Version classiqueVersion mobile

Le chartisme

 | 
Malcolm Chase

Chapitre 6. « La Charte et rien de moins » (février 1840-décembre 1841)

Texte intégral

La National Charter Association

  • 1 LHASC, documents Vincent 1/1/24, Vincent à Miniken, 5 mars 1840.

1« Ce pauvre Frost est parti. Le pauvre homme ! » écrivit Henry Vincent en mars 1840, dans sa cellule : « C’est l’un des rares hommes vraiment honnêtes que j’aie eu le plaisir de connaître1. » En Tasmanie John Frost allait affronter un avenir incertain, tout comme le mouvement chartiste qu’il laissait derrière lui. Pourtant, les activités locales esquissées au chapitre 5 offraient une base solide, d’où émergea en 1840 une organisation plus structurée. La campagne pour le retour de Frost (et, du même coup, pour celui de Williams et de Jones) contribua à renforcer le chartisme durant les premiers mois de l’année 1840, à une époque où il aurait pu partir à la dérive ou perdre des appuis.

  • 2 NS, 21 décembre 1839 ; 11 avril 1840 ; Charter, 23 février 1840 ; J. Burchardt, The Allotment Movem (...)

2Une Convention spéciale fut organisée à Manchester en février afin de déterminer la meilleure stratégie pour obtenir leur grâce, événement vivement soutenu, qui réunit les principaux chartistes autour du désir d’aller de l’avant. En même temps, le choix de s’infiltrer en masse dans les meetings montés par d’autres organisations, de les inonder de résolutions chartistes, permit de recentrer l’attention sur les questions essentielles incarnées par la Charte. À Merthyr Tydfil, au sud du pays de Galles, « les ouvriers » noyautèrent une réunion visant à féliciter la reine pour son mariage, ils élirent un président de séance chartiste et insérèrent leurs propres exigences dans l’adresse respectueuse ; un discours semblable à Shoreditch, à l’est de Londres, fut augmenté du souhait « que son règne voie l’amélioration des conditions de vie du peuple d’Angleterre ». Les chartistes de Carlisle subvertirent entièrement un meeting de la Lord’s Day Observance Society (Société pour l’observance du jour du Seigneur), tandis que dans les Midlands, les rassemblements de la Labourers’ Friend Society étaient visés2.

3L’intrusion dans les meetings de l’Anti-Corn Law League (ACLL) était toujours turbulente. Les rassemblements publics étaient au cœur du discours civique victorien et les chartistes voulaient mettre l’accent sur le suffrage universel (masculin) à chaque occasion qui se présentait. La menace directe que l’ACLL constituait pour le chartisme était faible : elle n’attirait qu’un nombre limité d’ouvriers, même si les deux mouvements rivalisaient pour séduire les petits commerçants et artisans. Mais l’ACLL était une organisatrice infatigable de meetings politiques publics et donc souvent une cible favorite. Cette hostilité reposait sur les revendications de l’ACLL selon lesquelles l’abrogation de la Corn Law était le seul obstacle empêchant de passer de la pénurie à la prospérité – ces lois interdisaient d’importer des céréales étrangères tant que les prix nationaux n’atteignaient pas un certain niveau.

  • 3 J. Campbell, Examination of the Corn and Provision Laws, Manchester, Heywood, [1841], p. 11,70. À p (...)
  • 4 HO 45/50, f° 30, affiche [mai 1841],

4Selon la riposte chartiste, l’abrogation ne favoriserait que « les intérêts commerciaux, les hommes qui spéculent sur le travail de millions d’autres, les hommes qui ont prospéré et prospèrent encore grâce au fruit de l’industrie [...] les profiteurs ». En diminuant le prix du pain, l’abrogation encouragerait les baisses de salaire et, en sapant l’agriculture, accélérerait l’exode rural vers les villes et se traduirait par des salaires plus bas encore. Les chartistes, par exemple John Campbell, tisserand à Salford, d’origine irlandaise, dépeignaient avec effroi la « ruine générale » qu’entraînerait l’abrogation si elle ne s’accompagnait pas de mesures stabilisatrices que seul voterait un parlement réformé3. On reprochait aussi aux membres de l’ACLL ce que l’on considérait comme leurs péchés politiques d’autrefois : « Demandez-vous qui parmi eux a fait quoi que ce soit pour les pauvres, conseillaient les chartistes de Stroud. Ne sont-ils pas tous, sans exception, les fervents partisans de ceux qui ont voté ces odieuses et cruelles Poor Laws4 ? »

  • 5 Anon., Memoranda of the Chartist Agitation in Dundee, Dundee, Kidd, 1889, p. 16 ; Anti-Corn Law Cir (...)

5L’ACLL était également accusée de détourner le mécontentement populaire des véritables problèmes politiques du jour. Quand elle organisa une réunion publique à Dundee en mai 1841, le Chartists’ Démocratie Council placarda énergiquement dans la ville des affiches annonçant le meeting et rappelant le sort de Frost, « Clayton assassiné », l’ampleur de la dette nationale, les dédommagements versés « aux propriétaires d’esclaves noirs » et les 70000 livres sterling dépensées récemment pour les écuries royales. « Venez en masse au Thistle Hall mercredi pour exprimer votre haine du plus infâme gouvernement qu’ait jamais subi la Grande-Bretagne ». L’ACLL déplorait cette attitude : elle mettait les chartistes « au ban de la société politique », déclara un président de la ligue, ajoutant qu’ils « devraient être exclus de toutes les assemblées publiques ordonnées ». Mais les chartistes affirmaient qu’ils exerçaient la seule forme d’expression démocratique qui leur soit permise. « Les meetings publics sont les parlements des ouvriers, déclara l’un d’eux lors d’une réunion de la ligue, leurs orateurs sont leurs députés, et en leur nom je viens ici exiger l’attention pour la Charte ; j’ai le droit d’être ici et d’évoquer avec vous nos doléances5. »

6Cependant, la propre gouvernance interne du chartisme faisait l’objet d’interrogations pressantes. De vagues assemblages de localités et une convention ad hoc avaient paru adéquats quand le simple nombre des signataires semblait suffisant à obtenir la Charte du Peuple, mais ils ne pourraient soutenir un mouvement qui se lançait désormais dans une agitation sans fin. Il était urgent d’élargir l’attrait du chartisme et de réaffirmer son message central, au lendemain de tout le mal qu’avaient fait les événements de cet hiver, même de l’avis de ses fidèles partisans. Même les plus dévoués à O’Connor et au Northern Star savaient qu’il ne pouvait à lui seul créer et entretenir une organisation à l’échelle nationale ; et dans le procès pour libelle séditieux, plusieurs fois repoussé, qui pesait sur O’Connor, la sentence risquait d’être une peine de prison. À l’heure où tant de ses principales personnalités étaient incarcérées, le chartisme – surtout en Angleterre – avait besoin de se réorganiser. Le premier semestre 1840 fut peu à peu dominé par l’évocation de divers projets visant à raviver et structurer le mouvement.

  • 6 NS, 4 janvier, 18 et 25 avril, 29 août 1840 ; Charter, 15 et 29 décembre 1839 ; D. Goodway, London (...)

7La refonte de la Northern Political Union implantée à Newcastle était un exemple très admiré. Elle partait du principe que la convention générale avait échoué parce que l’on attendait trop d’elle. Elle avait été élue un peu au hasard, pour agir comme assemblée délibérative du chartisme, comme secrétariat national et comme principal organisateur de l’effort missionnaire. La Northern PU tenta donc de résoudre ces questions au niveau régional par une nouvelle constitution adoptée unanimement en avril 1840 lors d’un rassemblement de près de 2 000 membres. Chaque localité élirait un représentant au sein d’un corps exécutif de 26 personnes qui délibéraient en privé mais publiaient leurs conclusions. Les dirigeants étaient élus tous les six mois lors d’un meeting général et formaient le gouvernement de l’union. « La principale caractéristique serait un système de visites missionnaires dans les différentes localités. » La Northern PU n’était pas la première à proposer un modèle de réorganisation. En décembre précédent, les membres de la LDA avaient tenté de créer une London Association of United Chartists, mais le moment était mal choisi et l’association s’était vite effondrée. Au printemps suivant, elle fut remplacée par un organisme plus solide, la Metropolitan Charter Union, avec à sa tête Henry Hetherington. Ses objectifs ambitieux incluaient un réseau de magasins coopératifs et de cabinets de lecture. Le but était d’y faire fusionner toutes les associations ouvrières et radicales de Londres. Son secrétaire serait salarié et son conseil nommerait des conférenciers payés. Mais Londres continua à contrarier les aspirations chartistes. Dans la pratique, les localités affiliées ne furent que quatre et l’organisation contribua surtout à l’antipathie mutuelle qui dominait les relations entre les chartistes de la capitale et ceux du reste du pays6.

  • 7 NS, 20 juin 1840.

8Cette antipathie était très flagrante lorsqu’un congrès national se réunit à Manchester en juillet pour débattre des projets d’organisation nationale. « Les chartistes de la capitale ont décidé, après mûre délibération, que le meilleur projet d’organisation pour les amis de la liberté est celui recommandé et adopté par la Metropolitan Charter Union, déclara celle-ci : il serait vain et malavisé d’entraîner des frais en envoyant des délégués à Manchester7. » Cette arrogance était assez stupéfiante – et l’union s’en rendit compte – mais il faut noter qu’un congrès semblable à Nottingham en avril avait été annulé : seuls dix délégués s’étaient présentés, et il n’y en eut que deux lors d’une session. Inévitablement, le congrès de Manchester n’attira aucune personnalité d’importance nationale.

9Bien que favorable, O’Connor ne s’y rendit pas, parce qu’il était préoccupé par les poursuites en cours contre lui. Du moins put-il choisir de ne pas y aller : bien d’autres étaient déjà sous les verrous. Parmi les détenus figurait O’Brien, dont l’acquittement en mars aux assises de Newcastle avait fait sensation – il était accusé d’assemblée illégale, de sédition et de complot –, mais qui avait été condamné à dix-huit mois de prison aux assises de Liverpool en avril, ayant été jugé coupable des mêmes délits. Avant d’être incarcéré, O’Brien proposa néanmoins un changement d’orientation fondamental en suggérant que le chartisme se concentre désormais sur les élections parlementaires.

  • 8 Voir T.M. Parssinen, « Association, convention and anti-parliament », English Historical Review, 88 (...)
  • 9 Southern Star, 23 février 1840.

10Il s’agissait d’un retour à une idée radicale antérieure, celle des « avocats législateurs » (des députés alternatifs élus à un anti-parlement). Sa ressemblance avec la convention générale attirait et repoussait les chartistes à peu près à parts égales8. Mais O’Brien pensait qu’à la prochaine élection générale, les candidats chartistes pourraient être élus par le traditionnel vote à mains levées, puis constituer un parlement authentiquement alternatif. Le mode même d’élection illustrerait avec vigueur la nature fort peu démocratique de la Constitution existante. Selon O’Brien, les électeurs chartistes l’emporteraient sur l’électorat existant, à cinq ou même neuf contre un. Le « faux parlement » de Westminster pouvait-il « prendre des mesures coercitives pour anéantir un parlement réel, dont il était prouvé, par le même processus, qu’il représentait les cinq sixièmes ou les neuf dixièmes de l’empire9 » ?

  • 10 LHASC, documents Vincent 1/1/23 (i), Vincent à Miniken, 28 février 1840.
  • 11 NS, 18 et 25 avril, 2 mai 1840 ; Northern Liberator, 21 mars 1840.

11Il n’était pourtant pas sûr que cette procédure soit légale, et beaucoup de chartistes n’avaient pas le courage d’envisager un nouvel affrontement direct avec le pouvoir. « Je maudis sincèrement le martyre, dit Vincent à son cousin, et j’admets volontiers que nous devons adopter des moyens rationnels plutôt que de nous précipiter dans la gueule de ces lois auxquelles, comme le dit Paine, il vaut toujours mieux obéir tant qu’on ne peut pas les remplacer effectivement par de meilleures10 ». D’autres doutaient que le chartisme ait besoin d’une nouvelle Convention. « Ce qu’il nous faut, ce sont des délégués chargés de l’agitation et de l’unification de notre parti », écrivit Robert Lowery ; « si une circonscription peut payer un homme pour aller siéger à une Convention, elle peut le payer pour agiter, et il fera dix fois plus de bien à la cause ». Harney était d’accord : admirateur de l’USCCS, il incita les chartistes anglais à adopter une organisation semblable. C’était nécessaire, pensait-il, pour lutter contre l’ACLL, dont le quartier général à Manchester impressionnait beaucoup de chartistes alors même qu’ils tentaient d’en combattre les activités dans leurs localités. Harney suggérait donc d’établir un secrétariat central chartiste à Manchester également, ainsi qu’un réseau de conférenciers régionaux11.

  • 12 NS, 11 et 18 juillet 1840.
  • 13 Voir les « Objectifs et règles » de la NCA dans NS, 1er août 1840, reproduit dans D. Thompson, The (...)

12Méfiant face à tout ce qui pouvait échapper à son contrôle, O’Connor était gêné par l’évolution du mouvement au printemps 1840. Il préférait s’appuyer sur le succès évident du Northern Star pour créer un quotidien, le Morning Star. L’argent viendrait en partie de son apport personnel, mais un noyau de 20 000 abonnés offrirait au journal un revenu garanti et financerait une Convention basée à Londres, un secrétariat permanent et une équipe de conférenciers. Il y avait là un paradoxe : « Londres a toujours été et sera toujours pourrie », déclarait O’Connor, et il ne voulait pas entendre parler d’une association établie à Londres. Le calcul sur lequel reposait sa proposition était aussi hasardeux que sa prose était exaltée. Pourtant, comme souvent avec lui, ces caractéristiques se combinaient à une grande perspicacité. « Le Northern Star [...] a fait de tous les ouvriers et ouvrières de l’Empire des frères et des sœurs, remarquait-il. La vapeur a anéanti l’espace ». Pourtant, le chartisme avait été à plusieurs reprises handicapé par l’inefficacité de ses communications internes, et le Northern Star était en retard sur l’actualité. Un quotidien permettrait de sortir de l’impasse et O’Connor savait que la gestion en serait bien plus facile, sur le plan éditorial comme du point de vue de la distribution, s’il était implanté dans la capitale – Leeds venait à peine d’être relié au réseau ferroviaire naissant, et la gare se trouvait encore à trois kilomètres du centre ville12. Cependant, bien peu partageaient la conviction selon laquelle le mouvement pouvait soutenir un quotidien. La contribution d’O’Connor au débat laissait surtout présager des questions à venir dans la gestion du chartisme, et les limites de sa propre influence. La National Charter Association of Great Britain (NCA) qui naquit des délibérations des vingt-trois délégués réunis à Manchester était un amalgame d’éléments empruntés à presque tous les projets présentés au cours des mois précédents, sauf celui d’O’Connor13.

13« Partout où c’est possible, les membres formeront des classes de dix personnes » et, par l’intermédiaire de leur leader, verseraient à la NCA une cotisation hebdomadaire d’un penny. Chaque ville aurait son conseil chartiste, qui toucherait la moitié des sommes collectées. Dans chaque région serait créé un conseil de comté ou de circonscription, mais le corps gouvernant était un conseil exécutif national, incluant un secrétaire, un trésorier et cinq membres ordinaires. Ceux-ci seraient élus par l’ensemble des membres. Le secrétaire toucherait un salaire de deux livres par semaine ; les membres seraient payés durant les sessions du conseil, et toucheraient une allocation et des dédommagements lorsqu’ils seraient employés comme missionnaires. Le projet d’O’Brien – présenter des candidats chartistes à toutes les élections possibles – fut chaleureusement applaudi, mais on préconisa le choix de « candidats légalement qualifiés pour siéger au Parlement » et l’idée d’un parlement alternatif ne fut pas retenue. Il était « urgemment recommandé que la plus stricte sobriété soit observée par tous les membres et responsables de cette Association », le principal moyen de communication entre eux étant « le Northern Star, le Scottish Patriot, et autres journaux chartistes choisis par le Conseil exécutif ».

