Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Chapitre 9. Le temps de fabriquer des hommes politiques (juillet 1846-avril 1848)

Texte intégral

Situation du chartisme

1Le contexte du rassemblement du 1er mai 1847 à O’Connorville était bien différent de celui du Jubilé du Peuple neuf mois auparavant, quand le domaine avait été pour la première fois ouvert au public. Au niveau humain le plus évident et le plus urgent, l’énormité de la famine irlandaise devenait flagrante, après l’échec complet de la récolte de pommes de terre en 1846 et un pic de mortalité au cours de l’hiver. Conséquence indirecte, le plan agraire, régulièrement promu comme réfutant le malthusianisme, semblait encore plus providentiel et nécessaire. Ensuite, moins de quinze jours après le meeting du 1er mai, O’Connell mourait, mettant un terme à l’une des carrières les plus significatives et les plus turbulentes de la politique irlandaise, mais ouvrant aussi la possibilité réelle d’une coopération entre les nationalistes irlandais et les chartistes britanniques. Enfin, la politique parlementaire avait été transformée par la démission de Peel le 29 juin 1846, remplacé par lord Russell à la tête d’un ministère whig. Les relations du chartisme, et surtout d’O’Connor, avec Peel étaient complexes ; il faut les évoquer avant de pouvoir pleinement comprendre l’histoire du mouvement dans les années qui suivirent la démission de ce dernier.

  • 1 R. Stewart, Politics of Protection, Cambridge, Cambridge University Press, 1971, p. 41.
  • 2 R.Q. Gray, The Factory Question and Industrial England, 1830-60, Cambridge, Cambridge University Pr (...)

2La démission de Peel fut causée par la défaite de son gouvernement sur l’Irish Coercion Bill – qui accordait des pouvoirs spéciaux en cas d’urgence en Irlande. Ce n’était pourtant pas la seule raison de sa défaite. Quatre jours auparavant, le Parlement avait finalement abrogé les Corn Laws, moment essentiel pour l’Angleterre, aussi important que le serait pour l’Irlande la mort d’O’Connell. Seul un tiers des députés conservateurs vota pour l’abrogation et Peel avaient donc dû s’appuyer sur les whigs et les libéraux pour faire passer cette mesure. Ce succès s’était pourtant traduit par la division des conservateurs et par la chute du gouvernement. Peel était admiré dans les cercles chartistes. Son budget de 1842 avait été chaleureusement complimenté par O’Connor et par le Northern Star pour avoir réduit les taxes à l’importation et pour avoir mis en place un impôt sur le revenu (pour la première fois en temps de paix). Son budget pour 1845 avait encore réduit les taxes, et l’égalisation des droits à acquitter sur le sucre en 1846 répondait à ce que l’opinion populaire considérait comme un impôt injuste visant à aider les planteurs des Antilles. Peu importait que la réussite collective de la gestion fiscale de Peel ait été moindre qu’on ne le prétendait – conclusion qui est bien sûr plus facile rétrospectivement1. C était l’impression générale qui comptait, et l’administration Peel avait voté d’autres lois dont les chartistes étaient obligés d’admettre les mérites : \e Mines Act de 1842 interdisait l’emploi des femmes et des enfants sous la terre, et le Factory Act de 1844 réglementait pour la première fois l’emploi des femmes – contribuant peut-être ainsi à rétablir le contrôle des hommes sur le secteur de la filature2.

3Le mélange complexe de sexisme, de paternalisme et d’autorité de l’État entourant cette législation ne doit pas en dissimuler l’importance. Bien que son application ait pu laisser à désirer, et même si le texte lui-même ne répondait pas aux exigences du mouvement des usines, elle fut néanmoins annoncée comme une loi progressiste. Même le Joint Stock Companies Act (loi sur les sociétés par actions) et le Bank Charter Act n’étaient pas négligeables : bien qu’éloignées du quotidien des ouvriers, ces lois renforçaient le sentiment (très perceptible dans les budgets de 1842 et 1845) que l’administration Peel gouvernait selon des critères autres que l’intérêt personnel direct de ses partisans. De ce point de vue, l’abrogation des Corn Laws allait plus loin encore. L’opposition chartiste à l’ACLL était née de l’idée que celle-ci détournait les énergies politiques de leur objectif réel, pour favoriser les fabricants. Bien qu’il y ait eu des protectionnistes parmi les chartistes (notamment Bronterre O’Brien et James Leach), le message du chartisme avait à peu près toujours été que l’abrogation était souhaitable, mais que la réforme du Parlement devait la précéder. Sans le garde-fou du gouvernement démocratique, toute réduction du prix du pain serait simplement exploitée par les employeurs pour baisser les salaires, à supposer même qu’un parlement non réformé puisse voter une telle mesure. La conscience populaire de la crise alimentaire en Irlande aiguisa l’idée que l’abrogation des taxes sur l’importation du blé n’aurait que des avantages, quelle que soit la couleur politique du parlement qui la votait. L’abrogation suscita aussi l’admiration, à contre-cœur, de l’exécutif de la NCA :

Les mesures du cabinet précédent, à notre avis, n’ont rien d’estimable par elles-mêmes, pour les recommander aux yeux du peuple ; elles ne tendent pas à libérer la main-d’œuvre de l’emprise impitoyable du capital, ni à améliorer en aucune façon les conditions de vies des classes laborieuses. Il y avait néanmoins une certaine témérité dans leur conception et un sérieux dans leur exécution qui suscitent notre admiration et qui nous font espérer qu’un jour on emploiera autant d’énergie et de talent entre les murs du Parlement pour l’avancement de ces grands principes qui seuls peuvent garantir la liberté et le bonheur du peuple.

  • 3 NS, 4 juillet 1846 ; C.F. Henningsen, Sixty Years’ Hence, 3 vol., Londres, Newby, 1847 ; M. Chase, (...)

4Plus audacieux, O’Connor déclara que « depuis cinq ans Peel dirige un mouvement chartiste naissant ». Le gouvernement Russell aurait donc du mal à persister dans l’idée qu’il n’y avait pas à aller plus loin que la réforme de 1832. Ce point de vue trouva sa conclusion suprême dans un étrange roman venant des marges du chartisme littéraire, Dans soixante ans (1847) de Charles Henningsen, qui dépeignait dans un avenir proche la mise en place de la Charte du Peuple comme le couronnement de la carrière de Peel. Après sa mort prématurée en 1850, cette vision trouva sa forme graphique dans l’ajout de Peel aux portraits que le Northern Star offrait à ses fidèles lecteurs3.

  • 4 G.S. Jones, « Rethinking Chartism », dans son livre Languages of Class, Cambridge, Cambridge Univer (...)
  • 5 Feargus à Frank O’Connor, « 28 Septembre » [complété le 14 décembre] 1843, documents O’Connor d’Arl (...)
  • 6 Voir J. Dunkerley, « Francisco Burdett O’Connor », dans son livre Warriors and Scribes : Essays on (...)

5L’impact qu’eut la législation de Peel ne suffit cependant pas à justifier le déclin du chartisme4. Cela permet d’expliquer certains déplacements dans la trajectoire du mouvement, visibles à partir de 1845, surtout en relation avec ce que l’on peut savoir de l’opinion privée d’O’Connor au sujet de Peel. Vers la fin 1843, Feargus adressa une longue lettre à son frère aîné Frank, qu’il n’avait pas revu depuis que ce dernier avait émigré en Amérique du Sud en 18195. Ce n’était pas une lettre ordinaire, et son destinataire n’était pas un homme ordinaire. Le général Francisco Burdett O’Connor, comme on l’appelait désormais, s’était brillamment battu dans l’armée révolutionnaire de Simon Bolivar, et s’était retiré du service actif en 18386. La personnalité de Feargus était telle qu’il ne mentionna jamais en public les faits d’armes de son frère, même quand celui-ci le contacta en décembre 1842, après bien des années de silence.

6Tout aussi révélateur est l’exposé de ses activités que Feargus envoya à son frère. Les généralisations très larges y alternent avec le récit détaillé d’exploits sportifs, de duels, de procès et de victoires contre O’Connell. À propos du chartisme, il se montra exceptionnellement laconique : « En 1835 j’ai créé une association à Londres, dont le fruit fut une pétition présentée l’an dernier au Parlement, signée par 3,5 millions de personnes, exigeant la mise en place des principes de l’association. Presque tout Londres suivit en procession, avec d’innombrables fanfares et banderoles, l’énorme rouleau porté par seize solides gaillards, qui se relayaient toutes les deux minutes, jusqu’au cœur de la Chambre. » Il n’avait pas grand-chose à ajouter au sujet du chartisme, mot qui n’apparaît pas dans sa lettre, pas plus que Charte ou chartiste. Au lieu de se présenter comme le dirigeant du mouvement, il présentait le chartisme comme tenant un second rôle dans le roman de Feargus O’Connor.

7Il avait en revanche beaucoup à dire au sujet de Peel. « Nous avions jadis appris, toi et moi, à exécrer le nom de Peel », rappelait-il à Frank – évoquant l’époque où Peel était secrétaire d’État pour l’Irlande, en 1812-1818. Cependant,

Il est à présent le seul grand homme d’Angleterre. Dans l’opposition, ils n’ont rien à lui répondre. Sa première mesure, sur les droits de douane, fut la plus digne d’un homme d’État, la plus juste et la plus impartiale jamais proposée par un ministre [...] Peel n’est en rien l’homme cruel que nous avions été amenés à croire. Il attache plus d’importance à la réputation que peut-être aucun homme d’État qui l’ait précédé, et je ne crois pas qu’il conserverait ses fonctions aux dépens de sa réputation personnelle. Certes, j’admets qu’un Premier ministre devrait être responsable de toutes les actions de son cabinet. Et que beaucoup de mauvaises actions ont été commises sous son administration, mais à mon avis elles lui ont été imposées par ses collègues moins scrupuleux.

  • 7 Hansard, vol. XLVIII, 28 février 1845, col. 154-155.

8En une formule mémorable, Disraeli décrivit ainsi l’administration Peel : « Mon éminent confrère surprit les Whigs pendant leur bain et emporta leurs habits7. » O’Connor estimait lui aussi que le budget Peel pour 1842 avait causé des jalousies au sein de l’opposition whig, mais il allait beaucoup plus loin, disant à Frank que « la classe maîtresse, sous l’influence parlementaire des Whigs » tentait de déstabiliser le gouvernement Peel par « une révolution naissante », les fermetures d’usines ayant conduit à la vague de grèves du mois d’août. Comme l’a montré le chapitre 7, le déroulement et les causes de ce phénomène sont trop complexes pour être ramenés à l’explication simpliste du complot. O’Connor le croyait pourtant, ce qui n’est pas négligeable, joint à son extraordinaire éloge de Peel. Sa conviction que le gouvernement était dirigé par un homme d’une intégrité sans égale – presque un allié tacite dans la lutte contre l’aristocratie, la classe maîtresse et les whigs – ne peut qu’avoir influencé l’orientation et la force de la rhétorique anti-establishment d’O’Connor.

9Face aux réformes fiscales et autres de Peel, on comprend plus facilement pourquoi tant de chartistes pensaient que le plan agraire constituait le meilleur moyen de faire avancer le chartisme, et même pourquoi O’Connor brandissait l’espoir que le gouvernement pourrait imiter cette expérience. Il faut aussi noter que, lorsque Feargus dévoile à son frère la tactique qu’allait désormais suivre « le peuple » sous sa direction, l’accent est mis sur « la prochaine élection générale ». Ce serait « une lutte grandiose entre l’aristocratie et le peuple non représenté. L’aristocratie cherchera à maintenir le suffrage limité, tandis que de son côté le peuple fera tous ses efforts pour le partager, en élisant au Parlement un petit nombre de ses amis, pour qu’ils y défendent ses principes ». Telle avait été la stratégie chartiste lors de l’élection de 1841 : en la réitérant ici, O’Connor avoue que le chartisme n’avait pas grand-chose de neuf à offrir, mais aussi qu’il concevait le mouvement comme un groupe de pression. Ce terme anachronique ne saurait s’appliquer au chartisme en 1838- 1842, mais il n’est pas absurde pour désigner ce qu’était devenu le mouvement dans le milieu des années 1840.

10Un autre élément clé du chartisme vers la fin des années 1840 était la poursuite de la saga des dissidences internes, dont la triste escalade après 1842 a été évoquée au chapitre 8. Les problèmes qui avaient entouré les résolutions de Dewsbury en décembre 1845 furent ressuscités en 1847 quand Hobson se querella très publiquement avec O’Connor. Aucune inimitié déclarée ne s’était manifestée quand Hobson avait cessé d’être rédacteur en chef du Northern Star en novembre 1846, mais en juin suivant, il entama (avec succès) des poursuites contre O’Connor pour rupture de contrat parce qu’il avait été renvoyé sans préavis. Puis, vers la fin de l’année 1847, il n’apprécia pas du tout qu’O’Connor critique un projet agraire conçu par la NAUT. L’association avait nommé Hobson et l’owenien George Fleming pour établir le programme de ses opérations agraires, et Hobston en avait souligné les mérites par rapport au plan agraire chartiste. Dans une série de lettres au Manchester Examiner, Hobson se déchaîna contre O’Connor, affirmant qu’il avait dérobé 5 000 livres sterling au Northern Star quand le journal était encore basé à Leeds, pour financer ses besoins personnels, et qu’il subtilisait maintenant l’argent du plan agraire. Hobson concluait par une attaque cinglante contre les administrateurs qui n’avaient pas su obtenir la reconnaissance officielle de leur projet.

  • 8 « Cuttings from Manchester Examiner of Hobson’s letters on the land scheme of Feargus O’Connor », d (...)

11Jamais assaut plus vigoureux n’avait été lancé de l’intérieur du chartisme contre le plan agraire, et cela attira une large attention. Un meeting public fut organisé à Manchester, où O’Connor affronta ses adversaires ; des adhésions parvenaient de tout le pays, pour financer un procès en diffamation contre l’ Examiner, et pendant plusieurs semaines, le litige fit l’objet d’une couverture exhaustive dans le Star, parfois sur plus d’une page entière. William Lovett, non sans y prendre un certain plaisir, on le soupçonne, se fit envoyer de Manchester des exemplaires de l’Examiner, découpa les articles intéressants et les réunit en un cahier8.

  • 9 London School of Economies, collection Allsop, Coll. Mise 525/2, fo 10, O’Connor à Allsop, 25 juin (...)

12Hobson n’était pas le premier chartiste à critiquer le projet, mais il était le plus prestigieux. Ses autres critiques, O’Connor les noya sous une masse de détails montrant qu’il finançait le chartisme depuis ses débuts et qu’il portait sur ses propres épaules le fardeau de la dette (3 400 livres, selon lui) que des marchands de journaux avaient contractée envers le Star. Il est difficile de déterminer où était la vérité. Ce qui est certain, c’est qu’il était impossible de tracer des frontières strictes entre les finances personnelles d’O’Connor, celles du journal et celles du plan agraire. Richard Oastler n’avait sans doute pas tort d’écrire qu’O’Connor « est bien plus susceptible de dépenser son propre argent à leur service que d’utiliser le leur pour lui seul » ; cela résumait certainement l’opinion de la plupart des chartistes. La correspondance privée corrobore cette conclusion. « Je suis vraiment dans le pétrin », avoua O’Connor en 1847, lorsqu’il dut verser 167 livres en droits de timbre pour les achats de terres9.

Ernest Jones contre Thomas Cooper

  • 10 T. Cooper, Two Orations Against Taking Away Human Life Under Any Circumstances (1846), cité dans S. (...)
  • 11 NS, 20 juin, 8 et 22 août 1846.

13Les administrateurs du plan agraire se heurtaient à un problème récurrent : il fallait empêcher leurs adversaires de tirer des conclusions déplaisantes du fait que les achats de terres étaient réalisés au nom d’O’Connor. Ce stratagème leur était imposé puisque, sans reconnaissance officielle, le plan ne pouvait posséder aucun bien immobilier. En 1846, Thomas Cooper avait réprimandé les actionnaires précisément parce que les achats de terre étaient faits « au nom propre [d’O’Connor], avec votre argent et sans demander votre permission [...] Pouvez-vous lui retirer cette propriété des mains à votre guise ? L’écho répond : “Pouvez-vous ?”10 » Et il ajoutait que le Northern Star était secrètement financé par l’argent du plan agraire. Cela valut à Cooper d’être relégué dans les marges du chartisme, il fut battu à plates coutures lorsqu’il voulut succéder à Wheeler comme secrétaire général de la NCA, et fut officiellement expulsé de la NCA lors de la convention de 1846. La motion d’expulsion fut proposée par une nouvelle recrue, Ernest Jones, qui venait d’adresser « son premier discours à ses nouveaux alliés » la veille, à Blackstone Edge, lors d’un rassemblement qu’il décrivit comme « l’anniversaire du renouveau chartiste11 ».

  • 12 Étudié par M. Taylor, Ernest Jones, Chartism, and the Romance of Politics, 1819-1869, Oxford, Oxfor (...)
  • 13 T. Cooper, Life of Thomas Cooper, Londres, Hodder, 1872, p. 273 ; NS, 20 septembre-13 décembre 1845 (...)

14Le rôle de Jones dans l’exclusion de Cooper avait une valeur symbolique liée à leur statut en tant que poètes chartistes, Jones sur la pente ascendante, Cooper sur le déclin12. Beaucoup de chartistes écrivaient des poèmes, mais Cooper appartenait au petit groupe dont les œuvres étaient régulièrement publiées dans les journaux du mouvement. En prison, en 1843-1845, il avait écrit Le Purgatoire des suicidés : alors que la plupart des poèmes chartistes d’avant 1845 se composaient de quelques strophes, généralement sous forme de ballade lyrique, le « Prison Rhyme » de Cooper incluait près de mille strophes de neuf vers, telles que le poète du xvie siècle Edmund Spenser les avait employées dans son épopée La Reine des fées, et ensuite reprises par Keats, Byron et Shelley. Avant 1843, Cooper n’était qu’un dirigeant local au sein du chartisme ; Le Purgatoire, texte interminable mais saisissant, lui avait valu un statut national. À l’intérieur du chartisme et au-delà, ce poème avait fait l’objet d’éloges, notamment sous la plume d’O’Connor et dans le Northern Star. Cooper condamna plus tard le rôle joué par O’Connor – qui avait favorisé la publication du texte mais sans la financer comme il l’avait promis. Pourtant, il concéda que celui-ci avait « formulé des remarques très intelligentes » sur le premier jet du Purgatoire, et le Star en avait publié de longs extraits pendant douze semaines, lors de la parution du poème en août 184513.

15Cooper était un intellectuel très sûr de sa propre importance. Il fut ravi d’être loué par le Star comme « le grand poète du chartisme », mais il n’était pas prêt à céder aux instances d’O’Connor qui comptait sur lui pour soutenir publiquement le plan agraire. Le Purgatoire était aussi une révélation personnelle, qui s’ouvrait par une version poétique du discours prononcé par Cooper dans les Potteries déchirées par la grève, le soir du 15 août 1842, et se terminait par une affirmation retentissante de « la marche de la Pensée » et du « glorieux pouvoir de la Douceur, / De la Pitié et de la Bonté, de l’Amour et de la Vérité ! ». À la toute fin, le poète encore en prison se demandait « quand viendrait / le jour où la bonté régénérerait la terre / [...] / Et quand la masse ne serait plus esclave de quelques-uns ».

16Pour O’Connor, le désespoir était permis en poésie, mais jamais en politique ; début 1846, quand Cooper élabora une philosophie détaillée de non-résistance – dans des conférences données à la National Association, qui plus est –, la rupture était inévitable. Cooper allait jusqu’à nier le droit moral à la violence pour se défendre, il attaquait les partisans chartistes des mouvements européens de libération comme complices de l’agressivité. Ces opinions, balayées par O’Connor comme « absolument puériles, sinon idiotes », furent soumises par Harney à un long compte rendu acerbe dans le Star : « Erronées et absurdes, elles ne méritent aucun respect et n’en recevront de nous aucun. » Cooper exigea de Harney une rétractation imprimée. Comme on pouvait le prévoir, il se heurta à un refus, et se tourna alors vers le vieil adversaire d’O’Connor, le Lloyd’s Weekly London Newspaper, dans lequel il publia une série de dénonciations visant O’Connor, « son abject Star » et la gestion du plan agraire.

