Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Chapitre 11. Vies chartistes : « Toujours présente pour les esprits progressistes »

Texte intégral

« Il vécut et mourut pour nous »

  • 1 R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894, p. 390  (...)

1Dans son déclin, O’Connor devint une source d’embarras pour de nombreux chartistes. Dans sa mort, il devint un point de ralliement. Ses dernières années furent dénuées de toute dignité. Manifestement atteint de démence à partir de février 1852, il fut enfermé dans un asile par la Chambre des communes en juin, après qu’il eut agressé l’attorney général. Il avait souvent affirmé que son dévouement au chartisme mettait sa santé en danger : durant la décennie 1837-1847, il s’imposa assurément un rythme épuisant. Dès janvier 1839, il avait été cloué au lit par un état bronchique grave, peut-être une pleurésie, et cela se reproduisit plusieurs fois durant les années qui suivirent. Son attitude à Kennington Common le 10 avril 1848 présentait les symptômes d’une crise d’angine, sans doute provoquée par le stress. On finit pourtant par établir qu’il était atteint de paralysie générale, phase tertiaire de la syphilis. Le lien entre son état et la syphilis n’était alors pas clairement connu, et sa folie fut généralement attribuée à la surcharge de travail et à la déception causée par la désertion des fidèles chartistes. Dans son Histoire du mouvement chartiste – ouvrage qui critique presque toutes les actions d’O’Connor –, Gammage alla jusqu’à proposer un parallèle entre celui-ci et Jésus : « Un jour “Hosanna”, le lendemain “Crucifiez-le”1. »

  • 2 The Times, 4,11 septembre, et Reynolds’Newspaper, 16 septembre 1848.

2Après trois années de tourments, O’Connor mourut sans le sou. Sa soeur Harriet, qui le soigna chez elle durant ses deux dernières semaines, « n’avait pas assez d’argent pour inhumer le corps », indiqua-t-on au médecin légiste. Cependant, une souscription publique permit des funérailles qui devaient être le dernier grand événement chartiste dans les rues de Londres. Par une étrange coïncidence, qu’O’Connor lui-même aurait pu apprécier, l’ordonnateur des pompes funèbres s’appelait Lovett. Des processions se formèrent dans la City et à Finsbury, se joignirent à un autre rassemblement à Bloomsbury, puis marchèrent jusqu’à Notting Hill où le cortège se réunit devant la coquette demeure d’Harriet. L’enterrement attira probablement plus de 50 000 personnes ; même le Times, qui n’avait guère d’admiration pour le défunt, en estimait le nombre entre 30 000 et 40 000. « Il vécut et mourut pour nous », proclamaient plusieurs des bannières qui accompagnèrent le corbillard jusqu’au cimetière de Kensal Green2.

  • 3 B. Wilson, Struggles of an Old Chartist [1887], reproduit dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radi (...)
  • 4 C. Wilkins, History of Merthyr Tydfil, Merthyr Tydfil, The "Express" Office, 1867, p. 308.

3Pourtant, dans la mort, O’Connor réussit encore à diviser (brièvement) le chartisme. Reynolds et Jones, en tant que propriétaires de journaux concurrents plutôt que comme dirigeants politiques, rivalisèrent d’appels de fonds pour ériger un monument sur sa tombe. Une paix fragile permit finalement l’édification d’un modeste monument à Kensal Green, tandis que des collectes distinctes lui valurent une statue à Nottingham, « assez ressemblante, en pied, d’environ deux mètres cinquante », selon Wilson, vieux chartiste de Halifax, qui se rendit en pèlerinage sur les lieux, en 18833. O’Connor inspirait souvent des sentiments ambigus. Pourtant, lorsqu’il saisit tout le pathétique de la situation de ce dernier à la fin de son étonnante carrière, Gammage se montra sans doute historien plus fidèle que lorsqu’il répertoria chacune des « erreurs » d’O’Connor. « Bien peu d’hommes ont été plus calomniés et l’avaient moins mérité », écrivit en 1867 un radical de Merthyr Tydfil4.

  • 5 T.P. Newbould, Pagesfrom a Life of Strife, Londres, Palmer [1911], p. 33 ; R.J. Broughton, « The Ch (...)
  • 6 Pour préciser le contexte, le recensement de 1851 ne signale que sept hommes nés en Angleterre avan (...)

4Certains détails de la vie personnelle des vieux chartistes révèlent que le plus célèbre des Irlandais d’Angleterre continua à être révéré. Chadwick porta « constamment » l’une des médailles frappées pour célébrer la libération de prison d’O’Connor en 1841, jusqu’à sa mort en 1910. William Grimshaw, chartiste de Prestwich – élu membre à vie du club libéral local dans les années 1880, « en reconnaissance des services rendus à la cause du libéralisme »–, avait accroché chez lui une photographie où on le voyait, vêtu des insignes de la mutuelle des forestiers, entouré de portraits offerts par le Northern Star, de Cobbett, de Hunt et d’O’Connor « qu’il aimait appeler son “garde du corps”5 ». Un mémorial vivant existait à travers les myriades d’enfants baptisés « Feargus » : le recensement de 1851 en découvrit 316, dont 46 avaient « O’Connor » comme deuxième prénom6.

  • 7 [Middlesbrough] Daily Gazette, 22 septembre 1875 ; voir aussi DLB, vol. 10.
  • 8 The Times, 27 janvier 1869 ; voir aussi M. Taylor, Ernest Jones, Oxford, Oxford University Press, 2 (...)
  • 9 M.R. Lahee, Life and Times of the Late Alderman Livesey, Manchester, Heywood, 1865, J. Garrard, Lea (...)

5Deux ans avant l’enterrement d’O’Connor, Ben Wilson avait vu une foule peut-être plus nombreuse encore escorter le cercueil du « noble vieillard » du chartisme de Halifax, Ben Rushton, tisserand, prédicateur populaire et trésorier du conseil de la NCA du West Yorkshire. Durant toute la deuxième moitié du siècle, les journaux radicaux et locaux relatèrent régulièrement les funérailles de robustes personnalités dont la carrière publique avait été marquée par le chartisme. Un homme comme James Maw, de Middlesbrough, militant anti-alcoolique et membre du comité de la Liberal Association locale, fut suivi jusqu’à sa tombe, en grande pompe, par les membres de toutes les sociétés de tempérance de la ville ; pourtant « ses discours les plus anciens et les plus vigoureux furent prononcés en relation avec le mouvement chartiste », rappelait une nécrologie7. Pour l’enterrement d’Ernest Jones en 1869, les chiffres les plus faibles estimaient la foule à 50 000 personnes8. Cela paraît plausible puisque, par exemple, 40 000 personnes suivirent à Rochdale en 1864 l’enterrement de Thomas Livesey, qui avait présidé la dernière convention de la NCA en 1858. « Un diamant, mais pas très bien poli » (selon l’hommage ambigu de John Bright), Livesey était généralement considéré comme l’architecte de la création de la municipalité de Rochdale9.

  • 10 Cité dans S. Roberts, Radical Politicians and Poets in Early Victorian Britain, Lampeter, Mellen, 1 (...)

6Mettre l’accent sur ces chiffres, c’est pourtant tracer un portrait mensonger et indûment élégiaque du chartisme dans sa phase ultime. Premièrement, c’est un détail prosaïque mais qui mérite d’être souligné dans ce contexte : tous les chartistes ne firent pas une « bonne mort ». George White, par exemple, décéda dans un workhouse. « Croyez que je suis resté jusqu’au bout fidèle à mes principes », écrivit-il peu avant de mourir, mais une tradition orale vivace à Bradford affirme que c’était « un vrai salaud » qui était « toujours à moitié saoul10 ». Deuxièmement, et c’est plus important, le mode dominant du discours chartiste à cette époque n’était ni endeuillé ni désespéré, mais positif et dynamique, non dans l’attente de l’obtention immédiate de la Charte, mais plutôt selon le principe que l’action concertée améliorait la vie des travailleurs. Bien sûr, cette attitude ne dérivait pas seulement du chartisme, mais ceux qui avaient été impliqués dans le chartisme en tiraient une énergie et une compétence qui imprégnaient toute une gamme d’activités associatives et politiques.

Robert Carter et William Newton

  • 11 Ces commissions étaient des autorités locales, crées par une loi particulière pour chaque localité (...)
  • 12 NS, 1, 8 novembre 1851 ; A. Elliott, « Municipal government in Bradford », dans D. Fraser (éd.), Mu (...)
  • 13 Garrard, Leadership and Power, op. cit., p. 118,168, 208 ; P.A. Pickering, Chartism and the Chartis (...)
  • 14 A. Little, Chartism and Liberalism : Popular Politics in Leicestershire, 1842-74, thèse, université (...)
  • 15 D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 93.

7La politique municipale était un de ces domaines d’activité. Beaucoup de militants chartistes y concentraient leurs énergies depuis le milieu des années 1840. La situation variait pourtant beaucoup d’une localité à l’autre : la composition sociale de l’électorat local différait considérablement, tout comme le cadre juridique dans lequel se jouait la politique locale, à cause de la prolifération des organismes responsables du gouvernement local et à cause des conditions très variables des commissions d’amélioration11, définies par des décrets locaux, qui concernaient alors de nombreuses villes. Dans le Yorkshire, les chartistes purent affronter l’administration locale à Bradford, Halifax, Leeds, Middlesbrough, Selby et Sheffield12 ; dans le Lancashire, à Bolton, Rochdale et surtout Manchester et Salford13 ; dans les Midlands, à Leicester, Nottingham et Arnold, et dans les Potteries14. D’autres exemples de victoires électorales chartistes incluent Merthyr, Newport, Penzance, Glasgow et bien d’autres localités en Écosse15. Si inconcevable que cela puisse paraître, cette courte liste est exhaustive.

  • 16 Leeds Times, 13 octobre 1838 ; D. Fraser, « Politics and society in the mid-nineteenth century », d (...)

8C’est à Leeds que le chartisme municipal remporta quelques-unes de ses premières grandes victoires, comme l’illustre la carrière de Robert Meek Carter. Dès l’automne 1838, l’objectif des chartistes de Leeds était de « faire du conseil municipal de Leeds une version miniature de ce que nous voudrions que soit la Chambre des communes du Parlement ». Les conditions existant dans cette ville de l’ouest du Yorkshire permirent en partie d’y parvenir. White tenta de faire élire Hobson à la commission d’amélioration en 1840 ; des chartistes furent élus pour la première fois en 1841 ; puis en 1842, en envahissant le meeting de nomination, ils réussirent à élire l’ensemble de la commission. Celle-ci fut dissoute l’année suivante, ses pouvoirs transférés au conseil de la ville, et jusqu’à la fin des années 1840, les chartistes connurent à Leeds des succès notables lors des élections concernant cet organisme, les administrateurs de la Poor Law, les marguilliers et les inspecteurs des routes16.

  • 17 North Staffordshire Mercury, 30 mars 1844, cité dans Fyson, « Chartism », art. cité, p. 321 ; Leeds (...)

9L’entrée de Robert Meek Carter dans la politique électorale se fit par le biais de ce dernier groupe. Même s’il s’agissait de l’échelon le plus bas dans la hiérarchie municipale, l’inspection des routes n’était dénuée ni de moyens financiers ni de rôle politique. Les candidats chartistes étaient « des hommes qui veilleraient au nettoyage des cours et ruelles où habitaient les pauvres, et qui répareraient les grands-routes qu’empruntaient les chevaux des manufacturiers », promit l’un d’eux lors de sa campagne dans les Potteries en 1844. Carter rejoignit un conseil d’administration des routes contrôlé par les chartistes de 1843 jusqu’au milieu des années 1850, et où des ex-chartistes siégèrent dans le camp dominant des radicaux jusqu’à ce que cette forme de gouvernement local soit abolie en 1866. L’attitude de Carter face à ce poste mineur reflète le fonctionnement d’une conscience chartiste : « Les gentlemen membres de ces organismes ne faisaient pas la besogne et ne voulaient pas la faire. Non, la besogne devait être accomplie par des hommes ordinaires, pratiques et travailleurs comme lui-même, déclara-t-il en 1854, ajoutant que les avocats, notaires et médecins étaient les moins assidus dans les comités17. »

  • 18 G.J. Holyoake, Jubilee History of the Leeds Industrial Co-operative Society, Leeds, Central Co-oper (...)