  • 14 NS, 11 avril 1840. À propos de Leach, voir DLB, vol. 9, et Pickering, Chartism and the Chartists, o (...)

14La formation de la NCA était une démarche audacieuse, prise sans O’Connor – qui fut finalement incarcéré en mai – ni aucun des principaux chartistes des deux années précédentes. En fait, seuls trois membres de la convention de 1839 – Deeghan (Stalybridge), Smart (Leicestershire) et James Taylor (Rochdale) – y participèrent. Une nouvelle génération commençait à occuper le devant de la scène, notamment James Leach, ouvrier des filatures de Manchester qui, en tant que président de l’exécutif provisoire, fut le premier leader politique national officiellement élu en Grande-Bretagne. Leach avait perdu son emploi en 1839 après avoir pris la tête de la résistance aux baisses de salaire, après quoi il avait mené une existence précaire comme libraire et imprimeur. En avril 1840, il échappa à la prison en plaidant coupable (de conspiration séditieuse et de détention d’armes) et en acceptant une peine avec sursis indéfini, que le juge menaçait de révoquer « s’il assistait encore une fois à ces rassemblements » où l’on parlait de prendre les armes. Leach apportait à la NCA la méticulosité administrative d’un syndicaliste actif, mais c’était aussi un orateur limpide, farouchement hostile à tout compromis avec l’opinion de la classe moyenne14. Il exagérait en prétendant avoir créé seul le concept de la NCA, mais sa perspective syndicaliste y était indubitablement très marquée.

  • 15 NS, 18 avril 1840 ; carte de membre de la NCA, HO 45/2581 f° 21 ; voir aussi S. Roberts et D. Thomp (...)

15La NCA fut aussi très innovante comme premier parti politique national de l’Histoire. Elle avait une constitution officielle, avec des buts explicites et des critères d’adhésion. Son étendue nationale dépendait des cotisations individuelles et non, comme pour les partis présents au Parlement, de l’expression de « l’intérêt » et des largesses de leurs adeptes les plus actifs. L’adhésion était ouverte à quiconque cotisait et exprimait son accord avec son objectif : « Obtenir une “Réforme radicale” de la Chambre des communes, autrement dit, une Représentation pleine et fidèle de toute la population du Royaume-Uni », selon les principes de la Charte du Peuple. La NCA se voulait englobante. Au congrès avorté de Nottingham, le seul moment notable advint lorsqu’une femme interrompit un délégué qui évoquait « les ouvriers et la Charte », en criant : « Oui, et les ouvrières aussi ». Outre l’iconographie habituelle, faisceaux, bonnet phrygien, drapeau tricolore, ruche (emblème d’activité), trèfle, chardon et rose, la carte de membre de la NCA incluait symboliquement un ouvrier et une ouvrière mis sur le même plan. Si l’égalité complète était loin d’exister entre hommes et femmes au sein du mouvement, la Charte n’appelant qu’au suffrage universel masculin, la NCA accordait les mêmes droits à ses membres sans distinction de sexe15.

  • 16 NS, 11 décembre 1841, revendiquait 282 localités, pour un total de 13000 membres ; les chiffres les (...)
  • 17 A. Wilson, Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 91. Le (...)

16Il faut pourtant se montrer prudent au sujet de la NCA. Ses filiales écossaises étaient peu nombreuses et beaucoup de sections anglaises s’en méfiaient, surtout dans les Midlands – la Metropolitan Charter Union surmonta néanmoins ce dédain et, en septembre 1840, devint à Londres le conseil de circonscription de la NCA. De plus, la NCA semblait toujours plus cohérente et inclusive sur le papier que sur le terrain. Elle ne recruta qu’une fraction de tous les partisans du mouvement : à son apogée, elle comptait 400 antennes et environ 50 000 membres au total16. C’était pourtant, il faut le souligner, une belle réussite pour une organisation pionnière qui s’appuyait majoritairement sur les individus les moins à même de verser une cotisation régulière. Elle offrait une cohésion organisationnelle à un mouvement jusque-là dénué de véritable structure. Elle soulignait la volonté d’aller de l’avant, au lieu de s’attarder sur les événements de l’année précédente – problème que posait évidemment la campagne, même efficace, pour les prisonniers chartistes –, et elle seule offrait une coordination centrale à l’agitation chartiste par-delà ce que faisait la presse. Par ailleurs, si l’Écosse avait, avec le Chartist Circular de l’USCCS, un périodique vivant dont la diffusion hebdomadaire pouvait dépasser les 20 000 exemplaires, les autres journaux chartistes (à l’exception du Northern Star) connurent un sort plus chaotique. The Charter disparut en mars 1840, et le Northern Liberator en décembre ; il y avait en 1840 moins de périodiques chartistes qu’en 183917. La NCA ajoutait donc du poids au mouvement et lui donnait un peu moins l’air d’être la croisade personnelle d’O’Connor.

  • 18 Executive Journal of the National Charter Association, 1 (16 octobre) à 4 (6 novembre 1841), exempl (...)

17Pourtant, elle n’était certes pas affranchie de l’influence de ce dernier. Il se servit de la NCA pour renforcer son emprise sur le chartisme : l’acquiescement avec la politique de la NCA s’exprimait surtout par la loyauté envers le journal. En faisant du Northern Star un moyen de promouvoir l’association et d’assurer la communication entre ses membres, O’Connor montrait que la NCA était la citadelle du mouvement, que devaient respecter et défendre même les chartistes qui n’y cotisaient pas. Sans le Star, la NCA et son exécutif auraient été quasiment paralysés. Jamais cela ne fut plus frappant qu’à l’automne 1841, quand la NCA tenta de lancer son propre journal. Il fut supprimé au bout de seulement quatre numéros, parce que l’exécutif n’avait pas le temps de le publier régulièrement18. À l’inverse, le Northern Star était fiable, son équipe professionnelle était capable de réagir très vite aux données fournies par la NCA, et sa diffusion était bien supérieure à celle de tout autre périodique chartiste. L’évolution du Star reflétait pourtant celui du mouvement dans son ensemble : en 1840, sa diffusion moyenne avait pratiquement été réduite de moitié par rapport à 1839. O’Connor et la NCA avaient besoin l’un de l’autre. L’un des accomplissements de la seconde fut de maintenir le chartisme soudé, elle permit même le renouveau du mouvement à une époque où le premier était à la prison de York. Cela dit, York n’était pas Northallerton, et O’Connor n’était pas Holberry. Les conditions de sa détention rendirent possible son intervention constante au sein du chartisme et aidèrent à façonner le mythe du « Lion de la liberté ».

Le Lion de la liberté

De sa tanière sort le Lion de la liberté,
Toujours autour de lui nous nous réunirons,
Ce champion, de lauriers nous le couronnerons,
O’Connor, patriote de la douce liberté.
Orgueil de la nation, si noble et courageux,
La terreur des tyrans et l’ami de l’esclave,
Étoile de la liberté, le plus noble des hommes,
Toujours autour de lui nous nous réunirons.
Les tyrans auront beau emprisonner son corps,
Ils ne pourront changer son esprit généreux ;
À présent de sa cage est sorti notre lion,
Toujours autour de lui nous nous réunirons.
(« The Lion of Freedom », Northern Star, 11 septembre 1841)

18Ce poème fut écrit par une chartiste galloise anonyme, pour fêter la libération d’O’Connor en août 1841. Sa sortie de prison fut l’occasion d’un des moments les plus théâtraux, dans l’histoire d’un mouvement qui n’en manque pourtant pas. Mais pour en comprendre l’importance, il faut suivre la série d’événements qui y menèrent, et examiner l’usage que fit O’Connor de son incarcération. Les poursuites judiciaires à son encontre furent vigoureuses, mais le gouvernement savait qu’un échec de l’accusation serait pour ses adversaires un cadeau inestimable en matière de propagande. On l’a vu, O’Connor vivait depuis l’automne précédent dans l’ombre de ce procès. Celui de Stephens avait de même été repoussé, mais alors que ce dernier en fut calmé, voire démoralisé – c’était sans doute le but –, l’attente eut sur O’Connor l’effet inverse. Son prestige en tant que victime de persécutions officielles fut accru sans qu’il subisse la pénible nécessité d’être en prison. Même lorsque le procès démarra et qu’il fut jugé coupable, à York, le 17 mars 1840, il réussit à négocier un délai, jusqu’aux assises de Liverpool où il devait prendre part à l’un des procès chartistes – poursuites qui n’eurent finalement jamais lieu.

  • 19 NS, 7 mars 1840. Voir aussi J.A. Epstein, The Lion of Freedom : Feargus O’Connor and the Chartist M (...)

19Alors qu’O’Connor fut entendu lors des mêmes assises que les conspirateurs de Bradford et de Sheffield, son procès ne laissa jamais planer le doute quant à son issue. O’Connor en profita néanmoins pour prononcer une « défense du chartisme », morceau de bravoure qui dura cinq heures19. Le véritable ennemi de la Constitution était le gouvernement whig, et non le chartisme. En demandant le suffrage qu’on leur refusait, les chartistes – ou « le peuple », puisque les deux termes étaient équivalents pour O’Connor – exerçaient leur droit légal. À propos de la force physique, O’Connor raconta au jury une anecdote où un « gentleman écossais » découvrait l’Irlande :

  • 20 NS, 21 mars 1840.

Il était convaincu que les propriétaires terriens, les prêtres et les magistrats encourageaient toutes les conspirations, séditions et insurrections. Son remède était, quand éclatait un soulèvement, de faire pendre sur-le-champ les plus proches propriétaires, prêtres et magistrats, et il assurait que ce programme tranquilliserait efficacement le pays. (Rires).
Comprenons-nous bien. Nos avis politiques divergent. Je ne recherche ni votre sympathie, ni votre pitié, ni votre compassion. Je suis chartiste, démocrate au plein sens du mot, et si ma vie dépendait de l’abandon de ces principes, je refuserais de m’y accrocher au prix d’une telle vilénie. Cet aveu a peu de chances de me faire remonter dans votre estime20.

Il ne se trompait pas. Le jury mit dix minutes à parvenir à un verdict unanime : O’Connor était coupable, certains articles publiés en juillet 1839 dans le Northern Star étaient des libelles séditieux – dont le but était d’inciter à l’insurrection. La stratégie d’O’Connor avait été d’en appeler à l’ensemble du pays plutôt qu’aux jurés. Il voulait endosser sur ses épaules toutes les persécutions du gouvernement à l’encontre du chartisme. Son procès n’avait aucun lien avec une émeute ou conspiration particulière, et il était innocent de tout acte de violence. Son comportement était celui d’un noble martyr. « Ceci est ma dernière lettre avant longtemps », écrivit-il dans le Star peu avant sa condamnation :

  • 21 NS, 25 avril 1840.

Quelques heures après que vous aurez lu ceci, je serai consigné en quelque noire oubliette, non pour mes mérites personnels, mais en conséquence de votre désunion. Dans ces circonstances, vous supposerez que je suis sur le point de vous morigéner ; mais non, mes amis et compagnons, les dernières lueurs de ma lampe seront consacrées à vous éclairer sur la voie de la liberté21.

  • 22 NS, 23 mai, Yorkshire Gazette, 25 mai et 6 juin 1840.

20Le 17 mai 1840, O’Connor entama une peine de dix-huit mois de prison au château de York. Les conditions de détention variaient beaucoup d’un lieu à l’autre, et selon l’influence du prisonnier, son statut et sa capacité à se procurer certains réconforts. O’Connor s’en sortit plutôt bien. C’est sans doute par calomnie que certains journaux prétendirent qu’on lui avait offert une visite guidée de la cathédrale de York et d’autres lieux touristiques alors qu’il se rendait à sa prison ; mais peu de temps après son arrivée – « parqué et nourri avec des criminels endurcis », selon le Northern Star –, O’Connor se vit accorder une cellule privée. « Ses repas, apprend-on, lui sont apportés depuis l’une des auberges de la ville », signala la York Gazette22.

  • 23 NS, 6 juin 1840 ; lettre à Frank O’Connor, 20 septembre 1843, documents O’Connor d’Arlach ; F. O’Co (...)
  • 24 Voir par exemple NS, 23 mai, 6 juin, 11 et 18 juillet, 15, 22 et 29 août, 31 octobre 1840.

21Le Star présentait une tout autre image, mettant l’accent sur la routine et les tâches humiliantes qu’on lui infligeait, notamment vider les seaux hygiéniques. À l’époque de sa condamnation, O’Connor souffrait d’une maladie indéterminée (peut-être suite à la rupture de vaisseaux sanguins l’année précédente) et il arriva au château de York muni d’un diagnostic médical selon lequel « la discipline ordinaire des prisons, et la privation d’exercice, poserait les bases d’une maladie qui finirait par abréger la vie ». Au bout de quelques semaines, il eut dans sa cellule ses propres meubles, une cage à oiseaux pour lui tenir compagnie, et il fut autorisé à avoir des livres et des journaux. Il déclara en privé : « Quand jetais au château de York, j’ai lu deux cents des meilleurs livres et j’en ai moi-même écrit plusieurs. » Il s’agit là de vantardise typique de Feargus, mais peut-être y ébaucha-t-il son Ouvrage pratique sur la gestion des petites fermes et rédigea-t-il un ou deux autres pamphlets23. Fait bien plus important, il réussit à contourner l’interdiction d’écrire pour le Northern Star et, à partir de la fin 1840, ses contributions hebdomadaires reprirent pratiquement sans restriction24.

  • 25 NS, 16 mai 1840.

22Son Ouvrage pratique sur la gestion des petites fermes (P radical Work on the Management of Small Farms) ne fut publié que deux ans après sa libération – et il n’était l’auteur que d’une partie du livre –, mais le séjour en prison coïncida avec un très net changement de sa réflexion, qui mettait désormais les petits propriétaires au centre de sa vision politique et sociale. Symboliquement, la dernière publication d’O’Connor avant son incarcération avait été une lettre ouverte à Leach, où il développait l’argument selon lequel la terre devait être au cœur de la revitalisation du chartisme. Le principal avantage matériel du suffrage masculin, prétendait-il, serait « la restauration de mon prochain à un mode de vie plus naturel, alors qu’il est à présent trop artificiel ». Cette « indépendance pleine et entière » n’était possible que si l’homme « peut avoir durant la totalité de sa vie un champ où exercer son activité ». De là, O’Connor élabora l’idée des « Associations agricoles chartistes – Associations des cinq arpents – ou Associations des travailleurs-propriétaires », projet auquel il promettait de s’attaquer dès sa libération25.

  • 26 M. Chase, « The People’s Farm », Oxford, Clarendon, 1988, p. 1-17,136-143-144,178-179 et DLB, vol. (...)

23Au premier abord, les propositions agraires d’O’Connor pourraient passer pour une contribution supplémentaire au débat contemporain sur l’avenir du chartisme, exploitation opportuniste de l’intérêt populaire de longue date pour le « retour à la terre » au profit d’un mouvement politique en pleine incertitude. Mais la réforme agraire avait toujours fait partie intégrante du programme social dont les chartistes prévoyaient qu’il suivrait l’application de la Charte. Cela tenait en partie à la place évidente et durable de la propriété terrienne au cœur de l’establishment politique ; cela reflétait aussi le pedigree de l’agitation agraire – depuis l’opposition aux enclosures jusqu’à l’intérêt pour la propriété communautaire au début des années 1830, en passant par Thomas Spence – qui était le fil rouge du radicalisme anglais. Le vocabulaire employé par O’Connor dans sa lettre à Leach utilisait l’opposition radicale entre naturel et artificiel. Des vétérans de la pensée de Spence comme Allen Davenport, John George et Charles Neesom avaient joué un rôle formateur dans le chartisme londonien : au moins une chanson spencéenne fut ressuscitée dans les années 1840, le mot « chartiste » remplaçant simplement « spencéen » dans le titre. Le jeune William Lovett avait été l’avocat éloquent d’une économie de répartition et la presse chartiste publiait fréquemment des articles sur la réforme agraire. Surtout, peut-être, d’innombrables migrants arrivaient dans les villes industrielles, porteurs d’une culture encore essentiellement rurale26.

