Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Chapitre 8. Les mornes années (1843-1846)

Texte intégral

  • 1 TS 11/600, White à Cooper, non daté [juillet 1842].
  • 2 Brighton Gazette, 8 décembre 1842, cité dans R. Wells, « Southern Chartism », Rural History, 2/1 (1 (...)

1Les tensions créées au sein du chartisme par la NCSU restèrent plus significatives qu’il ne semblait, même si bien peu de chartistes avaient quitté le congrès de Birmingham en même temps que Joseph Sturge. William Lovett ne se sépara pas du contingent chartiste, mais cet épisode ne fit rien pour atténuer son antipathie pour O’Connor et il dériva bientôt vers les marges du chartisme avec sa chère National Association. Bronterre O’Brien fut lui aussi vite marginalisé. George White craignait de voir naître un « parti o’brieniste1 ». À Brighton, ville adoptive d’O’Brien, on s’était même battu à coups de poing dans l’antenne de la NCA ; lorsqu’il avait fallu élire un délégué pour le congrès de la NCSU, O’Brien et ses adversaires s’étaient envoyé des bordées d’injures, « chaque parti grognant après l’autre comme [...] des ours ». Mais le capital politique d’O’Brien diminuait rapidement. Son journal, The British Statesman, connut un déclin tout au long du dernier trimestre 1842 et fit faillite en janvier. Les derniers numéros furent dominés par une virulente critique d’O’Connor, à quoi celui-ci riposta sur le même ton dans le Northern Star. O’Brien se retrouva lui aussi dans les marges du chartisme et, en octobre 1844, il s’établit sur l’île de Man2.

  • 3 NS, 10 décembre 1842,4 février 1843 ; P. Storey, « James Williams », Biographical Dictionary of Mod (...)

2Des tensions semblables étaient visibles à Sunderland, même si les partisans du suffrage complet y avaient l’ascendant : James Williams avait été élu délégué pour le congrès de Birmingham alors qu’il avait refusé de s’engager à conserver le nom de la Charte. À son retour à Sunderland, après s’être rangé aux côtés de Sturge, il bascula dans le camp de l’ACLL : il aida Bright lors de l’élection partielle de 1843 à Durham. Pendant ce temps, son proche collaborateur George Binns émigra en Nouvelle-Zélande, par déception. Le chartisme du Nord-Est ne se remit jamais tout à fait de leur perte. La dernière apparition de Williams à une tribune chartiste eut lieu en janvier 1843, lors d’un débat organisé avec Samuel Kydd, un jeune orateur chartiste dont la spécialité était l’attaque contre l’ACLL et l’opposition au suffrage complet. Williams fut si maltraité par Kydd et ses sympathisants que même le reporter du Northern Star estima que « cette bande de porchers » aurait dû se montrer moins venimeuse3.

  • 4 TS 11/601, Mead à Cooper, non daté [juillet 1842 ?].
  • 5 LHASC documents Miniken, 1/1/50, Vincent à Miniken, 13 juillet 1842 ; The Times, 20 mai 1844 ; W. D (...)

3Plusieurs fidèles de la NCA redoutaient que la NCSU ne « prenne le dessus sur nous si nous ne gardons pas l’œil ouvert », pour citer E.P. Mead, chartiste de Birmingham4. Finalement, seul Vincent se fit réellement remarquer comme partisan du suffrage complet. Mais il était beaucoup trop individualiste pour attirer des disciples nombreux, et devint plutôt une sorte de politicien ambulant, entièrement dépendant des revenus qu’il gagnait en donnant des conférences ici et là. Avec une lucidité touchante, Vincent se décrivait comme « un genre de [...] Polichinelle » qui donnait des représentations devant un public surtout issu de la classe moyenne. Il participait régulièrement à des élections parlementaires, toujours comme candidat chartiste « assez ultra pour satisfaire le radical le plus avide », comme le dit le Times à propos de sa performance à Kilmarnock en 1844. Aucun chartiste ne se présenta plus souvent que Vincent ; aucun homme politique ne perdit autant d’élections (huit au total) entre le Reform Act de 1832 et la Première Guerre mondiale. À chaque fois, Vincent eut une attitude si désinvolte qu’on le soupçonne de n’avoir eu aucune envie de compromettre sa situation. Il répugnait à faire campagne, ne cherchait guère à comprendre les problèmes locaux et n’arrivait parfois dans la circonscription que la veille du vote à mains levées5. Si l’on adopte un point de vue plus charitable, on peut imaginer que ses actes reflétaient l’idée que prendre trop au sérieux des élections non démocratiques aurait été une concession sur un point critique moral et politique. Le prestige du chartisme n’en sortit pas grandi, même si cela valut à Vincent d’être considéré comme l’un des plus remarquables orateurs de son temps.

4L’impression que le chartisme se fragmentait, illustrée par les situations de Lovett, O’Brien, Williams et Vincent, était renforcée par les querelles au plus haut niveau au sein de la NCA. Les principes politiques n’étaient pas en jeu, mais les compétences administratives et la probité personnelle. Si impressionnante qu’elle ait été, l’association ne fut jamais à la hauteur des aspirations que nourrissaient pour elles ses plus fervents défenseurs. Elle ne réussit jamais officiellement (ou financièrement) à réunir sous ses auspices tous ceux qui se disaient chartistes. Même pour les 50 000 membres qu’elle comptait en 1842, les cotisations n’étaient remises à l’exécutif que de façon aléatoire. William Hill, rédacteur en chef du Northern Star, se montrait souvent critique quant à sa gestion. Le secrétaire de la NCA, John Campbell, le lui rendait bien : dès avril 1842, il portait aux nues The English Chartist Circularet ne reconnaissait que du bout des lèvres les mérites du Star.

  • 6 ECC, 62 [avril 1842] ; TS 11/601, White à Cooper, 12 juillet 1842.
  • 7 NS, 3 septembre, 29 octobre et 19 novembre 1842.

5La situation était plus tendue encore du fait des doutes que Campbell inspirait à plusieurs personnalités éminentes : « Un chartiste honnête mais pas assez vif ou énergique pour le rôle de secrétaire », estimait George White6. En octobre 1842, l’exécutif fut convoqué en urgence lorsque Campbell et Leach furent incarcérés, n’ayant pu réunir la caution nécessaire à leur libération. On découvrit que les finances de la NCA étaient en danger, et la première mesure prise par l’exécutif provisoire fut de demander un penny à chaque membre pour subvenir aux besoins des prisonniers. Les temps étaient difficiles pour presque tous les grands noms du chartisme et beaucoup d’entre eux étaient sur les nerfs. O’Brien accusa O’Connor d’exagérer le rôle de l’ACLL dans la vague de grèves comme subterfuge pour détourner l’attention de sa propre inaction. Campbell prétendait que cette attaque était motivée par une ambition déçue. Presque tout le monde s’en prit à McDouall parce qu’il s’était réfugié en France, jusqu’au moment où O’Connor avoua le lui avoir recommandé7.

  • 8 La principale citation vient de NS, 10 décembre 1842, voir aussi 26 novembre, 3, 17 et 24 décembre  (...)

6Puis, en novembre 1842, Hill lança une offensive contre Leach et Campbell, en critiquant sauvagement le dernier bilan de la NCA, et surtout la somme correspondant aux frais de déplacements des responsables. Dénoncer Campbell pour « imposture grossière » revenait presque à l’accuser de vol. Les chartistes du Hertfordshire, du Leicestershire et du Nottinghamshire écrivirent au Star qu’ils avaient organisé des collectes pour financer le déplacement de Campbell lors des meetings où il avait pris la parole, mais le bilan montrait qu’il avait demandé à la NCA de lui rembourser ces mêmes frais. O’Brien, Harney et White formulèrent des reproches similaires. Les localités chartistes s’inquiétaient : « Les divergences très désagréables qui existent à présent au quartier général menacent de gâter, voire d’anéantir notre force morale et notre influence8 », déclara un meeting de délégués du nord du Lancashire.

7Comme tant de chartistes éminents étaient déjà à Birmingham pour le congrès de la NCSU, un meeting spécial y eut lieu le 28 décembre au soir pour régler cette querelle. Mead proposa de tirer un trait sur toute l’affaire, affirmant qu’aucun acte immoral n’avait été commis. Mais Leach était résolu à se disculper, ce qui est compréhensible puisque Campbell venait de semer la panique en démissionnant ; bien que présent, il garda le silence. Campbell refusa par ailleurs de montrer les livres de comptes de la NCA. Les délégués du North Lancashire formulèrent d’autres accusations contre Campbell, tandis que des allégations comparables étaient dirigées contre McDouall et contre Bairstow, conférencier de la NCA. Leach répliqua que Hill avait détruit les lettres émanant de localités favorables à l’exécutif. En l’absence des livres de comptes, de Hill et de McDouall, le meeting fut contraint de nommer un comité pour examiner la question.

  • 9 NS, 7 janvier 1842.

8Tout cela fut rapporté en une du premier numéro du Star pour l’année 1843, avec le plus virulent assaut qu’O’Connor ait jamais lancé contre Vincent et Williams « qui par leurs lettres privées, par leurs conspirations secrètes et par leurs dénonciations ouvertes, quand ils l’osent, détruiraient Feargus o’connor et le Northern Star ». Sur la même page, McDouall accusait Hill d’avoir pris la tête d’un complot visant à « secouer et agresser » l’exécutif. Ce lamentable ensemble était complété par un article racontant comment un chartiste du Yorkshire, anonyme mais bien connu (sans doute White) avait quitté sa femme et « promenait avec lui une vulgaire prostituée à travers tout le pays ». La rumeur venait de Leach, selon lequel Hill avait déjà censuré cette histoire, expliquant que « dans peu de temps bon nombre des avocats seraient en prison et que le mouvement aurait besoin de tous les secours qu’ils pourraient trouver ». Ce raisonnement de Hill paraît plausible, car tous ceux qui avaient assisté au meeting d’urgence à Manchester en août 1842 étaient maintenant en instance de procès. La nouvelle année commençait mal9.

9Et la suite fut pire. Moins d’une semaine après, John Watkins refusa de faire partie de la commission d’enquête. Campbell ne voulait pas fournir les comptes de la NCA tant que l’on ne lui paierait pas plus de 16 livres d’arriérés de salaires et de dépenses. Incapable de résister au plaisir de prononcer dix mots quand un seul aurait suffi, Watkins fit observer que les chartistes n’avaient pas apprécié qu’O’Connor les appelle « son parti » ; il qualifiait McDouall de simple « escroc » et concluait en exigeant l’élection d’un exécutif entièrement neuf. Watkins ne pouvait être laissé de côté : il était l’un des collaborateurs les plus prolifiques du Star et Hill lui avait accordé un espace considérable pour sa dernière contribution. Son intervention obligea O’Connor à sortir de sa réserve, avec une violente attaque qui parut le 4 février dans le Northern Star. Il reprocha à Watkins sa polémique contre l’exécutif, et à Hill de l’avoir publiée. Tous deux estimaient que l’exécutif de la NCA devrait désormais être non salarié, afin d’éviter tout enrichissement personnel. La perspective d’un exécutif composé d’individus comme Watkins était peut-être plus que O’Connor n’en pouvait supporter – il n’en avait lui-même jamais été membre. Ce n’était pourtant pas seulement une question de personnes, mais de principe politique.

  • 10 NS, 28 janvier et 4 février 1843.

10Un dogme central de la Charte était que les députés devaient être payés, pour que des ouvriers puissent occuper des sièges à Westminster ; Hill et Watkins laissaient pourtant entendre que les ouvriers devaient être exclus du corps dirigeant du chartisme et accusaient de malhonnêteté flagrante les responsables du moment. « Si vous voulez un exécutif non salarié, vous aurez un exécutif exclusivement issu de la classe moyenne, écrivit O’Connor. Vous ne pouvez obliger des ouvriers à vivre sans salaire et dès lors que vous élisez des ouvriers à des postes de responsabilité, toutes les portes se ferment contre eux, ils sont marqués, et renvoyés de leur travail s’ils en avaient un. » O’Connor lava Leach, Bairstow et McDouall de toute accusation. En revanche, il accusa Campbell de « malfaçons », tout en suggérant qu’il toucherait l’argent qu’il réclamait, s’il s’avérait au vu des comptes de la NCA qu’il y était de sa poche. « J’ai toujours dit que la différence entre les whigs, les tories et les chartistes est celle-ci : les deux premiers exagèrent les vertus et dissimulent les vices de leur parti, alors que les derniers, en général, exagèrent les vices et dissimulent les vertus de leurs amis. » C’est un bon résumé, et le reproche valait pour O’Connor lui-même. Il était trop tard pour entièrement redresser la situation au profit de l’exécutif, mais l’intervention d’O’Connor fit retomber la température. Peu après, Campbell partit pour l’Amérique, sur un coup de tête. Les livres de comptes de la NCA ne furent jamais retrouvés10.

  • 11 NS, 4 février 1843 ; J.A. Epstein, « Feargus O’Connor and the Northern Star », International Review (...)

11O’Connor avait aussi franchi un Rubicon personnel. Pour la première fois, en public et longuement, il avait critiqué le rédacteur en chef du Northern Star. Pourtant, tout comme il avait hésité avant de soutenir de son autorité Leach et le principe d’un exécutif salarié, il n’avait pas encore résolu de se passer des services de Hill. Cela ne pouvait guère redonner confiance dans le Star, dont les résultats n’avaient jamais retrouvé le niveau de 1839 ; néanmoins, les ventes hebdomadaires se maintinrent en 1842 à une moyenne impressionnante de 12 500 exemplaires. En 1843, en revanche, elles tombèrent à environ 8700 exemplaires par semaine. L’autre entreprise journalistique d’O’Connor, The Evening Star, ne facilitait pas les choses. Des hommes expérimentés comme Cleave dirent à ce dernier que le Northern Star était handicapé par les ventes du quotidien londonien. Persuadé que le chartisme avait besoin d’un quotidien, Feargus persévéra néanmoins alors même que ce projet ne répondait pas à ses espérances et commençait à lui coûter beaucoup d’argent. Il en était venu à regretter d’avoir accordé autant de liberté à Hill à Leeds, pour se concentrer sur le journal londonien. Bien sûr, une implication plus forte de sa part dans le Northern Star n’aurait pas empêché la malhonnêteté de Campbell, pas plus qu’elle n’aurait maintenu l’élan des grèves de 1842. Elle aurait cependant pu limiter l’image de division et de compétence limitée (dans le meilleur des cas) que donnaient les dirigeants de la NCA. À noter qu’O’Connor affirma publiquement son autorité sur Hill exactement au moment où il renonça à l’Evening Star, avec des pertes s’élevant à 3 500 livres11.

  • 12 NS, 12 août 1843 ; F. O’Connor, A Letter from Feargus O’Connor, Esq., to the Reverend William Hill, (...)

12Cinq mois s’écoulèrent encore avant qu’O’Connor et Hill finissent par se séparer, leur haine mutuelle étant si grande que l’on se demande comment ils avaient pu un jour s’entendre12. Ce fut d’ailleurs la critique la plus pertinente adressée par Hill à son ancien employeur : s’il manquait de compétence et de probité autant qu’O’Connor le disait, pourquoi n’avait-il pas été licencié plus tôt ? Peut-être O’Connor n’avait-il pu trouver personne qui soit apte à mieux diriger le journal. Après tout, Hill avait été un rédacteur en chef remarquablement efficace. Avec Joshua Hobson comme imprimeur et directeur de la production, il avait supervisé la croissance rapide de ce qui fut le phénomène éditorial de son siècle. L’engagement d’O’Connor en faveur du chartisme était si total qu’il s’était vu obligé de déléguer la responsabilité du Northern Star, faisant passer l’efficacité opérationnelle avant les préférences politiques personnelles. C’est ce qu’il avait fait en 1838-1839 pour donner au chartisme une large base ; c’est ce qu’il fit en 1840-1841, durant sa détention, et de nouveau en août 1842 quand il lança l’Evening Star. À présent, en février 1843, O’Connor laissa Hill en place pour se concentrer d’abord sur les procès de Lancaster, et ensuite sur la revitalisation du chartisme par un vaste programme de réforme agraire.