  • 14 Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 66, 69, 77-78.

17Par un heureux hasard, tandis que l’étoile du poète officiel du chartisme se ternissait aux yeux d’O’Connor, Ernest Jones arriva à l’improviste. Il apparut, apportant littéralement des liasses de poésie, dans les bureaux du Northern Star le 28 janvier 1846. Jones était un aventurier littéraire et politique, qui disait avoir des liens avec l’aristocratie et avait des aspirations à la fortune. Ses prétentions sociales n’étaient pas infondées – le père de Jones avait été aide de camp de l’oncle de la reine Victoria, le roi de Hanovre –, mais ses aspirations financières avaient été systématiquement contrariées. Trop impatient pour réussir dans la carrière d’avocat, Jones avait récemment espéré devenir dramaturge ou trouver un emploi au sein de l’ACLL ; mais il décida alors, par caprice ou par désespoir, de s’engager dans la cause chartiste14. Il apportait au chartisme un séduisant mélange de capacités littéraires, de charme et de prestige social qu’il plaça entièrement au service du mouvement.

  • 15 Labourer, janvier 1847, page de titre. G. Airey, « Fergus O’Connor, Ernest Jones and The Labourer » (...)

18O’Connor accueillit chaleureusement cette injection inattendue de talent et d’énergie, ainsi peut-être que la camaraderie du seul individu qu’il pouvait, au sein du chartisme, considérer comme socialement son égal : à la fin 1846, il leur arrivait de dîner ensemble quatre à cinq fois par semaine. En mai, Jones fut présenté pour être élu membre de l’exécutif de la NCA, le Star vantant sa candidature comme celle d’un poète « de talent, ce qui fera de lui une acquisition précieuse dans les rangs démocratiques. Preuve éclatante du progrès des principes démocratiques, malgré les fraudes et les coups de force, malgré les persécutions politiques et sociales, des hommes comme M. Jones se déclarent eux-mêmes convertis au chartisme ». Sa poésie fut catapultée dans le Star – et celle de Cooper en fut clairement exclue – et peu après reprise dans des anthologies, d’abord dans un volume intitulé Chartist Poems, puis dans une édition bon marché, Chartist Songs and Fugitive Pièces. Jones lui-même, on l’a vu à la fin du chapitre 8, occupa le centre de la scène lors des plus importants meetings chartistes de l’été 1846, à Blackstone Edge, lieu traditionnel des rassemblements dans le nord du pays, et à O’Connorville, « Premier Domaine du Peuple ». En janvier 1847, il devint, conjointement avec O’Connor, rédacteur en chef de The Labourer, « magazine mensuel de politique, littérature, poésie, etc. » qui permit de renforcer les prétentions littéraires du chartisme en publiant des textes plus longs que ne pouvait en accueillir un journal, et de promouvoir à la fois la NAUT et le plan agraire15.

  • 16 NS, 1, 8 et 29 mai 1847.

19En mai 1847, quand les premiers colons arrivèrent, Jones était de nouveau à O’Connorville. Le projet semblait bien parti. L’enregistrement en tant que société par actions était en cours et une « Banque nationale de la terre et du travail » venait d’ouvrir pour attirer de nouveaux capitaux. Un deuxième domaine, Lowbands, dans le Worcestershire, avait été acquis en octobre de l’année précédente. Deux autres seraient achetés en juin 1847, à Minster Lovell, dans l’Oxfordshire, et à Snigs End, dans le Gloucestershire. Les terrains avaient déjà été attribués dans ces nouveaux domaines. O’Connor parlait d’installer « quelques milliers » de personnes sur la terre au cours des prochaines années. La collecte hebdomadaire venait d’atteindre un nouveau record, à 3 095 livres, et la liste des localités ayant souscrit remplissait deux colonnes entières du Northern Star. Les branches locales fêtèrent « le mai de l’Angleterre » par des soirées, des thés, des matchs de cricket, des sonneries de cloches et de joyeuses processions pour accompagner les premiers « fermiers chartistes » à O’Connorville, « heureux foyer de l’industrie honnête16 ».

  • 17 Cooper’s Journal, 17 janvier 1850.

20Le plan agraire avait aussi revigoré l’ensemble du chartisme. Malgré les controverses internes, malgré la vigueur prolongée de l’économie britannique, l’élan du projet agraire était tel qu’il entraîna le chartisme dans son sillage. Même Cooper concéderait bientôt que « le désir d’améliorer leur condition par la possession de la terre prend racine dans le cœur universel des classes laborieuses17 ». O’Connor demanda, non sans justification,

  • 18 NS, 19 décembre 1846.

où serait le chartisme sans la terre ? [...] Sans la terre, où serait à présent l’exécutif chartiste ou le personnel chartiste ? Le grand avantage du mouvement agraire est le suivant : il alimente l’agitation raisonnable dans les temps heureux comme dans les temps malheureux. Les temps heureux ont toujours été funestes pour le chartisme, mais ils l’aident désormais, parce que c’est à ces moments-là que les classes laborieuses ont la meilleure occasion de souscrire au plan agraire ; tandis que les temps malheureux les obligent à songer à la terre comme seule issue possible18.

  • 19 NS, 3 avril 1847 ; Labourer, 1 (1847), p. 45.

21La nature du plan permettait aussi de promulguer quelques vigoureux messages. « La National Land Company ne souhaitait pas imposer cet objectif par la force brutale, non », signala Philip McGrath lors d’un meeting d’administrateurs à Bermondsey, « ils se réunissaient dans les chapelles pour déterminer le meilleur moyen de racheter la terre qui leur avait injustement été prise ». Le congrès agraire de décembre 1846 avait décidé de construire une école dans chaque domaine, avec des maîtres et des maîtresses nommés par les administrateurs mais responsables devant les seuls colons. Les domaines ne devaient inclure ni pubs ni débits de bière, situation sur laquelle la documentation du plan agraire attirait soigneusement l’attention : « Travailleurs, soyez sobres, achetez des terres et non du gin, et vous aurez un gouvernement de votre propre choix », proclama O’Connor dans son message de Noël 1846. La première incursion de The Labourer dans la fiction fut l’histoire d’un chartiste qui s était mis à boire après les échecs de 1842, mais qui s’était ensuite racheté une conduite pour réunir la somme nécessaire afin d’adhérer au plan agraire. « Ce n’est pas la Charte ? s’exclame son épouse, La Charte ne t’a jamais valu que des ennuis. »« “Ah, la femme, répliqua Will, mais c’est tout le temps la Charte, car sans la Charte, il n’y aurait jamais la Terre”19. »

  • 20 « “Vous voulez dire que c était un Owenien ; tout pour l’égalité et la communauté des biens, ce gen (...)

22Le plan agraire était aussi l’occasion de réfuter les allégations selon lesquelles le chartisme se confondait avec le socialisme. C’était un point important : comme on l’a vu au chapitre 8, le « retour à la terre » avait jusque-là été surtout associé à l’owenisme. « Soit le communisme détruit la concurrence et la saine émulation », affirmait O’Connor, soit il se termine « dans la pire forme de despotisme, le despotisme de la capitulation et du manque de foi en soi ». C’était une remarque avisée, en matière de reconstruction des liens avec les radicaux de la classe moyenne : on en trouve un reflet intéressant dans le roman d’Elizabeth Gaskell Mary Barton, paru en 1848, dans lequel un chartiste, John Barton, occupe le rôle principal. Gaskell prit bien soin d’indiquer le contexte dans lequel Barton recourt à la violence extrême, tout en le dissociant explicitement de l’owenisme20.

L’élection générale de 1847

  • 21 Labourer, 2 (1847), p. 181 ; NS, 19 décembre 1846, 20 février 1847.

23En mettant en avant l’éducation, la tempérance, la modération politique et le changement constitutionnel progressif, le plan agraire semblait proposer une version du chartisme tel qu’il aurait pu apparaître s’il ne s’était pas fragmenté autour de la nouvelle initiative. De plus, dans les premiers mois de 1847, les administrateurs avaient failli adopter une version du chartisme du foyer en demandant que tous les bénéficiaires d’un lopin de terre obtiennent automatiquement le droit de vote. O’Connor brossa un tableau où le Worcestershire serait arraché aux « crabes terrestres » tories par trois cents électeurs chartistes21. Ces revendications étaient d’autant plus pertinentes qu’une élection générale paraissait de plus en plus vraisemblable. Six ans auparavant, une poignée de candidats chartistes s étaient jetés dans l’élection générale avec détermination, mais presque sans la moindre préparation (voir chapitre 6). De l’avis général, il faudrait maintenant monter une campagne concertée.

24L’exécutif de la NCA avait commencé à en discuter début 1845, après qu’O’Connor avait invité les chartistes à élire de vingt à trente « duncombiens » lors de la prochaine élection. L’urbanisation rapide et donc la hausse des prix immobiliers créaient une situation où le nombre d’électeurs répertoriés pourrait augmenter de façon significative. Le système quasi judiciaire de confirmation des listes électorales, en présence d’un avocat habilité (Revising Barrister), signifiait aussi que la loi était souple et susceptible de variations locales considérables. Même si le droit de vote ne pourrait être accordé qu’à une poignée de chartistes dans chaque ville, les circonscriptions étaient en général si petites que cela suffisait à entraîner des bouleversements dans le résultat du scrutin.

  • 22 NS, 28 décembre 1844, 27 décembre 1845, 7 mars, 4-18 juillet, 8 et 15 août 1846.

25Quand Peel quitta brièvement le pouvoir, de décembre 1845 à janvier 1846, une convention d’urgence se réunit, suivie au printemps d’un projet de prélèvement spécial auprès des membres de la NCA pour financer une campagne électorale. L’exécutif appelait en particulier à « accueillir [l’ACLL et les whigs] lors des votes à mains levées et à les démasquer en présence du peuple ». « Alors hourrah pour Duncombe, pour les travailleurs et la Convention, et au diable la dépense », commenta le Northern Star. Un message similaire fut formulé après l’abrogation des Corn Laws. Comme les députés nommés membres du cabinet devaient se présenter à la réélection, l’arrivée du ministère Russell permit plusieurs élections partielles. White à Leeds et O’Connor à Nottingham furent pleins d’énergie lors des votes à mains levées mais, comme c’était prévisible, seul Vincent alla jusqu’au vote par bulletins secrets – à Plymouth, où il remporta à peine plus d’un cinquième des voix, dans un affrontement avec le Lord of the Treasury. O’Connor s’enhardit jusqu’à prédire l’élection d’au moins douze candidats chartistes à la prochaine élection générale, « M. Duncombe étant notre leader22 ».

  • 23 NS, 8 août, 12-26 septembre 1846.

26L’enregistrement était cependant long et coûteux. Jusqu’à l’été 1846, le Revising Barrister de Manchester refusa 450 demandes présentées par les chartistes « et ils n’avaient pas les moyens de porter l’affaire devant un tribunal ». Une forte proportion des 3 000 demandes présentées par les chartistes de Birmingham fut pareillement rejetée. En septembre 1846, la NCA établit donc un National Central Registration and Election Committee (NCREC) sous la présidence de Duncombe. Le chartisme avait maintenant une coordination active pour préparer la prochaine élection. Avec la NAUT, l’inscription sur les listes électorales devint un contrepoids efficace au plan agraire dans les colonnes du Northern Star, alors que les mêmes individus étaient actifs dans plus d’un cadre, Duncombe à la NAUT et au NCREC, Thomas Clark et les chartistes londoniens William Cuffay et Edmund Stallwood au NCREC et au plan agraire. Clark, tisseur de coton né en Irlande, membre énergique de l’exécutif de la NCA et administrateur du plan agraire, estimait que 200 000 personnes pourraient être ajoutées à l’électorat « si la classe ouvrière s’active avec discernement ». Ce chiffre n’était pourtant guère réaliste à une époque où la Grande-Bretagne ne comptait au total que 973 000 électeurs23.

  • 24 NS, 13 et 20 février, 6 mars 1846.
  • 25 Hansard, vol. XC, 23 février 1847, col. 406.

27Les activités du NCREC devinrent bientôt régulières. Les réunions hebdomadaires géraient toute la correspondance de la NCA concernant les élections parlementaires, conseillaient les localités en matière d’inscription sur les listes électorales, oeuvraient systématiquement par le biais des archives de vote de la Chambre des communes sur les votes clés pour identifier les députés à soutenir et ceux contre lesquels il faudrait lutter, approchaient les localités chartistes pour suggérer qui pourrait être candidat dans leur circonscription, géraient un fonds alimenté par les dons et les cotisations, déboursant les sommes appropriées pour les comités locaux d’enregistrement sur les listes électorales. Il n’était pas prévu que les candidats doivent explicitement se déclarer chartistes pour être soutenus. En février 1847, le colonel Thompson reçut un don de cinq livres sterling pour ses frais d’enregistrement à Bradford. Le comité exigeait néanmoins que les candidats extérieurs au mouvement acceptent de soutenir la mise en place de la Charte en cas de division parlementaire24. Il monta aussi une brève campagne pour l’abrogation des clauses liées au paiement de l’impôt religieux dans le Reform Act de 1832 : même ceux qui détenaient une propriété de la valeur requise pour voter étaient disqualifiés s’ils n’avaient pas systématiquement payé l’impôt local. Seuls 38 députés soutinrent la motion parlementaire de Duncombe à ce sujet25.

28Les comités locaux d’enregistrement harcelaient ou soutenaient les députés en poste et veillaient au détail de l’inscription sur les listes au niveau de la circonscription. Il est impossible de juger de l’efficacité de leur action. Ces comités s’empressaient de proclamer leurs triomphes, comme lorsque les chartistes de Deptford invitèrent leur député local à une réunion publique pour défendre son bilan aux Communes ; évidemment, le député ne répondit pas à l’invitation. On ne peut qu’imaginer le travail accompli dans l’ombre par ces groupes. Pourtant, une lettre évoquant le fonctionnement d’une Reform Association libérale à Rochdale nous éclaire un peu :

  • 26 NS, 24 avril 1847 ; J. Bright à G. Crosfield, cité par H. Hantham, Nineteenth-Century Constitution, (...)

Quand vient le moment d’examiner le paiement de l’impôt local, le Secrétaire consulte les livres de comptes de la paroisse (en tant que contribuable il peut le faire, et dans les autres villes, il trouve quelqu’un pour le faire si le comptable de la paroisse est un Tory et refuse, mais ce n’est pas le cas ici) et il copie le nom de ceux de nos amis qui n’ont pas payé ; il rend ensuite visite aux défaillants et les persuade de payer ; s’ils sont trop pauvres, il leur prête de l’argent, mais ils remboursent toujours, il veille à ce que le shilling d’enregistrement soit versé, et il examine les comptes de la paroisse pour découvrir si certains de nos amis qui ont jusqu’ici été omis pourraient être placés sur le registre26.

  • 27 The Times, 17 juin ; NS, 19 juin ; Derby Mercury, 23 juin 1847.

29Il est peu probable que les sections chartistes aient été aussi scrupuleuses, et il est inconcevable qu’elles aient pu payer un secrétaire 25 livres par an ou demander à un avocat de porter plainte au tribunal, comme le fit la Reform Association de Rochdale. Le défi chartiste lors de l’élection générale de 1847 fut mieux préparé qu’en 1841, mais il était inévitablement guidé davantage par l’espoir que par une attente réaliste. Un signe avant-coureur fut fourni par l’élection partielle du 16 juin à Derby, où McGrath obtint un résultat impressionnant lors du vote à mains levées, mais quand son adversaire libéral fut déclaré élu et que McGrath exigea un vote par bulletins secrets, la riposte immédiate du maire fut : « Alors donnez-moi votre argent, j’ai le droit de toucher votre part qui s’élève à 23 livres et 10 shillings. Donnez-moi votre argent avant que nous continuions. » Au milieu d’une « grande confusion », McGrath refusa et le maire déclara qu’était élu le candidat libéral, Frederick Leveson-Gower27.

  • 28 NS, 3-17 Juillet 1847 ; Norfolk Chronicle, 24 juillet 1847 ; J.K. Edwards, « Chartism in Norwich », (...)

30La semaine suivante, l’élection générale commença pour de bon. O’Connor appela à « un glorieux mois de résurrection [...] notre MOIS SACRÉ, consacré non à l’oisiveté, mais au travail pour la cause de la liberté ». Pourtant, il prit bien soin d’adopter une attitude désinvolte face à l’élection. On s’étonne qu’il ait passé le plus clair du mois de juillet à creuser et à répandre de l’engrais dans le domaine de Lowbands « pour cultiver navets blancs et rutabagas », comme il l’annonça dans le Star, au lieu de participer à l’élection. O’Connor se présenta dans peu de circonscriptions et il n’assista même pas au grand rassemblement annuel de Blackstone Edge le 11 juillet, prétendant que les organisateurs n’avaient envoyé personne pour aller le chercher – « J’étais en droit d’attendre que le comité m’envoie quelqu’un. » Il y eut une exception notable, Norwich, où il fit spécialement le voyage pour soutenir le candidat approuvé par les chartistes. Celui se retira pourtant, sans explication, peu avant l’arrivée d’O’Connor. Celui-ci ne trouva pas cela drôle : « Cette façon de choisir et de vendre les candidats, dès qu’ils promettent qu’ils daigneront nous représenter, est réellement honteuse pour notre cause. » L’incident prouvait la fragilité de l’autorité du NCREC sur les candidats qu’elle acceptait de soutenir. Les chartistes de Norwich avaient entrepris une campagne intense et tous leurs efforts semblaient désormais bien vains ; dix jours avant le vote à mains levées, le trésorier de la National Association, John Humffreys Parry, ami de Lovett, vint défier le libéral en place et les candidats tories. Les chartistes étaient suffisamment organisés et sûrs d’eux pour exiger un vote à bulletins secrets, et même si Parry perdit, il obtint 1 572 voix, soit seulement 155 de moins que le tory. Parry limitait son adhésion à la Charte en ne demandant qu’un parlement triennal, mais il ne fit jamais aucun doute qu’il était bien le candidat chartiste28.

  • 29 B. Wilson, Struggles of an Old Chartist [1887], reproduit dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radi (...)

31L’autre siège que les chartistes étaient sûrs de remporter était Halifax, où Jones était leur candidat. La politique religieuse anti-État y était un facteur important. Les dissidents radicaux de Halifax formèrent une alliance tactique avec les chartistes pour disputer cette circonscription à deux députés contre un tory et un whig-libéral (le chancelier de l’Échiquier, sir Charles Wood). L’affrontement ranima le souvenir du suffrage complet car le candidat des dissidents – qui se présentait comme radical – était Edward Miall. Lui et Jones étaient si efficaces que Wood fut obligé de s’unir avec le conservateur pour faire campagne. En matière de présentation personnelle, il n’y avait pas à hésiter entre les deux couples de candidats. Selon les souvenirs du chartiste Ben Wilson, « Miall était un orateur admirable, plein d’humeur et d’esprit, et un grand raisonneur ; Jones avait une voix puissante aux sonorités musicales, c’était le meilleur orateur que j’aie jamais entendu ». Pourtant, des tensions existaient au sein du camp radical-chartiste. Le boycott chartiste ne se bornait pas à dédaigner les commerçants hostiles au chartisme : « Des foules de gens s’amassaient devant les magasins et huaient les clients. » Finalement, le comité de Miall publia une annonce soulignant que l’élection serait « conduite de manière à perturber le moins possible les relations sociales [...], le bon voisinage et la totale liberté politique ». Les relations furent particulièrement aigries par la mort subite d’un important employeur whig-libéral alors qu’il s’exprimait durant un meeting noyauté par les perturbateurs chartistes. Wilson se rappelait que le boycott avait fait la fortune de plusieurs commerçants et taverniers de Halifax pour lesquels les chartistes avaient déclaré leur préférence, mais il est possible que cette tactique ait finalement aliéné plus d’électeurs qu’elle n’en attirait. Miall arriva troisième avec un écart de 158 voix, et Jones quatrième, avec 69 voix de moins29.

  • 30 Muntz et Scholefield (Birmingham), Bowring (Bolton), Thompson (Bradford), Duncombe et Wakley (Finsb (...)
  • 31 Citation tirée de NS, 17 juillet 1847.

