Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Chapitre 10. « De bonnes pâtes de révolutionnaires » ? (avril 1848-1852)

Texte intégral

Après Kennington

  • 1 Ce récit s’appuie sur The Times, 14 avril, NS, 15 et 22 avril, Hansard, vol. XCVIII, 1848, col. 284 (...)

1Le jeudi 13 avril, un comité de la Chambre des communes présenta un rapport sur la pétition de masse soumise trois jours auparavant par O’Connor. À Kennington Common, ce dernier avait affirmé qu’elle réunissait 5 700 000 signatures, soit presque exactement le double de celle de 1842. Ce chiffre sonnait faux, d’autant plus que Jones l’arrondit quelques minutes plus tard à six millions, total qui frappa l’esprit du public. Selon le comité, treize employés travaillant pendant plus de dix-sept heures avaient calculé que ce total s’élevait à 1975 496 signatures. De plus, « un grand nombre » d’entre elles étaient inscrites l’une après l’autre par la même main, et « un grand nombre émanait de personnes qui ne pouvaient être censées avoir approuvé sa prière : parmi elles se trouvaient les noms de Sa Majesté, signé Victoria Rex, du duc de Wellington, de sir Robert Peel, etc. etc. ». Le rapport signalait encore qu’un autre « nombre important » était visiblement factice et que beaucoup de noms étaient obscènes. Le comité ne chiffrait pas ces grands nombres, même si les clercs avaient réussi à calculer le total avec une précision aussi factice que les estimations d’O’Connor et de Jones. Pour saper encore davantage toute confiance en la pétition, la Chambre souligna que 82 signatures sur 1 000 étaient celles de femmes1.

2O’Connor se livra à des calculs frénétiques pour comprendre la logistique du comité : les employés avaient dû compter sans interruption à un rythme moyen de 150 noms par minute. Cela était physiquement impossible, selon lui, et il déclara qu’avec la motion demandant la mise en place de la Charte, qu’il avait déjà annoncée pour le lendemain, il exigerait une commission d’enquête. Hélas, il concéda également qu’il ignorait le contenu de la pétition, dont il n’avait pas vu une seule page. Il prétendit aussi que les faux noms qu’elle contenait étaient l’œuvre d’espions du gouvernement. Le pire fut sa réaction aux commentaires – personnels et véhéments, il faut le reconnaître – formulés par un membre du comité, William Cripps. O’Connor exigea « satisfaction hors de la Chambre », ce qui revenait à provoquer son adversaire en duel, après quoi il partit d’un pas majestueux. En son absence, Cripps présenta ses excuses pour son langage fort peu parlementaire et les députés votèrent pour qu’il soit demandé à O’Connor de revenir et de régler cette question.

  • 2 Les électeurs de Cirencester, circonscription de Cripps, expliquèrent qu’ils avaient copié les noms (...)

3Entre-temps, toujours obligeant, Jones accepta d’être le second d’O’Connor et courut à la Chambre avec un défi écrit pour Cripps. Lorsqu’un messager des Communes trouva O’Connor aux bureaux du Northern Star, celui-ci refusa de regagner la Chambre. Sur une motion de Russell, le Premier ministre, les députés convinrent qu’il devrait être appréhendé par un sergent et ramené à la Chambre. Feargus finit par être escorté et Cripps répéta ses excuses. Le premier les accepta mais, piqué au vif, retira ensuite la motion qu’il voulait présenter le lendemain : « Il laisserait les mérites de la pétition entre le gouvernement et le pays, et entre le gouvernement et ceux qui l’avait signée. » L’affaire en resta là. Ce fut un épisode hors du commun. En vingt ans, l’opinion publique avait changé du tout au tout quant à la pratique du duel – il avait notamment été interdit dans les forces armées en 1844. Cette mise en évidence de sa tendance croissante à des gestes inconsidérés nuisit à O’Connor – peu après, il provoqua en duel un autre député pour des remarques formulées au cours du même débat. Fait bien plus significatif, son impétuosité priva le chartisme de sa seule véritable occasion de contester les calculs du comité, de monter une défense raisonnée des irrégularités de la pétition – rares étaient les pétitions irréprochables, comme le savait parfaitement la Chambre –, ou de prouver que le chiffre avancé par la Chambre correspondait au double de l’électorat britannique et au quadruple du total des voix exprimées lors de l’élection générale de 18472.

4Comme l’albatros de la « Complainte du vieux marin » de Samuel Coleridge, l’intégrité de la pétition de 1848 était désormais suspendue au cou du chartisme, qui ne pourrait jamais s’en débarrasser. C’est toute la crédibilité du mouvement qui était enjeu. Russell lui-même avait proposé qu’O’Connor soit arrêté, et cette décision était lourde de symbole. Son gouvernement avait directement coordonné l’encadrement de la manifestation du 10 avril ; en langage moderne, il avait géré une efficace campagne médiatique pour déprécier les chartistes. Les policiers spéciaux avaient été présentés au pays comme une armée de vengeurs patriotiques parmi lesquels toutes les classes se mêlaient, même si les seuls ouvriers à se porter volontaire en nombre significatif et sans pression de leurs employeurs furent les débardeurs de charbon, dont les efforts furent rémunérés par le gouvernement.

  • 3 NS, 22 avril 1848.
  • 4 D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 136-142.
  • 5 Lord Broughton [J.C. Hobhouse], Recollections of a Long Life, Londres, Murray, 1911, p. 214.
  • 6 Reports of State Trials, Londres, HMSO, 1896, vol. 7, col. 480.

5Tandis que la controverse faisait rage pour déterminer si le meeting de Kennington Common avait bien attiré 250 000 personnes comme le prétendaient les chartistes, un reporter travaillant pour le Times admit que « lundi soir, les commissaires de police ont envoyé à la presse un document marqué “privé”, demandant de publier qu’il n’y avait à ce meeting que 15 000 personnes3 ». Les journaux du lundi soir, partis pour l’imprimerie avant que ce message n’arrive, évaluaient la participation entre 80 000 et 150 000 personnes. Par contraste, les journaux du 11 (sauf le Morning Chronicle, farouchement indépendant) l’estimèrent entre 10 000 et 30 000 personnes, seul le Times parlant de 50 000 participants selon « l’estimation la plus généreuse4 ». La réputation de sir George Grey, le secrétaire au Home Office, bénéficia grandement de l’issue du 10 avril. Ce soir-là, il entra aux Communes et « avant qu’il ait pu dire un mot, il fut salué par les plus sonores acclamations de tous les côtés de la Chambre, comme si nous lui devions notre sécurité5 ». Non sans sagacité, le gouvernement choisit de présenter ce soir-là à la Chambre son projet de loi sur la sécurité de la Couronne et du gouvernement. C’était une mesure qui redéfinissait et étendait le crime de trahison, incluant un nouveau délit de « propos ouverts et avisés ». Le texte ne suscita guère d’opposition et devint loi en moins de douze jours. Comme William Cuffay devait le remarquer plus tard, il est curieux de constater « comme tout ce qui vise à réduire les droits de la classe ouvrière peut être voté en quelques heures6 ».

  • 7 H. Berlioz, Mémoires d’un musicien, dans Le Monde illustré, 78 (9 octobre 1858), p. 231.
  • 8 Papersfor the People, 6 mai 1848.

6« Allons, les chartistes sont de bonnes pâtes de révolutionnaires », nota Hector Berlioz, qui vivait alors à Londres et assista au meeting de Kennington Common. Le compositeur français ajouta à leur adresse : « Vous vous entendez à faire des émeutes comme les Italiens à écrire des symphonies7. » C’était injuste, du moins pour les chartistes. L’émeute n’était pas directement ce qu’ils avaient en tête. Douze mois auparavant, le chartisme semblait sur le déclin, aux marges de la vie politique. Durant quelques mois de frénésie, le mouvement avait retrouvé son caractère de plateforme de masse, dans l’espoir que la simple force du nombre intimiderait un gouvernement satisfait de lui-même ou le pousserait à une agression malvenue à la manière de Peterloo. Le chartisme s’avérait maintenant déficient. Comme le déclara en mai 1848 le premier numéro de Papers for the People, nouveau journal socialiste chrétien, « les chartistes ont choisi de lier leur cause à un déploiement de force physique, et ils ont été accablés par un déploiement de force physique. Ils ont fait du nombre leur argument, et il s’est retourné contre eux8 ».

  • 9 The Times, 15 avril et NS, 15 avril (3e éd.) 1848.

7La convention ne pouvait que fulminer contre les actes anticonstitutionnels du gouvernement qui bloquait l’exercice légitime du droit de faire pétition, tandis que les délégués comprenaient peu à peu que l’exécutif avait malgré lui tout gâché en bâclant la pétition. Le calendrier révisé annoncé le 18 mars avait laissé trop peu de temps pour collecter, livrer et collationner les signatures. Des feuilles totalisant près de 200 000 signatures étaient apparemment encore entassées dans les bureaux de la NCA et 47 000 autres devaient encore arriver de Halifax – ces deux informations furent omises dans les articles du Star. La stratégie convenue – si le Parlement rejetait la pétition, une assemblée nationale préparerait un mémoire pour la reine – ne tentait plus grand monde. Certains, comme Cuffay, refusèrent de participer ; O’Connor, jusque-là favorable à cette idée, la condamnait à présent sans appel. Les délégués repoussèrent l’assemblée d’une semaine et rédigèrent eux-mêmes le mémoire en vue de son adoption lors des meetings du week-end de Pâques (22-23 avril). « Ces îles présentent le spectacle anormal d’un peuple affamé au milieu de l’opulence », commençait le mémoire, qui concluait en priant la reine de dissoudre le Parlement, de renvoyer ses ministres « et d’appeler à votre aide les hommes qui feront de la Charte du Peuple une mesure gouvernementale9 ». La convention se dissout ensuite et les délégués s’embarquèrent dans un week-end d’agitation intensive.

  • 10 NS, 22 avril, 1er juillet 1848 ; HO 45/2410/3, P 318, 4 avril (High Wycombe) et 45/2410/4, P 920 (B (...)
  • 11 Chadwick : DLB, vol. 7. Clubb : A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Suffolk, Chelmsford, Essex CRO, (...)

8Ils furent néanmoins contrecarrés par le manque de temps et d’argent – la convention n’avait été tirée de ses embarras financiers que par un don anonyme de cent livres, provenant presque certainement d’O’Connor. Cependant, le mouvement qu’ils découvrirent était vivace et même en expansion. Le chartisme avait conquis de nouveaux centres et s’était réaffirmé dans les anciens. Parmi ces derniers, en sommeil depuis 1839, figuraient Buckley (dans le nord du pays de Galles), Cirencester et Devonport. Parmi les nouvelles localités se trouvaient Beverley et Driffield dans l’est du Yorkshire, Dartford (Kent), High Wycombe (Buckinghamshire), et en Écosse St Andrews et Holytown (au nord de Motherwell). Le maillage quasiment excessif auquel le mouvement était parvenu dans ses premières années signifiait que ces localités étaient petites, mais leur existence est un baromètre utile pour juger le chartisme en 1848. De plus, leur engagement en faveur du chartisme ne tenait pas seulement au plan agraire. Le bourg de Dartford, par exemple, créa sa branche de la NCA en 1848, réunit 935 signatures pour la pétition et se lança dans une guerre de pamphlets avec les adversaires, mais n’accueillit jamais de branche du plan agraire10. Beaucoup de localités donnaient aussi des signes encourageants de sang neuf. Par exemple, les branches de la NCA à Manchester et à Colchester avaient toutes deux d’énergiques secrétaires adolescents. À Manchester, William Chadwick s’activa pour organiser les sans-emploi, tandis qu’à Colchester Henry Clubb souda les différentes localités chartistes de la région et les branches du plan agraire en une unique Essex and Suffolk Chartist Union11. Malgré leur frustration et leur désarroi liés aux événements du 10 avril, les chartistes étaient loin d’être vaincus.

  • 12 A. Alison, Some Account of My Life, Édimbourg, Blackwood, 1883, vol. 1, p. 580.
  • 13 Bolton Chronicle, 20 mai 1848. Le meilleur récit de l’assemblée reste R.G. Gammage, History of the (...)

9Naturellement, cela dit, les localités anciennes et nouvelles partageaient la déception de Kennington Common. Archibald Alison estima que, le 11 avril, on pouvait repérer les chartistes de Glasgow rien qu’à leur mine dépitée12. La gestion des événements par l’exécutif fut souvent critiquée, et beaucoup étaient sceptiques quant à la prochaine étape d’agitation envisagée. La National Assembly qui se réunit à Londres le 1er mai fut bien terne. Rien de concret ne résulta des propositions ambitieuses visant à en faire un corps vraiment représentatif, avec par exemple un tiers des sièges réservés aux syndicats. Sur un nombre théorique de 100 délégués, seuls 54 se présentèrent. Ce fut « un échec complet », déclara Matthew Stevenson dans sa circonscription de Bolton ; de plus, « il y avait eu des divisions considérables au sein de l’assemblée, et donc fort peu de besogne accomplie. Il avait cependant été établi qu’il n’y avait pas 5000 chartistes répertoriés ». Il voulait parler des membres salariés de la NCA. Leur nombre, du moins depuis le sommet de 50 000 atteint en 1842, était un point sur lequel l’exécutif avait longtemps menti, alors que les sommes dérisoires qu’il recevait (surtout par rapport au plan agraire) auraient pu servir d’indice13.

  • 14 Memoranda of the Chartist Agitation in Dundee, Dundee, Kidd, 1889, p. 75 ; A. Wilson, Chartist Move (...)

10Jones tenta vaillamment de motiver les troupes, en soulignant que des « gardes nationales » se formaient dans les villes écossaises, promettant leur soutien « si cette assemblée se constituait en parlement ». Jones avait été grisé par l’accueil qu’il avait reçu à Pâques lors de sa tournée en Écosse comme missionnaire de la convention. Des gardes nationales se formaient en effet à Aberdeen, Dundee et Edimbourg, dans une atmosphère sans concession. Donald Mackay, ancien soldat, chartiste d’Edimbourg, déclara à un auditoire à Dundee : « Il était absolument nécessaire de renverser le gouvernement, sinon dans peu de temps ils seraient tous affamés (applaudissements sonores). La force morale n’était que fadaises ». Le « général » autoproclamé poursuivit ainsi : « Sir William Wallace était-il l’homme de la force morale14 ? » Mais les effectifs des gardes nationales n’étaient que d’un dixième de ce que leur attribuait Jones ; de plus, les sentiments de Mackay n’étaient pas partagés par les Écossais de l’assemblée. Néanmoins, ils critiquèrent sévèrement O’Connor et se déclarèrent même favorables à un changement de nom de la NCA pour que celle-ci prenne ses distances par rapport à lui.