  • 27 NS, 11 et 18 juillet 1840.
  • 28 Agrarian Company de Cirencester, NS, 29 août 1840 ; Christian Cooperative Joint Stock Company, Manc (...)
  • 29 NS, 31 octobre 1840 ; voir DLB, vol. 8.
  • 30 F. O’Connor, « The Land » the Only Remedy for National Poverty and Impending National Ruin, Leeds, (...)

24O’Connor affina sa pensée agraire alors qu’il était en prison. Une lettre, qu’il fit passer en contrebande au Northern Star en juillet, prônait un exode coordonné des travailleurs urbains vers la terre, afin d’améliorer les salaires sur le marché de la main d’œuvre industrielle. Une deuxième missive exhortait le congrès de fondation de la NCA à « penser au seul refuge des démunis, la terre ! la terre ! la terre ! la terre anglaise27 ! » D’autres lettres sur le même thème furent envoyées à Leach, impliquant pour la NCA récemment formée un rôle subalterne par rapport à O’Connor. À la fin de l’été, parmi la masse de coopératives, écoles et groupes anti-alcooliques, on apprit que deux localités chartistes étaient sur le point de créer des sociétés agraires28. À l’automne, les conférences chartistes sur les projets agraires étaient devenues monnaie courante, poussant même à sortir de sa retraite le vieil invalide Thomas Preston, membre dans les années 1790 de la London Corresponding Society et autre éminent ancien spencéen29. O’Connor réitéra le thème agraire dans les lettres envoyées depuis sa prison tout au long de l’année 1841, culminant en un pamphlet intitulé « La Terre », seul remède à la pauvreté nationale et à la ruine nationale qui menace. Bien qu’ostensiblement adressé aux propriétaires irlandais, ce texte proposait une vision de l’Angleterre avant l’industrialisation. « Qu’était alors l’Angleterre ? Une grande famille nationale, dont les diverses branches se composaient de tisserands agriculteurs et d’agriculteurs tisserands30. »

25Il serait excessif d’affirmer que la question agraire en vint à dominer le discours chartiste à la suite des interventions d’O’Connor en prison. Comme l’a montré l’étude des activités culturelles locales au chapitre 5, 1840 fut une année très féconde pour le mouvement chartiste, notamment du point de vue de la redéfinition et de l’expansion de ses activités et aspirations. La réforme agraire n’en était qu’une des facettes avec les coopératives, l’anti-alcoolisme, les églises et les écoles chartistes. Mais son étroite association avec O’Connor lui conférait un certain cachet, ouvrant la voie à un réalignement potentiellement fondamental, en incluant des dimensions jusque-là annexes par rapport au cœur politique du mouvement.

Nouvelles initiatives

26O’Connor n’était pas le seul à envisager une reconfiguration complète du chartisme : les initiatives religieuses, éducatives et anti-alcooliques, sans oublier un mouvement favorable au suffrage par foyer présent aux marges du mouvement, constituaient des défis bien plus importants. Depuis sa cellule, O’Connor fulminait contre ces quatre nouveautés qu’il appelait « la nouvelle initiative ». L’inclusion du « chartisme d’église » était trompeuse puisque, on l’a vu, les églises chartistes coexistaient pacifiquement avec d’autres activités dans toutes sortes de localités, et puisque le chartisme reposait en général sur la vision d’un évangile social radical. Mais « le chartisme du savoir » et « le chartisme anti-alcoolique », avec le suffrage par foyer, posaient des problèmes bien différents pour ceux qui, comme O’Connor en particulier, cherchaient à maintenir l’unité du mouvement autour du concept central de Charte du Peuple.

  • 31 Lovett et Collins à Normanby, 6 mai 1840, cité dans W. Lovett, Life and Struggles of William Lovett(...)

27Le chartisme du savoir naquit dans la prison de Warwick. Tandis que le « Lion de la liberté » s’attendait à être incarcéré, William Lovett et John Collins prévoyaient leur libération. Ils auraient pu être relâchés en mai 1840, deux mois avant le terme de leur peine, à condition de s’engager à une bonne conduite, selon les conditions du secrétaire au Home Office. Habitués aux cellules crasseuses, à une alimentation qui ne satisfaisait même pas les critères inadéquats définis par le système, et à l’indifférence des autorités de la prison, ils auraient pu se laisser tenter. Lovett surtout était en mauvaise santé. Mais ils déclinèrent : « Parmi les victimes politiques, nous sommes les premiers à avoir été classés et punis comme criminels parce que nous appartenions à la classe ouvrière, répondirent-ils ; nous engager à observer une bonne conduite serait en même temps un aveu de culpabilité31. » Cette position de principe leur valut de ne pas être libérés avant le 25 juillet.

  • 32 NS, 1er août 1840.

28Une délégation de chartistes, menée par Cardo, se réunit à l’aube devant la prison pour les saluer. Une centaine de soldats, envoyés à Warwick la veille au soir, attendaient aussi, plus discrètement. Tous les taverniers avaient l’interdiction d’accueillir un meeting associé à la libération, mais le patron du Saracen’s Head brava le décret et proposa son pub pour un petit déjeuner festif et une soirée, également calme. Après le petit déjeuner et un échange un peu guindé d’amabilités avec Cardo et ses collègues, Lovett prit congé et fila vers Londres. Il revenait dès lors à Collins de donner raison à Cardo, qui avait prédit que leur libération serait la « résurrection de la cause32 ». Collins seul accepta les invitations lancées par toute l’Angleterre pour assister à des rassemblements fêtant leur sortie de prison. Souvent accompagné par McDouall et White – fraîchement libérés de Chester et de Wakefield, respectivement –, Collins remonta sur la tribune qui avait fait de lui une personnalité centrale en 1838. Il reçut un accueil chaleureux et souvent enthousiaste. Homme effacé, le fabricant d’outils de Birmingham allait de nouveau tenir un rôle clé dans l’essor du chartisme. Lovett voulait retrouver son épouse, Mary, et passa ensuite sa convalescence dans l’isolement des Cornouailles : on le comprend, et ce désir peut susciter la sympathie et le respect, mais il fut bientôt entièrement marginalisé par son incapacité (ou son refus) de reconnaître la popularité que la prison lui avait value.

  • 33 W. Lovett et J. Collins, Chartism ; A New Organization of the People, Embracing a Plan for the Educ (...)

29Dans son sac de voyage, Lovett emportait le manuscrit d’un livre écrit avec l’aide de Collins durant leurs derniers mois à Warwick. En septembre, l’ouvrage fut publié : Le Chartisme, une nouvelle organisation du peuple, incluant un projet pour l’éducation et l’amélioration du peuple, politiquement et socialement, adressé à la classe ouvrière du Royaume-Uni, et plus spécialement aux avocats des droits et libertés du peuple entier tels que présentés dans la « Charte du Peuple »33. C était un étrange mélange de grandiloquent et de terre-à-terre, trahissant l’intérêt de Lovett pour le socialisme d’Owen. D’une part il incluait « des exemples de tableaux pour les leçons » assez détaillés pour permettre, par exemple, de dessiner avec précision le tracé de l’artère pulmonaire ; d’autre part, le texte débordait de confiance en un millénium laïque :

  • 34 Ibid., p. 1.

L’esprit qui s’est éveillé, qui imprègne et anime la multitude, est celui de l’enquête intellectuelle. La lumière de la pensée éclaire l’esprit des masses ; enflammée par les publications à bon marché, par les discussions, par les missionnaires et les meetings des dix dernières années, c’est une lumière dont aucune force ne peut venir à bout, ni maîtriser l’influence vivifiante. Car une fois allumée, l’étincelle est inextinguible et continuera à s’étendre et à irradier, de plus en plus brillante ; la pensée engendrera la pensée, et chaque esprit éclairé deviendra un centre d’illumination pour des milliers d’autres, jusqu’à ce que la brillante flamme pénètre le moindre recoin de corruption, chasse l’égoïsme et l’injustice de leurs trônes. Le chartisme est une émanation de cet esprit34.

  • 35 Ibid., p. 7,16 et 21.

30Le Chartisme, une nouvelle organisation du peuple était imprégné de l’esprit des Lumières, filtré par l’intelligentsia des artisans du Londres socialiste. Les tableaux placés en appendice couvraient la géologie, la minéralogie, « la Vérité », « les Droits », « les Devoirs » et l’anatomie humaine. La masse du volume comprenait une évaluation réfléchie des divers systèmes éducatifs, avec des propositions détaillées concernant les écoles maternelles, primaires, secondaires, les cours pour adultes et les bibliothèques de prêt. On y trouvait une vigoureuse défense de la consommation d’alcool par les ouvriers : tandis que « l’ivrognerie et la débauche » diminuaient « de jour en jour », leurs terribles conditions de travail encourageaient le penchant pour la boisson. Tout en encourageant la création d’une « opinion publique éclairée en faveur de la Charte du Peuple, qui pourra en obtenir pacifiquement la mise en place », Lovett et Collins n’en affirmaient pas moins « que le peuple a, pour recouvrer ses libertés, le même droit d’employer des moyens similaires à ceux qui ont été utilisés pour le réduire en esclavage ». Une remarque faisait allusion aux « rares individus [...] dans différentes parties du pays, dont les sentiments ou les sympathies l’ont parfois emporté sur leur jugement et ont pu les inciter à parler violemment ou à se conduire injustement », mais les auteurs n’allaient pas plus loin dans le sens de la controverse. Il s’agissait d’un tract modéré pour une époque nouvelle35.

  • 36 Ibid., p. 24 ; J. Wiener, William Lovett, Manchester, Manchester University Press, 1989, p. 80-84.
  • 37 To the Political and Social Reformers of the United Kingdom : an Address, by W. Lovett and others, (...)
  • 38 Lovett, Life, op. cit., p. 243.

31Là où ils flirtaient en revanche avec la controverse, c’était en présentant leurs propositions éducatives comme les règles d’une « association qui sera appelée National Association of the United Kingdom, for Promoting the Political and Social Improvement of the People (« Association nationale du Royaume-Uni pour la promotion de l’amélioration politique et sociale du peuple »). On ignore si Collins eut son mot à dire : Lovett revendiquait toute la gloire d’avoir écrit Le Chartisme, qui est plein d’arguments et même de formules spécifiques venant des discours qu’il avait écrits pour la LWMA. De plus, le manuscrit fut relu et corrigé par le mentor de Lovett, Francis Place36. Revendiquer le titre de National Association moins de trois mois après la formation de la NCA était maladroit, même si la provocation était involontaire. Le livre ne suscita pourtant guère l’attention, jusqu’au mois de mars quand Lovett publia une adresse pour lancer la National Association esquissée dans le livre. Collins, Hetherington, Cleave et Vincent paraphèrent également le document qu’ils firent ensuite circuler parmi les chartistes sympathisants pour qu’ils le signent. Même si elle soulignait l’urgence d’obtenir la Charte, l’adresse appelait les ouvriers à devenir leurs propres « régénérateurs sociaux politiques », en structurant leur vie associative dans ce but. O’Connor s’empressa de repousser cette proposition comme relevant du « chartisme du savoir », selon lequel « l’instruction était une qualification nécessaire pour qu’un homme mérite ses droits politiques37 ». Une lecture attentive de Lovett et de ses associés révèle que telle n’était pas du tout leur intention, mais l’accusation fit des dégâts. Amer, Lovett attribua les pertes financières subies par la deuxième édition de Le Chartisme à « la clameur que dressèrent ensuite contre nous les O’Connoriens38 ».

32Ce défi apparemment lancé à la NCA aurait pu sembler moins grave s’il n’était pas apparu presque en même temps qu’un effort concerté en faveur du chartisme anti-alcoolique. Moins de deux mois après la publication du Chartisme, Cleave, Hetherington, Vincent, Hill et Neesom envoyèrent au Northern Star une adresse, suggérant que tous les membres du congrès de fondation de la NCA la signe. Cette adresse s’ouvrait sur la remarque suivante : les chartistes avaient enduré « l’une des persécutions les plus violentes jamais entreprises contre la vérité et la justice. Mais, en même temps, vous avez dû lutter contre un ennemi à l’intérieur de votre camp, un ennemi insidieux et puissant, un ennemi qui ne cesse de vous affaiblir, et d’ajouter à la force de vos oppresseurs débauchés. Cet ennemi est l’amour des boissons enivrantes ». L’adresse se concluait par un appel à établir « des sociétés chartistes anti-alcooliques dans chaque ville, bourg ou village ». Comme on l’a vu au chapitre 5, la tempérance était partie intégrante de la culture chartiste, mais cette adresse posait la question de la boisson de façon particulièrement incisive. Il ne s’agissait pas seulement de modération, mais d’abstinence totale, qui devait devenir une caractéristique centrale définissant le chartisme.

  • 39 NS, 28 novembre 1840.

« aucun gouvernement ne peut résister longtemps aux justes REVENDICATIONS D’UN PEUPLE QUI A LE COURAGE DE SURMONTER SES PROPRES VICES39. »

  • 40 LHASC, documents Vincent 1/1/36, Vincent à Miniken, 5 octobre 1840.

33Si le chartisme du savoir pouvait être perçu comme promouvant l’éducation en tant que voie d’accès au vote, le chartisme anti-alcoolique semblait affirmer qu’une importante partie des non-électeurs ne méritaient pas de voter parce qu’ils buvaient. Vincent était responsable de cet aspect de la nouvelle initiative. À mesure qu’approchait sa libération, il subit une profonde conversion à l’anti-alcoolisme. Du chartisme sans alcool il attendait tout ce que Lovett et Collins attendaient du chartisme instruit. « D’ici douze mois, le chartisme deviendra une force éclairée et irrésistible », écrivit-il en octobre depuis sa cellule, jurant de se vouer à la cause dès qu’il sortirait de prison : « Le temps aujourd’hui consacré à boire sera alors consacré à penser, et [...] la pensée, c’est la Démocratie40 ! » Le chartisme anti-alcoolique suscita davantage l’enthousiasme que les propositions éducatives de Lovett. Vincent était l’un des orateurs les plus populaires et les plus galvanisants du mouvement, et il fit faire des progrès rapides à sa vision du chartisme.

  • 41 H. Vincent et al., Address to the WorkingMen ofEngland, Scotland, and Wales, Londres, Johnston, [18 (...)

34Les quatre cosignataires n’étaient pas non plus des inconnus : Cleave (principal éditeur radical de Londres), Hetherington (le plus respecté des vétérans de la presse illégale), Neesom (encore récemment très écouté comme avocat de la force physique) et le rédacteur en chef du Northern Star, William Hill. Leur adresse fut bientôt diffusée sous la forme de brochure, complétée par une diatribe contre le tabac « stupide, insensé et ruineux ». En 1841, Cleave inaugura un nouveau périodique appelé English Chartist Circular and Tempérance Record, qui venait juste après le Star et son homologue écossais en termes de ventes. Ce printemps-là, le journal publia une version augmentée de l’adresse initiale, signée par 70 éminentes personnalités chartistes. Avec celles qui s’y adjoignirent au cours des semaines suivantes, le total atteignit bientôt les 135 signatures. Et tous les grands noms y étaient : James Leach, mais aussi William Rider et John Watkins, deux des plus chaleureux admirateurs d’O’Connor ; dix d’entre eux étaient ou avaient été emprisonnés pour activités chartistes, et un autre (Walsingham Martin) était le frère d’un illustre prisonnier de Northallerton. Parmi les signataires figuraient encore de hauts responsables des antennes de la NCA à Bradford, Burnley, Liverpool, Manchester, Northampton, dans les Porteries, à Preston et à Salford41.

  • 42 NS, 3 avril 1841.