10Robert Carter était né dans l’est du Yorkshire en 1814, alors que son père, petit fermier, était ruiné par la dépression qui suivit les guerres napoléoniennes. La famille était si appauvrie qu’il ne reçut aucune éducation et fut employé comme ouvrier agricole dès l’âge de 6 ans. Au bout de dix années, il partit travailler à Leeds, d’abord dans une filature puis, à partir de 1844, comme peseur chez un marchand de charbon. C’est à Leeds que Carter put s’instruire en assistant à des cours du soir et à des cours pour adultes dispensés le dimanche ; c’est là qu’il s’impliqua en faveur de l’amélioration civique et dans la politique radicale, engagement qui devait durer jusqu’à sa mort en 1882. Tout en appartenant à la Redemption Society owenienne de Leeds, il fut membre du comité, puis président, de « l’Usine du Peuple », qui devint par la suite la Leeds Co-operative Society. Il était aussi connu comme partisan de la tempérance. En 1852, il fut l’un des deux derniers candidats explicitement chartistes à être élus au conseil municipal de Leeds. Ses habitudes régulières d’économie lui avaient permis de s’installer à son compte en tant que marchand de charbon ; il devint également apprêteur d’étoffe un peu plus tard. L’élection au conseil lui fit découvrir un plus large spectre politique. Prudemment d’abord, il se mit à œuvrer avec les principaux libéraux locaux, dont James Marshall (député de Leeds de 1847 à 1852) et Edward Baines (député de 1859 à 1874), pour obtenir le suffrage masculin. L’intérêt du premier pour une réforme parlementaire modérée était notable – on a vu au chapitre 6 qu’il avait appartenu à la LPR A – mais, tout au long des années 1840, le second avait résolument adhéré à l’idée que la réforme ne devait pas aller plus loin que la loi de 1832. À partir de 1852, Baines commença à modérer sa position : il faut en tenir compte car, si des hommes comme Carter étaient parfois critiqués par leurs collègues chartistes pour avoir accepté un compromis avec la classe moyenne, les concessions venaient en fait des deux côtés18.

  • 19 The Times, 11 août 1882 ; recensement de 1881 RG 12/4539, f 133.

11Dans les années 1860, le parcours de Carter dans la politique locale – il était devenu membre du conseil municipal de Leeds, qu’il finit par quitter en 1874 – lui valut des responsabilités au sein de la Leeds Society for the Erection of Improved Dwellings (Société de Leeds pour la construction de logements de qualité), du Mechanics’ Institute de la ville, de la Leeds Manhood Suffrage Association et de la branche locale de la Reform Union. En 1866, il devint vice-président de la National Reform League. Deux ans après, après le deuxième Reform Act, il rejoignit Baines en tant que député libéral de Leeds. À Westminster, il affirma des « opinions entièrement radicales », selon le Times, notamment la protection juridique des syndicats et le désétablissement de l’Église anglicane. Carter fut réélu en 1874, mais sa carrière parlementaire fut interrompue par la faillite de son entreprise, et il démissionna en 1876. Comme de nombreux chartistes, il resta un radical infatigable jusque très tard dans sa vie : malgré l’humiliation de la faillite, il revint pendant deux ans au conseil municipal de Leeds et, lors du recensement de 1881, il indiqua fièrement sa profession comme « conseiller de la ville et apprêteur detoffe ». Il mourut l’année suivante19.

  • 20 R. Wallace, Organise! Organise! A Study of Reform Agitations in Wales, 1840-86, Cardiff, University (...)
  • 21 Ashton Reporter, 5 décembre 1874.

12La carrière de Carter fut exceptionnelle parce qu’elle culmina à Westminster et (un peu moins) pour sa longévité. À partir du début des années 1850, les ex-chartistes devinrent monnaie courante dans les conseils municipaux. Certains avaient joué un rôle primordial au sein du mouvement, comme John Collins à Birmingham ; d’autres étaient des membres dévoués de la « base », comme l’ouvrier sidérurgiste John Anderson, ex-secrétaire de la NCA de Middlesbrough et conseiller municipal de 1858 à 1861, ou comme William Gould, de Merthyr TydfiL Puddleur devenu épicier, ce dernier fut membre du Burial Board (Société funéraire) de Merthyr, administrateur de la Poor Law et membre du Board of Health (Conseil de la santé), poste qui lui valait encore en 1872 d’être surnommé « le beau-parleur chartiste20 ». Et bien sûr, seule une minorité de ceux qui se disaient chartistes brigua et obtint un poste élu : les participants consciencieux au processus électoral municipal, comme Pilling à Ashton-under-Lyne, qui « déployait tous ses efforts lors des élections au service de l’intérêt libéral », étaient plus représentatifs, même si cet aspect de la vie des ex-chartistes nous est assez mal connu21.

13Les activités municipales décrites ici étaient la plus authentique expression des aspirations démocratiques du chartisme, bien plus que les incursions isolées et vaines de Jones comme candidat chartiste aux élections parlementaires de Nottingham (en 1857 et 1859). Elles supposaient inévitablement certains accommodements avec les libéraux, mais sans être pour autant une trahison du principe chartiste. La version libérale de la réforme constitutionnelle populaire était assez proche de celle du chartisme, par le langage comme par le contenu, pour qu’elle semble en être l’alliée naturelle. Tous deux partageaient une généalogie incluant la dissidence protestante, les révolutions du xviie siècle et le patriotisme radical du xviiie siècle. Les facteurs qui avaient séparé le chartisme et le libéralisme étaient la New Poor Law, l’abrogation des Corn Laws et le respect excessif du libéralisme radical pour l’économie de marché. Vers le milieu de l’époque victorienne, le fonctionnement quotidien de la Poor Law en atténua les intentions les plus draconiennes, et l’abrogation des Corn Laws n’était plus un sujet de contentieux. En cherchant à lui substituer la réforme agraire, Cobden et ses alliés choisirent une cause qu’approuvait tout chartiste.

  • 22 M. Finn, After Chartism : Class and Nation in English Radical Politics, 1848-74, Cambridge, Cambrid (...)
  • 23 Voir K. Tiller, Working-class Attitudes and Organisation in Three Industrial Towns, 1850-75, thèse, (...)
  • 24 East London Observer, 12 mars 1859, cité dans J. Vernon, Politics and the People, Cambridge, Cambri (...)

14L’économie de marché dura un peu plus, mais même sur ce point, un dogmatisme moindre dans le troisième quart du siècle permit une coalition progressiste plus large22. Dans de nombreuses localités, la vigoureuse activité chartiste dans les années 1830 et 1840 contribua à l’émergence du libéralisme radical des années 1850 et 1860. À l’inverse, les localités où le chartisme était fiable furent souvent celles où le libéralisme se montra ensuite plus orthodoxe23. Très vite, les libéraux radicaux allaient adopter le chartisme et l’intégrer à leur propre pedigree. Quand George Thompson revisita son ancienne circonscription pour une manifestation réformiste en 1859, il déclara, sous les applaudissements généraux : « La Charte peut se ranger aux côtés de la Déclaration d’indépendance en Amérique, de la Magna Carta ou du Bill of Rights24. »

  • 25 A. Marcroft, Landmarks of Local Liberalism (Oldham Liberal Bazaar Souvenir), Oldham, Wildgoose, 191 (...)
  • 26 Star and National Trades’ Journal, 3 avril 1852.

15On trouve une preuve visuelle de ce processus dans une photographie de deux membres éminents du club libéral de Failsworth, posant fièrement avec des piques chartistes que possédait le club. L’un des deux hommes, le conseiller George Whitehead, était président de l’Urban District Council de Failsworth. Bien que publiée en 1913 (comme souvenir libéral), elle fut probablement prise en 1884, année du troisième Reform Act et d’une manifestation réformiste qui réunit à Failsworth des survivants de Peterloo25. On a vu qu’en 1847, le National Central Registration and Election Committee avait soutenu l’élection de « duncombiens » comme George Thompson, en plus des candidats chartistes avoués. En 1841, le Northern Star avait revendiqué « comme chartistes » les succès électoraux libéraux radicaux à Rochdale et à Oldham ; selon le même principe, Reginald Richardson élargit le réseau des députés chartistes virtuels pour inclure William Williams, de Coventry : c’est en soutenant la campagne victorieuse de celui-ci lors de l’élection partielle à Lambeth que le NCREC s’etait ruiné. L’ardeur des querelles qui déchirèrent la NCA dans les années 1850, ainsi que le talent d’Ernest Jones pour l’autopromotion, firent oublier à quel point les chartistes étaient prêts, au niveau local, à oublier leurs différends avec le libéralisme progressiste, restant « chartistes par principe » mais « disposés à accepter un degré moindre de réforme », comme le formula William Newton en 185226.

  • 27 Déclaration dans Dod’s Parliamentary Companion (2e éd., 1852), cité dans M. Stenton, Who’s Who of B (...)
  • 28 Star and National Trades’ Journal, 3,17,24 avril ; Star of Freedom, 8 mai 1852. Voir aussi DNB, vol (...)

16Ce dernier, de Tower Hamlets, fut l’un des plus impressionnants candidats chartistes lors de l’élection générale de 1852, l’autre étant Samuel Carter à Tavistock, comme on l’a vu au chapitre 10. La position déclarée de Carter était que « s’il en recevait l’ordre de ses électeurs, [il] accorderait à la Charte son soutien cordial, mais en l’absence de ce mandat, il voterait pour une extension du suffrage, pour le vote secret et un parlement triennal27 ». Ingénieur contremaître jusqu’au jour où il fut renvoyé pour activités syndicalistes en 1848, William Newton fut une force décisive dans la naissance de l’Amalgamated Society of Engineers (le syndicat des mécaniciens) en 1851. Sa conviction politique était que « l’heure est venue où il fallait s’engager dans une voie neuve et plus large ». Il conserva dans son manifeste le suffrage masculin et les circonscriptions égales, et promit de se présenter à la ré-élection annuelle s’il était élu député. Harney pensait que l’élection de William Newton, « candidat des travailleurs », « serait une victoire méritant tous les efforts, tous les sacrifices28 ». Newton remporta le vote à mains levées mais arriva bon dernier au vote à bulletins secrets. Cependant, ses 1095 voix était le total le plus élevé jamais obtenu par un candidat chartiste, à part O’Connor.

  • 29 Star of Freedom, 11 novembre 1852 ; A.R. Schoyen, Chartist Challenge, Londres, Heinemann, 1958, p.  (...)
  • 30 M. Taylor, Décliné of British Radicalism, 1847-60, Oxford, Clarendon, 1995, p. 87-93 ; Vernon, Poli (...)

17Newton défendit alors sérieusement l’idée d’un « National Party » qui réunirait les chartistes, les syndicalistes et les coopérateurs socialistes chrétiens, avec le suffrage masculin comme unique objectif immédiat. Ses partisans incluaient le libre-penseur George Holyoake et les poètes chartistes Leno et Massey. Newton parlait encore de son « amour » pour la Charte, mais concédait : « Je sais que cette proposition suscitera l’indignation de certains29. » Il ne se trompait pas : Harney observa un silence sceptique et Ernest Jones exprima son scepticisme avec éloquence. Découragé, Newton abandonna l’idée et préféra se concentrer sur le syndicat des mécaniciens et sur la réforme paroissiale. Dans les années 1850 et 1860, les paroisses étaient une arène politique très animée : la réforme paroissiale s’accordait bien avec les sentiments chartistes, surtout la rhétorique de l’anti-centralisation qui caractérisait le plan agraire. C’était là une autre raison qu’avaient libéraux et chartistes de coopérer harmonieusement30.