11Ils n’étaient pas seuls à exprimer de tels sentiments. John Shaw (Tower Hamlets) « se plaignit du mal fait à la cause par M.F. O’Connor, et dit qu’un groupe de réformateurs inflexibles étaient prêts à lancer un journal en opposition au Northern Star, qui montrerait M. O’Connor sous ses vraies couleurs ». L’assemblée accomplit pourtant deux missions concrètes. D’abord, un nouveau plan de réorganisation fondé sur le format des « classes » pour lequel, au début de la décennie, beaucoup de centres avaient opté dans le nord du pays, mais dont la régularité – dix hommes par classe, dix classes par quartier – ressemblaient (de façon suspecte, aux yeux des autorités) à la structure cellulaire employée par les Irlandais unis des années 1790. Ensuite, l’assemblée prépara l’élection d’un nouvel exécutif, et créa un réseau de prosélytes pour remplacer les conférenciers payés. Le nouvel exécutif incluait O’Connor (président), Jones, Samuel Kydd (secrétaire), McDouall et John McCrae, pasteur de l’Église chartiste et radical de longue date dans l’Ayrshire. Après deux semaines de déchirements internes, l’assemblée fut dissoute. La présentation du mémoire à la reine fut repoussée sine die sous un prétexte qui permettait de sauver la face : il n’y avait pas eu moyen d’obtenir une audience. Dans le débat lié à la dissolution, un Jones tout à fait dégrisé chercha à rallier les délégués par un discours mesuré – « ils devaient repartir de la source de la démocratie »– et félicitant l’assemblée pour avoir su maintenir l’unité chartiste. William Vernon l’attaqua alors avec vigueur :

  • 15 NS, 6 et 20 mai 1848.

À quoi bon masquer le fait qu’il existait une division parmi les chartistes quant au meilleur moyen de parvenir à leurs objectifs ? [...] Il ne comprenait pas M.E. Jones lorsqu’il disait qu’il y avait division mais pas désunion. Pour sa part, il affirmait qu’ils étaient désunis. Le 10 avril n’était pas une victoire, comme on l’avait prétendu, mais une défaite insigne [...] Beaucoup d’entre eux ne croyaient pas que la Charte serait obtenue par les pétitions et l’agitation [...] en fait, ils devraient se battre pour elle15.

La terreur et l’inquiétude

12Vernon n’était pas le seul à s’impatienter de devoir être une « bonne pâte de révolutionnaire ». Le contexte des controverses qui s’emparèrent de l’assemblée ne s’articulait pas seulement autour d’O’Connor et du 10 avril. La situation en Irlande semblait lourde d’une menace d’insurrection ; en Grande-Bretagne, confédérés et chartistes agissaient de plus en plus de concert, tandis que l’humeur du nord de l’Angleterre rappelait de plus en plus les troubles de 1838-1839. Chacun de ces points doit être brièvement examiné.

  • 16 J. Belchem, « Britishness, the United Kingdom and the révolutions of 1848 », Labour History Review, (...)

13La « révolution » irlandaise de 1848 fut un épisode fort peu glorieux, qui s’effondra au bout d’une semaine avec une bataille entre une centaine de confédérés et quarante policiers, le 29 juillet, dans un champ de choux à Tipperary. Cela ne doit pourtant pas masquer l’ampleur de la menace que le gouvernement britannique percevait dans le potentiel d’une rébellion irlandaise. En réponse à des renseignements indiquant que des fonds, des armes et une « brigade irlandaise » émigrée arriveraient d’Amérique, les navires entrant dans les eaux britanniques étaient fouillés. Les docks de Liverpool et le château de Dublin étaient reliés directement par télégraphe – l’usage de cette nouvelle technologie par le gouvernement se développait très vite16. En fait, l’importance durable du soulèvement mené par Smith O’Brien tient à sa valeur d’exemple intellectuel plutôt que comme inspiration pratique.

14Pour un grand nombre de chartistes britanniques à l’été 1848, les dirigeants du mouvement furent bien une source d’inspiration. John Mitchel, rédacteur en chef de The United Irishman, attira une grande attention, en partie parce que son journal se vendait fort bien en Grande-Bretagne, mais aussi parce qu’il fut la première personne à être mise en accusation dans le cadre du tout nouveau Crown and Government Security Act. Il fut arrêté le 13 mai et, à la fin du mois, il partit pour l’Australie où il était condamné à passer quatorze ans en déportation. Le sort de Mitchel insuffla un dynamisme aux événements en Angleterre. Même si les chartistes anglais étaient loin d’être unis sur cette question, il y eut de nombreuses manifestations pour exprimer leur solidarité avec Mitchel.

  • 17 Bradford Observer, 16 mars 1848 ; HO 45/2410/3, fo 997.

15Bradford, où la convergence du chartisme et des confédérés était totale, s’approchait de la rébellion ouverte. C’est là, et à Londres, que se développa le plus grave problème pour les autorités. Les principaux membres de la NCA de Bradford étaient tous irlandais. Deux d’entre eux, George White, peigneur de laine et chartiste professionnel intermittent, et le cordonnier John W. Smyth eurent un certain impact sur la scène nationale. Le second était le secrétaire de la NCA locale et regagnait souvent son Limerick natal, tandis que le premier voyageait constamment. « Las de venir aux meetings pour ne rien faire », dit-il lors d’un meeting de plein air dans le West Riding en mars, il fut en déplacement tout l’été, en général en compagnie d’émissaires irlandais17.

  • 18 HO 45/2410/5, fos 1002, 1017-1023 ; voir aussi D. Wright, Chartist Risings in Bradford, Bradford, B (...)

16La forte population irlandaise de Bradford était représentée de façon disproportionnée parmi les peigneurs de laine, profession en déclin. Dans toute cette région, les « éclaireurs chartistes » surveillaient la police et l’armée tandis que, la nuit, la Garde nationale dispensait un entraînement au maniement des piques sur la lande voisine. Le 19 mai, les magistrats de Bradford signalèrent que la police avait perdu le contrôle d’Adelaide Street, place forte chartiste au cœur du quartier irlandais de la ville. Le 23, quand McDouall vint assister à un rassemblement de masse, 2 000 habitants de Halifax vinrent rejoindre les 10 000 participants de Bradford pour un extraordinaire déploiement quasi militaire, avec fanfares et drapeaux tricolores flottant sur des piques18.

  • 19 T.W. Reid, Life of the Right Honourable William Edward Forster, Londres, Chapman, 1888, p. 138 ; A. (...)

17Dans une atmosphère tendue par la présence de 1500 policiers spéciaux et de 800 soldats, un industriel local, revenant d’un voyage à l’étranger, détecta « beaucoup de peur et de méfiance, et une certaine amertume de classe ». Même à cinquante kilomètres de là, dans la ville somnolente de York, la violence qui surgit le 24 mai lors d’une élection partielle – où Vincent était candidat – suscita dans l’arrière-pays rural la rumeur d’une « insurrection » chartiste de la ville19.

18Un éditorial paru dans le Halifax Guardian du 27 mai s’en prenait aux individus extérieurs, comme Richard Cobden, qui sous-estimaient l’etat du nord de l’Angleterre :

  • 20 Halifax Guardian, 27 mai 1848.

M. Cobden déclare que les chartistes sont un « parti petit, insignifiant et impuissant ». Il y a dans le Lancashire et le Yorkshire quelques personnes qui pourraient lui raconter une tout autre histoire [...] Nous ne sommes pas chartistes [...] nous ne souhaitons pas surestimer le nombre ou l’importance du groupe chartiste. Mais un parti qui réunit des dizaines de milliers d’hommes pour prouver son attachement à un principe politique n’est ni « petit » ni « insignifiant »20.

  • 21 HO 45/2410/5, fos 1038, 1048.

Cet éditorial fut écrit sans savoir que, le même jour à Dublin, Mitchel avait été condamné pour trahison, ou que Joe Grady, « chef des confédérés irlandais de Bradford » appelait à « l’Agitation, de plus en plus, elle empêchera le gouvernement d’envoyer des soldats supplémentaires en Irlande, et si Mitchel est jugé coupable, la Révolution éclatera aussitôt en Irlande ». Les inspecteurs de la Metropolitan Police arrivèrent le lendemain à Bradford pour conseiller les magistrats locaux. Deux jours auparavant, la police avait brièvement perdu le contrôle de la ville voisine de Bingley, et une foule chartiste avait libéré deux prisonniers. Les autorités de Bradford se concentrèrent d’autant plus sur le problème et il fut prévu d’interdire l’entraînement chartiste et de sécuriser le dédale de ruelles et de cours autour d’Adelaide Street21.

19Ce plan fut un échec total. Apparemment toute la population du quartier descendit dans les rues pour affronter la police ou se mit à lancer des projectiles par les fenêtres des étages. La police dut reculer et la foule se répandit dans la ville, chantant et psalmodiant des hymnes chartistes. Un second assaut dans l’après-midi ne put réussir qu’avec les renforts de l’infanterie et des dragons. Une fouille porte-à-porte livra deux piques et se traduisit par dix-huit arrestations.

20L’autre ville où Mitchel était visiblement soutenu était bien sûr Londres, où l’entrelacement des chartistes et des confédérés faisait écho à la situation de Bradford. Le 29 juin eut lieu une grande manifestation de soutien à Mitchel. Plusieurs milliers de personnes se réunirent à Clerkenwell Green et furent organisés en défilé discipliné par John Fussell, Joseph Williams et Daniel McCarthy. Tous trois étaient de vieux chartistes, proches du centre du mouvement londonien. Fussell avait joué un rôle important parmi les chartistes militants de Birmingham en 1839 (voir chapitre 3) ; nous avons aperçu au chapitre 9 Williams, vétéran de la LDA, alors qu’il soutenait Reynolds dans Trafalgar Square le 6 mars ; et McCarthy, d’origine irlandaise, était un pilier de la branche de la NCA réservée aux cordonniers et bottiers de la City. Rejointe dans Finsbury Square par une foule semblable, que conduisaient Jones, McCrae et McDouall, venant de Stepney Green, la colonne poursuivit jusque Trafalgar Square. « Elle était augmentée à chaque rue par des groupes nombreux ; le parti disait “Placez-vous dans les rangs” et les gens obéissaient au passage », signala le Times. Le journal estima la participation entre 50 000 et 60 000 personnes et, comme bien d’autres observateurs, fut frappé par la discipline de cette foule qui chantait et par sa dispersion pacifique et progressive lors du retour à Finsbury. Ce soir-là, pourtant, un noyau de quelque 3 000 résista pendant plusieurs heures aux tentatives de la police visant à les disperser. La réaction du gouvernement fut d’interdire aussitôt tous les meetings et défilés « calculés pour susciter la terreur et l’inquiétude ».

  • 22 Goodway, London Chartism, op. cit., p. 81-83,117-119 (citation p. 81) ; J.B. Leno, The Aftermath, L (...)
  • 23 C.C.F. Greville, The Greville Memoirs, 1814-60, L. Strachey et R. Fulford (éd.), Londres, Macmillan (...)

21Plusieurs nuits de troubles limités s’ensuivirent dans les quartiers de Finsbury et de Clerkenwell, lors desquelles des soldats furent déployés et où l’attitude de la police inspira de nombreuses critiques. Par exemple, le cordonnier John Leno, récente recrue chartiste idéaliste et antithèse du « brutal » des rues, était en train d’évoquer « la question irlandaise » avec un petit attroupement quand un policier en civil « se mit à me rouer de coups de matraque [...] jusqu’à ce que le sang ruisselle sur mon visage ». Dans le Times du 2 juin, on put lire : « Le chartisme n’est ni mort ni assoupi. Le serpent a été blessé, mais pas tué, le 10 avril. Le printemps qui avance lui a apporté chaleur, vigueur et renouveau22. » Le 3 juin, le haut fonctionnaire Charles Greville nota dans son journal : « Le gouvernement est maintenant très embarrassé par les manifestations chartistes qui ont lieu dans diverses parties du pays, et beaucoup qui ont servi comme policiers spéciaux le 10 avril déclarent qu’ils ne le referaient pas si une nouvelle manifestation l’exigeait23. »

  • 24 NS, 15 juillet 1848 ; Goodway, London Chartism, op. cit., p. 83-85, 119-122.
  • 25 MEPO 2/66 et 2/67.
  • 26 TS 11/136, fo 91.

22Le lendemain fut marqué par la plus sérieuse de toutes les manifestations organisées pour Mitchel, à Bishop Bonner’s Fields, dans Bethnal Green. Le nombre de manifestants impliqués était faible – 8 000 au maximum – mais l’humeur était à l’affrontement. Ernest Jones y fit une apparition alors qu’il partait pour le nord du pays, et il supplia la foule de se montrer patiente. Il leur rappela que l’exécutif avait choisi le 12 juin, le lundi de Pentecôte, pour des meetings simultanés dans toute la Grande-Bretagne : l’heure n’était pas à l’action précipitée. Jones parlait pour apaiser la foule, mais ne put résister au plaisir d’une péroraison poétique : « De la préparation, de l’organisation, voilà ce qu’il nous faut, et le Drapeau Vert flottera sur Downing Street et St Stephens », c’est-à-dire sur le Parlement. Là-dessus, il partit prendre un train. Alors que la foule commençait à se disperser, un dérapage se produisit. Selon une version des faits, quarante policiers, restés toute la journée en faction dans une église voisine, surgirent dans la rue : beaucoup étaient ivres et tous se jetèrent à l’aveugle sur la foule. Une version plus vraisemblable est qu’une partie de la foule, comprenant que la police était dans l’église, l’attaqua à coups de briques et de pierres. Le résultat est le même : avec le renfort de détachements supplémentaires, la police se déploya dans Bethnal Green, s’introduisit dans les maisons et les débits de bière et attaqua tous ceux qui présentaient une résistance. Ce fut un épisode déplaisant, uniquement compréhensible dans le contexte de la profonde antipathie envers la police, endémique dans une grande partie de la capitale, qui se superposait au chartisme. En ce dimanche 4 juin, les agents de la police métropolitaine, épuisés par plus d’une semaine de violences, rendirent antipathie pour antipathie24. Pour la police, la conséquence immédiate fut un épais dossier de plaintes détaillées et un autre de témoignages plus anodins25. Pour Jones, la conséquence – d’autant plus étonnante qu’il avait souvent exprimé des sentiments bien plus belliqueux – en fut son arrestation deux jours plus tard. Le gouvernement décida d’imposer une interdiction générale de tous les meetings publics dans Londres ou à proximité pour le lundi de Pentecôte26.

  • 27 MEPO 2/43 (dossier étrangers), 7 juin 1848 ; The Times, 14 juin 1848 ; M.R.D. Foot et H.C.G. Matthe (...)

