Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Chapitre 7. « Faire griller des muffins sur un volcan » (1842)

Texte intégral

Introduction

  • 1 Lettre à G. Arbuthnot, 4 octobre 1841, cité dans D. Read, Peel and the Victorians, Oxford, Blackwel (...)

1À l’automne 1841, lord Francis Egerton – propriétaire terrien dans le Lancashire, aperçu au chapitre 2, en pleine indécision face à l’arrestation de Stephens – étudia les « sentiments manifestés dans ce voisinage redoutable ». Ce n’était pas seulement le chartisme qui le tracassait, ni le début d’une nouvelle dépression économique. L’Anti-Corn Law League, résolue selon lui « à susciter de réels soulèvements si possibles », rendait plus menaçant encore le chaos existant dans le Lancashire industriel. « Rien qu’en y habitant, j’ai toujours l’impression de faire griller des muffins sur un volcan », faisait observait Egerton, plein d’un noir pressentiment. À l’époque victorienne, l’image du volcan était chère aux commentateurs de la société. Douze mois plus tard, un pasteur anglican en poste dans une région de filatures portait un regard rétrospectif sur les événements qui vont être au cœur de ce chapitre, la vague de grèves de 1842, et concluait : « Selon beaucoup de nos hommes les plus sérieux et les plus mesurés, la tempête s’est tue mais n’est pas calmée, et les récents soubresauts s’avéreront n’avoir été que les éclats du cratère avant l’éruption du volcan1. »

  • 2 J. Bairstow, cité dans un rapport de police, 18 juillet 1841, Derby, Bibliothèque d’études locales, (...)
  • 3 Pour une transcription de l’entrevue entre Peel et Hobson, voir The Ten Hours’ Question. A Report A (...)
  • 4 HO 45/256, 22 février 1842 ; Read, Peel, op. cit., p. 108,119,120-121 ; « Daniel McNaughton », ODNB (...)

2Les districts des filatures de coton n’étaient pas les seuls à offrir une impression d’insurrection imminente. D’après un espion, un conférencier de la NCA déclara à l’issue de l’élection de 1841 à Derby : « Nous sommes arrivés à une crise affreuse ; le jour et l’heure approchent où aura lieu une Révolution mortellement sanglante2. » Bien sûr, ces propos relèvent de l’hyperbole, et ce dernier exemple fut peut-être embelli lorsqu’il fut répété, mais l’Angleterre industrielle se trouvait en 1841-1842 dans un état inhabituel de tension et d’appréhension. L’industrie était en récession, le chômage partiel et les baisses de salaire étaient monnaie courante, les faillites se multipliaient. Dans toutes les régions de filatures, la haine montait alors que le gouvernement se montrait incapable de réduire le temps de travail, surtout parce qu’en octobre 1841 le Premier ministre Peel avait imprudemment prêté une oreille sympathique au Short Time Committee du West Riding – où siégeait notamment Hobson, imprimeur du Northern Star3. En février 1842, Peel avait été brûlé en effigie dans diverses villes d’Angleterre, tandis que son secrétaire particulier avait été abattu d’un coup de feu alors qu’il se promenait près de Whitehall. Son assassin l’avait pris pour Peel en personne, et s’il put alors plaider avec succès la démence, des preuves découvertes par la suite l’associent au chartisme de Glasgow. Les attentats contre la reine, commis en juin 1841, puis à nouveau en mai et en juillet 1842, n’avaient rien à voir avec les chartistes, mais ils ne firent en rien retomber la fièvre politique. Selon le commentaire du principal journal chartiste en Écosse, le climat moral rendait inévitables les tentatives d’assassinat4.

3L’angoisse d’Egerton était prophétique, et l’ACLL contribua bel et bien à électriser l’atmosphère politique de 1842. Pourtant, ce fut aussi l’année de la deuxième pétition nationale chartiste, « document » d’une ampleur sans précédent. Avec les grèves et les troubles qui suivirent, l’été 1842 fut donc une phase décisive dans l’histoire du chartisme. Mais il fut encadré par l’initiative du « suffrage complet » qui avait (en apparence) le potentiel de réunir le radicalisme de la classe moyenne et le chartisme. C’est par les événements survenus ce printemps-là, autour du congrès sur le suffrage complet, que doit commencer tout récit de l’année 1842.

L’accolade de la classe moyenne ?

Sympathiser avec les pauvres chartistes opprimés est considéré comme vulgaire, mais j’ai pour eux la plus profonde sympathie, même si bien sûr je condamne chez eux, comme chez tout autre, l’appel à la force physique, mais leurs transgressions sur ce point ont été extrêmement rares ; compte tenu de l’oppression qu’ils subissent, et des droits dont ils sont privés en tant qu’êtres humains, je suis souvent plein d’étonnement face à leur patience et à leur endurance.

  • 5 Lettre à A.W. Weston, 24 juin 1841, reproduit dans C. Taylor, British and American Abolitionists, E (...)
  • 6 Journal intime, entrée du 8 février 1842, dans R.L. Brett (éd.), Barclay Fox’s Journal, Londres, Be (...)
  • 7 Cité dans « Edward Miall », ODNB.

4Issue d’une dynastie industrielle du Nord-Est, Elizabeth Pease comptait parmi les rares personnes à exprimer de tels sentiments, dans une lettre envoyée à une amie américaine en juin 1841. Ce n’était pas parce que le chartisme était anathème dans les cercles quaker où elle évoluait, expliquait-elle. Quant aux points de la Charte, « on estime injustifiable chez un gentleman de dire qu’il n’y voit rien de mal, mais chez une dame c’est presque scandaleux5 ». Au cours du second semestre 1841, les libéraux de la classe moyenne, de conviction non conformiste, en vinrent à exprimer leur soutien prudent, du moins aux principes contenus dans la Charte du Peuple. « Un de leurs principes consiste à nier que la propriété seule permet de voter, et ils ont peut-être raison, même si je ne suis pas encore prêt à l’admettre », écrivait Barclay Fox, quaker du West Country6. The Nonconformist, journal influent, était particulièrement favorable au chartisme. Fondé par l’ex-pasteur congrégationaliste Edward Miall en avril de cette année, son principal objectif était de soutenir la campagne politique en faveur du désétablissement de l’Église d’Angleterre – et ainsi d’abolir tous les avantages politiques et fiscaux dont l’anglicanisme jouissait par rapport aux autres Églises. Miall critiquait franchement l’Église établie : « N’ont-ils jamais regardé dans cette pièce intérieure sombre et crasseuse dont c’est la porte ? N’ont-ils jamais aperçu les créatures immondes qui y vivent, rampent et procréent7 ? »

  • 8 Voir A. Tyrell, Joseph Sturge, Londres, Croom, 1987.
  • 9 Nonconformist, 3 et 17 novembre, 15 décembre 1841 ; A. Prentice, History of the Anti-Corn-Law Leagu (...)

5Puisqu’il situait l’anglicanisme au cœur de l’establishment politique, Miall était tout aussi favorablement disposé envers d’autres entreprises radicales. Le Nonconformist soutenait en général l’ACLL, en particulier les ligueurs prêts « à rassembler toutes les classes en un puissant effort pour la liberté ». Peu avant le congrès de la ligue en novembre 1841, le journal publia une série d’articles, « Réconciliation entre la classe moyenne et la classe ouvrière ». Miall les écrivit avec Joseph Sturge, importateur de grains, quaker et connu comme militant anti-esclavagiste8. Membre fondateur de l’ACLL, Sturge avait un poids suffisant pour organiser lors du congrès une session parallèle visant à envisager les propositions d’alliance des classes pour obtenir le suffrage masculin. Parmi les présents figuraient plusieurs amis critiques du mouvement chartiste : Hamer Stansfield (figure clé de la défunte LPRA), Perronet Thompson, Sharman Crawford – qui, on l’a vu au chapitre 6, devait probablement son siège parlementaire de Rochdale au soutien chartiste – et, présidant la séance, Francis Place. Il fut convenu que toute alliance devait être distincte de l’ACLL, mais la proposition de Sturge fut accueillie avec enthousiasme ; Crawford et lui furent délégués pour la faire avancer. Le titre choisi avait d’abord été utilisé par Miall, et « suffrage complet » faisait référence aux six points de la Charte en prenant bien soin de ne pas la nommer. À la mi-décembre, Sturge et Crawford diffusèrent par les réseaux de l’ACLL un discours inaugural appelant à signer tous ceux « qui voient d’un bon œil la réconciliation entre les ouvriers et ceux qui évoluent dans une sphère située au-dessus d’eux9 ».

  • 10 W. Jones, Chartism : Authentic Report of the Speech, Liverpool, Stewart, 1841, p. 12. Pour Thorogoo (...)
  • 11 Nonconformist, 29 décembre 1841 ; A. Wilson, The Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manches (...)

6Ce « grain de moutarde politique », pour citer Miall, attira une vive attention dans les cercles chartistes. Il y avait une sympathie générale pour la plupart des valeurs que défendait le Nonconformist. Les chartistes se montraient eux aussi critiques envers l’« Église établie par la loi » et la « prêtrise boursouflée » ; avec le cordonnier de Chelmsford John Thorogood – emprisonné pour n’avoir pas payé l’impôt religieux en 1840 –, le chartisme avait son propre martyr du désétablissement10. À Birmingham, sa ville de résidence, Sturge prit la parole lors des fêtes du premier anniversaire de l’église chartiste, où Collins jouait désormais un rôle essentiel. Il fut bien reçu lors d’importants meetings, à Édimbourg et à Glasgow, qui approuvèrent sa proposition d’une « union cordiale de la classe moyenne et de la classe ouvrière ». La branche de la NCA à Newtown, dans le Montgomeryshire, vota l’achat de cent exemplaires des articles du Nonconformist sur la « réconciliation », réunis en un volume publié par un grand éditeur chartiste de Manchester. La société chartiste anti-alcoolique récemment formée dans le village d’Earl Shilton, dans le Leicestershire, spécialisé dans le tricot au métier, décida de s’abonner à seulement deux journaux par semaine : le Northern Star et le Nonconformist. À Bath, Vincent, W.P. Roberts et Robert Philp (tous deux fervents partisans d’O’Connor) évoquèrent le projet de Sturge lors d’un meeting conjoint de l’ACLL et des chartistes. Le Chartist Circular écossais publia plusieurs articles favorables. Une réelle unité semblait envisageable entre la nouvelle initiative et le chartisme11.

  • 12 ECC, 59 [mars 1842] ; Nonconformist, 22 décembre 1841, 26 janvier et 16 février 1842 ; NS, 19 févri (...)

7Mais il y avait aussi des signes moins encourageants. Lors d’un meeting organisé à Paisley pour promouvoir le projet de Sturge, Patrick Brewster en personne, « à la stupéfaction des présents », délivra « une leçon sévère et sarcastique » à ceux qui pensaient que cette nouveauté remplaçait le chartisme. Il conclut en proposant « la Charte, toute la Charte et rien que la Charte », évidemment portée par « une forêt de mains calleuses ». UEnglish Chartist Circular de Cleave ignora pratiquement le suffrage complet jusqu’à ce qu’il publie l’annonce de l’exécutif de la NCA concernant « l’attitude que nous devrions adopter, pour ou contre la classe moyenne, et ceux qui veulent abroger la Corn Law ». Chacun « devrait formuler une déclaration publique et sans réserve d’attachement au principe total de la Charte, avant de pouvoir prendre part avec nous à l’agitation, ou de coopérer avec nous ». Quand Miall suggéra, lors d’un meeting londonien de chartistes et de ligueurs, qu’il pourrait être judicieux de ne pas exiger les six points d’un seul coup, William Lovett lui tomba dessus à bras raccourcis : si les six points n’étaient pas concédés en bloc, « cela reviendrait à accorder le droit de vote aux moineaux, en ne les autorisant qu’a élire des faucons ». Les partisans du suffrage complet « devaient réclamer la Charte tout entière ». Dans le Lancashire, les chartistes étaient divisés : James Taylor (délégué de Rochdale à la convention de 1839 et au congrès fondateur de la NCA) crut pouvoir soutenir cette initiative « car c’était le signe de sentiments meilleurs et de temps meilleurs », mais James Leach « pensait que si M. Sturge et ses amis étaient sincères, ils devraient rejoindre les chartistes, au lieu de demander aux chartistes de les rejoindre12 ».

  • 13 Par exemple, Leeds Times, 1er octobre 1842 ; Leicester Chronicle, 1er janvier 1842 ; NS, 22 janvier (...)
  • 14 Nonconformist, 23 février 1842.
  • 15 ECC, 58 (mars 1842) et NS, 26 mars 1842.

8Laisser entendre qu’une réforme par étapes pourrait être acceptable était perçu comme une offense envers l’intégrité politique de la Charte, et envers les souffrances de plus de 500 chartistes emprisonnés ou déportés en 1839-1840. Les soupçons chartistes furent à nouveau aiguisés quand le Leeds Times (en quête d’une cause depuis l’effondrement de la LPRA) se mit à prôner le suffrage complet et quand, en marge de la campagne de Sturge, des voix appelèrent à une réforme parlementaire oubliant les six points. Il fut notamment question d’une « Charte des comtés des Midlands », qui proposait un parlement triennal plutôt qu’annuel, et un suffrage masculin réservé aux plus de 25 ans13. Il n’en résulta rien, mais cela ne fit guère avancer la cause du suffrage complet dans les Midlands. Puis, en février 1842, le Nonconformist se prononça pour la première fois en faveur d’associations spécifiquement dédiées au suffrage complet, aveu tacite que l’union des réformateurs de la classe moyenne et des chartistes était sans doute irréalisable14. Leach voulait que Sturge et ses disciples rejoignent les chartistes et non l’inverse, et la force prise par la nouvelle pétition semblait lui donner raison. Ayant encore à l’esprit le parcours quasi royal d’O’Connor à travers le pays, la plupart des partisans de la NCA netaient pas d’humeur à accepter un compromis. Semaine après semaine, O’Connor et le Northern Star déversaient leur mépris sur les « Imbéciles complets ». O’Connor exempta Sturge – qui jouissait d’une grande autorité morale à cause de son action anti-esclavagiste – de ses accusations, mais se déchaîna contre ses associés. Ses pires invectives étaient adressées aux avocats du suffrage complet qui pensaient que les six points pourraient être obtenus peu à peu. Le vote par scrutin secret sans suffrage universel masculin était une aberration, et le droit de vote serait dénué de sens si les ouvriers ne pouvaient eux-mêmes occuper un siège à Westminster : les députés continueraient simplement à légiférer pour protéger leurs intérêts égoïstes. « Nous sommes l’Armée contre la législation de classe », rappela O’Connor aux « travailleurs », une armée toujours sur ses gardes contre les cajoleries et l’accolade de la classe moyenne15.

9Les chartistes qui acceptaient de bonne foi les ouvertures du mouvement du suffrage complet s’exposaient à lire d’O’Connor, surtout s’ils avaient déjà paru hésitants sur des questions similaires. O’Connor avait une bonne mémoire. Quand James Williams, pilier du chartisme à Sunderland, se déclara « surpris et stupéfait » par la force des attaques d’O’Connor contre « l’initiative Sturge », il reçut ce rappel à l’ordre :

  • 16 NS, 2 avril 1842.

Nous sommes menacés par une union de toutes les forces mises en déroute, sous la forme la plus trompeuse qu’ait jamais tentée la traîtrise. L’initiative Sturge est censée inclure les Whigs dans leur ensemble – les Attwoodiens, ceux qui veulent abroger la Corn Law, les chartistes chrétiens, les auteurs de la « nouvelle initiative », et surtout les suiveurs de cette « nouvelle initiative » [...] En 1838, vous m’avez attaqué de façon sournoise, en conséquence, selon vous, de mon opposition à Wm Lovett et à la London Working Men’s Association. En 1840, vous m’avez de nouveau attaqué au nom de ceux dont le rédacteur en chef du Northern Star avait critiqué la conduite lors de la mémorable réunion des renards et des oies à Leeds [...] Si vous signez la déclaration Sturge, je vous étonnerai et vous ébahirai en proposant moi-même une motion de censure contre vous, en tant que membre de la National Charter Association16.

  • 17 Perronet Thompson formula la distinction entre « chartistes raisonnables et déraisonnables » dans u (...)

10Ces litiges n’étaient pas seulement le fruit de l’égoïsme d’O’Connor, ils n’indiquaient pas seulement une fracture naissante entre chartistes « raisonnables » et « déraisonnables ». Il s’agissait aussi d’un affrontement de perspectives géographiques. O’Connor tenait à maintenir un mouvement national de masse, dont la force dépendait de sa capacité à opposer aux autorités un programme unique et intransigeant, et non la série de priorités graduées qu’impliquait une réforme progressive. Williams, à l’inverse, se focalisait sur Sunderland, où la vigoureuse campagne électorale menée par le chartisme en 1841 n’avait débouché que sur une déception. Triomphant lors du vote à mains levées, George Binns n’avait pu participer au vote par bulletin à cause des frais occasionnés. De plus, Perronet Thompson, radical sympathisant qui avait partagé la victoire initiale de Binns, était arrivé dernier lors du vote par bulletin, mais avec une différence de voix relativement faible. Deux députés conservateurs avaient été élus à leur place17.

  • 18 NS, 9 avril, et Nonconformist, 23 février 1842.

11En cherchant un terrain d’entente avec le chartisme, les adeptes du suffrage complet pâtissaient de leur étroite association avec l’ACLL. Sturge et son cercle prirent bien soin de se distinguer de la ligue. Miall osa même prédire que « la question du suffrage complet se substitue à l’agitation contre la Corn Law ». Les chartistes évitaient pourtant l’amalgame, et ne mettaient pas dans le même sac « les faussetés imbéciles de l’abrogation de la Corn Law voulue par Sturge18 ». Depuis l’élection partielle de Walsall en février 1841 – où l’ACLL attribua au soutien chartiste la victoire d’un candidat protectionniste –, l’atmosphère s’était détériorée : après une rivalité turbulente, une inimitié parfois violente opposait désormais les deux hommes. Avec l’encouragement tacite du leadership de la Ligue, l’Operative Anti-Corn Law Association (l’Association des ouvriers contre la loi céréalière) de Manchester se transforma en redoutable défenseur des meetings de la ligue, jouant des poings pour imposer le silence aux chartistes perturbateurs. Cela passait surtout par le recrutement d’immigrés irlandais partisans d’O’Connell, surnommés ironiquement « les agneaux ». De là à perturber en retour les meetings chartistes, il n’y avait qu’un pas, qui fut bientôt franchi, à partir de mai 1841.

  • 19 NS, 12 mars, et Manchester Guardian, 9 mars 1842. Voir aussi E. Royle, Chartism, Harlow, Longman, 1 (...)

12Le succès de l’association connut son apogée en mars 1842, quand O’Connor prononça au Manchester Hall of Science une conférence sur l’abrogation de l’Acte d’Union de l’Irlande avec la Grande-Bretagne. O’Connor avait rédigé le rapport publié dans le Northern Star. Les combats éclatèrent avant même qu’il ne se lève pour prendre la parole, quand les « assassins de la Ligue » tentèrent d’imposer pour la séance un président de leur choix. Ayant pris la défense du président légitime (James Schofield) et « assommé un voyou par un coup à la tête, écrivit O’Connor, je m’avançai sur la tribune, ôtai mon chapeau et saluai les chartistes ». Pourtant, plusieurs d’entre eux « tentèrent de me faire reculer, en disant : “Feargus, ils vont te tuer” ». Il avait déjà été atteint par plusieurs pierres, mais s’écria : « Pour l’amour de Dieu lâchez-moi, je veux descendre. » C’est alors qu’il fut atteint « par une grosse pierre juste au-dessus de l’œil droit, qui me mit à terre, le sang jaillissant copieusement ». Il fut emporté au dehors pour être soigné et protégé. Le Manchester Guardian, fervent avocat de l’ACLL, raconta l’histoire autrement. Tout en admettant comme le Star que pratiquement toutes les décorations avaient été arrachées pour servir de projectiles, « on dit que M. O’Connor s’est promptement enfui par une porte arrière, dès le début de la mêlée19 ». Il faut reconnaître qu’O’Connor ne s’esquiva pas aussi vite : la police arrêta l’Irlandais dont la pierre l’avait abattu et ils furent tous deux accusés de rixe. L’accusation ne tint pas mais, quoi qu’il en soit, O’Connor fut atteint dans son amour-propre. Comme l’écrivit gaiement le chef des « agneaux » au dirigeant de la ligue, Richard Cobden :

  • 20 HO 45/249C, f° 25, rapport du commissaire de police de Manchester ; Watkin à Cobden, cité dans N. M (...)

« Le lion », le roi du chartisme, F. O’C., abattu trois fois, dit qu’il a sept blessures, six dont il peut avouer la position, la septième lui fut, je crois, infligée alors qu’il se sauvait, ce qu’il fit après avoir lutté environ deux minutes. Christopher Doyle est très gravement blessé, Bailey est cloué au lit, Murray aussi, et quatre autres sérieusement blessés. Le révérend Schofield a un œil au beurre noir, des dents qui bougent, la lèvre fendue, des contusions dans le dos (reçues en suivant Feargus). Quatre des « agneaux » ont de vilaines blessures, deux ont une fracture du crâne, mais ils en ont l’habitude et ils seront bientôt d’aplomb. Les dégâts sont estimés à 40 livres20.

  • 21 Nonconformist, 16 mars 1842. Bailey, Doyle, Murray et Schofield étaient d’éminents chartistes de Ma (...)
  • 22 Voir l’importante réévaluation par P. Pickering et A. Tyrell, The People’s Bread, Londres, Leiceste (...)
  • 23 NS, 2 avril 1842.
  • 24 Report of the Proceedings of the Conférence of Delegates of the Middle and Working Classes, held at (...)

On avait donc rendu à O’Connor la monnaie de sa pièce, et bien peu de ses critiques purent résister à l’envie d’exprimer leur satisfaction. « Si profondément que nous regrettions cet assaut de force physique, nota Edward Miall, nous pensons que Feargus O’Connor devrait être le dernier à s’en plaindre21. » Malgré sa réputation d’organisation soudée et sérieuse, incarnation de la politique bourgeoise du début de l’ère victorienne, l’ACLL ne répugnait pas à l’affrontement22. L’épisode de Manchester offre une occasion amusante de juger de la fiabilité des articles du Northern Star ; mais il annonce les tensions qui allaient éclater cette année-là, et durcit O’Connor face à la National Complété Suffrage Union (NCSU) alors naissante. Moins de quinze jours après, celui-ci préparait une contre-manifestation devant coïncider avec le lancement de la NCSU lors d’un congrès à Birmingham, début avril : « Chacun des gestes de l’ennemi doit être surveillé de près, et doit susciter une riposte rapide, un affrontement courageux23. » Pourtant, malgré son attitude et, on l’a vu, l’irritabilité dont même Lovett témoignait quant à cette initiative, un nombre significatif de chartistes assistèrent au lancement de la NCSU. Collins, Lovett, Neesom, Vincent et Wade en étaient, mais il s’y trouvait aussi Bronterre O’Brien, R.J. Richardson et une dizaine de militants « de base » importants dans leur localité, au moins huit d’entre eux jouant un rôle au sein de la NCA24.