13L’issue des procès dissipa au moins les ténèbres qui entouraient l’exécutif de la NCA. On l’a vu, le résultat fut un triomphe pour les chartistes : 59 personnes jugées collectivement pour neuf chefs d’accusation, mais sur un total possible de 531 verdicts défavorables, l’accusation n’en obtint que 32, uniquement pour des délits mineurs. Finalement, aucun des coupables ne dut effectuer sa peine. Certains l’avaient prévu. Des peines très sévères, dont 56 déportations, avaient été prononcées contre les grévistes et émeutiers du Staffordshire en octobre précédent, et quand Cooper et Richards avaient été jugés pour sédition et conspiration au printemps suivant, Cooper avait été condamné à deux ans de prison et Richards à un an à cause de son âge avancé – il avait 70 ans.

  • 13 F.C. Mather, « The Government and the Chartists », dans A. Briggs (éd.), Chartist Studies, Londres, (...)

14Aussitôt après les grèves, le gouvernement avait sérieusement envisagé des accusations de haute trahison, mais en fut dissuadé par la difficulté de rassembler des preuves suffisantes. Malgré tout, il semblait vraisemblable qu’un procès ait lieu devant la Cour du banc de la Reine, à Londres, pour donner à l’affaire le plus grand retentissement possible et pour que les jurés viennent d’une des régions les moins favorables au chartisme. Le gouvernement cherchait surtout à s’assurer l’avantage politique que lui donneraient des procès rapides13. L’un de ses principaux objectifs était d’impliquer O’Connor dans la vague de grèves, en le plaçant au centre d’un complot politique solidement tramé. L’attorney général déclara au secrétaire au Home Office :

  • 14 Pollock à Graham, 9 octobre 1842, cité dans Mather, « Government and the Chartists », art. cité, p. (...)

Je propose d’accuser O’Connor comme conspirateur général avec les autres et de ne pas seulement le poursuivre pour libelle, ou pour avoir servi de délégué, ou pour avoir pris part à la réunion de délégués ; je propose de le juger avec les pires des accusés qui ont mené les foules, prononcé des discours séditieux, et arrêté les usines et les filatures. Je mêlerai en une même accusation la tête et les mains, le gourdin et la plume, je montrerai aux jurés et au public dans un seul dossier tout le crime, son commencement et ses conséquences14.

  • 15 BL documents Peel, Add MSS 40436, fo 93, 10 mars 1843, cité dans J.A. Epstein, The Lion of Freedom  (...)

« Je regrette que Feargus s’en soit tiré, écrivit le prince Albert à sir Robert Peel, mais l’effet du procès est satisfaisant15. » Albert se trompait : non seulement O’Connor était libre, mais son acquittement lui avait valu un capital politique considérable. Il n’en était pas moins vrai que le procès avait projeté son ombre sur tous les dirigeants chartistes et imposé à la NCA un fardeau financier qu’elle n’était guère apte à supporter.

  • 16 Calculs d’après O. Ashton et al., The Chartist Movement : A New Annotated Bibliography, Londres, Ma (...)

15L’idée que le chartisme avait touché le fond est confirmée par un rapide examen de sa presse. À l’automne 1843, il existait moins de périodiques chartistes qu’à aucun moment depuis la naissance du mouvement. L’Evening Star et le British Statesman n’étaient pas les seules victimes. Deux journaux éphémères (le London Chartist Magazine de Watkins et le Poor Mans Guardian and Repealer’s Friend d’O’Brien) eurent à peine le temps d’exister avant de disparaître. La perte la plus grave fut celle de l’English Chartist Circular, qui s’éteignit en janvier après avoir perdu en moyenne trois livres par numéro au cours des derniers mois. Même selon les définitions les plus généreuses, seuls cinq journaux chartistes persistaient à l’automne 1843 : l’Aberdeen Review, le Carliste Patriot, XEdinburgh Weekly Register, la Scotch Reformers Gazette et le Northern Star. Trop peu d’exemplaires des titres écossais ont survécu pour que l’on puisse être sûr qu’il s’agissait de périodiques spécifiquement chartistes, et le Carliste Patriot n’était qu’un journal local manifestant des sympathies chartistes. Ne restait donc que le Northern Star, le seul journal – comme le déplorait l’ultime éditorial de l’English Chartist Circular – « à se battre contre les armées combinées des factieux, et cet unique journal ne peut s’enorgueillir de ventes qu’on attendrait naturellement pour le seul organe exprimant de façon avouée le point de vue de millions d’hommes16 ! »

  • 17 NS, 3,17 juin, 2 et 9 septembre 1843, 24 mars 1849 ; O. Ashton, « Chartism in mid-Wales », Montgome (...)

16Au second semestre 1843, le Star donna une image bien décourageante du mouvement. Le 8 juillet, O’Connor renvoya finalement Hill, et Hobson fut rédacteur en chef jusqu’en septembre, date à laquelle O’Connor embaucha Harney pour le seconder. Cet arrangement avait des avantages pour tout le monde : Harney en tirait un revenu régulier, l’équipe permanente du Star s’enrichit de l’un des prosateurs les plus remarquables du chartisme, et le mouvement y gagna un nouveau conférencier et organisateur salarié. L’expérience récente de Harney montrait pourtant qu’il y avait bien peu à organiser. Lors de sa visite à Sunderland en août, il y trouva le chartisme « tout sauf prospère ». « À Édimbourg, le chartisme n’est plus d’actualité », signala-t-il, tandis qu’à Glasgow le mouvement avait été « pratiquement assassiné par les prédicateurs pudibonds et les politiciens fripons [...] depuis qu’ils ont quitté les rangs du Suffrage complet [...] les pires ennemis des chartistes ». Trois mois auparavant, le Northern Star avait publié un éditorial sur les chartistes gallois : « Où sont-ils ? Que font-ils ? Sont-ils encore en vie ? » La seule réponse était venue de Newport, évoquant le premier meeting chartiste à s’y tenir depuis un certain temps. Dans le centre du pays de Galles, on n’a trace d’aucune activité chartiste quelle qu’elle soit pour l’année 1843. White fit remarquer que les gens ne se « satisferaient pas de perdre leur temps à écouter des discours ». Ils « n’allaient plus entendre des conférences, découvrit Hill lors d’une visite en Écosse, parce qu’ils savent tout ce que les conférenciers peuvent leur dire. Ils ont entendu la vieille histoire quantité de fois, au point qu’ils en sont fatigués17 ».

17Par rapport aux années précédentes, le Northern Star ne relatait plus qu’une gamme limitée d’activités. Alors que 1843 touchait à sa fin, l’exécutif de la NCA décida d’envoyer une dizaine de conférenciers à travers le pays pour collecter des fonds et préparer une nouvelle Convention nationale en 1844. Face à la gravité de la fracture du chartisme écossais, il fut décidé d’inclure les zones industrielles d’Écosse, mais aucune des lettres n’obtint de réponse. L’exécutif présenta cette situation choquante dans son discours de fin d’année, publié dans le Star du 16 décembre avec les « Informations chartistes » émanant d’à peine plus de vingt localités, dont six réunions dans des pubs londoniens. Le Lancashire était uniquement représenté par Manchester, Preston et Salford, tandis que le Yorkshire se bornait à Hebden Bridge et Sheffield. Le chartisme pouvait paraître vigoureux dans le Nord-Est, grâce aux rapports de son énergique conférencier Gammage. Il n’y avait aucune nouvelle concernant le pays de Galles ou les Midlands. La seule information chartiste qui aurait mérité mieux que trois lignes dans la presse nationale était la visite d’O’Connor à Hyde. Et cette semaine-là n’avait rien d’atypique : elle reflète parfaitement la façon dont le Northern Star et le mouvement qu’il servait survécurent pendant les trois années suivantes. Le chartisme ne s’effondra pas mais donnait rarement une impression de grande vitalité. Dans les localités, il y avait des hauts et des bas. Chaque semaine, il y avait un événement à fêter : le 16 décembre, un conseil de district de la NCA fut fondé à Glasgow, le quatrième d’Écosse.

  • 18 M. Chase, « Chartism, 1838-58 : responses in two Teesside towns », Northern History, 24 (1988), p.  (...)
  • 19 O’Connor vendait beaucoup de cartes de membres à ces occasions, mais il ajoutait apparemment aux to (...)

18Dans la période 1843-1846, un lecteur attentif aurait pourtant noté quelques silences assourdissants : pas un mot provenant du Teesside, par exemple, tout au long des années 1844 et 1845 – la presse de la région était tout aussi silencieuse au sujet du chartisme –, et rien que des rapports sporadiques venant de centres jadis prospères comme Aberdeen, Brighton, Elland, Hull, Rotherham, Sunderland et Wolverhampton. « Il fut un temps où cette région était considérée comme l’une des places fortes du chartisme », signala Huddersfield en septembre 1843, dans l’espoir « que les énergies assoupies du chartisme dans les parages seront ranimées18 ». Même les visites d’O’Connor échouaient souvent à réveiller le chartisme dans les localités concernées. Il attirait toujours un public abondant, mais on a souvent dit que la NCA exagérait le nombre des nouveaux adhérents recrutés à ces occasions19. Harney et Hobson en furent réduits à remplir le Northern Star de nouvelles générales et de l’étranger, de comptes rendus de livres et, particulièrement en 1843-1844, d’informations détaillées sur « le mouvement des charbonniers ». Au moins, il y avait là un certain dynamisme à célébrer. L’apport des chartistes à l’évolution du syndicalisme au milieu des années 1840 indiquait que, même en repli, le chartisme restait une force vitale.

Le mouvement syndicaliste

  • 20 R. Challinor et B. Ripley, The Miners’ Association, Londres, Lawrence & Wishart, 1968 ; R. Colls, P (...)

19L’organisation chartiste n’avait jamais fait de grandes percées dans les zones minières, où son implantation variait d’une région à l’autre. Cependant, la relative absence de vie culturelle chartiste et de membres de la NCA ne signifie pas que le chartisme n’avait aucun attrait aux yeux de la population locale. Les propriétaires de mines exerçaient un contrôle important, direct ou par le biais de leurs contremaîtres, sur de nombreux aspects de la vie des mineurs en dehors du travail : logement, administration et justice, possibilités d’emploi hors des mines. Cela rendait peut-être les mineurs méfiants envers toute activité politique déclarée ; cela encouragea certainement les démonstrations occasionnelles de déférence. Cela influença aussi la pratique vivace des protestations violentes et/ou spectaculaires. Même si elles résultaient des conditions de travail dans les puits de mine, les grèves des mineurs de 1842 n’en furent pas moins associées au chartisme, dont l’influence était manifeste lors de la formation de la Miners’ Association of Great Britain and Ireland (MAGBI) en 1842-184320.

  • 21 Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 205-206 ; Challinor et Ripley, Miners’Association, op. ci (...)
  • 22 Les houillères anglaises employaient environ 103 000 personnes en 1841 ; voir J. Benson, British Co (...)

20Ce premier syndicat national de mineurs naquit des entretiens entre les leaders ouvriers de différentes houillères au cours de l’été 1842. Plusieurs meetings de grève appelèrent à un congrès national des mineurs anglais et gallois, mais l’initiative décisive vint du West Yorkshire : durant la vague de grève, de vastes rassemblements eurent lieu à Halifax, où furent votées des résolutions pour la Charte, pour la formation d’un syndicat national et pour « une grève générale afin de mettre à l’arrêt toutes les machines et toute énergie exigeant le charbon21 ». Principal moyen de communication entre les mines, le Northern Star assura une couverture généreuse de « l’Union générale des charbonniers », depuis ses débuts – avec une société philanthropique de mineurs créée à Wakefield en novembre 1842 – jusqu’à l’instauration officielle de la MAGBI l’année suivante. Les estimations situent le nombre maximum de membres entre trente et quarante mille. Ces chiffres auraient suffi à faire de l’association le plus grand syndicat de son temps. Il était relativement faible en Écosse et ne fit aucun progrès au pays de Galles, ce qui signifie donc qu’au moins un tiers des mineurs anglais y adhéraient22.

  • 23 HO 45/348, fo 2 ; NS, 30 septembre 1843.

21Tout au long de son existence courte mais impressionnante, les dirigeants de la MAGBI furent étroitement associés au chartisme. Son projet de constitution fut soumis à O’Connor pour une opinion juridique ; William Prowting Roberts en était le responsable juridique national, Martin Jude le trésorier et au moins deux de ses secrétaires généraux avaient été des chartistes actifs ; et sa revue The Miners’ Advocate, lancée en décembre 1843, avait pour rédacteur en chef Beesley. Brophy – secrétaire fondateur de l’Irish Universal Suffrage Association (IUSA) – était l’organisateur à plein temps dans le bassin minier du Cumberland, où l’aide de l’IUSA devait lui permettre d’enrayer l’afflux de briseurs de grève irlandais en 184423. Parmi les membres de base de la MAGBI, cependant, les attitudes étaient plus ambivalentes. C’était peut-être simplement en partie une conséquence de 1842. O’Connor ne fut pas autorisé à prendre la parole lors du congrès de 1844 ; beaucoup étaient hostiles à la diffusion de tracts chartistes lors des assemblées et se montraient critiques envers l’influence de Roberts. Celui-ci aurait pu confortablement gagner sa vie comme notaire à Bath, sa ville natale. Mais poussé par un mépris très politisé envers les employeurs et les propriétaires terriens quelles que soient leurs convictions, il se consacra à défendre les grévistes, ce qui lui valut le surnom de « procureur général des mineurs », par des apparitions quasi-constantes dans les tribunaux de tous les bassins miniers anglais. Roberts était indispensable à la MAGBI, mais cela ne signifie pas qu’il ait été facile à vivre ou politiquement habile. La grève prolongée et douloureuse dans les bassins miniers de Durham et de Northumberland en 1844 résulta en grande partie de son initiative, malgré l’opposition de Martin Jude. Cette grande grève fut tour à tour héroïque, désespérée et tragique.

  • 24 Un agent des mines à Earl Fitzwilliam, 22 avril 1844, cité dans Challinor et Ripley, Miners’ Associ (...)
  • 25 Newcastle Journal, 22 juin 1844, cité dans Colls, Pitmen, op. cit., p. 300.

22La MABGI ne disparut pas, mais elle fut brisée par la grève. Elle n’avait pas su la soutenir de manière adéquate et n’avait pu satisfaire les exigences contradictoires d’innombrables autres actions dans les bassins miniers britanniques. Celles-ci inclurent une grève de trois mois dans le Lanarkshire et des débrayages d’une durée parfois comparable dans le Yorkshire. Un grand nombre de briseurs de grève fut sollicité ; les mineurs furent chassés de leur logis en masse et les employeurs refusèrent catégoriquement de négocier avec le syndicat, où ils voyaient « une ingérence injuste et indésirable dans les droits des maîtres et des ouvriers24 ». À Durham, l’attitude de lord Londonderry, propriétaire de la mine, fut encore plus véhémente. Des familles entières furent mises à la rue : « Des multitudes d’entre elles s’installaient sur le rivage, vivant et dormant au milieu des rochers, se nourrissant de détritus, de poisson et de tout ce qu’elles trouvent de comestible25. »

  • 26 Challinor et Ripley, Miners’ Association, op. cit., p. 241.
  • 27 D.R. Green, From Artisans to Paupers, Aldershot, Scolar, 1995, p. 99-100 ; R. Gurnham, 200 Years : (...)

23La MAGBI ne survécut à la grève de 1844 que sous forme de vestige, avec une structure centralisée qui n’était guère plus que nominale26. Nombre de syndicats de mineurs se prolongèrent ou furent ranimés et, en 1863, lorsqu’un congrès national de mineurs eut lieu à Leeds, la MAGBI était encore une référence essentielle. De plus, le chartisme continua à créer un climat propice à la culture ouvrière et aux formes associatives. Mutuelles et sociétés éducatives prospérèrent dans les années 1840. C’est l’époque où l’assurance vie et les sociétés de construction décollèrent comme forme populaire d’aide mutuelle, évolution reflétée dans le Northern Star et à laquelle beaucoup de chartistes prirent part. Le syndicalisme bénéficia également de cet élan collectiviste. Les syndicats se développent en général lors des phases d’expansion économique, et les années 1843-1847 virent une forte hausse de l’activité syndicale. À Londres, le nombre de mutuelles répertoriées, dont beaucoup étaient en fait des syndicats, connut un sommet entre 1842 et 1844. Dans le Leicestershire, une présence syndicale fut réaffirmée dans la bonneterie, notamment parmi les gantiers où, sous l’autorité du chartiste Thomas Winters, fut créée une société englobant 1 200 personnes sur les 1 400 qui travaillaient dans ce secteur27.