32Neuf candidats radicaux-libéraux soutenus par le NCREC furent élus30. À Marylebone, le candidat approuvé se retira avant le vote. Owen, sans appui chartiste, prit sa place, fut clairement battu lors du vote à mains levées, puis n’obtint qu’une voix. Des candidats non approuvés mais soutenant le chartisme se présentèrent à Northampton et à Tavistock, où Samuel Carter triompha lors du vote à mains levées, de même que Henry Vincent, malgré son absence. La plus grande déception vint cependant du résultat des élections où des chartistes comme Jones gagnèrent le vote à mains levées mais furent vaincus lors du vote à bulletins secrets : Thomas Clark à Sheffield, McGrath à Derby, W.P. Roberts à Blackburn, John West à Stockport et Vincent à Ipswitch. Comme en 1841, il y eut quelques performances notables lors des votes à mains levées. Harney confirma sa réputation d’homme politique substantiel à Tiverton, face au secrétaire au Foreign Office, lord Palmerston, grâce à une dissection savante de sa politique étrangère qui obligea Palmerston à improviser une réfutation longue et détaillée. Harney remporta le vote à mains levées mais n’alla pas au vote par bulletins secrets, pas plus que les candidats chartistes présents à Derby, Dudley, Greenwich, South Shields, Wigan, Greenock et Aberdeen. Ces deux dernières circonscriptions étaient les seules d’Écosse où il y ait eu une activité électorale. « Où sont les candidats chartistes en Écosse ? À quoi pense Glasgow ? », demanda le Northern Star. Les chartistes de Dundee et de Paisley tentèrent de trouver un candidat mais n’y parvinrent pas ; aucune autre localité chartiste écossaise ne participa à l’élection31.

33Un chartiste fut pourtant élu au Parlement en 1847 : O’Connor, à Nottingham. Malgré le caractère changeant de cet électorat et sa victoire au vote à mains levées lors de l’élection partielle de 1846, ce résultat n’avait rien de prévisible. Lors du dernier meeting avant le vote, le NCREC nota « la certitude morale de l’élection de M. Ernest Jones » et vota donc des fonds supplémentaires ; informée de « perspectives croissantes » à Nottingham, elle répondit simplement par l’assurance « de son meilleur soutien ». De même, ce n’est pas Nottingham mais Halifax que le Northern Star avait en vue, consacrant un éditorial entier à l’élection, traitement dont ne bénéficia aucune autre circonscription. O’Connor fit à peine campagne – contrairement à Clark, Jones, McGrath et Roberts qui s’installèrent dans leurs circonscriptions quelques semaines avant le vote. Ayant publié une adresse dès la première semaine de juin, O’Connor consacra l’essentiel des sept semaines suivantes au plan agraire, sans prendre la parole dans un seul meeting de la ville, jusqu’à la veille du vote à mains levées.

  • 32 NS, 31 juillet et 7 août 1847 ; C. Binder, « The Nottingham electorate and the élection of the Char (...)

34Le Star n’envoya pas même un reporter pour couvrir Nottingham. L’article publié dans l’édition tardive du 31 juillet, élaborée en hâte, reprenait entièrement celui du Times. Comme le vote était public, on pouvait calculer à intervalles réguliers où en était chaque candidat. Deux heures avant la clôture, O’Connor avait récolté moins de voix que les trois autres. Il jouit cependant d’une combinaison unique de facteurs. D’abord, ses adversaires étaient encore plus désinvoltes que lui dans leur approche de l’élection : les deux whigs en poste ne firent pas campagne, ils ne parlèrent pas aux électeurs avant le vote à mains levées, et le tory brilla par son absence. Ensuite, le soutien accordé à O’Connor venait essentiellement de gens qui le soutenaient en même temps que le tory. O’Connor attira quelques électeurs whigs mécontents et il aurait sans doute perdu si un deuxième candidat tory avait participé à l’élection, ou si un whig s’était retiré. Par ailleurs, les chartistes de Nottingham avaient su profiter de l’expérience accumulée au cours de sept élections parlementaires. Sur le conseil de son « petit général », le secrétaire du comité électoral chartiste, James Sweet, O’Connor mit l’accent sur les questions locales et sur toutes les promesses non tenues par les députés whigs depuis 1818. Enfin, l’absence du candidat tory – son père était mourant – lui permit de modeler à sa guise la position anti-whig. Le fossé entre partisans de Peel et protectionnistes qui affaiblissait ailleurs le conservatisme n’apparut guère ici. O’Connor vanta les mesures protectionnistes pour soutenir l’industrie locale du tricotage au métier et fit l’éloge du « grand réformateur » Peel, « qui avait le courage et la témérité de se colleter avec la vérité ». Plutôt que de remporter le siège, O’Connor se le vit offrir par ses adversaires, mais rares sont ceux qui le remarquèrent ou qui s’en soucièrent, dans l’euphorie qui s’ensuivit32.

  • 33 NS, 5 juin, 3 et 31 juillet 1847 ; West, DLB, vol. 7.

35L’élection générale de 1847 offrit au chartisme une tribune pour réaffirmer ses objectifs politiques centraux et pour éviter une identification trop étroite avec le plan agraire. Seul O’Connor, s’engageant à « lutter pour faire du Système des petites fermes une mesure gouvernementale, selon les règles de la National Land Company », fit nommément référence au plan dans son discours électoral. Les autres candidats chartistes s’en tinrent strictement au programme commun établi par le NCREC, qui bornait l’évocation des questions agraires à « une extension du système des petites propriétés » et à l’abrogation du droit d’aînesse et de la substitution héréditaire – réformes juridiques visant à libérer le marché immobilier. Au cœur du programme se trouvait ce que le pasteur de l’église chartiste de Greenock, John McRae, désignait comme « la grande charte de vos libertés », impliquant la promesse, pour les candidats élus, de se soumettre chaque année à la réélection. Les appels à séparer l’Église et l’État, et à un système éducatif basé sur le volontariat – par opposition au financement gouvernemental versé principalement aux églises anglicanes – ciblaient les électeurs non conformistes. D’autres mesures incluaient la ré-affectation des biens de l’Église au secours aux pauvres, l’abolition de la New Poor Law, l’abrogation des lois sur le gibier, l’abolition de la peine de mort, une extension de l’impôt direct et du libre-échange et l’opposition à la participation britannique à « toutes les guerres étrangères qui ne sont pas rendues nécessaires par l’autodéfense ou des raisons humanitaires ». Certains, comme l’Irlandais West à Stockport, demandaient également l’autonomie de l’Irlande33.

  • 34 NS, 31 juillet ; Derby Mercury, 4 août 1847 ; G. Barnsby, Working Class Movement in the Black Count (...)

36Comme toujours, l’occasion s’offrait aussi de dénoncer l’injustice intrinsèque du système électoral existant et la discrimination de classe fréquente dans sa gestion. Même les journaux whigs ne purent approuver la décision du maire de Derby qui déclara que le vote à mains levées avait été remporté par les candidats whigs. À Wolverhampton, Samuel Cooke se vit refuser le droit de prendre la parole lors du vote à mains levées parce qu’il ne pouvait payer sa part des frais électoraux. À Dudley, on tenta d’empêcher Joseph Linney de parler, s’il ne pouvait prouver qu’il était apte à siéger comme député. À Tavistock, on tenta de limiter le vote à mains levées aux électeurs propriétaires, jusqu’à ce que le candidat chartiste, Carter, intervienne pour dénoncer cette manœuvre illégale. À Swansea, le chartiste George Cudlippe nargua le seul candidat libéral présent – réélu sans opposition pas moins de six fois entre 1832 et 1852 – avant de conclure : « Je vois que ce Parlement sera exclusivement un Parlement de riches34. »

  • 35 R.S. Neale, Bath, Londres, RKP, 1981, p. 376-377 ; A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Suffolk, Che (...)

37L’élection générale arriva à un moment crucial pour le chartisme. Même si le plan agraire avait aidé à maintenir le mouvement au milieu des années 1840, il lui fallait une occasion de réaffirmer ses objectifs centraux. La participation à l’élection le permit, même quand il n’y avait pas de candidat chartiste à soutenir. À Bath, un effort résolu fut accompli pour chasser le candidat conservateur, parce que les réformes sociales isolées ne pouvaient remplacer même le transfert partiel du pouvoir politique auquel le candidat libéral s’était engagé. La branche de la NCA à Colchester fut ressuscitée afin de faire campagne pour un whig contre un tory qui avait juré « de défendre la constitution contre les attaques des Whigs, des Radicaux, des abrogateurs, des chartistes et des socialistes ». En échange de leur appui, les chartistes de Bury St Edmunds obtinrent du whig la promesse de voter la grâce de Frost, Williams et Jones35.

  • 36 Voir plus haut, chapitre 6.

38Cependant, le succès d’O’Connor à Nottingham masqua le fait que les résultats de l’élection de 1847 étaient bien en-deçà des espérances chartistes. Neuf libéraux approuvés par le NCREC furent élus, pour six revendiqués comme « chartistes » en 1841. Mais O’Connor avait envisagé entre vingt et trente députés « duncombiens », dont douze seraient des chartistes avoués. En réalité, le vote ne désigna que deux candidats de plus (huit) que lors de l’élection générale de 1841 ; surtout, les candidats chartistes furent présents pour bien moins de votes à mains levées (seize contre trente-trois). La perte de vitesse du mouvement était particulièrement flagrante en Écosse, mais elle ne se bornait pas à cette région : le chartisme avait également disparu de six circonscriptions en Angleterre36.

39L’élection révéla aussi les tensions au sein du mouvement. Les chartistes de Carlisle refusèrent par principe de participer à l’élection, au grand dam du Star. À Leeds, les souvenirs du mouvement pour le suffrage complet étaient très présents, et une controverse naquit autour de l’approbation de Sturge comme candidat, malgré « son acquiescement total avec tous les points de la Charte du Peuple ». Les chartistes de Bristol furent critiqués pour avoir soutenu un candidat anti-Êglise officielle qui soutenait cinq points de la Charte mais ne prônait qu’un parlement triennal. Telle était pourtant précisément la position de Muntz et Scholfield à Birmingham, largement perçus comme des renégats parce qu’ils avaient quitté la convention de 1839, mais étaient soutenus par le NCREC. Même le Northern Star était ambigu au sujet du boycott :

  • 37 NS, 17 juillet et 7 août 1847.

Les électeurs eux-mêmes sont harcelés par le privilège exclusif qu’ils possèdent. Tous aspirent au vote, beaucoup à la charte. Ils espèrent être protégés des flèches de la haine partisane, et le système est si lamentable que beaucoup s’enfuient lors des élections, d’autres font en sorte de ne pas pouvoir voter, et beaucoup refusent catégoriquement de voter puisqu’ils ne peuvent le faire sans danger37.

  • 38 NS, 7 août 1847 et 1er janvier 1848.

40La somme totale collectée par le NCREC était dérisoire par rapport à une seule semaine de dons au plan agraire. Le bilan de l’élection montra que, malgré l’apport financier de 297 localités, le total ne s’élevait qu’à 470 livres – contre plus de 1 420 livres pour le plan agraire durant la semaine où l’information fut publiée – ; une contribution directe ne fut possible que dans sept campagnes électorales, d’un montant moyen de 32 livres. À Nottingham, la dépense s’éleva à 95 livres, mais il s’agit surtout de cadeaux offerts après coup aux membres du comité de soutien à O’Connor38.

  • 39 A.T. Patterson, Radical Leicester, Leicester, Leicester University Press, 1975, p. 346 ; Brown, Cha (...)

41On reprocha aux membres du plan agraire leur apathie par rapport à l’élection. Leicester fut la seule ville où la NCA locale et la branche du plan agraire s’associèrent pour faire campagne, obtenant ainsi la nomination de leur dirigeant lors du vote à mains levées. Beaucoup de chartistes manifestaient aussi une réticence compréhensible à l’idée de prendre trop au sérieux le processus électoral. C’était évident dans l’attitude d’O’Connor et certainement dans celle de Vincent. Après son mauvais résultat à Ipswich, les chartistes du Suffolk conclurent que ce dernier « avait abandonné les travailleurs ». À Worcester, « le candidat chartiste » Robert Hardy perdit l’élection par 214 voix. Dans les termes mi-admiratifs, mi-critiques du reporter du Star, Hardy « ne démarcha pas un seul électeur, n’employa pas un seul avocat, ne dépensa pas un seul shilling ; ce n’est pas un orateur éloquent39 ».

  • 40 NS, 23 octobre 1847.
  • 41 L’habitude qu’avait O’Connor de s’asseoir « sur le plus avancé des sièges de l’opposition » est lar (...)

42Le nouveau député chartiste n’était pas non plus un parlementaire brillant. Ce fait n’était pas négligeable car Duncombe, asthmatique chronique, fut gravement malade pendant l’élection et ne joua qu’un rôle limité dans les affaires de Westminster pendant les deux années suivantes. La présence d’O’Connor aux Communes avait donc une valeur emblématique plus grande encore ; hélas, elle resta plus emblématique que substantielle. Celui-ci se consacrait avant tout au plan agraire, et n’exagérait pas tant lorsqu’il énumérait ainsi ses activités : « Huissier, entrepreneur, architecte, ingénieur, arpenteur, fermier, fabricant de fumier, marchand de porcs et de bœufs, laitier, maquignon, et membre du parlement40. » O’Connor n’avait pas les talents parlementaires de Duncombe, et il était trop individualiste pour tenter de former ce cercle « duncombien » qu’il avait jadis déclaré nécessaire. Son habitude de s’asseoir aux côtés de Peel, de Disraeli, du marquis de Granby et d’autres tories symbolisait sa relation malaisée non seulement avec les whigs mais aussi avec les libéraux radicaux ; elle allait à l’encontre de la volonté croissante qu’avaient les chartistes de faire cause commune avec les libéraux sympathisants41.

Internationalisme

  • 42 W. Lovett, Life and Struggles of William Lovett, Londres, Trübner, 1876, p. 307-308 ; J. Wiener, Wi (...)
  • 43 Address of the Council of the People’s International League, Londres, Palmer, 1847, p. 3 ; Repor of (...)

43Tout aussi symbolique était la distance que prit O’Connor par rapport à la dimension internationaliste du chartisme. Le mouvement avait toujours suivi de près les radicalismes européens, surtout à Londres où beaucoup d’exilés continentaux s’étaient installés. En 1844, Lovett avait fondé les éphémères Démocratie Friends of All Nations, éphémères parce que son « Adresse aux amis de l’humanité et de la justice parmi toutes les nations », assez condescendante, mettait sévèrement en garde contre les « éruptions de violence ». Les réfugiés européens, en particulier ceux des nations sujettes des empires austro-hongrois et russe, ne partageaient guère les convictions de Lovett, sa « foi en des combinaisons mentales et morales d’hommes, capables d’obtenir des victoires pour l’humanité par-delà la force des armées ». Les associations londoniennes d’émigrés refusèrent de s’engager dans cette société, qui disparut bientôt42. Son esprit fut néanmoins en partie ressuscité avec la People’s International League – formée en novembre 1847 –, même si Lovett n’y fut que brièvement impliqué, la jugeant trop extrême. Le conseil de la ligue réunissait plusieurs chartistes qui setaient éloignés de la NC A (Cooper, Parry, Vincent, W.J. Linton et James Watson) et des députés soutenus par le NCREC. Elle était étroitement liée à la communauté italienne de la capitale, articulée autour de Giuseppe Mazzini43.

  • 44 Lovett, Life, op. cit., p. 312-319 ; D. Goodway, London Chartism, Cambridge, Cambridge University P (...)

44Cet axe politique et social était cependant atypique par rapport à l’internationalisme chartiste. Plus caractéristique fut la campagne de 1846, sur le thème « Pas une voix ! Pas un mousquet ! », alors que l’on craignait une guère avec les États-Unis (à cause du territoire de l’Oregon) et que la création d’une milice fut proposée au Parlement. Cette campagne mêlait intérêts personnels évidents et expressions de solidarité avec les travailleurs de la république américaine. Ce fut aussi le dernier soubresaut politique de la National Association44. Ce fut une campagne de transition. La base de l’internationalisme chartiste était les Fraternal Democrats : plus nombreuse, plus vivante et plus durable qu’aucune de ses semblables, cette organisation attirait des membres très divers reflétant la tendance principale du chartisme, et avait une dimension provinciale. Elle était née en 1845 et beaucoup de ses membres appartenaient aussi à la NCA.

  • 45 H. Weisser, British Working-class Movements and Europe, 1815-48, Manchester, Manchester University (...)

45Un nombre considérable de chartistes y participaient : elle incluait l’exécutif de la NCA et des piliers du plan agraire comme Clark, Jones et McGrath, ainsi que des dirigeants provinciaux, comme West, de Macclesfield, qui formaient un réseau par lequel étaient disséminés hors de Londres des tracts sur les questions internationales. La force motrice en était Harney, dont le respect excessif pour la Révolution française avait cédé la place à un engagement plus discipliné en faveur de la fraternité universelle. Les liens de Harney avec la communauté polonaise remontaient aux premiers temps de la LDA, mais les principaux affiliés des Fraternal Democrats étaient la Société démocratique française et l’association allemande équivalente, à Londres, qui comptait en fait aussi des Néerlandais, des Belges, des Russes, des Scandinaves et des Turcs. Après l’insurrection de Cracovie en 1846, le Démocratie Committee for the Régénération of Poland fut fondé, sous la présidence de McGrath d’abord, puis de Jones. Il s’agissait en fait d’une filiale des Fraternal Democrats. La russophobie populaire des Britanniques garantissait une vive sympathie pour le nationalisme polonais, et l’on trouvait des « Amis de la Pologne » dans beaucoup de localités chartistes. Même O’Connor se laissa persuader de devenir le trésorier (honorifique) du comité45.

  • 46 NS, 26 septembre 1846, 24 juillet 1847.

46L’apport d’O’Connor aux Fraternal Democrats consista surtout à laisser Harney libre de développer la couverture des événements étrangers dans le Northern Star, et à faire des apparitions occasionnelles lors des principaux meetings : « J’ai toujours déclaré que je ne me souciais ni du pays, ni de la couleur, ni des croyances d’un patriote, affirma-t-il, pourvu qu’il aime la liberté et se batte pour elle. Je l’appellerais mon frère et le prendrais par la main. » Cela résumait probablement l’opinion de la plupart des chartistes, tout comme la répugnance d’O’Connor à faire beaucoup d’efforts par-delà quelques gestes amicaux. « Le chartisme ne doit laisser aucune question, querelle ou dispute étrangère se mélanger à votre cause », proclama-t-il dans une de ses lettres régulières au Northern Star ; « que les Français agissent pour la France, les Russes pour la Russie et les Prussiens pour la Prusse. Je travaillerai pour ma chère patrie46 ».

  • 47 F. O’Connor, The Employer and the Employed, Londres, McGowan, 1845, p. 29, 42 ; NS, 16 janvier 1841

47Il faut reconnaître que ces propos furent écrits en pleine élection générale, alors que les adversaires du chartisme ne prenaient guère la peine de distinguer entre le mouvement et les révolutions continentales. O’Connor n’était pas un xénophobe-né : il voyageait souvent sur le continent et, en 1845, il écrivit une importante série de lettres sur l’agriculture paysanne durant un tour d’Europe. Il partageait toutefois l’antisémitisme assez général qui défigurait clairement le radicalisme anglais au xixe siècle. « Juif », comme synonyme d’usurier, apparaît dans son livre de 1844, L’Employeur et l’employé, tandis qu’en 1841, évoquant son bilan comme député de Cork (1832-1835), O’Connor regrettait uniquement d’avoir voté pour autoriser les juifs à entrer au Parlement : « Ce n’est pas que je déteste les Juifs, mais je redoute l’influence de leur argent, expliqua-t-il ; j’aimerais mieux voir le diable plutôt qu’un Juif entrer à la Chambre des communes47. »

  • 48 NS, 22 août 1840 ; Manchester Central Library, Local Studies Section, coupure de presse non datée, (...)