13C’est avec un certain sens du théâtre que, au début du congrès de lancement de la NCSU, Sturge tira de sa poche une lettre de France, exprimant un vif soutien pour l’association. Son auteur était l’oncle de Feargus, Arthur O’Connor, à qui Sturge avait récemment rendu visite à Paris. Étant donné le soin que Feargus prit toujours de s’associer à Arthur, c’était une idée judicieuse, et elle situait publiquement la NCSU dans une tradition de mobilisation radicale bien antérieure au chartisme. Pourtant, si le contingent chartiste crut voir là le signe que la NCSU accueillerait volontiers la Charte, au bout de trois jours ils furent détrompés. Les six points de la Charte du Peuple furent acceptés un par un, mais une nette majorité des quelque quatre-vingts délégués exprima une profonde inquiétude à l’idée d’employer les mots « Charte », « chartisme » et « chartiste ». En fin de journée, Lovett mena la charge au nom du « guide législatif de millions d’hommes » qui menaçait d’anéantir cette unanimité si cultivée par Sturge. Lovett voulait engager le prochain congrès de la NCSU à une représentation plus équitable des ouvriers parmi ses délégués, et à étudier la Charte en détail, « afin de produire une union cordiale de la classe moyenne et de la classe ouvrière ». Si elle approuvait la Charte, alors la NCSU devait « utiliser tous les moyens justes et pacifiques pour y rendre favorable l’opinion publique ».

14Soutenant Lovett, Bernard McCartney, militant de la NCA de Liverpool, se lança dans un plaidoyer passionné pour que le congrès reconnaisse

  • 25 Ibid., p. 55-56 et 62.

la justice et la nécessité de la Charte du Peuple [...] un nom auquel des myriades d’esprits, éclairés et élevés, s’étaient accrochés pour le meilleur et pour le pire, malgré des persécutions sans pareilles et des privations sans égales, et dont l’adoption ferait plus, selon lui, pour combler le fossé qui existait hélas, que n’en ferait tout autre mesure que le congrès pourrait vouloir suivre, quelles que soient les circonstances25.

  • 26 Nonconformist, 13 avril 1842 ; Report, op. cit., p. 55 et 67.

Rétrospectivement, cette résistance chartiste semble aussi futile que le débat : après tout, les six points avaient été adoptés comme politique de la NCSU. Seul chartiste présent à se singulariser, Robert Lowery estima que le contingent de Lovett « se battait pour des noms alors que les grands principes avaient été admis ». Mais à cette hérésie s’opposait l’argument selon lequel « le nom de la Charte du Peuple, comme l’antique charte des barons, a été largement reconnu par le peuple comme l’incarnation de ses droits politiques ». Cet attachement n’était pas simplement sentimental : il y avait une raison pragmatique à la position des chartistes. Le titre complet de la Charte était La Charte du Peuple, esquisse d’une loi visant à fournir une juste représentation du peuple de Grande-Bretagne et d’Irlande à la Chambre des communes du Parlement. C’était précisément sous cette forme de projet de loi que la Charte était constamment diffusée, dans de nouvelles éditions ou reproduite dans la presse. « C’était bien beau qu’ils aient adopté les principes, dit Vincent à l’auditoire, mais s’ils ne prenaient aucune mesure concrète pour les mettre en œuvre, sous la forme d’un document à soumettre au parlement, ils ne feraient pas tout ce qu’ils devaient faire. » Lovett fut encore plus explicite : une « simple déclaration de principes abstraits » ne suffisait pas, « ces principes devront finalement être définis, peut-être par notre actuelle Chambre des communes si corrompue, qui cherchera assurément à en réduire l’efficacité à néant et en gâter le détail, tout comme elle l’a fait avec les principes du Reform Bill ». Pour les chartistes, l’intégrité de la Charte transcendait tous les excès qui pourraient être commis en son nom ; et ils soulignaient qu’elle émanait d’un comité auquel avait participé des députés respectés – comme on l’a vu au chapitre 1, c’était une fiction, mais le moment n’était pas venu pour Lovett de découvrir la lampe cachée sous le boisseau26.

  • 27 Bright à Cobden, 10 avril 1842, cité dans McCord, Anti-Corn Law League, op. cit., p. 115.

15Après un long débat qui obligea le congrès à ajouter une session en soirée, les chartistes se retirèrent pour réfléchir à leur position. Lorsqu’ils revinrent, ils proposèrent un amendement afin de préserver l’unanimité, tout en laissant une porte ouverte à l’adoption de la Charte. La NCSU devrait s’engager à « réunir dans l’avenir un autre congrès où le peuple entier serait pleinement représenté afin d’examiner des documents » incluant les principes individuels adoptés par le congrès. Même cette proposition très atténuée se heurta à une opposition, notamment de la part de John Bright, personnalité éminente de l’ACLL. Après de nouvelles arguties, l’amendement des chartistes fut adopté à l’unanimité. En privé, concéda Bright, « les chartistes étaient à mon avis les meilleurs orateurs27 ».

  • 28 Report, op. cit., p. 76.

16C’est sans doute avec soulagement que Lovett sortit de cette controverse pour s’occuper des petits détails de la constitution de la NCSU et de l’adresse inaugurale. Le lendemain, lors de la dernière session, il présenta ces documents. Mais la Charte projetait encore son ombre : deux chartistes de Bradford, Joseph Brook et James Dewhurst, proposèrent une ultime résolution remerciant « la classe ouvrière pour son courage indomptable, sa persévérance opiniâtre et son endurance chrétienne manifestée à l’unisson, en des temps de besoin éprouvant et d’urgence suprême, causés par l’incurie des législateurs de classe ». McCartney essaya de les persuader de retirer cette motion afin de préserver leur bonne entente, mais « ils ne voulurent pas y consentir ; le congrès devrait soit la rejeter, soit l’adopter ». Une certaine harmonie fut restaurée quand Lovett proposa avec succès d’édulcorer cette motion par un amendement. Brook et Dewhurst n’en avaient pas moins émis une note discordante – et malheureusement durable, comme le montrèrent les événements qui suivirent28.

  • 29 Brook, Burrows, Dewhirst, Hodgson et John W. Smyth (tous de Bradford), Cook (Stroud), Linney (Eccle (...)
  • 30 NS, 16, 30 avril, 7 et 14 mai ; British Statesman, 15 mai et 9 juillet 1842.
  • 31 J.B. O’Brien, Mr O’Brien’s Vindication of his Conduct at the Late Birmingham Conférence (1842), cit (...)

17Il existait maintenant deux organisations nationales qui promouvaient une réforme parlementaire radicale, sur la base du suffrage universel masculin, la suppression du cens d’éligibilité, les parlements annuels, la représentation égale, le paiement des députés et le vote par bulletin secret : la National Charter Association et la National Complété Suffrage Union. La tactique de la NCA consistait à dire du mal de la NCSU aussi souvent que possible. Le Northern Star titrait « Affaires Importantes » à Birmingham, mais l’article évoquait « un grand meeting public » organisé pour coïncider avec celui de la NCSU, et une réunion des délégués de la NCA qui suivrait. Huit des trente délégués se partagèrent entre cette réunion et le congrès de la NCSU auquel ils devaient aussi participer29. Tandis que le Star s’empressait de couvrir chaque occasion où les chartistes avaient perturbé les meetings de la NCSU, il omit de parler du congrès de la NCSU, autrement que par le biais d’un éditorial sur « les perfides assemblés pour discuter des meilleurs moyens d’écraser le chartisme ». Des éloges étaient adressés à contrecoeur à Lovett et, de manière prévisible, plutôt davantage à Brook et Dewhurst. O’Connor reprocha ensuite à O’Brien d’avoir assisté au congrès de la NCSU plutôt qu’à la réunion des délégués de la NCA, et d’avoir adopté une position plus conciliante que les autres membres de la NCA présents au congrès30. La réaction d’O’Brien fut véhémente : « Bien que je sois fondamentalement en désaccord avec M. Lovett et ses amis, quant à la faisabilité d’une union avec la classe moyenne de manière générale, je suis encore plus en désaccord avec ces politiciens sans cœur et factieux qui [...] confondent l’honnête homme de la classe moyenne, qui est prêt à m’accorder mes droits, avec le filou qui me les refuse31. »

  • 32 G. Weerth, A Young Revolutionary in Nineteenth-Century England, Berlin, Seven Seas, 1971, p. 174.

18O’Connor était peut-être un factieux, mais il n’avait rien d’un sans-cœur. Loin de le desservir, son engagement irrépressible, son goût de la controverse le rendaient cher aux yeux du public populaire. Comme l’écrivit un journaliste allemand alors résidant à Bradford : « Dans leur O’Connor, les Anglais se reconnaissent. O’Connor est le peuple résumé en un seul homme, doté de toutes les vertus et affligé de tous les vices du peuple32. » La nouvelle pétition nationale était presque complète, soutenue par une organisation nationale dotée d’une coordination centrale, ce qui avait précisément manqué à la pétition de 1839. Le chartisme semblait à la veille d’une percée impressionnante. Les conspirateurs, dont la voix avait été tragiquement audible en 1839-1840, s’étalent tus. À leur place, le charismatique, l’énergique, l’égotiste O’Connor avait ouvert la voie en créant une plateforme constitutionnelle. Si difficile que cela ait pu être à avaler pour les « chartistes raisonnables », lui seul garantissait que le chartisme resterait un authentique mouvement de masse.

  • 33 LHASC, documents Vincent 1/1/51, Vincent à Miniken, 30 juillet 1842.

19C’est ce qu’illustre parfaitement la carrière politique de Thomas Cooper. Le cordonnier natif du Lincolnshire adopta le chartisme avec une ferveur quasi messianique. Vincent bouillonna de rage quand cet « O’Connorien fou appelé Cooper » entraîna 200 chartistes à perturber « par des bruits et des jurons, etc. » un meeting de la NCSU où Vincent devait prendre la parole en ce mois de juillet33. Les souvenirs dans lesquels Cooper explique pourquoi il était « fou d’O’Connor » sont révélateurs :

Je ne conteste pas l’expression [...] Au milieu de l’hiver 1841-1842, la plus terrible des détresses s’installa à Leicester. J’avais déjà vu souvent le spectacle de la misère, mais à présent, quand des milliers de gens perdirent leur emploi pendant plusieurs mois, la détresse devint épouvantable [...] Le printemps 1842 fut affreux. Le manque d’emplois persistait, et les gens devinrent désespérés ou menaçants.

Cooper n’était pas un démagogue. Parmi tous les poèmes qu’il avait appris par cœur dans sa jeunesse figuraient les trois premiers livres du Paradis perdu de Milton. Autodidacte, il lisait aussi le français, le grec et le latin. Son principal apport au chartisme de Leicester cet hiver-là avait inclus la responsabilité de cours politiques dispensés le dimanche. Mais son « attachement à O’Connor » était absolu :

  • 34 T. Cooper à R.G. Gammage, 26 février 1855, reproduit dans R.G. Gammage, History of the Chartist Mov (...)

Les gens m’ont appris cet attachement, je ne le leur ai pas enseigné. J’étais certain qu’ils ne plaçaient pas leur espoir en le chartisme, mais en lui. Il m’a aussi conquis par ses lettres et par sa conversation, lors des quelques entretiens que j’ai eus avec lui, lorsque j’étais chef à Leicester. Par la suite, j’ai découvert des raisons de changer d’opinion sur son compte, mais à l’époque dont je parle, j’estimais que l’union était l’exigence absolue pour le succès chartiste ; et comme le peuple tenait à O’Connor comme leader, je devins l’ennemi de tous ceux qui, s’opposant à lui, fomentaient la désunion [...] Jetais l’instrument du peuple plutôt que son guide34.

La pétition monstre

20Le fossé croissant entre O’Connor et d’autres éminents chartistes aurait été plus visible si le mouvement n’avait été absorbé par sa deuxième pétition de masse. Acceptés par la NCA en octobre 1841, les préparatifs étaient en cours depuis novembre. Les formulaires de la pétition, imprimés à Leeds par le Star, furent envoyés dans tout le pays. L’objectif était de rassembler quatre millions de signatures et il semblait acquis que le solide réseau de localités chartistes, soutenu par l’infrastructure régionale et nationale de la NCA, serait à la hauteur de la tâche. Pourtant, la pétition n’alla pas sans controverses, ce qui souligne le délicat numéro d’équilibriste auquel O’Connor dut se livrer pour élargir le soutien accordé au chartisme au-delà des effectifs remarquables déjà mobilisés en 1839.

  • 35 D.M. MacRaild, Irish Immigrants in Modem Britain, 1750-1922, Londres, Macmillan, 1999, p. 54-56.
  • 36 B. Harrison et P. Hollis (éd.), Robert Lowery, Londres, Europa, 1979, p. 144-148.
  • 37 D. Thompson, « Ireland and the Irish in English radicalism before 1850 », dans J. Epstein et D. Tho (...)

21L’Irlande était le talon d’Achille du mouvement. Elle était très différente de la Grande-Bretagne, sur le plan économique, social ou culturel. Pourtant, depuis l’Acte d’Union de 1801, elle était unie à la Grande-Bretagne et gouvernée par Westminster. Sa vie politique était dominée par O’Connell qui s’était fixé pour mission d’obtenir l’abrogation de l’Union, cause qu’il rendait synonyme des aspirations politiques des catholiques irlandais. Cependant, la disparité économique entre les deux pays poussait les Irlandais à émigrer vers la Grande-Bretagne largement protestante. En 1841, plus de 416 000 Irlandais vivaient en Grande-Bretagne et ils constituaient une partie considérable de l’opinion dans plusieurs grands centres urbains – ils étaient 75 000 à Londres, 50 000 à Liverpool, 44000 à Glasgow, 33 000 à Manchester35. Mais O’Connell en appelait à l’abrogation avec le même zèle qu’O’Connor mettait au service de la Charte : comme on l’a déjà vu plusieurs fois, les deux hommes n’avaient pas grand-chose en commun. Cela tenait en partie aux circonstances dans lesquelles O’Connor s’était écarté en 1836 de la politique irlandaise, mais reflétait aussi la propension d’O’Connell à l’invective personnelle et à l’opportunisme politique, face à laquelle les tendances de Feargus paraissaient bien timides. En 1839, Robert Lowery, missionnaire de la convention générale, fut si mal accueilli à Dublin qu’un partisan dut l’emporter dans ses bras après le premier meeting public, et qu’il fallut l’empêcher de participer à un second, avant qu’il décide sagement de renoncer et de rentrer dans son pays36. En 1842, le chartisme commença pourtant à jouir d’un début de soutien en Irlande, sous la forme de l’Irish Universal Suffrage Association (IUSA). Totalisant un peu plus de 1 000 membres, l’association avait une présence réelle à Belfast et à Dublin, avec des noyaux plus petits dans quatorze autres villes, notamment Drogheda, Newry et Sligo. En 1842, Peter Brophy, premier secrétaire de l’ISUA, vendait chaque semaine à Dublin environ 400 exemplaires du Northern Star37.

  • 38 [P. O’Higgins], Chartism and Repeal, Dublin, Dyott, 1842, p. 15-16.
  • 39 « The National Pétition of the Industrious Classes », exemplaire dans BL Add. MSS 27835, f0 189.

22Les ventes étaient aidées par la couverture généreuse que le journal accordait aux activités de l’IUSA. L’association affirmait avec vigueur le lien fondamental entre le chartisme et l’abrogation de l’Union. Se rappelant qu’en 1800, la Chambre irlandaise des communes avait voté sa propre dissolution, l’association estimait que l’abrogation « n’apporterait en vérité pas grand avantage à l’Irlande, si elle se bornait à confier le pouvoir à des hommes qui saisiraient la première occasion pour vendre à nouveau le pays ». En tout cas, déclarait l’IUSA, il était irréaliste d’attendre l’abrogation de la part d’un Parlement non réformé à Westminster. De son côté, le chartisme ne pouvait escompter le succès sans l’énorme pression politique que les Irlandais pouvaient y ajouter. « Les partisans irlandais de l’abrogation, écrivit Patrick O’Higgins, président de l’IUSA, sont les Prussiens dont l’arrivée permettra à leurs frères anglais de gagner le grand Waterloo moral38. » Pour cimenter cette relation, O’Connor et la NCA associèrent le chartisme à la demande de l’abrogation et le texte de la pétition de 1842 incluait donc la formule : « Les pétitionnaires partagent les nombreuses doléances exprimées par le peuple d’Irlande, et affirment qu’il a pleinement droit à une abrogation de l’Union législative39. »

  • 40 Chartist Circular, 29 janvier 1842 ; NS, 15-29 janvier, 5,19 et 26 février 1842 ; Wilson, Chartist (...)

23L’abrogation de l’Union n’avait pas été élevée au rang de septième point de la Charte, car elle se plaçait aux côtés de diverses causes : l’abrogation de la New Poor Law, la liberté d’assemblée, le désétablissement de l’Église anglicane, le pardon des prisonniers de Newport, la fin de l’imposition sans représentation, la réduction des frais entraînés par la monarchie, par l’armée de métier et par la « force de police anticonstitutionnelle », la réduction des heures de travail et « une foule d’autres maux, trop nombreux à énumérer, tous liés à la législation de classe ». Mais l’inclusion de l’abrogation – et à un moindre degré la Poor Law de 1834, qui ne s’appliquait pas à l’Écosse – troublait de nombreux chartistes écossais. Leurs objections étaient en partie une question de principe, parce que la pétition était rédigée par la NCA, qui n’avait en Écosse que des antennes réduites, et en partie un moyen de contester la domination d’O’Connor sur le mouvement. Il y avait aussi une dimension religieuse, car beaucoup de protestants n’appréciaient guère qu’on lie l’abrogation au catholicisme irlandais. En janvier 1842, un congrès de délégués écossais approuva, mais seulement grâce au vote décisif du président de séance, une motion pour « désapprouver la pétition proposée par le conseil exécutif anglais, et recommander au peuple d’Écosse l’adoption d’une pétition pour la Charte du Peuple sans inclure aucune question de détail ». O’Connor, en tant que délégué de Rutherglen et Elderslie, ne put rien pour renverser cette décision – peut-être même était-il absent lors de cette séance. Pourtant, au cours des semaines suivantes, un flux régulier de protestations vint éroder la confiance. Peter McDouall, le plus en vue des Écossais de la NCA, la critiqua pour des raisons de procédure et en contesta les motivations : si la National Association de Lovett était satisfaite de la pétition, pourquoi l’Écosse devait-elle se montrer réticente ? Un nombre important de localités écossaises la répudièrent, certaines ayant découvert que leurs délégués ignoraient que le texte avait déjà été adopté auparavant. De manière assez plausible, O’Connor en rendit responsable un petit nombre de prêtres – dont certains venant des églises chartistes. Il prit néanmoins soin d’exempter de toute critique les congrégations dirigées par les « saints du synode chartiste de Glasgow », et à la mi-février, l’Écosse était bien en retard en matière de collecte de signatures40.

24Il faut pourtant nuancer. La dépression économique de 1841-1842 fut sans doute plus sévère dans l’ouest de l’Écosse que n’importe où ailleurs en Grande-Bretagne. Dans ces conditions, la promesse de pain moins cher grâce à l’abrogation des Corn Laws devenait très attrayante, et c’était un objectif politique auquel toutes les classes pouvaient souscrire. Certains signalèrent que l’abrogation des Corn Laws ne figurait pas dans la pétition de 1842, et prétendirent y détecter une manoeuvre o’connorienne. Parmi les ennemis que cette controverse valut à O’Connor figurait William Pattison, ingénieur syndicaliste qui avait voté l’adoption de la première pétition à Glasgow Green en mai 1838. La perte du soutien actif d’hommes comme Pattison, ou comme James Williams, de Sunderland, était plus grave pour le chartisme que les querelles très médiatisées entre O’Connor et Lovett ou O’Brien, car le cerveau et l’énergie de ces militants de base étaient la force qui faisaient vivre le chartisme au quotidien, au niveau local.

  • 41 O. Ashton, « Chartism in mid-Wales », Montgomeryshire Collections, 62/1 (1971), p. 39-43.
  • 42 Y Gofyniad Pabeth yw Siartist ?, Merthyr, John & Williams, 1840 et Cyfieithad o Lythyr Diweddaf Mr. (...)
  • 43 HO 45/265 fos 18-26 ; en juin 1841, des moules à balles et un exemplaire des Défensive Instructions(...)
  • 44 NS, 23 avril 1842 ; R. Wallace, Organise ! Organise ! Organise ! A Study of Reform Agitations in Wa (...)

25De plus, le chartisme avait été définitivement affaibli au pays de Galles, où il ne se releva jamais vraiment du désastre de Newport. Dans le nord, il n’y avait jamais eu de présence chartiste en dehors de Mold. Dans le centre, elle se bornait désormais à Newtown et, de façon précaire, à Llanidloes41. Dans le sud, le chartisme prospérait à Merthyr Tydfil, renforcé par les vigoureux efforts éditoriaux de David John et Morgan Williams. Outre les tracts en gallois, leur journal Udgorn Cymru (« La Trompette galloise ») se vendait plus et dura plus longtemps que son homologue en anglais, The Advocate and Merthyr Free Press42. Sur la pétition de 1842, près de la moitié de 48 000 signatures galloises venait de Merthyr et des environs. C’est là que persistait aussi un engagement actif en faveur de l’insurrection, avec comme personnalité centrale George Black, modiste itinérant et militant de la NCA de Nottingham. De sa base à Merthyr, Black vendait « de grandes quantités » d’armes, selon le chef de la police de Glamorgan, et coordonnait les préparatifs secrets d’un nouveau soulèvement, apparemment prévu pour la deuxième semaine de février 184243. Cependant, ailleurs dans le sud du pays de Galles, le mouvement n’était plus que l’ombre de lui-même. Williams, unique délégué gallois à la convention de 1842, n’exemptait qu’Abergavenny de ce tableau pessimiste, doutant franchement (mais à tort) qu’il existe même une association viable à Newport44.