  • 28 T. Koditschek, Class Formation and Urban Industrial Society : Bradford, 1750-1850, Cambridge, Cambr (...)
  • 29 W.H. Fraser, Trade Unions and Society, Londres, Macmillan, 1974, p. 43 ; R.G. Gammage, History of t (...)

24Nombre de grands centres urbains virent apparaître de nouveaux organismes coopératifs au sein d’un groupe professionnel. À Bradford, une organisation parapluie, The United Trades (les métiers unis), fut formée en 1843 sous les auspices chartistes. Essentiellement grâce aux efforts de George White, une Woolcombers’ Protective Society (Mutuelle des peigneurs de laine) fut créée en même temps qu’un syndicat des ouvrières sur métier à vapeur. Parmi les associations similaires, on peut signaler la United Trades Association de Bristol (1844) et le Central Committee of Trades (Comité central des métiers) de Birmingham (1845), présidé par John Mason, conférencier chartiste à plein temps en 1840 et délégué à la Convention de 184328. En 1846, les différents groupes professionnels d’Aberdeen formèrent un Delegated Committee of Sympathy pour « se soutenir les uns les autres en cas de grève de l’un d’eux, ou si un mouvement général était requis pour soutenir les syndicats ». Cette décision devait sans doute un peu à l’extraordinaire manifestation des corps de métier qui accueillit O’Connor et Duncombe lorsqu’ils se rendirent à Aberdeen à l’automne 1843. À Sheffield, la même année, un comité des sociétés professionnelles proposa « la formation d’un syndicat embrassant tous les métiers de Sheffield29 ».

  • 30 J.B. Jefferys, The Story of the Engineers, Londres, Lawrence & Wishart, 1945, p. 25 ; P. Pickering, (...)

25Le milieu des années 1840 vit aussi l’essor national des réseaux syndicalistes. Là encore, les influences chartistes furent à l’œuvre. La United Trades Association des ingénieurs de Manchester, dirigée par le chartiste Alexander Hutchinson, fut agrandie en 1844 pour devenir la Mechanics’ Protective Society of Great Britain. La même année fut formée la General United Tailors’ Trade Protection Society, également sous influence chartiste. Elle désigna le Northern Star comme son organe officiel, et la soirée marquant la conclusion de son congrès fondateur fut présidée par Roberts et Thomas Slingsby Duncombe. Le secrétaire était J.P. Whitaker, chartiste adepte de la tempérance et membre de la National Association qui avait pris la parole avec O’Connor lorsque la pétition de 1842 fut officiellement adoptée à Londres. Le président de la Cordwainers’ General Mutual Assistance Association (Mutuelle des cordonniers) était un autre chartiste londonien. Fondée à Birmingham en juin 1844, elle réunissait en novembre 120 sociétés dans l’ensemble du pays. L’on peut raisonnablement supposer que la plupart d’entre elles incluaient des chartistes dans des rôles dirigeants. C’était le cas à Colchester, par exemple, où la fermeture des magasins fut imposée dans toute la ville. Au printemps 1845, l’Association fusionna avec la Philanthropic Society of Boot and Shoemakers (Société philanthropique des bottiers et cordonniers), les chartistes membres des deux organisations affirmant que les sociétés professionnelles indépendantes devaient céder la place au mutualisme fédéré sous un exécutif central30.

  • 31 NS, 30 décembre 1843.

26Les chartistes apportaient au syndicalisme des ressources intellectuelles et organisationnelles éprouvées, mais le chartisme accueillait aussi une bonne partie de l’idéalisme qui avait soutenu le mouvement unioniste du début des années 1830. L’argument selon lequel des organisations professionnelles efficaces dépendaient d’une affiliation et d’une assistance mutuelle nationales s’imposait de plus en plus dans les cercles chartistes du milieu des années 1840. « Tant que ne seront pas adoptés les principes d’une Union générale, il n’y a aucun espoir de résister aux empiétements des principaux capitalistes », fit remarquer une association de tailleurs londoniens dans un rapport adressé au Northern Star31.

  • 32 NS, 5 décembre 1846 et 28 octobre 1843 ; McNulty, « Bristol trade unions », art. cité, p. 229- 232  (...)

27Pour ces discussions, la référence était en général la Grand National Consolidated Trades Union (GNCTU). « Les travailleurs ont longtemps essayé les sociétés locales et ont compris qu’elles étaient incapables de faire le bien », écrivit Samuel Jacobs, secrétaire de la NCA à Bristol : « Ils ont ensuite essayé les unions générales de professions spécifiques et ont compris qu’elles ne pouvaient résister avec succès aux empiètements des employeurs Elles ont alors tenté de former une National Trades Union, mais elle fut brisée par la mauvaise gestion avant d’avoir pu devenir un “syndicat monstre”. » On l’a vu, le chartisme devait encore gagner de nouveaux métiers pour former un « syndicat monstre », même s’il avait failli le faire en août 1842. Mais au sein du mouvement, beaucoup croyaient que le potentiel était là. Jacobs, l’un des responsables de l’association des ébénistes de Bristol, était l’un d’eux. Vers la fin 1842, il proposa la création d’une National Trade Benefit Society, puis en 1843, il entraîna sa société dans une fédération implantée à Manchester, à la recherche de « la grande société unique » qui pourrait « préserver notre respectabilité d’autrefois et épargner à notre profession le sort lamentable qu’on connu trop de métiers Jusque-là florissants et respectables ». Il fut bientôt la force motrice de l’United Trades Association de Bristol, puis, en 1845, l’un des chartistes qui œuvrèrent à la formation de la National Association of United Trades for the Protection of Labour (NAUT). Plein de cet optimisme qui était une qualité essentielle de tout dirigeant ouvrier au xixe siècle, Jacobs rappela que la GNCTU n’avait pas su devenir un « syndicat monstre » et déclara : « Grâce à Dieu, la NAUT en est arrivée à ce point32. »

  • 33 S. Pollard, History of Labour in Sheffield, Liverpool, Liverpool University Press, 1959, p. 74-75 ; (...)
  • 34 Pour l’histoire de la NAUT, voir Chase, Early Trade Unionism, op. cit., passim ; Prothero, « London (...)

28La NAUT n’était pas exactement l’immense syndicat prédit par Jacobs, mais son nom (écho délibéré de la National Association for the Protection of Labour de 1829-1831) indiquait qu’elle aspirait à le devenir. C’était une organisation autonome, sans lien avec la NCA, née d’une collecte nationale en faveur de Duncombe, pour le remercier de s’être opposé avec succès au durcissement du Master and Servant Act. La NAUT n’aurait cependant sans doute pu se créer sans l’enthousiasme du Northern Star pour le syndicalisme et la fédération des associations ouvrières, sans son désir de promouvoir l’association et d’être le principal vecteur de communication entre ses membres disparates. En novembre 1844, O’Connor modifia le sous-titre du journal, qui passa de Leeds General Advertiser à National Trades Journal. Ce changement coïncida avec l’installation à Londres et l’aspiration, encouragée par le journal, à « un congrès général des délégués syndicaux », « un parlement des syndicats33 ». La NAUT émergea d’un congrès national des syndicats en février suivant, et devint rapidement la plus grande organisation professionnelle de Grande-Bretagne depuis la GNCTU, avec un total d’au moins 50 000 membres à son apogée, en 1846-184734.

29Les cyniques pourraient supposer que le Northern Star était un journal en quête de lecteurs, mais ce déplacement d’accent était une question de principe autant qu’une réaction pragmatique aux circonstances dans lesquelles le chartisme fonctionnait en 1844, par rapport à celles de la fin des années 1830, quand le journal était né. L’éventualité d’un retour à l’agitation et aux pétitions de masse paraissant faible, le Northern Star chercha à faire fusionner la Charte, le syndicalisme et la réforme agraire pour que le chartisme redevienne une force vive. Ces trois objectifs se superposaient davantage qu’il n’y paraît. Le mouvement ouvrier avait toujours souhaité créer au sein de l’économie industrielle un espace où la nature, le rythme, les horaires et l’environnement du travail seraient déterminés par les travailleurs plutôt que par les employeurs. C’était une préoccupation qu’O’Connor reflétait simplement dans ses appels à la réforme agraire. La NAUT en fit autant lors de son congrès fondateur, en juillet 1845, lorsqu’elle créa une organisation conjointe « pour l’emploi de la main-d’œuvre dans l’agriculture et les manufactures ».

« Notre seule et ultime ressource, la Terre »

  • 35 Pour Wheeler, voir DLB, vol. 6.

30On a vu au chapitre 6 comment, à la veille de son incarcération en 1840 (et souvent par la suite), O’Connor avait brièvement préconisé des « associations agricoles chartistes » et affirmé que la terre devait se trouver au cœur d’une stratégie de revitalisation du chartisme. Il ne put persuader le congrès fondateur de la NCA de placer la terre au centre de ses activités, mais il élabora sa pensée agraire durant son séjour en prison. Peu après sa libération en 1841, il publia un pamphlet, « La Terre », seul remède à la pauvreté nationale et à la ruine nationale qui menace. O’Connor avait ainsi préparé le terrain pour un réalignement fondamental du mouvement, embrassant des dimensions sociales jusque-là secondaires, par rapport à ses objectifs politiques. Au départ, il ne chercha guère à développer cet aspect : le mouvement était absorbé par les préparatifs de la pétition de 1842, puis immergé dans la vague de grèves. Néanmoins, en janvier 1843, le Northern Star inaugura une série d’éditoriaux sur la terre, sans doute commandés à Thomas Wheeler, son correspondant à Londres, qui avait acquis une renommée nationale comme secrétaire de l’exécutif provisoire de la NCA. Il allait désormais être une personnalité majeure du mouvement, source de stabilité, surtout après qu’il fut élu secrétaire général de la NCA lors de la convention chartiste de 184335.

  • 36 NS, 16 septembre 1843.

31La constitution rédigée durant la convention de 1843 marqua un départ fondamental pour la NCA. Toute mention de la Charte fut éliminée de ses objectifs, exprimés comme suit : « Par les seuls moyens pacifiques et légaux, améliorer la condition de l’homme, en supprimant les causes de dégradation morale et sociale [et] répondre aux besoins des sans-emploi, tout en offrant un soutien à ceux qui désirent s’établir sur la terre. » Le document fut conçu pour que la NCA puisse être répertoriée comme mutuelle. Cela lui conférerait un statut juridique et une protection contre les responsables défaillants – le spectre de Campbell planait encore. Le principal intérêt était cependant une nouvelle entreprise : le plan agraire chartiste. Une fois approuvée par le registre officiel des mutuelles, la NCA pourrait acheter et vendre directement des terres et des bâtiments – les organisations non répertoriées ne pouvaient être que locataires ou acquérir des biens par le biais coûteux et pas toujours sûr d’un fidéicommis. Le plan agraire était présenté comme partie intégrante de la NCA, même si l’adhésion était une option laissée aux membres. À mesure que le fonds agraire s’enrichirait, des terres seraient achetées et divisées en petites fermes, qui seraient alors attribuées aux souscripteurs grâce à une loterie36.

  • 37 Yeo, « Practices and problems », art. cité, p. 357-358 ; Letterfrom Mr. Lovett to Messrs. Donaldson (...)

32L’autre caractéristique majeure de la constitution de 1843 était la révision de l’administration interne. Désormais, un exécutif salarié serait responsable devant la convention annuelle, qui devenait aussi son collège électoral. Cela garantissait une surveillance plus attentive de l’exécutif, mais aux dépens de la participation directe des membres, et tous les chartistes n’appréciaient pas cette idée. La situation était rendue d’autant plus complexe qu’O’Connor se présentait pour la première fois à l’élection au sein de la NCA. Cela renforçait les soupçons de ceux pour qui il cherchait à prendre entièrement le contrôle du mouvement. Quand deux fidèles de Birmingham écrivirent à William Lovett pour lui proposer de le nommer secrétaire exécutif, ils reçurent cette réponse par retour de courrier : « Je considère Feargus O’Connor comme le principal trublion qui vient gêner notre mouvement en faveur de la Charte ; par sa conduite personnelle, et aidé par son influence malfaisante dans le “Northern Star”, cet homme est le fléau de la démocratie depuis le jour où il s’est déclaré son avocat [...] tant qu’ils ne renonceront pas à ses pernicieux conseils, mes frères chartistes ne laveront jamais leur cause de l’opprobre dont ses acolytes et lui l’ont couverte. » Pour que le doute ne soit pas permis, Lovett publia aussitôt cette réponse sous forme de pamphlet37.

33La convention de 1843 n’attira que peu de participants, ce qui reflète le quasi-épuisement du chartisme. Seuls douze comtés d’Angleterre furent représentés, en plus de Londres, d’Abergavenny et de Coggeshall (centre textile de l’Essex en plein déclin). Les Écossais brillaient par leur absence. Rares furent les personnalités éminentes du mouvement à y assister. Bien peu parmi les trente délégués, en dehors de Harney et d’O’Connor, avaient la moindre réputation en dehors de leur localité. Quelques militants notables étaient en prison à la suite des événements de 1842, Cooper, O’Neill, Richards et White, par exemple ; mais O’Neill n’aurait sans doute pas cherché à s’impliquer dans la NCA, car d’autres membres de l’église chartiste de Birmingham, dont il était pasteur, refusèrent de la faire, notamment John Collins. Au cours des années précédentes, la prison avait entraîné bon nombre de désertions, mais la direction du mouvement avait toujours réussi à se renouveler. Désormais, d’autres facteurs étaient en jeu : la fragmentation et la sécession produisaient leur effet. Aucun des anciens membres de la LWMA n’était là, et de tous les signataires de l’adresse chartiste anti-alcoolique de 1841, Bairstow était le seul présent. Pourtant, en revoyant le mode de gestion de la NCA, la convention de 1843 lança une importante réforme. Dorénavant, les problèmes financiers étaient liés au besoin de revenus suffisants pour fonctionner efficacement, et non plus à l’honnêteté ou à la compétence des membres de l’exécutif.

34La convention de 1843 fut pour les éminences chartistes la première occasion d’évoquer la réforme agraire. Tout au long de l’année, le Northern Star en vanta les mérites, accordant une couverture généreuse aux conférences qu’O’Connor donnait de plus en plus souvent à ce sujet. En avril, il partagea avec les lecteurs sa vision d’une communauté agricole modèle, une propriété de 400 hectares divisée en terrains de 1,5 hectare, avec environ 40 hectares réservés comme terrain commun et un village doté d’une école, d’une bibliothèque et d’un cabinet médical. Le mois suivant, il termina, avec l’aide substantielle de Wheeler, un Ouvrage pratique sur la gestion des petites fermes, qui fut d’abord publié en feuilleton, puis sous la forme d’un volume, qui devait connaître pas moins de sept éditions en quatre ans.

  • 38 NS, 29 avril 1843 ; en dehors des preuves internes, l’idée que Wheeler écrivit l’essentiel de Pract (...)
  • 39 E. Royle, Robert Owen and the Commencement of the Millennium, Manchester, Manchester University Pre (...)

35O’Connor distinguait explicitement son projet des communautés envisagées par Owen. Il s’agissait bien d’une communauté, mais sans rien de communautariste : « Il ne devrait rien y avoir en commun, sauf les institutions publiques et les quarante hectares de terre. Chaque homme devrait être le maître de sa propre maison, de son propre temps et de ses propres gains. » Au cas où le moindre doute aurait persisté, il ajouta pour faire bonne mesure : « Je vous dis que mon projet a autant à voir avec le socialisme qu’avec la Comète38. » Pourtant, l’intérêt naissant d’O’Connor pour les problèmes agraires ne peut être pleinement compris sans référence aux oweniens. Depuis 1839, ils géraient une communauté modèle, « Harmony », dans le Hampshire. Tous ses membres étaient censés vivre, se côtoyer et élever leurs enfants sous le toit de l’Harmony Hall, qui abritait une cuisine, une salle à manger et une blanchisserie communes. Toutes les activités agricoles de la propriété environnante étaient de même placées sous la responsabilité collective39.