  • 31 Schoyen, Chartist Challenge, op. cit., p. 230-231 ; Northern Tribune, 1 (1854), page de titre et ta (...)

18Six années s’écoulèrent encore avant que Jones ne conclue qu’une esquisse de réforme était préférable à un désert politique. Jusque-là, l’essentiel de l’énergie qu’il consacrait aux vestiges du chartisme organisé dissuada la sympathie plus qu’il n’en attira. Quand s’effondra en novembre 1852 le Star of Freedom, tentative menée par Harney pour relancer le Northern Star, il dut faire face à un avenir incertain. Même s’il y avait été prêt un jour, Harney ne souhaitait plus rester à Londres pour poursuivre la litanie lassante des querelles sectaires qui caractérisait le chartisme dans la capitale. Le 28 novembre, un meeting conjoint d’exilés polonais et de démocrates londoniens se termina par une bagarre, quand les loyalistes de Jones s’opposèrent à ce que Harney soit élu président. Celui-ci s’installa peu après à Newcastle, où il travailla à partir de 1854 pour The Northern Tribune, revue qui s’intéressait beaucoup aux affaires étrangères et dont le programme national reflétait exactement les objectifs de l’éphémère National Party de Newton. Holyoake, Kydd, Linton, Massey et Cooper comptaient parmi les auteurs d’articles, tous ayant récemment quitté la NCA – Cooper en avait brièvement été membre en 185l31.

Thomas Winters

  • 32 L.D. Smith, Carpet Weavers and Carpet Masters, Kidderminster, Tompkinson, 1986, p. 251.

19Les relations de Jones avec les syndicats n’étaient pas moins orageuses. Le leader des mineurs du Nord-Est, Jude, était un autre militant désenchanté de la NCA qui écrivait pour le Northern Tribune. Les syndicats de plus en plus organisés, lorsqu’il leur arrivait d’exprimer une tendance politique, s’orientaient vers le libéralisme. Pourtant, il n’y eut jamais rupture complète entre le chartisme et les syndicalistes pris individuellement, notamment parce que la Charte gardait sa valeur emblématique : « Lui-même resté le même, les temps seuls ont changé » pouvait-on lire sur la pierre tombale – posée en 1904 – d’un tisseur de tapis de Kidderminster, militant chartiste et libéral32.

  • 33 A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Suffolk, Chelmsford, Essex RCO, 1982, p. 83-84, 119-121 ; A. Wi (...)
  • 34 B. Rees, « Lost years : Northumberland miners, 1844-62 », North-east Labour History, 19 (1985) ; Pi (...)
  • 35 Chase, « Chartism, 1838-58 », art. cité, p. 166-167 ; Halifax Courier, 3 mai, et Halifax Guardian, (...)

20En Écosse, la participation de chartistes bien connus au syndicalisme se poursuivit pendant une génération. On peut citer Allan McFadyen dans les métiers du textile à Glasgow, Duncan Robertson parmi les mineurs de charbon et de fer et William Pattison, fabricant de machine à vapeur qui proposa l’adoption de la pétition nationale à Glasgow Green en mars 1838, et qui entraîna son syndicat au sein de l’Amalgamated Society of Engineers en 1851. Quantité de militants chartistes jouèrent un rôle dirigeant ou de conseil dans toutes sortes de syndicats en East Anglia, notamment ceux des ingénieurs, l’Amalgamated Society of Carpenters and Joiners, le mouvement des marins de Yarmouth et la National Agricultural Labourers’ Union de Joseph Arch33. Martin Jude continua comme « secrétaire des mineurs », même alors que la syndicalisation du bassin houiller du Nord-Est n’était plus qu’un souvenir. Il contribua à ressusciter un syndicat régional des mineurs à partir de 1858. Joseph Linney, qui eut une action décisive dans les grèves du Staffordshire en 1842 et fit connaître le plan agraire dans le Black Country, conserva un rôle actif dans l’agitation syndicale, par exemple contre les employeurs enfreignant les Truck Acts. Par la suite, Linney rejoignit la WMA libérale de Wolverhampton34. Dans le Teesside, les chartistes luttèrent contre les infractions aux Truck Acts et beaucoup se tournèrent vers l’activité syndicale dans les années 1850. Alexander Stradling, tisserand à Halifax et éminent chartiste local, fut recruté par les tisseurs de tapis de Rochdale pour coordonner une grève en 1860, d’où naquit un syndicat national pour cette profession35.

21Toutes ces activités étaient surplombées par W.P. Roberts – que tous les groupes de travailleurs, syndiqués ou non, employaient pour les représenter dans les tribunaux – et, plus posément, par Duncombe. Le député de Finsbury maintint un intérêt actif pour les syndicats jusqu’à sa mort en 1861. En particulier, il fut le porte-parole de la National Association of United Trades, dont la formation sous sa présidence a été évoquée au chapitre 8. Le cœur plus modeste de la NAUT était cependant son secrétaire Thomas Winters, ex-tricoteur de gants au métier et chartiste de Leicester.

22Le sort de la NAUT après 1848 refléta celui du chartisme dans son ensemble. Elle dépendait lourdement du Northern Star pour communiquer avec ses affiliés. L’accélération du pouls politique en 1847-1848 la poussa à publier son propre Monthly Report, suivi en août 1848 par un hebdomadaire très vivant, The Labour League, qui fit faillite en mai 1849. La NAUT se rabattit alors sur le Northern Star dont l’ultime rédacteur en chef, George Fleming, succéda à Duncombe comme président en 1852, quand celui-ci devint trop malade pour conserver son poste. Fleming était un coopérateur et owenien réputé, mais il lui manquait la présence et l’autorité dont Duncombe jouissait au sein du mouvement des travailleurs. Son accès à la présidence contribua à réduire encore l’attrait de l’association.

  • 36 Parliamentary Papers (rapports des comités), session de 1856 (343), vol. XIII, Select Committee on (...)
  • 37 NS, 3, 17 septembre, 22 octobre 1842, 21, 28 décembre 1844, 18 janvier et 29 novembre 1845.

23En 1856, Winters décrivit la NAUT comme réunissant entre cinq et six mille personnes représentant « les métiers de la laine, du fer, du sel et du cuir, et divers autres métiers ; je ne peux pas me les rappeler tous [...] dispersés dans différentes parties du pays36 ». C’est Winters qui maintenait l’association en vie en tant qu’administrateur, publiciste, conseiller et arbitre. Son syndicat avait participé à la première manifestation chartiste de masse à Leicester en novembre 1838, et Winters lui-même avait joué un rôle central parmi les « chartistes shakespeariens » de Cooper. Quand ce dernier fut jugé, d’abord pour incendie volontaire puis pour sédition après les émeutes de 1842 dans les Potteries, Winters dirigea un comité de défense pour collecter des fonds et des témoignages à décharge. C’est lui qui tint la femme de Cooper, Susanna, informée des événements au fur et à mesure que le procès se déroulait. Winters joua ensuite un rôle important dans une série d’affrontements entre employeurs et employés dans l’industrie gantière du Leicestershire, ce pour quoi il finit par être renvoyé en mai 1844. On ignore s’il travailla jamais de nouveau comme gantier, bien qu’il soit resté secrétaire de son syndicat37.

  • 38 Parliamentary Papers (rapports des comités), session de 1860 (307), vol. XXII, Select Committee on (...)
  • 39 « Censor », « Rechabitism versus Chartism », ECC, 56 [février 1842] ; T. Frost, Réminiscences of a (...)

24Winters finit par se dévouer à plein temps à la NAUT et, lors du déclin de celle-ci, combina sa mission de secrétaire avec celle de « gérant d’une mutuelle d’ouvriers38 ». En cela, il suivit un chemin souvent emprunté par d’anciens chartistes, dont beaucoup utilisèrent leurs compétences d’administrateurs et d’hommes de réseau pour se bâtir une carrière dans les assurances-vie et autres organisations mutualistes. Officiellement, les mutuelles évitaient de s’associer de trop près au chartisme, de peur de compromettre leur sécurité ; en privé, les membres adoptaient souvent une autre approche : « Tous deux visent le même but, l’amélioration sociale et intellectuelle de l’homme ; l’un tente d’élever sa condition sociale, l’autre sa condition politique. » Bon nombre de chartistes, dont Philip McGrath et John Leach, furent impliqués dans la British Industry Life Assurance Society. Ruffy Ridley avait fondé la United Patriots’ Benefit Society dès 1843, pour laquelle il ne fit de réclame que dans la presse chartiste. Parmi les autres associations étroitement liées au chartisme figuraient nombre de mutuelles et de sociétés de construction ou d’assurance, comme la British Prudential, les United Brothers, Finsbury Mutual Life, Integrity Life, la Labour League Industrial Provident Society et la Friend-in-Need, la principale, dont il sera à nouveau question plus loin39. Winters ne précisait pas quelle mutuelle avait recours à ses services, mais c’était sans doute l’une de celles-là.

  • 40 Monthly Report of the NAUT, 1er décembre 1847.

25La direction de la seule forme de coordination nationale des syndicats fut toujours une tâche exigeante, et les années 1850 furent particulièrement difficiles. La NAUT n’était plus l’organisation florissante qu’elle avait brièvement été à la fin des années 1840, du temps où elle comptait 50 000 membres. Il n’était pas simple de créer un front uni parmi les différents métiers et, de son propre aveu, la NAUT avait du mal à « persuader un tel assemblage de professions ayant chacune ses propres objectifs, ses salaires spécifiques et, au premier abord, des intérêts différents, de s’unir en assez grand nombre pour mettre ces principes à l’épreuve40 ». Guidée par Winters, elle était cependant plus qu’une présence symbolique dans la politique victorienne, et elle survécut jusque dans les années 1860.

26Avec la National Reform League d’O’Brien, la NAUT pouvait donc revendiquer le titre d’expression institutionnelle la plus durable du chartisme. En 1851-1852, elle fut directement associée à une grève de la Wolverhampton Society of Tin-plate Workers (les ferblantiers), l’un des conflits sociaux les plus graves du xixe siècle. Trois responsables de la NAUT, dont Winters et le chartiste londonien Frederick Green (apprêteur de maroquin), furent arrêtés pour conspiration en même temps que les dirigeants du syndicat. Les accusations contre Winters furent abandonnées, mais Green compta parmi ceux qui furent emprisonnés pour trois mois, dans le contexte étrange d’une ré-interprétation judiciaire de la notion de conspiration. Désormais, le simple fait de donner un conseil aux grévistes, ou de tenter la conciliation, pouvait valoir une condamnation pour conspiration. Plus grave encore, la participation à une grève pouvait être interprétée comme une conspiration. D’abord soutenue par le Northern Star, puis par le Star of Freedom de Harney, la NAUT réagit aussi vigoureusement que le permettait l’atmosphère sociale de l’époque, et présenta au Parlement une pétition de près de 80 000 signatures demandant que la loi soit modifiée.