  • 45 NS, 16-30 avril 1842 : chiffres transmis à la convention nationale (chiffre de 1839 entre parenthès (...)
  • 46 R. Wells, « Southern Chartism », Rural History, 2/1 (1991), p. 45-51, et voir chiffres de la pétiti (...)

26Compte tenu de l’état du chartisme en Irlande, en Écosse et au pays de Galles, la réussite de la pétition de 1842 fut d’autant plus impressionnante. Se rappelant l’expérience de Lowery en 1839, le missionnaire envoyé en Irlande en 1842 se concentra sur Belfast, où furent recueillies 2 000 signatures – contre aucune, semble-t-il, en 1839. En Écosse, les effets du litige en début d’année se firent sentir : 78 000 signatures collectées pour Glasgow et le Lanarkshire, alors qu’il en avait été rassemblé 80 000 rien qu’à Glasgow trois ans auparavant. À Paisley, l’effondrement fut spectaculaire : 2 000 signatures, contre 13 546 en 1839. En Angleterre, on observe une nette baisse du soutien en East Anglia : Boston, Ipswich, King’s Lynn et Norwich réunirent toutes moins de signatures qu’en 1839, seule Colchester offrant une hausse marginale45. Tous ces centres, Norwich en particulier, avaient fait campagne dans les villages environnants en 1839, et leurs totaux plus faibles reflètent une diminution du soutien actif dans l’Angleterre rurale, impression que donnent aussi les chiffres recueillis dans les zones rurales du sud de l’Angleterre et du North Yorkshire46.

  • 47 NS, 13 novembre 1841 et 8 janvier 1848. Beesley était un personnage-pivot du chartisme dans le Nort (...)

27Partout ailleurs, en revanche, le soutien accordé à la pétition de 1842 reflète un bond quantitatif. Peu de chartistes – surtout après 1839 – croyaient que le Parlement entendrait leur prière, mais là n’était pas le problème. La pétition était un moyen légitime et séculaire de présenter requêtes et doléances au Parlement. « Si cela ne produit aucune impression sur cette chambre, dit à la convention William Beesley, de Blackburn, cela produira une grande impression sur le pays. » La collecte des signatures galvanisa les localités et incita à un nouveau prosélytisme. La ville de Sheerness, avec ses chantiers navals, n’avait pas été touchée par le chartisme en 1839 ; elle réunit 800 signatures en 1842. Pendant quatre soirées, après leur journée de travail, deux chartistes menèrent auprès des habitants une campagne sans relâche, leur faisant « entrer dans les têtes la vraie vérité du chartisme47 ».

  • 48 Hansard, vol. LXII, 2 mai 1842, col. 1373-1381 et NS, 16-30 avril et 7 mai 1842 : totaux présentés (...)
  • 49 Calculs fondés sur les données sommaires fournies par le recensement de 1841, dans B.R. Mitchell et (...)

28L’analyse des chiffres ne peut être qu’approximative. Le nombre de signatures recueillies dans telle localité incluait souvent les communautés satellites, mais la zone couverte n’était pas précisée, et les pratiques varient entre 1839 et 1842. En outre, les totaux spécifiques par localité n’étaient pas toujours enregistrés : cela vaut en particulier en 1842, quand les formulaires affluèrent jusqu’à la veille du jour où le document fut présenté au Parlement. Il est cependant clair qu’une hausse significative fut notée dans les centres chartistes, allant parfois jusqu’à doubler le chiffre de 183948. En tout, 3 317 752 personnes signèrent la « Pétition nationale des classes industrielles » en 1842, soit plus de deux fois et demie les 1 280 000 signataires de 1839. Pour mettre cette réussite en perspective, rappelons qu’en 1841 la population de l’Angleterre, de l’Écosse et du pays de Galles dépassait à peine les 18 500 000 habitants. Au début de l’ère victorienne, la société était extrêmement jeune, comparée à celle d’aujourd’hui : les plus de 20 ans ne représentaient qu’un peu moins de 10 millions de personnes – et les plus de 21 ans, âge minimal pour voter, encore un peu moins. Les 923 314 signataires de la pétition de 1842 équivalaient donc à peu près un tiers de la population adulte. Autrement dit, les signataires étaient trois fois et demie plus nombreux que les électeurs britanniques lors de l’élection générale de l’année précédente49. Bien sûr, il y eut un certain nombre de signatures venant d’Irlande et sans doute un nombre plus important encore venant des moins de 21 ans. Mais l’ampleur du soutien apporté à la pétition de 1842 reste stupéfiante.

  • 50 The Times, 3 mai 1842 ; NS, 16 avril 1842 ; Duncombe habitait dans le quartier F3 et Macaulay dans (...)

29La présentation de la « pétition-léviathan chartiste » créa une impression à la mesure de son énormité. La convention nationale se réunit à Londres le 12 avril, au même endroit que son ancêtre de 1839. Les vingt-cinq délégués consacrèrent beaucoup de temps à l’agitation systématique et intensive dans la capitale, ayant compris que, malgré son immensité, Londres était sous-représentée dans le mouvement, mais cherchant aussi à maximiser l’intérêt public pour la présentation de la pétition, le lundi 2 mai. Bien qu’il ne soit pas délégué, Thomas Slingsby Duncombe orchestra la dernière phase de la campagne. Les chartistes devaient envoyer leurs formulaires remplis à son adresse, dans Albany, élégant immeuble proche de Piccadilly. Il paraît presque incroyable que ces dix kilomètres de papier, pesant plus de 300 kilos, furent réunis dans l’un des quartiers les plus chics de Londres, où Duncombe comptait parmi ses voisins l’ex-ministre du cabinet whig Macaulay50.

  • 51 The Times et Morning Chronicle, 3 mai 1842 ; NS, 7 mai 1842 ; voir P. Pickering, « “And Your Petiti (...)

30Alors que cette journée était habituellement réservée aux affaires du gouvernement, Duncombe obtint la permission de présenter la pétition un lundi, puisqu’une importante procession pourrait être réunie en ce « lundi saint » (jour de congé officieux pour les ouvriers). « À moins d’être splendide », dit Duncombe à McDouall, une procession « ne servirait pas la cause ». De fait, elle fut splendide. Sept fanfares (dont celle des Grenadiers de la Garde, détail assez invraisemblable), la maréchaussée à cheval, les centaines de banderoles et les innombrables drapeaux attirèrent une foule évaluée à 50 000 personnes par le Times – qui n’était pas l’ami du chartisme. Le centre d’attention était pourtant la pétition elle-même, gigantesque rouleau porté à tour de rôle par des commerçants londoniens, sur une énorme boîte décorée construite à cet effet. Comme pour la pétition des prisonniers de Newport l’année précédente, Duncombe fit en sorte que le fardeau soit apporté directement dans la Chambre des communes alors qu’elle siégeait. Mais ni lui ni les responsables du Parlement n’avaient pris conscience du problème concret que cela constituait. La pétition fut bloquée devant l’entrée des députés. On tenta de démonter la boîte et le chambranle de la porte, mais les porteurs durent finalement introduire la pétition en pièces détachées, accompagnés des membres de la convention. Entassée sur le sol de la Chambre, elle rendait ridiculement petite la table sur laquelle elle aurait censément due être placée. Duncombe prononça un discours bref et puissant, et le secrétaire de la Chambre dut lire le texte dans son intégralité. Ce fut un moment profondément satisfaisant de théâtre politique51.

31Moins satisfaisant, bien sûr, fut le débat à la Chambre des communes ce jour-là, sur la motion de Duncombe proposant que six représentants des chartistes soient autorisés à venir à la barre pour parler de leur pétition. La large gamme de points abordés par ce texte inquiétait les députés, mais Duncombe leur déclara : « Vous trouvez peut-être absurde la plupart de leurs arguments, fou et visionnaire leur projet pour remédier aux problèmes, soit ; mais ne vous décidez pas contre eux sans les avoir entendus. » Peel et son secrétaire du Home Office, sir James Graham, s’opposèrent à cette motion, mais l’orateur le plus éloquent fut Macaulay, qui s’empara de la pétition comme reflétant le programme politique que mettrait en place un parlement élu au suffrage universel masculin :

  • 52 Hansard, vol. LXIII, 3 mai 1842, col. 31 et 51.

Le gouvernement reposerait sur la spoliation [...] Quel serait l’effet de confiscations aussi générales ? Aucune expérience ne permet de le deviner. Tout ce que je puis dire, c’est que cela me paraît plus horrible qu’on ne peut l’imaginer. Une grande communauté d’êtres humains, un vaste peuple acquerrait une position nouvelle ; il y aurait une dépression, sinon un arrêt complet du commerce, et de toutes ces vastes entreprises du pays par lesquelles notre peuple est nourri ; comment peut-on douter que la famine et la pestilence viendraient bientôt s’adjoindre aux effets d’un tel état de choses ? Le mieux que je puisse espérer, et que selon moi tout le monde doit envisager comme issue, est que dans certaines des luttes désespérées que de telles circonstances entraîneront, un puissant despote militaire surgira, qui offrira quelque protection, quelque sécurité à ce qui restera comme propriété52.

  • 53 Chartist Circular, 14 mai 1842 ; NS, 7 mai 1842.

32Duncombe avait tenté de persuader la Chambre d’autoriser un nouvel épisode de théâtre politique, mais en vain. La motion fut rejetée à 287 voix contre 49. La convention n’en fut ni surprise ni perturbée. Le Parlement avait réagi comme l’on pouvait s’y attendre et, contrairement à 1839, les délégués savaient que le mouvement était là pour durer. La plupart de leurs délibérations portaient sur des questions d’organisation et de promotion. Bronterre O’Brien fut le seul à adopter un ton quasi apocalyptique : « Nous sommes à la veille de grands changements. Le système actuel est épuisé, il doit céder la place. » Le samedi suivant, dans une lettre « aux chartistes impériaux » parue dans le Northern Star, O’Connor se montra plus mesuré : le lundi 2 mai était une victoire pour les chartistes car eux seuls maîtrisaient les forces affichées ; ils « avaient promené le chartisme au grand jour, et nous avaient placés sous le regard de ceux qui étaient jusqu’ici aveugles. Ils demandent ce que c’était, et l’écho leur répond “la liberté” [...] Ne soyez pas intimidés ! Ne soyez pas découragés ! Ne soyez pas influencés par la défaite de la Chambre des communes53 ».

« Presque plus qu’un homme »

  • 54 London School of Economies, documents Allsop, Coll. Mise. 525/2, O’Connor à T. Allsop, non daté [18 (...)

33La lettre d’O’Connor était moins exaltée que d’ordinaire. La principale raison n’est pas difficile à trouver : plus bas dans la même colonne, il était contraint de répondre à des plaintes formulées durant la convention, concernant des « dénonciations » publiées par le journal. Le lendemain de la procession à Westminster, William Thomason (délégué écossais), Bronterre O’Brien et W.P. Roberts déplorèrent les querelles internes. Si les interventions des deux premiers étaient prévisibles, la troisième l’était moins. Roberts – « l’un des meilleurs hommes que je connaisse », déclara O’Connor à un ami – était proche d’O’Connor. Pourtant, ces dénonciations du Star « étaient l’une des plus fructueuses sources de désunion qu’il soit possible de concevoir », déclara Roberts à la convention. « La dernière cloche de l’Éternité » sonnerait « avant que le renom de M. O’Connor soit oublié. Aucun homme n’a fait davantage que M. O’Connor pour le mouvement, mais cette adulation complète devait tourner la tête à quiconque, et M. O’Connor devait être presque plus qu’un homme s’il n’en était pas affecté ». Ces remarques attirèrent encore plus l’attention à cause des commentaires formulés par le député radical John Roebuck, lors du débat que suscita au Parlement la motion de Duncombe : Roebuck soutenait les principes de la pétition, mais dénonçait le texte comme l’œuvre d’un « démagogue lâche et malfaisant », d’un « reptile indigne de son mépris54 ».

  • 55 Voir par exemple NS, 28 mai 1842.
  • 56 Beesley, lettre au rédacteur en chef, NS, 30 avril 1842.

34O’Connor était très sensible aux critiques, mais le ton apaisé qu’il adopta avait peut-être aussi une raison plus personnelle : sa santé. Périodiquement, il se volatilisait pendant quelques jours, « très abattu », expliquait-il parfois55. Son agenda saturé était peut-être l’unique raison de ces disparitions – la dernière en date s’était produite lors du congrès des délégués écossais. En avril, il devint un farouche adversaire de l’alcool, décision imprévisible dont les raisons (jamais fournies) étaient sans doute médicales. La discrétion avec laquelle cette information se propagea suggère qu’O’Connor regrettait sincèrement ses propos négatifs sur le chartisme anti-alcoolique, ou qu’il jugeait l’abstinence incompatible avec sa personnalité publique. Il voulait « essayer pendant douze mois », ce qui laissait entendre qu’il n’était pas sûr de s’y tenir56.

  • 57 TS 11/601, J. Sweet à T. Cooper, lettre incluant le prospectus de la NCA de Nottingham, non datée [ (...)

35Pour l’heure, du moins, les dénonciations cessèrent. L’ombre du suffrage complet planait pourtant au-dessus de la convention de 1842. La NCSU était à la fois une occasion et une menace. En s’efforçant d’atteindre l’unité, la convention permit la naissance d’un pragmatisme prudent. Moins d’une semaine avant sa conclusion, cela devint manifeste à travers la décision prise par la branche de Nottingham de soutenir Joseph Sturge lors de l’élection partielle pour l’un des deux sièges parlementaires de la circonscription. Les chartistes étaient bien placés pour exploiter la situation politique locale. Début 1841, ils avaient soutenu le conservateur victorieux lors d’une autre élection partielle, puis lors de l’élection générale ils avaient préféré accorder leur appui aux deux whigs victorieux. La corruption était alors partout, mais les whigs la pratiquaient simplement de façon plus flagrante que les tories. Plutôt que d’imposer une enquête officielle, ces derniers acceptèrent donc la promesse que l’un des députés whigs démissionnerait peu après, déclenchant une élection partielle. On supposait donc en général qu’un tory connu (John Walter, rédacteur en chef du Times) deviendrait bientôt député de Nottingham. Ce dédain éclatant pour le processus parlementaire indignait les libéraux comme les chartistes. Quand arriva l’élection partielle, dans la première semaine d’août, Sturge était devenu un personnage connu dans la circonscription, ses partisans chartistes s’étaient engagés à « agir selon le principe consistant à ne pas donner de dessous-de-table et à ne pas ouvrir de débit de boisson ». O’Connor était souvent à ses côtés, soutenu par un comité de non-électeurs entièrement composé de chartistes et financé par des dons auxquels invitait le Northern Star57.

36Ces dons permirent à plusieurs chartistes de se consacrer presque à plein temps à l’élection imminente. O’Connor, McDouall, Cooper et toute une galaxie de personnalités chartistes des Midlands s’activèrent pour organiser le boycott de certains commerçants et des manifestations quotidiennes. Pour la NCSU, Vincent et O’Neill assuraient la liaison. La campagne fut pimentée par l’arrivée soudaine de Joseph Rayner Stephens, venu soutenir Walter. Ce fut sa première apparition devant un public chartiste depuis son procès et son désaveu du mouvement. Un nouvel affrontement, aussi enflammé que celui opposant Sturge à Walter, s’empara soudain de Nottingham. La veille du vote à mains levées, chaque camp rallia simultanément ses partisans sur la place du marché. Bon nombre de chartistes apportèrent avec eux leur portrait de Stephens offert par le Northern Star. Guidés par McDouall, ils se réunirent devant Stephens et déchirèrent son effigie d’un geste cérémonieux, « lui jetant les fragments au visage ». Pour protéger leur estrade, les tories avaient réuni une importante équipe d’« agneaux », qui s’avança aussitôt vers les partisans de Sturge. À ce moment, Sturge et Vincent s’enfuirent prudemment, laissant le terrain à O’Connor et aux chartistes. Le résultat ne fut guère édifiant, mais il consolida la réputation populaire d’intrépidité d’O’Connor et, au niveau micro-politique, de force physique. De la tribune il se jeta dans la foule, suivi par McDouall et par Thomas Clark, chartiste de Stockport. « Ce n’était pas rien que de recevoir un coup de poing d’O’Connor », se rappelait sèchement Cooper dans son autobiographie, mais le récit qu’il envoya à son épouse était plus dramatique :

  • 58 T. Cooper, Life of Thomas Cooper, Londres, Hodder, 1872, p. 157 ; lettre à Susanna Cooper, non daté (...)

Il se battait comme un dragon, faisant tomber les hommes comme des quilles, il fut plaqué à terre, quarante hommes sur lui, il se releva, attrapa par la jambe un homme qui se tenait sur la carriole, le projeta au sol (Stephens et les autres étaient partis) puis monta sur le véhicule tory ! Quel cri déchira alors le ciel, parmi les cœurs palpitants ! Je ne l’oublierai jamais ! McDouall et d’autres entourèrent alors la carriole, qui fut traînée aux côtés de la nôtre, nous pûmes monter dessus et, à tour de rôle, nous adresser à l’assemblée58.

  • 59 Voir R. Church, Economie and Social Change in a Midland Town : Victorian Nottingham 1815-1900, Lond (...)

37Le lendemain, Vincent et O’Connor furent tous deux nommés candidats lors du vote à mains levées, ainsi que Sturge et un Walter de plus en plus mal à l’aise. C’était une ruse pour leur permettre de s’adresser à la foule, ce qu’ils n’auraient normalement pas pu faire puisqu’ils n’habitaient pas la circonscription. Après quoi ils se retirèrent, laissant Sturge écraser Walter lors du vote à mains levées. Le tory exigea aussitôt un vote par bulletin secret. Quand l’assemblée se dispersa, Cooper et un cornemuseux irlandais entraînèrent une foule à travers les rues de Nottingham, chantant des hymnes chartistes, « saluant la demeure amicale et grognant devant le repaire de l’ennemi », activité qui ne cessa qu’à 2h30 le lendemain matin. L’issue fut une victoire morale pour Sturge et les chartistes. Walter ne gagna que par une marge de 84 voix, et son élection fut annulée pour corruption. Un nouveau scrutin devrait avoir lieu l’année suivante59.

« La Charte, sinon pas de reprise du travail »

  • 60 Voir M. Jenkins, The General Strike of 1842, Londres, Lawrence & Wishart, 1980. L’interprétation pr (...)
  • 61 Cité dans C.S. Parker, Sir Robert Peel from his Private Papers, Londres, Murray, 1899, vol. 2, p. 5 (...)

38L’arrivée d’un candidat de la NCSU, soutenu par les chartistes, sur une scène politique devenue fébrile par la corruption généralisée, rendit extraordinaire cette élection partielle. Mais la dernière semaine se déroula dans un contexte infiniment plus tumultueux et plus grave : une vague de grèves si forte qu’elle mérite peut-être le nom de grève générale60. Les grèves de 1842 furent essentiellement spontanées, échappant au contrôle de l’exécutif de la NCA, mais elles furent étroitement associées au chartisme. Elles constituèrent aussi l’une des plus sérieuses menaces pour la stabilité sociale durant la période chartiste. Graham, le secrétaire au Home Office, estimait la menace plus sérieuse en 1842 qu’en 183961.

  • 62 HO 45/43, P 4 ; McDouall’s Chartist and Republican Journal, 17 avril 1841.

39On a vu qu’en 1839, des « déclarations d’adhésion par corps » avaient été formulées lors de réunions syndicales dans de nombreux centres industriels. Il n’y avait pas de méthode officielle pour rejoindre le chartisme : un individu était chartiste par conviction personnelle, et une organisation par déclaration publique. Avec la formation de la NCA, un mécanisme s’installa pour souscrire au mouvement. Début 1841, des membres de l’exécutif implanté à Manchester lancèrent une initiative concertée pour persuader les syndicats de la région de s’affilier. Lors d’une présentation aux délégués syndicaux de Manchester, au Carpenter’s Hall de la ville, Leach et Doyle établirent des parallèles avec le syndicalisme ; dans le journal qu’il publiait à Ashton-under-Lyne, Peter McDouall proposa que les syndicats se constituent en antennes de la NCA, idée fondée sur l’exemple de la Trades’ Démocratie Universal Suffrage Association qui prospérait à Dundee. Une antenne chartiste était techniquement distincte du syndicat local équivalent – les syndicats étaient relativement rares, alors que les associations de métier étaient courantes, avec des degrés divers d’organisation –, mais « si un syndicat est unanime pour adopter la Charte », McDouall suggérait : « Alors formez votre Association à partir de tout le syndicat62. » À Bristol, comme à Dundee, il existait une NCA réunissant tous les corps de métier, mais en général, les différents corps de métier s’affiliaient à la branche de la NCA les concernant : les charpentiers de marine à Aberdeen, les tailleurs à Birmingham, les cordonniers à Stafford, Northampton et Nottingham, par exemple. En 1841-1843, un tiers de toutes les antennes de la NCA à Londres étaient professionnelles. À Manchester existaient des groupes pour les imprimeurs de tissu, les chaudronniers, les maçons, les charpentiers, les découpeurs de futaine, les peintres, les tisserands sur métier à vapeur, les cordonniers, les tailleurs, les marteleurs (agrégat de divers métiers de la métallurgie), les mécaniciens et les forgerons. Ces derniers,

  • 63 D. McNulty, « Bristol trade unions in the Chartist years », dans J. Rule (éd.), British Trade Union (...)

après avoir mûrement examiné la question, avaient décidé que les syndicats n’avaient pas accompli ce pour quoi ils avaient été formés, à savoir la protection du travail de l’ouvrier ; ils en étaient donc parvenus à la conclusion que seule la participation à l’élaboration des lois qui les gouvernaient protégerait efficacement leur travail. Étant parvenu à cette conclusion, ils avaient rejoint la National Charter Association63.

  • 64 Cité dans D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 138.

40Il faut pourtant souligner que les effectifs nationaux de la NCA atteignaient seulement les 50 000 personnes en avril 1842 : les chartistes par conviction plus que par adhésion restaient la norme. Hors de Manchester et de Londres, cela valait aussi en grande partie pour les associations professionnelles. Les syndicats étaient des organismes prudents et le chartisme était largement présenté par l’establishment et par une presse hostile comme un mouvement insurrectionnel. « Leur syndicat était déjà assez illégal, commenta un cordonnier londonien en 1842, et ils étaient déjà assez impopulaires auprès des maîtres, pour ne pas vouloir le devenir davantage64. » Malgré les apparences, peu de syndicats étaient pourtant sans engagement politique, surtout dans les périodes de rupture et de détresse économique comme l’année 1842.