  • 40 M. Chase, « We wish only to work for ourselves : the Chartist Land Plan », dans M. Chase et I. Dyck (...)
  • 41 Cité dans J.A. Phillips, The Great Reform Bill in the Boroughs, Oxford, Clarendon, 1992, p. 155-156 (...)
  • 42 NS, 8 avril 1843.

36À cette époque, toute proposition visant à créer une communauté modèle invitait inévitablement la comparaison avec celle d’Owen, car le communautarisme owenien existait sous le regard du public depuis plus de vingt ans. Par ailleurs, grâce à l’influence de Wheeler, une partie des écrits publiés par O’Connor étaient emprunts du lexique owenien40. L’Owenite Universal Community Society of Rational Religionists était de taille modeste, mais Owen lui-même comptait parmi ses partisans de nombreux chartistes, dont Wheeler, Henry Hetherington, Hobson l’imprimeur du Northern Star et son responsable commercial John Ardill, et Lawrence Pitkethly, fidèle allié d’O’Connor à Huddersfield. Lovett était plus distant, mais subissait clairement l’influence intellectuelle d’Owen. De plus, les critiques ne distinguaient pas toujours entre owenisme et chartisme : dans son discours électoral de 1841, Disraeli s’engagea à vaincre « les jésuites et les infidèles » ainsi que « les chartistes et les socialistes », « ligués ensemble dans leur dessein révolutionnaire41 ». Le trait le plus controversé de l’owenisme était son rejet du christianisme conventionnel en faveur d’une « religion rationnelle », forme de déisme frôlant l’athéisme et généralement dénoncé comme « infidélisme » par ses adversaires et par la majorité des chartistes. Le Northern Star, par exemple, considérait comme « un fléau national l’infidélité dont M. Owen et tous les principaux dirigeants du socialisme entrelardent leur système42 ».

  • 43 J.F.C. Harrison, Robert Owen and the Owenites, Londres, Routledge, 1969, p. 59-60.

37Ni le pragmatisme ni les convictions religieuses ne suffisent pourtant à expliquer pourquoi O’Connor marquait ses distances par rapport à Owen. Il existait en fait une différence idéologique fondamentale. On a vu dans le discours prononcé par Richard Pilling lors de son procès, que l’idéal de l’homme comme soutien de famille restait puissant, surtout parmi les ouvriers en usine. Bien que célibataire endurci, O’Connor reflétait fidèlement cet idéal. Robert Owen, qui eut huit enfants en trente-deux ans de mariage, considérait la famille comme une institution corrosive, base centrale de la propriété privée, de l’égoïsme et de l’individualisme ; et tous ses projets visaient à l’éliminer43. O’Connor s’accrochait fermement à l’idéal de la famille comme force socialisante, éducative et, si possible, économique. Pour les chartistes, les bouleversements sociaux des années 1830 et 1840 étaient aussi une crise de la famille et de l’autorité masculine. Feargus défendait le retour à la terre comme moyen d’éviter cette crise, d’en renverser les effets :

  • 44 F. O’Connor, Practical Work upon the Management of Small Farms, 7e éd., Manchester, Heywood, 1847, (...)

Aucun spectacle ne saurait être à mes yeux aussi beau, aussi réjouissant, aussi naturel et approprié que celui du laboureur travaillant la terre pour le seul usage et profit de lui-même et de sa famille. Quand je vois un homme avec le pied sur sa bêche, je pense reconnaître l’image de son Dieu, et je le vois dans ce rôle que même les projets malthusiens lui assignent – un homme debout sur ses propres ressources [...] Sur sa propre petite propriété, il reconnaît la nature en miniature. Quand il quitte son château en paix, celui-ci reste à ses yeux l’abri de tout ce qui lui est cher, et lorsqu’il y revient à midi, son œil se réjouit, ses sentiments sont éveillés, son cœur bondit, lorsqu’il reçoit l’accueil, les attentions et les caresses de son épouse et de ses enfants chéris44.

  • 45 NS, 2 septembre 1843 ; The Poor Man’s Guardian and Repealer’s Friend, 1 [3 juin 1843].

38Ce n’était sans doute pas un hasard si sa propriété de quatre cents hectares représentait deux fois la superficie d’Harmony. Il voyait grand, comme Owen, mais contrairement à lui, O’Connor disposait potentiellement d’un matériau concret, humain et financier bien plus abondant. Son but consistait à peu près à greffer sur le chartisme un plan agraire. Signe de son autorité personnelle et du lien qui existait déjà entre réforme agraire et radicalisme, cette proposition suscita en général l’intérêt et la sympathie au sein du mouvement chartiste. Quand le Northern Star publia, durant la semaine de la convention, un éditorial intitulé « Notre seule et ultime ressource, la Terre », c’était pour parler de la main-d’œuvre et de l’économie industrielle, mais ce titre aurait très bien pu indiquer comment le chartisme serait renforcé. « Oui, voilà du tangible ! / Voilà ce qu’il nous faut », déclara Mead dans son poème À la lecture du nouveau projet d’organisation : « Voilà assez longtemps que nous jouons aux boules / Sans jamais renverser les quilles ». White, qui s était opposé aux magasins coopératifs en 1840 parce qu’ils détournaient l’énergie de la politique, écrivit de sa prison pour vanter les mérites du projet agraire. « Il est tout à fait clair qu’il est temps de s’atteler à une tâche réalisable. Les gens ne se satisferaient pas de perdre leur temps à écouter des discours. » Même Bronterre O’Brien admirait « l’hectare et demi d’O’Connor » comme le moyen le plus efficace de garantir du pain à un prix abordable : « Pourtant, je ne suis pas un admirateur de Feargus O’Connor, bien au contraire, je vous assure. Mais la vérité est la vérité, qu’importe de qui elle vienne45. »

39Pourtant, ces projets ambitieux commencèrent à se défaire quelques semaines après la convention, quand la NCA se vit refuser l’enregistrement officiel en tant que mutuelle. O’Connor contesta vigoureusement cette décision, et la NCA chercha donc l’opinion d’un juriste. La réponse fut qu’il n’y avait guère de base pour faire appel. Le déni d’enregistrement n’empêchait pas la NCA de poursuivre ses activités politiques et organisationnelles – une foule d’organisations s’épanouirent à l’époque victorienne sans être officiellement reconnues. Cependant, faute de pouvoir acquérir des terres, le projet agraire resta dans les limbes. Une nouvelle convention eut donc lieu en avril 1844. Non sans hypocrisie, O’Connor en recommanda les délibérations à l’ensemble du mouvement sous prétexte qu’elle avait remplacé un « Plan d’organisation long et inexplicable », incluant le programme agraire, par « un autre, bref et facile à comprendre », qui l’excluait. La réforme agraire chartiste n’aurait donc désormais plus aucun lien constitutionnel avec la NCA.

  • 46 Citation tirée de NS, 27 avril 1844 ; Enregistrement – 25 mai, 22 juin, 10, 17 août, 7 septembre et (...)

40L’exclusion de toute mention de la Charte dans la constitution de 1843 avait été un cas à part. À présent, l’objectif de la NCA devenait « d’obtenir la mise en place de la “Charte du Peuple” par des moyens pacifiques, légaux et constitutionnels ». L’humeur de cette convention, moitié moins grande que celle de septembre précédent, indiquait que le chartisme était en train de repartir du bon pied. McDouall jugea qu’il pouvait sans danger revenir de France et une souscription publique fut lancée pour l’aider à reprendre sa carrière politique. Avec un œil sur l’élection générale à venir, la convention accomplit aussi des démarches pour répertorier les électeurs potentiellement sympathisants. O’Connor apparut à la tribune du National Hall de Lovett pour présider un meeting de soutien aux mineurs grévistes du Nord-Est, et avec O’Brien à Ipswich pour un débat sur l’Irlande. O’Connor réitéra publiquement sa conviction selon laquelle Vincent restait un chartiste, et il rédigea une lettre ouverte pour présenter ses excuses au chartiste de Glasgow James Moir, car il avait réagi trop vivement aux revendications formulées par ce dernier au sujet du chartisme écossais46.

  • 47 Citation tirée de NS, 6 juin 1844 ; White, 25 mai ; Liverpool, 27 juillet ; NCA, 18 mai.
  • 48 A. Marcroft, Oldham Liberal Bazaar Souvenir. Landmarks of Local Liberalism, Oldham, E.J. Wildgoose, (...)
  • 49 NS, 15 juin 1844. Il avait été blessé à Frome, dans le Somerset, en juillet, lors de l’effondrement (...)
  • 50 NS, 10 août 1844, voir Gammage, History, op. cit., p. 253-255.

41Tout n’était pourtant pas que lumière et joie. Les commentaires de Moir avaient touché un point sensible : il avait souligné que seules deux localités écossaises avaient envoyé des délégués à la convention de 1844 ; que les envois de sommes d’argent à la NCA depuis les régions situées au nord de la frontière étaient rares et ne dépassaient jamais plus de quelques shillings ; et que l’on avait exagéré le nombre d’adhésions suscitées par la tournée écossaise d’O’Connor à l’automne 1843. Ce tableau était cohérent par rapport à la situation partout ailleurs. White était reparti pour le Yorkshire, contrarié par la torpeur de Birmingham ; en juillet, Doyle avait trouvé si grande « la pauvreté des amis de la cause » à Morpeth et Alnwick qu’il n’avait pu y organiser aucun meeting ; il avait rencontré le même problème à Liverpool ; en mai, O’Connor dut verser de sa poche le salaire de l’exécutif de la NCA, si maigres étaient les finances de l’organisation47. Le Chartist Hall d’Oldham, dont O’Connor avait posé la première pierre, ferma quelques semaines après son ouverture et rouvrit en tant que music-hall48. O’Connor était malade, et son médecin lui avait conseillé du repos car il s’était mis à boiter en juin49. Puis, en août, il rencontra Richard Cobden, dirigeant de l’ACLL, pour un débat à Northampton, premier affrontement des deux principales personnalités du mouvement. O’Connor était éloquent mais manquait de ferveur, il était plus discursif qu’argumentatif. Même sa propre version, publiée dans le Star, admettait que Cobden « n’est pas surestimé. C’est décidément un homme de génie, de réflexion, de talent, de tact ». Il concluait : « Je ne suis donc pas étonné qu’un parti retors ait choisi un dirigeant aussi habile et rusé50. »

  • 51 NS, 19 octobre et 30 novembre 1844, 5 avril 1845.

42La décision de transférer la publication du Northern Star de Leeds à Londres visait à revivifier le journal et le mouvement qu’il servait. Hobson en restait rédacteur en chef, position de plus en plus théorique puisque Harney assurait l’essentiel des tâches depuis son arrivée en tant que rédacteur adjoint. Publier à Londres offrait d’évidents avantages en termes de distribution. Cela présentait aussi des avantages personnels pour O’Connor – qui habitait la capitale – et pour le Londonien Harney, dont les liens avec les radicaux et le nationalisme continentaux étaient plus faciles à entretenir à Londres, où les exilés européens avaient tendance à se réunir. Cela rapprochait aussi le journal de l’exécutif de la NCA, qui fonctionnait depuis la capitale puisque son secrétaire, Wheeler, y résidait ; c’était aussi une façon d’anticiper la naissance de la NAUT l’année suivante, dont Hobson serait élu membre de l’exécutif. Le 30 novembre 1844, le Northern Star parut à Londres avec un nouvel en-tête, une nouvelle typographie et un nouveau sous-titre. O’Connor prévoyait que le journal serait désormais « le moyen de créer le mécanisme adéquat pour conduire le Mouvement d’enregistrement, le Mouvement agraire, le Mouvement des syndicats nationaux, le Mouvement des travailleurs et le Mouvement de la Charte51 ». Une nouvelle rubrique agricole paraissait en plus d’articles réguliers sur le mouvement agraire sur la côte est des États-Unis.

43En octobre, O’Connor reprit la plume pour expliquer comment « obtenir la terre ». Dans une série d’articles, il exposa sa vision qui plaçait la terre et la Charte côte à côte, l’une étant l’essence de la société démocratique et équitable que garantirait la mise en place de la Charte :

  • 52 NS, 9 novembre 1844 ; voir aussi 26 octobre et 2 novembre.

Le pouvoir des propriétaires fonciers, qui naît et découle du système des grandes fermes, vous prive de la terre ; tandis que la loi de la primogéniture et la loi barbare de l’héritage empêche ceux qui le pourraient d’acheter de petits lopins de terre. Renverser ces obstacles est simple et facile, et devrait être le grand objectif national. C’est par là seulement que vous pourrez dresser le principe d’individualisme contre celui de centralisation [...] J’admets que la terre d’un pays appartient à la société, et que la société, selon ses besoins, a le même droit d’imposer de nouvelles conditions aux inférieurs, que le propriétaire à d’en imposer à un locataire lors de l’expiration de son bail. La société est le propriétaire, et comme la société ne meurt jamais, le gouvernement existant est l’administrateur [...] La société considère l’exécution de tous les devoirs comme la seule condition à laquelle les inférieurs peuvent faire valoir ce titre52.

  • 53 Pour une analyse détaillée de l’idéologie du plan agraire, voir Chase, « We wish only to work for o (...)

C’était une interprétation radicale des droits et responsabilités de la propriété privée et de l’État. O’Connor ne proposait pas son plan agraire pour créer une alternative socialement conservatrice au chartisme, ou s’en éloignant. Il estimait que ces exploitations montreraient comment la société serait reconstituée en vertu de la Charte, et recruteraient donc davantage de chartistes. Il osait espérer que ces propriétés seraient un jour si couronnées de succès qu’elles persuaderaient même un gouvernement non réformé du bien-fondé du système des petites fermes53.

  • 54 NS, 28 décembre 1844 ; C.C.F. Greville, The Greville Memoirs, 1814-60, L. Strachey et R. Fulford (é (...)
  • 55 Peel à la reine Victoria, 29 mars 1842, cité dans Goodway, London Chartism, op. cit., p. 56 ; NS, 7 (...)

44La priorité d’O’Connor était maintenant d’obtenir l’approbation du mouvement pour son plan agraire. Il ne perdait pas de vue l’importance cruciale de la réforme du Parlement : sa lettre de Noël 1844 incitait le chartisme à participer à la prochaine élection générale plus farouchement encore qu’en 1841, afin de faire élire entre vingt et trente « duncombiens ». Le contexte immédiat de cette guerre était la montée en puissance de Duncombe comme parlementaire radical, non seulement en relation avec le Master and Servant Act, mais aussi dans son harcèlement du secrétaire au Home Office, Graham, qui exigeait des services postaux l’ouverture du courrier d’hommes politiques suspects. Il associait ce procédé à la surveillance des exilés européens installés à Londres. La campagne de Duncombe « alluma une flamme à travers tout le pays54 ». Même si les cercles chartistes éprouvaient un certain respect pour sir Robert Peel – on le verra au chapitre 9 – à cause de ses réformes fiscales, ils n’en avaient aucun pour Graham, personnellement identifié à la répression de la grève générale de 1842. Le prestige croissant de Duncombe comme « organe du parti chartiste », pour citer Peel, était chaleureusement admiré par O’Connor, qui aurait aimé jouir de la même aura. Celui-ci envisagea sérieusement de se présenter lors d’une élection partielle à Edimbourg en 1846 ; la même année, il remporta le vote à mains levées lors d’une élection partielle à Nottingham mais refusa le vote par bulletins secrets55. En 1845, trois années devaient encore s’écouler avant l’élection générale espérée. La mission d’O’Connor était la terre.

1845-1846

  • 56 Morning Star, 1er février 1845.

45L’agrarisme populaire était depuis longtemps une tendance présente dans la politique radicale anglaise, et les projets agraires suscitèrent un renouveau d’intérêt en 1845. Dans le centre de Londres, l’intérêt pour le « plan de Preston » ranima la carrière de Thomas Preston, vétéran ultra-radical : « Les affirmations du vieil homme étaient téméraires, mais pas nouvelles ; ce n’était qu’une petite partie de l’ambitieux programme de Paine, dans sa Justice agraire, auquel se rattachait un fragment du vieux projet spencéen de l’auteur. » La Boot and Shoemakers’ Mutuel Protection Society, des quartiers est de la capitale, débattit de son propre projet. À Manchester, Leach prit la parole lors d’un meeting de tisseurs de rubans, qui résolut de créer une mutuelle pour louer des terres. Une société de potiers du Staffordshire accumulait des fonds pour acquérir des terres en Amérique. Au congrès national des syndicats, d’où naquit la NAUT, des maçons et des peigneurs de laine de Bradford appelèrent à l’achat de terre pour y employer la main-d’œuvre sans emploi. « De tous côtés l’on entend le cri : “La terre ! la terre !”, fit remarquer un autre journal radical ; les hommes contemplent cette source de richesse, résolus, si l’homme est condamné à “gagner son pain à la sueur de son front” à désormais obtenir le pain en échange de la sueur56 ! »

  • 57 NS, 3 mai 1845.

