Gofär : peau de lion que les guerriers se mettent sur les épaules.

Gemğa suri : pantalon de velours réservé aux membres de la famille royale quand il est rouge, au clergé et aux ras quand il est de couleur verte. Généralement orné de broderies d’or.

Imbilta : instrument à vent utilisé lors de festivités ou de marches.

Kabba : cape en satin ou en soie noire. Les broderies d’or et les passementeries dorées au col sont des ajouts accordés seulement par le roi des rois.

Kabba lanqa : manteau de cérémonie, le plus souvent en velours brodé, dont la forme imite celle du lion. Réservé au souverain, au liqä mäkwas et aux membres du clergé.

Lämd : mantelet ou étoffe en velours brodé. À l’origine, en peau de lion ou de léopard. Vêtement de guerre ou de parade.

Lul : sceptre.

Mägaräğa : rideaux qui protègent les peintures dans les églises.

Mäsqäl : croix.

Mateb : collier chrétien.

Mänbärä Mängest : « autel du royaume », trône du roi, appelé aussi Mänbärä Dawit : littéralement « trône de David ».

Nägarit : timbales en peau, de dimensions variables, utilisées par les souverains et par les ras comme insignes du pouvoir. Chaque province avait un type de nägarit différent et Ménélik élargit cette coutume du nord de l’Éthiopie aux provinces nouvellement conquises. Seul le chef de la région Wag, le wag seyum, avait le privilège de battre ses nägarit au palais du roi des rois, ce que fit le wag seyum Berru au moins une fois pendant le règne de Ménélik II. Selon le témoignage d’un ras dans les années 1920, le roi des rois avait le droit d’en posséder 44 paires, les negus, 34, les ras, 24, les däğğazmač, autant de paires qu’ils avaient de « districts », mais douze au maximum. La perte d’une certaine timbale aurait été l’équivalent de la perte d’un drapeau en Europe.

Qämis : chemise de soie blanche rayée verticalement, remise comme récompense ou comme décoration.

Qob : calotte de coton blanc ou jaune qui est la coiffure distinctive des moines.

Ras wärq : « or de tête ». Diadème en argent doré porté par les ras le jour de leur couronnement.

Šämma : « toge ».

Šaš : tissu de mousseline noué autour de la tête et que portait souvent Ménélik IL D’après James Bruce, ce bandeau constituait un signe de royauté dans l’Antiquité. On a aussi des traces de son utilisation à la cour des negus au xviie siècle.

Sändäq alama : littéralement « bâton-signal ». Drapeau avec un globe surmonté d’une double croix.

Suri : pantalon, caleçon.

Tafa gašša : bouclier d’apparat.

Tela : ombrelle de couleur rouge, moins grande que le debab, et réservée aux membres de la famille royale et à l’abun.

Yäleb mäsqäl : croix de cou.

Titres

  • 2 Bairu Tafla, Asma Giyorgis and his Work. History of the Galla and the Kingdom of Sawa, Stuttgart, 1 (...)
  • 3 A. Zervos, L’Empire d’Éthiopie. Le miroir de l’Éthiopie moderne. 1906-1935, Alexandrie, 1936.
  • 4 Bairu Tafla, op. cit., 1987, p. 817.
  • 5 Bairu Tafla, op. cit., 1974, p. 612.

1Cette liste a principalement été réalisée à partir du lexique établi par Bairu Tafla dans Asma Giyorgis and his Work. History of the Galla and the Kingdom of Sawa2 pour le sens général des noms, et de L’Empire d’Éthiopie3, d’Adrien Zervos pour appréhender le sens de ces titres dans les années 1930. L’historien éthiopien Asma Giyorgis note que, lors de son couronnement en roi des rois, Ménélik II donna à ses soldats des titres honorifiques se trouvant dans la chronique de Susneyos, et au nombre de vingt-cinq. Mais Bairu Tafla précise que le roi des rois ne donna au maximum que dix-huit titres militaires différents4. Beaucoup de dignitaires portèrent des titres militaires à titre honorifique, sans en remplir la fonction ni en avoir la compétence. Par contre, les porteurs de titres civils, non héréditaires, ont presque tous tenu la fonction que le titre impliquait, même s’ils pouvaient ensuite conserver ce titre après la fin de l’exercice de leur fonction5.

Abba : « Père » en amharique ; c’est le titre des moines. Depuis le xviiie siècle, les notables éthiopiens ajoutent à ce titre un qualificatif ou une phrase pour appeler leur cheval, dont le nom illustre leurs propres qualités, ambition, force ou prestige.