35Il s’agissait là d’un important rassemblement de faiseurs d’opinion au sein du mouvement, mais l’opposition d’O’Connor était implacable : « Je suis contre le chartisme anti-alcoolique, parce que tous ceux qui n’y adhèrent pas, et je crains qu’ils ne soient nombreux, seront considérés comme indignes de leurs droits civiques42 ». De plus, en conjurant le spectre des « chartisme d’église, chartisme anti-alcoolique, chartisme du savoir et chartisme du foyer » comme forces alliées pour saper le mouvement, O’Connor semblait prêt à exclure tous ceux qui refusaient de reconnaître son leadership. Son action avait pourtant une logique imparable, dérivant moins d’un désir de gloire personnelle que d’une prise de conscience avisée : la force du chartisme reposait sur un front uni qui ne tolérait aucune concession quant au droit au suffrage universel masculin. Tout ce qui détournait les énergies de cet objectif sapait l’ensemble du mouvement. Tout ce qui sous-entendait que certains avait plus le droit de voter que d’autres sapait également l’ensemble. Mais l’inclusion – ou plutôt l’invention – du « chartisme du foyer » était abusive car, si le suffrage par foyer avait bel et bien des adeptes en 1840, leurs liens avec le chartisme (contrairement aux trois éléments de la prétendue nouvelle initiative) étaient très distants.

36Le suffrage par foyer signifiait simplement que le droit de vote serait accordé aux chefs de famille (hommes), ce qui excluait les locataires, ceux qui vivaient en immeuble collectif, en meublé ou chez leurs parents. L’impulsion venait de libéraux de la classe moyenne soucieux d’affaiblir le chartisme et/ou sincèrement convaincus que le vote ne devait être confié qu’à ceux qui savaient déjà exercer un jugement sain dans la société, en tant que contribuables et chefs de famille. C’était initialement un objectif de la BPU lorsqu’elle avait été refondée en 1837, mais à la demande d’Attwood, il avait été remplacé par le suffrage universel masculin afin de consolider le soutien populaire en faveur de l’union. Son attrait auprès des libéraux de la classe moyenne résidait en partie dans l’exclusion des membres de la société qui étaient souvent perçus comme sans racines – et donc potentiellement menaçants –, considération qui pesait lourd dans les zones urbaines en expansion rapide. Le suffrage par foyer se conformait aussi aux principes légaux existants en associant vote et propriété, en l’occurrence non la possession directe mais l’occupation d’un logement, selon la définition officielle, reflétant un certain statut social. Le suffrage par foyer indignait ceux qui réclamaient le vote comme un droit, et il aurait été difficile, voir impossible, de le définir et donc de l’administrer.

  • 43 MS, 7 mars 1846. De même, T. Cooper, Life of Thomas Cooper, Written by Himself, Londres, Hodder, 18 (...)

37Certains partisans du suffrage universel masculin auraient pu accepter le suffrage par foyer comme position provisoire, mais en pratique, il était généralement associé à un autre compromis : un parlement triennal plutôt qu’annuel. Pour les chartistes, cela allait à l’encontre de la conception fondamentale de la démocratie représentative. Les six points de la Charte n’étaient pas également sacro-saints : l’égalité des circonscriptions électorales suscitait des doutes, voire une franche opposition, et le vote secret était souvent perçu comme une indignité. O’Connor lui-même était prêt à des concessions sur ce point, déclarant que le secret du vote « plaçait un masque sur un visage honnête ». Il est cependant frappant de voir que si peu de chartistes acceptaient le compromis, même temporaire ou pragmatique, sur les quatre points clés de la Charte43. Il y avait quelques exceptions, notamment à Leeds où les chartistes avaient réalisé une percée dans la politique locale, travaillant avec les libéraux de la classe moyenne et donc peut-être plus disposés au compromis. Même si l’on y publiait le Northern StarLeeds General Advertiser – pour lui donner le titre entier figurant à la une –, Leeds était loin d’être représentative des villes textiles du Nord où le chartisme s’épanouissait. La base industrielle y était plus large, moins susceptible aux extrêmes des fluctuations économiques ; les tisserands travaillant à domicile y étaient moins nombreux, or c’est leur situation qui conférait au chartisme un net avantage dans de nombreux centres industriels.

  • 44 Leeds Times, 8 juin 1839 ; NS, 12 et 19 septembre 1840. Voir aussi J. EC. Harrison, « Chartism in L (...)

38Confrontés à un chartisme moins véhément, les radicaux de la classe moyenne se montraient plus accommodants à Leeds que dans les villes voisines. Leur organe était le Leeds Times. Avec Samuel Smiles comme rédacteur en chef, le journal se joignit bien volontiers aux chartistes pour s’opposer au périodique dominant la politique locale, le Leeds Mercury, qui défendait la légitimité de la réforme de 1832. Smiles pensait néanmoins que le chartisme était une forme d’« agitation pour le Savoir » et il était extrêmement critique quant à la force physique. En septembre 1841, il devint le secrétaire fondateur de la Leeds Parliamentary Reform Association (LPRA), qui incluait plusieurs magnats du textile et militants de l’ACLL. Il suscita l’emoi de l’antenne de la NCA à Leeds en suggérant que les ouvriers devraient s’unir aux réformateurs de la classe moyenne, sous la bannière du suffrage par foyer et des parlements triennaux. La situation se compliqua encore quand les chartistes de la circonscription de l’ouest acceptèrent de ne présenter aucun candidat dans une élection municipale mais de soutenir un membre de la LPRA. Cela se passait presque littéralement sur le pas de la porte du Star et le journal ne pouvait l’ignorer. William Hill surnomma la LPRA « le Club du Renard et de l’Oie » – les industriels, ces rusés renards, avalaient les ouvriers, oies crédules, au sein d’une alliance politique – et la pourfendit dans un éditorial au vitriol44.

  • 45 Leeds Times et NS, 23 janvier 1841 ; Smiles à O’Connell, 4 janvier, et Stansfield à O’Connell, 8 ja (...)

39Les choses auraient pu en rester là si la LPRA n’avait invité plusieurs députés radicaux, notamment Daniel O’Connell, à parler lors de sa « Grande Fête de la Réforme » le 21 janvier 1841. Il devait s’agir d’un événement national, dans l’usine toute neuve, de style égyptien, construite par le fabricant de lin James Garth Marshall, décorée et illuminée pour l’occasion. Marshall et Smiles cherchaient ouvertement à déborder le chartisme pour faire de la LPRA l’avant-garde d’un mouvement national. La fête était annoncée comme « le premier grand Congrès réunissant la classe ouvrière et la classe moyenne, depuis le vote de la Réforme ». Joint à l’inimitié personnelle entre O’Connor et O’Connell, et à l’attention qu’attirerait la visite de ce dernier dans la ville du Northern Star, cela obligeait le journal à déstabiliser l’événement. La LPRA dit à O’Connell qu’elle ne s’attendait à guère plus qu’une « légère opposition chartiste » et à « quelques notes discordantes ». Mais le Club du Renard et de l’Oie domina le Star pendant plusieurs semaines. L’heure était grave pour Hill et O’Connor, et ce fut l’une des rares occasions où le journal inclut une illustration : une caricature dessinée par O’Connor lui-même en prison, montrant la fête avec son auditoire d’oies et, à la tribune, des renards bien habillés – sauf O’Connell, représenté en renard déguisé en paon45.

40Les auditeurs ne ressemblaient pourtant guère à des oies. Le conseil de la NCA de Leeds organisa un rassemblement concurrent, qui devait se terminer juste avant que ne commence celui de la LPRA. D’humeur turbulente, tous les participants à la manifestation chartiste se dirigèrent vers l’usine de Marshall. Il y avait parmi eux des délégués venus de tout le pays, dont Collins qui avait refusé l’invitation de Marshall à prendre la parole lors de sa fête. L’absence d’O’Connell, causée par un retard sur la route, offrit au conseil de la LPRA une issue de secours. À la place d’O’Connell, la tribune fut occupée par Joseph Hume, député et avocat résolu du suffrage par foyer. La résolution qu’il proposa ne mentionnait pourtant ni le suffrage par foyer ni le parlement triennal, mais demandait à l’assemblée de soutenir « un nouvel élargissement du suffrage, qui rendrait les intérêts des députés identiques à ceux du pays entier, et ainsi garantir un gouvernement juste pour toutes les classes de la population ». Ces termes étaient assez ambigus pour rallier le soutien chartiste. De vigoureux discours, accueillant en principe la coopération des classes, mais prenant avec éloquence la défense de la Charte, furent prononcés par Collins, Robert Lowery, le leader chartiste écossais James Moir et Arthur O’Neill (chartiste chrétien de plus en plus en vue à Birmingham). Leurs arguments furent résumés avec passion par Lowery, dont le discours reflétait pourquoi même les chartistes « modérés » se méfiaient des motivations des réformateurs de la classe moyenne :

  • 46 Leeds Times, 23 janvier 1841.

Je suis ici en tant qu’ouvrier, je suis ici en tant que chartiste, un homme qui est né et a grandi au cœur de la pauvreté, un homme qui ne revendique rien en raison de sa fortune, mais en raison de son existence d’homme, qui méprise l’agitation qui renvoie les hommes à de vieux parchemins énonçant les droits du peuple. Je suis ici en tant qu’homme pour qui les droits des citoyens sont écrits aux Cieux, et non dans les Cours des Rois et des Parlements (acclamations) [...] Je le sais, vous me direz que nous chartistes avons été violents, que nous avons proféré des mots auxquels aucun homme honnête ne pourrait acquiescer, mais je vous le demande, hommes de la classe moyenne, êtes-vous déjà entrés dans les taudis de la pauvreté ? Avez-vous déjà vu vos femmes en haillons et vos enfants sans rien à manger ? Non ? Alors je vous demande d’avoir en tête les raisons pour lesquelles ceux dont vous vous plaignez ont été violents, de garder en tête que ceux qui ont été violents ont vidé jusqu’à la lie la coupe amère de la dégradation [...] Quelle dose de représentation permettra de représenter vraiment le peuple et de lui garantir ses droits ? Je réponds : aucune représentation sauf celle qui autorise à voter tout homme ayant atteint lage mûr, c’est-à-dire le Suffrage Universel.
Lowery s’amusa beaucoup aux dépens d’O’Connell absent.
Je dis : Honte sur cet homme (acclamations des chartistes et grognements des autres participants au meeting). J’appelle couard cet homme qui n’est pas ici (acclamations renouvelées des chartistes et forts grognements et cris contre l’orateur, de la part des autres dans la salle). Je m’attendais à entendre des arguments, je m’attendais à ce que ces messieurs écoutent la raison. Je m’attendais à ce que les classes qui sont si superbement vêtues m’écoutent, mais je regrette de voir que je me suis trompé sur leur compte.
Et Lowery conclut, se tournant vers les orateurs réunis à la tribune :
Je crains que les préjugés ne l’emportent au point de vous rendre incapables d’oublier et de pardonner, et je vous prie donc de ne pas voir en moi un individu, mais de penser à notre pays commun. Je suis prêt à endurer toutes les insultes, mais quand je les endure, j’espère que vous aussi ferez preuve de patience, et comme vous vous vantez de votre supériorité, je vais m’asseoir pour entendre votre sagesse supérieure (acclamations et protestations)46.

  • 47 Leeds Times, 23 octobre 1841.

La résolution de Hume fut votée et le meeting se dispersa dans le calme. « Aucun suffrage n’était juste s’il n’était universel », tel fut l’ultime message des chartistes. Le Leeds Times et le Northern Star s’opposèrent pour déterminer si le meeting s’était terminé sur des acclamations « pour la Réforme » ou pour O’Connor, Frost, Williams et Jones (et des grognements contre O’Connell). Mais quoi qu’il en soit, la LPRA fut humiliée. Assaillie sur l’autre flanc par le Leeds Mercury, elle ne se maintint que jusqu’en octobre47.

41Alors que l’hiver se terminait, un front chartiste uni avait noyé l’appel au suffrage par foyer. À son insu, la LPRA avait galvanisé la défense du chartisme selon O’Connor ; depuis son isolement au château de York, ce dernier vit son autorité réaffirmée sans effort de sa part. Cela rend particulièrement malveillante la manière dont il réunit dans le même sac le chartisme du foyer et les tendances religieuses, éducatives et anti-alcooliques, en un sinistre « Nouvel Élan ». La première salve tirée par O’Connor fut une lettre au Star, le 13 mars. « Le chartisme d’église, le chartisme anti-alcoolique, le chartisme du savoir, et le chartisme du foyer [...] Je veux les dénoncer tous ensemble comme ruse, farce, faribole ou imposture. » Le Star n’avait montré que peu d’estime pour le rôle joué par les orateurs chartistes à l’usine de Marshall – où elle n’avait envoyé aucun reporter. Collins fut cloué au pilori pour y être allé. La position du journal était un tissu de contradictions, soulignées le 3 avril quand O’Connor fulmina contre « la nouvelle initiative » tandis que, sur la page adjacente, un éditorial critiquait son assaut contre le chartisme d’église. De plus, il n’avait réellement rien contre les chartistes anti-alcooliques. Leurs activités continuaient à être largement couvertes par le Northern Star. Plusieurs de ses plus proches associés, on l’a vu, signèrent l’adresse parue dans l’English Chartist Circular and Tempérance Record, avec le propriétaire duquel il resta en bons termes, et dans lequel il signait régulièrement des articles. Selon le Star, ce journal était « plein d’une saine sagesse, sans fadaises ». C’est à Lovett qu’O’Connor en voulait, plus précisément parce qu’il avait osé appeler « National Association » sa nouvelle organisation.

  • 48 M. Chase, « Building identity, building circulation : engraved portraiture and the Northern Star », (...)

42Comme l’a montré le chapitre 1, les relations entre les deux hommes n’avaient jamais été chaleureuses. Malgré la cordialité de surface, Lovett détestait O’Connor qui le lui rendait bien. Les indices en sont subtils. Peu avant que Lovett sorte de prison, le Northern Star omit son nom de sa liste définitive des prisonniers chartistes. Les vers d’hommage qu’écrivit O’Connor, à chanter quand Lovett et Collins quitteraient leur geôle, parlaient plus de leur auteur (et de la terre) que de leur prétendu sujet. L’histoire du portrait de Lovett publié par le Star est particulièrement révélatrice. Il avait été annoncé « en préparation » quelques semaines après son incarcération. Cinq mois plus tard, Lovett était libéré mais il n’y avait toujours aucun signe de son effigie. Collins, en revanche, s’était vu accorder un superbe portrait en pied. Le 5 décembre, le portrait de Lovett fut simplement signalé comme « à venir », tandis qu’une deuxième gravure représentant O’Connor était programmée pour la semaine suivante. Le portrait de Lovett ne fut jamais publié. Il est même possible que celui d’O’Connor ait été réalisé à partir d’une gravure représentant Lovett, laissée inachevée48.

  • 49 NS, 8 mai 1841.

43Une fois sorti de prison, Lovett devint un chartiste sans structure associative : la LWMA avait disparu et, indépendamment de son antipathie pour O’Connor, Lovett estimait illégale la NCA. Il n’était d’ailleurs pas le seul et les règles de l’association furent modifiées pour répondre aux objections formulées par Place et Collins, entre autres. Visiblement, Lovett éprouvait le désir sincère de créer « une nouvelle organisation du peuple » et était sans doute indifférent aux conséquences pour la NCA. Son attachement durable à la Charte, pourtant, ne fut jamais remis en cause, sauf dans les colonnes du Northern Star. Le journal prétendait que le chartisme du savoir de Lovett et la LPRA étaient étroitement liés, et que les objectifs politiques de la National Association incluaient le parlement triennal et le suffrage par foyer. C’est en vain que Vincent, puis Cleave, Hetherington et Neesom écrivirent au Northern Star pour réfuter ces allégations et se plaindre du langage utilisé : « Est-il démocratique ou chartiste de dire qu’un homme est un espion, un traître, qu’il s’est vendu au gouvernement, parce qu’il a apposé son nom sur un document dont le but est l’obtention de la Charte du Peuple49 ? »

  • 50 NS, 10-24 avril, 1-15 mai, 5 et 12 juin 1841 ; Wiener, Lovett, op. cit., p. 87.