  • 65 The Trial of Feargus O’Connor Esq. (Barrister-at-Law) and Fifty-Eight Others, Manchester, Heywood, (...)

41Si la prudence ordinaire voulait qu’un syndicat reste à l’écart de toute activité politique, c’était souvent le chartisme qui offrait les outils intellectuels permettant aux syndicalistes de voir plus loin que leurs intérêts immédiats. En août 1842, le Trades’ Congress de Manchester préféra ne pas recommander aux sociétés membres de revenir sur l’interdiction des discussions politiques ; ce même congrès vota pourtant la grève générale jusqu’à l’obtention de la Charte. David Morrison, leader des mécaniciens et très en faveur du maintien de l’interdiction, était délégué au congrès chartiste quelques jours plus tard et fut par la suite poursuivi pour le rôle qu’il joua dans la vague de grèves. Quand Morrison créa un piquet de grève à la fonderie de Bridgewater, il dit à ses camarades : « Même si nous pouvions nous croire à l’abri du besoin, la misère finirait par nous frapper aussi, et il était de notre devoir de sympathiser » avec les grévistes des filatures65.

  • 66 Operative Stone Masons Fortnightly Returns, 22 avril-mai 1841, cité dans C. Behagg, Politics and Pr (...)
  • 67 Les « Potteries » : industrie de céramique située dans le nord du Staffordshire ; par extension, ce (...)

42Le soutien des syndicats pour le chartisme n’était pas unanime. À Canterbury, par exemple, les membres de la loge des Operative Stonemasons (les ouvriers maçons) reprochèrent au chartiste de Birmingham qui était leur secrétaire national d’introduire des commentaires politiques dans les publications du syndicat : « Il me reste à découvrir, répliqua-t-il, quelle différence cela fait à l’ouvrier que son employeur réduise son salaire de 6 pence par jour ou que les “autorités” autoproclamées imposent une taxe politique sur sa nourriture [...] et s’il y a plus de mérite à résister à l’un plutôt qu’à l’autre66. » Une poignée de professions qui rejetaient explicitement tout lien avec le chartisme se distinguaient par leur syndicalisation réussie, comme les charpentiers de marine, les tonneliers et les typographes. Les métiers dotés de syndicats moins assurés, et néanmoins actifs, étaient généralement moins impliqués dans les activités interprofessionnelles et dans le chartisme. Cela incluait tous les métiers du bâtiment, les industries textiles – où même les syndicats apparemment forts étaient menacés par les nouvelles technologies –, les cordonniers, les tailleurs et les métiers où la syndicalisation était relativement récente, notamment l’ingénierie. Un dernier facteur prédisposait certains ouvriers au chartisme : l’effondrement ou le déclin rapide de l’organisation professionnelle. C’était surtout notable dans les Potteries du nord du Staffordshire, zone où les troubles industriels furent particulièrement graves à l’été 1842 et où commencèrent les plug riots (« émeutes des chaudières »), comme on appelait communément ces grèves67.

  • 68 £CC, 62 (avril 1842) ; G. Barnsby, Working-class Movement in the Black Country, 1750-1867, Wolverha (...)

43L’année 1842 semble avoir été marquée par une dépression inexorable. Les prix étaient élevés, le chômage allait croissant et la réaction de nombreux employeurs fut de réduire les salaires. Quand les maçons londoniens se mirent en grève en mars, l’English Chartist Circular appela à un élan de solidarité pour prouver que « le chartisme était l’ami et le protecteur de l’industrie ». En mai-juin, les chartistes de Birmingham aidèrent à soutenir les communautés de cloutiers des Midlands, et bien que huit d’entre eux aient eu à purger des peines de prison allant de deux à six mois pour réunion illégale, ils furent de nouveau actifs dans les mines du Black Country, de fin juillet à septembre68.

  • 69 North Staffordshire Mercury, 23 juillet 1842, cité par R. Fyson, « The crisis of 1842 », dans Epste (...)
  • 70 Manchester Guardian, 23 juillet, et NS, 16 et 30 juillet 1842 ; Jenkins, General Strike, op. cit., (...)

44Début juin, des mineurs du nord du Staffordshire protestèrent contre une baisse des salaires, manifestant selon la forme habituelle : ils défilèrent dans les Potteries en brandissant des pains plantés sur des pieux. Ils reçurent un vif appui local et le mois suivant, lors d’un incident comparable, un comité de mineurs fut formé, dont le quartier général se trouvait dans le même pub de Hanley qui servait régulièrement aux meetings chartistes. Les débrayages systématiques commencèrent dans tout le bassin houiller du North Staffordshire, alors que des piquets de grève cessaient le travail dans chaque puits de mine, éteignant les moteurs et débranchant les chaudières. L’eau bouillante s’écoulait sur le sol des salles des moteurs, et les machines à vapeur devenaient aussitôt inutilisables, forme de protestation spectaculaire mais sans risque de dégâts définitifs. Du désir de voir les salaires retrouver leur montant antérieur, les objectifs s’élargirent à une véritable hausse de la rémunération, une semaine de travail plus courte et l’abolition du paiement en nature. Une par une, les faïenceries du Staffordshire fermèrent par manque de carburant, les potiers montrant (selon le principal journal local) « une détermination tranquille à tout endurer pour obtenir la hausse des salaires demandée par les mineurs69 ». La couverture de l’événement par le Northern Star garantit que l’affaire aurait un retentissement bien au-delà de la région. En attendant, les manifestations des grévistes prenaient de l’ampleur : des colonnes longues de plusieurs milliers d’hommes partirent vers l’ouest, dans le Shropshire, et vers le nord, presque jusqu’à Stockport, débranchant les machines à vapeur dans les houillères et exigeant de la nourriture dans les boutiques et les maisons en chemin70.

  • 71 Affiche, « toiling slaves / union is strength », HO 45/263, fo 36 ; Cooper, Life, op. cit., p. 186.

45Toute cette activité jouissait du soutien considérable des chartistes des Potteries. Au moins cinq membres du comité de la NCA travaillaient aux charbonnages, dont deux étaient les plus importants leaders des mineurs de Hanley. D’autres chartistes éminents discoururent lors de meetings publics pour encourager les grévistes. John « Daddy » Richards, délégué à la Convention de 1839, était secrétaire correspondant du comité des mineurs. Même si la grève ne fut ni inspirée ni conduite par les chartistes, elle fut de toute évidence confortée dans sa résolution par les chartistes. La vague de grèves se propageait, comme on put le constater dans d’autres régions. Le 10 août, dans le Black Country, Cooper et O’Neill (au lendemain de l’élection de Nottingham) s’adressèrent aux mineurs en grève de Wednesbury, « leur conseillant de persévérer dans leur grève, et [...] sur la nécessité de s’unir pour gagner la Charte du Peuple ». De la chapelle chartiste de Birmingham, O’Neill prônait « une union des ouvriers désireux d’obtenir le juste salaire d’une journée pour une juste journée de travail71 ».

  • 72 NS, 20 août 1842.

46Cooper alla ensuite s’adresser à des auditoires semblables, à Bilston, à Wolverhampton et dans le Staffordshire. Il chemina à travers les mines des Midlands, puis jusqu’à Manchester pour un meeting de l’exécutif de la NCA, auquel il avait récemment été élu. Il parlait lors des meetings publics et récoltait l’argent dû par les marchands de journaux pour son périodique Commonwealthman. Quand Cooper arriva dans les Potteries, les mineurs avaient repris le travail, mais la grève et la dislocation économique qu’elle entraîna avaient créé une atmosphère de crise. Les chartistes locaux dirigeaient désormais leur énergie vers les pauvres. Le workhouse de Burslem abritait 850 personnes dans un bâtiment conçu pour 350, et mille autres recevaient des secours « extérieurs ». Le 9 août, Richards « s’exprima avec l’éloquence la plus fervente » lors d’un meeting de plein air réunissant les pauvres de Burslem, complété à mi-parcours par l’arrivée spectaculaire de 2 000 pensionnaires et bénéficiaires extérieurs de la deuxième « Bastille » de l’agglomération. Le meeting culmina avec cette résolution : « La détresse qui ronge les entrailles de la population britannique ne pourra être définitivement éliminée tant que la Charte du Peuple ne sera pas devenue la loi du pays72. »

  • 73 Sur les liens pragmatiques des mineurs avec le chartisme, voir par exemple D. Phillips, « Riots and (...)

47Le Staffordshire avait inauguré une vague de grèves qui commençait à gagner une grande partie de la Grande-Bretagne. Cet été-là, trente-deux comtés furent finalement touchés par les grèves. Bien que l’ampleur des troubles ait été modeste dans la plupart des régions, le Cheshire, le Lancashire, le Staffordshire, le West Riding du Yorkshire et le Lanarkshire furent des exceptions cruciales. Comme en 1839, Londres était en décalage par rapport à l’humeur du Nord industriel : 1842 fut une année où très peu de grèves y furent répertoriées, et les désordres sérieux se bornèrent à quelques manifestations autour des grandes gares, contre l’envoi de soldats dans les Midlands et le Nord. Malgré des degrés très divers d’adhésion au chartisme parmi les mineurs en grève, une étroite affinité entre le chartisme et les syndicats fut presque toujours évidente73. C était inévitable, signala Richard Otley, de Sheffield, durant son procès :

  • 74 Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 201 ; Trial, op. cit., p. 246.

Dans les régions manufacturières, il y a au moins quatre ouvriers sur cinq qui sont soit chartistes, soit attachés aux principes chartistes. Dans ces conditions, il est tout à fait impossible qu’il y ait une grève pour les salaires sans qu’il y ait un grand nombre de chartistes parmi les grévistes74.

  • 75 McCord, Anti-corn Law League, op. cit., p. 123-126 ; N.C. Edsall, Richard Cobden, Boston (MA), Harv (...)

48Si une main cachée guida les débrayages de 1842, on y vit moins celle du chartisme que de l’ACLL. Ces interruptions avaient des conséquences limitées, et pouvaient même être avantageuses pour les employeurs si elles se produisaient lors d’une baisse de la demande pour leurs produits et alors que le prix des matériaux bruts était élevé (le charbon surtout, à l’été 1842). Une fois réemployés, les ouvriers pouvaient être payés moins : la plupart des grèves de 1842 eurent lieu dans un contexte local immédiat de baisse des salaires. De plus, si les débrayages et l’agitation persuadèrent le gouvernement de changer de politique économique, il pourrait même y avoir là des gains politiques à long terme. Une résolution en ce sens fut examinée lors du congrès de l’ACLL en juillet. Bien qu’elle ait été repoussée, on soupçonnait ses membres de fomenter délibérément une vague de grève en imposant des réductions de salaires auxquelles, ils le savaient, leurs employés s’opposeraient. C’est exactement ce que dit O’Connor à la fin juillet ; le secrétaire au Home Office ordonna un moment que le courrier de Richard Cobden soit intercepté et, avec Peel, il consacra des efforts considérables à prouver la complicité de la ligue, publiant en 1843 un dossier substantiel sur ce point75.

  • 76 HO 45/249, fo 121, 15 août.

49Quelques membres de l’ACLL annoncèrent sans doute des réductions de salaire en pensant en tirer un avantage politique, mais ils furent plus nombreux à accepter une grève quand leurs usines étaient visées. « Tout le parti qui exige l’abrogation de la Corn Law a laissé des ordres : les contremaîtres doivent arrêter les usines dès que la foule fait son apparition, déclara au Home Office un correspondant à Bolton ; les firmes dont les propriétaires sont plus conservateurs ont tenu bon, en revanche76. » Cela explique en partie la vitesse à laquelle la vague de grèves se propagea, mais l’explication n’est pas suffisante. La détresse économique accrue cet été-là renforça chez les ouvriers la volonté de ne pas accepter les baisses de salaire. Le slogan le plus courant en août était « le juste salaire d’une journée pour une juste journée de travail » – parfois formulé comme l’exigence d’un retour aux salaires versés en 1839 ou 1840. La dimension ouvertement politique des grèves marquait l’apogée d’une demi-décennie d’activité chartiste et, plus directement, du vigoureux soutien apporté par les activistes locaux, moitié par principe, moitié par opportunisme. La vague de grèves devint donc intimement associée au chartisme, non par une décision officielle de la NCA mais par un phénomène plus profond, quoique plus difficile à identifier : l’implication des chartistes locaux comme conseillers, porte-parole et participants aux grèves.

  • 77 NS, 5 mars 1842.
  • 78 Trial, op. cit., p. 17, 27 et 73 ; Jenkins, General Strike, op. cit., p. 64-66.

50Contrairement à ce qui se passa en 1839, les chartistes n’attendaient pas que leurs dirigeants nationaux annoncent leur stratégie. Il était logique d’ajouter l’appel à la Charte aux décisions de grèves chaque fois que c’était possible. On ne sait pas qui fut le premier à le faire car dès le mois de mars, des délégués de sept groupes professionnels (dont les tisserands au métier à main ou à vapeur) avaient déclaré lors d’un meeting de l’ACLL qu’ils « ne seraient pas satisfaits à moins d’obtenir toute la Charte77 ». C’était presque certainement un militant de la NCA de la région d’Ashton-under-Lyne et Stalybridge, étroitement associé à McDouall. Parmi eux, Richard Pilling, tisserand d’Ashton, comptait particulièrement. C’est lui qui, le 29 juillet, lors d’une réunion de grève à Stalybridge, proposa « que des salaires justes ne pourraient être obtenus tant que la Charte ne seraient pas devenue la loi du pays ». Cela n’équivaut pas tout à fait à déclarer la guerre tant que la Charte ne serait pas appliquée, mais le 1er août, George Candelet, ouvrier en usine à Hyde, présidant un meeting, soutint une résolution de grève si les employeurs imposaient de nouvelles réductions de salaires, avec ce commentaire : « J’espère que vous, hommes de Hyde, serez fidèles les uns aux autres, et alors nous aurons bientôt nos droits ; ce sera la Charte et rien d’autre que la Charte. » C’est seulement le 2 ou le 3 août que non loin de là, à Dukinfield, une résolution avancée par Pilling déclara explicitement « que si les maîtres continuent leurs baisses de salaires, le peuple se mettra en grève jusqu’à l’obtention d’un juste salaire pour une juste journée de travail, et jusqu’à ce que la Charte devienne la loi du pays78 ».

  • 79 Trial, op. cit., p. 28.

51Avec des variantes, cette formule devint dès lors un lieu commun des doléances des grévistes. Face aux baisses de salaires continuelles, un rassemblement de masse des ouvriers du textile du Lancashire et du Cheshire fut prévu le dimanche 7 août, à Mottram Moor, lieu traditionnel des meetings chartistes au sud de Stalybridge. Il fut décidé de procéder au « grand débrayage national » et le président, William Muirhouse, de Hyde, personnalité éminente depuis quelques semaines, ordonna à tous les présents de se réunir le lendemain matin à 5 heures, « lorsque nous irons d’usine en usine, pour en chasser tous les ouvriers qui n’en sortent pas volontairement. Et mes amis, quand nous aurons quitté le travail, nous ne le reprendrons pas tant que la Charte, qui est la seule garantie que vous ayez pour vos salaires, ne sera pas devenue la loi du pays79 ».

  • 80 H045/249, fo 51,8 août ; A. Watkin, The Diaries of Absalom Watkin, M. Goffin (éd.), Stroud, Sutton, (...)
  • 81 Pickering, Chartism, op. cit., p. 70.

52Ce matin-là, entre deux et trois mille ouvriers partis de Stalybridge se dispersèrent pour aller mettre en grève presque toutes les usines en activité dans la région d’Ashton. Se retrouvant l’après-midi sur la place du marché d’Ashton, rejoints par dix mille autres, les grévistes se divisèrent en deux : une colonne marcha vers Hyde, l’autre vers Oldham. Cette dernière déferla sur Oldham derrière un drapeau noir et un bonnet phrygien sur une pique. Les deux colonnes débranchèrent les machines à vapeur sans rencontrer de résistance, sauf dans une usine d’Oldham. Des meetings eurent lieu ce soir-là dans les deux villes, et un débrayage total fut voté tant que la Charte ne serait pas la loi. Le modèle ainsi établi se répéta tout au long de la semaine. « La police et l’armée étaient des observateurs plus qu’autre chose », nota dans son journal Absalom Watkin, magistrat de Manchester80. Un effort particulier fut accompli pour éviter toute division sectaire ou ethnique : Bernard McCartney, Irlandais de Liverpool, et Peter Brophy, secrétaire de l’IUSA à Dublin, se rendirent tous deux à Manchester pour soutenir les grèves81. Étant donné le nombre de personnes impliquées, les violences furent remarquablement rares. L’humeur était à l’optimisme, grâce au large soutien reçu et à l’absence de véritable résistance. C’est ce que reflète bien une lettre écrite par un ouvrier d’Ashton qui tomba entre les mains des autorités. Ayant cessé le travail un lundi, cet anonyme rejoignit les grévistes le lendemain matin :

  • 82 HO 45/264, fo 102-104, avec une lettre du maire de Hull au HO, 11 août 1842.

Mardi 9, ai retrouvé les autres à 5 heures, suis allé à Oldham, Hyde, Manchester, Stockport et Newton, Hurst, et tous les autres endroits dans les environs pour y arrêter toutes les usines. Les soldats et la police essayaient de nous empêcher, ai pris son sabre à un des soldats, l’ai cassé, ai mis en sang le nez des policiers. Mercredi 10, suis allé à Glossop Dale pour y arrêter toutes les usines. Les maîtres croyaient nous empêcher mais n’ont pas pu [...] les boutiquiers marchent avec nous main dans la main, ils donnent 5, 4 ou 2 livres à chaque homme qui va à Preston, à Hull et dans les autres villes manufacturières de Grande-Bretagne et d’Irlande pour arrêter les usines, c’est le moment ou jamais, si nous perdons cette occasion nous sommes perdus ! perdus ! Perdus !!! On nous donne beaucoup à manger, les magasins sont ouverts, ils nous donnent ce que nous voulons. Aujourd’hui 11 août, à Stockport, ils sont arrêtés mais nous partons défiler dans les rues comme des soldats, à six de front. Nouvelles de Manchester : combats sanglants, les soldats prêts à se battre pour le peuple, la police idem, L’heure de la Liberté a sonné, nous voulons qu’on nous paye les salaires de 1840, s’ils refusent, la conséquence sera la Révolution. Nous avons arrêté tous les métiers, les tailleurs, les savetiers, les fabricants de brosses, les balayeurs, les rétameurs, les charretiers, les maçons, les constructeurs, les mineurs, etc. et tous les autres. Pas une carriole n’a le droit de traverser les rues82.

  • 83 HO 45/249, f 94 ; Watkin, Diaries, op. cit., p. 225-226.
  • 84 Déposition de Bannister, Trial, op. cit., p. 76-80 ; HO 45/249C, f° 137.

53Le soutien des communautés était alors considérable, mais certains commerçants agissaient sans doute par instinct de conservation. Les boutiquiers d’Oldham placardèrent des affiches signalant leur sympathie pour les grévistes et promettant « toute assistance pécuniaire », mais exigeant aussi que les industriels locaux « concluent un accord immédiat avec leurs ouvriers, comme étant le meilleur moyen de maintenir l’ordre et la paix dans la ville ». « Tout n’est qu’inquiétude et insécurité », écrivit Watkin le jeudi 11, notant que la violence s était propagée quand les autorités avaient, sur le tard, tenté de reprendre la situation en mains. « Les troubles s’étendent dans toutes les directions et deviennent très alarmants », ajouta-t-il le lendemain ; puis, le samedi, les troubles « prennent désormais un caractère plus résolument politique. “La Charte, sinon pas de reprise du travail” est maintenant le cri général [...] L’homme qui nous a livré notre charbon aujourd’hui a dit à Elizabeth qu’ils n’en apporteraient plus, et qu’ils auraient désormais la Charte83 ». L’ordre public était sérieusement compromis. À Preston, le 12 août, deux grévistes furent tués par les soldats. Il y eut aussi des blessés graves dans un escadron de police de Manchester quand d’anciens soldats favorables à la grève (« un nombre considérable » d’« hommes choisis ») prirent la fuite en voyant approcher les forces de répression84.

  • 85 HO 45/244,  24 et 25,14 et 12 août.
  • 86 Stockport Central Library, Family and Local History Library, SH/11, « Stockport Chartist Papers », (...)

54Les grèves arrivaient peu à peu dans le sud, touchant même « les plus modestes professions, et à plusieurs kilomètres dans les campagnes voisines des régions manufacturières » de Derby, selon un observateur à Chapel-en-le-Frith, le 12. Dans le Derbyshire, la crise s’était vite aggravée, comme le montre la requête personnelle adressée par le secrétaire au Home Office au principal propriétaire terrien du comté, le duc de Devonshire, lui demandant de renoncer à chasser la grouse – la saison venait de démarrer – et de revenir de ses terres du Yorkshire85. À Stockport, les magistrats et l’armée discutaient pour savoir comment protéger les tribunaux, et l’on supposait en général que le workhouse serait assiégé. « Ils avaient à présent l’occasion d’obtenir tous les privilèges auxquels ils avaient droit », déclara aux grévistes un dirigeant chartiste local, le samedi soir, mais il conseilla la retenue et « affirma que la Charte éliminerait la législation de classe et ouvrirait une voie d’accès à tous les postes et à tous les privilèges ». C’est seulement alors que le sommet de la hiérarchie chartiste donna des directives. Le dimanche 14, Leach et Doyle, de l’exécutif de la NCA, se rendirent à Stockport et prirent la parole lors des meetings sur le thème : « La Charte, espoir du peuple ». Ils organisèrent aussi l’élection d’un délégué de Stockport au congrès de la NCA qui aurait lieu le mercredi suivant à Manchester86.

  • 87 HO 45/264, fo 49,14 août 1842 ; Bradford Observer cité dans D. Wright, Chartist Risings in Bradford(...)

55Ce week-end-là, les grévistes du Lancashire entrèrent dans l’ouest du Yorkshire pour la première fois. La bourgeoisie du Yorkshire se berçait de l’illusion selon laquelle les grévistes venaient exclusivement de l’extérieur du comté. Le Lancashire seul soutenait activement la grève, contrairement « à nos propres ouvriers qui en fait ne semblent pas sympathiser », pour citer le receveur des postes de Huddersfield dans son rapport au Home Office. En moins de vingt-quatre heures, il dut réviser son jugement, brossant au passage un portrait révélateur de ceux qui parlaient aux meetings de grève locaux : « Très modérés, tous des étrangers menant évidemment une vie humble, raisonnables, avisés, déterminés, pacifiques. » Pendant ce temps, à Bradford Moor, un journaliste se mêlait à la foule d’un rassemblement chartiste où l’on projetait une nouvelle grève pour le lendemain matin : « Nous avons trouvé une hostilité résolue à l’état de choses existant, écrivit-il, la Bible fut souvent citée87. »

  • 88 HO 45/249, fo 121,15 août ; Tameside Local Studies Library (Ashton-under-Lyne) Broadsheets L322 ; B (...)