Abétähun ou Abéto : titre princier porté souvent par le premier garçon descendant de la maison royale entre le xvie et le xixe siècle.

Abun : signifie « notre père » et désigne le patriarche, l’évêque ou l’archevêque. Il est écrit abunä devant un nom propre.

Afä negus : littéralement la « Bouche du roi », c’est le chef de justice du souverain, qui préside les juges royaux. Excepté dans les cas de condamnation à mort, il rendait ses verdicts au nom du souverain. C’était l’un des offices les plus respectés avant et pendant le règne de Ménélik II. Face à l’ampleur de sa tâche, Ménélik créa 12 postes de juges pour aller rendre la justice dans les différentes provinces au début du xxe siècle. Au second rang en importance parmi les titres civils à la cour de Ménélik, les afä negus furent ministres de la justice entre 1907 et 1935.

Aqabé sä’at : haut dignitaire religieux à la cour.

Aläqa : titre donné soit à des prêtres qui maîtrisent un art, comme la peinture ou la poésie, ou bien à l’administrateur d’une église importante.

Alga wäraš : désigne le prince couronné.

Aṣé : titre royal se référant exclusivement au titre de roi des rois.

Ato : aux xviiie et xixe siècles, titre honorifique dans certaines parties du Choa, réservé aux hommes de haute naissance. Plus tard, il fut utilisé comme l’équivalent de « monsieur ».

Azmač : commandant de l’armée du roi. Pendant la guerre, « commandant de l’arrière-garde » et en temps de paix chef de district. Ce titre a subi diverses modifications depuis le xve siècle. Au xxe siècle, seuls des gouverneurs locaux dans les régions du nord de l’Éthiopie portaient encore ce titre.

Azzağ : chef du personnel de la maison du roi.

Bäğerond : un des hauts titres de la cour impériale, en charge des finances et du trésor notamment. Sous Ménélik II, il avait la responsabilité de la production et de la conservation des objets précieux, tels que les couronnes, médailles, épées, ou autres objets nouveaux. Il était aussi à la tête des charpentiers, des maçons et de tous les autres artisans travaillant pour le gebbi. Il avait également le devoir de recevoir, distraire, héberger et introduire en audience les officiels des provinces du nord et du centre de l’Éthiopie. C était encore à lui de distribuer à ces personnages les présents que leur offrait le roi des rois, comme des habits, des médailles, des armes ou des animaux de transport, au moment de leur départ.

Balä älga : désignait le prétendant au trône.

Balabat : dans les provinces du nord et du centre de l’Éthiopie, désignait le chef d’une communauté, qui obtenait ce titre en fonction de son appartenance à celle-ci et de sa naissance. À la fin du xixe siècle, ce titre désignait aussi les grands propriétaires terriens natifs de la région, qui exerçaient une influence politique.

Balämäwal : favoris, conseillers de Ménélik qui vivaient dans l’enceinte du gebbi.

Balambäras : officier, sous le rang de grazmač dans la hiérarchie militaire traditionnelle. Au xxe siècle, il fut aussi donné aux officiels du gouvernement comme titre honorifique.

Baldäras : titre civil de l’officier chargé de l’entretien, de l’équipement et du classement des chevaux et des mules et de leur paquetage lors des déplacements de la cour de Ménélik II. Cet office fut important jusque 1935. Il portait souvent le titre militaire de balambäras.

Bitwäddäd : (ou behet’ wäddäd, « le seul aimé ») titre et office très important à la cour du roi, depuis le règne de Zär’a Ya’eqob. À l’origine président du conseil royal, sous Ménélik cet officier était conseiller du roi et à l’occasion gouverneur et commandant militaire. Titre porté par Alfred Ilg entre 1889 et 1906.

Blatta : à l’origine, fut certainement une abréviation de blattén géta, mais ensuite, notamment au xxe siècle, devint un titre civil distinct et inférieur à celui-ci.

Blattén géta : littéralement « maître des pages ». Titre très important à la cour de Gondar et réutilisé par Ménélik II mais pour des fonctions de moindre importance. Le titre devint alors purement honorifique.

Däbtära : hommes d’église laïques et savants, notamment dans le domaine des arts et de la magie.

Däğğazmač, däğğač : deuxième titre militaire le plus important dans l’armée éthiopienne, il fut aussi utilisé à titre honorifique pour les conseillers à la cour et les gouverneurs des provinces.