48Beaucoup de chartistes pensaient sans doute que les juifs étaient déjà à la Chambre : au début du siècle, le financier juif était l’un des stéréotypes habituels quand les radicaux diabolisaient la « vieille corruption », et cette démonologie populaire se prolongea dans le mouvement chartiste. La grande banderole de la Radical Association de Wigan représentait O’Connor d’un côté, et de l’autre « le Lion britannique [...] piétinant les Bastilles de la famine, les dettes, les fonds et les marchands juifs ». En 1841, Reginald Richardson participa à l’élection à Perth et fut acclamé lorsqu’il condamna son adversaire « parce que les Juifs tenaient pieds et poings liés ses maîtres du ministère, parce que les Juifs étaient des détenteurs de fonds, des courtiers et des prêteurs ». Le livre très admiré de John Campbell sur les Corn Laws dépeignait « le système inique d’aujourd’hui » comme fondé sur des lois « mises en place par les propriétaires, les pasteurs, les Juifs, les banquiers, les courtiers, les industriels, les marchands, les juristes, les boutiquiers et les autres », et un antisémitisme sans vergogne s’étalait dans les pages du Northern Liberator48.

  • 49 Voir par exemple T.M. Wheeler, « Sunshine and Shadow », NS, 26 mai 1849 (et voir Haywood, Chartist (...)

49L’antisémitisme chartiste était ordinaire et économique plutôt que raciste et systématique. Ses manifestations les plus flagrantes datent des premières années du mouvement, même si des piques occasionnelles contre la « judéocratie » et les « marchands juifs » persistèrent, surtout dans la fiction chartiste49. La fonction éducative du chartisme, et les horizons intellectuels élargis de ses membres contribuèrent à enrayer les pires excès du sentiment antisémite. Sur ce point, les Fraternal Democrats jouèrent un rôle essentiel. Leurs vigoureux penchants socialistes renforçaient une perspective économique qui ne reposait pas sur la caricature de la vieille corruption. Cela réduisait déjà les raisons de s’en prendre aux juifs.

  • 50 NS, 4 décembre 1847.
  • 51 NS, 18 et 25 juilet 1846, 4 décembre 1847.

50Pendant ce temps, parmi les émigrés allemands entraînés dans l’orbite du chartisme par les Fraternal Democrats, se trouvait un certain nombre de juifs laïques, notamment le Dr Charles Marx, « célèbre auteur de livres d’économie politique et de philosophie sociale », selon le Northern Star50. Karl Marx, pour lui donner le nom sous lequel il devint bientôt connu, s’était rendu en Grande-Bretagne – et avait rencontré Harney – en 1845 et 1847. En 1846, il co-rédigea des textes détaillés pour le Star, vantant les mérites d’O’Connor et du « seul journal anglais qui mérite d’être lu par les démocrates européens ». En novembre 1847, Marx prit la parole lors de la fête organisée par les Fraternal Democrats pour célébrer la révolution polonaise de 1830, en allemand mais avec une traduction simultanée, et fut salué par de « terribles acclamations » pour ces propos : « Les chartistes d’Angleterre étaient les vrais démocrates [...] dès qu’ils obtiendraient les six points de la Charte, la route de la liberté s’ouvrirait pour le monde entier. Atteignez ce noble objectif, travailleurs d’Angleterre, et vous serez salués comme les sauveurs de toute la race humaine51. »

  • 52 J.A. Epstein, « Feargus O’Connor and the Northern Star », International Review of Social History, 2 (...)
  • 53 NS, 7 août et 4 septembre 1847 ; G.J. Barnsby, Birmingham Working People, Wolverhampton, Integrated (...)

51Il convient d’éviter toute lecture rétrospective de ce meeting de 1847, et de ne pas lui accorder une importance fictive à cause du statut qu’acquit l’orateur par la suite. À l’époque, ce ne fut que l’une des nombreuses assemblées impliquant les Fraternal Democrats qui, chez le public londonien et le lectorat chartiste national, aiguisèrent la conscience des événements politiques en Europe continentale. Avec le plan agraire et l’élection générale de 1847, les Fraternal Democrats jouèrent un rôle crucial dans le renouveau du mouvement après la période précaire du milieu des années 1840. Alors que l’été 1847 touchait à sa fin, les chartistes se sentaient prêts à ressusciter. Les ventes hebdomadaires du Northern Star, tombées à 6 000 exemplaires en 1846, étaient remontées au niveau de 184252. O’Connor évoquait à nouveau la nécessité d’un quotidien, qui s’appellerait cette fois le Democrat. Magnanime dans sa victoire, il présenta son triomphe à Nottingham comme celui du mouvement plus que le sien propre, aspirant « à la réunion de tous les éléments épars du chartisme. Les O’Brien, Lovett, Vincent, Cooper, tous. Il est temps, si leurs craintes sincères sont dissipées, de revenir dans l’étreinte du peuple pour se joindre au jubilé national ». Il y eut un rapprochement partiel : O’Connor, Cooper, O’Brien et Vincent apparurent ensemble lors d’un gala fêtant l’élection de George Thomspon, et en février suivant, John Collins monta sur une tribune chartiste pour la première fois depuis 1842. Comme en 1841, il fut décidé de soumettre au Parlement une nouvelle pétition pour la Charte, en mai 1848 : les feuilles de pétition furent diffusées à partir de la fin août et une nouvelle convention nationale fut prévue pour superviser la campagne. L’agenda parlementaire était souple à l’époque victorienne, et il fallut attendre novembre pour que le Parlement siège à nouveau. O’Connor en profita donc pour organiser une tournée nationale, afin de collecter des fonds pour la convention et des signatures pour la pétition, et il s’accorda trois semaines de vacances à l’étranger. Sans doute avait-il perçu une atmosphère nouvelle au sein du mouvement, car il se donna la peine de détailler ses mouvements, « de peur qu’une révolution soit proche et que, comme lors de l’affaire de Newport, on me soupçonne de fuir pour l’éviter ». Le même numéro du Northern Star évoquait la réduction des heures de travail et les fermetures de filatures à Ashton-under-Lyne, ainsi que les discussions parmi les ouvriers du Lancashire au sujet des mesures à prendre face au marasme industriel53.

Le pouls s’accélère

  • 54 B.R. Mitchell, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, Cambridge University Press, 19 (...)

52Les vicissitudes économiques offrirent le premier ingrédient d’un renouveau chartiste en 1847-1848. Les arguments du chartisme avaient plus de poids et attiraient plus de sympathisants dans un contexte de dépression économique. Les professions en déclin ou sous pression à cause de l’essor de la production de masse étaient surreprésentées dans les rangs chartistes, tandis que les années où les biens de consommation atteignaient les prix les plus élevés étaient celles où la mobilisation chartiste connaissait des pics. Les années 1838 à 1841, alors que le prix moyen du blé domestique ne chuta jamais en dessous de 64 shillings et 4 pence (64s 4d) le quart – et en 1842, quand les prix tournèrent autour de 60s jusqu’à la moisson abondante de cet été-là – furent une période prospère pour le chartisme. Entre 1843 et 1845, le prix du blé domestique ne dépassa pas 51s 3d, et la hausse de 1846 ne le mena qu’à 54s 8d. Mais en 1847, cet indicateur économique essentiel se hissa jusqu’à 69s 9d, record qui n’avait pas été battu depuis la funeste année 1819. Les prix des biens de consommation connurent une hausse générale de 12 % en 1847, revenant à un niveau inégalé depuis 184154.

  • 55 Boot, Commercial Crisis of 1847, op. cit., p. 34, 51-52.

53Les statistiques masquent parfois d’importantes variations d’un secteur et d’une région à l’autre, ainsi que la réalité quotidienne du vécu humain. Il faut donc noter que l’industrie du coton fut l’une des premières et des plus durement frappées parmi les victimes de ce déclin économique : en mars, près de la moitié de la main-d’œuvre ouvrière de Manchester travaillait à temps partiel ou avait perdu son emploi. La situation s’améliora au cours de l’été, mais se dégrada de nouveau à l’automne : en novembre, seul un tiers des ouvriers travaillait à plein temps. Les abondantes récoltes de coton américain du milieu des années 1840 prirent brusquement fin en 1845 et 1846, cette dernière coïncidant avec une baisse de la demande de cotonnades. Les faillites furent nombreuses dans le secteur du coton, et aggravèrent une crise commerciale générale en octobre 1847, qui vida les réserves de la Banque d’Angleterre, fit bondir les taux d’intérêt de 5 à 8 % et obligea le gouvernement à suspendre le Bank Charter Act55.

  • 56 J.K. Laughton (éd.), Memoirs of the Life and Correspondence of Henry Reeve, Londres, Longmans, 1898 (...)
  • 57 Boot, Commercial Crisis, op. cit., p. 39 ; Wilson, « Struggles », art. cité, p. 206.

54Les régions textiles des Midlands furent sévèrement frappées elles aussi. À Leicester, au cours de l’hiver 1847-1848, les dépenses en secours aux pauvres dépassèrent celles de 1842. Un vicaire de Nottingham estima en avril 1848 que moins de la moitié des ouvriers de sa paroisse avait travaillé à plein temps au cours de l’année écoulée. Le workhouse de Nottingham était surchargé et, outre ses 1 600 pensionnaires, plusieurs milliers d’autres recevaient un secours extérieur. Londres, à peu près épargnée par la dépression de 1838-1842, souffrit gravement de celle de 1847-1848. Henry Reeve, journaliste au Times, nota dans son journal les manifestations d’une « remarquable dépression » alors que l’année se terminait : « Maladie générale, forte mortalité, faillites innombrables, fonds tombés à 76, manque d’argent, la société n’existe plus. » Plus bas sur l’échelle sociale, le syndicat des ébénistes consacra à aider ses membres sans emploi plus d’argent en 1847 qu’à aucun autre moment depuis 1842 ; et ses dépenses en 1848 furent supérieures à celles de chaque année depuis 183456. D’un autre côté, les industries de la laine et du lin furent touchées par l’impact immédiat de la crise d’octobre mais se portaient par ailleurs plutôt bien. Pourtant, comme devait plus tard se le rappeler Ben Wilson, chartiste de Halifax, « cette année-là la farine était très chère, coûtant jusqu’à cinq shillings la livre, et le commerce allait très mal. C’était le moment de faire des hommes politiques, car le meilleur moyen de parler au cerveau d’un Anglais passe par son estomac. D’après ses ennemis, le chartisme était mort et enterré, et ne renaîtrait jamais, mais une déception les attendait57 ».

  • 58 Wilson, « Struggles », art. cité, p. 206 ; NS, 27 novembre 1847.

55Le mode d’activité que Wilson décrit ensuite était en net contraste avec celui de 1839 : il n’y eut ni meetings de masse ni processions, mais une effervescence à un niveau inférieur : « The Northern Star était leur principal journal, et il était courant, surtout dans les villages, de se retrouver entre amis pour discuter des questions politiques. » Dans une lettre ouverte à la « vieille garde » du chartisme, « un vieux pionnier » évoquait le mouvement comme « mille fois plus à la mode » qu’il ne l’avait été à l’automne 1842 ; « le pays n’a jamais été dans l’état où il est maintenant [...] ces événements se prêtent bien à ce que nous avancions nos revendications en matière de justice sociale58 ». Dans son premier éditorial de l’année, le Northern Star résumait ainsi la situation :

  • 59 NS, 1er janvier 1848.

Dans toute l’Angleterre, les meetings publics et les assemblées de délégués locaux attestent que les « ossements desséchés » se raniment et reprennent vie. Les meetings au public très nombreux et enthousiaste qui ont eu lieu récemment dans la métropole constituent l’un des plus grands espoirs de cette époque59.

Le pouls de la capitale s’accélérait, et c’était une heureuse nouveauté. Plongée dans la torpeur en 1838-1839, partiellement politisée en 1842, Londres jouait enfin dans le chartisme un rôle proportionnel à sa taille.

  • 60 Ibid.

56À l’échelle nationale, pourtant, même si le renouveau chartiste était visible, le niveau d’activité n’avait toujours pas rattrapé celui de 1842. Comme le NCREC avait lancé un appel à payer le coût de la campagne électorale de 1847, le bilan publié le 1er janvier 1848 nous renseigne bien sur la force relative du mouvement. Sur 297 localités ayant envoyé leur contribution, seules six se trouvaient au pays de Galles et vingt-deux en Écosse. Le Lancashire, le Cheshire et l’ouest du Yorkshire étaient les régions offrant la plus forte densité, Manchester prenant sans peine la tête du tableau des dons (42 livres), suivie de loin par Londres (14 livres) et Stockport (10 livres). Des Potteries ne vinrent que deux contributions. Les ex-ouvriers patriotes de Boulogne réunirent plus d’argent que toute la vallée de la Spen dans le Yorkshire. Sheffield ne rassembla que 2s 6d ; Trowbridge, Coventry et Sunderland n’envoyèrent pas un penny. Il existait de nouveaux pôles d’activité, comme Swindon, mais ils ne compensaient pas du tout le terrain perdu60.

  • 61 NS, 18 septembre, 4,11 décembre 1847, 8 janvier 1848.

57Seul le plan agraire stupéfia les observateurs cet hiver-là, malgré la querelle d’O’Connor avec Hobson en toile de fond, malgré une altercation avec le syndicat des ingénieurs qui était intervenu pour empêcher leurs branches d’investir dans la National Land and Labour Bank61. En août, le deuxième domaine du plan agraire avait ouvert à Lowbands. Les préparatifs étaient bien avancés à Snigs End et à Minster Lovell, et les négociations progressaient pour l’achat d’un cinquième domaine à Dodford, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Birmingham.

  • 62 NS, 31 juillet, 7 août, 28 août (H. Gracchus, « Lowbands »), 4 septembre, 11 décembre 1847.
  • 63 NS, 15, 22 janvier, 15 février 1848.

58L’ouverture de Lowbands coïncida avec le congrès annuel sur le plan agraire, où il fut décidé qu’O’Connor serait seul propriétaire de la banque. Les juristes avaient suggéré qu’une société par actions ne pourrait posséder la banque où elle avait hypothéqué sa propriété. Même selon les critères chartistes, il y avait là quelque chose d’inhabituel, mais O’Connor était tout auréolé du prestige de sa victoire électorale et les adhésions au projet semblaient ne jamais devoir finir. Chaque semaine, on collectait plus de 1 000 livres, parfois même 2000. Il existait à présent 283 branches en Angleterre, 36 en Écosse, 10 au pays de Galles, ainsi qu’une à Jersey, une à Rouen et une à Boulogne. En août, on dénombrait plus de 40 000 actionnaires ; en février 1848, il y en avait environ 30 000 de plus, poussés à s’inscrire par la décision prise lors du congrès de fermer l’entreprise aux nouveaux membres le 31 décembre 184762. Les administrateurs lancèrent donc une seconde société en janvier, mais cette proposition ne suscita que des réactions ambiguës. Certaines localités influentes étaient contre, parce que cela violait les décisions du congrès et parce que les ressources faisaient défaut pour gérer cette expansion nouvelle. Cette idée fut bientôt confirmée, quand les administrateurs avouèrent qu’ils ne savaient pas exactement combien il y avait d’adhérents63.

59On peut se demander si désormais le plan agraire aida ou retarda l’essor du chartisme. Il y eut pourtant un bond très net dans la publication de journaux chartistes : après la morosité de 1845-1846 où n’existaient plus que six titres, on en comptait dix en 1847, et vingt en 1848. La nouvelle pétition nationale était souvent mentionnée, mais sans qu’on la considère comme étant au cœur du mouvement. Début janvier, O’Connor annula une tournée en Écosse pourtant très annoncée, invoquant un excès de travail, mais aussi une mauvaise santé qui, depuis quelques semaines, le rendait « totalement incapable d’entreprendre un voyage »– il parlait de grippe. McDouall devint donc très vite représentant de la NCA en Écosse « pour faire avancer la Pétition nationale ». Des nominations semblables eurent lieu pour le nord-est de l’Angleterre, les Midlands et la région textile des Pennines, recréant en partie et sur le tard le réseau de missionnaires à plein temps qu’employait la NCA au début de la décennie.

  • 64 [W.H. Dyott], Reasons for Seceding from the Seceders by an Ex-Member of the Irish Conféderation, Du (...)

60Plus encourageante était la relation étroite que les chartistes anglais construisaient avec l’Irish Confédération, organisation nationaliste qui s’était séparée de la Repeal Association (l’Association pour l’abrogation de l’Acte d’Union) d’O’Connell peu avant sa mort en 1847. Elle était dirigée par William Smith O’Brien, député de Limerick. Les chartistes manifestèrent d’abord une certaine froideur : Harney, par exemple, estimait que le cercle d’O’Brien désirait simplement « une suprématie de la classe moyenne irlandaise, ennoblie par un drapeau national ». En Irlande même, les relations étaient tendues entre la confédération et l’Irish Universal Suffrage Association (IUSA, chartiste). Thomas Meagher, cofondateur de la confédération, se vantait de ne pas être un démocrate ; en mai 1847 William Dyott, secrétaire de l’IUSA, démissionna du Dublin Confederate Club, prétextant que les voix comme la sienne ne pouvaient s’y faire entendre et accusant le mouvement Young Ireland, plus large et non lié à O’Connell, d’une « nationalité douteuse, qui se répand en insultes fleuries contre l’Angleterre et en un panégyrique absurde de nous-mêmes ». O’Connor développa un thème semblable, mais avec plus de retenue que Dyott, critiquant des personnalités éminentes de Young Ireland et affirmant qu’abroger l’Union sans d’abord mettre en place la Charte reviendrait à créer à Dublin une « Chambre des propriétaires terriens64 ».

  • 65 NS, 22, 29 janvier, 19 février, 25 mars 1847 ; Goodway, London Chartism, op. cit., p. 64-67 ; J. Tr (...)

61Dublin n’avait pourtant pas grande influence sur les clubs confédérés en Angleterre. De plus, leur composition sociale ne devait rien à la classe moyenne. La mort d’O’Connell en mai 1847 avait éliminé l’obstacle fondamental à une coopération accrue avec les chartistes britanniques et les nationalistes irlandais. Harney fit du Northern Star le journal des confédérés anglais, surtout de leur neuf clubs dans la capitale, mais aussi pour ceux de Barnsley, Birmingham, Liverpool, Manchester, Southampton, Stalybridge et Wolverhampton. Bien qu’anglais, l’ex-président de la NCA Leach fit en sorte de représenter Manchester lors du premier congrès des confédérés en janvier 1848. Il fut bien reçu. Pendant ce temps, aux Communes – où le nombre de nationalistes irlandais avait été quasiment divisé par deux lors de l’élection générale –, O’Connor se fit le précieux avocat des questions irlandaises, poussant Meagher – « bien que je ne sois pas chartiste » – à le remercier publiquement. Les liens entre chartisme et nationalisme irlandais furent encore renforcés en février 1848 quand John Mitchel, ultra-radical de Young Ireland, lança un journal, l’United Irishman, largement diffusé parmi les chartistes anglais. L’Irish Démocratie Confederate Club, basé à Londres, se rapprocha de la branche du plan agraire à Cripplegate, avec O’Connor comme président. Le jour de la Saint-Patrick, date symbolique, une alliance entre les chartistes anglais et le nationalisme irlandais militant fut finalement instaurée lors d’un rassemblement de masse auquel assistèrent O’Connor, Meagher et d’autres membres du Confédérate’s Council. Smith O’Brien serait désormais étroitement identifié au chartisme65.

  • 66 Douglas Jerrold’s Weekly Newspaper, 1er avril 1848 ; J. Belchem, « Liverpool in the year of révolut (...)
  • 67 T. Brotherstone et L. Leicester, « Chartism, the great hunger, and the “hugest question” », dans T. (...)
  • 68 T. Carlyle, « Chartism », Selected Essays, I. Campbell (éd.), Londres, Dent, 1972, p. 182-183 ; Nat (...)

62Facétieux, les journaux évoquèrent « les noces du chartisme et de l’abrogation ». Pourtant, au milieu de l’inquiétude causée par les événements européens et par la famine qui ravageait l’Irlande, la perspective d’une alliance des chartistes et des confédérés avait de quoi alarmer le gouvernement. Les renseignements suggéraient que le confédéralisme n’était pas qu’un feu de paille. Parmi les Irlandais de Liverpool en particulier, survivaient encore des éléments du mouvement protestataire violent d’avant la famine, les Ribbon Men. Les confédérés anglais recevaient un entraînement au maniement de la pique ; certains se vantaient ouvertement d’avoir obtenu des armes à feu66. Par le Northern Star, Harney et O’Connor cherchaient constamment à promouvoir la solidarité entre Irlandais et chartistes, en liant la mauvaise gestion de l’Irlande à un parlement antidémocratique à Westminster, et en affirmant que la famine était exacerbée par l’administration des Britanniques, « preuve de leur incapacité à rester les dirigeants de l’Irlande67 ». Il est aujourd’hui difficile de comprendre l’ampleur du mépris et de la crainte qu’inspiraient les Irlandais aux Anglais si « polis » ; mais joints à la peur d’un chartisme résurgent, ces sentiments formaient un cocktail détonant. Ce que la bonne société savait du chartisme venait surtout de ses journaux et du livre de Thomas Carlyle Le Chartisme, décrit par John Stuart Mill comme un « ouvrage admirable ». Elle en relisait à présent le chapitre quatre, où Carlyle pleurait sur le sort des « foules d’Irlandais misérables [qui] noircissent toutes nos villes », « ayant chuté du statut d’humain respectable à celui de singe crasseux [...] noyau tout prêt à semer la dégradation et le désordre68 ».