56Alors que le « grand débrayage national » entrait dans sa deuxième semaine, les grévistes se répandirent dans le West Yorkshire. Les filatures de coton furent paralysées. Le lundi à midi, Bolton présentait « l’apparence d’un village déserté », selon un maître d’école. « Ne percevez-vous pas, lui dit un chartiste, une forte analogie entre ces actions et les miasmes sinistres qui passèrent sur la France avant la terrible révolution ? » Les magistrats de Leeds devaient avoir en tête les événements de 1789 lorsque, ce matin-là, ils rédigèrent cet avertissement : « La visite d’un grand nombre de hors-la-loi est attendue à Leeds dans très peu de temps, avec pour objectif de créer la terreur ». Les résidents prospères des villes industrielles partaient quand ils pouvaient se le permettre. La station balnéaire de Southport se retrouva ainsi « tout à fait pleine de monde, nota la sœur d’un propriétaire de filature à Bolton, beaucoup de gens ayant sans doute fui ces troubles, mais j’ai été surpris de voir ici autant d’hommes à pareil moment de l’année88 ».

  • 89 A. Campbell, Lanarkshire Miners, Edimbourg, Donald, 1979, p. 250-252 ; L.C. Wright, Scottish Charti (...)

57Le samedi, le Northern Star avait apporté la nouvelle de la grève dans des régions situées bien au-delà de son épicentre. Les exemplaires destinés à l’Écosse partirent de Leeds le jeudi soir, de sorte que l’information parvint à temps pour consolider la résolution de ceux qui protestaient contre les réductions de salaires dans plus d’une centaine de puits de mines du Lanarkshire, du Midlothian et du Fife. Le 13 août, les mineurs du Clackmannanshire décidèrent de « ne plus jamais produire un penny de charbon tant que la Charte du Peuple ne serait pas la loi », pourvu que le reste du pays suive le même programme avant le 23 août. Les houillères de l’Airdrie et du Fife adoptèrent le même objectif et les chartistes de Dunfermline formèrent aussitôt un « comité de cessation du travail » pour promouvoir le projet des deux côtés de la frontière écossaise89.

  • 90 , MS’, 20 août 1842 ; Cooper, Life, op. cit., p. 191-199 ; Fyson, « Crisisof 1842 », art. cité, p.  (...)

58Ce lundi-là, des résolutions de faire grève pour la Charte furent votées dans des lieux aussi éloignés les uns des autres que Carlisle et les mines du Leicestershire. Dans les Potteries, le litige des mineurs du mois précédent fut bientôt ranimé. Lors d’un rassemblement de masse à Hanley, présidé par Cooper, Richard et un leader des mineurs locaux proposèrent que « tout travail cesse tant que la Charte de Peuple ne sera pas devenue la loi du pays ». Ils ne pouvaient sans doute pas prévoir les forces que cette décision allait déchaîner, et encore moins les diriger. Les grèves dégénérèrent en émeutes, pillages, attaques des workhouses, des commissariats de police et du domicile des magistrats et administrateurs de la Poor Law. Dans un geste lourd de symbolisme, des femmes attaquèrent les boutiques des prêteurs sur gages et récupérèrent – sans payer – ce qu’elles y avaient placé ; des feux de joies furent allumés avec des titres de propriété et des archives de la police. Richard Croxton, potier sans emploi et chartiste, menait un gang qui soutirait de l’argent dans les foyers bourgeois, et on l’entendit un jour déclarer qu’il « préférerait marcher dans le sang jusqu’aux genoux plutôt que de manger son petit déjeuner ». Après une période de chômage prolongé en début d’année, Croxton avait ravalé sa fierté et avait demandé le secours destiné aux pauvres : il avait passé cinq semaines à casser des pierres pour neuf pence par jour. Avec ce salaire, Richard et sa femme avaient réussi à se nourrir, eux et leurs deux enfants. Après vingt-quatre heures pendant lesquelles la situation échappa au contrôle des autorités locales, des gardes spéciaux et des dragons réussirent à restaurer l’ordre alors qu’un important groupe de grévistes du Cheshire s’approchait des Potteries90.

59Il y eut aussi des violences sérieuses dans l’ouest du Yorkshire. « Ne pas reprendre le travail tant que la charte n’était pas établie » : le principe avait été accepté lors d’un rassemblement devant l’Oddfellows’ Hall de Bradford, le lundi matin de bonne heure, après quoi deux colonnes de manifestants étaient parties pour Halifax, fermant les usines en chemin. Les tisserands, qui se joignirent à la grève sur le passage des processions, jetaient leurs navettes dans des sacs qu’ils confiaient à des tenanciers de pubs sympathisants, indiquant qu’ils ne reprendraient pas le travail sans une décision collective de le faire. Le nombre des grévistes – et le fait que la plupart rentrèrent chez eux le soir même – indique bien qu’il ne s’agissait pas d’une incursion du Lancashire mais d’un mouvement local. « J’ai eu une occasion exceptionnelle de les observer de près, nota un témoin oculaire, et j’ai été surpris de reconnaître tant d’ouvriers d’usine, et de terrassiers aussi. » Tout Halifax semblait attendre pour les saluer. Une sympathie particulière allait aux « milliers de grévistes femmes [...] pauvrement vêtues et beaucoup d’entre elles nu-pieds » qui refusèrent de se disperser quand on donna lecture du Riot Act, mettant les soldats au défi de les tuer et chantant pour les braver « l’Hymne de l’Union ». La cavalerie finit par nettoyer les rues, « fauchant ou piétinant tous ceux qui se tenaient sur son passage ». Frank Peel était alors enfant et il vit passer les grévistes sur la route menant de Bradford à Halifax :

  • 91 HO 45/264, fo 80 ; F.H. Grundy, Pictures of the Past, Londres, Griffith, 1879, p. 98 ; F. Peel, The (...)

Le spectacle était de ceux qu’il est impossible d’oublier. Ils se déversaient par milliers sur cette grande route dont ils occupaient toute la largeur, une multitude dégingandée, émaciée, désespérée, armée d’énormes gourdins, de fléaux, de fourches et de piques, beaucoup sans veste ni chapeau, des centaines et des centaines d’individus en haillons, leurs vêtements en lambeaux [...] À mesure que la foule furieuse défilait, des femmes terrorisées apportaient tout leur pain et toute leur nourriture, et dans l’espoir d’acheter leur indulgence, les remettaient à ces hommes rudes qui encombraient les portes et les fenêtres. Un misérable affamé, après avoir faiblement lutté pour obtenir sa part des provisions, perdit connaissance et s’écroula sur le pas de la porte où je me trouvais. On fit venir aussi vite que possible un médecin, qui habitait tout près, mais l’homme mourut en sa présence. L’un de ses camarades nous dit que le pauvre homme avait mangé des pommes de terre crues à Ovenden après être resté deux jours sans nourriture91.

  • 92 Grundy, Pictures, op. cit., p. 103, 105 ; HO 45/264, f3 171-175 ; NS et Halifax Guardian, 20 août 1 (...)

60Le mardi 16 août, jour chargé de valeur symbolique, car c’était l’anniversaire de Peterloo, Halifax voulut se venger des cavaliers qui avaient violemment dispersé la foule, la veille. Sachant que les manifestants arrêtés jusque-là seraient emmenés en train à la prison de Wakefield, une embuscade fut organisée à Salterhebble, sur la route menant à la gare d’Elland, la plus proche. La route ressemblait plutôt « au chemin menant à la foire ou au champ de courses, se rappelait un badaud ; tous, hommes et femmes, couraient sur les chemins, munis d’armes ou le tablier rempli de pierres ». Alors que la cavalerie revenait de la gare, elle fut attaquée « à coups de pierres, de briques, de rochers, comme une pluie de grêle ». Chevaux et soldats furent blessés dans leur lutte pour s’enfuir par l’étroit chemin et huit hommes jetés à terre par leur monture furent dépouillés de leur équipement alors qu’ils gisaient au sol, à moitié évanouis. Le reste de la journée fut ponctué par des affrontements violents dans les rues tortueuses du centre de Halifax. À plusieurs points, les baïonnettes furent employées, des coups de feu furent tirés pour disperser la foule. Deux jours après, dans le rapport qu’il envoya au Home Office, le maire signalait huit hommes « grièvement » ou « dangereusement » blessés par balle ou par baïonnette. Il y eut en tout au moins trois morts (dont un soldat). En outre, « on parlait beaucoup d’hommes blessés qui se cachaient dans les granges ou sous les haies ». Le tisseur de tapis Charles Greenwood, l’un des participants de l’embuscade de Salterhebble, passa la nuit dans un fossé. Lorsqu’il rentra chez lui, il découvrit que son fils de 16 ans était mort « de tuberculose et de manque de nourriture » pendant son absence92.

  • 93 Wilson, Struggles, op. cit., p. 201.
  • 94 Bolton Free Press, 20 août 1842 ; J. Lewis « au Comité qui se réunit à Glossop », 16 août 1842, rep (...)

61Comme le montre ce récit même très résumé des événements de Halifax, la situation échappait désormais au peu de contrôle central qui existait encore une semaine auparavant. « Ceux qui ont attaqué les soldats de Salterhebble ne venaient ni du Lancashire, ni de loin, mais étaient principalement des jeunes gens des environs », souligna l’un des principaux chartistes de Halifax93. La veille de ces troubles, un congrès de délégués syndicaux s’était réuni dans le Carpenters’ Hall de Manchester pour évaluer la situation et coordonner la grève dans la région de Manchester. « Aucune garantie suffisante ne peut être accordée aux producteurs de richesse, sauf par l’adoption et l’établissement des droits politiques du peuple, comme sauvegarde pour leur vie, les libertés et les intérêts de la nation en général. » Les délégués reconnurent que l’appui « des boutiquiers, des pasteurs non conformistes et de la classe moyenne en général » était requis pour que la grève soit efficace « dans la lutte pour l’obtention de leurs droits politiques » ; par ailleurs, le soutien apporté au débrayage ne semblait pas près de faiblir. Le congrès prit deux jours entiers « à discuter de façon calme et détendue quel serait le meilleur remède à l’état dans lequel le pays se trouvait à présent », rapporta un délégué du Derbyshire à son comité, à Glossop, « et la majorité a fini par décider de cesser tout travail jusqu’à ce que la Charte du Peuple devienne la loi du pays. Cette majorité représentait plus de 120 des 141 délégués présents94 ». Il s’agissait donc bien d’une grève chartiste, mais elle n’avait toujours pas l’approbation de la NCA. L’exécutif devait se réunir à Manchester le mardi, après avoir assisté à l’inauguration d’un monument à Hunt, lors des commémorations de Peterloo. Nous avons aperçu son président, Leach, à Stockport le dimanche précédent, recrutant en hâte des délégués supplémentaires pour transformer le meeting en convention d’urgence ; mais la plupart des membres n’arrivèrent à Manchester que le mardi matin.

  • 95 « Stockport Chartist Papers », rapport du chef de gare, 16 août 1842 ; Cooper, Life, op. cit., p. 2 (...)

62Jusque-là, O’Connor n’avait joué aucun rôle dans la vague de grèves, et il arriva de Birmingham mardi en début de matinée. Il fut bientôt suivi par John Campbell, secrétaire de l’exécutif de la NCA, et par Thomas Cooper – que l’on avait fait sortir des Potteries déchirées par les combats. Tandis que leur train entrait dans Manchester, les deux hommes regardèrent par les vitres avec stupeur : « Dès que la Ville aux longues cheminées apparut, voyant qu’aucune fumée ne montait desdites cheminées, Campbell changea de visage, il jura et dit : “Pas une seule usine qui travaille ! il en résultera bien quelque chose, et quelque chose de sérieux !”95. »

63Cette anecdote est éclairante : tout l’exécutif savait que des grèves étaient en cours, mais ceux qui n’habitaient pas le nord du pays – et même Campbell, qui n’en était parti que quelques mois auparavant – furent stupéfaits face à leur ampleur, leur solidité et leur caractère politisé. Selon le Northern Star, « leurs délibérations furent pleines d’inquiétude ». Six des quelque soixante délégués s’opposèrent à ce que la NCA accorde un soutien officiel à la grève générale. Il ne s’agissait pas d’hommes de la classe moyenne ou incarnant la nouvelle initiative, puisqu’il y avait parmi eux William Hill et les deux délégués de Sheffield, Richard Otley et George Harney. Ce dernier, en dépit – ou à cause – de son adoption des idéaux de la Révolution française, parlait avec autorité, bien conscient que Sheffield était presque épargné par la vague de grèves. La majorité l’emporta néanmoins, comme l’expliqua par la suite McDouall :

  • 96 Cooper, Life, op. cit., p. 208-211 ; NS, 20 août 1842 ; P. McDouall, Letters to the Manchester Char (...)

La question ne se posait plus de savoir s’il fallait ou non faire grève, puisque la grève avait déjà commencé : il n’était plus temps non plus de se demander si cette grève devait être politique, puisque les syndicats avaient décidé, presque unanimement, de cesser le travail pour la Charte seule [...] Que devions-nous faire ? Décider s’il était opportun de s’opposer à ce que les syndicats, les dirigeants locaux et le peuple avaient déjà fait ? [...] Je réponds que non96.

  • 97 « Stockport Chartist Papers », « Sunday » [16 août].

64Il existait une fracture fondamentale entre l’opinion des dirigeants nationaux et celle des militants ouvriers du Lancashire. Des syndicalistes comme Pilling ou le leader des métallurgistes Alexander Hutchinson – qui présida le congrès des syndicats de Manchester – étaient impliqués dans le chartisme depuis ses débuts et avaient fermement établi le lien entre les deux. Pourtant, même Pilling, qui pouvait prétendre être « le père de ce mouvement », ne fut pas invité au congrès de la NCA, pas plus que Hutchinson97. Le lien entre les organisations professionnelles et le chartisme était culturel et intellectuel autant que structurel. Pour le syndicaliste qui situait dans un contexte politique plus large les problèmes présents sur le lieu de travail, le chartisme offrait des outils de réflexion. Cela valait aussi pour les dirigeants ouvriers au sein de l’industrie minière encore très peu syndicalisée.

  • 98 HO 45/266, fos 8 et 13 ; Campbell, Lanarkshire Miners, op. cit., p. 250-252.
  • 99 Cité dans Phillips, « Riots and public order », art. cité, p. 155.

65En Écosse, on voit bien quel rôle clé jouèrent les dirigeants locaux politisés à travers le chartisme. Le secrétaire des mineurs d’Airdrie et de Coatbridge, par exemple, avait été délégué à la Convention chartiste écossaise en janvier 1842. Le sheriff du Lanarkshire, observateur de longue date des relations industrielles dans la région de Glasgow, estimait que les ouvriers des mines de charbon et de fer « agissaient sous direction chartiste ». En avril, il avait confié au Home Office : « Dans tous les entretiens que j’ai eus avec les délégations ouvrières, j’ai perçu la preuve évidente d’un profond sentiment d’injustice, réel ou imaginaire de leur part, qui semblait être le résultat des principes chartistes, et qui me pousse à craindre que ces troubles aient au fond [...] des objectifs politiques et ne soient pas éradiqués avant longtemps. » 10 000 mineurs du Lanarkshire étaient en grève en août 184298. La dimension chartiste du militantisme des mineurs avait aussi une fonction éducative plus basique, comme l’expliqua un ouvrier des mines de fer de Dudley : « Les hommes ne suivaient pas les chartistes à cause du principe chartiste, mais ils cherchaient refuge auprès d’eux, et étaient contents qu’on les instruise sur les prix du fer, etc.99. »

66En net contraste avec la situation au niveau local, les dirigeants grévistes n’avaient aucune raison particulière de s’unir à l’exécutif de la NCA. Ses membres ne pouvaient guère qu’« exprimer leur profonde sympathie pour les travailleurs à présent en grève » et soutenir l’adresse Au peuple rédigée par McDouall, dans l’espoir que la grève allait se propager :

  • 100 « The executive committee of the National Chartist Association. To the People !!! », affiche dans H (...)

Soyez fermez, soyez courageux, soyez des hommes. La paix, la loi et l’ordre sont de votre côté, qu’ils soient respectés jusqu’à ce que vos frères en Écosse, au pays de Galles et en Irlande soient informés de votre résolution ; et quand le congé universel s’imposera, comme ce sera le cas dans huit jours, alors à quoi bon utiliser les baïonnettes contre l’opinion publique100 ?

Mais depuis les incidents de Bolton en août 1839, personne ne pensait sérieusement que les soldats oseraient tirer sur le peuple. On savait désormais que la violence, surtout contre l’armée, était contre-productive. De plus, avant la fin de la semaine, pour chaque nouvelle ville dont les syndicats acceptaient l’idée d’une « Grève nationale pour la Charte », comme à Dundee, on en comptait une autre (comme Dunfermline) qui imposait une date limite au-delà de laquelle le travail reprendrait si la grève n’était pas devenue générale. D’autres, par exemple Sheffield, Birmingham ou Aberdeen, n’organisèrent que des meetings sympathisants, en attendant la suite des événements.

  • 101 DerbyChesterfield Reporter, 25 août 1842, et NS, 27 août ; Derby Local Studies Centre, carnet BA 90 (...)
  • 102 HO 45/266, f° 114 (affiche de la grève à Dundee, 19 août), 45/249, fo 233 (Blackburn JPs) 45/242, P (...)
  • 103 Transcription de l’affiche de Duddleston Row, HO 45/261, P 71.

67Les piliers de la NCA firent tout leur possible pour élargir et intensifier l’activité gréviste. John West, conférencier dans les Midlands, eut un impact électrisant à Belper et à Derby. Le 22 août, cette dernière ville était pleine de rumeurs et de craintes, les ouvriers des filatures et les tricoteurs au métier de toute la région s’y étant donné rendez-vous. « Je fus frappé d’horreur par l’apparition dans Friargate de longues processions d’individus mal habillés et à moitié affamés, dirigées par des hommes portant des piques surmontées d’un pain trempé dans le sang des abattoirs », se rappelait plus tard un témoin101. James Arthur revint de Manchester à Carlisle où il dit aux chartistes de « s’attendre à de réels encouragements ce samedi-là dans le Northern Star ». Le Journal arriva le samedi après-midi « et même s’il ne fit pas vraiment plaisir, il les convainquit [...] de cesser le travail ». William Beesley, « peste de la société », fut repéré à Blackburn « rôdant, déguisé102 ». À Birmingham, George White lança de vigoureux appels à « Ne plus travailler jusqu’à ce que la Liberté soit établie [...] C’est le moment103 !! »

  • 104 HO 45/250, P 95 ; NS, 27 août et 3 septembre 1842.
  • 105 HO 45/265, P 38.
  • 106 NS, 27 août et 3 septembre 1842 ; HO 45/253 (Chard) et 262, f° 4-7.

68L’effet fut pourtant négligeable. À Loughborough, une imposante série de résolutions pour « notre sainte Cause », une grève « Jusqu’à ce que la Charte du Peuple devienne la loi du pays », fut adoptée mais le délégué local de la NCA, John Skevington, fut arrêté moins de vingt-quatre heures après et les grèves des carriers et des tricoteurs qui commencèrent ce week-end-là s’effondrèrent en quelques Jours104. Dans le bassin houiller du sud du pays de Galles, le débrayage se limita à Merthyr Tydfil, et le chef de la police n’y vit que « l’ombre de l’affaire de Manchester, leur objectif étant la Charte105 ». Ruffy Ridley, missionnaire de Londres, fut envoyé par l’exécutif afin d’éveiller l’ouest du pays, que les grèves ne touchaient pratiquement pas. Il s’adressa aux dentellières grévistes de Chard, dans le Somerset, mais fut incapable de pousser Trowbridge à la grève : « Les hommes de cette ville sont prêts à cesser le travail, mais ils ignorent si ceux qui font grève tiendront bon [...] le reproche général est qu’il n’existe aucun organisme public, à Londres ou à Manchester, pour diriger le mouvement106. »

  • 107 Cooper, Life, op. cit., p. 211-212 ; NS, 3 septembre 1842 ; A. Little, Chartism and Liberalism : Po (...)
  • 108 J.A. Epstein, « Feargus O’Connor and the Northern Star », International Review of Social History, 2 (...)

69Ce grief était fondé, car le congrès de Manchester s’était rapidement dispersé, au bout d’une Journée, et par colère les grévistes d’Oldham brûlèrent publiquement le Northern Star et des portraits d’O’Connor ; le numéro du 20 août fut « lancé à coups de pied à travers la salle chartiste de Manchester ». Cooper affirmait que les délégués s’étaient séparés à cause de l’intérêt de la police pour l’adresse Au peuple de la NCA – sur laquelle tous leurs noms figuraient. O’Connor prétendait avoir reçu le conseil de réduire la couverture du congrès par le Northern Star afin d’éviter les poursuites, voire la confiscation de ses presses. Il paraît probable que l’exécutif se soit dispersé pour que ses membres puissent promouvoir la vague de grèves tout en restreignant la violence. Cooper lui-même arriva chez lui, à Leicester, trop tard pour agiter la ville qu’il décrivit ensuite comme « dans un état de terreur et de découragement », bien que la grève y ait été limitée à environ 3 000 personnes, principalement des gantiers107. O’Connor, de son côté, était accaparé par son nouveau quotidien, l’Evening Star. Implanté à Londres, ce journal dont il était le directeur et le rédacteur en chef publia son premier numéro le 23 août. La nécessité d’un quotidien le préoccupait depuis longtemps, et la vague de grèves prouva à coup sûr qu’il était difficile de communiquer rapidement des informations politiques exactes ; le moment était pourtant le plus mal choisi pour que le plus influent des dirigeants chartistes s’installe à Londres, laissant entièrement le Northern Star entre les mains de son rédacteur en chef, Hill, hostile à l’idée que la NCA soutienne les grèves108.