Ečägé : chef de Däbrä Libanos au Choa. En tant que successeur de l’abunä Täklä Haymanot, qui fut le premier à porter ce titre, cet ecclésiastique était le plus important et le plus influent dignitaire du royaume. En conséquence, il résidait là où le Aṣägéou roi résidait. Aux xviiie et xixe siècles, Azäzo et Aksum furent ses résidences principales. Son rôle politique était important et, dès qu’il fut couronné roi des rois, Ménélik II se hâta d’en nommer un, alors que le précédent était toujours vivant.

Endärasé : lieutenant général du royaume. Titre que porta le ras Tafari entre 1917 et 1928 et qu’on traduisit abusivement par le mot de « régent ».

Etégé : titre donné par le roi des rois à l’épouse qu’il veut honorer, et qui ne peut pas être donné à une autre femme, même après la mort du souverain, ce qui fait de l’etégé une sorte de régente éventuelle.

Fitäwrari : à l’origine, l’un des titres les plus importants dans la hiérarchie militaire éthiopienne traditionnelle. À la fin du xixe siècle, la personne qui avait ce titre était en cinquième position dans la hiérarchie militaire, qui comptait douze rangs. Entre 1907 et 1930, on tenta de faire correspondre ce rang à la fonction de ministre de la Guerre mais il perdit sa fonction et fut attribué aux civils à titre honorifique.

  • 6 Voir Bosc-Tiessé, op. cit., 2008, p. 226-227.

Gäbäz : Protecteur d’une église qui contrôle toutes ses propriétés. L’attribution de cette charge, à l’origine exclusivement religieuse, a été modifiée par Ménélik II qui l’attribue aussi à des laïcs proches de sa cour6.

Grazmač : « commandant de l’aile gauche » de l’armée royale. Comme tous les autres, ce titre varia au cours de l’histoire éthiopienne. À la fin du xixe siècle, il était au huitième rang dans la hiérarchie des douze titres militaires. En temps de paix c’était le chef d’un district ou d’une charge à la cour.

Käntiba : titre civil conféré à l’origine au gouverneur des régions de Dämbya et de Hamasén, et peut-être de Gondar, qui perdit de l’importance au xixe siècle. Ce titre fut réutilisé par Ménélik II au tournant du siècle, mais sous une forme différente. Il nomma Gäbru Dästa, éduqué à l’européenne, maire de Gondar en 1896 avec le titre de käntiba. En 1901, Wäldä Ṣadeq fut nommé maire d’Addis-Abeba sous la même appellation, et après 1945 la ville d’Asmara reçut elle aussi un käntiba. Les personnes ayant exercé cette charge conservaient le titre après avoir quitté leur fonction.

Leğ : titre honorifique porté par les jeunes hommes de haute naissance, y compris les princes de Gondar. Le terme fut réutilisé à la fin du xixe siècle au Choa.

Likä kahenat : administrateur laïc des biens d’une paroisse.

Liqä mäkwas : haut fonctionnaire du palais, qui précède le roi pour écarter la foule ; à la guerre, il porte l’épée et le bouclier du roi et ne s’éloigne pas de lui. « Sosie de l’empereur », il devait s’habiller comme le roi à la guerre et, pendant les cérémonies importantes, il portait au dessus de lui l’ombrelle rouge pour induire en erreur les observateurs indiscrets et préserver le souverain du mauvais œil. Théodoros et Yohannès en eurent quatre. Ménélik, lui, en eut deux après son couronnement comme roi des rois. Sous le règne de Zäwditu et de Haïlé Selassié, les tenants de cette charge se relayaient tous les six mois pour présenter au souverain les invités et les réclamations. C’était une des charges les plus importantes de la cour. Le Premier ministre de l’intérieur de Ménélik, Kätäma, était liqä mäkwas.

Mäkwännent : classe dirigeante historique éthiopienne ; peut être traduit par « nobles ». Au singulier mäkwännen, noble ou gouverneur. La racine du mot est le verbe kwännänä qui signifie juger, punir, condamner, mais les mäkwännent avaient différents rôles : ils occupaient des charges à la cour, servaient de juges et d’autorités légales, étaient aussi à la fois chefs militaires et chefs provinciaux.

Meslänéwoč : gouverneurs des domaines du palais sous Ménélik. Ils portaient aussi des titres militaires. Mesläné au singulier : littéralement « image de moi », alter ego. C’est le représentant du roi ou d’un grand chef ou, plus précisément, l’intendant d’une province faisant partie de leur domaine privé.