23Soudain, la « victoire » d’O’Connor à Kennington Common ne semblait plus si factice, puisqu’il avait obtenu la reconnaissance de la liberté d’assemblée. Le lundi 12 juin, et non le 10 avril, fut lepreuve la plus dure pour la résolution du gouvernement et sa capacité à réprimer le mécontentement, épreuve qui le conduisit à imposer les mesures physiques et juridiques les plus draconiennes. Dans un climat de nervosité liée à l’arrivée sur les côtes du Kent d’un « grand nombre d’étrangers » dont les vues semblaient « coïncider avec celles des chartistes », alors que les piques étaient en vente libre au Confédérale Club installé dans les bureaux de la NCA à Soho, et que les renseignements indiquaient que le lundi de Pentecôte était « le jour fixé pour les troubles », la mobilisation militaire était égale à celle du 10 avril. On enrôla pourtant moins de gardes spéciaux. Beaucoup d’entre eux, comme Gladstone, restèrent calfeutrés chez eux en attendant d’être appelés. Les magistrats se dispersèrent à des points clés où les soldats et la police étaient concentrés ; des tribunaux devaient siéger la nuit ; des établissements publics comme la Banque d’Angleterre, le Royal Mint (la Monnaie royale), les workhouses et les usines de poudre de Waltham Abbey, furent remplis de soldats, et le Parlement accueillit « non seulement des soldats mais aussi des provisions comme pour un siège27 ».

  • 28 Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 231-232 ; NS, 17 juin 1848.

24Contrairement au 10 avril, les ramifications du lundi de Pentecôte se propagèrent dans toute la nation. L’exécutif invita à noter exactement le chiffre de participants à chaque meeting, pour ne pas renouveler l’embarras de la pétition. Le gouvernement voulait humilier le chartisme. Les mouvements de troupes dans les villes principales au cours du week-end précédent encombrèrent tellement la gare de Crewe, par exemple, qu’une grave collision eut lieu quand un train d’excursion heurta un train de transport de troupes. Beaucoup de magistrats provinciaux suivirent l’exemple de Westminster et tentèrent d’interdire les meetings chartistes. À Edimbourg un défilé dans la ville fut interdit et une procession de remplacement fut dispersée par la police et les gardes spéciaux. À Liverpool, un rassemblement chartiste et confédéré fut annulé à cause d’une forte présence policière, au lieu de quoi un meeting eut lieu dans un music-hall voisin28.

  • 29 T. Frost, Forty Years’ Recollections, Londres, Sampson Low, 1880, p. 152.
  • 30 HO 2410/3, 13 juin (île de Wight) et P 103B (affiche de Nottingham, 7 juin) ; White cité dans Manch (...)
  • 31 A.M. Hadfield, Chartist Land Company, Newton Abbot, David & Charles, 1970, p. 190.

25Dans certains milieux, on pensa, avant et après l’événement, que le lundi de Pentecôte avait été prévu comme soulèvement national. C’est ce qu’affirma notamment Thomas Frost, chartiste de Croydon, habituellement bien renseigné29. Tous les éléments disponibles contredisent pourtant cette idée. Premièrement, le concept de « meetings simultanés » était lui-même élastique. Certaines manifestations majeures, comme celles prévues à Blackstone Edge à la frontière entre Lancashire et Yorkshire, ou à Glasgow Green, eurent lieu le samedi ou le dimanche plutôt que le lundi ; le mardi, les chartistes de l’île de Wight, avec des renforts de Londres, montèrent une petite manifestation aux portes d’Osborne House, le château de la reine Victoria. Non sans prudence, peut-être, ils prétendirent être des membres de la mutuelle des forestiers. Deuxièmement, les meetings de la Pentecôte n’avaient pas d’objectif précis. La mobilisation avait un peu perdu de vue la réaffirmation de la justesse de la cause chartiste. L’assemblée de Bradford à Toftshaw Moor avait surtout pour but l’autocongratulation, après le succès du 29 mai : « Ils avaient établi une république là-bas », déclara George White avec exubérance à la foule enthousiaste. Le discours de Samuel Kydd à une « grande manifestation » sur la place du marché de Nottingham fut annoncé comme expliquant « la situation présente du pays, et les grands espoirs qu’on peut avoir d’obtenir rapidement la Charte du Peuple ». Y assister « par milliers » était recommandé uniquement pour donner tort à Cobden qui avait décrit les chartistes comme une « minorité insignifiante30 ». O’Connor s’était d’emblée prononcé contre l’idée de meetings simultanés et il passa ostensiblement le 12 juin au domaine de Snigs End, dans le Gloucestershire, à accueillir les premiers propriétaires qui arrivaient ce jour-là – le petit-fils de l’un de ces premiers bénéficiaires du plan agraire, qui vivait encore sur le terrain familial dans les années 1960, se rappelait avoir entendu raconter qu’O’Connor était arrivé du domaine de Minster Lovell dans une voiture imposante équipée de postillons31.

  • 32 Greville Memoirs, vol. 6, p. 77 ; The Times, 13 juin, et NS, 17 juin 1848.

26Toute hypothèse quant aux intentions révolutionnaires du 12 juin doit donc concerner Londres, où la figure solitaire de McDouall – tous les autres membres de l’exécutif étant hors de la capitale – fut chargée de coordonner une manifestation monstre bravant l’interdit du gouvernement, dont le site était – choix provocateur – Bishop Bonner’s Fields. 1500 policiers à pied et 100 à cheval l’accueillirent à son arrivée ; 500 vétérans de l’armée attendaient dans la cour d’un workhouse voisin et deux escadrons de cavalerie n’étaient pas loin. McDouall demanda à un magistrat présent si ces mesures visaient à empêcher le meeting. « Oui, monsieur », lui répondit-on. Déçu, McDouall fit le tour du champ pour dire aux groupes de manifestants de rentrer chez eux ; puis, sous une averse de plus en plus forte, correspondant à l’humeur morose des chartistes, il partit se réfugier dans un débit de bière de Bethnal Green Road. La manifestation chartiste tant redoutée s’était terminée non par des panaches de fumée mais sous une pluie torrentielle, et le Times put commenter le curieux spectacle : policiers, « tisserands insatisfaits, jeunes gens amusés et adultes sombres, confédérés musclés », tous s’abritant sous les arbres de Victoria Park32.

  • 33 HO 45/2410/2, information sur Davis, 12 et 14 juin, et Reading, 12 juin ; Goodway, London Chartism, (...)

27Ce fut une révélation pour McDouall qui décida alors que les chartistes ne devaient plus être de bonnes pâtes de révolutionnaires. C’est seulement alors qu’un véritable complot chartiste prit forme. Cet après-midi-là, à l’Albion, il présida un groupe de chartistes londoniens dépités. Ils acceptèrent de créer un comité pour « fixer le jour et l’heure où aurait lieu le combat final ». Le groupe incluait George Davis, chartiste de Greenwich, et un reporter du Northern Star, qui tous deux informèrent aussitôt le gouvernement de ce qui se tramait. Les dossiers du Home Office sont remplis de courriers d’espions, émanant surtout d’informateurs réguliers de valeur limitée. Cependant, le reporter, T.R. Reading, semble n’avoir contacté le Home Office qu’une seule fois auparavant, pour indiquer que Beniowski et Taylor comptaient se rendre à Newport en novembre 1839. On peut raisonnablement supposer qu’il n’était donc pas un informateur professionnel, mais un chartiste convaincu hostile à la violence conspiratrice et que sa décision reflétait la gravité de ce qu’il avait entendu33.

  • 34 Goodway, London Chartism, op. cit., p. 86-89.

28L’atmosphère n’était certainement pas rose au débit de bière Albion. Ernest Jones ne fut pas le seul dirigeant chartiste à être arrêté. Fussell, Williams, Vernon et Alexander Sharp, également délégué de Tower Hamlets à la National Assembly, avaient tous été récemment arrêtés. Le mardi matin, les conspirateurs examinaient un plan de la capitale, afin de choisir les lieux des barricades et les bâtiments publics à incendier. Ils avaient décidé que le dimanche suivant, 18 juin, serait la date la plus tardive pour l’insurrection. Mais inexplicablement, McDouall manqua la réunion du mardi soir et envoya un message émanant de lui-même et d’un autre membre de l’exécutif, John McCrae : tout le projet devait être abandonné34. L’exécutif s’inquiétait de la présence d’espions. Et s’il était au courant du complot, il est probable qu’O’Connor – désormais président de l’exécutif et donc chef du chartisme en titre autant que de facto – aurait invoqué toute son autorité pour le supprimer.

  • 35 NS, 1, 22 juillet 1848 ; Authentic Report of the Trial of Doctor Peter McDouall, Manchester, Heywoo (...)

29Pendant quelques semaines, le rythme frénétique des meetings et des processions connut un ralentissement. L’unique exception fut les funérailles grandioses d’un tisseur de soie de l’est de Londres qui était mort du typhus mais dont le trépas, selon le médecin légiste, était le résultat de blessures infligées le 4 juin par la police. McDouall et McCrae prirent tous deux la parole devant sa tombe. Un effort considérable fut consacré au « Liberty Fund », pour défendre les prisonniers chartistes et aider leur famille. Fussell et Williams avaient respectivement sept et six enfants, dont le plus jeune n’avait, dans les deux cas, que quelques mois ; les deux hommes étaient depuis un certain temps sans emploi. Jones avait trois enfants, Sharp deux et son épouse était enceinte. Les quatre hommes, plus Vernon et Frank Looney – secrétaire du Confederate Club de Davis qui était hébergé dans les locaux de la NCA – furent condamnés à deux ans de prison. La liste des prisonniers chartistes s’allongea très vite, notamment avec l’arrestation de McDouall le 16 juillet, accusé de propos séditieux à Ashton-under-Lyne où il avait déclaré : « Avant que la moisson soit rentrée, ou très peu après, je vous promets que vous aurez les six points de la charte, et davantage35. »

  • 36 Ce paragraphe s’inspire de la reconstitution méticuleuse de Goodway.
  • 37 TS 11/141/388, fo 248.

30Puis, le 25 juillet, l’habeas corpus fut suspendu en Irlande, ajoutant à l’arsenal du gouvernement la détention indéfinie sans procès. Cela conduisit une fois de plus les manifestants et la police dans les rues de Londres, surtout deux jours après, quand la capitale fut informée de la rébellion de Smith O’Brien. Le lendemain, les Londoniens apprirent qu’O’Higgins, dirigeant des chartistes irlandais, avait été arrêté pour haute trahison. Le complot envisagé mais abandonné à la Pentecôte prit une forme nouvelle. Il n’avait plus aucun lien direct avec l’exécutif de la NCA, mais George Davis continuait à assister aux réunions et à en informer régulièrement le Home Office, de même qu’un deuxième informateur, Thomas Powell, charpentier à Clerkenwell36. Le groupe se rassembla le 20 juillet et ne compta jamais plus de trente à quarante délégués. L’essentiel de son action fut mené par un « comité ultérieur », dont la taille et les membres varièrent, mais il incluait cinq Irlandais, dont William Dowling, nouveau secrétaire des confédérés de Davis, et à partir du 4 août William Cuffay. Le 4 août est aussi la date à partir de laquelle les rapports des espions mentionnent des contacts avec le secrétaire de l’exécutif de la NCA, Samuel Kydd, qui facilita apparemment les contacts avec Manchester. Cuffay et l’Irlandais Daniel Donovan étaient les seuls commissaires de la NCA à être impliqués, Cuffay étant le seul délégué à la convention, et James Bassett, du sud de Londres, le seul membre de la National Assembly. Il fut un moment question que John Churchill, délégué de Finsbury à l’assemblée, « qui était en France pendant la révolution de février dernier », rejoigne le groupe dans un rôle dirigeant, mais cela ne se concrétisa jamais37.

  • 38 TS 11/138/380, f> 3.

31L’émissaire du comité en province était William Lacey, dont les lettres évoquent des contacts avec Birmingham, Leicester, Loughborough, Nottingham et surtout Manchester. Bradford et Liverpool semblent aussi avoir fait partie du réseau. Chaque membre délégué par le comité envoyait un rapport régulier sur le degré de préparation de sa localité, et le sentiment général apparut que Londres pourrait se soulever d’un instant à l’autre. Cette insurrection nationale coïnciderait donc avec l’entrée en action de Manchester. On ne savait pas exactement si cela se produirait le lundi 14 août ou la nuit suivante. Ces deux soirs-là, des délégués de toute la capitale se réunirent pour attendre les nouvelles. Le deuxième soir, Lacey arriva du Nord et annonça que « les hommes de Manchester, de Birmingham et de Liverpool étaient en action, ou le seraient cette nuit ». Une décision fut alors prise : « Demain soir le coup doit être frappé38. » Des bandes armées se rassembleraient à 20 heures, en quatre points stratégiques. Des incendies créeraient la confusion et marqueraient le début de l’insurrection. Le but n’était pas de renverser aussitôt le gouvernement, mais le soulèvement coordonné des principaux centres exigerait que les soldats soient rappelés d’Irlande, ce qui intensifierait le mécontentement général et imposerait donc un changement de ministère en faveur d’un gouvernement enclin à la réforme.

  • 39 NS, 22 juillet 1848.
  • 40 HO 45/2410/3, f° 972 ; Manchester Guardian 2,5,12 août 1848 ; pour la suite de la carrière de Theob (...)

32Les preuves de ce projet de soulèvement général ne sont pas complètes, mais les propos du comité ultérieur ne relevaient évidemment pas que du fantasme. En juillet, le recrutement dans les gardes nationales chartistes s’était accéléré et leurs opérations n’avaient rien de clandestin. À Hebden Bridge, la NCA locale alla jusqu’à demander que l’exécutif national soit reformé en tant que National Defence Committee : « Toute l’agitation antérieure pour obtenir la Charte du Peuple a échoué parce qu’elle s’appuyait sur des arguments moraux, contre une autorité fondée sur la force physique39. » Les informations qui s’accumulaient au Home Office suggéraient que les préparatifs de l’insurrection étaient en cours, et que les communautés locales y apportaient un soutien important. Un rapport venant d’Oldham notait avec stupeur qu’une « certaine Mme Theobald [...] a vigoureusement incité tous les hommes à prendre les armes et à s’enrôler dans la Garde nationale ». Le rapport signalait ensuite que de la poudre à canon serait envoyée à Oldham dans des boîtes de cirage, présentée comme dans des médicaments ou sous la forme de bouteilles de boisson gazeuse. Mme Theobald porta son message à travers le Lancashire et le Cheshire, première étape d’une carrière brève mais influente en tant que seule femme employée par le chartisme comme conférencière à plein temps40.

  • 41 Bolton Chronicle, 29 juillet 1848 ; HO 45/2410/3, f° 284.
  • 42 The Times, 18 août 1848 ; J. Belchem, « Liverpool in the year of révolution », dans J. Belchem (éd. (...)
  • 43 The Times, 17-19 août 1848 ; voir aussi J. Belchem, « 1848 : Feargus O’Connor and the collapse of t (...)