70La vague de grèves était cependant en train de perdre son élan, comme le montrèrent les jours qui suivirent la dispersion du congrès de la NCA. Le Northern Star du 20 août refroidit l’enthousiasme. Ce numéro spécial était censé commémorer Peterloo et coïncider avec l’inauguration du mémorial à Hunt, à Manchester. Ces sujets occupaient toute la une et une bonne partie de la deuxième page. Partout éclatait la tension entre le désir d’évoquer les troubles actuels et la volonté d’honorer un passé encore bien vivant ; elle n’était résolue que dans l’éditorial où Hill réitérait que « les hommes de la Ligue ont causé tout ce tracas » et concluait en espérant que « les gens ne se laisseront pas décourager si, après tout, après avoir essayé la grève comme moyen d’obtenir la Charte, leur tentative n’est pas couronnée de succès ».

  • 109 HO 45/254, le maire de Nottingham au HO, fos 13 et 22. Voir aussi Church, Economie and Social Chang (...)
  • 110 M. Winstanley, « Oldham radicalism and the origins of popular liberalism », Historical Journal, 36/ (...)
  • 111 J.C.F. Banres, Popular Protest and Radical Politics : Carlisle, 1790-1850, thèse, université de Lan (...)
  • 112 HO 45/259C, f° 287 et 45/244, fos 150-151.

71Lorsqu’ils eurent digéré les nouvelles en provenance de Halifax – expérience comparable à celle de Newport pour le berceau anglais du chartisme –, les militants chartistes tentèrent à plusieurs reprises de limiter les troubles liés aux grèves. À Nottingham, la « Bataille de Maperley Hills »– le 22 août, durant laquelle 400 grévistes et leurs partisans furent arrêtés – mit un terme à deux jours de violences qui avaient commencé alors que le délégué de la NCA, Clark, quittait la ville109. À Oldham, les chartistes hostiles à la poursuite de la grève s’engagèrent comme agents de police. Dewhurst, chartiste de Bradford qui travaillait comme conférencier pour la NCA, perdit connaissance lors d’une altercation avec des grévistes qui défilaient dans Cleckheaton le 18 août. Les ouvriers de Heckmondwike étaient maintenant « opposés à la poursuite de la grève, car ils la considèrent comme un complot de la Ligue. C’est sous la contrainte qu’ils ont cessé le travail110 ». Des sentiments semblables furent exprimés ailleurs par les dirigeants chartistes. Les chartistes de Carlisle se divisèrent sur ce point ; Ridley déclara aux chartistes de Trowbridge que l’ACLL avait délibérément cherché à « exaspérer le peuple et l’avait poussé au désespoir111 ». Cette idée était principalement alimentée par la ligne défendue par Hill et O’Connor dans le Star, mais elle fut confirmée par des événements isolés. Le chef de la police de Manchester avait attribué l’amertume de la grève aux « discours incendiaires des conférenciers payés par l’Anti-Corn Law League », et à Derby, l’exécutif local de la ligue distribua au porte-à-porte un tract vantant « la détermination du peuple » et suggérant : « Vous avez un droit moral à la subsistance [...] au lieu de quoi on vous donne un mauvais gouvernement112. »

  • 113 HO 45/264, fos 181, 184, 191, 214, 217 et 223.
  • 114 HO 45/249, f° 233, et 265, fos 50 et 52.
  • 115 Little, « Chartism and liberalism », art. cité, p. 67 ; HO 45/242, 18 septembre (le maire de Maccle (...)

72L’indicateur de ralentissement le plus évident fut pourtant la reprise progressive du travail, qui commença avant même que n’arrive dans les rues le numéro ambivalent du Northern Star paru le 20 août. Un débrayage prolongé dans le West Yorkshire aurait été difficile si les puits de mine ne fermaient pas. Ce fut le cas sauf autour de Halifax : le 15 août, à Wakefield, un meeting général des charbonnages repoussa explicitement la grève. Les filatures du centre de Huddersfield et de Leeds rouvrirent dès jeudi, les usines de Bradford rouvrirent en général le 19 août, et une grande partie de Halifax avait repris le travail avant le week-end113. Le lundi, un retour au travail fut signalé à Bolton, Blackburn, Oldham et Wigan. Merthyr s’était « bien adouci » quand, le mercredi, après avoir résolu d’attendre au moins l’arrivée du Northern Star de la semaine, les mineurs regagnèrent peu à peu les puits114. Les gantiers de Leicester reprirent la semaine suivante, dernier groupe professionnel à le faire en dehors du Lancashire et des mines de charbon. Dans le sud du Lancashire et la partie adjacente du Cheshire, la grève se maintint après août, surtout à Manchester. Les ouvriers retravaillèrent « progressivement et, pour certains, à contrecœur » en septembre. Les filatures de Macclesfield rouvrirent à partir du 18 septembre. Les tisserands sur métier à vapeur de Manchester furent les derniers à reprendre le travail, le 26 septembre. Dans leur phase automnale, les grèves ne s’accompagnèrent pas de manifestations comme cela avait été le cas en août, et toutes les revendications concernant la Charte furent abandonnées115.

  • 116 Sous Graham, le HO dépensait chaque mois 3,24 livres pour l’espionnage intérieur, contre 25,69 sous (...)
  • 117 « Stockport Chartist Papers », lettre de T. Stringer, 15 août ; Gash, Peel, op. cit., p. 344.

73Sur le moment, il ne fut pas frappant que le cours des événements avait changé. Cela tenait en partie aux difficultés de communication. Les archives du Home Office indiquent qu’il existait un système mieux organisé qu’en 1839. Le recours aux espions et informateurs payés (source souvent douteuse) était nettement moindre sous Graham que sous Russell ou Normanby, et on lui préférait une copieuse correspondance provinciale (avec les responsables des chemins de fer et des gares, avec les notables locaux et les militaires116). Néanmoins, un laps de temps significatif s’écoulait entre les événements et le rapport que recevaient les autorités les plus à même d’y réagir ; comme le maire de Macclesfield le dit à son homologue de Stockport, « chaque incident est exagéré par la rumeur et beaucoup de bruits infondés circulent ». L’exemple le plus spectaculaire se produisit le 15 août. S’étant exceptionnellement éloigné de Whitehall pendant deux jours pour aller dans les Midlands avec sa famille, Peel reçut un rapport lui apprenant que la reine Victoria avait été assassinée, et il passa un long moment d’angoisse à arpenter la gare locale en attendant le prochain train pour voir si la nouvelle était vraie117.

  • 118 C.S. Parker, Life and Letters of Sir John Graham, Londres, Murray, 1907, vol. 1,p. 323-324 ; Gash, (...)

74Le plus difficile était pourtant la charge de travail que ce système occasionnait pour le gouvernement. À une époque où la fonction publique était assez réduite et où l’on adoptait en général une approche assez détendue des tâches ministérielles, sir James Graham avait de bonnes raisons de se plaindre lorsqu’il écrivit, le 21 août, qu’il travaillait au Home Office sur « la folle insurrection de la classe ouvrière », « sans un instant de répit » depuis que le Parlement était parti en congé à la mi-juillet. Il ne pouvait imaginer quand les troubles prendraient fin. Peel et lui avaient travaillé jusqu’à l’aube du vendredi 19, supervisant personnellement la protection de la capitale par la police et l’armée, en préparation d’un meeting chartiste qui semblait bien menaçant. Après quelques heures de sommeil, les deux hommes eurent une réunion prolongée avec les magistrats stipendiaires des régions frappées par les grèves, convoqués à Londres pour les aider à évaluer plus précisément la situation. La réunion fut interrompue par la nouvelle de troubles supplémentaires dans les Potteries et de l’intention qu’avaient les mineurs de marcher sur le domaine familial de Peel dans le Staffordshire. Ce n’était là encore qu’une rumeur, comme le confirma ce soir-là une note griffonnée par Lady Peel : ses défenses improvisées en hâte « auraient dû résister à l’assaut de deux ou trois cents hommes jusqu’à ce que les secours arrivent. Mais nous en attendons trois ou quatre mille ». Une semaine plus tard, Graham osa exprimer l’idée que « la situation s’est un peu améliorée : au moins l’insurrection a été découragée, mais l’esprit rebelle est intact118 ».

  • 119 Sinclair, National Education, op. cit., p. 57 (30 août) et 75 (7 septembre 1842). Voir aussi l’intr (...)
  • 120 Université de Leeds, Brotherton Library, Spécial Collections MS 739/6,3 septembre 1842 ; MS 739/1,1 (...)

75Par son étendue géographique, son intensité émotionnelle et son ambition politique, la vague de grèves de 1842 annonçait la révolution aux yeux de beaucoup de contemporains. Graham croyait les grévistes vaincus mais indomptés. « La flamme est encore vivante, et il suffira de bien peu de chose pour la ranimer », écrivit un pasteur anglican ; « nous sommes débordés par le chartisme et la désaffection », nota un autre119. Cette idée était très répandue parmi les anglicans : les grèves pouvaient en grande partie être attribuées à « l’infidélité » et au non-conformisme, mais les observateurs avisés étaient également conscients de causes laïques. « Pour qui n’habite pas les régions manufacturières, il est difficile d’imaginer à quel point le peuple n’a aucune confiance dans le gouvernement existant ou les institutions politiques », écrivit Marshall, industriel de Leeds qui avait joué un rôle important au sein de la LPRA. « Ils le voient comme un spectre à chasser, si possible sans mal pour les personnes ou les biens, mais ils pensent de plus en plus qu’il doit s’écrouler. » Le 16 août, Marshall avait vu une foule « encercler Leeds », venue de l’extérieur de la ville selon lui. À son grand étonnement, la plupart des individus arrêtés lors des troubles qui suivirent « appartenaient à cette région et n’étaient pas des étrangers [...] Bien que disposés à protéger les personnes et les biens, les ouvriers d’ici sympathisent vivement avec leurs confrères, en qui ils voient des amis120 ». Le souvenir des grèves de 1842 resta très vif à l’esprit de tous ceux qui en furent touchés. En 1887, Joseph Lawson, de Pudsey, raconta qu’il avait vu, incrédule, un gréviste rester planté devant une troupe de cavalerie, criant qu’il était

  • 121 J. Lawson, Letters to the Young on Progress in Pudsey, Stannington, Birdsall, 1887, p. 132.

résolu à ce que plus aucun travail ne soit accompli tant que la « Charte du Peuple » ne serait pas la loi du pays. Il découvrit sa poitrine tout en parlant, et dit aux magistrats et aux soldats qu’ils pouvaient lui percer le cœur à coups de balles ou de lance, mais que le peuple ne voulait plus mourir de faim alors que l’abondance régnait dans le pays, les producteurs de toute richesse en étant privés par des lois mauvaises et injustes. [...] Comme je n’étais qu’un jeune homme et que je n’avais pas grande expérience des émeutes, tout ce que j’entendis et vis me donna l’impression que l’ordre et le calme seraient restaurés uniquement si le gouvernement était changé pour devenir une pure démocratie. En quoi je me trompais121.

  • 122 J’emprunte ce concept (via Fyson, « Crisis of 1842 », art. cité, p. 216) à A.J.P. Taylor, The Cours (...)
  • 123 HO 45/266, fo 258-259, déposition de Hannam.

76L’année de 1842 aurait pu être un tournant historique, mais n’en fut finalement pas un122. « Il espérait qu’ils tiendraient tous bon, dit un émissaire de Manchester aux chartistes de Leeds, car s’ils échouaient cette fois, une autre occasion ne se présenterait peut-être pas. » L’adresse Au peuple de la NCA exprimait une perception identique : « Des siècles pourraient s’écouler comme il s’en est écoulé, avant qu’une action aussi universelle puisse à nouveau être proposée [...] Mes frères, nous comptons sur votre fermeté ; la couardise, la traîtrise ou la crainte féminine feraient reculer notre cause pour un demi-siècle123. »

  • 124 HO 45/41, Napier à Phillips, 11 août 1841 ; HO 50/451, 23 mai 1840 (rapport de Napier sur les caser (...)
  • 125 HO 45/264, fos 195-198 et 480.

77Pourtant, ce n’est ni par couardise ni par traîtrise que la vague de grèves de 1842 échoua – et certainement pas par « crainte féminine », spectre enraciné dans les attitudes sexistes endémiques chez des dirigeants masculins et entièrement contredit par la dimension familiale et communautaire du chartisme. C’est pour un faisceau de raisons que la roue de l’histoire ne tourna point. Premièrement, alors que des individus mouraient véritablement de faim, les idéaux politiques passaient au second plan après les besoins physiques, on le comprend. La New Poor Law, draconienne dans sa conception autant que dans son application initiale, s’avérait flexible. Le secours extérieur était largement accessible. Même si les conditions étaient souvent une cause de ressentiment (comme dans les Potteries et à Stockport), le système dans son ensemble fonctionnait assez bien pour maintenir le tissu social au lieu d’en aggraver l’effilochage. Deuxièmement, certains grands centres industriels furent presque épargnés par les grèves, notamment Birmingham, Londres, le Monmouthshire et le Tyneside. Troisièmement, la mobilisation militaire d’août 1842 fut au moins aussi étendue qu’en 1839, et maintenue avec une intensité sans équivalent. Parti pour l’Inde en septembre 1841, Napier signala à Whitehall qu’il restait « beaucoup de détresse et de misère » dans le nord de l’Angleterre, mais il avait aussi introduit une discipline remarquable parmi les troupes qui y étaient en garnison. De plus, à la lumière de 1839-1840, Napier avait étudié la possibilité d’une réforme des casernes, qui porta ses fruits en 1842124. Les agents spéciaux furent mobilisés en grand nombre : 1 300 à Halifax et plus de cent même dans des villes comme Doncaster ou Settle, que les grèves n’affectaient guère. L’impression générale est que ces policiers étaient plus efficaces et disciplinés en 1842 qu’en 1849-1840125.

  • 126 H.M. Boot, Commercial Crisis of 1847, Hull, Hull University Press, 1984, p. 77 ; BL 695. L.14 (76), (...)

78Le quatrième ensemble de raisons qui expliquent l’échec des grèves est d’ordre logistique. Sans crédit consenti par les commerçants, sans dons émanant de sympathisants fortunés, il était presque impossible de prolonger une grève générale. La situation rappelait celle de la convention de 1839. Lorsqu’il fut devenu clair que la classe moyenne n était guère « préparée à assister et soutenir le peuple dans la lutte pour l’obtention de ses droits politiques », selon les termes du manifeste du Manchester Trades’ Congress, la seule stratégie plausible était une escalade systématique et soigneusement coordonnée, avec des grèves d’un bout à l’autre du pays. Dans la région de Manchester, où les syndicats et l’organisation chartisme formaient un réseau efficace, cela fut possible, et de façon impressionnante. Ailleurs, même dans le West Yorkshire, le mouvement eut une incidence inégalement répartie, et au niveau national, il existait à peine. Pour toutes les raisons esquissées ci-dessus, la NCA fut incapable de fournir la coordination nécessaire. Son congrès se dispersa vingt-quatre heures après avoir pris connaissance de toute l’étendue de la grève, sans prévoir de se réunir à nouveau, sans que l’exécutif envisage de se tenir informé des événements. Les personnalités clés s’éparpillèrent – dont O’Connor qui partit pour Londres, ville entièrement épargnée par la vague de grèves. La seule force de cohésion était donc le Northern Star, qui fonctionnait provisoirement sans O’Connor, avec un rédacteur en chef dont l’opposition à l’implication chartiste dans les grèves était bien connue. Il était futile d’attendre que les grèves se répandent spontanément dans un pays aussi intensément régionalisé que la Grande-Bretagne, face à un gouvernement qui sut associer la résolution militaire quand c’était nécessaire à une indulgence judicieuse quand une intervention armée était superflue. Enfin, la misère aurait pu faire naître de nouveaux troubles au cours de l’hiver suivant, mais la récession prit fin. La moisson de 1842 fut la plus abondante depuis dix ans et le prix des céréales descendit en flèche jusqu’à la fin de l’année. Quand la reine ordonna que le dimanche 2 octobre soit un jour de « Prière et d’action de grâce envers Dieu Tout-puissant pour la récolte abondante », ce geste sincère avait une profonde importance symbolique126.

Suffrage complet, complète absurdité ?

  • 127 Exemplaire dans HO 45/249C, fos 325 et 333.
  • 128 Jenkins, General Strike, op. cit., p. 218 ; Leeds Mercury, 3 et 10 septembre 1842 ; Pilling, DNB, v (...)

79Comme en 1839-1840, les événements de 1842 fuirent suivis de nombreuses arrestations, avant tout pour troubles à l’ordre public ou menus larcins perpétrés dans l’ardeur des manifestations. Il est difficile d’établir combien furent effectivement jugés, parmi tous ceux qui furent arrêtés (1500 rien que dans le nord-ouest du pays). 152 personnes furent condamnées lors des assises de York ; à Stafford, un comité spécial jugea et condamna 208 individus pour leur rôle dans les troubles des Potteries, 54 d’entre eux étant déportés. L’impact des arrestations sur le leadership chartiste fut considérable. Leach fut arrêté chez lui le 17 août. Deux détachements d’infanterie et un autre de cavalerie furent envoyés à la chapelle de Stephens à Charlestown (Ashton-under-Lyne) pour arrêter Pilling alors qu’il prenait la parole durant un meeting de grève, le 12 septembre. Le maire de Manchester fit réaliser des copies lithographiées du portrait de McDouall paru dans le Northern Star, pour accompagner une affiche proposant une récompense de 100 livres (environ deux années de salaire) pour sa capture127. Bairstow, Beesley, Campbell, Candelet, Cooper, Doyle, Harney, Hill, Leach, McCartney, O’Connor, O’Neill, Richards et Skevington furent tous arrêtés. McDouall s’enfuit en France128.

  • 129 Council of the National Complété Suffrage Union, to Political Reformers of All Shades of Opinion, T (...)
  • 130 NS, 17 septembre et 19 novembre 1842.
  • 131 Tailor William Blackwood, dans un discours prononcé à Coalbrookdale, HO 45/258A, f° 40 (rapport de (...)
  • 132 HO 45/265, P 60, 29 août 1842.

80Alors que la vague de grèves retombait, les autorités purent se montrer plus souples en matière de garanties pour les libérations sous caution – détenus pendant onze semaines, Cooper et Richards furent les exceptions malheureuses. Tous les meneurs furent jugés au printemps 1843. L’année 1842 se termina donc non sur des procès ou des peines de prison, mais comme elle avait commencé, la National Complété Suffrage Union occupant le centre de la scène politique. En avril, le congrès de la NCSU s’était conclu sur un compromis : « Dans un avenir proche », un nouveau congrès serait réuni « où le peuple entier pourrait être pleinement représenté dans le but d’examiner les documents » incluant les six points de la Charte. Le contingent chartiste alors présent avait cru comprendre que la Charte du Peuple ferait l’objet d’un débat au prochain congrès de la NCSU. En septembre, Lovett rédigea une adresse pour le conseil central de la NCSU, invitant à élire des représentants en vue d’un congrès le 27 décembre, « afin de préparer un projet de loi à soumettre au parlement, pour obtenir la juste représentation du peuple entier129 ». Le conseil l’approuva et paya un éminent chartiste chrétien de Birmingham afin de l’imprimer pour distribution nationale. Beaucoup espéraient que le congrès négocie un rapprochement entre les chartistes et les suffragistes de la classe moyenne. L’élection partielle de Nottingham en juin parut de bon présage, et même les exhortations d’O’Connor, pour qui les chartistes devaient exiger la Charte et rien moins que la Charte, n’étaient pas incompatibles avec l’acquiescement de la classe moyenne130. Parmi la base, Sturge, président de la NCSU, était à raison dépeint comme un « chartiste absolu131 ». David Rees, mineur à Merthyr Tydfil, était très clair : « Les Sturgistes ne sont rien d’autre que des chartistes, ils revendiquent comme nous les six points de la Charte. Simplement, ils ont tenté de changer le mot “chartiste” en “sturgiste”, du nom de l’honorable monsieur Sturge, et ils voient que rien d’autre n’est acceptable en dehors de la Charte et rien que la Charte132. »

81Les remarques de Rees furent formulées lorsqu’un délégué de Merthyr Tydfil fut élu au congrès de décembre. Dans toute la Grande-Bretagne, les localités chartistes participèrent avec enthousiasme à ces élections. Certains le faisaient par conviction, d’autres parce que le Star leur disaient de veiller à ce que seuls des chartistes convaincus soient élus. Les deux positions n’avaient d’ailleurs rien d’incompatible. La NCSU croyait pouvoir éviter un raz-de-marée des partisans d’O’Connor en exigeant que chaque ville choisisse deux, quatre ou six délégués (selon sa taille), choisis pour moitié par les électeurs parlementaires inscrits, pour moitié par les non-électeurs. C’était compter sans les techniques éprouvées des chartistes : infiltration des meetings, force de persuasion à la tribune et collaboration réelle dans nombre de localités.

  • 133 Lovett, Life, op. cit., p. 282-283.
  • 134 Cooper, Life, op. cit., p. 221 ; NS, 3,17 et 24 décembre 1842.

82Cependant, la plus grande erreur du conseil, ou plutôt l’erreur de ses membres issus de la classe moyenne – car les deux membres chartistes, Lovett et Neesom, furent tenus dans l’ignorance – fut de concevoir une « nouvelle déclaration des droits » en prévoyant que ce document aurait la priorité dans le programme du congrès. Lovett était furieux et fit part de sa rage à Sturge : « Je croyais que la majorité des travailleurs ne renonceraient jamais au document pour lequel ils se battaient depuis si longtemps133. » Tandis que Lovett consultait ses disciples londoniens quant à la tactique nécessaire pour vaincre ce projet, O’Connor et ses partisans redoublaient leurs efforts visant à envahir le congrès. « Ils s’introduisaient par la force dans les meetings convoqués par des gens respectables, et les gens respectables disparaissaient », écrivit Cooper à propos de Leicester qui élut ainsi quatre ouvriers. Trois des quatre délégués de Bradford étaient des chartistes purs et durs, ainsi que les deux délégués de South Shields. Bon nombre de petites circonscriptions n’élurent qu’un délégué, à chaque fois selon le choix des non-électeurs. Les branches du NCSU ne se privèrent pas toujours de manipuler les élections. À Newcastle, l’élection eut lieu alors qu’elle venait à peine d’être annoncée la veille ; à Sheffield, elle eut lieu à l’heure du dîner, en semaine ; à Alnwick, tout le processus fut expédié en quatre minutes134.

  • 135 Le récit qui suit s’inspire de Cooper, Life, op. cit., p. 221-227 ; Lovett, Life, op. cit., p. 283- (...)