27Jones adopta cependant une position d’opposition implacable : « Tous les trade-unions sont de lamentables duperies. » Les énergies occupées par le strade-unionisme ne servaient qu’à diviser les travailleurs et à soutenir le système économique : « Comme sont absurdes et vaines toutes les tentatives syndicalistes, comme sont inutiles les efforts coopératifs, dans le système gouvernemental actuel de notre nation. » Il y avait une logique claire dans l’argument de Jones, qu’avaient avancé d’autres chartistes avant lui, notamment en 1839 (voir chapitre 3). À cette époque, néanmoins, le renversement imminent de ce « système gouvernemental » semblait possible ; il fallait à présent un optimisme herculéen pour y croire. Mais Jones ne fut jamais du genre à pratiquer l’euphémisme, allant jusqu’à affirmer que « les policiers de 1848 avaient été recrutés dans les rangs des métiers les mieux payés ». Il n’y avait aucun espoir de réconciliation entre le syndicalisme et le chartisme organisé sous la tutelle de Jones.

  • 41 Notes to the People, vol. 2, p. 976 (mars) et p. 863 (février 1852).

Combattons-nous le gouvernement de classe ? Eh bien, il existe un gouvernement de classe dans nos propres rangs, et nous devons le combattre aussi. Combattons-nous les privilèges aristocratiques ? Eh bien, il existe des privilèges aristocratiques de la nuance la plus abjecte parmi les métiers les mieux payés, et nous devons les combattre aussi [...] l’aristocratie des travailleurs doit être brisée, comme n’importe quelle aristocratie41.

  • 42 Exemplaire de la collection Howell, Bishopsgate Institute, Londres.
  • 43 M. Chase, Early Trade Unionism, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 211-214.

28Les dirigeants chartistes s’étaient souvent plaints du séparatisme des syndicats, mais en 1851 encore, quand Harney, Holyoake, O’Connor et Reynolds restaient membres de l’exécutif de la NCA, ces critiques furent tempérées. « Il ne doit pas exister deux partis dans nos rangs, l’un luttant pour les droits sociaux, l’autre pour le pouvoir politique – nous devons TOUS lutter pour les deux », affirmaient-ils dans leur Appel à une action conjointe de toutes les sections de la classe ouvrière42. Le syndicalisme relevait pourtant de la politique du possible. Winters et la NAUT rédigèrent un projet de loi conçu pour neutraliser la nouvelle interprétation donnée du mot « conspiration » lors du procès de Wolverhampton. Soutenu par l’éphémère administration conservatrice de 1852, ce texte fut particulièrement mal accueilli à Westinster, et fut repoussé par les Lords en juin 1853. Les gouvernements whig-libéraux se méfiaient du syndicalisme et il fallut attendre le retour des conservateurs en 1858 pour restaurer le paysage juridique. En tant que projet de loi « pour amender et expliquer » la législation pertinente, ancêtre de réformes plus importantes et plus durables dans les années 1870, le texte de Duncombe était et reste une date cruciale43.

  • 44 1856 Select Committee on Masters and Opératives (Equitable Councils of Conciliation), 1-511, et app (...)

29L’autre principale sphère d’activité de la NAUT dans les années 1850 consistait à encourager l’arbitrage et la conciliation, élément central de sa philosophie depuis ses débuts. Là aussi, la NAUT et Winters posèrent les bases d’importantes évolutions ultérieures. La NAUT favorisa la création de conseils d’arbitrage dans toutes sortes de domaines économiques, fournissant des conseillers et des arbitres, souvent Winters lui-même, dans ces centaines de cas au cours des années 1850. Winters offrit quantité de témoignages oraux ou écrits à des comités parlementaires sur cette question en 1856 (tout comme William Newton) et en 1860. Winters avouait que la NAUT ne comptait plus que 6 000 membres environ, mais il est clair que ces comités reconnaissaient et respectaient l’expérience de l’association en matière de relations employeurs/employés. La NAUT fournit notamment des arbitres dans quantité de litiges impliquant des syndicats qui ne lui étaient pas affiliés. Pour le comité de 1860, Winters put donner des détails sur plus de cent syndicats, et sur six conseils ou meetings de délégués (dont Glasgow et Manchester), qui voulaient que soient établis des « tribunaux équitables de conciliation ». Winters eut le temps de donner ses conseils pour un projet de loi en ce sens, soutenu par le gouvernement conservateur en 1867. Une fois la NAUT disparue, sa vie prit un dernier tournant imprévisible. Grâce à la protection discrète des conservateurs, exercée par le biais de la Commission des travaux, Winters exerça jusqu’à la fin de sa vie l’emploi de concierge du cimetière de Brompton, à Londres. Il mourut en 188244.

John Frost

  • 45 T.W. Porter, « Ernest Jones and the Royal Literary Fund », Labour History Review, 57/3 (1992), p. 8 (...)

30Tout comme Ernest Jones reçut une subvention du Royal Literary Fund (en 1854 et en 1859, soit un total de 75 livres sterling), les circonstances dans lesquelles Winters se retira de la vie publique nous renseignent sur le rapprochement qui eut lieu entre les chartistes et l’establishment dans la deuxième moitié du siècle45. Plus substantielle fut la grâce inconditionnelle accordée en mai 1856 à tous les prisonniers politiques déportés, pour fêter la fin de la guerre de Crimée. Beaucoup, comme William Cuffay et les autres dirigeants de Newport, William Jones et Zephaniah Williams, décidèrent de rester en Australie, mais certains, notamment Smith O’Brien et John Frost, revinrent. Le retour tant attendu du martyr de Newport projette un éclairage intéressant sur l’état du chartisme vers le milieu des années 1850.

  • 46 Tiller, « Late Chartism », art. cité, p. 328-329.

31En 1854, oubliant son zèle sectaire de deux ans auparavant, Ernest Jones tendit le rameau d’olivier au mouvement syndicaliste. Il s’était sagement abstenu de réunir une convention en 1853, mais en 1854 les circonstances semblaient plus favorables. Diverses localités chartistes furent tirées de leur torpeur quand la Grande-Bretagne entra en guerre contre la Russie, en Crimée, ce qui coïncida également avec une hausse du prix du pain. La russophobie était profondément inscrite dans la politique radicale britannique, et les chartistes – dont la plupart avait fait fête aux nationalistes polonais exilés, et dont quelques-uns partageaient l’obsession de David Urquhart pour les ambitions tsaristes – accueillirent la guerre avec enthousiasme. Jones, dont le People’s Paper promouvait les opinions d’Urquhart depuis l’année précédente, ne fit pas exception à la règle. Une conséquence pratique de ce renouveau fut la décision que prit Jones durant le mois de l’entrée en guerre : il ne fallait pas réunir à Manchester une convention mais, soulignant sa foi nouvelle en les syndicats comme instruments du changement politique, un « Parlement des travailleurs ». Il n’en sortit à peu près rien de concret (hormis la formation de la société d’assurances United Brothers). En prônant avec enthousiasme le soutien pour un nouveau « mouvement de masse », Jones sapa malgré lui la NCA qui se fana à l’ombre de ce projet. C’est ce qu’indiquait l’absence à Manchester de certaines zones où la NCA était encore forte, comme Halifax46.

32Le Parlement des travailleurs de 1854 eut pourtant au moins pour effet de ranimer les braises du chartisme. Le retour de Frost deux ans après fut un coup de fouet bienvenu après la mort d’O’Connor et fut largement salué comme une renaissance pour le mouvement. À Newport et à Londres, celui-ci reçut un accueil tumultueux. De façon très peu plausible, Jones évalua à un million de personnes la foule venue assister à l’événement dans la capitale. On peut sans risque oublier ce chiffre, mais le Times admit que la circulation avait été perturbée « pendant plusieurs heures » et raconta que bien davantage de gens encore s’étaient réunis à Primrose Hill que n’en pouvait contenir la zone réservée au rassemblement, ce qui déboucha sur une demi-heure de bagarres entre ceux qui craignaient de ne rien voir.

  • 47 The Times, 16 septembre 1856.

33Le discours de Frost fut bref, mesuré et sans remords. « Il y a quarante ans j’ai acquis la conviction que l’état misérable de notre pays et de ses industrieux habitants était causé par le législateur, par la corruption de la Chambre des communes [...] Le seul remède, me semblait-il alors, était de revenir aux principes de notre antique constitution, principes incarnés dans ce qu’on appelle aujourd’hui la Charte ». Et il n’avait pas changé d’avis : « Soyons calmes mais résolus, prudents mais intrépides, ne renonçons à aucun principe, et ne nous contentons que de notre dû. » Jones parla plus longuement. Il fit l’éloge de son collègue orateur, bien sûr, mais ne put résister à cette occasion de tirer la couverture à soi : « Il s était ruiné, il avait sacrifié tous les espoirs de sa vie par son attachement à la cause, et il était prêt, si nécessaire, à offrir pour elle sa vie même. » Jones faisait de son mieux pour garder l’apparence d’un gentleman-meneur, mais il était plus difficile de préserver l’illusion qu’il y avait encore des troupes à mener. Même l’adresse officielle qu’il remit à Frost au nom des chartistes londoniens évoquait le contexte actuel de « reproche [...], d’apostasie politique et de compromis47 ».

  • 48 The Democracy of Stalybridge to John Frost, Esq. [1856], exemplaire de la Tameside Local Studies Li (...)
  • 49 People’s Paper, 14 novembre 1857.

34De Frost, on attendait l’impossible : « Nous comptons beaucoup sur vous pour l’avenir [...] aidez-nous à réunir les éléments épars de notre mouvement », déclara « la Démocratie de Stalybridge48 ». La tournée triomphale de Frost permit à Jones de cultiver, dans les colonnes du People’s Paper, l’apparence d’un mouvement national ; mais ce mouvement n’avait plus grande substance, comme Frost le comprit bientôt. Il était prêt à reprendre un rôle actif dans le mouvement, et comme il entreprit à son retour cette longue tournée, ses avis durent être écoutés, même avec réticence. Le pays de Galles lui fit très mauvaise impression. « Dans toutes les régions minières du pays de Galles, écrivit-il en 1857, parmi les dizaines de milliers de personnes qui participaient jadis activement aux rassemblements publics, il serait à présent impossible de former un meeting [...] il n’y a plus à présent ni chartistes ni agitation chartiste49. »

  • 50 People’s Paper, 12 et 26 décembre 1857 ; Wallace, Organise !, op. cit., p. 94-95.
  • 51 People’s Paper, 12 décembre, The Times, 29 décembre 1856.
  • 52 D. Williams, John Frost, Cardiff, University of Wales, 1939, p. 321 ; L. Barrow, Independent Spirit (...)
  • 53 Lettre au rédacteur en chef, The Times, 17 juin 1857 ; J. Frost, Horrors of Convict Life, Londres, (...)

35Frost exagérait, mais il faut tenir compte de l’aigreur d’un septuagénaire à qui ses quinze années d’exil en Tasmanie semblaient n’avoir servi à rien. Des représentants du Montgomeryshire et de Merthyr Tydfil assistèrent au dernier congrès chartiste de 1858. La NCA de Llanidloes envoya « l’aimable assurance des quelques fidèles » et un don modeste50. Frost se tint pourtant à l’écart et ne prêta son appui à aucune des organisations réformistes au cours des vingt ans qui suivirent. Il avait annoncé qu’il se proposerait comme candidat pour la circonscription de Merthyr lors de l’élection générale de 1857 mais, pour une raison mystérieuse, il changea d’avis51. Il se passionna pour le spiritisme, refuge courant des radicaux, auquel le chartisme offrit plusieurs adeptes52. Lors de ses apparitions à la tribune, Frost se borna à attaquer la politique pénale et la déportation, questions sur lesquelles il publia aussi des textes. Alors qu’il s’approchait de l’âge de 90 ans, il envisagea de rédiger son autobiographie sous forme de feuilleton dans le Newcastle Weekly Chronicle – plus que tout autre, ce journal entretint délibérément le souvenir du chartisme à la fin du xixe siècle et connut ainsi des ventes non négligeables au-delà du Tyneside. Mais Jones écrivit en décembre 1873 au rédacteur au chef pour lui annoncer qu’il avait fait une chute, qu’il souffrait de pertes de mémoire (« mais pas concernant le passé ») et que sa vue baissait. Aucun des épisodes promis ne fut envoyé53. Comme celle de Lovett le prouvait, une autobiographie peut être un excellent moyen de retenir l’attention de la postérité, mais celle de Frost ne se matérialiserait jamais. Il mourut en 1877 à 92 ans.