46Aucune proposition n’était cependant aussi ample et ambitieuse que celle de la Chartist Co-operative Land Society (Société agraire coopérative chartiste) approuvée par la convention de 1845. Selon ses objectifs, elle prouverait « aux classes laborieuses du royaume, d’abord la valeur de la terre, comme moyen de les rendre indépendants des capitalistes exploiteurs ; ensuite [...] la nécessité de mettre rapidement en place la “Charte du Peuple” qui ferait pour eux au niveau national ce que cette société propose de faire au niveau de la section : accomplir l’émancipation politique et sociale des classes ouvrières humiliées et réduites en esclavage57 ».

  • 58 NS, 26 avril 1845.
  • 59 NS, 1er février 1845.

47C’était viser très haut mais, durant les premiers mois de l’année 1845, le chartisme avait besoin de témérité. La convention d’avril ne réunit que treize délégués, dont six représentaient Londres. Trois délégués provinciaux étaient en fait des membres de l’exécutif implanté à Londres. Le Lancashire n’avait aucun représentant58. Les ventes hebdomadaires du Northern Star, après une reprise liée à l’installation à Londres, étaient retombées à 6 500 environ. Des querelles autodestructrices déchiraient presque chaque numéro. En février, suivant la publication d’accusations contre O’Connor dans Lloyd’s Newspaper, le rédacteur en chef de ce périodique, William Carpenter (membre de la convention de 1839), fut cloué au pilori par un article anonyme du Star, incluant d’obscures allusions à des délits sexuels et concluant : « Comment pousse-t-on une épouse vers l’asile de fous, et qui a été promu pour la remplacer dans le lit conjugal59 ? »

  • 60 NS, 8 et 15 février 1845, voir aussi 16 et 23 novembre 1844.

48Allégations et contre-allégations se multipliaient autour de Peter McDouall. Tout commença quand Leach fut soupçonné de puiser dans le fonds créé pour McDouall à son retour en Grande-Bretagne ; quand Leach riposta en présentant les reçus signés par McDouall, ce dernier affirma que c’était un tour de passe-passe comptable : les membres de l’exécutif de la NCA, Leach inclus, l’avait convaincu que celui-ci était dans le besoin et devait donc bénéficier discrètement des dons. Une enquête de la NCA de Manchester ayant disculpé Leach, McDouall envoya au Star une lettre de protestation longue de trente-neuf pages, que le journal refusa de publier. Selon le secrétaire de la NCA de Glasgow, James Smith, McDouall complotait pour créer une NCA écossaise distincte. McDouall répliqua que Smith était un espion. D’après Leach, McDouall propageait la rumeur qu’O’Connor était payé par le gouvernement. McDouall affirma qu’O’Connor avait conclu un accord avec le ministre de la Justice pour décider l’issue des procès de 1843, moyennant des informations permettant d’inculper McDouall. Et ainsi de suite, en un cercle lassant de litiges60.

  • 61 NS, 3 mai 1845, reproduisant le National Reformer du 30 mars 1845.

49Au beau milieu de tout cela, O’Brien tira la salve qui aurait pu être la plus dangereuse, en publiant les allégations formulées en privé par William Ashton, de Barnsley, concernant la complicité d’O’Connor dans l’insurrection de Newport. Ces accusations, et la défense de ce dernier, ont été évoquées au chapitre 4. Il suffira de noter ici l’effet domino des protestations qui s’ensuivirent. Encore sous le coup de sa rupture avec O’Connor en 1843, William Hill corrobora les propos d’Ashton ; O’Connor dénonça donc finalement son ancien rédacteur en chef comme le seul, en dehors d’Ashton, qui pouvait avoir signalé à Frost que le Yorkshire ne se soulèverait pas pour le soutenir ; et pour faire bonne mesure, O’Connor affirma qu’Ashton avait été payé par les conservateurs de Barnsley afin de propager ces rumeurs61. En publiant ainsi les dires d’Ashton peu avant la convention de 1845, O’Brien espérait sans doute déstabiliser le plan agraire.

  • 62 NS, 10 mai 1845.

50Même s’il avait de solides arguments pour sa défense, O’Connor prit un risque énorme en reproduisant les allégations d’Ashton dans le numéro du Star où était enfin annoncée la Chartist Land Co-operative Society. Mais la semaine suivante, il alla trop loin en lançant un nouvel assaut contre O’Brien, renforçant l’impression que le chartisme s’écroulait. Il y détaillait les revenus conséquents gagnés par ce dernier en écrivant pour le Star et les apports financiers qu’il avait consentis en 1838-1839 pour maintenir à flot The Opérative, le journal de Bronterre ; il accusait celui-ci de lâcheté personnelle et politique ; il affirmait que son imprimerie de l’île de Man était subventionnée par les tories ; et il concluait en prétendant qu’en 1839-1840, O’Brien avait tenté de déstabiliser le chartisme dans le sud du Lancashire. Il avait d’abord concocté « une histoire abominable et sordide » sur J.R. Stephens et « une très aimable jeune fille » ; il avait ensuite continué à propager cette rumeur après qu’O’Connor l’avait supplié de l’étouffer dans l’intérêt du chartisme et après que Stephens avait donné « une explication satisfaisante ». Telle était, selon lui, la véritable raison pour laquelle Stephens s’était retiré du chartisme puis y avait renoncé62. Même si toutes les révélations d’O’Connor étaient vraies, on ne voit guère à quoi elles pouvaient servir, sinon à détourner l’attention des attaques le concernant.

  • 63 Le nombre exact d’adhérents ne fut jamais clair : voir chapitre 10.

51Signe qu’O’Connor comprenait pourtant les aspirations populaires, le plan agraire enfin lancé remporta un soutien énorme. Des titres comme « Renouveau du chartisme », « Résurrection du chartisme » et « Retour du bon vieux temps » sonnaient comme des hyperboles, mais en deux ans, le chartisme fut bel et bien transformé. Avec au moins 70000 adhérents à son apogée et plus de 600 branches, le plan s’étendait bien au-delà de la NCA63. Le chartisme ne fut pas converti en plan agraire, mais celui-ci combla le vide laissé par le déclin d’une bonne part de l’activité chartiste après 1842. Les responsables du plan agraire devinrent les seuls conférenciers salariés que le mouvement pouvait se permettre. Ses branches furent vite assimilées par la culture chartiste locale : des réunions hebdomadaires avaient lieu en théorie pour collecter le paiement différé des parts. En pratique, elles favorisaient aussi la lecture du Star, les débats politiques et la convivialité. Des meetings se tenaient dans les lieux habituels : pubs, locaux des mutuelles et des sociétés de tempérance, salles socialistes et chapelles non conformistes.

  • 64 NS, 7 juin, 23 août, 30 décembre 1845 ; Chase, « We wish only to work for ourselves », art. cité, p (...)

52L’énergie du plan provenait en grande partie de ses principaux activistes locaux, généralement baignés dans la tradition agraire radicale des années antérieures au chartisme : Leach à Manchester, Thomas Sidaway à Cheltenham, James Arran à Bradford, Beesley dans le nord du Lancashire, et Allen Davenport dans l’est londonien. Comme Hobson et Wheeler, Davenport était enraciné dans la tradition socialiste owenienne. De différentes manières, tous trois jouèrent un rôle clé dans la réussite du projet. Hobson eut une influence formatrice jusqu’au moment où Harney le remplaça en octobre 1845 ; biographe de Spence et l’un des plus réfléchis et des plus prolifiques parmi les travailleurs qui écrivirent sur la réforme agraire, Davenport fut recruté par Harney pour élargir la couverture que le Northern Star accordait aux questions agraires et rappeler à ses lecteurs l’ancienneté du concept de « Ferme du Peuple64 ».

  • 65 Le meilleur exposé se trouve dans Yeo, « Practices and problems », art. cité, p. 366-374, dont s’in (...)

53L’engagement populaire en faveur du projet ne fléchit pas, malgré une quête de reconnaissance légale prolongée et parfois aberrante65. Bien que la constitution avortée de la NCA de 1843 n’ait pas été répertoriée comme mutuelle, elle se fondait sur celle que les oweniens avaient fait enregistrer en 1839. John Tidd Pratt, du registre des mutuelles, avait refusé parce que les objectifs politiques de la NCA enfreignaient la loi de 1799 sur les réunions illégales et celle de 1817 sur les réunions séditieuses : elle ne respectait donc pas les exigences de la loi de 1834, qui imposaient aux mutuelles reconnues de n’avoir que des activités « non illégales ». Les chartistes savaient depuis toujours que certains aspects de leur organisation, en particulier toute structure fédérée avec gouvernement élu, les exposaient potentiellement à des poursuites en vertu des lois de 1799 et 1817 – c’est ce qui avait limité la taille des conventions nationales successives. On pouvait donc raisonnablement supposer que, une fois dissocié de la NCA, le plan agraire pourrait être reconnu.

  • 66 National Reformer, 14 novembre 1846, 6 février, 1er et 15 mai 1847. Pour les sociétés Bowkett voir (...)

54Encore blessé par le rejet de la constitution de 1843, O’Connor était prêt à se passer de l’enregistrement officiel. Pourtant, une convention spéciale, réunie à Manchester en décembre 1845, affina la constitution pour la rendre – croyait-on – acceptable par le gouvernement. L’assemblée choisit de se placer dans le cadre défini par le Building Societies Act de 1836, qui modifiait la législation concernant les mutuelles pour permettre spécifiquement le transfert de parts entre les membres sans devoir acquitter le coûteux droit de timbre. Néanmoins, ces règles furent elles aussi rejetées par Pratt parce que le lien avoué avec le chartisme constituait encore une violation de la loi. Une nouvelle requête, sous le nom de National Cooperative Land Society (Société agraire coopérative nationale), fut refusée parce que l’attribution de terres aux actionnaires par une loterie contrevenait à la loi sur les loteries. Un grand nombre de sociétés immobilières avaient pourtant recours à des tombolas pour décider l’ordre dans lequel les terres seraient attribuées à leurs membres. Par exemple, le National Reformer d’O’Brien promouvait énergiquement les Bowkett Building Societies (sociétés immobilières Bowkett), toutes fondées sur un système de loterie. Mais elles fixaient un plafond très bas pour le nombre de leurs membres66.

55C’est l’ampleur de l’entreprise chartiste qui effrayait Pratt, autant que ses affiliations politiques. Quand on lui objectait que l’objectif de la NCA était d’obtenir la mise en place de la Charte « par des moyens pacifiques, légaux et constitutionnels », Pratt rappelait un récent jugement selon lequel l’expression « non illégales » dans la loi sur les mutuelles n’incluait que le fonctionnement de ces associations tel que défini par le texte en question. Duncombe proposa donc que « non illégales » soit remplacé par « n’importe quel but légal ». Le nouveau texte qui en résulta élargissait le spectre de ce qui pouvait être perçu comme légal par la loi sur les mutuelles, mais seulement si le ministre de la Justice l’autorisait. En juillet 1846, celui-ci refusa d’autoriser comme légale la société agraire, sous prétexte qu’elle violait la loi sur les loteries.

56Sans se laisser décourager, les nouveaux membres continuaient à affluer. O’Connor changea alors de tactique et tenta de faire enregistrer la société dans le cadre du Joint Stock Companies Act, voté au début de l’année 1846, sous le nom de Chartist Co-operative Land Company. Il y avait un délai de dix mois pendant lequel les textes soumis étaient étudiés par le Board of Trade (ministère du Commerce), et pendant lequel une société provisoirement enregistrée continuait à fonctionner. Pourtant, tout comme la loi sur les mutuelles n’avait pas été conçue pour des associations politiques, cette nouvelle loi n’était pas prévue pour accueillir une firme possédant une masse infinie d’actionnaires. L’enregistrement devait être accompagné des noms et adresses de ceux qui détenaient un quart des parts, soit quelques signataires dans la plupart des entreprises capitalistes, avec toutes les précisions concernant ces actionnaires. Ces détails devaient être présentés sous la forme d’un document légal et non d’une pétition, avec tous les noms dans l’ordre alphabétique, et un timbre à payer (3 livres et 15 shillings pour cent personnes). Les directeurs de la National Land Company – comme on l’appelait désormais – se lancèrent donc dans la collecte des informations requises. En août 1847, il y avait 43 847 actionnaires, dont pratiquement aucun ne possédait plus d’une part.

57Les obstacles juridiques s’amoncelaient de toutes parts contre le plan agraire chartiste, mais le progrès du projet au sein du mouvement n’alla pas non plus sans difficultés. Tout en contribuant à la consolidation du chartisme, il intensifiait aussi la méfiance de ceux qui s’opposaient déjà à O’Connor. D’autres points suscitaient un malaise compréhensible : son statut légal problématique, la rémunération de ses directeurs et leur responsabilité. En novembre 1845, les délégués de l’ouest du Yorkshire se réunirent dans le Cooperative Hall de Dewsbury afin d’esquisser une série de résolutions qui serait examinée lors du congrès national de Manchester. L’identité des administrateurs prévus inspirait des réserves concernant l’exécutif : ses membres ne devraient pas être salariés, fût-il conclu de manière unanime.

  • 67 NS, 11 janvier, 15 et 22 novembre, 20 décembre 1845 ; Chartist Co-operative Land Society. Important (...)

58Les résolutions de Dewsbury exigeaient surtout plusieurs modifications constitutionnelles pour garantir la reconnaissance légale. Hélas, Harney – alors rédacteur en chef du Star depuis moins d’un mois, et sans doute à la demande d’O’Connor – géra très mal cet épisode en refusant de publier le rapport qui lui fut envoyé de Dewsbury. Les délégués le firent donc imprimer comme prospectus et le distribuèrent eux-mêmes. Il s’ensuivit la désormais habituelle nuée de critiques et d’insinuations sur « les coups bas », « ces messieurs qui s’attaquent dédaigneusement aux détails de ce Plan agraire » et au « diable qui tente d’apposer sa corne ou son sabot sur les plans qu’il ne peut détourner à son profit ». O’Connor souffrait d’une nouvelle attaque de la maladie qui le frappait périodiquement – début 1845, il était resté alité pendant près d’un mois, pour cause de léthargie et d’inflammation ophtalmique. Jouant sur la corde sensible, il prétendit que les résolutions de Dewsbury le faisaient « trembler pour la sécurité de mon enfant. Autrement, je doute que j’aurais quitté mon lit et mis ma vie en danger pour le défendre67 ».

59Cette revendication était conforme au statut du gentleman-leader radical, qui sacrifiait tout pour la défense du peuple, mais cette réaction était évidemment disproportionnée et de mauvais augure. La gestion d’une entreprise financière aussi complexe pouvait-elle être confiée à une seule personne ? O’Connor disposait d’immenses réserves d’énergie et de ténacité, d’enthousiasme communicatif et d’optimisme contagieux. Il n’est pas exagéré de dire qu’il adorait « les vestes de futaine » et leurs familles, ou que son engagement en faveur de leurs besoins – tels qu’il les concevait – était sans limites. Mais O’Connor ne tolérait pas les critiques, même constructives, et se laissait aisément griser par les compliments. Il avait du mal à déléguer et n’avait guère le sens du détail (surtout financier). Paradoxalement, tandis que le plan agraire prenait son essor, les critiques venant du chartisme même et l’intransigeance officielle galvanisèrent les soutiens. L’adhésion devint un acte politique en soi, un geste de défi face à la législation de classe et à l’hostilité du gouvernement, une motion de confiance pour la présence d’O’Connor à la tête du chartisme dans son ensemble.