33Quand Bolton fut informé de la rébellion de Smith O’Brien, plusieurs centaines de chartistes et de confédérés se rassemblèrent la nuit à Bolton Moor pour y être organisés en bataillons de vingt à trente hommes, chacun sous les ordres d’un « homme de quartier ». À Hyde, le 8 août, George Mande, de Birmingham, agitateur itinérant, s’adressa à une foule estimée à 1800 personnes par la police : « Si vous voulez la Charte, vous devez vous armer et être prêts à la prendre par la force car je peux vous dire que le tyrannique gouvernement de ce pays n’accordera jamais la Charte sous l’effet de la force morale. » Quand Mantle leur demanda « à vous tous qui me rejoindrez et qui veulent combattre et détruire ce gouvernement, de le montrer en levant la main droite », presque tous les présents s’exécutèrent41. Dans les Midlands, rien n’indique en revanche que Birmingham ou aucune autre ville ait été prête à se soulever, en dehors de rumeurs selon lesquelles la maison de deux dignitaires locaux devait être incendiée. De même, à Liverpool, la nouvelle de la défaite de Smith O’Brien et l’annonce de la répression par les autorités se combinèrent pour démoraliser les confédérés. Bolton s’avéra être tout aussi calme42. Le projet d’insurrection de Manchester fut anéanti la nuit du 15 août par des descentes de police simultanées lors d’une série de meetings chartistes et confédérés. Parmi les vingt personnes arrêtées figuraient John Leach et, au café d’Ancoats qui était le quartier général du complot dans la région, les chartistes de Bradford George White et George Webber43.

  • 44 F.C. Mather, Public Order in the Age of the Chartists, Manchester, Manchester University Press, 195 (...)

34L’absence du signal attendu de Manchester plongea dans la confusion et la division les gardes nationales et les autres participants au complot. Une force composée de chartistes armés partit du Working Men’s Hall d’Oldham de bonne heure le mardi matin, rejoignit un contingent de Royton qui marchait « la pique à l’épaule », et se dirigea vers Manchester, apparemment pour incendier des bâtiments et assassiner quelques magistrats. Mais elle ne comptait que soixante-dix hommes et, face à la police et à la cavalerie, « les processionnaires se dispersèrent et rentrèrent chez eux par deux ou trois44 ».

  • 45 HO 45/2410/2, fo 302 ; The Times, 17,18 août 1848 ; R.G. Hall, Work, Class and Politics in Ashton-u (...)
  • 46 HO 48/40, déposition de Thomas Brown, cité dans Mather, Public Order, op. cit., p. 25.

35La garde nationale d’Ashton-under-Lyne mobilisa le lundi soir pour aller retrouver les contingents de Hyde, de Stalybridge, de Newton et de Dukinfield. Alarmés par le martèlement de centaines de sabots sur les routes, le chef de la police envoya un agent à cheval chercher des renforts militaires. L’envoyé revint bientôt et annonça que les mineurs locaux avaient barricadé la route menant à la caserne. Après un affrontement avec un détachement de la garde nationale, un policier fut abattu à bout portant et de sang froid45. Pendant ce temps, la garde nationale de Hyde faisait systématiquement le tour des usines de la ville, éteignant les machines à vapeur comme en 1842. Interpellés par un policier, ils répondirent avec désinvolture : « Maintenant ils sont en marche, dans toute l’Angleterre, l’Irlande et l’Écosse, et dans moins de vingt-quatre heures nous aurons rendu la situation meilleure ou pire46. »

  • 47 The Times, 19 août 1848 ; HO 45/2410/5, fo 1132 ; Halifax Guardian, 19 août 1848 ; Belchem, « 1848  (...)
  • 48 The Times, 25 août, et NS, 30 décembre 1848.

36Hyde est la seule ville où l’insurrection chartiste de 1848 ne fut marquée ni par la déroute ni par la tragédie. À Heywood, les chartistes armés, qui s’entraînaient au maniement des armes depuis plusieurs nuits, se plaignirent le mercredi « qu’ils avaient attendu chaque nuit le signal espéré ». À Halifax, « des centaines d’hommes veillaient, la pique à la main, prêts au combat ». Les conspirateurs de Bradford, qui attendaient eux aussi le signal de Manchester, se préparaient à arracher des rails, à briser les tuyaux de gaz, pour plonger la ville dans l’obscurité et à prendre d’assaut le commissariat. Le mardi, le conseil chartiste de Bradford envoya John Smyth dans le Lancashire. Il revint le lendemain matin et déclara, lors d’un meeting désespéré dans le débit de bière de Daley, « que tout était défait et avait pris fin47 ». La semaine suivante, la police mena des descentes systématiques chez les « clubbistes » chartistes et confédérés de Bradford. Ils fouillèrent les deux pièces partagées où habitait Smyth mais ne trouvèrent rien de plus incriminant qu’un livre de comptes de la NCA. Détail révélateur sur les conditions de vie de Smyth : son domicile était entièrement vide, à l’exception de deux lits et d’une caisse de livres48.

  • 49 Frost, Forty Years, op. cit., p. 164-165.

37À Londres, le complot se termina en débandade. Les onze principaux conspirateurs se réunirent à 17 heures le mercredi 16 août, au pub Orange Tree, près de Holborn, pour les derniers préparatifs avant la mobilisation de la nuit. Ils y étaient depuis à peine une heure lorsque la police fit irruption et les arrêta tous. Dans la soirée, 300 policiers appréhendèrent un second groupe à l’Angel Tavern, au sud de la Tamise. Sans bruit, la nouvelle se répandit très vite dans la capitale. Au carrefour de Seven Dials, dans Soho, l’un des quatre points de ralliement, quelque 150 hommes s’étaient attroupés au coin des rues, ou patientaient dans les pubs voisins pendant les dernières heures. « Un homme s’approcha d’un groupe à l’angle de Great St Andrew Street, et prononça quelques mots précipités à voix basse [...] l’homme passait rapidement d’un groupe à l’autre, et dès qu’il s’éloignait, les hommes se séparaient, certains partant calmement, d’autres entrant dans les tavernes du coin des rues pour communiquer ce qu’ils avaient appris. » En quelques minutes, Seven Dials fut presque désert49.

Le commencement de la fin

  • 50 NS, 11 novembre 1848 ; citation d’Ashton tirée de Davies, « Shot in the dark », art. cité, p. 27.
  • 51 P. Gregory, « The exile of Thomas Winterbottom », cité dans Chartist Ancestors sur www.chartists.ne (...)

38Parmi les conspirateurs de l’Orange Tree, comme on les surnomma bientôt, six furent déportés. Quinze autres reçurent des peines allant de dix-huit à vingt-quatre mois. McDouall fut condamné à deux années de prison, George White, John Leach et John West à une année chacun, et le jeune William Chadwick à six mois. Cela ne signifie pas que Chadwick, Leach ou West aient été impliqués dans le complot du mois d’août. En fait, la fin de l’année 1848 fut propice à la condamnation de chartistes avérés, pour des accusations diverses, propos séditieux, entraînement armé, participation à des meetings illégaux : rien que pour le Lancashire, quarante-six hommes comparurent aux assises cette année-là. Comme en 1839-1840 et en 1842, le chartisme fut visé par une politique d’arrestations massives, étayées par des conditions prohibitives en matière de libération sous caution, qu’il y ait ou non procès. Comme l’observa avec lassitude un chartiste de Manchester, les arrestations massives « sapaient leur moral et épuisaient leurs finances ». Des sentences exemplaires affaiblirent les chartistes, mais sans faire d’eux des martyrs. La condamnation à mort de Smith O’Brien et de Meagher fut commuée en déportation l’année suivante ; même chose pour Joseph Radcliffe, charron et « colonel » de la garde nationale d’Ashton, qui avait été condamné (sur des preuves assez ténues) pour l’assassinat d’un policier le 14 août. Six autres déportations et huit peines de prison furent prononcées contre des prisonniers politiques d’Ashton. « Rejeter toute association de ce genre, conseilla le juge à ceux qui écopaient de peines moins lourdes. Vous croyez améliorer votre sort en obtenant la Charte du Peuple ? Pourquoi la Charte du Peuple ? Qu’est-ce que cela signifierait pour vous si le suffrage universel existait dans toute l’Angleterre50 ? » On ignore ce qu’ils répondirent. Les neuf hommes d’Ashton qui déposèrent pour l’accusation, avec leur famille, furent aidés à émigrer vers l’Australie, en partie comme récompense, en partie pour leur propre sécurité. De toute évidence, le soutien de la communauté pour les conspirateurs était profond51.

  • 52 HO 45/2410/3, fo 1014.

39On ne peut dissimuler le sentiment de défaite et de confusion qui caractérisait le chartisme à la fin de l’année 1848. Dans les localités les plus impliquées dans le soulèvement d’août, il s’installa aussitôt. Informateur enthousiaste d’ordinaire, William Dawson – qui suivit White dans tout le nord de l’Angleterre cet été-là – écrivit de Bradford le 1er septembre que « le système se meurt rapidement [...] car le chartisme est anéanti pour l’heure ». Selon Dawson, les deux ans de prison de McDouall avaient « vidé le chartiste de toute son énergie ». Deux jours plus tard, Dawson signalait que tous les chartistes de Bradford sauf une section avaient « accepté de cesser et de ne pas continuer car ils avaient compris qu’ils seraient faits prisonniers ». Les neuf membres de la section dissidente furent arrêtés par la police le lendemain52. Pour James Taylor, radical de longue date à Ashton, le problème venait de ce que le chartisme, tout en aspirant à la démocratie, avait lui-même voulu être démocratique :

  • 53 NS, 11 novembre 1848. Pour d’autres ramifications à Ashton, voir R.G. Hall, « A united people », Jo (...)

Dans les moments d’enthousiasme ils étaient trop désireux d’admettre de nouveaux membres quelle que soit leur réputation ou leur condition ; voilà pourquoi Ashton avait humilié la cause [...] Il avait observé la cause démocratique depuis le mouvement des Blanketeers, depuis le massacre de Peterloo, depuis l’agitation pour la Réforme, jusqu’à l’heure actuelle, et il était certain que l’admission de membres sans discrimination était une cause essentielle de leurs infortunes passées et présentes53.

40Dans le même numéro du Northern Star, Philip McGrath proposait une analyse parallèle à celle de Taylor, comparant ce triste automne à l’assurance du printemps :

Depuis, tout n’est qu’un vaste désert, un immense monument au malheur [...] Les mesures violentes n’étaient pas adaptées à la constitution générale de l’esprit britannique [...] Leur objectif aurait dû être les conférences, les meetings publics, et une orientation judicieuse de leur force morale ; en se repliant sur un système légal d’organisation, ils pourraient retrouver cette position qu’ils avaient perdue par manque de prudence et de bon sens.

  • 54 NS, 17 juin, 19 août-9 septembre 1848.

41Ce n’était pourtant pas seulement lechec de la conspiration d’août qui inspirait de tels sentiments. Les chartistes avaient tendance à expliquer cet insuccès comme l’œuvre d’agents provocateurs employés par un régime répressif pour détourner du droit chemin les patriotes désespérés. « Nous vivons sous la loi martiale ! » aimait à dire Harney, l’un de ceux pour qui Thomas Powell était le principal responsable du complot de l’Orange Tree. Feargus O’Connor refléta parfaitement ce sentiment par ses généreuses contributions à la défense des prisonniers chartistes, ainsi que par la distribution de portraits gravés de Meagher, de Mitchel et de Smith O’Brien aux lecteurs du Northern Star54.

  • 55 NS, 9, 23 septembre 1848.

42Le désespoir était plus profond encore. À la fin d’une année douloureuse, personne ne savait vraiment ce que le chartisme avait encore à proposer. O’Connor tenta de ranimer les braises en se proposant comme candidat à la « réélection » à Nottingham. Lors de la simulation du vote à mains levées qui eut lieu sur la place du marché, la foule représentait l’ensemble du peuple britannique, exactement comme si O’Connor se présentait en tant que député du peuple et pas seulement de Nottingham. Largement couvert par le Star, cet événement ne fut pourtant qu’un exercice creux. Bien peu de chartistes furent dupés par les assertions réitérées d’O’Connor, selon lesquelles le 10 avril avait été une victoire pour le mouvement, ou que « jamais le chartisme n’avait atteint de tels sommets55 ». Le pessimisme était partout évident.

43Et il n’y avait pas grand-chose ailleurs pour réjouir les esprits chartistes. Tandis que se déroulait le drame politique de 1848, le plan agraire entama un déclin abrupt. La réaction d’O’Connor face à l’impossibilité d’obtenir la reconnaissance officielle fut d’atteindre celle-ci par décret du Parlement. Il proposa donc un texte le 12 mai, mais le 23, la Chambre des communes décida de créer un comité pour étudier la question. Le comité n’était pas foncièrement hostile au plan agraire, au chartisme ou à O’Connor. Quatre de ses seize membres avaient été des candidats soutenus par le NCREC lors de la dernière élection générale (et par O’Connor lui-même) et deux étaient des partisans de l’autonomie irlandaise. À raison de deux séances par semaine pendant deux mois, ils entreprirent un examen approfondi de tous les aspects du plan et convoquèrent des témoins, du fermier du Suffolk à l’actuaire de la dette nationale, ainsi qu’O’Connor et les administrateurs du plan agraire. Les événements de l’été et l’ouverture des domaines de Snigs End et de Minster Lovell – ce dernier étant rebaptisé Charterville – permirent à O’Connor de masquer la crise en cours.

  • 56 SCNLC, sixième rapport, p. iii.

44Le rapport de 390 pages, remis le 1er août par le comité, n’est pas très agréable à lire. Ses auteurs s’étaient donné beaucoup de mal pour laver O’Connor de toute accusation de malhonnêteté personnelle. En fait, il apparaissait qu’il avait financé de sa poche toute l’entreprise, à hauteur de 3 300 ou 3 400 livres sterling. Le comité ne pouvait être plus précis car, pour citer ses conclusions, « les comptes n’ont pas été tenu de manière très stricte ». O’Connor diffusa largement ce verdict en sa faveur, mais il attira moins l’attention sur les autres conclusions – auxquelles il acquiesça néanmoins – : le plan ne pouvait en aucun cas être reconnu comme mutuelle, ses archives étaient mal tenues et tous les bilans trimestriels sauf trois avaient été détruits. Surtout, le pire était qu’il s’agissait d’un « projet illégal, qui ne saurait tenir les promesses faites aux actionnaires par les administrateurs56 ».

  • 57 SCNLC, troisième rapport, paragraphe 2454, et cinquième rapport, paragraphe 4541. M. Chase, « We wi (...)
  • 58 M. Chase, « Wholesome object lessons : the Chartist land plan in retrospect », English Historical R (...)