44Hélas, la proposition d’établir la National Association à Manchester en mars 1841 fut formulée de manière à éveiller les soupçons d’individus peu charitables. Lovett et la LWMA avaient souvent diffusé des documents dans leur version finale, en invitant les destinataires à les signer. Mais la proposition de 1841, qui contestait l’autorité de la NCA, incluait un avertissement : toute publication non autorisée serait considérée comme « une atteinte à l’honneur ». Quand « l’initiative secrète » fut dévoilée par le Northern Star – auquel un exemplaire du texte avait été transmis par l’un de ses destinataires hostiles –, quantité de signataires déclarèrent que leur nom y avait été ajouté à leur insu ou qu’ils avaient mal compris le but de cette adresse. Lovett finit par avouer que certains noms avaient été inclus sans permission expresse50.

  • 51 Wiener, Lovett, op. cit., p. 88 ; voir Goodway, London Chartism, op. cit., p. 41 ; D. Stack, « Will (...)
  • 52 Sederunt Book, Hawick, Wilton Lodge Muséum, 1842.
  • 53 W.J. Linton, James Watson, Manchester, Heywood, 1880, p. 50.

45Sûr de lui en petit comité, Lovett avait trébuché dans une vaste arène. En outre, même s’il était convaincu de la dimension véritablement nationale de sa nouvelle association, il n’était guère taillé pour une organisation de cette ampleur ; et Le Chartisme n’était pas la publication la mieux conçue pour la promouvoir. Lorsqu’elle naquit finalement à l’automne 1841, l’association était faible. Tout en incluant les femmes et les enfants – enrôlés comme « auxiliaires »– de ses membres mâles, elle ne dépassa jamais les 500 inscrits, dont 300 adhérèrent pour ses cours de danse51. Il n’existait que deux antennes, toutes deux à Londres, ou trois si l’on compte une National Association éphémère et purement imitative, à Hawick, à la frontière écossaise52. Le jugement le plus impitoyable fut peut-être celui de William Linton, chaleureux admirateur de Lovett : « Sa nouvelle association, après avoir attiré quelques centaines de membres, s’est réduite à un club de débats, et leur salle est devenue une académie de danse, parfois louée pour des réunions publiques au-dessus de tout soupçon53. » Par une ironie du sort, c’est le Northern Star qui fit découvrir la National Association à l’ensemble de la nation. Et c’est O’Connor qui, avec l’aide de Hill, fit de la « nouvelle initiative » une entité dotée d’une substance et d’une importance qu’elle n’avait pas alors.

  • 54 NS, 24 avril 1841.

46Au printemps 1841, en lisant le Northern Star dans sa cellule, O’Connor ne put que se féliciter de la réaction à la nouvelle initiative suscitée par le journal. La LDA – sur le point de se transformer en antenne de la NCA – expulsa Neesom, en déclarant : « Nous considérons comme malavisées, impolitiques et injustes les tentatives menées par l’aristocratie du Nouvel Élan pour leur gloire personnelle et visant à détourner les esprits des chartistes de leur organisation présente » ; l’antenne de la NCA à Cardiff vota une résolution estimant Collins « inapte à être un représentant [...] nous voyons en lui un homme qui s’est vendu » ; et la NCA de Derby répudia « le projet à la mode proposé par Lovett, Collins et consorts, convaincus qu’il s’agit d’un complot whig pour semer la discorde parmi les chartistes ». Et il y eut pléthore de motions de confiance en faveur du « lion en cage54 ». La NCA de Middlesbrough montre bien à quel point le concept de nouvelle initiative était fabriqué. Le chartisme naissant dans cette localité reçut le soutien des réformateurs de la classe moyenne. Il s’enracinait dans le mouvement anti-alcoolique local, qui fournissait aux chartistes un lieu de réunion faute de disposer d’un autre endroit. Son « Cabinet de lecture pour ouvriers » et sa bibliothèque étaient les seuls espaces disponibles en ville, anticipant de plusieurs années l’ouverture d’un Mechanics’ Institute. Pourtant, la NCA de Middlesbrough respectait scrupuleusement la ligne d’O’Connor, comme l’indique le rapport qu’elle envoya au Northern Star :

  • 55 NS, 1er mai 1841 ; voir M. Chase, « Chartism 1838-58 : responses in two Teesside towns », Northern (...)

Un énergique meeting des chartistes de cette ville s’est déroulé dans le Cabinet de lecture pour ouvriers de Newcastle Row, mercredi dernier, où des discours énergiques ont été prononcés sur l’état actuel du pays et les perspectives du peuple, par Messieurs Sutherland, Hollinshead et Maw. Les différents orateurs ont conseillé à l’auditoire d’éviter les boissons alcooliques et de s’inscrire à la Bibliothèque ouvrière qui existe déjà ; ils ont suggéré au peuple de ne pas se laisser entraîner par n’importe quelle nouvelle initiative, qu’elle leur soit recommandée par de réels ennemis ou de prétendus amis, car les chartistes de Middlesbrough sont déterminés à se battre pour la Charte et rien de moins55.

Les candidats du peuple

  • 56 Hansard, vol. LVIII, 25 mai 1841, col. 742 et suiv. ; NS, 5 juin 1841.

47La querelle orchestrée par O’Connor coïncida avec les premières élections du conseil de la NCA et des délégués à la Convention censée ouvrir une phase nouvelle dans l’histoire du mouvement. O’Connor ne put évidemment participer ni à l’une ni à l’autre, mais la rage suscitée autour de la nouvelle initiative garantissait l’élection de partisans farouches de la Charte, hostiles au principe de collaboration avec la classe moyenne. Le mouvement auquel ils allaient donner forme était plein d’espoir. L’une des principales tâches de la convention, qui se réunit à Londres en mai, était de gérer la campagne qui se prolongeait pour la grâce de Frost, Jones et Williams. Le 25 mai, Thomas Slingsby Duncombe, député radical de Finsbury, présenta à la Chambre des communes une pétition pour la grâce totalisant 1 339 298 signatures. Elles avaient été collectées sans bruit et avec efficacité, sans aucun des retards et des interrogations qui avaient accompagné la pétition nationale de 1839 – qui comprenait 59 000 signatures de moins. La pétition était une réussite stupéfiante, sur les plans logistique et politique. De plus, elle n’échoua qu’à cause du vote décisif du président de la Chambre – selon lui, cette motion allait à l’encontre de la prérogative royale. Avec une acrimonie compréhensible, les chartistes notèrent que O’Connell était revenu sur sa promesse de soutenir la motion56.

  • 57 McDouall’s ChartistRepublican Journal, 12 juin 1841, voir aussi 19 juin 1841 et « Address of Eighte (...)

48Il est facile de sous-estimer le rôle que joua dès lors Duncombe au sein du chartisme. Homme le plus élégant de la Chambre des communes, petit-fils d’un évêque et neveu du baron de Feversham, cet ancien élève de Harrow et ex-officier de la Garde était pour la Charte un champion inattendu, mais la façon dont il harcela le gouvernement sur des points comme la censure des théâtres, l’ouverture du courrier des chartistes et l’impôt religieux, lui valut l’admiration de bien des chartistes avant même qu’il adopte la cause des prisonniers en 1840. Son dédain aristocratique pour la politique de parti, notamment pour les whigs, était également attrayant dans un contexte où le style et la présentation étaient essentielles pour rallier le soutien populaire. La légende a surtout retenu ses dettes de jeu, mais Duncombe avait du panache. L’une de ses contributions majeures au chartisme en 1841 fut de persuader les Communes d’autoriser que la pétition soit apportée sur les épaules d’une équipe de maçons vêtus de futaine – tissu sombre et grossier très employé pour les habits des ouvriers. « L’uniforme des travailleurs a été vu à la Chambre des communes pour la première fois dans l’histoire de l’agitation, commenta McDouall, et le bras puissant de l’industrie a porté les doléances d’un million et demi d’individus jusqu’aux pieds de la prétendue justice et de la prétendue pitié57. »

  • 58 « One of no party », Random Recollections of the House of Commons, Londres, Smith Elder, 1836, p. 2 (...)

49Malgré ses rodomontades, Duncombe n’avait rien d’un dilettante en politique. C’était un bel exemple de ce qu’un député chartiste pouvait être, soignant sa circonscription et préparant avec soin ses discours aux Communes (fait exceptionnel pour l’époque58). Il eut aussi la présence d’esprit de repousser une invitation à la fête de la LPRA pour la réforme. En 1841, tout cela était significatif, car le leadership de la NCA s’intéressait de plus en plus au processus électoral come moyen de braver le Parlement. La principale mission de la convention de 1841 était de développer l’idée, inscrite dans la constitution de la NCA, que des candidats chartistes devraient se présenter aux élections parlementaires. On l’a vu, O’Brien était à l’origine de ce projet, lorsqu’il avait suggéré d’inonder la prochaine élection générale de candidats chartistes qui formeraient ensuite un parlement alternatif. La convention se souciait pourtant du politiquement possible et du légalement défendable, et on le comprend au vu des événements des deux années écoulées, alors qu’un cinquième des chartistes, emprisonnés ou déportés en 1839-1840, n’avaient pas encore fini leur peine.

  • 59 NS, 5 juin et McDouall’s ChartistRepublican Journal, 12 juin 1841.

50Le groupe de travail de la convention, dont McDouall et John Skevington, de Loughborough, étaient des membres éminents, proposa donc un discours de conclusion prudent, contrepoint utile à l’éternel optimisme d’O’Connor. « Préparez-vous aux élections qui approchent », conseillait-il. Il faudrait cibler les députés qui avaient voté contre la motion de Duncombe le 25 mai. « Détruisez vos ennemis, surtout les Whigs des bastilles et la meute des Malthusiens, visez [...] le retour de vos amis », « brandissez l’arme redoutée du boycott », « anéantissez d’abord les Whigs, les Tories ensuite ». Les circonscriptions à deux députés devraient être privilégiées : « Nous avons reçu les preuves certaines et infaillibles que dans plusieurs endroits, le vote sera divisé entre une des factions et notre candidat, c’est-à-dire qu’on pourra élire un Tory et un chartiste, ou un chartiste et un Whig59. »

51Le gouvernement Melbourne était fragile, et beaucoup en prédisaient la fin imminente. L’élection générale serait la première depuis 1837, et donc depuis l’apparition du chartisme. La NCA devait faire une déclaration officielle à ce sujet ; le traitement réservé aux prisonniers chartistes rendait impossible de crier haro sur les deux partis. C’était une décision courageuse que de participer à l’élection, au lieu de se tenir à l’écart pour condamner ce que les chartistes de tous poils jugeaient absurde. La dépense et l’organisation requises seraient néanmoins énormes. De plus, la date exacte de l’élection générale ne pouvait être prévue – en théorie, elle pourrait même n’avoir lieu qu’au printemps 1844 –, ce qui rendait plus difficile encore de concentrer les efforts d’un mouvement qui était par essence celui des exclus de la politique. La cause du chartisme aurait été grandement aidée si l’administration Melbourne s’était accrochée au pouvoir jusqu’à l’automne. Mais la Convention siégeait encore lorsque, le 4 juin, les tories remportèrent un vote de défiance à l’égard du gouvernement, ce qui déclencha une élection générale. Quel qu’ait été le moment choisi, le chartisme avait peu de chances de faire grande impression lors du scrutin, mais confronté à une élection soudaine, ses efforts ne pouvaient guère être que symboliques. On avait besoin de candidats légalement en position d’être élus députés ; il fallait trouver des électeurs dans chaque circonscription pour seconder la nomination de chartistes ; et « l’arme redoutée du boycott » avait besoin de temps pour produire ses effets.

  • 60 L’adage est de L.P. Hartley, prologue de The Go-Between (1953). Pour l’évolution des procédures éle (...)

52L’aphorisme selon lequel « le passé est une terre étrangère : on y fait les choses autrement qu’ici60 » s’applique particulièrement bien aux élections parlementaires du début du xixe siècle. À l’intérieur du palais de Westminster, les partis politiques étaient des coalitions aux intérêts mouvants ; à l’extérieur, ils n’avaient aucune existence officielle. L’arithmétique électorale était compliquée par la multiplicité des circonscriptions à deux députés – où chaque électeur avait deux voix et où étaient élus le candidat ayant remporté la majorité et celui qui venait aussitôt après. Les élections générales se déroulaient sur toute une semaine ou davantage – le même candidat pouvait donc se présenter dans deux circonscriptions d’affilée. Tous les habitants d’une circonscription, qu’ils aient ou non le droit de vote, avaient le droit de s’exprimer à la tribune lors d’un vote à mains levées. Il n’en fallait pas forcément plus pour choisir un député, car le vote par bulletin n’avait lieu que si un candidat vaincu lors du vote à mains levées l’exigeait. Le vote par bulletin était réservé à ceux qui pouvaient prouver qu’ils avaient le droit de vote. Comme pratiquement rien ne limitait les dépenses des candidats, et du fait de la corruption et de la pratique endémique d’offrir à boire aux électeurs, une campagne électorale s’avérait extrêmement coûteuse – dans des circonstances exceptionnelles, il est vrai, Duncombe avait dépensé environ 40 000 livres au cours de cinq élections à Hertford entre 1823 et 1834. Une grande partie des circonscriptions – un tiers en 1841 – n’attiraient donc qu’un seul candidat, puisque les coûts l’emportaient de loin sur les chances de triompher du député en place ou de son successeur désigné. En outre, les candidats participant au vote par bulletin devaient normalement assurer leur part des frais officiels que l’élection entraînait.

  • 61 Les citations et informations figurant sans source dans les paragraphes suivants viennent de la pre (...)
  • 62 Voir Harrison et Hollis, Lowery, op. cit., p. 181-186.
  • 63 Pour Brooker, voir son Appeal to the British Nation... for the Repeal of the Poor Law Amendment Act(...)
  • 64 Les électeurs plébéiens de Northampton étaient principalement les survivants d’un électorat excepti (...)

53Lors de l’élection générale de juin-juillet 1841, c’est dans cette fosse aux lions que s’avancèrent, très mal préparés et très mal financés, quelques candidats chartistes61. Tous arrivèrent en queue des listes. Lowery défia avec succès Thomas Babington Macaulay, ministre whig, lors du vote à mains levées à Édimbourg, qu’il remporta également à Aberdeen. Cependant, lors du vote par bulletin, il n’obtint que trente voix62. À Banbury, Vincent fit un peu mieux, avec 51 voix. Sankey, délégué d’Édimbourg à la convention générale, se présenta à Marylebone mais n’obtint que 61 voix face aux 4661 voix raflées par le libéral. Dans le Sussex, les chartistes locaux convainquirent un célèbre adversaire de la Poor Law, Charles Brooker, de se présenter à Brighton – son score, 19 voix, fut humiliant, mais moins que l’absence totale de voix qu’attira Thomason, candidat chartiste à Paisley63. Le Dr James Bedford, candidat atypique qui ne s’était jusque-là jamais intéressé au chartisme, obtint 9 voix à Reigate. C’est seulement à Northampton qu’un candidat chartiste connut un relatif succès lors des deux votes. Les tories n’ayant pu trouver un second candidat pour se présenter dans cette circonscription à deux députés, McDouall remporta 176 voix, dont presque toutes soutinrent également le tory. Aucun électeur ne choisit à la fois McDouall et le candidat le mieux placé, un libéral, et bien peu l’associèrent au second libéral élu, même-si celui-ci se présentait comme « un radical complet ». Le message était clair : même dans une circonscription incluant une forte proportion d’électeurs relativement pauvres, un candidat chartiste ne pouvait s’imposer qu’en s’accrochant aux basques d’un tory bien disposé64.

  • 65 NS, 5-26 juin, 3 et 10 juillet 1841 ; McDouall’s ChartistRepublican Journal, 12-26 juin et 10-24 ju (...)