Le Premier Domaine du Peuple

Allons, quittons la sombre crasse,
Et l’étroite rue encombrée,
Agitation, bruit et fumée,
Pour respirer un air plus doux.
Laissons les somptueux palais
À tous ceux qui se disent grands ;
Allons jouir d’une journée
Au Premier Domaine du Peuple !
Les drapeaux qui claquent au vent,
Les fanfares qui jouent gaiement,
Que tout ne soit donc qu’allégresse
Durant notre journée sacrée.
Dans cette ferme, « O’Connorville »
Jadis appelée « Herringsgate »,
Allons donc prendre possession
Du Premier Domaine du Peuple !
(John Arnott, « Le Premier Domaine du Peuple », Northern Star, 1er août 1846)

  • 68 NS, 14 mars 1846.
  • 69 Un acre équivaut à environ 0,4 hectare.
  • 70 NS, 14 mars, 18 avril 1846. La meilleure source d’informations détaillées sur les propriétés charti (...)

60En mars 1846, la Chartist Co-operative Land Society acquit son premier terrain à Heronsgate, près de Rickmansworth dans le Hertfordshire. Juridiquement, cette quarantaine d’hectares fut acquise au nom d’O’Connor parce que, nous l’avons vu, la société n’avait pu être enregistrée. L’événement fut publiquement salué. Bien peu savaient, en revanche, qu’une hypothèque substantielle fut aussitôt contractée sur cette propriété pour obtenir des capitaux. Le pouls du chartisme s’accélérait. Duncombe avait récemment présenté des pétitions totalisant trois millions de signatures pour que Frost, Jones et Williams soient pardonnés et libérés. Comme on pouvait s’y attendre, le Parlement vota contre, mais les chartistes en tirèrent le maximum aux dépens de Cobden et de Bright, « qui sortirent en boudant de la Chambre des communes juste avant la division68 ». La liste des votants et des abstentions fut présentée comme définissant le champ de bataille de la prochaine élection générale. C’est avec un intérêt intense que furent accueillis les « premiers propriétaires en futaine » dont le nom fut décidé lors d’un tirage au sort à Manchester, le lundi de Pâques. Un scrutin favorable accordait quatre, trois ou deux acres – selon qu’ils détenaient deux, une et demie ou une seule part(s)69. Des routes seraient tracées, la terre serait rendue cultivable, une irrigation installée et une chaumière avec dépendances construite sur chaque lopin. En outre, chaque bénéficiaire se verrait consentir un prêt pour l’achat de bétail et de matériel. Le remboursement serait lié à un loyer annuel (plus de 11 livres pour un terrain de quatre acres), contrairement à ce que la publicité laissait entendre70.

  • 71 NS, 23 mai, 13 juin, 11 juillet 1846, Hadfield, Chartist Land Company, op. cit., p. 96.

61Les travaux commencèrent presque aussitôt à « O’Connorville », supervisés par O’Connor en personne, qui s’installa dans la ferme existante à Heronsgate et se mit à envoyer au Northern Star des bulletins réguliers « en provenance du Paradis » : « Mon visage pâle a pris un bon teint hâlé et sain. Je peux sauter par-dessus les barrières sans les ouvrir. Je me lève chaque matin à six heures, et quand je regarde le paysage par ma fenêtre, quand je pense à tous ceux que mes efforts rendront heureux, j’ai le sentiment d’être un géant. » En juin, 200 personnes travaillaient sur le domaine, toutes embauchées personnellement – O’Connor se méfiait des intermédiaires –, gérées par lui et par un unique contremaître. Pendant une bonne partie de l’été, il ne passa que les mercredis et les jeudis loin de Heronsgate, se rendant à Londres pour le Star et pour ses affaires personnelles. Même pour l’élection partielle à Nottingham en juillet, il ne s’accorda qu’une journée71.

  • 72 M. Chase, « The concept of jubilee », PastPrésent, 129 (1990), p. 132-147.

62Le lundi 17 août, les fruits de son travail furent offerts aux regards de tous lors du « jubilé chartiste ». Le terme était lourd de symboles : les chartistes connaissaient l’Ancien Testament, et l’institution du jubilé, présente dans le Lévitique, figurait depuis longtemps dans le lexique de l’agrarisme radical anglais72. Au moins 12 000 personnes visitèrent le domaine, pour inspecter les bâtiments et caresser la vache Rebecca – baptisée en hommage aux émeutiers gallois qui protestaient contre les barrières d’octroi. La plupart des visiteurs étaient venus de Londres en une caravane d’une centaine de charrettes décorées, partie le matin même d’Oxford Street, mais il y avait aussi des contingents venant de Reading, d’Oxford, du Devon, du Lancashire et du Yorkshire. Au milieu du bal, des discours et des récitations, la star était le domaine du peuple proprement dit. L’atmosphère de cette journée est bien saisie par un discours prononcé par une recrue récente, Ernest Jones, avocat âgé de 27 ans, écrivain et fils d’un ancien aide de camp du duc de Cumberland (roi de Hanovre depuis 1837). Deux semaines auparavant, Jones avait pris pour la première fois la parole lors d’une manifestation chartiste, « l’anniversaire du chartisme renouvelé », à Blackstone Edge, sur les hautes landes situées entre le Lancashire et le Yorkshire. Contemplant O’Connorville, Jones déclara :

  • 73 NS, 22 août 1845.

Je pense que nous pouvons parler d’un baptême [...] nous baptisons avec la terre et non avec l’eau, baptême plus saint, puisque cette terre est vouée au but pour lequel Dieu l’a conçue, nourrir ceux qui la travaillent à la sueur de leur front. (Acclamations). Quand j’ai quitté Londres ce matin, je pensais seulement aller à 27 ou 28 kilomètres de la ville ; je commence maintenant à penser que j’ai dû faire un très long voyage, car je suis arrivé dans un pays que je ne m’attendais guère à voir. J’ai quitté le pays de l’esclavage et je suis arrivé au pays de la liberté, j’ai quitté le pays de la pauvreté et je suis arrivé au pays de la richesse, j’ai quitté le pays des Whigs et je suis au glorieux pays de la Charte ! C’est la terre promise, mes amis73 !

Vies chartistes. Ann Dawson

63De tous les vestiges matériels du chartisme, c’est l’un des plus touchants, et certainement des plus colorés (voir quatrième de couvertue). La naïveté de l’exécution se combine à l’ardeur des couleurs pour créer une impression de jeunesse ensoleillée, à la fois élégiaque et optimiste. Ce marquoir brodé, qui représente l’école d’O’Connorville, vient nous rappeler concrètement que le chartisme accueillait les hommes, les femmes et les individus de tous âges, avec un engagement profond dans la mission éducative. À partir de 1840, ce but s’inscrivit dans le cadre de la nouvelle initiative, mais il avait toujours été partie intégrante du chartisme. Le travail d’Ann Dawson, à propos de laquelle on ignore tout, transcende la division simpliste entre la « force physique » d’O’Connor et la « force morale » pacifique de Lovett. Il suffit de considérer le texte brodé sur le marquoir :

À Britannia, la chaîne atroce d’esclavage
Imposait la douleur, la faim à ses victimes,
Nul œil n’avait pitié, nulle main ne sauvait.
Puis vint pour la briser le vaillant O’Connor.
Éveillés par le bruit, une bande de braves
Sortirent de sa torpeur et à lui se rallièrent
Résolus à défier l’imbécile et le traître,
Pour avec O’Connor gagner la liberté,
Pour obtenir la Charte et sans capituler.

« La Charte et sans capituler » était le cri de ralliement universel du mouvement, surtout après que le Parlement eut rejeté la première pétition en juillet 1839. Juste en dessous de ces vers, Ann broda un livre posé sur une ancre de marine, encerclés par une couronne de roses, avec pour légende : « La bible et l’ancre ». Vient ensuite une représentation bidimensionnelle de « l’école chartiste d’O’Connorville près de Londres », au point de croix. On croirait entendre un enfant réciter tant bien que mal les derniers vers d’un poème, car le texte perd ensuite toute structure.

64Les marquoirs étaient en général l’œuvre de filles de 8 à 15 ans, même si l’on connaît plusieurs exemples dus à des garçons ou à des adolescentes plus âgées. Des milliers de marquoirs du xixe siècle ont survécu, en général réalisés avec minutie et exprimant souvent des sentiments religieux qui mènent presque inévitablement à la conclusion que ces ouvrages étaient réalisés sous l’étroite supervision d’un adulte. Le travail d’Ann a néanmoins un caractère subversif, pour plusieurs raisons. Premièrement, l’expression de sentiments politiques avoués est extrêmement rare dans les marquoirs. Le recours à un poème laïque est tout à fait atypique. L’ouvrage d’Ann est aussi subversif par sa technique que par son contenu. En résumé, les marquons brodés remontent à la fin du Moyen Âge, constituant une activité de loisir ainsi qu’une preuve de savoir-faire chez les femmes de l’élite. Au xvie siècle, il s’agissait en général « de grands rectangles de lin ornés d’une collection de motifs souvent tirés des herbiers et des bestiaires ». L’ajout de vers se développa surtout au xviiie siècle, où la féminité était conçue selon un schéma profondément patriarcal.

  • 74 R. Parker, The Subversive Stitch, Londres, Women’s Press, 1984, p. 85, 173-174 ; National Society f (...)

65À la fin du xviiie et au xixe siècle, on se mit à enseigner la broderie aux pauvres. Des livres furent publiés pour expliquer comment faire, et les travaux d’aiguille devinrent un élément central du programme des écoles religieuses ou laïques. L’une des conséquences fut la perte de la spontanéité et de l’ornement, car les marquoirs se composaient fréquemment de séquences alphabétiques et numériques au point de croix, du nom et de l’âge de l’enfant responsable et parfois de son école. De plus en plus, la toile utilisée n’était plus le lin, mais un tissu de laine, moins cher et plus facile à broder, appelé « tammy ». L’usage abondant de soies richement colorées ou de cotons mercerisés, rendu possible par la révolution industrielle et commerciale du xviiie siècle, resta associé aux marquoirs des classes moyennes et supérieures. Cependant, ceux des foyers moins aisés, surtout dans le contexte institutionnel des écoles ou des orphelinats, tendaient vers la monochromie74.

  • 75 S. Mayor et D. Fowle, Samplers, Londres, Studio, 1990, planche 6 ; L. Synge, Antique Needlework, Lo (...)

66De toute évidence, notre marquoir ne correspond pas aux généralisations ci-dessus. Toute règle a ses exceptions, mais le côté exceptionnel de l’ouvrage d’Ann est spectaculaire. Malgré sa séduction visuelle, il ne présente pas l’ordre et la précision des autres marquoirs connus. Cela suggère un travail naturel et volontaire, plutôt qu’une activité scolaire imposée. Son marquoir est bigarré et brodé sur du lin. Il inclut des vers et des éléments stylisés rappelant une époque antérieure, beaucoup moins courants à l’époque victorienne. Les deux petits personnages dans les coins en bas, par exemple, évoquent un motif commun sur les marquoirs des xviie et xviiie siècles, sans doute dérivé d’un motif italien plus ancien, représentant un échange de cadeaux entre amoureux – et rappelant les figures bibliques d’Adam et Ève –, peu à peu simplifié par les générations successives75.

  • 76 BL, MAPS 172. S.1, « O’Connorville » (1846) ; NS, 22 août 1846, 8 et 29 mai 1847.

67L’autre élément frappant est la représentation de l’école d’O’Connorville, également stylisée, à la manière des bâtiments carrés, de style xviiie siècle, figurant sur tant de marquoirs. Son auteur fait preuve d’une précision étonnante qui ne peut résulter que de l’observation de l’édifice original ou, plus vraisemblablement, de sa représentation sur les documents promotionnels du plan agraire. Elle est tout à fait conforme au bâtiment tel qu’il était prévu à l’époque où le terrain fut acheté en 1846. Une carte en couleurs réalisée alors, et reproduite sur une gravure offerte aux lecteurs du Northern Star en janvier suivant, montre l’école exactement comme sur le marquoir, avec trois portes, six fenêtres en bas et trois en haut, une tour supportant une horloge au centre avec une cheminée de chaque côté. On ignore si le bâtiment dont la construction fut achevée au printemps 1847 incluait la tour en question, ce qui indique qu’Ann pourrait l’avoir copié d’après la carte – qui fit le tour des principales localités chartistes – ou d’après la gravure qui en fut tirée. Peut-être se trouvait-elle dans la foule du « Jubilé du Peuple », venue fêter l’acquisition du domaine en août 1846, ou dans celle de la Pentecôte 1847, venue célébrer l’arriver des premiers « propriétaires en futaine76 ».

  • 77 Calcul fondé sur les données disponibles sur le site Free Births, Marriages and Deaths, http://free (...)
  • 78 Il fut acheté en 1981 par la propriétaire actuelle, Angela Killick, chez un antiquaire de Portobell (...)
  • 79 NS, 10 avril 1841, 24 août et 7 septembre 1844,11 mars 1848.

68Qui était donc Ann Dawson ? Impossible de le dire avec certitude. Depuis le début de l’enregistrement civil des naissances en 1837 jusqu’à l’année 1843, on dénombre environ 350 filles nommées Ann Dawson en Angleterre et au pays de Galles77. Le marquoir lui-même n’offre aucun indice, pas plus que sa provenance78. Il est tentant de penser qu’Ann était élève à O’Connorville. Pourtant, aucun Dawson ne figure parmi les colons. L’inclusion de deux cerfs, emblème du Hertfordshire, suggère qu’Ann habitait cette région, mais les cerfs faisaient partie de l’imagerie traditionnelle des marquoirs, sans doute à cause de la fréquence avec laquelle ils apparaissaient en héraldique. De plus, Dawson est un nom qui n’apparaît pas dans le recensement de 1851 pour le Hertfordshire. Le nom n’est en revanche pas rare dans les terres chartistes du Nord industriel, et c’est peut-être là qu’il faut chercher des informations. À cause de la domination des noms masculins dans les archives du mouvement chartiste, on ne peut que se borner à des conjectures la concernant. Peut-être était-elle la fille de l’un des chartistes actifs portant ce nom : John Dawson, du nord du Staffordshire – commissaire au plan agraire dans la branche de Hanley et Shelton –, William Dawson, de Holbrook dans le Derbyshire – qui fit un don au Fonds des victimes créé par le Northern Star –, ou Isaac Dawson, de Droylsden – membre actif au sein de la branche locale de la NCA79.

  • 80 Registres des actionnaires de la National Land Company, BT 41/474/2819 et 41/476/2659 ; D.J.V. Jone (...)
  • 81 HO 107/2234/37/15.

69Parmi les actionnaires du plan agraire, soixante-trois Dawson avaient entièrement payé leur part : seize d’entre eux étaient tisserands, onze laboureurs, quatre peigneurs de laine, trois tailleurs, deux fileurs, deux cordonniers et deux mécaniciens. D’autres métiers du textile incluaient quatre Dawson, l’ingénierie trois, et il y avait un Dawson dans chacune de ces activités : comptable, fleuriste, jardinier, colporteur, ferronnier, menuisier, maçon et maître d’école. Même chose pour les métiers suivants : polisseur de cuivre, vitrier, potier, tavernier et gardien d’entrepôt. Ce spectre professionnel est compatible avec un échantillon systématique des membres au niveau national, où les tisserands suivis par les laboureurs sont les groupes les plus nombreux, suivis de loin par les cordonniers, les tailleurs, les tricoteurs de bas, les peigneurs de laine et les fileurs80. La répartition géographique révèle des résultats semblables dans le Yorkshire (vingt-deux), le Lancashire (onze) et le Cheshire (sept). Enfin, la division entre hommes et femmes correspond aux tendances nationales : tous les Dawson sont des hommes sauf Sarah Ann Dawson (tisserande à Bacup, dans l’est du Lancashire) et deux sœurs de Droylsden, décrites comme « trop jeunes » dans la colonne « profession » du registre des actionnaires. Elles se prénommaient Betty et Ann, et leur père, selon le recensement de 1851, était Isaac Dawson81. On peut raisonnablement supposer que cette Ann Dawson est l’auteure du remarquable marquoir d’O’Connorville, même s’il ne peut s’agir que d’une hypothèse, notamment parce que cette Ann-là était née en 1842. Si c’est bien en 1847 – date figurant dans le coin en haut à droite – que fut brodé ce marquoir, sa réalisation par une fillette de 5 ans a quelque chose d’exceptionnel, et explique peut-être aussi les maladresses d’exécution. Il est cependant possible que 1847 indique la date d’ouverture d’O’Connorville et que le marquoir ait été terminé plus tard. La coïncidence d’un objet signé, typiquement réalisé par des écolières, avec une actionnaire du plan agraire du même nom qui était la fille d’un activiste chartiste ne laisse pas d’intriguer. L’hypothèse mérite d’être creusée.