45Enfouies au milieu de 4 600 paragraphes de preuves numérotées, se trouvaient d’autres informations potentiellement encore plus dangereuses. O’Connor avait refusé de préciser combien de temps il faudrait pour installer tous les actionnaires, mais l’actuaire du gouvernement estimait qu’il faudrait, dans le meilleur des cas, 150 ans57. Et cela supposait que le coût moyen pour attribuer un terrain à chaque petit propriétaire allait diminuer – il était jusque-là de 300 livres –, et que les fermiers pourraient ensuite payer un loyer pour le terrain qu’ils cultivaient. Pourtant, la promotion du plan agraire affirmait initialement que les occupants n’auraient rien à payer. De plus, il n’était pas certain qu’un terrain de quatre, trois ou surtout deux acres suffirait à nourrir l’occupant et sa famille, tout en fournissant de quoi payer un loyer. Pour en juger, le comité sollicita l’opinion de John Revans, fermier à Jersey et ex-haut fonctionnaire qui avait été membre de commissions royales pour la Poor Law et pour les Pauvres irlandais. « Je suis tout à fait sûr qu’ils ne parviendront pas à se nourrir ; ce sera un échec », déclara Revans. L’autre expert agricole du comité, John Sillett, fermier du Suffolk et écrivain, était beaucoup plus optimiste. L’expérience montrerait par la suite que les terrains de quatre acres étaient viables, surtout exploités comme jardins maraîchers et non pour les cultures vivrières. Mais en 1848, le résultat était encore ambigu, opposant Revans à Sillett, qui proclamait haut et fort qu’avec son « excellent ouvrage sur les petites fermes », O’Connor lui avait donné l’envie de devenir fermier58.

  • 59 Citation tirée de SCNLC, cinquième rapport, paragraphes 4416, 4445 et 4468. Pour un chiffre plus él (...)
  • 60 SCNLC, premier rapport, paragraphes 186, 768-790 et deuxième rapport, paragraphes 1829-1830.

46Même en admettant que le projet soit techniquement viable, restait le problème de son ampleur invraisemblable, sans oublier les nombreux exemples de mauvaise gestion pointés du doigt par l’enquête officielle. Personne ne savait exactement combien d’adhérents il y avait : « Le nom total de ceux qui ont souscrit [...] serait de 70000 personnes. » Le comité accepta ce chiffre comme hypothèse de travail, mais une lecture différente proposée par McGrath – interrogé en sa qualité d’administrateur et secrétaire financier – suggère qu’il y en avait peut-être 87 000 ou davantage59. Bien entendu, la procédure d’enregistrement en tant que société par actions avait été abandonnée – « nous fûmes découragés par le nombre de noms », avoua un employé –, mais certains signes indiquent que les agissements financiers de la National Land Company n’auraient pas résisté à un examen juridique si l’enregistrement avait été accordé. Philip McGrath, par exemple, reconnut avoir versé aux délégués de la convention de 1848, sur l’autorité verbale d’O’Connor, 75 livres prélevées sur les adhésions reçues, mais il ignorait si cette somme avait été remboursée. L’imprimeur du Northern Star était aussi le trésorier du plan agraire, mais il admit que les seuls documents qu’il conservait étaient les articles publiés dans le journal à propos des revenus et dépenses60.

  • 61 SCNLC, deuxième rapport, paragraphe 1842, et troisième rapport, paragraphe 2175.

47Certains documents ne durent impressionner que ceux qui étaient déjà hostiles à O’Connor, concernant par exemple les fortes sommes versées à son nom dans des banques locales, qui servaient à régler les frais des domaines, ou payées directement à son ami Thomas Allsop, pour payer les intérêts des prêts ou acheter d’autres propriétés. De même, O’Connor était l’unique propriétaire de la National Land & Labour Bank. Lorsqu’on lui demanda en quoi consistait le capital de cette banque, le gérant répondit froidement : « Il se compose avant tout de la réputation de M. O’Connor et de l’argent qu’il y a placé61. » Cette réponse était juridiquement risible, mais une majorité écrasante de chartistes avaient en O’Connor une confiance sans réserve. C’est cette confiance, née d’une solidarité politique incompréhensible pour les parlementaires, qui évita au plan agraire de sombrer et d’entraîner O’Connor dans sa ruine.

  • 62 TS 11/140/387, fos 79-80, déposition de D. Burn.

48On en vit une illustration éloquente lors du procès des conspirateurs de l’Orange Tree, quand la défense chercha à discréditer Powell l’informateur en appelant quantité d’ouvriers pour témoigner de sa mauvaise réputation. Durant le contre-interrogatoire d’un fabricant de canapé sans emploi, l’attorney général ironisa sur son appartenance au plan agraire. La riposte fut cinglante : « Je suis encore membre du plan agraire. [...] Ma confiance n’est pas le moins du monde ébranlée, car je suis préparé à payer autant d’argent que je pourrai, je considère que la presse en a donné une très mauvaise image. Je suis satisfait d’y avoir mis ce que je pouvais62. »

  • 63 NS, 4,11 novembre 1848, 23 juin, 7 juillet 1849 ; D. Poole, The Last Chartist Land Seulement : Grea (...)

49Cela résumait assez bien l’attitude de la majorité des membres du plan à l’automne 1848. Alimentés par des extraits que le Northern Star avait judicieusement prélevés dans le rapport parlementaire – et assurés par Feargus que le testament rédigé le 9 avril laissait toute sa fortune au plan agraire –, ils s’attachaient désormais à installer tous les actionnaires sur leur terre. Les souscriptions continuaient à arriver de membres soucieux de payer leur part et de pouvoir ainsi participer aux prochaines loteries. Les relations entre O’Connor et les membres ne commencèrent à se dégrader vraiment qu’à l’hiver suivant. Ni les cotisations ni les investissements dans la Land & Labour Bank ne suffisaient à acheter d’autres domaines : un dépôt substantiel fut même perdu quand O’Connor ne put réunir assez d’argent pour compléter l’acquisition d’un sixième domaine en février 1849. La cinquième et dernière colonie chartiste, Dodford, ouvrit en juillet 1849 sans le battage qui avait accompagné les autres. Afin d’éviter les poursuites pour loterie illégale, les terrains de Dodford furent attribués aux actionnaires prêts à verser le plus fort paiement complémentaire correspondant à la valeur du lopin en question. Bien qu’admis par un congrès agraire en novembre précédent, cette mesure allait totalement à l’encontre de l’éthique du plan. Il signifiait aussi que les nouveaux occupants n’avaient rien qui les retienne de critiquer leur propriété63. Tout aussi démoralisantes furent les tentatives menées par la compagnie et ses créanciers de faire payer un loyer dans les autres domaines, ce qui entraîna 68 ordres d’éviction à Charterville en janvier 1850.

  • 64 SCNLC, sixième rapport, p. iii.
  • 65 L’histoire du plan agraire attend un historien juriste à l’enthousiasme sans bornes, mais en attend (...)
  • 66 W. Whitmore, « Respite hours », Firstlings, Londres, Chapman, 1852, p. 28. Les cinq domaines existe (...)

50La dernière recommandation du comité de la Chambre était que, du fait du grand nombre de membres impliqués et des intentions honnêtes avec lesquelles l’entreprise avait été menée, les auteurs du projet demandent la permission d’y mettre un terme et soient dégagés des responsabilités personnelles qu’ils avaient « imprudemment endossées64 ». Pourtant, O’Connor n’avait pas encore perdu tout espoir d’obtenir la reconnaissance en tant que société par actions. En janvier 1849, il lança une procédure juridique longue de dix-huit mois pour être enregistré sans avoir à fournir de liste des actionnaires. Cette tentative se soldat par une nouvelle frustration : une société par actions devait fonctionner à des fins lucratives et pour l’avantage des actionnaires ; si la National Land Company fournissait des terrains gratuits, alors seuls les fermiers en tiraient profit et avantage ; et si elle demandait un loyer pour les terrains, ce revenu ne pouvait être considéré comme un profit puisqu’il devait être consacré à l’achat d’autres terres pour les membres non encore installés. Finalement, une pétition demandant la suspension de la National Land Company fut présentée au Parlement en juillet 1850. Une autre année s’écoula encore avant que la loi nécessaire soit votée. Ironie du sort, elle partait du principe que, pour y mettre fin, le projet était envisagé comme une société par actions. Les affaires de la National Land Company furent ensuite supervisées par un gestionnaire nommé par la Court of Chancery65. Le plan agraire se traîna pendant sept interminables années, vouées au désespoir. En tout, 234 terrains avaient été créés : les maisons fonctionnelles et charmantes construites sur chacun d’eux témoignaient de l’aspiration chartiste à « une vie nouvelle, intense et non confinée », selon les termes du peintre en bâtiment de Leicester, associé à Thomas Cooper66.

51Les sociétés agraires et immobilières étaient les associations volontaires paradigmatiques au début de l’époque victorienne. Le plan agraire fut victime de son gigantisme, autant que de ses liens avec le chartisme. Rétrospectivement, si ce projet avait suivi le principe des sociétés de construction Bowkett (voir chapitre 8) et établi une chaîne de petites sociétés dont le nombre de membres étaient clairement limité, il aurait pu réussir. Avec un héroïsme condamné d’avance, O’Connor tenta de faire fusionner l’éthique du mutualisme ouvrier et l’ampleur d’une grande entreprise commerciale, et c’est ce qui allait constituer un handicap pour le mouvement chartiste. Cela commença à devenir apparent quand le congrès agraire de 1848 se réunit à Birmingham en novembre, même s’il s’agit principalement de critiques visant les bénéficiaires d’un lopin qui sous-louaient leur terre et les profiteurs qui s’enrichissaient par la vente des actions. Le congrès fut surtout remarquable pour le meeting d’urgence qui y fut adjoint pour débattre de l’orientation générale du chartisme. Ce meeting n’avait aucun statut constitutionnel, puisqu’il réunissait uniquement des délégués du plan agraire, mais la situation de la NCA était critique. Avec McDouall et Jones en prison, et McCrae contraint de regagner l’Écosse parce qu’il n’y avait plus d’argent pour payer ses dépenses ou son salaire, Samuel Kydd était le seul membre effectif de l’exécutif. Il expliqua avec précaution qu’O’Connor – qui setait dispensé d’assister au meeting – était « si occupé qu’il ne pouvait consacrer beaucoup de son temps comme membre de l’exécutif ».

  • 67 NS, 11 et 18 novembre 1848.

52La situation était clairement intenable, même si le mouvement avait été en bonne santé, ce qui n’était bien sûr pas le cas. « Le chartisme avait reculé », déclara Kydd au meeting ; il « s’était embourbé », selon Taylor ; « leur conduite avait assassiné le chartisme », conclut brutalement Mitchell, de Rochdale. La NCA n’avait plus de fonds pour payer un exécutif, et l’essentiel de ses revenus servait à payer une rente à la femme de Jones et à celle de McDouall – celle-ci était si appauvrie que leur fille de 9 ans mourut alors qu’il était en prison. Le meeting ad hoc assuma les pouvoirs de supervision, décida que l’exécutif ne serait plus payé sauf le secrétaire, et Kydd fut élu à ce poste, assorti d’un salaire hebdomadaire de deux livres. La nouvelle organisation instaurée par la National Assembly six mois auparavant était ainsi renversée : disparurent la structure cellulaire – dont les délégués pensaient qu’elle donnait au mouvement un air de complot aux yeux des autorités – et les commissaires. Un nouvel exécutif fut élu, incluant huit membres londoniens, pour les activités ordinaires, et quarante-cinq autres membres représentant les principales villes. La carte du chartisme que révèle la répartition de ces villes était tout à fait déséquilibrée : trois centres dans le Devon, par exemple, mais seulement deux (Leeds et Todmorden) dans l’ouest du Yorkshire, Clitheron et Preston dans le nord-ouest, mais ni Ashton ni Stockport. Quatre centres écossais et deux gallois étaient représentés67.

  • 68 P. Pickering et A. Tyrell, The People’s Bread : A History of the Anti-Corn Law League, Londres, Lei (...)

53Tout aussi révélateur était le programme que le meeting d’urgence décida pour la NCA. Il était caractérisé par le rejet explicite de tout alignement sur les mouvements européens : « Les événements enthousiasmants à l’étranger avaient poussé beaucoup de démocrates à des conclusions hâtives », affirma Kydd. Il fut tacitement approuvé – ce qui n’est guère étonnant puisque tous les présents étaient des militants du plan agraire – de mettre davantage l’accent sur les questions sociales. Plusieurs orateurs prônèrent une implication plus explicite dans l’éducation et la propagande, notamment en établissant un « dépôt central des tracts » pour coordonner l’achat et la diffusion de littérature bon marché. La gestion centralisée avait eu un effet très positif pour l’Anti-Corn Law League, qui avait notamment pu envoyer neuf millions de documents depuis son dépôt de Manchester pour la seule année 184368. Elle n’avait cependant jamais été adoptée par la NCA, peut-être parce que les imprimeurs, les éditeurs et les libraires exerçaient une influence considérable au sein du chartisme. Par manque de fonds, la coordination centrale de la littérature promotionnelle ne fut pas non plus décidée en 1849.

  • 69 NS, 23 décembre 1848.

54Seul membre salarié par le mouvement, Kydd avait un agenda surchargé. Pendant les sept semaines suivantes, il entreprit une tournée nationale de conférences et participa au vote à mains levées lors d’une élection partielle dans le West Riding, outre son travail de secrétaire. Ses rapports sur la tournée contenaient quelques commentaires révélateurs, sur les meetings aux rares participants ou sur ceux qui étaient, comme jadis, « pleins à suffoquer » ; après une soirée à Halifax, Kydd osa conclure qu’au cours de l’été précédent, le chartisme avait « enflé au point d’atteindre un moment une taille surnaturelle69 ».

  • 70 Pour une interprétation opposée, voir Belchem, « 1848 », art. cité. Les citations sont tirées de NS(...)

55O’Connor ne percevait pas du tout la situation comme les membres les plus actifs. Il salua ce qu’il appela le « tournant social » pris par le congrès de Birmingham, en harmonie avec sa propre insistance croissante sur « la question de la main-d’œuvre ». Pourtant, ses prescriptions en la matière étaient limitées : « Le Plan agraire, seul plan social possible pour l’émancipation de la main d’œuvre », combiné au « vote pour protéger leur héritage ». Il proposa qu’une nouvelle convention se réunisse à Pâques, d’abord pour rédiger un « résumé de la question de la main-d’œuvre » qui serait présenté lors de meetings de masse en plein air, et ensuite pour superviser la présentation de nouvelles pétitions au Parlement. Plutôt qu’une unique pétition nationale, chaque localité devait organiser la sienne, en se servant néanmoins d’un texte prescrit. La suggestion d’O’Connor allait à l’encontre de l’humeur du mouvement, mais dans une lettre à « Tous ceux qui vivent de l’industrie », il affirma : « Vous ne sauriez commettre folie plus grande qu’en protestant contre les pétitions. » O’Connor continuait à s’accrocher à la plateforme de masse70.

  • 71 NS, 7 juillet 1849 ; Companion to the Almanac and Year-book of General Information for 1850, Londre (...)