La marche de la liberté

  • 69 E. Jones, « The March of Freedom », NS, 18 mars 1848 ; voir Labourer, 3 [mars 1848], p. 100 et suiv

Grincent les trônes renversés
Car morte est la « fidélité » ;
Le bon sens préfère parler
À présent de l’honnêteté69.

  • 70 O’Connor à Harney, 4 et 6 Janvier [1848], reproduit dans F.G. Black et R.M. Black (éd.), The Harney (...)
  • 71 T. Frost, Forty Years Recollections, Londres, Sampson Low, 1880, p. 128-129 ; Schoyen, Chartist Cha (...)

63Alors même qu’ils s’orientaient vers une alliance, les chartistes et les confédérés n’étaient pas prêts à paralyser la Grande-Bretagne. Le catalyseur qui fit du printemps et de l’été 1848 les mois les plus cruciaux de l’histoire victorienne fut le renversement de la monarchie française, fin février. Par une ironie du sort, cet événement se produisit peu après qu’O’Connor avait reproché à Harney de consacrer trop de place à l’actualité étrangère dans le Northern Star. Harney connaissait pourtant bien ses lecteurs. Il avait su faire revenir le journal à ses chiffres de vente de 1842 et, à mesure que la situation française devenait plus sérieuse, ses articles sur la France étaient lus avec intérêt70. Le rythme du changement politique en Europe fascinait les observateurs britanniques de toutes tendances : janvier fut marqué par des émeutes anti-autrichiennes à Milan et par un soulèvement contre le roi de Naples en Sicile. La seconde semaine de février vit se produire de graves émeutes à Munich, et durant la troisième, quand le gouvernement français tenta de réprimer le mouvement réformateur, les Parisiens descendirent dans les rues et la Garde nationale connut des désertions importantes. Le 24 février, alors que les Fraternal Democrats avaient leur habituelle réunion mensuelle dans Drury Lane, « soudain l’on apporta des nouvelles de Paris. L’effet fut électrique. Français, Allemands, Polonais et Hongrois se levèrent d’un bond, s’embrassèrent, crièrent et gesticulèrent avec le plus fol enthousiasme ». Les nouvelles concernaient le pillage des Tuileries et l’abdication de Louis-Philippe en faveur du tout jeune comte de Paris. La réunion fut suspendue, tous partirent dans la rue, bras dessus bras dessous, et se rendirent aux bureaux voisins que le plan agraire partageait avec un club confédéré et la NCA de Westminster. « Ce fut là aussi l’occasion d’une fraternisation enthousiaste, et l’on fit beaucoup tinter les verres ce soir-là dans Soho et autour de Leicester Square. » Pendant ce temps, au théâtre Saddler’s Wells, les occupants des places les moins chères, à l’orchestre et à l’amphithéâtre, interrompirent le spectacle et exigèrent qu’on joue La Marseillaise71.

64Le Star fut imprimé le vendredi pour parution le jour suivant, alors que la monarchie française était entièrement renversée et que la famille royale et les ministres prenaient la fuite. Dès que l’information gagna Londres par télégraphe, Harney se démena pour préparer de nouvelles éditions. « La Révolution est accomplie », choisit-il comme gros titre. Un demi-siècle plus tard, un habitant de Barnsley avait encore le souvenir très vif d’avoir lu cette nouvelle, et les articles plus détaillés qui suivirent au cours de la semaine :

  • 72 J. Kavanagh, « A Barnsley Mans autobiography », Barnsley Chronicle, 9 juin 1900.

Avant que j’entre dans mon adolescence, j’étais déjà sympathisant chartiste, et très tôt dans ma vie je me mis à lire avidement les pages du « Northern Star » [...] Un dimanche soir je lus, dans la maison pleine d’auditeurs, dix colonnes consacrés aux événements survenus sur les bords de la Seine, culminant avec la déposition et la fuite de Louis-Philippe, roi des Français. Bien sûr, les chartistes en Angleterre et les membres de la Jeune Irlande dans l’île-sœur jubilaient, car ils croyaient à tort que les vagues révolutionnaires viendraient bientôt frapper les blanches falaises de Douvres72.

  • 73 Ludlow, notes inédites, citées par J.F.C. Harrison, History of the Working Men’s College, Londres, (...)

65La conclusion selon laquelle il était illusoire d’espérer une révolution en Grande-Bretagne et en Irlande paraît aujourd’hui évidente, mais beaucoup y croyaient alors, et pas seulement parmi les chartistes et les autonomistes irlandais. « Dans tout le cours de ma vie dans ce pays je n’ai pas le souvenir d’avoir connu une telle période d’agitation et d’inquiétude », déclara en 1894 le socialiste chrétien J.M. Ludlow. Selon sir Archibald Alison, sheriff du Lanarkshire, « la Révolution en France changea tout brusquement. Les dirigeants chartistes virent aussitôt que leur heure avait enfin sonné ». « C’est seulement par un effort que l’on peut aujourd’hui comprendre la pression que subit la nation durant cet hiver et ce printemps-là », écrivit le romancier et avocat Thomas Hughes73.

  • 74 M. Brodie, « Free trade and cheap theatre », Social History, 28/3 (octobre 2003), p. 357.

66La réaction populaire aux nouvelles venues de France fut extraordinaire, surtout à Londres. L’on peut en juger, par exemple, à la décision que prit le Royal Victorian Theatre de Waterloo Road, dans le quartier de Lambeth : un spectacle au titre français, Vive la Liberté, fut monté dès la semaine suivante, pour évoquer (selon l’affiche) « deux journées glorieuses de la Révolution en France ! Et les résultats rapides et merveilleux de la noble lutte du peuple au nom de la liberté, qui occupe à présent toutes les pensées et toutes les conversations ». Chaque représentation culminait avec une interprétation vibrante de La Marseillaise par les acteurs et le public74. À peine moins spectaculaire fut l’irruption de la révolution de 1848 dans le feuilleton à succès de ce début d’année, Les Mystères de Londres. George W.M. Reynolds, aventurier politique et littéraire, était l’auteur et l’éditeur de ce récit interminable, dont les intrigues multiples tenaient les lecteurs en haleine depuis deux ans, à raison d’un penny par semaine pour chaque épisode. En février 1848, l’action des Mystères de Londres en était arrivée à l’année 1846. Mais le numéro du 4 mars 1848 prit la tangente pour évoquer « le noble et glorieux combat qui vient de se dérouler dans la capitale française ». Et il soutenait sans hésitation le recours à la violence politique :

  • 75 G.W.M. Reynolds, Mysteries of London, vol. 4 (vol. 2, 2e sér.), n° 77 [4 mars] 1848, p. 199 [chap.  (...)

C’est une monstrueuse absurdité et une hideuse moquerie que de parler de trahison, de sédition et de rébellion, quand un peuple se soulève, avec toute sa puissance, pour exiger les privilèges qui lui appartiennent naturellement. Il est impossible que quelques-uns possèdent le droit inhérent de réduire la masse en esclavage ; et la génération présente n’est pas liée par les actes de la précédente [...] La France a montré que lorsque l’agitation morale échoue, il faut user de la violence ; et si la liberté peut être conquise en répandant quelques gouttes de sang, eh bien alors, c’est dans la joie qu’il faut verser ces quelques gouttes75.

  • 76 HO 45/2410/3, fos 403-405, 4 mars 1848 ; HO 2410/5, fos 849 et 853, 12 mars ; R. Pugh, « Chartism i (...)

67Dans tout le pays, les chartistes s’empressèrent de féliciter le peuple français « pour le glorieux triomphe qu’il a remporté en instaurant une République », selon les termes de l’affiche publiée par la NCA de Swindon. « Dans toute l’Europe, le peuple réduit en esclavage se débarrasse de la tyrannie séculaire », déclarèrent les délégués du West Yorkshire, dans le texte invitant à un rassemblement à Peep Green, près de Hartshead Moor, le 12 mars : « Hommes du Yorkshire ! Vous souffrez à présent tout comme avec vos compatriotes de l’oppression d’un gouvernement aristocratique [...] Venez en foule innombrable et faites connaître vos revendications ! » Ces meetings étaient en général pacifiques et les pires craintes des autorités ne se matérialisaient jamais. 5 000 personnes se réunirent à Peep Green, et il fut rapporté au Home Office que les orateurs n’avaient tenu aucun propos scandaleux ; à Swindon, ville industrielle où se trouvaient les entrepôts centraux du Great Western Railway, seules 400 personnes s’étaient déplacées et « les habitants semblaient s’y intéresser fort peu », selon le chef de la police. Plus remarquables furent peut-être les meetings organisés par les chartistes de Swindon dans sept villages voisins au cours des trois semaines suivantes76.

  • 77 Alison, Some Account, op. cit., p. 573,575 ; The Times, 7 août 1848 ; A. Wilson, The Chartist Movem (...)

68Il y eut pourtant deux exceptions marquantes, Glasgow et Londres. À Glasgow Green, les manifestations de sans-emploi étaient devenues un spectacle courant. Le 3 mars, McDouall s’adressa aux protestataires ; deux jours plus tard, les événements prirent un tour déplaisant et les boutiques furent pillées lors d’un défilé dans le centre-ville, ce dont les chartistes de Glasgow furent largement accusés, mais à tort. Sir Archibald Alison arriva vers 3 heures du matin, le lendemain, et découvrit « la plus grande consternation ; les rues étaient placardées de proclamations des magistrats, et les habitants respectables se préparaient à fuir en grand nombre ». Deux émeutiers furent tués et deux autres grièvement blessés lors d’affrontements avec l’armée ce jour-là. La cavalerie dut évacuer un détachement d’anciens combattants, déployés pour aider la police, que menaçait une foule psalmodiant « Sang pour sang77 ».

  • 78 P. Pickering et A. Tyrell, The People’s Bread : A History of the Anti-Corn Law League, Londres, Lei (...)

69À Londres, il n’y eut pas de victimes, mais deux jours de troubles extraordinaires, les lundis 6 et 13 mars. On peut se demander à quel point la première de ces journées fut réellement une initiative chartiste. Mais tout est question de perception et la presse comme les autorités y virent l’action des chartistes. Le meeting du 6 mars dans Trafalgar Square visait ostensiblement à protester contre l’impôt sur le revenu. Il eut lieu en l’absence des dirigeants, car Harney, Jones et McGrath étaient à Paris pour présenter les salutations fraternelles de la NCA au nouveau gouvernement français, et le reste de l’exécutif était absorbé par le plan agraire. Charles Cochrane, candidat parlementaire approuvé par le NCREC, qui avait failli être élu en 1847, avait décidé de ce meeting, mais renonça quand la Metropolitan Police signala que les manifestations publiques à moins d’un kilomètre du Parlement étaient interdites quand les députés siégeaient. Une foule substantielle, évaluée à entre dix et quinze mille personnes, se rassembla néanmoins. À la place de Cochrane, ce fut Reynolds qui présida, pour sa première apparition à une tribune publique depuis qu’il avait abandonné les mouvements anti-Corn Laws et pro-tempérance78.

  • 79 MEPO 2/64, 6 mars 1848, rapport de Haynes ; Goodway, London Chartism, op. cit., p. 71, 112-114.

70Joseph Williams, boulanger du sud de Londres et vétéran de la LDA – arrêté en même temps que Charles Neesom en janvier 1840 –, « prononça un discours très violent et, en parlant du gouvernement, dit que ces affreux se repentiraient tôt ou tard ». Une résolution fut votée, exigeant que le gouvernement abroge l’impôt sur le revenu ou « renonce aux rênes du pouvoir ». Reynolds conclut le meeting en annonçant l’ajournement pour une semaine et demanda que l’on acclame « les courageux Parisiens, et la Charte du Peuple ». Tout aurait pu en rester là si des combats n’avaient pas éclaté en marge de la foule, combats qui dégénérèrent quand un grand nombre de policiers intervint pour y mettre fin. Il s’ensuivit une soirée d’émeute impliquant plusieurs centaines de personnes. Des barricades furent dressées sur la place, les clubs de Pall Mall furent la cible de jets de pierres, les magasins furent pillés et les lampes cassées devant Buckingham Palace. Les émeutes sporadiques se poursuivirent pendant deux jours. Ce fut une vigoureuse leçon quant à la façon de ne pas encadrer une foule enthousiaste, et les autorités l’apprirent vite79.

  • 80 NS, 18 mars, néglige entièrement l’impôt sur le revenu dans son article, mais Reynolds et McGrath y (...)

71De toute évidence, le lien avec l’impôt sur le revenu était le fruit du hasard. On l’a vu en début de chapitre, l’introduction de cet impôt par Peel avait été accueillie par O’Connor et par le Star comme une mesure progressiste. Un impôt portant uniquement sur les revenus supérieurs à 150 livres ne touchait guère les ouvriers. Les facteurs en jeu étaient plutôt une hostilité générale au gouvernement, enhardie par les événements parisiens et aigrie par le souvenir de la crise économique de l’année précédente, dont les effets se faisaient encore largement sentir. Dans ce contexte, l’impôt sur le revenu symbolisait l’imposition dans son ensemble. L’exécutif de la NCA, entièrement pris au dépourvu par les événements du 6 mars, veilla à ce que Clark, Dixon, Jones et McGrath soient à la tribune lors du meeting de la semaine suivante. Reynolds l’organisa à Kennington Common, au sud de la Tamise, au-delà du périmètre du Parlement, là où les implications d’une émeute seraient moins graves. De fait, 500 individus se détachèrent de la foule de 20 000 personnes et pillèrent les boutiques de Camberwell, mais à part cet incident, tout se déroula de manière pacifique. Dans les discours, l’impôt sur le revenu fut largement éclipsé par le coût de la monarchie (Reynolds), la Charte (Clark et Joseph Williams), la République française, la brutalité de la police et le besoin d’unité politique (Jones), et « le juste salaire d’une journée pour une juste journée de travail » (Dixon et McGrath)80.

  • 81 Reynolds, Mysteries, vol. 4 (vol. 2, 2e sér.), n° 78 [11 mars] 1848, p. 202 ; NS, 11 mars 1848.
  • 82 NS, 25 mars 1848.

72L’exécutif improvisait en hâte pour suivre l’humeur populaire, pour suivre Reynolds dont l’entrée dans le chartisme fut aussi soudaine et imprévue que le pillage des Tuileries dans ses Mystères de Londres. Reynolds réussit à publier son discours de Trafalgar Square par le biais d’une nouvelle intervention dans l’épisode suivant du roman, ajoutant aussi son adresse à un meeting public réuni par le Metropolitan District Council chartiste le même soir. « Les événements de ce matin l’avaient projeté parmi eux, écrivait-il, et il resterait maintenant parmi eux jusqu’à ce que le grand objectif soit atteint81. » L’exécutif improvisait aussi sur des questions plus vastes, et sa mesure suivante eut des conséquences durables. Le 18 mars, il annonça que la pétition nationale serait présentée au Parlement le lundi 10 avril, soit plus d’un mois avant la date initialement prévue. La convention, dont les préparatifs étaient déjà en cours, devait se réunir le jeudi 4 avril. Cela marquait une nette différence par rapport aux pétitions nationales précédentes. La convention de 1839 s’était réunie quatre mois avant la présentation de la pétition, retardée pour collecter un maximum de signatures. La convention de 1842 s’était tenue trois semaines avant la présentation, mais avait pu se fier à un réseau bien établi de localités chartistes, soutenu par l’infrastructure régionale et nationale de la NCA. De plus, ses membres avaient passé beaucoup de temps à trouver des appuis londoniens pour la pétition. La préparation de la pétition de 1848 fut cependant interrompue de manière abrupte et l’organisation en fut laissée en grande partie au hasard. La convention se réunirait moins d’une semaine avant la présentation du document au Parlement, tandis qu’un exécutif financièrement embarrassé comptait sur une infrastructure nationale en expansion mais loin d’égaler celle de 1842, et sur le mince complément fourni par les agitateurs à plein temps, dont la plupart partageaient leur temps avec le plan agraire. En 1842, O’Connor était au sommet de ses moyens et se consacrait à plein temps à la Charte. Il était à présent député et accaparé par le plan agraire. Entre l’annonce de l’exécutif et le début de la convention, il apparut lors d’un seul meeting hors de Londres, un rassemblement conjoint de la confédération et des chartistes, à Oldham Edge, où il arriva tard et d’où il repartit tôt82.

73Le jugement des dirigeants chartistes avait été influencé par la révolution en France tout d’abord, par les événements du 6 mars ensuite. Un exécutif implanté à Londres, soutenu par un journal basé à Londres, se représentait l’humeur du pays d’après l’atmosphère fébrile de la capitale, comparée à la situation à Paris. Les meetings visant à congratuler la république française naissante, si nombreux qu’ils aient été, ne signifiaient pas que les feuilles de pétition se remplissaient, ou que le pays était quadrillé de façon systématique. La couverture des événements par le Star suggère plutôt le contraire. Le numéro du 18 mars, par exemple, incluait des articles sur un unique meeting général au pays de Galles (à Merthyr Tydfil), deux en Écosse et 51 en Angleterre, dont un quart à Londres. Plus indicatifs encore de cette polarisation, les revenus du plan agraire indiqués dans ce numéro dépassaient 770 livres, alors que les fonds nationaux de la NCA s’élevaient à 5 livres, 19 shillings et 2 pence.

  • 83 NS, 11 mars, 1er avril 1848 ; voir aussi W. Stevens, Memoir of T.M. Wheeler, Londres, Leno, 1862, p (...)

74Tout cela aurait eu moins d’importance si le chartisme n’avait pas eu recours à une rhétorique emphatique du genre « Le lutte à venir, le commencement de la fin », pour citer l’éditorial du Star du 18 mars. L’exécutif prévoyait que le 10 avril marquerait un apogée de l’agitation constitutionnelle, mais il est moins évident qu’ils aient espéré déclencher des troubles si généraux que les chartistes se soulèveraient dans tout le pays. Les membres adoptèrent ces deux positions à divers moments des trois semaines suivantes. Si l’objectif était un soulèvement, c’est un nouveau Peterloo qui était envisagé. « Nous mettons les méprisables Whigs au défi de faire le pire dont ils sont capables », proclama le Northern Star. Assez mélodramatique, O’Connor raconta qu’il avait reçu plusieurs avertissements selon lesquels sa vie était en danger s’il accompagnait le défilé de la pétition jusqu’à Westminster ; mais si la procession était attaquée, affirmait-il, toute la Grande-Bretagne et toute l’Irlande « verraient dans cette nouvelle une déclaration de guerre83 ».

  • 84 Stevens, Memoir, p. 42 ; T. Allsop à O’Connor, 9 avril 1848, cité dans dans l’entrée consacrée à Al (...)
  • 85 Duncombe à O’Connor, 6 avril 1848, cité dans T.H. Duncombe (éd.), Life and Correspondence of Thomas (...)

75Le dimanche 9 avril, O’Connor rédigea discrètement son testament : deux de ses intimes lui avaient écrit pour lui demander de prendre cette précaution de dernière minute. La veille de la manifestation, Thomas Allsop – l’ami le plus proche d’O’Connor, source considérable de conseils et de secours financiers – l’incita à « ne pas agir sur un coup de tête [...], ne rien précipiter, ne rien céder. Ne pas viser seulement à détruire le gouvernement, mais à rendre impossible un gouvernement de classe. Ni hésitation, ni impulsion inconsidérée, ni égocentrisme, mais une progression sérieuse, régulière, inflexible. Rien pour soi, rien même pour la gloire, présente ou posthume. Tout pour la cause84 ». Duncombe mit en garde O’Connor contre « la folie de compromettre une bonne et juste cause par un langage extravagant et des menaces irréfléchies [...] et par une collision hâtive avec les autorités », concluant : « Réfléchissez ! Réfléchissez ! Réfléchissez ! Et rappelez-vous : un faux pas pourrait priver des millions d’hommes du sort qu’ils méritent85 ».