Thomas Martin Wheeler

36Quand parut le dernier numéro du Star of Freedom, le 27 novembre 1852, il contenait une annonce « À vendre » : Thomas Martin Wheeler, lieutenant d’O’Connor dans l’élaboration du plan agraire, mettait en vente sa chaumière et son terrain à O’Connorville. Wheeler était loin d’être le premier à abandonner la terre. Il s’était efforcé de cultiver ses deux arpents même si, comme il le signala au congrès agraire organisé en novembre 1848 dans l’Oddfellows’ Hall de Birmingham, « la pauvreté dont souffraient de nombreux bénéficiaires » d’un lopin de terre n’était que trop évidente. La fécondité dont rêvait O’Connor pour les domaines chartistes faillit devenir réalité quand les techniques maraîchères étaient employées sur les terres plus légères du Gloucestershire et du Worcestershire. Le travail se révéla bien plus ingrat pour ceux qui s’obstinaient à pratiquer des cultures vivrières, surtout sur l’argile lourde d’O’Connorville et de Charterville. À Charterville, John Bennett, ancien tisseur de toile à sac venu de Stockton-on-Tees, formula en 1868 ce commentaire désabusé :

  • 54 PP 1868-1869 (rapports des commissaires), XIII, Second Report of the Commissioners on the Employaie (...)

Ceux qui avaient payé une part entière furent les premiers à choisir leur terrain. J’avais payé le mien £1 7s 6d. J’ai obtenu une terre au bout de six mois. Je ne m’y serais jamais installé si j’avais su ce que je sais maintenant. Il m’a fallu vingt ans pour apprendre comment un homme peut vivre sans nourriture, et j’y suis presque arrivé. Des milliers de gens ont payé leur part et ont tout perdu, mais je pense qu’ils s’en sont mieux tirés54.

  • 55 T.M. Wheeler, Lost Money Found, Londres, Friend in Need, 1861, p. 13 ; pour plus de détails sur la (...)

37Wheeler avait l’habitude des brusques changements d’orientation dans sa carrière, puisqu’il avait été apprenti peigneur de laine, boulanger, jardinier, maître d’école, correspondant londonien du Northern Star (et également auteur de son remarquable roman-feuilleton Sunshine and Shadow – Soleil et ombre), secrétaire de l’exécutif de la NCA, administrateur du plan agraire et principal employé de la National Land & Labour Bank. Il gagnerait désormais sa vie comme gérant de diverses assurances-vie, d’abord la British Industry Association, mais à partir de 1853, la Friend in Need Life & Sick Assurance Society, en collaboration avec deux autres chartistes, son frère George et John Shaw – l’un des conspirateurs de 1848, ce qui lui avait valu deux ans de prison. En 1857, Wheeler supervisa le rachat de la National Assurance Friendly Society de Thomas Clark, qui avait fait faillite. La fusion qui en résulta devint l’une des mutuelles les plus prospères de l’époque victorienne, avec 300 agences et près d’un millier d’employés à plein temps ou à temps partiel55.

38Le fil rouge de la vie de Wheeler fut néanmoins le chartisme. Étant passé de l’owenisme au chartisme en 1839, il fut correspondant du Star de 1840 à 1843, délégué au conseil de la NCA de Londres et aussi son secrétaire, secrétaire exécutif de la NCA de 1842 à 1846 – fonctions assumées dans les circonstances délicates du départ controversé de Campbell –, délégué au congrès de la NCSU en décembre 1842, auditeur du Victim Fund, secrétaire du Newport Exiles’ Restoration Committee (Comité pour le retour des exilés de Newport), membre des Fraternal Democrats et du Démocratie Committee for the Régénération of Poland, et délégué à la National convention and Assembly de 1848. Wheeler fut aussi membre de la West London Anti-Enclosure Association, groupe très actif aux marges du chartisme. Tandis qu’à O’Connorville il travaillait au conseil paroissial de Rickmansworth, il reprit le travail comme correspondant du Star, fut délégué à la convention de 1851, membre de l’exécutif de la NCA et membre du comité de la National Loan Society – tentative avortée visant à garantir les finances du plan agraire. Il fut aussi secrétaire des actionnaires du People’s Paper de Jones, et parfois son rédacteur en chef quand Jones était en tournée en province. Le roman de Wheeler, La Lumière dans les ténèbres, fut publié dans le journal en 1852.

39Alors que son travail pour Friend-in-Need (la Société d’assurance pour l’ami dans le besoin) lui prit beaucoup de son temps après 1853, Wheeler resta impliqué dans ce qui restait du chartisme organisé, mais comme tant de piliers du mouvement, ses relations avec Jones, d’abord cordiales, se détériorèrent de façon spectaculaire. Il resta néanmoins fidèle au People’s Paper durant les vicissitudes du milieu des années 1850. La diffusion représentait à peu près la moitié de celle dont jouissait le Northern Star dans ses années de vache maigre. Bien qu’aimant prétendre le contraire, Jones n’avait pas de ressources privées, contrairement à O’Connor avant lui, pour financer le journal ou maintenir l’apparence d’un gentleman désintéressé. Il dut souvent emprunter pour maintenir le journal à flot, il fut très durement frappé par l’abolition finale du droit de timbre sur la presse en 1855, qui fit baisser le prix de ses concurrents et provoqua une guerre des ventes à laquelle Jones n’avait pas les moyens de participer.

  • 56 Stevens, Memoir, op. cit., p. 76 ; National Union, novembre et 4 décembre 1858 ; Taylor, Ernest Jon (...)

40Les finances du People’s Paper, et avec elles les relations de Jones avec le mouvement dans son ensemble, touchèrent le fond en 1858. Six ans auparavant, Jones avait emprunté 50 livres à un prêteur pour maintenir le journal en vie, et Wheeler s’était porté garant. Quand Jones se déclara incapable de payer sa dette, après n’avoir remboursé que dix livres, c’est Wheeler que le prêteur traîna en justice pour obtenir le reste (et les intérêts). En octobre 1858, Wheeler fut mis en prison pour dette parce qu’il ne pouvait payer. Selon les alliés de ce dernier, Jones tenta d’étouffer l’affaire et un comité de chartistes londonien fut formé pour recueillir la somme nécessaire pour libérer Wheeler. Dix ans plus tard, l’incident était encore évoqué comme moyen de compromettre la réputation de Jones56.

  • 57 Cité dans J. Saville, Ernest Jones : Chartist, Londres, Lawrence & Wishart, 1952, p. 62-63.
  • 58 People’s Paper, 4 septembre 1858.

41Ce lamentable épisode s’inscrivit dans un contexte politique crucial. Tout comme Jones avait fait des concessions pour viser la coopération des syndicats en 1854, il finit par admettre en 1857 que la collaboration avec les radicaux de la classe moyenne n’était pas exclue. Sa défaite en tant que candidat chartiste à Nottingham en mars avait clarifié ses idées. « 11 ne fait aucun doute, écrivit-il un mois après, qu’il est judicieux de s’allier avec la classe moyenne et ses dirigeants s’ils proposent une dose de réforme que nous pouvons à bon droit accepter57. » Avec le zèle du converti, Jones rejeta son intransigeance d’autrefois. « De la classe ouvrière, nous laissons de côté les éléments irréfléchis et hébétés par la bière », écrivit-il, appelant les chartistes à « enterrer dans l’oubli les erreurs commises dans le passé par les deux camps ; le manque de foi manifesté par la classe moyenne qui n’a pas fait du Reform Bill le levier permettant d’offrir le vote aux masses, et la haine mortelle des ouvriers pour ce noble mouvement de la classe moyenne, l’abrogation des Corn Laws58 ».

  • 59 People’s Paper, 13, 27 février 1858 ; Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 183-185 ; Saville, Ernest (...)

42Bien que sa conversion ait été soudaine, c’est de façon réfléchie et approfondie qu’il envisagea de construire une alliance. Proposant un congrès chartiste en février pour lancer un nouveau mouvement, Jones encouragea le débat et tenta de convaincre à l’intérieur comme à l’extérieur du chartisme. Comparé aux congrès chartistes du début de la décennie, celui qui se tint en 1858 attira une forte participation : 49 délégués, représentant 71 localités, dont William Newton et son collègue de l’Amalgamated Society of Engineers, William Allen. L’octogénaire Robert Owen y était aussi, mais on remarqua quelques absences notables. George Holyoake et Edward Hooson (dirigeant du chartisme de Manchester) étaient présents, mais presque toutes les autres personnalités manquaient. Bright, Cobden, Charles Kingsley et sir Joshua Walmsley (ex-président de la NPFRA) refusèrent tous l’occasion d’entendre Jones avouer que « les temps avaient changé ». « Ils n’allaient pas abandonner la Charte, annonça-t-il, mais ils allaient obtenir ce qu’ils pouvaient pour s’en approcher, tout en faisant de l’agitation pour les six points. » Afin d’obtenir « ce qu’ils pouvaient », le congrès accepta la création d’une nouvelle formation, la Political Reform League (PRL). Une semaine plus tard, Joseph Sturge consentit à en devenir le président. La rupture avec la NCSU de 1842 semblait oubliée. La NCA fut laissée en suspens par l’élection de Jones comme unique membre de l’exécutif59.

  • 60 National Union, mai 1858.

43Wheeler et un important contingent de chartistes londoniens réagirent à cet affront en établissant une nouvelle organisation, afin d’arracher à la NCA l’arche de l’alliance chartiste : la National Political Union for the Obtainment of the People’s Charter (NPU)60. Celle-ci était domiciliée à la même adresse que l’Integrity Life Assurance Society, dont le secrétaire gérait la branche londonienne. Il existait plusieurs autres branches dans la région de Manchester. Wheeler fut élu président et Leno imprimait sa revue mensuelle, The National Union. Bronterre O’Brien offrit un soutien chaleureux, tout comme G.W.M. Reynolds qui, depuis des années, menait une guérilla journalistique contre Jones. Reynolds prétendait à présent que la fidélité de Jones envers la Charte avait été subvertie par la cupidité de la classe moyenne.

  • 61 Cooperative College, Manchester, documents Owen, Jones à R. Owen, 3 juin 1858.
  • 62 F.E. Gillespie, Labor and Politics in England, 1850-67, Chicago, Duke University Press, 1926, p. 16 (...)

44La revue de la NPU attira des appuis et des lecteurs pour deux raisons. D’abord, elle prit – c’est-à-dire que Wheeler prit – la défense des actionnaires du plan agraire au moment critique de la fermeture définitive de la National Land Company en 1858. Ensuite, la NCA n’avait plus aucune existence à proprement parler. Depuis 1852, elle servait principalement de véhicule à la carrière politique de Jones. Son identité fusionna avec la PRL. De plus, la diffusion du People’s Paper était en déclin. Durant le mois qui suivit le congrès de 1858, Jones le réduisit à six pages et lança un appel à subvention pour l’avenir. « Pour l’amour du Ciel envoyez-moi quelque chose, n’importe quoi, cinq livres si vous pouvez [...] j’en deviens presque fou », implora-t-il Robert Owen en juin61. Peu après, il vendit le journal à un membre fortuné du PRL, à condition qu’il garde le contrôle de deux colonnes chaque semaine pour les questions concernant le chartisme et le PRL, mais le People’s Paper ne dura pas au-delà de septembre avec son nouveau propriétaire. La NPU restait donc le gardien isolé – et désolé – de la Charte du Peuple. Le PRL n’alla pas non plus jusqu’à la fin de l’année. Jones était un personnage trop flamboyant pour que les réformateurs de la classe moyenne puissent vraiment s’entendre avec lui. Son action en faveur de la formation fut néanmoins considérable, et l’apparition de nombreuses sociétés locales pour le suffrage masculin fut en partie le fruit du débat qu’il avait suscité. C’est peut-être également vrai de la Northern Reform Union, créée au Chartist Hall de Newcastle en décembre 185762.