54Ces résultats n’avaient rien de bien étonnant. Mais ils étaient loin de l’optimisme prudent de la convention, et encore plus loin des prévisions de McDouall selon lesquelles douze députés chartistes seraient élus, dont dépendrait l’équilibre du pouvoir à la Chambre des communes si l’issue de l’élection générale était douteuse. Ce calcul reposait en fait sur l’élection de certains radicaux de la classe moyenne qui soutenaient la Charte. « Nous les revendiquons comme chartistes ! » déclara le Star au sujet de Sherman Crawford, élu à Rochdale et de John Fielden et William Augustus Johnson, vainqueurs à Oldham. Perronet Thompson, vaincu à Hull, était un cas similaire et, partant du même principe, le Dundee Chronicle – avec désormais à sa tête R.J. Richardson, installé en Écosse après sa sortie de prison – revendiqua William Williams, réélu à Coventry, et un libéral vaincu à Glasgow comme candidats chartistes. On ne pouvait se fier qu’à Duncombe, réélu à Finsbury, sans adversaire, pour soutenir le chartisme contre vents et marées. Les autres radicaux étaient des indépendants dont la position était proche de celle de la LPRA – que soutenaient activement Thompson, Crawford et Williams65. Même selon la définition la plus généreuse du mot « chartiste », si l’on compte les sièges gagnés et perdus, l’élection générale de 1841 fut un lamentable échec pour le chartisme.

  • 66 HO 45/102A, f° 29, rapport de police [juin 1841],
  • 67 Harrison et Hollis, Lowery, op. cit., p. 185.

55Pourtant, l’arithmétique électorale ne suffit pas ici. Les whigs furent chassés du gouvernement, ce qui provoqua chez les chartistes un immense ravissement. Le consensus général fut résumé par un chartiste anonyme de Birmingham : « S’ils n’avaient pas réussi à faire élire deux membres de la classe ouvrière, entre deux maux ils choisiraient le moindre et soutiendraient les Tories66. » Comme c’était prévisible, ils revendiquèrent le mérite de ce résultat. En particulier, le résultat de l’élection dans le West Riding (une étroite victoire tory dans un fief whig) suggérait que le boycott avait joué un rôle important, peut-être même décisif. De même, à Rochdale, où une vigoureuse campagne avait été menée, Crawford remporta une majorité contre le libéral en place. Néanmoins, il n’y eut jamais de politique d’ensemble visant à soutenir les candidats tories. Les chartistes étaient pragmatiques : un candidat était valable dès lors qu’il soutenait la Charte, la libération des prisonniers, une loi sur l’industrie, l’abrogation de la New Poor Law et de la police rurale. « Partout où, en divisant les Whigs, vous pouvez faire élire votre homme, faites-le, enjoignait un éditorial du Star ; partout où, en divisant les Tories, vous pouvez faire élire votre homme, faites-le. » Le vrai défi du chartisme s’adressait au système électoral en soi, et les votes à mains levées furent le cadre de quelques interventions particulièrement efficaces. Parmi les circonscriptions concernées en Angleterre figuraient Bradford, Carlisle, Gateshead, Leeds, Leicester, Newcastle upon Tyne, le nord et le sud du Leicestershire, Norwich, Preston, Sheffield, Sunderland, Tynemouth & North Shields, le West Riding et Wigan ; en Écosse, il y eut des candidats chartistes pour l’Ayr District, Clackmannan & Kinross, Dumfries, Edimbourg, le Fifeshire, Glasgow, Paisley, Perth et le Roxburghshire. « Beaucoup s’étaient moqué de l’idée que des non-électeurs puissent avoir un candidat, commenta Lowery, mais dans presque tous les cas les résultats furent hautement favorables à l’extension des vues libérales67. »

  • 68 NS, 3 juillet 1841 ; The Speech Delivered by Mr William Dixon, the People’s Candidate at the Nomina (...)

56Tous les candidats chartistes n’égalèrent pas Lowery, dont l’attaque contre la politique étrangère du gouvernement suscita l’acquiescement à contrecœur de Macaulay. L’assaut verbal de Richardson contre un autre ministre, Fox Maule, à Perth, fut décrit comme « un vrai travail de marteaupilon ». « Si le Rédempteur du monde était à Wigan, il n’aurait pas eu une seule voix », s’écria le chartiste qui nomma dans cette ville « le Candidat du Peuple ». William Martin suggéra à Derby un jugement de Salomon quant au choix entre un whig et un tory : « Ces deux partis sont des voyous [...] prenez un Tory par les talons et frappez un Whig contre lui pour détruire les deux factions. » Mais en général les orateurs et candidats chartistes se préparèrent avec soin pour cette occasion légale de proposer la Charte à l’establishment politique, en exploitant pleinement la nature théâtrale du vote à mains levées. À Wakefield, dans le West Riding, Harney n’eut d’abord pas le droit à la parole, mais un contingent de 600 hommes venus de Huddersfield – ils avaient parcouru vingt kilomètres pour l’entendre – obtinrent pour lui le silence en dressant leur « forêt de jeunes chênes » (c’est-à-dire, de gros bâtons) et en les entrechoquant68.

  • 69 Harrison et Hollis, Lowery, op. cit., p. 186.
  • 70 Newcastle Weekly Chronicle, 27 août 1892 ; Epstein, Lion of Freedom, op. cit., p. 285.

57Chaque triomphe lors des votes à mains levées était présenté comme un nouvel exemple des iniquités du gouvernement parlementaire existant. En outre, il y eut des cas flagrants où le processus électoral fut appliqué pour désavantager délibérément les candidats chartistes. Lowery envisagea des poursuites contre le sheriff d’Édimbourg jusqu’au moment où on lui donna ce conseil : « Nous pourrions plaider le dossier, indubitablement, mais avions-nous 2 000 livres à dépenser pour cela69 ? » Le maire de Gateshead tenta d’empêcher John Mason de parler parce qu’il n’habitait pas la circonscription, prétexte fallacieux puisque son adversaire n’y habitait pas davantage. Le candidat chartiste de Stockport fut contraint de se retirer après que le maire eut demandé une contribution de 10 livres aux frais électoraux, avant même de l’admettre au vote à mains levées. À Norwich, le maire exigea une garantie de 200 livres avant d’organiser une élection. Le Monmouthshire fut le théâtre d’une farce : une nomination chartiste fut refusée parce qu’elle était arrivée trop tard, alors qu’un faux candidat chartiste présenté par les whigs locaux fut accepté pour saper leur adversaire. Les chartistes de Newport passèrent ensuite la journée à faire campagne contre ce prétendu « chartiste ». La vitrine de son magasin fut détruite à l’issue du scrutin, lors de l’un de trois incidents violents – les autres, plus graves, eurent lieu à Carlisle et à Norwich. La violence était une menace constante lors des élections, mais en général les foules qui soutenaient les « candidats du peuple » étaient impressionnantes par leur ampleur et par leur discipline, ce que soulignèrent, non sans surprise, nombre de journaux libéraux. « Je dirais qu’il y avait dans cette foule neuf non-électeurs pour chaque électeur », se rappelait un musicien dont la fanfare assista au vote à mains levées du West Riding70.

Le Lion de la liberté sort de sa tanière

  • 71 T. Rooke à R. Hawkin, 31 octobre 1901, York City Library Local Studies Section, « Chartism MSS » Y3 (...)

58O’Connor fut libéré de prison pour raisons de santé, avant que sa peine ne soit terminée. Le 30 août 1841, il fut relâché, et aussitôt accueilli par une réception tumultueuse organisée par la NCA de York où participèrent des délégués venus de tout le nord de l’Angleterre et au-delà. Plus exactement, il fut libéré le 26 août et monta dans un fiacre qui l’emmena à l’Etridge’s Hotel. Il dut y patienter jusqu’à ce que l’événement concocté par les chartistes de York puisse se dérouler comme annoncé. Le lundi suivant, un autre fiacre le ramena à la porte de la prison, tenue ouverte pour que son directeur puisse assister au spectacle. O’Connor fut conduit jusqu’à « un splendide char de triomphe », en forme de corne d’abondance et drapé de velours vert à passementeries roses. Le véhicule avait été spécialement commandé par la NCA de York : il coûta si cher qu’une tombola fut ensuite mise sur pied pour compenser les frais. « Notre procession parcourut les principales rues de la ville », se remémorait Thomas Rooke, membre du comité d’organisation, soixante ans après, « en terminant par Knavesmire Manor où M. O’Connor adressa un discours à la foule réunie, depuis le grand balcon71 ».

59Rooke n’avait aucun souvenir du discours d’O’Connor, en dehors du fait qu’il désigna le champ de courses en disant : « J’aimerais mieux que le turf soit retourné par la bêche du fermier que par le sabot du cheval de course. » Ce manque de mémoire est compréhensible chez un octogénaire, mais de fait, le contenu du discours était secondaire. C’est l’événement soigneusement orchestré qui en dit long. D’abord, il rappelait le « Pèlerinage » à York Castle Yard en 1832, pour la réforme des usines : là aussi, des centaines d’ouvriers et leur famille avaient parcouru jusqu’à soixante-quinze kilomètres pour assister à la fête. Le meeting de 1832 avait conforté Richard Oastler dans sa réputation de « Roi des Usines », celui-ci devait confirmer la place d’O’Connor à la tête du chartisme. Par ailleurs, ce dernier portait un habit de futaine, confectionné pour lui par les chartistes de Manchester, geste au symbolisme évident, qui évoquait la présentation de la pétition de Newport au Parlement.

  • 72 « Alfred » [S.H.G. Kydd], History of the Factory Movement, Londres, Simpkin, 1857, vol. 1, p. 235-2 (...)

60Plus important encore, levénement souligna la position intransigeante d’O’Connor face aux « prétendus amis et vrais ennemis ». Toujours élégamment vêtu, O’Connor avait jusque-là des allures aristocratiques, mais son apparence était désormais celle de ces « vestes de futaine, mains calleuses et mentons mal rasés » auxquels il s’adressait chaque semaine dans le Northern Star. Son costume était une déclaration non verbale qui tombait à pic. L’élection générale avait vu triompher nombre de travailleurs lors des votes à mains levées. Parmi eux, comme le proclamait une banderole à York, figurait « William Martin, membre du Parlement, ancien détenu de l’Enfer de Northallerton, délégué de Bradford ». Dans son discours au balcon, Martin affirma qu’il « était maintenant clair que le peuple était résolu à faire confiance en des hommes de la même classe sociale ». Le costume en futaine d’O’Connor montrait combien il était réceptif à ce sentiment. Quatre mois auparavant, dans ses attaques personnelles contre les artisans qualifiés qui soutenaient la National Association, il s’était permis d’exprimer son mépris envers Hetherington, comme appartenant à la « boutiquocratie » de la classe moyenne. O’Connor avait alors mis en avant son propre parcours, lui qui avait été « promu des rangs de l’aristocratie pour jouer un rôle dans la démocratie ». Ces prétentions furent confirmées en ce moment de pur théâtre politique. O’Connor était plus proche que jamais du cœur du mouvement chartiste72.

Vies chartistes. Elizabeth Neesom

  • 73 Recensement de 1851, HO 107/1521/51/5. Nécrologie de Charles Neesom (d’après une autobiographie iné (...)
  • 74 HO 40/8 (3), f° 115, rapport de « A », 13 novembre 1817 ; National Reformer, 20 juillet 1861.

61En dehors de sa naissance à Cheltenham, dans le Gloucestershire, on ignore tout de la vie d’Elizabeth Neesom avant son mariage avec Charles Neesom, tailleur, en 183073. Elle était sa deuxième épouse et, à 31 ans, était de cinq années sa cadette. En 1819, Charles avait fréquenté le Mulberry Tree, un pub londonien situé à Moorfields, où se réunissaient régulièrement les disciples de Thomas Spence. Polémiste radical, poète et visionnaire agraire, le doux Spence était mort en 1814 : très ouvertement, ses suiveurs « se vantaient que le gouvernement avait été plus ennuyé par des individus issus de leurs rangs que par aucun autre cercle ». Charles lui-même se considérait chanceux de ne pas avoir été impliqué dans le complot de Cato Street – visant à assassiner les membres du cabinet – en 182074. Rien n’indique pourtant chez lui la moindre implication dans la vie politique avant son mariage avec Elizabeth.

  • 75 Poor Man’s Guardian, 20 avril 1833 ; P. Hollis, The Pauper Press, Oxford, Oxford University Press, (...)

62On peut raisonnablement supposer que celle-ci partageait l’engagement de Charles, notamment parce que celui-ci était membre de la National Union of the Working Classes (NUWC) et de la Grand National Consolidated Trades Union (GNCTU), qui encourageaient la participation des femmes. Entre 1831 et 1833, c’est vers la NUWC que se tournèrent ceux qui rejetaient le Reform Bill comme sans pertinence pour les ouvriers. Elizabeth fit sa première apparition dans la presse radicale en tant que donatrice au fonds organisé par la NUWC afin de soutenir les individus poursuivis pour avoir vendu des journaux non timbrés. La liste des dons incluait un envoi de la Classe 40 de la NUWC, émanant de Charles. Il était l’un des vendeurs de journaux non timbrés qui avaient échappé de justesse à l’arrestation75. Les Neesom connaissaient les risques, car en 1833, Charles choisit comme trésorier de la NUWC un homme emprisonné pour avoir vendu ie Poor Man’s Guardian de Hetherington. L’implication de Charles dans la GNCTU se fit par le biais de son syndicat, l’association des tailleurs londoniens. Les appels à un grand syndicat qui représenterait tous les travailleurs se multipliaient depuis la fin des années 1820 et atteignirent leur sommet le plus ambitieux avec la GNCTU de 1833-1834. Fédération souple plutôt qu’organisation à la structure stricte, elle réunissait les travailleurs qualifiés et non qualifiés, ruraux et urbains, hommes et femmes. Par tous ces aspects, elle anticipait le chartisme ou, peut-être plus précisément, le chartisme présentait, sous un autre nom, la plupart des caractéristiques du syndicalisme général.

  • 76 W.B. Stephens, Education, Literacy and Society, 1830-70, Manchester, Manchester University Press, 1 (...)
  • 77 P. Gardner, The Lost Elementary Schools of Victorian England, Beckenham, Croom Helm, 1984.

63Vers le milieu des années 1830, Charles commença à souffrir de plus en plus d’une vue déficiente (typique chez un tailleur), et le couple ouvrit donc un magasin de journaux au 160, Brick Lane. À cette même adresse, Elizabeth tenait une école. Les écoles privées pour la classe ouvrière étaient une force importante dans l’éducation populaire au xixe siècle. Au début des années 1830, au moins la moitié de tous les enfants scolarisés étaient élèves d’un établissement de ce genre. Il n’existait alors pas grande différence entre l’instruction qu’ils dispensaient et celle qu’offraient les écoles religieuses76. Nous ne savons pas quelles disciplines Elizabeth inculquait à ses élèves, mais étant donné les programmes généralement en vigueur dans les écoles ouvrières privées, et surtout d’après ce que l’on sait de ses opinions personnelles, on peut conclure que son enseignement devait être bien supérieur à la moyenne77.

  • 78 Prospectus of the East London Démocratie Association, Londres, ELDA, 1837, reproduit dans D. Thomps (...)

64Les spencéens formaient un groupe soudé, dont l’influence se propagea à travers le radicalisme londonien bien après qu’eurent cessé leurs meetings au Mulberry Tree. En 1835, Elizabeth et Charles hébergèrent Allen Davenport, biographe de Spence et lui-même auteur et poète radical de renom. Elizabeth soigna Davenport durant sa convalescence, après une maladie quasi fatale. Quand ce dernier revint à la vie publique, ce fut aux côtés de son mari, notamment en janvier 1837 lorsque les deux hommes figurèrent parmi les douze membres fondateurs de l’East London Democratie Association78. Comme l’ont indiqué les chapitres précédents, la LDA – comme elle s’appellerait ensuite – fut l’une des principales forces du radicalisme métropolitain. Elle abritait aussi les courants conspirateurs présents au sein du chartisme londonien à ses débuts. La réputation de Davenport, de Neesom et de leur cercle les précédait, et les agents du renseignement du Home Office, exercés à la surveillance des activités spencéennes durant les premières décennies du siècle, se mirent naturellement à infiltrer les réunions de la LDA. La simple abondance de leurs rapports ne doit pas déformer à nos yeux le tableau d’ensemble de la LDA. C était une association bien plus nombreuse, plus durable et plus vivace que la LWMA ; et contrairement à celle-ci, elle accueillait des membres femmes.