Nägadras : chef des marchands, chargé de collecter l’impôt, de choisir la place du marché, de louer des parcelles de terre au marché, de maintenir la sécurité autour du marché, et de manière générale de faciliter l’échange et le commerce. Il avait donc beaucoup de contacts avec les étrangers. Ce titre fut attaché à celui de ministre du Commerce de 1907 à 1935.

Neburäed : plus haut dignitaire et chef de l’administration d’Aksum. Avant le xiiie siècle, ce titre fut probablement le plus haut de toute la hiérarchie ecclésiastique, mais il fut ensuite concurrencé par celui d’aqabé sä’at et celui de ečägé à la cour du roi. Au début du xxe siècle, Ménélik II adopta ce titre pour l’église de Maryam à Addis-Aläm.

Negus : roi, sultan, émir ou autre dirigeant au sens large du terme. Des chefs de province étaient couronnés sous ce nom aux xixe et xxe siècles mais Ménélik II puis Haïlé Selassié, refusèrent d’en nommer afin de limiter l’autonomie des provinces. Les siècles précédents, le titre était surtout composé avec des noms de régions ou de provinces comme baḥer nägäš.

Negusä nägäst : Roi des rois, qui peut aussi être appelé aṣé ou ğanhoy.

Qañäzmač : titre militaire porté certainement par les commandants de l’aile droite de l’armée du roi. À la fin du xixe siècle, il était en septième position parmi les douze titres de la hiérarchie militaire. Après l’établissement d’une armée royale moderne, il fut attribué aux civils à titre purement honorifique.

Ras : c’est le plus haut titre de la hiérarchie militaire. Conseiller du roi, il était aussi gouverneur d’une des plus grandes provinces. Seul un negus pouvait nommer deux ras parmi ses dignitaires.

Ṣähafé té’ezaz : ce titre était donné au secrétaire personnel et chroniqueur du roi des rois, chargé de la correspondance du souverain, des proclamations et du sceau royal.

Šum ou Seyum : officier désigné par le roi des rois ou par une autre autorité pour gouverner un territoire, collecter des taxes, contrôler les douanes ou exécuter d’autres travaux. Cette fonction est connotée par le mot avec lequel le titre est associé, par exemple Wag šum ou encore šum Agamä, titre porté par les chefs de la région de l’Agamä, au nord du Tigré, depuis le Moyen Âge.

Turk bašša : commandant en chef de l’armée en charge des armes à feu.

Wag seyum ou Wag šum : gouverneur civil de la région Wag située au nord du Lasta et au nord-ouest du Yäu.

Wähni azzaž : titre donné à l’officier chargé de la garde de la prison d’État située sur l’amba Wähni au xviiie siècle. À fin du xixe et au début du xxe siècle, le gouverneur d’Ankobär, qui était en charge de la prison d’État du Choa, portait le même titre. Des hommes de grande confiance étaient choisis pour occuper ce poste, car des personnages politiques importants pouvaient y être enfermés, comme le ras Mängäša Yohannès ou le roi Danito. Dans la hiérarchie, il avait le même rang que celui de däğğazmač, mais entrait en dixième position dans la hiérarchie des titres civils.

Wäyzäro : titre d’honneur donné à une femme de haute naissance ou à la femme d’un negus. Dans le langage moderne, est adressé à toute femme mariée dans le sens de « madame ».

Zufan bét šum : « Chef de la salle du trône ». Avec sept cents personnes sous ses ordres au temps de Ménélik, il avait la responsabilité de la tenue de la salle du trône et du respect du protocole à y observer. Il portait le titre de qañäzmač ou de fitäwrari.

Autres mots

Ädaraš : salle de banquet.

Alad, gerš, rub, tamun : unités monétaires divisionnaires du birr, monnaie créée sous le règne de Ménélik II.

Amba : montagne au sommet plat sur laquelle était parfois établi un village ou une forteresse.

Aqänna : « Reconquête » par les troupes de Ménélik II du territoire qui aurait constitué l’Éthiopie à l’époque médiévale.

Araqé : eau-de-vie.

Awağ : proclamation royale annonçant un changement de gouvernement, une nouvelle loi ou la mobilisation générale. Le peuple est appelé sur la place du marché, ou dans tout autre endroit adéquat, au son des nägarit, par la voix de l’annonceur ou par le moyen d’une peau de mouton flottante, à venir écouter l’awağ, lu une ou plusieurs fois pour que tout le monde l’entende. Des cavaliers sont ensuite envoyés dans le pays pour diffuser le message.