  • 63 Cabinet Newspaper, 18 décembre 1858, cité dans Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 172 ; voir aussi (...)
  • 64 Reynolds’Newspaper, 5 septembre 1858 ; The Times, 11 juillet 1859 ; Taylor, Ernest Jones, op. cit., (...)

45Jones consacra alors son énergie à diriger un nouvel hebdomadaire, The Cabinet Newspaper : the Union of Classes and the Liberty of Man. Malgré ce titre grandiloquent, ce journal se distinguait surtout par son intérêt pour les crimes sordides (avec une prédilection pour les clergymen débauchés et pour « l’odieuse crapulerie de l’aristocratie anglaise »). Sa couverture de la vie politique sombra après l’élection générale du printemps 1859, où Jones arriva encore une fois bon dernier à Nottingham. Le journal disparut en février 186063. Il faut le reconnaître, Jones fut obligé de négliger le journal pour préparer son procès en diffamation contre Reynolds, qui démarra en juillet 1859, autour d’une série d’articles publiés dans Reynolds’ Newspaper. Le premier, « Political Renegadism : An Impudent and Notorious Turncoat » (« Le reniement politique : un renégat notoire et impudent »), était une vigoureuse tentative visant à assurer la réputation de la NPU en attaquant son principal adversaire, Jones. On aurait pu y voir un commentaire impartial, mais les textes suivants accusèrent Jones d’empocher l’argent avancé pour maintenir à flot le People’s Paper ; de s’être insinué avec cynisme dans les bonnes grâces d’O’Connor, puis de l’avoir caricaturé dans son roman paru en 1851-1852, De Brassier ; et, accusation particulièrement blessante, de n’offrir qu’une « rhétorique de tribun de dixième catégorie64 ».

  • 65 The Times, 11 juillet 1859 ; Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 190.

46Moralement, l’issue du procès fut une victoire retentissante pour Jones. Il put montrer que les finances du People’s Paper étaient régulièrement soumises à un audit et que l’argent recueilli grâce aux appels aux lecteurs avait été utilisé de bonne foi ; des témoignages solides garantirent son honnêteté, et il présenta le récit d’une carrière de chartiste consciencieux, incluant la chaleureuse approbation d’O’Connor pour le roman De Brassier. L’avocat de Reynolds ne présenta aucune défense, et Jones quitta le tribunal sans « l’ombre d’un reproche » contre lui, selon les termes du Lord Chief Justice. Mais les deux livres sterling de dommages et intérêts et les excuses imprimées qui lui furent accordés ne ressemblaient guère à un appui empathique. Et cette amende n’avait aucune conséquence sérieuse pour un Reynolds désormais riche. S’il ne maintint aucune de ses accusations concernant le carriérisme de Jones, c’est qu’il avait vis-à-vis du chartisme l’attitude cynique qu’il prêtait à son adversaire. Même l’incarcération de Wheeler pour payer les dettes de Jones ne fut pas mentionnée lors du procès. Mais la véritable victime fut le chartisme, exposé aux regards malveillants de la presse de l’establishment (comme la Saturday Review) qui ironisa sur l’issue du procès, estimant qu’elle ne donnait pas une image très positive du demi-million de lecteurs de Reynolds’ Newspaper, pour lesquels Jones et Reynolds exigeaient le droit de vote65.

  • 66 Friend in Need Journal, 2/3 (mars 1862), p. 33-37 ; Stevens, Memoir, op. cit., p. 89.

47En théorie, la NCA survécut jusqu’en 1860, date à laquelle Jones, mettant un terme à sa carrière chartiste, abandonna le journalisme, revint au barreau et se lança dans le libéralisme radical. Il était tout près de remporter un siège parlementaire lorsqu’il mourut subitement, le lendemain de son cinquantième anniversaire, en 1869. Libéré de prison au début de l’année 1859, Wheeler reprit son travail à la Friend-in-Need Assurance Society. Le peu d’activité de la NPU fut ensuite couvert par le journal interne de la société. Wheeler mourut le 16 février 1862, âgé de 50 ans. Un mauvais rhume, qu’il aurait attrapé lors d’une visite nostalgique à O’Connorville au début de l’hiver, avait dégénéré en une bronchite à laquelle il succomba66.

Un commentaire en guise de conclusion

48Il existe dans la mythologie grecque une figure mineure appelée Procuste. Bandit bien connu, il avait l’habitude d’attirer les voyageurs fatigués dans sa maison en bordure de la route, leur promettant un lit parfait pour la nuit. S’ils étaient plus grands que le lit, il leur tranchait les membres ; si le lit s’avérait trop long, il torturait ses visiteurs pour les rendre aussi grands que le meuble. Les histoires du chartisme tendent à définir « la fin » du mouvement d’une manière assez semblable, en tronquant leur récit ou en l’étirant pour s’adapter au lit de Procuste de leur interprétation personnelle. On a donc pu considérer que le chartisme s’était désintégré en 1842, au début des années 1840, le 10 avril 1848, après août 1848, en 1851, ou en 1858. L’Histoire n’est jamais aussi nette : les événements, les mouvements et les organisations sont rarement aussi précisément définis. La fin du chartisme fut particulièrement brouillonne. La survie de l’activité chartiste connut des degrés divers d’une localité à l’autre. Un mouvement qui échoua incontestablement à atteindre ses objectifs permit néanmoins à ses adhérents de participer, souvent avec un effet marqué, à une large gamme d’activités civiques, politiques, éducatives et associatives. Ce chapitre s’est concentré sur les activités politiques parce que le chartisme, malgré sa vigoureuse dimension culturelle, était par essence un mouvement politique. L’accent a donc été mis sur les dirigeants chartistes les plus proches de la base parce que c’est à ce niveau que l’héritage durable du mouvement s’avéra le plus vivace. Bien sûr, les dirigeants nationaux comptent dans l’histoire du chartisme, mais le mouvement réussit et dura malgré ses figures nationales, et non grâce à elles. C’est pourquoi cette étude s’est focalisée à plusieurs reprises sur ceux dont la contribution au chartisme est restée ignorée hors de leur région. Le chapitre précédent concluait que le chartisme avait été un mouvement de petites victoires. On pourrait aussi parler d’une multiplicité de petites fins.

49La première section de ce chapitre soulignait les dangers du mode élégiaque. Carriérisme flagrant, charlatanisme politique, rhétorique creuse, on trouve tout cela dans le chartisme, nous l’avons vu, ainsi que l’antisémitisme ordinaire et la malhonnêteté personnelle. Il y avait aussi de sérieux défauts dans le système. L’inquiétude d’O’Connor face à la nouvelle initiative montre que pour lui, le chartisme devait rester uni autour de la vision démocratique et égalitaire de La Charte du Peuple. Pourtant, plus d’une fois dans l’histoire du mouvement, lui et d’autres dirigeants chartistes furent horrifiés lorsqu’ils furent tout à coup confrontés à une authentique mobilisation politique de masse : par exemple, dans les régions textiles des Pennines et du nord des Midlands en août 1842, ou à Londres en 1848. Quand Samuel Kydd dit que le chartisme avait « enflé au point d’atteindre un moment une taille surnaturelle » en 1848, il reflétait un point de vue commun, fruit d’un glissement régulier vers la respectabilité. Un deuxième défaut du système concernait les relations entre sexes. Alors qu’il mobilisa les femmes dans des proportions alors sans précédent, la culture interne du chartisme était limitée par le sexisme. Après avoir d’abord mobilisé des communautés entières, le mouvement en vint peu à défendre l’idéal de l’homme comme soutien de famille et la politique de la respectabilité, ce qui supprima quantité de possibilités jadis offertes à la participation des femmes.

  • 67 NS, 28 décembre 1850 et voir plus haut, « Abram et Elizabeth Hanson ».

50Cela apparaît clairement si l’on compare les pétitions nationales de 1839 et de 1848. Là où elles étaient répertoriées séparément, les femmes signataires en 1839 représentaient entre 13 et 20 % environ du total pour les localités concernées. En 1848, en revanche, le comité des pétitions de la Chambre des communes – qui n’avait aucune raison de sous-estimer ce chiffre puisque les signatures de femmes étaient perçues comme discréditant le chartisme – estima leur proportion à 8 %. La diminution du rôle des femmes dans le chartisme, et de la stature du mouvement même, est tout à fait évidente dans de petits détails du début des années 1850 : Abram Hanson continua à représenter Elland lors des meetings de délégués de l’ouest du Yorkshire, mais Elizabeth dont la politisation est sans doute le trait le plus frappant de leur vie commune chartiste se contenta apparemment d’envoyer des dons occasionnels au Honesty Fund, créé pour récompenser O’Connor de ses prodigieux efforts en faveur de la cause chartiste67.

  • 68 J. Wilson, Memories of a Labour Leader, Londres, Fisher Unwin, 1910, p. 30. Les députés « lib-lab » (...)
  • 69 Ces calculs s’appuient sur J. Burnett et al., Autobiography of the Wbrking Class : An Annotated Cri (...)

51Le chartisme fut pourtant célébré à la fin du xixe siècle pour ses mérites manifestes plutôt que déploré pour ses déficiences. La vision chartiste d’une société plus équitable, dont les gains en matière de qualité de vie seraient réalisables, eut une importance durable et devint une référence pour les générations suivantes, « toujours présente pour les esprits progressistes », comme devait le dire en 1910 John Wilson, dirigeant des mineurs de Durham et député « lib-lab68 ». Ce sentiment était presque tangible dans les années 1880, quand le chartisme fut inscrit dans la généalogie de la politique progressiste. Fait remarquable, les autobiographies rédigées par des auteurs qui mettaient en avant leur implication dans le chartisme furent deux fois plus nombreuses dans les années 1880 que durant la décennie précédente ; même si le nombre d’auteurs potentiels diminuait forcément, la production se maintint à peu près au même rythme durant les vingt années suivantes69.

  • 70 J.B. Leno, Aftermath, Londres, Reeves, 1892, p. 18-19 ; voir aussi E.F. Biagini, « Popular libérais (...)
  • 71 Leno, Aftermath, op. cit., p. 81.
  • 72 Cité dans P. d’A. Jones, Christian Socialist Revival, 1877-1914, Princeton (NJ), Princeton Universi (...)

52Avec l’accélération du soutien accordé à la politique progressiste à la fin du xixe siècle, les groupes et militants politiques tendirent de plus en plus à revendiquer une parenté avec le chartisme. Il faut dire que les chartistes aimaient à se resituer dans la tradition du libre-échange de manière bien plus enthousiaste que n’auraient dû le permettre leurs relations initiales avec l’ACLL. L’accent mis par William Chadwick sur les maux du protectionnisme dans les années 1840 le reflétait bien ; de même l’autobiographie de John Leno, malgré tous ses penchants pour le socialisme de William Morris70. Cependant, on se découvrait sincèrement des affinités avec le chartisme d’un bout à l’autre du spectre de la politique progressiste. L’hommage chaleureux et pensé que William Morris adressa à Leno fut décrit en 1892 dans l’autobiographie de celui-ci comme une « oasis dans le désert de la vie d’un vieil homme71 ». John Clifford, socialiste fabien et la plus éminente personnalité de l’Église baptiste anglaise au tournant du siècle, insistait sur son passé d’enfant chartiste – « J’ai grandi dans l’admiration de Will Lovett [...] et dans la haine de Feargus O’Connor » – lorsqu’il prit la tête de la Christian Socialist League en 189472. Mais comme l’atteste la photographie de Failsworth évoquée plus haut, la « force morale » de Lovett ne put l’emporter sur la « force physique » d’O’Connor.