  • 79 NS, 11 mai et 14 septembre 1839. Voir aussi Operative, 14 avril, 12 mai, et Charter, 13 et 27 octob (...)
  • 80 NS, 30 janvier 1841. Voir aussi J. Schwarzkopf, Women in the Chartist Movement, Londres, Macmillan, (...)

65L’organisation féminine qui fut créée en parallèle connut des homologues dans des centaines d’autres villes du pays, on l’a vu. Elizabeth était secrétaire de la London Female Démocratie Association, qui partageait son quartier général avec la LDA, aux Démocratie Rooms, dans le quartier de Temple Bar. En tant que seule responsable nommée, elle fut sans doute l’auteure de son adresse aux « femmes d’Angleterre, et de la métropole en particulier » en mai 1839. Ce texte mettait l’accent sur le manque d’éducation comme principal obstacle à la participation des femmes dans les affaires sociales et politiques, ce qui reflétait probablement les convictions et l’expérience personnelles d’Elizabeth comme femme et comme enseignante. L’association incitait ses « sœurs et amies » à « sortir de cette apathie et de cette timidité trop souvent présentes parmi notre sexe (nées des préjugés d’une fausse éducation) » ; elle insistait aussi, « en accord avec les droits de tous, et en reconnaissant la souveraineté du peuple, notre droit à nous gouverner en tant que femmes libres (ou résolues à être libres) ». En termes concrets, cela se reflétait dans la pratique de l’association de ne jamais accepter d’hommes à ses réunions sauf par accord de la majorité des femmes présentes ; et s’il était proposé qu’un homme parle à leur réunion, alors la majorité et une semaine de préavis étaient requises. En septembre 1839, le délégué londonien à la Convention nationale, Robert Hartwell, et le mari d’Elizabeth soumirent le préavis nécessaire et prirent la parole lors d’une réunion spéciale de l’association au Trades’ Hall de Bethnal Green. L’article du Northern Star était pourtant plus représentatif de l’ordre établi. « Appelé à présider, Mrs Neesom ouvrit la séance par un discours clair et vigoureux, et conclut en demandant à Mr Neesom de s’adresser à l’assemblée ». Étaient ensuite présentés les discours de Hartwell et de Neesom, sur « la nécessité que les femmes comprennent la science politique », « le progrès des associations féminines » et « l’éducation absurde qu’on donne aux femmes79 ». En janvier 1841, quand la LDA se reconstitua comme branche de la NCA, Elizabeth entraîna son organisation de femmes au sein d’une nouvelle Female Patriotic Radical Association. Les règles antérieures, quant à la participation masculine, furent conservées, en mettant davantage l’accent sur l’entraide pratique. La moitié des fonds de l’association étaient mis de côté pour assister les membres en cas de maladie, l’autre moitié servirait à soutenir les prisonniers chartistes et leurs épouses ; durant l’heure qui précédait chaque meeting, Elizabeth dispensait des cours du soir pour les membres80.

  • 81 Chapitre 5, plus haut, et NS, 2 et 30 novembre, 7 et 14 décembre 1839.
  • 82 Morning Herald et Morning Post, 16 janvier 1840 ; The Charter, 19 et 26 janvier 1840 ; Northern Lib (...)

66Les Neesom n’eurent pas d’enfants, mais son mariage avec un éminent chartiste plaça néanmoins quelques fardeaux sur les épaules d’Elizabeth. Charles parlait souvent lors de meetings un peu partout dans Londres, et quand la convention de 1839 se transporta à Birmingham, il fut parti pendant plusieurs semaines. Durant la convention, Elizabeth dut tenir à la fois le magasin de journaux et son école. Charles s’absenta à nouveau en novembre-décembre 1839, officiellement pour évaluer l’ampleur du soutien populaire à la Charte dans le Yorkshire, mais sans doute en réalité pour prendre part au complot censé coïncider avec les procès de Newport81. Alors qu’à Londres, la rumeur parlait de troubles prévus au moment de la condamnation des prisonniers de Newport, le police fit une descente lors d’une réunion de la LDA, le 16 janvier 1840. Les agents enfoncèrent les portes presque à l’instant où Charles déclarait : « Je vous dis que nous manierons l’épée de la liberté dans quatre jours. » Quantité d’armes furent découvertes et neuf hommes furent arrêtés sur le champ. Elizabeth comptait sans doute parmi la centaine de femmes présentes dans la salle, et un policier en civil relata par la suite : « J’ai vu Neesom quitter la salle avec une femme à côté de lui. » Il fut arrêté à son domicile, plus tard dans la soirée82.

  • 83 NS, 16 mai, 2 juin et 11 juillet 1840 ; National Reformer, 20 et 27 juillet 1861.

67Pour les Neesom, les conséquences furent graves. Après une nuit en cellule – passée à chanter « Aux armes, les braves »–, Charles comparut dans un tribunal de Bow Street où il fut accusé de sédition et de complot. La caution fut fixée à la somme colossale de 1 000 livres et il n’eut d’autre choix que de se laisser emmener à la prison de Newgate. Toujours rebelle face à l’autorité, Charles passa une journée au pain sec et à l’eau, seul dans une cellule, pour avoir refusé d’aller à la chapelle. Un sympathisant anonyme proposa finalement la garantie exigée et Charles et Elizabeth furent réunis. Le répit fut de courte durée. Dans le cadre de la libération sous caution, Charles et ses compagnons de détention étaient tenus de se présenter régulièrement au tribunal. Après avoir négligé une de ces présentations, les Neesom virent leur mobilier saisi par la justice et Charles fut envoyé à la prison de Queen’s Bench. Le magasin de journaux connut un déclin rapide et Elizabeth n’avait plus pour vivre que les revenus liés à son école. En juillet, la Couronne proposa de repousser la condamnation sine die à condition que Charles plaide coupable. Il refusa. L’instruction se traîna pendant des mois, jusqu’à ce que toutes les accusations finissent par être abandonnées83.

  • 84 NS, 10 octobre 1840 ; BL, collection Place, dossier 56, p. 29 ; ECC, 5 [févr. 1841].

68Cette affaire ébranla profondément Charles. Très peu de prisonniers chartistes renoncèrent à leurs convictions politiques, mais la plupart d’entre eux quittèrent la prison avec l’intention d’adopter à l’avenir une stratégie différente. Plus que jamais soucieux d éducation, Charles en vint à soutenir la National Association de Lovett. Les Neesom se tournèrent aussi vers la tempérance. Cette décision était initialement le fruit de ce que l’on pourrait appeler leur radicalisme alimentaire plutôt que d’un jugement moral sur les effets mentaux et physiologiques de l’alcool. En août 1840, Charles renonça au sucre, parce que cette denrée était taxée, « résolu à ne plus jamais en consommer tant que la Charte ne serait pas la loi en Angleterre ». En octobre, cet engagement était devenu une abstinence totale d’alcool. Peu après, Charles devint le secrétaire d’un nouveau groupement, l’East London Chartist Total Abstinence and Mutual Instruction Society84. Elizabeth devint la force motrice de l’East London Female Total Abstinence Chartist Association qui se réunissait dans sa salle de classe de Brick Lane.

69L’adresse inaugurale de l’association à ses « sœurs et compatriotes » ne se contentait pas de ressasser les documents fondateurs dont Charles était le co-auteur. Les femmes ancraient leurs arguments en faveur de l’abstention totale dans une perspective éducative fermement féministe. « Peut-être jamais auparavant le caractère féminin n’a manifesté tant de zèle, ou déployé un talent aussi éclatant », déclaraient-elles :

Ô sœurs, nous avons jusqu’ici été considérées comme inférieures aux hommes quant aux puissances de l’intellect, et en vérité le manque d’une éducation adéquate nous faisaient paraître telles ; mais nous doutons fort que cela ait été le cas si nous avions eu pour acquérir une éducation convenable les mêmes occasions que l’autre sexe. Essayons donc d’échapper à ce reproche en embrassant chaque occasion de cultiver et d’améliorer notre esprit. Nous vous y enjoignons avec sérieux, afin que puissiez inculquer une éducation saine à vos descendants, et orienter leur tendre esprit dans la voie de la vérité et de la vertu.

  • 85 NS, 30 janvier 1841.

70Leur argument économique en faveur de l’abstinence ne partait pas de l’idée générale que l’argent ainsi économisé améliorerait l’alimentation, mais plutôt « parce que cette portion d’un salaire durement gagné, à présent gaspillée au cabaret ou à la taverne, nous permettrait de garantir à nos enfants une éducation saine et adéquate, en accord avec nos vues et nos sentiments ». On détecte ici la main du chartiste aux idées politiques élaborées et de la maîtresse d’école indépendante : « Un esprit bien réglé méprise la servilité soumise. Rejetons pour nos enfants les offres d’éducation émanant de leur Église ou de leur État, qui ne sont faites que pour rabaisser l’esprit et l’inféoder aux intérêts de classe85. »

  • 86 NS, 24 avril et 1er mai 1841 ; National Reformer, 27 juillet 1861 ; voir W. Lovett, Life and Strugg (...)
  • 87 J. Bennett, « The LDA, 1837-41 », dans J. Epstein et D. Thompson (éd.), The Chartist Expérience, Lo (...)

71Cependant, les Neesom furent bientôt entraînés dans le litige qu’O’Connor fabriqua contre la nouvelle initiative. Des manifestations bruyantes et répétées, et même le vandalisme de la part de partisans d’O’Connor trop enthousiastes, souvent aux premières heures de la matinée, obligèrent Charles à fermer son magasin et Elizabeth son école. Il est peu probable que son ambitieuse Female Total Abstinence Chartist Association ait survécu. Charles fut forcé de démissionner en tant que l’un des délégués de Londres à la convention de 1841 et il fut exclu de l’ex-branche LDA de la NCA86. En 1845, le couple survivait grâce au commerce de journaux et de livres, dans une des salles du débit de bière Standard of Liberty, un peu plus loin dans Brick Lane. Le tenancier, William Drake, était un ex-cordonnier et membre de la LDA. C était aussi un pilier de la NCA, délégué au conseil de district de Londres, et la NCA de Tower Hamlets se réunissait dans son pub. L’East London Shoemakers’ Mutual Protection Society, mutuelle doublée d’un programme agraire, se réunissait également dans ses locaux. Tout cela souligne l’artificialité des divisions conçues par O’Connor au sein du chartisme. Deux des principaux anti-alcooliques du mouvement géraient une librairie dans un pub tenu par un dirigeant local de la NCA, quartier général d’une mutuelle si éprise d’O’Connor quelle se dissout en 1845 et investit tous ses fonds dans des actions agraires chartistes87.

  • 88 National Reformer, 20 juillet 1861.
  • 89 Vegetarian Messenger, vol. 1 (1849-50), p. 14, cité dans J. Belchem, « Tempérance in ail things : v (...)

72L’engagement continu de Charles en faveur du chartisme devint tout à fait évident en décembre 1842 : comme Lovett et O’Connor il se retira de la Complété Suffrage Union parce que ses promoteurs, tout en soutenant les six points de la Charte, entendaient se dissocier du chartisme. Il n’y aurait pourtant pas de réconciliation avec O’Connor, en qui Charles ne voyait « qu’un démagogue vindicatif88 ». En 1847, Charles prit la succession de Lovett comme secrétaire de la National Association, Elizabeth et lui étant des membres fidèles de sa seule branche subalterne à Londres. Leurs énergies se consacraient de plus en plus à encourager le radicalisme alimentaire. En 1848, ils se déclarèrent publiquement végétariens, s’engageant dans une nouvelle phase d’activité radicale. « Ils pouvaient être assurés que leur tâche ne serait jamais achevée, tant que les passions carnivores des hommes ne seraient atténuées par les principes doux et paisibles du système végétarien », déclara Charles lors d’un meeting de la Vegetarian Society89. Ils distribuaient des tracts « par centaines » et collaient sur leur porte des exemplaires de Mangez-vous de la viande ? et Le Menu de la nature :

  • 90 Vegetarian Advocate, 15 octobre 1848 (je remercie James Gregory pour cette référence et la suivante (...)

Parfois un groupe de personnes se rassemble et lit avec intérêt ces textes, certains frappent à la porte et demandent des informations. Notre ami, s’il est là, s’avance jusqu’au seuil, surélevé de deux ou trois marches par rapport au trottoir ; une conversation, une discussion s’ensuit parfois, et alors vous « voyez l’homme » ferme et droit, fort dans la correction de ses principes, qui prêche et enseigne, dans le vrai style apostolique, d’une voix sonore et éloquente, les principes primitifs du végétarisme, source d’élévation, d’humanité et de santé90.

  • 91 Water Cure Journal and Hygienic Magazine, septembre 1850.
  • 92 Voir J.F.C. Harrison, « Early Victorian radicals and the medical fringe », dans W.F. Bynum et R. Po (...)
  • 93 Cooper’s Journal, 4 mai 1850 ; Operative, 16 juin 1839 ; Bennett, « LDA », art. cité, p. 109.
  • 94 National Reformer, 15 et 22 juin 1861 ; Reasoner, 16 juin 1861.

73L’on ne pouvait bien gagner sa vie à prêcher le végétarisme. Lors du recensement de 1851, Charles se déclara « tailleur » et il devait sans doute travailler de temps à autre pour les ateliers clandestins des quartiers est de Londres. Une lettre qu’il rédigea en 1850 sur l’hydropathie (traitement de la maladie par des applications d’eau, internes et/ou externes) nous renseigne sur la vie chez les Neesom, dans Baldwin Street, à Bethnal Green. Ce texte vante les mérites de l’eau, qui avait amélioré la santé physique et mentale de l’auteur tout en lui apportant un sommeil aussi réparateur que celui d’un enfant91. Beaucoup de chartistes, impatients d’acquérir un savoir et méfiants vis-à-vis de l’establishment – auquel les médecins appartenaient de plus en plus – exploraient la médecine alternative92. Et comme la tempérance et le radicalisme alimentaire, celle-ci renforçait l’idée qu’il fallait privilégier la réforme individuelle, puisque les appels à la réforme législative restaient sans succès. Un autre couple de la LDA, aux conceptions comparables à celles des Neesom, était celui que formaient Martha et Joseph Schell Vietinghoff, dont la presse chartiste publiait des réclames pour l’Établissement médical homéopathique et mesmérique, dans Clerkenwell93. En 1861, durant son ultime maladie, Charles fut soigné par Vietinghoff. Il mourut à 77 ans, le 8 juin, dans les bras d’Elizabeth. Ses derniers mots auraient été : « Bessy, tu as été pour moi une bonne épouse. » Lovett, « avec quelque émotion », prononça l’un des éloges funèbres et une collecte fut organisée au City Road Hall of Science, la somme recueillie étant offerte à Elizabeth94.

  • 95 National Reformer, 27 juillet 1861.
  • 96 E. Yeo, « Will the real Mary Lovett please stand up ? », dans Chase et Dyck (éd.), Living and Learn (...)

74Dans son élégante nécrologie de Charles, le National Reformer dit d’Elizabeth : « Elle a partagé les vues de son mari et a toujours secondé ses efforts. Elle a longtemps été son bras droit et son soutien95. » Les deux époux avaient été unis par une puissante alliance politique, célébrée par le National Reformer qui partageait l’idéalisation chartiste du mariage et la place qu’y tenait la « bonne épouse96 ». Pourtant, Elizabeth ne fut pas seulement une force politique de soutien au sein de son mariage. Elle eut sur Charles un effet galvaniseur lorsqu’ils se marièrent, et même si l’on ne peut qu’imaginer le contenu de ses discours « clairs et vigoureux », son rôle à la tête des principales organisations chartistes féminines de la capitale montre qu’elle fut une militante politique à part entière.

Notes

1 LHASC, documents Vincent 1/1/24, Vincent à Miniken, 5 mars 1840.

2 NS, 21 décembre 1839 ; 11 avril 1840 ; Charter, 23 février 1840 ; J. Burchardt, The Allotment Movement in England, 1793-1873, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2002, p. 200-201.