  • 86 NS, 25 mars et 1er avril 1848.

76En une métaphore complexe, destinée à éviter toute accusation de sédition, Jones compara la manifestation imminente à un voyage « sur la grand-route du progrès, mais en travers du chemin le gouvernement de classe a construit un mur de pierre de monopoles ». Il était vain que le peuple dise à cet obstacle : « Méchant mur, tu devrais t’abattre ». Mieux valait user de pics, de maillets et de pieds-de-biche « pour réduire en miettes cette barrière pourrie ». Jones concluait avec une référence voilée à « nos dirigeants » qui « ne devraient pas éteindre un si bel enthousiasme ». Dans le même discours, il approuvait les sentiments républicains d’un chartiste londonien, le mesmériseur William Vernon, qui avait exprimé son « dégoût » à la simple idée de faire pétition pour la Charte. « Il pensait qu’ils devraient ne laisser à la Chambre des communes qu’une heure pour déterminer si les députés l’accordaient ou non. (Acclamations sonores). [...] et si la Chambre disait “Non”, ils devraient se retirer dans leurs meetings de district pour décider de ce qu’ils feraient le lendemain. (Acclamations sonores) ». Dixon et O’Connor attaquèrent ces sentiments mais concentrèrent leur tir sur Vernon plutôt que sur Jones, et critiquèrent l’adoption ouverte du républicanisme plutôt que les menaces de violence. La révolution en France continuait à dominer l’actualité à l’étranger. O’Connor savait qu’il perdrait le soutien de la classe moyenne s’il était associé trop étroitement aux événements parisiens. Parler de violence n’était pas une nouveauté, mais ce discours prenait un tour plus menaçant à la lumière des soulèvements survenus sur le continent. La semaine précédente, lui-même avait déclaré à Oldham Edge : « Si nous parvenaient d’Irlande des nouvelles sombres, noires et sanguinaires, il ne bornerait pas sa défense de l’Irlande à la Chambre des communes86. »

77Jones était l’un de ceux qui envisageaient le plus explicitement la violence. Il disait de ses électeurs de Halifax qu’ils étaient « tous sans exception prêts à se battre. (Acclamations). Si nécessaire, ils étaient prêts à descendre au plus vite des collines du Yorkshire pour aider leurs frères patriotes de Londres ». À la dernière session de la convention avant le 10 avril, il modéra un peu cette belligérance, mais pas son goût du mélodrame, prévoyant que la violence, si elle se produisait, viendrait de ce que les autorités auraient porté le premier coup :

  • 87 NS, 8 avril 1848 ; Morning Chronicle, 10 avril 1848.

Si je devais être tué, ou blessé, ou arrêté, à l’instant où la nouvelle atteindrait Halifax, le peuple se soulèverait et désarmerait l’armée, emprisonnerait les autorités, et 100 000 hommes du Yorkshire marcheraient sur Londres (acclamations enthousiastes). Dieu me garde ! si je défile demain au premier rang et s’ils tentent la moindre violence, ils ne resteront pas 24 heures de plus à la Chambre des communes87.

Même s’il ne s’agissait là que d’effets rhétoriques, ce discours fut assidument rapporté dans la presse : non seulement le Northern Star mais le Times et le Morning Chronicle reproduisirent presque mot pour mot le déroulement de la convention. Cet intérêt sans précédent reflétait l’inquiétude croissante dans la capitale à mesure que le lundi s’approchait.

Kennington Common

  • 88 The Diary of Colonel Peter Hawker, Londres, Longmans, 1893, vol. 2, p. 286 ; J. Saville, 1848 : The (...)
  • 89 M.R.D. Foot et H.C.G. Matthew (éd.), Gladstone Diaires : Volume 4, 1848-S4, Oxford, Oxford Universi (...)
  • 90 HO 45/2410/1, P 270 ; HO 45/2410/4, fos 844-890.
  • 91 WO 30/111, mémos 8, 9 avril et télégramme 8h du matin, 10 avril 1848 ; Goodway, London Chartism, op (...)

78Les exemples de l’appréhension qui régnait à Londres sont multiples. Un visiteur venu du Hampshire trouva « tout en émoi » le samedi 8, « l’artillerie et les soldats se déplaçant en tous sens, afin d’être prêts pour le meeting monstre de la populace ». Ce matin-là, la famille royale quitta Londres pour l’île de Wight. Ce voyage fut accompli à la demande du gouvernement, même si Palmerston, secrétaire au Foreign Office, craignait que le bras de mer du Solent ne soit pas assez large pour protéger la reine, tandis que ses adversaires politiques Graham et Peel trouvaient que cette évacuation sentait la lâcheté et ne ferait qu’encourager « un sentiment de danger88 ». Le dimanche fut tendu : William Gladstone nota dans son journal : « Il y avait une nouvelle et triste intrusion dans les pensées et dans les conversations au sujet de demain89. » Pourtant, le gouvernement semblait avoir prévu le pire. 1500 livres avaient été dépensées pour installer une ligne télégraphique électrique jusqu’au Home Office, et pour établir des connexions temporaires avec les principaux centres provinciaux pas encore desservis par l’Electric Telegraph Company90. Le contingent de quelque 3 000 soldats d’ordinaire présent dans la capitale fut presque doublé, et des rations de survie pour dix jours – quinze jours pour les soldats gardant la tour de Londres – furent distribuées. Aux premières heures du lundi, en secret pour éviter de créer la panique, 500 soldats supplémentaires entrèrent dans Londres, essentiellement pour protéger le dépôt de marchandises de la South Western Railway Company à Nine Elms – par où passaient les lignes menant aux ports du Soient. En outre, 1 142 anciens combattants furent mobilisés et l’ordre secret fut donné d’allumer très tôt les réverbères de Londres pour favoriser la sécurité91.

  • 92 E. Miller, That Noble Cabinet, Londres, Deutsch, 1973, p. 167-172 ; W.A. Munford, Edward Edwards, L (...)
  • 93 HO 45/2410/1, f° 277 et suiv. – paiements aux débardeurs de charbon : C. Mackay, Forty Years’ Recol (...)

79Au British Muséum, on porta jusqu’au toit des pierres à lancer sur les assaillants, et les Royal Engineers supervisèrent la construction de barricades et de pièges – consistant notamment à scier les poutres de l’escalier conduisant à la salle de numismatique pour qu’il s’écroule sous le poids de quelques personnes. En tout, 250 employés du musée et ouvriers du bâtiment prêtèrent serment pour aider une garnison improvisée incluant 59 policiers réguliers et 20 vétérans92. Les agents rassemblés au British Muséum n’étaient qu’une fraction d’une force réunissant au total près de 85 000 hommes. Parmi ceux-ci se trouvaient 1857 débardeurs de charbon – payés jusqu’à 3 shillings pour le salaire qu’ils perdaient –, des employés des chemins de fer, des fonctionnaires, des étudiants, des gardiens des Surrey Zoological Gardens, et William Gladstone. « Presque tous les marchands, banquiers, boutiquiers ou employés de Londres, sauf les très âgés, prêtèrent serment et portèrent la matraque, pour fendre le crâne d’un chartiste si cela devenait nécessaire », se rappelait l’écrivain Charles Mackay. « Presque tous les gentlemen, domestiques et boutiquiers » prêtèrent serment, selon le député William Ewart, qui décrivit aussi comment un général en retraite avait pris le commandement de la zone entourant sa maison, avait entraîné les gardes spéciaux et les avaient organisés en sections géographiques, avec des messagers pour assurer la liaison entre eux93.

  • 94 G.F. Lewis (éd.), Letters to the Rt. Hon. George Cornewall Lewis, Londres, Longmans, 1870, p. 172 ; (...)

80« Il y avait ce jour-là à Londres une inquiétude plus réelle que je ne me rappelle en avoir jamais vu », écrivit un membre du gouvernement. « On s’attendait apparemment à une lutte ou à un événement désastreux », nota dans son journal John Hobhouse, secrétaire d’État à l’Inde. Le dimanche, la porte de sa maison avait été couverte de graffitis politiques à la craie et Hobhouse était si nerveux qu’il pouvait à peine travailler, « estimant qu’il n’y avait rien d’improbable à ce que j’entende des décharges de mousquet ou de canon sur l’autre rive du fleuve. Les claquements de porte me firent sursauter une fois ou deux94 ». Le gouvernement s’attendait clairement à une insurrection de grande ampleur. Ce n’était pourtant pas ce que les dirigeants chartistes avaient en tête. Deux stratagèmes simples suffirent à endiguer « le meeting monstre de la populace ». Quand Reynolds décida après les émeutes du 6 mars de se réunir la semaine suivante à Kennington Common, située au sud de la Tamise, il résolut malgré lui le point le plus délicat qui se présentait aux autorités le 10 avril. Tant que celles-ci garderaient le contrôle des ponts, la manifestation serait encadrée. La seconde stratégie, annoncée le vendredi 7 avril, fut donc d’interdire toute procession en direction du Parlement.

  • 95 HO 45/2410/4, fo 68, 7 avril 1848 ; MS’, 2 février 1850 ; The Times, 10 avril 1848 ; G. Grey à Russ (...)
  • 96 R. Crowe, Réminiscences of Robert Crowe, the Octogenarian Tailor, New York, s. n., [1901], p. 9.

81Les préparatifs policiers et militaires, lourds et ostentatoires, découragèrent peut-être certains de participer. Beaucoup de chartistes éminents en furent certainement déconcertés. Le vendredi après-midi, la convention envoya une délégation assurer le Home Office que la procession prévue jusqu’aux Communes serait entièrement pacifique. Le samedi, Harney tenta discrètement de persuader une poignée de délégués qu’il fallait renoncer à la procession et à la manifestation. Le dimanche, O’Brien annonça publiquement qu’il démissionnait de la convention, parce qu’elle n’avait pas compris que le gouvernement était trop fort pour les chartistes. Ce soir-là, à dîner, Jones confia à un ami – qui s’empressa de transmettre l’information au secrétaire au Home Office – « que les dirigeants chartistes étaient très effrayés et abattus95 ». Des milliers de chartistes de base se présentèrent néanmoins le lundi matin, s’attendant à escorter la pétition jusqu’au Parlement. Ils se réunirent de bonne heure ce matin-là, à l’un des quatre points de ralliement, puis défilèrent en masse vers Kennington. Selon les souvenirs de Robert Crowe, chartiste et confédéré, « nous marchions sur les ponts à huit de front, en route vers Kennington Common, mais à peine la procession fut-elle passée que la police et l’armée prirent possession des ponts, et pendant près de deux heures nous fûmes retenus prisonniers96 ».

  • 97 Mackay, Forty Years, op. cit., p. 55-57. La question du nombre de participants le 10 avril est anal (...)

82Kennington Common n’atteignit jamais les 400 000 participants dont rêvait O’Connor, ni même les 250 000 prédits par l’exécutif. Cependant, une foule de 150 000 personnes se réunit sur ce terrain assez grand pour nécessiter au moins trois tribunes d’où parlèrent les orateurs, plus une quatrième pour les confédérés irlandais. Le rassemblement d’une telle masse d’individus fut un grand moment de théâtre politique. La procession principale partit du quartier général de la convention, dans Tottenham Court Road, juste après 10 heures du matin. Elle mit près de quatre-vingts minutes pour atteindre Kennington en passant par les rues de la capitale. En tête venaient deux énormes voitures. La première, qui servirait ensuite de tribune, transportait délégués. La deuxième, symboliquement construite en bois coupé sur le domaine de Lowbands, devait transporter la pétition. Elle était ornée de slogans : « La Charte et les six points » ; « Pas de capitulation » ; « La Liberté mérite qu’on vive et qu’on meure pour elle » ; « La voix du peuple est la voix de Dieu » ; « Qui voudrait être esclave alors qu’il peut être libre ? » ; « En avant c’est la conquête, en arrière c’est la chute » ; « Pas de vote, pas de mousquets ». Cinq énormes rouleaux de papier contenant la pétition furent chargés aux bureaux du plan agraire. « La foule augmentant à chaque pas », la procession gagna le pont de Blackfriars, une double file de policiers en ordre militaire étant disposée de part et d’autre de la rue. « La foule continuait à grossir et à encadrer les véhicules ; pourtant, tout fut bien conduit », nota Mackay (reporter pour l’Illustrated London News). À l’Elephant and Castle, « une nouvelle masse se joignit à l’arrière de ceux qui, marchant à huit de front, avaient suivi le défilé97 ».

  • 98 HO 45/2410/1, fo 453, Mayne au HO, « 1/4 to 12 : Kennington » ; George Howard, journal, 10 avril, c (...)

83Le récit de Mackay ne ressemble pas à la première étape d’une insurrection de masse. Peu après l’arrivée à Kennington, O’Connor et McGrath tombèrent d’accord avec sir Richard Mayne, commissaire de la Metropolitan Police : la pétition ne refranchirait pas la Tamise avec la foule, mais serait transportée par une série de fiacres. O’Connor monta alors sur la tribune principale, d’où il prononça un discours émouvant mais exceptionnellement sobre, qu’il termina en disant : « Je viens maintenant vous disperser. Vous ne défilerez pas en procession. Vous devez regagner paisiblement votre domicile. » Le meeting se dispersa donc. Cela ne plut guère à d’importantes sections de la foule, qui blâmèrent O’Connor personnellement. En réalité, celui-ci était malade, « souffrant de graves douleurs corporelles » et « évidemment épuisé par l’effort de parler ». La dépêche que Mayne, soulagé, envoya au Home Office peu après avoir parlé à O’Connor, précise qu’il semblait effrayé ; mais dans une conversation privée, ce soir-là, Mayne développa cette impression, expliquant qu’O’Connor était « d’une pâleur mortelle, ruisselant de transpiration ». Le lendemain, ce dernier ne put aller ni à la convention, ni au Parlement : « J’ai de grandes douleurs dans la poitrine. » Il payait à présent le prix de dix années turbulentes à la tête du chartisme98.

Vies chartistes. William Cuffay

84« Dès l’instant où M. O’Connor fut parti, l’impatience et la colère commencèrent à se manifester dans le meeting », remarquait le Times à propos de Kennington Common, l’après-midi du 10 avril. Le chaos éclata quand McGrath, présidant la journée, déclara le meeting terminé : une partie de la foule se jeta sur la tribune avec tant de force que celle-ci fut propulsée plusieurs mètres plus loin et que les délégués de la convention qui s’y trouvaient debout furent renversés par l’impact. Parmi eux figurait William Cuffay, tailleur londonien et président du « comité démocratique » chargé d’organiser la procession qui avait apporté la pétition à Kennington, et qui aurait dû la rapporter au Parlement en franchissant la Tamise. L’annulation de ce deuxième défilé abasourdit Cuffay qui, comme tout le monde, avait été tenu dans l’ignorance des intentions ultimes de l’exécutif. Dans la foule, certains lui crièrent : « Venez, nous vous guiderons si vous suivez, quoi qu’il arrive ». Selon un témoin oculaire (probablement Mackay) :

Cuffay prononça des mots très forts contre la dispersion du meeting et affirma qu’il serait bien temps de montrer leur peur des soldats quand ils les rencontreraient face à face ! Il considérait toute la convention comme une bande de lâches, et il ne voulait avoir aucun commerce avec eux. Il quitta alors la voiture et descendit dans la foule, où il dit qu’O’Connor devait être au courant depuis longtemps, et qu’il aurait dû les en informer, pour qu’ils portent directement la pétition à la Chambre des communes sans franchir les ponts. Ils avaient été entièrement pris au piège.

  • 99 The Times, 11 avril, Morning Chronicle, 11 avril, NS, 15 avril, Illustrated London News, 15 avril 1 (...)

85Dans son roman Alton Locke, Charles Kingsley, s’inspirant peut-être d’informations fournies par Robert Crowe, dépeignit Cuffay sautant à bas de la plateforme et s’exclamant que la foule avait été « bernée et trahie99 ». Selon toute probabilité, Cuffay ne sauta pas – il était atteint de déformation congénitale des jambes et de la colonne vertébrale –, mais sa colère ne fait pas de doute. Il était l’un des membres les plus militants de la convention, et n’appréciait guère l’arrivée au sein du chartisme de carriéristes issus de la classe moyenne comme Ernest Jones et George Reynolds. Ce dernier s’était garanti une place à la convention comme délégué de Derby, ville où il n’avait jamais mis les pieds avant d’obtenir sa nomination.

  • 100 Morning Chronicle, 7 avril, NS, 8 avril.

86Quand les délégués se réunirent le 4 avril, Cuffay tenta de priver Reynolds de sa belle assurance, en proposant son exclusion parce qu’il n’était pas chartiste. Il accusa l’exécutif de fuir « sa responsabilité, maintenant que l’on en était arrivé à une crise » et contesta publiquement la logique de la proposition visant à adresser un mémoire à la reine si le Parlement rejetait la pétition : « Il Prendrait ce rejet comme une déclaration de guerre, et serait donc prêt à partir en guerre, et l’exécutif devrait se préparer à les guider jusqu’à la liberté ou à la mort100. »

  • 101 T. Frost, Forty Years’Recollections, Londres, Sampson Low, 1880, p. 150, Reasoner 26 (décembre 1846 (...)

87Pourtant, Cuffay n’était pas une tête brûlée belliqueuse. Son attitude reflète parfaitement le nouveau militantisme présent parmi les chartistes londoniens. Il venait d’avoir 60 ans et, selon un de ceux qui le connaissaient bien, il avait « un comportement paisible et des manières douces ». Il incarnait le militant de comptoir, consciencieux, zélé et peu enclin à la gesticulation. Il contribua à former la cellule chartiste des tailleurs de Londres, fut représentant de Westminster au Metropolitan District Council de la NCA à partir de 1841, et trésorier dudit conseil à partir de 1842 ; il aida à sauver l’exécutif national face à la crise de fin 1842. Cuffay était aussi membre du comité qui conseilla Duncombe dans sa lutte parlementaire de 1845 contre le renforcement de la Master and Servant Law (la loi sur les relations employeur-employé), et co-organisateur de la soirée en honneur de celui-ci pour fêter son succès. Il représentait sa profession au comité de collecte de fonds pour une salle des syndicats londoniens, siégea au NCREC, à l’exécutif de la National Anti-Militia Association et au Democratie Committee for Poland’s Régénération. Il fut délégué élu aux congrès du plan agraire en 1845 et 1846. « Quand des centaines d’ouvriers élurent cet homme pour examiner les comptes de leur société de prévoyance, soulignait un hommage à Cuffay en 1849, ils le firent en le sachant pleinement digne de foi, et il ne leur donna jamais la moindre raison de se repentir de ce choix. » Des tâches délicates lui furent également confiées. Quand McDouall fut accusé d’avoir délibérément fourni de mauvais conseils aux prisonniers chartistes de 1841, Cuffay fit partie du petit groupe chargé d’enquêter101.

88Cuffay était l’incarnation de ces syndicalistes politisés par le chartisme, comme il l’expliqua dans un discours incitant les tailleurs londoniens à adopter la pétition de 1842 :

  • 102 NS, 5 mars 1842.

En tant qu’ouvrier, tailleur et chartiste, il ne répugnerait jamais à accomplir un devoir public que ses confrères et frères en esclavage l’avait élu pour accomplir [...] En tant que syndicaliste, il avait déployé tous ses efforts dans l’intérêt de sa classe, mais il était désormais convaincu que la cause de leur détresse se situait au-dessus de la tyrannie de leurs employeurs, qu’il fallait appliquer la hache à la racine même de l’arbre ; et quoi qu’il arrive, il tiendrait bon jusqu’au bout, comme un homme, et s’il mourait, ce serait en martyr, glorieusement, pour la cause102.

  • 103 The Axe Laid to the Root, or a Fatal Blow to the Oppressors 1 [novembre 1817], p. 8-9. Pour Wedderb (...)
  • 104 ODNB. On parle aujourd’hui le twi au Ghana.
  • 105 « The three Christmas waits », Punch, 14 [23 décembre 1848], p. 181-183 ; voir aussi W.M. Thackeray (...)
  • 106 Illustrated London News, 22 avril 1848 ; Puppet Show et Man in the Moon, voir I. Haywood, « Reynold (...)