  • 73 DLB, vol. 7 ; P. Clarke, Lancashire and the New Liberalism, Cambridge, Cambridge University Press, (...)
  • 74 York City Library, Local Studies Section, « Chartism MSS etc », Y342.42 ; G.J. Harney à F. Engels, (...)
  • 75 1er août 1903, cité dans M. Bevir, « Republicanism, socialism and democracy », dans D. Nash et A. T (...)

53William Chadwick ne cachait pas qu’il avait été emprisonné pour sédition en 1848, mais il se bâtit plus tard une carrière d’orateur comme « Le vieux chartiste », très demandé par le parti libéral. Il prit aussi la parole lors de meetings au cours de l’élection générale de 1906, pour soutenir Will Thorne, grande figure de la (Social) Démocratie Fédération et membre fondateur du parti travailliste. En 1896, les libéraux du Lancashire organisèrent un hommage à Chadwick parce qu’il avait « consacré sa vie à défendre les principes du libéralisme et de l’Église libre ». Lorsqu’il mourut en 1908, la préface de la brochure conçue pour honorer sa mémoire fut écrite par le Chief Agent du parti libéral73. Au tournant du siècle, Richard Hawkin, jeune militant du parti travailliste indépendant eut une correspondance prolongée avec un ex-chartiste de York, Thomas Rooke. Hawkin envisagea de rédiger une histoire du chartisme, tout comme le socialiste fabien Graham Wallas, semble-t-il74. En 1903, le journal Justice, de la (Social) Démocratie Fédération influencée par le marxisme, présenta ses membres comme « les héritiers et successeurs légitimes des chartistes75 ».

  • 76 NotesQueries, 9e série, 9 (1902), p. 144, aussi p. 86, 251. Le « dernier chartiste » fut presque ce (...)
  • 77 J’ai rédigé cette phrase à partir du discours de Robert F. Kennedy à l’université de Capetown, le 6 (...)

54« Dans quelques années, les derniers pionniers du chartisme disparaîtront, comme ont disparu les vétérans de Waterloo », notait en 1906 la revue Notes & Queries, inaugurant toute une correspondance visant à déterminer qui pouvait être le dernier des chartistes76. Au début du xxe siècle, beaucoup pensaient encore que le chartisme était de ces mouvements qui définissent une époque. Il avait incité la société à reconnaître cette vérité profonde, que notre humanité et notre dignité essentielles ne sont protégées et préservées que si le gouvernement est responsable non seulement devant les riches et les propriétaires mais aussi devant l’ensemble de la population77.

Note sur la monnaie, les prix et les salaires

55Avant l’adoption d’une monnaie décimale, on comptait en Angleterre 12 pence par shilling et 20 shillings par livre sterling. Il y avait donc 240 pence dans chaque livre. On utilisait l’abréviation s pour shilling, et d pour pence (du latin denarius). Les prix étaient écrits sous cette forme, par exemple : £3 17s 6d (= £3,88).

  • 78 Inflation : The Value of the Pound. 1750-2001, Londres, House of Commons Library Research Paper 02/ (...)
  • 79 Lawrence H. Officer, « Purchasing Power of British Pounds from 1264 to Présent », Measuring Worth, (...)

56Calculer un équivalent moderne des sommes d’autrefois n’est pas une science exacte. On peut dire grossièrement qu’une livre de 1839 avait le pouvoir d’achat de 59 livres en 2001, calcul fondé sur l’indice des prix à long terme78. Un salaire d’une livre par semaine était cependant considéré comme normal pour un artisan qualifié, un tailleur par exemple, en 1839. Un mineur ou un adulte travaillant dans une filature de coton pouvait espérer gagner peut-être cinq shillings de plus, un ouvrier agricole quatre à cinq shillings de moins, et un tisserand au métier encore moins. Un autre calcul, fondé sur les niveaux relatifs des salaires agrégés suggère donc qu’une livre de 1839 valait environ 771 livres en prix de 200979.

  • 80 C. Feinstein, « Pessimism perpetuated : real wages and the standard of living in Britain during and (...)

57Signalons en outre au lecteur que les salaires étaient versés pour une longue semaine de travail (en général 69 heures pour un ouvrier d’usine), et que les prix et les salaires variaient énormément d’une région et d’une année à l’autre, voire d’une saison à l’autre. Dans l’ensemble, le revenu réel moyen des salariés connut une croissance modeste au milieu des années 1830, mais retomba en 1838-1842. La reprise fut ensuite limitée. Une hausse durable du niveau de vie grâce à l’industrialisation ne devint manifeste que dans les années 185080.

Note sur les sources et lectures conseillées

58Les sources et les livres utilisés pour écrire ce livre sont indiqués dans les notes. Les lecteurs ayant besoin d’informations bibliographiques détaillées peuvent consulter les deux bibliographies consacrées au chartisme : J.F.C. Harrison et D. Thompson, Bibliography of the Chartist Movement (Hassocks, Harvester, 1978) et O. Ashton et al., The Chartist Movement : A New Annotated Bibliography (Londres, Mansell, 1995). Les publications plus récentes dans ce domaine sont répertoriées dans les bibliographies annuelles que propose la Labour History Review.

59Pour qui voudrait lire d’autres ouvrages sur le chartisme, le choix est presque illimité, mais une poignée de livres se révèlent indispensables. The Chartists : Popular Politics in the Industrial Revolution (Londres, Temple Smith, 1984), de Dorothy Thompson, distille les recherches et la sagesse d’une vie entière. Dans un domaine où les études locales dominaient jadis, trois livres se détachent. Le premier est celui de Paul Pickering, Chartism and the Chartists in Manchester and Salford (Basingstoke, Macmillan, 1995) ; le deuxième est celui de David Goodway, London Chartism, 1838-48 (Cambridge, Cambridge University Press, 1982). Les éléments qu’avance Goodway au sujet de 1848 sont développés sur une échelle nationale dans le livre de John Saville, 1848 : The British State and the Chartist Movement (Cambridge, Cambridge University Press, 1987). Troisièmement, The Last Rising : The Newport Insurrection of 1839 (Oxford, Oxford University Press, 1985) de David J.V. Jones est un monument d’érudition qui risque peu d’être surpassé. Ernest Jones, Chartism, and the Romance of Politics, 1819-1869 (Oxford, Oxford University Press, 2003) de Miles Taylor, et The Lion of Freedom : Feargus O’Connor and the Chartist Movement, 1832-42 (Londres, Croom Helm, 1982) de James Epstein sont les deux biographies les plus approfondies et les plus fines, mais on lira encore avec profit, malgré son âge, The Chartist Challenge : A Portrait of George Julian Harney (Londres, Heinemann, 1958) d’Albert R. Schoyen.

60Il existe plusieurs importants recueils d’articles. Asa Briggs (éd.), Chartist Studies (Londres, Macmillan, 1959) contient beaucoup de textes précieux, mais le principal volume est celui qu’ont dirigé James Epstein et Dorothy Thompson, The Chartist Expérience : Studies in Working-class Radicalism and Culture, 1830-60 (Londres, Macmillan, 1982). Ce livre contient aussi une version abrégée du magistral essai de Gareth Stedman Jones, « Rethinking Chartism », dont la version longue se trouve dans son recueil Languages of Class (Cambridge, Cambridge University Press, 1983) et une traduction partielle, « Repenser le chartisme », dans la Revue d’histoire moderne et contemporaine (54/1 [2007], p. 7-68). Des volumes plus récents ont été dirigés par Owen Ashton et al., The Chartist Legacy (Woodbridge, Merlin, 1999) et Stephen Roberts, The Peoples Charter : Démocratie Agitation in Early Victorian Britain (Londres, Merlin, 2003).

61Roberg Gammage avait connu presque toutes les personnalités importantes durant les dernières années du chartisme. Même s’il avait quelques griefs à exprimer, on lui doit une History of the Chartist Movement, 1837-54 (publiée pour la première fois en 1854) très détaillée et très lisible, qui continue à mériter l’attention. L’édition de 1894, légèrement révisée, fut rééditée deux fois en 1969, par Augustus Kelley (New York, avec une excellente introduction de John Saville) et par Merlin (Londres). La version Merlin a été republiée en 2006. Enfin, on trouvera un large échantillon d’écrits dus à d’autres chartistes dans les pamphlets réunis dans les six inestimables volumes édités par Gregory Claeys, The Chartist Movement in Britain, 1838-50 (Londres, Pickering & Chatto, 2001).

Notes

1 R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894, p. 390 ; L.M. Geary, « O’Connorite Bedlam », Medical History, 34 (1990), p. 125-143.

2 The Times, 4,11 septembre, et Reynolds’Newspaper, 16 septembre 1848.

3 B. Wilson, Struggles of an Old Chartist [1887], reproduit dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radicalism, Londres, Europa, 1977, p. 222 ; P. Pickering, « Chartist rites of passage », dans P. Pickering et A. Tyrell (éd.), Contexted Sites, Aldershot, Ashgate, 2004, p. 101-126.

4 C. Wilkins, History of Merthyr Tydfil, Merthyr Tydfil, The "Express" Office, 1867, p. 308.

5 T.P. Newbould, Pagesfrom a Life of Strife, Londres, Palmer [1911], p. 33 ; R.J. Broughton, « The Chartist hero of Prestwich », East Lancashire Review, 2 (1891), p. 162.

6 Pour préciser le contexte, le recensement de 1851 ne signale que sept hommes nés en Angleterre avant 1837 portant le prénom Feargus.

7 [Middlesbrough] Daily Gazette, 22 septembre 1875 ; voir aussi DLB, vol. 10.

8 The Times, 27 janvier 1869 ; voir aussi M. Taylor, Ernest Jones, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 1, 5-6, 251-254.

9 M.R. Lahee, Life and Times of the Late Alderman Livesey, Manchester, Heywood, 1865, J. Garrard, Leadership and Power in Victorian Industrial Towns, Manchester, Manchester University Press, 1983, p. 35-129.

10 Cité dans S. Roberts, Radical Politicians and Poets in Early Victorian Britain, Lampeter, Mellen, 1993, p. 32.

11 Ces commissions étaient des autorités locales, crées par une loi particulière pour chaque localité (F.B.).

12 NS, 1, 8 novembre 1851 ; A. Elliott, « Municipal government in Bradford », dans D. Fraser (éd.), Municipal Reform and the Industrial City, Leicester, Leicester University Press, 1982 ; Wilson, Struggles, op. cit., p. 203-204, 208 ; M. Chase, « Chartism, 1838- 58 », Northern History, 24 (1988), p. 156, 166 ; NS, 9 avril 1842 ; S. Pollard, History of Labour in Sheffield, Liverpool, Liverpool University Press, 1959, p. 48-49.

13 Garrard, Leadership and Power, op. cit., p. 118,168, 208 ; P.A. Pickering, Chartism and the Chartists in Manchester and Salford, Basingstoke, Macmillan, 1995, p. 73-85.

14 A. Little, Chartism and Liberalism : Popular Politics in Leicestershire, 1842-74, thèse, université de Manchester, 1991, p. 289-294 ; R. Church, Economie and Social Change in a Midland Town : Victorian Nottingham, 1815-1900, Londres, Cass, 1966, p. 152, 155-156 ; R. Fyson, Chartism in North Staffordshire, thèse, université de Lancaster, 1999, p. 319-339, et voir « Jeremiah Yates », DLB, vol. 9.