3 J. Campbell, Examination of the Corn and Provision Laws, Manchester, Heywood, [1841], p. 11,70. À propos de Campbell, voir P.A. Pickering, Chartism and the Chartists in Manchester and Salford, Basingstoke, Macmillan, 1995, p. 190 en particulier.

4 HO 45/50, f° 30, affiche [mai 1841],

5 Anon., Memoranda of the Chartist Agitation in Dundee, Dundee, Kidd, 1889, p. 16 ; Anti-Corn Law Circular, 25 mars 1841 ; ouvrier anonyme cité dans D.J.V. Jones, Chartism and the Chartists, Londres, Allen Lane, 1975, p. 126.

6 NS, 4 janvier, 18 et 25 avril, 29 août 1840 ; Charter, 15 et 29 décembre 1839 ; D. Goodway, London Chartism, 1838-48, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, p. 31, 38.

7 NS, 20 juin 1840.

8 Voir T.M. Parssinen, « Association, convention and anti-parliament », English Historical Review, 88 (juillet 1973), p. 504-533.

9 Southern Star, 23 février 1840.

10 LHASC, documents Vincent 1/1/23 (i), Vincent à Miniken, 28 février 1840.

11 NS, 18 et 25 avril, 2 mai 1840 ; Northern Liberator, 21 mars 1840.

12 NS, 11 et 18 juillet 1840.

13 Voir les « Objectifs et règles » de la NCA dans NS, 1er août 1840, reproduit dans D. Thompson, The Early Chartists, Londres, Macmillan, 1971, p. 288-293, d’où sont tirées les citations non attribuées.

14 NS, 11 avril 1840. À propos de Leach, voir DLB, vol. 9, et Pickering, Chartism and the Chartists, op. cit., p. 198-199 en particulier.

15 NS, 18 avril 1840 ; carte de membre de la NCA, HO 45/2581 f° 21 ; voir aussi S. Roberts et D. Thompson, Images of Chartism, Woodbridge, Merlin, 1998, p. 58.

16 NS, 11 décembre 1841, revendiquait 282 localités, pour un total de 13000 membres ; les chiffres les plus élevés datent de 1842, voir NS, 16 avril 1842 ; voir aussi Jones, Chartism and the Chartists, op. cit., p. 70-76.

17 A. Wilson, Chartist Movement in Scotland, Manchester, Manchester University Press, 1970, p. 91. Le Chartist Circular affichait une diffusion hebdomadaire moyenne de 40 000 exemplaires, voir son numéro du 18 septembre 1841. Au total, 27 journaux chartistes furent publiés durant l’année 1839, mais seulement 22 en 1840 : calcul fondé sur la liste des périodiques dans O. Ashton étal., The Chartist Movement : A New Annotated Biography, Londres, Mansell, 1995, p. 62-70.

18 Executive Journal of the National Charter Association, 1 (16 octobre) à 4 (6 novembre 1841), exemplaires conservés à la BL, collection Place, n° 56.

19 NS, 7 mars 1840. Voir aussi J.A. Epstein, The Lion of Freedom : Feargus O’Connor and the Chartist Movement, 1832-42, Londres, Croom Helm, 1982, p. 211-212 et 215-220.

20 NS, 21 mars 1840.

21 NS, 25 avril 1840.

22 NS, 23 mai, Yorkshire Gazette, 25 mai et 6 juin 1840.

23 NS, 6 juin 1840 ; lettre à Frank O’Connor, 20 septembre 1843, documents O’Connor d’Arlach ; F. O’Connor, Practical Work on the Management of Small Farms, Londres, Cleave, 1843.

24 Voir par exemple NS, 23 mai, 6 juin, 11 et 18 juillet, 15, 22 et 29 août, 31 octobre 1840.

25 NS, 16 mai 1840.

26 M. Chase, « The People’s Farm », Oxford, Clarendon, 1988, p. 1-17,136-143-144,178-179 et DLB, vol. 8 et 10. À propos de l’intérêt manifesté antérieurement pour la réforme agraire, voir Bronterre’s National Reformer, 15 janvier, 25 février et 4 mars 1837 ; The Charter, 1er décembre 1839 ; Chartist Circular, 21 décembre 1839 ; London Democrat, 18 mai 1839 ; London Dispatch, 4 et 18 juin 1837 ; Northern Liberator, 23 et 30 décembre 1837, 20 janvier, 7 et 14 avril, 27 octobre 1838, 15 juin, 6 et 13 juillet 1839 ; NS, 16 juin et 18 octobre 1838, 25 avril et 2 mai 1840 ; Opérative, 25 novembre 1838 ; Lowery, discours à Carlisle, Carliste Journal, 27 octobre 1838, reproduit dans B. Harrison et P. Hollis (éd.), Robert Lowery : Radical and Chartist, Londres, Europa, 1979, p. 223-227.

27 NS, 11 et 18 juillet 1840.

28 Agrarian Company de Cirencester, NS, 29 août 1840 ; Christian Cooperative Joint Stock Company, Manchester, NS, 26 septembre 1840. Voir aussi Pickering, Chartism and the Chartists, op. cit., p. 117-119.

29 NS, 31 octobre 1840 ; voir DLB, vol. 8.

30 F. O’Connor, « The Land » the Only Remedy for National Poverty and Impending National Ruin, Leeds, Hobson, 1842, p. 14.

31 Lovett et Collins à Normanby, 6 mai 1840, cité dans W. Lovett, Life and Struggles of William Lovett, Londres, Trübner, 1876, p. 235.

32 NS, 1er août 1840.

33 W. Lovett et J. Collins, Chartism ; A New Organization of the People, Embracing a Plan for the Education and Improvement of the People, Politically and Socially ; Addressed to the Working-Classes of the United Kingdom, and more especially the Advocates of the Rights and Liberties of the Whole People as Set Forth in the ’People’s Charter’, Londres, Watson, Hetherington & Cleave, 1840.

34 Ibid., p. 1.

35 Ibid., p. 7,16 et 21.

36 Ibid., p. 24 ; J. Wiener, William Lovett, Manchester, Manchester University Press, 1989, p. 80-84.

37 To the Political and Social Reformers of the United Kingdom : an Address, by W. Lovett and others, in reference to the formation of a National Association of the United Kingdom, reproduit dans Lovett, Life, op. cit., p. 245-250 ; MS, 10 avril 1841.

38 Lovett, Life, op. cit., p. 243.

39 NS, 28 novembre 1840.

40 LHASC, documents Vincent 1/1/36, Vincent à Miniken, 5 octobre 1840.

41 H. Vincent et al., Address to the WorkingMen ofEngland, Scotland, and Wales, Londres, Johnston, [1841-42] ; ECC, 9-11 [mars-avril 1841].

42 NS, 3 avril 1841.

43 MS, 7 mars 1846. De même, T. Cooper, Life of Thomas Cooper, Written by Himself, Londres, Hodder, 1872, p. 136.

44 Leeds Times, 8 juin 1839 ; NS, 12 et 19 septembre 1840. Voir aussi J. EC. Harrison, « Chartism in Leeds », dans A. Briggs (éd.), Chartist Studies, Londres, Macmillan, 1959, p. 83-85 ; D. Fraser (éd.), A History of Modem Leeds, Manchester, Manchester University Press, 1980, p. 284-285, et Epstein, Lion of Freedom, op. cit., p. 265-273.

45 Leeds Times et NS, 23 janvier 1841 ; Smiles à O’Connell, 4 janvier, et Stansfield à O’Connell, 8 janvier 1841, reproduit dans M.R. O’Connell (éd.), Correspondence of Daniel O’Connell, Dublin, Blackwater, 1978, vol. 7, p. 1 et 5.

46 Leeds Times, 23 janvier 1841.

47 Leeds Times, 23 octobre 1841.

48 M. Chase, « Building identity, building circulation : engraved portraiture and the Northern Star », dans J. Allen et O. Ashton (éd.), Papers for the People, Londres, Merlin, 2005, p. 32-33.

49 NS, 8 mai 1841.

50 NS, 10-24 avril, 1-15 mai, 5 et 12 juin 1841 ; Wiener, Lovett, op. cit., p. 87.

51 Wiener, Lovett, op. cit., p. 88 ; voir Goodway, London Chartism, op. cit., p. 41 ; D. Stack, « William Lovett and the National Association », Historical Journal, 42/4 (1999), p. 1028.

52 Sederunt Book, Hawick, Wilton Lodge Muséum, 1842.

53 W.J. Linton, James Watson, Manchester, Heywood, 1880, p. 50.

54 NS, 24 avril 1841.

55 NS, 1er mai 1841 ; voir M. Chase, « Chartism 1838-58 : responses in two Teesside towns », Northern History, 24 (1988), p. 146-171.

56 Hansard, vol. LVIII, 25 mai 1841, col. 742 et suiv. ; NS, 5 juin 1841.

57 McDouall’s ChartistRepublican Journal, 12 juin 1841, voir aussi 19 juin 1841 et « Address of Eighteen Stonemasons », ECC, 24 ([juin] 1841).

58 « One of no party », Random Recollections of the House of Commons, Londres, Smith Elder, 1836, p. 251.

59 NS, 5 juin et McDouall’s ChartistRepublican Journal, 12 juin 1841.

60 L’adage est de L.P. Hartley, prologue de The Go-Between (1953). Pour l’évolution des procédures électorales et leur rôle dans l’émergence des partis, voir P. Salmon, Electoral Reform at Work : Local Politics and National Parties, 1832-41, Woodbridge, Boydell & Brewer, 2002.

61 Les citations et informations figurant sans source dans les paragraphes suivants viennent de la presse chartiste, confrontées à C.R. Dod, Electoral Factsfrom 1832 to 1852, Londres, Whitaker, 1852 et McCalmont’s Parliamentary Pollbook, 1879, augmenté et édité par J. Vincent et M. Stenton, Brighton, Harvester, 1971. J’ai suivi l’usage de McCalmont qui appelle « libéraux » les candidats soutenant le gouvernement whig.

62 Voir Harrison et Hollis, Lowery, op. cit., p. 181-186.

63 Pour Brooker, voir son Appeal to the British Nation... for the Repeal of the Poor Law Amendment Act, Brighton, Andrews, 1840 ; NS, 1er septembre 1838 et 19 juin 1841.

64 Les électeurs plébéiens de Northampton étaient principalement les survivants d’un électorat exceptionnellement inclusif d’avant 1832. Pour une analyse détaillée de ce scrutin, voir J.A. Phillips, The Great Reform Act in the Boroughs, Oxford, Clarendon, 1992, p. 169-170.

65 NS, 5-26 juin, 3 et 10 juillet 1841 ; McDouall’s ChartistRepublican Journal, 12-26 juin et 10-24 juillet 1841 ; Dundee Chronicle, 9 juillet 1841 (coupure de presse figurant dans le carnet « Richardson’s Works », Manchester Central Library, Local Studies Section).

66 HO 45/102A, f° 29, rapport de police [juin 1841],

67 Harrison et Hollis, Lowery, op. cit., p. 185.

68 NS, 3 juillet 1841 ; The Speech Delivered by Mr William Dixon, the People’s Candidate at the Nomination of Members, Wigan, Ramsdale, 1841, p. 8 ; rapport de police, « Mr Martin’s language on Thursday the 3rd of June 1841 », Derby, Bibliothèque d’études locales, MS BA/909/16196, item 9 ; W.E. Adams, Memoirs of a Social Atom, Londres, Hutchinson, 1903, vol. 1, p. 183.

69 Harrison et Hollis, Lowery, op. cit., p. 186.

70 Newcastle Weekly Chronicle, 27 août 1892 ; Epstein, Lion of Freedom, op. cit., p. 285.

71 T. Rooke à R. Hawkin, 31 octobre 1901, York City Library Local Studies Section, « Chartism MSS » Y342.42 ; Yorkshire Gazette, 28 août et 4 août 1841 ; NS, 4 septembre 1841 et 19 février 1842 ; Feargus à Frank O’Connor, 28 septembre 1843, documents O’Connor d’Arlach.

72 « Alfred » [S.H.G. Kydd], History of the Factory Movement, Londres, Simpkin, 1857, vol. 1, p. 235-254 ; NS, 8 mai et 4 septembre 1841. Cette analyse suit l’article perspicace de P. Pickering, « Class without words : symbolic communication in the Chartist movement », PastPrésent, 112 (1986), p. 156-162 en particulier.

73 Recensement de 1851, HO 107/1521/51/5. Nécrologie de Charles Neesom (d’après une autobiographie inédite, aujourd’hui perdue), National Reformer, 20 et 27 juillet 1861 ; voir aussi DLB, vol. 8.

74 HO 40/8 (3), f° 115, rapport de « A », 13 novembre 1817 ; National Reformer, 20 juillet 1861.

75 Poor Man’s Guardian, 20 avril 1833 ; P. Hollis, The Pauper Press, Oxford, Oxford University Press, 1970, p. 191.

76 W.B. Stephens, Education, Literacy and Society, 1830-70, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 25, 49, 204, 255.

77 P. Gardner, The Lost Elementary Schools of Victorian England, Beckenham, Croom Helm, 1984.

78 Prospectus of the East London Démocratie Association, Londres, ELDA, 1837, reproduit dans D. Thompson, Early Chartists, Londres, Macmillan, 1971, p. 55-56.

79 NS, 11 mai et 14 septembre 1839. Voir aussi Operative, 14 avril, 12 mai, et Charter, 13 et 27 octobre 1839.

80 NS, 30 janvier 1841. Voir aussi J. Schwarzkopf, Women in the Chartist Movement, Londres, Macmillan, 1991, p. 214-215.

81 Chapitre 5, plus haut, et NS, 2 et 30 novembre, 7 et 14 décembre 1839.

82 Morning Herald et Morning Post, 16 janvier 1840 ; The Charter, 19 et 26 janvier 1840 ; Northern Liberator, 25 janvier 1840.

83 NS, 16 mai, 2 juin et 11 juillet 1840 ; National Reformer, 20 et 27 juillet 1861.

84 NS, 10 octobre 1840 ; BL, collection Place, dossier 56, p. 29 ; ECC, 5 [févr. 1841].

85 NS, 30 janvier 1841.

86 NS, 24 avril et 1er mai 1841 ; National Reformer, 27 juillet 1861 ; voir W. Lovett, Life and Struggles of William Lovett, Londres, Trübner, 1876, p. 252.

87 J. Bennett, « The LDA, 1837-41 », dans J. Epstein et D. Thompson (éd.), The Chartist Expérience, Londres, Macmillan, 1982, p. 104,109, 117-118 ; M. Chase, “The People’s Farm”. English Radical Agrarianism 1775-1840, Oxford, Clarendon, 1988, p. 172-173 ; NS, 16 décembre 1843.

88 National Reformer, 20 juillet 1861.

89 Vegetarian Messenger, vol. 1 (1849-50), p. 14, cité dans J. Belchem, « Tempérance in ail things : vegetarianism, the Manx press and the alternative agenda of reform », dans M. Chase et I. Dyck (éd.), Living and Learning, Aldershot, Scolar, 1996, p. 154. Voir aussi Spirit of the Age, 25 novembre 1848.

90 Vegetarian Advocate, 15 octobre 1848 (je remercie James Gregory pour cette référence et la suivante).

91 Water Cure Journal and Hygienic Magazine, septembre 1850.

92 Voir J.F.C. Harrison, « Early Victorian radicals and the medical fringe », dans W.F. Bynum et R. Porter (éd.), Medical Fringe and Medical Orthodoxy, 1750-1850, Londres, Croom Helm, 1987, p. 198-215, et Belchem, « Tempérance », art. cité.

93 Cooper’s Journal, 4 mai 1850 ; Operative, 16 juin 1839 ; Bennett, « LDA », art. cité, p. 109.

94 National Reformer, 15 et 22 juin 1861 ; Reasoner, 16 juin 1861.

95 National Reformer, 27 juillet 1861.

96 E. Yeo, « Will the real Mary Lovett please stand up ? », dans Chase et Dyck (éd.), Living and Learning, op. cit., p. 178 ; Schwarzkopf, Women, op. cit., p. 145.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search