56Les chartistes y renoncèrent pourtant. Aucune convention n’eut lieu en 1849 et les pétitions chartistes locales finalement présentées en juillet 1849 n’étaient que 19 et totalisaient seulement 53 816 signatures. À la Chambre, une motion favorable à la Charte fut vaincue à 222 voix contre 13, le score le plus faible qu’ait jamais remporté le chartisme lors d’un vote parlementaire71. Un « congrès national des délégués » se réunit bien en décembre 1849, mais ses 23 délégués devaient déterminer s’il fallait changer l’appellation de NCA en faveur de National Charter Union – ils décidèrent que non – et s’il fallait à nouveau salarier l’exécutif – ils décidèrent que oui. La province était très faiblement représentée, et même le puissant West Yorkshire était absent.

  • 72 NS, 6 janvier 1849.

57Le chartisme était donc en 1849 à peu près ce qu’il était au début de 1847, un groupe de pression auquel s’adjoignait un projet immobilier. Mais le plan agraire battait de l’aile et un manque d’orientation générale était partout visible. « Nous sommes maintenant au terme de dix années d’organisation, de discours, de pétitions et de souffrances chartistes, écrivait Harney dans le premier Northern Star de 1848, et sommes-nous plus près d’obtenir la Charte ? » Dans le même numéro, « Eliza D. », de Londres, déplorait l’état du chartisme féminin : « Il y a quelques mois prospéraient dans cette métropole plusieurs groupements féminins. Je les cherche en vain à présent. » Et le malaise allait encore plus loin, selon elle : le Victim Fund pour les familles des prisonniers était « épuisé » et la « faiblesse » du mouvement était partout visible72.

58Ne revendiquant plus le statut d’agitateur de masse, le chartisme s’efforçait de se placer au premier rang des diverses initiatives rivalisant pour obtenir l’appui de la population. Pris collectivement, les chartistes étaient jeunes et ne souhaitaient pas gaspiller leur énergie considérable pour une quête impossible. Leur engagement en faveur des principes incarnés par le chartisme n’avait pas diminué, mais ils s’étaient tournés, on peut le comprendre, vers la politique du possible, de préférence à ce qui semblait de plus en plus irréaliste. Il s’agit d’une évolution plutôt que d’un virage, car le processus fut progressif, parfois presque imperceptible. Il n’y a pas de moment précis où les chartistes, décidant que leur mouvement avait échoué, auraient par conséquent changé leur fusil d’épaule.

  • 73 NS, 27 octobre 1849,11 mai 1850.

59La NCA persista durant la décennie suivante, mais ne put jamais retrouver ne serait-ce que 5 000 membres – chiffre pourtant jugé dérisoire par la National Assembly de 1848 – : en mai 1850, on n’en dénombrait guère plus de 500. « Je n’ai pas été soutenu dans mes efforts pour ressusciter le mouvement chartiste », se plaignit Kydd lorsqu’il démissionna de son poste de secrétaire de l’association en octobre 1849. Après avoir passé sur les routes six des onze mois de son mandat, dont quatre sans salaire, il était déçu. Il révéla à cette occasion que les revenus hebdomadaires de la NCA signalés dans le Northern Star venaient essentiellement des conférences qu’il donnait73.

  • 74 NS, 17-31 mars 1849.

60À tous points de vue, 1849 fut une année malheureuse. En mars, le Northern Star rendit publiques les divergences d’opinion entre son propriétaire et son rédacteur en chef. Selon O’Connor, Harney couvrait la politique étrangère au point d’exclure pratiquement les informations chartistes. Harney réagit avec dignité et s’abstint de souligner que le journal recevait désormais fort peu d’« information chartiste74 ». En privé, il se déclara furieux qu’O’Connor se soit adonné à cette « infâme dénonciation de nos principes » :

  • 75 Lettre à F. Engels, 19 mars 1848, reproduite dans F.G. Black et R.M. Black (éd.), Harney Papers, As (...)

En fait, c’est un aristocrate pur et dur qui feint de prôner la démocratie. Je dirais même plus, il est pire qu’un aristocrate, il a toute la vulgarité, la cupidité d’un sale bourgeois (même s’il se vante du contraire). Mais je pense que l’heure de sa chute est proche [...] James Leach, John West et Geo. White m’implorent de tenir bon et de sauver notre cause [...] Ils crient que l’heure a sonné où le pire ennemi de notre cause doit être renversé75.

O’Connor ayant affirmé avoir le droit de censurer ce que publiait Harney, celui-ci menaça de rendre leurs différends plus publics encore. Par conséquent, O’Connor capitula aussitôt, mais se retira aussi de toute implication dans le journal pendant plus d’un mois.

  • 76 NS, 14, 28 juillet, 10 novembre au 8 décembre 1849, 30 novembre 1850.

61Ce n’est là qu’un exemple de son comportement de plus en plus imprévisible. Il changeait constamment d’avis sur la collaboration avec les libéraux radicaux. En juillet, il publia une lettre ouverte à la reine Victoria, qu’il appelait « bien-aimée cousine » ; ce texte souvent cité était signé « Feargus Rex par la grâce du peuple ». Peut-être s’agissait-il d’une plaisanterie ; les chartistes compatissants tinrent sans doute compte de la mystérieuse « grave indisposition » dont il disait avoir souffert deux semaines auparavant ; il évoqua aussi un besoin pressant de « calme mental » car il était « torturé par l’angoisse » à l’idée de commettre au Parlement une indiscrétion nuisible au chartisme. Son don pour la controverse ne s’appuyait plus sur un jugement sûr, comme auparavant. Un désastreux procès pour diffamation contre le Nottingham Journal lui coûta 2 000 livres et il fut poursuivi pour non-paiement d’honoraires par l’avocat qu’il avait embauché en 1848 pour défendre Williams, Sharp et Fussell76.

  • 77 NS, 25 août-6 octobre 1849.
  • 78 NS, 26 mai 1849 ; 13 octobre 1849.

62Une autre querelle faisait rage au sujet du traitement préférentiel dont jouissait prétendument la famille de certains prisonniers (White et McDouall), qui poussa notamment ce dernier à quitter le mouvement. Cet été-là, le choléra fit des ravages dans le chartisme londonien, emportant entre autres prisonniers Sharp et Williams, ainsi que Hetherington. Le Northern Star couvrit abondamment sa mort et ses funérailles, Harney ayant apparemment reconnu qu’il était temps de faire la paix avec le cercle de Lovett. O’Connor adoucit lui aussi sa position : quelques semaines plus tard, il prit la peine de faire l’éloge de Parry, ami de Lovett77. Ce geste eut néanmoins pour contexte immédiat la décision prise par O’Connor de soutenir la très bourgeoise National Parliamentary and Financial Reform Association (NPFRA). Quatre mois auparavant, la comparant à la National Complété Suffrage Union de 1842, il avait menacé de quitter le chartisme si les chartistes soutenaient la NPFRA. À présent, il incitait les lecteurs du Star « au nom de l’honneur, de la justice, du patriotisme et de la Charte, à rejoindre de tout leur cœur et de toute leur âme la nouvelle Association pour la réforme parlementaire78 ».

  • 79 P. Pickering, « Repeal and the suffrage : Feargus O’Connor’s Irish “mission” 1849-50 », dans O. Ash (...)

63Ce revirement venait en partie de ce qu’O’Connor courtisait Charles Gavan Duffy, admirateur de la NPFRA et personnalité importante dans la reprise du nationalisme irlandais après l’humiliation de 1848 ; il explorait ainsi toutes les voies qui pourraient ranimer le chartisme. Sa quête le conduisit en Irlande en novembre 1849, et de nouveau en mars 1850, pour forger une relation de travail avec le nationalisme irlandais. Faute de trouver un accueil auprès de l’Irish Alliance de Duffy, essentiellement bourgeoise, O’Connor se tourna vers l’Irish Démocratic Association, dont le profil social reflétait davantage celui du chartisme. Cette démarche connut un succès plus grand, bien que passager, et des branches de l’association se formèrent dans neuf centres britanniques, se superposant au chartisme comme l’avaient fait auparavant les Confederate Clubs. Cependant, le nationalisme irlandais d’après 1848 était tout autant divisé par les rivalités sectaires que le chartisme britannique à la même époque : l’association s’avéra éphémère79.

  • 80 Il n’existe pas d’histoire détaillée, mais voir R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 183 (...)
  • 81 C.D. Collet, History of the Taxes on Knowledge, éd. abr., Londres, Watts, 1933, p. 43.
  • 82 J. Wiener, William Lovett, Manchester, Manchester University Press, 1989, p. 116-117 ; W. Lovett, L (...)

64Les virages sectaires pris à ce moment par le chartisme furent nombreux et stupéfiants80. Il faut pourtant préciser d’abord que, autant que par le passé, les chartistes par conviction plutôt que par adhésion restaient la norme. En difficulté financière, la NCA était toujours le cœur du mouvement, mais une prolifération d’autres organismes se revendiquant du chartisme montrent bien que les temps étaient troublés. Non sans un certain symbolisme, la première, la People’s Charter Union, apparut au lendemain des manifestations de mars 1848, s’engageant clairement à obtenir la Charte de manière pacifique et légale. Thomas Cooper en était président, et beaucoup d’ex-membres de la LWMA (mais pas Lovett) s’y engagèrent81. Lovett, lui, fonda la People’s League, conçue pour succéder à la défunte National Association. Elle dura dix-huit mois82.

  • 83 N.C. Edsall, « A failed national movement : the Parliamentary and Financial Reform Association », B (...)
  • 84 Social Reformer, 20 octobre 1849 ; A. Plummer, Bronterre, Londres, Allen & Unwin, 1971, passim.
  • 85 NS, 3 août 1850 au 8 février 1851 ; Gammage, History, op. cit., p. 356.
  • 86 NS, 6 avril au 7 décembre 1850 ; « Thomas Clark », DLB, vol. 6.
  • 87 T. Clark, A Letter Addressed to G.W.M. Reynolds... Together with Copious Extracts from his Most Ind (...)

65Ce printemps-là, Hume lança une campagne pour la « petite charte » : suffrage par foyer, parlement triennal, circonscriptions électorales égales et vote par bulletin secret. Ces éléments étaient aussi les bases de la NPFRA lorsqu’elle se forma en janvier 184983. En octobre, Bronterre O’Brien créa sa National Reform League, soutenue par G.W.M. Reynolds, et dont la popularité n’égala jamais la rigueur intellectuelle, même si, de tous ces groupuscules radicaux, ce fut le seul à durer (jusque 1869)84. En juin 1850, une Scottish Démocratie Association fut formée, qui permit au chartisme d’exister en Écosse indépendamment de la NCA. En août, cette dernière proposa une fédération avec la National Reform League et la Social Reform League owenienne pour former une « National Charter and Social Reform Union ». Au bout de six mois de réunions régulières pour élaborer le projet, la proposition tomba à l’eau85. L’union compta surtout à cause des ravages qu’elle causa au sein de la NCA. En mars 1850, Clark et McGrath démissionnèrent de l’exécutif pour former la National Charter League, témérairement soutenue par O’Connor et plus subtilement par Lovett – même s’il n’assistait jamais aux meetings, ceux-ci eurent parfois lieu dans son National Hall86. Pour Clark et McGrath, le chartisme devait se distinguer du socialisme et cette coopération avec la NPFRA était nécessaire. La dispute entre Clark et ses anciens collègues de la NCA suscitèrent certains des écrits les plus insultants de l’histoire du chartisme, ce qui n’est pas un mince exploit dans un mouvement qui implosa sous le poids des factions internes87.

  • 88 NS, 6 et 13 juillet 1850.
  • 89 J.A. Epstein, « O’Connor and the Northern Star », International Review of Social History, 21 (1976) (...)

66La querelle ramena aussi à la surface les relations très dégradées entre Harney et O’Connor. Bien que celui-ci soit resté membre de l’exécutif de la NCA, il applaudit Clark, dont la guerre de pamphlets était conduite depuis les bureaux du plan agraire. En mai 1850, Harney annonça qu’il quitterait le Northern Star en août. Depuis qu’il avait lancé son mensuel très cérébral, la Democratie Review, son cœur n’était plus dans le Northern Star et, en juin 1850, il y ajouta un hebdomadaire, le Red Republican. Harney n’appréciait guère qu’O’Connor utilise le Star afin de faire du prosélytisme pour la NPFRA et pour le plan agraire en pleine déconfiture : on ignore ce qu’il pensa des éloges qu’il fut chargé d’écrire à la mort de Peel, ou de la décision prise par O’Connor d’ajouter l’effigie du défunt Premier ministre à la galerie de portraits du journal88. Le lectorat du Star connaissait un déclin rapide : les ventes hebdomadaires moyennes en 1850 tombèrent à 5 500 exemplaires, soit 1 000 de moins que les pires résultats, en 1846. Le journal était aisément dépassé par le Reynolds’ Political Instructor, dans d’anciens centres chartistes comme Loughborough et Merthyr Tydfil, le Northern Star vendait à peine une douzaine d’exemplaires89. Le journal partait à la dérive, à tel point que l’on ne sait qui en fut le rédacteur en chef pendant les huit premiers mois qui suivirent le départ de Harney. Ce fut probablement George Fleming, owenien et militant de la NAUT, qui reprit officiellement le poste au printemps suivant.

La Charte au début des années 1 850

  • 90 Friends of the People, 19 avril 1851.
  • 91 NS, 18 novembre et 12 août 1848. Pour la « macro-économie » du plan agraire, voir Chase, « We wish (...)
  • 92 Démocratie Review, février 1850 ; Red Republican, 22 juin 1850.

67« Le chartisme de 51 n’est pas celui de 39 ou de 48, écrivit Harney en avril 1851. La forme extérieure et visible du chartisme a péri en 1848, ou s’il en restait quelque chose, ce n’était qu’une lamentable épave, un vestige de sa force d’antan. [...] Vaincus, frustrés de la victoire politique qu’ils avaient espérée en 1848, les penseurs qui travaillaient dur tournèrent leur attention vers les questions sociales90. » Quantité de programmes réformistes se partageaient désormais les énergies chartistes, dont une grande partie était absorbée par la politique municipale. Le « virage social » du chartisme était flagrant. Même O’Connor avait déclaré que « le grand, le principal devoir d’un parlement chartiste serait de savoir égaliser l’impôt et de décider d’une répartition juste et équitable ». De plus, une réflexion critique sur l’économie du travail était encouragée par l’idée, régulièrement réaffirmée, que le retour à la terre allait « dégraisser le marché artificiel du travail en employant des milliers d’hommes à présent dans la misère, qui formaient une réserve d’oisifs permettant aux capitalistes de vivre et de s’enrichir par la réduction des salaires91 ». Il était donc naturel que le chartisme s’engage plus pleinement dans les idées sociales démocratiques, évolution résumée sous la bannière de « la Charte et quelque chose en plus », jeu de mots sur le vieux slogan o’connorien, « la Charte et rien de moins92 ».