Son commentaire sur les « frères en esclavage » dut avoir une résonance particulière pour son auditoire puisque Cuffay descendait d’esclaves antillais. Les auditeurs les plus âgés reconnurent sans doute l’allusion à un autre radical noir, Robert Wedderburn, également tailleur, dont le journal, The Axe Laid to the Root (« La cognée mise à la racine »), était l’un des plus périodiques les plus vivants à Londres en 1817. Les remarques de Cuffay font écho à la déclaration initiale de The Axe : « Je suis antillais, épris de liberté, et je déshonorerais la nature humaine si je ne me montrais pas ami de la liberté des autres103 ». La mère de Wedderburn était africaine et avait été vendue comme esclave en Jamaïque, puis revendue alors qu’elle était enceinte de cinq mois, par son propriétaire écossais, père du futur enfant. Les circonstances de la naissance de Cuffay étaient un peu moins lamentables, si l’on oublie son handicap. Son père était né esclave à Saint Kitts, fils d’un esclave natif d’Afrique. On en sait moins sur sa mère, si ce n’est que sa grossesse était déjà très avancée lorsqu’elle quitta Saint Kitts avec son mari en 1788. Selon ses collègues chartistes, Cuffay était né en mer, mais dans sa vieillesse il déclara être né à Chatham, ville de chantiers navals où s’installa la famille, affranchie par sa présence sur le sol britannique. Le père de Cuffay s’engagea comme cuisinier dans la Royal Navy, et l’enfant fut essentiellement élevé par sa mère et sa sœur. Son nom était probablement une anglicisation du nom Kofi, que l’on donne en langue twi aux garçons nés un vendredi104. L’orthographe en varia parfois, mais lui-même l’écrivit toujours « Cuffay ». On ignore à quel point il parlait la langue de ses parents. La presse chartiste faisait abstraction de l’accent de ceux qu’elle citait, mais dans une satire assez pesante rédigée pour le numéro de Noël 1848 de Punch, le romancier William Thackeray donne au « pauvre vieux moricaud » un accent proche de celui des Cockneys de comédie105. Pourtant, Cuffay était instruit, c’était un grand lecteur et il habitait l’Angleterre depuis longtemps : il n’y a donc aucune raison de supposer que son accent était différent de celui des Londoniens de sa classe sociale. La presse chartiste ne mentionnait jamais son origine ethnique, pas plus que son handicap, au contraire des autres journaux, comme The Illustrated London News – « Le comique Cuffay » et « son humour nègre »– et les magazines satiriques The Puppet Show – où Cuffay était décrit comme un singe bossu muni de ciseaux de tailleur –, The Man in the Moon – Cuffay plié en deux, tyrannisé par sa femme – et surtout Punch106.

  • 107 J. Campbell, Negro-mama : Beingan Examination of the Falsely Assumed Equality of the Various Races (...)
  • 108 D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 116.

89À l’exception importante de l’antisémitisme (voir chapitre 9), le chartisme faisait rarement preuve de racisme avoué. Même le grossier Campbell, l’un des personnages les moins sympathiques du mouvement, attendit d’avoir émigré aux États-Unis pour consigner par écrits ses sentiments racistes. Dans sa Négromanie, il put alors donner libre cours à ses opinions sur la suprématie blanche, extrêmement obtuses même pour son époque107. Cuffay n’était pas le seul chartiste noir, même s’il fut le seul à jouer un rôle important. Deux marins sans emploi, David Duffy, « homme de couleur », et Benjamin Prophett dit « Black Ben » (ainsi qu’un gitan, Charles Lee), se trouvaient dans le petit groupe arrêté après le meeting du 13 mars à Kennington Common108.

  • 109 Finsbury Tract Society, The Question ‘What is a Chartist ?’ Answered, [1840], p. 1 ; P. Brewster, S (...)

90Là où les chartistes se montraient souvent équivoques dans leur attitude envers les Noirs, c’est dans les comparaisons maladroites entre l’« esclavage salarié » ou « esclavage blanc » (le travail en usine) avec l’esclavage pratiqué aux Amériques. Un tract très diffusé affirmait que « la possession du vote est la seule différence entre un homme libre et le serf russe [...] ou l’esclave de Caroline du Sud ». Selon Patrick Brewster, l’ouvrier britannique était « autant à la merci de son maître que s’il était un esclave noir ». On pouvait compter sur le toujours excitable Jones pour enfoncer le clou : « N’ai-je donc pas raison de dire que le sort de l’ouvrier anglais est pire que celui du serf russe, du paria hindou ou de l’esclave noir ? Il n’a pas d’équivalent dans le passé ou dans le présent. C’est l’esclavage sous son pire aspect, le plus cruel109. »

  • 110 MS, 2 décembre 1837 ; Chartist Circular, 9 mai 1840 ; R. Bradbury, « Frederick Douglass and the Cha (...)

91Il faut néanmoins souligner que la presse et les orateurs chartistes s’opposèrent constamment à l’esclavage commercial. Par exemple, l’un des premiers numéros du Northern Star, rapportant des atrocités commises dans une plantation, incitait ses lecteurs à « jurer devant les cieux, serment que vous vous engagerez religieusement à tenir, que ces choses ne seront plus ». Brewster s’allia avec l’abolitionniste radical américain John Anderson Collins. Le Chartist Circular écossais fit l’éloge de l’agitateur américain anti-esclavage William Lloyd Garrison. Lovett, Vincent et leur cercle prenaient très au sérieux la question de l’esclavage. Le premier était membre du conseil de l’Anti-Slavery League, et les deux prirent la parole à la tribune avec Garrison et le grand militant noir américain Frederick Douglass lorsqu’ils vinrent en Grande-Bretagne en 1846. Garrison donna aussi des conférences dans le local de la National Association. L’un des rares moments de détente dans l’autobiographie de Lovett nous le montre chantant La Marseillaise, des negro spirituals et des chants anti-esclavagistes avec Douglass, Garrison et Vincent, autour du piano chez Parry110.

  • 111 Bristol Mercury, 29 août 1846, cité dans J.W. Blassingame (éd.), Frederick Douglass Papers, New Hav (...)

92Cuffay ne faisait pourtant pas partie du cercle de Lovett et rien ne prouve qu’il ait entendu Douglass parler en 1846. S’il l’avait fait, il aurait pu entendre l’esclave fugitif du Maryland souligner qu’il « n’existait pas plus de ressemblance entre l’esclavage pratiqué aux États-Unis et une institution de ce pays-ici qu’il n’en existe entre la lumière et les ténèbres111 ». Cela rend d’autant plus poignant l’usage par Cuffay de la formule « frères en esclavage » dans son discours aux ouvriers londoniens. Il dut se forger sa propre carrière, sa propre philosophie politique, mais dans un contexte général d’ignorance britannique au sujet de l’esclavage. Peut-être flattait-il délibérément les sentiments de ses auditeurs ; à moins que, n’ayant jamais lui-même connu directement l’esclavage, Cuffay ait partagé le point de vue des autres ouvriers.

93Le stade ultime de sa politisation, comme pour beaucoup de chartistes à Londres, vint avec les événements français en mars 1848. « Nous sommes arrivés à une époque où une ligue de rois n’est plus à redouter, déclara-t-il à la manifestation londonienne organisée pour « congratuler le peuple héroïque de France ».

  • 112 NS, 11 mars 1848.

Nous ne craignons plus l’ours russe, l’araignée autrichienne ou le vautour prussien (acclamations sonores). Les Français nous ont donné un glorieux exemple, en battant l’armée la plus forte au monde, et en condamnant Louis-Philippe à errer tel un vagabond à la surface de la terre (fortes acclamations). Ne désespérez jamais d’obtenir vos droits. « Regardez », dit l’orateur, en désignant une énorme affiche arborant les mots « La République pour la France, la Charte pour l’Angleterre » (acclamations ravies). Oui, et s’ils nous refusent la Charte, nous devrions commencer à songer à une république (fortes acclamations). [...] Qu’ils tirent les conséquences de ce meeting, et le jour n’était plus très loin où la Charte deviendrait nécessairement la loi du pays (fortes acclamations)112.

Bien que Cuffay ait déclaré à Kennington Common qu’il ne voulait plus rien à voir avec la convention, il y retourna le lendemain. O’Connor, en présentant ses excuses pour cause de maladie, envoya une lettre affirmant que si la procession avait eu lieu « les chiens de guerre auraient été lâchés, et ce matin notre cause ne serait plus qu’un sujet de moqueries ». Cuffay borna sa contribution à signaler que les chartistes de Lambeth organisaient le boycott des boutiquiers qui avaient fait office de gardes spéciaux la veille.

  • 113 The Times, 12 et 13 avril 1848.

94Ce soir-là, il regagna sa mansarde dans Soho, où l’attendait une crise personnelle imprévisible. Il venait de perdre son emploi. Comme beaucoup de travailleurs qualifiés il était fier d’être soutien de famille et ne souhaitait pas que son épouse Mary travaille hors de la maison. La perte de son revenu avait modifié la donne et Mary avait trouvé un emploi de femme de ménage. Pourtant, comme il l’expliqua plus tard, « dans l’une des maisons où elle travaillait, on lui demanda si elle était la femme du Cuffay de la convention. Elle répondit que oui, et fut alors informée que ses services ne seraient plus requis113 ».

  • 114 The Times, 11 avril 1848. Pour les autres articles paru dans le Times, voir par exemple 8-10,12-15, (...)

95Leur situation ne fit pourtant pas de Cuffay un désespéré. Il continua à préconiser l’agitation robuste mais constitutionnelle. The Times, qui avait jadis résumé le chartisme londonien comme « l’homme noir et son parti », avait Cuffay en ligne de mire depuis le début de la convention ; selon le journal, il déclara le 10 avril que « la pétition aurait dû être accompagnée par le peuple jusqu’à ce que l’armée l’empêche d’avancer, puis aurait dû être entièrement retirée, puisque cette opposition était illégale114 ». Cela ne résolvait pas le dilemme des chartistes à Kennington Common, et n’aurait pas forcément évité la violence, mais cela aurait peut-être préservé l’intégrité de la campagne constitutionnelle. Au lieu de quoi, nous le verrons au prochain chapitre, la division et l’embarras devinrent la règle.

  • 115 Goodway, London Chartism, op. cit., p. 94,127-127.

96Quinze jours plus tard, la convention fut dissoute, pour être remplacée le mois suivant par une assemblée nationale, dont la principale tâche était de rédiger un mémoire et de le présenter à la reine pour obtenir le renvoi du gouvernement. Cuffay n’approuvait pas cette tactique et ne comptait donc pas parmi les élus. Il fut pourtant nommé au titre de commissaire pour aider l’exécutif à gérer le mouvement selon une nouvelle organisation. Mais le chartisme londonien était en train d’échapper au contrôle des dirigeants constitutionnels. En particulier, un complot visant à fomenter une insurrection générale, marquée par l’incendie simultané d’importants édifices londoniens, était alors élaboré par un « comité ultérieur » de chartistes et de confédérés qui se réunissait à la taverne de l’Orange Tree, près de Holborn. Cuffay ne figurait pas parmi les inspirateurs de la conspiration et ne participa au comité que le 4 août, mais en devint le secrétaire onze jours après115. Il était sans emploi et sa femme avait perdu son travail à cause de lui. Surtout, c’était un chartiste convaincu depuis près de dix ans. Il croyait que la Charte – et la Charte seule – pourrait sauver le pays d’un gouvernement corrompu et du précipice de la crise économique et sociale. Cuffay était de loin le plus âgé des conspirateurs, très respecté pour son expérience d’organisateur et pour son jugement réfléchi. C’est sur le tard qu’il se rangea dans le camp de la violence clandestine, et sans doute le cœur gros.

  • 116 TS 11/138/380, R. v. Ritchie et al., notes de dossier, fos 5-6, déposition de Charles Filden, fos 3 (...)
  • 117 Déposition du sergent Thompson, TS 11/138/380, P 118 et TS 11/139/381, P 4.

97À l’été 1848, beaucoup à l’intérieur du chartisme londonien s’étaient engagés dans le sens d’un soulèvement. Les conspirateurs étaient enhardis par l’agitation en Irlande : selon Cuffay, « nous pourrons maîtriser la police puisque les soldats étaient occupés là-bas ». Chez lui, il se mit à fondre des balles avec Mary, à partir de vieux caractères d’imprimerie. Dans la classe chartiste qu’il dirigeait aux bureaux du plan agraire dans Soho, Cuffay indiqua comment manier une pique et comment fabriquer des cartouches et des balles. « Il disait aussi que les bouteilles de petite bière remplies de clous et de bouts de ferraille étaient de bonnes choses à lancer par les fenêtres pour les femmes tandis que les hommes se battaient contre la police dans les rues », rapporta plus tard Charles Filden, l’un des membres de sa classe, dans sa déposition contre lui. C’était un univers ténébreux où plus d’un jouait un double rôle. Le zèle de Cuffay et de ses collègues au service du complot était bien réel, mais il était supervisé, voire accru par les informateurs de la police. Filden reconnut par la suite que c’était lui qui avait parlé à Cuffay des bouteilles de petite bière – à remplir de poudre à canon et à fermer avec du chanvre trempé dans la térébenthine –, et qu’il avait été informateur de la police « pendant environ un mois » avant cela116. Cuffay fut arrêté chez lui le 18 août. Il s’y attendait entièrement. Quand l’un des policiers récita la formule requise concernant ses droits, Cuffay l’interrompit : « Oh, ça suffit amplement, je suis chartiste et je comprends117. »

98Au tribunal, Cuffay prit une attitude de défi. « J’exige un procès équitable, par un jury composé de mes pairs, en accord avec la Magna Carta », cria-t-il alors qu’était approuvé un jury de boutiquiers et de membres des professions libérales. Il se heurta à un refus. Puisque l’ampleur et le caractère du complot avaient été établis lors du procès des autres conspirateurs, qui avait précédé, l’issue ne faisait guère de doute. « Ce procès n’a pas été équitable, et l’on n’a pas accédé à ma demande d’être jugé par mes égaux, déclara Cuffay au moment de la condamnation, mais je n’ai rien à reprocher aux jurés tels qu’ils sont ; j’imagine qu’ils ont agi en leur âme et conscience. » On peut le comprendre, Cuffay était déchiré par des émotions contradictoires, lorsqu’il fit amèrement allusion au

  • 118 Reports of State Trials, Londres, HMSO, 1896, vol. 7, col. 471,478, 480.

grand préjugé qui a été brandi contre moi en particulier [...] presque toute la presse de ce pays, et même d’autres pays, dresse ce préjugé contre moi. J’ai été nargué par la presse, elle a essayé de m’étouffer sous le ridicule, et elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour m’écraser. Je ne demande aucune compassion. Je ne demande aucune pitié [...] la presse a vivement excité la classe moyenne contre moi ; je ne m’attendais donc à rien d’autre qu’à un verdict de culpabilité, à tort ou à raison [...] J’ai le courage nécessaire à endurer tout châtiment que Votre Honneur voudra m’infliger. Je sais que ma cause est bonne, et j’ai l’approbation de ma conscience, qui me soutiendra envers et contre tout, même jusqu’à l’échafaud ; je crois donc pouvoir supporter fièrement n’importe quel châtiment. Je ne ressens aucune honte à être appelé criminel118.

  • 119 National Portrait Gallery, Londres, catalogue n° NPG D13148 ; [T.M. Wheeler], « William Cuffay », R (...)
  • 120 NS, 21 décembre 1850. Voir G.J. Holyoake, Sixty Years of an Agitator’s Life, Londres, Fisher Unwin, (...)

99Cuffay fut condamné à la déportation à vie. Le prisonnier jugé coupable aussitôt avant par la même cour était le portraitiste et graveur William Dowling, secrétaire du club confédéré de Davis. Dans leur cellule de Newgate, Dowling esquissa un portrait de Cuffay, dont une lithographie fut distribuée par le biais du bureau du plan agraire. Ce dessin imitait les portraits distribués par le Star, qui représentaient presque exclusivement des personnalités et dirigeants du mouvement issus de la classe moyenne. Les bénéfices réalisés par la vente de cette gravure furent reversés à Mary Cuffay, et l’image servit de base à la gravure sur bois accompagnant un hommage affectueux publié par Reynolds en 1850119. Cuffay était alors en Tasmanie. Il s’était écoulé dix-huit longs mois avant que Mary puisse le rejoindre parce que la libération sous caution, promise avant même qu’il quitte la Grande-Bretagne, fut retardée sans explication. Mary fut réduite au workhouse avant de recevoir l’autorisation de partir retrouver son mari. C’est ce qu’elle fit en 1853, la traversée ayant été financée par souscription chartiste120.

  • 121 [Hobart] Mercury, 11 août 1870, cité dans A. Briggs, « Chartists in Tasmania », Bulletin of the Soc (...)

100Cuffay devint en Tasmanie un personnage remarquable. Une fois libéré sous caution, il trouva bientôt un emploi de tailleur. Sa demande de pardon conditionnel en 1855 fut chaleureusement appuyée par des témoignages locaux confirmant sa respectabilité. Quand tous les prisonniers politiques furent graciés en 1856, Mary et lui décidèrent de rester. Il fut presque aussitôt impliqué dans une campagne contre la Master and Servant Law, « et comme c’était un orateur éloquent et efficace, il fut toujours apprécié par la classe ouvrière », rapporta le Mercury de Hobart. Il joua aussi « un rôle considérable dans les élections, et prit vigoureusement la défense des droits de l’homme ». Ces commentaires furent formulés lors de la mort de Cuffay, à 82 ans, en 1870 au dépôt d’invalides de Brickfield, équivalent de la salle des malades d’un workhouse anglais. Le directeur de l’institution le décrivit comme « un homme tranquille et un lecteur invétéré ». L’une de ses toutes dernières apparitions sur une tribune politique avait eu lieu au théâtre de Hobart en 1866, pour s’opposer à l’administration de l’État. « Je suis vieux, je suis pauvre, je suis sans emploi et je suis endetté, j’ai donc le droit de me plaindre », déclara-t-il à un auditoire auquel il s’adressa comme à ses « frères en esclavage121 ».

Notes

1 R. Stewart, Politics of Protection, Cambridge, Cambridge University Press, 1971, p. 41.

2 R.Q. Gray, The Factory Question and Industrial England, 1830-60, Cambridge, Cambridge University Press, 1996, p. 36,171.

3 NS, 4 juillet 1846 ; C.F. Henningsen, Sixty Years’ Hence, 3 vol., Londres, Newby, 1847 ; M. Chase, « Building identity, building circulation », dans J. Allen et O. Ashton (éd.), Papers for the People, Londres, Merlin, 2005, p. 44.

4 G.S. Jones, « Rethinking Chartism », dans son livre Languages of Class, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, en particulier p. 175-178 – on trouvera une version courte de cet article fondateur dans J. Epstein et D. Thompson (éd.), Chartist Expérience, Londres, Macmillan, 1982. Voir aussi B. Hilton, « Peel : a reappraisal », Historical Journal, 22/3 (1979), en particulier p. 614.

5 Feargus à Frank O’Connor, « 28 Septembre » [complété le 14 décembre] 1843, documents O’Connor d’Arlach. Toutes les citations non attribuées dans ce paragraphe et le suivant viennent de cette source.

6 Voir J. Dunkerley, « Francisco Burdett O’Connor », dans son livre Warriors and Scribes : Essays on the History and Politics of Latin America, Londres, Verso, 2000, p. 145-167.

7 Hansard, vol. XLVIII, 28 février 1845, col. 154-155.

8 « Cuttings from Manchester Examiner of Hobson’s letters on the land scheme of Feargus O’Connor », dans Goldsmiths’ Library, Université de Londres (Senate House) ; R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894, p. 287 et suiv. ; DLB, vol. 8 ; NS, 26 juin, 6 novembre au 11 décembre 1847.

9 London School of Economies, collection Allsop, Coll. Mise 525/2, fo 10, O’Connor à Allsop, 25 juin [1847] ; NS, 13 juin 1846 et 13 novembre 1847.

10 T. Cooper, Two Orations Against Taking Away Human Life Under Any Circumstances (1846), cité dans S. Roberts, Thomas Cooper : Radical and Poet, c. 1830-60, mémoire de maîtrise, université de Birmingham, 1986, p. 148 ; NS, 21 février, 11 avril et 20 juin 1846 ; Lloyds Weekly London Newspaper, 28 juin 1846.