83Les 374 délégués qui se réunirent au Mechanics’ Institute de Birmingham le 27 décembre étaient donc divisés en trois groupes : les suffragistes complets, qui voulaient manipuler le programme ; les chartistes, conduits par O’Connor en personne, qui voulaient les en empêcher ; et un plus petit groupe de chartistes, mené par Lovett, qui occupait une inconfortable position intermédiaire135. Ce dernier s’était publiquement engagé à proposer la Charte comme amendement à la déclaration de droits de la NCSU, et les adeptes du suffrage complet avaient juré en privé de s’en aller aussitôt si O’Connor était élu président. L’élection de Sturge à la présidence ne fut pas contestée ; les chartistes partisans d’O’Connor attendirent, pendant que Lovett, bouillant d’indignation d’avoir ainsi été dupé, protestait en vain pour que la déclaration des droits soit retirée du programme.

  • 136 S. Hobhouse, Joseph Sturge, Londres, Dent, 1919, p. 78 ; Cooper, Life, op. cit., p. 224.

84Cette discussion occupa presque toute la première journée. Sturge et ses alliés étant inébranlables, Lovett proposa le lendemain un amendement affirmant « la priorité [de la Charte] sur tous les autres documents », puisque ce texte « offert aux yeux du public depuis cinq ans, formait la base de la présente agitation en faveur du suffrage ; c’est pour la faire appliquer officiellement que tant de gens avaient subi l’emprisonnement, la déportation et la mort ». O’Connor seconda l’amendement par un discours bref et modéré – comme il le fallait. Cooper et James Williams suggérèrent un compromis, par lequel la déclaration des droits et la Charte seraient débattues côte à côte, mais les deux camps refusèrent. « Ce ne sont pas vos principes qui nous déplaisent, mais vos dirigeants », hurla aux chartistes Lawrence Heyworth, partisan du suffrage complet ; « nous ne voulons pas de vous, tyrans136 ».

85L’amendement Lovett-O’Connor fut adopté par 193 voix contre 94. Ne voulant (selon Lovett) « être associé à Feargus O’Connor », Sturge et ses disciples partirent et terminèrent le congrès de manière très satisfaisante pour eux dans un hôtel de tempérance situé dans la même rue. De tous les chartistes présents, seuls Patrick Brewster et R.K. Philip votèrent avec Sturge. O’Neill se déclara neutre. Vincent et Williams, tous deux absents, rendirent peu après publique leur affiliation avec les sturgistes. Tout espoir de créer un mouvement de réforme parlementaire qui soit à la fois national et trans-classes était anéanti. Pour cette raison aussi, 1842 peut être qualifié de tournant historique qui n’eut pas lieu.

Vies chartistes. Richard Pilling

  • 137 NS, 27 décembre 1845. La principale source d’informations sur la vie de Pilling jusqu’en 1842 est s (...)

86En décembre 1845, une convention chartiste eut lieu au Carpenters’ Hall de Manchester. Richard Pilling y assista en tant que délégué d’Ashton-under-Lyne. En se retrouvant exactement trois ans après les grèves de 1842, dans le bâtiment où les différents syndicats avaient décidé de ne pas reprendre le travail tant que la Charte ne serait pas la loi du pays, les délégués durent naturellement repenser à ce qui s’était passé durant cette année cruciale. Une fois leur tâche accomplie, ils allèrent souper au Mosley Arms HoteL Aucune réunion chartiste n’était complète sans quelques toasts et, après le dîner, O’Connor se leva pour proposer de boire à la santé des « grévistes de 1842 » ; il demanda ensuite « à M. Pilling, père du mouvement, de parler au nom de ses enfants ». Selon le Northern Star, Pilling répondit « dans son style habituel, avec une éloquence simple mais efficace137 ».

87Le mouvement chartiste fut construit par des hommes comme Pilling : des orateurs simples mais efficaces qui se déplaçaient rarement bien loin de leur localité. Pendant près d’un demi-siècle, Pilling s’identifia aux intérêts des travailleurs du sud du Lancashire. Natif de Bolton, il était le fils d’un tisserand. Lors de son procès aux assises du Lancashire en 1843 (en même temps que cinquante-huit autres, pour délits liés aux grèves de 1842), il dit au jury qu’il se rendait à Manchester le 16 août 1819 pour écouter Hunt lorsqu’il apprit quelle tragédie se déroulait à St Peter’s Fields. Il avait alors 20 ans, mais il travaillait déjà comme tisserand depuis une décennie. Il allait bientôt se marier – son épouse, Elizabeth, donna naissance à leur fils aîné vers 1824.

  • 138 N. LoPatin, Political Unions, Londres, Macmillan, 1999, p. 107 et 176.
  • 139 Trial, op. cit., p. 249 ; F. Engels, La Situation des classes laborieuses en Angleterre dans les gr (...)

88De leur vie dans les années 1820, on ne sait pas grand-chose sinon qu’à un moment ils s’installèrent à Stockport. Pilling était assez bien établi dans la communauté locale pour à la fois devenir une personnalité dominante de la Political Union de Stockport – fondée en mars 1831 – et participer à la création d’une organisation semblable à Rochdale sept mois plus tard138. Dans une filature de Stockport, il travaillait sur un métier à vapeur et « je ne fus pas longtemps dans l’usine avant de voir le fonctionnement nuisible de ce maudit système – c’est un système qui, par-dessus tous les autres, entraînera ce pays à la ruine s’il n’est pas modifié ». Le choix de Pilling était pourtant radical. À 11 ans, il gagnait 16 shillings par semaine. À 30 ans, père de trois enfants, son salaire – « et je travaillais dur »– était tombé à tout juste six shillings et six pence. « Plutôt que de devenir un pauvre dépendant de la paroisse, je me soumis », expliqua-t-il, dans une ville qu’un contemporain décrivit comme « connu [e] dans tout le district pour être un des trous les plus sombres et les plus enfumés139 ».

89Les Political Unions ne survécurent pas longtemps au Reform Act de 1832. Même la célèbre PU de Birmingham tomba en déshérence vers le milieu des années 1830, jusqu’à ce qu’Attwood la ressuscite en 1837. Dans son syndicat, Richard Pilling consacra dès lors ses énergies politiques à la campagne pour la journée de dix heures. Il fut profondément influencé par « ce noble roi du Yorkshire », Richard Oastler. Son implication dans le mouvement pour les dix heures, ainsi que dans la campagne de défense des employés des filatures de Glasgow, entraîna Pilling vers le chartisme. En décembre 1838 il était membre de la WMA de Stockport, dont il fut un temps le secrétaire. Comme les chartistes de toute la Grande-Bretagne, Pilling attendit de connaître la réaction du Parlement à la pétition de 1839, et la réponse de la convention générale, avec un mélange de résignation et d’espoir.

90Le week-end qui suivit la présentation de la pétition, Pilling prit la parole devant 6 000 personnes réunies à Stockport. Son discours fut abrégé par l’envoyé de la police qui prit des notes, mais le sens en reste clair :

  • 140 HO 40/41, f° 90, 11 mai 1839.

Si les travailleurs avaient été les législateurs, par leur Charte, la nation serait aujourd’hui la plus prospère au monde. Les travailleurs comme origine des arts, du progrès, de l’invention et de la richesse de l’empire, sont les seules personnes aptes à gouverner cette nation ou n’importe quelle autre. Le peuple ne sera jamais heureux autrement et j’espère que les travailleurs soutiendront la convention pour obtenir leur Charte moralement s’ils le peuvent, mais en tout cas nous l’aurons140.

Quand on apprit que la pétition était rejetée, Pilling s’empressa de faire avancer le chartisme à Stockport par un appel à appliquer toutes les mesures ultérieures.

91Les autorités de Stockport tentèrent d’empêcher le mois sacré en arrêtant les dirigeants chartistes locaux à la fin juillet 1839. Pilling ne figurait pourtant pas parmi eux et il se trouvait donc au tribunal de Stockport le 2 août pour soutenir ses collègues lors de leur procès. Durant l’audience, les magistrats décidèrent que Pilling devait lui aussi être arrêté : il fut appréhendé sur-le-champ et inculpé pour sédition, conspiration et participation à des rassemblements illégaux. Comme d’habitude, la liberté sous caution fut proposée dans des conditions irréalisables – moyennant 400 livres sterling, plus 200 livres de garanties –, et comme il ne put évidemment rassembler cette somme, Pilling fut incarcéré. Par chance, il n’eut que dix jours à attendre avant de comparaître lors des assises de Chester (en même temps que McDouall et Stephens) où son cas fut repoussé aux prochaines assises. Pilling fut alors libéré sous caution. Il prit le risque d’enfreindre les conditions de cette libération quand il se lança à nouveau dans des activités chartistes à son retour à Stockport. Il organisa des collectes pour les prisonniers – et fut ainsi impliqué dans un litige avec la police quant à la légalité de ce procédé –, aida à monter une pétition pour la grâce des prisonniers de Newport et participa à la perturbation de réunions de l’Anti-Corn Law League.

92Ces risques valaient la peine d’être pris, car aux assises du printemps suivant, Pilling fut disculpé. Sans se laisser désarçonner par cet épisode, il joua presque aussitôt un rôle décisif dans une grève massive de huit jours menée par les tisserands sur métier à vapeur de Stockport contre les réductions de salaires. Cette fois, la chance tourna. Bien qu’il soit resté dans la légalité, il fut mis sur la liste noire des employeurs locaux quand la grève prit fin. Richard, Elizabeth et leurs six enfants partirent donc vivre à Ashton où leur septième enfant naquit l’année suivante. Richard et ses deux fils aînés trouvèrent un emploi comme tisserands, et sa fille aînée, âgée de 11 ans, comme fileuse de soie. Avec quatre autres enfants, dont l’un n’avait que quelques mois, Elizabeth ne pouvait travailler en dehors de son foyer et la position économique de la famille, même avec quatre salaires, ne dut jamais être florissante. Durant l’hiver 1841-1842, les propriétaires de filatures d’Ashton imposèrent des baisses de salaires. Puis en mars, James, âgé de 16 ans, fut contraint de renoncer au métier de tisserand parce qu’il souffrait de tuberculose chronique.

93La perte de son salaire réduisit les revenus de la famille à seize shillings par semaine, dont trois étaient aussitôt versés comme loyer. « Je suis rentré chez moi et j’ai vu ce fils alité, malade, sur un oreiller d’agonie, n’ayant rien d’autre à manger que des pommes de terre et du sel », raconta Pilling en larmes au jury lors de son procès en 1843. Il n’existait aucun traitement efficace contre la tuberculose, à part une bonne alimentation, le soleil et l’air pur (remèdes assez inaccessibles pour une famille ouvrière du Lancashire industriel), mais on préconisait souvent de l’alcool en guise de palliatif. Pilling raconta qu’un ami de la famille était allé « chez un gentleman d’Ashton » supplier qu’on lui donne une bouteille de vin pour James, mais il avait été éconduit avec ces mots : « Ah, c’est un chartiste, il n’aura rien. »

  • 141 Trial, op. cit., p. 73.

94Même si ce récit fut sans doute embelli, il explique en grande partie le militantisme de Pilling au cours des mois qui suivirent. « Une telle attitude de la part des riches ne convaincra jamais les chartistes qu’ils ont tort », tel fut le commentaire laconique de Pilling. James mourut peu avant le début des grèves et son père envisagea de se suicider. De toute évidence, l’énergie furieuse qu’il investit dans la campagne de grève se substitua à une affliction intense. Pendant les trois semaines qui s’écoulèrent après qu’il eut proposé la résolution de Dukinfield – « débrayer et ne pas reprendre tant qu’ils n’auraient pas obtenu le juste salaire d’une journée pour une juste journée de travail, et tant que la Charte ne serait pas devenue la loi du pays » –, il parla lors de meetings, parfois devant des milliers de personnes, à Ashton, Blackburn, Bolton, Burnley, Chorley, Clitheroe, Colne, Droylsden, Hurst, Hyde, Manchester, Oldham, Padiham, Preston, Stalybridge, Stockport et Todmorden. Il allait en général à pied d’une ville à l’autre, aidant en chemin à fermer d’innombrables usines, et au milieu de toute cette activité, il fut le délégué des tisserands d’Ashton lors du congrès du 15 août au Carpenters’ Hall141.

  • 142 NS, 6 juin 1840 et 4 décembre 1841.

95Pilling se concentra sur les problèmes sur le lieu de travail plutôt que sur le chartisme, mais il offrait un soutien sans équivoque à O’Connor et au Northern Star, outil qui permettait « d’infliger à un gouvernement vil le châtiment qu’il mérite amplement », comme il le remarqua en 1840. Quand O’Connor fit une tournée dans le Lancashire après avoir été libéré du château de York, c’est Pilling qui présida la réception donnée dans les salles chartistes de Charlestown, présentant ainsi le Lion de la liberté : « Il avait dévoré les Whigs et, avec l’aide du peuple, il mangerait les Tories142. » Cette rhétorique était un peu crue, mais ne manquait pas de passion : les sentiments de ce genre étaient monnaie courante parmi les orateurs mineurs du chartisme. Lors de son procès en 1843, Pilling puisa dans ses ressources intellectuelles pour se défendre en prononçant un discours à la fois noble et audacieux.

L’un des témoins affirme que je suis le père de ce grand mouvement, le père de ce soulèvement. Si c’est le cas, punissez-moi, et que tous les autres soient libérés. Mais je dois dire que ce n’est pas moi qui ai engendré ce mouvement, c’est la Chambre des communes. Nos adresses ont été présentées à cette chambre, qui n’a pas voulu redresser nos torts ; c’est là, et là seulement, que se trouve la cause.

  • 143 Trial, op. cit., p. 250-255.

Après ce préambule, il détailla l’impact terrible (et, du point de vue des employeurs, l’impératif financier) des baisses récurrentes des salaires et dépeignit les conditions de travail misérables des ouvriers des filatures, ainsi que la pauvreté de leurs foyers. Avec une émotion contenue qui fit pourtant verser des larmes à tout l’auditoire, Pilling l’illustra en prenant sa propre famille pour exemple. En contextualisant l’agitation, il minimisait le risque inhérent à son pari initial – « punissez-moi, et que tous les autres soient libérés ». Il ne nia pas son engagement en faveur du chartisme : « Je veux voir le peuple bien instruit, et dès que le peuple en aura les moyens, il fera instruire ses enfants ; et dès que le peuple sera bien informé, la Charte sera la loi du pays. » Mais par son insistance sur l’inégalité des travailleurs devant le Parlement, la loi et le « système », il cherchait sans vergogne à prendre les jurés par les sentiments. Il les invitait à « partager nos souffrances » : « Mettez-vous simplement à notre place », et plusieurs fois il s’interrompit pour demander : « Que ressentiriez-vous143 ? »

96O’Connor invoquait souvent l’idéal de l’homme comme soutien de famille : c’était l’un des éléments de sa pensée qui séduisait le plus les ouvriers en usine. Le discours de Pilling, évidemment destiné à un jury exclusivement composé d’hommes, développait le même thème. Il parla des pères apportant les bébés dans les filatures, pour que les femmes les nourrissent à l’heure des repas, il évoqua le harcèlement sexuel dont les ouvrières étaient victimes sur le lieu de travail, et surtout il exprima ses propres sentiments d’impuissance et de virilité blessée :

J’ai une femme nerveuse, une brave femme, une chère femme, une femme que j’aime et que je chéris, et j’ai fait tout ce que je pouvais pour résister aux réductions de salaires, afin que j’évite le workhouse à ma femme et à mes enfants, car je déteste le secours paroissial. C’est un salaire que je veux. Je veux être indépendant de tout homme, tel est le principe de tout Anglais honnête, et j’espère que c’est le principe de tous les hommes présents dans ce tribunal.

  • 144 Ibid., p. 254-255.

Pilling termina par ces mots : « Les maîtres ont conspiré pour me tuer, et je me suis associé pour rester en vie144. »

97Il n’est pas exagéré de dire que le discours de Pilling modifia le cours du procès. O’Connor n’aurait jamais pu égaler l’autorité morale avec laquelle Pilling avait parlé. Surtout pour les accusés sans avocat (quarante-huit sur les cinquante-neuf), le discours de Pilling marqua un renversement complet. Neuf chefs d’accusation avaient été retenus contre eux, notamment conspiration, sédition et trouble à l’ordre public. Aucun des cinquante-neuf ne fut jugé coupable sur plus d’un point – pour assemblée illégale ou pour avoir incité des ouvriers à laisser leur ouvrage inachevé, ce dont le Master and Servant Act faisait un délit. Vingt-sept accusés furent acquittés, dont Pilling. Aucune condamnation ne fut prononcée contre ceux qui avaient été jugés coupables : il n’était pas rare que la sentence soit repoussée indéfiniment si l’accusation se contentait du verdict de culpabilité, mais en l’occurrence, il s’agissait peut-être de faire oublier qu’une accusation mal étayée par le procureur général avait été anéantie.

98Avec un verdict de culpabilité pour les principales accusations, la sentence aurait pu être très sévère. O’Connor publia les résultats du procès, une préface insistant encore une fois sur la complicité de l’ACLL dans ce qui s’était passé. Pilling sortit de l’affaire auréolé d’un prestige nouveau au sein du mouvement. Peu importait qu’il ait négligé la Charte comme objectif de la grève, car on connaissait son engagement en faveur du chartisme et ses critiques à l’encontre de la législation de classe. Pilling fut délégué à la convention de 1844, où il lança des campagnes contre le renforcement du Master and Servant Act, et où il invita les chartistes à s’impliquer davantage dans la politique locale. Il fut à nouveau délégué à la convention en 1845, soutint le plan agraire en 1846-1848 et organisa les chartistes d’Ashton à l’intérieur de l’arène politique municipale. Quand une Assemblée nationale chartiste se réunit en mai 1848 pour réorganiser le mouvement, Pilling fut l’un des vingt commissaires chargés de l’application du programme.

  • 145 NS, 9 décembre 1843.

99Sa situation économique restait néanmoins précaire, et son implication dans les activités syndicales n’arrangeait rien. Il servit de négociateur aux fileurs d’Ashton lors d’une grève victorieuse en 1843, et fut impliqué cet automne-là dans la grève tout aussi victorieuse des tisserands. Pourtant, son fils William fut licencié lorsqu’il reprit le travail, simplement parce qu’il était son fils145. Apparemment, Pilling se retrouva lui aussi sans emploi à la même époque. En août 1848, il partit pour l’Amérique, sans doute à la recherche de travail, mais certains ne manquèrent pas de s’interroger sur la coïncidence de son départ avec le meurtre d’un policier pour lequel plusieurs chartistes furent arrêtés. Aucune preuve ne fut découverte contre lui, mais quelles qu’aient été ses raisons, le voyage outre-Atlantique ne fut pas couronné de succès. À l’automne 1850, il était de retour à Ashton. Il ne retrouva jamais de travail en usine et gagna péniblement sa vie comme épicier, le revenu familial étant complété par ceux de ses enfants qui vivaient encore avec lui. Le dernier d’entre eux, né en 1845 et baptisé James comme son frère aîné mort en 1842, remplissait encore ce rôle lors du recensement de 1871.

  • 146 Ashton Reporter, 5 décembre 1874.

100Comme beaucoup de chartistes qui vécurent assez longtemps pour cela, Pilling dans sa vieillesse soutint le parti libéral, voyant la politique municipale comme un forum où certaines mesures au moins pourraient être obtenues afin d’améliorer la vie des ouvriers. Par le biais des branches locales de la National Reform Union et de la Reform League, il fut aussi impliqué dans l’agitation pour la réforme parlementaire qui culmina avec le deuxième Reform Act, en 1867. Il mourut en 1874. L’Ashton Reporter, pleurant la mort de « l’un des vieux piliers du radicalisme historique d’Ashton » suggéra que « s’il y avait bien une époque de son passé que M. Pilling revoyait avec plaisir, c’était l’année 1842, et le rôle qu’il avait joué dans les événements de cette année-là ». En ce cas, il s’agissait d’un plaisir tempéré par un durable sentiment de perte, tant personnelle que politique146.

Notes

1 Lettre à G. Arbuthnot, 4 octobre 1841, cité dans D. Read, Peel and the Victorians, Oxford, Blackwell, 1987, p. 103 ; J. Sinclair, National Education and Church Extension, Londres, Rivington, 1840, p. 52.

2 J. Bairstow, cité dans un rapport de police, 18 juillet 1841, Derby, Bibliothèque d’études locales, MS BA/909/16186, item 17.

3 Pour une transcription de l’entrevue entre Peel et Hobson, voir The Ten Hours’ Question. A Report Addressed to the Short Time Committees of the West Riding of Yorkshire, Londres, Ollivier, 1842, p. 4-15.

4 HO 45/256, 22 février 1842 ; Read, Peel, op. cit., p. 108,119,120-121 ; « Daniel McNaughton », ODNB ; True Scotsman, 13 juin 1841.

5 Lettre à A.W. Weston, 24 juin 1841, reproduit dans C. Taylor, British and American Abolitionists, Edimbourg, Edinburgh University Press, 1974, p. 154.

6 Journal intime, entrée du 8 février 1842, dans R.L. Brett (éd.), Barclay Fox’s Journal, Londres, Bell & Hyman, 1979, p. 259.

7 Cité dans « Edward Miall », ODNB.

8 Voir A. Tyrell, Joseph Sturge, Londres, Croom, 1987.

9 Nonconformist, 3 et 17 novembre, 15 décembre 1841 ; A. Prentice, History of the Anti-Corn-Law League, Londres, Cash, 1853, p. 276.

10 W. Jones, Chartism : Authentic Report of the Speech, Liverpool, Stewart, 1841, p. 12. Pour Thorogood, voir A.F.J. Brown, Chartism in Essex and Suffolk, Chelmsford, Essex CRO, 1982, p. 49 et 86-87, et Address to AU Rational Chartists and Rational Anti-Chartists by a Stranger, Londres, 1840.

11 Nonconformist, 29 décembre 1841 ; A. Wilson, The Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 174 ; NS, 29 janvier 1842 ; Reconciliation between the Middle and Labouring Classes, Manchester, Heywood, 1842 ; TS 11 /600, anonyme à T. Cooper, 18 février 1842.

12 ECC, 59 [mars 1842] ; Nonconformist, 22 décembre 1841, 26 janvier et 16 février 1842 ; NS, 19 février et 12 mars 1842.

13 Par exemple, Leeds Times, 1er octobre 1842 ; Leicester Chronicle, 1er janvier 1842 ; NS, 22 janvier 1842. L’auteur était William Biggs, militant de l’ACLL. Voir A.T. Patterson, Radical Leicester, Leicester, Leicester University Press, 1975, p. 326-327.