  • 93 Démocratic Review, février 1850.

68Cette tendance au sein de la pensée chartiste naquit du constat selon lequel les mesures proposées par les députés radicaux seraient, pour citer Harney, « des réformes de surface [qui] prendraient place sans apporter aucun avantage concret aux prolétaires ». Ces mesures pouvaient inclure le désétablissement de l’Église anglicane, la réforme de la Chambre des lords, la réduction du coût de la monarchie et une réforme des droits de propriété pour libérer le marché immobilier. Sur ce dernier point – de plus en plus mis en relief par les ex-dirigeants de l’ACLL –, Harney et son cercle répondait en exigeant la nationalisation de la terre, argument également avancé par O’Connor. Le programme de Harney était sous-tendu par la conviction que « les seigneurs féodaux sont condamnés, ils sont usés, leur course s’achève, et l’on prophétise leur rapide extinction ». D’un autre côté, « les seigneurs de l’argent sont pleins de vie et d’énergie » et le seul moyen d’éviter qu’ils ne supplantent l’aristocratie était de lutter pour « la Charte et quelque chose en plus – la charte, la terre, et l’organisation du travail93 ! »

  • 94 Red Republican, 22 juin 1850.

69Dans le tout premier numéro du Red Republican, sous ce titre qui deviendrait bientôt familier, Harney était assez sûr de lui pour prédire que cette nouvelle tendance chartiste était en train de s’imposer. Alors qu’il préconisait « la Charte et rien de moins », le chartisme « intégral » était moins apte à « négocier avec les ennemis de la démocratie, les libéraux bourgeois ». Selon Harney, le chartisme était divisé en deux éléments inconciliables : « Les chartistes et quelque chose en plus » et « les chartistes, ou quelque chose en moins ». Ce que l’on pouvait encore qualifier de « chartisme pur et simple » s’était réduit à une peau de chagrin. « Dans cette vie, l’inertie condamne à la destruction. Nous devons avancer ou reculer ; la terre se meut, et les enfants de la terre doivent en faire autant94. »

  • 95 Cooper’s Journal, 15 juin 1850, reproduit sous le titre « The Red Banner », dans NS, 13 juillet 185 (...)
  • 96 Harney à Engels, 30 mars 1846, reproduit dans Harney Papers, p. 242 ; NS, 3 août, 5 octobre, 2 nove (...)

70Les images utilisées par Harney étaient puissantes, mais le « républicanisme rouge » reposait par essence sur l’hypothèse que « la Charte et quelque chose en plus » serait un point de ralliement aussi attractif que les révolutions européennes l’avaient été en 1848. Comme Gerald Massey l’expliqua dans son Chant du républicain rouge, « Nos espoirs étaient hauts comme des montagnes, / Et en notre cœur nous chantions, / Nous pleurions des larmes de joie95 ». L’humeur avait bien changé, et le chartisme était confronté à un manque de dirigeants. Harney savait bien qu’il n’avait pas les qualités requises : « Je suis convaincu, écrivait-il en 1846, que si O’C. était jeté par-dessus bord nous pourrions nous porter plus mal. » Le sentiment garantissait à ce dernier une place honoraire à la tête du chartisme, mais il s’agissait de plus en plus d’une présence absente. Cinq fois au cours des douze mois qui suivirent août 1850, il disparut à l’étranger sans raison, et il eut six semaines de maladie inexpliquée en avril-mai. En août 1851, son état « affaibli et ébranlé » n’était plus un secret pour personne96.

  • 97 NS, 13, 20 juillet 1850 ; M. Taylor, Ernest Jones, Chartism, and the Romance of Politics, 1819-1869(...)

71Le seul événement qui aurait pu rallumer la flamme était la libération d’Ernest Jones, prévue pour le 9 juillet 1850. Mais il ne reçut à sa sortie de prison qu’un accueil modeste. En 1840-1841, O’Connor avait eu la chance d’être incarcéré alors que le chartisme se portait bien, et d’être libéré avant qu’aucun prisonnier chartiste ne soit mort derrière les barreaux. Après le décès de Williams et de Sharp en 1849, les chartistes londoniens n’étaient plus guère d’humeur à festoyer, et Jones dut se contenter d’une petite soirée et d’un thé. Halifax lui rendit pourtant hommage. Si les odeurs nauséabondes de la geôle de Tothill Fields avaient éteint l’enthousiasme de Jones pour le chartisme, celui-ci fut ranimé par un « grand jubilé » dans l’air vivifiant des Pennines. Il s’avéra à la hauteur de l’événement, avec un sens quasi messianique de sa mission97.

  • 98 NS, 26 octobre 1850 ; Taylor, Jones, op. cit., p. 140-143.

72O’Connor étant de plus en plus marginal, Jones chercha à prendre sa place. Il s’allia avec Harney pour tenter de reprendre le contrôle de la NCA, mais en évitant « la Charte et quelque chose en plus » au profit d’un millénarisme laïque où l’économie reposerait sur les petites fermes, et où la religion s’appuierait sur les préceptes du christianisme primitif. « Le Christ était le premier chartiste, et la démocratie est l’évangile mis en pratique », déclara-t-il lors du premier rassemblement de plein air organisé à Manchester depuis 184898. C’était une bonne interprétation de l’humeur populaire, où le sentiment anticlérical n’était jamais loin de la surface, et qui n’avait pas encore renoncé aux aspirations pastorales du plan agraire.

  • 99 NS, 11 mai 1850 ; 1er mars 1851 ; Collet, Taxes on Knowledge, op. cit., p. 46-49.

73Jones était indépendant, mais les circonstances l’obligèrent à se rabattre sur la politique populaire car sa carrière d’avocat était provisoirement en jachère. Le principal attrait de la NCA pour Jones ne résidait pas dans l’adoption de « la Charte et quelque chose en plus », et certainement pas non plus dans ses membres – personne n’avait contredit Clark lorsqu’il avait récemment déclaré qu’ils n’étaient que 500. Aux yeux de Jones, la NCA était surtout le vrai dépositaire de la Charte du Peuple. La National Chartist League – qui comptait deux fois plus de membres – se contenterait d’obtenir la Charte graduellement. La National Reform League de Bronterre O’Brien n’était chartiste que par accident et ne dépassait guère le quartier de Soho. La People’s Charter Union setait transformée en National Newspaper Stamp Abolition Committee – et travaillait en bonne entente avec la NCA99.

  • 100 NS, 4 janvier 1851.
  • 101 Star of Freedom, 26 juin 1852.

74Jones s’en tint à la NCA faute de mieux, et il s’y tint fermement. Au cours des six mois suivants, il fit remonter le nombre de membres à près de 2 000, mais ses adversaires soulignèrent avec aigreur que « si un autre parti devait acquérir une autorité nationale, ou prétendait être à la tête d’un mouvement national, sur une base aussi mince, il n’est pas un démocrate de ce pays qui ne ridiculiserait d’aussi absurdes prétentions100 ». La route ne fut pas sans à-coups. Jones était impopulaire parmi ceux qui prônaient « la Charte ou quelque chose en moins » de préférence à rien du tout, comme parmi ceux qu’il avait écartés dans son ambition de devenir, comme le formula une localité de l’est de Londres, « le dictateur possible du chartisme, Napoléon le Petit101 ».

  • 102 MS, 12 octobre 1850 au 8 février 1851, citation datant du 1er février ; J. Belchem, « Chartism and (...)

75Loin de panser les plaies d’un mouvement déchiré par les dissensions, le retour de Jones comme messie chartiste ne fit qu’aggraver ces divisions. C’est ce qu’illustre bien la vie artificielle qu’il insuffla à la National Charter League. En octobre 1850, O’Connor proposa une nouvelle convention pour début 1851, hors de Londres où le mouvement « existe vraiment ». Jones et l’exécutif de la NCA s’y opposèrent, mais une section influente de chartistes de Manchester, poussés par la ligue et menés par James Leach (président fondateur de la NCA en 1840, prisonnier en 1842 et en 1848-1850) releva le défi et décida d’organiser un congrès national en février. Le moment était venu de créer « une nouvelle organisation sur une base plus intelligente, plus tolérante et plus conciliante », estimait Leach. Le congrès fut une farce : seuls quatre délégués y assistèrent, outre O’Connor, Clark et McGrath, mais les critiques violemment personnelles de Jones, jointes à une tentative malheureuse visant à faire échouer une conférence organisée par Leach un mois auparavant, marquèrent dans les faits la rupture entre Manchester et la NCA. La CA de Manchester dénonça vertement le « chartisme communiste » de la capitale. Le chartisme de Manchester fut bientôt réduit à l’ombre de lui-même : même Leach renonça à la politique102.

  • 103 Friend of the People, 12 avril, NS, 5-19 avril, The Times, 22-23 avril 1851.

76L’échec du congrès de Manchester laissa le champ libre à la NCA, dont le congrès eut lieu à Londres le 31 mars. Il fut marqué par l’adoption entière de « la Charte et quelque chose en plus », sous l’égide de Jones. Une majorité des cinquante-trois localités de la NCA encore existantes envoyèrent des délégués qui conçurent avec ardeur un énième programme d’agitation pour le chartisme. Il devait y avoir une nouvelle pétition nationale, adoptée lors de meetings simultanés dans tout le pays, à une date qui restait à annoncer. Lors de la prochaine élection générale, un chartiste devrait être nommé pour chaque vote à mains levées, et les candidats iraient jusqu’au vote à bulletins secrets dans les circonscriptions où une localité pouvait l’organiser. Les fonds centraux seraient employés pour soutenir les campagnes en zone rurale et parmi les syndicats. Tout cela était bel et bon – tant que le coût n’était pas estimé et comparé aux revenus de la NCA. Cependant, le programme de 1851 stipulait sur quelles politiques « le soutien de l’organisation chartiste [devrait] être sollicité ». C’était une nouveauté fondamentale. Les sans-emploi devaient être établis sur une terre « en restituant au peuple les propriétés immobilières de l’Église et de la Couronne », et par un programme de nationalisation progressive par achats gouvernementaux. L’éducation serait laïque, « universelle, gratuite et, jusqu’à un certain point, obligatoire ». Le Master and Servant Act serait mis de côté et une aide juridique et financière serait proposée aux coopératives de production. Un secours serait apporté à tous ceux pour qui l’on ne pourrait trouver aucun emploi agricole, et des allocations seraient versées aux malades, pour leur permettre aussi souvent que possible de résider dans leur maison ou chez des parents. La dette nationale serait peu à peu remboursée. L’armée et la marine seraient réduites jusqu’à ce que le rôle colonial limité (et une nouvelle milice citoyenne) ne les rendent « plus nécessaires » ; en attendant, des conditions plus humaines seraient mises en place dans ces deux corps. L’activité religieuse serait entièrement séparée de l’État. L’impôt serait levé uniquement sur la terre et sur la richesse accumulée103.

  • 104 NCA Fund Ten Shillings Collection Sheet [1852], exemplaire conserve à la Tameside Local Studies Lib (...)

77Le programme de 1851 offrait la vision d’une société plus humaine, mais il brillait plus par ses nobles aspirations que par les détails de sa mise en place. En termes pratiques, il ne comptait guère. Ses deux architectes se brouillèrent, en partie à cause de la fureur de Jones quand ce fut Harney et non lui qui acquit le Northern Star au début de 1852, et en partie sans doute parce que Jones était incapable de travailler avec d’autres esprits indépendants. Il n’y eut jamais d’autre pétition nationale. Jones réunit un congrès à Manchester en mai 1852 « pour relever une fois de plus la cause chartiste ». Il fut accepté de répéter la tactique de 1849, en coordonnant la présentation de pétitions séparées, chaque localité utilisant un texte commun. Mais seules six localités avaient envoyé des délégués à ce congrès. L’exécutif composé de huit membres fut réduit de moitié (Jones, Gammage et un Londonien, James Finlen), avec comme secrétaire William Grocott, ex-secrétaire de l’association des mineurs. Chacun des membres de l’exécutif s’embarqua dans une vaste tournée, pour distribuer des formulaires imprimés et encourager chaque ville à adopter cette nouvelle pétition. Dans son histoire du chartisme, Gammage mentionne nommément une cinquantaine de meetings dans les mois qui suivirent, ainsi que d’autres dont il ne précise pas le nombre, lors desquels la pétition fut chaque fois adoptée. Mais il n’y eut en réalité pas plus de vingt pétitions présentées, le total des signatures (11 834) équivalant à peine à un cinquième du chiffre décevant de 1849104.

78Pendant ce temps, le NCREC criblé de dettes avait sombré dans l’oubli. Seules sept circonscriptions eurent un candidat chartiste lors de l’élection générale de juillet 1852 : ils arrivèrent bons derniers dans six des votes, notamment à Halifax où Jones ne remporta que trente-sept voix. Gammage et Finlen auraient dû se présenter respectivement à Exeter et à Coventry, mais ils renoncèrent avant même le vote à mains levées. Harney – qui venait de relancer le Northern Star sous le titre de Star of Freedom et qui était donc très occupé – ne remporta même pas le vote à mains levées à Bradford. Son journal n’évoqua jamais la septième circonscription, Tavistock, dans le Devon. Samuel Carter – le chartiste qui s’était présenté à l’élection de 1847 – y fut pourtant élu, mais ne remporta qu’une victoire à la Pyrrhus : son élection fut annulée quelques semaines après, lorsqu’il fut prouvé qu’il ne remplissait pas les critères de propriété. O’Connor ne put défendre son siège à Nottingham, car il avait été enfermé dans un asile psychiatrique le mois précédent.

79Le Star of Freedom s’éteignit le 27 novembre, « coup dur et grave découragement », remarqua « Un vieux chartiste » dans une lettre d’adieu à Harney. Quelques semaines auparavant, un autre correspondant habitant le nord-ouest du pays avait écrit, sous le même pseudonyme :

  • 105 Star of Freedom, 25 septembre et 27 novembre 1852.

Dans cette localité, le nom même de chartiste est devenu une insulte et un reproche [...] pourtant nous ne sommes pas sans espoir, je crois, monsieur, qu’un véritable parti du peuple est en train de se former, qui obtiendra la confiance de la masse [...] mais que faisons-nous, direz-vous ? Je réponds que nous nous formons en sociétés locales, nous nous faisons inscrire sur le registre des électeurs municipaux. Nous pensons que c’est un pas en avant dans la bonne direction. Il est vrai que nous ne braillons pas, que nous ne faisons pas grand bruit, mais nous avons commencé à travailler105.

Dès lors, l’histoire du chartisme ne serait plus qu’une multiplicité de victoires mineures.

Notes

1 Ce récit s’appuie sur The Times, 14 avril, NS, 15 et 22 avril, Hansard, vol. XCVIII, 1848, col. 284-301, et National Instructor, 5 octobre 1850. Voir aussi P. Pickering, « “And Your Petitioners & c” : Chartist petitioning in popular politics », English Historical Review, 466 (avril 2001), p. 383-386.