  • 7 Guébré Sellassié, op. cit., 1930, note 1, p. 297.

Däğä sälam : littéralement « porte du salut ». « Porche carré adossé au mur de l’ouest, que l’on peut fermer avec des portes et qui a deux ou trois pièces à hauteur d’un premier étage.[...] C’est dans le däğä sälam que se trouvent les cloches et qu’on baptise les nouveau-nés. On l’appelle ainsi parce que celui qui veut invoquer le droit d’asile est réputé inviolable dès qu’il a pu pénétrer sous ce porche et en sonner les cloches.[...] On donne d’ailleurs ce nom à la porte principale, généralement couverte, de certaines demeures7. »

Das : alcôve.

Dersäna : homélie.

Elfeñ : appartements privés du roi.

Enqwetataš : jour de l’an éthiopien.

Faränğ : Blanc, Européen.

Fukära : histoire composée par chaque guerrier, dans laquelle il raconte ses hauts faits à la chasse ou à la guerre.

Ge’ez : langue liturgique des chrétiens éthiopiens.

Gebbi : palais.

Geber : banquets offerts par le roi ou par les dignitaires. Aux geber ordinaires sont conviés les chefs et les soldats. Les femmes n’assistent jamais à ces banquets, sauf lorsqu’une reine des rois le préside. Durant les geber extraordinaires, tous les hommes sont conviés, y compris mendiants et handicapés.

Gemğa bét : littéralement « maison du brocart » ou « maison de la soie », bâtiment ou tente où sont conservés des étoffes et des vêtements de prix.

Hamlé : mois correspondant à la période comprise entre le 25 juin et le 24 juillet.

Hedar : mois correspondant à la période du 28/29 octobre au 26/27 novembre.

Kätäma : ville.

Kidan : pacte.

Mägaräğa : rideaux dissimulant les peintures dans les églises.

Mäqdäs : partie centrale de l’église où est placé le tabot.

Mäṣhäf : livre.

Mäskäräm : mois correspondant à la période du 29/30 août au 27/28 septembre.

Mašo : lampe.

Mäzmurä Dawit : livre des Psaumes.

Qeddest : cercle intérieur d’une église situé autour du mäqdäs.

Qeddus : saint.

Qené : poésie.

Säntäräğ : sorte de jeu d’échec éthiopien d’intérieur, très populaire à la cour aux xviiie et xixe siècles.

Se’el bét : « image » au sens propre du terme, utilisé par exemple pour les peintures.

Ṣebäl : eau sainte.

  • 8 Voir M.-L. Derat, « Le banquet à la cour du roi d’Éthiopie au xve siècle », Hypothèses, 2001, p. 26 (...)

Ser’ätä Mängest : « Le règlement du royaume ». Texte prescrivant les règles à suivre dans le royaume, mis à jour entre le xive et xviie siècle8.

Tabot : plaque d’autel consacrée qui représente les Tables de la Loi.

Täzkar : commémoration.

Ṭeğğ : alcool de miel servi notamment durant le geber.

Tenbit : prophétie.

Ṭerr : mois correspondant à la période du 27/28 décembre au 25/26 janvier.

Yäkkatit : mois correspondant à la période du 26/27 janvier au 24/25 février.

Zéma : chant d’église.

Notes

1 Liste établie à l’aide de Hirsch, Perret, 1989 ; Guébré Sellassié, 1930 et 1932 ; Bairu Tafla, 1974.

2 Bairu Tafla, Asma Giyorgis and his Work. History of the Galla and the Kingdom of Sawa, Stuttgart, 1987.

3 A. Zervos, L’Empire d’Éthiopie. Le miroir de l’Éthiopie moderne. 1906-1935, Alexandrie, 1936.

4 Bairu Tafla, op. cit., 1987, p. 817.

5 Bairu Tafla, op. cit., 1974, p. 612.

6 Voir Bosc-Tiessé, op. cit., 2008, p. 226-227.

7 Guébré Sellassié, op. cit., 1930, note 1, p. 297.

8 Voir M.-L. Derat, « Le banquet à la cour du roi d’Éthiopie au xve siècle », Hypothèses, 2001, p. 267-274 ; H. Scholler, « Ser’ata Mangest. An early Ethiopian Constitution », Verfassung und Recht in Übersee, 9 (1976), p. 487-499.

© Éditions de la Sorbonne, 2012

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search