  • 82 Analyse fondée sur le recensement de 1851 pour Droylsden, HO 107/2234/37/15.

70Ann, Betty et leurs frères Benjamin et Joshua étaient tous actionnaires, tous domiciliés à la même adresse, Ashton New Road, à Droylsden. L’enrôlement d’enfants dans le plan agraire n’était pas rare, même si peu de familles avaient les moyens d’inscrire quatre personnes. L’investissement financier était de taille. Fait significatif, ni Isaac ni son épouse Hannah n’achetèrent de parts. Les parents inscrivaient le plus souvent un seul enfant, comme le fit par exemple Jonathan Dawson, laboureur d’Attercliffe, près de Sheffield. Quand trois membres d’une famille ou davantage possédaient des parts, il s’agissait en général de salariés, comme par exemple les Dawson de Marcham, près d’Abingdon (Berkshire) : Thomas, colporteur, les laboureurs Jonathan et Job, et le jardinier Jonathan junior. Les Dawson de Droylsden firent donc un investissement important. Pourtant, le recensement de 1851 montre bien qu’ils ne faisaient pas partie des chartistes de la classe moyenne, dont le nom apparaît parfois comme actionnaires82. Isaac, âgé de 36 ans et originaire de Huddersfield, était boulanger. Comme il n’apparaît pas dans les annuaires commerciaux locaux, peut-être était-il employé dans la boulangerie, au lieu de gérer son propre établissement. Hannah, également âgée de 36 ans, était née dans le Lancashire, comme leur fils aîné, Benjamin, en 1836. La mère, le fils et la fille aînée Betty, étaient tous ouvriers filateurs, employés à la tâche ingrate et poussiéreuse de préparer les fibres de coton pour les filer. Sans doute souffraient-ils des maladies respiratoires endémiques aux cardeurs.

71Hannah avait eu un autre fils, Samuel, en 1848, et cette famille de sept personnes complétait ses revenus en prenant trois ouvriers des filatures comme locataires : Martha Dutton, 19 ans, de Huddersfield, Catherine Litherland, 20 ans, de « Woolridge » (probablement Wollwich, dans le sud de Londres), et James Hardy, 19 ans, de Colne, dans le Lancashire. Comme ils habitaient un quartier ouvrier, les Dawson avaient pour voisins, d’un côté une famille de fileurs de coton, de l’autre un fabricant de feutre et son beau-fils (également fabricant de feutre) et deux filles âgées de 16 et 20 ans, toutes deux tisserandes en usine. Un peu plus loin dans Ashton New Road vivait une autre famille nommée Dawson : Francis et Ellen, nés en Irlande, avec leurs quatre filles (tous tisserands), deux petits-fils – l’aîné, 11 ans, travaillait à temps partiel dans une filature – et six autres tisserands qui logeaient chez eux.

  • 83 E. Butterworth, Statistical Sketch of the County Palatine of Lancaster, Londres, Longman, 1841, p.  (...)
  • 84 Pigot and Slater’s General and Classified Directory of Manchester and Salford, Manchester, Pigot &  (...)

72Droylsden était loin d’être une ville prospère. Bien que décrite en 1811 comme « l’une des portions rurales de la paroisse de Manchester », son économie et son caractère étaient intimement liés à ses voisines plus aisées, Ashton-under-Lyne et Stalybridge. En février 1841, les tisserands sur métier à vapeur de la plus grande filature de Droylsden avaient été vaincus lorsqu’ils avaient résisté aux baisses de salaire, et selon le Northern Star, le village était « une scène de pauvreté, de misère, de détresse, de famine et de besoin83 ». Coupé par deux voies ferrées et trois canaux, Droylsden était bien trop petit pour avoir une base industrielle variée : l’activité y était confinée au coton, à la soie, aux chapeaux, à l’impression sur calicot et à la teinture. En 1841, sur les 2996 habitants, presque tous les plus de 11 ans étaient employés dans l’industrie textile. Il y avait trois chapelles non conformistes mais pas d’église anglicane avant 1848. Droyslden possédait autant de débits de bière que de magasins (quinze), plus quatre pubs84.

  • 85 D. Thompson, Chartists, New York, Panthéon, 1984, p. 348 ; NS, 1er avril 1848 ; J. Higson, Historic (...)

73Ann vivait dans la grand-rue. Ashton New Road avait été ouverte en 1826 pour améliorer le trajet de Manchester à Ashton : les chemins étaient jonchés de cendres et dénués d’éclairage jusqu’en 1848. La combinaison des filatures et d’un habitat majoritairement ouvrier faisait de Droylsden l’exemple quasi parfait du centre chartiste. Près de 3 000 signatures de la localité furent réunies pour la pétition de 1839, et 2600 en 1842. Droylsden forma ensuite sa propre branche de la NCA et, en 1846-1847, du plan agraire et de sa Land and Labour Bank. Signe que la communauté était très soudée, la société d’inhumation investit ses fonds dans la banque et incita les autres sociétés à en faire autant. Les chartistes de Droylsden se réunirent d’abord dans les Total Abstinence Rooms, mais ouvrirent par la suite leur propre local dans « une chaumière louée à cette fin », dans Edward Street, tout près de chez les Dawson. Droylsden avait aussi acquis la réputation d’être un centre chartiste aussi turbulent que Stalybridge et Ashton, le premier historien de la ville notant que vers le milieu des années 1850, « des pointes de pique à l’aspect redoutable » étaient régulièrement déterrées dans les terrains vagues à moins d’un kilomètre d’Ashton New Road85.

  • 86 S. Bamford, Walks in South Lancashire, Blackley, imprimé à compte d’auteur, 1844, p. 36 ; NS, 1er j (...)

74Droyslden était trop petite pour documenter abondamment l’activité chartiste. Mais dans notre désir de comprendre le monde qu’habitait la créatrice possible du marquoir d’O’Connorville, nous pouvons raisonnablement supposer l’existence d’une gamme d’activités et d’opinions semblable à celle des communautés textiles voisines. Dans les plus petites villes, le chartisme et le non-conformisme étaient souvent les seules forces culturelles en dehors des pubs et des débits de bière. À Crompton, au nord d’Oldham, « il n’y avait pas d’institut ouvrier, pas de bibliothèque publique, pas de cabinet de lecture à part ceux des chartistes, pas plus que de libraire ou de marchand de journaux ». Dans ces localités, presque toute la population apportait son soutien au chartisme à l’apogée du mouvement ; l’engagement politique des femmes – qui travaillaient en général comme cardeuses, fileuses ou tisserandes – était monnaie courante et ne suscitait aucun commentaire, sauf de la part de visiteurs extérieurs. Elles pouvaient organiser des thés et des collectes de fonds pour les familles de prisonniers chartistes, et elles portaient leurs propres bannières lors des processions et rassemblements. Elles jouaient le rôle d’enseignantes radicales ; elles n’achetaient qu’auprès de boutiquiers qui juraient de soutenir la Charte ; elles pouvaient directement organiser le boycott systématique, comme résolut de le faire un meeting de plus de mille ouvrières à Ashton en mai 1839. Elles publiaient aussi des manifestes, d’une force parfois stupéfiante : « Il vaut mieux être tué par l’epée que de mourir de faim, déclarèrent les femmes chartistes d’Ashton en 1839. Nous avons résolu de ne plus accorder nos mains, notre cœur et notre couche à aucun homme s’il ne se fait pas l’avocat des droits de l’homme, et l’ennemi déclaré de la maudite New Poor Law. » Elles avaient hâte de « voir l’intelligence devenir le critère nécessaire pour voter, et alors, chères sœurs, nous occuperons dans la société la situation qui nous convient, et nous jouirons de la franchise électorale au même titre que les hommes de nos familles86 ».

  • 87 Naissance déclarée à Manchester, 1842, voir Jones, Chartism, op. cit., p. 24 ; Pickering, Chartism, (...)
  • 88 J. Sinclair, National Education and Church Extension, Londres, Rivington, 1849, p. 67.

75Il fallait donc s’attendre à ce que, dans ces communautés, les enfants partagent à leur façon l’engagement de leurs parents en faveur du chartisme. La pratique courante de nommer un enfant d’après un héros radical en est le témoignage le mieux connu. En soulignant le côté comique de cette habitude, les historiens n’en ont pas moins détourné l’attention de ce que signifiait grandir dans un foyer chartiste – qui pourrait retenir un sourire en apprenant que Mr et Mrs Boden avaient prénommé leur fille Fanny Amelia Lucy Ann Rebecca Frost O’Connor McDouall Leach Holberry Duffy Oastler Hill87 ? L’écrasante majorité des parents chartistes s’abstenaient pourtant de ces gestes d’adulation, comme le montrent bien les Dawson. Bien plus importante était la participation de leurs enfants aux activités chartistes. Dans la presse hostile au chartisme, peu de journalistes résistaient au plaisir de minimiser l’importance des meetings en soulignant que beaucoup de très jeunes y assistaient, mais la participation de ces derniers s’étendait à d’autres sphères. Lors de la grève générale de 1842, par exemple, « le premier jour où les filatures furent arrêtées, un groupe de cinq cents jeunes filles, élèves de l’école du dimanche non conformiste d’Oldham, défilèrent en tête des émeutiers, chantant leurs cantiques88 ».

  • 89 W.E. Adams, Memoirs of a Social Atom, Londres, Hutcheson, 1903, p. 163-164 ; W. Farish, Autobiograp (...)

76Le foyer même avait une dimension chartiste. Des assiettes et des tasses à l’effigie de Hunt, puis de Stephens, étaient produites en masse pour être vendues dans le Nord industriel. Des dizaines de milliers de portraits gravés des principaux chartistes et d’autres héros radicaux étaient distribués par le Northern Star pour orner le domicile des lecteurs. William Adams, né en 1832, grandit chez sa grand-mère, blanchisseuse, où « l’une des images dont j’aie le plus ancien souvenir – elle se trouvait à côté des marquoirs et dessins au pochoir, non loin d’une statuette en porcelaine de George Washington – était un portrait de John Frost ». « Je possédais moi-même un de ces portraits, se rappelait William Farish, tisserand au métier manuel né dans la pièce située au-dessus de l’atelier de tisserand de son père à Carlisle. Une fois encadrée de mes mains, elle servit pendant des années à orner les murs de ma chambre ». Le marquoir d’Ann Dawson, qui n’aurait bien entendu pas été une preuve de savoir-faire montrable à un employeur possible, était précisément destiné à parer un intérieur privé. On peut l’imaginer à la place d’honneur à côté des objets manufacturés de la culture radicale populaire89.

  • 90 RG 9/2989/62/27.

77Bien sûr, les enfants étaient censés contribuer directement à l’économie familiale dès le plus jeune âge. Betty, la sœur aînée d’Ann, commença sans doute à travailler comme cardeuse à 11 ans ; elle l’était assurément à 13 ans, lors du recensement de 1851. Vers le milieu des années 1850, Ann suivit sa sœur dans les filatures : le recensement de 1861 la répertorie comme fileuse de coton90. L’un des grands attraits du plan agraire était qu’il semblait offrir un moyen concret de mettre un terme à l’emploi d’enfants dans les usines et réinstaller la mère au cœur de la vie domestique. Si les Dawson comptèrent parmi les pèlerins du Lancashire à se rendre à O’Connorville en mai 1847, ils durent entendre O’Connor évoquer avec chaleur cette question dans l’école même :

  • 91 NS, 8 mai 1847. Pour une analyse détaillée de ce discours, voir M. Chase, « We wish only to work fo (...)

Je vous ai tirés du pays d’Égypte, et de la terre de captivité. Ne devrais-je pas avoir un cœur froid comme la pierre si je pouvais observer sans émotion la scène que j’ai sous les yeux ? Qui peut contempler ces mères, habituées dès les premières lueurs de l’aube à être arrachées à ces nourrissons blottis contre leur sein ? (ici l’orateur fut tellement submergé par l’émotion qu’il dut s’asseoir, le visage baigné de grosses larmes, nous n’avions jamais rien vu de tel, aucun des présents ne put retenir ses pleurs). Après une pause, M. O’Connor reprit : Oui, cela correspond à l’un des principaux éléments de mon projet, que de rendre une épouse aimante à son mari, et l’enfant innocent à sa mère aimante (ici l’orateur fut à nouveau contraint de s’interrompre, et prononça assis le reste de son discours).
Voyez quelle race différente je créerai, voyez quel noble édifice pour l’éducation de vos enfants (acclamations). Alors qu’un gouvernement sectaire tente de maintenir sa domination et de nourrir les querelles confessionnelles, j’ouvre le sanctuaire de l’instruction libre pour l’instruction impartiale des jeunes, et malheur au pasteur enflammé qui oserait terroriser l’esprit influençable de l’enfant en brandissant le croquemitaine de la préférence religieuse (terribles acclamations, chapeaux agités). Que le père nourrisse et que la mère aimante allaite leurs enfants (acclamations) et nous aurons alors une génération de chrétiens libres (acclamations sonores)91.

78Ce fut l’une des prestations les plus admirées d’O’Connor. Même notre époque laïque n’est pas insensible à cette imagerie biblique qui donne au public le rôle d’Israël, peuple élu contre lequel se dressent – renversant la vision du chartisme qu’avait l’establishment – le clergyman enflammé et un gouvernement étroit et sectaire. Ce genre d’anticléricalisme vigoureux était fréquent parmi les chartistes. L’accent mis sur les relations familiales joue sur une autre émotion populaire profonde, identifiant les usines au renversement de l’ordre naturel du travail et de la vie domestique. À cette occasion, comme c’est si souvent le cas, les sentiments d’O’Connor montrent quelle force avait parmi les chartistes l’idée d’indépendance, indépendance par rapport aux caprices d’un gouvernement anti-démocratique et de l’Église d’État, indépendance par rapport à la « terre de captivité » de l’industrialisation.

79La clé de la popularité d’O’Connor comme dirigeant chartiste, surtout dans les régions textiles des Pennines, était sa capacité de renvoyer à ses auditeurs et lecteurs leur propre perception de leur position dans la société et leur désir de l’améliorer. Même si la religion ne comptait guère pour lui, il savait bien qu’elle était au cœur du sentiment radical populaire. Sur le marquoir, c’est ce que montrent bien la bible et l’ancre, rappelant les mots de saint Paul – « l’espérance, ancre de l’âme, sûre et ferme »– et sans doute aussi, pour les Dawson, les mots du poète chartiste local, Benjamin Stott :

  • 92 Hébreux 6,19 ; B. Stott, « Song for the million », NS, 24 septembre 1842, reproduit sous le titre « (...)

Du sol détourne ton visage,
Ta cause est sainte, pure et juste ;
Fie-toi au Dieu de Liberté,
Qu’il soit ton espoir et ton ancre92.

80Selon toute vraisemblance, les Dawson n’étaient pas à O’Connorville en mai 1847, mais ils durent lire le discours dans le Northern Star. Nous pouvons imaginer Ann brodant à la fenêtre – peut-être aidée par sa sœur Betty ou par les locataires, Catherine et Martha –, puis rangeant son ouvrage quand décline la lumière du jour. Dans la rue sans éclairage, on entend la toux d’une cardeuse. Une mère se glisse chez un voisin pour partager les nouvelles du boycott. Les hommes parlent à bâtons rompus de la dernière lettre de Feargus « aux vestes de futaine » tout en se rendant au local chartiste d’Edward Street. Trop souvent, l’intime et le personnel échappent au regard de l’historien. Nous voyons la vérité comme à travers un verre sombre ; pourtant, quelle qu’ait été cette Ann Dawson, son marquoir nous laisse entrevoir le chartisme de « la base ». Et ce que nous voyons, ce n’est pas seulement la politique de la faim, mais une tentative visant à améliorer la vie dans tous ses aspects.