15 D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 93.

16 Leeds Times, 13 octobre 1838 ; D. Fraser, « Politics and society in the mid-nineteenth century », dans D. Fraser (éd.), History of Modem Leeds, Manchester, Manchester University Press, 1980, p. 286 et suiv. ; voir aussi D. Fraser, Urban politics in Victorian England, Leicester, Leicester University Press, 1976.

17 North Staffordshire Mercury, 30 mars 1844, cité dans Fyson, « Chartism », art. cité, p. 321 ; Leeds Mercury, 1er avril 1854, cité dans Fraser, Politics and Society, op. cit., p. 107.

18 G.J. Holyoake, Jubilee History of the Leeds Industrial Co-operative Society, Leeds, Central Co-operative Offices, 1897, p. 249 ; C. Godfrey, Chartist Lives, New York, Garland, 1987, p. 475-476.

19 The Times, 11 août 1882 ; recensement de 1881 RG 12/4539, f 133.

20 R. Wallace, Organise! Organise! A Study of Reform Agitations in Wales, 1840-86, Cardiff, University of Wales Press, 1991, p. 97-98 ; A.V. John, « The Chartist endurance », Morgannwg, 15 (1971), p. 36-44.

21 Ashton Reporter, 5 décembre 1874.

22 M. Finn, After Chartism : Class and Nation in English Radical Politics, 1848-74, Cambridge, Cambridge University Press, 1993.

23 Voir K. Tiller, Working-class Attitudes and Organisation in Three Industrial Towns, 1850-75, thèse, université de Birmingham, 1975. Voir aussi, du même auteur, « Late Chartism : Halifax, 1847-58 », dans J. Epstein et D. Thompson (éd.), Chartist Expérience, Londres, Macmillan, 1982 ; B. Lancaster, Radicalism, Co-operation and Socialism : Leicester Working-class Politics, Leicester, Leicester University Press, 1987, p. 76-84 ; J. Vincent, Formation of the Liberal Party, Londres, Constable, 1966, p. 111 (sur Rochdale).

24 East London Observer, 12 mars 1859, cité dans J. Vernon, Politics and the People, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 321.

25 A. Marcroft, Landmarks of Local Liberalism (Oldham Liberal Bazaar Souvenir), Oldham, Wildgoose, 1913, p. 103 ; D. Bail, Story of Failsworth, Oldham, Failsworth UDC, 1973, p. 91 ; S. Schofield, Short Stories about Failsworth Folk, Blackpool, Union, 1905, p. 64.

26 Star and National Trades’ Journal, 3 avril 1852.

27 Déclaration dans Dod’s Parliamentary Companion (2e éd., 1852), cité dans M. Stenton, Who’s Who of British Members of Parliament, Volume 1 : 1832-85, Hassocks, Harvester, 1976, p. 68.

28 Star and National Trades’ Journal, 3,17,24 avril ; Star of Freedom, 8 mai 1852. Voir aussi DNB, vol. 2.

29 Star of Freedom, 11 novembre 1852 ; A.R. Schoyen, Chartist Challenge, Londres, Heinemann, 1958, p. 225-228.

30 M. Taylor, Décliné of British Radicalism, 1847-60, Oxford, Clarendon, 1995, p. 87-93 ; Vernon, Politics and the People, op. cit., p. 202-203.

31 Schoyen, Chartist Challenge, op. cit., p. 230-231 ; Northern Tribune, 1 (1854), page de titre et table des matières.

32 L.D. Smith, Carpet Weavers and Carpet Masters, Kidderminster, Tompkinson, 1986, p. 251.

33 A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Suffolk, Chelmsford, Essex RCO, 1982, p. 83-84, 119-121 ; A. Wilson, Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 256-257.

34 B. Rees, « Lost years : Northumberland miners, 1844-62 », North-east Labour History, 19 (1985) ; Pickering, Chartism and the Chartists, op. cit., p. 290.

35 Chase, « Chartism, 1838-58 », art. cité, p. 166-167 ; Halifax Courier, 3 mai, et Halifax Guardian, 3 mars et 28 avril 1860.

36 Parliamentary Papers (rapports des comités), session de 1856 (343), vol. XIII, Select Committee on Masters and Opératives (Equitable Councils of Conciliation), q. 2-4.

37 NS, 3, 17 septembre, 22 octobre 1842, 21, 28 décembre 1844, 18 janvier et 29 novembre 1845.

38 Parliamentary Papers (rapports des comités), session de 1860 (307), vol. XXII, Select Committee on Masters and Opératives, q. 249.

39 « Censor », « Rechabitism versus Chartism », ECC, 56 [février 1842] ; T. Frost, Réminiscences of a Country Journalist, Londres, Ward, 1886, p. 94-95 ; M. Hewitt, Emergence of Stability in the Industrial City, Aldershot, Ashgate, 1996, p. 260 ; S. Cordery, British Friendly Societies, 1750-1914, Londres, Palgrave, 2003, p. 58-59 ; W. Stevens, Memoir of Thomas Martin Wheeler, Londres, Leno, 1862, p. 62-70,78-86 ; I. Prothero, Radical Artisans in England and France, 1830-70, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 151-155.

40 Monthly Report of the NAUT, 1er décembre 1847.

41 Notes to the People, vol. 2, p. 976 (mars) et p. 863 (février 1852).

42 Exemplaire de la collection Howell, Bishopsgate Institute, Londres.

43 M. Chase, Early Trade Unionism, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 211-214.

44 1856 Select Committee on Masters and Opératives (Equitable Councils of Conciliation), 1-511, et appendice 1, p. 255-256 ; 1860 Select Committee on Masters and Opératives, 249-385, et appendice 3, p. 103-107 ; Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 214 ; W.H. Fraser, Trade Unions and Society, Londres, Macmillan, 1974, p. 109 ; M. Curthoys, Governments, Labour and the Law in Mid-Victorian Britain, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 241.

45 T.W. Porter, « Ernest Jones and the Royal Literary Fund », Labour History Review, 57/3 (1992), p. 84-94. Parmi les autres bénéficiaires figuraient Massey et Cooper.

46 Tiller, « Late Chartism », art. cité, p. 328-329.

47 The Times, 16 septembre 1856.

48 The Democracy of Stalybridge to John Frost, Esq. [1856], exemplaire de la Tameside Local Studies Library, Ashton-under-Lyne, Tameside Broadsheets L322.

49 People’s Paper, 14 novembre 1857.

50 People’s Paper, 12 et 26 décembre 1857 ; Wallace, Organise !, op. cit., p. 94-95.

51 People’s Paper, 12 décembre, The Times, 29 décembre 1856.

52 D. Williams, John Frost, Cardiff, University of Wales, 1939, p. 321 ; L. Barrow, Independent Spirits, Londres, RKP, 1986, passim.

53 Lettre au rédacteur en chef, The Times, 17 juin 1857 ; J. Frost, Horrors of Convict Life, Londres, Holyoake, 1856 ; lettre à W.E. Adams, 15 décembre 1877, reproduite dans W.E. Adams, Memoirs of a Social Atom, Londres, Hutcheson, 1903, p. 201-202.

54 PP 1868-1869 (rapports des commissaires), XIII, Second Report of the Commissioners on the Employaient of Chirldren, Young Persons, and Women in Agriculture, appendice, 1re partie, p. 349.

55 T.M. Wheeler, Lost Money Found, Londres, Friend in Need, 1861, p. 13 ; pour plus de détails sur la vie de Wheeler, voir en particulier Stevens, Memoir, op. cit., et DLL, vol. 6.

56 Stevens, Memoir, op. cit., p. 76 ; National Union, novembre et 4 décembre 1858 ; Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 162, 242.

57 Cité dans J. Saville, Ernest Jones : Chartist, Londres, Lawrence & Wishart, 1952, p. 62-63.

58 People’s Paper, 4 septembre 1858.

59 People’s Paper, 13, 27 février 1858 ; Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 183-185 ; Saville, Ernest Jones, op. cit., p. 63-65, 68-69.

60 National Union, mai 1858.

61 Cooperative College, Manchester, documents Owen, Jones à R. Owen, 3 juin 1858.

62 F.E. Gillespie, Labor and Politics in England, 1850-67, Chicago, Duke University Press, 1926, p. 164-167 ; J. Allen, « Resurrecting Jérusalem », dans J. Allen et O. Ashton (éd.), Papers for the People, Londres, Merlin, 2005, p. 169-170,175-183 et suiv.

63 Cabinet Newspaper, 18 décembre 1858, cité dans Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 172 ; voir aussi p. 165,188,190,192.

64 Reynolds’Newspaper, 5 septembre 1858 ; The Times, 11 juillet 1859 ; Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 187-190.

65 The Times, 11 juillet 1859 ; Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 190.

66 Friend in Need Journal, 2/3 (mars 1862), p. 33-37 ; Stevens, Memoir, op. cit., p. 89.

67 NS, 28 décembre 1850 et voir plus haut, « Abram et Elizabeth Hanson ».

68 J. Wilson, Memories of a Labour Leader, Londres, Fisher Unwin, 1910, p. 30. Les députés « lib-lab » étaient élus avec le soutien conjoint du Labour (travaillistes) et des libéraux, en vertu de l’accord prévalant alors entre les deux partis (F.B.).

69 Ces calculs s’appuient sur J. Burnett et al., Autobiography of the Wbrking Class : An Annotated Critical Bibliography, vol. 1 et 3, Brighton, Harvester, 1984 et 1989, comme suit : années 1870 (8), 1880 (16), 1890 (13) et 1900 (13).

70 J.B. Leno, Aftermath, Londres, Reeves, 1892, p. 18-19 ; voir aussi E.F. Biagini, « Popular libérais, Gladstonian finance and the debate on taxation, 1860-74 », dans E.F. Biagini et A.J. Reid (éd.), Currents of Radicalism, Cambridge, Cambridge University Press, 1991, p. 136.

71 Leno, Aftermath, op. cit., p. 81.

72 Cité dans P. d’A. Jones, Christian Socialist Revival, 1877-1914, Princeton (NJ), Princeton University Press, 1968, p. 343.

73 DLB, vol. 7 ; P. Clarke, Lancashire and the New Liberalism, Cambridge, Cambridge University Press, 1971, p. 33-34 ; Newbould, Pages from a Life of Strife, op. cit., p. vii-xm.

74 York City Library, Local Studies Section, « Chartism MSS etc », Y342.42 ; G.J. Harney à F. Engels, 24 février 1893, reproduit dans F.G. Black et R.M. Black (éd.), The Harney Papers, Assen, Van Gorcum, 1969, p. 347-348.

75 1er août 1903, cité dans M. Bevir, « Republicanism, socialism and democracy », dans D. Nash et A. Taylor, Republicanism in Victorian Society, Stroud, Sutton, 2000, p. 77.

76 NotesQueries, 9e série, 9 (1902), p. 144, aussi p. 86, 251. Le « dernier chartiste » fut presque certainement Henry Clubb, ext-secrétaire de la WMA de Colchester et sénateur du Michigan, qui mourut en 1921 : voir Anon., History of the Philadelphian Bible-Christian Church, Philadelphie, Lippincott, 1922, p. 67-89.

77 J’ai rédigé cette phrase à partir du discours de Robert F. Kennedy à l’université de Capetown, le 6 juin 1966, accessible sur www.jfklibrary.org.

78 Inflation : The Value of the Pound. 1750-2001, Londres, House of Commons Library Research Paper 02/44, 2002.

79 Lawrence H. Officer, « Purchasing Power of British Pounds from 1264 to Présent », Measuring Worth, 2011 sur www.measuringworth.com/ppoweruk/, consulté le 11 octobre 2011.

80 C. Feinstein, « Pessimism perpetuated : real wages and the standard of living in Britain during and after the industrial révolution », Journal of Economie History, 58/3 (1998).

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search