14 Nonconformist, 23 février 1842.

15 ECC, 58 (mars 1842) et NS, 26 mars 1842.

16 NS, 2 avril 1842.

17 Perronet Thompson formula la distinction entre « chartistes raisonnables et déraisonnables » dans une lettre d’avril 1841, citée dans M.J. Turner, « Thomas Perronet Thompson, “Sensible Chartism” and radical unity », Albion, 33/1 (printemps 2001), p. 63-64.

18 NS, 9 avril, et Nonconformist, 23 février 1842.

19 NS, 12 mars, et Manchester Guardian, 9 mars 1842. Voir aussi E. Royle, Chartism, Harlow, Longman, 1996, p. 108-110.

20 HO 45/249C, f° 25, rapport du commissaire de police de Manchester ; Watkin à Cobden, cité dans N. McCord, The Anti-Corn Law League, Londres, Allen & Unwin, 1958, p. 102-103.

21 Nonconformist, 16 mars 1842. Bailey, Doyle, Murray et Schofield étaient d’éminents chartistes de Manchester : voir P. Pickering, Chartism andthe Chartists in Manchester and Salford, Basingstoke, Macmillan, 1995,/passim, et pour Schofield en particulier O. Ashton et P. Pickering, Friends of the People, Londres, Merlin, 2002, chap. 5.

22 Voir l’importante réévaluation par P. Pickering et A. Tyrell, The People’s Bread, Londres, Leicester University Press, 2000.

23 NS, 2 avril 1842.

24 Report of the Proceedings of the Conférence of Delegates of the Middle and Working Classes, held at Birmingham, Londres, Davis, 1842, p. 29-30.

25 Ibid., p. 55-56 et 62.

26 Nonconformist, 13 avril 1842 ; Report, op. cit., p. 55 et 67.

27 Bright à Cobden, 10 avril 1842, cité dans McCord, Anti-Corn Law League, op. cit., p. 115.

28 Report, op. cit., p. 76.

29 Brook, Burrows, Dewhirst, Hodgson et John W. Smyth (tous de Bradford), Cook (Stroud), Linney (Eccles) et McCartney (Liverpool).

30 NS, 16, 30 avril, 7 et 14 mai ; British Statesman, 15 mai et 9 juillet 1842.

31 J.B. O’Brien, Mr O’Brien’s Vindication of his Conduct at the Late Birmingham Conférence (1842), cité dans A. Plummer, Bronterre, Londres, Allen & Unwin, 1971, p. 174.

32 G. Weerth, A Young Revolutionary in Nineteenth-Century England, Berlin, Seven Seas, 1971, p. 174.

33 LHASC, documents Vincent 1/1/51, Vincent à Miniken, 30 juillet 1842.

34 T. Cooper à R.G. Gammage, 26 février 1855, reproduit dans R.G. Gammage, History of the Chartist Movement, 1837-54, Newcastle upon Tyne, Browne, 1894, p. 404-410. Pour Cooper, voir DLB, vol. 9.

35 D.M. MacRaild, Irish Immigrants in Modem Britain, 1750-1922, Londres, Macmillan, 1999, p. 54-56.

36 B. Harrison et P. Hollis (éd.), Robert Lowery, Londres, Europa, 1979, p. 144-148.

37 D. Thompson, « Ireland and the Irish in English radicalism before 1850 », dans J. Epstein et D. Thompson (éd.), The Chartist Expérience, Londres, Macmillan, 1982, p. 136 ; B. Reaney, « Irish Chartists in Britain and Ireland », Saothar, 10 (1984), p. 98.

38 [P. O’Higgins], Chartism and Repeal, Dublin, Dyott, 1842, p. 15-16.

39 « The National Pétition of the Industrious Classes », exemplaire dans BL Add. MSS 27835, f0 189.

40 Chartist Circular, 29 janvier 1842 ; NS, 15-29 janvier, 5,19 et 26 février 1842 ; Wilson, Chartist Movement in Scotland, op. cit., p. 171-173.

41 O. Ashton, « Chartism in mid-Wales », Montgomeryshire Collections, 62/1 (1971), p. 39-43.

42 Y Gofyniad Pabeth yw Siartist ?, Merthyr, John & Williams, 1840 et Cyfieithad o Lythyr Diweddaf Mr. Feargus O’Connor, Merthyr, John & Williams, 1840 ; Udgorn Cymru parut tous les quinze jours de mars 1840àoctobre 1842, Advocate tous les mois de juillet 1840 à avril 1841.

43 HO 45/265 fos 18-26 ; en juin 1841, des moules à balles et un exemplaire des Défensive Instructions de Macerone, cachés dans un colis de chapeaux, furent interceptés durant le trajet de Birmingham à Pontypool, vers une adresse utilisée (sous pseudonyme) par Black : voir HO 45/49, f° 6, T.J. Phillips (Newport) à MO, 7 juin 1841.

44 NS, 23 avril 1842 ; R. Wallace, Organise ! Organise ! Organise ! A Study of Reform Agitations in Wales, 1840-86, Cardiff, University of Wales Press, 1991, p. 43 ; D.J.V. Jones, The Last Rising, Oxford, Oxford University Press, 1985, p. 218-220.

45 NS, 16-30 avril 1842 : chiffres transmis à la convention nationale (chiffre de 1839 entre parenthèses) : Boston 1400 (3074), Colchester 2 250 (2092), Ipswich 1400 (7312), King’s Lynn, 197 (550), Norwich 2200 (6646).

46 R. Wells, « Southern Chartism », Rural History, 2/1 (1991), p. 45-51, et voir chiffres de la pétition pour Lewes ; 1000 (2966). R.P. Hastings, Chartism in the North Riding of Yorkshire and south Durham, 1838-48, York, University of York, 2004, p. 26-28.

47 NS, 13 novembre 1841 et 8 janvier 1848. Beesley était un personnage-pivot du chartisme dans le North Lancashire : voir W. Turner, « The lion of north Lancashire », dans A. Duckworth (éd.), Aspects of Blackburn, Barnsley, Wharncliffe, 1999, p. 43-55, et chapitre 8 du présent livre.

48 Hansard, vol. LXII, 2 mai 1842, col. 1373-1381 et NS, 16-30 avril et 7 mai 1842 : totaux présentés au Parlement et/ou à la convention nationale (chiffre de 1839 entre parenthèses) : Aberdeen 17606 (8116) ; Ashton-under-Lyne 14200 (6300) ; Banbury 4000 (2200) ; Barnsley 6 800 (3 645) ; Bolton 18 500 (16 600) ; Brighton 12 700 (8 000) ; Bristol 11000 (8160) ; Cheltenham 5800 (1720) ; Exeter 3000 (2560) ; Huddersfield 23181 (19432) ; Hull 7400 (3091) ; Leamington 1800 (1000) ; Leicester 18000 (13126) ; Liverpool 32000 (20689) ; Loughborough 7 600 (6180) ; Merthyr Tydfil 21934 (14710) ; Oldham 21800 (13 566) ; Plymouth 4400 (2 250) ; Preston 24000 (18 533) ; Rochdale 19600 (9 050) ; Sheffield 27 200 (16 829) ; Shrewsbury 2 800 (850) ; Stalybridge 10000 (4863) ; Stockport 14000 (10781) ; Todmorden 8400 (7328) ; Tonbridge 2000 (461) ; Warrington 4200 (1500) ; Wolverhampton 3000 (1960).

49 Calculs fondés sur les données sommaires fournies par le recensement de 1841, dans B.R. Mitchell et P. Deane, Abstract of British Historical Statistics, Cambridge, Cambridge University Press, 1962, p. 12-13, et d’après les données électorales dans C. Rallings et M. Thrasher, British Electoral Facts, 1832-1999, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 97.

50 The Times, 3 mai 1842 ; NS, 16 avril 1842 ; Duncombe habitait dans le quartier F3 et Macaulay dans le E1, G. Doré et D. Jerrold, London, Londres, Harper, 1890, p. 84.

51 The Times et Morning Chronicle, 3 mai 1842 ; NS, 7 mai 1842 ; voir P. Pickering, « “And Your Petitioners & c” : Chartist petitioning in popular politics, 1838-48 », English Historical Review, 116 (avril 2001), p. 368-388.

52 Hansard, vol. LXIII, 3 mai 1842, col. 31 et 51.

53 Chartist Circular, 14 mai 1842 ; NS, 7 mai 1842.

54 London School of Economies, documents Allsop, Coll. Mise. 525/2, O’Connor à T. Allsop, non daté [1843] ; NS, 14 mai 1842.

55 Voir par exemple NS, 28 mai 1842.

56 Beesley, lettre au rédacteur en chef, NS, 30 avril 1842.

57 TS 11/601, J. Sweet à T. Cooper, lettre incluant le prospectus de la NCA de Nottingham, non datée [mai 1841].

58 T. Cooper, Life of Thomas Cooper, Londres, Hodder, 1872, p. 157 ; lettre à Susanna Cooper, non daté [août 1842], TS 11/601.

59 Voir R. Church, Economie and Social Change in a Midland Town : Victorian Nottingham 1815-1900, Londres, Cass, 1966, p. 141-143.

60 Voir M. Jenkins, The General Strike of 1842, Londres, Lawrence & Wishart, 1980. L’interprétation présentée ici suit surtout M. Chase, Early Trade IMonism, Aldershot, Ashgate, 2000, p. 190-200, mais en insistant davantage sur le caractère de confrontation de la vague de grèves plutôt que sur sa nature théâtrale.

61 Cité dans C.S. Parker, Sir Robert Peel from his Private Papers, Londres, Murray, 1899, vol. 2, p. 541.

62 HO 45/43, P 4 ; McDouall’s Chartist and Republican Journal, 17 avril 1841.

63 D. McNulty, « Bristol trade unions in the Chartist years », dans J. Rule (éd.), British Trade Unionism, 1750-1850, Londres, Longman, 1988, p. 227 ; I. Prothero, « London Chartism and the trades », Economie History Review, 24 (1971), p. 202 ; NS, 16 juillet, 20 et 27 août 1842 ; Thompson, Chartists, op. cit., p. 186,193 ; Pickering, Chartism, op. cit., p. 61-62.

64 Cité dans D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 138.

65 The Trial of Feargus O’Connor Esq. (Barrister-at-Law) and Fifty-Eight Others, Manchester, Heywood, 1843, p. 98 (désormais Trial).

66 Operative Stone Masons Fortnightly Returns, 22 avril-mai 1841, cité dans C. Behagg, Politics and Production in the Early Nineteenth Century, Londres, Routledge, 1990, p. 109.

67 Les « Potteries » : industrie de céramique située dans le nord du Staffordshire ; par extension, cette région.

68 £CC, 62 (avril 1842) ; G. Barnsby, Working-class Movement in the Black Country, 1750-1867, Wolverhampton, Integrated Publishing, 1977, p. 103-110.

69 North Staffordshire Mercury, 23 juillet 1842, cité par R. Fyson, « The crisis of 1842 », dans Epstein et Thompson (éd.), Chartist Expérience, op. cit., p. 198, dont ce paragraphe s’inspire particulièrement.

70 Manchester Guardian, 23 juillet, et NS, 16 et 30 juillet 1842 ; Jenkins, General Strike, op. cit., p. 60-63.

71 Affiche, « toiling slaves / union is strength », HO 45/263, fo 36 ; Cooper, Life, op. cit., p. 186.

72 NS, 20 août 1842.

73 Sur les liens pragmatiques des mineurs avec le chartisme, voir par exemple D. Phillips, « Riots and public order in the Black Country », dans R. Quinault et J. Stevenson (éd.), Popular Protest and Public Order, Londres, Allen & Unwin, 1974, en particulier p. 153-158.

74 Chase, Early Trade Unionism, op. cit., p. 201 ; Trial, op. cit., p. 246.

75 McCord, Anti-corn Law League, op. cit., p. 123-126 ; N.C. Edsall, Richard Cobden, Boston (MA), Harvard University Press, 1986, p. 11-14 ; NS, 16 juillet 1842 ; Quarterly Review, LXXI (décembre 1842), p. 244-314. Voir aussi N. Gash, Sir Robert Peel : The Life of Sir Robert Peel after 1830, Londres, Longman, 1972, p. 354-355.

76 HO 45/249, fo 121, 15 août.

77 NS, 5 mars 1842.

78 Trial, op. cit., p. 17, 27 et 73 ; Jenkins, General Strike, op. cit., p. 64-66.

79 Trial, op. cit., p. 28.

80 H045/249, fo 51,8 août ; A. Watkin, The Diaries of Absalom Watkin, M. Goffin (éd.), Stroud, Sutton, 1993, p. 224, 9 août 1842 ; Jenkins, General Strike, op. cit., p. 72-75.

81 Pickering, Chartism, op. cit., p. 70.

82 HO 45/264, fo 102-104, avec une lettre du maire de Hull au HO, 11 août 1842.

83 HO 45/249, f 94 ; Watkin, Diaries, op. cit., p. 225-226.

84 Déposition de Bannister, Trial, op. cit., p. 76-80 ; HO 45/249C, f° 137.

85 HO 45/244,  24 et 25,14 et 12 août.

86 Stockport Central Library, Family and Local History Library, SH/11, « Stockport Chartist Papers », note non signée sur Waterloo, 13 août 20h ; HO 45/242, f° 61.

87 HO 45/264, fo 49,14 août 1842 ; Bradford Observer cité dans D. Wright, Chartist Risings in Bradford, Bradford, Bradford Libraries, 1987, p. 30.

88 HO 45/249, fo 121,15 août ; Tameside Local Studies Library (Ashton-under-Lyne) Broadsheets L322 ; Bibliothèque centrale de Bolton, Local Studies Section, documents Heywood, ZHE 38/62, H. Heywood à R. Heywood, 24 août 1842 (à propos de « la quinzaine écoulée »).

89 A. Campbell, Lanarkshire Miners, Edimbourg, Donald, 1979, p. 250-252 ; L.C. Wright, Scottish Chartism, Edimbourg, Oliver, 1953, p. 146 ; NS, 13 août 1842.

90 , MS’, 20 août 1842 ; Cooper, Life, op. cit., p. 191-199 ; Fyson, « Crisisof 1842 », art. cité, p. 213.

91 HO 45/264, fo 80 ; F.H. Grundy, Pictures of the Past, Londres, Griffith, 1879, p. 98 ; F. Peel, The Risings of the Luddites, ChartistsPlug-drawers, 3e éd., Brighouse, Hartley, 1895, p. 333- 334 et 338-339.

92 Grundy, Pictures, op. cit., p. 103, 105 ; HO 45/264, f3 171-175 ; NS et Halifax Guardian, 20 août 1842 ; M. Blatchford, History of the Halifax Industrial Society, Halifax, Womersley, 1901, p. 29-30 ; voir B. Wilson, Struggles of an Old Chartist [1887], reproduit dans D. Vincent (éd.), Testaments of Radicalism, Londres, Europa, 1977, p. 200-201.

93 Wilson, Struggles, op. cit., p. 201.

94 Bolton Free Press, 20 août 1842 ; J. Lewis « au Comité qui se réunit à Glossop », 16 août 1842, reproduit dans Trial, op. cit., p. 149 ; Jenkins, General Strike, op. cit., p. 150-159.

95 « Stockport Chartist Papers », rapport du chef de gare, 16 août 1842 ; Cooper, Life, op. cit., p. 206.

96 Cooper, Life, op. cit., p. 208-211 ; NS, 20 août 1842 ; P. McDouall, Letters to the Manchester Chartists, Manchester, Leach, [1843], p. 9.

97 « Stockport Chartist Papers », « Sunday » [16 août].

98 HO 45/266, fos 8 et 13 ; Campbell, Lanarkshire Miners, op. cit., p. 250-252.

99 Cité dans Phillips, « Riots and public order », art. cité, p. 155.

100 « The executive committee of the National Chartist Association. To the People !!! », affiche dans HO 45/249C, f° 218, MS dans 45/249A, fo 17 If, reproduit dans NS, 20 août 1842. « Universal holiday » (le congé universel) : la grève générale (F.B.).

101 DerbyChesterfield Reporter, 25 août 1842, et NS, 27 août ; Derby Local Studies Centre, carnet BA 900 WAL(14117), A. Wallis, « Some réminiscences of old Derby ». À propos de West, voir DLB, vol. 7.

102 HO 45/266, f° 114 (affiche de la grève à Dundee, 19 août), 45/249, fo 233 (Blackburn JPs) 45/242, P 2 (le maire de Carlisle au HO) ; NS, 20 et 27 août 1842.

103 Transcription de l’affiche de Duddleston Row, HO 45/261, P 71.

104 HO 45/250, P 95 ; NS, 27 août et 3 septembre 1842.

105 HO 45/265, P 38.

106 NS, 27 août et 3 septembre 1842 ; HO 45/253 (Chard) et 262, f° 4-7.

107 Cooper, Life, op. cit., p. 211-212 ; NS, 3 septembre 1842 ; A. Little, Chartism and Liberalism : Popular Politics in Leicestershire, 1842-74, thèse, université de Manchester, 1991, p. 71.

108 J.A. Epstein, « Feargus O’Connor and the Northern Star », International Review of Social History, 21 (1976), p. 91-92 ; Evening Star, 23 août 1842.

109 HO 45/254, le maire de Nottingham au HO, fos 13 et 22. Voir aussi Church, Economie and Social Change, op. cit., p. 143-144.

110 M. Winstanley, « Oldham radicalism and the origins of popular liberalism », Historical Journal, 36/3 (1993), p. 636 ; MS, 20 août 1842 (3e édition, réimprimée la semaine suivante).

111 J.C.F. Banres, Popular Protest and Radical Politics : Carlisle, 1790-1850, thèse, université de Lancaster, 1981, p. 355-356 ; HO 45/262, f° 4.

112 HO 45/259C, f° 287 et 45/244, fos 150-151.

113 HO 45/264, fos 181, 184, 191, 214, 217 et 223.

114 HO 45/249, f° 233, et 265, fos 50 et 52.

115 Little, « Chartism and liberalism », art. cité, p. 67 ; HO 45/242, 18 septembre (le maire de Macclesfield au HO) ; Watkin, Diaries, op. cit., p. 229, entrées du 1er au 30 septembre.

116 Sous Graham, le HO dépensait chaque mois 3,24 livres pour l’espionnage intérieur, contre 25,69 sous Normanby et 40,68 sous Russell.

117 « Stockport Chartist Papers », lettre de T. Stringer, 15 août ; Gash, Peel, op. cit., p. 344.

118 C.S. Parker, Life and Letters of Sir John Graham, Londres, Murray, 1907, vol. 1,p. 323-324 ; Gash, Peel, op. cit., p. 344-345.

119 Sinclair, National Education, op. cit., p. 57 (30 août) et 75 (7 septembre 1842). Voir aussi l’introduction de ce chapitre et W.B. Stephens, Education, Literacy and Society, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 132-133.

120 Université de Leeds, Brotherton Library, Spécial Collections MS 739/6,3 septembre 1842 ; MS 739/1,16 août 1842 ; MS 739/5, « Thursday » [18 août 1842],

121 J. Lawson, Letters to the Young on Progress in Pudsey, Stannington, Birdsall, 1887, p. 132.

122 J’emprunte ce concept (via Fyson, « Crisis of 1842 », art. cité, p. 216) à A.J.P. Taylor, The Course of German History, Londres, Methuen, 1961 (éd. révisée), p. 69.

123 HO 45/266, fo 258-259, déposition de Hannam.

124 HO 45/41, Napier à Phillips, 11 août 1841 ; HO 50/451, 23 mai 1840 (rapport de Napier sur les casernes placées sous son commandement).

125 HO 45/264, fos 195-198 et 480.

126 H.M. Boot, Commercial Crisis of 1847, Hull, Hull University Press, 1984, p. 77 ; BL 695. L.14 (76), affiche, 24 septembre 1842.

127 Exemplaire dans HO 45/249C, fos 325 et 333.

128 Jenkins, General Strike, op. cit., p. 218 ; Leeds Mercury, 3 et 10 septembre 1842 ; Pilling, DNB, vol. 6.

129 Council of the National Complété Suffrage Union, to Political Reformers of All Shades of Opinion, Trueman, Birmingham, 1842, reproduit dans Lovett, Life, op. cit., p. 276-282.

130 NS, 17 septembre et 19 novembre 1842.

131 Tailor William Blackwood, dans un discours prononcé à Coalbrookdale, HO 45/258A, f° 40 (rapport de police, 23 mai).

132 HO 45/265, P 60, 29 août 1842.

133 Lovett, Life, op. cit., p. 282-283.

134 Cooper, Life, op. cit., p. 221 ; NS, 3,17 et 24 décembre 1842.

135 Le récit qui suit s’inspire de Cooper, Life, op. cit., p. 221-227 ; Lovett, Life, op. cit., p. 283-285 ; Tyrell, Sturge, op. cit., p. 129-131 ; Nonconformist, 28 et 31 décembre 1842, 4 janvier 1843 ; NS, 31 décembre 1842 et 7 janvier 1843.

136 S. Hobhouse, Joseph Sturge, Londres, Dent, 1919, p. 78 ; Cooper, Life, op. cit., p. 224.

137 NS, 27 décembre 1845. La principale source d’informations sur la vie de Pilling jusqu’en 1842 est son remarquable discours de clôture adressé aux jurés, le 7 mars 1843, paru dans Trial of Feargus O’Connor, Esq. (Barrister-at-Law, ) and Fifty-Eight Others, Manchester, Heywood, 1843, p. 248-255. Voir aussi l’excellent essai de Naomi Reid dans DLB, vol. 6 ; M. Jenkins, General Strike of 1842, Londres, Lawrence & Wishart, 1980, en particulier p. 106-127 ; D. Thompson, The Chartists, Londres, Temple Smith, 1984, p. 214-216 et 285-287, et ODNB.

138 N. LoPatin, Political Unions, Londres, Macmillan, 1999, p. 107 et 176.

139 Trial, op. cit., p. 249 ; F. Engels, La Situation des classes laborieuses en Angleterre dans les grandes villes [éd. originale, 1845], trad. P.-J. Berthaud et A.-M. Desrousseaux, Paris, Mille et une nuits, 2009 [1re éd. fr., 1933], p. 89.

140 HO 40/41, f° 90, 11 mai 1839.

141 Trial, op. cit., p. 73.

142 NS, 6 juin 1840 et 4 décembre 1841.

143 Trial, op. cit., p. 250-255.

144 Ibid., p. 254-255.

145 NS, 9 décembre 1843.

146 Ashton Reporter, 5 décembre 1874.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search