Notes

1 TS 11/600, White à Cooper, non daté [juillet 1842].

2 Brighton Gazette, 8 décembre 1842, cité dans R. Wells, « Southern Chartism », Rural History, 2/1 (1991), p. 48 ; MS, 3 et 17 septembre 1842 ; A. Plummer, Bronterre, Londres, Allen & Unwin, 1971, p. 177 ; R. Fyson, « Bronterre O’Brien : a Chartist in the Isle of Man, 1844-47 », Isle of Man Natural History and Antiquarian Society Proceedings, 10/4 (1998), p. 393-400.

3 NS, 10 décembre 1842,4 février 1843 ; P. Storey, « James Williams », Biographical Dictionary of Modem British Radicals, Hassocks, Harvester, 1979, p. 544-548 ; S. Roberts, Radical Politicians and Poets in Early Victorian Britain, Lampeter, Mellen, 1993, p. 50-54 et 110.

4 TS 11/601, Mead à Cooper, non daté [juillet 1842 ?].

5 LHASC documents Miniken, 1/1/50, Vincent à Miniken, 13 juillet 1842 ; The Times, 20 mai 1844 ; W. Dorling, Henry Vincent, Londres, Clarke, 1879, p. 33-40. Perronet Thompson connut autant de défaites que Vincent mais il fut aussi élu député à deux occasions, voir McCalmont’s Parliamentary Poil Book, M. Stenton et J. Vincent (éd.), Brighton, Harvester, 1971.

6 ECC, 62 [avril 1842] ; TS 11/601, White à Cooper, 12 juillet 1842.

7 NS, 3 septembre, 29 octobre et 19 novembre 1842.

8 La principale citation vient de NS, 10 décembre 1842, voir aussi 26 novembre, 3, 17 et 24 décembre 1842 ; British Statesman 19, 26 novembre et 3 décembre 1842 ; voir aussi E. Yeo, « Practices and problems of Chartist democracy », dans J. Epstein et D. Thompson (éd.), Chartist Expérience, Londres, Macmillan, 1982, p. 357.

9 NS, 7 janvier 1842.

10 NS, 28 janvier et 4 février 1843.

11 NS, 4 février 1843 ; J.A. Epstein, « Feargus O’Connor and the Northern Star », International Review of Social History, 21 (1976), p. 92 et 97.

12 NS, 12 août 1843 ; F. O’Connor, A Letter from Feargus O’Connor, Esq., to the Reverend William Hill, Londres, Cleave, 1843 ; W. Hill, A Scabbardfor Feargus O’Connor’s Sword, Hull, Johnson, 1844. Voir le journal de Hill, Lifeboat (décembre 1843-janvier 1844).

13 F.C. Mather, « The Government and the Chartists », dans A. Briggs (éd.), Chartist Studies, Londres, Macmillan, 1959, p. 390-393.

14 Pollock à Graham, 9 octobre 1842, cité dans Mather, « Government and the Chartists », art. cité, p. 391-392.

15 BL documents Peel, Add MSS 40436, fo 93, 10 mars 1843, cité dans J.A. Epstein, The Lion of Freedom : Feargus O’Connor and the Chartist Movement, 1832-42, Londres, Croom Helm, 1982, p. 301.

16 Calculs d’après O. Ashton et al., The Chartist Movement : A New Annotated Bibliography, Londres, Mansell, 1995, p. 64-70 ; ECC, 153 [janvier 1843], Aucun des journaux écossais cités ici n’apparaît dans l’étude de W.H. Fraser, « The Chartist press in Scotland », dans J. Allen et O. Ashton (éd.), Papers for the People, Londres, Merlin, 2005, p. 82-105.

17 NS, 3,17 juin, 2 et 9 septembre 1843, 24 mars 1849 ; O. Ashton, « Chartism in mid-Wales », Montgomeryshire Collections, 62/1 (1971), p. 43.

18 M. Chase, « Chartism, 1838-58 : responses in two Teesside towns », Northern History, 24 (1988), p. 162 ; MS, 2 septembre 1843.

19 O’Connor vendait beaucoup de cartes de membres à ces occasions, mais il ajoutait apparemment aux totaux les quantités qu’il laissait vendre à ses hôtes : voir Lifeboat, 30 décembre 1843, National Reformer, 16 janvier 1847, A. Wilson, The Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 206.

20 R. Challinor et B. Ripley, The Miners’ Association, Londres, Lawrence & Wishart, 1968 ; R. Colls, Pitmen of the Northern Coalfield, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 281-301 ; M. Chase, Early Trade Unionism, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 205-207,224 note 6.

21 Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 205-206 ; Challinor et Ripley, Miners’Association, op. cit., p. 62.

22 Les houillères anglaises employaient environ 103 000 personnes en 1841 ; voir J. Benson, British Coalminers in the Nineteenth Century, Londres, Longman, 1989, p. 217. La MABGI comptait au maximum 6000 personnes en Écosse, et le syndicat échoua complètement au pays de Galles, voir Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 206 et 224 note 6.

23 HO 45/348, fo 2 ; NS, 30 septembre 1843.

24 Un agent des mines à Earl Fitzwilliam, 22 avril 1844, cité dans Challinor et Ripley, Miners’ Association, op. cit., p. 163.

25 Newcastle Journal, 22 juin 1844, cité dans Colls, Pitmen, op. cit., p. 300.

26 Challinor et Ripley, Miners’ Association, op. cit., p. 241.

27 D.R. Green, From Artisans to Paupers, Aldershot, Scolar, 1995, p. 99-100 ; R. Gurnham, 200 Years : The Hosiery Unions, 1776-1976, Leicester, NUHKW, 1976, p. 15 et 19 ; A. Little, Chartism and Liberalism : Popular Politics in Leicestershire, 1842-74, thèse, université de Manchester, 1991, p. 79-127.

28 T. Koditschek, Class Formation and Urban Industrial Society : Bradford, 1750-1850, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 481 ; D. McNulty, « Bristol trade unions in the Chartist years », dans J. Rule (éd.), British Trade Unionism, 1750-1850, Harlow, Longman, 1988, p. 239 ; C. Behagg, Politics and Production in the Early Nineteenth Century, Londres, Routledge, 1990, p. 115. Mason fit découvrir le chartisme à Cooper, voir Life of Thomas Cooper, Written by Himself, Londres, Hodder, 1872, p. 135-137.

29 W.H. Fraser, Trade Unions and Society, Londres, Macmillan, 1974, p. 43 ; R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894, p. 251-252 ; National Association for the Promotion of Social Science, Trade Societies and Strikes, Londres, Parker, 1860, p. 542.

30 J.B. Jefferys, The Story of the Engineers, Londres, Lawrence & Wishart, 1945, p. 25 ; P. Pickering, Chartism and the Chartists in Manchester and Salford, Basingstoke, Macmillan, 1995, p. 238 ; A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Sujfolk, Chelmsford, Essex CRO, 1982, p. 74 ; D. Goodway, London Chartism, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 165 et 173 ; I.J. Prothero, « London Chartism and the trades », Economie History Review, 24 (1971), p. 212-213.

31 NS, 30 décembre 1843.

32 NS, 5 décembre 1846 et 28 octobre 1843 ; McNulty, « Bristol trade unions », art. cité, p. 229- 232 ; Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 208 et 224, note 9.

33 S. Pollard, History of Labour in Sheffield, Liverpool, Liverpool University Press, 1959, p. 74-75 ; NS, 9 et 16 novembre 1844.

34 Pour l’histoire de la NAUT, voir Chase, Early Trade Unionism, op. cit., passim ; Prothero, « London Chartism and the trades », art. cité, p. 213-219 ; Goodway, London Chartism, op. cit., passim.

35 Pour Wheeler, voir DLB, vol. 6.

36 NS, 16 septembre 1843.

37 Yeo, « Practices and problems », art. cité, p. 357-358 ; Letterfrom Mr. Lovett to Messrs. Donaldson and Mason..., Londres, Hetherington, 1843, p. 2 et 4.

38 NS, 29 avril 1843 ; en dehors des preuves internes, l’idée que Wheeler écrivit l’essentiel de Practical Work fut avancée par W. Stevens, A Memoir of Thomas Martin Wheeler, Londres, Leno, 1862, p. 25.

39 E. Royle, Robert Owen and the Commencement of the Millennium, Manchester, Manchester University Press, 1998.

40 M. Chase, « We wish only to work for ourselves : the Chartist Land Plan », dans M. Chase et I. Dyck (éd.), Livingand Learning, Aldershot, Scolar, 1996, p. 139-140.

41 Cité dans J.A. Phillips, The Great Reform Bill in the Boroughs, Oxford, Clarendon, 1992, p. 155-156. Quant à la compatibilité entre owenisme et chartisme, voir E. Royle, « Chartists and Owenites – many parts but one body », Labour History Review, 65/1 (printemps 2000).

42 NS, 8 avril 1843.

43 J.F.C. Harrison, Robert Owen and the Owenites, Londres, Routledge, 1969, p. 59-60.

44 F. O’Connor, Practical Work upon the Management of Small Farms, 7e éd., Manchester, Heywood, 1847, p. 40-41.

45 NS, 2 septembre 1843 ; The Poor Man’s Guardian and Repealer’s Friend, 1 [3 juin 1843].

46 Citation tirée de NS, 27 avril 1844 ; Enregistrement – 25 mai, 22 juin, 10, 17 août, 7 septembre et 12 octobre 1844 ; McDouall, 6 avril et 18 mai 1844 ; National Hall, 15 juin ; O’Brien et Vincent, 29 juin ; Moir, 29 juin et 13 juillet.

47 Citation tirée de NS, 6 juin 1844 ; White, 25 mai ; Liverpool, 27 juillet ; NCA, 18 mai.

48 A. Marcroft, Oldham Liberal Bazaar Souvenir. Landmarks of Local Liberalism, Oldham, E.J. Wildgoose, 1913, p. 101, mais voir J. Vernon, Politics and the People, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, p. 223.

49 NS, 15 juin 1844. Il avait été blessé à Frome, dans le Somerset, en juillet, lors de l’effondrement du plancher d’une pièce où il parlait, NS, 29 juillet 1843.

50 NS, 10 août 1844, voir Gammage, History, op. cit., p. 253-255.

51 NS, 19 octobre et 30 novembre 1844, 5 avril 1845.

52 NS, 9 novembre 1844 ; voir aussi 26 octobre et 2 novembre.

53 Pour une analyse détaillée de l’idéologie du plan agraire, voir Chase, « We wish only to work for ourselves », art. cité.

54 NS, 28 décembre 1844 ; C.C.F. Greville, The Greville Memoirs, 1814-60, L. Strachey et R. Fulford (éd.), Londres, Macmillan, 1938, vol. 5, p. 183.

55 Peel à la reine Victoria, 29 mars 1842, cité dans Goodway, London Chartism, op. cit., p. 56 ; NS, 7 mars et 11 juillet, The Times, 9 et 13 juillet 1846.

56 Morning Star, 1er février 1845.

57 NS, 3 mai 1845.

58 NS, 26 avril 1845.

59 NS, 1er février 1845.

60 NS, 8 et 15 février 1845, voir aussi 16 et 23 novembre 1844.

61 NS, 3 mai 1845, reproduisant le National Reformer du 30 mars 1845.

62 NS, 10 mai 1845.

63 Le nombre exact d’adhérents ne fut jamais clair : voir chapitre 10.

64 NS, 7 juin, 23 août, 30 décembre 1845 ; Chase, « We wish only to work for ourselves », art. cité, p. 142-143.

65 Le meilleur exposé se trouve dans Yeo, « Practices and problems », art. cité, p. 366-374, dont s’inspirent les deux paragraphes suivants.

66 National Reformer, 14 novembre 1846, 6 février, 1er et 15 mai 1847. Pour les sociétés Bowkett voir M. Chase, « Out of radicalism : the mid-Victorian Freehold Land Movement », English Historical Review, 106 (avril 1991), p. 323 et S. Newens, « Thomas Edward Bowkett », History Workshop Journal, 9 (1980), p. 143-148.

67 NS, 11 janvier, 15 et 22 novembre, 20 décembre 1845 ; Chartist Co-operative Land Society. Important Meeting of Members Résident in the West Riding, Huddersfield, Brown, 1845.

68 NS, 14 mars 1846.

69 Un acre équivaut à environ 0,4 hectare.

70 NS, 14 mars, 18 avril 1846. La meilleure source d’informations détaillées sur les propriétés chartistes reste A.M. Hadfield, The Chartist Land Company, Newton Abbot, David & Charles, 1970.

71 NS, 23 mai, 13 juin, 11 juillet 1846, Hadfield, Chartist Land Company, op. cit., p. 96.

72 M. Chase, « The concept of jubilee », PastPrésent, 129 (1990), p. 132-147.

73 NS, 22 août 1845.

74 R. Parker, The Subversive Stitch, Londres, Women’s Press, 1984, p. 85, 173-174 ; National Society for Promoting the Education of the Poor in the Principles of the Established Church, Instructions on Needlework and Knitting, Londres, The National Society, 1847 ; J. Tôlier, British Samplers, Chichester, Phillimore, 1980.

75 S. Mayor et D. Fowle, Samplers, Londres, Studio, 1990, planche 6 ; L. Synge, Antique Needlework, Londres, Blandford, 1982, p. 71-72.

76 BL, MAPS 172. S.1, « O’Connorville » (1846) ; NS, 22 août 1846, 8 et 29 mai 1847.

77 Calcul fondé sur les données disponibles sur le site Free Births, Marriages and Deaths, http://freebmd.rootsweb.com, visité le 11 juin 2004.

78 Il fut acheté en 1981 par la propriétaire actuelle, Angela Killick, chez un antiquaire de Portobello Road, à Londres, qui l’avait lui-même achetée sur un marché aux puces de l’East End : impossible de remonter plus loin. Je remercie Angela Killick pour m’avoir autorisé à reproduire la photographie qui figure ici et pour m’avoir fait part de ses remarques sur ce marquoir brodé.

79 NS, 10 avril 1841, 24 août et 7 septembre 1844,11 mars 1848.

80 Registres des actionnaires de la National Land Company, BT 41/474/2819 et 41/476/2659 ; D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 134-137.

81 HO 107/2234/37/15.

82 Analyse fondée sur le recensement de 1851 pour Droylsden, HO 107/2234/37/15.

83 E. Butterworth, Statistical Sketch of the County Palatine of Lancaster, Londres, Longman, 1841, p. 90 ; M. Jenkins, General Strike of 1842, Londres, Lawrence & Wishart, 1980, p. 54, 56.

84 Pigot and Slater’s General and Classified Directory of Manchester and Salford, Manchester, Pigot & Slater, 1841 ; Victoria County History : Lancashire, Londres, Constable, 1991, vol. 4, p. 282-287.

85 D. Thompson, Chartists, New York, Panthéon, 1984, p. 348 ; NS, 1er avril 1848 ; J. Higson, Historical and Descriptive Notices of Droylsden, Past and Présent, Manchester, imprimé à compte d’auteur, 1859, p. 154-155.

86 S. Bamford, Walks in South Lancashire, Blackley, imprimé à compte d’auteur, 1844, p. 36 ; NS, 1er juin 1839 ; P. Pickering, Chartism and the Chartists in Manchester and Salford, Manchester, Manchester University Press, 1995, p. 214 ; citation tirée de NS, 2 février 1839.

87 Naissance déclarée à Manchester, 1842, voir Jones, Chartism, op. cit., p. 24 ; Pickering, Chartism, op. cit., p. 40-45, seule étude sérieuse sur les jeunes chartistes.

88 J. Sinclair, National Education and Church Extension, Londres, Rivington, 1849, p. 67.

89 W.E. Adams, Memoirs of a Social Atom, Londres, Hutcheson, 1903, p. 163-164 ; W. Farish, Autobiography of William Farish, Liverpool, J.R. Williams, 1890, p. 50.

90 RG 9/2989/62/27.

91 NS, 8 mai 1847. Pour une analyse détaillée de ce discours, voir M. Chase, « We wish only to work for ourselves », dans M. Chase et I. Dyck (éd.), Living and Learning, Aldershot, Scolar, 1996, p. 136-137.

92 Hébreux 6,19 ; B. Stott, « Song for the million », NS, 24 septembre 1842, reproduit sous le titre « Friends of Freedom », dans ses Songs for the Millions, Middleton, Horsman, 1843, p. 28. Pour Stott, voir DLB, vol. 6.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search