11 NS, 20 juin, 8 et 22 août 1846.

12 Étudié par M. Taylor, Ernest Jones, Chartism, and the Romance of Politics, 1819-1869, Oxford, Oxford University Press, 2003, p. 79-83, et A. Janowitz, Lyric and Labour in the Romantic Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1998, p. 159-194.

13 T. Cooper, Life of Thomas Cooper, Londres, Hodder, 1872, p. 273 ; NS, 20 septembre-13 décembre 1845 et 28 avril 1848 ; T. Cooper, Purgatory of Suicides, Londres, How, 1845.

14 Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 66, 69, 77-78.

15 Labourer, janvier 1847, page de titre. G. Airey, « Fergus O’Connor, Ernest Jones and The Labourer », dans J. Allen et O. Ashton (éd.), Papers for the People, Londres, Merlin, 2005, p. 106-128.

16 NS, 1, 8 et 29 mai 1847.

17 Cooper’s Journal, 17 janvier 1850.

18 NS, 19 décembre 1846.

19 NS, 3 avril 1847 ; Labourer, 1 (1847), p. 45.

20 « “Vous voulez dire que c était un Owenien ; tout pour l’égalité et la communauté des biens, ce genre d’absurdité” “Non, non ! John Barton n’était pas un imbécile” », E. Gaskell, Mary Barton : A Tale of Manchester Life, 1848, chapitre 37.

21 Labourer, 2 (1847), p. 181 ; NS, 19 décembre 1846, 20 février 1847.

22 NS, 28 décembre 1844, 27 décembre 1845, 7 mars, 4-18 juillet, 8 et 15 août 1846.

23 NS, 8 août, 12-26 septembre 1846.

24 NS, 13 et 20 février, 6 mars 1846.

25 Hansard, vol. XC, 23 février 1847, col. 406.

26 NS, 24 avril 1847 ; J. Bright à G. Crosfield, cité par H. Hantham, Nineteenth-Century Constitution, Cambridge, Cambridge University Press, 1969, p. 242. Pour une étude détaillée de l’enregistrement comme question politique cruciale à cette époque, voir J. Prest, Politics in the Age of Cobden, Londres, Macmillan, 1977.

27 The Times, 17 juin ; NS, 19 juin ; Derby Mercury, 23 juin 1847.

28 NS, 3-17 Juillet 1847 ; Norfolk Chronicle, 24 juillet 1847 ; J.K. Edwards, « Chartism in Norwich », Yorkshire Bulletin of Economic and Social Research, 19/2 (novembre 1967), p. 85-100.

29 B. Wilson, Struggles of an Old Chartist [1887], reproduit dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radicalism, Londres, Europa, 1977, p. 205 ; T. Iwama, The Middle Class in Halifax, 1780-1850, thèse, université de Leeds, 2003, p. 196-204.

30 Muntz et Scholefield (Birmingham), Bowring (Bolton), Thompson (Bradford), Duncombe et Wakley (Finsbury), John Williams (Macclesfield), George Thompson (Tower Hamlets), Crawford (Rochdale).

31 Citation tirée de NS, 17 juillet 1847.

32 NS, 31 juillet et 7 août 1847 ; C. Binder, « The Nottingham electorate and the élection of the Chartist, Feargus O’Connor, in 1847 », Transactions of the Thoroton Society, 107 (2003), p. 145-162 ; R. Church, Economie and Social Change in a Midland Town : Victorian Nottingham, 1815-1900, Londres, Cass, 1966, p. 144-145.

33 NS, 5 juin, 3 et 31 juillet 1847 ; West, DLB, vol. 7.

34 NS, 31 juillet ; Derby Mercury, 4 août 1847 ; G. Barnsby, Working Class Movement in the Black Country, 1750-1867, Wolverhampton, Integrated, 1972, p. 128-133 ; Plymouth & Devonport Weekly Journal, 5 août 1847 ; R. Wallace, Organise ! Organise ! A Study of Reform Agitations in Wales, 1840-86, Cardiff, University of Wales Press, 1991, p. 45.

35 R.S. Neale, Bath, Londres, RKP, 1981, p. 376-377 ; A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Suffolk, Chelmsford, Essex CRO, 1982, p. 78.

36 Voir plus haut, chapitre 6.

37 NS, 17 juillet et 7 août 1847.

38 NS, 7 août 1847 et 1er janvier 1848.

39 A.T. Patterson, Radical Leicester, Leicester, Leicester University Press, 1975, p. 346 ; Brown, Chartism in Essex and Suffolk, op. cit., p. 78-79 ; NS, 7 août.

40 NS, 23 octobre 1847.

41 L’habitude qu’avait O’Connor de s’asseoir « sur le plus avancé des sièges de l’opposition » est largement attestée, voir G. Weerth, A Young Revolutionary in Nineteenth-Century England, Berlin, Seven Seas, 1971, p. 169 ; Daily News, 9 décembre 1847 ; Lord Stanley, journal, 23 mars 1849, reproduit dans J. Vincent (éd.), Disraeli, Derby and the Conservative Party, Hassocks, Harvester, 1978, p. 2.

42 W. Lovett, Life and Struggles of William Lovett, Londres, Trübner, 1876, p. 307-308 ; J. Wiener, William Lovett, Manchester, Manchester University Press, 1989, p. 110-111.

43 Address of the Council of the People’s International League, Londres, Palmer, 1847, p. 3 ; Repor of a Public Meeting... to Explain the Principles and Objects of the People’s International League, Londres, People’s International League, 1847, p. 3-4.

44 Lovett, Life, op. cit., p. 312-319 ; D. Goodway, London Chartism, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 56.

45 H. Weisser, British Working-class Movements and Europe, 1815-48, Manchester, Manchester University Press, 1975, p. 140-144 ; A.R. Schoyen, Chartist Challenge : A Portrait of George Julian Harney, Londres, Heinemann, 1958, p. 138-140.

46 NS, 26 septembre 1846, 24 juillet 1847.

47 F. O’Connor, The Employer and the Employed, Londres, McGowan, 1845, p. 29, 42 ; NS, 16 janvier 1841.

48 NS, 22 août 1840 ; Manchester Central Library, Local Studies Section, coupure de presse non datée, dans « Richardson’s Works », BR/F942.081/RiI ; J. Campbell, Examination of the Corn and Provision Laws, Manchester, Heywood, [1842], p. 11 ; Northern Liberator, 6 avril 1839, 7 novembre 1840 ; « A Tyne Chartist », The Way to Universal Suffrage, Newcastle, Northern Liberator, 1839, p. 28-29. Voir aussi I. Haywood, Chartist Fiction, Aldershot, Ashgate, 1999, p. 8-9,15-16.

49 Voir par exemple T.M. Wheeler, « Sunshine and Shadow », NS, 26 mai 1849 (et voir Haywood, Chartist Fiction, op. cit., p. 71, 90), et E. Jones, « Woman’s Wrongs », Notes to the People, 2 (1852), p. 651, voir aussi Haywood, Chartist Fiction. Volume Two, Aldershot, Ashgate, 2001, p. 49.

50 NS, 4 décembre 1847.

51 NS, 18 et 25 juilet 1846, 4 décembre 1847.

52 J.A. Epstein, « Feargus O’Connor and the Northern Star », International Review of Social History, 21 (1976), p. 97. Les ventes hebdomadaires moyennes en 1837 comme en 1842 étaient de 8700 exemplaires, mais ces chiffres masquent d’importantes variations. Le 4 septembre, le journal déclara prévoir une hausse de 4 000 exemplaires.

53 NS, 7 août et 4 septembre 1847 ; G.J. Barnsby, Birmingham Working People, Wolverhampton, Integrated, 1989, p. 105.

54 B.R. Mitchell, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, Cambridge University Press, 1962, p. 418 et 470 ; H.M. Boot, Commercial Crisis of 1847, Hull, Hull University Press, 1984, p. 77 – le quart était une unité de mesure correspondant à environ 290 litres.

55 Boot, Commercial Crisis of 1847, op. cit., p. 34, 51-52.

56 J.K. Laughton (éd.), Memoirs of the Life and Correspondence of Henry Reeve, Londres, Longmans, 1898, vol. 1, p. 190 ; E.P. Thompson et E. Yeo, The Unknown Mayhew, Harmondsworth, Penguin, 1973, p. 435-438 ; voir aussi Goodway, London Chartism, op. cit., p. 68-69, 227.

57 Boot, Commercial Crisis, op. cit., p. 39 ; Wilson, « Struggles », art. cité, p. 206.

58 Wilson, « Struggles », art. cité, p. 206 ; NS, 27 novembre 1847.

59 NS, 1er janvier 1848.

60 Ibid.

61 NS, 18 septembre, 4,11 décembre 1847, 8 janvier 1848.

62 NS, 31 juillet, 7 août, 28 août (H. Gracchus, « Lowbands »), 4 septembre, 11 décembre 1847.

63 NS, 15, 22 janvier, 15 février 1848.

64 [W.H. Dyott], Reasons for Seceding from the Seceders by an Ex-Member of the Irish Conféderation, Dublin, Dyott, 1847, p. 9 et 17 ; NS, 8 août 1846,1er et 22 janvier 1848.

65 NS, 22, 29 janvier, 19 février, 25 mars 1847 ; Goodway, London Chartism, op. cit., p. 64-67 ; J. Treble, « The Irish agitation », dans J.T. Ward (éd.j, Popular Movements, Londres, Macmillan, 1970, p. 174-177.

66 Douglas Jerrold’s Weekly Newspaper, 1er avril 1848 ; J. Belchem, « Liverpool in the year of révolution », dans J. Belchem (éd.), Popular Politics, Riots and Labour : Essays in Liverpool History, Liverpool, Liverpool University Press, 1992, p. 75-78.

67 T. Brotherstone et L. Leicester, « Chartism, the great hunger, and the “hugest question” », dans T. Brotherstone et al. (éd.), These Fissured Isles, Édimbourg, Donals, 2005, p. 195-218 ; NS, 1er janvier 1848.

68 T. Carlyle, « Chartism », Selected Essays, I. Campbell (éd.), Londres, Dent, 1972, p. 182-183 ; National Library of Scotland, MS. 618, f° 191d, J.S. Mill à T. Carlyle, 1839.

69 E. Jones, « The March of Freedom », NS, 18 mars 1848 ; voir Labourer, 3 [mars 1848], p. 100 et suiv.

70 O’Connor à Harney, 4 et 6 Janvier [1848], reproduit dans F.G. Black et R.M. Black (éd.), The Harney Papers, Assen, Van Gorcum, 1969, p. 61-62 ; NS, 26 février 1848.

71 T. Frost, Forty Years Recollections, Londres, Sampson Low, 1880, p. 128-129 ; Schoyen, Chartist Challenge, op. cit., p. 159.

72 J. Kavanagh, « A Barnsley Mans autobiography », Barnsley Chronicle, 9 juin 1900.

73 Ludlow, notes inédites, citées par J.F.C. Harrison, History of the Working Men’s College, Londres, RKP, 1954 ; A. Mison, Some Accounts of My Life and Writings, Edimbourg, Blackwood, 1883, vol. 1, p. 572 ; Hughes, cité dans F.E. Kingsley (éd.), Charles Kingsley : His Letters and Memories of His Life, Londres, King, 1877, vol. 1, p. 161.

74 M. Brodie, « Free trade and cheap theatre », Social History, 28/3 (octobre 2003), p. 357.

75 G.W.M. Reynolds, Mysteries of London, vol. 4 (vol. 2, 2e sér.), n° 77 [4 mars] 1848, p. 199 [chap. 157]. Voir aussi I. Haywood, The Revolution in Popular Literature, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 177-179.

76 HO 45/2410/3, fos 403-405, 4 mars 1848 ; HO 2410/5, fos 849 et 853, 12 mars ; R. Pugh, « Chartism in Somerset and Wiltshire », dans A. Briggs (éd.), Chartist Studies, Londres, Macmillan, 1959, p. 215.

77 Alison, Some Account, op. cit., p. 573,575 ; The Times, 7 août 1848 ; A. Wilson, The Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 218-219.

78 P. Pickering et A. Tyrell, The People’s Bread : A History of the Anti-Corn Law League, Londres, Leicester University Press, 2000, p. 170. Il existe quelques études sur Reynolds, mais la meilleure introduction reste DLB, vol. 3. Voir aussi I. Haywood, « Reynolds and the “Trafalgar Square Révolution” », Journal of Victorian Culture, 7/1 (printemps 2002), p. 23-59.

79 MEPO 2/64, 6 mars 1848, rapport de Haynes ; Goodway, London Chartism, op. cit., p. 71, 112-114.

80 NS, 18 mars, néglige entièrement l’impôt sur le revenu dans son article, mais Reynolds et McGrath y firent allusion en passant selon le Morning Chronicle, 14 mars 1848 ; voir aussi Goodway, London Chartism, op. cit., p. 71-72,114-116.

81 Reynolds, Mysteries, vol. 4 (vol. 2, 2e sér.), n° 78 [11 mars] 1848, p. 202 ; NS, 11 mars 1848.

82 NS, 25 mars 1848.

83 NS, 11 mars, 1er avril 1848 ; voir aussi W. Stevens, Memoir of T.M. Wheeler, Londres, Leno, 1862, p. 42.

84 Stevens, Memoir, p. 42 ; T. Allsop à O’Connor, 9 avril 1848, cité dans dans l’entrée consacrée à Allsop dans ODNB. À la mort d’Allsop, ses documents furent légués à G.J. Holyoake, auteur de l’essai consacré à Allsop dans l’édition 1885 du Dictionary of National Biography, et cette lettre fut perdue par la suite. Voir aussi G.J. Holyoake, Life of Joseph Rayner Stephens, Londres, Williams, 1881, p. 189-190.

85 Duncombe à O’Connor, 6 avril 1848, cité dans T.H. Duncombe (éd.), Life and Correspondence of Thomas Slingsby Duncombe, Londres, Hurst, 1868, vol. 1, p. 275.

86 NS, 25 mars et 1er avril 1848.

87 NS, 8 avril 1848 ; Morning Chronicle, 10 avril 1848.

88 The Diary of Colonel Peter Hawker, Londres, Longmans, 1893, vol. 2, p. 286 ; J. Saville, 1848 : The British State and the Chartist Movement, Cambridge, Cambridge University Press, 1987, p. 105 ; C.C.F. Greville, The Greville Memoirs, 1814-60, L. Strachey et R. Fulford (éd.), Londres, Macmillan, 1938, vol. 6, p. 47-48.

89 M.R.D. Foot et H.C.G. Matthew (éd.), Gladstone Diaires : Volume 4, 1848-S4, Oxford, Oxford University Press, 1974, p. 23.

90 HO 45/2410/1, P 270 ; HO 45/2410/4, fos 844-890.

91 WO 30/111, mémos 8, 9 avril et télégramme 8h du matin, 10 avril 1848 ; Goodway, London Chartism, op. cit., p. 134-136.

92 E. Miller, That Noble Cabinet, Londres, Deutsch, 1973, p. 167-172 ; W.A. Munford, Edward Edwards, Londres, Library Association, 1963, p. 52-53.

93 HO 45/2410/1, f° 277 et suiv. – paiements aux débardeurs de charbon : C. Mackay, Forty Years’ Recollections, Londres, Chapman, 1877, p. 54 ; W.A. Munford, William Ewart, Londres, Grafton, 1960, p. 174-175.

94 G.F. Lewis (éd.), Letters to the Rt. Hon. George Cornewall Lewis, Londres, Longmans, 1870, p. 172 ; Lord Broughton [J.C. Hobhouse], Recollections of a Long Life, Londres, Murray, 1911, p. 214-215.

95 HO 45/2410/4, fo 68, 7 avril 1848 ; MS’, 2 février 1850 ; The Times, 10 avril 1848 ; G. Grey à Russell, 9 avril 1848, cité dans S. Walpole, Life of Lord John Russell, Londres, Longman, 1889, vol. 2, p. 69 et voir Taylor, Ernest Jones, op. cit., p. 108.

96 R. Crowe, Réminiscences of Robert Crowe, the Octogenarian Tailor, New York, s. n., [1901], p. 9.

97 Mackay, Forty Years, op. cit., p. 55-57. La question du nombre de participants le 10 avril est analysée avec soin dans Goodway, London Chartism, op. cit., p. 136-142.

98 HO 45/2410/1, fo 453, Mayne au HO, « 1/4 to 12 : Kennington » ; George Howard, journal, 10 avril, cité dans D.D. Hinton, Morpeth : A Victorian Public Career, Washington, University Press of America, 1983, p. 329 ; NS, 15 avril 1848.

99 The Times, 11 avril, Morning Chronicle, 11 avril, NS, 15 avril, Illustrated London News, 15 avril 1848 ; C. Kingsley, Alton Locke, 1850, chapitre 34.

100 Morning Chronicle, 7 avril, NS, 8 avril.

101 T. Frost, Forty Years’Recollections, Londres, Sampson Low, 1880, p. 150, Reasoner 26 (décembre 1846), DLB, vol. 6 ; NS, 27 novembre 1841.

102 NS, 5 mars 1842.

103 The Axe Laid to the Root, or a Fatal Blow to the Oppressors 1 [novembre 1817], p. 8-9. Pour Wedderburn, voir DLB, vol. 8, et ODNB.

104 ODNB. On parle aujourd’hui le twi au Ghana.

105 « The three Christmas waits », Punch, 14 [23 décembre 1848], p. 181-183 ; voir aussi W.M. Thackeray, Ballads and Other Contributions to ’Punch’, Oxford, Oxford University Press, s. d., p. 170-174.

106 Illustrated London News, 22 avril 1848 ; Puppet Show et Man in the Moon, voir I. Haywood, « Reynolds and the “Trafalgar Square Révolution” », Journal of Victorian Culture, 7/1 (printemps 2002), p. 32, 57-59 ; Punch, vol. 14, p. 169, 173, 176, 181-183 et vol. 15, p. 154-155,160.

107 J. Campbell, Negro-mama : Beingan Examination of the Falsely Assumed Equality of the Various Races of Men, Philadelphie, Campbell & Power, 1851.

108 D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 116.

109 Finsbury Tract Society, The Question ‘What is a Chartist ?’ Answered, [1840], p. 1 ; P. Brewster, Seven Chartist and Military Discourses, Paisley, imprimé à compte d’auteur, 1843, p. 75 ; E. Jones, Evenings with the People N° 1, Londres, People’s Paper, 1856, p. 6.

110 MS, 2 décembre 1837 ; Chartist Circular, 9 mai 1840 ; R. Bradbury, « Frederick Douglass and the Chartists », Colloquium (1995), p. 169-186 ; W. Lovett, Life and struggles of William Lovett, Londres, Trübner, 1876, p. 321-322.

111 Bristol Mercury, 29 août 1846, cité dans J.W. Blassingame (éd.), Frederick Douglass Papers, New Haven, Yale University Press, 1979, p. 344.

112 NS, 11 mars 1848.

113 The Times, 12 et 13 avril 1848.

114 The Times, 11 avril 1848. Pour les autres articles paru dans le Times, voir par exemple 8-10,12-15,17 avril, 15 mai, 1er juin, 9, 21 août, 1er, 23,25-26,28-30 septembre, 2-3 et 27 octobre 1848.

115 Goodway, London Chartism, op. cit., p. 94,127-127.

116 TS 11/138/380, R. v. Ritchie et al., notes de dossier, fos 5-6, déposition de Charles Filden, fos 32-33 ; TS 11/139/381, accusation, R. v. Mullins, déposition de Filden, P 12.

117 Déposition du sergent Thompson, TS 11/138/380, P 118 et TS 11/139/381, P 4.

118 Reports of State Trials, Londres, HMSO, 1896, vol. 7, col. 471,478, 480.

119 National Portrait Gallery, Londres, catalogue n° NPG D13148 ; [T.M. Wheeler], « William Cuffay », Reynolds’s Political Instructor, 13 avril 1850.

120 NS, 21 décembre 1850. Voir G.J. Holyoake, Sixty Years of an Agitator’s Life, Londres, Fisher Unwin, 1900, vol. 2, p. 3, pour une version selon laquelle Mary était employée par Richard Cobden.

121 [Hobart] Mercury, 11 août 1870, cité dans A. Briggs, « Chartists in Tasmania », Bulletin of the Society for the Study of Labour History, 3 (1961), p. 7.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search