2 Les électeurs de Cirencester, circonscription de Cripps, expliquèrent qu’ils avaient copié les noms parce que, du fait du manque de feuilles imprimées, beaucoup de signatures étaient remises sur des morceaux de papier, NS, 29 avril 1848. Beaucoup firent valoir qu’un grand nombre de pétitionnaires ne savaient pas écrire, d’autres que certains signataires avaient peur d’être identifiés et usaient donc de pseudonymes.

3 NS, 22 avril 1848.

4 D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 136-142.

5 Lord Broughton [J.C. Hobhouse], Recollections of a Long Life, Londres, Murray, 1911, p. 214.

6 Reports of State Trials, Londres, HMSO, 1896, vol. 7, col. 480.

7 H. Berlioz, Mémoires d’un musicien, dans Le Monde illustré, 78 (9 octobre 1858), p. 231.

8 Papersfor the People, 6 mai 1848.

9 The Times, 15 avril et NS, 15 avril (3e éd.) 1848.

10 NS, 22 avril, 1er juillet 1848 ; HO 45/2410/3, P 318, 4 avril (High Wycombe) et 45/2410/4, P 920 (Buckley) ; [A. Applegarth], A Letter on Chartism, Dartford, Reeves, 1848, p. 6 ; Conseil de la NCA de Dartford, Reply to a Letter on Chartism, Dartford, Reeves, 1848 ; D. Thompson, Chartists, Londres, Temple Smith, 1984, appendice.

11 Chadwick : DLB, vol. 7. Clubb : A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Suffolk, Chelmsford, Essex CRO, 1982, p. 81 et Anon., History of the Philadelphian Bible-Christian Church, Philadelphie, Lippincott, 1922, p. 67-89.

12 A. Alison, Some Account of My Life, Édimbourg, Blackwood, 1883, vol. 1, p. 580.

13 Bolton Chronicle, 20 mai 1848. Le meilleur récit de l’assemblée reste R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894, p. 324-330.

14 Memoranda of the Chartist Agitation in Dundee, Dundee, Kidd, 1889, p. 75 ; A. Wilson, Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 225-232.

15 NS, 6 et 20 mai 1848.

16 J. Belchem, « Britishness, the United Kingdom and the révolutions of 1848 », Labour History Review, 64/2 (1999), p. 147.

17 Bradford Observer, 16 mars 1848 ; HO 45/2410/3, fo 997.

18 HO 45/2410/5, fos 1002, 1017-1023 ; voir aussi D. Wright, Chartist Risings in Bradford, Bradford, Bradford Libraries, 1987, p. 45-50.

19 T.W. Reid, Life of the Right Honourable William Edward Forster, Londres, Chapman, 1888, p. 138 ; A. Peacock, « Chartism in York », YorkHistory, 3 [1976], p. 142-143.

20 Halifax Guardian, 27 mai 1848.

21 HO 45/2410/5, fos 1038, 1048.

22 Goodway, London Chartism, op. cit., p. 81-83,117-119 (citation p. 81) ; J.B. Leno, The Aftermath, Londres, Reeves, 1892, p. 57-58 ; The Times, 2 juin 1848. Pour Leno, voir DLB, vol. 11.

23 C.C.F. Greville, The Greville Memoirs, 1814-60, L. Strachey et R. Fulford (éd.), Londres, Macmillan, 1938, vol. 6, p. 73.

24 NS, 15 juillet 1848 ; Goodway, London Chartism, op. cit., p. 83-85, 119-122.

25 MEPO 2/66 et 2/67.

26 TS 11/136, fo 91.

27 MEPO 2/43 (dossier étrangers), 7 juin 1848 ; The Times, 14 juin 1848 ; M.R.D. Foot et H.C.G. Matthew (éd.), Gladstone Diaries : Volume 4,1848-54, Oxford, Oxford University Press, 1974, p. 42 ; T. Hughes cité dans F.E. Kingsley (éd.), Charles Kingsley, Londres, King, 1877, vol. 1, p. 161.

28 Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 231-232 ; NS, 17 juin 1848.

29 T. Frost, Forty Years’ Recollections, Londres, Sampson Low, 1880, p. 152.

30 HO 2410/3, 13 juin (île de Wight) et P 103B (affiche de Nottingham, 7 juin) ; White cité dans Manchester Observer, 13 juin ; voir aussi HO 2410/5, f° 534.

31 A.M. Hadfield, Chartist Land Company, Newton Abbot, David & Charles, 1970, p. 190.

32 Greville Memoirs, vol. 6, p. 77 ; The Times, 13 juin, et NS, 17 juin 1848.

33 HO 45/2410/2, information sur Davis, 12 et 14 juin, et Reading, 12 juin ; Goodway, London Chartism, op. cit., p. 86-89.

34 Goodway, London Chartism, op. cit., p. 86-89.

35 NS, 1, 22 juillet 1848 ; Authentic Report of the Trial of Doctor Peter McDouall, Manchester, Heywood, 1848, p. 1.

36 Ce paragraphe s’inspire de la reconstitution méticuleuse de Goodway.

37 TS 11/141/388, fo 248.

38 TS 11/138/380, f> 3.

39 NS, 22 juillet 1848.

40 HO 45/2410/3, f° 972 ; Manchester Guardian 2,5,12 août 1848 ; pour la suite de la carrière de Theobald, voir par exemple NS, 23 septembre 1848, 3 février 1849, et J. Schwartzkopf, Women in the Chartist Movement, Londres, Macmillan, 1991, p. 237-238.

41 Bolton Chronicle, 29 juillet 1848 ; HO 45/2410/3, f° 284.

42 The Times, 18 août 1848 ; J. Belchem, « Liverpool in the year of révolution », dans J. Belchem (éd.), Popular Politics, Riot and Labour, Liverpool, Liverpool University Press, 1992, p. 92.

43 The Times, 17-19 août 1848 ; voir aussi J. Belchem, « 1848 : Feargus O’Connor and the collapse of the mass platform », dans J. Epstein et D. Thompson (éd.), Chartist Expérience, Londres, Macmillan, 1982, p. 298-299.

44 F.C. Mather, Public Order in the Age of the Chartists, Manchester, Manchester University Press, 1959, p. 24 ; A. Marcroft, Landmarks of Liberalism, Oldham, Wïldgoose, 1913, p. 104 (Marcroft situe par erreur l’épisode le 1er mai).

45 HO 45/2410/2, fo 302 ; The Times, 17,18 août 1848 ; R.G. Hall, Work, Class and Politics in Ashton-under-Lyne 1830-1860, thèse, Vanderbilt University, 1991, p. 224-226 ; H. Davies, « A shot in the dark », dans S.A. Harrop et E.A. Rose (éd.), Victorian Ashton, Ashton, Tameside Libraries, 1974, p. 16-28.

46 HO 48/40, déposition de Thomas Brown, cité dans Mather, Public Order, op. cit., p. 25.

47 The Times, 19 août 1848 ; HO 45/2410/5, fo 1132 ; Halifax Guardian, 19 août 1848 ; Belchem, « 1848 », art. cité, p. 298-299.

48 The Times, 25 août, et NS, 30 décembre 1848.

49 Frost, Forty Years, op. cit., p. 164-165.

50 NS, 11 novembre 1848 ; citation d’Ashton tirée de Davies, « Shot in the dark », art. cité, p. 27.

51 P. Gregory, « The exile of Thomas Winterbottom », cité dans Chartist Ancestors sur www.chartists.net/Prosecution-witnesses. Voir aussi Davies, « Shot in the dark », art. cité, p. 25.

52 HO 45/2410/3, fo 1014.

53 NS, 11 novembre 1848. Pour d’autres ramifications à Ashton, voir R.G. Hall, « A united people », Journal of Social History, 38 (automne 2004), p. 194-195.

54 NS, 17 juin, 19 août-9 septembre 1848.

55 NS, 9, 23 septembre 1848.

56 SCNLC, sixième rapport, p. iii.

57 SCNLC, troisième rapport, paragraphe 2454, et cinquième rapport, paragraphe 4541. M. Chase, « We wish only to work for ourselves », dans M. Chase et I. Dyck (éd.), Living and Learning, Aldershot, Scolar, 1996, p. 134 (le chiffre de 115 ans est une erreur).

58 M. Chase, « Wholesome object lessons : the Chartist land plan in retrospect », English Historical Review, 475 (2003), p. 59-85, citation de Sillett tirée de la p. 63.

59 Citation tirée de SCNLC, cinquième rapport, paragraphes 4416, 4445 et 4468. Pour un chiffre plus élevé, comparer avec le premier rapport, paragraphe 58, et le deuxième rapport, paragraphe 1218.

60 SCNLC, premier rapport, paragraphes 186, 768-790 et deuxième rapport, paragraphes 1829-1830.

61 SCNLC, deuxième rapport, paragraphe 1842, et troisième rapport, paragraphe 2175.

62 TS 11/140/387, fos 79-80, déposition de D. Burn.

63 NS, 4,11 novembre 1848, 23 juin, 7 juillet 1849 ; D. Poole, The Last Chartist Land Seulement : Great Dodford, 1849, Dodford, imprimé à compte d’auteur, 1999, p. 10-11.

64 SCNLC, sixième rapport, p. iii.

65 L’histoire du plan agraire attend un historien juriste à l’enthousiasme sans bornes, mais en attendant, voir Hadfield, Chartist Land Company, op. cit., p. 68-86.

66 W. Whitmore, « Respite hours », Firstlings, Londres, Chapman, 1852, p. 28. Les cinq domaines existent encore et le National Trust conserve le dernier terrain non modernisé à Dodford.

67 NS, 11 et 18 novembre 1848.

68 P. Pickering et A. Tyrell, The People’s Bread : A History of the Anti-Corn Law League, Londres, Leicester University Press, 2000, p. 22-25.

69 NS, 23 décembre 1848.

70 Pour une interprétation opposée, voir Belchem, « 1848 », art. cité. Les citations sont tirées de NS, 18 et 25 novembre 1848.

71 NS, 7 juillet 1849 ; Companion to the Almanac and Year-book of General Information for 1850, Londres, Knight, 1849, p. 224.

72 NS, 6 janvier 1849.

73 NS, 27 octobre 1849,11 mai 1850.

74 NS, 17-31 mars 1849.

75 Lettre à F. Engels, 19 mars 1848, reproduite dans F.G. Black et R.M. Black (éd.), Harney Papers, Assen, Van Gorcum, 1969, p. 149.

76 NS, 14, 28 juillet, 10 novembre au 8 décembre 1849, 30 novembre 1850.

77 NS, 25 août-6 octobre 1849.

78 NS, 26 mai 1849 ; 13 octobre 1849.

79 P. Pickering, « Repeal and the suffrage : Feargus O’Connor’s Irish “mission” 1849-50 », dans O. Ashton étal, (éd.), Chartist Legacy, Woodbridge, Merlin, 1999, p. 119-146.

80 Il n’existe pas d’histoire détaillée, mais voir R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894, p. 18-20 et 347 et suiv. ; D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 169-181 ; E. Royle, Chartism, Londres, Longmans, 1996, 3e éd., p. 47-52.

81 C.D. Collet, History of the Taxes on Knowledge, éd. abr., Londres, Watts, 1933, p. 43.

82 J. Wiener, William Lovett, Manchester, Manchester University Press, 1989, p. 116-117 ; W. Lovett, Life and Struggles of William Lovett, Londres, Trübner, 1876, p. 335-349.

83 N.C. Edsall, « A failed national movement : the Parliamentary and Financial Reform Association », Bulletin of the Institute of Historical Research, 49 (1976), p. 108-131.

84 Social Reformer, 20 octobre 1849 ; A. Plummer, Bronterre, Londres, Allen & Unwin, 1971, passim.

85 NS, 3 août 1850 au 8 février 1851 ; Gammage, History, op. cit., p. 356.

86 NS, 6 avril au 7 décembre 1850 ; « Thomas Clark », DLB, vol. 6.

87 T. Clark, A Letter Addressed to G.W.M. Reynolds... Together with Copious Extracts from his Most Indécent Writings, Londres, Clark, 1850 ; T. Clark : Reflections Upon Past Policy... also a Letter Condemnatory of a Private Assassination, as Recommended by Mr. G.J. Harney, Londres, Boonham, 1850 ; [G.J. Harney], « Review of a renegade’s révélations », Démocratie Review, p. 33 [juillet 1850].

88 NS, 6 et 13 juillet 1850.

89 J.A. Epstein, « O’Connor and the Northern Star », International Review of Social History, 21 (1976), p. 97 ; J. Ginswick (éd.), Labour and the Poor in England and Wales, 1849-51, Londres, Cass, 1983, vol. 2, p. 59-60 ; A. Little, Chartism and Liberalism : Popular Politics in Leicestershire, 1842-74, thèse, université de Manchester, 1991, p. 209.

90 Friends of the People, 19 avril 1851.

91 NS, 18 novembre et 12 août 1848. Pour la « macro-économie » du plan agraire, voir Chase, « We wish only to work for ourselves », art. cité.

92 Démocratie Review, février 1850 ; Red Republican, 22 juin 1850.

93 Démocratic Review, février 1850.

94 Red Republican, 22 juin 1850.

95 Cooper’s Journal, 15 juin 1850, reproduit sous le titre « The Red Banner », dans NS, 13 juillet 1850, et au verso du titre des numéros réunis de Red Republican.

96 Harney à Engels, 30 mars 1846, reproduit dans Harney Papers, p. 242 ; NS, 3 août, 5 octobre, 2 novembre 1850, 3, 10, 24 mai, 23 août 1851.

97 NS, 13, 20 juillet 1850 ; M. Taylor, Ernest Jones, Chartism, and the Romance of Politics, 1819-1869, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 130-136.

98 NS, 26 octobre 1850 ; Taylor, Jones, op. cit., p. 140-143.

99 NS, 11 mai 1850 ; 1er mars 1851 ; Collet, Taxes on Knowledge, op. cit., p. 46-49.

100 NS, 4 janvier 1851.

101 Star of Freedom, 26 juin 1852.

102 MS, 12 octobre 1850 au 8 février 1851, citation datant du 1er février ; J. Belchem, « Chartism and the Trades », English Historical Review, 98 (1983), p. 585-586 ; M. Hewitt, Emergence of Stability in an Industrial City : Manchester, 1832-67, Aldershot, Scolar, 1996, p. 250-252.

103 Friend of the People, 12 avril, NS, 5-19 avril, The Times, 22-23 avril 1851.

104 NCA Fund Ten Shillings Collection Sheet [1852], exemplaire conserve à la Tameside Local Studies Library, Ashton-under-Lyne, Tameside Broadsheets L322 ; Gammage, History, op. cit., p. 386-387, 390-394 ; Companion to the Almanac and Year-Book of General Information for 1853, Londres, Knight, 1852, p. 232.

105 Star of Freedom, 25 septembre et 27 novembre 1852.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search